Journal Linux Magazine 146 - suicide ou rachat par google ?

Posté par (page perso) .
103
26
jan.
2012

Le dernier LinuxMag est sorti le nb 146, je vois "Débarrassez-Vous de votre serveur mail avec Google" pas possible ils ont du se planter dans le titre c'est l'inverse. Bah non... article aberrant, un article donc, qui incite à quitter le monde du libre pour partir sur un environnement proprio Google !! Vraiment dingue de trouver ça dans un mag comme celui là et en pleine couverture !! 12 pages pour expliquer ou cliquer sur les interfaces gmail, sans AUCUN intérêt et pitoyable...
Bref je trouvais que le contenu se dégradait mais là ça dépasse les limites !!

...LM 147 comment migrer apache sur le très performant IIS...

  • # à ce point là ?

    Posté par . Évalué à 10.

    ah oui quand meme ?
    ils ont été rachetés ?

    ou bien les pigistes ont cru que Android etant "opensource" tout l'univers Google l'etait ?

    • [^] # Re: à ce point là ?

      Posté par (page perso) . Évalué à 6.

      ils ont été rachetés ?

      Peut-être pas eux directement, mais les Éditions Diamond (qui publie les différents magazines se rapportant à Linux en France). Ces éditions font partit d’un groupe contenant aussi Pearl France et sûrement d’autre truc dans ce genre.

      • [^] # Re: à ce point là ?

        Posté par . Évalué à 10.

        • [^] # Re: à ce point là ?

          Posté par . Évalué à 7. Dernière modification le 27/01/12 à 01:31.

          Il est passé du coté obscur de la force ...

          Plus sérieusement, on voit à quel point le marketing ambiant peut meme briser la volonté des plus avertis par la saturation du champ de la perception (l'idée meme de la pub est de saturé l'espace public d'un message a répétition ).

          Un bon Pavlov assumé et légitimé.

          Ce processus m'étonnera toujours (ainsi que leur victime )

          • [^] # Re: à ce point là ?

            Posté par (page perso) . Évalué à 10.

            Au moins, dans le lien g+, il s'explique :

            Résultat : Je n'ai plus à me prendre la tête avec le SPAM, les attaques contre Exim et la configuration MailScanner. Je n'ai plus à trouver d'excuses pour repousser l'installation d'un Webmail (j'aime pas ces trucs, ça fait plein de trous partout). On ne vient plus me déranger pour ajouter un alias ou pour être sûr-sûr-sûr que ma méchante configuration n'a pas "mangé" un message ultra-important qui était certes en HTML tout moche mais n'était pas un SPAM. Et on ne m'en vaut plus parce que j'ai blacklisté 50% des IP de la planète (non, je vois pas pourquoi on aurait eu des connexions SMTP légitimes depuis la Chine, le Pakistan, l'Australie, etc)
            Mieux encore, tout le monde est content et accède au mail depuis les MUA, le Web et les mobiles. Over SSL dans tous les sens.

            Et au premier objecteur des commentaires :

            Certes. Mais j'ai pris en compte deux éléments important :
            1 - Pourquoi les données en question seraient-elles plus en sécurité chez OVH, par exemple, que chez Google ?
            2 - J'utilise déjà Gmail à titre privé depuis longtemps et cela ne m'a jamais porté préjudice (bien au contraire).
            C'est une relation de confiance, tout simplement. Et personnellement je peux dire que je fais autant confiance à Google, qu'à OVH, Gandi, Orange, Numéricable, Free... voir davantage dans certains cas.

            Sauf qu'on sait que google a beaucoup plus intérêt, en tant que moteur de recherche non neutre, et plateforme de media sociaux, de sonder les mails pour connaître le contenu des mails (interêts, langue utilisée, contacts etc) qu'OVH.

            • [^] # Re: à ce point là ?

              Posté par . Évalué à 10.

              1 - Pourquoi les données en question seraient-elles plus en sécurité chez OVH, par exemple, que chez Google ?

              Pourquoi forcément OVH ? On peut aussi le faire chez soi.

              2 - J'utilise déjà Gmail à titre privé depuis longtemps et cela ne m'a jamais porté préjudice (bien au contraire).

              Ça ne lui a jamais porté préjudice… À sa connaissance…

              personnellement je peux dire que je fais autant confiance à Google, qu'à OVH, Gandi, Orange, Numéricable, Free... voir davantage dans certains cas.

              Je dirais la même chose, sauf que ma confiance est nulle dans tous les cas.

              Article Quarante-Deux : Toute personne dépassant un kilomètre de haut doit quitter le Tribunal. -- Le Roi de Cœur

              • [^] # Re: à ce point là ?

                Posté par . Évalué à 7.

                1 - Pourquoi les données en question seraient-elles plus en sécurité chez OVH, par exemple, que chez Google ?

                Pourquoi forcément OVH ? On peut aussi le faire chez soi.

                Oui c'est clair, il suffit de laisser un serveur ouvert sur le port 25 chez un FAI quelconque (avec IP fixe bien entendu), et de gérer les attaques contre le modem/la truc box soi-même.
                Assez rapidement on reçoit des centaines de milliers de spam par jour, donc prévoir un modem/box capable d'encaisser les connexions (la bande passante est pas ennorme)

                Pendant qu'on y est on met aussi les DNS faisant autorité et le webmail sur la même connexion.

                Par contre pour le backup MX et les DNS secondaire, on demande à tata Janine.

                C'est super pérenne comme installation.

                Ça ne lui a jamais porté préjudice… À sa connaissance…

                L'ensemble des choses qui n'ont porté aucun préjudice dont on est conscience est égale à
                (l'ensemble de l'univers + l'ensemble des choses imaginables) - l'ensemble des choses dont on sait qu'elles ont portées préjudice.

                En bref, les licornes vertes et bleues ne m'ont jamais porté préjudice (à ma connaissance.)

                personnellement je peux dire que je fais autant confiance à Google, qu'à OVH, Gandi, Orange, Numéricable, Free... voir davantage dans certains cas.

                Je dirais la même chose, sauf que ma confiance est nulle dans tous les cas.

                Bonne chance avec l'internet en général, et avec le mail et le FTP en particulier. Au fait tu as ton propre coeur de réseau avec fibre noire en entrée directe sur les sites que tu visites et les gens à qui tu envoies des mails, ou tu es quand même un peu obligé de faire confiance à d'autre que toi quand tu te connectes à Internet.

                Je n'aime pas Google plus que les autres, mais un serveur mail+dns+webmail+archives+.... ca ce monte pas en trente secondes derrière une connexion maison/TPE.

                • [^] # Re: à ce point là ?

                  Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                  Je suis bien d'accord avec toi, google ou pas, cela ne change rien...

                  Si tu veux pas qu'on lise tes mails, alors faut tout chiffrer, sinon, croire qu'on est peinard parce que le serveur de mail est derrière sa box, je rigole...

                • [^] # Re: à ce point là ?

                  Posté par (page perso) . Évalué à 8.

                  Eh bien à te lire, il y a au moins une chose qui ressort très clairement : l'auto-hébergement, tu n'as pas essayé.

                  • [^] # Re: à ce point là ?

                    Posté par . Évalué à 8.

                    l'auto-hébergement, tu n'as pas essayé.

                    Non non, j'invente. C'est plus rigolo.

                    Tu as déjà fait de l'auto hébergement pour une société ?
                    Parce que c'est ce dont il s'agit dans l'article.
                    Une société ça implique
                    - Une certaine pérennité du système
                    - Des emails publiés sur le net et dans des différents annuaires électroniques et papiers
                    - Des gens qui vous prennent en grippe et qui décident de taper sur les infrastructures pour "se venger"
                    - La capacité à faire déménager ton adresse IP en même temps que toi, ou alors à changer les DNS pour faire coïncider ton déplacement physique avec ton nouvel accès.
                    - La capacité à garder tes services fonctionnels même si tu changes de FAI/type d'accès.

                    Etc.

                    • [^] # Re: à ce point là ?

                      Posté par (page perso) . Évalué à 10.

                      Tu as déjà fait de l'auto hébergement pour une société ?

                      Euh, oui, c'est ce qu'on fait ici.

                      • [^] # Re: à ce point là ?

                        Posté par . Évalué à 3.

                        Avant de te répondre j'ai voulu parcourir le site qui apparaît sur ta page personnelle. Je suis donc allé sur http://www.auto-hebergement.fr/

                        Et là que dalle sur la sécurité d'accès au service, et le passage sur la fiabilité est très très succins et fini par Si vous n'avez pas d'ami prêt à vous fournir un tel service
                        Le paragraphe sur la sauvegarde est une liste d'applications, dont la plupart sont d'ailleurs des applications de synchronisation, mal adaptés pour une sauvegarde journalière (ca permet à redémarrage à l'identique suite à une panne, mais pas de récupération de données en cas de fausse manip)

                        0 info sur les garanties de service à demander
                        0 info sur les délais légaux de rétablissement ou sur la disponibilité des intervenants techniques
                        0 info sur le dimensionnement de la bande passante en fonction du nombre de personnes qui se trouvent derrière (ou de l'importance des données à sauvegarder)

                        etc.

                        En d'autres termes le client se retrouve sans garanties, sans intervenant technique fiable, sans même la possibilité de râler si son internet ADSL reste planté des jours entiers, ou si les conditions contractuelles venaient à changer et à le bloquer en quoi que ce soit. Et en plus c'est à lui de financer et de maintenir une infrastructure alors que ce n'est pas son métier.

                        Je confirme que je n'ai jamais fait d'auto-hébergement comme çà. Et je ne pense pas en faire un jour.

                        • [^] # Re: à ce point là ?

                          Posté par . Évalué à -3.

                          D'un autre cote, tu discutes avec tanguy.

                          Un mec qui arrive a t'expliquer que c'est ok de pas avoir de mail pendant 3 jours parce que le protocole dit qu'il faut faire du retry pendant 5 jours.
                          Qui t'explique que c'est pas grave d'avoir 2+ secondes de load time sur ton site web.
                          Quelqu'un qui n'arrive pas a concevoir l'interet d'une souris sans fil et qui t'explique que c'est im-po-ssible de faire de l'edition de texte riche sur une tablette. Impossible par design, jamais on pourra faire.

                          Ah, j'oubliais le super benchmark de windows xp ou il t'explique que xp c'est pourri parce que ca prend 3Go sur disque, alors que linux en prend que 1.5, sans swap.
                          Quand on lui a fait remarquer qu'il avait 2Go de pagefile et qu'on lui a demande s'il trouve pas bizarre qu'un cd de 650Mo finissait a 3Go sur disque, il a repondu que c'etait pas grave, que c'etait l'install par defaut et que ca changeait pas grand chose.

                          Bref, si tu veux des infos concretes sur comment faire qq chose d'utile, tu vas pas avoir grand chose. Par contre, il sera fort pour t'expliquer ce dont tu n'as pas besoin, parce que conceptuellement, c'est pas utile, voir im-po-ssible.

                          If you can find a host for me that has a friendly parrot, I will be very very glad. If you can find someone who has a friendly parrot I can visit with, that will be nice too.

                        • [^] # Re: à ce point là ?

                          Posté par (page perso) . Évalué à 10.

                          En d'autres termes le client se retrouve sans garanties, sans intervenant technique fiable, sans même la possibilité de râler si son internet ADSL reste planté des jours entiers, ou si les conditions contractuelles venaient à changer et à le bloquer en quoi que ce soit. Et en plus c'est à lui de financer et de maintenir une infrastructure alors que ce n'est pas son métier.

                          C'est le principe de l'auto-hébergement en même temps. C'est comme si tu condamnais le fait de faire soi-même sa cuisine plutôt que d'acheter des surgelés parce qu'on n'a aucune garantie, qu'on peut s'empoisonner si on confond le lait et l'eau de Javel, qu'on peut mourir de faim si le marché ferme, et qu'en plus cuisiner ce n'est pas ton métier. Pareil pour la réparation de vélo chez soi.

                          • [^] # Re: à ce point là ?

                            Posté par . Évalué à 8.

                            C'est le principe de l'auto-hébergement en même temps.

                            Ok donc tu admets que pour une personne chez qui ses pannes sont trop pénalisantes, il y a un réel danger à pratiquer l'auto-hébergement tel que tu l'entends, et que dans ce cadre faire appel à un professionnel pour monter le système que ce soit en interne ou en externalisé est une vraie nécessité.
                            Merci c'est tout ce que je voulais entendre.

                            • [^] # Re: à ce point là ?

                              Posté par . Évalué à 3.

                              Le seul avantage que le professionnel a sur l'auto-hébergement c'est que tu as quelqu'un sur qui gueuler si ça déconne (et encore, si le prestataire s'appelle Google ou Microsoft, tu peux toujours courir).

                              Ceci dit, la fiabilité dépend principalement des éléments en jeu et, incidemment, du prix que tu paies, mais, pas du fait que tu le fais toi-même ou via un prestataire. Si tu as une ligne DSL avec un niveau de service garanti je ne vois pas où est le problème, et l'auto-hébergement, même pour des boites de plusieurs centaines d'employés, n'est pas si rare que tu peux le croire.

                              • [^] # Re: à ce point là ?

                                Posté par . Évalué à 5.

                                Si tu as une ligne DSL avec un niveau de service garanti je ne vois pas où est le problème

                                Déjà en ADSL garanti en France il n'y a que Nerim à ma connaissance, et la bande passante garantie est très basse. Ensuite en SDSL la garantie maximale qu'on peut légalement offrir c'est 4H de GTR (sinon l'ARCEP vous tombe dessus, c'est pour permettre l'entrée de petits fournisseurs sur le marché). Et pour finir l'indemnisation maximale est limitée à l'ensemble des factures payées pour la connexion sur un an glissant.

                                Après si ca suffit tant mieux.

                                et l'auto-hébergement, même pour des boites de plusieurs centaines d'employés, n'est pas si rare que tu peux le croire.

                                Une fois de plus je fais de l'aide à infrastructure pour des cabinets de notaires et pour des hôpitaux. Donc je ne crois pas un instant que l'auto-hébergement soit rare. Ce que je dis c'est que
                                a) C'est loin d'être aussi simple, même pour des sociétés modestes, que ce que certaines personnes veulent faire croire
                                b) L'auto-hébergement ne peut pas forcément remplacer le recours à des prestataires extérieurs dans tous les cas. En fait il y a même assez peu de cas ou l'auto-hébergement est intéressant pour le client. Neuf fois sur dix le petit serveur en datacenter permet de désengorger la connexion interne tout en diminuant les coûts.

                                Maintenant il y a pleins de cas ou l'auto-hébergement "vite fait, mal fait" fonctionne et ou le client est content, mais ou il n'a aucune garantie. Tant qu'il n'y a pas de gros problèmes tant mieux, le jour ou il y a un vrai pépin qui dure le client sera gravement impacté et ce sans aucun recours. C'est un risque. Si le client en a conscience et qu'il choisit de le prendre, c'est son problème. Si on lui met sous les yeux un site qui dit "c'est facile, faites-le" et ou on omet consciencieusement d'évoquer la possibilité d'une panne fournisseur ça m'énerve. C'est tout.

                                • [^] # Re: à ce point là ?

                                  Posté par (page perso) . Évalué à 0.

                                  Pour la bande passante, il faut bien se souvenir que pour les services comme le courrier électronique, ce n'est pas un critère pertinent.

                                  • [^] # Re: à ce point là ?

                                    Posté par . Évalué à 2.

                                    Pour la bande passante, il faut bien se souvenir que pour les services comme le courrier électronique, ce n'est pas un critère pertinent.

                                    Sauf si tu as des utilisateurs nomades qui doivent resynchroniser leurs dosssiers IMAP suite à la perte/vol/casse de leur ordinateur ou de leur téléphone portable. Les boites mails pro font aujourd'hui couramment plusieurs Go. Sur une ADSL avec 768kb/s de débit montant les bons jours c'est insupportable tant pour l'utilisateur nomade que pour ceux qui sont toujours au siège et qui aimeraient bien se servir d'internet.

                                    • [^] # Re: à ce point là ?

                                      Posté par . Évalué à 0.

                                      Tu mélanges tout là.

                                      Sauf si tu as des utilisateurs nomades qui doivent resynchroniser leurs dosssiers IMAP suite à la perte/vol/casse de leur ordinateur ou de leur téléphone portable.

                                      Si tu as dans une PME 10 commerciaux qui doivent resynchroniser leurs dossier IMAP parce qu'ils se font chouraver leur portable et smartphone tous les jours, change de commerciaux : ce sont eux le problème, pa l'ADSL. De plus tu peux prévoir un bureau dans tes locaux qui permette de faire ce genre de choses sans forcément pomper sur la BP qui peut être utilisée à autre chose.

                                      • [^] # Re: à ce point là ?

                                        Posté par . Évalué à 3.

                                        Si tu as dans une PME 10 commerciaux qui doivent resynchroniser leurs dossier IMAP parce qu'ils se font chouraver leur portable et smartphone tous les jours, change de commerciaux :

                                        Après "dites nous ce dont vous avez besoin, voici le dites nous avec qui vous travaillez et on vous expliquera comment vous en passer"

                                        Non j'ai pas dix commerciaux qui perdent leurs téléphones tous les jours, Mais il suffit d'un téléphone en panne tous les deux trois mois pour que ce soit insupportable.

                                        De plus tu peux prévoir un bureau dans tes locaux

                                        Mais dans les locaux il n'y a pas (trop) de problèmes. On parle d'un utilisateur nomade là. Ce qui veut dire qu'il n'est pas sur place (en tout cas pas tout le temps) mais qu'il aimerait quand même lire ses mails autrement que dans un cyber café.

                                        • [^] # Re: à ce point là ?

                                          Posté par . Évalué à 0.

                                          Mais il suffit d'un téléphone en panne tous les deux trois mois

                                          Je crois que j'assiste à un combat de mauvaise foi! De plus en imap, il me semble que seul les titres des mails sont téléchargés et qu'il faut cliquer dessus pour le lire (et ça télécharge le reste). Généralement ce que le gars vas récupérer en déplacement, ce sera le contenu de la inbox, et les répertoires dont il a besoin. Je ne connais pas un commercial qui ne range pas ses mails.

                                          Il ne faut pas décorner les boeufs avant d'avoir semé le vent

                                          • [^] # Re: à ce point là ?

                                            Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                                            il me semble que seul les titres des mails sont téléchargés et qu'il faut cliquer dessus pour le lire (et ça télécharge le reste).

                                            Quand tu es hors ligne, tu télécharges comment? Perso, je synchronise tout, au cas où.
                                            Toujours le même façon de dire que la technologie n'a pas à s'adapter, c'est à l’homme de s'adapter. Ben les gens font pas du tout ce que tu dis de faire.

                                            Généralement ce que le gars vas récupérer en déplacement, ce sera le contenu de la inbox, et les répertoires dont il a besoin. Je ne connais pas un commercial qui ne range pas ses mails.

                                            Et quand il sera chez un client, hors ligne, il sera baisé car il aura pas précédemment téléchargé le mail important pour le client. Vachement pro.

                                            Ce n'est pas le commercial qu'il faut virer, c'est le patron.

                                            • [^] # Re: à ce point là ?

                                              Posté par . Évalué à 0.

                                              marrant ça, ça peut être hors ligne un téléphone? On parlait de synchroniser les téléphone là il me semble.

                                              Perso, je synchronise tout, au cas où.

                                              Vu le débit du téléphone après les 500 premier Mo, la connexion du serveur va pas poser de problème alors ;)

                                              Et quand il sera chez un client, hors ligne, il sera baisé car il aura pas précédemment téléchargé le mail important pour le client. Vachement pro.

                                              Donc le mail super important il n'est ni dans le dossier client, ni dans le inbox? Vachement pro effectivement.

                                              Il ne faut pas décorner les boeufs avant d'avoir semé le vent

                                          • [^] # Re: à ce point là ?

                                            Posté par . Évalué à 5. Dernière modification le 30/01/12 à 18:54.

                                            Je crois que j'assiste à un combat de mauvaise foi!

                                            Soit un téléphone dont la durée de vie est de 18 mois en moyenne (vol et casse pris en compte). Combien faut-il d'utilisateurs nomades pour qu'il y ait statistiquement un changement tous les 75 jours ? (Et encore là je vous fait grâce des pannes logiques réparables par reset de l'appareil, mais qui nécessitent quand même un téléchargement complet des dossiers IMAP).

                                            Donc MTBF environ à 13100 - Soit la probabilité qu'un appareil ne tombe pas en panne pendant 75 jours est de 87%.
                                            Soit pour x téléphones

                                            2 76%, 3 66%, 4 57%, 5 50%, 6 43%, 8 33%, 15 13%.

                                            Donc dans un optique ultra favorable, si il y a 8 employés nomades qui synchronisent en distant on a 67% de chance d'être emmerdé tous les deux mois et demi. Pour quinze on est à 87%.

                                            De plus en imap, il me semble que seul les titres des mails sont téléchargés et qu'il faut cliquer dessus pour le lire (et ça télécharge le reste)

                                            Ç'est au choix. Tu peux demander la synchronisation complète, ou juste la récupération d'entêtes. Dans un cas ton commercial pourri la bande passante de la boite et vide sa batterie à synchroniser, dans l'autre cas il doit attendre pour chaque mail le téléchargement complet avant de pouvoir récupérer l'info qu'il l'intéresse (pour peu qu'il ait un réseau décent). Les deux sont pénalisant.

                                            • [^] # Re: à ce point là ?

                                              Posté par . Évalué à -1.

                                              Nan mais tu fais quoi avec ton téléphone? Sur six ans, une dizaine d'utilisateurs (sondage autour de moi) les téléphones en rade se compte au nombre de trois, dont un d'une marque connue pour faire du fragile. L'autre s'est fait lécher par mes nièces, et le dernier c'est une batterie en rade (ça se change). Et quand je vois la gueule des téléphones fourni par les entreprise, c'est pas du récent.

                                              Donc dans un optique ultra favorable, si il y a 8 employés nomades qui synchronisent en distant

                                              Non en ultra favorable, les gens synchronise au boulot.

                                              Il ne faut pas décorner les boeufs avant d'avoir semé le vent

                                              • [^] # Re: à ce point là ?

                                                Posté par . Évalué à 2.

                                                Sur six ans, une dizaine d'utilisateurs (sondage autour de moi) les téléphones en rade se compte au nombre de trois

                                                Sur les 48 derniers mois, avec des flottes de plusieurs dizaines de téléphones, j'ai une espérance de vie statistique des téléphones type "smartphone" de l'ordre de 18 mois. Durée de vie réelle de 36 mois + perte/casse/vol. La durée de vie d'un portable est souvent inversement proportionnelle à son utilisation.

                                                Et quand je vois la gueule des téléphones fourni par les entreprise, c'est pas du récent.

                                                ça dépend des entreprises, les utilisateurs nomades, vrp, commerciaux et autres télétravailleurs ont généralement des portables à jour.

                                                Non en ultra favorable, les gens synchronise au boulot.

                                                Oui dans d'autres entreprises qui font d'autres métiers il n'y a pas d'utilisateurs réellement nomades et du coup on peut synchroniser en direct. Le problème là c'est qu'on parle d'entreprises qui ont des utilisateurs nomades et pour qui l'auto hébergement présente un soucis réel.

                                        • [^] # Re: à ce point là ?

                                          Posté par . Évalué à 2.

                                          Après "dites nous ce dont vous avez besoin, voici le dites nous avec qui vous travaillez et on vous expliquera comment vous en passer"

                                          N'importe quoi. Tu changes un cas censé être exceptionnel en un cas courant, pour après me sortir ce genre de phrase. Tu espères me faire réagir ? Ben non ça ne marche pas, je ne tomberai pas dedans: d'une part je m'énerve beaucoup moins facilement ces temps-c (cure de magnésium efficace), et d'autre part la mauvaise foi est tellement évidente que ça ne m'intéresse pas.

                                          Mais dans les locaux il n'y a pas (trop) de problèmes. On parle d'un utilisateur nomade là. Ce qui veut dire qu'il n'est pas sur place (en tout cas pas tout le temps) mais qu'il aimerait quand même lire ses mails autrement que dans un cyber café.

                                          Normalement, c'est à l'employeur de fournir les outils de travail non ?

                                          Si le commercial s'est fait chourer son portable ou son smartphone : la boite doit lui remplacer. Soit il se le fait envoyer par le service adéquat, soit il se déplace pour le récupérer. Dans ce cas qu'est-ce qui empêche ledit service (qui peut être composé d'une seule personne) de lui fournir un smartphone ou portable synchronisé ?

                                          Si le telephone est en panne tout les deux ou trois moins (même chose que les commerciaux : si ça arrive, change de fournisseur, ou de commercial : ce n'est pas normal) : il passe par le service adéquat de la boite et ce service li fournit un tel synchronisé.

                                          Maintenant si c'est le commercial qui va acheter lui-même le telephone en question, et qu'il passe par une note de frais, là ça peut poser problème pour la synchro, mais dans ce cas c'est que tu n'as pas beaucoup de commerciaux, donc ce n'est pas non plus souvent que ça arrive. Ce n'est pas à négliger, mais le risque peut être acceptable.

                                          • [^] # Re: à ce point là ?

                                            Posté par . Évalué à 2.

                                            N'importe quoi. Tu changes un cas censé être exceptionnel en un cas courant

                                            Ben lève les yeux, j'ai fait les calculs pour ce cas "exceptionnel". Tu verras qu'il n'a rien d'exceptionnel. Généralement passé 6 portables dans une boite, il y en a toujours un en rade.

                                            _Tu espères me faire réagir ? _

                                            Je suis très provocateur, quand un mec me dit "Tu dois avoir des commerciaux de merde, vire les !" je ne peux pas m’empêcher de légère taquinerie.

                                            Ben non ça ne marche pas,

                                            La schizophrénie n'est plus une maladie honteuse.

                                            et d'autre part la mauvaise foi est tellement évidente que ça ne m'intéresse pas

                                            La névrose non plus apparament.

                                            Normalement, c'est à l'employeur de fournir les outils de travail non ?

                                            Justement le cas là est de savoir si l'auto-hébergement est un outil de travail valable dans tout un tas de conditions.
                                            Ensuite le problème n'est pas l'achat du téléphone, ou le commercial maladroit, mais le fait que d'une part les boites mails sont de plus en plus grosses et que d'autres part les téléphones portables "smartphone" durent péniblement 18 mois.
                                            Tu fais la somme des deux et tu obtiens un cas typique (plusieurs utilisateurs principalement nomades) ou l'auto-hébergement est à fuir comme la peste.

                                            Si le telephone est en panne tout les deux ou trois mois

                                            Ca me rappelle une blague : "En Chine un homme se fait mordre par un chien toutes les 17 secondes" - "Roh, le pauvre".

                                            Il s'agit bien entendu d'une panne tous les 2 ou 3 mois sur l'ensemble de la flotte des utilisateurs nomades. Donc un pourrissage de bande passante de plusieurs heures à une semaine tous les deux/trois mois. Ce qui est insupportable pour les utilisateurs.

                                  • [^] # Re: à ce point là ?

                                    Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                                    Pour la bande passante, il faut bien se souvenir que pour les services comme le courrier électronique, ce n'est pas un critère pertinent.

                                    Avec un seul utilisateur, je te massacre la bande passante avec une action simple (genre choper un ordi pour une semaine, installer Thundribird, login/pass, récupérer mes mails. Bam 1 Go dans la gueule, j'aimerai pas à attendre de finir la semaine pour les avoir).

                                    Ne parlons pas de plus d'un utilisateur (si si, ça arrive d'avoir plus d'un utilisateur).
                                    Et parlons que de mail, pas de stockage ou autre...

                                    C'est bien joli de faire joujou avec l'auto-hébergement, mais faudrait arrêter un jour de "mentir" sur les capacités de la chose : c'est hyper-limité (autant en dispo qu'en capacité), alors que ce sont des critère très utiles, il ne faut pas se leurrer. Rare sont les utilisateurs près à avoir si peu de caractéristiques alors que poru quelques Euros ils ont un truc qui marche mieux. Après, si tu as un LS en entreprise, héberger en entreprise est faisable, mais pas sur une ligne ADSL... Certains s'en sont mordus les doigts (surtout lors d'une coupure d'une semaine, contractuellement valide).

                                    • [^] # Re: à ce point là ?

                                      Posté par (page perso) . Évalué à -3.

                                      Je ne comprends pas. Lorsqu'on héberge soi-même son courrier, il arrive directement chez soi. Lorsqu'on ne l'héberge pas soi-même, on le récupère par paquets à la place. Dans les deux cas les quantités de données transférées sont les mêmes…

                                      • [^] # Re: à ce point là ?

                                        Posté par (page perso) . Évalué à 4. Dernière modification le 29/01/12 à 14:23.

                                        Tu ne comprends pas, sérieusement?
                                        Tu n'oublierais pas que dans ce monde, on peut sortir de chez soit?
                                        Genre aller ailleurs que la où est la machine auto-hébergée, et se coltiner la limite d'upload de sa ligne ADSL, alors qu'en hébergé classique, on a la limite de download de la où on est (parce que l'upload de l'hébergement est à 1 Gbps, il y a de la marge).

                                        Bref, super, avec ta super méthode, je me retrouve à synchroniser mes mails à 100 Ko/s au mieux (classique upload ADSL, en priant qu'aucun collègue fasse la même chose en même temps, sinon je risque de tomber à 10 Ko/s et j'en ai pour la semaine), alors que j'ai plutôt dans les 2 Mo/s avec un hébergement classique (même si il y a 50 autres collègues qui font la même chose en même temps ailleurs dans le monde).

                                        Tu ne ferais pas de l'auto-hebergement sans être conscient des limites de ton accès Internet dans le cas où on sort de chez soit? Tu ne sors jamais de chez toi? Tu n'utilises jamais ton outil en fait, c'est ça? Désolé, mais certains l'utilisent.

                                        • [^] # Re: à ce point là ?

                                          Posté par . Évalué à 1.

                                          Oui, après, en général, si tu héberges ton serveur dans ta société, 99.9% du temps si quelqu'un doit synchroniser la totalité de ses mails il le fera depuis le bureau. S'il est en déplacement, il ne resynchronisera jamais la totalité de la boite, il se contentera de récupérer les nouveaux mails.

                                          Puis y'a le SDSL aussi.

                                          • [^] # Re: à ce point là ?

                                            Posté par (page perso) . Évalué à -1.

                                            si quelqu'un doit synchroniser la totalité de ses mails il le fera depuis le bureau.

                                            Dit moi ton besoin, je te dirai comment t'en passer (sauf que les mecs, en réalité, ça leur arrive une fois, et ils changent de lieu d'hébergement ensuite, les conneries ça suffit)

                                            Puis y'a le SDSL aussi.

                                            Je réagissais sur l'ADSL prôné par Tanguy comme le Nirvana pour l'auto-hébergement.
                                            Sinon, on peut aussi avoir un ligne spécialisé à 1 Gbps chez soit. Tout dépend du prix que tu es près à y mettre par rapport aux "avantages".

                                            • [^] # Re: à ce point là ?

                                              Posté par . Évalué à 5.

                                              Dit moi ton besoin, je te dirai comment t'en passer

                                              Tu exagères. Je ne sais pas à quoi correspond ta réalité, mais dire que l'auto-hébergement (pour quelque définition de auto-hébergement qui ne semble pas être partagée par tout le monde de toute façon) ne fonctionne pas est complètement biaisée. Ce n'est peut-être pas la panacée dans certains cas mais la situation d'un endroit à l'autre, d'une société à l'autre, est totalement différente.

                                              Il n'y a pas de solution magique mais l'auto-hébergement fonctionne pour énormément de gens, pour des raisons qui les regardent (que ce soit une question de confidentialité ou bêtement "je ne peux pas faire autrement avec mon Exchange"). Donc dire que tout le monde dit des conneries juste parce que cela ne correspond pas à ta conviction profonde, cela suffit.

                                              Personne n'a suggéré de mettre un datacenter derrière une ligne ADSL. Seulement voilà, un serveur mail pour trois personnes derrière une ligne ADSL, cela fonctionne. Un serveur mail pour 20 personnes derrière une ligne un peu plus costaude, cela fonctionne aussi. Et un serveur mail auto-hébergé pour une boite de 300 personne qui a une fibre (c'est très facile d'avoir une fibre, en tout cas en Belgique) cela fonctionne très bien aussi.

                                              Et pour ce qui est de la fiabilité c'est juste une question de contrat avec ton FAI. Je connais une zone de police en Belgique qui auto-héberge son serveur e-mail. Or ils doivent être accessibles 24/7, et cela fonctionne. Ils ont deux accès internet (dont un en fibre) et tout a été pensé en fonction de la fiabilité en prenant en compte l'impératif de confidentialité. Mais c'est auto-hébergé dans le sens ou le serveur e-mail et le reste sont hébergés sur site.

                                              Après si tu n'as pas besoin de confidentialité ni de contrôle, les diverses solutions "cloud" fonctionnent (gmail ou office 365). Si tu as besoin d'un peu plus de contrôle tu peux avoir un serveur hébergé dans un datacenter. Si tu es sur la dèche tu peux mettre ton serveur mail derrière ta connexion ADSL pourrie et mordre sur ta chique.

                                              Confidentialité, Efficacité, Bas Prix, Simplicité, mais pas tous en même temps.

                                              • [^] # Re: à ce point là ?

                                                Posté par (page perso) . Évalué à 1.

                                                Je te rassure : je suis bien conscient de la chose.

                                                Juste que ça n'a absolument rien de nouveau : ça doit bien faite 40 ans (oui, depuis les débuts de l'informatique) qu'on se pose la question de savoir où on héberge, suivant des contraintes diverses. La, on a des mecs qui ont posé un nouveau concept "auto-hébergement" qui ne veut rien dire (il ne s'héberge pas tout seul, on héberge sur site, c'est tout) et qui essayent de le "vendre" dès qu'on parle d'hébergement, sans regarder si c'est utile ou pas, sans parler des contraintes (disponibilité/gestion/vitesse/etc...), comme si c'était la solution miracle)

                                                Oui, pour chaque cas la réponse peut être différente. Mais non, l'hébergement sur site (reprenons une dénomination qui existe depuis... Longtemps) n'est pas la panacée tout le temps (surtout depuis que beaucoup de monde à un PC portable et peut être partout dans le monde), surtout quand on a une petite structure (donc pas de grosse ligne pour l'accès).

                                                • [^] # Re: à ce point là ?

                                                  Posté par . Évalué à 2.

                                                  Les gars comme toi qui nous disent qu'on est tous des habitants du monde. Qu'on doit être capable de télécharger ses emails pourris d'emmerdeurs de commerciaux n'importe où dans le monde se trompent depuis longtemps. L'informatique fera comme l'économie réelle, elle se relocalisera. Losqu'on découvrira que les pseudos grosses boîtes à la mode du net 2.0 des mes deux font les mêmes choses pourries avec vos vies que les banquiers et assureurs. On a assez écouté les trous du cul en tout genre et c'est en train de changer.

                                            • [^] # Re: à ce point là ?

                                              Posté par (page perso) . Évalué à 1.

                                              Je réagissais sur l'ADSL prôné par Tanguy comme le Nirvana pour l'auto-hébergement.

                                              Tiens d'ailleurs, ca existe l'ADSL dans l'autre sens que celui qu'on connait ? Pour le coup, c'est plus qu'interessant pour l'"auto-hebergement".

                                              • [^] # Re: à ce point là ?

                                                Posté par (page perso) . Évalué à 3.

                                                La question est surtout de savoir si il y des gens intéressé pour avoir une "masse" à mutualiser.
                                                - ADSL dans le sens qu'on connait : beaucoup de monde
                                                - SDSL (Symétrique) : déjà moins de monde (beaucoup moins)
                                                - ADSL dans le sens non classique : il y a un vrai besoin avec des sous à mettre derrière?

                                                Car même si ça existe, ça n'enlève pas tous les autres défauts (débit pour un serveur, dispo de la ligne, admin sur place...)

                                          • [^] # Re: à ce point là ?

                                            Posté par . Évalué à 4.

                                            Ou il le fera par dessus le vpn, de la maison.
                                            Je ramene pas toujours mon laptop chez moi, si je dois regarder un truc en urgence sur mon laptop perso, je vais me prendre un checkout de qq dizaines de Mo dans la gueule.
                                            Sur ma connexion, ca me prend une minute. Sur de l'autoheberge, plusieurs heures, j'ai plus vite fait de conduire au taff, choper le laptop et rentrer.

                                            Bon, ensuite tu neglige un point important, t'as bien plus de chance d'avoir une panne materielle en deplacement qu'au bureau. Oui, c'est plus facile de perdre/se faire piquer/peter son smartphone dans un aeroport qu'entre la maison et le bureau.

                                            Et la panne est d'autant plus urgente que t'es en deplacement.
                                            Oui, quand t'es en deplacement, c'est generalement pas pour faire du tourisme mais pour aller voir qq1, et t'as besoin d'une solution de secours efficace.

                                            If you can find a host for me that has a friendly parrot, I will be very very glad. If you can find someone who has a friendly parrot I can visit with, that will be nice too.

                                    • [^] # Re: à ce point là ?

                                      Posté par . Évalué à 3.

                                      Oui enfin dans ma boite on est a hébergement externe, et c'est 24mo la boite mail après les mails sont refusés.

                                      Il ne faut pas décorner les boeufs avant d'avoir semé le vent

                                      • [^] # Re: à ce point là ?

                                        Posté par (page perso) . Évalué à 3.

                                        Euh... On peut parler d'hébergement avec des caractéristiques à jour?
                                        Si ils ne veulent pas dépenser en externe, je ne pense pas qu'ils te fourniront mieux en interne...

                                        Bref : rien à voir (en externe, tu peux avoir 25 Go de mail pour moins de 4€/mois... Tu ne vaux même pas cette peine pour ta boite!)

                                    • [^] # Re: à ce point là ?

                                      Posté par . Évalué à 2.

                                      Avec l'arrivée de la fibre, je pense que ce genre d'inconvénients pourra être effacé. Ensuite il faut aussi choisir ton fournisseur en conséquences, et éviter de faire appel a un FAI ou a une offre grand public lorsque tu as des contraintes pro.

                                      • [^] # Re: à ce point là ?

                                        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                                        Oui, la fibre va amener pas mal de changements, et c'est bien.
                                        Car il y a une limite au besoin (1 Mbps de l'ADSL, c'est peu, mais 100 Mbps de la fibre, ça peut aller, pas besoin d'une connexion 10 Gbps pour les pros non plus).

                                        Il faudra voir ce que les offres "pros" (avec des garanties de temps de rétablissement) seront à ce moment la! (car pour le moment, les offres de fibre ne sont pas adaptée aux contraintes de dispo)

                                        Mais je rappelle que ce qui me fait le plus bondir c'est l' "auto-hébergement" derrière une pauvre ligne ADSL, où pour palier à la déficience de la chose, on te dit de ne pas faire certaines choses ("adapte-toi aux contraintes à la con que je te pose, pas question de se dire qu'il y a peut-être un problème")

                        • [^] # Re: à ce point là ?

                          Posté par (page perso) . Évalué à 10.

                          0 info sur les garanties de service à demander

                          À demander à qui ? En auto-hébergement, celui qui te fournit le service, c'est toi-même. Tu peux te demander toutes les garanties que tu veux, d'ailleurs c'est d'autant plus facile que tu es un interlocuteur très proche de toi-même et disposant d'un moyen de communication de très haute performance avec toi-même, la pensée.

                          0 info sur les délais légaux de rétablissement ou sur la disponibilité des intervenants techniques

                          Quels intervenants techniques ? Dans le cadre d'un auto-hébergement, le seul intervenant technique autre que toi-même c'est ton FAI, tu peux regarder ton contrat, tout est écrit dessus.

                          0 info sur le dimensionnement de la bande passante en fonction du nombre de personnes qui se trouvent derrière (ou de l'importance des données à sauvegarder)

                          Par définition, l'auto-hébergement c'est s'héberger soi-même, pas héberger d'autres gens. Sinon ça devient de l'hébergement tout court, et ça se dimensionne en effet mais le calcul n'est ni compliqué ni intéressant pour l'auto-hébergement.

                          • [^] # Re: à ce point là ?

                            Posté par . Évalué à 3.

                            À demander à qui ? En auto-hébergement, celui qui te fournit le service, c'est toi-même

                            Et je fais comment pour me demander la fourniture d'une pièce défectueuse sous quatre heures ? Le rétablissement d'un lien ou la réouverture d'un port vers internet ? L'internet c'est quand même un truc connecté à d'autres, qui fonctionne principalement avec du matériel fabriqué dans des pays lointains et qui ont tendance à être obsolètes assez rapidement. Donc même en auto-hébergement tu as une foule d'interlocuteur. Ton FAI, ton fournisseur de matériel, ton électricien, ton chauffagiste, ton bailleur etc. L'auto-hébergement n'est pas synonyme de "je fais tout moi-même" - ça obligerait à posséder des infrastructures démentielles.

                            Quels intervenants techniques ? Dans le cadre d'un auto-hébergement, le seul intervenant technique autre que toi-même c'est ton FAI, tu peux regarder ton contrat, tout est écrit dessus.

                            Déjà non, tout n'est pas écrit sur le contrat du FAI, il y a des trucs qui ne sont pas notés et qu'on retrouve soit à l'ARCEP soit dans le code judiciaire approprié et ensuite il y a pas mal d'autres intervenants (cf plus haut).

                            Par définition, l'auto-hébergement c'est s'héberger soi-même

                            En société quand tu déploies un service c'est pas juste pour faire les kikoolol sur internet. C'est généralement parce que tu en as besoin pour ton travail, c'est à dire que tu en as besoin pour servir tes clients. Les calculs de dimensionnement sont parmi les plus complexes à faire pour que ça ne te coute pas trop cher d'une part et que tes clients soient servis correctement d'autre part. (Par servi correctement, j'entends une qualité de service au moins aussi bonne que celle de la concurrence qui elle n'est pas auto-hébergée). Mais j'imagine que pour toi Poisson est un animal et Erlang un langage à la syntaxe imbitable.

                            Pour information cependant les deux types de sociétés qui pratiquent le plus l'auto-hébergement sont les hôpitaux et les cabinets notariaux. Et ils ne se contentent pas vraiment de remonter leurs manches et de lire le contrat du FAI.

                            • [^] # Re: à ce point là ?

                              Posté par . Évalué à 2.

                              Et je fais comment pour me demander la fourniture d'une pièce défectueuse sous quatre heures ?

                              Comme ton prestataire le ferait: tu gardes des pièces en stock. C'est d'autant plus facile si tu travailles dans une boite informatique ou avec des machines virtuelles.

                              Pour info le même problème se pose de façon aussi cruciale avec pas mal de services fournis dans n'importe quel boite (crm, stockage de fichiers, bases de données, etc) donc je ne vois pas en quoi le mail fait exception. C'est une question de bonne gestion du matériel informatique.

                              Le rétablissement d'un lien ou la réouverture d'un port vers internet ?

                              Ça ça dépend du contrat que tu as avec ton FAI et de la personne qui gère ton routeur.

                              • [^] # Re: à ce point là ?

                                Posté par . Évalué à 3.

                                Comme ton prestataire le ferait: tu gardes des pièces en stock. C'est d'autant plus facile si tu travailles dans une boite informatique ou avec des machines virtuelles.

                                Ce qui revient à tout acheter en double. Minimum. Mon prestataire lui il peut partir sur un taux de pannes raisonnable et n'acheter qu'une pièce de plus toutes les 10 ou 15 unités.

                                Ça ça dépend du contrat que tu as avec ton FAI et de la personne qui gère ton routeur.

                                Ok, pour rire essaye de faire écrire à ton FAI que tu auras accès au port 5662 en entrant sur ta connexion pour les 3 prochaines années.
                                Pour info, Vivendi n'y est pas arrivé (et pourtant leur fournisseur SFR avait une réelle motivation à le faire). C'est pour çà qu'ils utilisent de la fibre chez Colt pour rebondir sur un datacenter.

                                Ca ne veut en aucun cas dire que ce port sera fermé, ca veut juste dire que certaines garanties sont impossibles à obtenir (en tout cas en France) pour les connexions hors datacenter/fibre noire.

                                • [^] # Re: à ce point là ?

                                  Posté par . Évalué à 2.

                                  Ce qui revient à tout acheter en double. Minimum.

                                  Bof. Si tu travailles avec des VM tu as de toute façon au moins deux hosts qui peuvent reprendre la charge au cas où (quitte à éteindre des trucs moins importants). Sinon, tu bosses probablement avec ta marque préférée donc tous tes serveurs sont sans doute relativement proches au niveau hardware. Puis tu as sans doute bien un vieux serveur que tu n'utilises plus et que tu peux utiliser le cas échéant, car je doute que ton serveur mail nécessite la crème de la crème si c'est juste temporaire. De toute façon, le fait d'avoir un peu de spare (ou un contact qui peut en fournir sans délai) est juste un pré-requis si tu veux avoir une informatique fiable en entreprise, et pas juste pour l'e-mail.

                                  Après, oui, les VM, c'est quand même génial pour ça.

                                  Ok, pour rire essaye de faire écrire à ton FAI que tu auras accès au port 5662 en entrant sur ta connexion pour les 3 prochaines années.

                                  Bah dans le contrat y'a écrit que tous les ports TCP et UDP sont accessibles, qu'il n'y a aucun bloquage. Après je ne sais pas ce que ça dit en France, mais généralement tu choisis ton fournisseur en fonction de tes besoins, et ce qu'il garantit, il le garantit, point. Si Vivendi a eu besoin de faire appel à Colt, grand bien leur fasse, mais si l'on suit ton raisonnement, il n'est pas impossible que Colt modifie un jour ses services et bloquent ton fameux port 5662 pour une mauvaise raison ou l'autre.

                          • [^] # Re: à ce point là ?

                            Posté par . Évalué à 3.

                            Laisse, on a pu affaire à des informaticiens mais à des chefs d'orchestres de prestataires. Ils ont depuis longtemps abandonné la réflexion au profit de leur iphone et leur mini avec week-end à DisneyLand et vacances en République Dominicaine. Après ils vont te gaver avec leur super cloud, leur super virtualisation de la mort parce-que leurs clients sont des traders et qu'ils ne veulent pas leur refuser une pipe.

                    • [^] # Re: à ce point là ?

                      Posté par (page perso) . Évalué à 9.

                      Moi j'ai vécu le passage de l'autohébergement à gmail dans une société: des mails perdus, d'autres qui arrivent avec plusieurs jours de retards, un envoi plus lent... Maintenant ça marche, mais la transition a été douloureuse. Heureusement on y a gagné... heu quoi au fait?

                      http://devnewton.bci.im

                      • [^] # Re: à ce point là ?

                        Posté par . Évalué à 3.

                        Moi j'ai vécu le passage de l'autohébergement à gmail dans une société

                        A mais j'ai jamais dit que GMail était un bon produit. Personnellement je le déconseille à tous mes clients. C'est un produit ludique, rapide, très pratique et très versatile, mais peu fiable.

                        L'auto hébergement en société ça me parait vraiment casse gueule. Quoi qu'il arrive il faudra quand même un service extérieur pour le backup MX, les downtime de maintenance, les pannes de connexion etc.

                        De plus l'auto hébergement bouffe de la bande passante montante, qui est souvent très chère, en cas de besoin en webmail/accès nomade/blackberry et autre smartphone qui synchronisent agenda, mail et autres carnets d'adresses. C'est toujours un bonheur d'avoir un commercial en représentation qui perd son téléphone et qui se retrouve à télécharger 2 ou 3go de mail dans la journée.

                        Maintenant mes clients sont tous des gens qui ont un vrai besoin du mail (avocats, tourisme, immobiliers) et qui s'échangent des pdf de plusieurs Mo à longueur de journées. J'imagine que ca (l'auto hébergement) peut marcher un temps si le mail n'est pas si volumineux ni si nécessaire, enfin jusqu'à la première grosse panne. Parce que bon en auto héberger, un coup de pioche mal placé ou un zèle idiot d'un opérateur = 3 jours sans infrastructures communicantes. (Et encore ca c'est si on se rabat sur une solution de secours rapidement.)

                        • [^] # Re: à ce point là ?

                          Posté par (page perso) . Évalué à 3.

                          L'auto hébergement en société ça me parait vraiment casse gueule.

                          En même temps ce n'est pas le sujet, surtout que la notion "d'autohébergement en société" n'a a ma connaissance jamais été définie.

                          http://devnewton.bci.im

                          • [^] # Re: à ce point là ?

                            Posté par . Évalué à 3.

                            En même temps ce n'est pas le sujet, surtout que la notion "d'autohébergement en société" n'a a ma connaissance jamais été définie.

                            On parle de M Bodor qui a apparemment passé l'infrastructure de sa société de de l'auto hébergé vers Google. Donc on est dans dans la cadre plein de la notion "d'autohébergement en société".

                            • [^] # Re: à ce point là ?

                              Posté par (page perso) . Évalué à 7.

                              J'ai toujours entendu parler d'autohébergement pour un particulier, cad un serveur à la maison sur une connexion ADSL/SDSL.

                              Pour une société, on parle d'internalisation ou d'externalisation d'un service. Ca peut aller de la PME qui 3 serveurs et un admin réseau à la multinationale qui a un contrat avec IBM.

                              http://devnewton.bci.im

                              • [^] # Re: à ce point là ?

                                Posté par . Évalué à 2.

                                J'ai toujours entendu parler d'autohébergement pour un particulier, cad un serveur à la maison sur une connexion ADSL/SDSL.

                                Certes, il y a celà aussi. Mais dès le début de cette discussion on a bien parlé d'auto-hebergement d'entreprise et de sociétés.

                                Pour une société, on parle d'internalisation ou d'externalisation d'un service

                                Non, ce sont des notions différentes.
                                On peut avoir les infrastructures en interne (i.e tous les serveurs dans le bâtiment de la boite) et néanmoins avoir externalisé les services (c'est un prestataire qui s'occuper de maintenir/configurer/prendre les décisions techniques)
                                De la même façon on peut avoir les infrastructures en data-center, avec la société qui prend elle-même toutes les décisions.

                                On parle d'auto-hébergement quand la personne (physique ou morale) gère elle-même le fonctionnement au jour le jour d'une infrastructure qui est dans le même bâtiment qu'elle. En d'autres termes elle créé elle même ses règles, ses restrictions, ses utilisateurs pour divers services et effectue la maintenance basique. Ça n'exclu pas le recours à du consulting ou à du développement extérieur pour certaines opérations complexes, mais ça exclu l'appel ou le recours à un prestataire extérieur pour les opérations de base précités.

                                • [^] # Re: à ce point là ?

                                  Posté par (page perso) . Évalué à 3.

                                  On parle d'auto-hébergement quand la personne (physique ou morale) gère elle-même le fonctionnement au jour le jour d'une infrastructure qui est dans le même bâtiment qu'elle.

                                  Voilà un embryon de définition! Par contre, ça recouvre encore des réalités très différentes. Rien que pour les PME, on peut tomber sur des boites de cinq personnes avec un serveur sur une ligne ADSL ou des entreprises avec une grosse DSI et des salles serveurs sur 3 continents.

                                  http://devnewton.bci.im

                                  • [^] # Re: à ce point là ?

                                    Posté par . Évalué à 1.

                                    Voilà un embryon de définition!

                                    Je ne vois pas ce que la définition a d'embryonnaire. Elle permet de savoir de façon fiable si on a affaire à un auto-hébergement ou non.
                                    Trois critères simple :
                                    - La personne (morale ou physique) gère le système elle même au jour le jour
                                    - Le système est inclus intégralement sur le site des utilisateurs
                                    - Les locaux ne sont pas un data center (parce que sinon il y a triche)

                                    Si tu respectes les trois critères tu es en auto-hébergement. Sinon, non.

                                    Par contre, ça recouvre encore des réalités très différentes

                                    Oui comme la notion de serveur et à fortiori d'hébergement. Un serveur logique ça recouvre aussi bien le site de Jean-Kevin sur son IIS perso derrière un DyDNS sur ligne Adsl Orange que Facebook. Pour autant la définition n'est pas embryonnaire.

                                    ou des entreprises avec une grosse DSI et des salles serveurs sur 3 continents.

                                    Dans ce cas il y a probablement une infrastructure centralisée, donc pas d'auto-hébergement complet. Éventuellement chaque branche va auto-héberger certains services, mais l'ensemble de l'infra dans sa globalité ne pourra pas être considérée comme auto-hébergée.
                                    Ceci étant ca va quand même de Jean Kevin aux très grosses structures comme Disneyland Paris ou les gros hôpitaux.

                                    • [^] # Re: à ce point là ?

                                      Posté par . Évalué à 2.

                                      Pourquoi le second critère ? Et pourquoi le 3eme ?
                                      le premier, OK. Mais le 2e ? Rien n'empeche une société d'héberger son serveurde mail sur un autre local, sous réserve d'avoir le débit adapté, tant que ce local lui appartient. Et pour le 3e, on peut imaginer que la societe en question puisse avoir un "mini datacenter" : une salle informatique dans un batiment lui appartenant, ou qu'elle loue en son nom, et qu'elle gere ell-même la salle en question On s'approche dans ce cas du datacenter. Mais ça reste de l'auto-hébergement.

                                      • [^] # Re: à ce point là ?

                                        Posté par . Évalué à 1.

                                        Rien n'empeche une société d'héberger son serveurde mail sur un autre local, sous réserve d'avoir le débit adapté, tant que ce local lui appartient.

                                        Rien du tout, tant que le local est sur le même site (Il peut y avoir plusieurs locaux sur un même site). Après si tu vas prendre un site distant exprès pour mettre tes infrastructures, c'est bien qu'il y a un soucis avec ton site actuel (ou alors que tu aimes vraiment jeter ton argent par les fenêtres).

                                        Et pour le 3e, on peut imaginer que la societe en question puisse avoir un "mini datacenter"

                                        Pas de soucis non plus avec le "minidatacenter". Par contre si tu es sur un vrai datacenter (comprendre un datacenter avec du peering (sphinx, freeix,pouix) et des grosses connexions (Liens dédiés haut débit avec interconnexion vers d'autres datacenter) ). Là on ne peut plus appeler ça de l'autohébergé. Ca serait comme de dire que OVH fait de l'auto-hébergement pour ses propres infrastructures. C'est techniquement vrai, mais du point de vue du sens commun c'est complètement à coté de la nature même de ce qu'est supposé être l'auto-hébergement.

                                        • [^] # Re: à ce point là ?

                                          Posté par . Évalué à 2.

                                          Je ne comprends pas cette contrainte de même site.
                                          > si tu vas prendre un site distant exprès pour mettre tes infrastructures, c'est bien qu'il y a un soucis avec ton site actuel (ou alors que tu aimes vraiment jeter ton argent par les fenêtres).

                                          Ca pourrait tout simplement être parce qu'il n'y a pas de place là ou tu bosses pour mettre les infrastructures, et un petit local à distance (je ne parle pas de tout un batiment) ne coute pas si cher que ça ?

                                • [^] # Re: à ce point là ?

                                  Posté par . Évalué à 3.

                                  On parle d'auto-hébergement quand la personne (physique ou morale) gère elle-même le fonctionnement au jour le jour d'une infrastructure qui est dans le même bâtiment qu'elle

                                  On dit quoi quand la personne gère elle-même le fonctionnement mais pas forcément dans le même bâtiment ? Parce que c'est quand même le sujet... Sauf erreur, Denis parle d'exim vs gmail, pas tant d'exim sur adsl vs gmail.
                                  On peut facilement passer d'un hébergement adsl vers un hébergement dédié si on a des soucis de disponibilité matériel, sans pour autant remettre en cause ce qui nous concerne avant tout, la partir logiciel. Comme la partie logicielle est facilement redondante et cryptable le soucis des données est bien moindre.

                                  • [^] # Re: à ce point là ?

                                    Posté par . Évalué à 3.

                                    Denis parle d'exim vs gmail, pas tant d'exim sur adsl vs gmail.

                                    Je ne suis pas rentré dans ce débat là. Si tu relis mes posts tu verras que le moment ou je suis rentré dans la discussion c'est quand il a été suggéré que l'auto-hébergement était une alternative réaliste à GMail, et qu'on pouvait ne faire confiance à aucun des grands acteurs de l'hébergement/fourniture de liens tout en restant pleinement fonctionnel.

                                    Personnellement je n'aime pas GMail, non pas pour des raisons philosophiques mais parce que ça marche moins bien que tout un tas d'autre services (y compris une infra postfix/exim/sendmail etc.)

                            • [^] # Re: à ce point là ?

                              Posté par . Évalué à 1.

                              Moi je passerai chez Google Mail si et seulement si je suis prêt psychologiquement :
                              - à garer ma nouvelle voiture dans un garage publique dans ma cité,
                              - à faire laver mes slips sales par ma voisine blonde à forte poitrine,
                              - quand ma femme aura mon code de carte bleue,
                              - quand je ne serai plus obligé de fermer ma porte de maison à clé.

                              D'ici là, je n'aime pas que mes slips traînent ailleurs que chez moi.

                        • [^] # Re: à ce point là ?

                          Posté par (page perso) . Évalué à 3.

                          De plus l'auto hébergement bouffe de la bande passante montante, qui est souvent très chère

                          Ça n’a rien à voir avec le « auto » de auto-hébergement…

                          • [^] # Re: à ce point là ?

                            Posté par . Évalué à 3.

                            De plus l'auto hébergement bouffe de la bande passante montante, qui est souvent très chère

                            Ça n’a rien à voir avec le « auto » de auto-hébergement…

                            C'est à dire qu'en data center le mb/s garanti 7j/7 24h/24 au 95 centile coute 1€/mois environ, contre minimum 100 (souvent plus du triple) en liaison à domicile. Donc en vrai ça a quand même un vague rapport. En auto-hénergé avoir 10mb/s garanti en montant ça coûte juste un bras tous les mois. En data center 100mb/s c'est limite offert avec la location du serveur ou de la baie.

                    • [^] # Re: à ce point là ?

                      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                      Tu as déjà fait de l'auto hébergement pour une société ?

                      Oui, je fais ça tous les jours, et à la demande desdites sociétés. Ça se passe comme ça : le client te dit qu'il veut un serveur à lui (généralement pour y flanquer Exchange, mais passons), tu lui vends un serveur, tu ouvres les ports sur sa box. S'il est parano, tu lui vends au passage un antispam+antivirus (généralement une belle appliance à la con), et roule Émile !

                      • Une certaine pérennité du système

                      C'est-à-dire ? Sauvegardes, onduleurs ? On en fait acheter à tous ceux qui le veulent. Ceux qui ne veulent pas, on leur dit de ne pas venir râler si ça se passe mal.

                      • Des emails publiés sur le net et dans des différents annuaires électroniques et papiers

                      Et ?

                      • Des gens qui vous prennent en grippe et qui décident de taper sur les infrastructures pour "se venger"

                      Jamais vu en 10 ans d'activité. Et on a des boîtes qui gèrent beaucoup de pognon (mais qui sont discrètes) parmi nos clients.

                      • La capacité à faire déménager ton adresse IP en même temps que toi, ou alors à changer les DNS pour faire coïncider ton déplacement physique avec ton nouvel accès.

                      Oui, et ? Le DNS est chez nous. Si le client change d'IP, il nous le dit, on s'occupe de faire baisser la TTL et basculer le MX primaire. Le secondaire s'occupe de jouer les relais pour les quelques courriels qui passent à travers.

                      • La capacité à garder tes services fonctionnels même si tu changes de FAI/type d'accès.

                      Cf. plus haut, tout ce dont tu as besoin, c'est de jouer avec le DNS.

                      Envoyé depuis mon PDP 11/70

                      • [^] # Re: à ce point là ?

                        Posté par . Évalué à 5.

                        Oui, je fais ça tous les jours, et à la demande desdites sociétés.

                        Attention, je ne dis pas que l'auto-hébergement est impossible, loin de là. J'en fais moi aussi depuis des années. Je m'élève juste contre Tanguy Ortolo qui balaye d'un revers de la main tous les problèmes de l'auto-hébergement et qui le présente comme la panacée.

                        _ Une certaine pérennité du système_
                        > C'est-à-dire ? Sauvegardes, onduleurs ?_

                        Entre autres, mais aussi les clients Bouygues ou Numericable (l'ancien contrat d'il y a un moment) qui ont eu la bonne surprise de voir leurs ports se faire fermer administrativement du jour au lendemain sans aucune possibilité de recours. Je parle également de clients dont l'ADSL tombe en rade pour cause de parasitage de quarte/débrassage/dégroupage total mal géré, et qui reste en panne ou en mode "dégradé" (par exemple 20Mb/s -> 4Mb/s) pendant des semaines. Je parle toujours de clients Orange Pro dont la bande passante vers Cogent se retrouve réduite à peau de chagrin (il n'y a pas que Youtube sur Cogent) etc.
                        Bref tous les trucs qui te permettent de regarder le client droit dans les yeux et de lui dire "on a un problème mais ça sera résolu dans X heures"

                        Des emails publiés sur le net et dans des différents annuaires électroniques et papiers
                        > Et ?

                        Ca attire le spam, donc ca bouffe des connexions et de la bande passante. Généralement au bout de 18 mois une adresse IP se retrouve dans tout un tas de fichiers à la con et se fait noyer sous les spams. Il faut gérer pour que l'utilisation du mail reste confortable pour les clients.

                        Des gens qui vous prennent en grippe et qui décident de taper sur les infrastructures pour "se venger"
                        > Jamais vu en 10 ans d'activité. Et on a des boîtes qui gèrent beaucoup de pognon (mais qui sont discrètes) parmi nos clients.

                        Ben touche du bois, moi ça arrive. Pas fréquemment, mais j'ai eu deux grosses attaques l'an dernier qui ont demandés des aménagements (déplacement d'un serveur en data center et mise en place de système d'exclusion d'adresses) en plus des recours légaux.

                        Oui, et ? Le DNS est chez nous. Si le client change d'IP, il nous le dit, on s'occupe de faire baisser la TTL et basculer le MX primaire. Le secondaire s'occupe de jouer les relais pour les quelques courriels qui passent à travers.

                        Si le serveur DNS primaire est auto-hébergé à un moment il va y avoir un problème. Problème qui peut être résolu simplement en utilisant un serveur DNS externe et en allant mettre à jour les pointeurs du regsitrar, mais problème qui est complexe à résoudre en auto-hébergé pur sauf à doubler les abonnements pendant un temps.

                        La capacité à garder tes services fonctionnels même si tu changes de FAI/type d'accès.
                        >Cf. plus haut, tout ce dont tu as besoin, c'est de jouer avec le DNS.

                        Non non, des fois tu as la bonne surprise de voir que les connexions vers des serveurs SIP sont bloquées ou anormalement lentes, que le P2P est filtré, que le routage vers certaines destinations fout en l'air tes règles firewall, que le type de VPN choisit par la boite ne marche plus etc. Parfois certains paquets ont carrément leurs entêtes modifiées etc. Généralement ca passe pour les trucs simples, mais dès qu'on sort du cadre site vitrine+ mail interne on s'expose à des surprises.

                    • [^] # Re: à ce point là ?

                      Posté par . Évalué à 5.

                      Tu as déjà fait de l'auto hébergement pour une société ?

                      Note que l'"autohébergement en société" c'est quand même pas mal pratiqué par tous les clients Microsoft qui installent de l'Exchange. Je ne vois pas pourquoi tu aurais davantage de problèmes avec du libre.

                • [^] # Re: à ce point là ?

                  Posté par (page perso) . Évalué à 8.

                  Oui c'est clair, il suffit de laisser un serveur ouvert sur le port 25 chez un FAI quelconque (avec IP fixe bien entendu)

                  Un FAI qui ne te fournit ni IP fixe et ni relai SMTP est un très mauvais FAI.

                  et de gérer les attaques contre le modem/la truc box soi-même.

                  Tu dois gérer ces attaques même sans faire de l'autohébergement. L'Hadopi te rends même responsable de cette gestion.

                  Assez rapidement on reçoit des centaines de milliers de spam par jour, donc prévoir un modem/box capable d'encaisser les connexions (la bande passante est pas ennorme)

                  Non.

                  Pendant qu'on y est on met aussi les DNS faisant autorité et le webmail sur la même connexion.

                  Ca passe sans problème.

                  Par contre pour le backup MX et les DNS secondaire, on demande à tata Janine.

                  Certains fournisseurs de DNS propose des backup MX (Gandi par exemple).

                  http://devnewton.bci.im

                  • [^] # Re: à ce point là ?

                    Posté par (page perso) . Évalué à 7.

                    Un FAI qui ne te fournit ni IP fixe et ni relai SMTP est un très mauvais FAI.

                    Un FAI doit te filer un accès Internet, point.
                    L'IP fixe est un bonus certes, mais obligatoire pour être un bon FAI?
                    Quand au SMTP, ça n'a pas grand chose à voir avec l'accès Internet, c'est du bonus complet, je ne vois pas ce que ça fait la comme critère. Pourquoi relai SMTP, et pas POP3, IMAP, Jabber, SIP, ou je ne sais quel protocole comme "obligatoire"?

                    • [^] # Re: à ce point là ?

                      Posté par . Évalué à 2.

                      L'IP fixe est un bonus certes, mais obligatoire pour être un bon FAI?

                      Ben tu sais ce qu'on dit, il y a les bons et les mauvais FAI…

                      Au passage, je crois qu'il n'y a que Free (et par extension Alice) qui en fournisse d'office.

                      Article Quarante-Deux : Toute personne dépassant un kilomètre de haut doit quitter le Tribunal. -- Le Roi de Cœur

                    • [^] # Re: à ce point là ?

                      Posté par . Évalué à 5.

                      Tout dépend ce que tu appelles internet : accès sans restriction au réseau et à tous ses protocoles, ou internet par Orange ;)

                    • [^] # Re: à ce point là ?

                      Posté par (page perso) . Évalué à 7.

                      L'IP fixe est un bonus certes, mais obligatoire pour être un bon FAI?

                      Pour être "bon" oui. Un peu comme un "bon" restaurant fournit des serviettes, du pain et des serveurs.

                      Bien sûr tu es libre de manger dans un fast food.

                      http://devnewton.bci.im

                  • [^] # Re: à ce point là ?

                    Posté par . Évalué à 3.

                    Tu dois gérer ces attaques même sans faire de l'autohébergement. L'Hadopi te rends même responsable de cette gestion.

                    Non je dois sécuriser mon accès internet. Donc si je ne mets pas de serveur derrière ma box je dois sécuriser mon switch et ma connexion wifi (par exemple en l'éteignant)

                    _Assez rapidement on reçoit des centaines de milliers de spam par jour, donc prévoir un modem/box capable d'encaisser les connexions (la bande passante est pas ennorme)

                    Non._

                    Si si. A moins que ta société n'utilise jamais le mail, d'ici un ou deux ans, tu vas commencer à avoir certaines des adresses mails que tu gères qui vont se retrouver sur le net et dans les listes emails publicitaires. Sans compter les assauts sur des boites fantômes. En moyenne je tourne à entre 500/600 spams par boite et par jour.

                    Certains fournisseurs de DNS propose des backup MX (Gandi par exemple).

                    Non on ne fait pas confiance à Gandi (ca fait parti des prérequis), donc tata Janine.

                    • [^] # Re: à ce point là ?

                      Posté par . Évalué à 3.

                      Non on ne fait pas confiance à Gandi (ca fait parti des prérequis), donc tata Janine.

                      Je ne fais pas confiance à mes serveurs sur le fait que ceux-ci puissent fournir un service, ce n'est pas pour ça que je n'installe pas de serveurs. Au contraire, j'instale un serveur de backup au cas ou le premier venait à lacher.

                      Pour le DNS? on peut faire de même : acheter un service chez Gandi, et avoir un backup chez OVH non ? Puis avoir un troisième chez un autre fournisseur.

                      • [^] # Re: à ce point là ?

                        Posté par . Évalué à 2.

                        Pour le DNS? on peut faire de même : acheter un service chez Gandi, et avoir un backup chez OVH non ? Puis avoir un troisième chez un autre fournisseur.

                        Sauf que là on parle auto-hébergement vs faire confiance à des tiers.
                        Donc ca ferme complètement Gandi et OVH et tous les autres.

                        • [^] # Re: à ce point là ?

                          Posté par . Évalué à 2.

                          L'auto-hébergement n'implique pas que tu ne puisses faire confiance à un tiers en cas de force majeure. Le plantage d'un serveur ou d'une connexion est une force majeure.

                          • [^] # Re: à ce point là ?

                            Posté par (page perso) . Évalué à 0.

                            Oui forcément si on définit « arrivée d'un paquet IP entrant » comme cas de force majeure, et qu'on définit l'auto-hébergement comme « tout héberger soi-même sauf en cas de force majeure », alors je dois être capable de fournir de l'auto-hébergement même sans connexion internet.

                • [^] # Re: à ce point là ?

                  Posté par . Évalué à 6.

                  Je n'aime pas Google plus que les autres, mais un serveur mail+dns+webmail+archives+.... ca ce monte pas en trente secondes derrière une connexion maison/TPE.

                  Attention aux approximations trollatoires : monter son serveur de courriel prend un peu de temps, personne ne l'a nié.

                  Par contre l'utiliser et l'administrer au quotidien ne prend quasiment pas plus de temps que d'utiliser gmail.

                  Après c'est peut-être une question de savoir-faire, mais perso les « centaines de milliers de spam par jour » sont très très loin de mon expérience d'auto-hébergement…

                  • [^] # Re: à ce point là ?

                    Posté par . Évalué à 2.

                    J’essaie de suivre, mais je ne sais plus de quoi on parle. SMTP (en envoi), le fournisseur de l’adresse (ie. la réception), IMAP/POP, et webmail sont quatres choses bien distinctes. On peut avoir l’un sans l’autre. Du coup je suis un peu largué .

                    Le SMTP est fourni par le FAI, autant l’utiliser, il aura de toute manière accès à nos mails. Ce truc là est facile à configurer, plus dur à maintenir pour être certain de ne pas être blacklisté. Donc, pour le SMTP pour envoyer : quel est l’intérêt de Google ?

                    La fourniture d’adresse et donc avoir un SMTP en réception est quelque chose d’un peu plus délicat, entre la nécessité d’être à l’écoute, donc allumé quasiment tout le temps et la protection contre les attaques (en passant sur ces histoires de DNS/MX&co auxquelles je pige que dalle). Là on se trouve un bon petit fournisseur qui propose un moyen de récupérer ces mails en IMAP/POP. Google n’est pas le meilleur de ce point de vue là, le FAI auquel on est lié par contrat (y’a-t-il une clause de confidentialité ?), certains franco-français gratuit à la politique de confidentialité plus claire par nécessité légale, etc. De plus il y a moyen de multiplier les fournisseurs (pour être moins dépendant).

                    Par contre, lorsqu’il s’agit d’un serveur IMAP, et webmail c’est facile à installer et configurer. Je crois même que Dovecot marche clef en main. Roundcube est guère plus compliqué.

                    Il reste quoi pour Gmail ? Aussi bien comme service gratuit aux particuliers que celui au entreprises, que je ne connais pas.

                    • [^] # Re: à ce point là ?

                      Posté par . Évalué à 3.

                      Malheureusement, le webmail de Google est quand même très puissant.

                      • [^] # Re: à ce point là ?

                        Posté par (page perso) . Évalué à 9.

                        Bah, on est libriste ou pas. Photoshop aussi est puissant, mais on peut utiliser volontairement GIMP par principe…

                        • [^] # Re: à ce point là ?

                          Posté par . Évalué à 5.

                          D’ailleurs on est en plein dans un des travers du logiciel proprio. : on ne peut pas choisir et maîtriser ses outils, le fournisseur est imposé par le choix du webmail, alors qu’il n’y a techniquement pas de raison à cela… enfin… sauf cette histoire de tag avec imap… j’ai jamais bien su si c’était possible. Mais dans le cas contraire j’aurai préféré que Google s’attèle à la tâche de rendre l’opération standard et accessible.

                      • [^] # Re: à ce point là ?

                        Posté par (page perso) . Évalué à 5.

                        Sauf qu'on ne peut pas utiliser openPGP. Il y a bien quelqu'un qui avait essayé de faire en sorte que feu son plugin FireGPG (pour Firefox) fonctionne avec l'interface web de gmail, mais c'était quasi impossible à maintenir à cause des modifications régulières du webmail.

                    • [^] # Re: à ce point là ?

                      Posté par (page perso) . Évalué à 4.

                      Le SMTP est fourni par le FAI, autant l’utiliser, il aura de toute manière accès à nos mails.

                      Ce n'est pas du tout anodin ça. Ça empêche de publier une politique SPF précise.

                    • [^] # Re: à ce point là ?

                      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

                      Le SMTP est fourni par le FAI, autant l’utiliser, il aura de toute manière accès à nos mails.

                      Faux.

                      Perso, je suis en SMTPS = avec couche de sécurité, donc seul mon fournisseur de SMTPS a accès à mes mail, et celui-ci n'est pas mon FAI (bon, OK, aussi l'hébergeur SMTP de mon correspondant qui a un IMAPS, sécurisé, ainsi que le FAI de chaque hébergeur, il en reste que même le FAI de moi et de mon correspondant ne peuvent pas lire mes mails, et si on a le même hébergeur de mail, seul cet hébergeur a accès à no mails)

                      Et je zappe le truc pas trop connu qu'est GPG pour le chiffrement des mails, un peu trop obscur mais rend aussi ton assertion fausse.

                      • [^] # Re: à ce point là ?

                        Posté par . Évalué à 3.

                        Mea culpa, j’ai zappé pour SMTPS. À priori rien ne distingue Google d’un autre dans ce cas là.

                      • [^] # Re: à ce point là ?

                        Posté par . Évalué à 1.

                        gpg pourrais être utiliser tous le temps sans que les utilisateurs le voit. Il suffit de lier la clef publique au message ou encore de pointer vers un site de clef.

                        Le système pourra signaler que la clef à changer à un moment donné, signifiant un MiM ou une résintall de la personne.

                        "La première sécurité est la liberté"

                • [^] # Re: à ce point là ?

                  Posté par (page perso) . Évalué à 5.

                  le FTP en particulier

                  Bah, c'est bien connu, FTP is evil...

                  * Ils vendront Usenet^W les boites noires quand on aura fini de les remplir.

            • [^] # Re: à ce point là ?

              Posté par (page perso) . Évalué à 2.

              Si je comprend bien, il faut faire moins confiance à Google parce qu'ils déclarent ouvertement qu'ils scannent les messages, qu'à un FAI ou un hébergeur qui dit ne pas le faire ?

              Ce n'est pas cela la confiance en ce qui me concerne.

              • [^] # Re: à ce point là ?

                Posté par (page perso) . Évalué à 0.

                Personnellement, j'ai plus confiance en moi-même qu'en toutes ces boîtes.

              • [^] # Re: à ce point là ?

                Posté par . Évalué à 9.

                Si je comprend bien, il faut faire moins confiance à Google parce qu'ils déclarent ouvertement qu'ils scannent les messages, qu'à un FAI ou un hébergeur qui dit ne pas le faire ?

                Ce n'est pas que les FAIs ne disent pas le faire, c'est qu'ils n'ont aucun intérêt particulier à le faire, vu qu'ils n'ont pas de business basé sur la publicité et le croisement d'informations. Google, si.

                • [^] # Re: à ce point là ?

                  Posté par (page perso) . Évalué à -5.

                  Ah oui ? Ne serait-il pas intéressant pour un FAI qui est également opérateur de téléphonie mobile de faire un petit grep dans les données de ses clients histoire de voir si l'offre du concurrent à un impacte ?

                  Ah mais, ils ne disent pas qu'ils le font, bien sûr, c'est sans doute qu'ils ne le font pas...

                  • [^] # Re: à ce point là ?

                    Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                    Quel rapport entre un FAI et le courrier électronique de ses clients auto-hébergés ?

                  • [^] # Re: à ce point là ?

                    Posté par . Évalué à 9.

                    Ne serait-il pas intéressant pour un FAI qui est également opérateur de téléphonie mobile de faire un petit grep dans les données de ses clients histoire de voir si l'offre du concurrent à un impacte ?

                    L'offre du concurrent ? Si tu parles de Free Mobile il n'y a pas besoin d'un grep pour en connaître l'impact :)
                    Et sinon je pense que les départements commerciaux sont déjà bien armés pour comprendre comment fonctionnent les clients ; ton "grep" est une forme très primitive d'analyse linguistique, je pense qu'il faut du travail derrière pour en faire quelque chose.

                    Encore une fois, l'analyse de données volumineuses est la compétence et le gagne-pain de Google, pas du FAI lambda.

                • [^] # Re: à ce point là ?

                  Posté par . Évalué à 2.

                  Désolé de te contredire, mais c'est malheureusement en train de changer :(

                  Orange s'autorise à examiner la navigation de ses abonnés à des fins publicitaires

                  Voila le nouveau business des opérateurs internet
                  Tu payes et encore derrière on t'exploite et te réexploite.
                  C'est du super foutage de gueule.
                  Si au moins c’était gratuit on saurait pourquoi ils font ça.

              • [^] # Re: à ce point là ?

                Posté par . Évalué à 10. Dernière modification le 27/01/12 à 12:45.

                Bonjour Denis,

                Je suis content que tu* réagisse ici, me permettant d'avoir ton point vue "en live" .
                Google n'est pas le diable certes et force est de constater que lorsque l'on choisit GNU/Linux c'est (aussi) pour avoir plus de contrôle sur nos libertés, et non pas donner le contrôle de nos libertés à un tiers. Je suis assez d'accord avec certains commentaires liant GNU/Linux à ces libertés, habitués que nous sommes à "reprendre le contrôle" comme l'on peut souvent lire en titre.
                Alors effectivement, ce n'est pas parce que Google l'avoue que les autres intervenants ne font rien, cependant je trouve ce type d'arguments fallacieux car cela autorise à tout laisser faire dans ce cas, puisque les autre le font. C'est vrai que c'est pratique le confort laisser nos logiciels et services le faire pour vous c'est d'ailleurs je crois le fer de lance d'Apple non ?.De plus en tant que possesseur d'un mobile sous Android, cela me dérange que l'on sache où je me trouve ce que je fais pour ainsi très simplement en déduire ce que je vais faire/vouloir/acheter (cf le très bon article sur les réseaux de neurones d'un certain magazine); Et désactiver la géolocalisation ne suffira certainement pas.

                Alors accepter que Google centralise mes infos c'est se conforter dans l'idée que ce n'est pas si grave alors que des Benjamin Bayart cherchent à nous expliquer qu'il faut aller dans l'autre sens. Et j'y pense de plus en plus.

                *'je me permets de te tutoyer'

                PS : A part ce point GNU/Linux est terrible: le no de Décembre est excellent - plus de P. Ficheux c'est mieux )) - Du coup je me suis abonné.
                dommage pour OpenSilicium par contre, je regrette son côté "Elex" d'autant plus que cela partait bien avec la mini2440.

              • [^] # Re: à ce point là ?

                Posté par . Évalué à 6.

                Google ne fait pas gérer mes mails...

                Google est partout il a tes conversations instantanées, il a tes mails, il a tes documents, etc.

                Par exemple, j'aime pas quand YouTube me dit d'utiliser mon login Gmail plutôt que mon ancien login YouTube, j'aime pas quand GAE revoie sa tarification etc.

                On le droit de s'inquiéter de cette dérive.

                Mon FAI a autant d'informations mais de façon plus brute. Je pense qu'il n'a pas le temps ni les capacités d'en faire quelque-chose.

              • [^] # Re: à ce point là ?

                Posté par . Évalué à 7.

                Je n'ai pas tant peur pour la /confidentialité/ de mes données que pour leur intégrité et la "valeur" de mon adresse @gmaiL.com : si un jour je considère que mes messages sont à ce point confidentiels que la Privacy Policy de Google ne convient plus, j'arrêterai de l'utiliser, mais en revanche, personne n'est à l'abri de ceci :
                http://owni.fr/2011/08/29/google-suppression-compte-donnees-personnelles-vie-privee-god/

                Alors certes, je peux télécharger/sauvegarder toutes mes données (au moins les Google Apps permettent ceci, mais il faut y penser...), mais la perte de mon adresse mail si Google ferme mon compte arbitrairement serait clairement un gros souci pour tous les gens qui cherchent quotidiennement à me contacter.
                (N.B. une solution cependant : http://smarterware.org/3628/host-your-domain-email-at-gmail-without-forwarding )

              • [^] # Re: à ce point là ?

                Posté par . Évalué à 10.

                Si je comprend bien, il faut faire moins confiance à Google parce qu'ils déclarent ouvertement qu'ils scannent les messages, qu'à un FAI ou un hébergeur qui dit ne pas le faire ?

                Rha mais non, ne fait pas d'amalgame comme ça !!
                La protection de la vie privée est un long combat qui dure depuis toujours (bon OK, pour le numérique c'est depuis la création de la CNIL, en gros), et les lois durement gagnées ne sont pas là pour faire joli !

                D'un côté, tu as Google qui t'offre un service de mail en disant qu'il va aller regarder dedans et croiser tout ça avec toutes ses bases de données, et que tout ça se fait sous législation US donc tu peux toujours courir pour réclamer quoi que ce soit.
                De l'autre, tu as OVH qui est un fournisseur de machine dédiée (je suppose) et n'a absolument aucun droit d'aller voir ce que font tes services que tu as monté toi-même. Il a obligation d'obéir à la loi française, et tu peux configurer ta machine comme bon te semble.

                Certes, le deuxième va te demander un peu plus de boulot, mais c'est toujours un choix à faire entre liberté et facilité. Choisir la facilité et dire que les lois françaises c'est débile, « j'ai rien à me reprocher, je m'en fout qu'on me surveille », tous ces genres de discours, je trouve ça insultant envers tous les gens qui se battent en France pour qu'on ait une législation correcte sur la vie privée.

                Il y a un paquet de choses comme ça, dont les gens ont l'impression qu'elles sont faites « pour leur bien » mais sans comprendre pourquoi, et du coup ils trouvent ça chiant ou « overkill », parfois. Mais il y a toute une histoire derrière, et un équilibre des pouvoirs très « réfléchi ».

                Ce n'est pas cela la confiance en ce qui me concerne.

                C'est un comportement typiquement moderne : « les deux sont aussi pourris alors autant prendre le plus facile de toutes façons »…
                Non, dans une société comme on le vivait (et comme je le vis toujours, perso), il y a une vraie confiance et un respect théoriques, qui sont également protégés en pratique par la loi qui « force » les bons comportements à avoir quand on estime que quelqu'un déborde, car oui bien sûr on n'est pas chez les bisounours.

                Envoyer tout ça balader, je trouve ça vraiment… bête, malheureusement (parce que sinon j'aime bien GLMF moi aussi).

                • [^] # Re: à ce point là ?

                  Posté par . Évalué à 4.

                  De l'autre, tu as OVH qui est un fournisseur de machine dédiée (je suppose) et n'a absolument aucun droit d'aller voir ce que font tes services que tu as monté toi-même. Il a obligation d'obéir à la loi française, et tu peux configurer ta machine comme bon te semble.

                  Ah ouais... ?
                  -> http://linuxfr.org/users/niconico/journaux/ovh-mais-on-vous-r%C3%A9p%C3%A8te-quun-serveur-lou%C3%A9-ne-vous-appartient

                  • [^] # Re: à ce point là ?

                    Posté par . Évalué à 4.

                    Et bien j'invite les personnes qui ont été victimes des agissements d'Octave à porter plainte. Ça n'est pas en invoquant le « tous pourris » qu'on va faire avancer les choses.

                    • [^] # Re: à ce point là ?

                      Posté par . Évalué à 3.

                      Reste à voir le coût d'une plainte (en temps, en argent et en emmerdement) par rapport à juste aller chez un autre prestataire.

                • [^] # Re: à ce point là ?

                  Posté par . Évalué à 0.

                  Bien répondu, je partage votre point de vue. Le fond des sujets débattus fait écho finalement à des sujets plus larges et plus graves dont nous débattons tous les jours. Des réflexions sur l'individualisme, le respect de la vie privée, la responsabilité des choix. On observe bien ici même le schisme qui s'opère de plus en plus entre les individus, ceux décomplexés du capitalisme, lavés du marketing qui évoluent sans aucun sens critique, car fatigant intellectuellement et dont le degré de résilience est élevé et les autres essayant encore de maintenir un semblant de logique, de cohérence dans ce vaste merdier de vide idéologique qui caractérise notre temps. Pensez-vous sincèrement que les motivations des entités économiques Google, OVH, Amazon soient si différentes que celles des banques, assureurs, groupes pétrochimiques ? Ils partagent tous un unique but, celui du profit maximum à n'importe quel prix, la naïveté n'a plus sa place désormais.

            • [^] # Re: à ce point là ?

              Posté par . Évalué à 4.

              1 - Pourquoi les données en question seraient-elles plus en sécurité chez OVH, par exemple, que chez Google ?

              Parce qu'ils ne sont pas soumis à la même législation concernant les données personnelles. Droit français/européen d'un côté, droit états-unien et Safe Harbor de l'autre. Droit états-unien qui ne protège très imparfaitement la confidentialité des données de ses propres citoyens, et encore moins (absolument pas) celles de non-résidents ; Safe harbor qui est une vaste fumisterie (auto-certification par les entreprises y souscrivant, sans contrôle externe). Cf les nouvelles conditions d'utilisation de Google « Nous contrôlons en permanence que nous respectons bien nos engagements décrits dans les présentes », traduction : nous nous contrôlons nous-mêmes (que nous ne sommes pas méchants, don't be evil)

              2 - J'utilise déjà Gmail à titre privé depuis longtemps et cela ne m'a jamais porté préjudice (bien au contraire).

              Je n'ai pas lu l'article, mais l'exportation de données hors du territoire de l'Union est soumise à formalités, pour une entreprise il faut prendre en compte ces contraintes juridiques. Si un correspondant Informatique et Libertés n'est pas désigné dans l'entreprise, cet export doit être déclaré à la CNIL. Si dans les mails archivés se trouvent de la correspondance de tiers, et donc des données personnelles les concernant, ils doivent être avisés de l'export de données, de sa finalité, et de leur liberté de s'y opposer.

          • [^] # Re: à ce point là ?

            Posté par (page perso) . Évalué à -8.

            Le côté obscure de la force c'est du système proprio dont on ne peut rien faire et qui ne fonctionne pas correctement car bordélique.
            Mettre Microsoft et Google dans le même panier, whaou... c'est un sacré raccourcis !

            • [^] # Re: à ce point là ?

              Posté par . Évalué à 10. Dernière modification le 28/01/12 à 20:21.

              Tu n'es pas admin des machines sous gmail, même s'il utilise GNU/Linux. Tu as moins de degré de liberté que sous MS Windows. À quoi sert du logiciel libre si l'on ne bénéficie pas des libertés qui vont avec ? (c'est le asp loophole) Ensuite même si Windows est le représentant de ce que les libristes détestent, c'est-à-dire le logiciel propriétaire / privateur. Google est le représentant d'une centralisation des données, d'une collecte à l'insu de l'utilisateur d'information comportementale à des fins indéfinies et souvent sans vraiment le consentement de l'utilisateur. Tout ceci concourt au recul de la vie privée de ceux-ci, or la vie privée est justement une notion constituée au départ pour protéger l'espace personnel de liberté des citoyens face aux atteintes potentielles d'un pouvoir. Hier je revenais des Big Brothers Award et un des candidats était le profilage comportemental publicitaire en ligne.
              Pour faire bref, Google est aux données ce que Microsoft est au logiciel.

              Par rapport aux réactions : le fait qu'il y a transfert d'une partie de ta liberté contre du confort, c'est un discours compréhensible (mais pas forcément accepté) venant d'un apple fan boy (justement à cause de la saturation marketing faite par l'entreprise d'une part et d'autre part à cause du fait que ceux-ci - en général - n'ont pas le niveau technique pour préserver leur liberté) mais cela l'est moins pour quelqu'un qui a quand même gagné le respect et la reconnaissance de la communauté du libre, justement en ayant écrit des articles techniquement pointus dans le but de mettre en pratique les libertés acquises via notamment l'administration de son système / serveur.

            • [^] # Re: à ce point là ?

              Posté par . Évalué à 9.

              Ouais, alors, vu l'actualité de google ces dernières semaines/mois, je vois de moins en moins la différence entre le MS des années 90 et le Google des années 2010.
              Ils donnent a fond dans la pratique limite anti compétitive, voire 100% illégale (l'article du wsj sur l'affaires des pubs pour les médicaments est édifiant, de meme que l'histoire de mocality).

              Effectivement, ils jettent des miettes aux libristes, ça suffit apparemment a s'acheter une bonne image.

              If you can find a host for me that has a friendly parrot, I will be very very glad. If you can find someone who has a friendly parrot I can visit with, that will be nice too.

              • [^] # Re: à ce point là ?

                Posté par . Évalué à 5. Dernière modification le 27/01/12 à 20:02.

                ca me fait penser à Braveheart , lorsque les barons d'Ecosse se rassasient des miettes du roi d'angleterre, chacun voulant sa part.

                Alors qu'en fait c'est pas cela qu'on veut, c'est la libertéééé :)

        • [^] # Re: à ce point là ?

          Posté par (page perso) . Évalué à 10.

          C'est justement ce que je ne comprends pas, j'ai appris dans Linux Mag à configurer un serveur web perso, mon propre serveur de mail et j'ai découvert qu'avec beaucoup d'effort on pouvait maîtriser des outils et ne pas être tributaire d'un FAI, d'un éditeur de logiciel. Je suis fier de ce que j'ai réalisé, même si j'ai pris un peu de distance avec ce loisir et j'ai trouvé dans Linux Mag une source d'inspiration.

          Or dans les articles cités on voit que Denis Bodor vante la simplicité d'utilisation, le confort avec une gourmandise que ne bouderait pas un utilisateur de MacOSX....

          C'est perturbant

          • [^] # Re: à ce point là ?

            Posté par . Évalué à 6. Dernière modification le 27/01/12 à 09:14.

            • [^] # Re: à ce point là ?

              Posté par (page perso) . Évalué à 10.

              Je précise ma pensée:

              Denos Bodor a fait énormément pour développer le libre et Linux dans un espace francophone. J'ai beaucoup de respect pour lui mais ses motivations pour utiliser les services de Google me semble en contradiction flagrante avec le travail effectué depuis dix ans.

              • [^] # Re: à ce point là ?

                Posté par (page perso) . Évalué à 6.

                Ce que je fais depuis plus de 10 ans ne peut se résumer à "faîtes tout vous-même dans votre coin".

                • [^] # Re: à ce point là ?

                  Posté par (page perso) . Évalué à 8.

                  Je te remercie pour ce que tout ce que tu as fait, fait et fera encore, et je suis ravi de cette occasion de te le dire directement.
                  Je n'ai pas envie de polémiquer avec toi mais depuis plus de dix ans tu mets en avant l'usage d'outils libre en mettant en avant des notions de sécurité, de confidentialité et de philosophie. Tu fais parti des gens qui m'ont convaincu qu'il valait mieux utiliser des outils libre même si l'effort est conséquent pour l'administrateur voir l'usager.

                  Les qualités que tu mets en avant dans ton article sont la satisfaction des usagers et le simplification du travail de l'admin...au profit d'une solution qui n'est pas libre. J'aurais aimé que tu creuses cet aspect plutôt que de renvoyer à une "reflexion personnnelle" sans trop préciser qu'elle fût la tienne.

                  • [^] # Re: à ce point là ?

                    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

                    Je vais essayer de l'expliquer.

                    Gapps est un service, je le redis... un service.

                    Je n'installerai pas un serveur SMTP/HTTP/POP/IMAP/WHATELSE proprio, parce que je n'aime pas cela, parce que c'est moche, parce que ça ne marche souvent pas, parce que je ne le possède pas, etc...

                    Un service, ce n'est pas quelque chose à posséder et à appréhender. C'est un service.

                    Quand je décroche mon téléphone fixe, c'est un service. Je ne veux pas posséder le système qui est derrière. Quand j'allume la lumière dans mon salon, je ne veux pas posséder l'infrastructure utilisée par EDF. Etc, etc, etc...

                    Mais, lorsque ce veux posséder quelque chose, je veux pouvoir en profiter pleinement, en tirer profit, jouer avec, le modifier. Si je veux un serveur SMTP, je veux que tout cela aille avec. Ou alors... je veux un niveau d'abstraction et je veux que cela devienne un service qu'on me rende.

                    Pour imager. Quand je vais au resto, je m'en fiche de la recette, je veux que de soit bon, qu'on me serve et ne pas avoir à faire la vaisselle.

                    Quand je cuisine, je veux pouvoir faire ce que je veux de la recette, la refaire à souhait, la changer... Je ne veux pas une conserve réchauffée.

                    Google Apps, c'est le resto. Les logiciels proprio sont les conserves. Et Exim4/MailScanner c'est ma cuisine.

                    • [^] # Re: à ce point là ?

                      Posté par . Évalué à 10.

                      Et tes données, c'est quoi ?

                      Parce que les problèmes restent qu'un tier peut mettre les doigts dans tes précieuses données (la photo de ta copine à la plage, les emails à ta maitresse, les codes d'accès premium au site de cul, les mots de passe au site web d'information,... ) sans que l'on te demande ton avis.

                      Aujourd'hui, les paparazzis payent des employés des compagnies de mobile pour avoir les code d'accès des répondeurs de célébrités, et demain ?

                      "La première sécurité est la liberté"

                      • [^] # Re: à ce point là ?

                        Posté par (page perso) . Évalué à 5.

                        Ton banquier met ses yeux allègrement dans tes comptes. Il sait même où tu te trouve (CB). Ton assureur sais ce que tu possèdes. EDF sait ce que tu consommes et quand tu es chez toi... etc, etc, etc...

                        • [^] # Re: à ce point là ?

                          Posté par . Évalué à 10.

                          La banque a des obligations très forte (en France) de confidentialité. Elle ne peut pas revendre les informations sur tes achats à des agences de crédit à la consommation par exemple.

                          L'assureur a une vision très partiel de ce que tu as.

                          EDF avec linky va savoir bien trop de choses, et c'est bien un problème soulevé ici.

                          "La première sécurité est la liberté"

                          • [^] # Re: à ce point là ?

                            Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                            Elle ne peut pas revendre les informations sur tes achats à des agences de crédit à la consommation par exemple

                            Non, mais elle se prive pas de t'appeler pour, aux vues de l'activité sur ton compte, te proposer des "solutions" (que ce soit dans le sens trop de sous sur un compte courant ou en dans le sens "vous êtes en débit"). Et les solutions qu'on te propose passent parfois par des sociétés annexes.

                            On a simplement davantage l'habitude de faire confiance à un banquier. Parce qu'il a une obligation, parce que noooon, il ne fera jamais ça, etc...

                            J'ai pas plus confiance en ma banque qu'en Google.

                        • [^] # Re: à ce point là ?

                          Posté par . Évalué à 10.

                          En effet, mais sortir un exemple pire n'a jamais été un argument
                          (dailleurs pour bifurquer: n'est ce pas une aberration que ta banque puisse faire de l'assurance, ou que ton assurance puisse faire banque ?)

                          • [^] # Re: à ce point là ?

                            Posté par (page perso) . Évalué à 7.

                            Ce n'est pas ce que je voulais démontrer ("le pire que").

                            Le fait est que ce choix on le fait tout le temps, pour plein de choses. On ne peut pas tout contrôler, tout faire, tout gérer.

                            Tu ne peux pas tout faire toi même, tu es obligé en pratique, de confier une partie de ce qui doit être fait à d'autres qui te promettent de ne pas faire n'importe quoi.

                            Tu peux tout payer en liquide, cacher tes économies, etc... ou tu peux utiliser une banque. Les deux sont faisables, c'est une question de temps et d'énergie.

                            Tu peux gérer ton serveur de Mail, le SPAM, l'AV, les alias, le Webmail... ou tu peux externaliser. Les deux sont faisables, c'est une question de temps et d'énergie.

                            • [^] # Re: à ce point là ?

                              Posté par (page perso) . Évalué à 10.

                              Les deux sont faisables, c'est une question de temps et d'énergie.

                              Tout à fait.
                              Et donc pas de libre ou pas libre (rien à foutre, c'est pas dans tes critères).

                              Question : pourquoi alors dire que le proprio chez toi ça pue? (tu dis ne pas aimer, pourquoi? tu dis que c'est moche, pourquoi? tu dis que c'est important pour toi que tu possèdes, mais tu fais tout le contraire, pourquoi dire ça alors?)

                              • [^] # Re: à ce point là ?

                                Posté par (page perso) . Évalué à 5.

                                Faut pas être si absolut. Le monde n'est pas tout blanc ou noir, tout evil ou rose...

                                Toutes les choses sont à mettre en balance. Il n'y a pas de tout logiciel libre ou tout propriétaire. Chacun fait sont calcul. Moi, je suis prêt à mettre le prix (en termes de temps et d'énergie) pour avoir un lappy sous GNU/Linux avec l'ensemble des fonctionnalités prises en charge. D'autres sont en dual boot. Et d'autres encore restent simplement sous Windows.

                                Et donc pas de libre ou pas libre (rien à foutre, c'est pas dans tes critères).

                                T'as pas de demi-mesure hein :)
                                Le fait qu'une solution soit en logiciel libre est un critère. Un critère de point. Mais apparemment pas pondéré de la même manière pour toi et moi.

                                PS : Je relève au passage l'utilisation de "libre" tout seul. Pour moi c'est "logiciel libre".

                                • [^] # Re: à ce point là ?

                                  Posté par (page perso) . Évalué à 8. Dernière modification le 27/01/12 à 20:30.

                                  Le fait qu'une solution soit en logiciel libre est un critère. Un critère de point. Mais apparemment pas pondéré de la même manière pour toi et moi.

                                  Ben... Tu ne l'as jamais mis dans tes commentaires. J'ai cherché, tes critères ont l'air d'être ailleurs. Tu n'as pas dit que c'est un point négatif de la solution, tu l'as complètement occulté. Comment peut-on croire ensuite que ça a une importance pour toi?

                                  Ensuite, encore une fois : on ne parle pas de "Linux Pratique", mais GNU/Linux machin chose. Étonnant alors, pour les lecteurs (que je ne fais que comprendre, je n'en suis pas un), de voir que du non libre est conseillé en mettant en intro "le libre c'est de la merde, remplacez le par du non libre".

                                  Et encore une fois, tu n'es pas logique, en acceptant le pire (aucun contrôle) et pas le médian (proprio chez toi), on a l'impression que tu ne comprends pas les conséquences de ce que tu prônes (et si : avoir du proprio sur sa machine est bien mieux que d'avoir un service externe, au moins avec le proprio tu as encore un contrôle de tes données).

                                  PS : Je relève au passage l'utilisation de "libre" tout seul. Pour moi c'est "logiciel libre".

                                  Pour moi c'est "libre". Un jeux vidéo sans musique et vidéo, c'est bof. des formats pas libres, c'est moins bien que libre. Ce qui ne m’empêche pas de travailler avec du H264 (pas libre, mais je n'ai pas mieux en libre, donc je prend à défaut). Non, je ne suis pas aussi binaire, j'ai plein de critères. Mais... Je n'écris pas dans GNU/Linux Magazine.

                                  Comme te l'ont dit les lecteurs du magazine, ils attendent à ce qu'on les aident à se libérer, pas à s'enfermer. Et quitte à me répéter : soyez honnête avec vos lecteurs, la priorité pour vous c'est le libre, ou le pratique? Le message est "le libre", la réalité devient "le pratique" (exemple : passer à l'API Google). C'est du moins le ressenti des lecteurs (je ne fais que lire les ressentis, je ne lis pas le magazine)

                                  Bref, il y a un choix à faire de votre part... Et avoir l’honnêteté de l'afficher. La, à lire les commentaire, de l’extérieur, je comprend complètement les lecteurs qui se sentent trahis (et ceux qui me connaissent trolleur ici pourront te dire que je suis un ardent défenseur du proprio quand c'est mieux, la n'est pas la question, la question est sur le lectorat cible du magazine)

                                • [^] # Re: à ce point là ?

                                  Posté par . Évalué à -4.

                                  PS : Je relève au passage l'utilisation de "libre" tout seul. Pour moi c'est "logiciel libre".

                                  Oulà qu’est-ce que tu fais pas… Ici on parle pas français. J’ai même pas réussi à faire accepter à Zenitram l’adjectif « libre » tel que définit dans son acceptation courante, pas plus tard que cette semaine. ;) Et il m’a clairement fait comprendre que les subtilité linguistique qui visent à changer la sémantique d’un mot en fonction du contexte, il n’en voulait pas.

                                  Enfin… bon, ben… bon courage quoi…

                                  • [^] # Re: à ce point là ?

                                    Posté par (page perso) . Évalué à 3.

                                    J’ai même pas réussi à faire accepter à Zenitram l’adjectif « libre » tel que définit (...)

                                    Moi, Wikipedia fr, Wikipedia en, plein d'autre monde...

                                    • [^] # Re: à ce point là ?

                                      Posté par . Évalué à 0.

                                      Que tu ne relèves pas le dictionnaire est symptomatique de ce que je dénonçais.

                            • [^] # Re: à ce point là ?

                              Posté par . Évalué à 0.

                              Tu peux tout payer en liquide, cacher tes économies, etc... ou tu peux utiliser une banque. Les deux sont faisables, c'est une question de temps et d'énergie.

                              A part un éleveur de chèvres dans le Larzac (et encore..), je ne vois pas bien qui pourrait se passer d'un compte en banque.
                              Si tu as un exemple, je suis preneur (quelqu'un qui a un vrai métier, habite une maison ou un appartement ..)

                              • [^] # Re: à ce point là ?

                                Posté par (page perso) . Évalué à -2.

                                Tu viens d'en donner un d'exemple. Soit éleveur de chèvres dans le Larzac si tu veux te "libérer" de la dépendance à ta banque. C'est le prix qu'il faudra payer pour y arriver.

                                • [^] # Re: à ce point là ?

                                  Posté par . Évalué à -3.

                                  "Tu viens d'en donner un d'exemple. Soit éleveur de chèvres dans le Larzac si tu veux te "libérer" de la dépendance à ta banque. C'est le prix qu'il faudra payer pour y arriver."

                                  Tu me déçois par ton ignorance.

                                  Le capitalisme m'a obligé à avoir un compte bancaire. Tu voudrais qu'il m'oblige à m'exiler ?

                                  Je crois décidement qu'on a vu ton vrai visage. Tu n'as pas beaucoup de culture économique, historique et juridique et je crois que le libre pour toi n'a été qu'un prétexte à te faire connaître comme beaucoup. Alors retourne jouer avec Google, Twitter, Facebook, ton iphone, ton ipad de merde et arrête de nous sortir tes arguments en mousse.

                            • [^] # Re: à ce point là ?

                              Posté par (page perso) . Évalué à 6.

                              Les deux sont faisables, c'est une question de temps et d'énergie.

                              Et de conditionnement et de pression sociale également.

                              Tout comme il n'est pas « impossible de ne pas utiliser facebook ».

                              Je vous convie d'ailleurs à lire cette interview de Eben Moglen. Il y met en avant que le problème n'est pas tant les gens qui n'ont pas conscience du problème, mais bien plus que les gens conscients du problème continuent à le renforcer en y contribuant.

                        • [^] # Re: à ce point là ?

                          Posté par . Évalué à 9.

                          Le problème, c'est que Google peut savoir :
                          * Chez quel opérateur (ainsi que mes identifiants / Mdp) je suis pour chacun de ces services
                          * Il sait aussi quels autres services j'utilise, en ligne
                          * Il connait le montant de mes factures
                          * Il connait tous mes amis, ainsi que les sujets abordés dans nos correspondances privées

                          Le mail est beaucoup plus stratégique que n'importe lequel des services que tu cites, à cause des recoupements possibles.

                          Ton banquier met ses yeux allègrement dans tes comptes. [...]

                          Justement : chaque service sous-traité entraîne une perte de contrôle des données qu'il a à sa disposition, donc autant faire soi-même le plus possible, surtout lorsqu'il s'agit de Google (qui fait le mail, la recherche, le réseau social... vive les recoupements!).

                          • [^] # Re: à ce point là ?

                            Posté par . Évalué à 2.

                            Le problème, c'est que Google peut savoir :
                            * Chez quel opérateur (ainsi que mes identifiants / Mdp) je suis pour chacun de ces services
                            * Il sait aussi quels autres services j'utilise, en ligne
                            * Il connait le montant de mes factures
                            * Il connait tous mes amis, ainsi que les sujets abordés dans nos correspondances privées

                            Oui, et à moins que tu n'envoies et ne reçoivent tous tes mails en connexion directe (MX initial à MX destinataire sans MTA intercallé), et que tu ne passe pas toutes tes connexions via tunnels sécurisé c'est aussi le cas de ton FAI et du peer principal de ton FAI (au moins pour 80% des infos).

                            Le mail est beaucoup plus stratégique que n'importe lequel des services que tu cites, à cause des recoupements possibles.

                            Donc toute personne qui voit transiter tes mails (entrants ou sortants) en clair a une manne d'info sur toi moyennant un peu de puissance machine pour faire le recoupement. Mais c'est pas la faute de google, c'est juste que les différents protocoles mails sont tous aussi merdiques les uns que les autres. Il n'y a guerre que FTP qui soit plus pourri que pop3 ou smtp.

                            • [^] # Re: à ce point là ?

                              Posté par (page perso) . Évalué à 5.

                              Il y a déjà une sacré différence entre ce que tu peux capter en te branchant passivement sur un tuyau, et ce que tu peux capter quand tu fais en sorte que le maximum de tuyau amènent à traverser ta centrale de traitement de contenu de tuyau.

                            • [^] # Re: à ce point là ?

                              Posté par . Évalué à 2.

                              Oui, et à moins que tu n'envoies et ne reçoivent tous tes mails en connexion directe (MX initial à MX destinataire sans MTA intercallé), et que tu ne passe pas toutes tes connexions via tunnels sécurisé c'est aussi le cas de ton FAI et du peer principal de ton FAI (au moins pour 80% des infos).

                              C'est d'ailleurs une grande crainte vis à vis de la tendance de ces derniers temps: on envoie n'importe quoi par e-mail, comme par exemple un lien avec "infos de login" pour ne pas devoir mettre son mot de passe quand on clique dans un mail qu'on reçoit, et tout cela passe en clair. Personne ne pense même à utiliser (ou à donner l'option d'utiliser) une technique comme PGP/GPG...

                        • [^] # Re: à ce point là ?

                          Posté par . Évalué à -1.

                          Je te rappelle que le capitalisme a obligé les gens à posséder un compte bancaire, me concernant, ce n'est certainement pas un choix.

                          EDF est le produit d'un financement du contribuable et offre de fait des garanties.

                    • [^] # Re: à ce point là ?

                      Posté par . Évalué à 8. Dernière modification le 27/01/12 à 11:35.

                      "Si je veux un serveur SMTP, je veux que tout cela aille avec. Ou alors... je veux un niveau d'abstraction et je veux que cela devienne un service qu'on me rende."

                      C'est toute la réthorique du Web 2.0 . C'est pas qu'elle soit incompréhensible, c'est juste que les effets négatifs en termes de perte de maitrise semblent disproportionné par rapport au bénéfice retiré.

                      C'est simplement l'idée qu' "au lieu de rester admin sys devenez utilisateur" et au passage perdez vos droits d'admin, ce qui a pour effet de restreindre le champ de ta liberté personnel.

                      A une échelle plus large c'est le processus de minitelisation du net.

                      Le libriste semble plus favorable à l'autonomisation de l'utilsateuur grace à un outil qui à pour finalité cette autonomisation (le logiciel libre) mais qui ne s'arrete pas au seul frontière du logiciel.

                      • [^] # Re: à ce point là ?

                        Posté par (page perso) . Évalué à 1.

                        Mais la liberté c'est quoi ? Là, c'est "fais tout toi même et tu seras libre" ?

                        A chacun de placer le curseur comme il nous est acceptable entre service et DIY. Et ça, je le dis dans l'article en plus.

                        • [^] # Re: à ce point là ?

                          Posté par . Évalué à 5. Dernière modification le 27/01/12 à 13:39.

                          Le curseur du libre est plutot élevé , ici c'est comme si tout d'un coup on avait abaissé tellement le niveau que finalement , les enjeux du libre semblent devenir obsolète, et qui plus est rédigé par un pro-libriste dans un magazine orienté GNU ....

                          En fait tu as été sans le savoir peut etre un exemple pour une certaine génération et là cela ressemble à la décadence au moment meme ou l'on plus besoin que tout de renforcer ses bases , et de s'assurer de la pertinence des combats (donc qui vont au delà d'une simple question de choix personnel, parce que le magazine était un vortex d'énergie catalysant une certaine aspiration. Je pense que c'est cela qui déçoit.

                          • [^] # Re: à ce point là ?

                            Posté par (page perso) . Évalué à 7.

                            le magazine était un vortex d'énergie catalysant une certaine aspiration

                            Kamoulox !

                          • [^] # Re: à ce point là ?

                            Posté par (page perso) . Évalué à 3.

                            Donc, moi, en tant que personne, du fait d'avoir participé à la création de ce "vortex d'énergie catalysant une certaine aspiration", je suis moins libre, parce que cela va "au delà d'une simple question de choix personnel".

                            C'est paradoxale.

                            Loin de moi l'idée de me comparer, bien sûr mais en étendant le raisonnement, RMS du fait de ces efforts pour le logiciel libre (et au fil du temps pour la liberté en générale), à réduit ses libertés. Tout cela parce qu'on attend et qu'on exige même de lui qu'il se comporte comme il l'a toujours fait.

                            En extrapolant, finalement, on en arrive à l'éternel débat BSD/GPL transposé à la perception des personnes. Philosophiquement c'est très intéressant.

                            • [^] # Re: à ce point là ?

                              Posté par . Évalué à 5. Dernière modification le 28/01/12 à 13:50.

                              La raison pour laquelle je disais que cela allait au delà du choix personnel , c'est bien parce que c'est un magazine, en tant que reflet d'une partie des valeurs de la communauté du libre , dont l'autonomie technique semble etre une des clés de voute.

                              C'est la distinction entre un blog et un magazine, je n'avais pas l'impression que le magazine n'était que le support des dernières trouvailles techniques d'un geek dans son coin pour sa propre pomme. Sinon cela se confondrait avec un simple blog. Dans ce cas c'est clairement assumé , j'écris mon journal personnel en ligne, point barre. Alors que GLMF semblait catalyser des valeurs plus collectives qui réunit les libristes. Notamment l'affirmation par la pratique de l'autonomie technique.

                              Dans le cas ou le magazine n'était qu'un support version papier d'un blog ... Alors cela évidemment ne dépassera pas le choix personnel, mais ne portera pas certaine valeur collective (vue que c'est une question strictement privé ). Mais alors je me sentirais floué d'avoir acheter pendant des années ce magazine, puisque ce n'est pas l'attente que j'en avais.( Je n'ai pas de problème à ce qu'on vende des blog en version papier, mais qu'on le dise très clairement dès lors ).

                              Je n'aurais plus qu'a me résigner à ajouter une déception de plus dans mes souvenirs , et j'appelerais cela l'expérience GLMF avec une note d'amertume.

                              • [^] # Re: à ce point là ?

                                Posté par (page perso) . Évalué à 4.

                                GLMF n'est pas le magazine d'une seule personne. Il y a plein d'auteurs et de contributeurs. Chacun écrit pour les raisons qui lui sont propres et avec sa vision. C'est chaque mois un ouvrage collectif.

                                L'auteur ayant écrit sur S3 et Yum n'était pas moi et il a une vision "du libre" sans doute très différente de la tienne (ou pas, je sais pas, je couche pas avec). D'autres auteurs en revanche vont plus dans ton sens. GLMF ce n'est pas une secte ou un parti politique, c'est un ensemble de personnes qui écrivent sur ce qu'ils font avec GNU/Linux.

                                On ne fait pas passer un test pour juger de la motivation philosophique de chaque auteur lorsqu'il soumet son premier article. Y'a pas de politburo qui juge "toi tu peux écrire, toi non". Il y a juste des bons ou des mauvais articles bien écris ou pas sur des choses qu'on fait avec ou sous GNU/Linux.

                                • [^] # Re: à ce point là ?

                                  Posté par (page perso) . Évalué à 5.

                                  Y'a pas de politburo qui juge "toi tu peux écrire, toi non".

                                  eastwind☯ ne parle pas de choisir les auteurs, mais les articles, c’est ce qui distingue un magazine d’un blog : la politique éditoriale.

                                  • [^] # Re: à ce point là ?

                                    Posté par . Évalué à 2.

                                    la politique éditoriale

                                    Il te la donne dans la même réponse:

                                    GLMF ce n'est pas une secte ou un parti politique, c'est un ensemble de personnes qui écrivent sur ce qu'ils font avec GNU/Linux.

                                    • [^] # Re: à ce point là ?

                                      Posté par . Évalué à 3.

                                      GLMF ce n'est pas une secte ou un parti politique, c'est un ensemble de personnes qui écrivent sur ce qu'ils font avec GNU/Linux.

                                      En l'occurrence ils se mettent à dire ce qu'ils ne font plus avec GNU/Linux !

                                      • [^] # Re: à ce point là ?

                                        Posté par . Évalué à 3.

                                        En l'occurrence ils se mettent à dire ce qu'ils ne font plus avec GNU/Linux !

                                        Tu te fourvoies mon ami, les serveurs gmail fonctionnent sous linux!

                                    • [^] # Re: à ce point là ?

                                      Posté par . Évalué à 3. Dernière modification le 29/01/12 à 13:30.

                                      OK, donc la ligne éditorial c'est réunir les expériences techniques des geeks sous Linux
                                      indépendemment des implications de ces expériences par rapport aux 4 libertés.

                                      Donc c'est une sorte d'agrégateur de blog sur l'open source
                                      Ce n'est pas/plus un magazine ayant une revendication libriste par sa mise ne pratique.

                                      Dès lors il y a un problème avec le nom GNU du magazine et sa connotation libriste.

                                      Et historiquement je pense que ce n'était pas le cas, donc j'en déduis qu'il y a un virage de la ligne éditorial vers l'open soruce.

                                      Bien au moin c'est clair, au moin je serais à quoi m'en tenir alors.

                                      Cela ne portera plus à confusion.

                                      • [^] # Re: à ce point là ?

                                        Posté par (page perso) . Évalué à 5.

                                        donc j'en déduis qu'il y a un virage de la ligne éditorial vers l'open soruce.

                                        Même pas : Google, ce n'est pas open source non plus :).
                                        La ligne éditoriale va vers ce qui est pratique, quelque soit la licence. C'est un choix. J'attends toujours le même article sur l'interfaçage avec Exchange :).

                                      • [^] # Re: à ce point là ?

                                        Posté par . Évalué à -1.

                                        Pour des libristes vous êtes vraiment adeptes des solutions verticales où le comportement de chacun doit être normé et imposé par le haut. Des français en fait, quoi.

                                        • [^] # Re: à ce point là ?

                                          Posté par . Évalué à -1.

                                          "Pour des libristes vous êtes vraiment adeptes des solutions verticales où le comportement de chacun doit être normé et imposé par le haut. Des français en fait, quoi."

                                          De 1 je suis fier d'être français. Libre à toi de choisir un autre pays.

                                          Oui une organisation par le haut fonctionne. Pas une organisation bordélique satellitaire et transversale comme on retrouve en entreprise avec le management par projet qui ne provoque que bordel et frustration. Mais je crois que tu es un bon petit soldat toi.

                                    • [^] # Re: à ce point là ?

                                      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

                                      Il te la donne dans la même réponse:

                                      GLMF ce n'est pas une secte ou un parti politique, c'est un ensemble de personnes qui écrivent sur ce qu'ils font avec GNU/Linux.

                                      Ce qui est donc faux : ils font avec Linux + des services proprios.

                            • [^] # Re: à ce point là ?

                              Posté par . Évalué à 2.

                              "En extrapolant, finalement, on en arrive à l'éternel débat BSD/GPL transposé à la perception des personnes. Philosophiquement c'est très intéressant."

                              Je pense que la question de la GPL / BSD n'a rien avoir avec le débat, meme si l'on peut voir vaguement par analogie la question de la liberté , mais c'est un champ différent de la question qui nous préoccupe.

                              (vaguement je vois ce que tu veux dire, libre total ou liberté conditionné )

                              Je ne rentrerais pas dans cette valse là ici

                    • [^] # Re: à ce point là ?

                      Posté par (page perso) . Évalué à 10.

                      Je n'installerai pas un serveur SMTP/HTTP/POP/IMAP/WHATELSE proprio, parce que je n'aime pas cela, parce que c'est moche, parce que ça ne marche souvent pas, parce que je ne le possède pas, etc...

                      Ne pas aimer le proprio parce que c'est proprio (un problème : pas de maîtrise du logiciel), mais aimer le proprio géré par un autre (problème double : pas de maîtrise du logiciel, pas de maîtrise du gestionnaire), c'est fort, très fort, dans l'illogisme...
                      "Parce que je ne possède pas"??? Mais avec Google mail, tu possèdes encore moins! Fausse excuse.

                      PS : je n'ai absolument rien contre le proprio et le cloud, j'en suis grand utilisateur, mais dire que c'est mieux que du logiciel proprio chez soit, c'est à mourir de rire.

                      Pour imager. Quand je vais au resto, je m'en fiche de la recette, je veux que de soit bon, qu'on me serve et ne pas avoir à faire la vaisselle.
                      Quand je cuisine, je veux pouvoir faire ce que je veux de la recette, la refaire à souhait, la changer... Je ne veux pas une conserve réchauffée.

                      Petite différence : tes données culinaires, elles sont où? La comparaison a ses limites...
                      Et tu ne voudrais pas pouvoir refaire la recette que tu as eu au resto? Pourquoi vouloir pouvoir changer une recette suivant l'endroit où tu manges ou qui fait? Ca ne change pas que ça serait sympa d'avoir la recette dans les deux cas (ou qu'on s'en fout de pouvoir modifier dans les deux cas)

                      • [^] # Re: à ce point là ?

                        Posté par (page perso) . Évalué à 4.

                        PS : je n'ai absolument rien contre le proprio et le cloud, j'en suis grand utilisateur, mais dire que c'est mieux que du logiciel proprio chez soit, c'est à mourir de rire.

                        Je vais l'exprimer autrement.

                        Si je souhaite que tu fasses pour moi une retouche d'image. Ce que je veux c'est le résultat dans un format que je puisse utiliser. Le fait que tu utilise un soft propriétaire, c'est ton problème. Moi je veux mon image, retouchée par toi, dans un format utilisable et standard.

                        Mais il moi je retouche l'image. Non, je n'utiliserai pas un soft propriétaire.

                        • [^] # Re: à ce point là ?

                          Posté par (page perso) . Évalué à 5.

                          Toujours la même remarque : tu préfères 2 problèmes (le logiciel et la personne) à une problème (le logiciel). C'est cet illogisme que je soulève.

                          Tu cherches un service, OK. Ce service peut être rendu par un logiciel, ou une personne + un logiciel. Tu n'expliques pas pourquoi le logiciel seul fait moins l'affaire que la personne + le logiciel (si c'est une question de sécurité : machine virtuelle).

                        • [^] # Re: à ce point là ?

                          Posté par . Évalué à 6.

                          La notion de software as service n'est pas inconnue ici ...

                    • [^] # Re: à ce point là ?

                      Posté par (page perso) . Évalué à 10.

                      Un service, ce n'est pas quelque chose à posséder et à appréhender. C'est un service.

                      Mais en l’occurrence c'est un service ni gracieux¹, ni gratuit. Il ne se paye peut être pas directement sous forme d'argent, mais il est assurément proposé dans le cadre d'une volonté de profit financier. La facture se paiera (financièrement) à l'achat des produits, et socialement par la dégradation continuelle de la vie privée de tous (y compris ceux qui se refusent à utiliser les dits services).

                      On peut aussi tirer de ta décision qu'il existe une demande pour des prestations de service. Celle-ci pourrait tout à fait être assuré par des SSLL, n'est-ce pas ? Qu'est-ce qui bloque ? Les gens veulent-ils à tout pris avoir l'illusion de ne pas payer pour les services commerciaux auxquelles ils font appel ?

                      J'invite d'ailleurs les lecteurs à suggérer les organismes (associations, entreprises…) qui proposent les services que recherchent les gens comme Denis ; mais qui utilisent des logiciels libres pour se faire, avec une charte de respect de la vie privée des utilisateurs acceptable.

                      Pour imager. Quand je vais au resto, je m'en fiche de la recette, je veux que de soit bon, qu'on me serve et ne pas avoir à faire la vaisselle.

                      Évidemment tu images et toute analogie à ses limites, mais ici elles paraissent trop prononcées. D'abord – pour autant que je sache – quand on va au restaurant on s'attend à régler l'addition. Mais cela n'est que la partie émergé de l'iceberg.

                      Quand je décide d'aller au restaurant, je prend une décision à faible impact sur la société. Il y a peut être un faible effet réseau, je le recommanderais ou non à des amis par la suite, voilà tout.

                      Maintenant imaginons le restaurant gratuit, où à la fin on ne paie pas d'addition. Mais dès notre arrivée dans le restaurant, il faut accepter un contrat qui stipule que le restaurateur pourra faire ce qu'il désire des informations qu'il saura accumuler sur nous. Il faut bien entendu donner son identité au restaurateur. Le restaurant est bourré de caméras et de capteurs en tout genre pour analyser tous nos faits et gestes.

                      De plus, avant chacun des délicieux mets proposés, il faut donner des renseignements sur ses connaissances. Et là nous ne prenons plus une décisions que pour nous mêmes, nous prenons une décision qui – à notre niveau – à un impact important sur la société que nous contribuons à construire.

                      Évidemment, dans le cas de ce restaurant, l'effet réseau est encore faible comparé à ce qui se passe dans le cas de prestataires comme google.

                      Alors, quelle amertume de voir la promotion de tels établissements dans nos guides culinaires préférés, qui nous ont si bien conseillé par le passé.

                      ¹ Merci à Antoine Moreaux pour la suggestion de ce terme.

                    • [^] # Re: à ce point là ?

                      Posté par . Évalué à -2.

                      Je ne suis pas d'accord c'est trop facile :

                      • EDF... ont été financées par les impôts du contribuable, le citoyen a le droit de bénéficier de la qualité et de la confidentialité des services qu'il a payé. Il faut arrêter de se prendre pour un client quelque soit le sujet. Il faut être responsable de ses choix. Le monde réel ne se résume pas à des négociations contractuelles de services informatiques.

                      • Quand je vais au resto, je choisis les restaurants en sachant que ceux-ci n'achètent pas leurs produits surgelés dans une centrale d'achat et n'exploitent pas des roumains 3 euros de l'heure en arrière-cuisine, même si j'ai l'illusion d'une bonne saveur.

                      Je pense justement que beaucoup sont soumis à ce phénomène d'illusion.

                      Ton argumentation autour du terme de services est puérile, mais cela rejoint parfaitement ta posture de client.

                      D'une manière générale, sans remettre en cause ta personne, ni tes compétences, je ne voue pas de culte de la personnalité envers tel ou tel blogueurs ou gars célèbre du net, je trouve même cela pathétique. Je pense qu'avec le succès grandissant, tu t'es embourgeoisé. Comme tous les bourgeois, tu apprécies le confort et tu le recherches. Libre à toi, mais arrête de jouer la pucelle vexée et de nous servir tes concepts fumeux de services.

      • [^] # Re: à ce point là ?

        Posté par (page perso) . Évalué à 10.

        Faux. Les Editions Diamond ne font absolument pas partie d'un groupe contenant Pearl Diffusion et n'ont rien à voir avec cette société de VPC. Les locaux des deux entreprises étaient dans le même bâtiment pendant un certain temps.

      • [^] # Re: à ce point là ?

        Posté par . Évalué à 2.

        Pas du tout non. Les directeurs de Diamond et de Pearl était juste amis.

        "La première sécurité est la liberté"

        • [^] # Re: à ce point là ?

          Posté par (page perso) . Évalué à 1.

          Il paraît même que certains des employés d'une des société avait des "aventures" avec certains de l'autre ! Mais je ne peux pas le prouver.

          • [^] # Re: à ce point là ?

            Posté par . Évalué à 7.

            Si c'est avec les mannequins du catalogue Pearl, quelle chance!

            • [^] # Re: à ce point là ?

              Posté par . Évalué à 3.

              Tu n'a pas vu les filles de chez Diamond ? Elles sont portant présentes à Solution Linux :)

              "La première sécurité est la liberté"

    • [^] # Re: à ce point là ?

      Posté par (page perso) . Évalué à 1.

      pigistes ?

      Faut arrêter d'halluciner. GLMF est écris par des contributeurs indépendants qui passent des dizaines d'heures sur leurs articles. C'est pas le huffington post !!!

    • [^] # Re: à ce point là ?

      Posté par (page perso) . Évalué à 4.

      J'ai vu le mag. en question chez mon marchand de "papier" avec en gros le titre en question et il est vrai que je suis tombé des nues et ce qu'il me rassure c'est que je ne suis pas dans le même cas.

      J'avais déjà fait la démarche d'utiliser mon compte Gmail pour rediriger mon mail vers mon registrar bien connu en France (non pas l'hébergeur à 3 lettres)qui propose une vraie gestion de l'IMAP (propre et simple) et donc de n'utiliser Gmail que comme filtre "anti-viagra, loterie Microsoft et autres" pour lequel il faut avouer qu'il marche pas mal.

      Maintenant, LinuxMag étant pro Debian avec des articles tout en apt-get ou aptitude install ne me passionnait plus vraiment, mais là ...

      Où est donc l'article disant : comment migrer de Gmail vers Sogo, postfix, sendmail, roundcube, ...... ??!!

  • # Scandaleux !

    Posté par . Évalué à 10.

    Je partage ce point de vue, c'est tout simplement inimaginable de la part de Linux Magazine.

    Jean-Pierre Troll, revient !!

  • # Erreur ?

    Posté par . Évalué à 10.

    L'article devait peut-être sortir pour le numéro d'avril ?

    • [^] # Re: Erreur ?

      Posté par . Évalué à 7.

      Douze pages à 0.072€ la page (en moyenne 90 pages pour 6.5 €) ça fait du 0.86 € la blague.

      • [^] # Re: Erreur ?

        Posté par (page perso) . Évalué à 5.

        Malgré ce qu'en dit Nicolas Dupont-Aignan le JFK français, c'est toujours vachement plus cher qu'un Carambar.

  • # pour visualiser la chose

    Posté par . Évalué à 9.

    ce n'est pas encore sur la page d'accueil des éditions diamond, mais la page existe :
    http://www.ed-diamond.com/feuille_lmag146/index.html

  • # rho la laaa, tout de suite....

    Posté par (page perso) . Évalué à 9.

    J'ai pourtant souvenir d'avoir intégré en début d'article une mise au point sur les pour et les contres de l'opération et la nécessité d'une réflexion personnelle sur le sujet...

    Et non, l'article ne décrit pas bêtement l'interface Web du bidule mais détail l'utilisation d'un tel service avec les outils classiques comme Mutt, les possibilités (et nécessités) de sauvegarde, le scripting, la configuration d'exim pour utiliser les smarthosts de Google, etc...

    Oui, la phrase en couverture est polémique. Allez savoir, c'était peut-être le but, hein ;)

    PS : c'est GNU/Linux Magazine

    • [^] # Re: rho la laaa, tout de suite....

      Posté par . Évalué à 9. Dernière modification le 26/01/12 à 23:56.

      PS : c'est GNU/Linux Magazine

      GLMF sera peut-être bientôt Google/Linux Magazine France !

    • [^] # Re: rho la laaa, tout de suite....

      Posté par . Évalué à 9.

      GMAIL/Linux Magazine ? :P

      (Hé oui, déjà vendredi...)

      THIS IS JUST A PLACEHOLDER. YOU SHOULD NEVER SEE THIS STRING.

    • [^] # Re: rho la laaa, tout de suite....

      Posté par (page perso) . Évalué à 6.

      GNU/Linux & Hurd Magazine France

    • [^] # Re: rho la laaa, tout de suite....

      Posté par (page perso) . Évalué à 7.

      J'ai pourtant souvenir d'avoir intégré en début d'article une mise au point sur les pour et les contres de l'opération et la nécessité d'une réflexion personnelle sur le sujet...

      C'est cette mise au point qui m'a fait tiquer :

      [...] il est presque impossible d'être réellement anonyme sur Internet.

      C'est difficile, c'est vrai, mais on est loin du "presque impossible". Il existe des moyens d'acheter des serveurs par des paiements cash anonyme et, ainsi, détenir une IP reliée à "John Doe" dont on accède par le réseau TOR. Il est très possible d'avoir un netbook dédié uniquement à cette utilisation afin de ne pas risquer de mélanger son comportement réel et son comportement anonyme. On peut même utiliser des services de traduction pour "casser" son style d'écriture (écrire en anglais, traduire vers le français via l'outil adéquat). Il existe même des cartes de crédit anonyme donnant sur des comptes bancaires dans des paradis fiscaux ... Difficile, mais possible et certain arrive très bien à rester anonyme.

      Les conditions d'utilisation de certain ont de quoi faire peur et je pense en particulier à celles de Facebook. Fort heureusement, cette largesse n'est pas globalement observée et Google semble bel et bien respecter la vie privée de ses utilisateurs.

      Je crois que Facebook et Google sont au même niveau en terme de respect de la vie privée, lire ceci est très surprenant !

      [...] dans le fait de confier votre correspondance et une partie de vos données privées [...] avec votre FAI [...]

      Bon oui on fournit des données à toute la liste que tu as mis (terminant par "assureur" et "médecin"), mais ce qui est important c'est le législation qui s'applique à ces sociétés. Google est sous la législation US, mon médecin est sous la législation Suisse ; Google n'obéit pas aux même lois que moi, mon médecin si. S'il y'a un souci avec mon médecin, je peux le régler très simplement, avec Google non.

      L'article, en lui même, n'a rien de choquant, bien que je l'aurais plus vu dans un Linux Mag HS spécial Google ou "Cloud". Un spécial Cloud avec "intégré votre entreprise aux réseaux sociaux, utilisez les outils dans le nuage" ; il y'a des entreprises qui souhaitent être liées à ce genre de services, par exemples les musiciens pros qui utilisent beaucoup ces services pour leur promotion, une vie aux yeux de tous est voulue et même nécessaire.

      "It was a bright cold day in April, and the clocks were striking thirteen" - Georges Orwell

      • [^] # Re: rho la laaa, tout de suite....

        Posté par (page perso) . Évalué à 3.

        une vie aux yeux de tous est voulue et même nécessaire.

        Tempêêêêêteuh, de la renommée…

      • [^] # Re: rho la laaa, tout de suite....

        Posté par (page perso) . Évalué à 4.

        [...] il est presque impossible d'être réellement anonyme sur Internet.

        C'est difficile, c'est vrai, mais on est loin du "presque impossible". Il existe des moyens d'acheter des serveurs par des paiements cash anonyme et, ainsi, détenir une IP reliée à "John Doe" dont on accède par le réseau TOR. Il est très possible d'avoir un netbook dédié uniquement à cette utilisation afin de ne pas risquer de mélanger son comportement réel et son comportement anonyme. On peut même utiliser des services de traduction pour "casser" son style d'écriture (écrire en anglais, traduire vers le français via l'outil adéquat). Il existe même des cartes de crédit anonyme donnant sur des comptes bancaires dans des paradis fiscaux ... Difficile, mais possible et certain arrive très bien à rester anonyme.

        Hm... on parle de solutions de messagerie d'entreprise. Des entreprises qui cherchent l'anonymat, j'en connais qu'une sorte : celles qui ne respectent pas les règles du jeu. Les autres sont en général friandes de publicité.

  • # Fort étonnant en effet

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    Wow ça fait bizarre effectivement. Au moins, on ne pourra pas leur reprocher de ramer à contre-courant, à l’heure ou de plus en plus de mes connaissances font le chemin inverse, prenant enfin conscience de la dangerosité de Google.

    L’actualité est d’ailleurs fort taquine puisque pas plus tard qu’hier (ou avant-hier, je ne sais plus), un bel article sur le Framablog parlait de la nouvelle politique de confidentialité de Google ; déjà qu’auparavant, celle-ci étant inacceptable, là, on touche carrément le pompon.

    C’est d’autant plus étonnant venant d’un magazine qui penche un peu plus vers le libre que vers l’open-source en ayant pris la peine de s’appeler GNU/Linux Magazine plutôt que simplement Linux Magazine. S’ils espéraient faire un peu de buzz dans notre microcosme, c’est réussi.

    On va dire que c’est une faute de goût, mais c’est vrai que j’ai du mal à comprendre la logique.

    • [^] # Re: Fort étonnant en effet

      Posté par (page perso) . Évalué à 10.

      Une faute de goût, c'est rien de le dire.
      Autant un certain réalisme est de mise dans l'entreprise, et des articles pour faire cohabiter (GNU)Linux et (MS)Windows sont les bienvenus, autant là…

      J'ai cru à une blague jusqu'à voir la preview du numéro en question, tellement c'était gros.

      Un peu comme si «le magazine du végétarien» titrait «2012: nouvelles résolutions, tout est bon dans le cochon !»

      • [^] # Re: Fort étonnant en effet

        Posté par . Évalué à 10.

        Ta comparaison n'est pas exacte.

        C'est plutôt comme si un magazine du végétarien, habitué à dire et redire que la viande cause des maladies, affame des peuples, monopolise des terres cultivables et cause des famines en affamant les pays pauvres pour que l'occident mange un steak par jour, se mette tout à coup à faire un dossier dithyrambique sur les fruits et légumes bios hors saison, importés de l'autre bout du monde par avion.

        THIS IS JUST A PLACEHOLDER. YOU SHOULD NEVER SEE THIS STRING.

      • [^] # Re: Fort étonnant en effet

        Posté par . Évalué à 10.

        C'est un peu comme si un hippie du Larzac titrait dans le fanzine local : « Comment j'ai confié la production de mon électricité à EDF au lieu de laisser pédaler ma femme », ou si un geek de la campagne postait sur un forum « comment j'ai confié la gestion de mon potager à un hippie du Larzac au lieu de m'embêter à aller planter mes tomates moi-même ».

        Franchement quoi de plus chiant (si on n'aime pas) que de configurer un serveur mail, de gérer les spams etc. Ok pour une catégorie d'entreprises ou d'utilisateurs, les emails c'est top secret, top confidentialité, mais pour d'autres ça peut être délégué. Par exemple pour les emails c'est du « jetable » (contrairement à mes données personnelles). Vous acheminez vous-même votre courrier au cas où le facteur lirait vos messages ? De toute façon la confidentialité de la messagerie internet s'arrête au bout du serveur, vu que tout circule en clair sur les dizaines de serveurs relais étrangers (sauf à tout chiffrer, ce qui est impossible vu que les destinataires ne sont pas prêt à ça). Et pour moi, les emails ce ne sont pas des données perso vu qu'ils concernent également les milliers de destinataires ou d'expéditeurs extérieurs. Ce n'est pas parce qu'on est capable de monter un serveur de messagerie que cela sera la meilleure idée de le faire, tout comme ce n'est pas parce qu'on peut héberger dans son sous-sol que c'est mieux que d'avoir un serveur dédié chez OVH ou un service chez google.

        Après, cette délégation des services peut prendre diverses ampleurs, moi je ne serais pas prêt à utiliser google docs ou megaupload pour stocker mes fichiers perso ou héberger un intranet (également parce que c'est un peu idiot de faire 3 fois le tour de la terre pour récupérer une information qui pourrait être stockée en local)...

        Only wimps use tape backup: real men just upload their important stuff on megaupload, and let the rest of the world ~~mirror~~ link to it

        • [^] # Re: Fort étonnant en effet

          Posté par (page perso) . Évalué à 9.

          Je pense que ce qui choque le plus, c'est que l'entreprise utilisée pour la migration est Google. Il aurait titré sur "débarassez-vous de votre serveur mail grâce à l'offre de Gandi", ça aurait été beaucoup moins trollifère.

          Mais là, Google, bah c'est Google quoi ! Ceux qui scannent les mails pour afficher des pubs personnalisées.

          It's a fez. I wear a fez now. Fezes are cool !

          • [^] # Re: Fort étonnant en effet

            Posté par . Évalué à 3.

            Je pense que ce qui choque le plus, c'est que l'entreprise utilisée pour la migration est Google. Il aurait titré sur "débarassez-vous de votre serveur mail grâce à l'offre de Gandi", ça aurait été beaucoup moins trollifère.

            Le problème évité jusqu'à présent dans la discussion, c'est les fonctionnalités et la charge de travail. L'offre de gandi est comparable?

            J'utilise le mail free. Le webmail c'est zimbra, c'est suffisant en fonctionnalité mais c'est moins réactif et pratique que gmail. L'anti spam de gmail est vraiment bon, celui de free ne marche pas pour moi. J'ai pleins de spam, et les seuls messages qui vont dans la boite à spam sont ceux de codeweaver, je ne sais pas pourquoi.
            Je reste vu mon volume de courrier, mais si j'avais un énorme courrier, je devrais changer de solution, je ne peux pas passer mon temps à traiter les spam, surtout avec une interface web.
            Quant à l'intégrité des mails chez free, je n'en sais rien. Je sais qu'à l'époque du lancement de la première offre gratuit, ils avaient un contrat avec doubleclic pour le surf. Je ne sais pas s'ils se font des à cotés sur le mail.

          • [^] # Re: Fort étonnant en effet

            Posté par . Évalué à 2.

            Mais là, Google, bah c'est Google quoi ! Ceux qui scannent les mails pour afficher des pubs personnalisées.

            Tu préfère ceux qui revendent tes adresses aux spammeur ?

            Tous les contenus que j'écris ici sont sous licence CC0 (j'abandonne autant que possible mes droits d'auteur sur mes écrits)

        • [^] # Re: Fort étonnant en effet

          Posté par (page perso) . Évalué à 3.

          pour moi, les emails ce ne sont pas des données perso

          Pour moi si, les mails c'est mon réseau social préféré: ouvert, libre, standard, tout le monde est dessus...

          Vous acheminez vous-même votre courrier au cas où le facteur lirait vos messages ?

          Non, mais j'ai ma propre boite au lettre et je n'ai pas de serviteur pour envoyer mon courrier.

          Franchement quoi de plus chiant (si on n'aime pas) que de configurer un serveur mail, de gérer les spams etc.

          Ce n'est pas si difficile, pour le linuxien moyen, mais c'est dommage de ne pas avoir de logiciels orientés "mail perso" avec une configuration plus simple.

          http://devnewton.bci.im

          • [^] # Re: Fort étonnant en effet

            Posté par . Évalué à 2.

            Non, mais j'ai ma propre boite au lettre et je n'ai pas de serviteur pour envoyer mon courrier.

            Chez toi en auto hébergé?

            • [^] # Re: Fort étonnant en effet

              Posté par (page perso) . Évalué à 5.

              Tout à fait!

              Voici ce que ça donne en image:

              Boite au lettre autohébergé

              Envoyer soit même une lettre via le protocole timbre over enveloppe

              http://devnewton.bci.im

              • [^] # Re: Fort étonnant en effet

                Posté par . Évalué à 10.

                Tu l'as configuré comment?
                J'ai beaucoup de spams moi, et j'ai découvert qu'ils sont délivré dans la boite par mon Fournisseur de Courrier. J'ai essayé d'installer un antiSPAM ChienAssassin mais elle lui lèche les mains.

          • [^] # Re: Fort étonnant en effet

            Posté par (page perso) . Évalué à 5.

            Je doit en fait m'y prendre mal, car j'ai pas de souci de spam et de virus, et la dernière fois que j'ai touché à postfix, c'était pour mettre en place un nouveau domaine pour un nouveau projet ( avec ldap, etc, etc ).

            Qu'est ce qui prends du temps aux gens sur leur solution de mail ? Postfix tourne comme un charme, spamassassin + du bayesien marche tout seul après entrainement ( qu'on peut faire avec cron et juste un déplacement de dossier imap ), dovecot est robuste.

            Pourquoi tout le monde semble croire que c'est si chronophage ?

            • [^] # Re: Fort étonnant en effet

              Posté par (page perso) . Évalué à 4.

              Même sans aller jusque là, des solutions libres préconfigurées comme Zentyal (anciennement ebox) ou MDS (non je ne fais pas de pub :) permettent de s'affranchir assez facilement des contraintes d'installation, configuration etc. Par contre il y a toujours le problème suivant : si j'héberge mon serveur mail et que mon fai est en rade, je dois être sûr d'avoir un moyen de rétention temporaire ailleurs sinon je perds des correspondances. Donc soit il faut avoir un autre local, soit demander un hébergement. Mais ça a un coût.

              J'imagine que les problèmes doivent être similaires avec un serveur XMPP.

              En fait, ce qui est dommage avec Gmail, c'est que l'interface étant assez bien faite, beaucoup de gens n'utilisent plus de client mail, et n'apprennent pas, par exemple, à signer et chiffrer leur messages avec openPGP. De plus, ce webmail a un fcheuse tendance, comme beaucoup de webmail, à casser les fils dont les titres changent. Donc rien ne vaut un bon kmail ou thunderbird (ou mutt ou ce qu'on veut d'ailleurs), voir framabird si on veut être mobile (de plus framabird intègre d'office enigmail)

              • [^] # Re: Fort étonnant en effet

                Posté par (page perso) . Évalué à 4.

                j'héberge mon serveur mail et que mon fai est en rade, je dois être sûr d'avoir un moyen de rétention temporaire ailleurs sinon je perds des correspondances.

                Si ton serveur n'est pas joignable, l'usage est de retenter pendant 5 jours. Pour être sûr de ne jamais perdre de mail, tu peux utiliser un autre serveur en "backup MX".

                http://devnewton.bci.im

              • [^] # Re: Fort étonnant en effet

                Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                Perso j'ai un domaine et des emails gérés sur un VDS sivit avec la distribution Sivit. Je ne peux pas partir de chez eux : ça fonctionne trop bien et sans rien faire !

            • [^] # Re: Fort étonnant en effet

              Posté par . Évalué à 3.

              Pourquoi tout le monde semble croire que c'est si chronophage ?

              Pour lui, hormis le spam, c'est ça:

              les attaques contre Exim et la configuration MailScanner. Je n'ai plus à trouver d'excuses pour repousser l'installation d'un Webmail (j'aime pas ces trucs, ça fait plein de trous partout). On ne vient plus me déranger pour ajouter un alias ou pour être sûr-sûr-sûr que ma méchante configuration n'a pas "mangé" un message ultra-important qui était certes en HTML tout moche mais n'était pas un SPAM. Et on ne m'en vaut plus parce que j'ai blacklisté 50% des IP de la planète (non, je vois pas pourquoi on aurait eu des connexions SMTP légitimes depuis la Chine, le Pakistan, l'Australie, etc).

              • [^] # Re: Fort étonnant en effet

                Posté par (page perso) . Évalué à 5.

                Donc, je retiens que exim est dfficile à configurer et en effet d'un point de vue architecture, on a fait mieux.

                Ensuite, si ajouter un alias fait perdre du temps, y a une méthode simple, ça s'appelle "dire non". Et à moins que les google apps laissent n'importe qui s'ajouter un alias, la situation n'est pas différente. Soit il faut passer par l'admin ( auquel cas, il y a juste la même chose ), soit ça permet pas, et la solution de dire non est applicable.
                Et qu'on ne me dise pas qu'on peut pas déléguer le rajout d'aliases, ni que les gens demandent sans arrêt des alias.

                Et quand à être sur sur sur de pas avoir perdu de mail, c'est pas un souci avec le fait d'avoir son propre stmp, mais d'avoir des filtres à spam mal foutu. J'ai régulierement vu et entendu des gens dire "tu es sur que c'est pas dans le filtre à spam", sur tout type de providers. Donc soit le souci est général ( et auquel cas, c'est pas le fait d'avoir son smtp ), soit tout le monde est emmerdé par quelqu'un en auto hebergement, et curieusement, je crois pas que ça soit le cas.

                Enfin, si quelqu'un décide de bloquer la Chine, l'Australie et le Pakistan et que ça lui pose problème, le premier pas ne serait pas d'arrêter de le faire ? Je blackliste pas 1/6eme de la population mondiale et ça passe trés bien. Si le seul moyen pour ne pas bloquer la Chine et le reste est de filer le mot de passe root du serveur smtp a quelqu'un d'autre, je crois que le souci est ailleurs, ou mal exprimé.

                Donc à part le problème de exim ( qui très franchement devrait à mon sens ne pas être le choix par défaut sur debian, même si je sais que c'est controversé ), je suis pas sur de voir les problématiques.

            • [^] # Re: Fort étonnant en effet

              Posté par . Évalué à 6.

              C'est forcément un peu chronophage de gérer ses propres serveurs (sauf pê si tu as l'usage par ailleurs).
              Mes mails sont chez Google (faute de mieux) et même si j'aimerais mettre à mal cette centralisation je n'ai pas les compétences/temps pour migrer tout à la maison.
              Peut-être que les outils sont robustes mais il faut à minima gérer les mises à jours, faire des sauvegardes etc...
              Personnellement, j'aurais largement préféré une série d'articles sur "Comment dire au revoir à Google ?" ...

              • [^] # Re: Fort étonnant en effet

                Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                Les mises à jours majeurs, c'est une fois tout les 2/3 ans, voir plus avec des distributions avec une durée de vie vraiment longue ( type RHEL ). De nos jours, les mises à jours de sécurité, ça se fait presque en automatique.

                Faire des sauvegardes, j'aurais tendance à dire que tu dois déja les faire, sauf à faire confiance à Google pour ne jamais perdre de mail, ou surtout, ne jamais perdre ton compte ( que ça soit parce que tu pensais que "obiwan kenobi" etait un nom amusant à te donner qui finalement à causer ta perte le jour ou tu as activé g+, ou parce que tel personne t'a pris ton mot de passe et l'a changé ).

                Ensuite, ne pas avoir comme priorité est une chose. Je peux comprendre que ça soit dur à mettre en place de 0. Mais encore une fois, aprés la mise en place, ça roule globalement bien, peut être que j'ai oublié. peut être que j'ai eu de la chance, ou du génie ( mais plutôt de la chance ).

              • [^] # Re: Fort étonnant en effet

                Posté par . Évalué à 0.

                C'est bien ce que je dis, si même les administrateurs sont fatigués d'administrer leurs serveurs, qu'ils changent de boulot en devenant chef de projets ou chef d'orchestres de prestataires à base d'emails et de téléphone.

            • [^] # Re: Fort étonnant en effet

              Posté par (page perso) . Évalué à 6.

              Désolé, avoir sa propre solution de mail, ça prend du temps. Sauf si on est admin sys, ou si on est totalement inconscient des risques d'avoir un truc mal configuré.

              Et non, désolé, la conf par défaut de postfix ou autre, en tout cas chez debian, elle n'est pas totalement prête. Je ne suis pas admin sys de metier, et il m'a fallu beaucoup de temps pour comprendre déjà tous les termes obscures propres aux systèmes de messagerie, du temps pour voir à quoi correspondent toutes les options de config, du temps pour voir quelle configuration il a fallu que je mette en place pour que ça corresponde à mes besoins (très basiques au demeurant), et surtout du temps pour vérifier que ce que je faisais ou que les paramètres par défaut, n'allaient pas foudre du bordel sur le grand ninternet ou n'allaient pas me blacklister quelques parts au premier envoi de mail.

              Et puis quand j'ai voulu configurer spamassassin, c'etait encore pire. si on utilise un client lourd, il fallait faire des cron ou je ne sais plus quoi dans tout les sens pour "entrainer" spamassassin avec son filtre baysien.

              Quand il a fallu que je change de serveur, j'ai migré les comptes mails chez Gandi. Je ne voulais pas encore passer des heures et des heures à tout reinstaller (parce que bien sûr, après plusieurs mois, j'avais presque oublié comment faire).

              Avoir son propre serveur mail, c'est vraiment chronophage pour un individu lambda. Sauf bien sûr pour ceux qui gèrent ça tout les jours.

              • [^] # Re: Fort étonnant en effet

                Posté par (page perso) . Évalué à 1.

                Et non, désolé, la conf par défaut de postfix ou autre, en tout cas chez debian, elle n'est pas totalement prête.

                Si. Ou au moins, indique en quoi elle ne l'est pas, parce que le paquet est conçu pour qu'elle le soit, et si ce n'est pas le cas, il faudrait aider son mainteneur à le corriger.

              • [^] # Re: Fort étonnant en effet

                Posté par . Évalué à 5.

                Bof
                le déploiement est long, ensuite ça tourne tout seul.
                Évidemment il y a toujours les maj à faire, mais pas plus que pour un autre service

              • [^] # Re: Fort étonnant en effet

                Posté par (page perso) . Évalué à 5.

                Avoir son propre serveur mail, c'est vraiment chronophage pour un individu lambda.

                Au fait, je viens de m'apercevoir que c'était hors sujet, notre discussion : GNU/Linux magazine France n'est pas destiné aux individus lambdas, mais aux administrateurs et développeurs sous GNU/Linux.

                • [^] # Re: Fort étonnant en effet

                  Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                  Qui n'ont pas tous envie de passer des heures à configurer un serveur mail, mais qui préfèrent bosser sur des projets libres à la place.

                  Oui, j'ai eu mon propre serveur mail pendant quelques années. Postfix + postgrey + spamassassin. C'était sur Ubuntu à l'époque et c'était quand même très loin de fonctionner out of the box. Etant développeur et pas admin sys, ça m'a pris pas mal de temps pour configurer la bête (de l'ordre d'un jour, plus une ou deux heure par mois pour de la maintenance/màj), mais j'ai aussi appris pas mal de choses. Je suis content de l'avoir fait. Un jour j'ai voulu faire un upgrade vers la nouvelle LTS et ma config a été cassée. Ayant moins de temps à disposition, j'ai jeté l'éponge et j'utilise Google.

                  C'est un mensonge de dire que ça ne prend pas de temps d'avoir son propre serveur de mail.

                  • [^] # Re: Fort étonnant en effet

                    Posté par . Évalué à 0.

                    C'était sur Ubuntu à l'époque et c'était quand même très loin de fonctionner out of the box.

                    Je crois que tu as la réponse dans ta phrase.

                • [^] # Re: Fort étonnant en effet

                  Posté par . Évalué à 1.

                  je ne suis pas sysadmin mais il m'est arrivé de lire le journal en question, je m'intéresse aux Unix et à la programmation, pourtant je trouve ça chiant comme la mort d'essayer de configurer un serveur mails (surtout si c'est juste pour une personne), mais bon peut-être que c'est juste moi...

                  Only wimps use tape backup: real men just upload their important stuff on megaupload, and let the rest of the world ~~mirror~~ link to it

              • [^] # Re: Fort étonnant en effet

                Posté par (page perso) . Évalué à 7.

                Hello,

                cette histoire de GLMF et de configuration/administration de serveur SMTP me rappelle une histoire de le serpent qui se mange la queue...

                En effet, il y a un peu plus d'un an, j'ai décidé de mettre en place un serveur de courrier électronique auto-hébergé et d'y consacrer du temps pour bien comprendre le contexte et les risques des techniques utilisées. Je ne suis pas plus administrateur système mais j'ai quand même pris un bon moment pour travailler sur le sujet. Pour gagner du temps en lecture de docs, j'ai utilisé ça: http://www.ed-diamond.com/feuille_lmhs36/index.html !

                Depuis, le temps passé à administrer le bébé, comparé au temps d'apprentissage, est proche de zéro. Ce n'est pas du çajustemarche mais on n'en est pas loin. En plus, je peux ajouter une compétence à mon arc (toute relative certes mais belle et bien concrète). Effectivement, si j'avais une interface bien faîte pour tout configurer en 4 clics, j'aurais peut-être été tenté. Mais, dans ce cas, on s'éloigne fortement de l'esprit hacker qu'on retrouve finalement assez souvent dans GNU/Linux Magazine France...

                • [^] # Re: Fort étonnant en effet

                  Posté par . Évalué à -1.

                  C'est bien même les administrateurs eux-mêmes se tirent une balle dans le pied en externalisant l'essence même de leur travail. Qu'ils ne viennent pas se plaindre ensuite d'avoir des boulots chiants de support à passer leurs journée à faire du mail et du téléphone.

    • [^] # Re: Fort étonnant en effet

      Posté par (page perso) . Évalué à 1.

      "GNU/Linux" n'est pas un objet de discussion en ce qui me concerne. Le système est un noyau Linux reposant majoritairement sur des éléments du projet GNU. C'est le nom du système.

  • # Et dans le prochain numéro...

    Posté par . Évalué à 10.

    • Débarrassez-vous de Jabber grâce à aMSN
    • Étude comparative de la compatibilité des suites bureautiques avec OOXML: Wine + MS Office semble le meilleur choix!
    • Mieux référencer votre page Facebook
    • Écrivez aux développeurs Linux pour intégrer les pilotes graphiques fermés proprios dans la distribution Vanilla du noyau
    • Synchronisez toutes vos données avec votre iPhone
    • La Quadrature du Net n'en fait-elle pas un peu trop?
    • [^] # Re: Et dans le prochain numéro...

      Posté par . Évalué à 4.

      Dans ta liste, je pense que l'analogie "synchronisez vos données avec votre iPhone" est celle qui ressemble le plus à cet article. Le sujet est exactement le même : utiliser des services proprio dans un système libre.

      En fait le soucis est vraiment dans le titre. Ensuite le contenu a du sens, bcp de libristes utilisant tout de même les outils Google, et Google ayant toujours bcp fait pour l'intéropérabilité des données.

      • [^] # Re: Et dans le prochain numéro...

        Posté par . Évalué à 6.

        Le contenu a du sens, et en tant que libriste incapable de m'auto-héberger pour les mails (insuffisance technique de ma part), un article qui explique comment exploiter Gmail au maximum de ses capacités est intéressant pour moi.

        Mais pas dans GNU/Linux Magazine!
        J'ai l'impression de revivre le jour où j'ai appris que ma petite sœur n'était plus vierge...

      • [^] # Re: Et dans le prochain numéro...

        Posté par (page perso) . Évalué à 4.

        Je crois effectivement que c'est le titre qui provoque tout cela. Après tout le 142 titrait sur un article expliquant l'utilisation de S3 avec Yum. Si j'avais mis "Testez Google Apps" les réactions seraient différentes. Pourtant le fond, l'article lui-même, serait le même.

        • [^] # Re: Et dans le prochain numéro...

          Posté par (page perso) . Évalué à 8.

          Si j'avais mis "Testez Google Apps" les réactions seraient différentes

          Sans doutes. Quoique, je pense que ça aurait quand même réagi sur la chose mise en avant.

          Pourtant le fond, l'article lui-même, serait le même.

          Oui. Mais pas le fond de la pensée de l'auteur. Et la, justement, ça fait douter : l'auteur aime-t-il le libre (comment utiliser des outils libres pour s'interfacer avec un truc pas libre si on n'a pas trop le choix) ou est-ce qu'il s'en fout (c'est pas libre, et alors? C'est pratique, c'est ce qui compte). C'est le genre de petit détail très important pour savoir si l'auteur ne va pas essayer de nous refourguer une autre fois un truc pas trop libre mais dont on n'a pas remarqué (mois "gros").

          Et à la vu des réactions, ben voila... Reste à savoir si les lecteurs lisent pour le libre ou pour s'interfacer à des choses pratiques. Dans le premier cas ça va faire mal en nombre de ventes, dans le second il faudra faire le prochain numéro sur l'interface Exchange pour les contenter, c'est pratique (et très utilisé, sans compter qu'au moins on peut garder ses données chez soit) aussi.

          Bref, ça dépend surtout de la cible souhaitée du lectorat, philosophiquement. Une ligne éditoriale, ça peut être important.

          • [^] # Re: Et dans le prochain numéro...

            Posté par . Évalué à 7.

            Pour moi le problème n'est pas là : tout libriste fait des concessions (à part peut-être RMS avec son yeelong...), mais le but d'un magasine libriste (et je croyait que GLMF en était un) devrait de nous aider à nous débarrasser de ces concessions, pas de nous montrer comment interfacer ça avec notre distribution GNU/Linux.

            • [^] # Re: Et dans le prochain numéro...

              Posté par (page perso) . Évalué à 7.

              Euh... Je me suis donc fait mal comprendre : je voulais dire la même chose, mais en laissant le choix (est-ce que le magazine est libriste et donc nous aide à passer au libre, ou est-ce que le magazine est pratique et donc nous aide à nous interfacer avec ce qui est à la mode / plus mieux bien rien à faire que ce ne soit pas libre. A eux de choisir, le lectorat ne sera pas le même)

              • [^] # Re: Et dans le prochain numéro...

                Posté par . Évalué à 3.

                OK on est d'accord ;)
                Tu es juste plus fataliste que moi car tu t'es résigné au fait que Gnu/Linux magasine n'est peut être pas un magasine pro Libre

                • [^] # Re: Et dans le prochain numéro...

                  Posté par (page perso) . Évalué à 0.

                  Justement, à ce sujet je m'interroge depuis un moment. Je pense notamment au problème de licence des articles : lorsqu'on écrit dans ces journaux, ça doit être sous une licence semi-libre, une CC-BY-NC-SA, je crois. Outre le fait que je ne comprends pas pourquoi le NC, ça m'a retenu de proposer plusieurs articles, que j'aurais voulu publier en même temps ailleurs sous une licence libre.

                  • [^] # Re: Et dans le prochain numéro...

                    Posté par (page perso) . Évalué à 5.

                    Et tu leur en a parlé justement ?
                    Tu leurs as demandé ?
                    Nan parce que là ça fait : j'ai pas envoyé d'articles car je crois que bla bla bla.
                    je crois, ça doit, je pense, je m'interroge

                    Ben je suis sur que si tu leurs envoie un mail ils te répondront à ce sujet...

                    • [^] # Re: Et dans le prochain numéro...

                      Posté par . Évalué à 2.

                      le problème avait déjà été soulevé auparavant mais si je me souvient c'est pas sous licence libre , et je n'ais pas echo d'un changement d'orientation de ce point de vue là.

                  • [^] # Re: Et dans le prochain numéro...

                    Posté par (page perso) . Évalué à 5.

                    Y'a 3 possibilités pour les droits de publication dont: type B sous BY-NC-ND et type C ou tu fait ce que tu veux avec.

                    C'est vraiment pas dur à trouver sur le site :
                    http://www.unixgarden.com/index.php/devenez-auteur

                    • [^] # Re: Et dans le prochain numéro...

                      Posté par (page perso) . Évalué à 1.

                      Ah, excellent, c'est nouveau ce type C, j'en étais resté aux options A et B !

                      Eh bien c'est parfait alors, merci Diamond !

                      • [^] # Re: Et dans le prochain numéro...

                        Posté par (page perso) . Évalué à 5.

                        Non c'est pas nouveau. C'est arrivé en même temps que B suite aux discussions avec les différents auteurs actifs à ce moment. Ce n'est pas non plus nouveau en soi, ca s'appel une autorisation de publication et non une cession de droits. C'est simplement que, généralement c'est utilisé pour les communiqués et annonce de LUG, d'install party et autres.

                        • [^] # Re: Et dans le prochain numéro...

                          Posté par (page perso) . Évalué à 1.

                          Ah, eh bien je n'étais simplement pas au courant. J'ai écrit deux ou trois articles dans Linux Pratique, et à l'époque on m'avait donné le choix entre A et B, pas C. Si on m'avait proposé C, j'aurais probablement choisi cette solution pour pouvoir publier librement par ailleurs, et j'aurais probablement proposé d'autre articles par la suite.

                • [^] # Re: Et dans le prochain numéro...

                  Posté par (page perso) . Évalué à 5.

                  Tu es juste plus fataliste que moi car tu t'es résigné au fait que Gnu/Linux magasine n'est peut être pas un magasine pro Libre

                  Ttt... Non, pas défaitiste, aucun des deux chemins ne me dérange (rappel : j'utilise du libre, quand je l'utilise, parce que ça répond à mon besoin, pas parce que c'est libre, et donc le fait de m'interfacer avec les API Google me va très bien).

                  J'ai juste une réaction car ça me fait sourire de voir des "libristes" faire un texte sur du non-libre complet (logiciel + service), tout en critiquant "ça pue" le chemin intermédiaire (logiciel). Libriste, mais moins que moi (au moins, moi, je fais volontairement du non libre, et je sais où je vais quand je m'interface à un truc donc je maîtrise ni le logiciel, ni le gestionnaire), faut le faire :).

  • # fin de mon abonnement

    Posté par . Évalué à 10.

    Perso, hier je préparais l'enveloppe pour renouveler l'abonnement a linux mag sans grand enthousiaste.
    J'ai recu ce linux mag et du coup j'ai décide de ne plus m'abonner du tout.
    Déjà je trouvais le magazine de moins en moins pointus. Mais là, un article comme cela est inacceptable dans un magazine pro libre.

    • [^] # Re: fin de mon abonnement

      Posté par . Évalué à 6.

      Je trouve tout de même qu'il est normal pour un journal technique de parler un peu de ce qui est la mode : le cloud.

      "La première sécurité est la liberté"

      • [^] # Re: fin de mon abonnement

        Posté par (page perso) . Évalué à 5.

        C'est également ce que je pense. Ne pas traiter une solution car elle est hors-sujet est une chose (j'ai lu IIS sur cette page). Faire délibérément abstraction d'une solution qui est en rapport avec l'usage d'un système, ce qui est le cas ici, c'est de l'obscurantisme.

        • [^] # Re: fin de mon abonnement

          Posté par (page perso) . Évalué à 10. Dernière modification le 27/01/12 à 11:05.

          Je ne vois pas la différence, à part que ça s'appelle Microsoft d'un côté (méchants) et Google de l'autre (gentils).

          Tant qu'il y a ensuite un dossier sur l'interaction avec Microsoft Exchange... Nettement plus "ouvert" que Google (Exchange, je peux l'acheter et l'installer chez moi, pas Google Mail)

          Sans compter que c'est le titre qui est le plus trollesque, traduction : virez cette merde de logiciel libre de chez vous qui vous fait perdre du temps (le libre, c'est pour les gamins qui ont du temps) et passez plutôt à un truc sérieux pas libre du tout. C'est un choix, certes, mais pas très libriste.

          • [^] # Re: fin de mon abonnement

            Posté par . Évalué à -1.

            On croirait entendre un dsi qui vient d'etre invité au restau par de recevoir un commercial Microsoft.

      • [^] # Re: fin de mon abonnement

        Posté par (page perso) . Évalué à 10.

        Tu peux aussi employer le terme technique d'externalisation de service. Les webmails existent d'avant le mot cloud, donc je vois pas en quoi utiliser google pour stocker ses mails mérite de se rattacher à ça.

        Et je ne peux que rajouter ma voix au concert des gens décus. Certes, c'était flagrant quand on relit les anciens éditos ( notament celui qui fait l'apologie de g+ il y a quelques mois ). J'avais toujours classé Denis Bodor dans les gens ayant une ligne directrice forte, capable de s'y tenir. Comme d'autres, j'ai vu dans les hors séries successifs des arguments visant à rappeler que la connaissance s'acquiert aussi par la pratique, qu'il est important de mettre en place ses propres serveurs pour être indépendant, surtout en ces périodes troublés de lois diverses et variées.

        Mais bon, raler autant que je veux sur le web ne va pas changer grand chose. Je voulait faire du lobbying au sein de ma boite pour qu'on renouvelle l'abonnement au magazine ( et qu'on écrive des articles, mais il est dur de trouver des sujets qui ne soient pas une honteuse auto promotion ), mais la ça me mets un coup au coeur, et peut être que je vais plutôt m'orienter vers un magazine anglophone.

        ( perso, je pense encore qu'il s'agit d'un vaste poisson d'avril, ou d'une maneuvre subtile quelquonque, mais peut être que je suis encore dans le déni, on verra quand j'aurais fini de passer les 5 stages du modéle de Kübler-Ross )

        • [^] # Re: fin de mon abonnement

          Posté par . Évalué à 4.

          on verra quand j'aurais fini de passer les 5 stages du modéle de Kübler-Ross

          5 stades glasses

          L'ironie, c'est que je l'ai vu hier dans g+

      • [^] # Re: fin de mon abonnement

        Posté par (page perso) . Évalué à 6.

        il y a cloud et cloud. Si GLMF veut parler de cloud, il y a OpenStack, PSGI, les API REST, etc...

        Par contre pas les services clickou clickou pour decideurs pressés ... ;-(

  • # Il y a pire

    Posté par (page perso) . Évalué à 8.

    Il y a quelques années ma boite a migré sous gmail...
    Au delà de l'impossibilité d'accès à son mail pro quand on est en mission à l'extérieur, je me demande quelle est l'économie annuelle réalisée en échange de tous les secrets de l'entreprise.

    • [^] # Re: Il y a pire

      Posté par . Évalué à 6.

      Je vois pas ce qui empêche l'accès au mail à l'extérieur. Entre le webmail ou l'accès sur les téléphones, il y a quand même moyen d'y accéder plus facilement que sur un serveur interne de ta société.

      • [^] # Re: Il y a pire

        Posté par (page perso) . Évalué à 3.

        Pour info, dans une grande banque française, gmail est inaccessible.

        Ok, il te reste ton téléphone, mais pour ouvrir des documents, les lire, les modifier, faire une réponse un peu longue, c'est pas terrible.

        If you choose open source because you don't have to pay, but depend on it anyway, you're part of the problem.evloper) February 17, 2014

        • [^] # Re: Il y a pire

          Posté par . Évalué à 2.

          Ca les à pas empêché de perdre 5.5 millards :), il aurait mieux fallut que leur gars chat sur gmail & facebook.

          • [^] # Re: Il y a pire

            Posté par (page perso) . Évalué à 4.

            Je ne parlais pas de la SG

            If you choose open source because you don't have to pay, but depend on it anyway, you're part of the problem.evloper) February 17, 2014

  • # En couverture ?

    Posté par (page perso) . Évalué à 2.

    Autant l'article en soit me dérange pas, c'est toujours intéressant de connaître comment exploiter un outil puissant et peut permettre aux gens que l'administration d'un système de mail complet rebutent de pouvoir se concentrer sur autre chose. (faut dire c'est clairement mal branlé la config de tout ce bordel)

    Mais de la à mettre ça en couverture je trouve ça vraiment très dérangeant

    • [^] # Re: En couverture ?

      Posté par (page perso) . Évalué à 4.

      Je ne comprend pas.
      Le contenu n'est pas dérangeant et présente une option possible mais... il faut pas trop le montrer ? C'est légitime de l'avoir dans le magazine mais pas en couverture ?

      • [^] # Re: En couverture ?

        Posté par . Évalué à 7.

        Parce qu'AMHA l'article est d'un faible intérêt (bon j'ai pas encore lu l'article).
        Les options sont connues (gmail ou mail@home), et je ne vois pas vraiment les problématiques techniques que peut poser l'opération. Ne serait-ce pas plutôt un article pour Linux Pratique ?

        Éthiquement, c'est également à l'encontre de que les libristes pronnent assez souvent (contrôle des données, décentralisation, vie privé, etc...). Mais bon, il ne manquerait plus qu'on s'autocensure

        • [^] # Re: En couverture ?

          Posté par (page perso) . Évalué à 8.

          Disons qu'un article "intégration de votre Linux avec exchange" ne m'aurait pas choquer. Mais mettre "Passer à microsoft exchange et arreter de vous emmerder avec postfix", ça me géne deja plus.

          • [^] # Re: En couverture ?

            Posté par (page perso) . Évalué à 5.

            "Intégration de votre Linux avec Google Apps" dans le cas présent donc. Je note.

            • [^] # Re: En couverture ?

              Posté par . Évalué à 5.

              De quoi parle exactement l'article ?

              Si en effet c'est une découverte de gapps et son intégration sous linux, en effet il y a un intérêt.
              Si c'est un manuel d'importation de ses mails/contacts/calendrier chez google, je trouve l’intérêt limité.

              • [^] # Re: En couverture ?

                Posté par . Évalué à 3.

                Moi, j'aurais aimé trouver le cheminement inverse.
                Ça m'aurait intéressé vu que c'est ce que je suis en train de faire Google -> NAS perso.

                • [^] # Re: En couverture ?

                  Posté par . Évalué à 4.

                  Pareil, n'est ce pas plutôt à linux pratique de présenter ce genre d'articles ?

                  (sinon, au cas où tu ne connaitrais pas : https://www.google.com/takeout )

                  • [^] # Re: En couverture ?

                    Posté par . Évalué à 2.

                    Merci.
                    Pour récupérer mes données, pas de problème.
                    C'est pour les gérer au niveau de mon NAS que c'est moins trivial.
                    Maintenant, il me reste les contacts, l'agenda partagé, un équivalent de Dropbox (je sais, rien à voir avec Google).
                    Le tout synchro avec Android (sans google si possible).

                    Là, j'aimerai vraiment trouver de tels articles dans GLMF.

              • [^] # Re: En couverture ?

                Posté par (page perso) . Évalué à 7.

                C'est :

                • Présentation
                • Mise en route (DNS truc)
                • Config SMTP & IMAP over SSL
                • Upload des mbox/maildirs
                • Utilisation avec Mutt
                • Backup avec mbSync
                • Utilisation via des scripts
                • Config d'Exim avec google comme smarthost
            • [^] # Re: En couverture ?

              Posté par (page perso) . Évalué à 3.

              Ah, désolé, j'ai du mal voir la couverture du magazine.
              Le medecin du travail m'avais en effet dit que j'ai la vue qui baisse, mais au point de confondre "débarassez vous de votre serveur mail grace à Google" et "Intégration de votre Linux avec Google Apps", je crois que j'ai en effet un souci.

    • [^] # Re: En couverture ?

      Posté par . Évalué à 4.

      Il faudrait mettre ce journal en dépêche pour faire contre-poids !

  • # Deux combats

    Posté par . Évalué à 10.

    Il ne faut pas confondre le combat pour le logiciel libre et le combat pour la protection des données et de la vie privée.

    Le premier est plus ancien, et (presque) tout le monde ici le connaît et le soutien, dans ce combat, le rôle caricatural de l'ennemi N° 1 est tenu par Microsoft.

    Le second est plus récent, et pas perçu par tous comme un vrai combat. Dans ce deuxième combat, l'ennemi le plus visible est Google, et ce combat ne peut pas se mener sans mener le premier.

    «Gnu/Linux Magazine» est l'un des piliers du premier combat, son rédacteur en chef nous montre aujourd'hui que le second ne l'intéresse pas.

    Je pense moi qu'aujourd'hui le combat pour les logiciels libres n'est plus le principal. Il est nécessaire, mais seulement par-ce qu'il est un moyen de mener le combat pour la protection des données et de la vie privée. L'accumulation par de grandes sociétés de quantités de données gigantesque concernant les individu est déjà inquiétante, leur capacité à croiser les fichiers est terrifiante pour l'avenir. Qui peut affirmer que Google ne se mettra pas dans quelques années à vendre à vos futurs employeurs un service de renseignement sur vous ? Qui peut être certain que les données accumulées ne seront jamais réquisitionnées par un état totalitaire ?

    Je suis surpris et déçu que Denis Bodor pour qui j'ai une grande estime n'aie pas vu le danger que je vois, tant pis, le combat se mènera sans lui.

    • [^] # Re: Deux combats

      Posté par . Évalué à 1. Dernière modification le 27/01/12 à 12:02.

      ce qui est une pratique qui a commencé (pas chez google ) , et dont la comission vie privé a instruit un dossier à l'encontre de l'entreprise qui le fesait .

      Mais cela n'a rien de rassurant , que du contraire.

      Historiquement la vie privé est apparue avant le logiciel libre, mais est pour un libriste c'est après.

    • [^] # Re: Deux combats

      Posté par . Évalué à 7.

      Non, c'est plutôt l'idée que l'utilisateur doit être maître de ses données et de ce que son ordinateur en fait qui est le leitmotiv des logiciels libres.
      Il n'y a pas deux combats, mais un seul et même combat qui se mène sur plusieurs fronts (Logiciel Libre, Auto-hébergement, neutralité des réseaux...)

    • [^] # Re: Deux combats

      Posté par . Évalué à 10.

      «Gnu/Linux Magazine» est l'un des piliers du premier combat, son rédacteur en chef nous montre aujourd'hui que le second ne l'intéresse pas.

      Ce que Denis Bodor nous sert aujourd'hui, je ne peux pas en parler puisque je n'ai pas lu le contenu. Par contre, dans l'idée que je me fais à la lecture de vos commentaires c'est qu'il y a une nette dérive éditoriale.

      Effectivement, Denis est le rédac chef et de ce fait, c'est la personne à montrer du doigt. La question que moi, lecteur depuis le N°1 je suis en droit de me poser est : "Est-ce une erreur éditoriale ?"

      Je veux dire, un article qui ne réponds plus à mes attentes de lecteur dans un magazine Hyper Spécialisé (Effectivement je serais moins intransigeant avec Linux Pratique) ce n'est pas généraliser le cas à toutes les éditions futures de GMLF.

      L'autre aspect indésirable, c'est que Denis Bodor as un rayonnement incontestable dans nos communautés. Écrire son appréciation à propos d'un service qui ne réponds en rien aux critères du logiciel Libre est effectivement "choquant" pour les adeptes de ce magazine. Ce n'est pas tant l'article qui me gène, mais qu'il soit publié dans GMLF et en couverture. Gmail n'est ni libre, ni GNU et on ne sait même pas s'il fonctionne sur un Linux. Alors pourquoi créer cet article dans GMLF ?

      • [^] # Re: Deux combats

        Posté par . Évalué à 3.

        Vous êtes vache, je trouve, juste pour un titre polémique.

        "La première sécurité est la liberté"

        • [^] # Re: Deux combats

          Posté par . Évalué à 6.

          Tu veux dire que Denis, non seulement ne se serait pas aperçu qu'en comparant Exim à Gmail il comparait un moteur avec une carrosserie mais qu'en plus il ne se serait pas aperçu qu'il lançait un énorme troll ?
          Vu la qualité de ce qu'il a déjà fait auparavant, il sait très bien ce qu'il fait, et c'est justement ça qui est choquant. Qu'un admin cède à la facilité au détriment de ses convictions, c'est humain, mais qu'il s'en vante et incite les autres à faire pareil c'est pitoyable.

          • [^] # Re: Deux combats

            Posté par . Évalué à 4.

            Tu veux dire que Denis, non seulement ne se serait pas aperçu

            Au contraire, je pense qu'il a fait exprès, pour faire réagir.

            "La première sécurité est la liberté"

            • [^] # Re: Deux combats

              Posté par . Évalué à -2.

              Réagir à quoi ? Un article pourri où on nous vante les bienfaits du mal...Non désolé, j'en ai assez déjà avec Sarkozy.

    • [^] # Re: Deux combats

      Posté par (page perso) . Évalué à 8.

      C'est pas qu'une question de vie privée et de protection des données. Il y a aussi le passage de compétence par la pratique. Le logiciel libre puise ses origines dans l'académisme, dans la transmission du savoir, dans des communautés de pratiques comme on dit.
      L'auto hébergement est exactement ça, c'est une façon de se former, de partager, de savoir ce qu'il y a sous le capot.

      On ne peux pas raler sur le fait que les hommes politiques connaissent pas et ne comprennent pas le réseau et passe des lois qu'on estime à la con et liberticides, et ensuite ne rien faire quand on dit "c'est trop chiant de mettre en place son smtp, ne chercher pas à comprendre, faite sous traiter ça".

      On peut pas raler sur "je comprends pas, j'arrive pas à embaucher de gens compétents en informatique" si on n'éveille pas leur curiosité et leur envie de s'auto former.

      Est ce que le fait d'avoir des gens qui connaissent le fonctionnement de l'internet est important pour le libre ? Je pense que oui. Est ce que le fait d'avoir un pool de gens compétents est important pour la survie du libre ? Je pense que oui aussi.

      Pour moi, ç'est pas 2 combats si clairement séparés que ça.

  • # Déçu ...

    Posté par . Évalué à 10.

    Aie ...

    Forcément, je suis un peu déçu. Comme semble le montrer un peu le contenu des réactions ici je ne suis pas le seul.

    Non pas qu'on parle de Google dans un article, mais, juste qu'on a l'impression que le côté "artisan" tant vanté dans certains numéros est mis à mal.
    Linux Mag m'a appris, m'apprend (et j'espère m'apprendra encore) de nombreuses choses sur Linux et notamment l'administration. Et là on a un peu l'impression qu'on lâche l'affaire ... Bon, les mecs en fait pourquoi se prendre la tête alors que Google est là ...

    Gérer mes serveurs en auto-hébergement pour moi c'est un peu trop mais j'avoue que je voyais pas Linux Mag me décourager davantage voir même me conforter dans ce choix ...

  • # Une déception de plus...

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    Cela fait longtemps que je suis déçus du contenu de ces magazines (applications Android toutes propriétaires, publicité pour Adobe InDesign sans même évoquer Scribus, etc. ).

    Je suis de ceux qui apprécient les logiciels libres pour la valeur éthique. Pour "simplifier", je suis sur la même longueur d'onde que Richard Stallman, initiateur du projet GNU, faut-il le rappeler ?

    Je sais que d'autres ont une approches différentes. Certains apprécient surtout la gratuité (ils aiment également les logiciels gratuits tels que Skype, etc.) ; d'autres apprécient surtout l'accès au code source ; d'autres apprécient surtout la qualité technique ; et finallement, d'autres encore apprécient surtout la commodité !

    Le projet GNU, lancé par Richard Stallman mes l'accent sur l'éthique, le contrôle de la technologie informatique par les utilisateurs selon l'idée que la forme de nos vies personnels en dépendent ; mais également la forme de notre civilisation... Il y a un aspect anthropologique ; l'idée que la vie de chacun joue un rôle sur l'ensemble de la société. Cette démarche me semble s'opposer à l’obscurantisme, à la mystification, etc. Souhaitons-nous vivre dans un monde "diriger" par une bande de souciés magiciens ? ou tous ensemble, égaux face aux technologies et à la connaissance ?

    Et donc, quel devait être la ligne éditoriale d'un magazine intitulé GNU/... ?

    Cela fais 5 ans que j'achète chacun de ces magazines, que je les expose autour de moi, que j'explique à mes élèves (initiation à l'informatique) que l'on trouve effectivement des magazines sur les logiciels libres, etc.

    Ce numéro là, je ne l’achèterai pas !

    Et je suis donc bien content de ne pas être abonné...

    Messieurs de Diamond : Il y a manifestement un marché, très juteux, pour toute sorte de magazines HiTech tendance "minitel 2.0, cloud computing, iBidule, gMachun, etc." Donc pourquoi vous fatiguer à faire des magazines intitulés « GNU/... » ? Vous n'y arrivez pas ! Vos rédacteurs n'arrivent pas à respecter (peut-être même à comprendre) ce que cela signifie !

    Le terme Linux, à la limite... Il ne signifie pas la même chose... Nous savons tous que le discourt de Linus n'est pas basé sur l'éthique...

    Aussi, je proposerais plutôt que le magazine soit simplement nommé autrement.

    J'ai acheté quelques OpenSource Magazine... J'ai été déçus et même "embarrassé"... Mais leur titre était clairement cohérent (même s'il font la publicité de logiciels gratuits mais même pas "open source")... Donc je ne leur en veux pas ! C'est cool ! Chacun son chemin...

    J'espère qu'un jour nous pourrons trouver des magazines informatiques dont la ligne éditoriale serait réellement inspirée par le projet GNU. Je pense que cela pourrait se vendre...

    • [^] # Re: Une déception de plus...

      Posté par . Évalué à 4. Dernière modification le 27/01/12 à 14:23.

      t'es un peu dur , mais je comprend ta déception. Néanmoins , il faut rendre à césar ce qui est à césar, Denis Bodor à fait pas mal pour la communauté libre. Et d'autre part GNU venait du moment ou Linux sortait à peine des cercles informatiques des geek universitaires . Si l'on relis la ligne éditorial des anciens numéros (par exemple le numéro en 1999/ 2000 sur les licences libres ) , hé bien c'est dans le ton, mais il semble qu'au fur et à mesure , la tendance libre se dégrade de plus en plus au profit de la commodité (sans compté les magazine pseudo libre ou les exemples foisonnent) . Cette dégradation semble allez de pair avec l'augmentation du marketing pour les systèmes proprio et le logique de dépendance minitélisé ( voir le lien ou Denis raconte sa dérive en achetant Windows 7 ) http://www.unixgarden.com/index.php/gnu-linux-magazine/edito-gnulinux-magazine-142

      C'est cela qui m'a poussé dans mon premier commentaire a parler de la force du marketing ambiant en boutade ( http://linuxfr.org/nodes/89215/comments/1314349 ) . Je pense que personne n'est à l'abris ... Mais qu'ici on vient de passer un stade disons significatif dans le sens ou c'est symbolique (une sorte de bastion du libre francophone )

      • [^] # Re: Une déception de plus...

        Posté par (page perso) . Évalué à 10.

        Denis raconte sa dérive en achetant Windows 7

        De quoi ?!
        J'ai acheté deux Vaio et cet OS était avec. Et les deux lappy en question ont vite été refourgués. L'édito raconte un test grandeur nature qui m'a coûté bonbon au passage, pas le fait que j'ai sombré dans Windows comme on sombre dans l'alcoolisme.

        Vas pas raconter que j'ai acheté Windows 7 et que je l'utilise, là ça frise l'insulte.

        Pour résumer toute cette histoire de numéro 146. On explique dans GLMF de façon récurrente comment utiliser des serveurs SMTP en logiciel libre, en long en large et en travers.

        Là, pour changer, on explique comment utiliser GNU/Linux avec les Google Apps.

        Le titre en couverture était de mauvais goût, je vous l'accorde.

        Le sujet aurait peut-être mieux trouvé sa place dans Linux Pratique ? Oui, c'est très possible.

        Il s'agit d'une erreur éditorial ? D'une certaine manière, oui, car en regroupant tous les éléments, la somme est trop "dissonante" par rapport à ce qu'on fait depuis 145 numéro. Ok. Soit.

        Le fait est que moi, pour pouvoir gagner du temps sur des choses plus proches du système et du matériel, j'ai testé Google Apps et ça se passe bien. Alors j'en ai parlé.

        • [^] # Re: Une déception de plus...

          Posté par . Évalué à 5.

          Ce qui est intéressant c'est la tourmente dans la pesé des choix entres les différentes sirènes.

        • [^] # Re: Une déception de plus...

          Posté par . Évalué à 9.

          Le titre en couverture était de mauvais goût, je vous l'accorde.

          Le sujet aurait peut-être mieux trouvé sa place dans Linux Pratique ? Oui, c'est très possible.

          Il s'agit d'une erreur éditorial ? D'une certaine manière, oui, [..]

          Ah, ben voilà qui dissipe les doutes.
          Ce mea culpa est tout à ton honneur.

          Il ne te reste plus qu'à te flageller en chantant la Free software song ;)

        • [^] # Re: Une déception de plus...

          Posté par . Évalué à 3. Dernière modification le 27/01/12 à 15:10.

          Disons qu'il y a des endroits sans taxe Microsoft ajouté, et dans le pire des cas , la première chose qui vient à l'esprit c'est de formater au plus vite possible le hd en ext3/ext4 ...

        • [^] # Re: Une déception de plus...

          Posté par (page perso) . Évalué à 3.

          (Pour ma part j'ai été abonné pendant plusieurs années à GLMF et misc, même si je n'en lit plus aujourd'hui, faute de temps)

          Là, pour changer, on explique comment utiliser GNU/Linux avec les Google Apps.

          Et, contrairement à beaucoup d'autres ici vu les commentaires, je trouve ça intéressant.
          Si c'était une "bête" explication du passage à GApps, je comprendrais un peu plus (encore que, on vit dans un monde ouvert, savoir comment exporter / réimporter ses mails d'un serveur à un autre, c'est intéressant, surtout pour ceux qui s'auto-hébergent - ce qui est mon cas).
          Mais si c'est (je n'ai pas lu) comment utiliser GApps depuis ses applications / serveurs / services linux, ben je vois franchement pas où est le problème.

          Combien sont sous linux avec un compte gmail ? Sûrement beaucoup.
          Et la compatibilité avec Linux est justement intéressante.

          D'ailleurs pour ma part j'ai déjà envisagé ce même changement. Et pourtant, j'héberge mes mails sur mon serveur perso @home depuis pas mal d'années maintenant (depuis 6-7 ans je pense au mini). Mais plusieurs crash matériels remettent régulièrement en cause mon choix, car au final ça coûte cher (en matériel ou en temps). D'ailleurs j'ai souvent utilisé les GMLF pour monter mes serveurs.
          Donc je comprend tout à fait ce passage à GApps, et au final je suis content, même si ça polémique, que ce sujet ait été abordé.

          Et pour aller un peu plus loin, repensez à l'indisponibilité de kernel.org.
          Qu'à fait Torvalds ? Il a monté un clone sur Github. Ben finalement, très peu de critiques envers lui, sous pretexte que ça utilise un format ouvert et qu'on peut à tout moment passer d'un serveur à un autre.
          Ben les mails c'est un peu pareil, si j'ai mon domaine et que je suis capable d'exporter / importer mes mails, par exemple au travers d'imap, le problème est identique (et la réaction devrait être la même). Donc je ne vois pas trop pourquoi faire plus de foin sur cet article que sur le passage à github.

          Après, la vrai question se pose sur la confidentialité des données, mais s'il avait dit qu'il passait à OVH ou Gandi personne n'aurait rien dit.

          • [^] # Re: Une déception de plus...

            Posté par (page perso) . Évalué à 4.

            GitHub c'est pas Google et Google fait peur.

          • [^] # Re: Une déception de plus...

            Posté par . Évalué à 0.

            Ce qui est hébergé chez GitHub n'est pas privé comme des emails. Les seules choses privées que conserve GitHub sont les mots de passes, les adresses IP et les clefs SSH.

            • [^] # Re: Une déception de plus...

              Posté par (page perso) . Évalué à 4.

              et les clefs SSH.

              Heu, les clefs publiques tu veux dire ? Celles qui, par définitions, ne sont pas privées quoi…

              • [^] # Re: Une déception de plus...

                Posté par . Évalué à 1.

                Bien entendu la clef publique, mais elle n'est pas disséminée partout pour autant, tout comme l'adresse IP, qui est visible par le réseau auquel on se connecte, mais qui, au contraire d'une clef publique GPG, n'est pas accessible dans un annuaire public.

                • [^] # Re: Une déception de plus...

                  Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                  On est d’accord sur l’adresse IP, elle est privée même si elle est diffusé un peu partout.

                  Mais une clef publique PGP, elle a pour but d’être publique et d’apparaître dans des annuaires (serveurs de clefs) donc on ne peut pas dire que ça soit une donnée privée (c’est même dans le nom).

            • [^] # Re: Une déception de plus...

              Posté par (page perso) . Évalué à 1. Dernière modification le 31/01/12 à 00:55.

              Ce qui est hébergé chez GitHub n'est pas privé comme des emails. Les seules choses privées que conserve GitHub sont les mots de passes, les adresses IP et les clefs SSH.

              Totalement faux. Github propose des formules avec dépôts privés pour ceux qui veulent. Il n'y a qu'à cliquer sur Signup and pricing depuis leur page d'accueil pour le savoir.

              L'audience de DLFP est décidément bien plus experte qu'un journaliste de 20 minutes, et parle vraiment de ce qu'elle connaît.

              • [^] # Re: Une déception de plus...

                Posté par . Évalué à 1.

                Qu'à fait Torvalds ? Il a monté un clone sur Github. Ben finalement, très peu de critiques envers lui, sous pretexte que ça utilise un format ouvert et qu'on peut à tout moment passer d'un serveur à un autre.

                Ce qui est hébergé chez GitHub n'est pas privé comme des emails

                Totalement faux. Github propose des formules avec dépôts privés pour ceux qui veulent. Il n'y a qu'à cliquer sur Signup and pricing depuis leur page d'accueil pour le savoir.

                Linus a monté un clone privé de Linux sur GitHub ? Première nouvelle !
                Les gens sur DLFP qui font l'apologie de GitHub ne parlent bien évidemment que de la partie hébergement public pour projets libres. Ça semble plutôt cohérent pour un site qui parle le plus souvent de logiciel libre.

                L'audience de DLFP est décidément bien plus experte qu'un journaliste de 20 minutes, et parle vraiment de ce qu'elle connaît.

                Je connais bien GitHub, merci de garder vos remarques désobligeantes et stupides pour vous-même.

                • [^] # Re: Une déception de plus...

                  Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                  Les gens sur DLFP qui font l'apologie de GitHub ne parlent bien évidemment que de la partie hébergement public pour projets libres.

                  Heu non, point.
                  En général les gens qui font l'apologie de GitHub parlent surtout des fonctionnalités disponibles, que l'hébergement soit public ou non c'est juste un paramètre. Mais c'est pas pour cette raison.
                  Sinon, pourquoi ne pas faire l'apologie de Gitorious par exemple ? Pourtant aucun problème pour des projets publiques libre, c'est juste que fonctionnellement c'est moins bon.

                  Et au final ça ne change pas grand chose qu'on traite des données publiques ou non dans l'histoire. L'exemple de GitHub est tout à fait en relation avec Google Apps. Dans les deux cas on choisit juste un fournisseur de service plus agréable que les autres. Et dans les deux cas on peut exporter / importer ces données, c'est au final l'un des points les plus importants. D'ailleurs c'est bien le principe d'avoir des protocoles, des standards, de l'interopérabilité : si on veut changer de fournisseur de service on peut, si on veut héberger chez soit, on peut.

                  Et sur le point "Ce qui est hébergé chez GitHub n'est pas privé comme des emails" : et alors, ça change quoi ? Si GitHub veut virer ton dépot parce qu'il a envie il peut le faire par exemple. Que tes données soient publiques ou non c'est pas le plus important, c'est le fait de pouvoir partir ailleurs qui est important. Et c'est pareil avec Google Apps.

                  Le passage de Linux sur GitHub montre au contrairement vraiment très clairement cette notion de service. Car sinon pourquoi ne pas être allé chez Gitorious ? Ou remonter un serveur Git à côté ? On va pas me dire qu'il n'y avait personne qui pouvait le faire (ok il faut trouver des machines, etc, mais c'est pas impossible non plus). Ben non, le but était d'avoir un fournisseur de git, github propose ce service.

                  Mais bon, je vois que pour un site qui parle le plus souvent de logiciel libre ça ne gène à peu près personne, alors que quelqu'un qui explique qu'il passe sa messagerie sous Google Apps et explique comment la faire communiquer avec Linux, tout ce suite c'est maaal...

                  • [^] # Re: Une déception de plus...

                    Posté par (page perso) . Évalué à 3.

                    si on veut changer de fournisseur de service on peut

                    Changer de mail, ce n'est pas si facile. Il faut:

                    • embêter tous ses contacts pour leur dire "mon adresse a changé".
                    • changer son adresse mail partout là où on l'a laissé trainer.
                    • négocier une période de transition avec son précédent fournisseur pour mettre en place une redirection avec une réponse automatique "mon mail a changé".
                    • faire attention aux "reply all" à partir de tous les anciens mails.

                    http://devnewton.bci.im

                    • [^] # Re: Une déception de plus...

                      Posté par (page perso) . Évalué à 1.

                      Ben non, pas du tout
                      La on parle d'un passage à Google Apps, c'est à dire (pour ce cas) Google Mail avec ton domaine.

                      Donc la migration consiste à :

                      • récupérer tous ces mails
                      • monter un nouveau serveur / souscrire à un nouveau service
                      • envoyer tous ces mails dans le nouveay service
                      • rediriger le champ MX du domaine

                      Bon, c'est pas forcément dans l'ordre, à choisir j'arrêterais le serveur (puisque les autres serveurs vont tenter de renvoyer), changement du MX, export / import pendant que le nouveau serveur reçoit déjà les nouveaux mails.

                      Donc oui, si on veut changer de fournisseur de service on peut, car on est bien là uniquement dans le cas d'un service (hébergement des mails, d'un serveur) dont on possède le domaine.

                      Posséder un domaine, ne serait-ce que pour les mails est surement la meilleur chose (la seule ?) à faire pour être justement capable de changer de fournisseur de service n'importe quand, voir passer en auto hébergement ou l'inverse.

        • [^] # Re: Une déception de plus...

          Posté par (page perso) . Évalué à 7.

          Au contraire déclencher une polémique plutôt que ronronner en rond est salutaire. Te faire engueuler par tes lecteurs montre à quel point ils ont un lien affectif fort avec ton image.
          Tu es une personnalité reconnue de notre communauté et tes choix, d'une certaine manière, l'engage.
          En plus il s'est dit des choses intéressantes même si je reste réservé sur l'opportunité de lâcher un troll pareil.
          Enfin nous avons dépassé les 100 posts sans atteindre le point de Godwin.

        • [^] # Re: Une déception de plus...

          Posté par (page perso) . Évalué à 9.

          j'ai testé Google Apps et ça se passe bien. Alors j'en ai parlé.

          OK. On est d'accord donc : Libre = rien à foutre, ce n'est pas un critère (comme pour moi, donc vraiment : pas un problème dans mes remarques). L'important est que ça marche.
          Pas de soucis.

          Par contre faudrait penser du coup à renommer le bouquin, parce que ce n'est pas trop l'esprit GNU.

        • [^] # Re: Une déception de plus...

          Posté par . Évalué à 3.

          Donc le mois prochain tu nous fais un gros titre "Comment se débarrasser de gmail" et t'es pardonné. Sinon on appelle nos potes anonymous et on t'inonde de mails 8-D

        • [^] # Commentaire supprimé

          Posté par . Évalué à -6.

          Ce commentaire a été supprimé par l'équipe de modération.

          • [^] # Re: Une déception de plus...

            Posté par (page perso) . Évalué à 4.

            La prochaine fois tu achetes windows, et tu l'intalles toi meme, et du parles pas d'un systeme qui est corompu par des dizaines de logiciels a la con du constructeur quand tu veux parler d'un systeme...

            Hum, on m’a sorti un argument de ce genre quand j’ai critiqué le Windows Vista vendu avec mon PC il y a quelques années (« non mais Vista est très bien, c’est pas la faute de Microsoft si les constructeurs font n’importe quoi avec ; installes un vrai ¹ Vista avant de critiquer »), et j’ai toujours du mal à l’accepter…

            C’est bien possible que les constructeurs « fassent n’importe quoi » ou « corrompent » Windows quand ils le préinstallent, mais en quoi ça devrait me prévenir de critiquer ledit Windows ?

            On m’a vendu le système pré-installé comme étant « Windows », je le critique comme étant « Windows », où est le problème ? Si Microsoft trouve que les conneries des constructeurs donnent une mauvaise image de son système, ils n’ont qu’à arrêter la vente liée.

            Quant à la proposition de -acheter Windows, merci mais non, vraiment ça ira, je l’ai déjà acheté une fois avec la machine, je ne vais pas l’acheter une deuxième fois juste pour vérifier qu’il est un peu moins pourri sans les ajouts du constructeur.


            ¹ L’italique est d’origine.

            • [^] # Re: Une déception de plus...

              Posté par (page perso) . Évalué à 3.

              Hum, on m’a sorti un argument de ce genre quand j’ai critiqué le Windows Vista vendu avec mon PC il y a quelques années (« non mais Vista est très bien, c’est pas la faute de Microsoft si les constructeurs font n’importe quoi avec ; installes un vrai ¹ Vista avant de critiquer »), et j’ai toujours du mal à l’accepter…

              Tant que acceptes que je puisse dire "Linux c'est pourri" parce que j'ai testé une distro toute pourrie venant avec une machine toute pourrie...

              Ben oui, il faut accepter la chose des deux côtés. Pas sûr que Linux en sortira gagnant.

              • [^] # Re: Une déception de plus...

                Posté par (page perso) . Évalué à 1.

                Tant que acceptes que je puisse dire "Linux c'est pourri" parce que j'ai testé une distro toute pourrie venant avec une machine toute pourrie...

                Si le constructeur de la machine t‘a vendu le système pré-installé en te le présentant comme « Linux », alors oui, j’accepte volontiers que tu le dises.

                S’il te l’a présenté plus précisément comme la distribution « Pourrinux », alors non, je n’accepte pas l’amalgame avec les 3529 autres distributions.

            • [^] # Commentaire supprimé

              Posté par . Évalué à -2.

              Ce commentaire a été supprimé par l'équipe de modération.

              • [^] # Re: Une déception de plus...

                Posté par (page perso) . Évalué à 0.

                « Ils » se rapportaient aussi bien à Microsoft qu’aux constructeurs… Que je sache, les constructeurs ne vendent pas Windows pré-installé dans le dos de Microsoft.

                Ce n’est pas comme si les contructeurs avaient des tarifs spéciaux pour les Windows OEM (à peine quelques dizaines d’euros si on en croit le montant que certains constructeurs acceptent finalement de rembourser) ou comme si Microsoft n’avait aucun intérêt à voir son système pré-installé sur chaque machine vendue…

                Je suis profondément désolé que l’image de ce beau système qu’est Windows soit écornée par les vils agissements de constructeurs sans scrupules (ah les fourbes, seraient-ils payés par les linuxiens pour ce minable travail de sape ?), mais ça, c’est le problème de Microsoft, pas le mien. Moi on me vend un système Microsoft® Windows®, si j’ai une critique à faire je la fais à l’encontre de Microsoft® Windows®.

                • [^] # Commentaire supprimé

                  Posté par . Évalué à -2.

                  Ce commentaire a été supprimé par l'équipe de modération.

                  • [^] # Re: Une déception de plus...

                    Posté par (page perso) . Évalué à 0.

                    Mais justement on te vends pas Windows on te vends Windows + Pourriciel, donc critique qui de droit..soit le constructeur.

                    Ben non, justement, on me vend Windows. C’est le seul logiciel qui est mentionné sur la facture, et au démarrage et à l’utilisation rien ne me permet de supposer qu’il a été « enrichi » ou « saboté » par le constructeur. J’ai un beau logo du genre « Windows® / © 1985–2006 Microsoft® Corporation » au démarrage, un bouton avec le logo Windows au bas de l’écran sur le bureau, et de nouveau « Windows® 6.0 / © 1985–2006 Microsoft® Corporation » dans la boîte de dialogue « À propos ». Sans parler de l’outil de validation de Microsoft (installé automatiquement par Windows Update) qui m’annonce fièrement que j’ai une copie authentique (« Genuine ») du seul, de l’unique, du vrai Microsoft Windows.

                    Pourquoi donc devrais-je supposer qu’un système qui m’est vendu comme Microsoft Windows, qui se présente lui-même comme Microsoft Windows, que Microsoft me confirme être Microsoft Windows, ne serait en réalité pas ou pas que Microsoft Windows ? Au point qu’il me faudrait installer une version boîte de Windows pour voir la différence avant de critiquer parce que peut-être, sait-on jamais, ce qui me déplaît pourrait n’être que le fait du seul constructeur ?

                    Oui, je sais pertinemment que les constructeurs installent des pourriciels en plus de Windows, mais je refuse que Microsoft (ou ceux qui prennent sa défense) s’en serve pour évacuer péremptoirement toute critique « oui mais non, c’est seulement les pourriciels qui gâchent votre expérience, nous on vous avait concocté un système vraiment niquel, c’est vraiment trop inzuste vos critiques — raquez encore pour une version boîte, là vous verrez ».

                    Qui tu critiqueras quand un constructeur te vendrq un pc avec une distrib foireuse configurees en obligeant a passe par ses paquets et les mettant jamais q jour...La distrib ou le constructeur....

                    C'est marrant j'ai l’idée que ça sera le constructeur....

                    Raté, le cas s’est présenté. Un Asus Eee PC vendu avec une distribution Xandros, qui était bien « foireuse » à mon goût. Je ne me suis pas posé la question de savoir si c’était Xandros qui était foireuse « d’origine » ou si c’était Asus qui l’avait installée n’importe comment : mauvaise distro, changer de distro… Tant pis pour Xandros si en réalité c’était vraiment Asus qui avait foiré.

      • [^] # Re: Une déception de plus...

        Posté par (page perso) . Évalué à 10.

        C'est intéressant que tu mentionnes les éditos, parce qu'ils montrent justement l'opinion de Denis. Or justement, depuis quelques numéros, j'ai l'impression que ça colle de moins en moins avec ce que j'attends. Pour caricaturer, j'ai l'impression d'une dérive vers le « le libre c'était bien marrant quant j'étais étudiant chevelu, mais maintenant je veux de la simplicité ».

        C'est une dérive que j'ai constaté chez d'autre gens, en gros chez les libristes — ou bricoleurs dans d'autres domaines — dont les convictions n'étaient pas assez solides, et qui jettent l'éponge une fois passées les quelques années d'intérêt initial. Un peu comme si, dans dix ans, je me mettais à faire réparer mon vélo au lieu de le faire moi-même parce que quand même, je n'ai pas que ça à faire. Ou pire, à acheter un vélo conçu pour ne pas être réparable par soi-même parce que de toute façon je ne le répare plus moi-même.

        Bref, c'est assez décevant à mes yeux, non que cette position soit absurde, c'est juste que ça ne me semble pas trop coller avec le but du magazine en question. Après, le titre de celui-ci était clairement provocateur, et de ce point de vue-là, c'est une réussite, on a réagi au quart de tour.

        • [^] # Re: Une déception de plus...

          Posté par (page perso) . Évalué à 2.

          Nous ne sommes pas des chevaliers Jeidï, ni un ordre religieux, et Denis a suffisamment fait pour le libre pour ne pas être attaqué sur son engagement et sur sa personne. Ce qui permet de ne pas être d'accord avec lui et de discuter ses choix éditoriaux sans état d'âme.

          • [^] # Re: Une déception de plus...

            Posté par . Évalué à 4.

            J'ai du louper quelque chose mais je n'ai pas vue d'attaque ad hominem ?

            • [^] # Re: Une déception de plus...

              Posté par (page perso) . Évalué à -1.

              Pour caricaturer, j'ai l'impression d'une dérive vers le « le libre c'était bien marrant quant j'étais étudiant chevelu, mais maintenant je veux de la simplicité ».

              C'est une dérive que j'ai constaté chez d'autre gens, en gros chez les libristes —...— dont les convictions n'étaient pas assez solides, et qui jettent l'éponge une fois passées les quelques années d'intérêt initial

              Je ne connais pas ta définition d'attaque personnelle mais pour moi on est pas loin

              • [^] # Re: Une déception de plus...

                Posté par (page perso) . Évalué à 5.

                En même temps, vu que
                1) on parle d'une personne en particulier via ses écrits
                et
                2) des gens sont pas d'accord,

                c'est facile de dire que c'est une attaque personnelle. Mais dans ce cas, comment critiquer l'opinion que quelqu'un a émis sans que ça soit vu comme une attaque de la personne ?

        • [^] # Re: Une déception de plus...

          Posté par . Évalué à 4.

          Je partage un peu ton avis là dessus. J'ai noté aussi que parfois le pragmatisme prenait un peu le pas sur le libre.
          C'est un peu ce qui fait peur, Denis, ayant pour ma part, beaucoup contribué au libre, on a un peu l'impression qu'avec l'age (sans offense), on lâche sur certains points ...
          Je me souviens par exemple d'un HS où il était expliqué comment encoder des vidéos pour la PS3. Denis expliquait que la PS3 était un bon lecteur multimédia et juste que c'était tout bon quand on voulait pas se prendre la tête. J'étais d'accord mais sur le coup y avait comme un arrière goût. Pas lui, pas dans ce magazine ...

          • [^] # Commentaire supprimé

            Posté par . Évalué à -6.

            Ce commentaire a été supprimé par l'équipe de modération.

            • [^] # Re: Une déception de plus...

              Posté par . Évalué à 3.

              On fait certains choix par paramagnétisme et d'autre par conviction (rien à voir avec la religion).

              Genre, je prend le RER pour aller travailler et pas ma voiture car je pense que mon action a un impact sur la planète. Si j'étais pragmatique, je pourrais m'acheter un deux roues car le RER est souvent en retard ...

              Personnellement, j'espère qu'en vieillissant, je ferrais toujours des choix par conviction et par uniquement par facilité.

              le libre n'est pas une solution, mais une religion.. Et croire ca fait rarement avancer les choses.

              No comment ...

              • [^] # Commentaire supprimé

                Posté par . Évalué à -2.

                Ce commentaire a été supprimé par l'équipe de modération.

                • [^] # Re: Une déception de plus...

                  Posté par . Évalué à 2.

                  C'était un exemple pour illustrer ...

                  Ptet aussi que tu as pas envie de prendre le risque, ou que le RER c'est tout compte fait moins cher ...

                  Les arguments sont valables mais non... Après, peut-être qu’inconsciemment ...

                  le mieux serait que tu demenages,

                  Effectivement, on peux toujours faire mieux. Je pourrais vivre dans un appartement près de mon travail et ma femme dans un autre près du sien aussi, je pourrais changer de travail ...

                  La planete a bon dos.

                  Sans doute. Je dois le faire pour une autre raison ... je vais y réfléchir ;-)

    • [^] # Re: Une déception de plus...

      Posté par . Évalué à 1.

      Je propose Google map pour le nom.

      Ok ok je sors.

    • [^] # Re: Une déception de plus...

      Posté par . Évalué à 1.

      Adobe InDesign sans même évoquer Scribus, etc. ).

      Rappel : Scribus paye pas les factures.

  • # polémique

    Posté par . Évalué à 3.

    Citation de Denis Bodor:
    > C'est peut-être la phrase en couverture mais celle-ci, je l'avoue, était délibérément polémique

  • # [HS] Bravo à tous

    Posté par . Évalué à 8.

    Là je dois tirer mon chapeau à tout le monde. Le sujet est hautement trollifère, ça aurait pu partir en sucette très vite et atteindre un point Godwin au bout de quelques échanges, mais non. Tout le monde s'exprime correctement, les idées sont argumentées, un vrai débat passionnant. Chacun a sa vérité, et il n'y a bien sûr pas de réponse évidente à cette problématique, mais je trouve que ce journal démontre une certaine maturité.
    On est loin du hacker djeunz kikolol qui attaque des sites parce qu'on ferme MU...

    • [^] # Re: [HS] Bravo à tous

      Posté par . Évalué à 3.

      Kéeevin ou est tu ?

      --> On est pas chez lez zanonumuz ici
      --->>

    • [^] # Re: [HS] Bravo à tous

      Posté par . Évalué à 3.

      Sans doute que pour beaucoup de personnes Linux Mag et Denis représentent quelque chose... donc forcément on cherche plus à comprendre qu'à troller !

  • # Pourquoi ?

    Posté par (page perso) . Évalué à 4.

    Tout cela prête à réfléchir.
    La perception du logiciel libre, du libre, et de de l'open source semble clairement différente pour chacun (je ne parle même pas de la perception de ce que peut être ou doit être la perception d'une personne concernant le logiciel libre).

    Quel est l'intérêt du logiciel libre pour vous ?
    (déclinaison de l'éternel "pourquoi ?" en somme)

    Avoir de meilleurs programmes ? Pouvoir s'amuser sans restriction avec le code ? Devenir libre ? Sauvez le monde ?

    • [^] # Re: Pourquoi ?

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      Tu parlais de l'effet de l'engagement dans un édito (celui sur l'achat d'un laptop sous windows), on en voit un autre aspect. Celui qui fait que bien souvent, "par design", nous sommes plus attachés à nos décisions passées en tant que telles qu'aux raisons qui ont fait qu'on a pris ces décision (si c'était l'inverse, il serait plus facile de modifier ses engagements).

      Quand je ne réfléchis pas(ou pas beaucoup) mon attachement au libr est historique, et donc pour beaucoup irrationnel et émotionnel, un peu comme un parti politique dans lequel je me serais engagé impliquant une ligne de conduite à adopter. Ça c'est la raison liée à mon auto-manipulation. C'est le côté le plus dangereux car il pourrait me rendre intégriste, ou par abandon ou dépit, finir par me faire abandonner, voire rejeter, tout ce qui serait en rapport avec le libre et me faire dire que finalement MacOS X c'est super et donc me faire entrer dans un autre engagement tout aussi aveugle. L'autre est un peu plus niaise, mais me donne plus d'espoir quant à mon libre-arbitre, l'espoir que le libre rendra le monde un peu meilleur, et la peur des multinationales hyper-puissantes à la MS, Apple, Google, (voire la jalousie peut-être) et l'envie de leur nuire par la propagation de logiciels libres de qualité. J'espère que c'est le côté espoir d'un monde meilleur qui l'emporte, mais je ne comprends pas toujours les méandres de mon cerveau.

    • [^] # Re: Pourquoi ?

      Posté par . Évalué à 4.

      Quel est l'intérêt du logiciel libre pour vous ?
      (déclinaison de l'éternel "pourquoi ?" en somme)

      Avoir de meilleurs programmes ? Pouvoir s'amuser sans restriction avec le code ?
      Devenir libre ? Sauvez le monde ?

      Bof, avoir le choix ?

      D'un autre côté il ne doit pas être trop difficile d'imaginer à quoi pourrait ressembler nos PC et l'Internet qui va avec sans les logiciels libres non ?

    • [^] # Re: Pourquoi ?

      Posté par . Évalué à 6.

      Il faut plutôt se demander pourquoi un logiciel serait non libre. Quel est l'intérêt d'un logiciel non libre ? Le projet GNU a démarré parce que Richard a demandé un bout de code à un copain et que pour la première fois il le lui a refusé.

      Aujourd'hui on peut changer la roue de son vélo tout seul et on peut s'échanger des recettes de cuisine, si demain on m'empêche de le faire, je vais râler, est-ce que j'ai besoin de me justifier ? de m'appuyer sur une philosophie ? de savoir peser le pour et le contre de telle variation ?

    • [^] # Re: Pourquoi ?

      Posté par . Évalué à -1.

      Je ne pense pas qu'elle soit différentes pour chacun
      Il y a globalement deux positions différentes qui resorte

      Position 1:
      Je suis pro libre pour ce qui tourne sur mon ordinateur mais par contre lorsque que j'utilise d'autre service je m'en fout et je ne souhaite pas m'impliquer dans la protection de la vie privée.

      Position 2:
      Je suis pro libre et je souhaite utiliser des service libre qui respécte la GPLv3 ou assimilées (ex Github vs gitorious). Je vois une continuité idéologique entre logiciel libre et la protection de la vie privée.

      • [^] # Re: Pourquoi ?

        Posté par . Évalué à 5. Dernière modification le 28/01/12 à 14:17.

        il y a la question de la vie privé , mais il y aussi la question de la perte de maitrise de l'outil.

        Déléguer c'est perdre une partie de la maitrise (et ici des droits ) , et cette perte à pour effet de pouvoir faciliter grandement l'atteinte à la vie privé.

        C'est un recul de la liberté dans au moins deux champs en meme temps.

        Or pour un certains nombres de libristes justement le but serait d'inverser cette vapeur.
        Lorsqu'on m'annonce en couverture une finalité qui semble aller à l'encontre meme de ce à quoi je m'attendais d'un magazine pro-libre , je suis choqué, attristé et déçu...

    • [^] # Re: Pourquoi ?

      Posté par (page perso) . Évalué à 6.

      Le libre, c'est se dire que le monde est meilleur quand on partage.

    • [^] # Re: Pourquoi ?

      Posté par . Évalué à 5.

      Quand on a un magazine qui s'appelle GNU/Linux magazine france, on (les libristes en tous cas) à une position libre forte car cette dénomination est celle de Stallman (dénomination pour laquelle je n'ai jamais d'ailleurs été très chaud).

      Donc, vu le lien avec la FSF (de part le nom), on s'attend à des position un peu extrème/jusqu'au boutiste concernant l'éthique du logiciel libre, de la protection des données, ...

      Même si moi même je suis un libriste préférant parfois le confort de solutions proprio (j'utilise gmail), je comprend la déception, non pas de l'article, mais que même dans les commentaire ici ou sur G+, tu ne mentionnes plus vraiment les principes fondateurs dans tes arguments sur le libre:

      Pour ma part il s'agit de vraiment "prendre mon pied" avec un soft. L'utiliser, le changer, le casser, le tordre dans tous les sens, l'étudier, m'en inspirer, proposer mes patchs à son créateur, copier des bouts dans mon code, etc... Bref tout cela tourne autour de mon rapport avec la technologie en elle-même.

      A mon avis il y a 2 possibilités:
      => ou réaffirmer ta position concernant les bases éthiques liées au logiciel libre
      => ou enlever le GNU du nom du magazine qui prête à confusion si le point de vue éthique n'entre plus en considération

      • [^] # Re: Pourquoi ?

        Posté par . Évalué à 4.

        ou écrire des articles dans open source mag ?

      • [^] # Re: Pourquoi ?

        Posté par (page perso) . Évalué à 1.

        Et dans GNU/Hurd ? C'est aussi pour rappeler le philosophie derrière GNU (le partage de code), des fois qu'on puisse oublier qui est derrière ?

        Linux c'est un noyau. Le projet GNU fourni une grande partie du reste du système. Il s'agit donc du système GNU/Linux.

        Linux = j'utilise GNU/Linux et GNU/Linux = je suis un extrémiste ne me semble pas une bonne définition.

        s/on s'attend/tu t'attends

        • [^] # Re: Pourquoi ?

          Posté par . Évalué à 3.

          Ça fait très longtemps que la partie GNU est extrêmement minoritaire et si on devait citer toutes les entités composant aujourd'hui une distribution Linux il y en aurait une sacrée liste.

          Mais bref, tu continues de ne pas argumenter sur le fond...

          (le 'on' à l'air justifié vu l'ensemble des réaction ici...)

          • [^] # Re: Pourquoi ?

            Posté par (page perso) . Évalué à 5.

            Sur le fond, tu m'as cité pourtant :

            Pour ma part il s'agit de vraiment "prendre mon pied" avec un soft. L'utiliser, le changer, le casser, le tordre dans tous les sens, l'étudier, m'en inspirer, proposer mes patchs à son créateur, copier des bouts dans mon code, etc...

            C'est ça pour moi le logiciel libre. Avec un logiciel propriétaire on peut pas.

            PS : je suis étonné de voir que pour toi la libc et GCC c'est "extrêmement minoritaire"

        • [^] # Re: Pourquoi ?

          Posté par (page perso) . Évalué à 2.

          En fait, c’est GNU HURD, sans la barre oblique :)

      • [^] # Re: Pourquoi ?

        Posté par (page perso) . Évalué à -1.

        tu ne mentionnes plus vraiment les principes fondateurs dans tes arguments sur le libre

        Je veux avoir :
        - la liberté d'exécuter le programme, pour tous les usages,
        - la liberté d'étudier le fonctionnement du programme et de l'adapter à mes besoins,
        - la liberté de redistribuer des copies du programme
        - la liberté d'améliorer le programme et de distribuer ces améliorations

        "programme"... proooooograaaaaamme !

        • [^] # Re: Pourquoi ?

          Posté par (page perso) . Évalué à 4.

          "programme"... proooooograaaaaamme !

          File-nous le code source des apps Google, puisque tu les as! Ou tu veux les garder jsute pour toi?

          Non, sérieux, tu y crois vraiment à ce que tu racontes? Tu ne vois aucune ligne de code des programmes que tu exécutes (à distance ou pas, ça ne change pas la ligne de code), et tu es content en nous parlant de liberté de programme? Quelle liberté citée as-tu? (essaye de voir "pour tous les usages" pour rigoler...)

          Tu ne vois pas le problème? Il y a vraiment quelque chose qui cloche...

          • [^] # Re: Pourquoi ?

            Posté par (page perso) . Évalué à -5.

            Oui une chose cloche : On a pas la même définition des termes "programme" et de "service".

            • [^] # Re: Pourquoi ?

              Posté par (page perso) . Évalué à 8. Dernière modification le 28/01/12 à 23:37.

              Et un service tourne avec?

              Dans ce cas, avec cette façon de voir, pas de problème : considère n'importe quel programme comme un service (comme tu le fais pour Google API), tu ne devrais donc avoir aucun problème à faire tourner ce programme sur ta machine (car c'est un service).

              C'est à mourir de rire de vouloir contrôler ce que tu as sur ta machine mais pas ce que quelqu'un d'autre a sur une autre machine, juste parce que c'est ailleurs. L'endroit où ça se trouve ne change absolument rien sur le fonctionnement (programme ou service).

              Je serai curieux de connaitre ta définition de service, et ce qui te fais faire la différence entre un service rendu (par un programme) sur ta machine ou un service rendu (par un programme) sur la machine de Google.

              Je serai aussi curieux de connaitre pourquoi les 4 libertés d'un programme sont importantes pour toi, vu que pour un programme sur une autre machine, la perte de ces libertés ne te dérangent pas.

              En tous cas, c'est super pour toi : si un logiciel proprio te plait, tu le mets sur la machine du voisin, ça se transforme comme par magie en service, et tu peux alors être "libriste" (sic) tout en utilisant le logiciel proprio. C'est une philosophie libriste vachement pratique.

              PS : au passage, l'imprimante de Stallman, elle lui rendait un service (celui d'imprimer), si il avait eu la même philosophie que toi, le libre n’aurait pas été fait par lui.

              • [^] # Re: Pourquoi ?

                Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                Je sais pas comment te faire comprendre ce que tu écris noir sur blanc. Les 4 libertés d'un programme sont importantes pour moi, sur ma machine.

                Réunir "service" et "programme" est trop généraliste car à ce moment là tu va devoir te poser la question pour un SMTP ou un IMAP distant, mais aussi refuser de te connecter à un serveur Web qui ne fonctionne pas avec un LL.

                Ton rapprochement est parfaitement applicable à un DAB. Tu as aussi affaire à un programme et son interface, généralement sous Windows. Tu fais quoi alors ? Tu vas systématiquement retirer de l'argent au guichet "humain" dans la banque ?

                Les exemples ne manquent pas, si on suit ton raisonnement :
                - Tu utilises pas un SMTP distant pas en LL
                - Tu retires pas d'argent dans un DAB
                - T'achètes pas de bouquins sur amazon ou autres
                - Tu prends pas de billet de train dans un distributeur
                - Tu regardes pas l'état de tes comptes sur le Web
                - Tu fais pas développer tes photos via des services sur le Web
                - Tu te connectes pas à internet non plus, ton FAI utilise pas que du LL
                - Tu oublis ton smartphone car l'opérateur utilise des choses pires que proprio

                Pour moi, oui. Un SMTP à moi, géré et maintenu par moi, c'est en LL. Un SMTP distant, que ce soit celui du FAI ou de Google, je trouverai appréciable qu'il s'agisse de LL mais, comme j'ai pas à maintenir le bouzin, c'est le problème et le choix du sysadmin distant.

                Ton raisonnement me fais penser à celui des gens qui prennent un paquet de café plutôt qu'un autre, non plus parce qu'il est plus savoureux, mais parce qu'il y a "commerce équitable" dessus.

                • [^] # Re: Pourquoi ?

                  Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                  Réunir "service" et "programme" est trop généraliste car à ce moment là tu va devoir te poser la question pour un SMTP ou un IMAP distant, mais aussi refuser de te connecter à un serveur Web qui ne fonctionne pas avec un LL.

                  La différence avec toi, c'est que faire tourner le service sur ma machine ne me dérange pas, je ne le rejette pas. Je ne cherche pas une excuse pour trouver un contournement à une idée de refuser le service sur ma machine tout en l'acceptant sur une autre machine, et ce pour le même service (cette partie, tu l’oublies...).
                  Bref, peux-tu me dire pourquoi Photoshop sur ta machine est inacceptable, alors que Photoshop sur la machine du voisin auquel tu accèdes par affichage déporté est acceptable? Le même service, les mêmes non-libertés, désolé je suis bouché mais je ne comprend pas comment pour la même chose (le même service), on peut l'accepter ou le refuser suivant qui exécute le code (les non-libertés ne changent pas).

                  Ce qui est incohérent, c'est que pour un service donné, tu refuses une méthode et pas une autre suivant un critère complètement indépendant (le fait que ça tourne sur ta machine ou sur la machine d'un autre).

                  Réfléchi juste à ce que tu cherches : un service. Tu es incapable d'expliquer pourquoi ce service (rendu par un programme proprio) qui tourne sur la machine d'un autre dans un autre lieu est acceptable alors que ce même service (rendu par ce même programme proprio) serait inacceptable si il tourne dans ton logement. Tu dis juste "c'est ailleurs", et?
                  Pour moi, je te rassure, tout me va, je n'ai rien contre, local ou distant, libre ou proprio (et j'utilise ces services externes car il y a le prestataire qui bosse à ma place, mais si je peux, je prend un service libre, comme ça je peux changer de prestataire si il y a un problème... C'est l’intérêt des 4 libertés. Ah oui, comme pour un programme libre sur ma machine)

                  Tu dis que les 4 libertés sont importantes pour un programme (que tu puisses faire x, y, ou z avec), mais sous une excuse de localisation du code, cette importance disparait comme par magie (tu n'as plus besoin de faire x, y, ou z). La question que je me pose est pourquoi alors tu met comme condition d'avoir du libre sur ta machine, parce que bon, en fait, si le service rendu ne fournit pas les 4 libertés, tu t'en fou, donc quitte à s'en foutre des 4 libertés, autant accepter le service rendu en proprio sur sa machine aussi (c'est qu'une question de géographie).

                  Question de logique.

                  • [^] # Re: Pourquoi ?

                    Posté par (page perso) . Évalué à 1.

                    je prend un service libre, comme ça je peux changer de prestataire si il y a un problème...

                    Mais c'est pas le fait que le logiciel distant soit libre qui permet ça, c'est le fait qu'il utilise des formats et protocoles normalisés et standards.

                    Réfléchi juste à ce que tu cherches : un service.

                    Non. Quand j'installe un serveur SMTP/IMAP avec tout le binz anti*, je cherche pas un service. Je cherche à me faire intellectuellement plaisir.

                    • [^] # Re: Pourquoi ?

                      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                      Mais c'est pas le fait que le logiciel distant soit libre qui permet ça, c'est le fait qu'il utilise des formats et protocoles normalisés et standards.

                      Pareil, 100% pareil, pour un programme proprio sur ta machine.
                      Tu n'arrives toujours pas à trouver la moindre différence qui fait que tu acceptes l'un et pas l'autre...

                      La, tu milites à fond pour les logiciels proprios sur ta machine (tant que ces logiciels ont une interface documentée, tu n'as pas besoin de standard ou normalisation vu que tu utilises les API Google non standards et non normalisées : tu t'enfonces dans le discours à l'opposé de tes pratiques), alors que tu les refuses on ne sait pas pourquoi. Très rigolo.

                  • [^] # Re: Pourquoi ?

                    Posté par (page perso) . Évalué à 0.

                    Question de logique

                    Tu vois, question logique, ce qui me fait sourire c'est que d'un côté on jette la pierre à GLMF car il ne devrait pas parler de "services basé sur des logiciels non libre" parce que c'est politiquement/philosophiquement pas acceptable et que tout ceci se dit sur un site qui annonce Oil Rush 1.0 et utilise Twitter et G+.

                    Je trouve linuxfr tout à fait comparable "éthiquement" à GLMF. Et ça me va très bien en ce qui me concerne.

                    • [^] # Re: Pourquoi ?

                      Posté par (page perso) . Évalué à 4.

                      Gni?

                      Quand LinuxFr parle de proprio, c'est quand il n'y a rien d'autres à se mettre sous la dent (exemple : jeux vidéo). Ensuite, il est bien explicite que ces proprio avec tous ses défauts, et qu'on ne remplace pas du libre par du proprio.

                      Je trouve linuxfr tout à fait comparable "éthiquement" à GLMF.

                      LinuxFr n'a pas vraiment parlé de remplacer du libre par du proprio...

                      Et ça me va très bien en ce qui me concerne.

                      Donc tu installes des logiciels (jeux vidéo compris) non libre sur ta machine, c'est bien ça? Tu as dit le contraire... Je suis perdu. Parce que sur LinuxFr, les gens restent relativement logiques : ils acceptent le proprio sur leur machine pour certains.

                      En fait, tu n'as toujours pas compris les remarques, on va essayer de simplifier au maximum :
                      - les lecteurs de GLMF lisent car on les aide à faire du libre. Faux donc, on les aidait, ce n'est plus le cas. Donc plus de raison de lire ce magazine plutôt qu'un autre.
                      - Tu dis accepter le proprio sur une machine voisine, mais pas la tienne. Tu compares ça à LinuxFr, ce qui est n'importe quoi, puisque tu donnes toi-même un exemple de programme fonctionnant sur ta machine alors que tu dis refuser la chose. Quand on a un "blocage" pareil, pas facile de le justifier...

                      • [^] # Re: Pourquoi ?

                        Posté par (page perso) . Évalué à 5.

                        Donc tu installes des logiciels (jeux vidéo compris) non libre sur ta machine, c'est bien ça?

                        Bin non. J'ai pas installé ce jeux. Je relève le fait que linuxfr en parle, c'est tout.

                        sur LinuxFr, les gens restent relativement logiques : ils acceptent le proprio sur leur machine pour certains

                        Je pense que parmi les lecteurs de GLMF, certains acceptent le proprio sur leur machine

                        les lecteurs de GLMF lisent car on les aide à faire du libre. Faux donc, on les aidait, ce n'est plus le cas. Donc plus de raison de lire ce magazine plutôt qu'un autre.

                        Je pense que la majorité des lecteurs lisent GLMF car on leur explique comment faire plein de choses avec GNU/Linux. En l'occurrence ici sur 12 pages, j'ai expliqué comment utiliser Google Apps avec GNU/Linux.

                        Tu dis accepter le proprio sur une machine voisine, mais pas la tienne. Tu compares ça à LinuxFr, ce qui est n'importe quoi, puisque tu donnes toi-même un exemple de programme fonctionnant sur ta machine alors que tu dis refuser la chose. Quand on a un "blocage" pareil, pas facile de le justifier...

                        Tu détournes :)
                        Je n'utilise pas de proprio sur mon GNU/Linux et parfois ça me coûte. Dernière expérience en date une carte FPGA. Un soft proprio gratuit sous GNU/Linux, installé et désinstallé dans les 5mn. La carte est là, sur mon bureau, inutile. J'ai perdu 150 euros, ça m'apprendra à faire attention.

                        Ce que je dis c'est que toi tu acceptes que linuxfr parle d'Oil Rush, mais pas GLMF. C'est parce que c'est pas gnulinuxfr.org ?

                        • [^] # Re: Pourquoi ?

                          Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                          Ce que je dis c'est que toi tu acceptes que linuxfr parle d'Oil Rush, mais pas GLMF. C'est parce que c'est pas gnulinuxfr.org ?

                          On va reprendre, puisque ça a l'air d'avoir du mal à rentrer :
                          - le lecteurs de ce magazine remontent une info : ce n'est pas ce qu'ils attendent de ce magazine, celui avec "gnu" dans le titre. LinuxFr, c'est depuis toujours un joli mélange. LinuxFr ne s'appelle pas gnulinuxfr.org, en effet. Si vous êtes incapables d'écouter vos lecteurs, ça va mal se finir pour le magazine (à moins que le titre du journal de buchu soit vrai), pas pour LinuxFr.
                          - tu a dis que le proprio ne te dérange pas à condition qu'il soit sur la machine du voisin, on t'explique juste alors qu'en toute logique, tu dois pouvoir aussi utiliser des logiciels proprio, contrairement à ce que tu dis ne pas aimer. tu as un problème de cohérence entre les paroles et les actes. Ca fait juste rire qu'une personne disant refuser du proprio sur sa machine sous excuse des 4 libertés les jettent à la poubelle avec une excuse bidon, quand ça l'arrange. Je rigole, et je le dis, après tu es libre de garder ton incohérence...

                          Bon, je ne sais pas comment le dire autrement, donc je vais m'arrêter. Je serai juste curieux d'un retour dans un an du volume de vente, pour voir si la nouvelle stratégie du magazine portera ses fruits.

                          • [^] # Re: Pourquoi ?

                            Posté par (page perso) . Évalué à 3.

                            Oui, en effet ça tourne en rond, c'est un dialogue de sourd, même si c'était très plaisant de débattre ainsi. Que chacun se fasse sa propre opinion.

                        • [^] # Re: Pourquoi ?

                          Posté par . Évalué à 4.

                          Je n'utilise pas de proprio sur mon GNU/Linux et parfois ça me coûte. Dernière expérience en date une carte FPGA. Un soft proprio gratuit sous GNU/Linux, installé et désinstallé dans les 5mn. La carte est là, sur mon bureau, inutile. J'ai perdu 150 euros, ça m'apprendra à faire attention.

                          Si ça t'intéresse, moyennant finance, je veux bien te proposer le service "interfaçage avec carte FPGA" sur ma machine : j'insalle le soft proprio,, tu me fournis les données à installer et je te rends la carte à jour ave ces données.

                          • [^] # Re: Pourquoi ?

                            Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                            T'es chiant, je m'en veux maintenant de ne pas avoir pensé à proposer ce service (qui n'est pas du logiciel proprio donc, c'est un service!)

                            • [^] # Re: Pourquoi ?

                              Posté par . Évalué à 4.

                              Je suis un peu vénal en ce moment. Ca devrait m'inquiéter, mais s'il s'agit de faie du fric sur les incohérences des gens, tout de suite, ça me gène moins.
                              Faut que je fasse gaffe ou je risque de basculer vers la cupidité.

                • [^] # Re: Pourquoi ?

                  Posté par (page perso) . Évalué à 4.

                  Et ça va faire sans doute doublon, mais relis les commentaires : qu’attendent les lecteurs du magazine?

                  Que tu sois incohérent, je m'en fou un peu, mais qu'un magazine qui se veut pro-libre avec un "GNU" marqué dans le nom, je constate juste que le lectorat est perdu... Je ne fais que constater, après tu fais ce que tu veux, si le magazine perd ses lecteurs faute de positionnement clair vis à vis des 4 libertés (qui deviennent optionnelles), ça ne va pas changer ma vie d'un iota (si il meurt, m'en fou complet), je rigole juste qu'en tant qu'accusé d'aimer le proprio et de le défendre très souvent sur LinuxFr, je suis plus libriste (de prioriser un peu les 4 libertés par rapport au confort, et d'être conscient quand je perds ces 4 libertés) qu'un rédacteur de GNU/Linux Magazine, ça fait juste sourire : le libre "pour la philosophie" est vraiment en train de mourir, le libre "parce que c'est plus pratique" devient la norme (cf plusieurs discussions sur LinuxFr où il y avait débat sur ces deux point de vue, exemple)

                  • [^] # Re: Pourquoi ?

                    Posté par (page perso) . Évalué à 4.

                    Et ça va faire sans doute doublon, mais relis les commentaires : qu’attendent les lecteurs du magazine?

                    Peut-être pas la même chose que toi ?

                    • [^] # Re: Pourquoi ?

                      Posté par (page perso) . Évalué à 0.

                      Tu pourrais lire les commentaires s'il te plait?
                      Je ne lis pas ce magazine.
                      Je lis les commentaires de ceux qui le lisent.

                      Tu ne lis pas les commentaires, tu dis "je vous emmerde" à tes lecteurs, c'est un choix, je fais juste remarquer que ce choix est étrange (à moi, encore une fois, que l'auteur du journal, qui n'est pas moi, ait raison sur la volonté de suicide)

                      • [^] # Re: Pourquoi ?

                        Posté par . Évalué à 1.

                        Je lis les commentaires de ceux qui le lisent.

                        Nan, les commentaires des gens qui ne sont pas contents sur LinuxFR (les autres s'en foutent ou ca leur convient, pas besoin de commentaire pour ca la plupart du temps). Pas sur que ca soit representatif du lectorat.

                        tu dis "je vous emmerde" à tes lecteurs

                        Lorsque les-dit lecteurs sous-entendent que Denis est un traitre, vendu et autres joyeusetes, on va dire que ca sera pas une grande perte qu'ils arretent d'acheter le magazine.

                        • [^] # Re: Pourquoi ?

                          Posté par . Évalué à 0.

                          Pour arreter d'acheter, faut deja acheter. Mon petit doigt me dit que les bien pensants garants de l'integrite logicielle expliquant la vie au monsieur ne sont probablement pas clients du magazine, et ne le seront jamais, donc l'un dans l'autre, dire a un emmerdeur d'aller se faire foutre me parait approprie.

                          If you can find a host for me that has a friendly parrot, I will be very very glad. If you can find someone who has a friendly parrot I can visit with, that will be nice too.

                          • [^] # Re: Pourquoi ?

                            Posté par (page perso) . Évalué à 2. Dernière modification le 29/01/12 à 21:19.

                            Du journal : "Bref je trouvais que le contenu se dégradait mais là ça dépasse les limites !!" Je dirai qu'il achetais.

                            Des commentaires "hier je préparais l'enveloppe pour renouveler l'abonnement a linux mag sans grand enthousiaste." Je dirai qu'il avait un abonnement (donc encore mieux).

                            etc...

                            Après, ne pas écouter ceux qui achètent (je ne parles pas de moi, je ne fais que noter l'incohérence des propos à accepter "le pire" tout en refusant l'intermédiaire, "le pire" m'allant tout à fait, ce n'est pas ça qui m'a fait réagir), c'est une façon de faire, mais il me semble que ne pas écouter ce qui achètent et disent qu'ils ne le feront plus n'est pas forcément la meilleure solution pour vendre (à moins qu'on change de cible de lectorat, virer ces intégristes libristes pour viser "plus large" avec les linuxiens pour la pratique, mais il faudrait ne pas le cacher sous divers prétextes alors)

                            Mais tu fais bien de souligner que c'est aussi leur liberté de dire "je vous emmerde" à ses lecteurs (si ça peut faire gagner plus de lecteurs d'ailleurs, genre plus mainstream, pas de scrupules, du moins si on n'est pas "libriste")

                        • [^] # Re: Pourquoi ?

                          Posté par . Évalué à 4.

                          Mon cas n'est sans doute pas représentatif mais je suis un fidèle lecteur du magazine. J'en suis la plupart du temps très content.

                          Pourtant, j'avoue que cette couverture m'a un peu surpris. J'ai pas encore reçu le numéro chez moi (je suis en cours de réabonnement), donc je ne parlerais pas du contenu.

                          Denis est on le sais un défenseur du logiciel libre mais aussi du respect de la vie privé (du moins c'est ce que je pensais).

                          Donc forcément, ce numéro intrigue car j'ai l'impression ne pas y retrouvé la même vision qu'à l'habitude.

                          En effet, selon moi, entre l'auto-hébergement et Google c'est le grand écart ... Je suppose qu'il y a plein structures plus proches de l'esprit "artisan" qui pourrait proposer ce genre de service.

                • [^] # Re: Pourquoi ?

                  Posté par . Évalué à 8. Dernière modification le 29/01/12 à 10:34.

                  On a bien compris, pour toi les mails ne sont plus ton affaire, tu les sous-traite à un prestataire de service, comme tu prendrai un taxi au lieu de ta voiture que tu répare toi-même. Et donc tu te fout pas mal de savoir si la voiture du taxi est réparable ou pas ni si le chauffeur note dans son carnet où tu te rends et à quelle heure. Mais dans ce cas ce qu'on ne voit pas c'est qu'est-ce que ça peut bien faire dans un journal qui traite de la mécanique à faire soit-même ?

                  Si on trouve que gérer ses mails soit-même est une perte de temps, on ne va perdre son temps à lire des journaux comme linux mag non plus. Lorsqu'on fait le choix de gérer ses mails généralement c'est qu'on a une bonne raison. Le temps et la difficulté sont secondaires dans ce cas.

                • [^] # Re: Pourquoi ?

                  Posté par . Évalué à 6.

                  Je vais être encore reulou, mais je trouve que tu fais encore des amalgames énormes. C'est très manichéen : « il y a plein de softs proprios avec lesquels on interagit, alors ça sert à quoi de les faire en libre ? »

                  Oui, sur Internet, comme dans la vie, tu vas interagir avec un paquet de services qui utilisent du proprio. Mais en général ce ne sont pas tes machines, ce n'est pas un service que tu gères, et surtout ils ne traitent pas vraiment toutes tes données personnelles.

                  La différence à faire ici, selon moi, c'est celle-là : à quel point ce service mérite-t-il d'être géré par moi-même, afin que je garde le contrôle des programmes qui manipulent mes données ? Car un des objectifs principaux du LL, c'est bien d'avoir la maîtrise des machines qu'on manipule, afin de maîtriser ce qu'elles font de nos données.

                  Quand tu vas consulter un site web, tu vas lui envoyer quelques infos sur toi, mais pas énormément (et pas mal ici vont contrôler ça à coup de noScript/CookieMonster). Quand tu envoies un email à quelqu'un, ton message va effectivement passer par des machines que tu ne contrôles pas ; mais c'est parce que tu communiques avec une personne qui a choisi ça, et que tu communiques, ce qui est par définition envoyer des données à d'autres personnes… Mais en ce qui concerne tes messages personnels à propos de toute ta vie numérique, il me semble important d'en avoir le contrôle. Certains font confiance à leur FAI pour leur fournir cette prestation. D'autres le font temporairement, en enlevant les messages du serveur juste après les avoir récupérés. Certains s'autohébergent. On a tous des degrés différents du traitement de la sensibilité de nos données, mais il faut reconnaître que la tendance du libriste, en général, c'est de maîtriser de plus en plus ses données. Et GLMF a déjà proposé des dossiers là-dessus.

                  Faire un tel retour en arrière du point de vue de la maîtrise de ses données, ça choque un paquet de monde. Et c'est même plus qu'un retour en arrière de mon point de vue, car GMail est pour moi encore moins bon que celui qui se fait héberger par un fournisseur de mail français.

        • [^] # Re: Pourquoi ?

          Posté par . Évalué à 4. Dernière modification le 29/01/12 à 01:08.

          "programme"... proooooograaaaaamme !

          On peut le voir sous l'angle du droit des contrats si tu veux. Il y a prestation de service (par un programme) contre l'acceptation de ses conditions d'utilisation.

          Or dans les conditions d'utilisation ne garantisse pas que la prestation effectuée te permette d'exercer les libertés que t'accorde le support sur lequelle tu l'exerce.
          Etant donné que le logiciel libre se définit par le fait de pouvoir bénéficier des liberté accordé par l'auteur du logiciel dans le document de la licence, et étant donné que le mouvement libre se définit par ce contrat social entre les auteurs de logiciel et les bénéficiaires de ces oeuvres, et que GLMF fesait partie de ce mouvement, alors on peut conclure que les lecteurs de GLMF s'attendent à voir dans les articles , la manière de pouvoir bénéficier de ces libertés.

          Or la prestation de service à par l'utilisation des conditions générales déconnecté le support du service . Le support est lui bien libre, mais au seul bénéfice du prestataire , nullement au bénéfice de l'utilisateur qui accepte d'autres conditions d'utilisation imposé par le prestataire ( et qui sont à l'opposé du bénéfice du contrat social )

          Puisque le lectorat de GLMF s'attendait à lire des articles qui lui permetrait de mettre en pratique le bénéfice des libertés accordés, a contrario , il est surpris lorsqu'il lit qui incite à passer de la position de bénéficiaire des droits (4 lbertés ) à une position opposé c'est à dire "déficitaire" de droits , et ce dans un magazine ou le crédot était justement la revendication de l'utilisation et la mise en oeuvre conrète du bénéfice de ces droits précédemment accordés.

    • [^] # Re: Pourquoi ?

      Posté par . Évalué à 8.

      Quel est l'intérêt du logiciel libre pour vous ?

      À la base, avoir la maîtrise de ses données et de ses traitements.

      À partir du moment où les deux sont externalisés (là, en ce qui concerne le mail), ce n’est pas la peine d’avoir des logiciels libres pour accéder au service, une borne web fait aussi bien l’affaire. Je rejoins Zenitram sur le fait qu’externaliser, c’est avoir encore moins de maîtrise qu’en utilisant du logiciel propriétaire.

      Je ne dis pas que je ne fais pas moi-même sur certains points le choix de la facilité plutôt que de la liberté, mais il ne me viendrait pas l’idée d’en faire un journal ici ou un article dans GLMF.

      Après, tant qu’à faire héberger mon mail (à part pour une boîte à spam), j’éviterais :
      – tout service situé sur un territoire où sévit Echelon (et c’est encore plus critique pour une entreprise travaillant à l’international, les américains étant coutumiers de l’espionnage commercial) ;
      – et encore plus particulièrement le géant de la concentration et de l’analyse de l’information sur ses utilisateurs.

      J’avoue que pour le mail, je me contente de mon FAI, principalement parce que ça m’ennuierait de faire tourner un serveur en permanence rien que pour ça (j’ai déjà mis en place et administré un serveur mail professionnellement, la difficulté technique n’est donc pas un obstacle ; par contre, je n’ai pas l’intérêt de l’acquisition d’une expérience supplémentaire). Je ne considère pas pour autant que c’est pleinement satisfaisant et je n’irai donc pas prodiguer de conseils sur comment jeter son mail autohébergé et se contenter de son FAI (même à des non-libristes en fait).

      Théorie du pot-au-feu : « Tout milieu où existe une notion de hauteur (notamment les milieux économique, politique, professionnels) se comporte comme un pot-au-feu : les mauvaises graisses remontent. »

      • [^] # Re: Pourquoi ?

        Posté par . Évalué à 2.

        " Quel est l'intérêt du logiciel libre pour vous ? "

        Bénéficer des 4 libertés et pouvoir les utiliser dans la vrai vie ?

    • [^] # Re: Pourquoi ?

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      Structure du commentaire initial du thread :

      <grandes phrases creuses vaguement en rapport avec le sujet>

      <question existentielle qui fera à coup sûr réagir les gens histoire de faire du traffic>

      <pistes floues complètement triviales histoire d'attiser les braises et d'être sûr d'avoir du page view>

      En gros, blablater des banalités sur un sujet porteur histoire de faire générer le contenu par les visiteurs. Du web 2.0 quoi. T'es blogueur à succès, non ?

      (Oui oui j'ai vu à qui je réponds. Remarque ça confirme la vacuité de ce qu'il écrit dans GLMF :))

  • # pffff...

    Posté par (page perso) . Évalué à 3.

    C'est grave... relayer les idées rassurantes de Google sans aller chercher ce qu'il y a derrière (et qui n'a pas sa place dans un tel magazine), c'est du sponsoring ou de l'amateurisme.

  • # la crise

    Posté par . Évalué à 0.

    La Crise est salutaire, elle oblige les gens à choisir leur camp et ça je sais ça fait mal ;)

  • # grosse grosse déception... :-[

    Posté par . Évalué à 6.

    Comme beaucoup, je suis très déçu de cet article et surtout de la place " de choix " qui lui est accordé dans ce que je considère être une parution plutôt orientée technique et " politiquement " engagée...

    Je trouve - comme quelques autres sur cette page - que DB tends de plus en plus à se couper de valeurs étaient tant appréciées chez lui.

    Je ne remets aucunement en cause son passé ( fourni ! ) en faveur du logiciel libre et de la défense de la vie privée, mais je dois bien reconnaitre que depuis quelques temps, un certain sentiment de malaise me prends quand je le lis.

    Son édito sur G+ était très bon en ce qui concerne les dérives de facebook, en l'expression de ce que devrait être un bon réseau social, il l'était néanmoins beaucoup moins quand il a fallu émettre un regard critique sur la société derrière G+ et le traitement qu'elle fait des informations qu'on lui confie.

    Son édito sur son expérience - amère visiblement - avec windows 7 m'a semblé teinté d'une certaine mauvaise foi et d'une certaine mauvaise volonté quand il a fallu s'habituer à un nouveau système... Je ne suis pas persuadé qu'il aurait été aussi critique et aussi vite catégorique si le système avait été proposé par une autre entreprise, et sans le logo de windows. Que DB aie un parti pris me semble presque normal, néanmoins, en tant que redac chef et contributeur d'une parution reconnue et appréciée, j'attendais de lui plus d'impartialité.
    Surtout qu'au final, ça s'est fini avec un Mac, dont il me semble que la société éditrice de MacOS est bien plus portée sur l'emprisonnement et le contrôle de ses usagers que Microsoft...

    Son article sur le changement de version d'android sur son galaxy S, bien qu'ayant un fort potentiel trollifère et pouvant parraitre tout aussi borderline, m'a paru bien plus légitime et honnête. Et au moins avait il un fondement technique qui justifiait sa présence dans GLMF.

    Et ce ne sont que quelques exemples récents qui me viennent en tête à cette heure avancée de la nuit...

    Bref, j'espère que tout ceci n'est que passager, et que la polémique entourant ce dernier article sur google permettra a DB de mieux saisir les attentes et les envies de ses lecteurs...
    j'ose espérer qu'il ne se livrera pas non plus a une petite vendetta et autres règlements de comptes via le prochain édito...
    J'attends aussi que le magazine se repositionne sur une nouvelle ligne éditoriale si le besoin s'en fait sentir, ou alors tout simplement qu'une des parutions des éditions diamond se densifie pour acceuillir le même contenu que celui qui est acceuilli aujourd'hui, avec quelques nouveautés à destination d'un nouveau public.

    Et si malgré tout, le schisme ( entre la nouvelle orientation de DB et ses lecteurs ) qui semble se dessiner à la lecture des 370 commentaires précédents la parution du mien venait à se confirmer, il sera peut être temps pour DB de prendre un peu de recul vis a vis de GLMF... :-/

    Et à titre vraiment personnel, je suis franchement déçu de voir DB, pour qui j'avais la plus haute estime, s’empêtrer dans des explications scabreuses et ne pas répondre aux argumentations et contradictions soulignés par ses interlocuteurs :-/

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.