Nouvelle Revue scientifique « libre »

Posté par . Modéré par Jean-Yves B..
Tags :
0
19
oct.
2003
Communauté
Le premier numéro de la revue PLoS Biology vient de sortir. C'est une publication mensuelle de l'organisme à but non lucratif Public Library of Science, qui offre un accès libre à tout son contenu sur son site Internet. Il faut savoir que l'accès aux articles des autres revues est (à ma connaissance) toujours payant.

NdM : PubMed référence les articles PloS. On peut voir là une certaine forme de reconnaissance du journal. « Les scientifiques à l'origine de cette nouvelle formule s'opposent résolument aux revues existantes, telle Nature ou Science. Au lieu de faire payer le lecteur avec des abonnements onéreux, PLoS Biology impose des frais de publication de 1 500 $US au chercheur. Selon l'idée que la publication est partie intégrante du coût de recherche, les éditeurs prônent de courts délais de publication pour les chercheurs et une diffusion à la portée de tous. » (extrait du site de Cyberscience)
À noter un article sur des singes qui ont réussi à contrôler les mouvements d'un robot uniquement par la pensée.

Aller plus loin

  • # Re: Nlle Revue scientifique "libre"

    Posté par (page perso) . Évalué à 5.

    Il faudra bien que les éditeurs traditionnels se fassent une raison, ils ne sont plus necessaires ! C'est ce qui s'est déjà passé il y a peu avec d'autres publications scentifiques.
    Internet permet de mettre en relation le producteur et l'utilisateur sans intermédiaire et à un coût infime. Il n'est plus nécessaire d'utiliser la chaine d'édition; impression et distribution sur papier.

    Cependant, je trouve que mettre la barre à 1500$ pour être publié, c'est quand même un peu cher. C'est vrai, il faut payer le filtrage qui donne de la valeur à la revue, mais quand même !. Je suis convaincu que l'on pourrait faire ça à bien moindre coût.
    • [^] # Re: Nlle Revue scientifique "libre"

      Posté par (page perso) . Évalué à 5.

      L'intérêt d'un éditeur n'est pas la diffusion, c'est clair, mais la relecture qui permet un bon niveau de publications.

      Quant à réduire les coûts d'un éventuel comité de lecture, il est évident que le peer review peut lui être largement avantageux, mais aussi clairement d'un point de vue qualité.
      • [^] # Re: Nlle Revue scientifique "libre"

        Posté par . Évalué à 5.

        Pour les conférence scientifiques (en informatique) les relecteurs d'article et de façon général le comité de programme n'est pas rémunéré. Par contre c'est très gratifiant d'être à un comité de programme voir président du comité. C'est un reconnaissance par les collègues qui peut se valoriser auprès de son employeur actuel ou futur.

        Pour les revues (qui est une publication plus prestigieuse que des actes de conférence) je ne sais pas. Dans mon domaine (l'informatique) les auteurs ne paient pas pour être publié. Je n'ai pas entendu non plus parlé d'auteurs rémunérés pour une publication dans une revue. Ici aussi l'intérêt et d'être reconnu.

        Le mieux est quand même d'écrire dans Linux Mag ou MISC : pas de comité de lecture (pas formel en tout cas) et rémunération des auteurs :-)
    • [^] # Re: Nlle Revue scientifique "libre"

      Posté par . Évalué à 2.

      Les editeurs le savent bien puisque la plupart ont
      deja commence a publie en ligne (en physique au moins).
      D'ailleurs 1500$ n'est pas une somme enorme comparee
      a ce qui se pratique deja. Quand on pense que l'on se
      tape la recherche, une partie de la mise en page, les
      reponses aux relecteurs et que l'on doit en plus payer
      une fortune pour etre publie en ligne, cela a de quoi
      revolter. De plus, meme de grandes revues (toujours en
      physique) ne fonctionnent qu'avec 4 employes (les relecteurs
      qui acceptent de "referer" une publi. ne sont absolument
      pas payer) !!!
      A noter, une initiative interessante qui a de plus en plus
      de succes (tout est gratuit mais sans relecture) :
      http://www.arxiv.org(...)
      qui pour le moment ne sert qu'a faire date mais qui a le
      potentiel de devenir un reel concurrent
      si des relecteurs acceptent de travailler pour ce site.
      • [^] # Re: Nlle Revue scientifique "libre"

        Posté par . Évalué à 2.

        Les editeurs le savent bien puisque la plupart ont
        deja commence a publie en ligne (en physique au moins).


        En biologie/médecine/sciences de la vie, c'est également le cas. Malheureusement, la présence d'un accès aux publications on-line a souvent permis aux éditeurs d'augmenter le prix des publications.

        A noter, une initiative interessante ...

        Outre l'initiative de la Public Library of Science (plos ; http://www.plos.org(...) ), il y a aussi l'Initiative de Budapest pour l'Accès Ouvert (Budapest Open Access Initiative : http://www.soros.org/openaccess/fr/(...) ).

        Un truc très simple (mais très difficile à mettre en oeuvre) est que l'auteur demande à l'éditeur de garder le copyright sur son article. C'est presque toujours refusé par les grands éditeurs (vous vous rendez compte ? On écrit un article et on en perd le copyright dès qu'il est publié ! Un peu comme si on écrivait un logiciel pour soi ou pour son université et, dès qu'un éditeur accepte de le distribuer sur CD-ROM, vous en perdez le copyright).

        Par contre, ce qui est plus souvent accepté par les éditeurs est le fait que l'auteur garde son copyright sur la dernière version de l'article, celle juste avant publication (pre-print). Mais il faut que l'auteur le spécifie et insiste : ce n'est bien sûr pas proposé tel quel !
    • [^] # Re: Nlle Revue scientifique "libre"

      Posté par . Évalué à 1.

      Internet permet de mettre en relation le producteur et l'utilisateur sans intermédiaire et à un coût infime. Il n'est plus nécessaire d'utiliser la chaine d'édition; impression et distribution sur papier.

      C'est probablement vrai en Europe occidentale. Mais, pour les pays moins développés technologiquement, ce n'est pas tout à fait vrai. Dans mon domaine de recherche (la mémoire), nous avons deux auteurs importants, indiens, qui n'ont pas d'accès permanent à internet. S'ils veulent lire des articles, cela leur coûte moins cher d'aller à la bibliothèque de leur université ou de demander des ré-impressions papiers (reprint) à envoyer par la poste.

      C'est vrai, il faut payer le filtrage qui donne de la valeur à la revue, mais quand même !

      Et quand tu penses aux labos en Afrique, en Amérique du Sud, en Asie, ... (probablement pas tous, mais certainement la majorité).
  • # Un petit truc qui me fait un peu peur...

    Posté par . Évalué à 2.

    Dans nos sociétés, l'information tant à être ce qui est le plus important, ce qui a le plus de valeur...
    Et d'un autre coté, l'information est devenue duplicable et publiable à des coûts proches de 0...

    Si d'un coté, ce qui est le plus important n'a plus aucune valeur, nos sociétés capitaliste vont elles résister à cela ?
    "Ce qui est rare est cher" nous dit on mais pour combien de temps ? et quand on sait que c'est cette phrase sur laquelle repose nos sociétés capitalistes.. ca me fait un peu flippé..

    Regardez l'actualité, c'est très important pour les décideurs, et pourtant elle est gratuite sur yahoo, msn, aol....

    enfin bref :) on verra

    http://about.me/straumat

    • [^] # Re: Un petit truc qui me fait un peu peur...

      Posté par (page perso) . Évalué à 1.

      Ce qui a aujourd'hui le plus de valeur d'usage, l'information, a une valeur d'échange proche de zéro. Les licences propriétaires et autres droits de « propriété intellectuelle » ne servent qu'à maintenir artificiellement une valeur d'échange. Ils ont besoin pour cela de tout un arsenal coercitif, judiciaire et policier.
  • # Re: Nouvelle Revue scientifique « libre »

    Posté par . Évalué à 4.

    1500 $ pour publier ! c'est dingue !

    Si l'idée de faire une revue libre, l'idée de faire payer (autant!) le scientifique est assez curieuse...

    Existe t'il des pays ou les scientifiques aient tellement d'argent qu'ils peuvent se permettre d'utilise 1500 $ pour la publication alors qu'il existe quand même d'autres mediums (autres revues, site ouaib...)
    c'est une question de deontologie me dira t'on.. a 1500 $ ca fait cher.


    Je suis sceptique sur l'avenir de cette initiative...
    • [^] # Re: Nouvelle Revue scientifique « libre »

      Posté par . Évalué à 4.

      Comparativement au coût d'une recherche qui se déroule sur plusieurs mois, 1500$ c'est très peu. Par exemple, en biochimie, il n'est pas rare de devoir acheter des enzymes ou des anticorps donc seulement 100 µl dépasse le 1000 $.

      En passant il existe une très bonne revue en français dont les articles sont disponible à partir de PubMed, c'est Médecine/Sciences. La liste des numéros disponibles sur Internet est là : http://www.erudit.org/revue/ms/index.html#liste(...)
      • [^] # Re: Nouvelle Revue scientifique « libre »

        Posté par . Évalué à 2.

        et comme alternative formidable à pubmed/medline, je vous recommande d'aller faire un tour sur http://www.highwire.org(...) : l'essayer c'est l'adopter, d'autant plus qu'il indexe tous les journaux de medline.. :)
        • [^] # Re: Nouvelle Revue scientifique « libre »

          Posté par . Évalué à 1.

          Merci pour le lien :-)

          <moi jamais content>
          Il y a quand même 280 journaux en pay per view, soit la majorité. Et, en plus, dans les free, y'a pas ceux que je veux (Electrophoresis et Proteomics) !
          </moi jamais content>

          Non, sérieux, c'est bien comme site !
      • [^] # Re: Nouvelle Revue scientifique « libre »

        Posté par . Évalué à 1.

        il existe une très bonne revue en français dont les articles sont disponible à partir de PubMed, c'est Médecine/Sciences

        Entièrement d'accord. Mais le système actuel juge les scientifiques sur les facteurs d'impact de leurs publications (la pertinence de ce système relève d'un autre débat). Or, si je ne me trompe pas, Médecine/Sciences n'a pas de facteur d'impact (site web des facteurs d'impact des revues : http://isi3.newisiknowledge.com/portal.cgi?DestApp=JCR&Func=Fra(...) ). A ce jeu là, la Revue Médicale de Liège ( http://www.ulg.ac.be/rmlg/(...) ) est aussi dans PubMed ( http://www.ncbi.nlm.nih.gov/entrez/query.fcgi?cmd=Retrieve&db=j(...) ) mais, pour le facteur d'impact, on repassera une autre fois ! Ce sera probablement une des difficultés de PLoS Biology : attirer les auteurs alors qu'ils n'ont pas de facteurs d'impact.
      • [^] # Re: Nouvelle Revue scientifique « libre »

        Posté par . Évalué à 1.

        Peut etre que 1500$ c'est pas beaucoup mais si tu imagines que ca pourrait aller a ton salaire (ou a ton voisin), tu te rends compte que cela fait une belle somme, pour une valeur ajoutee nulle. Ca paye aussi un voyage.

        Cette somme limite intrinsequement la qualite de la revue : seul les riches peuvent publier, et pourquoi les riches ferraient t-ils des trucs mieux ? Un peu comme les ecoles payantes (ou les diplomes payants) qui sont devalorises car ils ne selectionnent pas les bons mais les riches.

        D'autre part, la recherche public etant finance par des fonds publics, je ne vois par pourquoi il faudrait payer pour publier ou pour etre lu (collusion entre etat et patronat ?). Il suffit de se passer des editeurs de revues scientifiques (activite lucrative).
    • [^] # Re: Nouvelle Revue scientifique « libre »

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      1500€ ne représente pas une somme énorme dans le budget d'un programme de recherche en biologie dans un pays comme la France ou encore les EU.
      Evidemment, cela représente dans l'absolu une somme considérable. Toutefois, la vérification de la pertinence, de l'authenticité d'un travail coûte très cher car elle fait intervenir des personnes généralement très spécialisées (on parle de recherche poussée) et ne laisse pas la place à l'appréciation de simples quidams.
      Le recours à des personnes reconnues pour la relecture a des retombes évidentes sur la renommée du journal mais présente évidemment un coût important.

      Les magazines comme Nature sont sujets à de nombreuses critiques concernant leur imperméabilité aux travaux d'origine non américaines (ou sympathisants).
      Un système plus ouvert, moins élitiste, pourrait mettre un point final aux discriminations courantes envers certains pays (pays d'Europe de l'Est en particulier) à condition que les coûts de publication ne dépassent pas trop leurs budgets ...
      • [^] # Re: Nouvelle Revue scientifique « libre »

        Posté par (page perso) . Évalué à 6.

        Exemple con qui est pratiqué dans la vie de tous les jours à tous les niveaux de notre société occidentale :

        voici la recursion ( je me passe de la démonstration ) :
        - 1 n'est pas important
        - soit X qui n'est pas important
        - Y= X+1 n'est pas important

        ainsi nous construisons un ensemble de cardinal pas important quoiqu'infini.
        C'est ainsi que la monnaie se devalue, que les loyers deviennent cher, que l'on bouffe mal, que perl est devenu lent, parce qu'a une époque ce n'etait pas important et que l'on a juste ajouter un petit quelque chose de pas important qui met du beurre dans ses épinards ( sur le dos des autres ).

        Ainsi, le savoir ne se diffusera que si quelqu'un paie pour le diffuser. A quand des agences de communication du savoir pour faire du lobbying dans les ecoles et universités ? ( on y est presque on vend deja les bouquins de cours et un encart publicitaire ne coute rien dedans )

        Donc, vive la démocratisation du savoir par le tout capital numéraire. Le travail fait la santé des riches, ne l'oublions pas.
      • [^] # Re: Nouvelle Revue scientifique « libre »

        Posté par . Évalué à 1.

        Le recours à des personnes reconnues pour la relecture a des retombes évidentes sur la renommée du journal mais présente évidemment un coût important.
        ben justement, en général, en sciences, les reviewer ne sont pas rémunérés. Ils font ca benevolement. Les personnes qui sont rémunérées sont les éditeurs (au moins l'éditeur en chef, je ne sais pas pour les associate editors, et meme pas toujours pour les petites revues), secrétaires et assistant de publication. On peut en outre noter que les locaux ne coutent également rien (ou presque) aux revues puisqu'elles sont en général hébergées au sein d'universités/laboratoires (il suffit de regarder l'adresse à laquelle soumettre un manuscript pour une revue prise au hasard chez elsevier, par exemple...)
        • [^] # Re: Nouvelle Revue scientifique « libre »

          Posté par . Évalué à 1.

          T'inquietes pas elsevier & co font bien du beurre avec les publications scientifiques.

          N'est il pas temps de faire greve des publications a sousmission / diffusion limitee ?
      • [^] # Re: Nouvelle Revue scientifique « libre »

        Posté par . Évalué à 2.

        1500€ ne représente pas une somme énorme dans le budget d'un programme de recherche en biologie dans un pays comme la France ou encore les EU.

        Je ne sais pas dans quel grand labo tu es. Mais pour les petits labos (en Belgique comme en France), 1500 Euros pour se faire publier, c'est beaucoup. 1000 Euros pour 1 ml de réactif qui vont te permettre de trouver, c'est beaucoup mais on fait l'effort. Une fois que tu as trouvé, 1500 Euros "juste" pour qu'un journal te publie, c'est beaucoup, surtout que, à côté et en marchant sur ses principes (et en perdant ton copyright), tu peux te faire publier pour moins cher et avoir un meilleur facteur d'impact.
    • [^] # Re: Nouvelle Revue scientifique « libre »

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      Quand tu publies pour une conférence "normale", si le papier est accepté, tu dois aller le présenter. Pour une conf aux USA, billet d'avion + hotel & cie, ça fait facile 1500 EUR. Pourtant, les gens publient quand même ...
      • [^] # excellente remarque

        Posté par . Évalué à 1.

        les 1500 € cash paraissent élevés mais ils n'ont pas de couts cachés.

        Je ne suis pas chercheur, ni mème scientifique.
        Mais j'aime m'informer de ce qui se fait. Et je connais des gens qui oeuvre dans ce domaine.
        Or la publication c'est quand mème hyper important que ce soit pour les individus ou pour les institutions. C'est le camion du routier, les rails de la sncf les médias scientifiques.

        Le fait est que publier coute un certain prix, "social".

        Je ne sais pas si la formule est viable par contre.

        Les sommités sont des hommes comme les autres et sensibles à des tas d'influences. Il est difficile de penser qu'ils mettront autant de vigilance dans les jugements pour lesquels ils utilisent leurs compétences que dans ceux où elle est en jeu.
        On se surpasse pour son public plus que pour son patron.

        Or les circuits classiques ont l'intérêt d'avoir comme récepteurs finaux, public, des gens qui ont choisi de l'être, et qui ont payé pour l'être, ou qui ont recommandé une source, ce qui est encore pire pour ce genre de personne.
        Est-ce que le système inverse marchera aussi bien ?
        La science n'est pas que son objet elle est aussi les gens qui la produisent et la diffusent, et là comme ailleurs le poids de l'histoire et des motivations basiques (pouah caca) fait beaucoup pour la cohésion de l'ensemble.
      • [^] # Re: Nouvelle Revue scientifique « libre »

        Posté par (page perso) . Évalué à 1.

        oui masi tu en profites pour assister aux confs... ça te permets d'avoir des contacts.
      • [^] # Re: Nouvelle Revue scientifique « libre »

        Posté par . Évalué à 1.

        Oui et c'est aussi pour ca que certains etudiants ne sousmettent pas a des confs dans les iles lointaines ou qu'ils ne vont pas en conf du tout. 1500$ c'est plus d'un mois de salaire pour beaucoup et c'est une somme importante (et vu les coupes drastiques dans les budgets de fonctionnement du cnrs ca le sera aussi pour les institutions). Pourquoi faudrait il payer pour diffuser son savoir, on peut comprendre les couts de diffusion papier & imprimerie mais dans le cas de publication sur le web, l'hebergement ca ne coute pas si cher..

        Autre chose, tu n'as pas necessairement besoin de publier pour aller aux confs, c'est interessant en temps que tel, mais ca beaucoup de labos ne le payent pas ... aux etudiants.
    • [^] # Re: Nouvelle Revue scientifique « libre »

      Posté par (page perso) . Évalué à 1.

      On ne pose pas la question de l'indépendance de la revue aussi.
      Qui sait si on ne va pas finir par devoir payer plus ? Le comité sera-t-il aussi regardant sur une équipe ayant payé plus cher ?
      Bon en théorie, le comité n'est pas rémunéré et la revue devrait faire payer uniquement si la publi est accepté... enfin j'espère...
      • [^] # Re: Nouvelle Revue scientifique « libre »

        Posté par . Évalué à 1.

        Bon en théorie, le comité n'est pas rémunéré et la revue devrait faire payer uniquement si la publi est accepté... enfin j'espère...

        Je ne sais pas comment ça se passe exactement mais certaines revues ne tiennent pas toujours compte de la revue du rapporteur. Mon maître de stage m'expliquait il y a quelques jours qu'il y a une dizaine d'années il a refusé un article dont il était rapporteur en expliquant par le fait qu'il n'apporte strictement rien de nouveau et que la démarche n'était pas correcte. Le journal a passé outre son avis et a quand même publié. Résultat des courses, 10 ans après cet article a toujours 0 citation! Comme quoi il avait probablement raison de vouloir refuser cet article. Les autres chercheurs ne s'y sont pas trompés non plus ...
        • [^] # Re: Nouvelle Revue scientifique « libre »

          Posté par . Évalué à 1.

          Je ne sais pas comment ça se passe exactement mais certaines revues ne tiennent pas toujours compte de la revue du rapporteur
          oui, c'est l'éditeur en chef de la revue qui décide au final, d'après les review et éventuellement l'avis d'un éditeur associé.
      • [^] # Re: Nouvelle Revue scientifique « libre »

        Posté par . Évalué à 1.

        > la revue devrait faire payer uniquement si la publi est accepté... enfin j'espère...


        En économie certaine revues (beaucoup) font payer rien que pour soumettre un article.
    • [^] # Re: Nouvelle Revue scientifique « libre »

      Posté par . Évalué à 1.

      L'existence de revues scientifiques à l'accès libre se faisait cruellement sentir. Il suffit de penser que le contribuable paye des chercheurs, que ces derniers publient leurs travaux, et que ce contribuable n'y a même pas accès!

      Cependant, les 1500$ ont choqué beaucoup de gens, moi compris. Les PLoS resteront donc une revue élitiste destinés aux labos riches, puisque dans le labo où je bosse (CNRS), 1500$ représente le budget annuel d'un chercheur...
      A mon avis, ces frais énormes sont destinés à payer les membres de l'editorial board, qui ont été débauchés de chez Nature ou Science...
  • # Re: Nouvelle Revue scientifique « libre »

    Posté par (page perso) . Évalué à 4.

    Sinon dans le domaine de l'IA, il y a JAIR qui a un bon impact factor et qui est librement accessible en ligne, et ya pas de coût de publication. En plus, il encourage à publier des annexes comme du code source !
    http://www.jair.org/(...)
  • # Re: Nouvelle Revue scientifique « libre »

    Posté par (page perso) . Évalué à 1.

    160 US$ par an pour la version papier! Wow! Ça c'est pas donné :-(

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.