DragonFly BSD 3.8

Posté par (page perso) . Édité par François Tigeot, BAud, Enj0lras, Nÿco, Xavier Claude, palm123 et patrick_g. Modéré par NeoX. Licence CC by-sa
Tags :
46
5
juin
2014
DragonFly BSD

DragonflyBSD 3.8 est désormais disponible au téléchargement. Cette version apporte notamment une nouvelle pile USB, la prise en charge de PAM et NSS, des améliorations concernant i915 et KMS, ainsi que de nombreuses améliorations de performance des pilotes réseaux et la gestion des C-state pour les CPU Intel.

Les détails concernant cette version se trouvent dans la suite de la dépêche.

DragonFly BSD 3.6

Posté par . Édité par Rolinh, François Tigeot, Nils Ratusznik, Benoît Sibaud, Jiehong, Loïc Blot et antistress. Modéré par ZeroHeure. Licence CC by-sa
Tags :
53
3
déc.
2013
DragonFly BSD

La version 3.6 du système d'exploitation DragonFly BSD est désormais disponible, apportant notamment une amélioration considérable des performances pour les machines SMP. Les détails concernant cette version se trouvent dans la suite de la dépêche.

Entretien avec François Tigeot, développeur DragonFly BSD

53
26
oct.
2013
DragonFly BSD

Nous avons la chance d'avoir quelques développeurs qui fréquentent LinuxFR.org (what else?), dont François Tigeot (lecteur silencieux, dorénavant inscrit sous le pseudo ftigeot) qui contribue au système d'exploitation libre DragonFly BSD, un cousin de FreeBSD au sujet duquel nous avions interrogé tantôt Jean-Sébastien Pédron (quant au portage du Kernel-based mode-setting – KMS – pour les GPU Radeon) puis Baptiste Daroussin (au sujet de « pkgng », le nouveau système de packages binaires qui a été justement repris par DragonFly (les fourbes !) : hasard ou coïncidence ? Autrement dit : y aurait-il une mafia française du logiciel libre ?

Pour répondre à cette lancinante question, rappelons :

  • ce que Jean-Sébastien Pédron avait fini par avouer, sous la torture, lorsque je lui avais posé la question suivante : « Échanges‐tu avec les développeurs des autres *BSD sur ta partie ? » : « Je suis également en contact avec François Tigeot, de DragonFly, qui s'est occupé du pilote Intel chez eux. Je pense qu'on va travailler de plus en plus ensemble, parce qu'on a sans doute moyen de se répartir le boulot. ».
  • ce que Baptiste Daroussin avait fini par avouer, avec les mêmes moyens, lorsque je lui avais posé la même question : « Les échanges sont assez nombreux, essentiellement avec DragonFly. En effet sous l'impulsion de John Marino, aidé maintenant par François Tigeot, pkgng et les ports FreeBSD ont été porté sous DragonFly avec des résultats plus que convaincants. La dernière version de DragonFly dispose du support au choix entre pkgsrc ou pkgng + ports, je suis convaincu que la prochaine version de DragonFly sortira avec uniquement pkgng ».

Il semble qu'il y ait définitivement une piste à creuser…

Du coup j'ai bien envie de passer François à la question relativement à la pile graphique de DragonFly ou au port de pkgng, mais on m'indique dans l'oreillette que ces sujets ne sont en réalité qu'une partie de l'activité déployée par François dans DragonFly.

Nous allons donc de ce pas interroger ce personnage – qui semble central dans la communauté DragonFly – afin de tenter d'y voir plus clair.

Quoi qu'il en soit, nous remercions chaleureusement François Tigeot d'avoir accepté de répondre à quelques questions pour LinuxFR.org et aussi pour son implication dans DragonFly !

À noter que les hyperliens ont été ajoutés après coup par les contributeurs à cette dépêche pour en faciliter la lecture.

Baptiste Daroussin revient sur pkgng, le nouveau système de packages binaires de FreeBSD

66
6
sept.
2013
FreeBSD

Nous avons la chance d'avoir quelques développeurs qui fréquentent LinuxFR.org (what else ?), dont Baptiste Daroussin (alias Bapt) qui contribue au système d'exploitation libre FreeBSD – tout comme Jean-Sébastien Pédron dont nous avons recueilli les propos il y a quelques jours : hasard ou coïncidence ? ;-)

Baptiste est quant à lui à l'origine de « pkgng », le nouveau système de packages binaires pour FreeBSD qui a été repris par DragonFly BSD.

Pour illustrer à quel point ce genre de fonctionnalité était attendu de longue date, je citerai ce que m'a confié un peu plus tôt un administrateur systèmes :

Baptiste c'est un peu notre sauveur pour l'utilisation de systèmes BSD en contexte professionnel.
pkg(8) et poudriere me font facilement gagner une à deux heures par semaine pour l'administration d'un parc de serveurs.

Baptiste a accepté de répondre à quelques questions pour LinuxFR.org ; nous le remercions chaleureusement à la fois pour le temps consacré à cet entretien et pour son implication dans FreeBSD !

À noter que certains hyperliens ont été ajoutés après coup par les contributeurs à cette dépêche pour en faciliter la lecture.

Journal Analyser la génération de nombre aléatoire du noyau

Posté par . Licence CC by-sa
29
26
mar.
2013

Sommaire

Après avoir lu hier un journal décrivant une faille dans le code de génération des nombres aléatoires de NetBSD 6, j'ai décidé de regarder quelques méthodes visant à réduire le risque d'introduire ce genre de bug dans du code "critique".

Disclaimer : je suis novice dans le domaine de la sécurité et de la (...)

Journal [Benchmark] DragonFlyBSD plus performant dans sa version 3.2

Posté par . Licence CC by-sa
3
5
nov.
2012

Concernant la dépêche sur DragonFlyBSD et sa nouvelle version, j'ai trouvé assez sympa le test de performance réalisé pour cette nouvelle monture.

Voici donc un petit résumé des pages, que je me suis permis d'établir.

Basé sur l'utilitaire pgbench, la page 1 établit la performance en projection de mémoire (mmap) selon le nombre de transactions effectuées à la seconde par rapport aux clients, en se basant sur une version de PostgreSQL 9.3-devel, un bi-Xéon X5650, et 24GB de mémoire (...)

DragonFlyBSD 3.2, la libellule s’envole toujours plus haut

Posté par . Édité par eggman, d-jo, galactikboulay, baud123, Davy Defaud, Benoît Sibaud, Nÿco, NeoX, bastien et Xavier Claude. Modéré par NeoX. Licence CC by-sa
Tags :
58
5
nov.
2012
DragonFly BSD

DragonFly est un système d’exploitation de type UNIX, issu d’un fork de la branche 4.x de FreeBSD, il y a maintenant presque 10 ans. Initialement, le but était d’arriver à un système d’exploitation pour grappe de serveurs — cluster — et, entre autres, de garantir la cohérence de cache au niveau du système d’exploitation, pour permettre à plusieurs applications de tourner sur une multitude de machines dans un même environnement logiciel. Bien que ce ne soit plus le but premier, ce concept a influencé et continue d’influencer l’architecture du noyau.

Cette dépêche a été rédigée en collaboration avec d-jo, EggMan, bastien, Nÿco et Neox. Merci à tous les participants.

Journal [TOI AUSSI] Viens prendre un cours de programmation système

Posté par (page perso) . Licence CC by-sa
Tags :
26
11
oct.
2012

On parle de DragonFly BSD.

Tout commence cet été lors du GSoC. Mihai Carabas a travaillé sur la prise en charge avancée de la topologie des processeurs. En gros, cela permet de faire la différence entre un socket, un core et un thread. Le monsieur qui porte le nom d’un acteur de cinéma a alors eu deux trois idées sur la façon dont l’ordonnanceur de processus pouvait en tirer parti.

Puis, il y a eu ce banc d’essai qui a déclenché (...)

dfc 3.0.0 : nouvelle version majeure pour cette alternative haute en couleurs à l'utilitaire df(1)

Posté par (page perso) . Édité par Nÿco, Xavier Claude et Florent Zara. Modéré par Florent Zara. Licence CC by-sa
34
31
mai
2012
Ligne de commande

Pour ceux ayant raté ma dépêche présentant dfc(1) le 1er avril dernier, sachez qu'il s'agit d'un utilitaire en ligne de commande se voulant une alternative au vénérable df(1), apportant notamment de nombreuses options supplémentaires ainsi qu'un affichage coloré comportant des barres de graphe.

Plusieurs lecteurs de LinuxFr.org avaient fait part de leurs suggestions d'améliorations et requêtes de nouvelles fonctionnalités en commentaire de la dépêche et elles ont pour la plupart pris place dans cette nouvelle version majeure de dfc(1), aux côtés d'autres améliorations.

Sortie de DragonFly BSD 2.10

Posté par (page perso) . Modéré par patrick_g. Licence CC by-sa
61
27
avr.
2011
FreeBSD

Le projet DragonFly BSD est issu, à l’origine, d’un désaccord technique entre les développeurs de FreeBSD et Matt Dillon, un des membres de la core team. Matt a choisi de continuer à se baser sur le socle de FreeBSD 4.x et d’évoluer à partir de là avec des solutions techniques originales.
Qu’il s’agisse du système des threads LWKT (pour Light Weight Kernel Threads) ou de son système de fichiers réparti HAMMER, nous avons là un système d’exploitation assez particulier et qui mérite le coup d’œil.

Le 26 avril est sortie la version stable 2.10 de DragonFly BSD, et il semble bien qu’il s’agisse d’un bon cru. Les performances augmentent significativement (voir ce comparatif sysbench entre les trois dernières versions) et le support matériel s’élargit, même si les architectures de processeur supportées restent limitées aux classiques i386 et amd64.

Nul doute que DragonFly BSD mérite d’avoir son logo dans la liste des sections LinuxFr, au lieu de devoir utiliser celui du cousin FreeBSD !

Quand le dragon est de sortie

Posté par (page perso) . Modéré par Nÿco.
Tags :
25
3
nov.
2010
FreeBSD
Tout le monde était tellement occupé par la récente sortie d'OpenBSD (sic!) que l'on en a presque oublié le monde « des autres » !

En effet, deux jours avant cet événement interplanétaire, s'est produite une anomalie, qui aurait pu passer inaperçue (mais j'ai un œil de lynx combo aigle (+10 acuité visuelle), moi Monsieur !), à des années-lumière d'ici. En effet, l'équipe de DragonFly BSD, après avoir couvé son œuf pendant de longs mois, a sorti la version 2.8.2 de son petit protégé.

Pour ceux qui ne connaissent pas DragonFly BSD, il s'agit d'une cuillère (euh non excusez moi, d'un fork... L'émotion sans doute !) de FreeBSD.

Sortie de DragonFly BSD 2.6 et entretien avec Matt Dillon

Posté par (page perso) . Modéré par baud123.
Tags :
40
6
avr.
2010
FreeBSD
Le projet DragonFly BSD est le petit poucet des systèmes d'exploitations de la famille BSD. Dans l'ombre de ses grands frères FreeBSD, OpenBSD et NetBSD, le projet initié par le développeur Matt Dillon cherche à se différencier par des choix techniques originaux.

La version 2.6 de DragonFly BSD vient d'être annoncée sur le site officiel et je vous propose une petite liste des nouveautés ainsi qu'un court entretien avec Matt Dillon qui a aimablement accepté de répondre à quelques questions.

La version 2.0 de DragonFlyBSD est disponible

Posté par (page perso) . Modéré par Florent Zara.
Tags :
1
23
juil.
2008
FreeBSD
Le projet DragonFlyBSD est le moins connu des systèmes d'exploitations de la famille BSD. Dans l'ombre de FreeBSD, OpenBSD et NetBSD le projet initié par Matt Dillon cherche à se différencier par ses particularités techniques.

DragonFlyBSD est, à l'origine, issu d'un conflit d'opinion entre les développeurs de FreeBSD et Matt Dillon (qui était membre de l'équipe FreeBSD à cette époque). Celui-ci pensait que la direction de développement initiée par la version 5.x n'était pas la bonne et il a donc choisi de se baser sur la très fiable série FreeBSD 4.x pour créer en juillet 2003 son projet BSD avec des objectifs très ambitieux.

5 ans plus tard voici la version 2.0 qui est annoncée...

L'alternative BSD

Posté par (page perso) . Modéré par Amaury.
1
24
août
2006
Communauté
Suite aux différents articles concernant les BSD, il m’a semblé intéressant de faire un tour d’horizon rapide de l’univers des systèmes d'exploitation BSD.

Il n’y a pas un noyau BSD, mais des noyaux BSD ayant tous la même origine 4.3BSD-Lite. Quatre noyaux majeurs cohabitent : OpenBSD, NetBSD, FreeBSD et le petit dernier DragonflyBSD. Un nouveau a été annoncé il y peu : MidnightBSD, fork de FreeBSD, encore trop jeune pour être évoqué plus longuement.

Tour d’horizon :
  • FreeBSD est apparu en version 1.0 en 1993. Le but de ce projet est de fournir un système d’exploitation efficace pour n’importe quelle utilisation (serveur, bureautique, etc.). Initialement focalisé sur la plate-forme x86, il est disponible sur x86, x86_64, ARM, IA-64, PC-98 et UltraSparc.
  • NetBSD est apparu en 1993 en version 0.8. Le but de ce projet est la portabilité, plus de 50 architectures répertoriées.
  • OpenBSD est apparu en 1994, c’est un fork du projet NetBSD, mené par un leader charismatique et controversé : Theo de Raadt ; le but de ce projet est la sécurité et la liberté totale : pas de propriétaire supporté officiellement ou non par le projet et 16 plate-formes matérielles supportées : Alpha, AMD64, cats, HP 9000 séries 300 et 400, PA-RISC, i386, luna88k, mac68k, macppc, mvme68k, mvme88k, SPARC, UltraSPARC, Zaurus, SGI et DEC VAX.
  • DragonflyBSD fork de FreeBSD est apparu en juin 2003, pour continuer le développement de la branche 4.x de FreeBSD, les modifications des versions 5.x n’étant pas jugées utiles.

Tous les projets BSD sont capables au travers d’une couche d’émulation d’utiliser les binaires Linux. NetBSD et OpenBSD permettent également de faire tourner les binaires SVR4 (Solaris), FreeBSD, Linux, BSD/OS, SunOS et HP-UX.

Ils ont tous le même mode de développement, c’est à dire que le noyau et les outils de base du système (userland) forment un tout indissociable offrant ainsi une très grande cohérence.

Tous les BSD utilisent la licence BSD, une licence très controversée dans le monde libre par sa grande permissivité. Elle offre la possibilité notamment d’être utilisée dans du code propriétaire, ce qui permit la généralisation de pile TCP/IP en son temps, mais aussi l’adoption rapide et massive de SSH.