Journal [HS] Texte de l'appel du 14 septembre 2020

Posté par  . Licence CC By‑SA.
12
15
sept.
2020

Hier, j'ai rallumé ma vieille radio qui captait les grandes ondes et soudain :

« Les chefs qui, depuis de nombreuses années, sont à la tête de la French Tech, se sont réunis en conclave. Ce conclave, alléguant la défaite de nos champions, s'est mis en rapport avec l'ennemi pour cesser le combat. Certes, nous avons été, nous sommes submergés par la force commerciale, la technique et capacité d'influence de l'ennemi.

Infiniment plus que leur nombre, ce sont les commerciaux, les architectes, les influenceurs des Romuliens qui nous font reculer. Ce sont les commerciaux, les architectes, les influenceurs des Romuliens qui ont surpris nos chefs au point de les amener là où ils en sont aujourd'hui.
Mais le dernier mot est-il dit ? L'espérance doit-elle disparaître ? La défaite est-elle définitive ?

Non !

Croyez-moi, moi qui vous parle en connaissance de cause et vous dis que rien n’est perdu pour la France. Les mêmes moyens qui nous ont vaincus peuvent faire venir un jour la victoire.

Car la France n'est pas seule ! Elle n'est pas seule ! Elle n'est pas seule ! Elle a une vaste francophonie derrière elle. Elle peut faire bloc avec l'Empire chinois qui tient son intranet et continue la lutte.
Elle peut, comme la Russie, utiliser sans limites de nombreux développeurs qui tapent en cyrilliques.

Cette guerre n'est pas limitée au territoire de notre malheureux pays. Cette guerre n'est pas tranchée par la bataille de France. Cette guerre est une guerre mondiale. Toutes les fautes, tous les retards, toutes les souffrances n'empêchent pas qu'il y a, dans l'univers, tous les moyens pour écraser un jour nos ennemis. Foudroyés aujourd'hui par la force nuagique, nous pourrons vaincre dans l'avenir par une force nuagique supérieure. Le destin du monde est là.

Moi, général de guerre lasse, actuellement en zone blanche, j'invite les techos et les barbus français qui se trouvent en zone blanche ou qui viendraient à s'y trouver, avec leurs shells ou sans leurs shells, j'invite les ingénieurs et les ouvriers spécialisés des industries de l'internet qui se trouvent au chômage ou qui viendraient à s'y trouver, à se mettre en rapport avec moi.

Quoi qu'il arrive, la Flamme de la résistance française ne doit pas s'éteindre et ne s'éteindra pas.
Demain, comme aujourd'hui, je posterai sur Mastodon. »

Bien sur, ce n'était qu'un mauvais rêve, après avoir posté trop de bêtises tard dans la nuit avec des barbus vendeurs de nuages et des dragons mangeurs de nazillons.
Ce soir, j'ai récupéré le transcript du discours de Manu du 14/09/2020. Il y a eu quelques bons passages mais ça manquait un peu de verve, il devrait s'inspirer des plus grands.

Morceau choisi :

"… la vraie souveraineté se bâtit au niveau européen et si on veut que notre écosystème soit durable, il doit être souverain (NdA : Il dit qu'il voit pas le rapport) et on a plusieurs batailles à mener sur ce sujet. Non, c'est qu'on en a deux (NdA : comme papa) une bataille technologique sur la 5g (NdA : ben oui, faut convaincre les écolos) et sur beaucoup d'autres sujets aussi (NdA : featuring Eduardo).

Dans le soft, on ne doit dépendre d'aucune puissance (NdA : Y'a du boulot) mais européenne (NdA : ?!?). Si on veut être souvent au niveau européen, on a aussi cette bataille sur le cloud. Parce qu'aujourd'hui, on l'a perdue, soyons aussi clairs (NdA : On a perdu du temps surtout et quelques centaines de millions) et on doit la réouvrir (NdA : Pour l'ouvrir, y'a "du monde avec moi", comme dit Captain Simard). Parce que si nous voulons maîtriser durablement notre écosystème, si on veut vraiment être souverain au niveau européen, on doit rouvrir ce sujet. (NdA : Il doit pas être au courant pour Gaia-X, faudra dire à Bruno de lui faire une petite fiche) …"

Je taquine un peu mais sur le fond, on est d'accord. Il va quand même falloir essayer d'y aller en "ordre de bataille" si possible. Pour commencer, en cliquant un peu sur les sites du conseil national de l'industrie, j'ai découvert que "l'internet industriel" , cher à Stéphane Soumier, (coucou Stéphane !) n'existe pas en tant qu'industrie !?!
Pour moi qui viens de passer presque dix ans dans l'aéronautique, c'est très curieux. On ne va pas créer ex nihilo un "Airbus du cloud" (ou un "Airbus de quoi que ce soit" d'ailleurs) mais on devrait avoir l'équivalent du GIFAS. et ensuite une structure chapeau au niveau européen (avec ou sans les Anglais, j'ai mon idée, mais ça va dégénérer dans les commentaires).

Alors soit, ce qui est produit est immatériel, c'est classé dans le code 6311Z mais les datacenters d'Octave Klaba ne sont pas remplis de petits morceaux de nuages. La filière doit s'organiser si elle veut progresser. Dans notre malheur, on a quelques champions qui tiennent la route. Des hébergeurs, des éditeurs, des intégrateurs, si on additionne le tout, on est encore loin de la branche cloud des romuliens, mais ça doit bien chiffrer en dizaine de milliards.

A noter qu'une filière s'est constituée autour des "Infrastructures Numériques" et qu'à ma grande surprise, elle ne contient que des "vendeurs de téléphones" (pas de polémiques) et des "dérouleurs de câbles" (pas de polémiques). AMHA la filière est mal nommée, ça peut prêter à confusion.

Ensuite la "puissance publique" peut essayer d'appliquer ses propres règles quand il s'agit d'héberger des données. Je n'ai toujours pas digéré les dernières manigances autour des données de santé. Je serais curieux de connaitre les montants de la dépense publique vers la filière du numérique avec le détail par origine (France, Europe, US/Monde).

  • # Religion

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 10 (+10/-2).

    Un peu dur à lire (t’aurais pu utiliser la balise > pour les citations ?) mais globalement ma réaction devant les extraits du discours de Manu c’est :

    la vraie souveraineté se bâtit au niveau européen et si on veut que notre écosystème soit durable

    OK, on a à faire à un croyant. Je ne dis pas qu’il n’y ait pas des trucs à faire au niveau Européen, mais peut-être ce monsieur devrait réviser le concept de souveraineté. À moins d’écraser les pays membres pour en faire un seul peuple, un seul empire, un seul… (le point godwin n’est pas loin), il cherche la quadrature du cercle mais en plus il est convaincu qu’elle est juste derrière la porte. La souveraineté est une chose à l’échelle du pays. À l’échelle de l’europe il y a plein d’autres choses à faire. On sera d’autant plus confiant à mettre certaines données chez certains voisins si on a confiance dans leur propre souveraineté. On sera d’autant plus confiant avec nos voisins que nous accords reposeront sur… nos propres souveraineté. Pas de souveraineté par pays ? Pas d’accord et pas de confiance entre pays ! Autant se faire héberger aux US dans ce cas…

    ce commentaire est sous licence cc by 4 et précédentes

    • [^] # Re: Religion

      Posté par  . Évalué à 4 (+2/-0).

      Je comprends ta position, et c'est aussi pour ça que je fais le parallèle avec la filière aéronautique et spatiale. AMHA il faudrait regrouper les acteurs français et les aider à se structurer en "filière industrielle" (pour reprendre un mécanisme qui fonctionne) au lieu de les laisser se diviser et faire le jeu des romuliens.

      Ensuite certains sujets comme le RGPD sont été traités au niveau européen, c'est un bon début.

      • [^] # Re: Religion

        Posté par  . Évalué à 10 (+8/-0).

        AMHA il faudrait regrouper les acteurs français et les aider à se structurer en "filière industrielle" (pour reprendre un mécanisme qui fonctionne)

        À condition de prendre les bons acteurs. Si c'est pour piocher un tiercé du CAC40, balancer des millions en l'air, et finir avec cloudwatt-thefuck ou num-gabegie, non merci.

    • [^] # Re: Religion

      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 2 (+12/-12). Dernière modification le 16/09/20 à 09:05.

      OK, on a à faire à un croyant. Je ne dis pas qu’il n’y ait pas des trucs à faire au niveau Européen, mais peut-être ce monsieur devrait réviser le concept de souveraineté

      OK, on a à faire à un croyant. Je ne dis pas qu’il n’y ait pas des trucs à faire au niveau français, mais peut-être ce monsieur devrait réviser le concept de souveraineté.

      Tiens, ça marche aussi.

      À moins d’écraser les pays membres pour en faire un seul peuple, un seul empire, un seul… (le point godwin n’est pas loin),

      Ou la création de la République Française.

      La souveraineté est une chose à l’échelle du pays.

      Du point de vue d'une personne qui ne regarde que l'existant et ne se pose pas la question de comment la France a été créée (genre en écrasant les indépendantismes, ho zut ta chère France souveraine a fait ce que tu a peur que l'UE fasse alors qu'elle ne fait pas, elle laisse même des pays la quitter au contraire de la France qui refuse un vote d'une région, qui est le "dictateur" ici?), peut-être…
      Pourquoi pays et pas région ou ville ou quartier ou immeuble ou logement ou individu? La France n'est qu'une strate parmi d'autres, la plus forte aujourd'hui mais seulement par choix complètement arbitraire.
      L'UE qui te fait déclencher "on a à faire à un croyant" est bien plus démocratique que la souveraineté artificielle et imposée que tu lui préfères.

      Perso, je lis juste la phrase comme l'idée que la France n'est pas/plus l'échelle adéquate pour une souveraineté réelle, que si on veut avoir la liberté de choisir il faut négocier avec nos voisins pour avoir des règle communes (et donc un visage unique face à la concurrence). après que des croyants pensent que le niveau "France" est le seul et unique et que c'est le remède à tous les maux de l'UE qui serait la grande méchante qui mange la souveraineté de x qu'on a décidé arbitrairement que c'est la strate souveraine, ça existe beaucoup je sais.

      PS : le Royaume-Uni est en train de se crasher sur la notion de souveraineté en ce moment, on lui explique en méthode dure que la souveraineté ce n'est pas décider seul des accords avec d'autres pays, la seule souveraineté dans ce cas est de vivre en autarcie, sinon on négocie et on échange de la souveraineté avec des accords avec d'autres, du coup elle a signé avec le Japon un truc négocié par l'UE (leur souveraineté a dit "ok on prend comme décidé par le truc qu'on vient de quitter") avec des contraintes qu'elle ne veut pas signer avec l'UE pour être "souveraine", ha ha.

      • [^] # Re: Religion

        Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 3 (+11/-11). Dernière modification le 16/09/20 à 13:35.

        T’es tellement aveuglé par les épouvantails que tu agites que tu ne te rends même pas compte de ce que tu dis.

        À moins d’écraser les pays membres pour en faire un seul peuple, un seul empire, un seul… (le point godwin n’est pas loin),

        Ou la création de la République Française.

        Merci, je m’étais retenu de la faire. Si tu penses contredire mon discours avec cette réplique, alors ton discours est invalide car fondé sur une supposition qui se révèle fausse.

        La révolution française était un coup d’état bourgeois motivé par des intérêts privés. On est généralement complètement biberonné d’illusion à la con et de réécriture de vocabulaire. Par exemple sans porter de jugement, le concept de « domiciliation » est littéralement le même que celui du « servage », c’est simplement un nouvel emballage, la domiciliation comme le servage est simplement le concept d’un homme attaché à une terre administrée par une personne. Ce qu’on appelle « abolition » du servage n’a pas aboli le servage, elle en a fait un monopole d’état dont l’administration fut transférée au moment de la révolution française d’une personne physique vers une personne morale qui n’a de compte à rendre à personne et qui sert de paravent à des irresponsables (l’irresponsabilité est le mot employé dans notre constitution actuelle pour qualifier le président).

        La révolution a écrasé les régions, les langues, les cultures. Comme le nazisme et le bolchevisme, la France révolutionnaire était une va-t-en guerre qui levait des centaines de milliers d’hommes pour écraser ses voisins de sa “lumière”. Les peuples qui se sont levés conter ces « levées » ont été massacrés, hommes, femmes, enfants, parfois des villages entiers. La révolution française et ses massacres légaux ont toujours servi de références et de modèle aux dictatures. Lénine surnommait la Volga « la petite Loire », en référence directe aux massacres de Nantes.

        Tout comme les révolutionnaires français attachaient leurs victimes dans des barques qu’ils coulaient dans la Loire, les bolcheviques jetèrent depuis des péniches des milliers d’ouvriers une pierre au cou dans la Volga. L’Internationale a été composée sur l’air de la marseillaise, la mélodie que l’on connait actuellement est plus tardive.

        Les valeurs de la république française sont « Liberté, égalité, fraternité ou la mort », c’est à dire que si un révolutionnaire considères que que tu n’es pas de son sang, que tu n’es pas de son parti, que tu ne te soumets pas à ses idoles tu n’as alors pas de liberté, tu n’es pas son égal, tu n’as pas ta place dans la société, et que tu dois mourir : ton sang impur doit rougir le sillon. C’est à ça que servait la guillotine : à ne laisser en vie que la fraternité de ceux qui se pensent égaux.

        Pourquoi la Terreur révolutionnaire et le concept de terrorisme partagent le même mot ? À ton avis, pourquoi le régime fasciste italien était appelé fasciste ? parce que, comme la république française, il utilisait cet emblème des faisceaux que tu retrouveras sur ton passeport. Ça va, je continue ma lettre d’amour à la république française, xénophobe, terroriste, fasciste et génocidaire ? Ou bien ?

        […] est bien plus démocratique que la souveraineté artificielle et imposée que tu lui préfères

        Tu es tellement aveuglé par tes épouvantails que tu en es ridicule.

        Perso, je lis juste la phrase comme l'idée que la France n'est pas/plus l'échelle adéquate pour une souveraineté réelle

        La souveraineté n’est pas une affaire d’échelle. La souveraineté commence à l’échelle du foyer. C’est justement pour cela que parler de souveraineté européenne en voulant défaire les cellules de souveraineté sur lesquelles l’europe est constituée est… comment dire… un château de carte ?

        le Royaume-Uni est en train de se crasher sur la notion de souveraineté en ce moment

        Je serai moins prompt que toi à faire un tel jugement. Je ne sais pas de quoi sera fait le futur, mais quand je vois l’État Britannique racheter OneWeb avec un partenaire Indien, je vois qu’ils prennent les moyens de reconstituer l’économie et le pouvoir d’un empire. Bien sûr qu’ils peuvent se planter. Le risque de perdre est grand, mais le risque du gain est vertigineux : si ça marche, c’est une part très importante de la planète qui serait dans un état de soumission logistique à l’État Britannique, lui assurant une rente économique et un pouvoir géopolitique inédit, et ce serait un des seuls état capable de rivaliser avec des intérêts privés dans ce genre d’infrastructure. L’État Britannique prend les moyens matériels de conserver sa souveraineté dans le monde Cyberpunk qui vient, celui où les sociétés privées sont plus puissantes que les états, sauf peut-être l’État Britannique…

        ce commentaire est sous licence cc by 4 et précédentes

        • [^] # Re: Religion

          Posté par  (site Web personnel) . Évalué à -7 (+5/-14). Dernière modification le 16/09/20 à 13:58.

          épouvantails

          Quand tu ne peux pas contre-argumenter, utilise le mot classique qui va bien. Plouf (ou plutôt merci de confirmer que tu n'as pas grand chose à répondre à la réponse qu'on t'a faite).

          C’est justement pour cela que parler de souveraineté européenne en voulant défaire les cellules de souveraineté sur lesquelles l’europe est constituée est… comment dire… un château de carte ?

          Ce qui est pratique dans cette phrase est que la base (défaire quelque chose, quand l'UE est construite sur le de la délégation de souveraineté justement) étant pur fantasme on en fait ensuite la conclusion qui arrange.
          Plouf (bis).

          Le château de carte, c'est surtout l'idée "on a à faire à un croyant" dès que ça ne va pas dans son sens (surtout quand c'est pour attaquer l'UE…). Passons, de toutes façons il n'y a pas grand chose à faire contre les attaques aussi nulles contre l'UE, on sait bien que l'UE est la grande méchante, Mélenchon l'a dit donc c'est forcément vrai (mais pas d'argument contre? Pas grave, on en invente! Pas question de vivre ensemble même si on pourrait)…

          • [^] # Re: Religion

            Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 3 (+7/-7). Dernière modification le 16/09/20 à 14:13.

            Mélenchon l'a dit donc c'est forcément vrai

            Si Mélenchon lisait le commentaire auquel tu réponds en associant Mélanchon, il s’étranglerait et dirait :

            Je suis écoeuré par cette propagande. Le dénigrement de la grande Révolution est une sale besogne pour instiller davantage de dégoût de soi et de déclinisme aux Français. Si l'on continue comme ça, il ne restera plus aucune identité commune possible aux Français à part la religion et la couleur de peau. source.

            Parce que c’est bien connu, notre identité est dans la terreur.

            mais pas d'argument contre? Pas grave, on en invente! Pas question de vivre ensemble même si on pourrait

            C’est fou de voir avec quelle générosité tu attribues des comportements, des paroles, des intentions à des inconnus avec l’assurance de quelqu’un qui sonde les cœurs et les reins, alors que tu n’es même pas capable de situer dans son paysage politique un personnage aux positions pourtant très médiatisées et documentées.

            ce commentaire est sous licence cc by 4 et précédentes

      • [^] # Re: Religion

        Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 4 (+6/-5).

        Donc pour résumer :

        OK, on a à faire à un croyant. Je ne dis pas qu’il n’y ait pas des trucs à faire au niveau français, mais peut-être ce monsieur devrait réviser le concept de souveraineté.

        Tiens, ça marche aussi.

        Précisément, ça marche aussi, c’est en fait la base argumentaire de mon discours. Si tu pensais me contredire c’est mal barré.

        La souveraineté s’appuie sur la souveraineté de ses membres. Parce qu’un état souverain avec des citoyens sous tutelle c’est une dictature.

        La subsidiarité et la souveraineté marchent ensemble. Une subsidiarité sans souveraineté est une bureaucratie, une souveraineté sans subsidiarité est une république bananière.

        ce commentaire est sous licence cc by 4 et précédentes

      • [^] # Re: Religion

        Posté par  . Évalué à 3 (+3/-1).

        OK, on a à faire à un croyant. Je ne dis pas qu’il n’y ait pas des trucs à faire au niveau français, mais peut-être ce monsieur devrait réviser le concept de souveraineté.

        Tiens, ça marche aussi.

        Bah non Zenichou, ça ne marche pas : l'UE est une entité régie par des traités internationaux, elle n'a pas de souveraineté propre.

        Après on pourrait changer les statuts, faire disparaître les états-nations et créer les États-Unis d'Europe qui seraient souverains, mais tant qu'on ne fait pas ça parler de «Souveraineté Européenne» c'est aussi vide de sens que de parler de souveraineté internationale en parlant de l'ONU.

        • [^] # Re: Religion

          Posté par  . Évalué à 6 (+4/-0).

          Ça ne me paraît pas très clair en quoi les lois européennes sont des "traités internationaux" et quel en est l'impact sur la souveraineté ? L'UE a ses propre instances démocratiques qui lui permettent de décider de la vie sur l'ensemble de son territoire. Que ces lois doivent être mise en application ne me paraît pas très différents de la mise en application de nos propres lois.

          J'ai la sensation que c'est différents de nos règles nationales, mais en quel mesure ce n'est qu'une sensation et affirmer "ben lol non ça n'a rien à avoir" me semble aller loin.

          D'ailleurs :

          faire disparaître les états-nations

          Tous les pays ne sont pas des états-nations y compris au sein de l'UE (l'Espagne avec les catalans pour donner l'exemple qui est le plus frais).

          • [^] # Re: Religion

            Posté par  . Évalué à 6 (+5/-0).

            Ça ne me paraît pas très clair en quoi les lois européennes sont des "traités internationaux"

            Ce n'est pas que les «lois européennes» (quoique ce concept n'existe pas: il y a des «règlements», des «décisions» et des «directives») sont des traités, c'est juste que l'UE existe par deux traités internationaux: le TUE(traité de Maastricht) et le TFUE(traité de Rome, modifié par la suite).

            Tous les pays ne sont pas des États-nations y compris au sein de l'UE (l'Espagne avec les catalans pour donner l'exemple qui est le plus frais).

            L'Espagne était sans ambiguïté possible un État-nation au moment de son adhésion à l'UE, après il est vrai qu'un sentiment nationaliste monte en catalogne au point de devenir majoritaire ou presque (difficile de le savoir précisément, vu que les référendums sur cette question sont illégaux). Comme pour la question Écossaise ça pose de vrais dilemmes à l'UE, puisque seule l'Espagne en tant qu'État est un pays membre, et que la Catalogne indépendante ne pourrait pas rejoindre l'UE, puisqu'il faut l'unanimité des États membres pour enclencher une nouvelle adhésion (ce qui illustre assez bien le fait que l'UE est groupe politique d'États unis par des traités internationaux, et non une entité souveraine sur un territoire).

            • [^] # Re: Religion

              Posté par  (site Web personnel) . Évalué à -5 (+1/-8).

              L'Espagne était sans ambiguïté possible un État-nation au moment de son adhésion à l'UE

              On va espérer que pas trop d'espagnols lisent… Ni que tu dirais la même chose sur la Belgique, Allemagne…

              Un jour il faudra arrêter d'imaginer la France comme l'unique possibilité de fonctionner (surtout quand on sait que ça a été fait au forceps en emprisonnant ceux pas d'accord).

              après il est vrai qu'un sentiment nationaliste monte en catalogne au point de devenir majoritaire ou presque

              Euh… Il faut que 50% pour ton idée d'état-nation? On n'a pas la même idée dessus (État-nation est un concept théorique donc on en fait un peu ce qu'on veut certes).

              seule l'Espagne en tant qu'État est un pays membre

              Et la tu as écrit autre chose : "État", et non "État-nation". Ca fait toute la différence, car on parle que de l’État et non de nation. Bref, tu fais toi-même des différences quand tu argumentes.

              (ce qui illustre assez bien le fait que l'UE est groupe politique d'États unis par des traités internationaux, et non une entité souveraine sur un territoire).

              non, ou alors la France n'est déjà plus souveraine, vu que la France ne peut pas négocier des traités commerciaux et que c'est l'UE qui est souveraine sur ce sujet (aucun vote des parlements nationaux tant qu'on fait que du commerce, traités de "première génération"), car les États on délégué leur souveraineté sur ce sujet.
              ce qui illustre assez bien le fait que l'UE est groupe politique d'États unis par des traités internationaux, et aussi une entité souveraine sur un territoire ;-) (partage de souveraineté, ce n'est pas binaire au contraire de ce que certains voudraient imaginer pour ne voir que la France pour refuser d'accepter l'idée de souveraineté européenne).

              • [^] # Re: Religion

                Posté par  . Évalué à 8 (+8/-1).

                Un jour il faudra arrêter d'imaginer

                Alors déjà un jour il faudra arrêter d'imaginer ce qu'imaginent les gens. Et puis il faut essayer d'éviter d'expliquer à un Breton que la France est devenue ce qu'elle est en mettant des coups de savates à la province, on est au courant merci. Ceci étant dit, l'idée de nation Française pré-existe à la folie normalisatrice francophone & centrée sur Paris du XIXème siècle. C'est d'ailleurs le même type de sentiment national (non artificiellement forcé par l'État) qui donnera également naissance à l'Empire Allemand et au Royaume d'Italie.

                Ensuite Indépendamment de l'organisation politique du pays (fédéralisme ou centralisme), en Allemagne et en Belgique les gens se sentent dans l'ensemble Belges et Allemands, ce qui est le principe de l'État nation. En Catalogne par contre ça s'est nettement dégradé depuis 15ans. (Même si la dernière fois que j'y suis allé, les gens portaient encore fièrement le maillot de la Roja, ce qui montre que tout n'a pas disparu).

                On n'a pas la même idée dessus

                C'est un peu le concept avec les gros trolls dans ton genre, par principe tu n'as pas la même idée que ton interlocuteur ;).

                Bref, tu fais toi-même des différences quand tu argumentes.

                Évidemment, puisqu'il y a une différence dans les concepts. D'un point de vue juridique c'est l'«État» qui a du sens (genre quand on parle de ratification d'un traité), le concept d'«État nation» n'a de sens que lorsqu'on parle du point de vue de la philosophie politique.

                non, ou alors la France n'est déjà plus souveraine

                Gros scoop. Si tu cherchais à comprendre ce que veulent dire les gens avant de clasher, tu te serais sans doute aperçu que c'est justement cette perte de souveraineté de la France qui est le grief principal des Eurosceptiques vis à vis de l'UE. Et j'ajouterai que c'est la perte non compensée de souveraineté: ce qu'on perd au niveau Français, on ne le regagne pas au niveau de l'UE, puisque celle-ci est conçue comme une sorte d'anti-État avec des positions politiques très fortes (le rôle que l'État peut avoir dans son économie domestique) qui sont de facto immuables (contenus dans les traités). Forcément, pour un libéral conservateur[1], ces règles, comme la libre circulation des capitaux, sont simplement du bon sens qui ne se discutent pas («gnagnagna le goulag gnagnagna»), mais tout le monde n'est pas libéral conservateur…

                [1] et non, contrairement à la langue de Shakespeare qui a un usage différent du mon liberal, en français, ce n'est pas un oxymore. Ça serait même plutôt un pléonasme.

  • # Et pour montrer l'exemple

    Posté par  . Évalué à 10 (+11/-0).

    Il a encore répété un peu tout ça sur Tweeter, parce que la Résistance… attendra.

    Et pendant qu'il faisait son discours poignant sur ce besoin de souveraineté, il oublie que dans son propre gouvernement, tout le monde s'en cogne (cf dernier appel d'offre de l'Educ Nat).

  • # Il récite une mauvaise traduction ?

    Posté par  . Évalué à 6 (+5/-0).

    On le sait fortement lié/dépendant/maqué à l'Europe (institutions, lobbies, etc). Mais là, ça me fait l'effet d'un texte qui viendrait d'un lobby justement :

    Dans le soft, on ne doit dépendre d'aucune puissance (NdA : Y'a du boulot) mais européenne (NdA : ?!?).

    Mauvaise re-traduction de mon cru trop tôt le matin : "In software, we must not depend on any power but European"

    "mais" <--> "but" ?

    Sinon, effectivement, y'a du boulot. Mais ça serait bien de commencer par ne pas filer du contrat sans appel d'offre ou Open Bar tout le tour du ventre à Micro$soft.

    • [^] # Re: Il récite une mauvaise traduction ?

      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 5 (+3/-0).

      Incroyable. Ou bien aurais-je mal compris ? Et dire que la grande qualité que l'on reconnaissait à ce monsieur était son art oratoire. Le voici qui semble se reposer sur des traductions automatiques quasi-romuliennes :-). Même avec un niveau d'Anglais collège on devrait comprendre qu'il fallait formuler :

      « En matière logiciel nous ne devrions dépendre que de puissances européennes. »

      Le pluriel final étant sujet à discussion.

      « IRAFURORBREVISESTANIMUMREGEQUINISIPARETIMPERAT » — Odes — Horace

      • [^] # Re: Il récite une mauvaise traduction ?

        Posté par  . Évalué à 6 (+4/-0).

        En matière logiciel

        Intuitivement j'aurais plutôt écrit « En matière de logiciel » ou dans un autre contexte « En matière logicielle »

      • [^] # Re: Il récite une mauvaise traduction ?

        Posté par  . Évalué à 6 (+5/-0). Dernière modification le 16/09/20 à 09:47.

        Moi j'aurai plutôt traduit par :

        En matière de logiciel, nous ne devons dépendre d'aucune puissance, sinon européenne.

        C'est probablement un peu trop littéral, mais ça a l'avantage de pouvoir se lire : "On voudrait ne dépendre de personne, mais on pourrait concéder une puissance européenne".

  • # La "puissance publique" pourrait essayer d'appliquer ses propres règles

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 10 (+8/-0).

    Beau discours. J'ajouterais dans les exemples de capitulation en rase campagne (en sus des données de santé), les dernières affaires en matière de numérique dans l'éducation nationale qui restent encore largement en travers de la gorge (à moins que ce ne soit le corona). Au niveau national ça donne ça, et en termes locaux pour moi, ceci ; mais je crains qu'il en aille de même en bien d'autres endroits. On déroule le tapis rouge aux Romuliens. Alors même que les lois sont — dans ce secteur stratégique — pour une fois — en la matière — raisonnablement claires et pas stupides :

    « Dans le cadre du service public de l'enseignement et afin de contribuer à ses missions, un service public du numérique éducatif et de l'enseignement à distance est organisé […]
    Dans le cadre de ce service public, la détermination du choix des ressources utilisées tient compte de l'offre de logiciels libres et de documents au format ouvert, si elle existe. »

    « Le service public de l'enseignement supérieur met à disposition de ses usagers des services et des ressources pédagogiques numériques.
    Les logiciels libres sont utilisés en priorité. »

    L'avenir numérique du pays me semble diantrement obéré pour plusieurs décennies par le non respect généralisé de ces dispositions, et la servilité de nos autorités à l'égard d'intérêts clairement hostiles.
    Je veux pour indice de cette hostilité, l'attitude des autorités des USA à l'égard du réseau TikTok. Pourquoi tant d'efforts à le faire passer sous la coupe d'entreprises locales s'il ne s'agit que d'un nième réseau social ? N'est-ce pas parce que les USA sont parfaitement au courant de la puissance démesurée que leur donne leur hégémonie numérique et la collecte généralisée d'information qu'ils ne peuvent admettre qu'un tel réseau, contrôlé par une puissance étrangère à l'instar de ce qu'ils pratiquent eux, s'étende chez eux ? Me fourvoierais-je en déduisant des manœuvres des USA qu'elles sont un indice indubitable de ce qu'eux-même pratiques avec les grands réseaux de leurs compagnies supra-nationales ?
    Et ici en France, on est content de non seulement laisser la population donner une quantité quasi infini d'information, mais de surcroît, les autorités renchérissent sans vergogne et au mépris de leur propre loi ! Bravo.

    « IRAFURORBREVISESTANIMUMREGEQUINISIPARETIMPERAT » — Odes — Horace

  • # Elle est mal barrée la French Souveraineté

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 8 (+6/-0). Dernière modification le 16/09/20 à 16:50.

    Un pouet vaut mieux qu’un long discours.

    La bataille pour faire comprendre, ne serait-ce qu’aux établissements publics que non, on ne doit pas forcément passer par des services étasuniens s’annonce longue et peut-être difficile.

    Moi non plus je ne digère pas l’hébergement de nos données de santé soit dit en passant.

    OS préféré Mageia 7, CMS préféré SPIP, suite bureautique préférée LibreOffice, logiciel de dessin préféré Inkscape.

  • # Du vice-président de la mission d’information : «Bâtir et promouvoir une souveraineté, etc.

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 2 (+0/-0).

    De la lecture :
    https://www.jeanmichelmis.fr/jai-ete-nomme-vice-president-de-la-mission-dinformation-batir-et-promouvoir-une-souverainete-numerique-nationale-et-europeenne/

    Un extrait :

    Les réactions et critiques qui ont été récemment formulées dans l’Hémicycle et dans le débat public sur le choix notamment de Microsoft comme hébergeur des données du Health Data Hub, la plateforme gouvernementale de santé, montre la sensibilité du sujet de la souveraineté numérique et son importance en politique publique mais aussi en tant qu’enjeu de société.

    OS préféré Mageia 7, CMS préféré SPIP, suite bureautique préférée LibreOffice, logiciel de dessin préféré Inkscape.

  • # C'est la remontada qui commence

    Posté par  . Évalué à 6 (+4/-0).

    Un petit point apparaît sur la carte …

Envoyer un commentaire

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n’en sommes pas responsables.