Wiki Dépêches_Noyau

6
15
mai
2012

Sommaire

Dépêches des sorties du noyau Linux

à des fins d'historique et de suivi des nouveautés

2.6.0

2.6.1

2.6.2

  • [SCTP] Stream Control Transmission Protocol
  • [ACPI] Advanced Configuration & Power Interface
  • [Bluetooth] Communication sans fil
  • [USB]…
  • [XFS] Le système de fichier de IRIX, l'UNIX de Sgi (ex Silicon Graphics)
  • [IRDA] Communication infra rouge
  • [IPV6] La "nouvelle" version du protocole Internet
  • [PCI] pour le "hotplug"
  • http://www.kernel.org/pub/linux/kernel/v2.6/ChangeLog-2.6.2

2.6.3

2.6.4

  • Le support de l'architecture ia32e
  • Un mode tty UTF-8
  • L'allocation dynamique de PTY
  • Le support de sysfs pour les bandes SCSI et les périphériques bluetooth
  • Le support pour un grand nombre de groupes
  • Une infrastructure générique pour les threads du noyau
  • Une réécriture du support HFS
  • Une mise à jour de sécurité pour le pilote DRI R128
  • La base de code pour le support de CPUs hotplug
  • http://www.kernel.org/pub/linux/kernel/v2.6/ChangeLog-2.6.4

2.6.5

2.6.6

  • Modifications des systèmes de fichiers
  • Mise à jour de pilotes de périphériques
  • Intégration du patch "laptop mode"
  • Nouvel algorithme de congestion TCP
  • Intégration du patch de non exécution de la pile.

2.6.7

2.6.8.1

  • Deux nouvelles plateformes ppc32 (e500 et 85xx)
  • Une mise à jour massive de l'architecture MIPS
  • Quelques tonnes de réparations trouvées par sparse (Static Parser, un outil développé par Linus pour trouver les déréférencements de pointeurs user-space dans le noyau)
  • Les pilotes ne sont pas en reste, avec l'arrivée du support du chipset SATA d'nVidia
  • Des mises à jour (bugfixes, optimisations) de différents framebuffers (radeonfb, rivafb, …)
  • Des réparations du sous-système USB (Oopses, nettoyages de code
  • Mises à jour de différents pilotes comme ceux des lecteurs de cartes, cdc-acm (modem GPRS), usblp (imprimantes), contrôleurs (ehci), …).
  • Le 2.6.8.1 a quant à lui un Changelog beaucoup plus réduit: "[PATCH] Fix NFS client screw-up in fcntl f_op removal: Fix stupid thinkos in the fcntl f_op removal code."
  • La méthode de travail trouvée, avec le couple Linus Torvalds / Andrew Morton, fait ses preuves. Linux 2.6 est la branche la plus stable comparativement aux autres au même âge, tellement qu'un nouveau modèle de développement est envisagé, plus de changements dans la branche stable, avec les essais dans la branche -mm (celle d'Andrew Morton), et le 2.7.x n'est pas encore prévu.

2.6.9

2.6.10

2.6.11

Changement de numérotation

2.6.12

  • Le système de développement a légèrement évolué ces derniers mois, avec notamment l'apparition d'une branche 2.6.11.x destinée à proposer des corrections de bogues ou de sécurité urgentes sans modifier le cycle de développement du 2.6.12. Ce nouveau modèle semble avoir connu un assez grand succès, puisque 11 sous-versions sont sorties, qui ont permis de corriger rapidement des failles de sécurité (.9-.11) ou des bogues importants (.8 et le SMP, par exemple). D'autre part, le passage à un logiciel libre (git) pour la gestion des sources semble s'être fait sans trop de soucis. Tout un chacun peut accéder facilement aux sources du noyau en développement en utilisant Cogito, ou bien les parcourir via une interface web.
  • Il y a eu beaucoup de modifications et de corrections de bogues pour ce nouveau noyau, notamment pour les plate-formes ARM, PPC, s390 et les architectures 64 bits, l'USB et la gestion des processeurs à fréquence variable (cpufreq). On notera aussi des améliorations dans UML, beaucoup de travail sur les drivers réseaux (TG3 surtout), sur DVB, le hotplug, le SerialATA, ainsi qu'un gros travail sur la documentation.
  • Le décompresseur du pilote pour les webcams Philips PWC a effectivement dû être retiré des sources. Les webcams Philips sont donc supportés mais de manière limitée en résolution.
  • L'ajout d'un pilote pour les controversées puces de sécurité TPM (présentes entre autres dans les Thinkpad d'IBM)
  • Le support du multipath dans le device mapper pour mieux gérer les E/S des gros serveurs de stockage
  • L'introduction d'aléas dans le choix des espaces d'adresses mémoire lors des allocations, pour rendre plus difficile les attaques par buffer-overflow
  • L'introduction d'une nouvelle limite de ressource (rlimit) pour accorder à certains utilisateurs le droit d'affecter des priorité "nice" négatives à leurs processus (utile par exemple pour les applications audios nécessitant de faible latences)

2.6.13

  • L'inclusion de l'architecture microprocesseur Xtensa pour l'embarqué
  • Inotify qui remplace Dnotify pour surveiller en temps réel les événements concernant le système de fichiers
  • Kexec qui permet lors d'un crash système de charger un nouveau noyau et de démarrer dessus rapidement sans passer par le BIOS
  • Kdump qui facilite l'examen d'un noyau défaillant
  • L'horloge d'interruption (Timer interrupt) est désormais configurable et passe par défaut à 250 Hz au lieu de 1000 Hz pour l'architecture i386
  • CFQ, l'ordonnanceur d'entrées-sorties (IO scheduler) souvent utilisé par défaut dans les distributions, est grandement amélioré avec sa version 3 et supporte maintenant la gestion des priorités
  • Les processeurs de type i386 utilisent désormais le code générique de configuration du bus PCI pour découvrir les ressources éventuelles qui n'auraient pas été configurées par le BIOS
  • Comme annoncé lors du dernier sommet Linux le mode de développement du noyau est maintenant modifié afin de permettre des sorties de versions plus rapides et plus fiables. Les grands changements dans le code se font maintenant uniquement dans les deux semaines suivants la sortie d'une version et le reste du temps est consacré à la correction des bugs et aux tests.

2.6.14

  • L'intégration de FUSE, permettant de disposer de systèmes de fichiers implémentés en espace utilisateur
  • L'intégration de V9FS, un pilote pour le système de fichiers distribué de Plan9
  • L'intégration de RelayFS, un pseudo-système de fichiers permettant le transfert rapide de données entre le noyau et l'espace utilisateur
  • L'intégration du support pour DCCP, un nouveau protocole réseau, situé au même niveau qu'UDP et TCP. Il est orienté datagrammes, comme UDP, mais gère la congestion, comme TCP. Un document de l'IETF apporte de nombreuses précisions sur le sujet
  • Un meilleur mapping des claviers USB pour Apple PowerBook
  • Beaucoup de modifications d'usbnet qui vont ravir tous les utilisateurs de PocketPC. Maintenant, "Linux peux discuter avec divers matériel basé sur WinCE"
  • Une correction permettant d'éviter les crashs sur les systèmes NFS à forte charge (meilleur gestion des inodes)
  • On peut maintenant accéder à des Cartes CF (en PCMCIA sur ARM) lors du boot
  • Une meilleure gestion des cartes son en USB
  • Des mises à jour sur l'ACPI
  • Ajout du pilote HostAP et du pilote ipw2100 et ipw2200
  • Un nettoyage du code
  • Le noyau 2.6.14 est le premier à avoir suivi le nouveau modèle de développement mis en place par Linus à la sortie du 2.6.13. Pour rappel, suite à la sortie d'une version du noyau, des ajouts de fonctionnalités et modifications importantes ne seront acceptés que pendant deux semaines. Au delà de ce délai, et jusqu'à la sortie de la prochaine version, le travail des développeurs sera consacré à la correction de bugs.

2.6.15

  • "Il y a 15 ans que j'ai acheté la machine qui a vu Linux démarrer. Le 2 janvier est une bonne date" dixit Linus Torvalds.
  • Une meilleure gestion des systèmes de fichiers : gestion hiérarchique des points de montage, meilleure gestion des partages, …
  • Gestion du hotplug de nouveaux processeurs, cette option fonctionnait déjà avec les processeurs déjà connus.
  • Un support de l'IPv6 plus proche de la RFC et énormément de correction de bugs.
  • Meilleure gestion du NTFS : la troncature fonctionne maintenant.
  • Correction de bug dans UML (User Mode Linux) qui devrait permettre de corriger certaines segmentation fault au démarrage et autres problèmes d'instabilité.
  • Correction du pilote de souris pour Sun. La souris devrait arrêter de fonctionner de façon lente. Apparemment le tout étant lié à une erreur de nombre de bits dans le protocole de communication.
  • Correction d'un problème dans Netfilter concernant les bridges (apparaissant lors de l'utilisation de plusieurs bridges).
  • Modification de l'usbcore de tel sorte que le suspend / resume soit supporté même si le pilote d'un périphérique ne le supporte pas
  • Correction d'un bug dans la gestion de la température sur les G5 qui entraînait des arrêts intempestifs.
  • Ajout d'un pilote pour gérer les boutons wifi off/ Wifi nommé pilote Wistron pour certains modèle de PC portable.
  • Des corrections de l'ieee80211 et de l'ipw2200 qui sont depuis le 2.6.14 intégrés au noyau.
  • Mise à jour de la table des options pour les PowerBooks.

2.6.16

  • OCFS2, un système de fichiers en cluster créé par Oracle. On pourra trouver plus d'informations sur cette nouvelle fonctionnalité sur http://oss.oracle.com/projects/ocfs2/
  • Ajout de 13 nouveaux appels système pour les plateformes x86 et x86_64 qui vont permettre d'accélérer et de simplifier certaines opérations.
  • Support des processeurs Cell
  • Support de cpufreq et contrôle thermique des dual core pour les G5
  • Amélioration de la gestion de l'énergie pour certains périphériques (ATA, carte son,…)
  • Support IPv6 pour le protocole DCCP
  • Gestion des ACL pour le système de fichiers CIFS
  • Gestion du système de fichiers HFSX, la nouvelle version de HFS d'Apple
  • Support de l'exécution d'exécutables à partir de système de fichiers plan9
  • Ajout du suspend/resume pour les AMD64 GART, ATI et Intel 945GM.
  • Optimisation pour les ppc64
  • La partie réseau de Linux n'a pas non plus été épargnée. Le protocole TIPC pour la communication intra cluster est maintenant géré par Linux.
  • Une nouvelle couche d'abstraction pour netfilter a été mise en place, cette table contient maintenant l'ensemble : ip, ip6 et arp, elle remplace les 3 tables ip_tables, ip6_tables et arp_tables. Enfin une meilleure gestion de la sécurité pour Ipsec a été mis en place.
  • De nouveaux périphériques sont maintenant supportés :
  • Les appareils photos : Nikon CoolPix 2000,Olympus MAUSB-10, SONY DSC-T5 et Fujifilm DPC-R1
  • Les modems USB basé sur le chipset ADI eagle-usb (pillote ueagle-atm remplaçant de eagle-usb) :
  • Les cartes réseaux : basées sur le chipset Marvell Yukon2 (expérimental), intel ixp2000, e1000.
  • Les cartes sons : CS5535, M-Audio Revolution 5.1

2.6.17

  • Support des CPU multicoeurs Niagara de Sun
  • Support du chipset wifi Broadcom 43xx utilisé dans les portables (en particulier l'Airport Extreme dans les iBook/Powerbook)
  • L'optimisation de l'image du noyau au démarrage sur les x86 : en fonction de l'architecture processeur sur lequel il doit s'exécuter, le noyau remplacera une partie de son binaire par des macros assembleur optimisées. Le but d'étant d'avoir qu'une seule image pour toutes les variantes de x86 et non des images pour 386,486,586,686,k7,…
  • Un nouvel ordonnanceur optimisé pour les processeurs multicoeurs.
  • splice(), un nouvel appel système qui envoie des données entre deux descripteurs de fichiers.
  • sync_file_range(), un nouvel appel système permettant de mieux contrôler le moment où les données modifiées dans les fichiers sont écrites physiquement.
  • Le support du protocole H.323 (utilisé en audio et visioconférence) dans iptables

2.6.18

  • Lockdep : un outil de debugging qui permet de s'assurer que les verrous logiciels (lock) ne conduisent pas à une réservation infinie de la ressource.
  • Priority inheritance : un outil noyau qui permet aux applications en espace utilisateur d'avoir un comportement plus déterministe. C'est utile pour le temps réel.
  • SMPnice : un moyen d'augmenter et de diminuer la priorité de certains processus sur une machine multiprocesseurs.
  • SATA : Une grosse refonte de l'infrastructure Serial ATA est disponible dans le noyau 2.6.18. Cela autorise le branchement à chaud (hotplug) et le réordonnancement des commandes (NCQ). De plus les performances et la gestion des erreurs sont bien meilleures.
  • CFQ : L'ordonnanceur par défaut des entrées/sorties est maintenant CFQ (Complete Fair Queuing) qui permet de gérer les priorités entre les processus.
  • Secmark : Un outil utile à l'infrastructure de sécurité SELinux puisqu'il permet de marquer les paquets entrants afin d'augmenter la sécurité.
  • Gestion de l'énergie : l'ordonnanceur des processus est maintenant capable de gérer plus finement la gestion de l'énergie sur les machines ayant plus d'un processeur.
  • Beaucoup d'autres choses sont présentes dans le noyau 2.6.18 ainsi que des corrections de bugs, des ajouts de pilotes, etc.

2.6.19

« Bien plus de 5000 patchs venant de plus de 600 contributeurs différents ! Et ces statistiques valent uniquement pour la RC1 car à partir de la RC2 il y a eu un nettoyage d'une API (Interface de programmation) du noyau afin de la rendre plus propre et plus logique ce qui a provoqué la modification supplémentaire d'un grand nombre de pilotes (plus de 1100 fichiers nettoyés).
On voit donc que les développeurs Linux restent fermes dans leurs convictions : pas question pour l'instant d'ouvrir une branche 2.7 car le système incrémental actuel fonctionne bien. Pas question, non plus, de faire des compromis sur la propreté des API internes du noyau. Si les mainteneurs de pilote externes ne veulent pas intégrer le noyau, ils devront adapter leur code eux-mêmes. »

  • GFS2, le système de fichier pour cluster qui est concurrent du système OCFS2 d'Oracle, est maintenant disponible.
  • Ext4 commence le début de son existence dans le noyau en tant que système de fichier expérimental (à ne pas utiliser si vous ne voulez pas prendre de risques).
  • eCryptfs est une surcouche au-dessus des autres systèmes de fichiers qui permet de chiffrer/déchiffrer les données de façon souple et intuitive.
  • La nouvelle version de Linux propose également le sous-système libata pour les pilotes des disques utilisant la norme PATA (Parallel ATA).
  • Dans le domaine du son de nombreux pilotes OSS sont éliminés du noyau (ce qui représente près de 1.8 Mo en moins) au profit des pilotes ALSA.
  • Une nouvelle architecture CPU (ATMEL AVR32) est ajoutée dans cette version du noyau Linux.
  • La procédure de Read-Copy-Update (RCU) est maintenant préemptible.
  • Une API d'annonce des contraintes de latence est maintenant présente.
  • La fonction de mise en veille (software suspend) est améliorée par l'ajout d'un mode de lecture mémoire asynchrone (ce qui permet d'augmenter la vitesse de réveil de la machine).
  • L'architecture x86-64 supporte maintenant l'ajout à chaud de processeurs et de barrettes mémoire.
  • Les systèmes de fichiers formatés en FAT (clés USB et autre) peuvent êtres montés avec l'option -o flush ce qui permet une amélioration des débits au détriment de la robustesse.
  • L'algorithme de gestion de la congestion des réseaux TCP est maintenant CUBIC. L'ancien algorithme (BIC) avait été introduit dans le noyau 2.6.7 et CUBIC permet un gain significatif.
  • Une infrastructure permettant de "marquer" les paquets réseau est maintenant en place. Afin de répondre au besoin de paquet labeling le sous-système Netlabel a été ajouté au noyau 2.6.19. Cela va permettre de tagguer les paquets de façon cohérente en respectant la norme CIPSO (qui est en passe de devenir un standard des réseaux sécurisés).
  • Le support d'un nombre très important de nouveaux périphériques est ajouté au noyau (vidéo, USB, réseau, son, ATA, SCSI…etc etc)

2.6.20

  • La principale innovation de la version 2.6.20 est l'intégration de la technologie de virtualisation KVM dans le noyau. C'est la première fois qu'une telle technologie est acceptée dans la branche principale (mainline) car ses concurrents (Xen et autres) sont des patchs externes.
  • Une option de fonctionnement du noyau à 300 Hz a été ajoutée. Elle permet d'obtenir des nombres entiers quand on la divise par le nombre d'images par seconde des vidéos PAL ou NTSC.
  • Le support du protocole UDP-Lite est ajouté dans le noyau. UDP-Lite est spécialement adapté pour le transport en streaming des flux média.
  • Toujours en ce qui concerne le réseau on note que DCCP supporte maintenant l'infrastructure de sécurité SELinux ce qui permet un contrôle plus fin.
  • Les bus SCSI peuvent maintenant être scannés de façon asynchrone ce qui améliore la vitesse de démarrage.
  • Le système permettant d'observer les entrées/sorties (I/O Accounting) est largement modifié pour améliorer sa précision.
  • Le système de fichier pour cluster GFS2 (introduit dans le noyau précédent) est largement amélioré. Le gestionnaire des verrous (lock manager) supporte maintenant les connections TCP.
  • La couche générique HID n'est plus réservée seulement aux pilotes des périphériques USB et accepte maintenant d'autres protocoles (Bluetooth…etc).
  • Le mécanisme de Workqueue est largement modifié afin de réduire drastiquement son empreinte mémoire. Cela a conduit à des modifications de l'API et à des corrections à travers tout le noyau. Workqueue est utilisé pour gérer les processus afin de les "endormir" et les "réveiller" après un intervalle de temps spécifié.
  • Le travail d'annotation du code du noyau continue afin de permettre le travail de sparse. Cet outil, écrit à l'origine par Linus Torvalds, utilise des annotations sémantiques présentes dans le code pour faire une analyse des erreurs potentielles lors de la compilation (pointeurs mémoires, verrous…etc).
  • Pour améliorer encore la qualité et la robustesse du noyau une infrastructure d'injection d'erreur a été ajoutée.
  • Un nettoyage des fichiers de header de Linux a été effectué. Cela diminue le nombre d'includes afin d'accélérer la compilation du noyau.
  • Comme d'habitude énormément de pilotes sont améliorés, corrigés ou ajoutés. Il est impossible de tous les citer mais, à titre d'exemple parmi d'autres, on peut noter l'intégration du pilote "usbvision" qui permet le support générique de plus de cinquante webcams USB.

2.6.21

  • L'introduction des technologies clockevents et dyntick.
  • La technologie de virtualisation KVM continue de progresser à grande vitesse et la version 15 fait son apparition.
  • Une couche de gestion unifiée a été introduite dans le noyau 2.6.21 afin de gérer les processeurs sonores embarqués : ASoC (ALSA System on Chip) layer.
  • Une couche générique unifiée de gestion des machines virtuelles à base d'hyperviseurs est présente dans le noyau 2.6.21
  • La ligne de commande du noyau qui était limitée en dur lors de la compilation à 256 octets sur x86 est maintenant allouée dynamiquement.
  • Une nouvelle API est mise à disposition des auteurs de pilotes. Cette API porte le nom de "devres" (pour device resource management) et elle va permettre d'écrire un code plus sûr et plus robuste.
  • Le drapeau permettant de marquer les noyaux "souillés" (taint flag) a été ajouté pour les applications en espace utilisateur.
  • IPSEC permet maintenant de créer des tunnels de type "IPv4 over IPv6" ou "IPv6 over IPv4". De plus l'algorithme de chiffrement symétrique Camellia a été ajouté au noyau et il peut être utilisé avec IPSEC.
  • Comme d'habitude une multitude d'autres ajouts, modifications, corrections et nouveaux pilotes font leur apparition dans ce noyau 2.6.21. Pêle-mêle, on trouve le support des processeurs PA6T évoqués dans cette dépêche ; les Blackberry peuvent maintenant se recharger par le port USB ; le support du Cell (PS3) est largement amélioré ; le système de fichier Minix V3 peut être monté (seulement en read only pour l'instant) ; introduction d'une nouvelle API binaire USBmon qui utilise moins de ressource que l'API texte existante ; support des baies modulaires des portables IBM ou Dell… etc etc.
  • En ce qui concerne les futures versions du noyau, une nouveauté très attendue est l'introduction de la nouvelle pile réseau wifi (d80211).
  • Alors finalement peut-être que le "Rotating Staircase Deadline Scheduler" ne sera pas intégré au prochain noyau !
  • En effet Ingo Molnar a proposé un concurrent : http://lkml.org/lkml/2007/4/13/180
  • Cette fois-ci c'est le Modular Scheduler Core and Completely Fair Scheduler et il semble encore plus prometteur que le bébé de Kon Colivas (il a d'ailleurs utilisé quelques idées de RSDL).

2.6.22

  • Le noyau 2.6.22 inclut une toute nouvelle couche wifi plus propre et plus performante.
  • On trouve également une couche Firewire complètement réécrite afin d'avoir un code plus petit, plus simple et plus maintenable, tout en conservant la compatibilité au maximum avec l'existant.
  • Le mécanisme eventfd de notification des évènements est inclus dans cette version 2.6.22.
  • Le noyau Linux accueille une nouvelle architecture de processeur. Blackfin est un microprocesseur à architecture RISC développé par Intel et Analog Devices, Inc (ADI) pour le marché de l'embarqué.
  • Une partie importante du noyau Linux est son allocateur de mémoire (qui s'occupe de garder en cache de nombreux objets de différentes taille afin de permettre d'allouer la mémoire de façon efficace et rapide). Cet allocateur se nomme SLAB (il existe également une autre version, nommée SLOB, pour l'embarqué) et son code est complexe au point de décourager les contributions. La version 2.6.22 introduit un tout nouvel allocateur de mémoire (portant le nom poétique de SLUB) dont le code est beaucoup plus simple tout en étant plus performant (de 5 à 10%).
  • UBI (Unsorted Block Images) est un tout nouvel outil présent dans cette version de Linux et qui permet de gérer les périphériques à base de mémoire NAND flash. C'est en quelque sorte un équivalent de LVM mais spécialisé dans la mémoire flash.
  • L'ordonnanceur CFQ (Complete Fair Queuing) qui s'occupe de gérer les entrées/sorties a été largement amélioré dans la nouvelle version du noyau Linux.
  • L'interface utimensat a été ajoutée afin de permettre une précision du niveau de la nanoseconde dans les timestamps des systèmes de fichiers. Jusqu'ici l'interface utimes ne proposait qu'une précision limitée à la microseconde.
  • Le support des sous-types de systèmes de fichiers a été introduit dans le nouveau noyau Linux. Il permet de distinguer facilement les divers système de fichiers en espace utilisateur (basés sur FUSE).
  • Dans la perspective d'une refonte future du code pour obtenir plus de stabilité et de rapidité, les fonctions d'hibernation (suspend to disk) et de veille (suspend to RAM) ont été séparés.
  • Dans le domaine des réseaux TCP de nouveaux algorithmes de gestion des problèmes de congestion ont étés introduits. On note l'implémentation de YeAH-TCP et celle de TCP-Illinois.
  • Comme d'habitude un grand nombre de pilotes ont été ajoutés ou améliorés dans ce nouveau noyau Linux (par exemple le pilote IVTV qui permet le support des cartes TunerTV + compression MPEG de marque Connexant)

2.6.23

  • Le noyau 2.6.23 incorpore l'ordonnanceur CFS créé par Ingo Molnar (et incorporant des idées de Kon Colivas). CFS remplace le précédent ordonnanceur des processus qui a bien servi puisqu'il était apparu dans le noyau 2.5.2-pre10 en janvier 2002.
  • L'appel système fallocate() a été implémenté dans ce nouveau noyau et, à l'heure actuelle, les systèmes de fichier ext4 et ocfs2 l'utilisent. Cet appel système permet de pré-allouer de l'espace sur le disque lors de l'enregistrement d'un fichier.
  • Le patch implémentant la fonction de lecture spéculative à la demande (On-demand readahead) a été incorporé. La lecture spéculative permet le chargement à l'avance dans la mémoire du contenu d'un fichier que le noyau est en train de lire.
  • Une partie de la technologie de virtualisation Xen fait son entrée dans le noyau Linux 2.6.23. Bien qu'étant intégrée en tant que patch dans plusieurs noyaux de distributions, Xen ne faisait jusqu'à présent pas partie du noyau officiel (mainline). Maintenant il est possible de démarrer au sein d'un environnement paravirtualisé par dessus l'hyperviseur Xen (c'est donc juste le support du mode Guest qui fait son entrée).
  • L'environnement de support des pilotes en espace utilisateur UIO a été intégré au noyau.
  • Comme évoqué plus haut dans le mail de Linus à l'occasion de la RC-1 on notera que la très importante fonction sendfile() est maintenant exécutée en interne par l'appel système splice().
  • Bien entendu, de nombreuses autres nouveautés sont présentes et un grand nombre de pilotes font leur entrée dans cette version 2.6.23 du noyau. On peut citer en vrac le passage de SLUB (introduit dans le noyau précédent) comme allocateur de mémoire par défaut, le support complet de la carte son de la Playstation 3 ou du gamepad de la Xbox360, L'inclusion du patch anti-fragmentation de la mémoire vive ou des premiers pilotes utilisant la nouvelle pile Wi-Fi mac80211, la réécriture complète du code d'initialisation de l'architecture x86…etc etc.

2.6.24

  • La fonction d'ordonnancement de groupe, qui a été évoquée lors de la sortie du précédent noyau, est maintenant intégrée dans cette version.
  • Pour permettre, entre autre, l'ordonnancement de groupe le noyau 2.6.24 propose l'infrastructure Control Group. Elle permet de définir de façon très générique des groupes de contrôle (ou cgroups) afin de gérer les ressources disponibles de la machine et de définir des quotas d'utilisation.
  • L'unification des architectures i386 et x86-64 est réalisée pour la première fois au sein du noyau 2.6.24.
  • Un changement concernant les entrées/sorties de type scatter/gather a provoqué quelques soucis dans le nouveau noyau. La technique de scatter/gather permet d'utiliser un seul appel système pour écrire séquentiellement des données depuis plusieurs tampons mémoires ou pour lire des données dans plusieurs tampons mémoires.
  • Le support de l'espace de noms pour les processus fait son entrée dans le nouveau noyau.
  • L'interface Virtio qui permet de proposer aux différentes solutions de virtualisation une couche commune pour gérer les entrées/sorties a été développée par Rusty Russell et le patch a été inclus
  • La gestion dynamique des tranches de temps pour l'architecture x86-64 et pour l'architecture PPC fait maintenant partie du code du noyau
  • Le support de la norme Secure Digital Input Output fait son entrée au sein du code permettant de gérer les cartes mémoires MMC et SD.
  • L'infrastructure Kernel Markers est maintenant en place.
  • Une autre nouveauté de ce noyau est le mécanisme d'autorisation des périphériques USB. Dans un futur proche la nouvelle norme Wireless USB (c'est à dire le branchement des périphériques par ondes radio) va faire son apparition. Cela pose évidemment un problème de sécurité nouveau qu'il faut résoudre dès maintenant.
  • Le patch permettant le réglage intelligent de la vitesse d'écriture a été intégré.
  • Outre les nouveautés décrites ci-dessus, une multitude d'autres nouveautés sont présentes dans ce noyau.
  • De très nombreux pilotes Wi-Fi utilisant la nouvelle pile mac80211 (introduite dans le 2.6.22) entrent enfin dans la branche principale.
  • Après la correction de quelques problèmes de jeunesse le nouvel allocateur de mémoire SLUB, inclus dans le noyau 2.6.22, a été optimisé par Christoph Lemeter.
  • Pour des raisons de sécurité il n'est plus possible de charger des modules à chaud par l'intermédiaire de l'interface LSM. Les modules de sécurité devront donc être inclus lors de la compilation du noyau.
  • Toujours dans le domaine de la sécurité l'algorithme de chiffrement symétrique SEED, très répandu en Corée, est inclus dans le noyau.
  • L'allocation de port pour les protocoles UDP et SCTP se fait maintenant de façon non prévisible comme c'était déjà le cas avec TCP et ce afin de renforcer la sécurité.
  • Les disques SATA utilisent désormais par défaut la gestion de l'économie d'énergie par ACPI (même si le commentaire lapidaire et humoristique du commit laisse craindre le pire ;-)
  • Le patch LRO (Large receive offload) permet d'agréger les multiples paquets TCP reçus en un seul gros paquet ce qui permet de réduire le travail de la pile réseau et donc d'augmenter les performances de la machine.
  • L'API de la couche d'abstraction des systèmes de fichiers (VFS) a été modifiée afin d'éviter un risque d'interblocage. Les mainteneurs de systèmes de fichiers qui ne sont pas dans la branche principale de Linux vont devoir, à moyen terme, adapter leur code.
  • Le système de fichiers CIFS inclus dans le noyau devient compatible avec les listes de contrôle d'accès (ACL).
  • Il est maintenant possible d'utiliser la fonction de multiplicateurs de ports de la norme SATA. Cela permet à plusieurs disques d'utiliser simultanément le même port SATA.

2.6.25

  • Le module SMACK (Simplified Mandatory Access Control Kernel) a été ajouté au noyau 2.6.25 afin d'offrir une alternative simplifiée à SELinux.
  • Le mécanisme de Read-copy update a été significativement amélioré afin de pouvoir répondre aux exigences du temps réel.
  • Toujours dans le domaine du temps réel plusieurs avancées sont apportées par le nouveau noyau 2.6.25. L'ordonnanceur CFS a été rendu plus agressif dans le déplacement des processus entre les coeurs de calcul.
  • La mesure de la consommation mémoire des processus a été raffinée par l'introduction de plusieurs patchs de Matt Mackall.
  • Le système de fichier Ext4 continue d'être amélioré afin de pouvoir, dans quelques mois, être activé par défaut dans toutes les distributions Linux.
  • L'implémentation des verrous tournants a été revue. Jusqu'à présent ce système de "spinlock" permettait à un processus léger de tourner dans une boucle infinie en attendant patiemment que le verrou sur la ressource auquel il voulait accéder soit libéré.
  • Le support des bus de données de type CAN (Controller Area Network) a été ajouté au noyau 2.6.25
  • Les patchs permettant à l'outil LatencyTOP de fonctionner sont maintenant intégrés dans la branche principale du noyau Linux.
  • Le noyau 2.6.25 permet de gérer l'utilisation de la mémoire dans des containers.
  • Davide Libenzi, l'auteur du mécanisme de notification eventfd, a retravaillé l'API du l'appel système timerfd. Ce dernier avait été introduit dans le noyau 2.6.22 mais immédiatement désactivé dès le noyau suivant pour cause d'interface mal conçue
  • Outre les nouveautés décrites ci-dessus, une multitude d'autres nouveautés sont présentes dans ce noyau.
  • La régulation thermique proposée par la norme ACPI 2.0 est dorénavant complètement implémentée
  • Le noyau 2.6.25 voit, pour la première fois, l'inclusion des pilotes 2D pour les cartes AMD Radeon de type R500.
  • La mise en veille ou en hibernation des systèmes ayant une carte Intel i915 fonctionne désormais correctement.
  • De nombreux pilotes OSS de cartes son (comme par exemple i810_audio ou via82cxxx_audio) ont été supprimés du noyau car ils ont été remplacés par des pilotes utilisant l'architecture ALSA.
  • L'algorithme de chiffrement de flux proposé par Daniel J. Bernstein, Salsa20, est ajouté à la pile cryptographique du noyau. On note également l'inclusion de l'algorithme de compression de données LZO qui est conçu pour être particulièrement rapide lors de l'opération de décompression.
  • Le protocole réseau ISATAP est maintenant intégré dans le noyau 2.6.25.
  • Le travail de fusion des fichiers de la nouvelle branche arch/x86 continue (plus de 1200 changements depuis le noyau 2.6.24).
  • Les exécutables de plus de 2 Go sont maintenant utilisables par le noyau.
  • Après Ext3 et Ocfs2 c'est au tour du système de fichiers XFS de devenir compatible avec le nouvel appel système fallocate() ayant été décrit dans le compte-rendu du noyau 2.6.23.
  • Le test des fonctions de mise en veille ou d'hibernation est rendu enfantin dans le nouveau noyau du fait de l'introduction d'une infrastructure spécialisée.
  • Une nouvelle architecture fait son entrée dans le noyau. Il s'agit des processeurs Panasonic 32 bits de la série MN103 qui sont utilisés dans le monde de l'embarqué (lecteurs de disques, systèmes de navigation, machines à laver…etc).
  • De même les SoC (System On Chip) de type Orion, qui sont largement présents dans les disques durs reliés par le réseau (network-attached storage), sont maintenant parfaitement gérés par le nouveau noyau 2.6.25.
  • Dans la grande tradition libriste de support des matériels anciens on peut noter que le noyau 2.6.25 gère maintenant officiellement les lecteurs propriétaires GD-ROM présents dans les consoles de jeu Sega Dreamcast.
  • Diverses fonctionnalités de sécurité issues de la branche exec-shield maintenue par Ingo Molnar font leur entrée dans le noyau officiel. On peut citer, pour l'architecture x86, la randomisation de la pile ou encore celle des exécutables. Comme cette mesure de sécurité empêche quelques vieux logiciels de fonctionner il faut explicitement décocher l'option CONFIG_COMPAT_BRK pour qu'elle soit effective.

2.6.26

  • Le support de PAT (Page Attribute Table) a été ajouté
  • Le noyau 2.6.26 corrige une faiblesse sur la fonction mount --bind. Cette fonction permet très facilement de monter une arborescence sur un second point de montage.
  • Le patch implémentant la notion de bit de sécurité par processus a été ajouté.
  • Étant donnée l'inclusion dans le noyau précédent du module de sécurité SMACK il faut maintenant gérer la cohabitation avec SELinux qui est l'autre module existant dans la branche principale. Un nouveau paramètre de boot fait donc son apparition pour savoir quel module doit être chargé par LSM (Linux Security Modules)
  • Toujours dans les paramètres de boot il est maintenant possible de tester la mémoire lors du démarrage de la machine.
  • Le débogueur kgdb a été finalement intégré.
  • L'implémentation des sémaphores a été radicalement simplifiée dans le noyau.
  • Le début du support des réseaux en maille (Mesh networking) fait son entrée dans le noyau.
  • Les périphériques PCI Express sont maintenant capables d'utiliser la fonction Active State Power Management (ASPM)
  • Concernant les disques durs traditionnels le système de fichiers Ext4 continue sa longue marche vers la stabilité afin de pouvoir sortir de son statut expérimental.
  • Un support basique des lecteurs d'écran en braille a été intégré directement dans le noyau.
  • L'outil intégré de virtualisation KVM fonctionne désormais sur les architectures IA64, PPC et S390 alors qu'auparavant il était limité aux x86 et x86-64.
  • La fonction d'ordonnancement de groupe, introduite dans le noyau 2.6.24, voit ses fonctions de support du temps réel améliorées.
  • Il est désormais possible de faire de la traduction d'adresse réseau (NAT) avec les protocoles UDP-Lite, DCCP et SCTP.
  • Plusieurs patchs complètent le support de l'espace de noms pour les interfaces réseaux.
  • La possibilité d'exécuter des binaires de SunOS et de Solaris a été supprimée.
  • On peut maintenant attacher des périphériques IDE à chaud.
  • Les processeurs de type Sun Niagara ont maintenant le support NUMA (Non Uniform Memory Access).
  • Le noyau intègre maintenant divers pilotes spécifiques au portable Asus eeepc: le pilote global contrôle les hotkeys, le réseau et la caméra; le pilote écran s'occupe du rétroéclairage et le pilote hardware contrôle le ventilateur.
  • Comme il était annoncé dans cette dépêche un grand nombre de patchs supprimant des appels au verrou global du noyau sont d'ores et déjà programmés pour inclusion.
  • Une grande réorganisation du répertoire arch/ppc est prévue avec la suppression d'une grande partie du code au profit d'une organisation plus générique.
  • Le système de fichiers UBIFS qui est spécialisé pour les disques SSD fait l'objet d'une revue de code à la demande des ingénieurs de Nokia pour une future inclusion dans le noyau. Comme le résultat semble positif il est presque certain qu'UBIFS va intégrer le 2.6.27.
  • L'outil ftrace permettant de suivre les appels système d'une commande donnée en paramètre est programmé pour faire son entrée et va améliorer les possibilités offertes pour contrôler le fonctionnement du noyau.
  • Il subsiste des problèmes techniques qui empêchent l'inclusion d'utrace dans la branche principale de Linux et cela bloque donc également l'entrée d'une partie des fonctionnalités de SystemTap.

2.6.27

  • Le contrôle d'intégrité des périphériques en mode bloc fait son apparition
  • Le système de fichiers UBIFS a été ajouté au noyau 2.6.27.
  • L'infrastructure ftrace (function tracer) permettant de suivre les appels système d'une commande donnée en paramètre est entrée dans le noyau.
  • Une implémentation libre du système de fichiers OMFS a été acceptée.
  • La technologie de cache de page sans verrou fait son apparition dans le nouveau noyau et permet d'augmenter significativement les performances et la montée en charge.
  • En parlant de verrou le travail d'éradication du verrou global (BKL) qui avait été évoqué dans une précédente dépêche commence à porter ses fruits dans le noyau.
  • Une toute nouvelle infrastructure de gestion de la mise en veille/hibernation est présente dans le noyau 2.6.27.
  • Toujours dans le domaine de la mise en veille/hibernation le patch basé sur Kexec a été inclus dans le noyau 2.6.27 à titre de solution alternative.
  • La pile réseau a été profondément modifiée pour permettre le support des queues multiples.
  • Du côté du système de fichiers Ext4 le travail continue et le remplacement officiel d'Ext3 dans nos machines se rapproche.
  • L'ajout du pilote GSPCA qui regroupe le support d'une multitude de webcams fait son entrée.
  • De nombreux pilotes présents dans le noyau 2.6.27 ont été modifiés afin d'utiliser le chargeur de micrologiciel (firmware).
  • La fonction de hachage du consortium européen RIPE fait son entrée dans le code cryptographique du noyau. Les algorithmes RIPEMD-128, RIPEMD-160, RIPEMD-256, et RIPEMD-320 sont maintenant disponibles.
  • Alors que le noyau précédent avait vu le retrait de la possibilité d'exécuter des binaires Solaris c'est maintenant la couche de compatibilité avec le système SGI IRIX qui a été enlevée (avec un patch intitulé "IRIX: Goodbye and thanks for all the fish").
  • Les processeurs de type x86-64 peuvent maintenant utiliser une taille de page de 1Go (en plus des tailles habituelles de 4Ko et 2Mo). Cette gestion des hugepages permet de moins solliciter le TLB (Translation lookaside buffer) puisque le cache du TLB peut gérer une plus grande quantité de mémoire. Les applications de bases de données devraient en tirer un bénéfice important.
  • L'outil LatencyTOP (évoqué dans ce journal) peut désormais fonctionner sur les processeurs de type ARM. Un autre patch ajoute également le support des PowerPC.
  • Dans la même veine le débogueur intégré dans le noyau 2.6.26 (et qui n'était compatible qu'avec les architectures x86 et SPARC) peut maintenant fonctionner avec les architectures ARM et PowerPC.
  • Comme indiqué par Linus dans ses mails d'annonce des versions candidates il est désormais possible d'installer le noyau mainline sur des machines à 4096 processeurs
  • L'infrastructure de test du mécanisme RCU (Read-Copy-Update), qui peut être activée par l'option CONFIG_RCU_TORTURE_TEST, a été améliorée. Paul E. McKenney, qui est l'auteur de rcutorture, a investi beaucoup de temps dans les divers patchs afin de rendre son outil plus agressif et plus complet dans ses tests.
  • Après un travail de longue haleine les processeurs de type IA64 (Itanium) sont maintenant compatibles avec l'interface unifiée de virtualisation paravirt_ops.
  • L'arrivée dans le noyau des premiers patchs permettant le support des futurs processeurs Power7 a provoqué pas mal de spéculations. Que ce soit le travail du noyau ou celui effectué dans binutils, la simple lecture du code soumis permet d'en savoir un peu plus sur la future bête de course d'IBM et sur son unité vectorielle VSX.
  • Enfin vous serez sûrement contents d'apprendre que le noyau 2.6.27 vous permet maintenant d'ajouter et d'enlever à chaud des barrettes de mémoire vive sur votre petit mainframe S390 personnel (prix d'entrée de gamme aux alentours de 100.000 $).

2.6.28

  • Le gestionnaire de mémoire pour cartes graphiques GEM (Graphics Execution Manager) est finalement entré dans le noyau.
  • La version 2.6.28 de Linux propose une nouvelle infrastructure de gestion des domaines réglementaires des réseaux sans fil.
  • Le noyau 2.6.28 améliore grandement la capacité de montée en charge (scalability) de la gestion de la mémoire.
  • Toujours dans le domaine de la gestion de la mémoire le développeur Nick Piggin a procédé à la modification de la fonction vmap() afin de mieux tirer parti des systèmes multiprocesseurs.
  • La pile réseau du nouveau noyau Linux supporte maintenant la norme UWB (Ultra wideband).
  • Le système de fichiers Ext4, en développement depuis longtemps, a maintenant été jugé suffisamment stable pour ne plus être marqué par le statut "en cours de développement" qui le caractérisait depuis le noyau 2.6.19 (novembre 2006).
  • Le système de fichiers Ext4, en développement depuis longtemps, a maintenant été jugé suffisamment stable pour ne plus être marqué par le statut "en cours de développement" qui le caractérisait depuis le noyau 2.6.19 (novembre 2006).
  • L'infrastructure de traçage de bas niveau a été intégrée dans le noyau 2.6.28.
  • Avec le noyau 2.6.28 il est maintenant possible de "congeler" des groupes de processus afin, par exemple, de gérer des ensembles de batchs sur un cluster.
  • Le patch des timers haute résolution avec fenêtre temporelle (Range hrtimers) est entré dans le noyau 2.6.28.
  • La couche en mode bloc du noyau Linux 2.6.28 a été largement améliorée en prévision de l'arrivée des disques SSD.
  • Un nouveau fichier sysfs fait son apparition.
  • Le générateur de nombres pseudo-aléatoires (PRNG en anglais) de type ANSI X9.31A.2.4 fait son entrée dans la couche cryptographique du noyau.
  • Le noyau 2.6.28 se dote d'un visualiseur de boot puisqu'il est désormais possible, si le noyau est compilé avec CONFIG_BOOT_TRACER, de générer des images au format SVG afin de visualiser tous le processus de boot.
  • L'implémentation générique des verrous d'exclusions (mutex) a été optimisée par Nick Piggin. Le gain est relativement conséquent puisque sur un lock/unlock on passe de 590 cycles processeur à seulement 203 (testé sur un processeur PowerPC 970).
  • Les pilotes graphiques Intel et AMD ne déclencheront plus des interruptions en permanence ce qui réveillait le processeur et dépensait inutilement de l'énergie.
  • Phonet, le protocole par paquets créé par la firme Nokia, est entré dans le noyau.
  • Le pilote ath5k des cartes wifi Atheros est maintenant capable de gérer les réseaux maillés (mesh network).
  • Tous les pilotes Video4Linux2 ont été modifiés afin que l'utilisation de la fonction open() ne pose plus un verrou global.
  • Dans le cadre du projet Linux-Tiny divers patchs destinés à réduire la taille du noyau ont été soumis par Thomas Petazzoni (qui est également modérateur sur LinuxFR).
  • Le mécanisme des entrées-sorties asynchrones peut maintenant ne plus faire partie du noyau ce qui permet à ceux n'ayant pas l'utilité de ce mécanisme de compiler leur noyau sans cette fonction.

2.6.29

  • Le système de fichiers de nouvelle génération Btrfs est entré dans le noyau officiel 2.6.29 afin de faciliter son développement et d'accélérer sa maturation.
  • Aux côtés de Btrfs un autre système de fichiers fait son entrée dans le noyau 2.6.29. Il s'agit de Squashfs qui occupe la niche des systèmes compressés et en lecture seule.
  • Après l'entrée du gestionnaire de mémoire pour cartes graphiques GEM dans le noyau précédent c'est maintenant KMS (kernel-based mode-setting) qui arrive dans le nouveau noyau 2.6.29.
  • Dans le domaine de la sécurité une nouveauté importante est l'ajout de "crochets" (hooks) dans LSM afin de permettre l'arrivée des modules de sécurité basés sur le chemin (pathname-based).
  • Le mécanisme de RCU (Read-Copy update) devient hiérarchique dans le nouveau noyau
  • Il est maintenant possible de "geler" un système de fichiers afin de faire une sauvegarde.
  • Une pile réseau supportant la technologie WIMAX est désormais incluse dans le noyau Linux 2.6.29.
  • La gestion des informations de sécurité sur les processus (credentials records) a été profondément réorganisée.
  • La couche SCSI du noyau est maintenant compatible avec les périphériques de type Fibre Channel sur Ethernet (FCoE) grâce à la nouvelle bibliothèque libfc.
  • La pile Wi-Fi mac80211 du noyau est désormais capable de prendre en charge le mode Wireless Access Point.
  • Le système de fichiers Ext4 (détaillé dans un article du site developerWorks d'IBM) possède désormais, grâce aux développeurs de Google, une option permettant de ne pas utiliser de journal.
  • Il est maintenant possible de faire des sommes de contrôle sur les métadonnées du système de fichiers ocfs2.
  • La solution de chiffrement de fichiers eCryptfs, incluse depuis le noyau 2.6.19, peut désormais chiffrer les noms des fichiers et non plus uniquement leur contenu.
  • Après la technique de TSO (TCP segmentation offload) qui permet aux cartes réseaux de décharger le processeur de certaines tâches concernant la génération de paquets c'est au tour de LRO (Large receive offload) de faire son entrée dans le noyau.
  • Les divers pilotes de la plate-forme Androïd de Google font leur entrée dans la branche -staging
  • Le système de fichiers spécialisé dans la mémoire Flash UBIFS possède désormais des options de compression lors du montage.
  • Le code gérant les périphériques USB On-The-Go (c'est à dire les périphériques USB pouvant négocier pour échanger les rôles de maîtres/esclaves) a été largement factorisé.
  • Le système de fichiers virtuels sysfs (destiné à exporter vers l'espace utilisateur des informations concernant les périphériques du système) peut maintenant être utilisé pour savoir si le disque est de type rotatif ou pas.
  • Le noyau 2.6.29 introduit le début du support pour la console Pandora (basée sur un coeur ARM et DSP). Plus généralement le dernier noyau propose beaucoup d'améliorations sur l'architecture ARM (support du Cortex-A9, du SoC S3c24a0 et de bien d'autres encore).
  • La mémoire flash de type LPDDR (Low power double data rate) est prise en charge par le noyau 2.6.29. Ce nouveau type de mémoire (aussi nommé Mobile-DDR) est destiné aux appareils sur batterie (téléphones et autres) qui peuvent ainsi profiter d'un débit atteignant 667 Mo/s sur un bus 16 bits.
  • Comme cela avait été fait en son temps pour les architectures x86 et x86-64 une unification a eu lieu au sein des répertoires sources du noyau. Cette fois ce sont les architectures SPARC et SPARC64 qui sont unifiées
  • Du côté de l'interface ieee1394 (plus connue sous le nom commercial de Firewire utilisé par Apple) les périphériques ayant un taux maximum de transfert de 1600 Mbits/s et 3200 Mbits/s sont maintenant pris en charge alors que la limite précédente se situait à 800 Mbits/s.

2.6.30

  • La "grosse affaire" du noyau 2.6.30 a été incorporation de diverses améliorations dans les systèmes de fichiers Ext3 et Ext4 et le changement l'option de montage par défaut d'Ext3.
  • Le système de fichiers NILFS (un acronyme qui signifie New Implementation of a Log-structured File System) est entré dans le noyau 2.6.30.
  • Le second système de fichiers à intégrer la branche principale est Exofs (Extended Object File System).
  • Décidément le noyau 2.6.30 est prolixe en nouveaux systèmes de fichiers puisqu'il incorpore également POHMELFS (Parallel Optimized Host Message Exchange Layered File System).
  • Le mécanisme FS-Cache a été finalement inclus dans le noyau 2.6.30 après une saga de plusieurs années.
  • Le module de sécurité TOMOYO vient rejoindre SELinux et SMACK au sein du noyau afin d'offrir une nouvelle alternative aux utilisateurs.
  • Toujours du coté de la sécurité, on peut aussi noter l'inclusion de l'architecture de contrôle d'intégrité dans ce noyau 2.6.30.
  • Le code des mutex du noyau a été modifié afin d'introduire un mécanisme d'attente adaptable pour les mutex.
  • Comme prévu l'infrastructure d'appels asynchrones qui est entrée dans le noyau 2.6.29 a été activée par Arjan Van de Ven pour cette version 2.6.30.

  • Le support du protocole Reliable Datagram Sockets (RDS) a été intégré dans le noyau 2.6.30 afin d'améliorer les performances des grappes de serveurs (clusters).

  • L'architecture de processeur MicroBlaze de la société Xilinx est dorénavant prise en charge par le nouveau noyau

  • L'infrastructure de contrôle d'intégrité des périphériques en mode bloc (qui a fait son apparition dans le noyau 2.6.27 pour les disques SATA et SCSI) a été étendue et supporte maintenant la couche MD (Multiple Device)

  • Le noyau qui est lancé lors de l'étape initiale du boot peut maintenant être compressé avec des algorithmes plus efficaces que le vieillissant gzip. A partir du noyau 2.6.30 il est possible d'utiliser bzip2 (10% de gain sur la taille par rapport à gzip) ou lzma (33% de gain).

  • Le code de chiffrement des données qui est présent dans le noyau Linux 2.6.30 a été revu afin d'améliorer les performances sur les machines multiprocesseurs.

  • L'accélération matérielle du chiffrage AES sera possible avec les futurs processeurs Intel Westmere grâce a des instructions supplémentaires qui font appel à des routines "en dur" dans la puce.

  • Le nouveau noyau propose le support de la fonction de protection de pile (Stack protector) pour l'architecture x86 32 bits. Afin de détecter les écrasements de la pile de données le patch implémente la technique classique du "canari".

  • La prise en charge des cartes AMD/ATI de type R6xx et R7xx (c'est à dire les cartes les plus modernes) est maintenant présent

  • Le modèle de sécurité du protocole Bluetooth 2.1 est maintenant pris en charge par le noyau 2.6.30.

  • La commande TRIM, qui permet d'augmenter les performances des disques SSD en supprimant effectivement les données sur le disque (voir ces trois excellentes pages explicatives sur le site AnandTech: 1 - 2 - 3), a été intégrée

  • Suivant l'exemple des processeurs 32 bits x86, l'architecture ARM profite maintenant d'une fonction HIGHMEM.

  • L'infrastructure ftrace permettant de suivre les appels système d'une commande donnée en paramètre (et qui est entrée dans le noyau 2.6.27) a été largement améliorée.

  • Le code permettant de gérer la fréquence du ou des processeurs (cpufreq) a été amélioré et il incorpore maintenant la notion de temps de latence entre les fréquences.

  • Comme avec chaque nouvelle version du noyau un grand nombre de pilotes divers et variés entrent dans la branche principale ou sont améliorés. Du coté de l'audio c'est la version ALSA 1.0.20 qui rentre dans le noyau avec toutes ses nouveautés. Les pilotes V4L (Video for Linux) sont également mis à jour et le mainteneur principal, Mauro Carvalho Chehab, ne se risque même pas à lister les changements dans son message tant ils sont nombreux. Le site Heise Online propose un article récapitulatif qui liste les pilotes mis à jour dans le noyau 2.6.30.

  • Enfin, pour prouver que le développement du noyau Linux n'est pas encore devenu une affaire réservée aux grosses entreprises et que les passionnés ont encore leur place, on peut citer le travail d'Adrian McMenamin qui continue à poster des patchs sur le support de la console Sega Dreamcast.

2.6.31

2.6.32

2.6.33

2.6.34

2.6.35

2.6.36

2.6.37

2.6.38

2.6.39

3.0

3.1

3.2

3.3

3.4

3.5

3.6

3.7

3.8

3.9

3.10

3.11

3.12

3.13

3.14

3.15

3.16

3.17

3.18

3.19

4.0

4.1

4.2

4.3

4.4

4.5

4.6

4.7

4.8

4.9

4.10

4.11

Map noyau

Envoyer un commentaire

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.