Journal Confession(s) d'un pirate

Posté par .
51
24
juin
2011

Attention : Ce journal est un peu long, et sans rapport direct avec le logiciel libre.

En ce temps où la guerre semble déclarée entre les internautes « pirates » et les tenants de la propriété intellectuelle, j'ai envie de partager mon expérience avec les autres lecteurs de Linuxfr. Pour avoir lu d'autres journaux et commentaires sur ce sujet j'ai l'impression que les gens qui s'expriment ici (je ne pense pas qu'il représentent la majorité, loin s'en faut) ont une opinion bien arrêtée sur le sujet et affirment ne pas télécharger d’œuvres protégées. En ce beau vendredi, j'ai décidé de partager mon opinion sur ce sujet si épineux.

Avant de commencer, laissez-moi me présenter rapidement : J'approche de la trentaine, et comme beaucoup d'entre vous, je travaille dans l'IT. Je gagne relativement bien ma vie et je me situe dans la classe moyenne. Sans rouler sur l'or, je n'ai, à priori (croisons les doigts), pas d'inquiétudes particulières à me faire pour l'avenir. Je suis également un utilisateur de longue date de Linux(1), et un lecteur assidu de linuxfr.org. J'aime bien l'esprit du libre, mais sans en faire une maladie, tout comme l'informatique en général. J'aime ça, vraiment beaucoup, mais ce n'est pas toute ma vie. J'aime le côté ouvert et participatif du libre, surtout le côte « si cela ne marche pas, vous pouvez fixer ». Comme je code un peu, j'ai déjà soumis des patchs à divers projets, dont certains assez importants dans la stack système et d'autres relativement mineurs. Rien de transcendantal cependant, principalement du bugfix et quelques (petits)enhancement. En clair, j'apprécie le libre surtout du côté technique, l'idéologie me laisse assez indifférent : Je ne ferai jamais un « caca nerveux » parce qu'une distribution shippe des composants propriétaires comme flash ou les drivers Nvidia.

Comme le sujet du journal l'indique, je suis un pirate. Certains, qui pratiquent le nitpicking(2) à un niveau olympique, préfèrent le terme le terme de « contrefacteur numérique » ce qui, vous en conviendrez, fait beaucoup moins rêver. Dans mon cas particulier, cela se traduit assez simplement : Je n’achète aucun « bien culturel ». Je télécharge tout : La musique, les films, les séries. Pourquoi ? Au contraire de ce que j'observe habituellement dans les discutions sur ce sujet, je ne vais pas tenter de me dissimuler en dissertant sur tout un faisceau de concepts philosophiques. Je télécharge au lieu d'acheter parce que c'est gratuit, et que si j'ai le choix entre obtenir quelque chose gratuitement ou en payant, je vais forcement choisir la solution gratuite. Période(3). Évidemment, comme je sais qu'ici personne ne me fera l'affront de comparer la copie d'un fichier au vol d'une voiture (ou de tout objet physique) je ne développerai pas ce point.

Généralement, c'est à ce moment là que les multiples questions sur l’honnêteté, le respect des licences (Serait-tu content si on « volait » ton code GPL pour en faire du proprio), la pérennité de la création et la rémunération des artistes font surface. Au départ, je ne me posais pas ces questions. A force de lire les débats à ce sujet, je me suis interrogé sur mon comportement, et sur ma réaction si :
1°) Il devenait impossible (ou beaucoup) trop risqué de télécharger.
2°) Si ma pratique se généralisait, et que l'industrie qui produit ce que je télécharge n'était plus rentable car trop piratée et cessait de produire le contenu que j'affectionne.

Cette réflexion m'a conduit à la conclusion suivante : Je ne suis (pas|plus) prêt à payer pour ce contenu. S'il est gratuit et accessible je le prends, s'il faut payer, je passe mon chemin et je m'occupe autrement.

Pour la musique, j'écoute principalement de la musique US. Je pourrai me lancer dans une longue argumentation sur la disponibilité du contenu mais là encore, je préfère être honnête : Si le supermarché où je fais mes courses avait un rayon entier consacré à Conway Twitty, je n’achèterais pas non plus. Sauf si les albums étaient vendus 2€ pièce, en mp3 et sur clef USB. Et encore.
Et si demain, il n'était plus possible de trouver ma musique gratuitement sur le net ?
J'écouterais la radio et éventuellement j'enregistrerai ce qui me plait via ce biais. Je pourrais également trouver quelqu'un qui pourrait me prêter son support, quitte à utiliser des cassettes ou de la copie analogique comme au bon vieux temps. Mais dans tous les cas, je ne suis pas prêt à payer pour ça, et encore moins 20 euros par CD, ni 0.99€ par titre. En réalité, je n'écoute pas vraiment de musique, juste pour la musique. Je n'écoute de la musique que sur la route, dans ma voiture. C'est plus un « bruit d'accompagnement » qu'autre chose. Si demain les artistes ne trouvaient plus rentable de créer, et les maisons de disque de trier (car c'est, au-delà de l'édition/production, le vrai service qu'elles fournissent), ca ne me dérange pas plus que ça : L'offre existante est déjà pléthorique et satisfait largement mon besoin : Avoir un bruit agréable (et moins répétitif que le moteur) quand je conduis.

En ce qui concerne les films, il y a très peu qui me plaisent. La grande majorité (surtout les films français prétentieux) m'ennuie profondément. Pour vous donner une idée, je n'ai même pas pris la peine de télécharger Avatar tellement le synopsis me plonge dans un ennui profond. En définitive, je n'aime pas le cinéma, et encore moins le cinéma pour lui-même comme l'on peut le voir dans les films « d'auteurs ». Je respecte tout à fait que cela puisse intéresser des gens, mais je ne supporte pas le smug(3) qu'il y a généralement autour. J'aime bien (certains) blockbusters qui font passer le temps dans l'avion, mais généralement même pas assez pour les re-télécharger une fois vus. Je ne vais qu’exceptionnellement, voire jamais, au cinéma : Au-delà du prix totalement délirant en regard du service, je considère le simple fait de devoir me déplacer pour voir des images animées comme un total anachronisme. Et je ne parle même pas des publicités que l'on doit subir, du prix des confiseries, etc. Si je veux faire une « soirée ciné » avec mes amis, il suffit d'aller chez l'un de nous, et en prime l'expérience utilisateur est globalement meilleure.
Et si il n'était plus possible de télécharger ? Et si les cinémas fermaient, et que l'industrie du cinéma faisaient faillite ?
Je m'en passerais, et vu le nombre de films que je vois par an, ca ne me manquerait pas beaucoup.

Ce qui me plait, et que je télécharge le plus en définitive, ce sont les séries (US) : C'est mon divertissement favori, mais sans vouloir répéter ce que j'ai déjà dit plus haut, je ne suis pas non plus prêt à payer des DVD de compilation à plus de 20 euros pièce.
Et si il n'était plus possible de télécharger ?
J'ai dit que je serai honnête, je vais l'être jusqu'au bout : Je serais bien embêté, et ca me manquerait.
Heureusement, elles passent à la télé et que je peux les avoir gratuitement par ce biais. Il me suffit de programmer l'enregistrement et je peux même zapper les publicités. Si j'ai vraiment envie de voir un épisode le jour de sa diffusion, je suis prêt à vendre mon temps de cerveau disponible aux annonceurs. Seul bémol, c'est en VF.
Et si la production n 'était plus rentable, et que les séries s'arrêtaient ?
Ce serait bien dommage, mais j'y crois beaucoup moins : Les séries ne sont pas financés par les ventes de DVD, mais par les chaines de télévision, et donc par la pub. Tant qu'il y aura des gens pour regarder la télévision, il y aura des séries. Comme les séries US sont mises à disposition sur le net généralement le lendemain de leur primo-diffusion je ne pense pas que cela lèse les diffuseurs au point d'impacter les commandes de séries. Je suis donc confiant de ce côté là. Dans le pire de cas, il me reste mon dernier divertissement.

Les livres : J'aime bien lire, et c'est le seul divertissement pour lequel je paye. Je ne télécharge pas d'ebooks non techniques, et je ne veux pas de liseuse. J'aime le papier et je n'ai pas l'impression de me faire voler lorsque j'achète un livre. J'en achète régulièrement, autant neuf que d'occasion. Seul bémol, les insomnies occasionnées ;).

Voilà mes habitudes de pirate qui mettent en péril l'industrie du divertissement. Mais comment puis-je vivre avec ce poids sur la conscience ?
Disons que malgré toutes les campagnes de « sensibilisation » au sort des artiste pillés(que je traduis personnellement en « brainwashing festival »), je n'arrive toujours pas à pleurer sur leur sort. Ces gens-là ont réussi pendant des années à vendre des places de concert/spectacle à un prix très élevé, à vendre des albums relativement cher et se sont beaucoup enrichis. Tant mieux pour eux, c'est le jeu. Les gens ont été prêts à payer, et je ne suis pas sur qu'ils le soient encore.
Que dont-on faire ? Mettre les gens en prison pour téléchargement illégal ? Leur infliger de lourdes amendes en cas de partage de fichiers ? Quid de la propriété intellectuelle ? Les artistes n'ont-ils pas le droit de gagner de l'argent et/ou de faire fortune ? Peut-on pirater les artistes et défendre la GPL, donc le droit d'auteur ?
Je n'ai pas de solution, parfaite, mais il me semble qu'il y a des réponses de bon sens à ces questions.
On ne peut évidement pas mettre des gens en prison ni leur infliger des amendes dissuasives pour des peccadilles. En tout cas, en tant que citoyen dans une démocratie, ce n'est pas ce que je veux. Sans faire appel aux grands mots et aux grands concepts, dans une démocratie, le gouvernement et les lois sont censées être l'émanation de la volonté du peuple. Je ne pense pas, que nous, le peuple, devions nous infliger de lourdes sanctions en cas de non respect du droit d'auteur, du moins dans le cadre privé, cela n'a aucun sens.
Seule l'exploitation commerciale, par les radios, les télévisions, voire les boites de nuit devrait ouvrir droit à une redevance pour les artistes. Le simple particulier ne devrait pas pouvoir être inquiété pour la transgression du droit d'auteur. De la même manière que si un quidam distribue un binaire compilé à partir de code GPL sans donner les sources, c'est évident que ce n'est pas bien, mais le mettre en prison ou lui infliger une lourde amende me semble totalement démesuré. Je trouve que cela n'a aucun rapport avec une société qui prendrait du code source GPL pour en faire un produit commercial propriétaire. Non pas que les entreprises soient le mal en soit, ce qui est très éloigné de ma position, mais l'échelle ainsi que l'éventuel préjudice ne sont juste(3) pas comparables.

Je suis donc pour la « dépénalisation » du droit d'auteur pour le particulier.

Les artistes gagneraient surement moins d'argent, c'est vrai, mais il n'existe pas de droit naturel pour eux à exister au dessus de la masse, comme des demi-dieux. Rappelons-nous que leurs ancêtres, qui remplissaient la même fonction, le divertissement, allaient de château en château et travaillent pour un repas chaud.

Et vous, qu'en pensez-vous ?

(1) : Le terme Linux ne te plait pas ? Tu voudrais voir écrit GNU/Linux et tu tiens à ce que tout le monde le sache ? Ça m'est égal, bonne journée.
(2) : Tu préférerais « pinaillage » ? Tu es un ayatollah de la loi Toubon ? Tu passes ton dimanche à militer contre les anglicismes ? Tu parles couramment l’espéranto et le Klingon ? Bien le bonjour chez toi.
(3) : Voir (2).

  • # Difficile d'aller au bout

    Posté par . Évalué à 6.

    J'ai essayé, mais je dois être effectivement dans les catégories de personnes que tu conchies de manière hautaine. Les anglicismes et ton ton méprisant desservent ton message, et je baisse les bras.

    Bon troll du vendredi :-)

    ­La faculté de citer est un substitut commode à l'intelligence -- Somerset Maugham

    • [^] # Re: Difficile d'aller au bout

      Posté par . Évalué à 10.

      Pourtant, c'est intéressant. Et l'auteur a l'immense mérite de ne pas se cacher derrière ses grands principes et d'être honnête avec lui même (et avec nous).

      Merci de ce journal, a peu de choses près, je suis dans le même cas.

    • [^] # Re: Difficile d'aller au bout

      Posté par . Évalué à 10.

      C'est surtout que pour les francophones, on ne comprend pas tout. Il prend comme acquis que si l'on n'est pas anglophobe, on sait ce que veut dire "nitpicking", "smug", etc.. Et bien sans être anglophobe, je ne comprends pas ces mots.

      • [^] # Re: Difficile d'aller au bout

        Posté par (page perso) . Évalué à -10.

        Et "Google is your friend" ?

        http://en.wikipedia.org/wiki/Nitpicking
        http://translate.google.com/#en|fr|smug

        « En fait, le monde du libre, c’est souvent un peu comme le parti socialiste en France » Troll

        • [^] # Re: Difficile d'aller au bout

          Posté par . Évalué à 10.

          C'est quand mêm pénible de devoir aller traduire chaque mot inconnu sur google lorsqu'on lit un texte. Le texte est long, assez bien écrit, à mon avis, mais ces mots gachent tout.

      • [^] # Re: Difficile d'aller au bout

        Posté par (page perso) . Évalué à -9.

        Tu es un ayatollah de la loi Toubon ? Tu passes ton dimanche à militer contre les anglicismes ? Tu parles couramment l’espéranto et le Klingon ? Bien le bonjour chez toi.

        Hint (*) : suis les petits numéros et lis les notes en bas de page.
        Parler un minimum anglais, c'est juste indispensable aujourd'hui. Il serait temps de s'y mettre.

        * : oui, ça aussi c'est un anglicisme. Tu aurais préféré indice ?

        • [^] # Re: Difficile d'aller au bout

          Posté par . Évalué à 10.

          Faut pas pousser non plus : certains des termes employés ne sont pas très connus, et mettre entre parenthèse la signifgication de ce terme au premier emploi de celui-ci aurait facilité la lecture .

        • [^] # Re: Difficile d'aller au bout

          Posté par . Évalué à 10.

          Autant, je ne fais pas blocage sur l'emploi de termes anglais dans des propos en français quand il s'agit de mots passés dans le langage courant, autant je ne vois pas du tout ce que vient foutre ici ce "nitpicking" ?!?
          Mot que je ne connaissais pas (et il semblerait que je ne sois pas le seul, ici) et qui n'a même pas l'excuse de ne pas avoir de traduction en français !

          Bref, si c'est juste pour se la péter, très peu pour moi ! Je bouffe assez du "faut targeter" et autre conneries du même genre, à longueur de journée pour ne pas devoir en plus me sentir honteux sous prétexte que je réclame un minimum de respecter ses interlocuteurs en employant une langue et un langage qu'ils comprennent...

        • [^] # Re: Difficile d'aller au bout

          Posté par . Évalué à 10.

          Il y a une différence entre mettre un mot anglais car il n'a pas d'équivalent (une traduction en 2 ou 3 mots est aussi un équivalent) et utiliser un mot anglais pour se donner un genre.
          À mon sens, "période" à la place de "point" est humoristique car absurde et caricatural, et ne peut être qu'ironique (du moins je l'espère). En revanche, placer "juste" avant chaque adjectif ne fait que démontrer à votre interlocuteur votre stupidité.

  • # Livre papier

    Posté par . Évalué à 4.

    J'aime le papier et je n'ai pas l'impression de me faire voler lorsque j'achète un livre

    En même temps, tu paies principalement le coût du papier et de l'impression, donc c'est plus dur d'avoir l'impression de se faire "voler" quand il y a un vrai travail d'édition derrière.

    NB: ce qui n'est certainement pas le cas des ebook, alors d'où vient leur prix ???

    • [^] # Re: Livre papier

      Posté par . Évalué à 7.

      la principale structure de coût d'un livre ce n'est pas l'impression,
      cela représente environ 10 à 15% du coût du livre acheté.

      les principales structures de coûts sont liées à la distribution
      (distributeur, libraire) qui représentent environ 50% du coût du livre.

      pour un livre numérique, les coûts principaux sont toujours sur la
      distribution qui représente 50% du coût du livre

      • [^] # Re: Livre papier

        Posté par . Évalué à 3.

        oui, effectivement, je l'avais intégré dans mes propos, même si ce n'était pas dit. Mais ça fait toujours mal au coeur de voir des ebook vendu plus cher que leur version de poche (physique) alors que ces premiers n'ont pas de coût de production et de distribution...

      • [^] # Re: Livre papier

        Posté par (page perso) . Évalué à 7.

        pour un livre numérique, les coûts principaux sont toujours sur la distribution qui représente 50% du coût du livre

        Et après on critique Apple est ses "que" 30% de dîme pour la distribution?
        Euh... Faudrait sérieusement penser à revoir l'optimisation dans la chaîne de distribution, parce que pour un livre, un site web (il y a même des sites d'e-commerce prêt à l'emploi) sur un mutualisé à quelques Euros par mois (même pas de bande passante), et c'est parti. Autant je peux comprendre les frais de publicité pour faire connaitre le bouquin (et le site), autant je ne comprend pas qu'on puisse parler de 50% dans la distribution en numérique. Qu'on doivent accepter les 50% pour les sites "connus" (Fnac, Amazon...), OK, mais ça n’empêche pas de vendre moins cher sur son site (excepté une règle un peu con qu'on appelle prix unique... Finalement, ce "prix unique" ne fait que le bonheur des gros sites de vente, et les écrivain applaudissent, trop bizarre)

        • [^] # Re: Livre papier

          Posté par . Évalué à 4.

          Surtout que pour le livre papier, il y a un fonctionnement un peu particuliers des invendus qui sont retourné, stoqué et/ou détruit à/par l'éditeur.

          "La première sécurité est la liberté"

          • [^] # Re: Livre papier

            Posté par (page perso) . Évalué à 10.

            Mais bien sûr! Mais c'est un problème pour le numérique aussi!

            Mais évidemment Mme Albanel renvoie les livres électroniques non vendus pour cause de piratage, un à la fois, par mail, grâce à OpenOffice. C'est extrêmement laborieux, on ne s'en rend pas compte!

            -----------> [ ]

            • [^] # Re: Livre papier

              Posté par (page perso) . Évalué à 2.

              Et ce que l'on ne dit pas, c'est que l'auteur (qui fait quand même le gros du travail) ne touche pas grand chose sur les livres vendus, généraralement dans les 6 ou 8% ; l'éditeur se met incomensurablement plus dans la poche, sans forécement effectuer de vrais efforts de distribution et de marketing.

              • [^] # Re: Livre papier

                Posté par (page perso) . Évalué à 8.

                l'éditeur se met incomensurablement plus dans la poche, sans forécement effectuer de vrais efforts de distribution et de marketing.

                Pourquoi ne deviens-tu pas éditeur alors? Autant il y a des abus à certains endroit, autant dire que l'éditeur ne fait rien et prend le fric, c'est abusé aussi. Il y a une part de prise de risque (avance sur les droits, impression à x exemplaires etc...), il y a la publicité etc... Si tu prend un éditeur qui ne fout rien, c'est ton problème, mais ne mets pas tous les éditeurs dans le même sac. Il y a en a pas mal qui font un boulot utile.

              • [^] # Re: Livre papier

                Posté par . Évalué à 1.

                J'aimerais apporter un bémol. Si un livre ne se vend pas, ce n'est pas l'auteur qui a pris le plus gros des risques, c'est l'éditeur qui a investit en marketing, c'est lui aussi qui a payé les relecteurs, les pré-épreuves, fait les avances, a payer la documentation, les notes de frais... et si 99% de sa production part au pilon, c'est lui qui paye. Et puis quand on dit éditeur, c'est une société avec plusieurs personnes, donc, 6 à 8% pour un auteur, c'est déjà correct.

        • [^] # Re: Livre papier

          Posté par . Évalué à 6.

          Tu ne connais pas bien le problème de la distribution. Je ne pense pas qu'il soit logique ou moral que la distrib ponctionne 50%, note bien, mais tu ne l'envisages pas comme le service qu'elle propose à l'oeuvre aujourd'hui ; c'est à dire la visibilité, la disponibilité, la prestation de vente au volume (encore que ce dernier point...) et surtout le temps et l'argent "commerciaux" nécessaire pour que l'achat de l'oeuvre puisse se réaliser.

          Éditer, produire, écrire, réaliser, ce n'est pas le même boulot que vendre, et pas mal de gens se sentent très démunis quand il s'agit de vendre : c'est pour ça qu'ils délèguent, tout simplement. Et là, ben t'as pas trop le choix : c'est du racket (pour tout un tas de raisons que j'ai la flemme ou l'incompétence de développer).

          Il y a bien quelques collectifs fédérateurs (http://atheles.org/ , par exemple), et ça marche le temps d'épuiser les bonnes volontés et/où les personnes qui font vraiment vivre les choses alors qu'elles sont payées trois francs six sous.
          Les grosses structures qui concentrent tous les métiers ne sont évidemment pas démunies, elles...

          Donc si tu veux que ton travail circule et que les rentrées financières de cette circulation te permettent de rembourser ne serait-ce qu'une partie de tes frais, d'avoir un peu l'esprit libre pour te consacrer à ton vrai travail artistique et ne pas avoir à penser tout le temps à ton frigo, c'est un peu rapide de dire hop tu crées ta boutique, hop c'est bon !

          Je passe sur le reste : statut commercial, statut personnel (se faire payer en droits d'auteurs, c'est tout un poème...)
          Voilà ^.^

          • [^] # Re: Livre papier

            Posté par (page perso) . Évalué à 1.

            Tu ne connais pas bien le problème de la distribution.

            Je pense surtout qu'on ne parle pas de la même chose, vu que dans "distribution", tu y mets les frais publicitaires. Perso, je pour moi la distribution n'inclut pas la partie publicitaire (visibilité comprise), qui sont deux métiers différents.
            D'où sans doute le "50%" que tu mets dans la distribution, car clairement la publicité est un gros poste de dépense (quand le produit n'est pas bon).

            Maintenant, je serai tenté de dire que quand tu as un bon produit à vendre, la publicité est gratuite (bouche à oreille, sur le net ça va très vite), le problème étant... D'avoir un bon produit à vendre. Et quand la visibilité, la publicité, devient gratuite car ton produit est bon, ben il reste "juste" à payer un petit webmaster et c'est parti.

            Nous n'avons sans doute aussi pas la même vision d'un livre : pour moi, la visibilité vient avec la qualité du livre, la disponibilité vient du site web que tu construits facilement de nos jours, et donc cette partie ne coûte pas cher. Après, si pour compenser la piètre qualité d'une oeuvre, il faut dépenser des sous, ben... Je dirai que ça n'a pas grand chose à voir avec le terme "distribution", mais ça fait plutôt partie du "coût de production" de l'oeuvre.

            PS : bon, je remarque en me relisant que c'est un peu binaire, il est clair pour moi que la bonne qualité d'une oeuvre n'est pas toujours suffisante, le métier de "commercial" est très important aussi, et le succès dépend de la bonne rencontre entre une oeuvre de bonne qualité et une commercialisation de bonne qualité. Maintenant, est-ce qu'un budget de 50% du prix est normal pour la partie pub? Ca fait beaucoup de pub.

            • [^] # Re: Livre papier

              Posté par . Évalué à 6.

              Maintenant, je serai tenté de dire que quand tu as un bon produit à vendre, la publicité est gratuite (bouche à oreille, sur le net ça va très vite),

              J'en parlerai à mon voisin le peintre, M. Van Gogh. :)

              • [^] # Re: Livre papier

                Posté par . Évalué à 7.

                "ça rentre par une oreille et ça ressort par l'autre... attends, je vais essayer un truc"

        • [^] # Re: Livre papier

          Posté par . Évalué à 2.

          merci d'avoir pointé cette phrase, je l'avais lu un peu rapidement la première fois...

          J'aimerais bien qu'on m'explique ces 50% (référence demandée). Que ça coûte cher de produire un livre (papier) et de le distribuer, ok. Mais là, c'est de la mauvaise foi. En toute honnêteté, le piratage des ebook va se développer très vite avec ce genre de pratiques et a de beau jours devant lui. Et pourtant, ce sera difficile de l'en blâmer... Heureusement que quelques éditeurs commencent à faire attention (prix plus intéressants, pas de DRM). Je salue au passage l'initiative d'Ayerdhal, auteur de SF, qui désire créer une maison d'édition en ligne qui profite aux auteurs en se passant de tous les intermédiaires devenus inutiles aujourd'hui (voir ici). Les artistes peuvent se prendre en main.

          • [^] # Re: Livre papier

            Posté par . Évalué à 3.

            Justement, sur un forum que je fréquente (rien à voir avec Linux), un des participants raconte son aventure alors qu'il est en train d'éditer son propre livre de SF, à la fois en e-book et version papier. Je lui ait posé la question des prix

            http://www.dual-boxing.com/showthread.php?t=42191&page=4#34

            L'e-book est vendu $5.74 et il récupère $1.95
            Le livre papier sera vendu $14.15, dont $5.10 d'impression sur quoi Amazon prend 55 %. Il détaille aussi des frais fixes qu'il a du payer (d'où un minimum de ventes pour commencer à faire des bénéfices). Il donne d'autres détails sur son blog.

            Cela confirmerait donc ce qui a été dit ici.

            • [^] # Re: Livre papier

              Posté par (page perso) . Évalué à 4.

              L'e-book est vendu $5.74 et il récupère $1.95

              Finalement, on va trouver Apple et ses 30% pas si cher : sur $5.74, il peut récupérer $4.00 rien qu'en le mettant en vente sur iPad, et Apple est une bonne source de revenu sans trop de besoin de pub...

              Il y a vraiment de l'abus. Je me demande aussi pourquoi il ne le met simplement en vente sur un site vite fait à lui, ce serait toujours ça de gagné (et il faut vraiment pas beaucoup de temps ni compétences techniques pour mettre en place la chose...)

              • [^] # Re: Livre papier

                Posté par . Évalué à 1.

                Mais dans le cas cité plus haut, il n'est pas dit si l'auteur édite vraiment lui même ou s'il passe par une maison d'édition pour la version numérique. D'après sa réponse sur le forum, j'ai plutôt l'impression que c'est ce dernier cas. En tout cas, je suis certain qu'il y a moyen de faire beaucoup mieux du point de vue rémunération.

              • [^] # Re: Livre papier

                Posté par . Évalué à -2.

                Je me demande aussi pourquoi il ne le met simplement en vente sur un site vite fait à lui

                Parce qu'il vendrait 50 a 100 exemplaires a tout peter.
                Ton erreur c'est de considerer que le travail de distribution d'apple et amazon se limite a une connexion tcp qui amene des bits dans sur disque dur.
                Le gros de leur travail c'est justement la visiblite, leur base de client monstrueuse et la facilite d'achat.

                If you can find a host for me that has a friendly parrot, I will be very very glad. If you can find someone who has a friendly parrot I can visit with, that will be nice too.

                • [^] # Re: Livre papier

                  Posté par (page perso) . Évalué à 4.

                  C'est sûr qu'en ne faisant rien et en continuant de passer par les gros sites, on va changer les choses. Après, si on ne fait rien pour que ça change (rien n'interdisant d'avoir son site en parallèle des gros sites), faut pas venir se plaindre que les gros sites se servent bien, c'est un choix.

                  Visibilité, base de client, clair que ça aide beaucoup, mais pour la facilité d'achat, un site à part marche très bien aussi (Paypal n'est pas pire qu'Amazon pour un achat). Et surtout le respect de ceux qui souhaitent filer la thune hors du système Amazon (je comprend tout à fait qu'on n'ait aucun scrupule à contrefaire un e-book : dans la contrefaçon, finalement, l'auteur ne perd pas grand chose, c'est Amazon qui perd le plus, donc. bon, si pour éviter Amazon, il faut passer par la contrefaçon...).

                  Internet permet d'autres expériences dans la relation "client", encore faut-il se jeter dans l'aventure.

        • [^] # Re: Livre papier

          Posté par (page perso) . Évalué à 3.

          À noter la justification d'un auteur de SF (Charlie Stross) qui ne met pas de lien pour recevoir des dons sur son site : http://www.antipope.org/charlie/blog-static/2009/03/reminder-why-theres-no-tipjar.html
          En gros, son argument est que sans éditeur, le livre n'aurait jamais existé. Les coûts ne sont pas uniquement dûs à l'impression (ou la distribution électronique) et le marketing, il y a par exemple le risque qu'ils prennent en avançant les auteurs. Avance qui leur permet de travailler à plein temps sur leurs oeuvres.

          Les profits sur les livres (à part pour les rares best-seller) sont bien inférieurs à ceux que les marges énormes de l'industrie du disque / cinéma. (Il ne cite pas de sources et je n'en ai pas sous la main, si quelqu'un veut vérifier ça doit se trouver.)

          Et, bien qu'hors sujet dans ce thread, il rappelle aussi que les livres d'occasions (souvent cités comme alternative au piratage) ne rapporte rien aux ayant-droits.

          • [^] # Re: Livre papier

            Posté par (page perso) . Évalué à 4.

            La différence entre le livre et le cinéma c'est que le livre n'a pas eu un âge d'or où il arrivait à vendre pleins de trucs à des prix exorbitants.

  • # Anglicismes

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    nitpicking(2)

    Alors là, franchement, je ne comprends pas. Autant je comprends qu'on puisse utiliser des anglicismes courants par flemme ou par instinct grégaire, autant je n'arrive pas à comprendre ce qui t'amène à te forcer à utiliser celui-ci, qui est tout sauf courant et qui nécessite une explication pour être compris.

    • [^] # Re: Anglicismes

      Posté par . Évalué à 8.

      autant je n'arrive pas à comprendre ce qui t'amène à te forcer à utiliser celui-ci
      hint: new account + friday

      • [^] # Re: Anglicismes

        Posté par . Évalué à 5.

        Hmmm, i don't know, can i make a call, or ask the audience?

        Depending on the time of day, the French go either way.

        • [^] # Re: Anglicismes

          Posté par . Évalué à 10.

          "Can I téléphoner à un ami, or ask l'avis du public ?"

          À ceux qui aiment tant remplir leur français de mots anglais, parlez carrément uniquement en anglais, ça aura l'avantage d'être cohérent.

    • [^] # Re: Anglicismes

      Posté par (page perso) . Évalué à -10.

      "Pinaillage" et "pinailleries" sont tous deux très désagréables à l'oreille (probablement le suffixe "age" et "rie" combinés au son "aill"), et je préfère de loin lire "nitpicking" (qui est, en passant, un mot plutôt courant).

      Je peux comprendre qu'on s'attriste de l'invasion de l'anglais dans notre vocabulaire et je suis conscient que mon avis est biaisé parce que je lis couramment l'anglais, mais l'anglais a un vocabulaire plus riche que le français et la culture anglophone est plus importante tant en nombre de locuteurs qu'en nombre d'oeuvres.

      De plus, des milieux spécialisés tels que l'informatique ou les sciences utilisent presque essentiellement cette langue, et la création de nouveaux termes se fait donc en anglais. On peut traduire ces nouveaux termes, mais leurs équivalents français sonneront alors « bizarre », tout simplement parce que l'original est bien plus courant. On peut inventer des mots comme "cadriciel" en affirmant « Certes, ça sonne bizarre, mais si suffisamment de personnes l'utilisent, le mot semblera naturel ! », mais il faut se rendre à l'évidence : ça ne marche pas comme ça, c'est trop tard.

      "Nitpicking" n'a rien d'un terme technique, mais son utilisation ici est quand même, à mon avis, liée : quand on baigne dans un milieu anglophone (mailing lists d'informatique, ...) ou à vocabulaire anglophone, la langue anglaise nous semble de plus en plus naturelle, et on finit par préférer les sonorités de certains mots anglais par rapport à leurs équivalents français.

      • [^] # Re: Anglicismes

        Posté par (page perso) . Évalué à 1.

        mais l'anglais a un vocabulaire plus riche que le français

        Si tu parles de l'étendu du vocabulaire, je ne pense pas. Par contre je pense que la langue anglaise est suffisamment flexible pour exprimer beaucoup plus de choses et de façon plus nuancée que le français.

        Chippeur, arrête de chipper !

        • [^] # Re: Anglicismes

          Posté par (page perso) . Évalué à 10.

          Si tu parles de l'étendu du vocabulaire, je ne pense pas.

          Tout à fait.

          Par contre je pense que la langue anglaise est suffisamment flexible pour exprimer beaucoup plus de choses et de façon plus nuancée que le français.

          Il vaut mieux lire ça qu'être aveugle - même si on est trolldi !

          Un exemple célèbre d'imprécision de l'anglais est la résolution 242 de l'ONU, après la guerre des six jours, dont la traduction en anglais parlait du « withdraw from occupied territories » : les sionistes comprenaient ça comme « from some of the » et non pas « from the » alors que les Palestiniens utilisaient la version officielle (en français, langue de la diplomatie) qui disait clairement « retrait des territoires occupés ».

          Et ce n'est pas avec la généralisation du gloubiboulga à base d'anglais qui tient lieu de langua franca que ça risque de s'améliorer !

          • [^] # Re: Anglicismes

            Posté par (page perso) . Évalué à 1.

            Tu as sûrement raison. En fait je m'appuyais sur le souvenir que j'ai d'un très bon texte que j'avais lu y'a looongtemps et qui expliquait de façon limpide les différences entre ces deux langages. Mais de toute façon, c'est un domaine qui échappe tellement à ma compétence que je préfère arrêter d'en causer ;)

            Chippeur, arrête de chipper !

            • [^] # Re: Anglicismes

              Posté par (page perso) . Évalué à 3.

              Certaines caractéristiques de l'anglais permettent quand même une meilleure précision et concision. Par exemple, en français, les pronoms possessifs s'accordent avec le genre du nom possédé, ce qui n'apporte aucune information, alors qu'en anglais c'est avec le genre du possédant.
              Comparez « Alice et Bob [...] son ordinateur est [...] » et « Alice and Bob [...] her computer is [...] ». Selon le contexte, atteindre le même degré de précision en français peut générer des phrases très lourdes, avec beaucoup de répétitions et des propositions juxtaposées supplémentaires.

              Ce n'est pas lié au vocabulaire, et ça n'a rien à voir avec le problème de ce journal, et je n'écris pas ça pour justifier mon premier commentaire (j'assume l'entière responsabilité de mon moinssage).

              • [^] # Re: Anglicismes

                Posté par . Évalué à 2.

                Comparez « Alice et Bob [...] son ordinateur est [...] » et « Alice and Bob [...] her computer is [...] ». Selon le contexte, atteindre le même degré de précision en français peut générer des phrases très lourdes, avec beaucoup de répétitions et des propositions juxtaposées supplémentaires.

                La français reste une langue assez souple : on peut compléter avec « son ordinateur à lui ». Je trouve que ça rend bien sans alourdir le texte.

                Article Quarante-Deux : Toute personne dépassant un kilomètre de haut doit quitter le Tribunal. -- Le Roi de Cœur

            • [^] # Re: Anglicismes

              Posté par (page perso) . Évalué à 10.

              Le texte était référencé ici même et expliquait que l'Anglais permettait s'il est employé correctement d'obtenir des phrases au sens plus précis et rigoureux, et donc plus adapté aux sciences, là où le Français serait plus propice à la poésie (ou quelque chose dans le genre).

              L'exemple cité pour l'imprécision du Français:

              "Pour son anniversaire, il a offert son portrait à sa femme".
              Le portrait de qui?

              Vu de ma fenêtre, en tant qu'expatrié qui parle finalement Français uniquement avec ma femme (non native) et mes potes Francophones ici, et qui travaille en Anglais (et autre, mais beaucoup Anglais quand même), je reste sur ma position initiale:

              Ceux qui utilisent des mots d'Anglais à tout bout de champ dans leurs conversations en Français se rangent dans deux catégories:
              - manque de vocabulaire en Français (et ça m'arrive, il y a des mots qui ont du mal à revenir, surtout en technique quand on a appris la version anglaise en premier!! je ne vous parle pas non plus de mon niveau en orthographe qui ne monte ni ne stagne... arf!)
              - syndrome du "si-je-parle-en-Anglais-ça-pète-à-mort", qu'on trouve exacerbé dans les mangas japonais (ben oui, "armure", ça fait trop banal, mais "cloth", tout de suite, ça claque! non? ben eux doivent penser que si très fort...)

              Bref, au contraire de certains, parler peu Français tous les jours me donne envie de le parler plus et mieux, même si quand vous repassez par la France, vous ne pouvez pas lancer la conversation style "oh, pardon, je parle Anglais, j'a plus l'habitude, tu comprends, my life est à l'international, j'ai du mal à switch back" qui vous permet de caser à quel point vous êtes "intéressants" (pour un dîner de mercredi soir).

              Conclusion: Sans vouloir être conservateur ou figé, on a une belle langue, agréable à l'oreille, et suffisamment riche pour ne pas nécessiter d'importer des mots sauf très rares exceptions. Alors faut arrêter de se la péter avec 3 mots d'Anglais insérés n'importe comment!

              • [^] # Re: Anglicismes

                Posté par . Évalué à 2.

                A défaut d'adopter le vocabulaire anglais, tu as adopté sa typographie : les noms de langue ne prennent pas de majuscule en français ;)

                • [^] # Re: Anglicismes

                  Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                  Ah! Au temps pour moi!
                  Je classe ça dans les trucs oubliés (avec beaucoup de mauvaise foi parce que je ne saurai affirmer avec certitude que je ne faisais pas la faute avant...).

                  Merci pour le rappel!

              • [^] # Précision

                Posté par . Évalué à 6.

                "Pour son anniversaire, il a offert son portrait à sa femme".

                Tu veux dire « Pour son anniversaire, il a offert un portrait d’elle à sa femme » ou « Pour son anniversaire, il a offert un portrait de lui à sa femme » ?

                Être précis dans une langue, c’est plus évident quand
                – on maîtrise la langue ;
                – on a l’intention d’être précis (c’est-à-dire pas de faire un exemple comme quoi la langue ne serait pas précise).

                Après, je pense comme Claude Piron que l’anglais pose globalement plus de problèmes de précision. Je cite son argumentaire :

                On fait croire que l'anglais est une langue aussi précise que la plupart des autres. Tromperie. L'anglais est nettement plus imprécis, faute de repères grammaticaux, et parce que les champs sémantiques sont souvent trop vastes. Quelques exemples:
                    a) Develop an industry peut signifier aussi bien "créer une industrie" que "développer une industrie déjà existante".
                    b) Bush warned against attacking Iran peut signifier "Bush a conseillé de ne pas attaquer l'Iran" ou "Bush (est) mis en garde (par quelqu'un d'autre) contre l'idée d'attaquer l'Iran".
                    c) Une interprète de ma connaissance a commencé par rendre Iraqis today have no power par "les Irakiens n'ont pas de pouvoir" alors que quelques minutes plus tard la suite du discours a montré qu'il aurait fallu traduire par "Il n'y a pas de courant électrique en Irak aujourd'hui".
                    d) English teacher peut se dire aussi bien d'un professeur anglais qui enseigne les mathématiques que d'un professeur hongrois qui enseigne l'anglais.

                Théorie du pot-au-feu : « Tout milieu où existe une notion de hauteur (notamment les milieux économique, politique, professionnels) se comporte comme un pot-au-feu : les mauvaises graisses remontent. »

        • [^] # Re: Anglicismes

          Posté par (page perso) . Évalué à 10.

          mais l'anglais a un vocabulaire plus riche que le français

          Effectivement

          libre => free
          gratuit => free

          Tout le monde a droit à la sécurité et à la protection de leur vie privée, pas seulement ceux qui gèrent les sites de commerce électronique.

      • [^] # Re: Anglicismes

        Posté par . Évalué à 7.

        « l'anglais a un vocabulaire plus riche que le français »

        J'en suis pas certain. Les mots justes existent bien souvent, mais par manque de connaissance ou par flemme ils sont parfois peut utilisé.

        D'ailleurs souvent les termes anglais informatiques peuvent trouver des traductions en français pas trop mal :
        framework -> cadre applicatif
        toolkit -> boite à outils
        plugin -> greffon
        package -> paquet
        library -> bibliothèque

        Par exemple les traductions de Debian utilisent ces termes, pourtant Debian n'est pas connu pour être particulièrement grand public…

        • [^] # Re: Anglicismes

          Posté par (page perso) . Évalué à 2.

          toolkit -> boite à outils

          Au risque de passer pour un pinailleur[*] mais je ne proposerais plutôt «trousseau d'outils» ou «jeu d'outils» la boîte (toolbox) étant un peu plus grosses et le coffre (toolchest) encore plus! Plus rares que toolkit, ces deux dernières expressions sont cependant parfois utilisées en informatique, ce n'est donc pas tout à fait inutile de chercher à faire la distinction.

          Avec une explication aussi longue, c'est assez clair qu'il s'agit de pinaillage!

          [*] Où ça? Ailleurs! ->[]

          • [^] # Re: Anglicismes

            Posté par (page perso) . Évalué à 2.

            Non, c'est pas du pinaillage, c'est de la philologie… Mais apparemment la nuance semble trop étroite pour certains esprits qui le sont encore moins.

            • [^] # Re: Anglicismes

              Posté par (page perso) . Évalué à 5.

              Ici on parle d'informatique et les anglicismes évoqués ont particulièrement vocation à figurer dans des descriptions ou des manuels de logiciels… On ne trahit pas indécemment la pensée de l'auteur en traduisant dans ce contexte toolkit par boîte à outils, et on ne trahit pas la vocation des philologues en les laissant s'occuper d'autres textes.

              Mais apparemment la nuance semble trop étroite pour certains esprits qui le sont encore moins.

              Il faut que tu retravailles ton jeu de jambes, apparemment tu t'es pris les pieds dans le tapis. :P

              • [^] # Re: Anglicismes

                Posté par (page perso) . Évalué à 0.

                1. Je parlais de la nuance entre pinaillage et philologie, mais j'aprouve pleinement ton propos quant à la juste traduction de toolkit.
                2. La vocation des philologue est d'aimer le langage. La philologie est donc concernée par tout échange linguistiques, quels que soit les domaines de compétence traités.
                3. Quant aux pieds dans le tapis, en effet… D'ailleurs je m'en vais sortir de ce pas.
        • [^] # Re: Anglicismes

          Posté par (page perso) . Évalué à 1.

          Je pense que différents facteurs jouent un rôle dans l'utilisation de mots anglais plutôt que leur équivalent français. Le "manque de connaissances" dont tu parles me parait être une conséquence plutôt qu'une cause.

          Les sonorités : "library" dans le sens technique n'est pas utilisé tel quel, mais malheureusement traduit en "librairie". Cette traduction étant différente du sens original, j'utilise uniquement "bibliothèque".
          Les mots finissant en "ing" ont envahi la langue française, et ce son choque pas : parking, jogging, bodybuilding, ... On a par exemple "cherry-picking" qui parait plutot naturel dans une phrase en français.

          La concision du mot : toolkit, un mot de 5 lettres contre le double de lettres en trois mot. De plus le mot "kit" est entré dans l'usage courant en français : "meuble en kit", "kit 5.1".

          Pour continuer avec tes exemples, "package" est non seulement difficile à prononcer en français, mais en plus "paquet" est aussi court, et proche de l'original. Je ne vois pas l'intérêt de dire « j'ai installé les packages de KDE ».

          Je n'ai rien contre "greffon", mais je préfère d'"extension firefox" plutot que de "plugin firefox" ; plugin peut sembler plus naturel en informatique, puisqu'on "plug" des câbles usb, d'alimentation etc.

          • [^] # Re: Anglicismes

            Posté par (page perso) . Évalué à 5.

            extension = add-on (on ajoute, on étend)
            greffon = plug-in (on branche, on greffe)
            La nuance existant en anglais et en français, il serait dommage de s'en passer en français alors qu'on l'utilise en anglais.

  • # Plutôt d'accord

    Posté par . Évalué à 5.

    Je suis plutôt d'accord sur beaucoup de point avec toi (le prix du cinéma, des concerts de "grandes" stars, etc).
    Bon, un désaccord avec toi : certains anglicisme. Le "période", c'était un peu "too much" et du coup ca voulait rien dire, autant dire "period".

    Pour le sujet, je n'ai pas la même consommation de musique que toi. Pour moi, ce n'est pas juste un bruit de fond dans la voiture, pour moi c'est essentiel. Autant je vivrais sans télé/films assez facilement, mais sans musique et sans livre, oui, ca serait plus difficile. Bon, le fait que je danse n'aide pas, la musique est un support pour mes plaisirs physiques ^^. Moi ce que je fais en général, c'est d'avoir la musique en piraté jusqu'au moment où je vais en concert où là, j'achète les albums, car je sais que l'argent ne fera pas 20 000 tours avant d'aller dans la poche de l'artiste. L'artiste, je ne l'ai pas connu par du tabassage publicitaire de majors alakon, aucune envie de payer ces crevards pour le tabassage publicitaire de Johnny Halliday dont j'en ai cure !
    Et les gros artistes que j'aime et qui font des concerts ? Je n'y vais pas, sauf si on me paye la place (arrivé 1 fois), ou si l'artiste me plait vraiment (ce qui n'est jamais arrivé pour le moment). 40 ou 60 € des places pour voir 1 seul artiste, ca fait mal aux fesses (j'ai l'habitude d'aller à des concerts avec 3 artistes minimum, et au final, ca revient max a 30€, là je veux bien).

    • [^] # Re: Plutôt d'accord

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      Moi ce que je fais en général, c'est d'avoir la musique en piraté jusqu'au moment où je
      vais en concert où là, j'achète les albums, car je sais que l'argent ne fera pas 20 000
      tours avant d'aller dans la poche de l'artiste.

      Pareil, ca fait bien longtemps que je n'achete plus de CD (sauf magasin spécialisé mais c'est rare) et que je n'achete qu'en concert sur les stands des groupes ou des distros indépendantes.

  • # individualiste, consumériste et égoïste

    Posté par . Évalué à 8.

    Cette réflexion m'a conduit à la conclusion suivante : Je ne suis (pas|plus) prêt à payer pour ce contenu. S'il est gratuit et accessible je le prends, s'il faut payer, je passe mon chemin et je m'occupe autrement.

    Tu bosses gratuitement toi ? Tu as une belle mentalité de merde, bien individualiste, consumériste et égoïste. Oui, je sais, ce n'est pas agréable à lire.

    • [^] # Re: individualiste, consumériste et égoïste

      Posté par . Évalué à 2.

      Euh, je crois qu'il y a une différence entre "travailler pour un salaire" et faire de l'art pour des gros cachés. (il semble que c'est eux qui vivent de la vente de disques)
      Pour ma part, j'ai le plaisir de jouer de la musique en amateur, le plaisir d'écrire du code pour le partager avec des amis, et aussi le plaisir d'écrire du code pour un salaire. Je t'assure que ce n'est pas tout assimilable à du "travail" et que chacun ne mérite pas la même gratification.

      • [^] # Re: individualiste, consumériste et égoïste

        Posté par . Évalué à 9.

        Tout le monde ne peut pas être amateur. Que tu puisses jouer les jeux interdits dans ta chambre, c'est pas trop le problème.

        Je suis désolé, mais tu ne peux pas retirer le statut de professionnel à des musiciens, écrivains sous prétexte qu'ils peuvent prendre du plaisir dans leur travail. La société à trop à perdre.

        • [^] # Re: individualiste, consumériste et égoïste

          Posté par . Évalué à 2.

          La société a trop à perdre

          A prouver, vu l'utilisation décrite dans le journal, pas pour son auteur.
          Moi c'est sûr que j'aurais beaucoup à perdre (sans musique, la vie ...) et j'aimerais pas vivre dans un monde sans produit culturel, mais bon :
          1 - a-t-on le droit d'extrapoler ainsi ?
          2 - pas sûr que l'absence (une moindre) de rémunération arrêterait cette production

          • [^] # Re: individualiste, consumériste et égoïste

            Posté par . Évalué à 6.

            j'aimerais pas vivre dans un monde sans produit culturel

            Moi non plus, de même que je ne veux pas que l'ensemble de la production soit amateur. Les raisons seraient la qualité de la production, mais surtout donner de l'argent, c'est aussi donner de la valeur aux choses et donner de la liberté aux artistes. Même RMS est d'accord avec ça.

          • [^] # Re: individualiste, consumériste et égoïste

            Posté par (page perso) . Évalué à 6.

            2 - pas sûr que l'absence (une moindre) de rémunération arrêterait cette production

            Le droit d'auteur comme principe de rémunération des musiciens est une très jeune chose par rapport à l'apparition de cette activité artistique. Typiquement les artistes étaient auparavant subventionnés, soit par un mécène, soit par un travail lié à leur art (comme Kapellmeister, professeur au conservatoire, etc.) et écrivaient certaines de leurs œuvres sur commande. Ce qui est menacé par le piratage, c'est un modèle de financement des artistes vieux de moins d'un siècle: la civilisation et la culture ne sont pas en danger.

            Un principe du libéralisme économique est que les modèles peu viables disparaissent naturellement: si le piratage menace l'industrie musicale, on peut soit lutter contre le piratage, soit organiser la disparition du modèle de financement actuel et favoriser l'émergence de son successeur, pour éviter que cette transformation ne passe par une situation de crise.

            (Piratage que je ne pratique pas, soit dit en passant.)

      • [^] # Re: individualiste, consumériste et égoïste

        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

        Euh, je crois qu'il y a une différence entre "travailler pour un salaire" et faire de l'art pour des gros cachés. (il semble que c'est eux qui vivent de la vente de disques)

        Tu parles de ces planqués qui vivent de ce que rapporte le deal de cachets?

    • [^] # Re: individualiste, consumériste et égoïste

      Posté par (page perso) . Évalué à 10.

      Faut dire que la société tend à cette seule façon de voir les choses. Difficile de le blâmer lui en particulier quand l'immense majorité des gens font de même ou quand on n'a pas une éthique de vie parfaite et parfaitement définie. Et je n'ai croisé que peu de personnes de ce monde qui ont trouvé un mode vie, de consommation et de réflexion qui ne soit exempt de reproches.

      Enfin, si je puis me permettre, résumer la mentalité d'une personne à sa seule manière de consommer un type de produit est peu élégant. Personne n'est parfait et au moins l'auteur du journal semble avoir remarqué certaines faiblesses de sa façon de faire. Qui sait si il ne donne pas son sang tous les 4 matins, ne participe pas à des ONG ou des associations d'entraide etc en contre partie?

      A mon avis, quelqu'un qui a le recul nécessaire à l'écriture d'une telle confession n'est pas foncièrement con ou mauvais...

      • [^] # Re: individualiste, consumériste et égoïste

        Posté par . Évalué à -1.

        Personne n'est parfait et on vit dans une société décadente. Ok, ça n'empêche pas la réalité. J'en ai un peu marre de ce discours angéliste sur les téléchargeurs fous. On avale des kilos de couleuvre, des tonnes de lois, la surveillance du réseau, tout ça pour empêcher le téléchargement illégal de lady gaga. Donc, qu'il continue de télécharger mais qu'ils assument leur sale mentalité.

        résumer la mentalité d'une personne à sa seule manière de consommer un type de produit est peu élégant.

        Oui, c'est peu élégant, mais je regarde des actes, uniquement. Il fait un travail utile pour le logiciel libre comme développer une alternative libre à google document, j'aurais trouvé que c'était un gars bien.

        quelqu'un qui a le recul nécessaire à l'écriture d'une telle confession n'est pas foncièrement con ou mauvais...

        Si je l'estimais incapable de comprendre, je n'aurais pas commenté.

      • [^] # Re: elle est où la confession?

        Posté par . Évalué à 6.

        A mon avis, quelqu'un qui a le recul nécessaire à l'écriture d'une telle confession n'est pas foncièrement con ou mauvais...

        Je n'ai pas trouvé cette fameuse confession dont tout le monde parle (dès le titre du journal).
        Une confession c'est quand tu admets que tu as fait quelque chose de mal. Là l'auteur dit juste qu'il a fait quelque chose d'illégal mais que en fait il ne trouve pas ça mal.
        Aucune remise en question donc, ça tient plus du doigt d'honneur que de la confession.

        Quant aux anglicisme, je ne comprends pas bien l'intérêt d'écrire certains words en anglais et d'autres en french. C'est simplement ridicule.

    • [^] # Re: individualiste, consumériste et égoïste

      Posté par . Évalué à 10.

      C'est bizarre mais les auteurs des œuvres les plus piraté, étonnamment ne sont pas SDF du tout. Donc, non, il ne bosse pas gratuitement et gagne beaucoup d'argent, ton argument ne tient pas.

      "La première sécurité est la liberté"

      • [^] # Re: individualiste, consumériste et égoïste

        Posté par . Évalué à 2.

        Je ne parles aucunement des auteurs des œuvres. Je parle de l'attitude extrêmement courte-termiste du piratage. ça m'arrive de télécharger quelques œuvres mais je suis parfaitement conscient de ce que je fais, et je ne me réfugie pas derrière des principes aussi amoraux que simplistes "je peux le faire sans me faire prendre, donc je le fais"

        • [^] # Re: individualiste, consumériste et égoïste

          Posté par (page perso) . Évalué à 10.

          Continue ta réflexion : pourquoi pirates-tu alors?

          ⚓ À g'Auch TOUTE! http://agauch.fr

          • [^] # Re: individualiste, consumériste et égoïste

            Posté par . Évalué à 4.

            Plusieurs raisons, dont la fainéantise. J'ai une cdthèque de 450 CD, il est plus rapide pour moi de retélécharger des versions MP3 de cette cdthèque.

            Des fois, je télécharge pour découvrir des artistes, puisque les radios ne passent pas mes goûts musicaux, mais je rachète souvent les albums qui me plaisent.

            Rien d'original, je faisais la même chose avant Internet.

            • [^] # Re: individualiste, consumériste et égoïste

              Posté par (page perso) . Évalué à 4.

              il est plus rapide pour moi de retélécharger des versions MP3 de cette cdthèque.

              Ah? ça aussi c'est pirater?

              mais je rachète souvent les albums qui me plaisent.

              1. Souvent n'est pas toujours. Comment justifies-tu ce piratage?
              2. Tu ne rachètes, puisque tu ne l'as jamais acheté!
              3. Le but de l'industrie est que tu achètes aussi ceux qui ne te plaisent pas...

              ⚓ À g'Auch TOUTE! http://agauch.fr

              • [^] # Re: individualiste, consumériste et égoïste

                Posté par . Évalué à 4.

                1. je justifie par la saturation des médias et la disparition des disquaires de proximité. 2. excuse-moi. il ne fait pas bon d'être une mouche dans ton coin.
                2. Le but de l'industrie je m'en tamponne. Il y a de l'hypocrisie du coté de l'industrie comme du coté des "bons" tipiaks.
              • [^] # Re: individualiste, consumériste et égoïste

                Posté par . Évalué à 4.

                Art. L. 335-2. Toute édition d'écrits, de composition musicales, de dessin,
                de peinture ou de toute autre production, imprimée ou gravée en entier ou en
                partie, au mépris des lois et règlements relatifs à la propriété des auteurs,
                est une contrefaçon ; et toute contrefaçon est un délit.

                La contrefaçon en France d'ouvrages publiés en France ou à l'étranger est
                punie de deux ans d'emprisonnement et de 1 000 000 F d'amende. (L. n° 94-102
                du 5 février 1994, art. 1er)

                Seront punis des mêmes peines le débit, l'exportation et l'importation des
                ouvrages contrefaits.

                Si je comprends bien cette dernière phrase, oui c'est aussi pirater que de télécharger les MP3 des œuvres disonibles sur tes CD.

        • [^] # Re: individualiste, consumériste et égoïste

          Posté par . Évalué à 6.

          je suis parfaitement conscient de ce que je fais, et je ne me réfugie pas derrière des principes aussi amoraux que simplistes

          Du coup, ça veut dire quoi que tu es "parfaitement conscient de ce que tu fais" ?

    • [^] # Re: individualiste, consumériste et égoïste

      Posté par (page perso) . Évalué à 10.

      Encore faudrait il prouver que l'art est un travail...

      Et ton discours sur la société qui aurait trop à perdre... MOUAHAH

      Si on supprimait le travail rémunéré inutile: artistes, commerciaux, pub, ... , qu'on recentrait la société sur une production raisonnée et un travail equitablement partagé, je pense que l'art aurait TOUT à y gagné...

      Combien d'artistes potentiels étouffés par leur journée de travail ?

      Avec tout c’qu’on produit sans parler de tout c’qu’on jette
      Pourquoi tout l’monde n’as pas d’quoi se remplir une assiette
      Se trouver un toit même en n’bossant que le lundi,
      Et ceux qui veulent une télé, ils y retournent le mardi. 
      
      Les malpolis.
      
      • [^] # Re: individualiste, consumériste et égoïste

        Posté par . Évalué à -6.

        l'art est un travail

        C'est pourtant une évidence. Je ne vois pas comment tu peux prouver l'inverse.

        Si on supprimait le travail rémunéré inutile: artistes, commerciaux, pub
        Tu confonds culture et industrie. D'ailleurs une partie non négligeable des artistes travaillent dans le but de vendre un bien dans le domaine du divertissement. Ainsi, une part non négligeable de la production musical n'existe que parce qu'il y a des clients.

        Combien d'artistes potentiels étouffés par leur journée de travail ?

        La vie est ouverte, rien n'est joué. Qu'ils démissionnent de leur journée de travail.

        • [^] # Re: individualiste,consuméristeetégoïste

          Posté par (page perso) . Évalué à 5.

          D'ailleurs une partie non négligeable des artistes travaillent dans le but de vendre un bien dans le domaine du divertissement.

          la plupart on un boulot qui n'a rien à voir avec leur art. Seule une
          petite partie rend public cet art, et une infime partie en vit.

          • [^] # Re: individualiste,consuméristeetégoïste

            Posté par . Évalué à -5.

            la plupart on un boulot qui n'a rien à voir avec leur art. Seule une
            petite partie rend public cet art

            les mecs qui chantent dans leur salle de bain, franchement, on s'en fout. on ne peut pas tout galvauder et un mec qui ne diffuse pas son "art" n'est tout simplement pas un artiste. Les mots ont quand même une définition. Il faut relire les définitions de l'art de platon, kant et autres philosophes qui discutent de ces notions depuis des millénaires.

            • [^] # Re: individualiste,consuméristeetégoïste

              Posté par (page perso) . Évalué à 2.

              Les caractères utilisés à propos des artistes sont particulièrement variables dans
              l'histoire et n'ont pas de définitions universelles (de même que pour l'art, un « faux
              concept » anhistorique).

              Ils ont comme origine une expérience, une appréciation personnelle, un regard4 et sont
              la conséquence d'un intérêt collectif propre à une culture5. De plus, la notion
              d'artiste – ou son absence – et l'imaginaire qui l'accompagne, est liée à l'idée de
              sujet et d'altérité chez un groupe humain, à une époque déterminée.

        • [^] # Re: individualiste, consumériste et égoïste

          Posté par (page perso) . Évalué à 4.

          C'est pourtant une évidence. Je ne vois pas comment tu peux prouver l'inverse.

          Je ne suis pas contre l'idée que l'art, ou l'activité artistique, soit un travail, mais ton argument est un peu court: postuler l'évidence c'est refuser le débat!

      • [^] # Re: individualiste, consumériste et égoïste

        Posté par . Évalué à 10.

        Tu n'as certainement jamais assisté à des répétitions ou à une phase de création de spectacle. Tu n'as sûrement jamais non plus rempli un camion de 14m³ de matériel, installé et branché son contenu, joué dans le dit spectacle, puis tout démonté et tout rangé dans le camion qu'il faut maintenant reconduire 200km plus loin pour tout décharger encore une fois. En une journée, et pour une somme qui peut être aussi basse que 77,80€ (8h officiellement, 12h en réalité). Non, l'art n'est pas un travail, c'est bien connu. On ne fait que profiter des aides sociales, se déguiser pour amuser le vrai peuple qui peut nous récompenser à sa convenance d'un repas chaud.

        • [^] # Re: individualiste, consumériste et égoïste

          Posté par (page perso) . Évalué à -5.

          Ou est l'art dans le déchargement d'un camion exactement?

        • [^] # Re: individualiste, consumériste et égoïste

          Posté par (page perso) . Évalué à -4.

          Tu n'as certainement jamais assisté à des répétitions ou à une phase de création de
          spectacle.

          Non, c'est sur, on ne parle pas de la même chose, si tu me parles de la culture TF1 de merde, c'est sur que t'as de 3 semi remorque de matériel pour cacher la misère artistique de ton spectacle...

          Pour le reste, y'a des artistes qui font tout bénévolement, et qui bosse à coté, ça te fait peut être mal au cul, mais c'est comme ca.

          http://www.mixart-myrys.org/presentation.html

          On ne fait que profiter des aides sociales, se déguiser pour amuser le vrai peuple qui
          peut nous récompenser à sa convenance d'un repas chaud.

          Non, par contre, dans notre société actuelle, ou tout se vend, encore heureux que les artistes arrive à en vivre, mais viens pas me faire croire qu'il n'y a pas d'autre alternatives...

          • [^] # Re: individualiste, consumériste et égoïste

            Posté par . Évalué à 4.

            Non, c'est sur, on ne parle pas de la même chose, si tu me parles de la culture TF1 de merde, c'est sur que t'as de 3 semi remorque de matériel pour cacher la misère artistique de ton spectacle...

            Je ne te parle pas forcément d'un gros spectacle, je te parle juste d'un spectacle lambda qui aimerait tourner au moins autant que la moyenne nationale (5 représentations). Faut pas tout confondre : il n'y a pas de corrélation entre les besoins matériels et la qualité d'un spectacle.

            Concernant Mix'Art Myrys :

            L’entrée à Mix’Art Myrys est sur participation libre et nécessaire.
            Mais ce n’est pas gratuit pour autant.
            Car chaque évènement nécessite le travail des artistes, techniciens, logisticiens impliqués sur le projet.
            Ça a de la valeur.
            C’est accessible à tous et c’est à chacun d’évaluer ce qu’il peut, ce qu’il veut, ce que coûte ce qu’il va voir.
            Pour ne pas être ici un simple consommateur, toi aussi, participe à ce projet en honorant correctement ta participation libre et nécessaire.

            Il y a peut-être des bénévoles, comme sur la majorité des manifestations : cependant le bénévolat ne peut plus réellement exister car tout doit être contractualisé ; on en vient même à payer la part patronale d'un non-salaire de bénévole pour être peinard vis-à-vis de l'URSSAF en cas d'accident. Donc même un bénévole va coûter... Et le matériel que je vois sur les photos du site est loin d'être gratuit !

            Il existe probablement une alternative viable, mais ne payer personne n'en fait pas partie.

            • [^] # Re: individualiste, consumériste et égoïste

              Posté par (page perso) . Évalué à 3.

              Il existe probablement une alternative viable, mais ne payer personne n'en fait pas
              partie.

              Il faut que tu relises mon premier commentaire, je parlais d'un système idéal, pas que tous les intermittents doivent faire la manche ;)

              Il s'agit avant tout d'un problème de société, l'art est devenu une marchandise car il le peut, mais par parce qu'il le doit, à mon avis...

              • [^] # Re: individualiste, consumériste et égoïste

                Posté par (page perso) . Évalué à 4.

                C'est vachement raccourci comme façon de pensée. Est-ce que dans ton "système idéal" tout le monde mange à sa faim et comme son voisin? Est-ce que dans ton système, l'accès à la santé, gérée par des bénévoles, est globale et sans inégalité?

                Pourtant au niveau des priorités, ces éléments et d'autres mériteraient un autre traitement que l'état de marchandise actuel...

                On a tendance à résumer la culture à la notion d'artiste-TF1 ou au gros labels. Mais c'est un pourcentage quasi négligeable en nombre de personnes. La plupart des artistes ont 2 tafs, du mal à joindre les deux bouts ou la nécessité d'enchainer à un rythme indécent les spectacles. C'est ça la réalité de la culture en France. Pas les fuites fiscales de Johnny.

                Et le monde de la culture ne se résume pas qu'aux artistes eux mêmes. Il y a un accompagnement technique, de communication et de support tout a long des représentations. Par exemple quand on demande de la qualité professionnelle dans le son, les lumières etc... d'un spectacle, on paye le prix pour avoir des pro et le matériel adéquat. Et c'est un milieu où le temps ne vaut pas cher et où les gens se donne à 200% de manière générale (Quand tu compares avec d'autres professions).

                Bref, le bénévolat c'est bien, mais ça ne fait pas tout et en plus c'est de plus en plus difficile à trouver (je suis organisateur bénévole de concerts et festivals où les bénévoles font 90% du travail...). Et ce n'est probablement pas le bénévolat qui changera le mode de consommation de la culture.

      • [^] # Re: individualiste, consumériste et égoïste

        Posté par . Évalué à 10.

        Combien d'artistes potentiels étouffés par leur journée de travail ?

        J'ai des amis qui travaillent dans le domaine viticole et agricole et qui se posent la même question au sujet des gens travaillant dans l'informatique.

      • [^] # Re: individualiste, consumériste et égoïste

        Posté par . Évalué à 2.

        Encore faudrait il prouver que l'art est un travail...

        Défini « art ».

        Les logiciels sous licence GPL forcent leurs utilisateurs à respecter la GPL (et oui, l'eau, ça mouille).

        • [^] # Re: individualiste, consumériste et égoïste

          Posté par . Évalué à 5.

          Tu as quatre heures. N'oublie pas d'émarger au bas de chaque copie.

          • [^] # Re: individualiste, consumériste et égoïste

            Posté par . Évalué à 2.

            Pour pouvoir balancer une affirmation tel que « Encore faudrait il prouver que l'art est un travail … », il faut pouvoir définir ce qu'est l'art ou à minima pouvoir montrer quel propriété de l'art l'éjecte du domaine du travail.

            Les logiciels sous licence GPL forcent leurs utilisateurs à respecter la GPL (et oui, l'eau, ça mouille).

    • [^] # Re: individualiste, consumériste et égoïste

      Posté par . Évalué à 7.

      Non, je ne travaille pas gratuitement. L'entreprise où je travaille estime que le travail que j'effectue en échange de mon salaire lui rapporte plus que le dit salaire. En d'autres termes, je génère de la valeur. Je génère de la valeur, car les gens sont prêts à payer pour les services offerts par l'entreprise où je travaille. Si ce n'était pas le cas, mon poste n'existerai pas, et je travaillerais ailleurs.

      Ce que je dis dans le paragraphe que tu cites, c'est que je ne suis pas prêt à payer pour ce que je télécharge. En d'autres termes, si il me fallait débourser mon argent pour obtenir ces biens culturels, je préférerai m'abstenir. M'abstenir d'acheter quelque chose car je trouve le prix trop élevé en regard de la satisfaction qu'il m'apporte fait partie de mes droits les plus absolus, et je ne comprends pas trop ni comment ni pourquoi on peut contester ça.

      Par contre, comme je peux me les procurer gratuitement, je le fais.

      J'ai le même raisonnement pour des biens physiques: Les tablettes me plaisent (iPad ou autre). Cependant, je trouve que c'est trop cher, donc je n'achète pas. Si l'on m'en donne une, je ne dirais évidement pas non.

      • [^] # Re: individualiste, consumériste et égoïste

        Posté par . Évalué à 3.

        Ce que je dis dans le paragraphe que tu cites, c'est que je ne suis pas prêt à payer pour ce que je télécharge. En d'autres termes, si il me fallait débourser mon argent pour obtenir ces biens culturels, je préférerai m'abstenir. M'abstenir d'acheter quelque chose car je trouve le prix trop élevé en regard de la satisfaction qu'il m'apporte fait partie de mes droits les plus absolus, et je ne comprends pas trop ni comment ni pourquoi on peut contester ça.

        Ben dans ce cas abstiens-toi jusqu'au bout, et ne télécharge pas non plus, il faut être cohérent avec toi-même. Si tout le monde faisait ainsi, l'industrie du disque se serait remise en cause depuis longtemps.

        Par contre, comme je peux me les procurer gratuitement, je le fais.
        Ce n'est pas parce que tu peux faire quelque chose que tu dois le faire. Il m'arrive parfois d'avoir une envie pressante, et je pourrais asez facilement me soulager dans le jerdin de quelqu'un qui n'est pas chez lui. Mais je ne le fais pas. Et ça n'a rien à voir avec le fait de me faire prendre.

        J'ai le même raisonnement pour des biens physiques: Les tablettes me plaisent (iPad ou autre). Cependant, je trouve que c'est trop cher, donc je n'achète pas. Si l'on m'en donne une, je ne dirais évidement pas non.

        Si quelqqu'un en bas de la cité te revend un smartphone 20 euros alors qu'il est censé couter 600 euros, tu l'achètes aussi ?

        • [^] # Re: individualiste, consumériste et égoïste

          Posté par . Évalué à 1.

          Ben dans ce cas abstiens-toi jusqu'au bout, et ne télécharge pas non plus, il faut être cohérent avec toi-même.

          Il me semble être tout à fait cohérent avec moi-même. Je trouve que c'est trop cher pour ce que c'est. Par contre, si je peux avoir la même chose gratuitement, je ne vois pas en quoi il serait cohérent de ma part de m'en priver. Ce serait incohérent de ma part si je n'achetais pas dans le but de défendre une certaine idéologie. Ce n'est pas le cas.

          Si tout le monde faisait ainsi, l'industrie du disque se serait remise en cause depuis longtemps.

          Et si j'avais des roues, je serais une voiture. Désolé, mais c'est tellement en contradiction avec le principe de réalité pour que je puisse répondre sérieusement.

          Si quelqqu'un en bas de la cité te revend un smartphone 20 euros alors qu'il est censé couter 600 euros, tu l'achètes aussi ?

          Vraiment ? C'est ça ton argument ?

          • [^] # Re: individualiste, consumériste et égoïste

            Posté par . Évalué à 1.

            _Si quelqqu'un en bas de la cité te revend un smartphone 20 euros alors qu'il est censé couter 600 euros, tu l'achètes aussi ?

            Vraiment ? C'est ça ton argument ?_

            Et tu as quoi à répondre à ça ? Tu es dans le même cas de figure si on applique au matériel ton raisonnement sur l'immatériel.

            • [^] # Re: individualiste, consumériste et égoïste

              Posté par . Évalué à 6.

              Pas du tout tu décris un situation mettant en scène des objets volés. C'est justement pour cela que dans l'exemple je j'ai pris, j'ai bien fait attention de ne pas écrire "si je peux m'en procurer un gratuitement", mais "si l'on m'en donne un", si par exemple, j'en gagne un lors d'une loterie.

              Je ne suis évidement pas prêt à participer de prêt ou de loin au vol ou au recel d'objets physiques. C'est d'ailleurs pour cela que le piratage n'est pas du vol, mais de la contrefaçon. Comme je l'ai indiqué dans le journal, je pense que la différence entre le physique et le matériel est assez évidente pour tout le monde ici. J'ai sûrement tendu le bâton pour me faire battre en faisant une comparaison avec le monde matériel. Dont acte.

      • [^] # Re: individualiste, consumériste et égoïste

        Posté par . Évalué à -3.

        Pour l'ipad, si on suit ton raisonnement, si tu as l'occasion d'en piquer un à la fnac (je veux dire avec très peu de risque de te faire piquer, comme pour le téléchargement) alors tu vas le faire ?
        Si non, quelle différence avec les mp3 ?

        • [^] # Re: individualiste,consuméristeetégoïste

          Posté par (page perso) . Évalué à 8.

          Pour l'ipad, si on suit ton raisonnement, si tu as l'occasion d'en piquer un à la fnac (je veux dire avec très peu de risque de te faire piquer, comme pour le téléchargement) alors tu vas le faire ?

          le monsieur te dis « Si l'on m'en donne une, je ne dirais évidement pas
          non.»

          Si non, quelle différence avec les mp3 ?

          le fait que ça soit matériel ?

        • [^] # Re: individualiste, consumériste et égoïste

          Posté par . Évalué à 3.

          Pour l'ipad, si on suit ton raisonnement, si tu as l'occasion d'en piquer un à la fnac (je veux dire avec très peu de risque de te faire piquer, comme pour le téléchargement) alors tu vas le faire ?
          Si non, quelle différence avec les mp3 ?

          Pour de vrai ?

          Évidemment, comme je sais qu'ici personne ne me fera l'affront de comparer la copie d'un fichier au vol d'une voiture (ou de tout objet physique) je ne développerai pas ce point.

          Avec un vélo, plus évident ?

        • [^] # Re: individualiste, consumériste et égoïste

          Posté par (page perso) . Évalué à 10.

          Si non, quelle différence avec les mp3 ?

          ca fait des années qu'on se fait chier à expliquer que la contrefaçon n'est pas du vol, pour se retrouver ici-même avec ce mélange des genres complètement délirant.

          Snif.

          Donc la différence entre un iPad et un MP3, c'est que l'iPad est enlevé de la FNAC, pas le MP3 qui est lui dupliqué. Et je te laisse lire les milles journaux sur le sujet.

          • [^] # Re: individualiste, consumériste et égoïste

            Posté par . Évalué à -6.

            Ca reste du recel.

            • [^] # Re: individualiste,consuméristeetégoïste

              Posté par (page perso) . Évalué à 5.

              Ca reste du recel.

              non

            • [^] # Re: individualiste, consumériste et égoïste

              Posté par . Évalué à 4.

              Le recel est le fait de dissimuler, de détenir ou de transmettre une chose ou une personne, ou de faire office d'intermédiaire afin de la transmettre, en sachant que cette chose provient d'un crime ou d'un délit, ou est liée à celui-ci s'il s'agit d'une personne. Mais le recel peut également résulter du fait, en toute connaissance de cause, de bénéficier d'une chose provenant d'un crime ou d'un délit.

              Source recel

              Donc c'est effectivement juridiquement du recel, comme pour le vélo, mais moralement (et c'est ce qui nous intéresse dans ce journal) c'est tout à fait différend, car personne ne s'est fait dépossédé d'un bien par son action. Il n'y a qu'un manque à gagner, et encore ce manque à gagner n'existe pas car Didrik Pining préfèrerait se passer de musique plutôt que de la payer.

              Fin de l'histoire, on passe à autre chose ?

              • [^] # Re: individualiste, consumériste et égoïste

                Posté par . Évalué à 2.

                Il n'y a qu'un manque à gagner, et encore ce manque à gagner n'existe pas car Didrik Pining préfèrerait se passer de musique plutôt que de la payer.
                Ben dans ce cas qu'il s'en passe et tout ira bien. Que persone ne se soit fait déposséder d'un bien ne change rien au fait que la personne ayant diffusé l'oeuvre l'a fait sous une condition que le PI ne rspecte pas. Toute justification que tu pourras trouver n'est que pirouette pour justifier un acte illégal. Si le problème est le droit d'auteur tel qu'il existe aujourd'hui, si tous ceux qui piratent aujourd'hui ont un problème avec le droit d'auteur, qu'ils se mobilisent pour le faire changer, c'est la seule solution. Copier est totalement contre-productif, et fait perdre la crédibilité de ceux qui veulent réellement changer les choses.

      • [^] # Re: individualiste, consumériste et égoïste

        Posté par . Évalué à 0.

        De ce que tu écris, je comprends :
        > Si il n'y a plus d'art contemporain librement téléchargeable, alors... bah tu t'en fous, tu ne paieras jamais ô grand jamais pour un pseudo-travail.

        Bon d'abord en logique, quand on commence avec un «si FAUX alors...», on peut arriver à n'importe quelle conclusion. (Ça s'appelle «mettre Paris en bouteille».)

        Ensuite tu n'en as pas l'air convaincu, mais je prédis que même si tu réussissais (en asile psychiatrique ?) à te passer de toute musique, tout art, toute série, etc., eh bien je pense que les gens autour de toi (hors asile), ils ne pourraient pas s'en passer. Je ne parle même pas de théorie complexe artistique, je parle de bon sens.

        Quant à croire qu'on peut faire de l'art sans argent aujourd'hui... Bah c'est vrai, mais ce n'est pas le sujet du troll, si ? Le sujet, c'est plutôt d'expliquer gentiment que le professionnel de la musique devrait arrêter d'être (mal payé). Ce en quoi tu n'as pas tout à fait tort, au fond.

        Parce que si on va au bout de la dystopie, je pense que le jour où il n'y aura plus d'art contemporain librement téléchargeable (ou plus d'artistes payés), on aura d'autres sérieux gros ennuis en terme de liberté d'expression ou de neutralité du réseau. Parler de l'art en particulier deviendrait alors anecdotique.

        • [^] # Re: individualiste, consumériste et égoïste

          Posté par . Évalué à 1.

          De ce que tu écris, je comprends :
          Si il n'y a plus d'art contemporain librement téléchargeable, alors... bah tu t'en fous, tu ne paieras jamais ô grand jamais pour un pseudo-travail.

          C'est bizarre, il ne me semble pas avoir dit ça. Ce que tu fais là, "pseudo-travail", c'est un jugement de valeur, ce que je me garde bien de faire. Si tu veux tout savoir, mon point de vue là-dessus est assez simple: le travail à la valeur que les gens sont prêts à payer en échange. Si un artiste arrive à vendre ses excréments (au sens propre) des millions d'euros, tant mieux pour lui.
          Ce que j'ai dit, c'est que je n'étais pas prêt à payer pour cela. Je suis certain que tu peux réfléchir un peu et trouver un bien ou un service pour lequel tu n'es pas prêt à payer, mais que tu accepterais volontiers s'il t'était fourni gracieusement.

          Bon d'abord en logique, quand on commence avec un «si FAUX alors...», on peut arriver à n'importe quelle conclusion. (Ça s'appelle «mettre Paris en bouteille».)
          Merci.

          Ensuite tu n'en as pas l'air convaincu, mais je prédis que même si tu réussissais (en asile psychiatrique ?) à te passer de toute musique, tout art, toute série, etc., eh bien je pense que les gens autour de toi (hors asile), ils ne pourraient pas s'en passer. Je ne parle même pas de théorie complexe artistique, je parle de bon sens.

          D'accord. Tu me juges bon pour l'asile. Je ne suis pas sur d'avoir saisi pourquoi, mais admettons. Comme je l'ai dit dans un autre commentaire, ce que j'aime bien chez les linuxiens/libristes, c'est leur ouverture d'esprit. Tu es sûr que me considérer comme fou car je n'éprouve pas le besoin vital et compulsif d'acheter de la musique n'est pas un tout petit peu exagéré ? Parce que si je voulais écouter de la musique en toute légalité sans l'acheter, comme je l'ai dit dans le journal, je peux très bien l'écouter et l'enregistrer via la radio. La télécharger est juste plus pratique. Tu parles des "autres gens". Je ne sais pas ce qu'ils en pensent. Si c'est un besoin vital pour eux, et que les artistes n'acceptent de produire qu'en échange d'une rémunération colossale (je ne pense pas que ce soit le cas), alors ils payeront.

  • # Tout est pour le mieux

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    A la lecture de ton récit, je dirais que tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles.

    En effet, ta passion c'est la lecture et tu payes pour y avoir accès. D'autres paieront pour le cinéma, d'autres pour la musique et enfin d'autre pour acheter des séries TV en DVD et au final tout s'équilibre.

    Elle est pas belle la vie ?

    • [^] # Re: Tout est pour le mieux

      Posté par . Évalué à 1.

      C'est lumineux !

      Reste à vérifier que ça s'équilibre en effet...
      Et que les phénomènes d'amoralité ne soient pas trop légion.

      Cela dit, ce type de prise de position est fortement lié à notre culture je pense, qui est plutôt réfractaire face aux dons libres par rapport aux américains ou anglais. Nous, nous avons tendance à payer pour un produit et à nous y tenir. Et si le produit est moins cher tant mieux pour nous.

  • # Jeu vidéo

    Posté par . Évalué à 10.

    Depuis que je suis payé, je préfère acheter les jeux vidéo. C'est moins d’embêtement et surtout j'en ai les moyens.

    Pour les séries, c'est un peu plus compliqué. Le prix d'une saison est souvent délirante(>100€), surtout quand il y en a 5 à acheter et encore, quand elle est trouvable.

    Les CD sont enfin à un prix correct 10€, mais j'ai arrêter d'en acheter quand les prix avait dépassé 20€, j'ai eu un effet cliquet, j'avais trop l'impression d'être prix pour un abruti. Et puis 1€ pour un morceau en qualité de m... bourré de DRM, j'ai du mal à voir l'intérêt, peut-être que si un jour il passe au flac, je re-regarderais. En attendant, j'écoute la radio et grooveshark.com depuis que Deezer pose des limites.

    Au US, ils ont Netflix et Hulu qui propose toute vidéo pour 7€/mois. On est très très loin de ça en France, où les télévisions font tout pour empêcher l'arriver des télévisions connectés.

    "La première sécurité est la liberté"

    • [^] # Re: Jeu vidéo

      Posté par . Évalué à 5.

      Pour les séries, c'est un peu plus compliqué. Le prix d'une saison est souvent délirante(>100€), surtout quand il y en a 5 à acheter et encore, quand elle est trouvable.
      Mouais, c’est un peu parce que nos commerçants bien de chez nous, ont l’habitude de nous enfler, exemple avec l'intégral de The Wire:
      Fnac: 170€ (WTF!)
      Amazon.fr: 90€, voir 50€

      Depending on the time of day, the French go either way.

      • [^] # Re: Jeu vidéo

        Posté par . Évalué à 2.

        il suffit d'être un peu patient aussi. il y a le marché de l'occaz, ou même du neuf au quart du rpix au bout d'un an.

        • [^] # Re: Jeu vidéo

          Posté par (page perso) . Évalué à 3.

          Depuis quand l'occasion rapporte de l'argent aux ayant-droits ?

          Certes, un livre ou DVD n'est pas « copié » autant de fois en étant vendu d'occasion que lorsqu'il est téléchargé, mais si Alice m'achète que d'occasion et Bob télécharge la majorité des oeuvres et en achète quelques une, Bob participe plus au financement des artistes/éditeurs.

          • [^] # Re: Jeu vidéo

            Posté par . Évalué à 4.

            C'est incroyable comment l'industrie des médias a pu laver la cervelle de certain. Préter un livre ou un disque a toujours été naturel. Pourquoi cela changerait avec le numérique ?

            C'est quoi une bibliothèque pour toi ? Du vol d'état ?

            Une lecture ancienne mais indispensable:
            http://www.citizenjazz.com/La-debacle-de-l-Internet.html

            "La première sécurité est la liberté"

            • [^] # Re: Jeu vidéo

              Posté par (page perso) . Évalué à 4.

              Les bibliothèques payent des droits il me semble. Et je n'ai jamais parlé de vol, c'est sympa de m'attribuer des propos pareils ; je ne suis pas contre le téléchargement d'oeuvres, alors je ne vais évidemment pas dénoncer les bibliothèques, livres d'occasions et prêts entre amis. J'achète d'ailleurs beaucoup de livres d'occasions, tout simplement parce que je n'ai pas encore d'ebook reader.

              Je râle uniquement contre ceux qui dénoncent le piratage en donnant comme alternative « mais achète d'occasion, c'est beaucoup moins cher ! ». La seule différence pour les éditeurs, c'est que l'un est légal et l'autre non.

              • [^] # Re: Jeu vidéo

                Posté par (page perso) . Évalué à 4.

                Je râle uniquement contre ceux qui dénoncent le piratage en donnant comme alternative « mais achète d'occasion, c'est beaucoup moins cher ! ». La seule différence pour les éditeurs, c'est que l'un est légal et l'autre non.

                Franchement, si le prix de vente du neuf était plus proche de la réalité du coût de l'oeuvre en elle-même (en incluant la rémunération de l'artiste), les gens achèteraient plus en neuf qu'en occase.
                Quand je vois les jeux de PS3 à 70€ ou les ebooks à 20€, je me dis qu'il y a un soucis.
                Les éditeurs ne sont quand même pas à plaindre, quand on voit la MASSE DE THUNES qu'engrange Universal (4.870 Milliards en 2007, et ça juste pour la musique), EA ou la Warner.

                Aujourd'hui, alors qu'on a trouvé un moyen de rapprocher les artistes et leur public avec la dématérialisation, les éditeurs, qui voient fondre le rôle pour lequel ils ont historiquement été solicités, essaient de se raccrocher à tout prix en lobbyiant, en ajoutant des DRM, etc...

                • [^] # Re: Jeu vidéo

                  Posté par . Évalué à 2.

                  Quand je vois les jeux de PS3 à 70€

                  Là, je n'ai pas les chiffres mais dis-toi que tu paie d'une part ta console, d'autre part je ne suis pas sûr que le prix soit si monstrueux face au travail qu'ils représentent (surtout quand on voit à coté MS Office à plus de 150 €).

                  les ebooks à 20€, je me dis qu'il y a un soucis.

                  Il est où ? La plus part des livres que j'achète font entre 30 et 50 € :
                  http://www.editions-eyrolles.com/Livre/9782212116014/

                  Je viens de vérifier la version ebook est 7€ moins chère.

                  Les logiciels sous licence GPL forcent leurs utilisateurs à respecter la GPL (et oui, l'eau, ça mouille).

                  • [^] # Re: Jeu vidéo

                    Posté par . Évalué à 4.

                    Là, je n'ai pas les chiffres mais dis-toi que tu paie d'une part ta console, d'autre part je ne suis pas sûr que le prix soit si monstrueux face au travail qu'ils représentent

                    Arcanum à sa sortie était largement moins cher que ce que l'on voit actuellement à la sortie des jeux.
                    On pouvait notamment y trouver
                    * un bon gros manuels bien fendard, avec des description d'expériences et autre fioritures.
                    * un bon gros scénario et un vaste choix dans les dialogues (essayez de jouer un demi ogre avec 3 en int, ça vaut le coup ;)
                    * Un monde vaste
                    * une rejouabilité très agréable
                    * un temps de jeux monstre.
                    * un scénario bien foutu, et un paquet de quête annexe (le complot des gnomes est tout simplement un régal).
                    * un vaste choix de résolution de problème.

                    J'ai joué à des jeux récents (dragon age 1&2, mass effect 1&2). Leur durée de vie sont considéré comme pas trop mauvaise à l'heure actuelle, malgré tout il sont très courts si on les compare à arcanum.

                    Personnellement je m'en fout d'avoir un moteur de jeux dernier cri qui permet de faire bouger la flamme de la bougie quand on ouvre la porte et que ça crée un courant d'air. C'est sympa d'avoir tous les dialogue avec la voix; mais si ça doit se faire au détriment de la quantité de ligne de dialogue, c'est pas vraiment un bonus.

                    Je ne parlerait pas non plus des cartes des zones des jeux récent qui ressemblent plus à un couloir qu'à un bâtiment. Il est complètement impossible de se perdre dans DA2, et totalement inutile de revenir sur ses pas.

                    Il ne faut pas décorner les boeufs avant d'avoir semé le vent

                  • [^] # Re: Jeuvidéo

                    Posté par (page perso) . Évalué à 0.

                    Je viens de vérifier la version ebook est 7€ moins chère.

                    pas mal d'hommage que la plupart soit en pdf et non pas en epub, mais ça
                    va dans le bon sens.

                  • [^] # Re: Jeu vidéo

                    Posté par (page perso) . Évalué à 3.

                    Il est où ? La plus part des livres que j'achète font entre 30 et 50 € :
                    http://www.editions-eyrolles.com/Livre/9782212116014/

                    Je viens de vérifier la version ebook est 7€ moins chère.

                    Oui bon je ne parle pas forcément de bouquin techniques; là je ne regarde pas souvent le prix.
                    Je parle des romans, le genre de bouquin que j'achète 3 ou 4 fois par mois, et dont la version poche est souvent moins chère que l'ebook.
                    Et surtout, va lire ton bouquin en version ebook: l'usage typique d'un livre de programmation, c'est comme un dico: tu l'ouvres à l'endroit où t'as l'information que tu cherches, c'est donc du random access, pas comme un roman que tu lis linéairement.

                    Petit exemple: le bouquin poche et l'ebook

                    Ils considèrent l'édition paperback (reliée) comme la référence pour le prix du livre physique, alors qu'il est sorti en version poche. Pour moi, l'ebook n'a pas à se vendre plus cher qu'un poche, et ce dès le début, puisque finalement rien ne justifie le prix plus élevé.
                    En plus, l'ebook est plein de DRM, il ne se revend donc pas d'occasion (et j'en vend un tas...), et pourtant on doit le payer plus cher à l'achat.

        • [^] # Re: Jeuvidéo

          Posté par (page perso) . Évalué à 3.

          il suffit d'être un peu patient aussi. il y a le marché de l'occaz,

          la serie en question est finie depuis 2008

    • [^] # Mise à jour

      Posté par . Évalué à 4.

      Les CD se vendent maintenant rarement plus de 15€. Les musiques numériques sont maintenant sans DRM chez la majorité des marchands en ligne (iTunes, Amazonmp3, 7digital…), mais valent entre 1€ et 1€50.

      Pour Netflix, je suis 100% d’accord. Je même serais prêt à le payer jusqu’à 20€ par mois si le catalogue était conséquent. Pas un ptit truc à la FHV, mais un gros truc genre deux fois Netflix.

  • # et sinon

    Posté par . Évalué à 10.

    Tu touches terre, ça va ? Parce dire d'un côté

    je travaille dans l'IT. Je gagne relativement bien ma vie et je me situe dans la classe moyenne. Sans rouler sur l'or, je n'ai, à priori (croisons les doigts), pas d'inquiétudes particulières à me faire pour l'avenir.

    et de l'autre :

    Les artistes gagneraient sûrement moins d'argent, c'est vrai, mais il n'existe pas de droit naturel pour eux à exister au dessus de la masse, comme des demi-dieux. Rappelons-nous que leurs ancêtres, qui remplissaient la même fonction, le divertissement, allaient de château en château et travaillent pour un repas chaud.

    , je trouve ça surpuissant. Sais-tu que l'immense majorité des artistes n'existe pas au-dessus de la masse, comme des demi-dieux ? Séparerais-tu les artistes des autres travailleurs ? À moins que tu ne parles de cette minuscule minorité d'artistes qui gagnent très très bien leur vie grâce aux royalties, peut-être parce qu'ils ont du succès, peut-être parce que leurs œuvres plaisent à beaucoup de monde, tout simplement. Et au passage, peut-être qu'ils se font salement entuber par leur maison de disque, comme la majorité des artistes musicaux, et que ce que tu payes c'est surtout la fabrication et la distribution de ces galettes de plastique.

    • [^] # Re: et sinon

      Posté par . Évalué à 10.

      Ceux qui galère ne sont pas ceux qui sont piraté !

      Tu ne peux pas mettre sur le dos du piratage, le fait que la majorité d'artiste rame. Je dirais même au contraire. Il y a un certain nombre d'exemple d'artiste ayant mis en ligne leur œuvre qui ont signé ensuite chez des labels (Laurie,Kamini, de mémoire).

      "La première sécurité est la liberté"

      • [^] # Re: et sinon

        Posté par . Évalué à 2.

        Je n'ai pas dit ça. Je répondais à -grosso modo- :

        les artistes n'ont pas le droit de gagner de l'argent (qu'ils vendent des albums ou pas).

        • [^] # Re: et sinon

          Posté par . Évalué à 5.

          tu répondais à ce qu'il n'a pas dit ?

          Très interessant !

          => Inutile

          • [^] # Re: et sinon

            Posté par . Évalué à 2.

            il n'existe pas de droit naturel pour eux à exister au dessus de la masse, comme des demi-dieux

            Pour moi ça veut dire que les artistes n'ont pas le droit de gagner d'argent. Je vois pas l'intérêt de gagner de la thune si on a pas le droit d'en amasser des tas. Si un type a du succès et qu'il gagne beaucoup d'argent grâce à son travail, j'en ai rien à cogner. Si on interdit aux gens doués pour leur boulot d'être riches grâce à leurs capacités, là par contre ça me pose problème.

            • [^] # Re: et sinon

              Posté par . Évalué à 4.

              il n'existe pas de droit naturel pour eux à exister au dessus de la masse, comme des demi-dieux

              Pour moi ça veut dire que les artistes n'ont pas le droit de gagner d'argent.

              Et pourtant, ca ne veut pas dire ca du tout. Ca veut dire que le fait pour eux de devenir ultra-riche n'est pas un droit naturel. Ce n'est pas quelque chose auquel ils ont forcément droit, qu'il peuvent légitimement réclamer. Ca ne veut pas dire qu'ils n'ont pas le droit d'y arriver.

      • [^] # Re: et sinon

        Posté par . Évalué à 2.

        Il y a un certain nombre d'exemple d'artiste ayant mis en ligne leur œuvre qui ont signé ensuite chez des labels (Laurie,Kamini, de mémoire).

        Et maintenant ils sont piratés...

        Les logiciels sous licence GPL forcent leurs utilisateurs à respecter la GPL (et oui, l'eau, ça mouille).

      • [^] # Re: et sinon

        Posté par . Évalué à 2.

        Il y a un certain nombre d'exemple d'artiste ayant mis en ligne leur œuvre qui ont signé ensuite chez des labels (Laurie,Kamini, de mémoire).

        La question c'est de savoir pourquoi ils ont signé chez des labels. Qu'est-ce que ça leur a apporté? Je n'ai pas la réponse, hein. J'aimerais juste savoir ce qui manque aux artistes sans maison de disque ni Sacem, qui les pousse à y signer. Si on arrive à combler ce manque, on se sera débarrassés des parasites intermédiaires :)

        THIS IS JUST A PLACEHOLDER. YOU SHOULD NEVER SEE THIS STRING.

        • [^] # Re: et sinon

          Posté par . Évalué à 2.

          Il offre un réseau de distribution et de la promotion (accès au radio/TV).

          C'est possible d'imaginer deezer ou spotify de remplir ce role.

          "La première sécurité est la liberté"

    • [^] # Re: et sinon

      Posté par . Évalué à 5.

      D'autant plus que ce qui est finalement remis en cause c'est la rémunération des biens non matériels numériques (seuls les livres trouveraient grâce) et en tant que "travailleur IT", il va être compliqué de gagner relativement bien sa vie...

      • [^] # Re: et sinon

        Posté par . Évalué à 0.

        Ce n'est pas exact, je ne remets pas en cause la rémunération des biens matériels: Ce que je remets en cause, c'est le fait de jeter des gens en prison ou leur imposer des amendes délirantes pour avoir copié/piraté du contenu soumis au droit d'auteur.

        Effectivement, je suis d'accord, l'effet est le même.

        Je travaille dans l'IT, cela ne veut pas dire que je produis directement du logiciel. Mais la encore, le contexte est totalement différent: Ne crois-tu pas qu'il y a une différence entre le particulier qui pirate MS Office et l'entreprise que le déploie sur 200 postes ? Donc même si les particuliers bénéficiaient d'une "dépénalisation" du droit d'auteur, les éditeurs de logiciels seraient faiblement impactés.

        • [^] # Re: et sinon

          Posté par . Évalué à 2.

          Oui, il y a une différence, comme entre celui qui vole un oeuf/boeuf/autre et une entreprise mafieuse. Que la peine soit proportionnée, c'est un principe d'un état de droit.
          Il me semble toutefois que ton propos ne se limite pas à ça mais que tu annonces aussi que tu ne contribueras plus à la rémunération de ces biens immatériels.

        • [^] # Re: et sinon

          Posté par . Évalué à 5.

          Je travaille dans l'IT, cela ne veut pas dire que je produis directement du logiciel.

          Donc tu ne te sens pas concerné...

          Ne crois-tu pas qu'il y a une différence entre le particulier qui pirate MS Office et l'entreprise que le déploie sur 200 postes ? Donc même si les particuliers bénéficiaient d'une "dépénalisation" du droit d'auteur, les éditeurs de logiciels seraient faiblement impactés.

          Tout les éditeurs font des logiciels professionnels pour entreprise. L'industrie du jeux vidéo c'est une parenthèse, les logiciels qui n'intéressent que les particulier on s'en tape ?

          Les logiciels sous licence GPL forcent leurs utilisateurs à respecter la GPL (et oui, l'eau, ça mouille).

    • [^] # Re: et sinon

      Posté par . Évalué à 3.

      Sais-tu que l'immense majorité des artistes n'existe pas au-dessus de la masse, comme des demi-dieux ?

      L'immense majorité des artistes ne souffre pas du piratage.

      À moins que tu ne parles de cette minuscule minorité d'artistes qui gagnent très très bien leur vie grâce aux royalties

      Ca me semble évident qu'il parle de ceux-la : ce sont eux qui se plaignent du piratage. Ce sont eux qui ont tant à y perdre.

      Et au passage, peut-être qu'ils se font salement entuber par leur maison de disque, comme la majorité des artistes musicaux, et que ce que tu payes c'est surtout la fabrication et la distribution de ces galettes de plastique.

      Un argument de plus POUR le piratage...

      • [^] # Re: et sinon

        Posté par . Évalué à 5.

        Je crois que tu te trompes. Les "grands" artistes ne perdent pas trop d'argent, par contre, les gens qui vivaient de cette industrie ont morflé. Les ingé sons, les coiffeurs, les roadies... Tout ces techniciens ont pris cher, et beaucoup de petits studios ont tout simplement fermé.

        • [^] # Re: et sinon

          Posté par (page perso) . Évalué à 2.

          Ca ne serait pas aussi partiellement dû à la facilité, grâce à l'informatique, de s'auto-enregistrer ?
          Je connais des musiciens amateurs et j'ai été impressionné par ce qu'ils arrivent à faire avec Ubuntu Studio et quelques micros. Ca aurait probablement demandé quelques jours en studio il y a une quinzaine d'années avec techniciens et tout.

    • [^] # Re: et sinon

      Posté par (page perso) . Évalué à 1.

      Sais-tu que l'immense majorité des artistes n'existe pas au-dessus de la masse, comme des demi-dieux ?

      Ceux-la ne sont pas piratés, où la part de piratage est fortement négligeable (oui, j'ai déjà essayé de trouver des groupes pas connus ou des films art et essai sur le méchant P2P, et ben... Pas dispo la plupart du temps).

      À moins que tu ne parles de cette minuscule minorité d'artistes qui gagnent très très bien leur vie grâce aux royalties, peut-être parce qu'ils ont du succès, peut-être parce que leurs œuvres plaisent à beaucoup de monde, tout simplement.

      Ceux-la sont piratés. Et vu leur rémunération, ça va.

      Et au passage, peut-être qu'ils se font salement entuber par leur maison de disque, comme la majorité des artistes musicaux

      C'est le problème de l'artiste si il signe des contrats idiots.

      et que ce que tu payes c'est surtout la fabrication et la distribution de ces galettes de plastique.

      Je vais t'apprendre une nouvelle : beaucoup de monde à Internet. Avec Internet, tu peux monter ta boutique en ligne très rapidement, sur ton site "officiel". Et à part les frais de banque (3.4% avec Paypal par exemple, si tu as vraiment des ventes faibles, sinon ça passe rapidement à 2%), un peu d'hébergement (la musique, c'est pas lourd), le reste est à toi (en gros, plus de 95% du prix HT te revient)

      Si l'artiste ne monte pas sa boutique pour vendre "en direct" dans un format souhaité par l'acheteur (qui aujourd'hui n'a vraiment rien à faire de galette pour 99% des gens), c'est son problème aussi.

      La technologie est la, si l'artiste ne l'utilise pas, je ne vais pas pleurer sur lui.

      • [^] # Re: et sinon

        Posté par . Évalué à 7.

        (qui aujourd'hui n'a vraiment rien à faire de galette pour 99% des gens)

        je dois faire partie des 1% de personnes qui aiment bien une belle pochette de cd ...

        • [^] # Re: et sinon

          Posté par . Évalué à 4.

          Idem

          Article Quarante-Deux : Toute personne dépassant un kilomètre de haut doit quitter le Tribunal. -- Le Roi de Cœur

          • [^] # Re: et sinon

            Posté par . Évalué à 2.

            !!

            Les logiciels sous licence GPL forcent leurs utilisateurs à respecter la GPL (et oui, l'eau, ça mouille).

      • [^] # Re: et sinon

        Posté par (page perso) . Évalué à 1.

        Ceux-la ne sont pas piratés, où la part de piratage est fortement négligeable

        Selon toi un artiste qui vend 100x moins d'albums que michel sardou serait 10000x moins piraté ? Et comment tu expliquerais ça ?

        • [^] # Re: et sinon

          Posté par (page perso) . Évalué à 4.

          Selon toi un artiste qui vend 100x moins d'albums que michel sardou serait 10000x moins piraté ? Et comment tu expliquerais ça ?

          1/ Personne n'aura rippé l'album et/ou mis sur le P2P. Tu peux tester toi-même la disponibilité d'artistes pas connus.
          2/ les gens qui écoutent de la musique "pas grand public" ont plus de respect pour l'artiste et ont plus tendance à payer.
          3/ En fait, il s'avère souventi que vu que l'album est en téléchargement légal sur le site de l'artiste pour 0€ ou un prix ridicule, ben... Pas de raison de le mettre sur un autre réseau.

          • [^] # Re: et sinon

            Posté par . Évalué à 2.

            il s'avère souventi que vu que l'album est en téléchargement légal sur le site de l'artiste pour 0€ ou un prix ridicule

            C'est marrant, de mon côté il s'avère souvent que dès que je veux acheter un CD d'un groupe pas connu et dispo que sur leur site (ou celui de leur petit producteur indé), il est à 20€.

            • [^] # Re: et sinon

              Posté par (page perso) . Évalué à 3.

              C'est marrant, de mon côté il s'avère souvent que dès que je veux acheter un CD d'un groupe pas connu et dispo que sur leur site (ou celui de leur petit producteur indé), il est à 20€.

              il y a pas mal de groupes sur bandcamp.com dont les téléchargements sont
              à prix libres, bien sur pour la copie CD c'est un peu plus cher mais pas
              forcement délirant.

              par exemple : http://lzo.wizishop.com/

              • [^] # Re: et sinon

                Posté par . Évalué à 1.

                Je trouve que c'est un faux bon exemple, à la Jamendo : Ça n'est pas ça que je veux écouter, mais le mec qui vend son CD à 20€.

                Mais je soulignais surtout que « indépendance » n'est pas synonyme de « moins cher », et dans mon cas c'est plutôt le contraire. Du coup je n'achète pas tout ce que je voudrai, et je me rabats sur Spotify pour les choses qui y sont. Mais clairement je préfèrerai pouvoir tout acheter et l'avoir dans ma discothèque.

            • [^] # Re: et sinon

              Posté par . Évalué à 3.

              C'est marrant, de mon côté il s'avère souvent que dès que je veux acheter un CD d'un groupe pas connu et dispo que sur leur site (ou celui de leur petit producteur indé), il est à 20€.

              il suffit de faire un bref bilan de la création d'un disque et tu comprends vite pourquoi.

              X = 3000 coût de production du disque et pressage de 500 exemplaires ...
              Y= 9000 coût de production du disque et de pressage de 3000 exemplaires ...

              coût de revient de 1 CD pour X : 6 euros
              coût de revient de 1 CD pour Y : 3 euros

              plus tu produis moins ça coûte ... le prix d'un cd boite et boite + pochette c'est 3€ globalement
              donc moins tu en presses, plus le coût de la matrice qui sert à presser te coûte ...
              comme en plus c'est leur seule source de revenu avec les concerts ...

              ça me choc pas de payer 20€ pour un petit groupe ... alors que 20€ pour un gros c'est
              effectivement trop cher ...

            • [^] # Re: et sinon

              Posté par (page perso) . Évalué à 3.

              C'est marrant, de mon côté il s'avère souvent que dès que je veux acheter un CD

              Relit, je t'aide : "en téléchargement légal". Donc ton exemple est un peu H.S. non?
              Comme beaucoup de monde (même si ici il y a un repère d'adorateurs de l'objet), je ne suis pas fan de la pollution avec un bout de plastique quand on peut avoir la même chose sans plastique et plus pratique, j'avoue ne pas m’intéresser aux technologies du 20è siècle, donc je ne regarde pas le prix potentiel de ces choses.

              Après, tu veux un truc hors de prix à créer surtout en faible nombre, ben... Faut bien payer pour la valeur ajoutée que tu demandes non? Même si 20€ c'est un peu abusé je te l'accorde.

          • [^] # Re: et sinon

            Posté par . Évalué à 2.

            les gens qui écoutent de la musique "pas grand public" ont plus de respect pour l'artiste et ont plus tendance à payer.

            Ça voudrait dire que ceux qui piratent, piratent parce qu'ils ne respectent pas l'artiste (qu'ils téléchargent) ? Pourquoi le télécharger alors ?

            Les logiciels sous licence GPL forcent leurs utilisateurs à respecter la GPL (et oui, l'eau, ça mouille).

            • [^] # Re: et sinon

              Posté par . Évalué à 4.

              En fait beaucoup de gens qui téléchargent le font juste pour profiter gratuitement de ce qu'ils ont téléchargé, sans se soucier des conséquences à moyen/long terme, et ils inventent des tas de prétextes bidons pour justifier leurs actes. Le PI a l'honneteté de de l'avouer. Mais lorsqu'on essaie de lui expliquer en quoi son attitude le déssert plus qu'autre chose, il fait la sourde oreille.

            • [^] # Re: et sinon

              Posté par (page perso) . Évalué à 1.

              Ça voudrait dire que ceux qui piratent, piratent parce qu'ils ne respectent pas l'artiste (qu'ils téléchargent) ? Pourquoi le télécharger alors ?

              Ben ça parait clair avec ce que tu dis: pour l'emmerder!

              Prochainement, je vous proposerais peut-être un commentaire constructif.

            • [^] # Re: et sinon

              Posté par . Évalué à 3.

              Je crois que ya un peu de ça.
              Perso, plus ou moin inconsciemment je mettais une note qualité au produit culturel, j'achetais ce que trouvais bon, et téléchargeais ce que je trouvais moyen, voir mauvais (oui, un mauvais film sans scenario et même avec steven seagal, ça fait parfois du bien en fin de semaine... ). Donc en ce sens je ne respecte pas spécialement l'artiste.

              Facilement je te dirai que ce que je téléchargeais, je ne l'aurai pas acheté (ce qui ne m'empêchait pas de profiter de l'oeuvre). Si je suis un peu plus honnête, je dirai que je ne l'aurait surement pas acheter, mon argent, après tout je l'utilisais à autre chose...

              Assez bizarrement, je n'ai jamais téléchargé de livre (enfin si, un livre audio, pour essayer) , comme si inconsciemment je respectais plus les auteurs littéraires

  • # Tu veux pas payer ? C'est pas grave on va payer pour toi.

    Posté par . Évalué à 10.

    Je suis donc pour la « dépénalisation » du droit d'auteur pour le particulier.
    Les artistes gagneraient surement moins d'argent, c'est vrai, mais il n'existe pas de droit naturel pour eux à exister au dessus de la masse

    Oui, les artistes, les interprètes, les techniciens, les producteurs, les intermittents du spectacle - et pourquoi pas les conservateurs de musée, les directeurs d'opéra (la culture est à tout le monde, vous avez vu le prix d'un billet pour le Louvre ou pour le Lac des Cygnes ?)

    Mais bon il n'existe pas de droit naturel pour un intermittent du spectacle à exister avec un salaire. On le leur répète d'ailleurs assez souvent.

    Ceci étant tu nous excusera mais la plupart des gens ici cherchent à essayer de sauver le droit à une certaine forme de liberté d'une d'une part, et à sauver aussi le seul véritable outil démocratique et culturel de masse qu'on ait jamais eu. Et toi tu milites en sens inverse.

    Crois moi rien en me ferait plus plaisir que de voir les consortiums de production de "culture" s'effondrer sous leur propre poids. Ça ferait de la place pour une nouvelle vague culturelle dont on commence sérieusement à avoir besoin. Et toi tu es l'archétype même du truc qui sert d'excuse à nos élus pour empêcher cet effondrement. Même si ça change de voir quelqu'un qui ne se cache pas derrière des arguments fallacieux (genre j'ai téléchargé l'intégrale des clips de Justin Brieber, mais c'est parce que je suis un rebelz), je ne te caches pas que tu ne t'attires aucune sympathie de ma part. Pour être tout à fait franc si il existait la moindre possibilité de venir te couper ton internet moi-même, je le ferais avec plaisir.

    Parce que vois-tu Internet c'est pas juste un jouet que tu as acheté pour télécharger des contenus gratuits, c'est aussi un outil d'échanges culturels, scientifiques et d'opinions absolument fantastique. Le seul auquel le particulier ait accès pour une somme modique. Et là tu es en train de sauter dessus à pied joint. Au même titre que les maisons de disques qui utilisent les gens comme toi comme excuse pour ne pas perdre leurs chaines de distribution, tu fais parti des ennemis à abattre.

    J'ai un scoop pour toi : la culture ne mourra pas. Ca se joue entre l'internet libre et les producteurs de culture actuel. Et avec ce journal tu milites activement contre l'internet libre.

    • [^] # Re: Tu veux pas payer ? C'est pas grave on va payer pour toi.

      Posté par (page perso) . Évalué à 5. Dernière modification le 24/06/11 à 13:35.

      avec ce journal tu milites activement contre l'internet libre.

      Vraiment? Tu confonds ta liberté et sa liberté alors : il exprime librement son opinion, et tu veux lui couper internet.... le point G n'est guère loin.

      ⚓ À g'Auch TOUTE! http://agauch.fr

      • [^] # Re: Tu veux pas payer ? C'est pas grave on va payer pour toi.

        Posté par . Évalué à 3.

        Tu confonds ta liberté et sa liberté alors
        La liberté des uns s'arrête là ou commence celle des autres.
        Le monsieur se livre à des activités illégales qui font déjà que je paye plus cher mes CD et DVD vierges, qui font également qu'en tant que fournisseur (modeste) d'accès je suis obligé d'investir une tombe dans des équipements de surveillance des usagers pour conserver des logs pendant une année entière. Tout çà me grattouille désagréablement mais on peut vivre avec.
        Maintenant le comming-out héroïque façon "Je suis un téléchargeur illégal, mais je ne suis pas un animal" ca me donne juste envie de vomir.

        Alors disons le haut et fort : Je suis piratophobe !

        Pour être tout à fait honnête, je n'ai rien contre le Cracker né. Le mec qui à 8 ans utilisait déjà discology pour contrefaire des secteurs de taille 6, qui n'a jamais été attiré par une boite de jeux en étalage avec un gros autocollant "Megastar Joystick" et qui a toujours préféré casser la protection et souiller des disquettes vierges, celui là donc, il ne me dérange pas. Généralement d'ailleurs ils sont assez discret et bien élevé. Par contre le mec qui défile avec une clef USB dans la Blu-raie pendant la Lan-Pride il me sort par les yeux.

        Le pirate opportuniste, qui dans dix ans aura probablement un PC sous windows, avec un firewall hadopi compliant pour pas que ses mômes aillent télécharger des cochonneries, il me soulève le coeur.

        Donc revenons à nos moutons : On a un mec qui fait un truc illégal, égoïste et qui s'en vante, alors qu'il est la justification incarnée de tout ce derrière se cache l'industrie du média et nos chers élus pour nous coller moult taxes et restrictions. Le tout en mettant en danger mon outil de travail principal, qui est aussi accessoirement un formidable outil de libertés et d'expression.

        Donc oui, je ne l'aime pas et je veux le mettre hors jeu.

        Dernier point : tu utilises le mot "opinion", or une opinion c'est un argumentaire subjectif basé sur l'expérience réfléchie d'une personne. Là on a pas vraiment d'argumentaire, encore moins d'expérience réfléchie - tout au mieux une tranche de vie parsemée de "je trouve que c'est mieux comme çà" sans l'ombre d'une justification ou d'une construction qui pourrais nous amener à se ranger à l'avis du bonhomme autrement que par empathie (dont je suis malheureusement plutôt dépourvu envers la catégorie sus-citée des piratins du dimanche).

        • [^] # Re: Tu veux pas payer ? C'est pas grave on va payer pour toi.

          Posté par . Évalué à 7.

          Le monsieur se livre à des activités illégales qui font déjà que je paye plus cher mes CD et DVD vierges

          C'est complètement faux et intellectuellement malhonnête.

          Les raisons qui font que tu « paye plus cher » tes médias vierges plus cher peuvent être le fait d'habiter dans une zone mal desservie, le fait de commander en petite quantité, le fait de l'acheter à un distributeur qui fait une énorme marge ou encore le fait qu'il y a une « taxe/redevance » sur la copie privée.

          Vu comment tu en parles, ça fait probablement référence à la dernière proposition. Or on ne peux pas valoriser des « activités illégales ». C'est même défini très précisément dans les code civil et pénal sous le doux sobriquet de « recel », dans le cas présent de contrefaçon.

          Le fait que, après que l'on ait fait remarquer aux gestionnaires de la copie privée que c'était du recel, ceux-ci aient augmenté leurs barêmes pour qu'en pratique ils touchent autant que quand était pris en compte les usages dit « illégaux », est plus du à leur malhonnêteté qu'aux méchants pirates des mers qui vont tuer tous les artistes l'un après l'autre.

          Alors disons le haut et fort : Je suis piratophobe !

          Avec ce genre de raccourcis, ça ne m'étonne pas. On pourrait très facilement être n'importequoi-phobe quand on se trompe de colère. C'est d'ailleurs pour ça qu'il y a autant de xénophobes.

          Xénophobe, de xenos (étranger) et phobe (peur), comme dans « hostilité à ce qui est étranger », ou de manière plus général, à ce qu'on ne comprend pas. Comme toi qui ne comprend rien à ce que tu appelles piratage, mais suffisamment pour avoir un avis tranché dessus.

          • [^] # Re: Tu veux pas payer ? C'est pas grave on va payer pour toi.

            Posté par . Évalué à 4.

            _C'est complètement faux et intellectuellement malhonnête.

            Les raisons qui font que tu « paye plus cher » tes médias vierges plus cher peuvent être le fait d'habiter dans une zone mal desservie, le fait de commander en petite quantité, le fait de l'acheter à un distributeur qui fait une énorme marge ou encore le fait qu'il y a une « taxe/redevance » sur la copie privée._

            En théorie oui, en tant que professionnel je ne suis pas soumis à cette taxe, donc je m'en fous lalalalère. En pratique cependant, deavnt l'ampleur du piratage informatique nos chers élus ont décidés de priver les professionnel de tout moyen de récupérer cette taxe. Celà est en cours de correction en ce moment même, mais les taxes versées à tort au cours des dernières années ne sont pas récupérables. Pourquoi ? Parce que la SACEM pleure que le monde du disque va mal à cause du piratage et que rembourser ces taxes ca serait tuer la pauvre petite créatrue fragile et sans défense qu'elle est.

            Donc : A cause des pirates j'ai payé et je paye encore mes CD et DVD vierges plus chers, sans espoir de compensation. (Ben oui en tant qu'entreprise mon exception de droit à la copie privée n'existe pas.)

            Avec ce genre de raccourcis, ça ne m'étonne pas. On pourrait très facilement être n'importequoi-phobe quand on se trompe de colère. C'est d'ailleurs pour ça qu'il y a autant de xénophobes.

            On va dire que tu as lu Senghor : "Les racistes sont des gens qui se trompent de colère". Ou alors que tu as du entendre une fois un texte de Desproges qui le cite. Desproges disait aussi "On peut rire de tout, mais pas avec tout le monde", or là je suis poliement en train de traiter de petit con un pirate qui s'affiche quand un malandrin vient me dire que je cherche à tuer le débat en invoquant la possibilité d'un point Godwin de ma part et à court terme.
            Entre la bordée d'injures et l'inutilisation de masse, j'ai choisi de broder humoristiquement sur le thème de l'odieux personnage en espérant que le malandrin en question se rendrait compte du ridicule de ses propos.

            Et voilà quand faisant celà, un autre malandrin arrive pour m'expliquer la définition de xenophobe tout en me prenant de haut.
            Alors dans l'ordre :

            a) C'était de l'humour, je doute fort que qui que ce soit défile avec des clefs USB dans le backdoor

            b) Je connaissais déjà la définition du mot xenophobe. Pour ton information cependant je te conseille d'aller la relire, il ne s'agit pas de la peur de ce qu'on ne connait pas, mais la peur de celui qui n'appartient pas à la communeauté et que l'on pourrait accueillir en ami. (Oui parce qu'avoir peur des Visigoths qui viennent vous décapiter et violer vos femmes ca compte pas vraiment comme de la xenophobie en fait)

            C) Je déteste effectivement les pirates du dimanche. J'ai le plus grand respect pour les gens qui cassent les protections des pays totalitaires pour poster deux photos sur internet, mais le mec qui "estime", en raison d'arguments vaseux, qu'il a bien le droit de télécharger la saison 14 de desesperate housewife (attendre deux mois c'est trop dur, et canal c'est trop cher); ce mec donc je ne peux pas l'encadrer. Non pas d'une colère qui cherche une cible, mais d'une haine véritable, focalisée et justifiée. Ces mecs pourrissent la vie et le travail de communeautés entières (dont les producteurs de musiques, mais pas seulement) au nom de leur plaisir personnel. C'est insultant, irrespectueux et stupide. Les justifications qu'ils viennent rajouter par dessus me donnent proprement envie de leur mettre la tête au carré.

            d) Tu dis que je ne comprend rien au piratage. A moins que tu ne fasses référence une fois de plus à des activistes qui risquent gros pour que des informations "protégées" puissent sortir au grand jour, je me demande sincèrement ce qu'il y a à comprendre au pirate du dimanche.
            En fait il télécharge pour que sa fille atteinte d'un cancer en phase terminal puisse voir le dernier épisode de Lost avant de mourrir ? C'est un ecologiste qui lutte contre les émissions de produits toxiques qu'entrainne nécessairement la fabrication de milliers de CD ? C'est un gourmet, un épicurien qui papillone de média en média à la recherche du produit qui le satisfait le mieux (et que bien entendu il achètera à n'importe quel prix, rien n'est trop bon pour lui) ?
            Non c'est un gros parasite qui télécharge comme un porc en niquant la bande passante et qui se fout totalement de ce qui arrivera à l'internet demain. Au contraire plus on pressurise plus il télécharge pour profiter au maximum tant que ça dure.

            J'oublie quelque chose ? J'ai une vision trop partielle du problème ? Il y a des raisons valables/vitales/nécessaires à télécharger gratuitement l'intégrale de Grey's Anatomy ? Ca sauve des vies quelque part ? Ca ouvre des consciences ? Ca milite activement contre des injustices flagrantes ?

            A l'extrème limite je veux bien te concéder que le fansubber qui sous-titre des vidéos dont il estime soit qu'elles ne sortirons jamais en France, soit que la traduction française est tellement pourrie qu'il est urgent de corriger le tir, celui là à la limite je veux bien lui accorder une circonstance attenuante. Mais si on avait que des puristes et des marginalistes dans les rends des téléchargeurs illégaux, je pense que ca irait mieux.

        • [^] # Re: Tu veux pas payer ? C'est pas grave on va payer pour toi.

          Posté par (page perso) . Évalué à 7.

          Le monsieur se livre à des activités illégales qui font déjà que je paye plus cher mes CD et DVD vierges,

          Gni? Il est illégal de faire payer pour un usage illégal, alors non, ce n'est pas ça.
          Si tu parle de la redevance pour copie privée, elle est la en échange d'une exception pour copie privée (d'où le nom), rien d'illégal.

          Après, si certains au gouvernement détournent la loi, ce sont eux dans l'illégalité.

      • [^] # Re: Tu veux pas payer ? C'est pas grave on va payer pour toi.

        Posté par . Évalué à 2.

        le point G n'est guère loin

        C'est jouissant :)

        Les logiciels sous licence GPL forcent leurs utilisateurs à respecter la GPL (et oui, l'eau, ça mouille).

    • [^] # Re: Tu veux pas payer ? C'est pas grave on va payer pour toi.

      Posté par . Évalué à 3.

      Et toi tu es l'archétype même du truc qui sert d'excuse à nos élus pour empêcher cet effondrement.

      Pour cela il faudrait que Hadopi est un effet quelconque. Hadopi, la lopsi ont surtout l'air d'être là pour introduire de la censure d'état.

      (genre j'ai téléchargé l'intégrale des clips de Justin Bieber, mais c'est parce que je suis un rebelz)

      En l'occurence, si cela n'avait pas été possible de le faire sans payer, est-ce M. Brieber aurait touché quoique ce soit ?

      Et là tu es en train de sauter dessus à pied joint.

      Je comprends le raisonnement mais tu te trompes de cible. C'est en réaction a de tel comportement que le gouvernement à décider de taper sur internet. C'est d'abord un choix politique de s'assoir sur le droit (de l'homme) de confidentialité de la correspondance.

      "La première sécurité est la liberté"

      • [^] # Re: Tu veux pas payer ? C'est pas grave on va payer pour toi.

        Posté par . Évalué à 6.

        C'est en réaction a de tel comportement que le gouvernement à décider de taper sur internet.

        Le gouvernement tape sur internet pour deux raisons :

        a) Parce que çà l'énerve d'avoir un média incontrôlable (il s'est pas fait chier à noyauter le CSA et à plomber la CNIL pour se retrouver à rendre des comptes à des gens qu'il ne connait même pas et qui peuvent sortir de n'importe ou)

        b) Parce que çà énerve ses copains de devoir lutter contre un mode de distribution quasi gratuit et étendu à la planète entière (il se sont pas fait chier à bouffer tous les producteurs de musique et de films et à dégommer tous les disquaires/videoclubs de quartier pour qu'on puisse vendre soit même de la musique ou des films pour une poignée d'euros par mois).

        Mais pour dégommer internet, même dans une population vieillissante qui voit internet principalement comme un moyen de garder le contact avec ses petits enfants sans quitter la maison de retraite, il faut des excuses. Et leur excuse principale est de dire qu'il y a des petits cons qui ne respectent rien et qu'il faut bien les calmer d'une façon ou d'une autre. Alors bien sur on explique qu'il ne faut pas jeter bébé avec l'eau du bain, que ce n'est pas parce qu'il existe quelques cons qu'on va tuer toute possibilité de faire d'internet l'outil ultime de communication entre les gens (et généralement il y a toujours au moins une personne qui se croient maline et qui fait une comparaison entre internet et les voitures....).
        Mais il est vrai que si les quelques cons ne représentait pas près de 90% d'une certaine tranche de population qui a accès à internet ça serait plus facile. Surtout que "notre" camps marque les points un par un et les perd par paquets de 100 - par exemple quand une lycéenne de 13 ans se fait tuer suite à un échange un peu houleux sur les réseaux sociaux. (Vous voyez bien qu'internet c'est le mal ma bonne dame, il est urgent de remettre de l'ordre dans tout çà).

        Donc non je ne me trompe pas de cible, je considère qu'il y a deux types d'adversaires différents : celui qui me tire dessus, et celui qui lui fournit les munitions.

        • [^] # Re: Tu veux pas payer ? C'est pas grave on va payer pour toi.

          Posté par . Évalué à 2.

          Je dois dire que je suis assez d'accord.

          Si tu refuses de payer pour une œuvre, refuses l’œuvre.
          L'artiste (par son contrat avec la maison de prod.) choisi comme règle du jeu que pour pouvoir accéder à son œuvre, il faille payer une certaine somme. Joues le jeu; en payant la somme ou en refusant l’œuvre!

          Si tu n'accepte pas la règle du jeu, tu tends le bâton qui servira à battre un peu tout le monde et je ne suis pas sur que beaucoup ici veuillent se faire battre parce que tu à choisi de tricher (bien sur, tu n'es pas le seul à tricher).

        • [^] # Re: Tu veux pas payer ? C'est pas grave on va payer pour toi.

          Posté par . Évalué à 3.

          La censure est fait au nom des nazi pédophiles. C'est une caste encore plus fantasmé que celui du pirate, pirate qui est souvent le petit fils de l'électeur de droite.

          La menace n'a même pas besoin d'être réel.

          "La première sécurité est la liberté"

    • [^] # Re: Tu veux pas payer ? C'est pas grave on va payer pour toi.

      Posté par (page perso) . Évalué à 1.

      et pourquoi pas les conservateurs de musée, les directeurs d'opéra (la culture est à tout le monde, vous avez vu le prix d'un billet pour le Louvre ou pour le Lac des Cygnes ?)

      Dans ces cas-là la situation est différente : un spectacle sur scène et une œuvre exposée au Louvre sont des choses matérielles, on ne peut pas les copier comme de la musique ou des films.

      Le jour où on rediffusera les spectacles et les expositions à distance avec des hologrammes, peut-être que ce sera comparable...et encore.

      Mais bon il n'existe pas de droit naturel pour un intermittent du spectacle à exister avec un salaire. On le leur répète d'ailleurs assez souvent.

      Attention on n'a jamais dit que les artistes n'avaient pas droit à un salaire. Ce qu'on dit c'est que l'immatériel ne devrait pas être payant.

      L'auteur de ce journal n'a pas précisé s'il lui arrivait de faire des dons, c'est dommage. Mon opinion personnelle est qu'on bon pirate doit être prêt à apporter sa contribution à la rémunération des créateurs (artistes, développeurs...), s'il en a les moyens.

      Et toi tu es l'archétype même du truc qui sert d'excuse à nos élus pour empêcher cet effondrement.

      C'est une critique que je rencontre souvent vis-à-vis des pirates. Nous utilisons Internet pour faire des grandes choses et les politiciens veulent nous le censurer parce que certains l'utilisent pour consommer sans scrupules : si Internet n'était fait que pour les pirates, pas de problème à ce qu'on le censure.
      Ceci est selon moi parfaitement erroné : ce qu'il faut comprendre, c'est que télécharger un gros blockbuster débile et animer un débat politique sur un forum, c'est la même chose. Il s'agit de véhiculer de l'information d'un point à un autre, et on ne peut pas juger qu'une information est meilleure qu'une autre, qu'elle appartient à quelqu'un ou qu'elle est juridiquement libre. Comme le disent bon nombre de hackers : "All bits are created equal." Cela n'a pas vraiment de sens de dire que les pirates font un usage abusif du réseau.

      Prétendre que les gouvernements censurent le net à cause des pirates qui font trop chauffer la mule, c'est comme prétendre que la neutralité du net est en danger à cause des eyeballs qui vont trop sur Youtube. Que la liberté de la presse est en danger à cause des journalistes qui écrivent sur le Roi sans prendre des pincettes. Ou que la liberté de faire de l'humour à France Inter est en danger à cause de Stéphane Guillon et de Didier Porte qui font des blagues trop déplacées.

      Parce que vois-tu Internet c'est pas juste un jouet que tu as acheté pour télécharger des contenus gratuits, c'est aussi un outil d'échanges culturels, scientifiques et d'opinions absolument fantastique.

      Télécharger des bits protégés par la propriété intellectuelle, le secret d'État ou tout autre droit accordé à un puissant quelconque peut être un échange culturel ou d'opinion fantastique. Ce serait injuste, et peut-être prétentieux de dire que certains échanges sont plus nobles que d'autres...comment juger ?

      Au même titre que les maisons de disques qui utilisent les gens comme toi comme excuse pour ne pas perdre leurs chaines de distribution, tu fais parti des ennemis à abattre.

      Les maisons de disques s'attaquent à ceux qui leur font perdre du pognon. Le jour où celles-ci s'attaqueront à la culture libre, diras-tu que ces salauds de libristes qui téléchargent sur Jamendo poussent les puissants à contrôler le Net ?

      • [^] # Re: Tu veux pas payer ? C'est pas grave on va payer pour toi.

        Posté par . Évalué à 4.

        Dans ces cas-là la situation est différente : un spectacle sur scène et une œuvre exposée au Louvre sont des choses matérielles
        J'ai jamais dit de repartir avec la Joconde sous le bras ou de kidnapper une danseuse étoile. Je parle d'assister gratuitement à une exposition, un évènement ou un concert, qui sont également des biens immatériels. Comme toute création immatériel, elle requiert des moyens matériels pour être mise en oeuvre. Et ces moyens sont plus ou moins important et plus ou moins rentables. C'est sur que louer le stade de France pour donner une représentation c'est un peu moins facilement duplicable que le dernier CD d'Annie Cordy, mais je te jure que quand on fait une nouvelle exposition de Picasso, ceux qui ont assistés à la précédente ne perdent rien. C'est bien du pur immatériel.

        Attention on n'a jamais dit que les artistes n'avaient pas droit à un salaire. Ce qu'on dit c'est que l'immatériel ne devrait pas être payant.
        Les artistes ne produisent quasiment que de l'immatériel. Certes les peintres et les sculpteurs produisent des biens matériels également, mais c'est un effet de bord de leur création pas le but visé. La valeur d'une oeuvre n'est quasiment reliée en rien aux matières premières utilisées pour la créer. Le coté matériel d'une oeuvre c'est le parent pauvre (à part peut-être en bijouterie). La toile n'est que le support technique du stockage d'un bien immatériel. Le jour ou on aura les technologies pour faire une copie à l'atome près du plafond de la chapelle sixtine, cela n'enlèvera rien au fait que le créateur qui aura bossé comme un dingue pour créer l'oeuvre sera toujours Michel-Ange. Ce n'est pas parce que l'on dispose de technologies de reproduction, que du jour au lendemain la quantité de travail de l'artiste diminue, et que donc sa rémunération doit être amenée à 0.

        Mon opinion personnelle est qu'on bon pirate doit être prêt à apporter sa contribution
        STOOOPPP Le mec qui a créé le truc que tu veux avoir il te dit : "si tu veux avoir mon truc il faut payer X €". Avec X qui va de 0 à plusieurs millions. Ça marche avec tous les biens, matériels ou immatériels. Mes clients je leur dit régulièrement "si tu veux avoir mes archis réseaux, il va falloir raquer". Pourtant une archi réseau c'est du pur immatériel, c'est exclusivement des idées et des recommandations sur un bout de papier. Le mec qui me dit "Je ne payerai pas, mes je suis prêt à apporter une éventuelle contribution" je l'envoie balader. C'est normal. L'artiste moyen fait pareil, son CD si tu le veux tu craches 20€ sinon tu l'as pas. Le boulanger c'est pareil, le comptable de ta boite c'est pareil.

        Ceci est selon moi parfaitement erroné : ce qu'il faut comprendre, c'est que télécharger un gros blockbuster débile et animer un débat politique sur un forum, c'est la même chose.
        Non tu vois il y a une différence : la licence.
        C'est un truc auquel les libristes sont assez attachés, la licence. Quand tu participe à un débat tu donnes ton accord (même implicite) pour que les gens entendent/voient ce que tu as à dire. Quand tu fais un film cet accord est soumis à des conditions de paiement.

        _ Il s'agit de véhiculer de l'information d'un point à un autre, et on ne peut pas juger qu'une information est meilleure qu'une autre, qu'elle appartient à quelqu'un ou qu'elle est juridiquement libre._
        Ce que tu dis est valable pour les transitaires - ie les fournisseurs de tuyaux. Mais elle n'est pas valable pour les fournisseurs de contenus. Par exemple si je décide moi tout seul comme un grand de mettre sur youtube une video de toi et de ton/ta partenaire en train de faire crack crack, je te jure qu'il y aura des gens pour juger que cette information est nettement moins bonne qu'une autre, qu'elle ne m'appartient pas et que juridiquement elle n'a jamais été libre. A dire vrai je ne serai pas surpris que tu fasses partie de ces gens.
        Là on ne parle pas de la neutralité du net (ie la poste qui refuse de t'adresser le courrier de Mme Michu); mais de respect des droits (ie moi qui intercepte le courrier de mme Michu pour le lire avant de le remettre dans la boucle). Il n'y a aucun rapport entre l'un et l'autre.

        Comme le disent bon nombre de hackers : "All bits are created equal."
        Oui tous les tubes d'aquarelle sont créés égaux aussi. Pourtant les miens ils veulent pas peindre la Joconde.
        Une fois de plus ce que tu dis ne s'applique qu'aux transitaires. Il y a des paquets de bits qui sont sous licence GPL et d'autres sous licence MS. Et dans les deux cas ces paquets ne se sont pas mis ensemble par hasard, il y a un ou plusieurs mec qui ont bossés pour les mettre dans cet ordre là précisément. Et ce ou ces mecs ont la volonté que tu respecte leur licence pour utiliser leur ordre de bits.

        Prétendre que les gouvernements censurent le net à cause des pirates qui font trop chauffer la mule...
        Le gouvernement a son propre agenda, pour lequel il a besoin d'excuses ou de justifications. De préférences contre des mecs dont la seule défense est la mauvaise foi. Il faudra de toute façon trouver une solution au problème du piratage, mais là on est dans l'urgence parce que la solution que met le gouvernement en place risque d’asphyxier la nature même du réseau. Donc pendant la phase de négociations les pirates sont priés de FERMER LEUR GUEULE !

        Ce serait injuste, et peut-être prétentieux de dire que certains échanges sont plus nobles que d'autres...comment juger ?
        Il y a une étiquette sur les produits payants. C'est un bon point de départ. Le créateur du produit lui donne un prix, et toi tu n'as pas à juger de la noblesse de l'échange en général. Juste du ration intérêt/porte-monnaie. C'est nettement plus simple.

        _ Le jour où celles-ci s'attaqueront à la culture libre, diras-tu que ces salauds de libristes qui téléchargent sur Jamendo poussent les puissants à contrôler le Net ?_
        Mais ils s'attaquent à la culture libre ! Tu crois quoi ? Que ce qui les gène vraiment c'est de perdre de l'argent sur les films et les cd alors qu'ils engrangent de l'autre coté sur les brevets, les ordis et les accès internet ?
        Il est aujourd'hui possible de transformer un garage pourri en studio d'enregistrement de très bonne qualité pour 15 000€ et un peu d'huile de coude. Dans dix ou quinze ans les moyens de productions dont disposera un particulier seront quasi impossible à distinguer des moyens des gros studios. Un hangar loué pour deux mois, du fond vert et deux caméras HD ça coûte plus rien aujourd'hui. C'est bien la production de créations libres ou alternatives que vise en priorité les majors en attaquant internet. Quand c'est un con qui fait le tube de l'été depuis une video Youtube, ils sont obligés de raquer le prix fort pour le récupérer. Et ça les gonfle gravement.
        Donc justement pour empêcher l'amalgame entre les oeuvres libres/alternatives et la trente-deuxième réédition du best of de police (c'est bientôt noël pensez-y, votre cousin fan de Sting n'en a que quatre), il convient d'empêcher les pirates de se prévaloir de la notion de défense de la culture. Donc quand j'en vois un je tape dessus.

        • [^] # Re: Tu veux pas payer ? C'est pas grave on va payer pour toi.

          Posté par (page perso) . Évalué à 2.

          J'ai jamais dit de repartir avec la Joconde sous le bras ou de kidnapper une danseuse étoile. Je parle d'assister gratuitement à une exposition, un évènement ou un concert, qui sont également des biens immatériels. Comme toute création immatériel, elle requiert des moyens matériels pour être mise en oeuvre. Et ces moyens sont plus ou moins important et plus ou moins rentables. C'est sur que louer le stade de France pour donner une représentation c'est un peu moins facilement duplicable que le dernier CD d'Annie Cordy, mais je te jure que quand on fait une nouvelle exposition de Picasso, ceux qui ont assistés à la précédente ne perdent rien. C'est bien du pur immatériel.

          En effet, mais ce que je voulais dire c'est que dans ce cas l'immatériel est indissociable du matériel. Certes, quand on assiste à un concert, tout ce qui part de la scène et arrive à nos yeux et nos oreilles est immatériel, d'ailleurs cela peut être capturé dans un format reproductible (les DVD "live", par exemple). Cependant, il y a dans le fait d'assister à un concert quelque chose qui n'est pas reproductible : le fait "d'y être", de voir les artistes en vrai, d'être au milieu d'un public, etc. Les émotions qu'on ressent sont spécifiques, ce n'est pas du tout la même chose que d'écouter un album ou de regarder le live. Sinon tu penses bien que les concerts souffriraient autant du piratage que les disques.
          De la même manière, l'exposition de Picasso est duplicable (on peut la visiter plusieurs fois dans la journée), mais pas à l'infini dans l'espace ou le temps.

          Les artistes ne produisent quasiment que de l'immatériel. Certes les peintres et les sculpteurs produisent des biens matériels également, mais c'est un effet de bord de leur création pas le but visé. La valeur d'une oeuvre n'est quasiment reliée en rien aux matières premières utilisées pour la créer. Le coté matériel d'une oeuvre c'est le parent pauvre (à part peut-être en bijouterie). La toile n'est que le support technique du stockage d'un bien immatériel. Le jour ou on aura les technologies pour faire une copie à l'atome près du plafond de la chapelle sixtine, cela n'enlèvera rien au fait que le créateur qui aura bossé comme un dingue pour créer l'oeuvre sera toujours Michel-Ange. Ce n'est pas parce que l'on dispose de technologies de reproduction, que du jour au lendemain la quantité de travail de l'artiste diminue, et que donc sa rémunération doit être amenée à 0.

          Je me suis mal exprimé, j'ai été trop vite. Je n'ai pas dit que seuls les artistes qui avaient besoin d'un support matériel devaient être rémunérés. Tous les artistes doivent être rémunérés pour leur travail. Cependant cette rémunération ne peut pas se faire en imposant un prix à une œuvre, parce que vouloir imposer un prix à quelque chose qui peut être répliqué à l'infini pour un coût marginal nul n'a pas de sens en économie. Il faut donc trouver un autre moyen de rémunérer le travail des artistes : certains parlent de licence globale, d'autres de mécénat global, d'autres de dons, d'autres de crowdfunding... Je ne sais pas quelle est la solution, mais ce que je sais, c'est qu'imposer un prix à une œuvre, ça ne peut pas marcher.

          Non tu vois il y a une différence : la licence.

          Je comprends ce que tu veux dire. Pirates, libristes, hackers, nous avons tous des valeurs différentes. Certains ne respectent ni la loi, ni la licence. D'autre respectent la licence, mais pas la loi (les libristes qui installent VLC sur leur machine, par exemple), d'autres respectent la loi et la licence.
          Et chacun considère naturellement que ses valeurs sont les meilleures. Les pirates sont hors-la-loi et selon toi, leur activité est illégitime. Eux te diront que leur activité est légitime car copier et partager des bits, quels qu'ils soient est quelque chose de naturel. Bref, chacun son opinion.
          Cependant il est faux de prétendre que c'est à cause des pirates que les États veulent prendre le contrôle du Net. Ce serait comme si l'État planquait des micros partout dans les rues en prétendant protéger la culture et que tu disais que c'est à cause de ton voisin qui sifflote du Brassens dans la rue en rentrant du boulot. En précisant que ce que fait ce voisin est un vil acte de tipiakage totalement illégitime et pas du tout naturel.

          Le gouvernement a son propre agenda, pour lequel il a besoin d'excuses ou de justifications. De préférences contre des mecs dont la seule défense est la mauvaise foi.

          Pourquoi parles-tu de mauvaise foi ? Nous, pirates, savons que notre action est totalement illégale. Nous pensons juste qu'elle n'est pas illégitime, parce que nous ne voulons pas nous priver de culture à cause du concept dénué de sens de "propriété intellectuelle".
          Et sans nous, le gouvernement trouvera bien un moyen de mettre en place son Great Firewall, ne t'en fais pas. Il n'y a pas que les pirates qui font peur, il y a aussi les pédophiles, les terroristes, les gens attachés aux symboles fascistes, etc...

          [...] pendant la phase de négociations les pirates sont priés de FERMER LEUR GUEULE !

          [...] il convient d'empêcher les pirates de se prévaloir de la notion de défense de la culture. Donc quand j'en vois un je tape dessus.

          C'est radical comme point de vue. Pourquoi les pirates n'auraient-ils pas le droit de s'exprimer ? Leur parole est dangereuse ?

          PS: Quand j'affiche cette page je télécharge ton avatar, qui est visiblement un tatouage dont je suppose que le créateur ne l'a pas mis sous licence m'autorisant à en faire une copie. Tu devrais en changer, tu m'obliges à me mettre hors-la-loi.

          • [^] # Re: Tu veux pas payer ? C'est pas grave on va payer pour toi.

            Posté par . Évalué à -2.

            En effet, mais ce que je voulais dire c'est que dans ce cas l'immatériel est indissociable du matériel.

            L'immatériel est toujours indissociable du matériel. Même le jour ou on pourra s'envoyer les oeuvres directement de cerveau à cerveau, il faudra quand même un support pour emettre et pour recevoir (en l'occurence la matière grise). Quand on copie un CD ou une série on le copie sur quelque chose, disque, clef usb ou même mémoire vive en cas de streaming. Le support matériel est toujours présent et indissociable.

            Le truc c'est qu'on ne sait pas dupliquer à l'identique un évènement. Technologiquement on a pas les outils pour recréer à partir d'une masse d'atomes un concert des Rolling Stones.
            Mais si on pouvait, est-ce que ca voudrait dire qu'il ne faut plus jamais payer les Rolling Stones pour aucun concert ? Juste le fournisseur de la masse d'atome et de la machine à recréer ? Parceque si c'est le cas pas la peine de continuer. Personellement je préfèrerais cent fois aller voir une recréation du concert d'Iron Maiden à Downington que de faire la queue à Paris Bercy pour écouter les trucs qu'ils font aujourd'hui.

            parce que vouloir imposer un prix à quelque chose qui peut être répliqué à l'infini pour un coût marginal nul n'a pas de sens en économie.

            GNI ? Là j'aimerai bien savoir de quelle théorie economique tu parles. Parceque les trucs qui peuvent être répliqués à l'infini pour un cout marginal nul, mais qui ont quand même un prix il y en a un paquet. Ca va des décisions de nos chers élus jusqu'au dur labeur du plus vieux métier du monde - en passant par les théories des economistes eux même. Je n'ai encore jamais vu un economiste dire : "voter une loi c'est réplicable à l'infini pour un cout marginal nul - donc le sénat, l'assemblé et tout ca devrait être gratuit." Au mieux on peut dire en théorie capitaliste qu'un objet répliqué à l'infini tend à voir son prix se rapprocher de sa valeur intrinsèque (i.e un CD vendu à des centaines de millions d'exemplaire devrait avoir un prix proche de celui d'un cd vierge)
            Mais à par çà...

            Eux te diront que leur activité est légitime car copier et partager des bits, quels qu'ils soient est quelque chose de naturel. Bref, chacun son opinion.

            Il ne s'agit pas d'une opinion, il s'agit de respecter les libertés des autres pour avoir une chance qu'on respecte les notres. Quand tu effectues un travail, tu fixes le prix. Personne n'a envie de payer le vrai prix de quoi que ce soit. Je facture es études réseaux plusieurs milliers d'euros, et je suis sur que mes clients seraient ravis de les payer moins cher. De façon générale je suis sur qu'une majorité de gens aimerait bien payer beaucoup moins cher leurs assurances. Pourtant, même en démocratie, même si tout le monde vote pour, le prix d'une assurance auto restera au niveau que décide la compagnie d'assurance. C'est cela la chose naturelle. De même que je ne peux pas prendre l'ensemble du travail reproductible d'un piratin, il ne peut pas prendre le mien.

            C'est radical comme point de vue. Pourquoi les pirates n'auraient-ils pas le droit de s'exprimer ?

            Parce qu'ils ne font pas partie des producteurs, des distributeurs ou des clients. Ils ne peuvent pas plus s'exprimer sur les droits et devoirs desdits qu'ils ne peuvent décider de la couleur que je vais utiliser pour repeindre mes murs ou du prénom que je vais donner à mon môme. Ils ne font que parasiter une economie sans apporter ou produire quoi que ce soit.

            dont je suppose que le créateur ne l'a pas mis sous licence m'autorisant à en faire une copie

            Perdu.

            • [^] # Re: Tu veux pas payer ? C'est pas grave on va payer pour toi.

              Posté par (page perso) . Évalué à 2.

              Au mieux on peut dire en théorie capitaliste qu'un objet répliqué à l'infini tend à voir son prix se rapprocher de sa valeur intrinsèque (i.e un CD vendu à des centaines de millions d'exemplaire devrait avoir un prix proche de celui d'un cd vierge)

              Voilà, c'est un peu ça. Sauf qu'un CD gravé est physique, donc pas copiable à l'infini. Un fichier, si.

              Il ne s'agit pas d'une opinion, il s'agit de respecter les libertés des autres pour avoir une chance qu'on respecte les notres.

              Je ne sais pas si tu parles de liberté au sens moral ou de liberté au sens de "liberté garantie par la loi".
              Si je respire l'air qui m'entoure, je nuis à la liberté des vendeurs de bouteilles d'oxygène de gagner de l'argent. Moralement, je considère que ma liberté de respirer l'air qui m'entoure est supérieure à leur liberté de gagner de l'argent en vendant des bouteilles. Mais selon toi, si la loi m'obligeait à payer leurs bouteilles, il serait illégitime pour moi de refuser ?

              Parce qu'ils ne font pas partie des producteurs, des distributeurs ou des clients.

              Dans ce cas je suppose que celui qui n'écoute que de la musique libre n'a pas son mot à dire non plus.

              dont je suppose que le créateur ne l'a pas mis sous licence m'autorisant à en faire une copie

              Perdu.

              Reference needed.

              • [^] # Re: Tu veux pas payer ? C'est pas grave on va payer pour toi.

                Posté par . Évalué à -2.

                Voilà, c'est un peu ça. Sauf qu'un CD gravé est physique, donc pas copiable à l'infini. Un fichier, si.
                Ben non, il y a un moment ou l'univers n'aura plus assez d'atomes. Donc il y a une limite physique pour tout.

                Moralement, je considère que ma liberté de respirer l'air qui m'entoure est supérieure à leur liberté de gagner de l'argent en vendant des bouteilles. Mais selon toi, si la loi m'obligeait à payer leurs bouteilles, il serait illégitime pour moi de refuser ?

                La loi garanti que tu ne sera pas obligé d'acheter un produit dont tu n'as pas besoin. Elle peut t'obliger à prendre une assurance pour ta bagnole et à faire faire le ravalement de ta facade, mais si tu possède déjà un produit similaire et satisfaisant elle ne peut t'obliger à consommer un bien dont tu n'as pas besoin.
                Ceci étant je ne vois pas le rapport entre obliger une personne à acheter un bien dont il n'a pas besoin et décider unilatéralement de consommer un bien que l'on a pas produit et sur lequel on a aucun droit en fixant un prix à sa convenance.
                Personne ne t'oblige à écouter les Wampas.

                Dans ce cas je suppose que celui qui n'écoute que de la musique libre n'a pas son mot à dire non plus.
                Si, si, c'est un client. Il respecte la volonté des auteurs et les licences. Et il s'aquitte des devoirs du consommateur (même si dans le cas de musique libre gratuite c'est vite fait).

                • [^] # Re: Tu veux pas payer ? C'est pas grave on va payer pour toi.

                  Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                  Ben non, il y a un moment ou l'univers n'aura plus assez d'atomes. Donc il y a une limite physique pour tout.

                  Oui. Mais là on n'est plus dans l'absolu. Si tu fais le rapport du nombre de copies potentielles d'un titre sur les disques durs de touts les kévins de la planète sur le coût d'origine et le rapport de tous les CD potentiels qu'on peut créer sur le prix d'origine, le premier est infiniment plus grand que le second. Mais on se comprend, c'est l'essentiel. J'arrête de chipoter.

                  La loi garanti que tu ne sera pas obligé d'acheter un produit dont tu n'as pas besoin. [...] Personne ne t'oblige à écouter les Wampas.

                  Et c'est là qu'il est nécessaire de redéfinir ce qu'est un besoin. À priori il semble sensé de prétendre qu'on n'a pas besoin d'écouter un CD ou de voir un film. Cependant peut-on pour autant se couper de toute la culture qui nous entoure ? Toute cette culture, majoritairement propriétaire, n'est-elle pas ce qui nous définit, ou qui du moins définit notre appartenance à une société ?

                  J'avais déjà évoqué ce point dans une discussion :

                  https://linuxfr.org/users/ploum/journaux/les-pubs-contre-eux-pour-hadopi#comment-1241931

                  (si tu veux répondre à ce commentaire (ou aux deux qui suivent, qui sont très intéressants), fais-le peut-être ici, ce sera plus facile à suivre)

                  • [^] # Re: Tu veux pas payer ? C'est pas grave on va payer pour toi.

                    Posté par . Évalué à 4.

                    Et c'est là qu'il est nécessaire de redéfinir ce qu'est un besoin. À priori il semble sensé de prétendre qu'on n'a pas besoin d'écouter un CD ou de voir un film. Cependant peut-on pour autant se couper de toute la culture qui nous entoure ? Toute cette culture, majoritairement propriétaire, n'est-elle pas ce qui nous définit, ou qui du moins définit notre appartenance à une société ?

                    Ouai c'est cela, maintenant tu va nous expliquer que si tu pirate des œuvres débiles c'est pas ta faute c'est du à la pression de la société. La culture ne passe pas nécessairement par ça d'une part, d'autre part il n'y a pas une culture artistique à avoir, tu te fait la tienne et ça ne nuiras pas à ta vie sociale ne t'inquiète pas il y a déjà pleins de monde qui le fait. Au contraire dans le monde actuel, il y a de plus en plus de brassage de cultures.

                    Les logiciels sous licence GPL forcent leurs utilisateurs à respecter la GPL (et oui, l'eau, ça mouille).

                  • [^] # Re: Tu veux pas payer ? C'est pas grave on va payer pour toi.

                    Posté par . Évalué à 0.

                    _ Si tu fais le rapport du nombre de copies potentielles d'un titre sur les disques durs de touts les kévins de la planète_
                    Ben il faudra quand même que tous les Kevin de la planète achète des disques durs.
                    Donc à un moment ou à un autre tu te retrouves avec une limitation physique.

                    De la même façon pour que ca serve à quelque chose, il faut que ton Kevin il regarde sa copie. Ce qui ne peut pas se faire non plus une infinité de fois.

                    Le point important est le suivant, on est dans le quantitatif, pas dans le qualitatif. Les concerts sont ni plus ni moins des oeuvres immatérielles que les CD. Après le cout de production et la difficulté à cloner sont des arguments techniques. Si tu estimes que par principe une oeuvre immatérielle ca doit valoir 0 - modulo le cout de production (ce que tu disais quelques commentaires plus haut) alors tu dois appliquer ton raisonnement jusqu'au bout. Les concerts doivent coûter le prix de des lampes et des enceintes au prorata du nombre d'usages et de spectateurs. Les doccuments techniques ne doivent pas dépasser le prix du papier et de l'encre, les fichiers de musique ne doivent pas dépasser le coût de la bande passante et du stockage.

                    Le problème c'est une fois de plus qu'un plan d'archi (réseau ou non), un programme informatique, une loi, un cours de math, un record du monde de natation, une assurance pour ta voiture, un place pour ton môme à la crèche etc. Tout çà ce sont AUSSI des biens immatériels. On met tout à 0 vraiment ?

                    Et c'est là qu'il est nécessaire de redéfinir ce qu'est un besoin. À priori il semble sensé de prétendre qu'on n'a pas besoin d'écouter un CD ou de voir un film. Cependant peut-on pour autant se couper de toute la culture qui nous entoure ?

                    C'est marrant, j'arrive à ne pas télécharger l'ensemble de la saison 4 de Friends, à ne pas acheter de CD chez EMI/Universal/Sony ET à ne pas me couper de l'ensemble de la culture qui m'entoure. J'écoute énormément de musique que j'ai achetée légalement et sur des labels dit "indépendants", je n'ai pas la télé mais je regarde quand même beaucoup de films et de dessins animés que je paye. Je n'ai jamais vu Notre Dame de Paris (le music hall) mais j'ai une carte musée et je vais régulièrement a des expos. Etc. Et je ne crois pas être un surhomme.
                    Maintenant si tu veux vraiment pirater parceque tout le monde le fait, pour voir ce que tout le monde a vu et écouter ce que tout le monde entend; tu peux te mettre au millieu d'un pré et faire mêêêêêêê... Et il faudra pas venir te plaindre si au final tu te fais tondre la laine sur le dos.

                    • [^] # Re: Tu veux pas payer ? C'est pas grave on va payer pour toi.

                      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                      Le point important est le suivant, on est dans le quantitatif, pas dans le qualitatif. Les concerts sont ni plus ni moins des oeuvres immatérielles que les CD. Après le cout de production et la difficulté à cloner sont des arguments techniques. Si tu estimes que par principe une oeuvre immatérielle ca doit valoir 0 - modulo le cout de production (ce que tu disais quelques commentaires plus haut) alors tu dois appliquer ton raisonnement jusqu'au bout. Les concerts doivent coûter le prix de des lampes et des enceintes au prorata du nombre d'usages et de spectateurs. Les doccuments techniques ne doivent pas dépasser le prix du papier et de l'encre, les fichiers de musique ne doivent pas dépasser le coût de la bande passante et du stockage.

                      Sauf que quand le petit Kévin achète un CD, il le met dans son ordinateur, il copie les fichiers sur 20 supports différents, et ça lui coûte quasi rien. Pas le prix de 20 CD en tout cas. Quand le petit Kévin va à un concert, il peut pas capter le son, la vidéo, l'atmosphère, l'ambiance, et copier tout ça sur son disque dur pour un coût dérisoire.

                      Dans le premier cas l'immatériel est dissociable du matériel, dans le second cas non. C'est pour ça que les pirates s'échangent des albums et pas des concerts.

                      Le problème c'est une fois de plus qu'un plan d'archi (réseau ou non), un programme informatique, une loi, un cours de math, un record du monde de natation, une assurance pour ta voiture, un place pour ton môme à la crèche etc. Tout çà ce sont AUSSI des biens immatériels. On met tout à 0 vraiment ?

                      Les programmes informatiques se piratent, le code civil peut être copié librement, je présume, les cours de math, il y en a sous licence libre, il y en a qui sont copyrightés, et qui sont piratés. Un cours de natation c'est plus difficile, parce que si on le dissocie du prof et de la piscine qu'il y a autour, c'est nettement moins efficace.

                      Je comprend ce que tu veux dire lorsque tu dis qu'il y a un coût qui est lié au travail de la personne. Même les logiciels libres et la musique de libre diffusion ont un coût. Cependant, quand ces choses sont dissociables on a du mal à imposer un prix à l'unité. Et tu verras que le designer qui a passé du temps à concevoir des chaises en plastique aura bientôt le même problème que les musiciens lorsque tout le monde aura une imprimante 3D à côté de son ordinateur.

                      Maintenant si tu veux vraiment pirater parceque tout le monde le fait, pour voir ce que tout le monde a vu et écouter ce que tout le monde entend; tu peux te mettre au millieu d'un pré et faire mêêêêêêê... Et il faudra pas venir te plaindre si au final tu te fais tondre la laine sur le dos.

                      Cet argument est recevable et j'aimerais vraiment y croire.

                      J'aimerais bien me couper de toute cette culture propriétaire, m'en laver le cerveau afin de faire attention à ne jamais y faire référence, ou ne jamais développer d'idée qui pourrait avoir trouvé son origine dans de la culture propriétaire. Cependant je crains que ce soit impossible, et que quoi qu'on fasse, qu'on s'en rende compte ou non, on est confronté tous les jours à de la culture propriétaire, ou à une idée qui pourrait avoir trouvé son origine dans de la culture propriétaire.

                      C'est marrant, j'arrive à ne pas télécharger l'ensemble de la saison 4 de Friends

                      Moi aussi. Seulement quand je vois SebMusset développer une thèse très intéressante sur comment Friends pervertit la société du 21ème siècle, comment le fonctionnement de cette série, ses références, ses bases et la culture qu'elle construit lave le cerveau du Bidochon moyen, je ne comprends que dalle. Je ne sais pas s'il a raison ou pas, je serais incapable de débattre avec lui.

                      Même chose, quand je vois des références à Star Wars sur le site de Korben, ce n'est que parce que j'ai vu Star Wars que je les comprends. Quand je vais sur le site de Mozinor, ce n'est que parce que j'ai déjà vu les acteurs dans de vrais films que je sais pourquoi c'est drôle. Quand je discute avec mes potes et que ça parle de Batman, de Final Fantasy ou de Metallica, ça n'est que parce que j'ai tipiaké tout ça que je peux suivre. Mais je devrais peut-être arrêter de fréquenter ces connards.

                      Mais si tu me proposes de rejoindre un réseau de gens intéressants qui ne font jamais de référence à la culture propriétaire lorsqu'ils s'expriment et échangent des idées, je serais ravi de t'y rejoindre.

                      • [^] # Re: Tu veux pas payer ? C'est pas grave on va payer pour toi.

                        Posté par . Évalué à 2.

                        Je comprend ce que tu veux dire lorsque tu dis qu'il y a un coût qui est lié au travail de la personne. Même les logiciels libres et la musique de libre diffusion ont un coût. Cependant, quand ces choses sont dissociables on a du mal à imposer un prix à l'unité. Et tu verras que le designer qui a passé du temps à concevoir des chaises en plastique aura bientôt le même problème que les musiciens lorsque tout le monde aura une imprimante 3D à côté de son ordinateur.

                        Donc on continue a dévaloriser tout travail numérique ? De toute façon nous ne sommes que des consommateurs donc pas la peine d'essayer de comprendre.

                        Moi aussi. Seulement quand je vois SebMusset développer une thèse très intéressante sur comment Friends pervertit la société du 21ème siècle, comment le fonctionnement de cette série, ses références, ses bases et la culture qu'elle construit lave le cerveau du Bidochon moyen, je ne comprends que dalle. Je ne sais pas s'il a raison ou pas, je serais incapable de débattre avec lui.

                        Même chose, quand je vois des références à Star Wars sur le site de Korben, ce n'est que parce que j'ai vu Star Wars que je les comprends. Quand je vais sur le site de Mozinor, ce n'est que parce que j'ai déjà vu les acteurs dans de vrais films que je sais pourquoi c'est drôle. Quand je discute avec mes potes et que ça parle de Batman, de Final Fantasy ou de Metallica, ça n'est que parce que j'ai tipiaké tout ça que je peux suivre. Mais je devrais peut-être arrêter de fréquenter ces connards.

                        Tu n'a pas de télé, pas de radio, tu ne veux pas aller sur youtube/dailymotion/dezzer/autres pour regarder ou écouter de la musique, la VOD c'est pas pour toi et la location de DVD c'est hasbeen,… Les « amis » (que tu aimerais pouvoir ignorer) ne te parlent pas du dernier film qu'ils ont vu hier soir et vous ne regarder jamais de film ensemble…

                        C'est vrai il ne te reste plus qu'à pirater.

                        Les logiciels sous licence GPL forcent leurs utilisateurs à respecter la GPL (et oui, l'eau, ça mouille).

                        • [^] # Re: Tu veux pas payer ? C'est pas grave on va payer pour toi.

                          Posté par (page perso) . Évalué à 0.

                          Donc on continue a dévaloriser tout travail numérique ? De toute façon nous ne sommes que des consommateurs donc pas la peine d'essayer de comprendre.

                          Je crois qu'il y a un problème sur la notion de valeur. Linux a une valeur énorme : j'aime beaucoup Linux et il me permet de faire plein de choses. Cependant quand je le copie, c'est gratuit. Pourtant, il représente des milliers d'heures de travail acharné. Ce sont trois définitions différentes du mot "valeur".

                          Tu n'a pas de télé, pas de radio, tu ne veux pas aller sur youtube/dailymotion/dezzer/autres pour regarder ou écouter de la musique, la VOD c'est pas pour toi et la location de DVD c'est hasbeen,…

                          Non, j'ai pas la boîtakon, et je paye pas la redevance.

                          À la radio, y'a pas les musiques que je veux écouter.

                          Sur YouTruc, DailyMoche et Deezer quand j'y vais y me demandent d'exécuter des logiciel que je sais pas ce que ça fait sur mon ordinateur.

                          La VOD et la location de DVD, ça nécessite de donner du pognon à des entreprises qui font voter le flicage du net, donc j'ai pas encore osé m'y mettre. Mais j'ai des potes qui ont essayé : de toute façon ils arrivent pas à lire tout ça sur nunux.

                          Les « amis » (que tu aimerais pouvoir ignorer) ne te parlent pas du dernier film qu'ils ont vu hier soir

                          Si, mais ils me parlent rarement d'un film libre.

                          et vous ne regarder jamais de film ensemble…

                          Si. Et c'est du piratage.

                          • [^] # Re: Tu veux pas payer ? C'est pas grave on va payer pour toi.

                            Posté par . Évalué à 3.

                            Donc on continue a dévaloriser tout travail numérique ? De toute façon nous ne sommes que des consommateurs donc pas la peine d'essayer de comprendre.

                            Je crois qu'il y a un problème sur la notion de valeur. Linux a une valeur énorme : j'aime beaucoup Linux et il me permet de faire plein de choses. Cependant quand je le copie, c'est gratuit. Pourtant, il représente des milliers d'heures de travail acharné. Ce sont trois définitions différentes du mot "valeur".

                            Bien commençons à être plus précis alors. Linux puisque que tu en parle représente des années de travail, cela a un coût. Celui-ci doit être supporté par quelqu'un (que ce soit une entité physique ou morale). Linux a la chance d'avoir trouvé un modèle économique qui fonctionne. Ce n'est pas le cas de toutes les productions numériques et il est nécessaire de payer des logiciels libres ou des projets libres de temps à autre (si si j'te jure).

                            Toi avec tes notions de capitalismes, tu nous affirme qu'il n'y a pas de coût et qu'il n'y a pas a payer pour la simple et bonne raison que le coût divisé par le nombre de copie potentielle tend vers 0.

                            Non, j'ai pas la boîtakon, et je paye pas la redevance.

                            Joli, tu n'a pas mais tu parle. Tu nous affirme que tu es obligé de pirater pour pouvoir voir des films comme ils en diffusent à la télé, mais tu refuse d'avoir une télé (un tuner TNT ça n'a rien de chère)

                            À la radio, y'a pas les musiques que je veux écouter.

                            Même remarque que plus haut. De plus il existe des « webradio ».

                            Sur YouTruc, DailyMoche et Deezer quand j'y vais y me demandent d'exécuter des logiciel que je sais pas ce que ça fait sur mon ordinateur.

                            Parle de ce que tu connais de temps en temps ça changeras. Tu peut regarder les vidéos youtubes avec VLC, totem ou mplayer. Pareil pour Dailymotion. Deezer est accessible sans flash.

                            La VOD et la location de DVD, ça nécessite de donner du pognon à des entreprises qui font voter le flicage du net, donc j'ai pas encore osé m'y mettre.

                            Mais tu as osé braver la loi (et puis c'est hipe). Tu donne de l'argent à des sociétés qui ne se sont pas fait trop entendre au sujet du piratage (pour ce qui est de la location de DVD).

                            Mais j'ai des potes qui ont essayé : de toute façon ils arrivent pas à lire tout ça sur nunux.

                            Apprends à installer ta machine peut être ?

                            Les « amis » (que tu aimerais pouvoir ignorer) ne te parlent pas du dernier film qu'ils ont vu hier soir

                            Si, mais ils me parlent rarement d'un film libre.

                            Tu tente encore de faire un glissement. Tu nous explique que tu as besoin de films propriétaires que sinon tu es complètement perdu et ta vie n'a plus de sens. Je te parle de manière de ce tenir au courant sur ce qu'il se passe dans le monde propriétaire sans enfreindre la loi.

                            et vous ne regarder jamais de film ensemble…

                            Si. Et c'est du piratage.

                            Tu me cite l'article qui l'interdit ? Tu veut pas trop le faire du coup c'est mieux de télécharger chez soit ?

                            Les logiciels sous licence GPL forcent leurs utilisateurs à respecter la GPL (et oui, l'eau, ça mouille).

                            • [^] # Re: Tu veux pas payer ? C'est pas grave on va payer pour toi.

                              Posté par (page perso) . Évalué à 0.

                              Toi avec tes notions de capitalismes, tu nous affirme qu'il n'y a pas de coût et qu'il n'y a pas a payer pour la simple et bonne raison que le coût divisé par le nombre de copie potentielle tend vers 0.

                              Si, il y a un coût (tel que tu le définit précédemment). Et il faut payer, puisque l'œuvre ne s'est pas créée toute seule. Ce que je dit c'est qu'il est absurde d' imposer un coût sur une unité.

                              Joli, tu n'a pas mais tu parle. Tu nous affirme que tu es obligé de pirater pour pouvoir voir des films comme ils en diffusent à la télé, mais tu refuse d'avoir une télé (un tuner TNT ça n'a rien de chère)

                              Pourquoi dis-tu que je veux voir des films comme il y en a à la télé ? Je ne sais même pas si les films que je pirate passent à la télé. Ils y passent peut-être, mais j'aime pas la télé...je veux dire, l'objet. Payer une redevance, acheter une boîte noire, et s'asseoir devant en attendant que le film que je veux voir y passe...j'y arrive pas. Mon film je veux le voir quand je veux, en VO, avec des sous-titres, pouvoir le mettre sur pause quand je vais pisser. Et cette fois l'argument n'est pas idéologique mais pratique, je pense que tout le monde est capable de comprendre ça.

                              Même remarque que plus haut. De plus il existe des « webradio ».

                              Bon, admettons que j'ai du pot et que je trouve la webradio qui diffuse justement la musique que je veux au moment où je veux. Il y en a qui diffusent de la culture libre, et j'arrive à les lire, d'autres qui diffusent de la culture pas libre, et j'arrive pas à les lire.

                              Parle de ce que tu connais de temps en temps ça changeras. Tu peut regarder les vidéos youtubes avec VLC, totem ou mplayer. Pareil pour Dailymotion.

                              Non, ça utilise des formats propriétaires et des protocoles propriétaires. Donc c'est pas lisible.

                              Deezer est accessible sans flash.

                              L'interface est accessible avec du code javascript pas lisible, le lecteur il me semble que c'est toujours du Flash.

                              Tu donne de l'argent à des sociétés qui ne se sont pas fait trop entendre au sujet du piratage (pour ce qui est de la location de DVD).

                              Ça c'est parce que tu connais pas VIDEOCLUB, sur Numerama ^^

                              Hum, blague à part, les vidéoclubs, ils donnent de l'argent aux moines copistes de DVD. Donc ils n'auront pas mon fric.

                              Apprends à installer ta machine peut être ?

                              Les DVD ont été encodés dans un format non-lisible pour pas que je puisse les lire. Si t'as un moyen de les lire sans passer par un hack, je suis preneur.

                              Tu tente encore de faire un glissement. Tu nous explique que tu as besoin de films propriétaires que sinon tu es complètement perdu et ta vie n'a plus de sens. Je te parle de manière de ce tenir au courant sur ce qu'il se passe dans le monde propriétaire sans enfreindre la loi.

                              Donc en gros ta solution, c'est : si tu n'a pas vu ce film, fais-le toi raconter par un autre.
                              Maismaismais...si tout le monde se raconte les films au lieu d'aller les voir...les ayants-droit vont perdre plein d'argent, non ? Tu crois pas qu'en me faisant raconter les films par des âmes charitables je vais pas être responsable de la prochaine loi qui va vouloir empêcher les gens de se raconter des films ?

                              Tu me cite l'article qui l'interdit ? Tu veut pas trop le faire du coup c'est mieux de télécharger chez soit ?

                              Je ne connais pas l'article mais je sais que quand on achète un DVD on acquiert une licence qui en permet la projection privée ou dans le cercle familial (enfin il y a quelques années on trouvait ça sur les DVD, je sais pas si ça a changé).
                              Quant à télécharger chez soi, c'est pas mieux, légalement c'est pareil. Enfin si c'est mieux en terme de confort, c'est tout.

                              • [^] # Re: Tu veux pas payer ? C'est pas grave on va payer pour toi.

                                Posté par . Évalué à 2.

                                Pourquoi dis-tu que je veux voir des films comme il y en a à la télé ? Je ne sais même pas si les films que je pirate passent à la télé. Ils y passent peut-être, mais j'aime pas la télé...je veux dire, l'objet. Payer une redevance, acheter une boîte noire, et s'asseoir devant en attendant que le film que je veux voir y passe...j'y arrive pas. Mon film je veux le voir quand je veux, en VO, avec des sous-titres, pouvoir le mettre sur pause quand je vais pisser. Et cette fois l'argument n'est pas idéologique mais pratique, je pense que tout le monde est capable de comprendre ça.

                                J'ai acheté un tuner TNT. Je regarde la télé avec tout les avantages dont tu parle sauf le coté « à la demande » (oui tous timeshift, sous-titre et choix de la langue (bon j'ai le choix qu'entre VO et VF)).

                                Bon, admettons que j'ai du pot et que je trouve la webradio qui diffuse justement la musique que je veux au moment où je veux. Il y en a qui diffusent de la culture libre, et j'arrive à les lire, d'autres qui diffusent de la culture pas libre, et j'arrive pas à les lire.

                                Qu'est ce qui t'empêche de les lire si ce n'est la volonté de te bouger ? Non, il y a en une palanquée qui n'utilise pas flash. Je n'ai pas non plus parlé des podcasts.

                                Apprends à installer ta machine peut être ?

                                Les DVD ont été encodés dans un format non-lisible pour pas que je puisse les lire. Si t'as un moyen de les lire sans passer par un hack, je suis preneur.

                                Surtout ignorer les lois qui te protège et faire la fine bouche. Moi c'est pas une mentalité qui me dérange, mais tu ne l'assume pas jusqu'au bout. Si tu ne veut pas installer la libdvdcss parce que c'est du hacking et que si les auteurs ont mis des protections contre toi tu veut les ignorer. Si c'est vraiment ça alors pourquoi tu les pirates ? La libdvdcss et le téléchargements sont la même chose à ce niveau, c'est du contournement de protection. Sauf que l'un est légale, l'autre non que l'un laisse les autres faire le boulot pour toi et l'autre non.

                                Donc en gros ta solution, c'est : si tu n'a pas vu ce film, fais-le toi raconter par un autre.

                                Non je dis qu'il y a d'autres manières de ne pas être « déconnecté » que de pirater. Puisqu'au départ tu dis que tu pirate pour être « dans le coup ».

                                Les logiciels sous licence GPL forcent leurs utilisateurs à respecter la GPL (et oui, l'eau, ça mouille).

                                • [^] # Re: Tu veux pas payer ? C'est pas grave on va payer pour toi.

                                  Posté par (page perso) . Évalué à 0.

                                  Surtout ignorer les lois qui te protège et faire la fine bouche. Moi c'est pas une mentalité qui me dérange, mais tu ne l'assume pas jusqu'au bout. Si tu ne veut pas installer la libdvdcss parce que c'est du hacking et que si les auteurs ont mis des protections contre toi tu veut les ignorer. Si c'est vraiment ça alors pourquoi tu les pirates ? La libdvdcss et le téléchargements sont la même chose à ce niveau, c'est du contournement de protection. Sauf que l'un est légale, l'autre non que l'un laisse les autres faire le boulot pour toi et l'autre non.

                                  libdvdcss ? légale ? Et la DADVSI ?

                                  Ah oui, pardon, il existes l'exception-pour-que-l'APRIL-arrête-de-nous-faire-chier, dont tu peux être sûr que la justice va s'asseoir dessus lorsque les moines copistes voudront ta peau.

                                  Il y a actuellement deux solutions pour lire ces DVD : libdvdcss et DeCSS. Si aucune d'entre elles ne me plaît je ne peux pas coder la mienne sans faire de reverse engineering. Et quand je ne peux pas utiliser l'appli de mon choix (y compris la mienne) pour lire un format, c'est que le format est non-lisible (ou non-interopérable, si tu préfères).

                                  Si c'est vraiment ça alors pourquoi tu les pirates ?

                                  Attention, là on parlait des alternatives au piratage. Ma question était : comment puis-je rester culturellement en phase avec la société qui m'entoure sans violer la loi ni payer quoi que ce soit. Télé/radio, ça marche pas, faut payer et c'est pas quand on veut dans le format qu'on veut. Webradio : je connais pas bien, j'attends que tu me donnes des exemples. Deezer et autres sites d'écoute PURs : impossible de les utiliser sans exécuter du code proprio, formats de fichiers illisibles.

                                  Non je dis qu'il y a d'autres manières de ne pas être « déconnecté » que de pirater. Puisqu'au départ tu dis que tu pirate pour être « dans le coup ».

                                  C'est cela. Mais au départ je pensais que tu allais réfuter mes assertions et me dire qu'il est tout à fait possible de vivre bien en n'ayant aucune forme de culture propriétaire.
                                  Au lieu de ça j'ai plutôt l'impression que tu tiens le discours : "Tu veux t'intégrer dans la société ? Alors bouffe de la culture propriétaire. Tu dois bouffer de la culture propriétaire ? Alors paye, connard. Ou alors deviens ermite et pars vivre tout nu dans la forêt avec Richard Stallman et fais pas chier."

                                  • [^] # Re: Tu veux pas payer ? C'est pas grave on va payer pour toi.

                                    Posté par . Évalué à 2.

                                    Ah oui, pardon, il existes l'exception-pour-que-l'APRIL-arrête-de-nous-faire-chier, dont tu peux être sûr que la justice va s'asseoir dessus lorsque les moines copistes voudront ta peau.

                                    C'est une hypothèse, on peut en faire quelques millions si tu veut des hypothèses. Dans le monde actuel, ces solutions sont légales là où le piratage ne l'est pas.

                                    Attention, là on parlait des alternatives au piratage. Ma question était : comment puis-je rester culturellement en phase avec la société qui m'entoure sans violer la loi ni payer quoi que ce soit.

                                    Ça c'est de la radinerie et rien de plus. Vouloir payer moins c'est une chose refuser tout prix c'est ne pas accorder de valeur ni de coût à ce qui t'es proposé.

                                    Webradio : je connais pas bien, j'attends que tu me donnes des exemples.

                                    Deezer et autres sites d'écoute PURs : impossible de les utiliser sans exécuter du code proprio, formats de fichiers illisibles.

                                    1. je te l'ai dis tu peut l'utiliser sans flash. Pour le fait que le code javascript est illisible tu te conseil de regarder comment c'est du coté de chez google pour ne donner qu'un seul exemple.
                                    2. pour les formats en téléchargement tu ne trouve presque que du mp3 donc on repasseras.

                                    C'est cela. Mais au départ je pensais que tu allais réfuter mes assertions et me dire qu'il est tout à fait possible de vivre bien en n'ayant aucune forme de culture propriétaire.
                                    Au lieu de ça j'ai plutôt l'impression que tu tiens le discours : "Tu veux t'intégrer dans la société ? Alors bouffe de la culture propriétaire. Tu dois bouffer de la culture propriétaire ? Alors paye, connard. Ou alors deviens ermite et pars vivre tout nu dans la forêt avec Richard Stallman et fais pas chier."

                                    Je ne suis pas de ces ayatollah qui t'explique quels goûts tu dois avoir. Ce que je dis c'est d'une part que c'est ce voiler la face que de se cacher derrière ton excuse bidon d'une part et d'autre part que même pour suivre ce genre d'œuvre tu n'es pas obligé de pirater.

                                    Les logiciels sous licence GPL forcent leurs utilisateurs à respecter la GPL (et oui, l'eau, ça mouille).

                                    • [^] # Re: Tu veux pas payer ? C'est pas grave on va payer pour toi.

                                      Posté par (page perso) . Évalué à 1.

                                      C'est une hypothèse, on peut en faire quelques millions si tu veut des hypothèses. Dans le monde actuel, ces solutions sont légales là où le piratage ne l'est pas.

                                      Bin oui, mais on est bien obligé. Il ne faut pas seulement lire la loi, mais aussi anticiper la façon dont celle-ci pourra être interprétée.

                                      Le type qui se fait mettre en garde à vue pour avoir fait une blague à son pote par SMS ou pour avoir marché sur la chaussée peut toujours se dire "j'étais dans mon bon droit". En attendant il s'est pris des claques dans la face et a pataugé dans la merde pendant 48 heures, c'est un fait.

                                      Ça c'est de la radinerie et rien de plus. Vouloir payer moins c'est une chose refuser tout prix c'est ne pas accorder de valeur ni de coût à ce qui t'es proposé.

                                      Tu utilises linux sans qu'on t'oblige à payer (attention, je n'ai pas dit que tu ne payais pas, juste qu'on ne t'imposait pas de prix), est-ce que tu n'accordes pas de valeur à linux ? Tu trolles gratuitement sur linuxfr, est-ce que aucune valeur ne doit être accordée à linuxfr, à mon troll ou au tien (sur lequel tu as dépensé beaucoup de temps et d'énergie, on pourrait presque dire que c'est un travail).

                                      Soit la culture privatrice est quelque chose d'élémentaire, et dans ce cas je ne veux pas qu'on m'oblige à payer pour y accéder, soit la culture privatrice n'est pas élémentaire, et dans ce cas, oui, je suis radin, et j'attends que tu m'expliques comment je peux vivre en société en me coupant de la culture privatrice.

                                      http://www.is75.fr/ accessible avec un format de playlist m3u
                                      http://radiosonart.com/ et http://www.africavoice.net/ accessible avec des playliste en pls

                                      Tu aurais même pu dire que les trois sont accessibles en m3u. :-) Le pls, c'est pas lisible.
                                      Par contre c'est du mp3 128kbps (192 pour les deux autres). Beurk. Pour arriver à la hauteur de l'offre illégale, va falloir faire encore un effort.

                                      J'aime bien les deux premières : j'y ai vu du Marilyn Manson, alors qu'il n'y en a pas sur ondes chez moi. :-)
                                      Par contre ça pose le même problème de ne pas pouvoir écouter ce qu'on veut quand on veut.

                                      je te l'ai dis tu peut l'utiliser sans flash. Pour le fait que le code javascript est illisible tu te conseil de regarder comment c'est du coté de chez google pour ne donner qu'un seul exemple.

                                      Le fait que le code soit illisible chez Google ne change rien au fait que celui de Deezer est illisible aussi.
                                      L'interopérabilité, c'est quand je peux lire le contenu avec le logiciel que je veux. Avec tes webradios, je peux. Avec Deezer, je suis obligé d'utiliser le lecteur de Deezer.

                                      pour les formats en téléchargement tu ne trouve presque que du mp3 donc on repasseras.

                                      Si on parle des offres gratuites, je ne pense pas que le téléchargement soit possible. Tout ce que je peux faire actuellement avec Deezer c'est faire lire un nombre de titres restreint pendant une durée restreinte par une boîte noire en javascript.

                                      Je ne suis pas de ces ayatollah qui t'explique quels goûts tu dois avoir. Ce que je dis c'est d'une part que c'est ce voiler la face que de se cacher derrière ton excuse bidon d'une part et d'autre part que même pour suivre ce genre d'œuvre tu n'es pas obligé de pirater.

                                      Et pour suivre ce genre d'œuvre
                                      1) gratuitement
                                      2) sans que mon action enrichisse des majors (via de la pub, ou une taxe en fonction du nombre d'écoutes/téléchargements...) ?

                                      • [^] # Re: Tu veux pas payer ? C'est pas grave on va payer pour toi.

                                        Posté par . Évalué à 2.

                                        C'est une hypothèse, on peut en faire quelques millions si tu veut des hypothèses. Dans le monde actuel, ces solutions sont légales là où le piratage ne l'est pas.

                                        Bin oui, mais on est bien obligé. Il ne faut pas seulement lire la loi, mais aussi anticiper la façon dont celle-ci pourra être interprétée.

                                        Le type qui se fait mettre en garde à vue pour avoir fait une blague à son pote par SMS ou pour avoir marché sur la chaussée peut toujours se dire "j'étais dans mon bon droit". En attendant il s'est pris des claques dans la face et a pataugé dans la merde pendant 48 heures, c'est un fait.

                                        Ça c'est du FUD. Tu sais que Linux et Vorbis par exemple, on est pas sûr qu'ils soient légaux ? Paraîtrai qu'ils violent des brevets...

                                        Soit la culture privatrice est quelque chose d'élémentaire, et dans ce cas je ne veux pas qu'on m'oblige à payer pour y accéder, soit la culture privatrice n'est pas élémentaire, et dans ce cas, oui, je suis radin, et j'attends que tu m'expliques comment je peux vivre en société en me coupant de la culture privatrice.

                                        Soit tu le veut et tu te débrouille pour en bénéficier légalement, soit le prix est trop chère pour toi et tu n'en prend pas, c'est un concept si compliqué à comprendre ?

                                        Non elle n'est pas nécessaire (je ne vois pas pas pourquoi tu parle d'élémentaire) et je ne vois pas comment répondre à ton affirmation aussi péremptoire qu'évasive. Tu peut parler de pleins de choses avec tes amis autre que la culture et même pour ce qui est de la culture vous pouvez en discutez en montrant chacun à l'autre vos dernière trouvailles. Si tu as des amis qui te dénigrent sous prétexte que tu ne connais pas la dernière mode, c'est un problème qui t'es spécifique. C'est même comme ça que tu pourras leur faire découvrir la « culture libre » qui te plaît tant et que tu suis si peu.

                                        Par contre c'est du mp3 128kbps (192 pour les deux autres). Beurk. Pour arriver à la hauteur de l'offre illégale, va falloir faire encore un effort.

                                        Moi qui pensait que tu allais me dire que la couleur des sites ne te plaisait pas...
                                        De toute manière a écouter de la musique numérique le son est de toute manière dégueulasse (à élitiste élitiste et demi).

                                        Le fait que le code soit illisible chez Google ne change rien au fait que celui de Deezer est illisible aussi.
                                        L'interopérabilité, c'est quand je peux lire le contenu avec le logiciel que je veux. Avec tes webradios, je peux. Avec Deezer, je suis obligé d'utiliser le lecteur de Deezer.

                                        Je vais pas aller voir leur code, mais cette obfuscation est peut être obtenu par optimisation de la taille des fichiers .js. Par interopérabilité, moi je parle de navigateur web et deezer est parfaitement accessible par luakit ou uzbl par exemple. Sinon la plupart des technologies autour de HTML5 (CSS3, WebGL,...) ne sont accessibles que par navigateur. Linuxfr n'est accessible que par navigateur et c'est une version bridée et qui utilise des contournement qui est accessible via weboob. Pourtant tu es ici.

                                        Je ne suis pas de ces ayatollah qui t'explique quels goûts tu dois avoir. Ce que je dis c'est d'une part que c'est ce voiler la face que de se cacher derrière ton excuse bidon d'une part et d'autre part que même pour suivre ce genre d'œuvre tu n'es pas obligé de pirater.

                                        Et pour suivre ce genre d'œuvre
                                        1) gratuitement
                                        2) sans que mon action enrichisse des majors (via de la pub, ou une taxe en fonction du nombre d'écoutes/téléchargements...) ?

                                        Ben ne les écoute pas si ce combat est si important pour toi. Pourquoi ce sentir obligé d'aller à l'encontre de la loi. Ça fait des décennie que l'on a vu les bons résultats d'un boycotte. Pourquoi ne pas le faire en leur montrant en les téléchargeant qu'ils sont appréciés mais que tu veut pas les payer ?

                                        La pression social que tu évoque depuis tout à l'heure ? J'en ai parlé plus haut, elle est soit inexistante, soit tu as un soucis avec tes amis, soit tu es trop timide pour montrer quelque chose d'alternatif à tes amis.

                                        Pousse tes idées jusqu'au bout et boycotte totalement ce marché ou alors ne viens pas nous expliqué que c'est pas bien mais que tu en as tout de même besoin. C'est ça avoir de la volonté et si tu espère qu'un jour ce système change avoir de la volonté c'est un atout.

                                        Je trouve dommage de voir des « révolutionnaires mous » qui parlent beaucoup et se contente de détourner le système à leur avantage. C'est facile de se faire le malin quand c'est aussi simple : gratuit et sans contrainte. N'importe quel Kevin peut suivre ton combat à 2 sous.

                                        Les logiciels sous licence GPL forcent leurs utilisateurs à respecter la GPL (et oui, l'eau, ça mouille).

                                        • [^] # Re: Tu veux pas payer ? C'est pas grave on va payer pour toi.

                                          Posté par (page perso) . Évalué à 1.

                                          Ça c'est du FUD. Tu sais que Linux et Vorbis par exemple, on est pas sûr qu'ils soient légaux ? Paraîtrai qu'ils violent des brevets...

                                          Sauf que je ne risque pas d'aller en taule pour avoir utilisé Linux. Je vis dans un pays où les brevets logiciels ne sont pas reconnus.

                                          Si je vivais dans un pays où on peut se faire arrêter pour utiliser GNU/Linux, là oui, effectivement, je réfléchirais à deux fois avant d'utiliser GNU/Linux.

                                          De toute manière a écouter de la musique numérique le son est de toute manière dégueulasse (à élitiste élitiste et demi).

                                          Sur mon matériel on sent la différence, entre du 320 et du 128 kbps. Mais bon bref, là n'est pas la question.

                                          Quant à Deezer j'ai rééssayé de le visiter depuis Chromium, Iceweasel et Epiphany et j'arrive toujours pas à lire la musique. Les boutons marchent bien mais le curseur de lecture n'avance pas et il n'y a pas de son. Est-ce qu'il y a une manip particulière à faire pour avoir le site en HTML5, comme sur YouTube ?

                                          Par interopérabilité, moi je parle de navigateur web et deezer est parfaitement accessible par luakit ou uzbl par exemple.

                                          C'est de l'interopérabilité des contenus que je parle, pas des programmes. C'est comme quand on dit que quand on a un .exe ou un .swf qui lisent de la musique, c'est interopérable, parce que les spécifications des formats swf et exe sont ouvertes. La musique, si on ne peut pas l'extraire et la lire dans un lecteur libre, reste dans un format non-interopérable.

                                          Sinon la plupart des technologies autour de HTML5 (CSS3, WebGL,...) ne sont accessibles que par navigateur.

                                          Oui, mais n'importe qui peut créer un navigateur, car c'est un programme qui communique via des formats et des protocoles ouverts.

                                          Ça fait des décennie que l'on a vu les bons résultats d'un boycotte.

                                          Ah ? J'aimerais bien que tu me donnes un exemple de boycott pas trop anecdotique qui a fonctionné. Parce que jusque là l'idée que je me fais d'un boycott c'est deux-trois barbus en sandales-pyjama qui refusent d'acheter du Windows, du Kindle et du Coca-Cola, et qui sont persuadés qu'à force de patience et de persévérance ils vont faire s'écrouler les empires Microsoft, Amazon et Coca.

                                          La pression social que tu évoque depuis tout à l'heure ? J'en ai parlé plus haut, elle est soit inexistante, soit tu as un soucis avec tes amis, soit tu es trop timide pour montrer quelque chose d'alternatif à tes amis.

                                          Oui. Je suis trop timide pour interrompre Benjamin Bayart quand il fait une référence à Spider Man et lui faire la morale comme quoi c'est injuste, discriminatoire et caca de faire des références à de la culture privatrice. Tu as raison, je devrais apprendre à être courageux, sûr de moi et à ouvrir ma gueule quand il le faut, la société m'apprécierait beaucoup mieux.

                                          • [^] # Re: Tu veux pas payer ? C'est pas grave on va payer pour toi.

                                            Posté par . Évalué à 2.

                                            Sauf que je ne risque pas d'aller en taule pour avoir utilisé Linux. Je vis dans un pays où les brevets logiciels ne sont pas reconnus.

                                            Pour le moment oui mais tu n'es pas à l'abris d'un changement. C'est exactement ce que tu dis pour l'usage de decss ou de libdvdcss (aujourd'hui on est protégé mais rien indique que ça continue).

                                            Quant à Deezer j'ai rééssayé de le visiter depuis Chromium, Iceweasel et Epiphany et j'arrive toujours pas à lire la musique. Les boutons marchent bien mais le curseur de lecture n'avance pas et il n'y a pas de son. Est-ce qu'il y a une manip particulière à faire pour avoir le site en HTML5, comme sur YouTube ?

                                            Tu as une bannière en haut qui te propose d'essayer la version sans flash.

                                            Par interopérabilité, moi je parle de navigateur web et deezer est parfaitement accessible par luakit ou uzbl par exemple.

                                            C'est de l'interopérabilité des contenus que je parle, pas des programmes. C'est comme quand on dit que quand on a un .exe ou un .swf qui lisent de la musique, c'est interopérable, parce que les spécifications des formats swf et exe sont ouvertes.

                                            Je ne suis pas allé voir le format de musique (et je parle bien d'encodeur). Mais le lecteur fonctionne sans flash (dans la version sans flash).

                                            La musique, si on ne peut pas l'extraire et la lire dans un lecteur libre, reste dans un format non-interopérable.

                                            Je ne suis pas d'accord. Il est possible d'être lisible tout en diffusant en streaming. Ça te plaît pas, peut être mais faut pas croire que tout tes désidératas sont la définitions d'ouvert.

                                            Ah ? J'aimerais bien que tu me donnes un exemple de boycott pas trop anecdotique qui a fonctionné. Parce que jusque là l'idée que je me fais d'un boycott c'est deux-trois barbus en sandales-pyjama qui refusent d'acheter du Windows, du Kindle et du Coca-Cola, et qui sont persuadés qu'à force de patience et de persévérance ils vont faire s'écrouler les empires Microsoft, Amazon et Coca.

                                            Tu as une bien triste vision du boycotte et une bien piètre connaissance de l'histoire : Boycott des bus de Montgomery. On pourrais parler de Gandhi.

                                            La pression social que tu évoque depuis tout à l'heure ? J'en ai parlé plus haut, elle est soit inexistante, soit tu as un soucis avec tes amis, soit tu es trop timide pour montrer quelque chose d'alternatif à tes amis.

                                            Oui. Je suis trop timide pour interrompre Benjamin Bayart quand il fait une référence à Spider Man et lui faire la morale comme quoi c'est injuste, discriminatoire et caca de faire des références à de la culture privatrice. Tu as raison, je devrais apprendre à être courageux, sûr de moi et à ouvrir ma gueule quand il le faut, la société m'apprécierait beaucoup mieux.

                                            Tu es entrain de nous expliquer que tu pirate parce que Benjamin Bayard fait une référence que tu ne comprends pas ? T'es sérieux là ?

                                            Si tu pense, comme tu le dis, qu'il faut totalement annihiler la « culture propriétaire ». Peut être devrais-tu lui envoyer un mail pour lui en parler.

                                            Mais franchement soit tu parle de ses conférences et tu ne va pas mourir de ne pas comprendre un exemple qui n'est probablement pas si primordial que ça. Soit tu le connaît dans la vie et ce n'est pas parce qu'il a un nom connu que tu ne peut pas lui parler.

                                            Mais tu devrait revoir ton argumentation, elle est pas terrible.

                                            Les logiciels sous licence GPL forcent leurs utilisateurs à respecter la GPL (et oui, l'eau, ça mouille).

                                            • [^] # Re: Tu veux pas payer ? C'est pas grave on va payer pour toi.

                                              Posté par (page perso) . Évalué à 1.

                                              Pour le moment oui mais tu n'es pas à l'abris d'un changement. C'est exactement ce que tu dis pour l'usage de decss ou de libdvdcss (aujourd'hui on est protégé mais rien indique que ça continue).

                                              Idem, je vis en Europe mais rien n'indique que ça continue.

                                              Tu as une bannière en haut qui te propose d'essayer la version sans flash.

                                              On parle bien de http://www.deezer.com/fr/ ?

                                              Je vois une bannière Deezer | Actualité | Ma musique | Radios | Offres Premium | Shop | Créer un compte | S'identifier | Se connecter

                                              Avec en dessous le lecteur qui marche pas et en dessous le corps du site.

                                              Je ne suis pas d'accord. Il est possible d'être lisible tout en diffusant en streaming. Ça te plaît pas, peut être mais faut pas croire que tout tes désidératas sont la définitions d'ouvert.

                                              Interopérabilité :

                                              L’interopérabilité ou interfonctionnement en informatique est la capacité que possède un système informatique à fonctionner avec d’autres produits ou systèmes informatiques, existants ou futurs, sans restriction d’accès ou de mise en œuvre.

                                              Donc les m3u, je ne suis pas tout à fait sûr mais ça me semble interopérable. Le truc inconnu qui tourne dans du javascript inconnu, c'est pas interopérable.

                                              Tu as une bien triste vision du boycotte et une bien piètre connaissance de l'histoire : Boycott des bus de Montgomery. On pourrais parler de Gandhi.

                                              Ce qui a changé la condition des noirs et des Indiens, c'est pas le boycott, mais les conflits violents qui s'en sont suivis.

                                              Si tu voulais un exemple marquant tu aurais pu citer la fois où il a été révélé que Nokia participait à la surveillance des réseaux en Iran, et où Nokia a perdu un bon paquet d'actionnaires. Mais ça n'a eu d'impact que parce que les actionnaires ont regardé l'actualité et qu'ils ont vu à la télé que les Iraniens étaient nombreux.

                                              Je doute que les responsables de Coca-Cola pissent dans leur froc depuis quatre ans à chaque fois de RMS dit à qui veut l'entendre qu'il ne faut pas boire leurs produits.

                                              Si tu pense, comme tu le dis, qu'il faut totalement annihiler la « culture propriétaire ». Peut être devrais-tu lui envoyer un mail pour lui en parler.

                                              C'est pas ça qui va changer quoi que ce soit, autant péter dans un violon.

                                              D'autant plus que je ne suis même pas sûr que ce soit de sa faute. Quand quelqu'un me discrimine en faisant publiquement une référence à une culture que je ne peux pas partager, est-ce que c'est de sa faute ou de la mienne ? Grunt pense que transmettre une information qui s'appuie sur des bases qui ne sont pas accessibles à tout le monde est équivalent à utiliser des formats propriétaires. Mais je n'ai pas débattu avec lui et pour l'instant je ne sais pas vraiment quoi en penser.

                                              Mais franchement soit tu parle de ses conférences et tu ne va pas mourir de ne pas comprendre un exemple qui n'est probablement pas si primordial que ça.

                                              Non, mais si tout est comme ça ? Imagine le fait d'aller sur le site de Korben et de ne comprendre qu'un article sur quatre ? Imagine le fait d'aller sur knowyourmeme et de ne rire que d'une blague sur trois ? C'est comme avoir l'impression, chaque jour, de débarquer dans une tribu dont tu ne connais pas la langue et les coutumes.

                      • [^] # Re: Tu veux pas payer ? C'est pas grave on va payer pour toi.

                        Posté par . Évalué à 2.

                        Moi aussi. Seulement quand je vois SebMusset développer une thèse très intéressante sur comment Friends pervertit la société du 21ème siècle, comment le fonctionnement de cette série, ses références, ses bases et la culture qu'elle construit lave le cerveau du Bidochon moyen, je ne comprends que dalle. Je ne sais pas s'il a raison ou pas, je serais incapable de débattre avec lui.

                        Même chose, quand je vois des références à Star Wars sur le site de Korben, ce n'est que parce que j'ai vu Star Wars que je les comprends. Quand je vais sur le site de Mozinor, ce n'est que parce que j'ai déjà vu les acteurs dans de vrais films que je sais pourquoi c'est drôle. Quand je discute avec mes potes et que ça parle de Batman, de Final Fantasy ou de Metallica, ça n'est que parce que j'ai tipiaké tout ça que je peux suivre. Mais je devrais peut-être arrêter de fréquenter ces connards.

                        Tu peux dire la même chose si la thèse de SebMusset n'est disponible qu'en .doc ou si tes potes sont sur Facebook ou t'envoient des liens vers du Flash ;)

                        THIS IS JUST A PLACEHOLDER. YOU SHOULD NEVER SEE THIS STRING.

                        • [^] # Re: Tu veux pas payer ? C'est pas grave on va payer pour toi.

                          Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                          Je suis content que tu interviennes ici, parce que je trouve ta comparaison avec les formats intéressante.

                          On peut penser en effet que le problème des références nécessaires pour comprendre et intégrer une information est similaire au problème des formats, au sens où il est aussi discriminatoire de faire publiquement référence à quelque chose auquel certaines personnes ne peuvent pas accéder que de diffuser l'information dans un format que certaines personnes ne peuvent pas lire. Dans les deux cas, une partie du public se retrouve arbitrairement coupée du reste des individus auxquels on s'adresse.

                          Cependant j'ai quelques doutes sur la pertinence de cette comparaison. En effet il y a une différence entre encoder une information dans un format particulier et s'appuyer sur une autre information pour construire l'information qu'on veut transmettre.
                          Si j'émet une idée en m'appuyant sur une information particulière et que certaines personnes n'ont pas accès à cette information, ces personnes ne comprendront pas exactement la même chose que celles qui ont la chance de connaître la référence. On peut le dire autrement : si j'émet un propos en m'appuyant sur une information, et que je modifie ensuite mon propos en en retirant tout ce qui fait appel à une information discriminante, mon propos s'en trouve dégradé. (Cela peut prendre plusieurs formes : un argument qui aura moins de portée, une blague qui sera moins drôle, une œuvre d'art qui perdra une partie de son sens...) Le message transmis n'est plus le même.
                          Alors que lorsque j'encode une information dans un format autre que le format d'origine (fermé ou non), il n'y a pas de perte d'information. Attention je ne parle pas là d'information au sens informatique du terme (on me dira qu'en passant de flac à mpc, on perd effectivement de l'information car le signal s'en trouve dégradé), je parle d'information au sens de "message que l'auteur veut transmettre à ses interlocuteurs" (quand je prend un discours argumentatif et que j'en retire tous les arguments s'appuyant sur des morceaux de culture, l'argumentation s'en trouve affaiblie, par exemple)[1].

                          Une des conséquences de cette différence entre les formats et les références est la problème de l'accessibilité. Si je tombe sur une information proposée dans un format fermé, par exemple une vidéo en Flash, je peux toujours installer Flash player, récupérer la vidéo, la réencoder dans un format ouvert et la publier à nouveau (Stallman te dira qu'il n'y a pas de mal à installer un logiciel privateur si c'est pour donner aux autres utilisateurs la possibilité de ne pas en utiliser). Par contre, si je tombe sur une information faisant appel à de la culture privatrice, je ne pourrais pas retransmettre la même information à ceux qui n'ont pas accès à la culture privatrice sans dénaturer le message.

                          Alors que faire ? Tracer les grandes lignes d'un bon comportement dans le cyberespace ? On l'a fait avec la nétiquette, et une bonne partie des gens s'y plient. On peut également écrire un code de bonne conduite relatif à l'utilisation des formats dans le cyberespace (si ce n'est déjà fait), assez facilement. Mais peut-on écrire un code de bonne conduite relatif à l'emploi des références dans les messages que nous voulons faire passer ? L'espoir que nous pourrons ainsi un jour tuer toute référence culturelle discriminatoire n'est il pas fou ou vain ? De même, lorsque je m'exprime serais-je capable de veiller à ne jamais faire appel à de la culture privatrice ancrée dans ma mémoire aussi scrupuleusement que je veille à ne jamais imposer l'usage de formats fermés ?

                          [1] Certains me diront peut-être que le format lui-même peut changer le sens du message transmis : par exemple, si je fais passer ma voix dans un logiciel qui va l'enregistrer dans un certain format qui va me donner une voix de robot, on pourra faire une interprétation totalement différente de mes propos. Il s'agit là d'un changement de format au sens informatique, mais je pense qu'au sens général il ne s'agit plus d'un simple changement de format mais d'un remix. Idem lorsqu'on pose un cadre autour d'un tableau : on prend une toile du XVIIIème, on peut poser n'importe quel cadre à dorures autour, ça constituera simplement un changement de format ; si on y pose un cadre en plastique arc-en-ciel, le message ne sera plus le même : une partie de l'information se situera dans le format.

              • [^] # Re: Tu veux pas payer ? C'est pas grave on va payer pour toi.

                Posté par . Évalué à 1.

                Au mieux on peut dire en théorie capitaliste qu'un objet répliqué à l'infini tend à voir son prix se rapprocher de sa valeur intrinsèque (i.e un CD vendu à des centaines de millions d'exemplaire devrait avoir un prix proche de celui d'un cd vierge)

                Voilà, c'est un peu ça. Sauf qu'un CD gravé est physique, donc pas copiable à l'infini. Un fichier, si.

                Faut arrêter de balancer des âneries pareil !!! La valeur d'un objet ne dépend pas du nombre de copie qui existe. La valeur d'un objet est fonction de l'usage qu'on lui donne et de l'intérêt qu'on lui attache pas du nombre de copie possible.

                Et oui la « théorie capitaliste » elle en dis pleins des choses, elle dis même que les marchés s'auto-régule grâce à l'offre et la demande et que si les clients ne sont pas content les entreprises vont automatiquement par la force des choses se repositionner pour améliorer leur service/produit.

                Les logiciels sous licence GPL forcent leurs utilisateurs à respecter la GPL (et oui, l'eau, ça mouille).

                • [^] # Re: Tu veux pas payer ? C'est pas grave on va payer pour toi.

                  Posté par (page perso) . Évalué à 5.

                  La valeur d'un objet ne dépend pas du nombre de copie qui existe.

                  La valeur qu'on trouve acceptable, si.
                  Si un morceau de musique coûte 1000€ et est diffusé 10 000 fois, admettons de payer 1€/copie (TVA, frais tout ça...)

                  Si un morceau de musique coûte 1000€ et est diffusé 1 000 000 fois, désolé mais je trouve tout à fait acceptable l'idée de le "pirater", faut pas déconner non plus sur la différence entre coût et prix de vente. Surtout pour des artistes morts dpeuis 10 ans, avec la musique rentabilité depuis 50 ans.

                  Je l'ai déjà dit, mais je vais me répéter : c'est à force de tirer sur la corde (des prix trop élevés par rapport aux coûts) que la corde a cassé.

                  • [^] # Re: Tu veux pas payer ? C'est pas grave on va payer pour toi.

                    Posté par . Évalué à 4.

                    On peut diffuser 1000 fois un morceau à 1000 € mais on ne peut pas diff... Si on peut diffuser une fois.. euh? Non ! On ne peut pas diffuser un morceau à 1€ mille fois, mais on peut diffuser une fois un morceau à 1€ mille fois.

                  • [^] # Re: Tu veux pas payer ? C'est pas grave on va payer pour toi.

                    Posté par . Évalué à 4.

                    Si un morceau de musique coûte 1000€ et est diffusé 10 000 fois, admettons de payer 1€/copie (TVA, frais tout ça...)

                    Avec des idées comme cela toute production numérique devrait être gratuite. C'est se voiler la face que de donner de tels affirmations. Quand tu écoute une musique, que tu utilise un logiciel, que tu regarde un film, tu passe ton temps à te demander combien de personne l'ont fait et le font pour savoir si c'est plus ou moins bien ?

                    Je l'ai déjà dit, mais je vais me répéter : c'est à force de tirer sur la corde (des prix trop élevés par rapport aux coûts) que la corde a cassé.

                    Je m'en tape des majors de la musique, je suis le premier à vouloir leur mort et je suis plus efficace que tout ces philosophes qui se prennent pour des robins des bois en prenant au riches pour profiter eux même. Et j'ai même le culot de connaître un peu l'actualité musicale et d'écouter de la musique « propriétaire » (aussi gratuitement que légalement).

                    Les logiciels sous licence GPL forcent leurs utilisateurs à respecter la GPL (et oui, l'eau, ça mouille).

                • [^] # Re: Tu veux pas payer ? C'est pas grave on va payer pour toi.

                  Posté par (page perso) . Évalué à 1.

                  Ouais bon, la théorie capitaliste, elle vaut ce qu'elle vaut dans son monde de bisounours. Dans la vraie vie, ça ne fonctionne pas (aussi bien qu'on voudrait nous le faire croire): quand les entreprises deviennent trop grosses, elles s'allient, font des cartels, abusent des monopoles, achètent les compétiteurs pour les couler, etc... Bref, font tout un tas de choses qui, au final, empêche le client de trouver une offre concurrente.

      • [^] # Re: Tu veux pas payer ? C'est pas grave on va payer pour toi.

        Posté par . Évalué à 0.

        Les maisons de disques s'attaquent à ceux qui leur font perdre du pognon. Le jour où celles-ci s'attaqueront à la culture libre, diras-tu que ces salauds de libristes qui téléchargent sur Jamendo poussent les puissants à contrôler le Net ?

        Les maisons de disque ont une certaine légitimité à se battre contre les "téléchargeurs sauvages" dans le sens ou les artistes, de par leur contrat, on choisi comme règle du jeu de faire payer leur audience.

        En revanche, elles n'auraient pas cette légitimité face à des artistes ayant choisi de donner librement leurs créations.

        L'artiste a le choix de la façon dont son œuvre sera diffusée. Soit il délègue ce choix à une maison de disque, soit il le garde pour lui.

        Donc, oui, si les maisons de disque utilisent les "téléchargeurs sauvages" des œuvres qu'elles prétendent protéger et le font avec une forme de légitimité.

        Dans la société actuelle, nous avons un pouvoir immense, celui de ne pas acheter; mais il faut l'utiliser dans les règles.

        • [^] # Re: Tu veux pas payer ? C'est pas grave on va payer pour toi.

          Posté par (page perso) . Évalué à 1.

          En revanche, elles n'auraient pas cette légitimité face à des artistes ayant choisi de donner librement leurs créations.

          Quand aujourd'hui je télécharge illégalement une œuvre copyrightée c'est illégitime, mais quand dans un futur proche je téléchargerai illégalement une œuvre sous licence libre, ce sera légitime ?

          Sur quels critères différencies-tu ce qui est universellement légitime de ce qui ne l'est pas ?

          • [^] # Re: Tu veux pas payer ? C'est pas grave on va payer pour toi.

            Posté par . Évalué à 0.

            Je m'apperçois que je me suis un peu embrouillé sur ma réponse précédente, malgré une relecture :-/

            Ce que je voulais dire, c'est que les maisons de disques ont une légitimité à vouloir bloquer le téléchargement d'oeuvres qu'elles produisent (elles ont choisi une licence non libre) mais aucune pour interdire à un artiste n'ayant pas signé chez eux de diffuser ses créations avec une licence libre.

            Donc, une maison de disque n'aurait pas de légitimité à s'attaquer à la création de culture libre. Par conséquent, actuellement, les "téléchargeurs sauvages" d'oeuvres produites par ses maisons servent de prétexte pour pousser au verrouillage d'Internet et sont donc des salauds (souvent simplement parce qu'ils ne pensent pas aux effets de bord) mais si demain, comme proposé en argument, les maisons de disquent s'attaquent à la culture libre, alors, ces mêmes maisons seront les salauds.

            • [^] # Re: Tu veux pas payer ? C'est pas grave on va payer pour toi.

              Posté par (page perso) . Évalué à 2.

              Peut-être que les pirates sont des salauds parce que leur activité est illégitime. C'est un point de vue.
              En revanche il me semble injuste de dire que ce sont des salauds parce que leur activité a des "effets de bord" qui éclaboussent la liberté d'expression des braves citoyens.

              Le fait qu'il y ait des pirates n'implique pas forcément la mise en place de mesures répressives liberticides. Et sans pirates, les puissants ne se seraient pas gênés pour mettre en place des mesures liberticides. Ce sont donc deux choses totalement indépendantes.

              Dire que la HADOPI, c'est de la faute des pirates, c'est comme dire que la LOPPSI, c'est de la faute des pédophiles. Non, c'est de la faute du gouvernement : c'est lui qui fait voter les conneries.

              Tu me répondras que quand les puissants décideront de museler la liberté d'expression à cause des creative commons, ce sera pour un motif illégitime. Ça nous fera une belle jambe, en attendant le résultat sera le même. En quoi est-ce plus rassurant que nos droits se voient bafoués pour un motif illégitime plutôt que pour un motif légitime ?

              Mais le vif du sujet se situe plus loin, dans la façon dont nous jugeons la légitimité d'un acte :

              Ce que je voulais dire, c'est que les maisons de disques ont une légitimité à vouloir bloquer le téléchargement d'oeuvres qu'elles produisent (elles ont choisi une licence non libre) mais aucune pour interdire à un artiste n'ayant pas signé chez eux de diffuser ses créations avec une licence libre.

              Donc, une maison de disque n'aurait pas de légitimité à s'attaquer à la création de culture libre.

              Pourquoi ?

              • [^] # Re: Tu veux pas payer ? C'est pas grave on va payer pour toi.

                Posté par . Évalué à 5.

                En revanche il me semble injuste de dire que ce sont des salauds parce que leur activité a des "effets de bord" qui éclaboussent la liberté d'expression des braves citoyens.
                Pourtant affaire Estelle Halliday contre Valentin Lacambre. Un pirate dont le seul combat aura été de poster des photos à la voici puis de disparaitre dans la nature a tué définitivement altern.

                Le fait qu'il y ait des pirates n'implique pas forcément la mise en place de mesures répressives liberticides.
                Soit tu parles de la piraterie en général, auquel je te ferais remarquer que ca a toujours fini par la mise en place de mesures répressives liberticides; soit tu parles de la piraterie informatique du dimanche auquel je te dirais juste "patience, on a pas encore assez de recul pour savoir, mais ca se présente pas bien."

                Et sans pirates, les puissants ne se seraient pas gênés pour mettre en place des mesures liberticides
                On m'aurait menti ? Gandhi faisait de la flibuste ? Robespierre fendait les eaux sabre au clair ? Voltaire avec une jambe de bois et un perroquet ?
                Non sans rire, ils font quoi nos téléchargeurs obsessionnels contre les lois liberticides ? Tu crois que quand on pirate un live de Lady Gaga ca paralyse le vote des lois à l'assemblé ? Tu penses que de savoir qu'on télécharge les albums de U2 ca empêche M. Nègre de militer pour le log extensif de tout ?
                En quoi un téléchargeur gène la progression des lois liberticides ? Parce que là je vois pas.

                Donc, une maison de disque n'aurait pas de légitimité à s'attaquer à la création de culture libre.
                Pourquoi ?

                Tout simplement parce que ça ne leur appartient pas. 0 droit de regard sur ce qui se passe. Au nom de quoi iraient-ils s'attaquer à un produit qui ne leur appartient pas. Il ne s'agit manifestement pas de concurrence déloyale puisque le métier n'est pas réglementé d'une part et que la production de produits culturels est une activité à part entière et distincte des autres activités que peut exercer l'artiste. Il ne peut donc en aucun cas être injustement favorisé. La maison de disque sera déboutée et fin de l'histoire.

                • [^] # Re: Tu veux pas payer ? C'est pas grave on va payer pour toi.

                  Posté par (page perso) . Évalué à 0.

                  Pourtant affaire Estelle Halliday contre Valentin Lacambre. Un pirate dont le seul combat aura été de poster des photos à la voici puis de disparaitre dans la nature a tué définitivement altern.

                  C'est pas le pirate qui a fermé Altern, c'est la justice.

                  Le fait qu'il y ait des pirates n'implique pas forcément la mise en place de mesures répressives liberticides.

                  Soit tu parles de la piraterie en général, auquel je te ferais remarquer que ca a toujours fini par la mise en place de mesures répressives liberticides; soit tu parles de la piraterie informatique du dimanche auquel je te dirais juste "patience, on a pas encore assez de recul pour savoir, mais ca se présente pas bien."

                  Non, on peut imaginer que soudainement les puissants prennent conscience que l'information est libre par nature et de ne pas réprimer la piraterie. C'est un scénario complètement irréaliste dans le contexte actuel, certes, mais c'est un des multiples scénarios possibles.

                  Et sans pirates, les puissants ne se seraient pas gênés pour mettre en place des mesures liberticides

                  On m'aurait menti ? Gandhi faisait de la flibuste ? Robespierre fendait les eaux sabre au clair ? Voltaire avec une jambe de bois et un perroquet ?
                  Non sans rire, ils font quoi nos téléchargeurs obsessionnels contre les lois liberticides ? Tu crois que quand on pirate un live de Lady Gaga ca paralyse le vote des lois à l'assemblé ? Tu penses que de savoir qu'on télécharge les albums de U2 ca empêche M. Nègre de militer pour le log extensif de tout ?
                  En quoi un téléchargeur gène la progression des lois liberticides ? Parce que là je vois pas.

                  T'as pas compris ce que j'ai dis parce que t'as sorti mes propos de leur contexte. Je ne dis pas que les pirates empêchent la répression, je dis que pirates ou pas, on peut toujours mettre en place la répression.

                  Bon, je vais essayer de l'écrire sous forme plus mathématique :

                  Cas possibles :
                  - il y a des pirates, et on met en place la répression (ex : HADOPI)
                  - il y a des pirates, et on ne met pas en place de répression (ex : un pays où les dirigeants sont insensibles aux lobbies et ne mettent pas en place le filtrage du Net)
                  - il n'y a pas de pirates, et on met en place la répression (ex : un cas de figure futuriste, où ce sont les amateurs de culture libre qui sont dangereux, et on se sert d'eux pour mettre en place la future loi en I)
                  - il n'y a pas de pirates, et on ne met pas en place de répression (cas élémentaire, mais qui ne nous intéresse pas ici)

                  Le fait que ces quatre cas de figure soient possibles (il n'y a aucune raison intrinsèque pour que l'un d'entre eux n'ai jamais lieu) fait qu'il n'y a pas de corrélation entre les pirates et le répression.
                  Il y a peut-être une corrélation entre le gouvernement et la répression, il y a peut-être une corrélation entre le fait que les majors perdent de l'argent et la répression, mais ce n'est pas parce qu'il y a des pirates qu'il y a de la répression, puisqu'on peut imaginer des cas de figure "sans pirates" et "avec répression" et "avec pirates" et "sans répression".

                  Au nom de quoi iraient-ils s'attaquer à un produit qui ne leur appartient pas.

                  Au non du business. C'est un argument parfaitement recevable en politique.

                  La maison de disque sera déboutée et fin de l'histoire.

                  Qu'est-ce qui te fait croire que la maison de disque sera déboutée ? Tu t'imagines que le jour où Sony et Universal viendront pleurnicher dans le ministère de la culture que les Creative Commons sont en train de tuer leur business ça ne se soldera pas par une loi qui t'obligera à prendre un VPN offshore pour aller su Jamendo ?

                  Au nom de quoi iraient-ils s'attaquer à un produit qui ne leur appartient pas.

                  Et pourquoi un truc qui menace leur commerce ne leur appartiendrait pas ?
                  Prenons plutôt le problème par l'autre bout : pourquoi une séquence de bits appartiendrait à quelqu'un ?

                  • [^] # Re: Tu veux pas payer ? C'est pas grave on va payer pour toi.

                    Posté par . Évalué à 3.

                    Je me rend compte d'un truc tout à coup, je n'avais pas compris que tu parlais d'univers alternatifs et de futurs multiples tout préoccupé que j'étais à voir le monde réel de dehors.

                    je dis que pirates ou pas, on peut toujours mettre en place la répression.
                    Certes, mais sans pirates, dans une société démocratique, quand les adversaires n'ont pas ou peu d'arguments, on a tendance à gagner la bataille.

                    Cas possibles :
                    - il y a des pirates, et on met en place la répression (ex : HADOPI)

                    Ca n'est pas un cas possible, c'est un cas réalisé. On est en plein dedans et ca augmente.

                    il y a des pirates, et on ne met pas en place de répression (ex : un pays où les dirigeants sont insensibles aux lobbies et ne mettent pas en place le filtrage du Net)
                    A noter que les derniers pays qui sont encore comme celà n'ont pas non plus d'infrastructures de compétition pour les particulier.
                    A noter également qu'aucun pays démocratique n'a pour l'instant mis en place de filtrage à priori. On est toujours sur la bonne vieille méthode infraction/validation judiciaire/sanction.

                    Je passe sur les deux autres cas qui n'ont pas vraiment d'intéret. Ainsi que sur les cas ou il n'y a pas d'internet mais ou il est quand même filtré et les cas ou il n'y a pas d'internet qui n'est pas filtré mais ou il y a quand même des pirates (ben oui si c'est décorrélé, c'est décorrélé jusqu'au bout)....

                    Le fait que ces quatre cas de figure soient possibles (il n'y a aucune raison intrinsèque pour que l'un d'entre eux n'ai jamais lieu) fait qu'il n'y a pas de corrélation entre les pirates et le répression.
                    C'est clair, le fait qu'il n'y a aucun rapport entre la possibilité d'un accident et la possibilité d'achat de voiture fait qu'il n'y a aucune corrélation entre les voitures et les accidents de la route. C'est tellement inepte comme raisonnement que j'en arrive moi même à faire une comparaison avec les voitures...
                    Rassure moi tu n'as jamais fait de stats ou de probas dans ta vie.

                    Au non du business. C'est un argument parfaitement recevable en politique.
                    Tu sais qu'on créé des trucs qui s’appellent des lois ? As-tu idée de la quantité de lois qu'il faudrait bafouer/réécrire/revoter pour permettre à une personne de bafouer les droits que possède une autre personne sur ses créations ? Et sais-tu que les plus fervents de ses lois sont les grosses boites de médias elles-mêmes ? Parce que bon, soit on vote les pleins pouvoirs à Disney (et là on sort du mode démocratique, et ca va pas se faire comme çà), soit la loi reste équilibrée et à ce moment si Disney a un droit de regard sur ce que je fais avec mon blog BD, alors j'ai le même droit de regard sur ce qu'ils font avec Mickey Mouse.
                    Et curieusement ça ne les intéresse pas du tout ce coté réciproque des lois.

                    Donc soit ils attaquent Jamendo parce que ça empiète sur leur propriété intellectuelle, soit il vote une loi pour tous les fournisseurs de contenus - mais à ce moment ils vont y être soumis aussi.

                    Mais dans tout ça je ne vois toujours en quoi le pirate est "utile".

                    Prenons plutôt le problème par l'autre bout : pourquoi une séquence de bits appartiendrait à quelqu'un ?
                    Ou une séquence de notes, ou une séquence de mots, ou une séquence d'atomes. De quel droit m'interdirait tu de lire ton courrier ou de conduire ta voiture (si je te la rend dans le même état), ou de vivre chez toi ou, ou ou... Tu vois il y a pleins de séquences de bits qui m'appartiennent, et pour lesquels on a besoin de me demander ma permission pour en faire quelque chose. C'est pas moi qui le dit, c'est la CNIL, le droit à la vie privée, la garantie de confidentialité des correspondances et de façon plus générale un bon tiers des articles de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme.

                    • [^] # Re: Tu veux pas payer ? C'est pas grave on va payer pour toi.

                      Posté par (page perso) . Évalué à 1.

                      Certes, mais sans pirates, dans une société démocratique, quand les adversaires n'ont pas ou peu d'arguments, on a tendance à gagner la bataille.

                      Tu veux dire dans une société où c'est le peuple qui fait les lois, et pas les lobbies ? Peut-être.

                      C'est clair, le fait qu'il n'y a aucun rapport entre la possibilité d'un accident et la possibilité d'achat de voiture fait qu'il n'y a aucune corrélation entre les voitures et les accidents de la route.

                      Donc, les accidents de la route, c'est à cause de ces salauds qui achètent des voitures.

                      Tu sais qu'on créé des trucs qui s’appellent des lois ? As-tu idée de la quantité de lois qu'il faudrait bafouer/réécrire/revoter pour permettre à une personne de bafouer les droits que possède une autre personne sur ses créations ? Et sais-tu que les plus fervents de ses lois sont les grosses boites de médias elles-mêmes ? Parce que bon, soit on vote les pleins pouvoirs à Disney (et là on sort du mode démocratique, et ca va pas se faire comme çà), soit la loi reste équilibrée et à ce moment si Disney a un droit de regard sur ce que je fais avec mon blog BD, alors j'ai le même droit de regard sur ce qu'ils font avec Mickey Mouse.

                      Ben oui, on fait des lois juste pour Disney. On a allongé le copyright des premières œuvres de Disney de plusieurs dizaines d'années, et on le refera avant d'avoir passé ce cap, afin que Mickey ne tombe jamais dans le domaine public. Par contre quand Walt Disney a pompé ses scénarios sur ceux de Buster Keaton, on ne l'a pas traité de pirate.

                      Donc soit ils attaquent Jamendo parce que ça empiète sur leur propriété intellectuelle, soit il vote une loi pour tous les fournisseurs de contenus - mais à ce moment ils vont y être soumis aussi.

                      Non, la loi s'applique aux petits, pas aux gros. Quand l'UMP pirate des musiques et des polices pour sa propagande, on s'en fout. Quand les fabricants de DVD mettent une musique piratée en fond sonore de leurs messages anti-téléchargement, on s'en fout. Par contre quand une mère de famille télécharge deux albums, on lui colle quelques dizaines de milliers de dollards d'amende.

                      Le jour où Jamendo sera attaqué par la MAFIAA ils auront autant de chances de s'en sortir que TPB face à l'IFPI. C'est pas parce qu'une poignée de barbus va gueuler que les puissants vont se gêner.

                      Mais dans tout ça je ne vois toujours en quoi le pirate est "utile".

                      J'ai jamais dit qu'il était utile. En tout cas pas à toi. Aux autres pirates, si, certainement (enfin, tant qu'il seede).

                      Prenons plutôt le problème par l'autre bout : pourquoi une séquence de bits appartiendrait à quelqu'un ?

                      De quel droit m'interdirait tu de lire ton courrier ou de conduire ta voiture (si je te la rend dans le même état), ou de vivre chez toi ou, ou ou...

                      Mon courrier, c'est de la vie privée, je ne le vend pas à la fnac. Quand tu conduis ma voiture, je ne la conduis pas. Quand tu vis chez moi, pareil, tu profites de choses matérielles qui ne sont pas duplicables. Si tu peux dupliquer ma voiture à l'identique sans que ça ne me coûte rien, ok, tu peux la conduire.

                      Tu vois il y a pleins de séquences de bits qui m'appartiennent, et pour lesquels on a besoin de me demander ma permission pour en faire quelque chose. C'est pas moi qui le dit, c'est la CNIL, le droit à la vie privée, la garantie de confidentialité des correspondances et de façon plus générale un bon tiers des articles de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme.

                      Je ne pense pas que ce que tu publies dans un magasin, un kiosque ou sur le net relève du droit à la vie privée. Par contre ce que tu gardes précieusement dans ta boîte aux lettres ou ton disque dur chiffré et qui n'est pas destiné à être lu par le plus grand monde, c'est pas vraiment ça qui intéresse les pirates (et c'est non plus ça que la HADOPI cherche à protéger, d'ailleurs).

                      • [^] # Re: Tu veux pas payer ? C'est pas grave on va payer pour toi.

                        Posté par . Évalué à 2.

                        Tu veux dire dans une société où c'est le peuple qui fait les lois, et pas les lobbies ? Peut-être.
                        Poujadiste en plus ? Tu es théoricien du complot aussi ?
                        Sans rire, tu tiendrais pas très longtemps dans une société ou les lobbies font les lois. On est encore très loin du moment ou c'est le cas.

                        Donc, les accidents de la route, c'est à cause de ces salauds qui achètent des voitures.
                        Corrélation != induction.

                        _Ben oui, on fait des lois juste pour Disney. _
                        Non on a fait des lois pour tout le monde, mais qui arrangeaient particulièrement Disney au moment ou on les a sorties.

                        Non, la loi s'applique aux petits, pas aux gros. Quand l'UMP pirate des musiques et des polices pour sa propagande, on s'en fout.
                        Dans l'affaire MGMT, l'UMP a du raquer pas mal de pognon. Et pour cause, MGMT c'est pas vraiment des gens qui ont un interet quelconque à faire plaisir à l'UMP.
                        Quand Daft Punk a assigné France 2 a verser des royalties, France 2 a du payer à fond. Etc.

                        Par contre quand une mère de famille télécharge deux albums, on lui colle quelques dizaines de milliers de dollards d'amende.
                        Pour deux albums, je doute fort que ce soit des dizaines de milliers. Généralement l’amende est de l'ordre de 100 fois le prix public du produit. Donc péniblement 4000$
                        Ça fait mal quand même je te l'accorde, mais une fois de plus je ne pleure pas sur les pirates. Si c'est vraiment elle (ou ses mômes) qui ont fait ça et bien...

                        Le jour où Jamendo sera attaqué par la MAFIAA ils auront autant de chances de s'en sortir que TPB face à l'IFPI
                        Ben The Pirate Bay, ils ont pas eu beaucoup de supports. Bien sur il y avait des gens pour gueuler qu'ils ne faisaient que poster des liens vers des contenus illicites. Mais au final les gens qui comptent (i.e ceux qu'on doit avoir dans notre camps quand on décide de tenter des trucs rigolos) ils en ont rien à foutre de TPB.
                        Autre exemple : Sony qui décide unilatéralement que la PS3 ne sera plus utilisable pour faire du Linux et qui force la mise à jour sur toutes les consoles existantes. Là par contre eux ils ont douillés. Et je pense pas que ce soit fini, vu la liste de procès qui les attendent.

                        Je ne pense pas que ce que tu publies dans un magasin, un kiosque ou sur le net relève du droit à la vie privée.
                        Tu as posé la question "est-ce que suite de bits peux appartenir à quelqu'un ?" La réponse est oui.
                        Si la réponse était non, alors il n'y aurait plus de vie privée.
                        Si la réponse est oui, alors cette personne - qui possède une suite de bit - décide seule de la rendre public ou non, pour un prix ou non. Et ça c'est exactement le droit à la vie privée, au respect de la correspondance et à la propriété des oeuvres.
                        Voilà Voilà.

                        • [^] # Re: Tu veux pas payer ? C'est pas grave on va payer pour toi.

                          Posté par (page perso) . Évalué à 1.

                          Sans rire, tu tiendrais pas très longtemps dans une société ou les lobbies font les lois. On est encore très loin du moment ou c'est le cas.

                          Je suppose que je serais comme les administrateurs d'aufeminin.com, condamnés à 10 000 € d'amende pour n'avoir pas empêché une photo de se retrouver sur d'autres sites que le leur. Cette affaire a montré qu'un juge pouvait parfaitement condamner quelqu'un pour ne pas avoir réalisé l'impossible. Donc soit les juges sont guidés par des lobbies, soit ils sont cons. Visiblement tu penches pour le deuxième cas.

                          Au fait, si ce ne sont pas les lobbies qui font les lois, autant dire à Jérémie Zimmermann d'arrêter de se fatiguer à aller réfuter l'argumentaire des lobbies au parlement pour rien : nos incorruptibles députés prendront toujours les décisions en fonction des intérêts du peuple, pas de danger...

                          Corrélation != induction.

                          Ouf, j'ai cru un moment que tu tenais les pirates pour responsables du flicage du net sous prétexte que celui-ci augmente quand il y a beaucoup de pirates.

                          Non on a fait des lois pour tout le monde, mais qui arrangeaient particulièrement Disney au moment ou on les a sorties.

                          Donc selon toi notre société n'est pas tenue par les lobbies, et si les lobbies y trouvent leur compte, ça n'est que pur hasard. Je suppose aussi que quand on extermine des milliers de personnes dans le Golfe, c'est pour rétablir la paix et la sécurité, sûrement pas pour satisfaire les lobbies du pétrole...

                          Pour deux albums, je doute fort que ce soit des dizaines de milliers. Généralement l’amende est de l'ordre de 100 fois le prix public du produit. Donc péniblement 4000$.

                          1,5 millions de dollars : http://www.numerama.com/magazine/17233-condamnee-a-payer-15-million-de-dollars-pour-son-troisieme-proces-p2p.html

                          On va dire que c'est la faute à pas de chance, j'ai la flemme de retrouver toutes les fois ou un tel événement exceptionnel est arrivé.

                          Autre exemple : Sony qui décide unilatéralement que la PS3 ne sera plus utilisable pour faire du Linux et qui force la mise à jour sur toutes les consoles existantes. Là par contre eux ils ont douillés. Et je pense pas que ce soit fini, vu la liste de procès qui les attendent.

                          Ils ont douillé ? À part les attaques qu'ils ont subi sur leur infrastructures, je ne vois pas. Et je parie qu'ils vont passer sans encombre entre les mailles de la justice. Wait and see.

                          Ou alors ça dépend de ce que tu appelles "douiller". Être poussé à la faillite, comme les créateurs de Limewire ? Ou bien payer la bagatelle de 6 millions de dollars, comme Sony l'a fait pour l'affaire des rootkits ?

                          • [^] # Re: Tu veux pas payer ? C'est pas grave on va payer pour toi.

                            Posté par . Évalué à 3.

                            Donc soit les juges sont guidés par des lobbies, soit ils sont cons.
                            Dernière option : tu ne connais pas la loi.
                            Quand on met à la disposition du public une image particulièrement offensante, ou qui touche particulièrement la vie privée, on peut être astreint à payer une somme forfaitaire à chaque affichage et à chaque publication. Même si on n'est pas responsable des publications ultérieures.
                            Ça date de bien avant l'internet. Si je souviens bien c'est même un peu ce qui a ruiné Cabu à un moment.
                            Donc la le juge en définissant une somme fixée il a été plutôt gentil en fait. Et apparemment le site "Au Féminin" s'en est remis. Donc je ne pense pas que l’amende était disproportionnée.
                            Pour ta gouverne finalement, le site "au féminin" est la propriété du groupe Alex Springer (propriétaire de gros journaux - notamment en Allemagne), avec un chiffre d'affaire de près de 14 millions d'euros et une croissance à deux chiffres depuis plusieurs années, et s'exporte vers la Tunisie en ce moment.

                            Donc si les juges étaient assujettis au lobbies, je pense que le procès aurait été gagné par Auféminin.com.

                            Ouf, j'ai cru un moment que tu tenais les pirates pour responsables du flicage du net sous prétexte que celui-ci augmente quand il y a beaucoup de pirates.
                            Relis mes posts, j'ai toujours dit que le gouvernement se cachait derrière les pirates pour poursuivre son agenda. Donc que les pirates servaient d'excuse. J'ai ensuite ajouté que comme les pirates n'apportaient rien à la lutte contre les lois liberticides, ils étaient priés de fermer leur gueule sur le sujet. Et enfin que d'un point de vue personnel les pirates qui se réclament de la lutte contre les inégalités, et tentent de se faire passer pour des rebelz ou des martyrs, ça me donne envie de vomir.

                            On va dire que c'est la faute à pas de chance, j'ai la flemme de retrouver toutes les fois ou un tel événement exceptionnel est arrivé.
                            Elle a plaidé non coupable et aggravé son cas. Puis fait appel et plaidé non coupable à nouveau (Là elle a du être très très mal conseillée par son avocat, ou alors elle est très très con). A noter que les juges sont plutôt de son coté, puisqu'ils ont consentis une annulation de jugement sans même passer par la haute cours de justice et qu'ils réduisent très fortement son amende à chaque fois. Mais les jurés n'ont pas aimé qu'elle se pose en victime du système. Ceci étant c'est vrai à qu'à 750$ minimum l'infraction ça monte vite. Mais on peut vraiment pas dire que les juges vont de le sens des lobbies.

                            Ils ont douillé ? À part les attaques qu'ils ont subi sur leur infrastructures, je ne vois pas. Et je parie qu'ils vont passer sans encombre entre les mailles de la justice. Wait and see.
                            27 attaques menées avec succès sur les différents sites de Sony, des pertes monstrueuses en terme de fric et d'image, et des Playstations qui s'alignent sur les étagères des boutiques d'occasion.
                            Non si si, la division jeux vidéos elle a très mal.
                            Quand au procès, vu que le jailbreak a été considéré comme légal sur Iphone aux US, je doute fort que Sony s'en sorte aussi bien que ce que tu as l'air de penser.

                            • [^] # Re: Tu veux pas payer ? C'est pas grave on va payer pour toi.

                              Posté par (page perso) . Évalué à 1.

                              Je suis d'accord avec les trois premiers paragraphes.

                              Concernant les pirates, je pensais que tu généralisais, et tu me plaçais aussi dans la catégorie des consommateurs écervelés qui se prennent pour des rebelles et des robins des bois.
                              Lorsqu'un beau jour j'ai pris la décision de me mettre à télécharger illégalement des œuvres sous copyright, je ne me suis pas rué sur la mule pour trouver ce que je cherchais et ai pris autant de temps pour analyser la chose sur le plan moral que sur le plan technique. Mes actes peuvent te sembler illégitimes, mais sache qu'ils ne sont pas irréfléchis. Je ne me place pas non plus en défenseur de la culture, je n'ai pas l'impression d'aider des non-pirates en piratant.

                              27 attaques menées avec succès sur les différents sites de Sony, des pertes monstrueuses en terme de fric et d'image, et des Playstations qui s'alignent sur les étagères des boutiques d'occasion.

                              C'est pas la justice qui leur a infligé cette punition. C'est une bande de défoncés du LOIC qui se prennent pour le bras armé de la vengeance qui ont fait ça, nuance.
                              Pertes en terme de fric, peut-être. Pertes en terme d'image, ça m'étonnerait. T'as pas vu râler les couch potato du monde entier sur les blogs et les forums quand ils ont vu qu'ils pouvaient plus jouer à Duke Furious Hunter of the Duty 7 en réseau. Ils ont peut-être eu un petit pincement au cœur pour le sort de GeoHot, mais quand le réseau de Sony repartira, ils seront les premiers à revenir consommer leur came. Et la prochaine Playstation se vendra bien : si elle est bridée de partout et qu'on ne peut pas y installer OpenSolaris, ils s'en foutront royalement.

                              Non si si, la division jeux vidéos elle a très mal.

                              Effectivement, j'ai vu la présentation de la Playstation Vita, ils ont l'air de crever la dalle chez Sony.

                              Quand au procès, vu que le jailbreak a été considéré comme légal sur Iphone aux US, je doute fort que Sony s'en sorte aussi bien que ce que tu as l'air de penser.

                              Tout ce que va faire la DMCA, c'est pondre le même torchon sans queue ni tête vis-à-vis de Sony que vis-à-vis d'Apple : vous avez le droit de jaibreaker, mais uniquement si c'est pas pour pirater.

                              Quand t'arrives devant un juge avec un iPhone jailbreaké, comment tu prouves que c'était pour installer des applications légales ? Tu peux pas : tu laisses causer ton avocat et l'avocat d'Apple, et c'est celui qui connaît le mieux le juge qui gagne.

                              • [^] # Re: Tu veux pas payer ? C'est pas grave on va payer pour toi.

                                Posté par . Évalué à 2.

                                comment tu prouves que c'était pour installer des applications légales ?

                                Autre point assez intéressant des lois dans un état démocratique, c'est à l'accusateur de faire la preuve de ce qu'il avance.
                                Il doit donc prouver que tu as la ferme intention de pirater (autant dire tout de suite qu'il doit prouver que tu l'as fait, parce que sinon ça va être compliqué de pas se faire rembarrer sévèrement - procés d'intention toussa)
                                Mais il doit également prouver qu'au moment ou tu as jailbreaké ton Iphone tu avais déjà cette intention et que c'est un des buts principaux qui t'ont poussés au jailbreak.

                                Et alors là bonne chance. A moins que tu ais acheté ton iphone à 16h00, fini le jailbreak à 16h10 et installé une appli pirate à 16h15, je ne vois pas comment il va s'y prendre.
                                Quand à monsieur le juge, il a ma pleine confiance (A l'exception de Mme Marie Françoise Marais, mais c'est vraiment un cas à part.)

  • # Vivre de son activité

    Posté par . Évalué à 9.

    J'ai quelques remarques:

    • Tu sembles considérer que les artistes se remplissent les poches, en particulier que les musiciens se sont beaucoup enrichis. Il y a certes quelques artistes très visibles; mais je pense que pour la majorité des gens, cela ne permet pas de vivre; une majorité ont un emploi à coté ou galère pour boucler les mois. L'investissement qu'ils font dans leur activité créatrice qui demande du temps, de l'argent, des sacrifices mérite une rémunération décente. Tu ne parles pas de toute l'activité de production, commercialisation, distribution, qui pour la majorité, n'est pas une activité artistique.

    • Si j'extrapole un peu la fin de ton texte, il est vaguement question de limiter l'application du droit d'auteur aux sociétés commerciales, et non pas au particulier. Mais quelle part de consommation représente ces débouchés. Pour une série télé, on comprends bien que la chaine payent une partie (je ne suis pas certain que les ventes de DVD soient négligeables), mais pour les petits musiciens...

    • Tu rappelles la situation des artistes au moyen-age; il y avait également le mécénat, qui existe encore aujourd'hui, mais surtout aux USA. En France on compte plutôt sur l'état.

    • Enfin mon avis un peu global et pas forcément très bien formulé: Je ne souhaite pas vivre dans un monde qui pousse encore plus les gens à vivre pour la rentabilité et la production sans faire en partie ce qu'ils souhaitent. Le fait de pouvoir consacrer une part importante de nos ressources à l'art est une façon de rendre le monde dans lequel nous vivons plus agréable pour chacun.

    • [^] # Re: Vivre de son activité

      Posté par . Évalué à 0.

      1) tu as raisons. Mais ces artistes là ne sont pas touché du tout, par l'infraction au monopole de duplication des œuvres.

      "La première sécurité est la liberté"

    • [^] # Re: Vivre de son activité

      Posté par (page perso) . Évalué à 1.

      Tu rappelles la situation des artistes au moyen-age; il y avait également le mécénat, qui existe encore aujourd'hui, mais surtout aux USA. En France on compte plutôt sur l'état.

      Ça marchait au Moyen-Âge, ça peut peut-être encore marcher aujourd'hui (mais je n'ai pas dit que c'était la seule solution possible, bien entendu).

      On peut juste essayer d'améliorer le concept en le décentralisant : plutôt que ce soit l'État ou les riches entreprises qui pratiquent le mécénat, pourquoi ne serait-ce pas tout simplement.. le public ?

      Il y a déjà des fan-movies, des courts-métrages et des albums de musique qui ont pu être réalisés grâce au crowfunding, c'est peut-être une voie à explorer d'avantage...

    • [^] # Re: Vivre de son activité

      Posté par . Évalué à 0.

      Effectivement, je parle des artistes connus, les "stars" si tu préfère. Ce sont eux qui sont téléchargés, donc c'est d'eux que je parle. Les autres sont globalement hors du circuit de distribution et ne sont donc pas concernés par la problématique du piratage tel que je le pratique.

      une majorité ont un emploi à coté ou galère pour boucler les mois. L'investissement qu'ils font dans leur activité créatrice qui demande du temps, de l'argent, des sacrifices mérite une rémunération décente.

      Pas plus que je ne mérite d'être rémunéré décemment parce que j'amuse la galerie le week-end en faisant des acrobaties aériennes.
      C'est un peu ce que j'essaie d'exprimer dans le journal que je dis qu'il n'existe pas de droit naturel pour les artistes à vivre au dessus de la masse. Si les gens sont prêt à payer, tant mieux. Mais je ne vois pas en quoi les artistes seraient en droit d'exiger quoi que ce soit. De la mềme manière que certains métiers disparaissent car il ne répondent plus au besoin de la société (les gens n'ont plus besoin ou ne sont plus prêt à payer pour leurs services), un artiste qui n'arrive pas à se trouver un public prêt à payer pour sa prestation est voué à disparaitre ou à rester dans l'amateurisme, et je trouve cela tout à fait sain.

      Pour une série télé, on comprends bien que la chaine payent une partie (je ne suis pas certain que les ventes de >DVD soient négligeables), mais pour les petits musiciens...

      Les petits musiciens ne sont pas concernés: Ils ne font pas partie du circuit de distribution.

      Le fait de pouvoir consacrer une part importante de nos ressources à l'art est une façon de rendre le monde dans lequel nous vivons plus agréable pour chacun.

      Tant que tu utilises tes ressources, je n'y vois pas d'inconvénient. Par contre, si tu veux être généreux avec l'argent des autres, dont le mien, là cela me pose un problème.

    • [^] # Re: Vivre de son activité

      Posté par (page perso) . Évalué à 4.

      Le fait de pouvoir consacrer une part importante de nos ressources à l'art est une façon de rendre le monde dans lequel nous vivons plus agréable pour chacun.

      Mouaif. Ceci étant, nous pouvons consacrer une part importante de nos ressources parce qu'elles sont très supérieures à nos besoins vitaux. Et elles le sont parce que nous ne les partageons pas avec chacun. Je crois donc que c'est très extrapolé que la culture va rendre le monde dans lequel nous vivons plus agréable pour chacun après que le capitalisme ait rendu le monde très désagréable pour la plupart.

      ⚓ À g'Auch TOUTE! http://agauch.fr

  • # Période(3).

    Posté par . Évalué à 9.

    Période(3).
    ... : Tu préférerais « pinaillage » ? Tu es un ayatollah de la loi Toubon ? Tu passes ton dimanche à militer contre les anglicismes ? Tu parles couramment l’espéranto et le Klingon ? Bien le bonjour chez toi.
    (3) : Voir (2).

    Bon déjà, j'ai moinsé le journal juste pour le ton méprisant.

    Ensuite le « période » avec un renvoi sur ton opinion sur les anglicismes m'a fait beaucoup rire. J'ai d'ailleurs montré ton journal à tous mes collègues. Merci pour ce moment de bonne humeur qu'on a passé ensemble.

    Période est un mot totalement français. wiktionary:period par contre…

    Quand on veut se payer le luxe d'être méprisant, on essaye de rester crédible, sinon, on est juste ridicule.

    Bon vendredi à toi quand même.

    • [^] # Re: Période(3).

      Posté par (page perso) . Évalué à 9.

      Bon déjà, j'ai moinsé le journal juste pour le ton méprisant.

      On doit pas avoir la même façon de voir les choses, personnellement j'ai plutôt apprécié la façon humoristique et légère d'écrire sur le sujet.

      Bref, chacun ses goûts, moi j'en reprendrai volontiers, j'ai plussé le journal pour compenser le moinssage.

      • [^] # Re: Période(3).

        Posté par . Évalué à 0.

        j'ai plutôt apprécié la façon humoristique et légère d'écrire sur le sujet.

        Apparemment, il y a actuellement une personne qui a été sensible à l'effet que je voulais produire. Pourtant, j'ai bien forcé le trait...

        • [^] # Re: Période(3).

          Posté par (page perso) . Évalué à 3.

          Pourtant, j'ai bien forcé le trait...

          Un peu trop justement, faut savoir doser.

          Il existe deux catégories de gens : ceux qui divisent les gens en deux catégories et les autres.

        • [^] # Re: Période(3).

          Posté par (page perso) . Évalué à 0.

          C'est dingue ça ils ne sont vraiment pas subtiles, force le trait un peux plus la prochaine fois pour voir.

      • [^] # Re: Période(3).

        Posté par . Évalué à 2.

        Peut être que c'est la longueur du texte peut aéré ou que la thèse défendu ne me plaît pas mais je ne l'ai pas trouvé si léger que ça voir même bien lourd.

        Les logiciels sous licence GPL forcent leurs utilisateurs à respecter la GPL (et oui, l'eau, ça mouille).

        • [^] # Re: Période(3).

          Posté par . Évalué à 3.

          Je pense qu'il voulait dire dans le schtroumpf, pas dans la forme. Ou l'inverse.

          Depending on the time of day, the French go either way.

    • [^] # Re: Période(3).

      Posté par . Évalué à 4.

      « Bon déjà, j'ai moinsé le journal juste pour le ton méprisant. »

      Et quand tes voisins te disent pas bonjour, tu leur pisses dans leur boîte aux lettres?
      Quand il t'est demandé si le journal est pertinent ou inutile, tu peux répondre effectivement à la question, ou à la rigueur t'abstenir, plutôt que t'inventer une nouvelle question et y répondre là où il ne faut pas? J'en ai marre de passer mon temps à changer le seuil d'affichage à cause des gens susceptibles qui détourne le système pour essayer de censurer tout ce qui les vexent.

      • [^] # Re: Période(3).

        Posté par . Évalué à 5.

        Et quand tes voisins te disent pas bonjour, tu leur pisses dans leur boîte aux lettres?

        Ils n'ont pas de boite aux lettres accessible.

        Quand il t'est demandé si le journal est pertinent ou inutile, tu peux répondre effectivement à la question, ou à la rigueur t'abstenir, plutôt que t'inventer une nouvelle question et y répondre là où il ne faut pas?

        Est ce que c'est pertinent d'être méprisant ?

        Je pensais que non.

        J'en ai marre de passer mon temps à changer le seuil d'affichage à cause des gens susceptibles qui détourne le système pour essayer de censurer tout ce qui les vexent.

        Pourquoi ne pas naviguer à -42 alors ?

        • [^] # Re: Période(3).

          Posté par . Évalué à 1.

          « Pourquoi ne pas naviguer à -42 alors ? »

          Je voudrais bien, mais à chaque fois ça revient à 1... le premier qui m'explique comment sauvegarder ce choix je lui pertinente tous les messages de ce journal (ou comment détourner le système pour mon propre profit cette fois ci).

          • [^] # Re: Période(3).

            Posté par (page perso) . Évalué à 3. Dernière modification le 27/06/11 à 17:18.

            Je voudrais bien, mais à chaque fois ça revient à 1

            Ça me faisait ça aussi quand j'étais sous Iceweasel 3.5. Depuis que je suis sous Firefox 4 (et maintenant 5) je n'ai plus ce problème. NoNo doit avoir une explication technique sur cette particularité. Je vais essayer de voir si il existe une entrée dans le suivi.

            /interlude
            (10 minutes de recherches.....)
            /interlude

            Alors j'ai trouvé ceci:
            https://linuxfr.org/suivi/non-m%C3%A9morisation-de-certains-param%C3%A8tres
            Et surtout ceci:
            https://linuxfr.org/suivi/m%C3%A9morisation-du-seuil-daffichage-des-commentaires

            J'espère que tu as assez d'infos pour t'en sortir maintenant.

            • [^] # Re: Période(3).

              Posté par . Évalué à 1.

              Disons que je sais maintenant pourquoi ça marche pas. Ça fait appelle à une fonctionnalité qui s'appelle localstorage, qui n'existe sur Opera qu'à partir de la 10.50 alors que j'ai la 10.10 (et que je ne veux pas l'upgrader). Merci quand même :^(

        • [^] # Re: Période(3).

          Posté par . Évalué à 2.

          Est ce que c'est pertinent d'être méprisant ?
          Je pensais que non.

          On peut penser qu'un message est pertinent quand il apporte un précision utile. Et qu'il est inutile quand il n'apporte rien.

          Mais ça n'est clairement pas ainsi que les points sont distribués. C'est beaucoup plus en fonction des goûts.

    • [^] # Re: Période(3).

      Posté par (page perso) . Évalué à -1.

      Ensuite le « période » avec un renvoi sur ton opinion sur les anglicismes m'a fait beaucoup rire. J'ai d'ailleurs montré ton journal à tous mes collègues. Merci pour ce moment de bonne humeur qu'on a passé ensemble.

      Période est un mot totalement français. wiktionary:period par contre…

      Quand on veut se payer le luxe d'être méprisant, on essaye de rester crédible, sinon, on est juste ridicule.

      Moi j'avais compris ça comme de l'humour...

    • [^] # Re: Période(3).

      Posté par (page perso) . Évalué à 1.

      Ensuite le « période » avec un renvoi sur ton opinion sur les anglicismes m'a fait beaucoup rire.

      Cette utilisation de Période est un anglicisme : les mots empruntés ne sont pas les seuls anglicisme, les constructions calquées le sont aussi, n'est-il pas ?

      • [^] # Re: Période(3).

        Posté par (page perso) . Évalué à 3.

        Comme l'utilisation du mot "juste" de manière anglaise, qui n'a absolument aucun sens en français.

  • # Vision individualiste et consumériste et triste en fin de compte.

    Posté par . Évalué à 9.

    Tu n'aimes pas la musique, mais seulement le "bruit" agréable qu'elle t'apporte en voiture, et tu consommes une ressource existante en sachant que la généralisation de ton comportement pourrait en tarir la source... c'est égoïste et à courte vue !

    Pour ma part, j'aime la musique, même si j'en écoute peu, et la plupart des choses que j'écoute ne sont pas créées par des artistes largement rétribués par leur diffusion sur les grands média ou enrichis par des tournées internationales... alors j'achète les CD ! Il m'est même arrivé (2 fois) d'acheter des CD dont j'avais déjà une version numérique obtenue gratuitement...

    J'ai la faiblesse de supposer que ton rapport au livre est différent parce qu'on trouve peu d'ouvrages "piratés" gratuitement et qu'il est (pour moi en tout cas) plus pénible de lire à l'écran que sur papier.

    Pour ma part, j'ai le même rapport au disque qu'au livre. J'aime avoir le contenant de l’œuvre physiquement présent dans ma discothèque ou dans ma bibliothèque.

    Mais au delà, l'artiste a une fonction sociale au travers de ses créations, et cette fonction sociale a un coût. Je ne souhaite pas défendre l'exploitation des artistes par les multinationales de la diffusion commerciale pour qui tout n'est que produit et profit, ceux-là peuvent crever... que les artistes dont la fortune est faite soient "piratés", peu me chaut ! Mais que La Gargote, Les Têtes Raides, Zebda, Mountain Men, et bien d'autres ne puissent plus créer, ce serait une perte pour l'humanité...

    Ah tiens, l'air est gratuit, la mer est gratuite, on en prend, on y jette tout et n'importe quoi... et jusqu'à quand sera-ce "gratuit" ?

  • # Avatar

    Posté par (page perso) . Évalué à 5.

    Avoir trouvé Avatar insipide, c'est plutôt normal. Le budget l'était tout parti dans la 3D, y'en avait plus pour le scenario.

    Prochainement, je vous proposerais peut-être un commentaire constructif.

    • [^] # Re: Avatar

      Posté par . Évalué à 8.

      Plus un film coute chère, plus il paralyse les producteurs qui virent tout ce qui pourrait déplaire, d'où le scénario.

      "La première sécurité est la liberté"

    • [^] # Re: Avatar

      Posté par . Évalué à 2.

      Avoir trouvé Avatar insipide, c'est plutôt normal. Le budget l'était tout parti dans la 3D, y'en avait plus pour le scenario.

      Pas besoin d'investir dans un scénario; ils avaient déjà celui de Pocahontas et Disney a fait 1000% de bénef dessus.

      • [^] # Re: Avatar

        Posté par . Évalué à 0.

        J'aurais plutôt dit Danse avec les loups (putain un de mes pires comas devant un film, ex aequo avec Speed)

        Depending on the time of day, the French go either way.

        • [^] # Re: Avatar

          Posté par . Évalué à 1.

          J'aurais plutôt dit : "Chasse avec les schtroumpfs"

          • [^] # Re: Avatar

            Posté par . Évalué à 3.

            Schtroumpf alors, tu as raison! Viens par ici que je te schtroumpf, le schtroumpf, a grands coups de schtroumpf, pour te remercier!

            Depending on the time of day, the French go either way.

  • # Pourquoi ne pas payer

    Posté par . Évalué à 7.

    Merci pour cette confession. Pour moi la solution à ce problème existentiel que tu soulèves est la suivante :

    Pour chaque CD/DVD/Blu-Ray acheté il y a forcément une partie de l'argent qui va vers du lobbying anti-internet et anti-liberté d'expression. Les exemples sont légion : Hadopi, Loppsi, ACTA, COICA et autres "amendements Vivendi".

    Peut-être même que davantage va vers le lobbying que vers les artistes ?

    L'informatique et les réseaux, c'est ce que j'aime, c'est ce qui me fait vivre. Difficile de payer pour quelque chose qui au final va contribuer à brider mon accès internet et mon PC. Mais j'ai comme toi un intérêt assumé pour une partie de la culture cinématographique, télévisuelle et musicale de masse - ce qui nous différencie probablement de la majorité de ceux qui s'expriment habituellement sur le sujet sur ce site, qui comme tu dis, affirment ne pas télécharger, par manque d'intérêt ou par principe.

    Donc oui, je pirate la majorité des contenus culturels que je "consomme" chez moi. Ceci dit, parfois je vais au cinéma (je ne pense pas que c'est anachronique d'aller voir un film avec des potes, j'apprécie toujours malgré le prix et les mâcheurs de popcorn) et je fréquente à l'occasion des festivals musicaux d'été. Et je donne parfois des sous à des artistes qui ont le courage de sortir du système traditionnel (dernier en date, Happy World, regardez le c'est très bien et en CC http://www.happy-world.com/fr/) et à LQDN.

  • # Pas si terrible que ça

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    Bon, si on résume, la musique ne te sert qu'à moins entendre le bruit de ton moteur, tu regardes trois films par ans et tu pirates des séries américaines.

    Pour la musique, tu devrais aller faire un tour sur jamendo, vu que tu n'as pas l'air spécialement difficile tu trouveras certainement de quoi te contenter légalement. Pour les films, ce n'est pas vraiment un problème, je ne pense pas que ce soit toi qui inquiète l'industrie cinématographique. Et pour les série américaine, vu que c'est comme tu l'as dit un produit qui se base presque exclusivement sur les pubs pour se financer et qui ne privilégie pas spécialement la qualité (les scénario et le jeux des acteurs ne sont pas vraiment remarquable le plus souvent), on te pardonne.

    En fait je crois tu te surestimes, tu n'est pas un si méchant pirate que ça.

    Pour parler maintenant de la condition des artistes, le véritable problème c'est que ceux qui souffrent du piratage (enfin, c'est ce qu'on veut nous faire croire) sont ceux qui sont déjà très connus et pètent déjà dans la soie. Effectivement ils perdent de l'argent mais ils en ont déjà suffisamment. Les petits artistes qui pourraient effectivement souffrir du piratage ne sont en fait pas piratés car tout simplement peu connus. Au final le piratage à pour seul conséquence de nuire au porte monnaie des artistes les plus riches.

    Il existe deux catégories de gens : ceux qui divisent les gens en deux catégories et les autres.

    • [^] # Re: Pas si terrible que ça

      Posté par . Évalué à 5.

      qui ne privilégie pas spécialement la qualité (les scénario et le jeux des acteurs ne sont pas vraiment remarquable le plus souvent)
      Tu sais, il n’y a pas que les feux de l’amour et two and half men, dans la production télévisuelle américaine, et que ça soit en terme de scénario, de jeu d’acteurs, ou bien de photo, bien souvent elle met à l’amende ce que nos génies du cinéma produisent.

      Depending on the time of day, the French go either way.

      • [^] # Re: Pas si terrible que ça

        Posté par (page perso) . Évalué à -1.

        Je t'écoute ! Cite moi donc une telle série.

        Il existe deux catégories de gens : ceux qui divisent les gens en deux catégories et les autres.

        • [^] # Re: Pas si terrible que ça

          Posté par (page perso) . Évalué à 5.

          La première qui me vient à l'esprit est Six Feet Under
          La deuxième est Battlestar Galactica
          La troisième est (j’hésite en fait) Grey's_Anatomy ou Dr House plus cul-cul mais avec pas mal de choses intéressantes.

          Et c'est seulement les idée immédiates, il y en a plein d'autres. Beaucoup d'analyse sur l'Homme, son tempérament, ses doutes, ses erreurs. Pas de grand victorieux, pas de héros parfait, des êtres humains. Et la façon de filmer est en lui-même une oeuvre.

        • [^] # Re: Pas si terrible que ça

          Posté par (page perso) . Évalué à 6.

          Firefly ?
          Mais c'est fini depuis un moment ...

        • [^] # Re: Pas si terrible que ça

          Posté par . Évalué à 3.

          CF mon commentaire plus bas, mais continuon un peu la liste:
          http://en.wikipedia.org/wiki/Terriers_(TV_series)
          http://en.wikipedia.org/wiki/NYPD_Blue
          http://en.wikipedia.org/wiki/Louie_(TV_series)
          http://en.wikipedia.org/wiki/Fringe_(TV_series)
          Etc.

          Depending on the time of day, the French go either way.

          • [^] # Re: Pas si terrible que ça

            Posté par . Évalué à 1.

            Je lisais ta liste, en me disant « pitaing, il a bon goût ! », et puis j'ai vu ton dernier lien : Fringe. Pouah. Toute mon estime retombe d'un coup. :-(

            • [^] # Re: Pas si terrible que ça

              Posté par . Évalué à 3.

              Tsss.Je n’étais pas vraiment convaincu par la première saison, le jeu en bois de l’actrice principale n’aidant pas, mais j’ai malgré tout continué, principalement pour suivre les frasques du savant fou, et je ne sais pas ce qui est arrivé, mais ils sont passés à quelque chose de vraiment supérieur scénaristiquement, et le jeu d’Anna Torv est devenu bon, alors qu’elle partait de loin... Que reproches-tu à la série ?

              Depending on the time of day, the French go either way.

              • [^] # Re: Pas si terrible que ça

                Posté par . Évalué à 2.

                De devoir attendre une saison (soit environ 22 × 50 minutes) pour voir l'histoire décoller. Les personnages sont très stéréotypés (le père savant-fou-tête-dans-les-nuages), la science (fiction, je sais) me paraît tellement peu crédible que je n'accroche pas¹. Le jeu d'acteur est effectivement moyen en règle générale.

                Mon collègue m'expliquait que justement, avec la saison 2 ça décollait, etc. Mais putain, devoir attendre un an pour ça, c'est du foutage de gueule. De plus, J.J. Abrams est connu pour faire des séries qui ont un nombre infini de tiroirs, ou qui précipite la fin quand la chaîne annonce l'annulation de sa série une fois l'effet nouveauté parti (Lost, Alias).

                [1] Je préfère une histoire où le personnage-savant raconte que « cette machine ouvre un portail sur une autre dimension » plutôt qu'une tentative maladroite d'explications pseudo-scientifiques sur pourquoi c'est possible.

                • [^] # Re: Pas si terrible que ça

                  Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                  De devoir attendre une saison (soit environ 22 × 50 minutes) pour voir l'histoire décoller.

                  Vu ce que tu dis plus bas, c'est pourtant ce que tu as fait avec Buffy, non ?

                  Chippeur, arrête de chipper !

                  • [^] # Re: Pas si terrible que ça

                    Posté par . Évalué à 2.

                    Non.

                    Déjà, la première saison de Buffy fait 13 épisodes. Ensuite, dès le départ il y a un « fil rouge » (le Maître), qui présage une sorte de boss de fin de niveau, et qu'on va quelque part. Enfin, les personnages et l'histoire en règle générale était (est) bien moins stéréotypée, surtout comparée à ce qui existait à l'époque.

                    Enfin, pour ce qui est de Fringe, de ce que m'expliquait mon collègue, on n'a même pas cette grosse révélation en fin de saison 1 (ce qui pourrait inciter à continuer à regarder la série ensuite), mais quelque part pendant. Or, sans ça, cette série ressemble beaucoup à une resucée de X-Files plus ou moins mise au goût du jour, mais avec des personnages bien moins charismatiques (et là encore, X-Files avait un semblant de fil rouge malgré tout, à travers l'homme à la cigarette par exemple, ainsi que certains autres personnages récurrents).

                • [^] # Re: Pas si terrible que ça

                  Posté par . Évalué à 2.

                  De devoir attendre une saison (soit environ 22 × 50 minutes) pour voir l'histoire décoller. Les personnages sont très stéréotypés (le père savant-fou-tête-dans-les-nuages), la science (fiction, je sais) me paraît tellement peu crédible que je n'accroche pas¹. Le jeu d'acteur est effectivement moyen en règle générale.
                  Je dois dire que j’ai été à mauvaise école avec le périple stellaire (TNG & DS9), et j’ai pris la mauvaise habitude d’être patient et de ne pas m’attendre a ce qu’une série soit bonne des sa première saison, idem pour l’aspect scientifique/technique, tout ce que je demande c’est que ça soit cohérent, si dans un épisode le voyage temporel est possible, que dans l’épisode suivant on ne vienne pas me dire que ça ne l’est pas.

                  De plus, J.J. Abrams est connu pour faire des séries qui ont un nombre infini de tiroirs, ou qui précipite la fin quand la chaîne annonce l'annulation de sa série une fois l'effet nouveauté parti (Lost, Alias).
                  C’est pour ça que je m’étais tenu éloigné de Lost, mais pour Fringe il semble avoir cela plus sous contrôle http://en.wikipedia.org/wiki/Fringe_(TV_series)#Production .

                  Depending on the time of day, the French go either way.

        • [^] # Re: Pas si terrible que ça

          Posté par . Évalué à 1.

          C'est une question de goûts, donc ça reste subjectif.

          Personnellement je dirais "Docteur House" et "Dexter". Et j'ai un faible pour "Supernatural" mais là je sens que je vais me faire incendier :]

          THIS IS JUST A PLACEHOLDER. YOU SHOULD NEVER SEE THIS STRING.

          • [^] # Re: Pas si terrible que ça

            Posté par . Évalué à 1.

            Say cool Supernatural.

            Depending on the time of day, the French go either way.

          • [^] # Re: Pas si terrible que ça

            Posté par (page perso) . Évalué à 4.

            Le cas Supernatural est très particulier.

            Pour résumer, la grosse première partie de la saison 1 est absolument à chier, on a des arc narratifs à la K2000, un épisode => un monstre à tuer => une fille à embrasser.
            En général, les gens s'arrête là (*).

            Puis, un peu comme si on avait remplacé progressivement toute l'équipe de scénariste, on rentre dans quelque chose de beaucoup mieux construit, l'histoire devient bien plus complexe et sombre, elle s'étale sur plusieurs épisodes, elle se paye le luxe d'être en plus très drôle par moment, tout en bougeant les lignes également au niveau formel (je repense à l'épisode sitcom). En bref, on a l'impression qu'un vrai Showrunner s'est installé aux manettes, et là, la série commence vraiment.
            Voilà ce que j'en avais écrit à l'époque :

            Je récussite les commentaires de cette news pour juste préciser une chose : ne vous laissez pas avoir par les premiers épisodes de la saison 1 et persistez ! Car ça commence vraiment très péniblement avec des effets spéciaux à deux balles (mon dieu, on voit le bluescreen à chaque fois qu’ils sont en voiture !), des gimmicks (épisode qui boucle avec une jolie fille à chaque fois) assez indigestes, des acteurs dont les tronches de jeunes premiers agacent, des dialogues qui ont la profondeur d’une flaque d’eau dans une cours de récré.
            Puis …. puis on ne s’en rend pas trop compte mais au fil de l’eau, tout cela progresse et évolue pour donner quelque chose de bon, drôle et bien interprété, bourré d’hommages et de références aux films d’horreur cultes. On en vient à attendre l’épisode d’après avec impatience.
            Bref, ca commence très mal mais, comme un papillon qui sort de sa chrysalide, cette série s’épanouit peu à peu pour donner une des meilleures séries fantastique qui existe.

            (*) Heureusement, je m'y suis mis juste après avoir lu les critiques et les commentaires sur le très bon site qu'est http://seriestv.blog.lemonde.fr

            Chippeur, arrête de chipper !

            • [^] # Re: Pas si terrible que ça

              Posté par . Évalué à 1.

              C'est le principe de beaucoup de séries de SF/fantasy : les premiers épisodes sont là pour donner une idée du thème de la série, et si la série prend, on commence à rajouter des éléments plus « long terme » (c'est exactement ce qui a été fait avec Buffy the vampire slayer par exemple).

            • [^] # Re: Pas si terrible que ça

              Posté par . Évalué à 2.

              on a des arc narratifs à la K2000

              tout en bougeant les lignes également au niveau formel (je repense à l'épisode sitcom)

              Ahah, justement ;)

              Un des meilleurs épisodes de Supernatural, finalement: quand ils ne se prennent pas au sérieux.

              THIS IS JUST A PLACEHOLDER. YOU SHOULD NEVER SEE THIS STRING.

        • [^] # Re: Pas si terrible que ça

          Posté par (page perso) . Évalué à 3.

          Breaking Bad. J'attends avec impatience la saison 4.

          Allez tous vous faire spéculer.

  • # Ca y est, tu as reçu un courrier de l'HADOPI ?

    Posté par . Évalué à 6.

    ;-)

  • # Licence globale ?

    Posté par . Évalué à 1.

    Et une licence globale obligatoire ?

    Je suis dans la même situation que l'auteur du journal (les livres en plus). Il m'est arrivé de faire quelques donations à des auteurs par le passé, mais j'ai arrêté.

    Si on me donnais le choix, je préfèrerai payer une licence globale (qui soit obligatoire, idéalement sous forme d'une taxe progressive, avec le choix de la répartition entre différents auteurs, y compris étrangers) que la situation actuelle.

    Suis-je le seul ?

    • [^] # Re: Licence globale ?

      Posté par (page perso) . Évalué à 9.

      Et une licence globale obligatoire ?

      Merci de ne pas m'obliger à payer pour ta consommation. On a assez déjà de la redevance TV (pour des chaines que je ne regarde quasi jamais), la c'est juste demander aux autres de te financer ta consommation.

      Stop à obliger les gens à payer pour ce qu'ils ne consomme pas!

      • [^] # Re: Licence globale ?

        Posté par . Évalué à -2.

        Et si tu avais le choix de la répartition de cette taxe ? J'ai du mal à croire que tu ne lise jamais de livre ou n'écoute jamais de musique.

        Stop à obliger les gens à payer pour ce qu'ils ne consomme pas!

        Musées ? Recherche ? Hôpitaux ?

        • [^] # Re: Licence globale ?

          Posté par (page perso) . Évalué à -2.

          Et si tu avais le choix de la répartition de cette taxe ?

          Ben... Comme maintenant donc? la répartition de la "taxe", je le fais en achetant aujourd’hui! Une taxe forcée sur le montant? Bas tu me force encore à te subventionner, non. Le choix de la répartition de la taxe, c'est le système actuel (avec le choix de garder les sous dans ma poche), sinon c'est plus un choix.

          Sinon, je vais te choquer :

          Musées ?

          Oui, je ne vois pas pourquoi je paye pour.

          Recherche ?

          Le système américain sur la recherche (financement privé) ne me choque pas.

          Hôpitaux ?

          Je paye une assurance. Je peux en avoir besoin un jour. Donc oui sur ça.

          • [^] # Re: Licence globale ?

            Posté par . Évalué à 2.

            Recherche ?

            Le système américain sur la recherche (financement privé) ne me choque pas.

            Les universités privées américaines reçoivent beaucoup d'argent public pour financer la recherche. D'ailleurs dans les bourses gouvernementales il n'y a aucune distinction faite entre les universités publiques et les universités privées. L'avantage des privées est généralement qu'elles ont parfois un “endowment” assez important (27 milliards de $ pour Harvard par exemple) qui peut leur rapporter des intérêts assez élevés en complément de l'argent public qu'elles reçoivent. D'autre part il y a aussi beaucoup de recherche dans des universités publiques aux États-Unis. Bref, tout ça pour dire que le système de recherche américain n'est pas le financement privé à la base même si celui-ci y contribue.

        • [^] # Re: Licence globale ?

          Posté par . Évalué à 0.

          Sécurité sociale, TVA ?

          « Il vaut mieux mobiliser son intelligence sur des conneries que mobiliser sa connerie sur des choses intelligentes. »

      • [^] # Re: Licence globale ?

        Posté par . Évalué à 4.

        Scoop: si tu n'as pas de TV tu n'es pas obligé de payer la redevance ;)

        THIS IS JUST A PLACEHOLDER. YOU SHOULD NEVER SEE THIS STRING.

        • [^] # Re: Licence globale ?

          Posté par (page perso) . Évalué à 3.

          Scoop: si tu n'as pas de TV tu n'es pas obligé de payer la redevance ;)

          Je te rassure, j'ai un PC et un video-projecteur, donc je coche la case qui va bien sur ma déclaration d'impôt. Mais ça ne durera pas, un jour la redevance TV viendra me coller car j'aurai le malheur d'utiliser un truc qui s'appelle Internet, et les politiciens aiment bien ponctionner un max cette partie.

          • [^] # Re: Licence globale ?

            Posté par . Évalué à 1.

            En Belgique, ça ne marche plus. C'est aussi valable pour les smartphones. En fait, la télé-redevance rapporte énormément d'argent à la région wallonne et c'est une de leurs seule source de revenu (corrigez-moi si je me trompe). Les bruxellois et les flamand ne payent plus la télé-redevance depuis un moment. La taxe n'a plus de lien avec la réalité mais comme les politiciens en ont besoin, on la garde.

    • [^] # Re: Licence globale ?

      Posté par . Évalué à 0.

      J'ignore si tu es le seul, mais moi je n'en veux pas de la licence globale.

      Je n'achète pas de CD audio (peut être un ou deux par an, je n'achète pas de film,
      le cinéma m'enquiquine (que ce soit en salle ou chez moi, mais au moins quand c'est
      chez moi je peux lire le journal ou faire autre chose pendant que le film passe).
      Les séries TV me font plus pitié qu'envie. Et je ne télécharge pas tous ces trucs
      qui m'indiffèrent.

      J'écoute deux ou trois émissions de radio qui traitent de la musique que j'aime, ça
      me suffit amplement avec les quelques dizaines de CD que je possède.

      Et je n'ai aucune envie de financer une industrie qui non seulement ne m'apporte rien,
      mais en plus se bat contre le réseau et la liberté de communication.

      La gent féminine, pas la "gente", pas de "e" ! La gent féminine ! Et ça se prononce comme "gens". Pas "jante".

      • [^] # Re: Licence globale ?

        Posté par (page perso) . Évalué à 8.

        Les séries TV me font plus pitié qu'envie.

        Y'a pourtant BEAUCOUP de pépites (à commencer par tout HBO).

        Chippeur, arrête de chipper !

        • [^] # Re: Licence globale ?

          Posté par . Évalué à -5.

          Oh, sans doute, c'est un état d'esprit à avoir je suppose.
          Perso, je me fous royalement de voir :
          - les gentils battre les méchants,
          - les gentils élucider un épais mystère,
          - les gentils découvrir que des supposés méchants sont en fait des gentils,
          - les gentils mourir pour sauver d'autres gentils,
          -
          pour la cinquantième fois.

          Tiens, on pourrait faire une classification universelle des scénarios, histoire
          de voir combien de trames existent dans les films/séries.

          La gent féminine, pas la "gente", pas de "e" ! La gent féminine ! Et ça se prononce comme "gens". Pas "jante".

          • [^] # Re: Licence globale ?

            Posté par . Évalué à 6.

            Ouah, c'est plutôt toi qui es un peu épais.
            http://en.wikipedia.org/wiki/The_wire
            http://en.wikipedia.org/wiki/Breaking_bad
            http://en.wikipedia.org/wiki/Mad_men
            http://en.wikipedia.org/wiki/Community_(TV_series)
            Et je pourrais continuer ad nauseam...

            Tiens, on pourrait faire une classification universelle des scénarios, histoire
            de voir combien de trames existent dans les films/séries.

            Il n’y a pas forcement 36k histoires a raconter, ce qui importe c’est la manière de le faire.
            http://en.wikipedia.org/wiki/The_Hero_with_a_Thousand_Faces

            Depending on the time of day, the French go either way.

          • [^] # Re: Licence globale ?

            Posté par . Évalué à 3.

            Je propose la classe des séries avec des acteurs dedans. On peut quasiment classer toutes les séries pas d'animation dedans, quelle pauvreté ...

            Plus sérieusement tu me fais penser à la série "The Shield" par exemple, qui raconte plutôt l'histoire de ripoux qui s'enfoncent dans leur merde, qui rentre pas trop dans ta classification. Des trucs comme "Game of thrones" d'HBO ne semblent pas trop rentrer non plus.

          • [^] # Re: Licence globale ?

            Posté par (page perso) . Évalué à 7.

            ton commentaire me fait penser que tu ne connais que les séries à la Grey's Anatomy ou Desperate Housewives ou autre Experts... ah si seulement je pourrais effacer ma mémoire et revoir à nouveau les Oz, Six Feet Under, The Wire, Rome, Carnival, Breaking Bad, True Blood, Treme, etc d'un oeil neuf....

            Chippeur, arrête de chipper !

          • [^] # Re: Licence globale ?

            Posté par (page perso) . Évalué à 3.

            En fait tu n'aimes pas qu'on te raconte une histoire. Car très rares sont les films, livres ou séries où il n'y a pas un des éléments que tu décris. Et ce quelle que soit la qualité de la production.

            Je dois dire que moi aussi au début j'en avais un peu rien à faire des séries. Et puis, il faut reconnaitre qu'il y a des pépites : BSG, The Wire, Arrested Development, The IT Crowd et dernièrement The Game of Thrones (de façon générale HBO fait de la bonne série).

        • [^] # Re: Licence globale ?

          Posté par (page perso) . Évalué à 10.

          à commencer par tout HBO)

          On peut en effet noter une différence importante entre les séries des grandes chaines américaines (NBC, ABC, CBS ("the big three"), Fox), et les séries des chaînes du câble (HBO, cité plus haut, Showtime, usa, ...) ou des chaînes britanniques.

          Les séries des premières sont financées majoritairement par la publicité, et dépendent donc de l'audience (ou par les droits de rediffusion, ce qui revient au même) et doivent donc être le plus populaire possible :
          * il ne faut pas choquer les religions pratiquées dans le pays ;
          * il ne faut pas choquer le « puritanisme[1] » américain ("omg, they showed a female nipple, my children will become rapists") ;
          * il ne faut pas faire déprimer les téléspectateurs : les personnages populaires gagnent, les autres perdent ; les amoureux sont toujours (ré)unis à la fin (point bonus s'ils s'embrassent sous la pluie) ;
          * de la même façon, les gentils gagnent, les méchants perdent ;
          * drugs are evil ;
          * et bien sûr d'autres qui ne me viennent pas à l'esprit.

          De plus, les saisons sont souvent très longues (plus de 20 épisodes, parfois 25) et les épisodes s'en trouvent de qualité inégale ; on trouvera par exemple des "bottle episodes", à budget réduit, se déroulant dans un même lieu - le résultat peut toutefois être excellent si les scénaristes soignent le dialogue.

          À noter aussi que ces longues saisons ne sont pas produites d'un coup : le scénario est souvent modifié selon la réponse du public. Des personnages secondaires peuvent ainsi être promus au rang de personnage principal, sont dotés de l'espérance de vie qui va avec. Les conséquences peuvent être énormes sur la qualité de la série. Dans Heroes, par exemple, la saison 2 était censé avoir entièrement un nouveau cast, mais les scénaristes ont été contraints de continuer avec les mêmes personnages. (Les saisons suivantes la 1 sont souvent considérés comme inférieures voire sans intérêt par rapport à la première, et la série a fini par être annulée sur un cliffhanger.)

          Quelques séries sortent toutefois du lot, même en respectant tous ou une grande partie des points de ma liste : "House", "How I met your mother", "The Big bang theory", "Community", et d'autres, souvent interrompues rapidement ("Better off Ted" et "Arrested Development" ont toutes deux d'excellents dialogues, et peuvent provoquer des douleurs abdominales.)

          "Grey's Anatomy" aussi, bien que le scénario soit très concentré sur les relations amoureuses/sexuelles des personnages, reste très agréable à regarder. Le "character development" (je ne trouve pas mieux que "développement des personnages", qui me fait mal aux oreilles) est intéressant, la bande son est particulièrement soignée. Il faut évidemment prendre ça avec un brin de second degré pour supporter les scénarios parfois ridicules comparés à la vie réelle.

          "Community" mérite une mention particulière, de par sa nature parodique et faisant preuve de « metahumour ». Ainsi, un des épisodes se déroule entièrement dans une pièce fermée, et un personnage s'en rend compte :

          "I hate bottle episodes. They're wall-to-wall facial expressions and emotional nuance. I might as well sit in the corner with a bucket on my head.".
          - Abed, "Cooperative Calligraphy", Community

          TBBT est très drôle, mais véhicule malheureusement une image du geek décalée par rapport à la réalité.

          Par contre, les séries des chaînes à plus faible audience, généralement sur le câble (et donc soumises à un abonnement, par bouquet ou par chaine) sont moins dépendantes de l'audience, moins soumises à la censure. Leur budget réduit les contraint à faire des saisons plus courtes, mais souvent plus denses et de qualité plus égale.

          Quelques exemples : Game of Thrones, citée plus haut, diffusée sur HBO. Breaking Bad (AMC), Californication, Dexter, Weeds (Showtime).

          De la même façon, les séries britanniques (du moins celles de qualité suffisante pour être connues ailleurs), ont des saisons courtes (la « règle », soumise bien sûr à des exceptions est de 13 épisodes pour des « drama », 6 pour les sit com).
          La censure est également moins présente (selon l'heure de diffusion, évidemment).

          L'excellent "Doctor Who" serait bien sûr acceptable sur une chaîne grand public aux US, mais se différencie toutefois par la longueur des saisons (13), produites en une fois (pas de changements de scénario en cours de route), et le sort pas toujours heureux de personnages pourtant très sympathiques.

          "Skins" est très bien écrit aussi, mais vise plutôt un public jeune. La série est remarquable dans le sens qu'elle évite tous les points de la liste au début du commentaire : les adolescents se droguent, ont beaucoup de relations sexuelles, des personnages (quand ils ne sont pas joués par des acteurs mineurs) peuvent être montrés nus, les scénaristes ne se gênent pas pour tuer des personnages populaires, etc.

          En sit com, on a par exemple The IT Crowd, plus drôle et plus proche de la réalité que TBBT, et Coupling.

          Et pour finir, une mention spéciale à la série "Episodes", qui est produite par la BBC et Showtime. Les personnages principaux sont les réalisateurs d'une série populaire et se voient proposer d'en faire une adaption américaine. Plusieurs des différences sus-mentionnés y sont explicitement décrites.

          Pour plus de détails, si vous avez du temps à perdre et n'êtes pas anglophobes je recommande vivement le site http://www.tvtropes.org qui, comme son nom ne l'indique pas, concerne la fiction en général et pas uniquement les séries TV. Attention, danger : http://xkcd.com/609/

          Quelques pointeurs (et inspirations de ce commentaire plus long prévu) :
          * différence entre les séries américaines et britanniques : http://tvtropes.org/pmwiki/pmwiki.php/Main/BritishBrevity
          * "bottle episodes" http://tvtropes.org/pmwiki/pmwiki.php/Main/BottleEpisode et http://tvtropes.org/pmwiki/pmwiki.php/Main/Filler
          * nipples http://tvtropes.org/pmwiki/pmwiki.php/Main/NippleAndDimed

          Et pour finir, en espérant que la longueur du commentaire n'aient pas découragé tout le monde, et qu'au moins une personne arrive jusqu'ici, je dois bien admettre que tous ces points renforcent l'idée selon laquelle le livre est un medium supérieur quand on veut de la culture de qualité ; mais je voulais souligner que les séries TV ne sont pas toutes dénuées d'intérêt.

          [1] Je ne suis pas persuadé que ce ce mot soit adapté (wikipédia me dit que non) et j'accueille volontiers une correction.

          • [^] # Re: Licence globale ?

            Posté par (page perso) . Évalué à 4.

            Tu as bien résumé le phénomène de fracture qu'on peut remarquer au niveau des séries ; on a vraiment l'impression de voir évoluer deux mondes qui ne se côtoient pas ou très peu.
            Bon, par contre, ça m'a fait un peu mal de te voir faire l'éloge (même relativisée) de Grey's Anatomy. Autant les deux premières saisons renouvelaient avec fraîcheur et burlesque l'univers des medical drama (moins que Scrubs sur le plan formel, mais quand même) avec une dynamique proche de celle qu'on trouvait dans les premières saisons de Friends, autant ensuite, ça s'est réellement embourbé dans quelque chose qui m'a fait fuir très très loin.
            En ce qui concerne House, sans Hugh Laurie, je crois que la charpente de cette série se serait effondrée depuis longtemps tant on assiste à une pathétique reproduction du même arc narratif épisode après épisode ("It's never lupus"). Certains épisodes sont absolument brillants (House à l'hôpital psychiatrique), mais y'a quand même beaucoup de déchets à mon goût.

            Chippeur, arrête de chipper !

            • [^] # Re: Licence globale ?

              Posté par (page perso) . Évalué à 3.

              On peut effectivement critiquer le schéma fixe « premier diagnostic, le traitement semble marcher, en fait non c'est encore pire, mais c'est parce le patient a menti, on va essayer ça, ça puis ça même si ça risque de le tuer, puis entre la minute 35 et 40 House a une illumination en parlant de sa vie avec Wilson ».
              Il permet toutefois des choses intéressantes quand il est évité, ou mentionné parodiquement, du genre :

              Foreman: You keep drugs in a lupus textbook?
              House: Oh, it's never lupus.

              Par ailleurs, depuis la saison 6 le scénario suit moins le modèle et l'importance du mystère médical a diminué. Ce qui n'est pas une mauvaise chose quand on voit l'absurdité de certains propos médicaux (voir http://www.politedissent.com/house_pd.html pour des reviews de chaque épisode par un médecin), qui pourrait être évitée en lisant wikipedia 5 minutes.

          • [^] # Re: Licence globale ?

            Posté par . Évalué à 3.

            <ergotage>
            

            À noter aussi que ces longues saisons ne sont pas produites d'un coup : le scénario est souvent modifié selon la réponse du public.[...]
            Et je trouve que c’est une des qualités de la production à l’américaine, ça permet d’ajuster la série, voire de partir dans une direction tout autre (par ex Cougar Town)

            Quelques séries sortent toutefois du lot, même en respectant tous ou une grande partie des points de ma liste : "House", "How I met your mother", "The Big bang theory", "Community", et d'autres, souvent interrompues rapidement ("Better off Ted" et "Arrested Development" ont toutes deux d'excellents dialogues, et peuvent provoquer des douleurs abdominales.)
            Pour HIMYM et TBBT ça ce discute, mais je rajouterais 30 Rock.

            En passant, Doctor Who est destiné aux enfants, ou doit être regardable par les enfants, et Douglas Adams a bossé dessus.

            Depending on the time of day, the French go either way.

            • [^] # Re: Licence globale ?

              Posté par (page perso) . Évalué à 4.

              Et je trouve que c’est une des qualités de la production à l’américaine, ça permet d’ajuster la série, voire de partir dans une direction tout autre (par ex Cougar Town)

              C'est vrai que c'est à double tranchant. D'un côté on risque de perdre la cohérence narrative et de la rendre esclave de la popularité de tel ou tel acteur ou de telle ou telle préférence, mais de l'autre, on peut effectivement "redresser la barre" en fonction de la réponse. Je me demande même si ça n'est pas ce qui s'est passé pour Supernatural.

              Chippeur, arrête de chipper !

            • [^] # Re: Licence globale ?

              Posté par (page perso) . Évalué à 3.

              Ça me trouble, à chaque fois que je vois une de tes interventions, j'ai envie de me ré-écouter Hot Rats :)

              Chippeur, arrête de chipper !

            • [^] # Re: Licence globale ?

              Posté par (page perso) . Évalué à 3.

              Et je trouve que c’est une des qualités de la production à l’américaine, ça permet d’ajuster la série, voire de partir dans une direction tout autre (par ex Cougar Town)

              Le problème, c'est que ces séries doivent plaire au plus grand nombre, au plus petit dénominateur commun, afin de générer le maximum de revenus publicitaires. Ces modifications "dynamiques" peuvent se faire sans considération pour la qualité ou l'intégrité du scénario. Je ne connais pas Cougar Town, mais je veux bien croire que dans ce cas le résultat a été réussi - je ne prétends pas que mes affirmations sont des vérités générales.

              En passant, Doctor Who est destiné aux enfants, ou doit être regardable par les enfants, et Douglas Adams a bossé dessus.

              Il s'agit en effet d'un programme familial, divertissant tant pour les adultes que pour les enfants, bien que générateur de cauchemars pour ces derniers[0]. Certains épisodes sont d'ailleurs très anxiogènes même pour les plus âgés (un seul mot : Blink.)

              Cependant, je ne pense pas que les enfants puissent en profiter entièrement, en particulier depuis que Steven Moffat (producteur de la série depuis la saison 5, et auteur de plusieurs des meilleures épisodes des saisons 2 à 4) [1] explore les conséquences complexes du voyage temporel.

              Je n'ai malheureusement pas encore eu l'occasion de découvrir la série originale (avant sa « régénération » en 2005), et cela ne s'y applique peut être donc pas.

              [0] Doctor Who est à l'origine de l'expression britannique "Behind the sofa"
              [1] Aussi auteur de l'excellente sitcom "Coupling", mentionnée dans mon commentaire précédent.

              • [^] # Re: Licence globale ?

                Posté par . Évalué à 3.

                Le problème, c'est que ces séries doivent plaire au plus grand nombre, au plus petit dénominateur commun, afin de générer le maximum de revenus publicitaires. Ces modifications "dynamiques" peuvent se faire sans considération pour la qualité ou l'intégrité du scénario.
                En fait, ça ne tient qu’à la capacité de la personne en charge de l’écriture de la serie à être suffisamment souple pour s’adapter à ce que les gens de la chaîne lui demandent, garder ce qui est utile, et faire en sorte de passer a la trapper leurs requêtes inutiles, ici, tu as une longue interview du créateur de community à propos de la seconde saison, c’est assez intéressant de voir son interaction avec ses patrons.
                Un peu comme le cinéma américain sous le code Hays, d’avoir ces contraintes obligeait les directeurs, et les scénaristes à être subtiles quand ils voulaient exprimer certaines choses.

                je ne prétends pas que mes affirmations sont des vérités générales.
                Moi non plus, c’est juste ma manière de percevoir ces choses, je ne pense pas détenir de vérité absolue dans ce domaine!

                Cependant, je ne pense pas que les enfants puissent en profiter entièrement, en particulier depuis que Steven Moffat (producteur de la série depuis la saison 5, et auteur de plusieurs des meilleures épisodes des saisons 2 à 4) [1] explore les conséquences complexes du voyage temporel.
                C'est comme les prod Pixar, il y a plusieurs niveaux de lecture en fonction de l'age, je ne pense pas que les gamins saisissent le type de relation qu’entretient la silurienne avec sa femme de chambre dans le dernier épisode de cette saison...

                Je n'ai malheureusement pas encore eu l'occasion de découvrir la série originale (avant sa « régénération » en 2005), et cela ne s'y applique peut être donc pas.
                Join the club

                Depending on the time of day, the French go either way.

                • [^] # Re: Licence globale ?

                  Posté par . Évalué à 3.

                  il y a plusieurs niveaux de lecture en fonction de l'age

                  http://s892.photobucket.com/albums/ac130/spiderxj/DaLFP/?action=view&current=DrWhoSilurian.mp4

                  Depending on the time of day, the French go either way.

                  • [^] # Re: Licence globale ?

                    Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                    Cet extrait est effectivement excellent dans sa subtilité (j'avais bien compris que c'est de ça que tu parlais ;)

                    On peut ajouter un autre niveau de lecture selon l'âge : en plus de celui accessible aux enfants et celui accessible au adultes en général, il y a celui des adultes assez âgés pour avoir connu la série originale quand ils étaient gamins. (Dont certains ont été promus de fan à auteur/acteur, comme Steven Moffat ou David Tennant, ce qui est aussi intéressant : peu de séries permettent ça.)

                    Je te remercie au passage pour l'interview de Dan Harmon - très intéressante.

                    • [^] # Re: Licence globale ?

                      Posté par . Évalué à 2.

                      On peut ajouter un autre niveau de lecture selon l'âge : en plus de celui accessible aux enfants et celui accessible au adultes en général, il y a celui des adultes assez âgés pour avoir connu la série originale quand ils étaient gamins.
                      Effectivement, et avec une série aussi ancienne, il y a la matière pour faire des références à des épisodes vraiment anciens.
                      (Dont certains ont été promus de fan à auteur/acteur, comme Steven Moffat ou David Tennant, ce qui est aussi intéressant : peu de séries permettent ça.)
                      Si tu veux que tes fanfictions rentrent dans le canon de ta série préféré, produit la !

                      Je te remercie au passage pour l'interview de Dan Harmon - très intéressante.
                      Je t’en prie!

                      Depending on the time of day, the French go either way.

    • [^] # Re: Licence globale ?

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      On paye une taxe sur les supports numériques, une partie de nos impôts sert de perfusion aux société de protection des droits, on ne paye je ne sais combien de taxes et d'impôts qui vont dans les poches des ayants-droits, nos impôts financent en partie les propriétaires des contenus PURs via la carte musique jeune...

      Finalement, n'est-elle pas déjà un peu en place, cette licence globale ?

      • [^] # Re: Licence globale ?

        Posté par . Évalué à 2.

        Mis à part qu'il manque le droit de dupliquer des œuvres dans un but non-lucratif. Je pense qu'il nous manque à la fois le beurre et son argent. Ne parlons même pas de la crémière...

    • [^] # Re: Licence globale ?

      Posté par . Évalué à 1.

      Et cette licence globale fonctionnerait comment en pratique ?

      Au delà du fait qu'il faut que tous les rigolos qui la défendent puissent télécharger autant qu'ils veulent et ce qu'ils veulent les sous collectés doivent être redistribués et là est la grande question.
      Il y a bien des gens qui prônent une rémunération en fonction du succès mais qu'est ce que le succès ? Passer 15 fois par jours sur la radio tendance ? Avoir 12000 seeders sur un album ? Comment fait on la différence entre les pays ?
      Est ce que tous les bien numériques peuvent être concernés par la licence globale ? (pas envie de donner 5€/mois à Microsoft parce que des gens se prennent pour des hackers-surpuissants en utilisant Windows contrefait).
      Comment gérer le cas des auteurs qui ne veulent pas de la licence globale ?

      Amha la licence globale, souvent mise en avant comme la solution à tous nos maux, soulève bien plus de questions que le système actuel (qui n'est pas super super je l'admet facilement).

      207829⁶+118453⁶=193896⁶+38790⁶+14308⁶+99043⁶+175539⁶

      • [^] # Re: Licence globale ?

        Posté par . Évalué à 1.

        Et cette licence globale fonctionnerait comment en pratique ?

        Répartition volontaire de la somme par le contribuable et à défaut de choix répartition selon une quelconque statistique d'usage ? Certes cette répartition par défaut ne pourra pas satisfaire tout le monde, exactement au même titre que la répartition de la redevance télé ou du financement de la recherche, mais la possibilité de répartir la taxe individuellement permet d'esquiver le problème. C'est ouvert à des dérives, mais pas vraiment plus que la palanquée de défiscalisations actuelles.

        Et si on pouvait avoir la même chose pour le financement de la recherche ? Mais je suis effectivement peut-être un peu trop bercé par des rêves de démocratie...

        Est ce que tous les bien numériques peuvent être concernés par la licence globale ?

        Toutes les œuvres qui peuvent se copier sans coût. Ça inclurait le dernier Windows, mais pas une œuvre nécessitant une connexion internet, comme une application web payante par exemple (je ne cite pas l'exemple des DRMs, vu qu'ils n'auraient plus raison d'être, la copie de l’œuvre protégée devenant légale).

        Comment gérer le cas des auteurs qui ne veulent pas de la licence globale ?

        Comme la recherche actuellement, rien n’empêche de trouver un financement privé (mécène), de demander des dons, d'insérer de la publicité dans leurs œuvres ou encore de ne distribuer qu'après avoir obtenu la rémunération qu'ils souhaitent. Les chaînes de télé et radio privées fonctionnent de la sorte. Et bien évidemment ça n'impacte pas les autres sources de revenus (concerts, vente de supports physiques comme des livres ou des CDs, etc.).

        • [^] # Re: Licence globale ?

          Posté par . Évalué à 2.

          Je sais qu'il y a des trucs comme ça qui existent mais je trouve ce système presque pire, c'est super facilement critiquable (comment faire passer ça pour légitime ?) et ça n'aide pas forcément la création et la découvertes de nouveaux trucs (à ce que je vois dans les études du secrétariat des éditeurs de chants pour la liturgie — pour ceux qui ne connaissent pas c'est un truc catho qui se charge de répartir l'argent collecté dans les paroisses aux éditeurs de musiques religieuses — la masse de gens fait toujours la même chose même si il y a des trucs récents qui sont bien).¹

          Répartition volontaire de la somme par le contribuable et à défaut de choix répartition selon une quelconque statistique d'usage ? Certes cette répartition par défaut ne pourra pas satisfaire tout le monde, exactement au même titre que la répartition de la redevance télé ou du financement de la recherche, mais la possibilité de répartir la taxe individuellement permet d'esquiver le problème.

          C'est quand même subtil (pour ne pas dire compliqué). Si je réalise un morceau de musique que je met sur mon site web, une centaine de personnes le télécharge mais tous les ados se l'échangent par Bluetooth (parce que ma musique elle é to bi1), comment on fait des statistiques là dessus ? (le tube pourri passant à la radio risque d'être noté comme plus populaire que ma musique que la France entière connait).

          Pour ceux qui refusent la licence globale on aura toujours des lois HADŒPI ou dans le même genre (par exemple le studio hollywoodien qui se sent brimé par rapport à l'autre car il n'a reçu « que » 16% des sous tandis que l'autre à 25%).

          Bref je retrouve dans ce post que les problèmes que j'ai tenté de soulever dans le mien (comment on fait ? mais plus loin qu'une hypothétique répartition équitable qui contenterait tout le monde).

          1 : je sais que l'exemple va faire rire plus d'un mais c'est ce que je connais qui est le plus proche d'une licence globale (au moins perçu comme par les gens qui l'utilisent).

          PS : je ne comprend pas ce que viens faire la démocratie dans ce débat (par rapport à cotisation de la recherche)

          207829⁶+118453⁶=193896⁶+38790⁶+14308⁶+99043⁶+175539⁶

          • [^] # Re: Licence globale ?

            Posté par . Évalué à 2.

            (comment faire passer ça pour légitime ?)

            Je vais être franc, je ne trouve pas du tout légitime de payer pour la copie de données déjà publiques, c'est à dire le système actuel. Pire, je trouve ça irrationnel.

            Des dons conditionnés par l'appréciations des oeuvres, eux, me parraissent légitimes. J'en ai fait.

            C'est quand même subtil (pour ne pas dire compliqué).

            En quoi ? Et par rapport à quoi ?

            Compliqué à l'utilisation ? Pas plus que la redevance télé. Si on ne veut pas chercher à comprendre, on se contente de payer sa part de l'impôt, sans même avoir besoin de lire la ligne correspondante. Comme pour la redevance télé, on n'a pas de controle sur là où ça va. Pas plus compliqué pour Mme Michu donc.

            Subtil ? On a déjà en France des systèmes aussi, voir plus complexes, dans le système d'imposition. En vrac :
            - la déclaration des frais professionnels qui fonctionne avec une choix par défaut et une possibilité de préciser (soit on ne fait rien, et on a 10% de réduction, soit on déclare à la main nos frais);
            - la foultanquée de déductions fiscales -toutes optionnelles- et à rajouter à la bonne ligne, voir en bas de page lors de sa déclaration;
            - on a aussi le système de dons, qui consiste à lister à la main l'intégralité des dons qu'on a fait.

            Tout ça, on peut ignorer et on vit très bien, comme Mme Michu. Mais qu'on ne me dise pas que ma proposition est complexe par rapport à ça.

            comment on fait des statistiques là dessus ?

            C'est ça le point important : on s'en fout des détails. Ce qui compte, c'est d'avoir une idée de la répartition globale des oeuvres. Les auteurs dont les oeuvres profitent à 10 personnes seront ignorés par la répartition par défaut, ou recevront quelques euros au mieux.

            Pour savoir quels sont en gros les auteurs populaires ? On sait à peu près faire des sondages, on sait fait des mesures passives. On applique de loin la même idée dans le monde des publications scientifique : plus tes publications sont diffusées/lues, plus tu es connu et plus tu as de chance d'obtenir un financement sur ce que tu fais.

            Par contre, je pense qu'un tel système favoriserait fortement ces petits auteurs, justement parce que tout ceux qui ne choisiront pas la répartition par défaut le feront dans le but d'aider les auteurs moins mainstream. Exactement comme le font ceux qui donnent actuellement.

            Pour ceux qui refusent la licence globale on aura toujours des lois HADŒPI ou dans le même genre (par exemple le studio hollywoodien qui se sent brimé par rapport à l'autre car il n'a reçu « que » 16% des sous tandis que l'autre à 25%).

            Franchement, je ne vois pas d'autre solution pour la rémunération des auteurs que Hadopi and co ou qu'une licence globale ou dérivé.

            Le système actuel (aucun contrôle sur les informations échangées par internet et une rémunération à la copie) ne me semble pas rationel pour des oeuvres dont le coût de diffusion est nul. Je ne comprends pas comment on peut trouver agréable d'avoir à se restreindre en oeuvres culturelles alors qu'on a la possibilité des les obtenir sans faire de compromis sur d'autres points de sa vie (ie sans payer). La seule solution que je vois est donc la coertion. Hadopi ou une licence globale apportent ça tout les deux (mais de manière différente). Je vois personnellement une coertion de type impôts plus légitime qu'une coertion de type amende.

            Peut-être est-ce moi. Mais en tout cas, tant que je n'aurai pas Hadopi ou une licence globale sur le dos, c'est à dire tant que je pourrai techniquement éviter, par principe, je refuserai de payer.

            A noter que je trouve le système actuel tout à fait convenable pour des objets dont le cout de diffusion n'est pas nul : livres physiques, CDs, etc.

            PS : je ne comprend pas ce que viens faire la démocratie dans ce débat (par rapport à cotisation de la recherche)

            La possibilité au citoyen de répartir sa part d'impôt de la façon dont il le souhaite me semble plus démocratique que de simplement choisir qui choisira la répartition pour lui. Mais peut être que le terme exact était "une démocratie plus directe", effectivement.

  • # divertissement vs art

    Posté par . Évalué à 5.

    « En réalité, je n'écoute pas vraiment de musique, juste pour la musique. […] C'est plus un « bruit d'accompagnement » qu'autre chose »

    Ton propos est très insultant envers les musiciens. J'ai presque envie de dire : « petite merde, la musique c'est tout sauf du bruit ».

    « En définitive, je n'aime pas le cinéma, et encore moins le cinéma pour lui-même comme l'on peut le voir dans les films « d'auteurs ». »

    À vue de nez tu n'aimes pas la culture. Tu achète tes produits de divertissement au supermarché, musique US, blockbuster…

    D'un côté tu aimes ce que l'industrie du divertissement te propose, tu te reconnaît dans leur rejet de la culture, leurs productions sans saveur… mais d'un autre côté tu ne peux pas supporter cette même industrie !

    Il n'y aurait pas un paradoxe ?

    Arrête de te divertir, cultive-toi ! C'est bien plus profond et plus intéressant…

    • [^] # Re: divertissement vs art

      Posté par . Évalué à 8.

      Ton propos est très insultant envers les musiciens. J'ai presque envie de dire : « petite merde, la musique c'est tout sauf du bruit ».

      Moi, ce que j'ai bien chez les libristes/Linuxiens, c'est leur ouverture d'esprit. Comme je l'ai dit dans mon journal, je comprends tout à fait que la musique, le cinéma, "l'art" en général, touche et passionne les gens. Ce n'est pas mon cas, et je l'assume. Je ne vois pas en quoi cela ferait de moi quelqu'un d'inférieur ou de futile. Il y a plein de choses qui me passionnent et n'intéressent pas les gens. Je ne les prends pas de haut pour autant.

      Ce commentaire, c'est l'illustration parfaite du snobisme qui entoure parfois tout ce qui est "culturel".

      Est-ce si difficile que cela d'accepter que notre rapport à ces sujets soient différents ?

      • [^] # Re: divertissement vs art

        Posté par . Évalué à -1.

        Si ça ne t'intéresse pas, pourquoi tu les télécharges ?

      • [^] # Re: divertissement vs art

        Posté par . Évalué à 3.

        « c'est l'illustration parfaite du snobisme »

        euh perso j'appelle ça du respect mais bon chacun sa définition.

        Il me semble que la musique est justement le contraire du bruit… Dire à un musicien « j'aime bien le bruit que tu fais » et il te fout une baffe direct, c'est ne rien comprendre au principe même de musique, mais bon ce n'est que mon opinion.Sur mon piano je peux faire du bruit, ça n'a strictement rien à voir avec faire de la musique. Que veux-tu exprimer avec du bruit ??

        Autant je suis tolérant sur les styles musicaux que je n'aime pas (RAP, Hard core metal, truc à la Pierre Boulez ou Schonberg, percussions africaines, musiques d'Indonésie ou de Bali…), autant parler de « bruit » en parlant de musique c'est juste du n'importe quoi.

        Mais peut-être confonds-tu les deux par méconnaissance ? Peut-être qu'à force d'écouter en « tâche de fond » de la musique, tu l'assimile au bruit ambiant qu'on rencontre dans la vie ?

        • [^] # Re: divertissement vs art

          Posté par . Évalué à 3.

          Il me semble que la musique est justement le contraire du bruit
          autant parler de « bruit » en parlant de musique c'est juste du n'importe quoi

          Je sais que c'est un sujet qui déclenche des réactions épidermiques chez les mélomanes. Si j'ai employé volontairement le terme de bruit, c'est justement pour remettre les choses en perspectives: La musique, la parole, les sons en général sont du bruit. Effectivement, si l'on vont se lancer dans des débats stériles, on peut feindre de comprendre le mot bruit dans son sens le plus péjoratif.

          Quoi qu'il en soit, la musique, comme toutes les ondes mécaniques progressives situées dans le champ de perception de l'oreille humaine (Je vous laisse continuer sur le mode "Oh mon dieu, regardez comme il est limitatif et spéciste"), reste du bruit. Du bruit plus ou moins agréable à l'oreille certes, mais du bruit quand même.

          Le restant est une vue de l'esprit, qui, comme toutes les vues de l'esprit varient d'un individu à l'autre. Comme je l'ai dit dans le journal, j'apprécie ce bruit modérément. Il semble avoir un beaucoup plus grand impact émotionnel sur toi, et justement, je respecte ça.

          Ce qui me hérisse le poil, c'est justement cette attitude qui consiste à considérer que tous ceux qui ne font pas la même expérience sensorielle que les grands amateurs de musique sont des crétins, des ignorants, et autres qualificatifs flatteurs.

          Comme je le disais dans un précédent commentaire, il y plein de choses qui me procurent une expérience sensorielle et/ou intellectuelle intense. Je ne me permet pas pour autant de traiter ceux qui ne partagent pas mon expériences d'ignorants du midwest.

          • [^] # Re: divertissement vs art

            Posté par . Évalué à 1.

            Ok donc pour toi tout son est du bruit. Je ne suis pas tout à fait d'accord :

            – la musique est quelque chose de structuré, de pensé, de réfléchit. Le bruit est souvent quelque chose d'assez aléatoire.

            – le bruit à une connotation péjoratif : c'est quelque chose qu'on subit, c'est une nuisance ;

            – Enfin et c'est pour moi le plus important : la musique est un moyen d'expression. Derrière chaque musique, chaque compositeur il y a une histoire, un héritage plus ou moins visible.

            Parler de musique comme d'un bruit revient à nier complètement ces différences fondamentales. C'est un peu comme si je disais que /bin/ls et /dev/random était sur le même plan.

            Par exemple le bruit d'une caisse de supermarché ou d'un petit commerçant fait un bruit en s'ouvrant. Par contre lorsque Pink Floyd l'utilise en intro dans Money le même son devient musique, il a une utilité, il exprime quelque chose.

            Parfois la différence est très floue : si quelqu'un cri son désespoir de tout son cœur, est-ce un bruit ? une musique ? pas évident de répondre.

            « Ce qui me hérisse le poil… »

            Tu parles d'une expérience sensorielle… mais je ne pense pas que deux personnes puissent écouter une musique exactement de la même façon, chaque ressenti est unique et il n'y a rien de crétin là dedans.

            Seulement dans un billet sur le piratage de divertissement/culture, si on reste dans des approximations aussi grossière ça n'avance à rien : on ne sait pas de quoi on parle, et ça laisse l'impression de vouloir gommer toutes les différences en regroupant sous le même mot des choses très différentes.

            PS : peut-être que « son » et « bruit » ont le même sens pour toi ?

            • [^] # Re: divertissement vs art

              Posté par (page perso) . Évalué à 1.

              Par exemple le bruit d'une caisse de supermarché ou d'un petit commerçant fait un bruit en s'ouvrant. Par contre lorsque Pink Floyd l'utilise en intro dans Money le même son devient musique, il a une utilité, il exprime quelque chose.

              C'est même plus que ça. Tout son ou bruit devient de la musique dès qu'il a été réfléchie.

              La musique est l'art consistant à arranger et à ordonner sons et silences au cours du temps (wikipedia)

              C'est de la même manière que les tableaux tout bleus d'Yves Klein sont de l'art : ça été réfléchie, pensé consciemment et volontairement.

              Après, on peut aimer ou ne pas aimer, mais on ne peut pas dire que la musique est du bruit.

              Il existe deux catégories de gens : ceux qui divisent les gens en deux catégories et les autres.

            • [^] # Re: divertissement vs art

              Posté par . Évalué à 1.

              peut-être que « son » et « bruit » ont le même sens pour toi ?

              Oui c'est comme cela que j'ai compris son commentaire.
              La différence entre le bruit et le son d'après wikipedia: http://fr.wikipedia.org/wiki/Bruit#Le_bruit_d.27un_point_de_vue_acoustique

        • [^] # Re: divertissement vs art

          Posté par (page perso) . Évalué à 4.

          Toi tu ne connais pas Metal Machine Music de Lou Reed. C'est du bruit, 64 minutes de bruit. Je l'ai écouté en entier (mais en deux fois) et j'ai apprécié pour plusieurs raisons : des restes de cette expérience se retrouvent dans d'autres morceaux (mais maîtrisés et "harmonisés" avec le morceau), il y'a des passages intéressants qui créent des "hallucinations" auditives pouvant être intéressante et ça "libère" vraiment l'esprit (tu satures tellement que dès que le silence revient, tu as l'esprit qui se vide pratiquement instantanément).

          Donc oui on peut parler de bruit quand on parle de musique, on peut parler de musique en parlant de bruit (Alan's Psychedelic Breakfast de Pink Floyd où les bruits d'une personne en train de déjeuner sont utiliser pour le morceau), ...

          Et il y'a aussi de la musique faite avec des gens qui parlent comme fond (Mothers of Invention).

          Bref on peut vraiment faire de la musique avec tout et la "noise music" existe. Donc parler de bruit en parlant de musique ça m'arrive souvent et ce n'est pas du "n'importe quoi". J'écoute pas mal de bruit, là c'est des exemples qui me venaient en tête spontanément ... même les Beatles ont fait du bruit :)

          "It was a bright cold day in April, and the clocks were striking thirteen" - Georges Orwell

    • [^] # Re: divertissement vs art

      Posté par . Évalué à 1.

      Je suppose que ce que tu voulais dire est : "Il n'y aurait pas une contradiction ?"

      Un paradoxe n'est pas une contradiction.

  • # Démagogie

    Posté par (page perso) . Évalué à 6.

    Ton message à au moins un mérite, je trouve, c'est de ne pas participer à l'hypocrisie générale sur le téléchargement.

    Je suis souvent consterné par les articles (genre Korben.info) qui justifie en permanence le téléchargement en utilisant des brouettes d'idées totalement démagogiques.

    Je ne dis pas vive l'Hadopi, et que les vilains pirates devraient être condamnées à la pendaison et à une sévère amende. Mais inutile d'inventer des excuses bidon ou de jouer les robin des bois pour se sentir déculpabilisé.

    Tu dis Je télécharge au lieu d'acheter parce que c'est gratuit

    Bien la messe est dite, ce n'est pas le prix qui change quelque chose ou même une hypothétique lutte contre le système ou moins toi tu assumes, quoique pas totalement

    je n'arrive toujours pas à pleurer sur leur sort. Ces gens-là ont réussi pendant des années à vendre des places de concert/spectacle à un prix très élevé, à vendre des albums relativement cher et se sont beaucoup enrichis

    Tu dis aussi Peut-on pirater les artistes et défendre la GPL, donc le droit d'auteur ?

    ça c'est une bonne question ! D'ailleurs en pratique je rencontre beaucoup de gens qui utilisent du libre et crois moi les licences ils s'en moquent complétement, ils utilisent du libre car ils en ont besoins et que c'est gratuit, même si ensuite ils font du propriétaire avec ...

    Bizarrement dans ce cas les mêmes donneurs de leçons trouvent ça totalement injustifiable, moi ça me surprend cette moralité à géométrie variable.

    • [^] # Re: Démagogie

      Posté par . Évalué à 3.

      Même si on trouve les propos hypocrites, il y a quand même une règle en démocratie : Une loi non appliqué est une mauvaise loi.

      "La première sécurité est la liberté"

      • [^] # Re: Démagogie

        Posté par . Évalué à 4.

        Une loi non appliquée devrait être abbrogée automatiquement.

      • [^] # Re:Démagogie

        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

        Une loi non appliqué est une mauvaise loi

        appliquée ou respectée ?

        • [^] # Re:Démagogie

          Posté par . Évalué à 2.

          Une loi non appliqué peut l'être car cela coute trop chère à la société de la faire appliqué ou alors que tout le monde la trouve idiote. Donc, non appliqué ou respecté, le résultat est le même.

          "La première sécurité est la liberté"

  • # Culture en tant que service

    Posté par (page perso) . Évalué à -3.

    On ne devrait jamais payer pour une œuvre figée : un livre, un disque. Par contre cela n'empêche que les artistes et (bien) plus largement la culture doit inclure les professionnels ; il parait raisonnable de payer pour des concerts, des expositions, des lectures publiques, tout autre événement ou service culturel.

    PS : Le fait d'habiter à Paris rend ma position partiale.

    • [^] # Re: Culture en tant que service

      Posté par (page perso) . Évalué à 1.

      Ça me ferait chier d'écouter quelqu'un me lire un bouquin…
      Supposons un album bien léché mais le groupe a une prestation très moyenne sur scène, pourquoi ils devraient se forcer à faire de la scène ?

      Pour ma part, en acceptant que tout cela soit de la "culture" et au même titre que les profs, je pense qu'il pourrait y avoir des artistes fonctionnaires.

  • # Payer pour une prestation, oui…

    Posté par . Évalué à 1.

    Payer pour une prestation, un service, un travail, je trouve cela normal : je suis d'accord pour payer l'entrée à un concert (puisque les artistes sur scène effectuent une prestation) ou ma coiffeuse pour qu'elle me coupe les cheveux… Tout comme je suis content que mon employeur me paye pour pondre des lignes de code !

    À l'inverse je n'ai pas envie de payer pour écouter un morceau de musique qui a été enregistré et qui n'est pas une prestation ni un travail. Idem pour un logiciel (c'est d’ailleurs le principe de l'open source : le logiciel - code - est une recette de cuisine et doit être libre et gratuit alors qu'il est possible de payer pour du support qui est une prestation)…

    C'est pourquoi je n'achète jamais de musique (à part des vinyles mais dans ce cas c'est « l'objet » que j'achète) et que je la télécharge gratuitement préférant garder mon argent pour aller voir un concert !

    Idem pour les films ou je paye volontiers pour aller les voir au cinéma (le service dans ce cas c'est le grand écran, le son, etc) mais en contre-partie je télécharge gratuitement.

    CQFD ?

    • [^] # Re: Payer pour une prestation, oui…

      Posté par (page perso) . Évalué à 4.

      À l'inverse je n'ai pas envie de payer pour écouter un morceau de musique qui a été enregistré et qui n'est pas une prestation ni un travail.

      C'est une autre forme de rémunération : plutôt qu'une personne paye à fond, plusieurs personnes payent une part. Ton morceau de musique est un travail, bordel!

      Tu n'es pas d'accord pour payer quelques Euros pour un morceau, donc tu seras d'accord pour payer les milliers d'Euros pour faire l'album, puis en fera don aux autre?

      C'est un choix, le libre dans la musique (payer la prestation, puis gratos) n'a pas (encore?) trouvé sa voie, et je trouve parfaitement légitime que chacun paye une part (par contre le prix de la part est clairement élevé, mais il ne faut pas jeter le bébé avec l'eau du bain)

      • [^] # Re: Payer pour une prestation, oui…

        Posté par . Évalué à 0.

        Tu n'es pas d'accord pour payer quelques Euros pour un morceau, donc tu seras d'accord pour payer les milliers d'Euros pour faire l'album, puis en fera don aux autre?

        Celui qui paye des milliers d'euros pour créer un album est forcément en manque de créativité (il paye un producteur, un parolier, un service marketing, etc.)… Je connais beaucoup d'artistes indépendant qui enregistrent des albums de qualité sans débourser d'argent : il y a beaucoup d'associations dans les villes qui te proposent des studios d'enregistrement gratuitement ou à très bas prix (financés par les collectivités donc en partie avec mes impôts) ou sinon avec un PC, une bonne carte son, une table de mixage et des micros tu peux enregistrer ton album dans ton salon (c'est du vécu) !

        Je te parles pas du producteurs plein aux as qui fait le tube de l'été en payant une bimboàfortepoitrine® et inondant les médias de pub pour vendre son tube que les bons français vont courir acheter car à la TV ils ont dit que « sayletioubedelété » !

        Regardes les albums disponibles sur Jamendo : ils sont téléchargeables gratuitement et majoritairement de bonne qualité !

        • [^] # Re: Payer pour une prestation, oui…

          Posté par (page perso) . Évalué à 2.

          Regardes les albums disponibles sur Jamendo : ils sont téléchargeables gratuitemen

          Ca ne veut pas dire que ça n'a rien coûté, juste qu'il file "à perte" (ben oui, rien qu'un micro ou une guitare, ce n'est pas gratuit). C'est la personne qui investit le fric, c'est un choix, certes, et ça arrive dans beaucoup de domaines artistiques de devoir commencer par investir son fric pour son plaisir. Mais ça reste limitant, tu dois payer pour enregistrer ton art, je trouve ça dommage.

          Bon, après, quelques milliers d'Euros, j'ai été un peu fort, j'en convient, on peut faire de bonne qualité avec moins, quand on a le talent.

          et majoritairement de bonne qualité !

          Euh, Jamendo, majoritairement de bonne qualité, nos oreilles ne doivent pas être les mêmes...

        • [^] # Re: Payer pour une prestation, oui…

          Posté par . Évalué à 4.

          Celui qui paye des milliers d'euros pour créer un album est forcément en manque de créativité (il paye un producteur, un parolier, un service marketing, etc.)

          Un mec qui sait chanter mais pas écrire n'est pas un artiste ? Un parolier n'est pas un artiste ? Un violoniste dans un orchestre classique qui joue du Vivaldi n'est pas un artiste ?

          • [^] # Re: Payer pour une prestation, oui…

            Posté par . Évalué à 4.

            Un mec qui sait chanter mais pas écrire n'est pas un artiste ?

            Ca pourrait être un débat intéressant
            L'artiste est il une personne maitrisant un art (ce qui me semble être le sens premier), où est il avant tout un créateur (ce qui implique également la maitrise d'un art). Perso je suis plus dans la seconde catégorie, et aurait tendance à classer le chanteur comme un technicien.
            Dans la même logique, je sais jouer de la guitare, je joue plein de morceau, j'ai des bases théoriques, mais je suis incapable de composer, me considèrerais tu comme un artiste ?

            Mais bon ça ne change pas le fond: il effectue un travail, il doit être rémunéré en conséquence

            • [^] # Re: Payer pour une prestation, oui…

              Posté par . Évalué à 1.

              je sais jouer de la guitare, je joue plein de morceau, j'ai des bases théoriques, mais je suis incapable de composer, me considèrerais tu comme un artiste ?

              Je te considère comme un interprète, ensuite le débat est sans fin. Michel Sardou est-il moins un artiste que Bach ? Sûrement. Mérite-t-il qu'on dise de lui que c'est un artiste ? Sûrement aussi.

            • [^] # Re: Payer pour une prestation, oui…

              Posté par . Évalué à -3.

              +1

            • [^] # Re: Payer pour une prestation, oui…

              Posté par . Évalué à 2.

              Je suis content de savoir que Yehudi Menuhin n'était pas un artiste.

            • [^] # Re: Payer pour une prestation, oui…

              Posté par . Évalué à 1.

              un acteur qui joue du molière n'est pas un artiste ?

              un pianiste qui joue du Chopin n'est pas un artiste ?

              un mec qui télécharge des fichiers illégalement comme un goret n'est pas un salaud ?

              Il y a un déni des réalités fondamentales. c'est assez surréaliste.

              • [^] # Re: Payer pour une prestation, oui…

                Posté par . Évalué à 3.

                ben comme je dis, pour moi un artiste est un créateur
                Alors un acteur peut être un créateur, un pianiste aussi, si on à travers son jeu on retrouve une interprétation de l'oeuvre (c'est souvent le cas des acteurs en effet), mais de manière générale je considère que non.

                un mec qui télécharge des fichiers illégalement comme un goret n'est pas un salaud ?

                Ce qui n'a rien à voir avec ce que je disais

                • [^] # Re: Payer pour une prestation, oui…

                  Posté par . Évalué à -1.

                  pour moi un artiste est un créateur

                  C'est bien ce que je te reproche, d'avoir ta propre définition. Limité un artiste à la création pur est extrêmement réducteur.

                  "Un artiste est un individu faisant (une) œuvre, cultivant ou maîtrisant un art, un savoir, une technique, et dont on remarque entre autres la créativité, la poésie, l'originalité de sa production, de ses actes, de ses gestes. Ses œuvres sont source d'émotions, de sentiments, de réflexion, de spiritualité ou de transcendances." Artiste

                  • [^] # Re: Payer pour une prestation, oui…

                    Posté par . Évalué à 3.

                    et dont on remarque entre autres la créativité, la poésie, l'originalité de sa production, de ses actes, de ses gestes.

                    ce n'est donc pas ma propre définition

                    • [^] # Re: Payer pour une prestation, oui…

                      Posté par . Évalué à 2.

                      La créativité se fait aussi dans l'interprétation. Pour reprendre mon exemple avec Y.Menuhin : un compositeur a écrit un « Menuet pour Menuhin » (Erik Satie je crois bien). Il y a une raison à cela : tout artiste a une façon propre d'interpréter une œuvre (quelle qu'elle soit). Que tu considères que l'interprétation soit pourrie, soit. Que tu la trouves « mécanique » (pour faire le lien avec ta qualification de « technicien » faite précédemment), pourquoi pas. Mais il s'agit d'un avis purement subjectif, et par là-même, dénué de critères ... objectifs. :)

                      Pour résumer : dès lors que tu acceptes le fait que certains artistes (de génie) interprètent bel et bien une œuvre (musicale, théâtrale, cinématographique, etc.), tu ouvre la porte à toutes les fenêt^W^W^W^W au fait que le génie de l'un est le producteur de croûte de l'autre (pour reprendre l'exemple de V. Van Gogh). Et là où toi tu mets une limite, cette dernière peut être parfaitement différente pour quelqu'un d'autre.

                      • [^] # Re: Payer pour une prestation, oui…

                        Posté par . Évalué à 2.

                        Que tu considères que l'interprétation soit pourrie, soit. Que tu la trouves « mécanique » (pour faire le lien avec ta qualification de « technicien » faite précédemment), pourquoi pas.

                        Quand je parlais de technicien, ce n'était péjoratif (alors que mécanique le serait dans ma bouche). Et je ne faisais aucun jugement sur la qualité d'une prestation.
                        Mais, par exemple, quand sur 15 concerts, on arrive à avoir strictement le même jeu de scène, les même interactions avec le public, je n'y voit ni originalité, ni créativité, juste une bonne maitrise de la technique, et donc pour reprendre la définition que l'on m'a gentiment fourni, je n'y vois pas d'art. Ce qui ne veut pas dire pour autant que je ne me ferai pas plaisir à un tel concert.

                      • [^] # Re: Payer pour une prestation, oui…

                        Posté par . Évalué à 1.

                        " un compositeur a écrit un « Menuet pour Menuhin » (Erik Satie je crois bien) "

                        Erik Satie, né à Honfleur le 17 mai 1866 et mort à Paris le 1er juillet 1925.
                        Yehudi Menuhin, né le 22 avril 1916 à New York et décédé le 12 mars 1999.

                        Ça doit pas être ça, même si Menuhin fut précoce.

                        La gent féminine, pas la "gente", pas de "e" ! La gent féminine ! Et ça se prononce comme "gens". Pas "jante".

                    • [^] # Re: Payer pour une prestation, oui…

                      Posté par . Évalué à -1.

                      C'est un peu dommage d'utiliser un nom ayant une définition connue et d'y accoler sa propre définition sorti du chapeau.

    • [^] # Re: Payer pour une prestation, oui…

      Posté par . Évalué à 2.

      En gros, tu te fais ta propre loi suivant tes envies du moment. Quelle vision mesquine et étroite d'esprit. Pas de notion de société, d'intérêt général, juste du plaisir consommateur immédiat, de l'individualisme.

      Il est triste ton monde.

    • [^] # Re: Payer pour une prestation, oui…

      Posté par . Évalué à 3.

      Je trouve ça marrant d'opposer le concert et l'album numérisé (qu'il soit sur CD ou pas), alors qu'ils ont les mêmes caractéristiques économiques:

      • frais de création fixes,
      • répartition du coût entre les usagers, avec un tarif annoncé à l'avance, donc perte si personne n'est intéressé et gain important s'il y a beaucoup de clients.

      La seule différence qu'on peut trouver, c'est le fait qu'une salle de concert n'a pas une capacité illimitée, au contraire de la "copiabilité" d'un album numérisé. Mais même ça est à nuancer, dans le cas des concerts et festivals en plein air, où l'investissement le plus important c'est de venir, de se loger sur place, pas vraiment de payer (Je doute qu'en rendant un festival gratuit on arrive à une telle augmentation de la fréquentation qu'il faille refuser du monde).

      Du coup, je le trouve un peu bidon, l'argument économique sur la gratuité de la copie en faisant l'impasse sur l'investissement fixe. C'est celui qui est le plus avancé en faveur du téléchargement illégal, mais certainement pas le plus pertinent.

      Et on trouve facilement d'autres exemples de service dont le coût de départ est fixe et auxquels l'ajout d'un usager représente un coût négligeable voire nul: un accès à Internet, une fois le cuivre tiré et les routeurs payés (l'énergie électrique supplémentaire pour un abonné est comparable à l'énergie électrique pour copier un fichier: c'est que dalle). Les émissions de télévision (là, y'a une licence globale appelée redevance). L'entretien des espaces verts. Le déneigement. Un abonnement téléphonique, fixe ou mobile.

      Et pour chacun de ces services, on ne trouve personne qui hurle au modèle économique dépassé, au foutage de gueule ou je ne sais quoi. Tout simplement parce que ces services ne sont pas "grugeables" aussi facilement, que l'est le téléchargement d'une copie d'une oeuvre audiovisuelle sans payer les ayants-droits. Si les gens croyaient vraiment à ce discours sur le modèle économique, ils s'insurgeraient contre le fait qu'on leur fasse payer le même prix une place de festival, qu'il soit plein ou au 3/4 vide.

      THIS IS JUST A PLACEHOLDER. YOU SHOULD NEVER SEE THIS STRING.

  • # Rosé

    Posté par (page perso) . Évalué à 4.

    Peut-être devrais-tu essayer une générateur de bruit rose pour ta voiture ;*)

    La gelée de coings est une chose à ne pas avaler de travers.

  • # Culture passive

    Posté par (page perso) . Évalué à 3.

    Si les films, les séries, la musique et tous les loisirs que l'on consomment n'étaient tout simplement pas "rentables" de la même manière que les logiciels libres? La solution serait alors de créer le maximum de contenus libres et de passer moins de temps à consommer et plus à créer.

    Newton Adventure est sur Lumière Verte : http://steamcommunity.com/sharedfiles/filedetails/?id=187107465

    • [^] # Re: Culture passive

      Posté par (page perso) . Évalué à 1.

      Mais alors qui consommerait ce qui est créé?

      La gelée de coings est une chose à ne pas avaler de travers.

      • [^] # Re: Culture passive

        Posté par (page perso) . Évalué à 1.

        Mais alors qui consommerait ce qui est créé?
        tout le monde…

        Un boulanger peut apprécier un bœuf bourguignon au resto… bein là c'est pareil c'est pas par-ce que tu sais faire de la musique que tu sais faire un film, ce n'est pas par-ce que tu sais faire un drame que tu n'apprécie pas une comédie, film vs série etc.

      • [^] # Re: Culture passive

        Posté par (page perso) . Évalué à 3.

        Les créateurs de logiciels libres sont aussi utilisateurs de logiciels libres.

        Newton Adventure est sur Lumière Verte : http://steamcommunity.com/sharedfiles/filedetails/?id=187107465

  • # Pour la voiture

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    Pour ne plus pirater de musiques, tu devrais acheter une voiture avec un moteur qui a un beau bruit.

    Envoyé depuis mon lapin.

  • # Offre

    Posté par (page perso) . Évalué à 1.

    Je suis globalement d'accord avec toi même si je pense que j'accepte plus d'acheter.

    Mais le problème c'est d'arriver a trouver où acheter :
    Je cherche la 8eme saison d'une série télé américaine connue et sortie en 2010, impossible a trouver dans les magasins par chez moi...

    Reste la Fnac, mais pour ça il faut que je prenne le train + métro etc...

    je reviens de la librairie (un truc qui emploie 4 ou 5 personnes donc d'une bonne taille quand même) , j'ai regardé dans les bouquins de SF : une seule nouveauté depuis ma dernière visite il y a 2 mois...

    Je regarde après les BD car je sais qu'il y a des tomes de 4 séries que j'aime qui sont sortit, rien (enfin si y a Seuls T6, mais j'ai déjà)

    Et c'est le même genre de problème pour bcq de choses. Pour le cd d'un groupe de musique très connu (concert au stade France ce WE), j'ai fait 5 magasins pour trouver le CD édition deluxe (10 chansons en plus pour 3€ du suppléments) et j'ai juste eut des "pas reçu et on n'en recevra pas" "on en a eut un mais il est déjà vendu et on n'en recommandera pas" "ça n'existe pas" etc... conclusion pour le dernier j'ai même pas cherché

    • [^] # Re: Offre

      Posté par . Évalué à 3.

      Tu peux commander en ligne aussi, ou en version dématérialisée (bon c'est vrai que le choix n'est pas super complet)

  • # Principe de la double peine et de l'utilisation des ressources

    Posté par (page perso) . Évalué à 4.

    Je ne vais surtout pas cautionner le comportement de l'auteur du journal puisque je ne partage pas son point de vue sur certains des points qu'il aborde.

    En revanche je peux le comprendre.

    On entend tellement parler de taxes pour financer la création culturelle (taxe sur les fai, taxe sur les supports, etc). Notre gouvernement semble ne pouvoir cacher son obsession pour trouver de nouvelles sources de revenu pour leurs amis du lobby des majors. Chaque tentative de défendre un tant soit peut l'intérêt du grand public est mise au ban et dénoncée par les politiques au pouvoir ou par les puissants du milieu musical. Je pense particulièrement à deezer qui d'un côté est présenté comme un modèle d'offre légal mais d'un autre côté est obligé de réduire l'écoute gratuite sous la pression des majors qui n'ont jamais été aussi riches ou à Free et à l'amendement anti-free.

    J'ai donc l'impression que lorsque j'achète un DVD (oui, j'en achète et j'en ai même plusieurs 100aines) ou un CD (idem) je paie un produit que j'ai déjà payé en taxes diverses et qu'apparemment avec nos amis au pouvoir je n'ai pas finir de les payer et de les repayer. Et si un jour je me décide à pirater un film ou une série parce qu'elle ne passe pas à la TV (oui, je paie aussi la redevance) et que je reçois un joli courrier signé Hadopi, j'aurais payé pour rien et je serais considéré comme un pirate vulgaire qui fait du mal aux pauvres artistes malgré la multiplication des aides auxquelles j'ai participé de bonne volonté!

    Pour finir, quant à l'utilisation de ces taxes sacem et tout le tralala, je vous invite à lire ce texte:
    http://www.quechoisir.org/telecom-multimedia/image-son/musique/actualite-droits-d-auteur-bienvenue-chez-les-shadocks
    (pour ceux qui ne veulent pas lire: tout le monde s'en fout dans la poche sauf les artistes, les intermédiaires sont légions et souvent bidons et opaques, l'argent retombant toujours au même endroit: dans les poches de ceux qui ne produisent rien).

  • # Matériel vs immatériel

    Posté par . Évalué à 4.

    Je suis souvent assez surpris de voir comment est considéré les œuvres immatérielles face aux œuvres matérielles. D'une part il est claire que copier n'est pas voler. Mais sous couvert de cet vérité beaucoup pensent que comme ce n'est pas du vole, comme il n'y a pas de rareté ou de pénurie, il est anormal de payer (ou alors il ne faut payer que le minimum possible) pour des biens immatériels.

    Je ne vois vraiment pas en quoi le fait d'en avoir autant que l'on veut diminue la valeur d'un bien. La qualité d'un bien ne se mesure pas par le nombre de téléchargements/ventes. Je ne vois pas pourquoi quand on parle du prix des œuvres immatériel on affirme que ça ne coûte rien de faire un téléchargement et donc qu'il faudrait ne rien payer.

    Les logiciels sous licence GPL forcent leurs utilisateurs à respecter la GPL (et oui, l'eau, ça mouille).

    • [^] # Re: Matériel vs immatériel

      Posté par (page perso) . Évalué à 5.

      que comme ce n'est pas du vole, comme il n'y a pas de rareté ou de pénurie, il est anormal de payer (ou alors il ne faut payer que le minimum possible) pour des biens immatériels.

      Ce n'est pas ma façon de penser. Déjà, tu ne fais pas l'erreur de dire que c'est du vol, donc on peut causer (ça me gonfle toujours les gens qui parle de vol pour de la contrefaçon, ça montre qu'il n'ont pas réfléchit plus de 2 secondes sur le sujet et qu'ils n'ont pas regardé de dico). Mais le problème est que l'industrie musicale (et vidéo) ne fait que récolter ce qu'ils ont semer : à trop vouloir pomper le fric (VHS, puis DVD, puis Blu-ray... Mais bordel, j'ai déjà acheté le droit de regarder, désolé mais je n'accepte pas de repayer le droit que j'ai), à trop vouloir refuser de vendre ce que demande l'acheteur (refus de vendre par Internet, puis refus de vendre sans DRM, puis refus de vendre le jour de la sortie au ciné, refus de vendre en Français dans un pays non francophone, barrières nationale "vous n'êtes pas dans le bon pays pour regarder Netflix" etc...), ils ont eux-même habitué les gens à prendre l'habitude de chercher ailleurs.

      Ils ne font que récupérer le résultat de leur actions. Fallait réfléchir un peu, c'est pas faute de leur avoir dit depuis des années.

      La, maintenant, j'aimerai regarder le dernier épisode diffusé hier sur une chaîne américaine, et je le voudrais en anglais sous-titré français, dans un format que je puisse regarder (non, pas de DRM donc) et aussi au prix qu'ils récupèrent par personne quand ils le mettent avec de la publicité (m'étonnerai qu'ils ai plusieurs Euros par personne de pub...). Je ne sais pas où récupérer ça en légal, mais je sais où le récupérer en illégal, est-ce normal?

      • [^] # Re: Matériel vs immatériel

        Posté par . Évalué à 5.

        Je ne parle pas du fait de programmer ou pas, je parle de l'argument qui dis par exemple qu'un ebook devrait plus ou moins rien coûter du fait de la multiplication possible du fichier.

        Les logiciels sous licence GPL forcent leurs utilisateurs à respecter la GPL (et oui, l'eau, ça mouille).

        • [^] # Re: Matériel vs immatériel

          Posté par (page perso) . Évalué à 3.

          Je ne me suis pas assez bien exprimé. ebook, tout comme audio et video, subissent leur choix volontaire de ne pas répondre à la demande à un moment donné. Les gens, faute d'offre légale, se sont habitués à chercher la où c'était disponible. Et la où c'était disponible, ben c'était gratuit.

          Les vendeurs de musique, vidéo et ebook ont eux-même créé cette idée dans la tête des gens que ça ne devrait rien coûter, en les habituant à ce que ça ne coûte rien là où il y avait la seule offre disponible.

          Ils ont creusé leur propre "tombe" sur le prix de l'immatériel, alors qu'on les prévenait en permanence du résultat.

          PS : je suis bien d'accord avec toi que l'immatériel coûte, j'ai moi-même réagis ici-même sur le sujet. Mais ensuite, comment aider quelqu'un qui ne veut pas être aidé et continue dans sa bêtise (prix, disponibilité, DRM...)?

  • # Pourquoi je pense que tu as tort

    Posté par . Évalué à 5.

    • Il est vrai que l'industrie du spectacle enregistré a fait usage de sa force économique pour contraindre les gouvernements démocratiques à voter des lois, que d'aucun jugerait liberticides, en leur faveur.
    • Il est vrai que la surveillance des réseaux d'échange par une entreprise privée pose un certain nombre de problèmes déontologiques dans l'application de la loi.
    • Il est vrai que le modèle économique de l'industrie du spectacle enregistré, basé sur le monopole d'exploitation et la commercialisation sous licence aux particuliers de ce monopole, est mal adapté à l'usage actuel de la technologie.
    • Il est vrai que criminaliser les consommateurs, ceux-là mêmes qui achètent et qui votent, pour quelques dollars de musiques téléchargés et pour des forfaits extrêmement faciles à perpétrer, pose des problèmes déontologiques également.
    • Il est vrai que les prix pratiqués dans la revente de ces biens immatériel est quelque peu inadéquat avec les prestations artistiques.
    • Il est vrai que seule une minorité d'artistes vivent décemment de leur art et que ces derniers malheureusement engendrent des recettes socialement jugées indécentes.

    Mais :

    • Télécharger illégalement n'en reste pas moins un acte moralement répréhensible.
    • Le téléchargement illégal, contrairement au vol, ne saurait être motivé par la survie ou par des difficultés économiques extrêmes.
    • L'art peut aussi être une profession. Il n'y a pas de service palpable rendu aux individus ou à la société, mais il y a bien un service rendu, service que certains jugeront comme superflu. On est quand même un espèce intellectuelle et émotionnelle qui a parfois besoin de distraction.
    • Dans une démocratie, le peuple ne fait pas forcément ce qu'il veut. Le fait d'être nombreux ne justifie pas que le comportement de la majorité porte préjudice aux intérêts d'une minorité - aussi puissante qu'elle soit. Autrement, on ne serait pas en démocratie, mais dans une dictature de la Plèbe.
    • Les entreprises du spectacles enregistré font aussi partie du peuple, elles ont autant le droit de défendre leur bifteck que l'ouvrier moyen, mais cela doit se faire en respectant le droit des autres.

    Tu as fait preuve d'une grande honnêteté intellectuelle, mais tu n'a pas fait preuve d'honnêteté économique en ayant les moyens de faire vivre des artistes (même si certains s'en mettent plein les poches) et en choisissant la loi à la fois de l'illégalité et de l'immoralité.

    Je pense que pour se conformer à la morale (cette loi à laquelle tout le monde est censé obéir sans y être obligé) Il y a deux possibilités : Soit on cherche la gratuité et là on se dirige vers des services comme Jamendo ou Magnatune, mais là il faut trier soi-même (encore qu'il faudrait soutenir un peu les artistes), soit on cherche la facilité et là on doit payer les producteurs pour leur travail de tri (et d'amélioration du médiocre) et les artistes aussi.

    Pour résumer : HADOPI, c'est peut-être (très) mal, mais La mule à mp3 que tu charges tous les soirs c'est tout aussi mal (sauf si c'est des mp3 CC), n'en déplaise à certains.

  • # Moi j'assume.

    Posté par . Évalué à 1.

    Contrairement à l'auteur de ce journal, je télécharge (pas comme un porc), pour d'autres raisons.
    Je suis un audiophile averti et je trouve l'offre légale limite foutage de gueule. Je m'explique : Deezer m'a fait découvrir 1 album/titre par mois ces derniers temps et je trouve ça petit. Quand je recherche "Emmanuelle Bertrand", "Les percussions de Strasbourg" ou "Maurice Ohana" je n'ai droit qu'a quelques pistes. Je ne parle même pas d'AC/DC ou de King Crimson ! Oui, Deezer et consort font dans le blokbuster musical. Ça ne me suffit pas !

    Pour trouver un album introuvable de Jimi Hendrix il ne me reste que le P2P.

    Les séries : avez-vous déjà regardé The Big Bang Theory en VF ? C'est à ce tordre de rire !
    Alors je télécharge en VOSTFR, oui madame.
    Les films idem. Je les préfère en VOSTFR, et heureusement les teams font un excellent travail, je leur rend hommage.

    Internet c'est le partage. Internet est la nouvelle Babylone.

    Vous l'aurez compris je suis en désaccord avec l'auteur de ce journal. Ce n'est pas parce que c'est gratuit que je télécharge ; c'est par besoin, nécessité, de connaissance.

    Diderot, D'Alelembert, Hugo, réveillez-vous.

    « Il vaut mieux mobiliser son intelligence sur des conneries que mobiliser sa connerie sur des choses intelligentes. »

  • # La musique n'a aucune valeur

    Posté par (page perso) . Évalué à 9.

    Par ce titre provocateur je voudrais attirer votre attention sur un lien possible entre la généralisation du piratage des œuvres musicales et la valeur qu'a la musique dans la vie quotidienne d'un français aujourd'hui.

    La musique est aujourd'hui partout:

    • à la maison bien-sûr et dans la voiture;
    • au supermarché;
    • chez le coiffeur;
    • au café et dans les bars;
    • sur le quai de la gare;
    • dans la rue lors des manifestations commerciales;
    • au restaurant, parfois.

    On peut prolonger à l'envi cette liste! Dans les cas que j'ai énumérés, la musique est toujours là en tant qu'accessoire, elle n'est pas essentielle à l'activité du lieu, elle n'est souvent pas belle ni agréable, elle sert de remplissage. Pour faire bref, si on arrêtait de diffuser de la musique de merde sur chaque centimètre carré de nos espaces de vie, on ne perdrait peut-être pas aussi facilement de vue que la musique n'est pas une chose anodine mais un bien précieux.

  • # A propos de ce journal

    Posté par (page perso) . Évalué à 0.

    On voit dans cette interview sur Euronews que ce sont surtout les médias qui trollent.

    Utilisation de termes agressifs et d'attitudes tape-à-l'œil alors que les participants sont posés malgré des avis divergents.

    Debug the Web together.

  • # http://pourquoijepirate.fr/

    Posté par . Évalué à 5.

    http://pourquoijepirate.fr/index.php?id=85
    > Je suis sous Linux et il n'y a pas un site de VOD qui me permette de regarder un film sous mon OS de prédilection.

    http://pourquoijepirate.fr/index.php?id=4290
    > Parce que le DVD que je viens d'acheter au magasin refuse de fonctionner sur mon ordinateur tout neuf a cause des protections anti-piratage !

    http://pourquoijepirate.fr/index.php?id=4180
    > Parce que je préfère regarder les épisodes d'une série tv DANS L'ORDRE!!!!

    http://pourquoijepirate.fr/index.php?id=2343
    > parce que Chuck Norris n'a pas encore exprimé son désaccord à ce sujet.

    http://pourquoijepirate.fr/index.php?id=4917
    > Je supporte pas les enfants qui chialent à la FNAC. J'ai trouvé une solution.

    http://pourquoijepirate.fr/index.php?id=4867
    > Parce que je ne veux pas avoir à racheter toute ma bibliothèque musicale à chaque plantage de itunes logiciel [...]

    http://pourquoijepirate.fr/index.php?id=4825
    > Parce que la réponse est 42.

    etc etc http://pourquoijepirate.fr/index.php?id=4870

  • # kelle bèlle lang le franssais

    Posté par . Évalué à 2.

    Définition de pirate.
    Voir en particulier le sommaire des (articles connexes)[http://fr.wikipedia.org/wiki/Pirate#Articles_connexes]

    ps : j'ai essayé

    man drake

    mais sur ma fedora ça ne donne rien :p

    Manque un
    (4) le terme pirate ne te plait pas ? Tu voudrais voir écrit "copieur non autorisé" ? ça m'est égal, bonne journée.

    :-)

  • # tu t'emmerdes pour rien

    Posté par . Évalué à 3.

    Donc je résumes :

    -selon toi tu ne pirates que des oeuvres/produits culturels

    -tu n'est pas un amateur de musique, tu ne l'utilises qu'en bruit de fond, chose que tu obtiens très bien par l'intermédiaire de la radio.
    -tu n'aimes pas les films/le cinéma.
    -tu aimes les séries télé, et tu précises qu'elles sont disponibles sur la télé, que tu peux les enregistrer où que tu es prêt à te rendre dispo à l'heure de leur diffusion.
    -tu aimes les livres et tu ne télécharges pas de ebooks.

    D'après ce que je comprends donc, tu ne "pirate" que des trucs que tu n'aimes pas.

    En gros tu te fais chier à "pirater" des trucs dont tu ne profites pas.

    À part ça je ne vois pas à quoi servent tes (1) (2) et (3) à part assouvir un instinct puéril de provocation.

    La conclusion qui s'impose donc, c'est que tu es juste idiot.

    • [^] # Re: tu t'emmerdes pour rien

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      J'ai connu un mec comme ça, qui avait tellement de mp3 téléchargés que ça en est devenu une drogue: il DEVAIT tout avoir en mp3 sur son disque, et passait un temps fou à télécharger, classer, graver tous ses mp3.
      Je pense qu'il en avait plus qu'il n'aurait pu écouter en toute une vie, dont la très grosse majorité qu'il n'aime pas de toute façon.

      Aucune idée s'il a gardé sa collection (ça remonte à... ouhlà! 2000/2001!)

    • [^] # Re: tu t'emmerdes pour rien

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      tu ne l'utilises qu'en bruit de fond

      Jamais tu n'écoutes de la musique en faisant autre chose ? Pour ma part tout le temps en fait, surtout quand je bosse, j'ai toujours trouvé que c'était un bon isoloir. Par contre, pas question d'avoir de la merde dans les oreilles, même si je n'y prête pas constamment une grande attention.

      -tu n'aimes pas les films/le cinéma.

      Il semble ne pas aimer les films pseudo intellectuels (il y a bien raison), les salles de cinéma (ça se défend je trouve, niveau qualité surtout, mais tout dépend du cinéma / du public ou de son absence justement)

      tu aimes les séries télé [...]

      Oué enfin y'a quand même une différence entre les dates de sorties USA/net et France, mais aussi une différence de langue

      à part assouvir un instinct puéril de provocation.

      mouai, vu la teneur du journal je trouve ça bienvenu face aux [1], [2], ... qu'on trouve (moins maintenant) chez certains n'ayant pas compris le principe de l'hyperlien ni la différence avec un bouquin papier

      tu ne "pirate" que des trucs que tu n'aimes pas.

      Ben non puisqu'il pirate aussi les séries tv

      La conclusion qui s'impose donc, c'est que tu es juste idiot.

      Ou alors le but était juste de troller car le dernier troll n'avait pas assez bien marché et s'était encrouté ?

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.