Vision pour LILA et ZeMarmot

83
30
déc.
2018
Culture

Imaginez un studio de film, avec des artistes et techniciens qualifiés, qui travaillent sur des films ou des séries intéressantes… et qui les partagent sous une licence libre, pour être visibles par tous, partout (télé, cinéma, Web…), partageables et réutilisables.

Imaginez maintenant que ce studio utilise essentiellement du logiciel libre (et du matériel libre, si disponible), qu’ils le corrigent, voire le modifient et l’améliorent au besoin, aussi bien pour des logiciels finals (tels que GIMP, Blender, Inkscape…), de bureau (tel GNOME), voire jusqu’au système d’exploitation (GNU/Linux) et tout le reste !

Voici donc mon rêve pour l’association à but non lucratif LILA et pour le projet ZeMarmot (notre premier film, d’animation). C’est ce que je vise depuis le début, mais je me dis que ce n’était peut‐être pas suffisamment clair.

Si vous aimez ce rêve, je vous encourage à nous aider en donnant par Patreon, Tipeee, Liberapay, ou tout autre moyen (donation directe bancaire, PayPal, etc.). Car, comme toute association à but non lucratif, LILA et ZeMarmot vivent par et pour vous !

Si vous voulez lire plus, je rajoute des détails ci‐dessous !

Sommaire

Joyeuse année, par LILA


Note : Il s’agit d’une copie du même article publié sur notre journal de production.

Mon emploi actuel

Au niveau personnel, j’ai récemment été engagé pour un an par le CNRS pour développer du code touchant à GIMP et G’MIC. J’ai peu de salaire stable depuis quelques années, et je suis donc content que ce soit pour travailler sur GIMP (ce que j’ai fait bénévolement ou peu payé pendant six ans) !
Pour ajouter un peu de contexte, l’équipe de G’MIC m’avait d’abord proposé de travailler sur un greffon pour Photoshop, ce que j’ai poliment refusé. Je n’ai rien contre Photoshop, mais ce n’est sûrement pas le boulot de mes rêves. Le projet fut alors retravaillé pour que je puisse continuer à travailler avec GIMP. Deux projets principaux ont été identifiés :

  • la gestion d’extension dans GIMP, ce dont j’avais déjà parlé (sans savoir à l’époque que je serais engagé pour cela), puisque cela aidera beaucoup G’MIC à être installé ; j’en profiterai aussi pour améliorer les extensions de manière générale (ce que je prévoyais d’ailleurs depuis le début) ;
  • l’implémentation de leur algorithme de colorisation intelligente dans GIMP ; ce projet vint de ma propre initiative quand ils m’ont proposé de travailler ensemble, car cela rentrait très bien dans mes propres plans, et rendrait enfin leur super‐algo « utile » (l’interaction dans G’MIC est des plus douloureuses !) ; j’en reparlerai dans un article dédié, mais voici pour vous donner une idée : Démo de la colorisation intelligente dans GIMP

Et ZeMarmot dans tout ça ?

ZeMarmot est mon projet adoré (de même que celui d’Aryeom). Je le chéris et c’est là que je vois un futur (pas forcément ZeMarmot en soi, mais là où ça va mener). Ainsi, même si j’ai une autre source de revenu temporaire, je voudrais réitérer que si vous aimez ce que j’ai fait jusque‐là, alors c’est à ZeMarmot qu’il faut donner. Financer ZeMarmot est le seul moyen de me permettre de continuer à améliorer GIMP sur le long terme.

Je vois cette année avec le CNRS comme une opportunité de permettre à ZeMarmot de s’épanouir. Car, soyons clair, ce n’est pas encore le cas. Chaque année, nous répétons la routine de demander votre aide et, d’ailleurs, nous sommes très peu doués sur ce point (quand je vois notamment que les autres assos et fondations ont commencé leurs campagnes de dons depuis un mois !). Nous sommes essentiellement des techniciens (développeurs, animateurs, etc.) et nous sommes vraiment nuls en marketing. Donc, voici notre demande à la dernière seconde !

À ce jour, nous sommes financés à peine au dessus des 1000 € par mois, ce qui ne permet même pas de payer un salaire à temps plein au minimum légal en France. Ainsi, en 2018, LILA a été capable d’engager Aryeom (réalisation et animation) et moi‐même (développement) en moyenne six jours par mois. C’est peu ! Pourtant, c’est ce qui nous a fait vivre. On a estimé qu’il faut au moins 2 100 € par mois pour une personne et, qu’en vrai, nous avons besoin de 5 000 € par personne pour un salaire raisonnable et des conditions de travail acceptables (nous avons vu d’ailleurs que la fondation Blender fait aussi cette même estimation), même si cela reste sous les prix du marché. Notre financement actuel est donc quatre fois trop petit pour un minimum déraisonnable, et dix fois sous le minimum raisonnable. Sans même parler de la lointaine possibilité d’engager plus de gens. Triste, hein ?

LILA en deux mots

LILA est enregistrée officiellement en France comme une association à but non lucratif, selon les termes de la loi de 1901. Son numéro d’activité est celui d’une production de film, lui donnant un statut vraiment unique qui lui permet d’engager des gens pour la production de films libres, ce qui est fait depuis trois ans.

Le but de cette production n’est pas l’enrichissement d’actionnaires quelconques (il n’y en a pas). Nous voulons créer nos œuvres, les faire connaître et passer au projet suivant. Car nous aimons ce que nous faisons. C’est pour cela que ZeMarmot est sous licence Creative Commons By-SA 4.0, permettant à chacun de télécharger le film, le partager avec amis et famille, et même de le vendre ou de le modifier ! Sans blague ! Nous proposerons même chaque image source avec les calques !

En outre, LILA paye de vrais salaires pour chaque participant. En effet, nous ne considérons pas que « Art libre » signifie « œuvre au rabais » ou même « amateurisme ». C’est un projet sympa ? Oui. Mais c’est aussi professionnel.

Si LILA était soudainement financé au‐dessus de toutes nos espérances, cela ne se transformerait pas en des salaires indécents. Simplement, LILA pourrait embaucher plus de personnes pour réaliser des superbes films et logiciels plus rapidement et ainsi rendre le monde de l’Art plus agréable. C’est ça être une association à but non lucratif !

Et le logiciel libre alors ?

Là, c’est l’autre aspect du studio : nous utilisons uniquement des logiciels libres ! Non seulement cela, mais nous en développons aussi ! Je ne parle pas de libérer un script interne, mal codé et utilisé par trois personnes dans le monde tous les 36 du mois. Nous faisons notamment partie de l’équipe de développement de GIMP ! Ces dernières années, un quart des commits de GIMP sont les nôtres (ce qui peut être aisément vérifié, en particulier les commits à mon nom, « Jehan », de même que ceux d’Aryeom et Lionel N.) Je suis aussi à l’origine de la relaxe de notre politique de sortie pour que nous sortions davantage de versions de GIMP avec de nouvelles fonctionnalités (cela fait des années que je le demandais et ce fut finalement acté à partir de GIMP 2.10.0 !). Il me semble évident que LILA a eu une contribution positive et importante pour GIMP.

Bien sûr, GIMP est donc notre projet logiciel principal, ce qui n’a pas empêché divers correctifs ici ou là dans d’autres logiciels, parfois majeurs ! Sans compter nos rapports de bogues très réguliers, quand nous n’avons pas le temps de corriger nous‐mêmes… Nous sommes aussi des utilisateurs importants de tablettes graphiques, nous avons des contacts avec des développeurs de Wacom et Red Hat (nous sommes d’ailleurs désolés, nous savons que nous pouvons être un peu chiants parfois avec nos bogues ! 😛). Et ainsi de suite. Ainsi, la seule chose nous empêchant d’en faire plus est le temps. Nous avons besoin de plus de mains, ce qui ne peut être amélioré que si notre financement nous permet enfin d’engager de nouveaux développeurs.

Aussi, soyons clairs : ce n’est pas un truc temporaire. Nous croyons tout simplement aux logiciels libres. Nous pensons que c’est la chose à faire, que chacun doit avoir accès aux meilleurs logiciels et que c’est ainsi que peuvent être faits les meilleurs logiciels. Je le disais d’ailleurs : je développe environ un quart du code de GIMP. Cela signifie que trois quarts ne sont pas réalisés par moi. Et c’est sans parler de GEGL (le moteur graphique de GIMP). En d’autres termes, je ne pourrais pas en faire autant seul. J’adore travailler avec certains autres développeurs les plus brillants que j’ai eu l’occasion de rencontrer. En plus, les autres développeurs de GIMP sont également sympas et agréables. Que demander d’autre ? C’est ça, le logiciel libre.
C’est ainsi que l’utilisation et la contribution au logiciel libre est dans les statuts de notre studio, notre « contrat en tant que studio à but non lucratif », et cela ne disparaîtra donc pas.

2018 en revue

Une revue rapide des choses que j’ai menées à bien en 2018 :

  • 633 commits, soit près de deux commits par jour en moyenne, dans la branche master de GIMP (sans compter ce qui est dans les branches de fonctionnalités, mon travail en cours), plus mes correctifs dans divers projets que nous utilisons (GEGL, glib, GTK+, libwebp, Appstream…) ;
  • aider le projet MyPaint à préparer une nouvelle sortie de libmypaint version 1 (espérons début 2019), et la création du paquet de données mypaint-brushes — maintenant un paquet officiel de MyPaint ;
  • la création et la maintenance continue du Flatpak de GIMP sur Flathub (d’après ce qu’on nous a dit, le logiciel le plus téléchargé de Flathub !) ;
  • la sauvegarde automatique des images en cas de plantage de GIMP ;
  • outils de débogage (traces d’exécution, infos de plate‐forme…) ;
  • prise en charge basique des écrans à haute résolution (HiDPI) sur GIMP 2.10 (et plus à venir pour le futur GIMP 3) ;
  • travail en cours pour la gestion d’extension dans GIMP ;
  • maintenance de diverses données (icônes, brosses, appdata, etc.) de GIMP ;
  • travail sur les tablettes et périphériques d’entrée ;
  • mentorat pour un stagiaire FSF (amélioration de la prise en charge de JPEG 2000) ;
  • correction de la plupart des cas d’enfer de DLL des greffons sous Windows (problème majeur il y a encore peu !) ;
  • revue et amélioration de nombreuses fonctionnalités (redressement d’image dans l’outil de mesure, libheif, libwebp, greffon de capture d’écran, texte vertical dans l’outil texte, et bien plus) ;
  • l’option de colorisation intelligente dans l’outil de remplissage.

Et probablement plein de choses que j’oublie… J’aide aussi à la maintenance du site et à l’écriture d’article sur gimp.org (63 commits cette année). Et tout cela sans compter les correctifs sans rapport avec GIMP que je fais aussi (par exemple pour les méthodes d’entrée en Coréen) ou les nombreux rapports de bogues que nous écrivons ou aidons à corriger (notamment en étant les premiers à installer GNU/Linux sur une Wacom MobileStudio, ou du moins les premiers à en parler, des bogues furent corrigés jusque dans le noyau et Wayland).

Quant à Aryeom, en 2018, elle a beaucoup travaillé sur ZeMarmot, bien sûr (l’animation requiert énormément de boulot ; un jour, on devra peut‐être donner plus d’information sur le sujet), nous rapprochant davantage de la sortie du pilote (à ce sujet, nous avons récemment créé un compte Instagram où Aryeom poste régulièrement des images et vidéos courtes de son travail en cours, pour qui est intéressé !). Elle a aussi participé à des projets tiers (nous rappelons que ZeMarmot ne peut financer que quelques jours par mois pour l’instant !), tels qu’un jeu de société interne pour l’association « Petits Frères des Pauvres », une vidéo marketing pour le logiciel libre Peertube, des designs de pin’s pour la Free Software Foundation. Elle a aussi donné quelques cours de peinture numérique et retouche avec GIMP à l’université.

Travaux d’Aryeom en 2018, hors ZeMarmot

Bien sûr, elle préférerait passer tout son temps uniquement sur ZeMarmot. Mais encore une fois, on a besoin de vous pour permettre cela !

Le Futur

Comment je vois notre futur ? Dans quelques années, on pourra payer plusieurs artistes (réalisatrice, animateurs, artistes peintres, musiciens, etc.). LILA sera enfin un studio, certes petit, mais productif.

Et, bien sûr, cela signifie aussi plusieurs développeurs, donc plus de contrôle sur nos outils de production libres. J’ai tellement de rêves ! Enfin un éditeur vidéo stable et puissant sans être tordu (en contribuant au Blender VSE, à Kdenlive ou d’autres projets) ? Et quand aurons‐nous des outils de composition professionnels maintenus (2018 fut un peu triste) ? Sans parler de communication entre outils pour éditer des fichiers XCF dans GIMP, voir les changements en direct dans Blender, etc. ? Tant d’espoirs ! Tant de rêves à réaliser si l’on avait le financement !

Les rêves peuvent se réaliser si vous aidez !

Que pouvez‐vous y faire ? Vous pouvez aider ce studio à devenir viable. Me faire engager par le CNRS est cool pour moi, mais un peu triste pour le projet. Cela signifie notamment un manque d’indépendance. Sans compter que c’est une situation encore très précaire et temporaire. Ce n’est pas une situation stable, ni de long terme.

Si nous atteignions 5 000 € par mois en 2019, cela serait un premier pas énorme pour le projet et la preuve de viabilité du rêve de studio libre.

Nous aiderez‐vous à créer un studio d’animation libre ? Le graphisme professionnel 2D libre est à notre porte. Il lui faut juste un peu d’aide pour lui permettre de passer le pas de porte ! 🙂 Donc :

Passez de bonnes fêtes de fin d’année ! Et joyeuse nouvelle année !

Et pour voir notre petite vidéo animée marrante de fin d’année, c’est par ici !

Aller plus loin

  • # J'admire ton dévouement et tes rêves, mais...

    Posté par . Évalué à 10.

    …je suis navré, je n'y crois pas. N'y vois pas un affront, mais seulement un avis. Je lis toutes tes dépêches, j'apprécie toujours ton honnêteté, la clarté de tes propos, etc., mais je ne crois pas une seconde que vous allez pouvoir créer un studio libre à base de financement participatif, je ne pense pas non plus que la qualité de votre œuvre ou des suivantes permettra de vous faire connaître ou d'être diffusés simplement parce que vous proposez une œuvre sans copyright.

    Tu pointes toi-même le problème dans ta dépêche, c'est avant tout du marketing et clairement, ça ne fonctionne pas.

    Je te suis depuis des années, je crois profondément en tes intentions et même en ta personne, mais votre projet me semble vraiment destiné à ne pas aller loin.

    J'ai réfléchi à une solution viable, mais évidemment, je n'ai pas pu faire mieux que toi qui es impliqué dans ce projet.

    Ce n'est pas pour être rabat-joie, mais je tenais simplement à être franc. Après des années à te voir galérer, à mendier la justification de ton travail (l'expression est dure, désolé, je ne sais pas trop comment le dire autrement), je trouve que tu mérites vraiment mieux, que tu mérites vraiment de trouver un autre chemin pour ce projet.

    Il n'y a pas de studio français capable de soutenir votre projet pendant un an ?
    Tu ne peux pas passer par d'autres moyens de financement ? Tu parles d'indépendance, mais au final, tu en es loin (et faudrait-il encore que les financements restent stables)…Espérer 5000 euros par mois de financement, c'est, à mon sens, vraiment illusoire. :/

    Vraiment, vraiment désolé si les mots sont durs. :/ :/

    J'espère me tromper de tout cœur parce que votre projet est beau, pour vous comme pour le Libre, mais j'ai à chaque fois l'impression qu'il ne devrait être qu'un à-côté, qu'une passion à vivre en plus d'un travail à 3/4 temps par exemple.

    Joyeuses Fêtes à vous.

    • [^] # J'y crois mais pas avec Ze Marmot

      Posté par . Évalué à 10.

      J'ai la même empathie que Tanouki mais pas le même côté défaitiste sur l'ensemble.

      [mode h4rd]
      ZeMarmot est le projet qui vous retiens en arrière. En quoi, 4 années et autant de dépêche, rien n'est venu nous aguicher, titiller, émerveiller. On dirait que c'est toujours la phase préparatoire d'un projet de 1ère année.
      À titre de comparaison et je sais que tu n'aimes pas les comparaisons, Makoto Shinkai a pondu 2 animés sur cette même période et en temps libre, certes on n'est pas sur du 16 image/s et l'histoire est soporifique mais techniquement assez abouti.
      Bref mettez ZeMarmot en pause - aspect moins radical - et revenez-y quand vous aurez une plus grande marge de manoeuvre et d'expérience
      [/mode]

      Promouvoir Gimp par l'éducation, le financement de fonctionnalités, la création de capsules/habillages animés pour des LL/évenements me semble une piste plus favorable.

      Mais balancez ZeMarmot, c'est mort ou comateux et comme le film de Guiliam, "L'homme qui tua Don Quichotte", qu'on a attendu des décennies, il finira par décevoir.

      L'idée du studio et collectif d'artistes libres est bonne et il faut creusez cet aspect mais ne sacrifie pas ta carrière d'ingé sur ça. Tu n'es pas obligé de bosser dans une SSII fadasse, tu pourrais rejoindre purism ou autre projets libres d'envergure.
      Car au final, je ne sais même pas si l'animation devrait être l'objectif de GIMP pour l'heure. Krita est déjà bien plus avancé et fonctionnel sur ce point, sans oublier les LL purement orientés anim, l'idée c'est d'avoir des LL complets mais surtout complémentaires.

      J'espère sincèrement que tu ne prendras rien de mal ici, j'ai du respect et une profonde admiration pour toi.

      Je vous souhaite les meilleurs voeux pour 2019!

    • [^] # Re: J'admire ton dévouement et tes rêves, mais...

      Posté par . Évalué à 0.

      J'ajouterais que la fondation Blender, qui était pourtant bien partie avec quelques courts vraiment sympa, a fini par se casser les dents sur le même modèle, avec de tout autres moyens, et beaucoup plus de visibilité.

      Mais bon courage, ça reste un modèle à soutenir quand même, je pense.

      • [^] # Re: J'admire ton dévouement et tes rêves, mais...

        Posté par (page perso) . Évalué à 2. Dernière modification le 30/12/18 à 21:45.

        a fini par se casser les dents sur le même modèle

        Peux-tu en dire plus? une petite recherche sur le net m'apprend qu'ils sortent toujours des choses mais rien sur des difficultés.

      • [^] # Re: J'admire ton dévouement et tes rêves, mais...

        Posté par . Évalué à 2. Dernière modification le 30/12/18 à 22:02.

        j'ajouterais que la fondation Blender, qui était pourtant bien partie avec quelques courts vraiment sympa, a fini par se casser les dents sur le même modèle…

        Ouate?

        Blender est prolifique, c'est une des plus belles réussites du LL, là plus belle à mon avis.

        La 2.8 va faire du bruit, enfin, c'est déjà le cas pour ceux qui suivent la branche dev. :)

        GIMP ne pourrait égaler du fait de son utilisation plus restrictive, Blender étant multidisciplinaire et touche quasi tous les domaines de la création numérique.
        Mais GIMP n'a pas besoin d'aller aussi loin.

    • [^] # Re: J'admire ton dévouement et tes rêves, mais...

      Posté par (page perso) . Évalué à 10.

      Hello,

      Personnellement, je pense que ton commentaire passe à côté du message que le discours de LILA essaie de faire passer.

      D'abord, la carrière n'est pas un objectif en soi pour certains et je pense que c'est le cas pour Jehan (et Aryeom): s'il voulait effectivement avoir une carrière, il n'aura(it) sûrement pas de peine à se faire engager, mais ses valeurs son bien plus fortes que la valeur commune de « faire une carrière ». Regarde, la dépêche : il a refusé une proposition de job, car elle lui demandait de travailler pour Photoshop.

      Ainsi, je pense que si Jehan faisait une bonne carrière, il perdrait son temps et il serait bien moins heureux que dans sa situation actuelle. Si j'ai bien compris, ce serait également le cas pour Aryeom.

      Ensuite, ZeMarmot est le bébé artistique de Jehan et Aryeom. Le conseil de l'abandonner fera que Jehan et Aryeom n'auront plus aucune motivation à faire de l'art, des patchs et rapports de bugs.

      Désolé, bien que je pense que ton message se souhaitait être bienveillant, les propositions qui y sont faites vont rendre Jehan et Aryeom des zombies sans cœur à faire leurs taches juste pour les forcer à se caler dans des valeurs communes de la société actuelle auxquelles ils n'adhèrent pas.

      • [^] # Re: J'admire ton dévouement et tes rêves, mais...

        Posté par (page perso) . Évalué à 10. Dernière modification le 31/12/18 à 18:58.

        Bon je vais essayer de faire une réponse groupée (en essayant de ne pas oublier trop de points!).

        Déjà j'ai du mal à comprendre cette image qu'on "mendie", etc. Perso je trouve le concept de financement participatif vraiment bien. Non on ne "mendie" pas, pas plus de l'argent que "la justification de [notre] travail". On propose aux gens d'investir dans un monde que je crois meilleur (dans le contexte de la production audiovisuelle essentiellement; je ne dis bien sûr pas que notre projet est une solution à la faim dans le monde, aux problèmes écologiques, politiques, etc. Juste notre petite part sociale dans un secteur pro, celui de l'audiovisuel, en particulier). Certains investissent des sous pour en avoir encore plus d'argent au final. Nous on propose aux gens d'investir pour avoir des logiciels libres et des œuvres libres. Si même sur un site comme linuxfr, ce type de propositions ne "résonne" pas, alors c'est la fin! :P
        À l'époque où j'avais des salaires et contrats stables, je donnais à Wikimedia, aux Médecins du Monde en don mensuel, à des assos et projets du Libre ou caritatifs. Jamais je n'ai eu l'impression de faire la charité et jamais je n'aurais insulté ces assos, fondations et projets en leur disant qu'ils mendiaient. Non j'investissais simplement dans ce que je considérais (et considère encore) comme un avenir plus heureux.

        En outre, soyons encore plus clair, je ne considère et n'ai jamais considéré ni les logiciels libres ni l'art libre comme une fin en soi. Non, pour moi ce sont juste des évidences. Il me paraît juste naturel qu'un écosystème logiciel sain doit être libre. Donc c'est ce qu'on fait. Et "l'industrie audiovisuelle" à l'heure actuelle est aussi de moins en moins juste et essentiellement basée sur les critères financiers, sur des gros qui mangent des petits, sur des gens qui se battent pour des broutilles et s'étripent pour des histoires absurdes de "droits d'auteur", des injustices. Ce n'est pas le marché de l'audiovisuel dont je rêve.
        Donc on fait les choses à notre façon, avec nos petits moyens, non pas car on se dit qu'à nous tout seul, on va faire changer le monde audiovisuel, mais parce qu'il faut bien commencer (si chacun se dit dans son coin qu'on attend que les autres fassent le premier pas, c'est fini!).

        Ensuite financièrement, on me dit dans certains messages ici qu'on "galère" et qu'on devrait rentrer dans le circuit classique. C'est un peu triste, car c'est considérer que le modèle libre ne peut pas marcher pour l'audiovisuel (et heureusement que les premiers à avoir fait du logiciel libre n'ont pas pensé ainsi! Je suis sûr qu'ils ont aussi eu leur lot de détracteurs… d'ailleurs c'est plus que juste être sûr, on le sait, c'est historique! On les traitait de cancer, de voleurs et parasites quand on les mettait dans le lot des hobbyistes, et de manière générale, les "gens sérieux" ne considéraient pas le logiciel libre comme ayant un avenir). L'histoire se répète. Limite dans certains de vos messages, j'ai l'impression de lire qu'on est mourant et dans la rue à demander des pièces pour survivre ("mendier"). Alors soyons clair encore une fois: on est très heureux là où on est! Certes on n'est pas les mieux payés, LILA ne peut payer que quelques jours par moi et on est sous le prix du marché. Heureusement perso, on n'est pas des gros dépensiers, on vit dans un petit studio (mais que je trouve confortable), etc. En outre, on a la chance de vivre en France qui a un système d'aide aux gens du spectacle qui est fait exactement pour ces cas là.
        Par le passé, j'ai eu de très bon salaires en tant que développeurs. Au mieux j'ai même été payé 6000€ net (pas en France bien sûr!) à une époque, avec un contrat équivalent CDI. Ben vous savez quoi? Je cèderais pas ma situation actuelle pour l'ancienne! Pas une seconde même je regrette d'avoir démissionné de ces boulots (car oui, j'ai démissionné, c'était un choix à 100%) super bien payés mais qui te bouffe l'âme. Alors oui, mais non merci. :-)

        En outre, si on arrivait à un cul-de-sac et qu'on se mettait nous aussi à considérer la situation et le Libre comme sans avenir (j'espère que ça nous arrivera pas), alors je me fais pas de souci financier du tout. Si je le voulais, je sais que je pourrais trouver à nouveau un boulot de développeur très bien payé. Aryeom, de même, travaille dans un secteur où le boulot ne manque pas. L'animation est un secteur en plein essor. En France, il y a plus de nouveaux boulots d'animateur qui sont en train de se créer (par rapport aux films et séries qui sont prévus) que d'étudiants sortant d'école d'animation (en tous cas, c'est ce qu'on nous dit régulièrement dans le milieu). Et les salaires sont aussi à la hauteur de ce boulot (qui est éreintant et extrêmement technique).
        Alors pas de problème, on n'est pas en mal d'emploi. On a pris cette direction du libre par choix, pas juste pour bouffer. Par conséquent je trouve ça des plus tristes de lire ce type d'avis ici.

        Cela ne m'empêche pas d'être transparent et de dire les choses telles qu'elles sont. Oui 1000€, c'est très très peu et oui il faudrait environ 5000€ par personne. Ensuite je sais que certains trouvent cela beaucoup, et c'est très compréhensible pour quiconque n'a eu que des boulots en tant qu'employé (dans ce cas là, on ne voit que son net et on a du mal à appréhender le vrai coût d'un emploi; c'est normal, j'ai aussi été dans ce cas). Donc on ne comprends pas le véritable coût d'un employé. Mais non 5000€ par personne pour du temps plein, c'est pas énorme, et encore moins dans des métiers tels que développeurs et animateurs (qui sont extrêmement recherchés, avec des techniques élevés et très bien payés quand on est bon). Mon premier boulot en sortie d'étude, c'était environ 2200€ net par mois. D'après le lien donné plus haut (simulateur URSSAF), le "total chargé" est à 3815€ par mois!
        Et surtout, c'est sans compter que chaque secteur est différent (ce type de site donne des infos de cas génériques). Nous travaillons dans le spectacle qui a beaucoup plus de charges! Faisons une comparaison, en gardant le même salaire de 2200€ net par mois (notons que dans le spectacle, on ne travaille pas avec des salaires fixes, c'est variable; néanmoins je garde ce prix net à titre d'exemple comparatif) qui coûtait 3815€ pour les cas génériques, mais appliquons le aux taux pour la production de film d'animation avec lesquels LILA doit payer. Dans ce cas, cela coûte environ 4759€ (cf. simulateur Audiens, organisme de référence du spectacle) dans la production de film d'animation! Faites des simulations, je n'invente rien. Et oui, vous lisez bien, dans cet exemple, l'employé touche au final moins que la moitié de ce qu'a dépensé la production (et c'est avant de payer les impôts sur le revenu comme chacun). Par contre y a une aide pour les périodes où il y a peu de travail donc le système est en fait plutôt bon (en effet, je ne suis pas en train de dire qu'il est mauvais, je ne fais qu'expliquer en donnant les chiffres factuels)! Mais clairement ça coûte bien plus cher que ce qu'on voit.

        Ajoutons à cela le matériel (très coûteux!), les serveurs, les coûts classiques (électricité, etc.), et les locaux surtout! Je peux vous dire que 5000€ par personne, on n'est absolument pas dans une estimation haute! Simplement on fait cette estimation basse parce que (encore une fois) on fait des concessions (et ce, depuis des années) pour faire réussir un projet qu'on aime.
        Comme je le dis dans l'article, la fondation Blender fait d'ailleurs aussi la même estimation du coût par employé (référez vous à leur demande de financement en cours qui emploie une personne par tranche de 5000€), en n'étant pas en France, mais ailleurs en Europe. Donc non on n'a pas halluciné ces chiffres.

        Quant au fait que c'est illusoire, ben dans les 3 ans du projet, je trouve qu'on a fait beaucoup beaucoup de chemin. On était simplement inconnu au bataillon, et maintenant des centaines de personnes nous financent un peu. Alors certes le montant est encore trop faible pour que ce soit vraiment viable, mais c'est tout de même loin d'être anodin. Cette dépêche n'était pas une annonce de défaite, mais simplement une tentative de campagne de donation (comme le font d'autres assos/fondations). Pour cela je donne nos faits actuels et éclaire le chemin qu'il reste à parcourir pour que vous nous aidiez à le parcourir.
        Certains ici nous comparent à la fondation Blender. Ils ont créé la fondation en 2002, avec un gros coup médiatique en libérant un logiciel propriétaire 3D (alors qu'il n'y en avait pas en Libre à l'époque) et en faisant l'un des premiers crowdfunding web de l'histoire de l'humanité, et depuis donc 17 ans, ils travaillent sur le projet avec des financements successifs, du marketing, etc. Nous on fait la même chose… depuis 3 ans! Personne ne nous connaissait (on n'avait même pas de comptes réseaux sociaux, rien, etc.). Est-ce vraiment juste de nous comparer? Attendez encore 14 ans, et à ce moment là, vous pourrez comparer l'association LILA du futur avec la fondation Blender de maintenant (même si, encore une fois, y a plein d'autres différences dans nos histoires respectives, de l'époque — par exemple Blender est vraiment arrivé au bon moment — et simplement la chance joue toujours aussi, ça fait partie du jeu).
        En tous les cas, on compte pas abandonner, et on espère que vous nous accompagnerez et qu'on pourra tous encore être là dans 14 ans pour faire ce compte-rendu si vous le souhaitez encore. :-)

        Ah et aussi pour les gens proposant des financements alternatifs. Déjà LILA fait les choses bien dans les règles. Il y a des choses auxquelles on a le droit, et d'autres non. Passer par d'autres prods, on y a déjà pensé et on a même eu des propositions (pas avec des offres finales, mais pour au moins discuter de collaborations futures). Ce n'est absolument pas impossible. Cependant pour en arriver là, on doit d'abord avoir notre propre financement pour avoir un poids dans la discussion. Autrement adieu le film libre, et probablement aussi adieu le logiciel libre à 100%. On rappelle que nous sommes aussi une association 1901 avec un objectif social.
        On pourrait aussi juste créer une société de production classique (on y a pensé et plus d'une fois!) avec laquelle on pourrait se mettre à faire beaucoup plus de compromis. Mais à moins d'y être forcé, on aimerait vraiment éviter. Encore une fois, on ne fait pas cela pour s'en mettre plein les poches (je trouve perso une telle vision du travail très triste). On a aussi une vision.

        Quant à ceux qui nous comparent avec des productions du circuit classique (cf. le commentaire sur Makoto Shinkai) avec quelques centaines de participants (rien que dans le département animation, je compte 330 personnes! Sans compter les animateurs 3D de la section effets spéciaux, les équipes caméra et artistiques, etc.), je sais pas trop quoi en penser. Je me demande si on doit se sentir flatté, si on doit en rigoler ou le contraire…
        Disons que ça se passe de commentaires.

        C'est un peu aberrant, ou plutôt montre une méconnaissance du milieu (ce qui est certes normal pour ceux qui ne travaillent pas dans l'animation). Il existe plein de films indés fait avec peu de moyens. Comparez nous au moins avec eux. Pas avec ceux sans aucun rapport.
        Je noterai aussi que le chemin est important, au moins aussi important que le résultat final. Les films d'animation prennent toujours des années (3 ans à 5 ans est en gros la durée habituelle, et je parle là de films de tout budget; voir certains films avec des productions allant jusqu'à 10 ans n'est même pas inhabituel, par ex la Tortue Rouge a été conçu pendant 9 ans, et je parle même pas du super célèbre "Le Voleur et le Cordonnier" dont la prod a duré 35 ans et qui n'a jamais été fini!). C'est juste normal, c'est ainsi que le film d'animation a toujours été fait et il n'y a rien d'étrange pas plus qu'il n'y a de gros retard dans notre production. C'est juste un chemin, moins aisé que d'autres, mais qui peut mener à quelque chose de grand si on le suit.

        Alors qui veut nous aider à poursuivre ce chemin? :-D
        Qui partage notre vision de l'art et du logiciel libres?

        Film d'animation libre en CC by-sa/Art Libre, fait avec GIMP et autre logiciels libres: ZeMarmot [ http://film.zemarmot.net ]

        • [^] # Profession de foi du libriste - Merci Jehan -

          Posté par . Évalué à 10. Dernière modification le 31/12/18 à 22:41.

          Il faudrait lire ce commentaire dans toutes "les écoles d'informatique". [un peu comme la lettre de feu Guy Môquet]

          C'est bô et c 'est surtout revivifiant !!

          J'avais la sale habitude de penser LL "comme le moins pire" (en rapport avec les entreprises qui sont derrière la grande majorité de LL). Le coté "opensource" avait radicalement pris le pouvoir dans mon esprit par rapport au coté GNU (trop idéaliste, utopiste, …) Ben là j'en suis pour mes frais !!

          Jehan nous dresse une profession de foi du libriste sans concession, une véritable ode à l'essence même du LL : Vivre par et pour le libre !!

          • [^] # Re: Profession de foi du libriste - Merci Jehan -

            Posté par . Évalué à -2. Dernière modification le 31/12/18 à 23:01.

            Jehan nous dresse une profession de foi du libriste sans concession, une véritable ode à l'essence même du LL : Vivre par et pour le libre !!

            Vivre pour le libre ? Je dirais plutôt vivre pour se réaliser voire s'élever spirituellement (1), ou une autre raison supérieure, car Jehan écrit ceci dans le commentaire auquel tu réagis :

            En outre, soyons encore plus clair, je ne considère et n'ai jamais considéré ni les logiciels libres ni l'art libre comme une fin en soi. Non, pour moi ce sont juste des évidences. Il me paraît juste naturel qu'un écosystème logiciel sain doit être libre. Donc c'est ce qu'on fait.

            (1) tout en évitant soigneusement de mettre un espace avant les signes de ponctuation doubles…
            ----- ┣▇▇▇═──⊹⊹⊹╚═〳•́Д•̀〵═╝ -----> [ ]

        • [^] # Re: J'admire ton dévouement et tes rêves, mais...

          Posté par (page perso) . Évalué à 2.

          Je trouve aussi qu'il y a de quoi être optimiste et qu'il est un peu triste de voir autant de messages encourageant à sacrifier passion pour de l'argent !

          Je suis moins optimiste sur le côté charges et impôts, je trouve ça dingue qu'une asso à but non lucratif avec juste deux personnes doive payer autant de charges, mais bon, autant faire avec et pas trop y penser, c'est le seul truc difficile à changer même avec de la bonne volonté :-)

          • [^] # Re: J'admire ton dévouement et tes rêves, mais...

            Posté par (page perso) . Évalué à 10.

            Je suis moins optimiste sur le côté charges et impôts, je trouve ça dingue qu'une asso à but non lucratif avec juste deux personnes doive payer autant de charges, mais bon, autant faire avec et pas trop y penser, c'est le seul truc difficile à changer même avec de la bonne volonté :-)

            Oui c'est la même chose pour tout le monde (asso ou pas) dans le milieu de l'audiovisuel.

            D'ailleurs j'appelais ça "charges" mais techniquement ce sont plutôt des cotisations. C'est d'ailleurs étonnant que personne n'ait fait la remarque, y a certaines personnes qui ne supportent pas l'erreur (et je les comprends en fait) car "cotisations" a un sens un peu plus positif, car il implique une répartition des richesses, ainsi qu'un retour possible en cas de besoin (accident, maladie, chômage, vieillesse, etc.).
            En ce sens, ce sont de bonnes choses (même si on peut regretter du gâchis de ressources dans l'organisation des organismes publics).

            P.S.: je note d'ailleurs que Audiens parle de "charges sociales", contrairement à l'URSSAF qui dit bien "cotisations sociales".

            Film d'animation libre en CC by-sa/Art Libre, fait avec GIMP et autre logiciels libres: ZeMarmot [ http://film.zemarmot.net ]

    • [^] # Re: J'admire ton dévouement et tes rêves, mais...

      Posté par (page perso) . Évalué à 4.

      J'espère me tromper de tout cœur parce que votre projet est beau, pour vous comme pour le Libre, mais j'ai à chaque fois l'impression qu'il ne devrait être qu'un à-côté, qu'une passion à vivre en plus d'un travail à 3/4 temps par exemple.

      Honnêtement, un travail à 3/4 temps, ça prend quand même beaucoup de temps. S'imposer ensuite, sur son temps libre, de réaliser un gros projet, c'est source de frustration et fatigue : comme on a moins de temps, ça donne l'impression qu'il faut être plus efficace et utiliser la moindre parcelle de temps disponible ou bien avancer trop lentement et, au final, une passion qui devrait être source de satisfaction finit par nous user. C'est pas parce que quelqu'un a un projet créatif/artistique qu'il n'a pas droit au repos.

      C'est donc un mauvais conseil, à mon avis. J'ai une sœur écrivain plein-temps depuis plusieurs années et il me semble clair qu'elle n'aurait pas pu maintenir cette activité de façon productive et bonne pour la santé avec un travail à temps partiel à côté. Bien sûr, écrivain plein-temps ça signifie en pratique RSA dans 99% des cas ou bien compétences marketting élevées accompagnées d'un coup de chance. Dans le domaine lié au logiciel cette approche semble plus choquante du fait des préjugés (développeur = bon salaire), mais la réalité c'est que les artistes, peu importe le domaine, ont de tous temps eu des difficultés économiques, les différentes sociétés humaines jusqu'à présent ne leur ayant jamais été favorables.

      Ici ils en sont à 1000€/mois, ça me semble vraiment encourageant — pour bien des artistes, c'est déjà plus que ce qu'ils oseraient rêver. Par contre, espérer 5000€/mois, je pense aussi que ça n'a pas beaucoup de sens, mais pas seulement parce que c'est difficile, mais parce qu'à moins d'avoir une autre passion qui coûte cher à côté, je vois pas comment dépenser tout ça (c'est bien plus que le salaire médian en France, même après impôts etc., je pense). Je sens ici un peu un résultat de la pression sociale qui sous-entend que compétences techniques en informatique = droit à un meilleur salaire.

      • [^] # Re: J'admire ton dévouement et tes rêves, mais...

        Posté par (page perso) . Évalué à 9.

        je vois pas comment dépenser tout ça (c'est bien plus que le salaire médian en France, même après impôts etc., je pense)

        D'après https://www.expert-comptable-tpe.fr/articles/charges-sociales-montant-salaire/ les charges patronales (ce que doit payer l'association pour les employer) est de 82% du salaire net.

        D'après https://fr.wikipedia.org/wiki/Revenu_fiscal_par_m%C3%A9nage_en_France le salaire median net est de 1 772 €

        Ce qui fait que le ce que doit débourser l'association pour verser un salaire median est de 1772*1.82 = 3225 €. Vu qu'ils sont deux, ça fait 6450€. On est bien au dessus des 5000€.

        Il est possible que je me trompe dans les chiffres, je ne connais pas le système français, il est donc possible que les chiffres sur lesquels je suis tombé soient faux ou pas adaptés au cas en question.

        « Rappelez-vous toujours que si la Gestapo avait les moyens de vous faire parler, les politiciens ont, eux, les moyens de vous faire taire. » Coluche

        • [^] # Re: J'admire ton dévouement et tes rêves, mais...

          Posté par (page perso) . Évalué à 2.

          Je ne sais pas non plus, c'est une bonne question.

        • [^] # Re: J'admire ton dévouement et tes rêves, mais...

          Posté par . Évalué à 1. Dernière modification le 31/12/18 à 14:01.

          Les 82% représentent la somme des charges salariales ET patronales. Sinon le résultat n'est pas loin.
          Le site de l'ursaff donne un coût (total chargé) de 3007 € par salarié.

          Ce même simulateur donne un salaire net de 1551€ pour un total de 2500€, pas de quoi manger du caviar au petit déjeuner.

          En même temps, ce site se plante de 4% sur mon salaire, il ne tient pas compte des conventions collectives et de la mutuelle.

      • [^] # Re: J'admire ton dévouement et tes rêves, mais...

        Posté par . Évalué à -4.

        Je ne vais pas polémiquer sur les artistes, mais on a tous, ou presque, une passion, un truc qu'on aimerait faire à la place d'aller bosser.
        Là je parle pour "ta soeur" de ton commentaire ou des artistes…pas du projet de la dépêche
        Je trouve déjà que leur donner le RSA pour qu'ils puissent vivre de leur passion, au lieu de se lever à 6h et revenir à 20H pour aller bosser est déjà un énorme luxe.
        Quand je vois les sacrifices, sur les études, sur les lieux d'affectation du boulot que j'ai eu (et encore c'est pas le pire) et que certains se la coulent douce en touchant, grâce à mes/à nos impôts, un salaire pour financer une passion, je m'interroge. S'ils ont du mal, c'est aussi parce que la société, et ceux qui bossent, doivent avoir un avis similaire au mien.

        Moi aussi j'ai des projets qui imposeraient que je quitte mon emploi, mais je ne me verrais pas me faire payer cela par la société. Par contre faire comme ici, trouver des financements cela me semble plus honnête.

        • [^] # Re: J'admire ton dévouement et tes rêves, mais...

          Posté par (page perso) . Évalué à 5.

          Le RSA, ce n'est pas non plus le revenu de base. Il n'est pas inconditionnel. T'es régulièrement convoqué par l'assistante sociale avec qui tu dois mettre en place un projet personnalisé d'accès à l'emploi (PPAE) et t'y tenir. Si à la convocation suivante ils considèrent que tu n'as pas fait suffisamment d'efforts pour t'en sortir (recherche d'emploi, démarches nécessaires à la création de sa propre activité ou autres actions nécessaires à une meilleure insertion sociale ou professionnelle…), ils peuvent te supprimer le RSA et tu te retrouve sans rien.

          • [^] # Re: J'admire ton dévouement et tes rêves, mais...

            Posté par . Évalué à 0.

            Oui je veux bien, mais si ta passion est de dire "j'écris un livre pendant 2ans, je suis motivé pour cela donner moi le RSA" j'ai des doutes sur le droit de toucher des aides.
            J'ai un copain dont le truc est les arts martiaux. Pendant plusieurs années il ne bossait pas, et touchait donc des aides. Il s'entraînait toute/pendant la journée. Est ce normal ?
            Au club on se disait tous ou beaucoup, que c'était cool de faire du sport toute la journée. Mais au final, à part pendant 6 mois ou il avait bossé (renouvellement du chômage ?), il n'a jamais travaillé pendant plusieurs années.
            Maintenant il a trouvé un club donc il entraîne mais en attendant c'était assez cool. C'est un peu cela que les gens trouvent anormal.

            Il devait avoir des rendez-vous certes, mais c'est facile de bluffer son monde pour celui qui n'est pas idiot.

        • [^] # Re: J'admire ton dévouement et tes rêves, mais...

          Posté par (page perso) . Évalué à 9.

          Mais qu'est-ce que c'est cette idée incroyable que certains « se la coulent douce » ?
          Je réagis un peu vivement, parce que ça me met hors de moi.
          J'ai travaillé avec des écrivains, des metteurs en scène, des gens du théâtre de rue, des peintres et plasticiens, participé à la création de la « Villa Mais d'Ici » (Paris, porte d'Aubervilliers), travaillé à Mains d'Oeuvres (Paris, Saint-Ouen), travaillé avec des danseurs dans les ghettos du Cap, et j'en passe beaucoup… jamais personne ne se la coulait douce. Au contraire, l'art et la passion demandent un travail exigeant, constant. On se lève tôt, dans le froid l'hiver, on fait toutes sortes de travaux annexes pour s'en sortir (petits boulots et aménagement de son chez soi (tour à tour maçons, carreleurs, plombiers, …), potager, sciage de bois, etc.). Les sacrifices sont énormes ; on vit parfois de sa passion, le plus souvent il faut quelques années avant d'en vivre maigrement — à titre anecdotique, les sacrifices consentis au lancement de la Villa Mais d'Ici ont abouti à un lieu pérenne, créateur d'emplois et reconnu par les institutions. Il n'y a presque pas de financements possibles (subventions et bourses vont à ceux qui en vivent déjà).
          Le RSA, pour ceux qui le touchent, n'est qu'un complément de revenu qui ne suffit pas pour vivre, ce n'est pas un revenu « temps libre ».
          Visiblement tu te demandes s'il est raisonnable d'être passionné. Vieille question du bac philo. Est-il passionnant d'être raisonnable ?
          N'avons-nous pas besoin d'écrivains, d'artistes, d'empêcheurs de tourner en rond pour jouer le rôle « d'anti-polluant de l'espace mental » (Jean-Pierre Rosnay) ?
          Enfin tu parles de « trouver des financements » plutôt que « faire payer cela par la société ». Mais c'est exactement la même chose, non ? l'État, la société, c'est tout le monde ; qu'on perçoive des dons ou des subventions ou qu'on soit payé pour des conférences, que ce soit de l'argent public ou privé, ça sort toujours de la poche « des gens ».

          "La liberté est à l'homme ce que les ailes sont à l'oiseau" Jean-Pierre Rosnay

          • [^] # Re: J'admire ton dévouement et tes rêves, mais...

            Posté par . Évalué à -1.

            Moi quand je vais faire de la course pied, que je fais du fractionné, ou que je vais à un entraînement de boxe, c'est dur des fois, ben pour moi "je me la coule douce" car c'est une passion et que cela ne me fait pas vivre.
            J'aimerai bien ne faire que cela. Mais entre "travailler dur" pour sa passion, et travailler dur en étant agriculteur ou maçon je trouve que cela n'est pas la même chose.
            Et si tu es tombé sur des personnes qui se levaient tôt (en Afrique du Sud il ne doivent pas avoir le même financement qu'ici) tant mieux. Mais contrairement à ce que tu penses, ce n'est pas le cas de tous les intermittents du spectacle.

            Après faut il être passionné ? oui, certainement, à condition de subvenir à ses besoins et non pas se faire "sponsoriser" pour cela. Lis mon exemple et tu verras de quoi je parle.

            • [^] # Re: J'admire ton dévouement et tes rêves, mais...

              Posté par (page perso) . Évalué à 5.

              Un peu en vrac :

              Depuis 30 ans je bosse avec ou pour des intermittents du spectacle. Alors oui bien sûr c'est évident qu'il y a des feignants. Ils sont victimes du strass et des paillettes vus à la télé, ils croient que c'est facile. Mais bien entendu c'est l'opposé. Comme dans tous les métiers ceux qui se la coule douce ne font pas long feu. Et les stars bossent autant que les autres. Il faut être très naïf pour croire le contraire.
              J'ai lu ton exemple. Il se trouve que j'ai aussi fait du sport, intensivement, de haut niveau même parce que j'ai eu la chance d'avoir un club super balaise. L'un de nous a continué, vivotant quelques années, peut-être avec l'aide sociale, en pratiquant à fond, comme ton copain. C'est comme ça qu'il a pu en faire son métier (spéléo et canyoning), ses cotisations sociales remboursant en quelque sorte les aides perçues auparavant. Parce que ces choses-là : le sport, la littérature, le talent, … ne s'apprennent pas à l'école mais en pratiquant.
              Tu déduis de ton propre sentiment que les autres se la coule douce. Mais pour toi le sport c'est un délassement. Quand on cherche à en vivre c'est tout autre chose.
              Je dévie un peu : Stallman, malgré son génie des maths et de l'informatique, a bossé dur pour développer son talent. La passion le portait, c'est vrai, mais il ne se l'est pas coulé douce.

              "La liberté est à l'homme ce que les ailes sont à l'oiseau" Jean-Pierre Rosnay

            • [^] # Re: J'admire ton dévouement et tes rêves, mais...

              Posté par (page perso) . Évalué à 10.

              Si l'on parle de « subvenir à ses besoins », au sens, besoins de base, seulement un petit pourcentage de la population y contribue : agriculture (et encore : surproduction), maçon (et encore : bulles immobiliaires, immeubles vides, etc.), santé, etc. Au final, il faut se rendre à l'évidence : de nos jours, les besoins de base ne suffisent plus à créer de l'emploi pour la plupart de la population. La plupart travaille aujourd'hui pour produire des services apportant des commodités additionnelles, que ce soit matérielles ou intellectuelles, en gros comme quasiment tous les artistes. Certaines de ces commodités trouvent une façon viable voire fructueuse d'être commercialisées dans une économie de marché et d'autres n'ont pas cette chance.

              Si ce qui t'inquiète, c'est de payer pour des services qui ne te bénéficient pas personnellement, je t'invite à t'exprimer lors des élections et voter pour un parti supprimant ce genre d'aides ;-) Ceci dit, dis-toi par exemple qu'un simple achat d'une voiture électrique (article de luxe, je dirais) représente plus d'argent issu de subventions et de tes impôts qu'une année complète de RSA (c'est pas une blague) - tu vas vite découvrir des fuites d'argent issu de nos impôts bien plus grandes et inutiles que celles d'aider les professions qui ont du mal à être économiquement viables dans notre système.

        • [^] # Re: J'admire ton dévouement et tes rêves, mais...

          Posté par (page perso) . Évalué à 4.

          Ben tiens, mon poteau Johann Riche partage cette petite intervention de Christophe Bonnefoy, suite à un concert mémorable. C'est tout à fait à-propos :

          T'as vu hein comme c'est facile de faire de la musique, de sortir un album en deux temps, trois mouvements. Tu couches quelques mots sur le papier, tu griffonnes quelques notes sur la portée et hop, t'as une #humanité qui enfin s'accepte comme elle est et te fait même rêver.
          T'as vu comme tout paraît évident sur scène ? Tu grattes la basse, tu tortures ta guitare, hop hop, l'accordéon chante comme par magie, la batterie te fait quasiment penser à une bande pré-programmée, tellement ça semble parfait. Et il te suffit de poser la voix.
          Sauf que la musique, c'est rien de tout ça. C'est comme la littérature, c'est comme la photo, c'est comme la peinture, la sculpture… à quelques rares exceptions près, rien ne s'improvise. C'est du talent à la base, oui, sans doute. Et du travail, du travail, du travail. De la souffrance même, sûrement. Des heures et des heures à recommencer, à tout balancer pour repartir de zéro.
          Et les doutes… je parle même pas des doutes, qui doivent s'exprimer à chaque note. La bonne note ? Autre chose ? On refait autrement ? Ça, ça serait pas mieux ?
          En simples auditeurs, on n'imagine même pas ce qui se cache derrière le résultat. Tout le cheminement pour en arriver là… Les engueulades mêmes, les soufflantes, les coups de colère, l'envie de tout laisser tomber…
          Salut amical à ceux qui en bavent parfois avant d'arriver à prendre leur pied sur scène… ;-) Johann Riche, Franck Phan, Geoff Dugmore, Alice Botté, James Eller, Damien Saez…

          "La liberté est à l'homme ce que les ailes sont à l'oiseau" Jean-Pierre Rosnay

    • [^] # Re: J'admire ton dévouement et tes rêves, mais...

      Posté par (page perso) . Évalué à 5.

      Avant de renoncer, peut-être élargir la recherche de fonds, surtout que le cinéma au sens large est soutenu, en France !

      Avez-vous de l'aide du CNC, ou bien pouvez-vous prétendre au CIR ?

  • # Don don don!

    Posté par . Évalué à 6.

    En tout cas moi ça me donne de plus en plus envie de faire une donation à GIMP :)

    Je donne déjà à d'autres projets libres (tout les mois) mais je n'ai toujours rien donné à GIMP et comme je m'en sert occasionnellement… ben un petit don ça serait pas mal…

    Bonne continuation.

    • [^] # Re: Don don don!

      Posté par (page perso) . Évalué à 5. Dernière modification le 04/01/19 à 13:28.

      GIMP a récemment reçu un don de 100 000 dollars de la part de Handshake.org. Les dons à GIMP semblent servir uniquement pour l'achat de matériel ou le financement de rencontres, de hackathons. C'est très bien, mais ça ne finance pas directement les développeurs.

      Si tu préfères que ton argent serve à la correction de bugs, l'amélioration des performances ou l'ajout de nouvelles fonctionnalités, il vaut mieux donner directement aux développeurs : projet ZeMarmot dans le cas de Jehan ou celui d'Øyvind Kolås.

      • [^] # Re: Don don don!

        Posté par (page perso) . Évalué à 6.

        Je confirme. GIMP n'a pas de structure permettant de payer des salaires. Bon si on le voulait vraiment vraiment, on pourrait peut-être le faire par la fondation GNOME. Mais même là, je suis pas sûr que ce soit vraiment possible. Car comme tout employé, il faut des gens pour gérer, administrer, etc. Autant pour juste payer du matos ou organiser les rencontres de développeurs, c'est simple (on envoie des factures, des raisons/compte-rendus, GNOME prend des frais de gestion et rembourse; je dis ça un peu en flou car je ne suis même pas sûr du deal exact, je n'ai jamais eu de contacts directs avec la fondation GNOME pour ces questions là et n'ai même absolument aucune idée de l'argent qui est dans le compte de GIMP, chez GNOME, à ce jour), autant employer c'est une autre étape et je pense que personne ne veut la passer.

        Je sais que LILA est prêt à passer cette étape si elle avait ces fonds là (l'asso l'a en fait déjà passée depuis quelques années avec des fonds ridicules!). Mais GNOME a d'autres chats à fouetter et du côté de GIMP, qui (parmi les bénévoles) va vouloir être "responsable" de ceux qui sont payés?

        Il faut voir "GIMP" comme le côté communautaire du logiciel. Si c'est cela que vous voulez aider, alors il faut donner à GIMP. Si vous voulez aider pour que les bénévoles puissent se rencontrer physiquement de temps en temps (ce qui est super important d'ailleurs! Je ne veux surtout pas donner l'impression que ça n'est pas utile; sans ces rencontres, je ne sais pas si je serais devenu un si gros contributeur, et ZeMarmot n'aurait peut-être jamais existé, qui sait?!) ou pour aider au renouvellement de matériel de base, alors c'est GIMP la cible de donation.

        Mais clairement si vous voulez aider à une professionnalisation du développement de GIMP, faut donner à ceux qui veulent cela, c'est à dire soit en effet Øyvind Kolås (développeur de GEGL) qui a un financement perso, soit LILA/ZeMarmot qui finance une partie majeure du développement de GIMP depuis plusieurs années (à travers moi en tant que dév, mais même Aryeom; beaucoup d'amélioration sont en effet dûs à l'utilisation pro et quotidienne par une réalisatrice/animatrice professionnelle, qui donne donc un retour constant). Et si ce financement évolue bien, LILA engagera plus de développeurs, comme expliqué dans la news.

        Film d'animation libre en CC by-sa/Art Libre, fait avec GIMP et autre logiciels libres: ZeMarmot [ http://film.zemarmot.net ]

        • [^] # Re: Don don don!

          Posté par . Évalué à 2.

          Et leur facturer des prestations?
          On parle tout de même de 100 000€? Je trouverai ça hallucinant que ça ne finance/récompense pas spontanément des développeurs/contributeurs majeurs, d'une manière ou d'une autre.
          Si on veut aider les développeurs alors il faut passer par un autre canal? En te lisant, j'ai l'impression que les donations financent plein de trucs SAUF les contributeurs. C'est déroutant non?

          • [^] # Re: Don don don!

            Posté par (page perso) . Évalué à 5.

            Et leur facturer des prestations?

            Effectivement ça pourrait être une bonne solution.

            Si on veut aider les développeurs alors il faut passer par un autre canal?

            LILA reste tout de même un canal assez direct avec le développement de GIMP. Mais certes ça s'appelle pas "GIMP".

            En te lisant, j'ai l'impression que les donations financent plein de trucs SAUF les contributeurs.

            Ça finance les contributeurs de manière indirecte. Ça nous paye les trajets à des évènements tels Libre Graphics Meeting (que certains d'entre nous ne pourraient sûrement pas payer aisément, dont moi) ainsi que du matériel (nouvel ordi, ce qui certes arrive une fois tous les très longtemps car on est assez écolo; je viens d'ailleurs de changer mon ordi après au moins 8 ans de bons et loyaux services). Mais oui, ce sont pas des salaires.

            Ensuite soyons clair: je ne suis pas en train de dire que c'est bien ainsi. J'adorerais que cet argent soit redirigé vers de vrais salaires (ou des factures pour du développement effectivement, qui peuvent ensuite se transformer en salaires), etc. Il y a cependant un peu de résistance, surtout de quelqu'un qui trouve que ce ne serait pas juste d'utiliser l'argent ainsi par rapport à certains développeurs bénévoles ou à d'anciens dévs, etc. Perso je ne trouve pas cet argumentaire très solide mais je ne souhaite pas non plus créer de polémique interne autour de questions monétaires. Alors je me contente de dire aux gens que s'ils veulent vraiment financer des salaires, c'est LILA qu'il faut viser. :P

            Ensuite on verra, peut-être que ça évoluera (j'espère aussi), mais pour l'instant c'est ainsi que sont les choses.

            Film d'animation libre en CC by-sa/Art Libre, fait avec GIMP et autre logiciels libres: ZeMarmot [ http://film.zemarmot.net ]

  • # Travail top ! Ne lâchez rien !

    Posté par . Évalué à 7.

    Hello,

    Je comprends le besoin de fonds et d'y aller à fond !! GRRRAAAAAAAAAAAAAOOWWWWWWWWWWW

    Me comcernant, je lie également doucement art et technique.
    Je travaille à temps partiel à l'arrivée d'outils pour introduire beaucoup plus de culture artistique dans le chocolat moulé depuis 2 ans, avec une perspective entrepreneuriale lente mais des livraisons atomiques en essayant de finir souvent des petits projets internes et d'en faire une petite publicité sur les réseaux sociaux, comme une chose de plus dans mon Portfolio de savoir-faire.

    J'ai trouvé un moyen d'auto-financement risqué mais efficace, le temps de trouver une rentabilité.
    Je suis developpeur/ingénieur freelance, travaillant 50-75% de l'année. J'ai continué ce que j'ai appris en SSLL mais à mon compte, et mes projets chez les clients dépassent rarement 3-6 mois, à cause de la taille du client et des spécialités choisies.
    J'ai déjà en brut 1.5-2x le salaire d'un ingenieur junior à cause de ce statut indépendant. Ceci me permet de commander quelques travaux à des artistes ou artisans chocolatiers et de finir vite des petits projets livrés qui challengent ma R&D en moulage 3d alimentaire et me font travailler ma technique avant que je ne la présente plusieurs fois par an à d'autres designers.
    Je suis le middle man : je recois la commande à faire, contacte un artiste et le paye (au début pas forcément, c'est une histoire d'amitié), crée en temps réel les moules nécéssaires à partir de l'oeuvre d'art, fais travailler un pâtissier avec ces moules, fais livrer.
    Comme développeur, vous êtes aussi middle-man, dans un modèle d'édition logicielle interne ! Et des Studios de prod audio-visuelle font travailler des gens comme vous à plein temps, avec peut-être des 10aines de projets artistiques par an, pas juste 1 seul (c'est risqué financièrement de mettre tous ses oeufs dans le même panier) !

    Avez-vous vu des types d'activités qui vous font gagner plus et vaudraient le coup d'être multipliées ?
    Presque tous les 3 mois, je m'assieds avec une appli mobile de remplissage de Lean Startup Canvas et re-rédige en 10-15 post-its virtuels à quoi ressemble mon activité de chocolaterie. Selon les projets culturels, mariage, baptême ou business (branding de marque) que je réalise, sous forme d'atelier public, conseil ou production artisanale, je pivote ou cumule plusieurs business modèles, dont certains perceront plus un jour que d'autres mais se complèteront.
    Est-il temps de pivoter ?

    J'ai l'impression que vos compétences valent de l'or (en freelance vous seriez peut-être à 500-1000€ jour), mais que le contexte de leur valorisation financière recurrente n'est pas encore trouvé.

    Ce que je vois, en suivant pour ma part les développements de Blender, Inkscape et IceSL…

    C'est que :
    - l'achat de quelque chose de concret (ex : un DVD & acces Cloud privé) mord bien plus envie que le don même déduit ! Privilégier cette voie peut amener des financements qui en amènent d'autres ;
    - la plupart des projets artistiques creative commons financés par un hybride communauté / bourses, sont aboutis techniquement et en termes de présentation, mais plutôt vides de sens, culture ou spiritualité dans leurs scenarios.. on n'est pas sur du Victor Hugo ou du cinéma d'auteur ; peut-être qu'en misant un peu plus sur du patrimoine ou du connu (même Michael Jackson fait partie du patrimoine !!), des fonds publics ou une meilleur visibilité pourraient venir ;
    - les projets sortent parce que les clients payent pour un projet qu'ils ont co-imaginé avec une deadline, et parce que les artistes embauchés sont rôdés pour sortir une partie de leurs multiples projets annuels vite ;
    - le monde regorge d'artistes maitrisant l'outil numérique, si l'un des artistes n'est pas disponible ou performant, un autre le sera ;
    - la qualité artistique, le délai de livraison et la qualité de rendu priment sur les outils, pratiques ou pas, open-source ou pas ;

    Monsieur le Francais de France, à moins de voyager géographiquement et dans plusieurs métiers (dont des métiers manuels!) a un caractère janséniste haissant l'argent tout en le cherchant, têtu, perfectionniste, ultra-altruiste, jamais content, très économe, connaisseur de qualité, fort en théorie moins en pratique… Et il finit potentiellement pauvre, ponctionné par l'Etat ou son idéalisme, mais intelligent.
    J'ai ces traits dormants en moi, à dompter pour le meilleur !

    Si vous avez un lion un peu comme celui-ci chez vous, et que vous avez le souhait de faire de l'essence de ZeMarmot (R&D multimedia tirée par la création artistique) quelque chose de plus rentable, plusieurs idées :

    • on partage les bonnes choses !! Si vos outils d'animation sont cools, les artistes doivent les tester et utiliser dès que possible ! Il n'y a pas que l'équipe ZeMarmot qui y a droit ! Et le projet ZeMarmot n'est pas le seul projet artistique a y avoir droit.

    • alottir votre scenarios en morceaux de très peu de secondes qui sortent mensuellement publiquement au moins ; peu importe la qualité du projet final : au début la quantité de petits projets finis de mieux en mieux compte plus que la qualité d'un projet qui risque de ne jamais finir. Vu en chocolaterie, le grand public ou les enfants sont très bons public, pas chiants !! Aller, fixez-vous une ou plusieurs deadline et tenez-là ! Que le projet soit fini disons dans 4 mois en compromis qualité-durée, au bluff ! Il est temps d'être fier d'avoir sorti le projet pour en faire des tonnes d'autres après !!

    • multiplier les projets d'animation utilisant l'outil en obtenant que des élèves d'école d'Art ou d'animation le prennent en main pour un exercice ou petit projet et le tirent à ses limites. Ceci permet d'obtenir des retours du terrain et de la fidélisation long terme. Plein d'élèves crackent leur suite logicielle. Ici, la quantité d'utilisateurs de vos outils d'animation et leur préférence grandissante pour cette suite est critique.

    • testez d'autres pays pour faire utiliser votre suite par de jeunes artistes ou artistes passionnés.. le mouvement des fablabs fourmille étonnément plus à Barcelone qu'à Paris, on m'a demandé 3 ateliers à Prague après 30 minutes de conversation, 0 à Paris pour la même durée de discussion !

    • Ne perdez pas patience, le patron d'Etnies a dû revenir 10 ans après son premier essai avant qu'on s'intéresse à ses chaussures de skate ! Les artisans francais font 3-5 ans d'apprentissage avant d'oser ouvrir une boutique rentable.

    • bénissez tout investissement ou emploi public ou privé même indirect ou imparfait qui permette de bosser sur le projet en catimini le jour ou sur des jours off nombreux, bien financés comme si c'était du chomage ou du congé payé… Certains emplois explosent la tête et vous font rentrer stressé ou lessivé chez vous, d'autres vous donnent envie de continuer à faire ZeMarmot à coté. Une mission/CDD bien réussie, c'est un renouvellement possible et peut-être plus de latitude de sujet de mission sur une prochaine période (dans le secteur de la recherche particulièrement).

    La France a énormément investi depuis longtemps sur l'audio-visuel et l'animation au sens large. Les Gobelins et d'autres écoles d'animation sont connues mondialement pour leur excellence créative, avec le Festival d'Annecy comme point d'orgue annuel.
    Dans les commentaires des sites de Blender il y a quelques années, on disait "ce short est trop bien il doit être francais !".

    La France est LE pays de l'animation, vous êtes probablement au bon endroit, NE LACHEZ RIEN EN TOUS CAS !

    Mettez les bonnes choses dans de bonnes mains, vous aurez de la traction puis plus de financement continu.
    Continuez à valoriser financièrement vos compétences, c'est de l'or, tant que vous restez polyvalent et ouvert technologiquement des Studios et autres agences pourraient venir vous arracher et vous demander tout ou une partie de votre savoir-faire Gimpien ! Travailler sur du non-open source enrichit l'open-source et vice-versa (experimenté pour une compétition de patisserie il y a peu, avec un editeur proprietaire de découpeuse à jet d'eau vs. IceSL + Blender).

    Bravo !!!!
    Courage !
    L'entrepreneuriat est une guerre, vous pouvez la gagner !

  • # A fond !

    Posté par . Évalué à 5. Dernière modification le 30/12/18 à 20:31.

    Je donne déjà au projet et je continuerai de donner car vous faites un travail incroyable. Pour toutes vos contributions aux logiciels / arts libres, notamment les nombreuses contributions au logiciel Gimp. Et j'avoue que l'idée d'un studio d'animation libre est vachement bien.

  • # De la capacité financière à participer au soutien

    Posté par . Évalué à 0.

    Pour relativiser rationnellement la faiblesse du soutien financier que tu as suscité et la possible faiblesse de la croissance de ce soutien, je t'invite à prendre conscience d'à quel point le pouvoir d'achat est en berne, à quel point on se fait enfiler profondément par l'Insee sur la définition du panier de la ménagère et d'autres critères pour mesurer l'inflation et le pouvoir d'achat (et toutes les décisions politiques qui sont prises en fonction de ces chiffres officiels).

    Philippe Herlin, Docteur en économie du conservatoire National des Arts et métiers, a publié récemment son dernier livre : "Pouvoir d'achat, le grand mensonge". Il le présente dans un entretien avec un journaliste, disponible dans une vidéo publiée par Sputnik France, datée du 26 octobre 2018, titrée « Réalité contre l'Insee : quand un économiste dévoile le grand mensonge autour du pouvoir d'achat ».

    J'ai relevé particulièrement une coquille dans son discours : le fait d'annoncer avoir divisé le prix d'un bien de consommation par le SMIC, (alors qu'il a divisé par le SMIC horaire), pour avoir le nombre d'heures travaillées pour se payer ledit bien. Hormis ça, cet entretien vaut la peine d'être entendu pour t'aider à comprendre où tu en es, ce que tu peux espérer, la profonde corruption politique et intellectuelle sous la 5e république qui n'est évidemment pas une démocratie.

    Moi aussi je suis admiratif du travail que tu fais. Concernant la courte vidéo de souhaits de bonnes fêtes, j'ai noté ceci à propos des deux personnages : la mascotte de Gimp a les yeux grands ouverts, la marmotte préfère les garder fermer. Je pense que ça constitue une marge de progression en mercatique (☉ ϖ ☉). Peut-être Aryeom a-t-elle une certaine pudeur à faire ouvrir les yeux à son animal-personnage ʕ•ᴥ•ʔ lorsqu'elle le met en scène pour souhaiter de bonnes fêtes tout en espérant susciter des dons ◔_◔… Prendre conscience pour évoluer, c'est essentiel. Meilleurs voeux à vous et à chacun.

    • [^] # Re: De la capacité financière à participer au soutien

      Posté par . Évalué à 1. Dernière modification le 31/12/18 à 13:34.

      je t'invite à prendre conscience d'à quel point le pouvoir d'achat est en berne

      Le pouvoir d'achat est en hausse à l'échelle mondiale ;) (malgré la surconsommation de ressources)
      C'est en occident que le pouvoir d'achat diminue (et est LOIN d'être en berne, le Benelux étant plus riche que l'afrique entière, on a encore de la marge)

      une vidéo publiée par Sputnik France

      Alala la propagande russe propagée par des français sur les réseaux sociaux…

      🇪🇺

      • [^] # Re: De la capacité financière à participer au soutien

        Posté par . Évalué à 2. Dernière modification le 31/12/18 à 15:38.

        N'est-ce pas du déshonneur par association ? Que fais-tu de tous ses autres passages en médias ? Quelques morceaux choisis :

        • Article d'Arrêt sur images le 29 novembre 2018 ;
        • Invité dans "L'heure des pros" de Pascal Praud sur Cnews, 1e partie (intervention à 1'50, 4'20, 24'15, 31'10), 2e partie (intervention à 0') le 20 novembre 2018 ;
        • Cité dans l'édito de Myret Zaki dans le magazine suisse Bilan le 23 octobre 2018 ;
        • Invité de l'émission Superfail de France Culture le 22 octobre 2018 ;
        • Invité sur Arte dans 28Minutes (à partir de 12'25) le 30 octobre 2018 ;
        • Marianne fait sa une sur le livre et publie publie plusieurs extraits le 5 octobre 2018.

        Propagande russe, tu es sûr ?

  • # don

    Posté par . Évalué à 5.

    Felicitations ! J'ai augmenté ma petite contribution mensuelle.

    Pour ceux qui veulent contribuer sans se poser trop de questions, un petit virement récurrent est très facile à mettre en place et plus rien à faire ensuite. A mon avis, même de petites sommes comme 1€ / mois servent, si le nombre de donateurs est très important.

  • # Trop d'axes de développement

    Posté par (page perso) . Évalué à 10. Dernière modification le 31/12/18 à 16:15.

    Je suis un peu du même avis que Tanouky. ZeMarmot est un projet génial et j'admire tout ce que tu produis pour GIMP mais je pense que tu mènes trop de combats simultanément. Sur certains aspects je retrouve ce que j'ai vécu en mon temps alors que je développais Plee the Bear.

    J'apprécie réellement le regain d'énergie dans GIMP, les sorties fréquentes, la réactivité améliorée, etc. J'en profite pour te remercier d'ailleurs car c'est clairement grâce à toi. Tu es un excellent développeur pour GIMP, c'est un métier, ça te demande beaucoup de temps et d'énergie et ça ne t'apporte pas de quoi vivre.

    Tu rédiges d'excellents articles pour parler de GIMP et de ZeMarmot que je lis avec grand plaisir sur LinuxFr. De fait, tu t'occupes des relations publiques (RP). C'est un métier aussi ; te voilà avec deux jobs. Je ne sais pas quel est ton débit d'écriture, personnellement il me faut plusieurs jours pour écrire des articles comme les tiens, le temps d'appuyer les affirmations, concevoir les illustrations et corriger en relecture. Là encore c'est du temps, de l'énergie, et ça ne t'apporte pas de quoi vivre.

    À côté de tout ça tu t'occupes de l'association LILA et tu organises des ateliers, expositions, etc. Hop, ça te fait un troisième job :)

    Félicitations, très sincèrement. Ce que tu construis est titanesque.

    Maintenant laisse-moi te parler de ma propre expérience. Il y a 13 ans je me suis lancé avec un ami développeur dans le développement de Plee the Bear, un jeu vidéo libre. Quand je dis « libre » je parle bien d'un projet totalement libre ; code en GPL, assets en CC-by-sa, et développé uniquement avec des logiciels libres : sous Linux, avec GIMP, Emacs, Rosegarden… D'ailleurs je notais même dans les notes de la première version que « même la version Windows est compilée sous Wine avec des logiciels libres. » Je pense que tu te retrouves dans cette approche, non ?

    L'expérience fut plutôt agréable, nous avions beaucoup de plaisir à développer le jeu, nous l'avons présenté aux RMLL à deux reprises, nous l'avions présenté dans des soirées dans un bar nantais. Ce furent de bons moments et nous avions des retours très encourageants. Nous avions écrit une bible du jeu et nous avions fait une demande de financement au CNC (que nous n'avons pas obtenu). Quand je regarde tout ça j'apprécie encore la richesse de ce que nous avions imaginé et toute l'expérience de production que cela nous a apporté.

    Nous avons passé énormément de temps à développer notre jeu sans voir, comme quasiment tous les jeunes développeurs indépendants, que nous allions dans le mur. La finalité n'était même pas de gagner de l'argent avec ce jeu, mais simplement de le finir pour que les joueurs le voient. Nous étions convaincus que le projet serait plié en trois ans.

    En réalité nous avons passé notre temps sur des problématiques techniques, à ajouter des trucs dans le moteur pour que le développement soit plus simple, pour que notre jeu soit plus fun ; tout sauf la réalisation du jeu en lui-même. Nous n'allions nulle part.

    Un peu comme toi, nous avions un point de vue produit très orienté technique et outils, et éthique bien sûr : tout est libre ! Quand il fallait parler du produit c'était un énorme effort de notre part et les retombées étaient très faibles. La rédaction d'articles comme tu le fais était une vraie corvée pour moi et lorsque je les publiais je voyais surtout la quantité de choses que nous souhaitions et qui n'était toujours pas commencée. Nous aurions voulu des contributeurs, des dons, ne serait-ce qu'en guise de motivation, mais l'effort pour les obtenir étaient démesurés. Toi tu gères bien la communication et pourtant j'ai l'impression que les contributions sont aussi très faibles.

    Maintenant tout cela est loin, j'ai un peu de recul et j'ai l'expérience du développement de jeux vidéos dans un vrai studio. Maintenant je me dis « qu'est-ce que j'imaginais ? ».

    Après quelques mois dans ce studio je me disais déjà que c'était incroyablement confortable d'avoir quelqu'un de différent sur chaque poste : programmeur, producteur, illustrateur, UI/UX, mais surtout un commercial, un responsable RP… Nous avons développé de nombreux jeux, certains ont coûté énormément d'argent, d'autres ont étés développés en mode éco. Et finalement, comme tout le monde dans le métier, nous devons admettre qu'il n'y a pas de recette. Il ne suffit pas d'y croire, ni d'investir énormément ; des fois ce que l'on croit être un hit est un flop, ce que l'on croit être sans valeur met à manger dans nos assiettes. Nous sommes quarante et nous sommes tous bons dans nos métiers respectifs, pourtant nous ne somme pas à l'abri de l'échec. Alors franchement, qu'est-ce que j'imaginais ?

    Et toi, qu'imagines-tu ?

    Que ZeMarmot, LILA et GIMP t'apportent une satisfaction personnelle, je n'en doute pas. Que tu obtiennes un salaire régulier via des dons, ça commence à être chaud. Que tu trouves des mécènes pour couvrir tout le développement de ZeMarmot, je pense que c'est utopique. Tu parles de construire un studio autour d'un produit et je me demande surtout si ce produit sortira un jour.

    Si je comprends bien ton discours tu investis du temps dans tes projets et les financements serviront au final à acheter plus temps, celui de l'équipe en place pour qu'elle s'investisse complètement et celui de tiers qui viendront grossir l'équipe. Ça me semble assez classique. D'où ces financements peuvent-ils venir ?

    • Les dons. Tu en demandes et en reçois depuis longtemps maintenant, et c'est loin de couvrir un salaire. Je pense qu'aujourd'hui tous ceux qui étaient prêts à te faire un don sont au courant, l'ont fait ou le font régulièrement. Je doute que ça puisse encore augmenter de manière suffisante. D'ailleurs, connais-tu d'autres personnes qui vivent convenablement de ce genre de dons ? Que représentent-ils dans la masse des gens qui souhaitent vivre de ce mode de financement ? Beaucoup de projets très utiles sont développés par des passionnés qui n'en tirent aucun bénéfice financier, pas même de quoi vivre dans le confort qu'ils souhaitent. Comment vas-tu faire mieux ?

    • D'un appel à financement type Ulule, Kickstarter… Organiser une campagne de financement est déjà un job à plein temps, te voilà avec un nouveau métier :) Combien vas-tu demander ? As-tu une idée du coût de production pour terminer ZeMarmot ? Pour le diffuser ensuite ? Demanderais-tu une petite somme juste pour prendre la température ? Comment financerais-tu la suite ?

    • D'un job alimentaire, de commandes client qui vont te demander du temps de prospection, de suivi, de réalisation et qui peuvent entrer en conflit avec tes principes. C'est jouable et ça revient à gérer deux entreprises en simultané. As-tu du temps pour ça ? Veux-tu doubler ta charge de travail ? Es-tu prêt à déléguer le développement pour devenir gérant ?

    • D'investisseurs, d'un prêt bancaire. Ces gens te prêteront de l'argent contre une promesse de remboursement dans un délai raisonnable et contre un investissement de ta part en fonds propres. Arriverais-tu à les convaincre ? As-tu une grosse somme d'argent à investir dans ton projet en guise de preuve que tu y crois ? As-tu réalisé un budget prévisionnel ? Comment les investisseurs récupéreront leur argent ? Comment financeras-tu les productions suivantes ?

    Toutes ces questions, je les ai ignorés en mon temps. Tout d'abord je n'en avais pas conscience, puis lorsqu'on m'a orienté sur ces problématiques mon cerveau de techos les a gentiment ignorées et est retourné se pencher sur des problématiques de développement. Malheureusement c'est hyper classique, tous les jours des créatifs sortent des produits qu'ils aiment de toute leur âme et qui tombent dans l'oubli en une minute. Nous avons les yeux sur notre produit et nous ignorons que le monde c'est avant tous les autres. Le monde est fait de beaucoup, beaucoup de gens qui ne sont pas dans notre délire ; beaucoup de gens qui sont tout simplement inconscients de ce qui est nécessaire pour produire ce qu'ils consomment.

    Moi et d'autres nous avons ignoré ces problématiques, et toi es-tu prêt à te pencher dessus ? Je suis quasiment sûr que lire tout cela t'es désagréable mais, sincèrement, je te souhaite de passer au niveau au dessus et de réussir sur ces points où beaucoup ont échoué avant toi.

    Imagine : ZeMarmot est réellement terminé, complètement monté, les DVDs sont pressés. Ignorons un instant comment le projet en est arrivé là. Que se passe-t-il ensuite ? Qui vend le produit ? Où ? Combien ? Disons que l'asso ne doive d'argent à personne pour en arriver là, que va rapporter ce film ? Quelle est sa durée d'exploitation ? Combien doit-il rapporter pour couvrir une seconde production ? Pendant combien de temps supporteras-tu le mode de financement aux dons ?

    Tu es très talentueux, de même qu'Aryeom, et vous investissez beaucoup d'énergie dans ces projets. C'est très bien si le but est d'acquérir de l'expérience, de devenir meilleurs dans vos métiers. Mais si vous souhaitez en vivre je vous conseille de reprendre les bases : combien ça coûte, où est l'argent, comment le récupérer. Adoptez un commercial ou un producteur, adaptez votre produit aux potentiels de revenus. Pour l'instant je vois malheureusement surtout beaucoup d'énergie dépensée dans un projet à l'avenir incertain et prenant une route extrêmement difficile :/

    • [^] # Re: Trop d'axes de développement

      Posté par . Évalué à 6.

      Pour ce qui est du financement, j'ai l'impression que le don est la voie privilégiée par Jehan et Aryeom : c'est un mode de financement assez en phase avec les logiciels / l'art libre : financer la production, puisqu'elle peut être diffusée gratuitement (l'édition du logiciel étant par exemple une adaptation du système marchand au monde immatériel). C'est une économie du don, je trouve ça intéressant dans ce contexte (ce qui n'empêche pas de réfléchir à des financements complémentaires).

      Ce n'est effectivement pas facile à mettre en place, ça nécessite une certaine culture du don dans la société, mais cette culture n'est pas tout à fait inexistante : beaucoup de gens donnent à des associations, simplement le domaine du logiciel n'est pas forcément ce à quoi on associe le don (financier) en général. L'art un peu plus déjà. Et ce n'est pas pour ça que c'est une cause perdue… tu considères que le nombre de donateurs est plafonné, je serais moins catégorique à cause du point précédent : continuer à porter le projet peut mener à augmenter le nombre de ceux qui réfléchissent à donner à des projets libres.

      Les quelques 1000€ par mois que collecte LILA c'est l'équivalent de 20 personnes (dans le monde !) qui décident de donner 50€ par mois à un projet qu'elles ont vraiment envie de soutenir (le projet artistique, mais aussi ce qui va derrière et dont parle Jehan). On peut faire le calcul de différentes manières, mais je ne pense pas qu'on ait épuisé les réserves mondiales de dons potentiels à ce projet.

      Jehan n'a pas dit non plus que son rêve devait se réaliser entièrement d'ici 1-2 ans : je préfère rester optimiste et considérer que c'est en route, merci à lui et Aryeom de le porter, et bravo pour les résultats obtenus jusqu'ici !

      • [^] # Re: Trop d'axes de développement

        Posté par (page perso) . Évalué à 6.

        Je pense aussi qu'il pourrait y avoir bien plus de donateurs. Pour rester dans le financement participatif de projets culturels, David Revoy touche 2927 dollars pour chaque nouvel épisode de Pepper&Carrot et Maliki semble gagner plus de 10 000 euros avec son Tipeee (bon, après, il y a les commission et tout le tralala, mais quand même).

        Par contre, ils sortent régulièrement de nouveaux contenus. Le gros souci des films d'animation, c'est qu'il faut bien plus de monde que pour de la bande dessinée et que ça prend infiniment plus de temps.

        Ensuite, d'en parler régulièrement sur LinuxFR, c'est bien, mais clairement, il faudrait toucher de nouveaux publics. À commencer par les sites dédiés à l'animation. En faisant une recherche Google de ZeMarmot sur le site de Catsuka, je vois que le projet n'a jamais été cité là-bas. Et pourtant, pour avoir suivi ses émissions du temps de Nolife, je suis sûr qu'il adorerai parler de ZeMarmot.

        Même recherche sur Animation World Network, Animation Magazine, Traditional Animation et tout un tas d'autres sites dédiés à l'animation, et à chaque fois, même résultat, pas la moindre citation à ZeMarmot.

        Toucher les quelques utilisateurs francophones de logiciels libres qui pourraient être intéressés par GIMP, c'est bien, mais toucher les fans d'animation au niveau mondial, ça serait tout de même mieux.

        • [^] # Re: Trop d'axes de développement

          Posté par (page perso) . Évalué à 7.

          En faisant une recherche Google de ZeMarmot sur le site de Catsuka, je vois que le projet n'a jamais été cité là-bas. Et pourtant, pour avoir suivi ses émissions du temps de Nolife, je suis sûr qu'il adorerai parler de ZeMarmot.

          Même recherche sur Animation World Network, Animation Magazine, Traditional Animation et tout un tas d'autres sites dédiés à l'animation, et à chaque fois, même résultat, pas la moindre citation à ZeMarmot.

          Le problème de tous ces sites, comme de tout le monde (ici aussi d'ailleurs comme on le voit dans les commentaires), c'est qu'ils ne parlent que du résultat, pas du chemin parcouru. Lors de notre tout premier crowdfunding d'ailleurs, on avait contacté Catsuka/Nolife et on avait même eu une réponse (pas automatique, mais physiquement d'une personne, donc a priori y avait au moins un début d'intérêt). Puis plus rien. J'ai bien relancé 2 fois (je viens de vérifier mes emails) mais silence radio depuis cette unique réponse. Les autres sites dont tu parles (que je connais aussi pour être abonné à leurs flux RSS), j'en parle même pas. Leurs nouvelles ne concernent que les gros hits holliwoodiens du moment, ou les courts métrages de gens célèbres, ceux qui ont eu des prix, etc. Je dis pas qu'ils pourront pas parler de nous un jour, mais c'est seulement si le film sort et arrive à se faire son petit succès.

          Ensuite je suis pas là pour juger et ne leur en ai jamais voulu non plus. Je peux tout à fait comprendre que c'est très dur de croire en un projet inconnu (par des gens inconnus eux-même), même si heureusement certains le font (on a eu un peu d'exposition sur Numerama, Reflets, même TV5Monde et des télés ou journaux régionaux, telle des News de France 3), ce qui reste de courtes mentions et sans réel conséquences. Pour les autres qui n'y croient pas, je prends donc sur moi.

          Néanmoins les faits sont là: tant que soit on n'a rien sorti qui ait gagné X compétitions internationales ou qu'on n'est pas un peu connu soi-même au préalable (même pour des choses sans rapport), on ne nous donne pas autant de chances et on doit se prouver soi-même constamment. :-/

          Pour info, on a essayé beaucoup des choses qui nous sont proposés régulièrement (que ce soit pour des financements publics ou privés comme pour contacter un tel ou un tel pour le "marketing"), cela prend énormément de temps et j'ai pas eu un seul "gros" succès (c'est à dire un gros retour sur investissement, temporel notamment, qui ait valu le coup). À ce jour, seul le simple financement participatif et donner nos nouvelles là où on peut a porté quelques fruits. Alors c'est ce sur quoi on se concentre car on n'a pas de temps infini à y consacrer.

          Ensuite je veux bien me tromper et si qui que ce soit veut nous aider à en parler autour et à nous faire passer sur Catsuka ou un site dédié à l'animation, on sera heureux d'être contacté pour parler du projet.

          Film d'animation libre en CC by-sa/Art Libre, fait avec GIMP et autre logiciels libres: ZeMarmot [ http://film.zemarmot.net ]

          • [^] # Re: Trop d'axes de développement

            Posté par (page perso) . Évalué à 7.

            Bon, ça fait un moment que je me retiens de commenter alors allons-y.

            Ca ne me surprend pas trop qu'ils faillent démontrer des choses parce que, oui, les fonds sont limités donc entre des gens qui ont fait des choses reconnues (certains le font dans le cadre de leur projet d'étude dans une école d'animation par exemple) et d'autres qui n'ont pas montré grand chose, je suppose que le choix est vite fait. Et est-ce vraiment incompréhensible ?

            Pour ce qui est de l'aspect "connu avant", perso, j'ai fait le choix de ne pas passer mon temps à me vendre sur les réseaux sociaux mais de plutôt faire du vrai travail à la place. Et bien, je sais bien que je le paye d'une manière ou d'une autre. J'aurais moins d'opportunités que quelqu'un qui fait le choix inverse. Parfois, je trouve ça un peu relou mais c'est comme ça que ça marche donc j'assume.

            Je vais me faire l'avocat du diable mais ce que j'ai vu du projet ne m'a pas vraiment intéressé au niveau artistique : l'histoire telle que que je l'ai perçue ne m'a pas parlé, j'ai trouvé ça bateau et un peu nian nian, la réal graphique, pas vraiment non plus. Quand je compare à la claque que j'avais prise en voyant la bande annonce de Idiots and angels de Plympton ou à https://vimeo.com/50624100, ben voilà. Alors, c'est sûr, les moyens ne sont pas les mêmes mais faut-il forcément des grands moyens pour être inventif et créer de l'envie ?

            Et d'un autre côté, faut-il forcément être inventif pour faire un truc chouette ? Sans doute pas forcément. Mais ça aide à soulever les foules.

            Après, je trouve le fait de bosser de concert artiste-logiciel très intéressant mais si vous voulez vraiment toucher un public plus large, c'est la partie résultat graphique/histoire qui va jouer, pas les améliorations logicielles (qui marchent bien sur une cible utilisateurs de logiciels libres).

            L'autre point qui pose sans doute souci est qu'au départ vous aviez fait un crowd-funding avec un montant fixe et le fait de produire quelque chose par rapport à cela - forcément court vu le montant atteint du crowd-funding. Et au bout du compte, ben, je n'ai pas vu ce résultat (note que je m'en fous personnellement vu que comme indiqué, ça ne m'a pas parlé donc je n'ai pas participé). Mais le côté truc au long cours alors qu'il y avait au départ un objectif donné, ça peut aussi jouer sur ce que les gens perçoivent. Vous aviez sans doute sous-estimé le travail nécessaire mais voilà quoi.

            Loin de moi l'idée de vous décourager mais c'était juste pour partager l'avis de quelqu'un qui ne participe pas, parce que bien que sensible à l'approche de mêler métier + développement logiciel, je n'utilise pas Gimp et ne suis pas du tout sensible à ce que j'ai pu voir de la production artistique. C'est forcément très personnel et ça vaut ce que ça vaut.

            • [^] # Re: Trop d'axes de développement

              Posté par (page perso) . Évalué à 4.

              Pour ce qui est de l'aspect "connu avant", perso, j'ai fait le choix de ne pas passer mon temps à me vendre sur les réseaux sociaux mais de plutôt faire du vrai travail à la place. Et bien, je sais bien que je le paye d'une manière ou d'une autre. J'aurais moins d'opportunités que quelqu'un qui fait le choix inverse. Parfois, je trouve ça un peu relou mais c'est comme ça que ça marche donc j'assume.

              Exactement de même pour nous. On assume aussi (comme expliqué dans mon message précédent), mais c'est vrai que plus d'une fois on a trouvé cela relou nous aussi. ;-)

              Je vais me faire l'avocat du diable mais ce que j'ai vu du projet ne m'a pas vraiment intéressé au niveau artistique : l'histoire telle que que je l'ai perçue ne m'a pas parlé, j'ai trouvé ça bateau et un peu nian nian, la réal graphique, pas vraiment non plus.

              Chacun ses goûts. On n'est pas là pour forcer les gens. :-)

              Ensuite l'histoire et le graphisme ne sont qu'une toute petite part d'un film. Déjà y a très peu d'histoires "pas bateau". Surtout de nos jours où quasi tout a été fait et refait 10 fois. C'est assez rare maintenant que je lise un thème ou un synopsis de film en me disant "wah ça a l'air cool, ça a jamais été fait". Au contraire, très souvent je lis un synopsis en me disant que ça a l'air encore d'une histoire bidon, mais au final c'est parfois la réalisation, l'ambiance ou les dialogues (ou un autre critère) qui me fait sortir du ciné avec un bon ressenti.
              De même qu'il m'arrive aussi de lire un synopsis qui a l'air vraiment cool (et peut-être même pas surfait/bateau pour une fois! Un des rares cas où on se dit "quelque chose d'original!") et de ressortir super déçu de l'exécution.

              Enfin bon, je dis pas que ce sera le cas de ZeMarmot. Peut-être que ce sera super chiant et que les gens détesteront (je touche du bois). Mais se baser sur l'histoire pour dire ça… j'en suis presque à me demander si tu vas au cinéma! (petite pique, j'espère que tu me pardonneras! :P)

              Dans tous les cas, on n'a jamais prétendu être l'histoire du siècle. Au contraire, notre film se veut simple et agréable. Aryeom aime dire que c'est un "healing movie".

              Alors, c'est sûr, les moyens ne sont pas les mêmes mais faut-il forcément des grands moyens pour être inventif et créer de l'envie ?

              Les moyens et l'inventivité n'ont certes aucun rapport, mais les moyens sont absolument nécessaires pour rendre ton "inventivité" concrète (note que je mets "inventivité" entre guillemets car je doute très sincèrement que ce soit ce qui compte le plus dans ce type de projets; mais c'est un détail, car on peut faire le même constat pour probablement toute qualité personnelle). On parle d'un métier où passer un mois pour 1 minute d'animation de qualité moyenne est classique (et je parle juste de l'animation, ce qui n'est qu'une partie du produit final).

              Alors oui, avoir les moyens et ne pas l'avoir fait toute la différence. Tu peux avoir toute l'inventivité (ou autre qualité géniale) du monde, si tu es seul pour faire un film d'animation, ça va être plus dur à créer. :-)

              Mais le côté truc au long cours alors qu'il y avait au départ un objectif donné, ça peut aussi jouer sur ce que les gens perçoivent. Vous aviez sans doute sous-estimé le travail nécessaire mais voilà quoi.

              Il y avait peut-être un peu de sous-estimation mais il y avait surtout une connaissance de nos limites de popularité (c'est un peu une litote, car comme toi, on n'était pas sur les réseaux sociaux; à ce jour je n'ai toujours aucun compte perso; Aryeom en avait mais à peine utilisé => aucun de nous n'a jamais été vraiment en recherche d'attention et on est soudainement passé dans un projet nous forçant à devenir des figures plus ou moins publiques). On savait qu'on ne pouvait pas demander 100 000 €. On les aurait jamais eu et donc le projet serait mort dans l'œuf. Donc on a essayé d'avoir au moins un minimum pour lancer le projet et essayer d'avoir de quoi commencer et chercher plus de fonds. C'était donc un financement méga faible en connaissance de cause.

              Mais oui clairement on est parti pas totalement à l'aveuglette mais ni l'une ni l'autre n'avions de grande expérience dans une telle aventure et on a appris (beaucoup) sur le tas… d'où les nombreux à-coups.

              Si on devait refaire (et j'espère qu'on refera après ZeMarmot!), on ferait plein de trucs différemment!

              Ah et dernière remarque sur le côté "long cours", encore une fois, il y a simplement un manque de connaissance du milieu. Ce que tu appelles "long cours" est simplement comme ça que les films d'animation ont toujours été produits. Même les productions de films hollywoodiens ayant coûté pour les plus chers des centaines de millions de dollars durent des années (il me semble que Tangled/Raiponce détient encore le record avec 260 millions de dollar pour 6 ans de production).

              C'est vrai que ce soit pour les films à gros budget comme pour les films indépendants. C'est de l'animation, ça prend du temps et c'est tout. Dire qu'on a sous-estimé le travail parce que c'est long, c'est juste ne pas savoir comment sont faits de tels films (ce qui n'est pas une critique en soi; si tu n'es pas du dit milieu, tu ne le sais pas forcément, c'est normal).

              Tu noteras d'ailleurs qu'on n'a jamais donné un objectif temporel. On n'avait pas promis un film là tout de suite.

              Je pense que cette mode de vouloir les choses tout de suite n'est pas saine pour les humains. C'est ainsi qu'on se crée une société de l'immédiat et du mal fait. J'ai participé moi-même à un crowdfunding encore plus vieux dont le résultat n'est toujours pas sorti et j'attends encore le résultat avec espoir. Je parle de la caméra de cinéma Open-Hardware AXIOM pour laquelle j'ai déjà payé beaucoup d'argent et qui est encore en développement. Mais je me rends bien compte que ça prend du temps de créer une caméra de cinéma de qualité, de même que ça prend du temps de faire un film d'animation. Réclamer un résultat là tout de suite et dire que sinon ça donne une mauvaise image, ce n'est juste pas une vision saine du travail.

              Film d'animation libre en CC by-sa/Art Libre, fait avec GIMP et autre logiciels libres: ZeMarmot [ http://film.zemarmot.net ]

              • [^] # Re: Trop d'axes de développement

                Posté par (page perso) . Évalué à 6.

                Alors, oui, pour le ciné, voyant environ 50-60 films par an, j’y vais un peu. Voilà pour la pique :).

                Alors, on est d’accord que chacun ses goûts et j’ai bien dit que c’était personnel. Mais vu que tout le monde est toujours ultra positif sur toutes les dépêches, je voulais expliquer ce qui moi ne m’a pas parlé ou m’a gêné. C’est pas une pique. Perso, je préfère que les gens me disent ce qui leur pose souci plutôt que de m’envoyer des fleurs et que je ne comprenne pas pourquoi ça ne fonctionne pas.

                Les goûts, ça a justement beaucoup à voir avec ce genre de projet.

                C’est pas une histoire de vouloir les choses tout de suite mais oui, je pense que tu attends forcément un peu de visibilité. C’est pas de la méconnaissance du métier, c’est la réalité.

                Et il n’y avait pas de durée mais vous avez toujours dit vous-mêmes vouloir vous payer et la page indiegogo dit que 9000 euros, ce sera un film court de quelques minutes. Admettons 2000 euros par mois qui semble le minimum (moins que le minimum pour deux même), ça fait grand max 5 mois de boulot financé pour un court métrage de quelques minutes.

                Alors je veux bien que tu me fasses la leçon mais ce que je faisais remarquer me semble très cohérent avec ce que vous avez présenté initialement. Ça ne me pose pas de souci que vous ayez sous estimé le boulot mais la posture de toujours dire qu’on ne comprend rien à votre métier, bof bof. Parce que cet objectif, la volonté de se payer décemment (ce que je comprends, note bien), ce n’est pas moi qui les ai fixés. Et on sait tous faire une division.

                Mon avis, c’est que faire quelque chose de ce genre, c’est énormément de taf et d’essai/erreur et que l’estimation de départ était à la rue. Après, j’ai ptet manqué quelque chose et vous êtes peut-être partis sur un truc de 45 minutes mais du coup, ce n’est pas cohérent avec la promesse de départ, compte tenu du financement obtenu, et ca me semble compliqué parce qu’à mon sens il vaut mieux faire un truc court pour commencer et amorcer la machine vu que tu souhaites en faire un truc à long terme.

                Bon courage quand même hein, il n’y a pas d’animosité particulière. Et je te lis souvent avec plaisir par ici.

                • [^] # Re: Trop d'axes de développement

                  Posté par (page perso) . Évalué à 5.

                  C’est pas une histoire de vouloir les choses tout de suite mais oui, je pense que tu attends forcément un peu de visibilité. C’est pas de la méconnaissance du métier, c’est la réalité.

                  Ben la réalité, c'est que ça prend du temps. :-)

                  Et il n’y avait pas de durée mais vous avez toujours dit vous-mêmes vouloir vous payer et la page indiegogo dit que 9000 euros, ce sera un film court de quelques minutes.

                  Oui on disait 5 minutes et avec une qualité de dessin et d'animation assez basique. Et en fait on a non seulement monté la durée (on est plutôt dans les 8 minutes) et surtout Aryeom a décidé de garder une qualité du dessin et de l'animation sympas. Parfois elle l'a regretté, mais parfois elle est heureuse d'avoir voulu tenter l'impossible.

                  Admettons 2000 euros par mois qui semble le minimum (moins que le minimum pour deux même)

                  Même pour un, ça paye tout juste un temps plein (en considérant 151h légale par mois) au SMIC (je rigole pas, faites des simulations avec le lien Audiens donné plus haut; rappel: les cotisations sociales sont différentes dans ce contexte audiovisuel).

                  Alors je veux bien que tu me fasses la leçon mais ce que je faisais remarquer me semble très cohérent avec ce que vous avez présenté initialement.

                  Je fais pas la leçon mais je comprends vraiment pas où tu veux en venir. On n'a jamais prétendu qu'avec notre crowdfunding initial, on allait se payer pendant des années. On avait misé sur 9000€ et on a eu 14000€. Dans aucun monde, ça paie quoi que ce soit (pas même 5 mois de boulot, comme tu l'annonces).
                  J'ai expliqué dans le précédent commentaire très précisément pourquoi on a demandé si peu. Parce qu'on savait qu'on ne pouvait pas se permettre de demander plus. On était des grands inconnus et personne n'allait nous donner 1 million d'euros (ce qui est le vrai montant qu'on devrait demander pour un long métrage, et là je parle de petits budgets en long métrage, même en France!). Même 100 000€ on n'avait pas la reconnaissance nécessaire pour les obtenir en crowdfunding. Contrairement à ce que tu sembles dire, on s'est pas lancé au hasard. C'est justement parce qu'on a un peu étudié les financements participatifs existants, regardé ce que les autres ont pu obtenir en fonction de leur popularité, etc. que l'on a demandé une somme si faible à l'époque.

                  En gros, soit on demandait le vrai montant, on l'aurait jamais eu, et on aurait juste perdu notre temps, soit on demandait une somme de démarrage qui nous permettait de voir un peu plus loin et aussi de tester l'intérêt que les gens avaient pour notre projet (autant demander 100 000 aurait été trop, autant si on avait même pas été capable de rassembler 9000, là c'est vraiment qu'on se fourrait le doigt dans l'œil avec notre projet).

                  Parce que cet objectif, la volonté de se payer décemment (ce que je comprends, note bien), ce n’est pas moi qui les ai fixés.

                  Pour nous, c'était juste des fonds de base pour se lancer. Ça a marché d'ailleurs car ça a permis de mettre en place le reste, de commencer quelque chose. Et de nos jours, on arrive à payer quelques jours par mois de manière régulière et un peu plus sereine. En plus on attire quelques yeux qui comptent, au point qu'une équipe du CNRS est suffisamment intéressée par mon travail pour me rémunérer, ce qui permet de mieux balancer le financement du film en lui laissant du temps de s'améliorer. Etc. Etc.
                  Franchement on est encore loin du succès, mais on est plutôt content d'avoir créé une sorte de base pas trop instable qui nous fait espérer pour le futur.

                  estimation de départ était à la rue.

                  Notre estimation de départ n'était pas parfaite, loin de là. Mais c'est surtout qu'on espérait pouvoir lever plus de fonds après le premier financement. Ça n'a pas marché. Notamment la nécessité de faire des projets tiers (comme je l'explique, y a eu le film Peertube, un autre pour une autre asso, des trucs de design, etc.) au milieu a énormément impacté sur la production de ZeMarmot. Non seulement car c'était du temps pas passé sur ZeMarmot, mais qu'en plus faire des ruptures est pas très bon pour l'efficacité.
                  Dans un cas idéal, on aurait terminé déjà. Mais bon on n'est pas si mal quand même et pour l'instant nous sommes tout à fait dans les temps pour ce type de production.

                  Après, j’ai ptet manqué quelque chose et vous êtes peut-être partis sur un truc de 45 minutes

                  Non on n'est pas parti sur 45 minutes. Ce serait possible avec de l'animation très simple (South Park par exemple fait des records de temps de production, mais c'est un style très particulier), mais pas avec le style choisi. Relire mes commentaires précédents au sujet du temps nécessaire pour animer (c'est pas une blague, et je t'assure que c'est pas pour faire la leçon!). :-)

                  Ce qu'on veut pour l'instant, c'est vraiment finir notre petit pilote et alors on verra. À ce moment là, on refera peut-être un gros crowdfunding en tentant le tout pour le tout (maintenant on a une petite popularité, et on peut se le permettre et rêver que ça pourrait marcher, qui sait? Contrairement à y a 3 ans).
                  On sait pas encore, on se pose aussi des questions sur la suite. On verra quand le moment sera là.
                  Pour le moment on veut absolument au moins finir le pilote promis, donc c'est ce sur quoi on se concentre.

                  Bon courage quand même hein, il n’y a pas d’animosité particulière. Et je te lis souvent avec plaisir par ici.

                  Je comprends bien qu'il n'y a pas d'animosité, et merci pour les messages.
                  Néanmoins je dois bien dire ne pas vraiment comprendre là où tu veux en venir. J'ai l'impression que tu veux absolument que je dise qu'on a fait des grosses erreurs. Alors oui, on a fait plein d'erreurs (qui n'en fait pas dans un boulot comme celui-là? L'autre jour, on discuté avec des gens d'un studio qui ont fait une erreur de rigging dans un film animé 3D qui leur a coûté 1 million d'euros!). Mais par rapport à ce qu'on attendait et à notre situation actuelle, on trouve que les choses vont globalement dans le bon sens et que justement on a pas fait tant d'erreurs que ça (même si on aurait pu faire mieux si ceci ou cela! Mais avec des "si"…). C'est encore lent, et ce sont de faibles montants (nos erreurs ne coûtent pas 1 million! On aimerait bien en être là! Ahah!) mais on s'est jamais attendu à jouer dans la cour des gros budgets en faisant un film libre avec des logiciels libres, et ce en juste 3 ans! Un jour peut-être, on espère. :P

                  On prend les choses à notre rythme. C'est le choix qu'on a fait lorsqu'on s'est lancé dans le film indépendant libre.

                  Film d'animation libre en CC by-sa/Art Libre, fait avec GIMP et autre logiciels libres: ZeMarmot [ http://film.zemarmot.net ]

                  • [^] # Re: Trop d'axes de développement

                    Posté par (page perso) . Évalué à 7.

                    Je fais pas la leçon mais je comprends vraiment pas où tu veux en venir. On n'a jamais prétendu qu'avec notre crowdfunding initial, on allait se payer pendant des années. On avait misé sur 9000€ et on a eu 14000€. Dans aucun monde, ça paie quoi que ce soit (pas même 5 mois de boulot, comme tu l'annonces).

                    Tu déformes mes propos. Je dis que ça pouvait payer grand max 5 mois de boulot en durée (en comptant les aléas et compagnie) - et je suis d'accord avec toi que c'est très très large comme estimation de durée/financement, c'était le but. Et que du coup, oui, les gens s'attendaient à un résultat dans ce genre de durée. Je n'ai certainement pas dit que ce montant était suffisant pour faire un film d'animation.

                    Tu peux dire maintenant que tu voulais juste l'argent pour amorcer le truc et ensuite utiliser d'autres moyens pour financer un projet de plusieurs années dans la durée mais ce n'était pas le deal initial, en tout cas pas celui que j'ai compris en lisant la page Indiegogo à l'époque, et j'y suis retourné pour vérifier.

                    Et si si, chaque fois, tu nous fais la leçon sur le fait qu'on ne comprend pas le métier. Ce n'est pas nous qui avons fixé le projet initial, c'est vous. Donc oui, il ne faut pas s'étonner que les gens aient une durée en tête.

                    Notre estimation de départ n'était pas parfaite, loin de là. Mais c'est surtout qu'on espérait pouvoir lever plus de fonds après le premier financement.

                    Ouais, c'était loin d'être très clair, ça… Note que je ne mets pas en cause votre honnêté intellectuelle, juste qu'à mon sens, ça a été très mal présenté et ça a créé des attentes que vous n'êtes pas en mesure de satisfaire. Mais, j'ai bien compris que vous vous en foutiez et que vous vouliez avancer à votre rythme. Cependant, la perception du projet par les autres a son importance quand on demande du soutien financier.

                    Néanmoins je dois bien dire ne pas vraiment comprendre là où tu veux en venir.

                    Alors, à la base, je voulais t'expliquer pourquoi certains ne donnaient pas, malgré la sympathie qu'on peut avoir pour le projet, ce que j'ai fait. Parce que je pense que c'est une information intéressante. Note que mes raisons à la base étaient surtout liées à la partie artistique, comme expliqué précédemment.

                    Après, c'est surtout le discours donneur de leçons qui me gêne. Parce que t'as beau dire que ça ne l'est pas, ça l'est et c'est assez récurrent. Franchement, ce serait un projet informatique, ce serait pareil : ça prend du temps, on fait des erreurs, on reprend des trucs, des fois on doit reprendre un truc en entier, des fois on doit se poser pour laisser infuser, des fois on se rend compte que l'estimation qu'on avait faite au départ était à la rue. Je pense que beaucoup de gens par ici sont conscients de cette réalité donc non, on ne pêche pas par méconnaissance du métier.

                    Comme dit précédemment, je pense que l'attente en durée, c'est vous qui l'avez créée au départ en présentant le projet. Reprocher aux gens de faire 1 + 1 = 2 et de se dire, "ben mince, je pensais que ça allait prendre quelques mois et là ça s'étire sur des années", c'est un peu dur à entendre.

                    Pour info, je ne cherche pas à avoir raison, je cherche juste à te faire comprendre la perception qu'on peut avoir.

                    Et pour finir, je ne veux pas en venir quelque part spécialement, ça fait plusieurs fois que ton discours me chiffonne et je me suis dit que ce n'était pas inintéressant d'expliquer la perception que certains pouvaient avoir. Après, je suis peut-être tout seul à penser cela et dans ce cas-là, on est d'accord qu'on s'en tape un peu :).

                    • [^] # Re: Trop d'axes de développement

                      Posté par (page perso) . Évalué à 4.

                      Et si si, chaque fois, tu nous fais la leçon sur le fait qu'on ne comprend pas le métier.

                      Je suis désolé si c'est l'impression que je donne. Ce n'est absolument pas le but. J'essaie juste d'expliquer quand on me fait un commentaire sur la durée de production. Parce qu'on y peut juste rien.

                      Aussi j'aime bien expliquer les coulisses du projet. Ça fait partie de notre projet de démystifier l'animation. On fait des posts qui expliquent un peu les étapes, on dit comment les choses se passent en interne, etc. C'est juste notre processus. On fait un film d'animation libre de la même manière qu'on développe un logiciel libre (avec transparence, donc on raconte comment ça marche).
                      Bon ensuite des explications, cela peut se voir comme "faire la leçon" (au sens propre d'ailleurs, clairement), mais il n'y a aucune volonté de réprimande ou de position d'autorité (dans le sens figuratif de "faire la leçon").

                      Pour info, moi aussi je pourrais dire avoir l'impression que tu fais un peu la leçon quand tu me dis que les gens s'attendaient à une durée de production et donc qu'on devrait accélérer (ce qui n'est pas humainement possible avec le financement actuel, je le répète!). :P

                      Après, je suis peut-être tout seul à penser cela et dans ce cas-là, on est d'accord qu'on s'en tape un peu :).

                      Dans ceux qui ont financé, personne en effet n'a jamais dit s'attendre à une durée de production courte ni ne s'est plaint (on a à ce jour environ 300 personnes finançant mensuellement le projet). Au contraire on a surtout des retours vachement sympas des gens.

                      Ce n'est pas nous qui avons fixé le projet initial, c'est vous. Donc oui, il ne faut pas s'étonner que les gens aient une durée en tête.

                      D'ailleurs je comprends pas pourquoi tu insistes sur une durée de production attendue car on n'a jamais donné une telle information.
                      On a au contraire toujours pris soin de ne jamais mettre de deadline sur écrit pour justement ne pas avoir cet exact problème que tu poses.

                      Enfin bon, on ne va pas épiloguer 10 ans. Je propose de terminer la conversation (enfin tu es libre de répondre mais je vais m'empêcher de faire de même sur ce sujet; donc c'est mon dernier message du thread).

                      Dans tous les cas, si tu vois des leçons dans mes propos, je m'en excuse. Ce n'est pas le but.

                      Film d'animation libre en CC by-sa/Art Libre, fait avec GIMP et autre logiciels libres: ZeMarmot [ http://film.zemarmot.net ]

              • [^] # Re: Trop d'axes de développement

                Posté par . Évalué à -4.

                @jehan: Je suis assez déçu de ce genre de réponse et de fourvoiement.

                Et ce qui me chagrine et m'effraie un peu pour être honnête, c'est que finalement ZeMarmot impacte en mal le projet TheGimp ou qui nous prive d'un développeur de ton niveau.

                Tu parlais de Catsuka en prétendant que c'était une audience qui ne regarde que le produit fini ou les grosses prod OR c'est complètement faux!

                Par contre il y a bien un truc, c'est une audience calée dans le domaine et même bossant dedant (étudiants et pros). Donc, oui il y a un certaine attente et tu peux trouver des parades sur la subjectivité ou autre mais ZeMarmot n'est pas au niveau et ils s'en cognent de l'aspect "libre".

                Un simple exercice sous Krita, 3 jours
                https://www.youtube.com/watch?v=NOTY_421Qcg

                Et il balaye d'emblée tout ce qu'a pu montrer ZeMarmot en 3-4ans. Ce n'est même pas parfait, il y a des défauts évident mais pour 3 jours de boulot en amateur sur un tel sujet/pose et avec ce choix d'animation et de plus à l'aide d'un LL, c'est sans commentaire! Et de la froideur des chiffres: 375 000 vues en 7mois, 33 000 like contre 535 dislike, dans un domaine aussi violent que les arts visuels et une plateforme comme YouTube, cette personne s'en sort fichtrement bien!
                Les videos ZeMarmot pètinent à quoi, 200vues? :/

                Tu n'aimes pas les comparaisons car ceci aussi est une esquive, d'autant que tu sorts de l'animation pro Disney - un extrême - pour justifier les durées de production qui nous sont claires pourtant.

                Et au final, tu perds un temps et une énergie considérable à nous répondre ici pour défendre ZeMarmot dont tu ne contrôles pas directement la production au lieu de TheGimp qui revient de loin - notamment grâce à ton travail.

                Bref…

                • [^] # Re: Trop d'axes de développement

                  Posté par (page perso) . Évalué à 4.

                  Un simple exercice sous Krita, 3 jours : https://www.youtube.com/watch?v=NOTY_421Qcg.
                  Et il balaye d'emblée tout ce qu'a pu montrer ZeMarmot en 3-4ans.

                  Euh, alors, je ne suis pas fan de la réalisation artistique de ZeMarmot comme indiqué précédemment, mais il faut être un peu honnête intellectuellement : la vidéo que tu montres n'a rien à voir avec la choucroute : le résultat dure 15 secondes, le décor est statique et l'animation n'est vraiment pas terrible (et je suis gentil, j'avais un autre mot en tête). Au delà du dessin pas travaillé du tout du personnage principal, la fluidité n'est vraiment pas top. Et ça prend beaucoup de temps d'avoir une animation fluide : entre du 5 images par seconde et du 25 images par seconde, t'as 5 fois plus de taf (je caricature mais l'idée est là).

                  Ce que j'ai pu voir de ZeMarmot, même si ce n'est pas ma came, est quand même d'un autre niveau.

                  Par ailleurs, c'est bien différent de faire juste une scène que de raconter une vraie histoire.

                  • [^] # Re: Trop d'axes de développement

                    Posté par . Évalué à -3. Dernière modification le 06/01/19 à 16:01.

                    mais il faut être un peu honnête intellectuellement

                    Je le suis mais il faut aussi savoir de quoi on parle.

                    La vidéo que tu montres n'a rien à voir avec la choucroute…

                    Attend, ce que je montre est un exercice d'animation classique et j'ai pris le premier* sur YouTube avec - le mot clé "krita" néanmoins - mais fais une recherche et compare avec ZeMarmot en faisant preuve d'honnêteté intellectuelle.
                    Le sujet est complexe: plus de parties mouvantes, d'angles et de proportions/raccourcis
                    ZeMarmot c'est quoi? Une patate avec 2 excroissances. Certes c'est un choix stylistique mais très timide sur des plans tout aussi fixes - un traveling latéral c'est pas fou non plus.

                    Tiens, ça aussi c'est une marmotte stylisée:
                    marmotte

                    Et tu peux très bien faire un rendu peinture/crayonné sur ce design parce que je vois l'excuse venir.

                    Et ça prend beaucoup de temps d'avoir une animation fluide :

                    Oui, c'est pour ça que j'ai précisé en 3 jours. Le standard dans l'industrie pour un animateur professionnel et ciné (pas web ou tele), c'est 2 à 3 secondes… par semaine!
                    Donc oui, 15 secondes pliées en 3 jours (et temps libre), t'espèrais quoi?

                    Mais le propos n'était pas que là, as-tu seulement regarder les quelques animations "pro" de ZeMarmot? En toutes honnêteté ?

                    entre du 5 images par seconde et du 25 images par seconde, t'as 5 fois plus de taf (je caricature mais l'idée est là).

                    Déjà, ça n'existe pas du 25 dessins par seconde soutenues ou alors dans une démo expérimentale ou pour des cas spécifiques: money-shot voire effet spéciaux.
                    Même à l'époque de la rotoscopie ou sur Roger Rabbit, ils ne faisaient pas un dessin unique sur les 24 images de la péloche pour-tout-le-film.
                    Et surtout, on n'est pas dans le cas de figure ici avec ZeMarmot et on en demande pas temps.

                    Par ailleurs, c'est bien différent de faire juste une scène que de raconter une vraie histoire.

                    Encore une fois, là n'est pas le propos, je parle de qualité d'animation.

                    * CECI DIT, du même YouTubeur (http://www.edtadeo.com/), tu as cette démo-ci , toujours sous Krita. Je pense qu'il n'aurait aucune difficulté à faire un crowdfunding à succès pour produire un court de 10 min.

                • [^] # Re: Trop d'axes de développement

                  Posté par (page perso) . Évalué à 8. Dernière modification le 06/01/19 à 15:36.

                  Et ce qui me chagrine et m'effraie un peu pour être honnête, c'est que finalement ZeMarmot impacte en mal le projet TheGimp ou qui nous prive d'un développeur de ton niveau.

                  Sans ZeMarmot, y aurait pas mes contributions à GIMP. Alors je comprends pas du tout ce que tu veux dire. À part si tu veux dire que mes contributions sont merdiques et qu'il aurait mieux valu que je ne contribue pas du tout (et dans ce cas, je comprends pas la seconde partie de la phrase où tu parles de mon niveau, à moins que tu veuilles dire que "mon niveau", c'est celui des égouts). Enfin bon, je comprends pas, quoi.

                  Tu parlais de Catsuka en prétendant que c'était une audience qui ne regarde que le produit fini ou les grosses prod OR c'est complètement faux!

                  Je ne connais pas vraiment Catsuka (je ne regarde pas la télé), donc je me défie bien de donner mon avis sur une émission (ou une chaîne) quelconque. Ce n'est donc absolument pas ce que je voulais dire mais je me suis probablement mal exprimé (donc je comprends qu'on puisse lire ça ainsi!). Tout ce que je voulais dire, c'est que oui, je les avais contacté, et oui j'ai plus eu de réponse après un premier contact. Ensuite j'ai fait une hypothèse (pas à propos de juste ça mais de toute mon expérience) qui est que les gens veulent surtout du produit fini ou au moins quelque chose de plus sûr, par exemple avec des gens célèbres (ça a toujours été comme ça; en développement cinématographique, l'une des meilleures chances pour faire aboutir les financements d'un film notamment, c'est d'obtenir l'accord d'un acteur célèbre pour un des premiers rôles).
                  Et c'est quelque chose que je comprends tout à fait, même personnellement! Moi aussi y a plein de trucs, quand on me fait rêver, je me dis que je vais attendre pour voir si la réalité sera au niveau des rêves (disons que je fais mes choix, comme tout le monde; y a des trucs pour lesquels j'aide parce que je veux vraiment leur donner toutes leurs chances; et d'autres où je regarde juste venir, passivement; donc c'est bien normal que d'autres fassent de même).

                  Donc je suis désolé si j'ai laissé entendre que je disais du mal de Catsuka ou de son audience. Ce n'était absolument pas le sens de ma phrase.

                  Surtout que j'ai aussi dit que je serais très content si on y passait un jour. Tu penses bien que ça veut dire que j'ai rien contre cette chaîne/émission.

                  ZeMarmot n'est pas au niveau

                  Bon d'accord. On en prend plein la poire dans cette dépêche.

                  Bon ceci dit, je vais me retenir de donner mon avis sur la comparaison avec une vidéo d'un compte de 35 000 abonnés, qui existe depuis 12 ans sur Youtube (et probablement plus ailleurs puisque ça commence avec le numéro #22 en janvier 2007, donc cette personne publiait sûrement déjà avant sur une autre plateforme) et qui fait des vidéos toutes les semaines (plusieurs parfois). Tout ça pour nous dire à quel point on est nul.

                  Tant qu'à faire on pourrait aussi nous comparer avec les comptes de célébrités qui vont récupérer des dizaines de millier de "Like" pour dire à quel point on est moins intéressant que lorsque ces célébrités vont faire une photo de leur animal de compagnie. Apparemment le nombre de like est un critère primordial pour juger de la qualité!

                  Peut-être qu'on devrait arrêter de développer du logiciel et de faire des films, et ne produire que du contenu vidéo d'exercices animés pour l'une ou de démos de code étonnant pour l'autre?! Là, avec du contenu régulier, on pourrait se faire un vrai public en quelques années qui nous ferait aussi des dizaines de milliers de like et on serait enfin célèbre et avec une compétence reconnue (puisque produire du logiciel et un film non-exercice n'est pas suffisant apparemment)! Voire riche puisqu'on activerait la pub, comme ce lien que tu pointes (quelle idée de notre part de ne pas accepter la pub sur nos vidéos et de ne pas tout faire pour avoir plein de vues, car on ne veut pas d'argent de la pub en échange de soumettre notre public à une pub qu'on déteste nous-même! Vraiment on est idiots!).

                  Tu te rends compte que quand tu dis en "3 jours" (seulement! youhou!) avec un rythme d'une vidéo par semaine, ça laisse plus beaucoup de temps pour du travail productif (j'entends par là qui n'est pas un exercice)? Comme le note Julien Jorge très bien dans un autre commentaire, ces trucs, c'est un boulot à temps plein. On n'a pas le temps pour faire ça.
                  En vrai, on le fait déjà beaucoup. Aryeom a fait par exemple une petite vidéo de noël pour ZeMarmot et GIMP dont on donne le lien aussi dans la dépêche (qui au passage est fait entièrement avec GIMP, donc 100% en logiciel libre contrairement à ta vidéo qui utilise aussi 2 logiciels propriétaires) et dont elle n'est pas très contente par ailleurs mais c'était juste histoire de faire une vidéo marrante pour Noël (je lui avais déjà proposé de faire des post-mortems pour ce type de petites vidéos pour le marketing, en montrant comment c'est fait, mais elle me rétorque que c'est pas assez bon pour valoir qu'on en parle et donc on fait pas; c'est la différence entre un "Youtubeur" et un animateur pro). Moi j'ai fait cette dépêche par exemple qui me prend beaucoup beaucoup de temps, avant mais même après comme tu le notes si bien dans ta dernière phrase. Car on sait bien que sans ça, personne ne connaîtrait ZeMarmot du tout et on n'aurait même pas le financement actuel (donc le projet, le film et mes contributions à ZeMarmot seraient morts depuis longtemps). Donc on fait un minimum syndical.
                  Néanmoins on ne peut pas le faire toutes les semaines, la condition sine-qua-non pour se constituer un public qui veut du "contenu" régulier (sinon ce public se désinscrit), parce que 3 jours sur 7 à faire ce type de "contenu", en n'oubliant pas qu'on doit aussi se reposer (on a peut-être droit aux week-end et aux vacances ou ce serait trop pour nous?), il reste plus beaucoup de temps pour ZeMarmot, tu en conviendras.

                  Et tu m'excuseras de ne pas penser qu'un exercice comme ça balaye quoi que ce soit (exercices qu'Aryeom a aussi fait des dizaines de fois dans ses études d'animation à l'université — comme tout étudiant d'ailleurs — puis ensuite de temps en temps dans sa carrière — mais bon comme je disais, quand on travaille, tu excuseras de ne pas avoir le temps pour prendre 3 jours à faire des exercices trop régulièrement — sans avoir ressenti le besoin de publier les dits-exercices sur le web au passage). Désolé mais ce que j'ai vu n'a vraiment rien d'extraordinaire, je dis pas que c'est horrible (je me garde de donner un avis trop technique en tant que non-animateur d'ailleurs, mais j'ai tout de même des yeux en tant qu'humain) avant que tu me reprennes, je dis juste que ça "balaye" rien et que je suis loin d'être impressionné par le résultat, que ce soit le style du dessin, le fond (qui d'ailleurs n'est pas animé, le lit est très statique notamment, ça fait assez bizarre!) comme la qualité de l'animation. Ensuite ce n'est clairement pas un travail d'animateur et c'est plus pour s'amuser et surtout alimenter sa chaîne Youtube (d'ailleurs je suis allé dans son About et il le confirme lui-même "Making animation for fun! I'm not a professional animator, but I wish to share what I know and what fun it is to make"), donc dans ce contexte, c'est très bien. Je n'ai rien à redire et surtout ne souhaite pas critiquer son travail (qui n'a rien d'extraordinaire mais est très bien dans son contexte de vidéo démo youtube).

                  Pour moi, je vois même pas ce qu'il y a à comparer avec notre travail, genre ce type de WIP (notamment vers 1:48 pour un extrait plus long), ou bien un line test un peu plus récent (imagine que chaque papillon est animé individuellement, ainsi que les 2 persos à l'écran, et probablement des choses dans le fond, je laisse à Aryeom le soin de décider quoi en fonction de son temps), et le travail de la même séquence au niveau dessin (remarque les commentaires sur le canevas qui sont des résultats de recherche sur les paysages ou espèces visibles, etc. car il y a un vrai travail de recherche derrière chaque plan).
                  Pas une seconde il me viendrait à l'idée de comparer ce travail de détails et de sueur avec une vidéo de youtubeur qui fait le type de vidéo rapide que tu m'as montré.

                  Ensuite toi, tu es libre de penser ce que tu veux.

                  Tu n'aimes pas les comparaisons car ceci aussi est une esquive, d'autant que tu sorts de l'animation pro Disney - un extrême - pour justifier les durées de production qui nous sont claires pourtant.

                  Je ne l'ai pas fait pour nous comparer avec eux mais justement pour dire que même les grosses productions hollywoodiennes avec d'énormes financements prennent des années. C'était pour expliquer que oui, l'animation, quelque soit son budget, prend du temps. Tu remarqueras que j'avais cité aussi au préalable des films plus petits ("La Tortue Rouge" parce que c'était récent et "Le voleur et le cordonnier" car c'est un record, qui sont tout de même célèbres, mais pas des grosses prods non plus) et même à un moment j'ai dit:

                  Il existe plein de films indés fait avec peu de moyens. Comparez nous au moins avec eux. Pas avec ceux sans aucun rapport.

                  Mais bon là cette mention à Disney que tu cites, c'était une cerise sur le gâteau pour parler des temps de production longs que l'on trouve dans toute production, petites ou grandes (les grandes ayant non seulement beaucoup de financement, mais surtout des animateurs extraordinaires, donc on pourrait imaginer qu'eux arrivent à plier un film en un temps record).

                  D'ailleurs tu me donnes du blé à moudre avec ta vidéo. C'est une animation d'un perso de 10 secondes, de qualité plutôt moyenne en mode "on s'amuse" (a priori, c'est pas destiné pour une production finale mais juste pour faire une démo sur sa chaîne) qui a duré 3 jours!
                  Ben oui, ça prend du temps d'animer, et c'est tout ce que je disais. Et je donnais des exemples car ça étaye les paroles.

                  Quant à dire que je fais des esquives. Mais de quoi? Tu aimerais que je dise que mon code c'est de la merde et notre film aussi? Même si j'y crois pas, c'est ce que je dois dire absolument pour qu'enfin je n'ai pas l'air d'esquiver? Parce que c'est ce que tu penses, donc forcément c'est aussi ce que je dois penser en cachette mais je mens ("j'esquive") en permanence?
                  Pour info, on a jamais dit qu'on est les meilleurs en développement logiciel ou en direction/animation. Ce serait ridicule de dire ça. Des gars géniaux dans les 2 métiers, on en a rencontré et on va pas se mettre à nous comparer (dans un sens ou dans l'autre d'ailleurs, essayer de se comparer, c'est juste idiot). Ensuite je pense qu'on n'est pas trop mauvais, l'un comme l'autre. Contrairement à toi, je pense que mon travail pour ZeMarmot a impacté GIMP en pas trop mal (même si oui, peut-être qu'un autre aurait pu faire beaucoup mieux; et alors faut donc que j'arrête?).
                  Quant à Aryeom, je suis régulièrement impressionné par son travail, comme d'autres d'ailleurs qui nous le disent (même si pas autant que ceux qui postent hebdomadairement, en font presque une profession et ont donc des dizaines de milliers d'inscrits, c'est sûr!). Ça nous empêche pas d'aller voir régulièrement ce qui se fait ailleurs et d'être aussi impressionné par le travail des autres. De même qu'y a quelques semaines, on a été à une master class (qui malheureusement a fini comme interview sur Skype car il a dû annuler son voyage en France) de Richard Williams en étant tout excités de rencontrer un grand de l'animation et vraiment un animateur hors pair: on a vu des extraits de son projet en cours (c'est marrant d'ailleurs il faut comme nous un long métrage qu'il sort en petits bouts car il a peur de pas pouvoir le finir!) et c'était ébouriffant! Aryeom a aussi dit qu'un tel travail était phénoménal.
                  Alors bien sûr, on est pas les meilleurs! On a jamais prétendu l'être. Mais je trouve néanmoins cela absolument dégoûtant de cracher ainsi sur le travail d'autrui comme tu le fais.

                  Sincèrement je regrette maintenant d'avoir posté cette dépêche. Je n'étais pas habitué à voir autant de venin, même sur linuxfr. :-/
                  C'est dans ces moments là que ça me déprime et que je me demande pourquoi je fais du logiciel libre quand on peut y voir tant de méchanceté quand certains n'aiment pas ce qu'on fait (c'est pareil partout, mais là on y est confronté en direct car on va sur le terrain du public).

                  Film d'animation libre en CC by-sa/Art Libre, fait avec GIMP et autre logiciels libres: ZeMarmot [ http://film.zemarmot.net ]

                  • [^] # Re: Trop d'axes de développement

                    Posté par (page perso) . Évalué à 5.

                    Sincèrement je regrette maintenant d'avoir posté cette dépêche. Je n'étais pas habitué à voir autant de venin, même sur linuxfr. :-/

                    En dehors de ce message auquel tu réponds, qui est à mon sens à côté de la plaque, le reste, ce sont juste des gens qui donnent leur avis, plutôt courtoisement.

                    Je pense que le côté bisounours est une des choses qui nuit le plus au logiciel libre justement : c'est aussi important de savoir ce qui pose souci que de savoir ce qui est chouette. Et il faut savoir faire la part des choses pour accepter cela.

                    Un des bons exemples de cela est LibreOffice. Chaque fois que quelqu'un ose une critique, il y a 4 personnes pour lui dire que non c'est beaucoup mieux que MS Office et puis c'est tout. Résultat des courses : le logiciel a évolué très lentement sur des points problématiques. Le bon exemple est la palette de couleurs qui est restée toute pourrie pendant des années (je ne sais pas si ça a évolué récemment, je ne fais plus de bureautique). Et c'est pas un détail parce que chaque fois que tu veux faire un schéma, tu as des couleurs merdiques par défaut. Et non, tout le monde n'est pas capable de trouver une belle palette harmonieuse donc ça complexifie les choses pour tout le monde.

                    Visiblement, tu disais avoir des bons retours de gens qui vous soutiennent donc il y a bien du positif.

                    Perso, je bosse sur les technos Hibernate : on s'en prend globalement plein la figure, principalement sur la partie ORM. Et à raison pour certains trucs car c'est un projet ancien qui a beaucoup d'historique et pas mal de dette technique. Ca s'améliore significativement depuis quelques années mais ça prend du temps vu la complexité du machin et le fait qu'on doit assurer le compatibilité pour les clients, ce qui empêche par exemple d'enlever des fonctionnalités.

                    En plus, ce n'est pas hype du tout alors que maintenant il vaut mieux faire quelque chose qui marchouille, qui gère 3 cas dans le langage à la mode mais qui permet de faire une vidéo ou un article de blog qui envoie du lourd, même si ce n'est pas vraiment utilisable dans la pratique.

                    On a aussi le classique "ah ah Hibernate ORM, c'est tout pourri, moi j'utilise Spring Data JPA". Sachant que Spring Data JPA utilise Hibernate ORM…

                    A l'arrivée, ben, c'est la vie quoi et on fait notre bonhomme de chemin pour aller vers du mieux. On tient compte des retours tant qu'on peut, même acerbes. De temps en temps, on a un merci. Et c'est pas si pire parce que bosser sur du logiciel libre, c'est quand même le pied :).

                    • [^] # Re: Trop d'axes de développement

                      Posté par . Évalué à -5.

                      Je pense que le côté bisounours est une des choses qui nuit le plus au logiciel libre justement : c'est aussi important de savoir ce qui pose souci que de savoir ce qui est chouette. Et il faut savoir faire la part des choses pour accepter cela.

                      Presque bon commentaire que tu décrédibilises avec ça:

                      En dehors de ce message auquel tu réponds, qui est à mon sens à côté de la plaque, le reste, ce sont juste des gens qui donnent leur avis, plutôt courtoisement.

                      J'imagine très bien que ça ne plaise pas à @Jehan - désolé vieux - mais tu ne peux pas dire que je sois - complètement - à côté de la plaque.
                      Quelqu'un parlait d'honnêteté intellectuelle deux messages plus haut!

                      La mystification sur l'animation qui découle dans certains messages ne me plait guère, c'est tout.

        • [^] # Re: Trop d'axes de développement

          Posté par (page perso) . Évalué à 4.

          Il y a bien des hauts revenus sur Patreon mais ce sont des exceptions. David Revoy en est une. Si tu regardes les stats de Patreon tu verras que globalement les revenus sont bas. Je les ai sortis sur un graphe, par ordre décroissant de revenus des 1000 plus gros créateurs tel que disponible sur page de stats. Il n'y en a que 350 car les autres ne montrent pas leurs revenus :

          Revenus des créateurs sur Patreon

          David Revoy est au niveau 300 en abscisse. Là la courbe est petite mais il faut imaginer que l'abscisse va jusqu'à environ 130 000, qui est le nombre de créateurs sur Patreon ayant au moins un patron. Globalement on peut dire que les créateurs gagnent très peu.

          Je crois que ceux qui arrivent à vivre de leur art ont soit un produit exceptionnel, et ils sont très peu par définition, ou alors ils savent bien se vendre, ont un bon réseau pour les relayer et y mettent beaucoup d'énergie. Et même tout ça ne suffit pas, à en croire Brent Knepper.

    • [^] # Re: Trop d'axes de développement

      Posté par (page perso) . Évalué à 7. Dernière modification le 05/01/19 à 02:41.

      Il y a 13 ans je me suis lancé avec un ami développeur dans le développement de Plee the Bear, un jeu vidéo libre. Quand je dis « libre » je parle bien d'un projet totalement libre ; code en GPL, assets en CC-by-sa, et développé uniquement avec des logiciels libres : sous Linux, avec GIMP, Emacs, Rosegarden…

      Je me souviens bien de Plee the Bear. Je lisais notamment tes journaux. :-)

      Je ne sais pas quel est ton débit d'écriture, personnellement il me faut plusieurs jours pour écrire des articles comme les tiens, le temps d'appuyer les affirmations, concevoir les illustrations et corriger en relecture.

      Un article comme celui-ci, je dirais 3 ou 4h à écrire d'une traite, mais en effet plusieurs jours car j'écris en général d'un coup, puis je laisse reposer (temps pendant lequel je fais autre chose, comme du développement) pour y revenir plusieurs fois par la suite pour corriger, réorganiser, supprimer des bouts aussi, etc.

      Oui ça prend du temps.

      Hop, ça te fait un troisième job :)

      Je suis globalement d'accord avec un peu tout ce que tu me dis. D'ailleurs c'est très agréable de lire ta prose car tu as clairement une expérience similaire en effet et ça fait donc du bien de lire quelqu'un qui comprends le vrai travail derrière un tel projet.
      En fait c'est la raison pour laquelle j'ai pas répondu jusque là, car j'étais juste d'accord avec quasi tout ce que tu dis. Mais finalement je me dis que ça vaut le coup de répondre au moins ne serait-ce que pour le dire. :P

      Et toi, qu'imagines-tu ?

      Je pense que c'est possible de réussir et que la qualité principale pour y arriver est la persistance. Pour l'instant on y arrive pas trop mal (à être persistant). :-)

      Il y a plusieurs autres cas qui montrent que c'est possible. Bon ces autres cas ont commencé ~20 ans avant nous et ont donc bénéficié de la position des premiers sur le terrain, quand il n'y avait encore rien. Ça leur a donné une position confortable. Mais je crois que même si ce sera moins simple pour nous, cela reste faisable. Et notre expérience jusque là est plutôt positive, je dois dire.

      Ensuite on a un plan B, on y pense régulièrement et on devra peut-être le mettre en action un jour. Ce serait de faire un studio non-associatif en mettant de côté donc notre vision/mission. Bon on la mettrait pas de côté entièrement (notamment j'essaierai toujours d'utiliser des logiciels libres au maximum, et si on a une occasion de créer un film libre, on saute dessus), mais on ferait des concessions/compromis au besoin.
      Aussi probablement en plus de chercher à produire nos films (dans les circuits classiques cette fois), on chercherait aussi éventuellement des clients pour vendre de la prestation (pub, vidéos corporate, etc.). On a déjà eu à faire des films tiers, mais jusque là ils sont tous venus un peu par hasard (on a jamais cherché ni vraiment démarché) et c'était des projets dont on appréciait le sujet (pour d'autres associations, qui étaient soit libristes, Framasoft, ou caritative, Petits Frères des Pauvres).

      Et donc je vais conclure en répondant à:

      Tu es très talentueux, de même qu'Aryeom, et vous investissez beaucoup d'énergie dans ces projets. C'est très bien si le but est d'acquérir de l'expérience, de devenir meilleurs dans vos métiers. Mais si vous souhaitez en vivre je vous conseille de reprendre les bases : combien ça coûte, où est l'argent, comment le récupérer. Adoptez un commercial ou un producteur, adaptez votre produit aux potentiels de revenus.

      À l'heure actuelle, ce n'est absolument pas notre but de maximiser nos "potentiels de revenus". Ça ce serait si on décidait de quitter l'asso et de partir sur notre plan B sous forme d'entreprise. Mais à ce jour, on est et on reste une association. On a une vision sociale et on aimerait vraiment qu'elle prenne forme un jour.

      Film d'animation libre en CC by-sa/Art Libre, fait avec GIMP et autre logiciels libres: ZeMarmot [ http://film.zemarmot.net ]

  • # Oh Mon Dieu !

    Posté par . Évalué à 1.

    Ouf !! au tout début j'ai lu

    "Au niveau personnel, j’ai récemment été engagé pour un an comme CRS pour …"

    je sais pas ça me semblait complètement surréaliste !

    Pas qu'un CRS puisse pas faire de logiciel [libre] mais ça faisait bizarre !

  • # Don par CB

    Posté par (page perso) . Évalué à 2.

    Salut,
    Pour un don ponctuel par CB, laquelle de ces plateformes vous prend le moins de frais ?
    A plus !

    • [^] # Re: Don par CB

      Posté par (page perso) . Évalué à 1.

      Alors, je ne sais pas si tu veux CB seulement (et dans ce cas, ma réponse est à côté de la plaque, désolé) mais de manière générale, le mieux pour ne pas avoir de frais sur des transferts si tu es dans la zone euro, c'est le virement bancaire.

      Il y a le RIB de l'association là : https://libreart.info/fr/donate .

    • [^] # Re: Don par CB

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      Comme le note Guillaume, ce qui prend le moins de frais (voire aucun frais très souvent entre 2 banques de zone SEPA), c'est de faire direct un virement (ou un chèque) à l'association. Il y a quelques personnes qui font déjà des donations (ponctuelles ou récurrentes) ainsi.
      Ce n'est donc pas du don par CB, mais c'est le moins cher (enfin sauf peut-être si tu vis hors zone SEPA, auquel cas les frais bancaires peuvent parfois crever le plafond).

      Sinon si on veut passer par une des plateformes de financement, Liberapay est normalement le moins cher car ils ne prennent aucun frais de plateforme additionnel (y a juste les frais de traitements de paiement). C'est donc censé être moins de 5%.

      Tipeee prend 8%. Si vous passez par Paypal pour payer Tipeee, ça rajoute des frais de transaction additionnels (et on s'approche alors de 9%, parfois moins parfois plus selon les mois).

      Patreon de son côté prennent plus de 9% par mois (5% de frais fixe de plateforme + frais de traitement variable, dans notre cas, entre 4 et 7% dans les pires cas!) si je regarde les mois précédents .
      En plus comme c'est en dollar, ça implique des frais de change plus tard (et surtout un taux de change géré par Paypal vraiment mauvais quand on le compare au taux réel).

      Film d'animation libre en CC by-sa/Art Libre, fait avec GIMP et autre logiciels libres: ZeMarmot [ http://film.zemarmot.net ]

  • # La route est libre mais purée qu'est-ce qu'elle est longue !

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    J'ai lu tous les commentaires et je souffre du défaitisme ambiant.
    Les temps font que je le partage car j'ai déjà trop perdu et je perds tous les jours encore plus… de mon énergie totale et en particulier libriste.

    J'ai investi dans ZeMarmot, à la fois en argent et en temps pour l'invitation aux JM2L 2017 en ma qualité à l'époque de président de l'association Linux Azur. ZeMarmot a été un fil directeur de l'édition 2017 et m'a personnellement apporté l'énergie nécessaire pour franchir le rubicond et dire : cette année on le fait".
    La rencontre était réussi et malgré nos moyens dérisoires je pense que selon des termes si apprécié de nos jour dans notre économie libérale : 'nous avons eu un très très bon retour sur investissement', 'un très bon rendement' en échanges et en couverture médiatique.

    Jehan et Aryeom me font réver. Pour deux raisons.
    Aucun antidépresseur au monde ne saurait rivaliser avec le sentiment de bienveillance qui me submerge lorsque je regarde des bouts de ZeMarmot.
    J'ai stoppé toute activité professionnelle cette année car le salaire surdimensionné n'en compensait pas son manque de sens. Les choix de Jehan et d'Aryeom sont pour moi des motifs d'espérance, et cette espérance n'a pas de prix.

    J'ai cependant stoppé ma participation comme à toutes les autres associations pour des motifs personnels qui au vu de ma phrase précédente doivent suinter.
    Peut-être cet appel me permettra de relancer ma participation, financière et personnelle.
    Pour donner c'est simple il me suffit de réactiver le virement bancaire vers l'association LILA qui a l'avantage de ne pas se dévaloriser via des intermédiaires auxquels je n'ai toujours confiance.

    Biensûr j'ai lu ceux qui ne croient pas/plus en ZeMarmot, ma seule réponse est cette vidéo Video ZeMarmot aux JM2L , après , à chacun de se faire son idée.

    Soutenir ZeMarmot c'est nous soutenir nous même. Il suffit d'en parler et de glisser une petite marmotte aux détours de nos créations. Parce que faire de la publicité pour ce qu'on aime et ce que l'on espère, ce n'est pas un mensonge, c'est de l'empathie et c'est la vie.
    Un personnage pour un un jeu, un lien dans un billet, un lien ou une mention dans un vidéo… même endormie la marmotte a du potentiel.

    Je ne sais quand ZeMarmot sortira mais je sais que quand il sera sorti ma fille ira le voir et ceci … quel que soit son âge.

  • # C'est la Vie qui décide.

    Posté par . Évalué à 2.

    Bonjour à Toutes et Tous,

    Que dire de ce fils de discussion.
    Scientifiquement parlant, les mêmes causes donnent les mêmes effets.
    Chacun y va de son expérience et porte un jugement sur la voie que suit Jehan et Aryeom.

    • "Mon expérience m'a démontré que … "
    • "J'ai déjà vécu cela et …"

    Et bien, je dirais : "peut-être que oui, peut-être que non!"

    Un même vécu n'aboutit pas forcement au même dénouement et les exemples pleuvent sur le sujet et pourquoi? Parce qu'il y a toujours des éléments fluctuants que personne ne maîtrise.

    Jehan et Aryeom ont raison de suivre leurs convictions et d'y croire, c'est LEUR expérience, c'est LEUR vie, c'est LEUR choix.

    Alors encouragez-les plutôt que de les démotiver. Ils ont les principaux ingrédients pour réussir et c'est la Vie qui décidera.

    Au plaisir, j'espère encore, de lire des articles de Jehan.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.