systemd pour les administrateurs, parties 3, 4 et 5

53
1
oct.
2014
Technologie

On vous parle depuis longtemps de systemd. On vous dit que c’est très bien. De nombreuses distributions l’ont adopté (dont Fedora, openSUSE, Mageia, Frugalware et ArchLinux), vont l’adopter (Debian, Ubuntu) ou vous permettent de l’utiliser de manière optionnelle (Gentoo par exemple). Mais savez‐vous l’utiliser ?

Voici la suite d'une série d’articles didactiques pour apprendre à utiliser systemd et vous permettre de mieux l’appréhender et de comprendre les avantages qu’il apporte par rapport aux systèmes précédents.

Les informations ci‐dessous sont tirées, traduites et adaptées du blog de Lennart Poettering et sont accessibles dans la langue de Shakespeare aux adresses ci‐dessous :

Pour Noël, faites un cadeau au projet OpenStreetMap !

Posté par (page perso) . Édité par Lucas Bonnet, Malicia et Nÿco. Modéré par Lucas Bonnet. Licence CC by-sa
Tags :
27
14
déc.
2011
Open Data

La fondation OpenStreetMap a lancé depuis le 1er décembre 2011 une campagne de financement. Elle est destinée principalement à l'acquisition d'un serveur de sauvegarde supplémentaire. L'objectif est de récolter 15 000 £, soit un peu moins de 18 000 €.

Pour les néophytes, OpenStreetMap est un projet collaboratif qui a pour objectif de créer une base de données spatiale du monde sous licence libre, en utilisant les systèmes de positionnement satellite ainsi que d'autres données libres. Ces données peuvent être utilisées pour produire des cartes, faire des analyses et des statistiques de territoire, etc. C'est en quelque sorte le Wikipédia de l'information géographique.

Pendant ce temps, de l'autre côté de l'atlantique...

Posté par (page perso) . Modéré par Mouns.
Tags :
24
30
jan.
2010
Internet
Alors que de nombreux pays adoptent ou projettent d'adopter des lois organisant la répression sur Internet, le gouvernement américain prend clairement parti pour l'Internet libre.

Le 21 janvier 2010, la secrétaire d'Etat Hilary Clinton a prononcé un discours intitulé "Remarks on Internet Freedom" (Remarques sur la liberté sur Internet).

Sans basculer du côté d'un idéologisme sectaire sur la question de la liberté d'expression, le discours fait bien la part des choses sur les aspects positifs et négatifs des nouvelles technologies présentes sur Internet.

Il revendique des idées telles que la liberté de se connecter (the freedom to connect) à un web qui ne serait pas fragmenté par un accès partiel à l'information (sous forme de censure ou de filtrage de mots). Il milite également pour le respect de la vie privée des citoyens.

Enfin, on pourra noter un appel du pied du gouvernement américain sur l'encouragement aux développement d'outils permettant de contourner la censure.

Au delà des discours actuels sur le sujet, ces mots donnent un tout autre sens à l'utilisation d'Internet dans le monde.

Un autre blackout de l'Internet...

Posté par (page perso) . Modéré par Mouns.
Tags :
21
30
jan.
2010
Internet
En ces temps de débat autour de la quadrature du Net dont l'actualité est marquée par une recherche de financements et par un appel aux dons, un autre blackout d'Internet a lieu de l'autre côté de la planète, chez nos amis australiens...

Un site web explique tout ça très bien et il est nommé fort justement "The Great Australian Internet Blackout". La campagne de blackout a été lancée cette semaine (du 25 au 29 janvier)

Le problème est la mise en place de ce qu'on peut qualifier de "The Great Australian Firewall" (nommé comme son homologue chinois): le gouvernement pousse un projet de loi qui impose aux fournisseurs d'accès d'interdire l'accès à certains sites.

La démarche du blackout reprend les méthodes courantes de plaidoyer politique (advocacy) que nous connaissons un peu en France: bandeaux en noir, appels dans les blogs et les réseaux sociaux, etc.

Cette démarche a le soutien et bénéficie de la participation de l'Electronic Frontiers Australia.

Sortie de QGis 1.4.0 (aka Enceladus)

Posté par (page perso) . Modéré par patrick_g.
Tags :
16
21
jan.
2010
Science
À peine 1 an après la sortie de la version 1.0, Quantum Gis ou QGis, un logiciel libre (sous licence GPL) de Système d'Information Géographique (SIG), sort en version 1.4.0.

Cette version corrige près de 200 bugs et ajoute 30 fonctionnalités supplémentaires. Elle est qualifiée de version de développement. Toutefois, "en développement" est différent de "instable" ! En effet, QGis gère trois niveaux de versions :
  • La version LTS (Long Term Support) : version 1.0.2 ;
  • La version de développement : version 1.4.0 qui corrige les bugs. C'est la version la plus à jour de l'application pour la production ;
  • L'instantané SVN qui lui est la version "unstable".
Pour votre rapide information, un SIG est un système d'information capable d'organiser et de présenter des données alphanumériques spatialement référencées, ainsi que de produire des plans et des cartes. Pour faire simple, les logiciels de SIG permettent de faire de la géométrie très facilement (en tout cas, plus qu'avec du papier millimétré). Traditionnellement, les données sont organisées en couche d'objets géométriques. Ces couches se gèrent comme des calques dans les logiciels de dessin.

Même s'il existe un SIG libre depuis 1982 (Grass GIS), l'information géographique a depuis longtemps été le fait de sociétés propriétaires. La conséquence immédiate se traduit par une multiplicité de formats de fichiers de données tous plus in-interopérables les uns que les autres. Par bonheur, QGis intègre GDAL/OGR, une bibliothèque de gestion d'une (très) grande majorité de ces formats propriétaires.

En terme de positionnement, QGis est un SIG de type bureautique (orienté utilisateur final et présentation) avec une interface complètement graphique.

Pour terminer, QGis est développé en C++ et utilise la bibliothèque/framework Qt. Son architecture lui permet d'utiliser des extensions codées en Python. Sachez enfin que, pour vous faciliter la vie, l'équipe de développement prend soin d'empaqueter son logiciel pour un grand nombre de systèmes d'exploitations (qu'ils soient libres ou propriétaires) : Slackware, OpenSuse, Ubuntu (Karmic, Jaunty et Intrepid), Debian Lenny (non officiel), Mac OS X, MS Windows.

Frets On Fire: un jeu pour faire de la zic...

Posté par (page perso) . Modéré par Christophe Guilloux.
Tags : aucun
0
6
août
2006
Jeu
L'équipe Unreal Voodoo vient de sortir une petite application très ludique en GPL nommée Frets On Fire.
L'objectif de ce jeu est d'apprendre à faire de la guitare avec son clavier d'ordinateur. Sur l'écran défile une tablature sur laquelle des emplacements colorés représentent les moments où le joueur doit gratter les cordes concernées. Lorsque les cordes sont activées des notes se forment.
Bien sûr, le fond sonore du jeu est agrémenté de musiques sympathiques qu'il faut accompagner du mieux qu'on peut.

La qualité des graphismes est au rendez-vous et l'ensemble du programme s'appuie sur OpenGL et SDL et tourne sous GNU/Linux et MS Windows.

Sortie de JasperIntelligence 1.0.0

Posté par (page perso) . Modéré par Jaimé Ragnagna.
Tags : aucun
0
4
juil.
2006
Base de données
La version 1.0.0 de JasperIntelligence est sortie le 27 Juin 2006. JasperIntelligence est la solution de reporting Open-Source proposée par JasperSoft, les créateurs/mainteneurs de jasperreports, une bibliothèque (LGPL) de génération de rapports en Java.

Au menu des réjouissances on trouve :
  • Génération de rapports, programmée, avec notification par email
  • Interface utilisateur OLAP
  • Sources de données configurables pour la génération de rapport
  • Amélioration de la sécurité
  • Greffon pour iReport amélioré
  • Guide de l'utilisateur remis à jour
  • Amélioration du support de bases de données.
Il existe d'autres solutions opensource de reporting telles que Openreports.