Sur les chemins du Khanat, un voyage musical

Posté par (page perso) . Édité par Alcyone, merlin8282, Davy Defaud, ZeroHeure et Ysabeau. Modéré par Nÿco. Licence CC by-sa.
22
13
nov.
2019
Culture

Khaganat a l’honneur de vous présenter le premier album musical inspiré de l’univers que nous créons. Intitulé Chemins du Khanat, ses musiques ont été composées par Nomys_Tempar.

Chemins du Khanat est la première réalisation finalisée issue du Khanat. C’est un moment important de notre histoire : ce monde libre a donné naissance à un ensemble musical cohérent.

Khaganat est un projet visant à créer des univers libres : histoires, graphismes, son et musique, outils, méthodes, code… Porté par une association et fonctionnant uniquement avec des énergies bénévoles, le projet avance doucement, mais sûrement. Le Khanat est son premier univers.

Sommaire

Plus que du son : une œuvre

Pour rappel, Khaganat a pour ambition de susciter la création sous licence libre via le travail collaboratif, en donnant des outils pour créer des univers imaginaires. Nous rêvons de plus d’imaginaire, et de plus d’imaginaire libre ! Le monde que nous développons, Khanat, est notre base d’expérimentation, et il a déjà donné lieu à des récits, quelques images, des bestioles en pâte à modeler, des parties de jeu de rôle, divers concepts de jeux vidéo, dont le MMORPG (qui avance, mais doucement, sur l’aspect technique) et des jeux « de société » transposables dans notre univers de tous les jours. La création est foisonnante, mais jusqu’ici il n’y avait pas une œuvre qui présentait une unité. Dire que c’est « achevé » est toujours délicat dans le cadre du Numérique et du Libre, mais il est certain qu’une étape majeure vient d’être franchie. Cet album est un véritable album, 57 minutes de pur bonheur à écouter.

Histoire d’une composition collaborative

Chaque morceau a son histoire. Certains ont été composés et acceptés rapidement, d’autres ont demandé des heures de travail, non seulement dans la composition et l’arrangement, mais aussi dans les discussions avec les membres de Khaganat. Nomys proposait un « prémix », posant les bases d’un morceau, et chacune1 était invitée à donner son avis, quel que soit son niveau musical. Certaines critiques étaient donc très techniques, à propos des rythmes, des textures, des enchaînements ; d’autres bien plus floues, car il n’est pas facile de décrire quand on n’a pas les mots, même si l’on sent « qu’il y a un truc qui ne va pas ». Ce travail collaboratif a été passionnant, et Nomys a réussi à comprendre les demandes les plus obscures, retravaillant jusqu’à obtenir un matériel qui plaise à tout le monde. Cela a aussi été l’occasion de voir la diversité des goûts musicaux au sein de l’équipe ! Chacune a son morceau préféré, qui est parfois celui le moins aimé par une autre personne. Notre compositeur a aussi réussi ce tour de force d’explorer des styles différents, tout en arrivant à avoir une unité au sein de l’album.

Le titre qui ouvre l’album nous plonge directement dans un monde « Autre ». Morceau le plus exotique de la compilation, « Kirun chante », avec ses assonances, son rythme très particulier, ne laisse personne indifférent : on aime ou on déteste. Il donne aussi le ton : nous sommes entraînées dans un univers étrange, dont les codes culturels sont parfois dérangeants, souvent surprenants, fréquemment fascinants.

L’album enchaîne sur un remix et réorchestration du Petit Pantin de Glace (original en CC‑BY par Lacrymosa, alias Læi), parfaite illustration des possibilités de la culture libre. La musique originale avait été choisie pour accompagner la création de personnages dans nos tests avec le client de jeu ; nous avions besoin d’un son pour meubler, nous avons cherché dans les musiques libres, nous avons découvert ce titre et l’avons mis tel quel. Ce morceau a pris toute son ampleur au fil des écoutes ; choisi sans grande réflexion, il s’est révélé parfaitement adapté à nos intentions de design sonore. Lorsque Nomys a proposé à l’équipe de le transformer, les réactions étaient mitigées : pouvait‐on oser toucher à une Œuvre ? Bien sûr, puisque la licence le permettait ! Le résultat est une réinterprétation fantastique. Moins mélancolique et contemplative que l’original, plus épique et dynamique, toujours teintée de ces sonorités douces‐amères qui annoncent les mille histoires qui peuvent se vivre sur le Khanat : de la passion, des drames, de l’héroïsme, de la poésie, et de la nuance en toute chose.

Les morceaux s’enchaînent et expriment toute cette diversité. Des sonorités rappelant le rock (Ra contre Ra), voire le métal (Combat thème 2), le jazz (Le Delta), et même le hip‑hop (Les monts de Givre), côtoient des titres à la saveur cartoonesque (Le Groska et les Scouis). Mais aucun de ces styles ne décrit réellement ces morceaux : il y a là un style « Khanat », où l’on sent toujours les influences mêlées de zbasu et lakne, un concept double essentiel de l’univers. Zbasu représente la progression logique et ordonnée, lakne est l’imprévisible et le chaotique, les deux étant considérées comme des composantes fondamentales de l’univers qui doivent se trouver équilibrées en toute chose. Cela se ressent dans ces musiques : au‑delà de la construction parfois traditionnelle, des métriques familières, il y a toujours des éléments assonants, des glissements ; bref, de l’imprévisible qui se révèle parfois perturbant.

Nous ne détaillerons pas chaque morceau ici, le livret de l’album le fera, mais chaque titre a une histoire et donc une ambiance unique.

L’album est placé sous licence CC‑BY‑SA comme tout le reste de Khaganat, vous pouvez l’écouter ici (et plus si affinités).

Un cadeau pour Noël Pâques ?

Nous aimerions aller un peu plus loin que la version numérique et proposer un CD et sa pochette. Nous avons trouvé un illustrateur pour réaliser une image un peu plus élégante que celle actuellement utilisée : nous avions sous‑estimé le temps que cela demandait et nous avons préféré sortir l’album officiellement avec ce graphisme perfectible. Car il s’agit d’une des devises dans l’association : « fait, même si ce n’est pas parfait : il est plus facile d’améliorer ce qui est commencé, que d’atteindre la perfection dès le départ ». La perfection a été commandée et cela prendra le temps nécessaire, mais un de ces jours l’album sera accompagné de sa véritable illustration, et ça méritera bien un objet matériel !

Les délais commencent à être un peu courts pour Noël, mais si l’idée vous intéresse aussi, participez à son inancement ! Si l’objectif est atteint, vous recevrez un CD l’an prochain. La collecte va jusqu’au 22 décembre.

Vous pouvez aussi soutenir l’association sans vouloir de CD : vos contributions nous permettent de pérenniser le projet.

Pour nous rencontrer

Vous pourrez nous trouver sur notre stand ainsi qu’en conférence au Capitole du Libre 2019 (et c’est bientôt !).

Vous pouvez également suivre le blog où quelques nouvelles fleurissent avec plus de régularité que sur le vénérable LinuxFr.org.

N’hésitez pas à venir nous saluer sur XMPP (gracieusement hébergé par Jabberfr.org), généralement à partir de 21 h (UTC + 1). C’est à cette heure‑ci que vous trouverez la plupart d’entre nous.


  1. Rappel des épisodes précédents, pour nos lectrices nouvellement arrivées (et les lecteurs aussi ; si, si, vous allez comprendre) : sur Khaganat, le féminin l’emporte dans les accords. Même que les détails sont là

Aller plus loin

  • # La langue sacrée

    Posté par (page perso) . Évalué à 7 (+5/-0).

    Zbasu représente la progression logique et ordonnée, lakne est l’imprévisible et le chaotique, les deux étant considérées comme des composantes fondamentales de l’univers qui doivent se trouver équilibrées en toute chose.

    Amusant que la langue sacrée de Khanat soit le lojban, ça me donne presque envie de m'y remettre : je suis bêtement resté un moment à réfléchir au lien entre les concepts du zbasu et du lakne et leur origine étimologique. J'imagine que lakne reflétant le probable est donc plus proche de l'imprévisible, vu qu'on n'est pas sûrs, alors que zbasu reflétant l'action de produire est plus proche du logiquement ordonné, genre un enchaînement d'actions dans une ligne de production, même si dit comme ça fait pas trop fantasy :-)

    Ah, et j'ai écouté quelques morceaux, dont le thème principal : plutôt sympa, oui, ça commence un peu mélancolique, mais ça varie par la suite !

Envoyer un commentaire

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.