Journal Sortie de ./play.it 2.11.3

Posté par  (site Web personnel) . Licence CC By‑SA.
Étiquettes :
33
1
mar.
2020

Salut à tous !

Après quasiment une année complète sans mise-à-jour (la version 2.11.2 remonte à fin avril 2019), jʼai enfin pris la décision qui sʼimposait : jʼai quitté mon emploi il y a un peu plus dʼun mois pour pouvoir de nouveau consacrer à ./play.it le temps quʼil mérite.

Ces dernières semaines ont donc servi à transformer la collection de correctifs qui sʼétaient accumulés en une version 2.11.3 qui vient tout juste de sortir !

La liste originale des changements se trouve sur notre forge, mais je vous en propose ici-même une traduction en français :

  • Correction de la détection du type des images de CD-ROM (fichier ou répertoire) pour les jeux DOSBox
  • Utilisation de "-eq" au lieu de "=" pour les comparaisons numériques
  • Mise-à-jour du lien vers le gestionnaire de bugs
  • Amélioration des méthodes d’extraction du contenu des archives 7z
  • Amélioration des messages d’erreurs affichés lorsqu’une dépendance d’un script est manquante
  • Un terminal est lancé automatiquement lors des appels à winetricks, ce qui permet d’éviter que ses opérations soient cachées des utilisateurs ne lançant pas leurs jeux depuis un terminal
  • Utilisation de convmv si celui-ci est disponible pour la conversion des noms de fichiers en minuscules, ce qui améliore les performances comparé à notre méthode spéficiquement développée pour ./play.it
  • Correction de la prise en compte des arguments envoyés à "check_option_validity", fonction dont la déclaration a été déplacée eb dehors de "play.it-2/src/99_init.sh"
  • Arch Linux : la construction via ./play.it est maintenant signalée dans les méta-données des paquets générés
  • Arch Linux : Correction du champ "builddate" dans les méta-données des paquets générés
  • Arch Linux : Amélioration de la prise en compte de la version de tar fournie par libarchive ("bsdtar") lors de la construction de paquets
  • Debian : Amélioration de la prise en charge de la dépendance à WINE des jeux concernés, grâce à un coup de main de Jens Reyer sur la liste de diffusion "debian-wine"
  • Gentoo : Correction de la méthode de compression par défaut pour les paquets générés
  • Gentoo : Retrait du USE flag "abi_x86_32" de la dépendances à "app-emulation/winetricks"

Je ne vais pas vous lister tous les jeux ajoutés depuis la dernière fois que jʼai posté une annonce de ce type, et encore moins lister ceux dont la gestion a été mise à jour… Ça prendrait bien trop de temps ;)

En tous cas ./play.it est toujours bien actif, et le travail est en cours sur la future version 2.12 qui devrait apporter pas mal de nouvelles fonctionnalités.

  • # Business model ?

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 6.

    "_ jʼai quitté mon emploi il y a un peu plus dʼun mois pour pouvoir de nouveau consacrer à ./play.it le temps quʼil mérite._"
    Mais, je me doute que tu ne gagnes rien avec Play.it

    • [^] # Re: Business model ?

      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 10.

      Il n’y a pas de business model ici, vu qu’il n’y a tout simplement pas de business ;) ./play.it étant depuis le début un projet-passion, il est hors de question que je le transforme en quelque chose d’alimentaire.

      J’ai mis un peu d’argent de côté sur ces dernières années (en allant m’employer au service de la start-up nation), me suis assuré que je vais avoir droit à des allocations chômage pendant un moment, et ai fait quelques calculs pour estimer la durée pendant laquelle je peux continuer à payer mon loyer en cas de coup dur…
      La conclusion de tout ça étant qu’en vivant sans dépense exceptionnelle je devrais pouvoir consacrer un an ou deux à ./play.it avant de devoir retrouver un emploi.

      Évidemment je pourrais tenir plus longtemps si ./play.it pouvait me financer via des dons, même si seulement partiellement, mais ce n’est clairement pas le cas actuellement.

      • [^] # Re: Business model ?

        Posté par  (site Web personnel) . Évalué à -9.

        « me suis assuré que je vais avoir droit à des allocations chômage pendant un moment […] avant de devoir retrouver un emploi.»
        En gros, tu fais financer cela par l'état, et donc par nous indirectement.
        Tu as beau dire qu'il n'y a pas de business model, mais n'empêche que tu profites d'un système pour financer son développement …

        • [^] # Re: Business model ?

          Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 10. Dernière modification le 01/03/20 à 11:52.

          Oui, je vais "profiter" des allocations financées par les cotisations (et donc le travail) d’autres personnes, je ne m’en cache pas.

          De la même manière, j’espère, que mes années de salariat et de cotisations ont permis de financer du temps de travail libre à des personnes qui en avaient besoin à ce moment-là.

          • [^] # Re: Business model ?

            Posté par  . Évalué à -7. Dernière modification le 01/03/20 à 11:58.

            Pfff, on va me traiter de rabat-joie mais je croyais que les allocs chômage c'était pour les gens qui n'avaient pas de travail involontairement. En bref tu profites du système. Je trouve pas ça très sympa pour tous ceux qui galèrent pour de vrai pour vivre. Bref encore un profiteur.

            Je serais toi j'effacerai bien vite ce fil où tu avoues ton entourloupe avant que quelqu'un n'en fasse une copie et te dénonce.

            arnaud

            • [^] # Re: Business model ?

              Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 10.

              J’ai un travail. Qui se trouve ne pas me rapporter d’argent (et même m’en coûter), c’est pour ça que Pôle Emploi m’a ouvert des droits au chômage.

              Ce que je n’ai pas c’est un emploi, mais ça ne m’a jamais empêché de travailler plusieurs dizaines d’heures par semaine.

              • [^] # Re: Business model ?

                Posté par  . Évalué à 3.

                Il me semble que la base de tout cet argumentaire tient sur ceci : «Les gens qui peuvent ne rien faire ne font rien et profitent des autres.»

                En fait, c'est juste faux, et c'est tout l'argument derrière le «salaire universel». Non le système économique ne se casserait pas la gueule si les gens n'ont pas de patrons/salaires.

                C'est un peu contre-intuitif parce qu'effectivement, si on donnait un salaire minimum aujourd'hui à tout le monde, probablement que beaucoup beaucoup de gens quitteraient leur travail et ne feraient rien pendant un mois ou deux, parce que la majorité des gens souffrent au travail.

                Alors profitez de votre chômage, et n'écoutez pas les gens qui n'ont pas réfléchi à ce qu'apportent les gens sans travail (en premier lieu : les jeunes et les vieux ?).

            • [^] # Re: Business model ?

              Posté par  . Évalué à 10.

              Je suis sûr qu'il peut monter un dossier de création de start up pour monter un business autour de son projet. Ça n'est pas viable, mais pôle emploi sera content et il y a même des chances qu'il puisse récupérer plus d'argent encore.

              Ne t'inquiète pas de trop, si vraiment il s'appuie sur le chômage il va devoir faire ses entretiens pour trouver du travail et devra être refusé ou devoir trouver de tes bonnes excuses pour refuser.

              J'ai moi aussi beaucoup moins de problème avec les quelques milliers d'euros qu'il va toucher (il va devoir se serrer la ceinture) qu'avec la plupart des défiscalisations par exemple.

              • [^] # Re: Business model ?

                Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 10.

                Je suis sûr qu'il peut monter un dossier de création de start up pour monter un business autour de son projet. Ça n'est pas viable, mais pôle emploi sera content et il y a même des chances qu'il puisse récupérer plus d'argent encore.

                Le plus amusant c’est que si j’avais fait ça j’aurais touché le chômage, et des aides, et des réductions d’impôts… mais personne n’aurait rien trouvé à y redire ;)

                Mais je préfère me reposer sur un système de solidarité (auquel j’ai précédemment cotisé, et auquel je retournerai cotiser) plutôt que de transformer ./play.it en un vulgaire produit marchand. Tant qu’il n’y a pas d’objectif de rentabilité, on peut continuer avec le reste de notre équipe à se concentrer sur le développement d’un logiciel de qualité distribué librement et gratuitement.

                • [^] # Re: Business model ?

                  Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 3.

                  Saut que là, ce ne serait pas pareil car tu te construirais une stabilité au delas des 2 ans. Ce serait même mieux puisque tu n'aurai pas besoin de retourner vers un boulot qui ne te va pas.

                  Moi, je 100% pour les aides vers des petites entreprises ou des micro entreprises, il faut juste que les choses soient faites correctement.

            • [^] # Re: Business model ?

              Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 10.

              En bref tu profites du système. Je trouve pas ça très sympa pour tous ceux qui galèrent pour de vrai pour vivre. Bref encore un profiteur.

              Je trouve triste de juger les gens comme ça. Si il y en a qui galèrent pour de vrai pour vivre, ce n'est pas sa faute. On ne connaît pas sa vie, pourquoi il a quitté son précédent emploi, c'est peut être plus complexe que ce qui est présenté dans son journal car ce n'est pas le sujet. Perso je vois ça comme un congé sabbatique, qui est un droit que tout le monde ne peut pas se permettre (va essayer quand tu as un salaire de misère).

              Un LUG en Lorraine : https://enunclic-cappel.fr

          • [^] # Re: Business model ?

            Posté par  . Évalué à 10. Dernière modification le 01/03/20 à 11:59.

            Étant un défenseur du salaire à vie justement pour permettre à certains d’œuvrer dans des actions "gratuites", je ne peux que t'appuyer dans ta démarche.

            Délivre nous du travail de qualité et t'auras volé personne.

            En théorie, la théorie et la pratique c'est pareil. En pratique c'est pas vrai.

            • [^] # Re: Business model ?

              Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 10.

              Merci du soutien ;)

              C’est justement avec cette approche de salaire à vie que j’ai pu envisager les mois de travail libre sur lesquels je me lance. Le salaire à vie n’existant pas encore en France il a fallu que je me bricole quelque chose entre épargne, allocations et ascétisme, mais quoi qu’il arrive cette période ne pourra être qu’enrichissante.

            • [^] # Re: Business model ?

              Posté par  (site Web personnel) . Évalué à -5.

              Pour moi, ce n'est pas une question de salaire à vie.
              Personnellement, j'aurai même tendance à y croire aussi sur le long terme.

              Mais ce n'est pas encore le cas pour le moment, et justifier ce comportement par cet argument ne le sert pas du tout.

        • [^] # Re: Business model ?

          Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 10. Dernière modification le 01/03/20 à 12:49.

          Je me permets de réagir à la réaction de Blount
          "En gros, tu fais financer cela par l'état, et donc par nous indirectement"
          Il a travaillé donc il a droit à du chômage ce sont les lois de notre pays qui permettent cela. Il pourrait très bien utiliser cela pour buller à la plage et à la place, il bosse pour du Logiciel Libre. Tant mieux pour nous et shame à ceux qui utilisent les LL sans contre partie. Et les administrations ou les entreprises le font de plus en plus : c'est eux qu'il faut blâmer et non pas V222

          • [^] # Re: Business model ?

            Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 0.

            Bah justement non, le chômage n'est pas fait pour prendre des vacances, c'est fait pour permettre à ceux qui perdent leur emploi d'avoir un minimum d'indemnité afin de leur laisser le temps de trouver un nouvel emploi.
            Si tu démissionnes volontairement de ton emploi, sans passer par une rupture conventionnelle, les « lois de notre pays » ne te permettre pas d'obtenir d'allocations chômage. Donc ce n'est pas parce que tu as travaillé que tu as le droit à une allocation chômage.

            Si tu veux des vacances, il y a les congés pour cela.

            • [^] # Re: Business model ?

              Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 9.

              le chômage n'est pas fait pour prendre des vacances

              C’est une bonne chose alors que ce journal présente le travail que je produis, et qui n’est rendu possible que par cette période de chômage qui a commencé il y a quelques semaines ;)

              • [^] # Re: Business model ?

                Posté par  . Évalué à 5. Dernière modification le 01/03/20 à 13:37.

                Je ne crois pas que quiconque remette en cause ton travail. Ce qui est contesté à mon sens, c'est le fait que tu décide unilatéralement d'en imposer la charge à autrui, par le biais de la solidarité.

                Je le précise encore une fois, car j'ai conscience d'intervenir beaucoup sur ce fil, mais le sujet m'interpelle : je ne voudrais pas que tu le prenne comme quelque chose de dédaigneux, je ne porte pas de jugement sur ta personne. Et ce que tu souhaites est somme toute très humain : pouvoir te consacrer à un projet qui fait sens pour toi. Mais ce n'est pas tenable d'un point de vue logique, et il semble difficile de le justifier envers ceux qui créent la valeur qui t'est reversée.

                • [^] # Re: Business model ?

                  Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 5.

                  Et combien de valeur est-ce qu’il crée avec ./play.it ?

                  • [^] # Re: Business model ?

                    Posté par  . Évalué à 8. Dernière modification le 02/03/20 à 18:40.

                    Je pense qu'elle est réelle, mais très sincèrement, je pense aussi qu'on s'en fiche – du point de vue du chômage, j'entends.

                    Un boulanger qui produit un pain travaille pour cela. N'empêche que s'il ne le vend pas, il touchera zéro. Il n'y a pas dans notre société de droit à être payé sous prétexte que l'on fait quelque chose. On est payé parce que quelqu'un veut bien nous l'acheter, que ce soit notre force de travail ou bien son produit. C'est un échange consenti.

                    Ici, on parle de forcer la collectivité à financer sa production, sans lui en laisser le choix. C'est très différent. Très discutable. Et ça va à l'encontre de ce pour quoi est faite l'assurance chômage : laisser aux gens ayant perdu leur emploi le temps de retrouver une situation d'autonomie financière.

                    Après, perso, je serais plus que favorable à ce que l'on puisse financer ce genre de projets en étant détachés de l'impératif de rentabilité, la valeur d'une chose n'étant à mon sens pas réductible à sa valeur-argent. Mais utiliser l'assurance chômage pour cela ne peut d'un point de vue systémique pas fonctionner.

                    • [^] # Re: Business model ?

                      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 0.

                      Et ça va à l'encontre de ce pour quoi est faite l'assurance chômage : laisser aux gens ayant perdu leur emploi le temps de retrouver une situation d'autonomie financière.

                      Et bien dis toi que vv222 prend le temps de retrouver une situation d’autonomie financière et passe à autre chose.

                      Après, perso, je serais plus que favorable à ce que l'on puisse financer ce genre de projets en étant détachés de l'impératif de rentabilité, la valeur d'une chose n'étant à mon sens pas réductible à sa valeur-argent.

                      C’est bien ce qu’il me semblait, s’il avait monté une entreprise (même bidon, sans modèle d’affaire qui tienne la route) tu ne tiendrais pas le même discours.

                      En attendant, ça n’existe pas, les gens font ce qu’ils peuvent avec ce qu’ils ont.

                      • [^] # Re: Business model ?

                        Posté par  . Évalué à 3. Dernière modification le 02/03/20 à 23:53.

                        et passe à autre chose.

                        Cet espace de discussion est précisément là pour… discuter. Contrairement à toi (semblerait-il), je n'ai pas de souci à avoir une conversation avec des gens avec qui je suis en désaccord. Je trouve même ça enrichissant.

                        C’est bien ce qu’il me semblait, s’il avait monté une entreprise (même bidon, sans modèle d’affaire qui tienne la route) tu ne tiendrais pas le même discours.

                        Il te semble bien des choses fausses. Et je ne vois pas ce qui dans mes messages peut te laisser croire cela. Tu me diras, j'ai moi-même l'impression que ton discours se fonde plus sur une base moraliste que rationnelle.

                        En attendant, ça n’existe pas, les gens font ce qu’ils peuvent avec ce qu’ils ont.

                        C'est la raison pour laquelle j'ai précisé par deux fois que je ne porte pas de jugement sur sa personne, seulement sur une démarche qui ne me semble par nature pas viable dans le cadre actuel de notre société. Mais j'ai cette réflexion parce que je suis détaché de la situation. Très sincèrement, j'aurais été à sa place, je ne sais pas quels auraient été mes sentiments, ni mes actes. Et je le dis d'autant plus volontiers que j'ai déjà été confronté à des situations difficiles.

                    • [^] # Re: Business model ?

                      Posté par  . Évalué à 2.

                      Il n'y a pas dans notre société de droit à être payé sous prétexte que l'on fait quelque chose.

                      C'est faux d'après la vidéo que j'ai pointé dans un autre commentaire. Mais tu peux te faire ton propre avis en recherchant « salaire continué » sur le moteur de recherche qui t'arrange.

                      Tu présente une philosophie économique comme un fait mathématique, ce que ça n'est pas.

                      Ici, on parle de forcer la collectivité à financer sa production, sans lui en laisser le choix.

                      Avoir un schéma aussi biaisé… Quand on défiscalise les heures sup', on le fait même pour ceux dont le travaille consiste à dévaster des forêts par exemple. Quand on aide les organismes financiers, on ne le fait pas en fonction de si on trouve leur contribution positive ou non. Quand on fait des courbettes à de grandes entreprises qui menacent de délocaliser, rien ne se passe quand quelques temps plus tard elles défiscalisent. Donc pourquoi intégrer cette notion de choix collectif ici, alors qu'il n'existe nul part ailleurs ? Sais-tu que des études montrent en plus qu'essayer de contrôler l'argent des aides sociales est globalement contre-productif ? (n'en déplaise aux images d’Épinal)

                      • [^] # Re: Business model ?

                        Posté par  . Évalué à 8. Dernière modification le 03/03/20 à 03:11.

                        C'est faux d'après la vidéo que j'ai pointé dans un autre commentaire. Mais tu peux te faire ton propre avis en recherchant « salaire continué » sur le moteur de recherche qui t'arrange.

                        Oui, salaire différé / continué, j'ai bien compris. Sauf que d'une part, nous parlons du chômage, pas des retraites, et que d'autre part je parlais de droit au sens légal du terme.

                        Quelqu'un qui passerait quinze heures par jour à construire des maquettes en coton-tiges produirait un réel travail. Il ne serait pour autant pas légalement en droit de réclamer une rétribution à la société pour celui-ci.

                        Ce qui change ici, et ce qui fait sans doute réagir avec moins de distance, c'est que l'activité produite nous touche, et nous plaît. Sauf que ce n'est pas à nous de décider pour le reste des gens (ceux qui financent le système de dédommagement) – j'y reviens plus bas.

                        Tu présente une philosophie économique comme un fait mathématique, ce que ça n'est pas.

                        Tu présentes les propos de ton interlocuteur comme idéologiques, sans savoir un seul instant ce que ce dernier défend (indice : ce n'est en tout cas certainement pas l'existant). Et tu essayes de travestir une – ne t'en déplaise – réalité mathématique en question de point de vue. Sauf que non.

                        En l'état, si tout le monde agissait comme l'auteur du journal, le système d'assurance chômage ne pourrait pas l'encaisser. Il s'effondrerait. Point barre.

                        Maintenant, on peut souhaiter des alternatives. C'est mon cas. Mais je n'assujetti pas pour autant les faits à mes considérations morales, même quand cela ne va pas dans mon sens.

                        Avoir un schéma aussi biaisé… Quand on défiscalise les heures sup', on le fait même pour ceux dont le travaille consiste à dévaster des forêts par exemple. Quand on aide les organismes financiers, on ne le fait pas en fonction de si on trouve leur contribution positive ou non. Quand on fait des courbettes à de grandes entreprises qui menacent de délocaliser, rien ne se passe quand quelques temps plus tard elles défiscalisent.

                        Oui, c'est dégueulasse. Et alors ? Cf. Sophisme de la double faute.

                        Donc pourquoi intégrer cette notion de choix collectif ici, alors qu'il n'existe nul part ailleurs ?

                        Mais justement parce que je souhaiterais que le choix collectif soit partout. Question de cohérence.

                        Sais-tu que des études montrent en plus qu'essayer de contrôler l'argent des aides sociales est globalement contre-productif ? (n'en déplaise aux images d’Épinal)

                        Marrant ça, le critère d'efficience, on est plus proche du revenu différé que continué, non ?
                        Je te taquine ;)

                        • [^] # Re: Business model ?

                          Posté par  . Évalué à 7.

                          En l'état, si tout le monde agissait comme l'auteur du journal, le système d'assurance chômage ne pourrait pas l'encaisser. Il s'effondrerait. Point barre.

                          Tout le monde ne souhaite pas le faire. Perso, je suis loin d'être pret à renoncer à 43 % de mon salaire pour développer des logiciels libres.

                        • [^] # Re: Business model ?

                          Posté par  . Évalué à 1.

                          Sauf que d'une part, nous parlons du chômage, pas des retraites, et que d'autre part je parlais de droit au sens légal du terme.

                          Non ta phrase était bien plus générale et péremptoire que ça. Il existe des mécanisme de salaires non contractuel. C'est choquant peut être, mais ça existe.

                          Quelqu'un qui passerait quinze heures par jour à construire des maquettes en coton-tiges produirait un réel travail. Il ne serait pour autant pas légalement en droit de réclamer une rétribution à la société pour celui-ci.

                          C'est précisément ce dont parle la vidéo. C'est un salaire non contractualisé. Que tu fasse ou non quelque chose (qui serait ou non un travail), le salaire continué est donné. Est-ce que le chômage est un salaire continué ou différé ? Est-ce que ça a changé avec le temps ? Je ne le sait pas, mais tu n'a pas indiqué en savoir plus que moi. Et justement :

                          Tu présentes les propos de ton interlocuteur comme idéologiques, sans savoir un seul instant ce que ce dernier défend (indice : ce n'est en tout cas certainement pas l'existant).

                          Affirmer que le chômage est (ou devrait) un salaire différé ou au contraire qu'il est un salaire continué est purement idéologique. De plus, il s'agit ici uniquement de morale. Ce qu'il fait est totalement légale. Tu trouve que c'est un travestissement du système, mais ça n'en est pas moins légal. Donc oui tu cherche à nous faire passer ton idée (tout à fait répandue) de ce que doit être le chômage.

                          Et tu essayes de travestir une – ne t'en déplaise – réalité mathématique en question de point de vue.

                          Il n'y a rien de mathématiques dans tout ce qui a était dis dans les commentaires de ce journal. Utiliser le lexique de l'économie (« salaire », « paiement », etc) ne rend pas subitement le propos mathématiques. Prends appuis sur des mathématiques ne rend pas non plus le propos mathématiques (ni objectif).

                          En l'état, si tout le monde agissait comme l'auteur du journal, le système d'assurance chômage ne pourrait pas l'encaisser. Il s'effondrerait. Point barre.

                          1. Tu n'a aucune autre argument qu'un espoir de "bon sens" ?
                          2. Même si on prend l'hypothèse du salaire différé. Sur une carrière de 43 ans, les 18 mois qu'ils peut espérer représentent moins de 3.5% de la valeur qu'il produira durant sa carrière (je prends l'hypothèse d'une valeur stable sur toute la carrière). Si on le passe à l'échelle ? Ça fait toujours 3.5%. On peut envisager multiplier temporellement les chômages, mais ça commence à sortir du cadre de ce dont on parle.

                          Avoir un schéma aussi biaisé… Quand on défiscalise les heures sup', on le fait même pour ceux dont le travaille consiste à dévaster des forêts par exemple. Quand on aide les organismes financiers, on ne le fait pas en fonction de si on trouve leur contribution positive ou non. Quand on fait des courbettes à de grandes entreprises qui menacent de délocaliser, rien ne se passe quand quelques temps plus tard elles défiscalisent.

                          Oui, c'est dégueulasse. Et alors ? Cf. Sophisme de la double faute.

                          Comme tu t'en ressert ailleurs, je vais te répondre. La question n'est en aucun cas de dire que c'est un problème, mais moins grave qu'autre chose. Mais qu'il est dérisoire d'essayer de faire des économies sur quelques milliers d'euros là quand le reste du système en perds par centaines de milliers ailleurs. Donner un nom de sophisme comme seul argument est lui même un sophisme :)

                          Mais justement parce que je souhaiterais que le choix collectif soit partout. Question de cohérence.

                          Donc, c'est un souhait de ta part et pas un délit du sien. Tu lui reproche que l'État de te permet pas de choisir si il faut lui donner ou non des allocations. Il n'y est pour rien.

                    • [^] # Re: Business model ?

                      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à -2.

                      vv222 bosse sur un projet avant que le business model existe ou n'ait été trouvé. Maintenant que l'outil existe, il resterait à trouver le business model.

                      • [^] # Re: Business model ?

                        Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 10.

                        Mais arrêtez avec votre « business model », vv222 a clairement dit qu’il ne voulait pas en faire un « business ».

                        Faut être à quel niveau d’aliénation capitaliste pour penser que tout ce qu’on fait doit être monnayé d’une manière ou d’une autre ?

                        • [^] # Re: Business model ?

                          Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 10. Dernière modification le 03/03/20 à 15:47.

                          Et que la valeur n'est liée qu'à la capacité d'amasser de l'argent ! Alors… qu'une personne qui pousse un proche dans son fauteuil roulant fait la même chose qu'un auxiliaire de vie qui pousse un de ses clients. Dans le premier cas, aucune valeur car ce n'est pas rémunéré, dans le second cas, rémunération donc cela vaut quelque chose.

                          Et ce n'est qu'un exemple du niveau d'aliénation.

                          OS préféré Mageia 7, CMS préféré SPIP, suite bureautique préférée LibreOffice, logiciel de dessin préféré Inkscape.

                        • [^] # Re: Business model ?

                          Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 1. Dernière modification le 03/03/20 à 16:01.

                          Tout travail mérite salaire non ? Et le bénévolat valorisé s'appelle le "bénévalot". Mais il y a pire que le bénévolat : le bénévolat où en plus, c'est toi qui dois payer des trucs pour que le système fonctionne.

                  • [^] # Re: Business model ?

                    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 1.

                    "Et combien de valeur est-ce qu’il crée avec ./play.it ?"
                    Je ne sais plus qui a dit qu'on créé tous de la valeur. ./play.it a une valeur dans le domaine du jeu sous Linux et Dieu sait qu'il y a de l'argent dans le domaine du jeu. Il y a certainement un ou des moyens de valoriser tout cela, même si ce n'est pas directement : par exemple une distrib spécialisée jeu payante qui reverserait à ./play.it (et à d'autres). Soyons fou. Il n'y a pas des écoles de commerces qui cherchent de nouveaux business models pour les projets étudiants ?

            • [^] # Re: Business model ?

              Posté par  . Évalué à 10.

              Ou sinon vv222 a préféré quitter un emploi foireux à l'aide d'une rupture conventionnelle avant une dépression, un burn-out ou que sais-je ? Peut-être a-t-il été encouragé par son patron a accepter une rupture conventionnelle plutôt que d'attendre tranquillement une procédure de liquidation. Qu'en sais-tu ? Dans ces cas, la société est-elle perdante ? Et celui qui profite le plus du système, ce ne serait pas le patron ?

              Qu'il soit dans l'un des cas précédents ou non, peut-être qu'il a besoin d'un peu de temps pour se reconstruire à la suite de la perte de son emploi (je te rappelle que l'assurance chômage estime que c'est bien une perte d'emploi et qu'il a le droit à ses indemnités, ce n'est pas à toi de décider). Que ce temps passe par quelques mois à faire avancer son projet hobby, pourquoi pas. D'autant plus qu'il reste dans son champ d'activité professionnel, ce qui lui sera certainement profitable le moment ou il sera prêt à chercher un emploi salarié.

            • [^] # Re: Business model ?

              Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 5.

              Bah justement non, le chômage n'est pas fait pour prendre des vacances

              Les gens font bien ce qu’ils veulent de leur temps libre.

        • [^] # Re: Business model ?

          Posté par  . Évalué à 9. Dernière modification le 02/03/20 à 09:35.

          En gros, tu fais financer cela par l'état, et donc par nous indirectement.

          C'est assez classique en fait, tu fais une rupture conventionnelle et tu utilises le chômage pour monter ta boite. Mon ancien patron lorsqu'il a commencé a monter son entreprise, a commencé dans ses tests dans sa cave et touchait le chômage le temps d'arriver à un équilibre.
          Coup de bol pour lui sa boite a marché et je pense que l'état s'est bien rattrapé.

          Pour le moment l'auteur ne cherche pas de business model mais qui sait, il arrivera peut être à faire de play.it un truc suffisamment bien foutu pour que les gens arrivent à faire des dons.

          • [^] # Re: Business model ?

            Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 6.

            Pour le moment l'auteur ne cherche pas de business model mais qui sait, il arrivera peut être à faire de play.it un truc suffisamment bien foutu pour que les gens arrivent à faire des dons.

            Ou peut-être qu’il en a juste pas envie. Je connais plusieurs développeurs de Logiciel Libre qui ne veulent pas entendre parler d’argent pour leur projet.

            • [^] # Re: Business model ?

              Posté par  . Évalué à 1.

              Peut être mais l'auteur n'a que "deux ans" (voire moins si il trouve un poste avant).
              J'entend parfaitement ceux qui ne veulent pas parler d'argent mais si il veut faire ça à plein temps faut bien payer les factures : ma banque/bailleur ne va pas dire "ah tu fais du logiciel libre c'est cool ca je fais sauter ta facture"

              Quand il aura son poste il aura la même problématique qu'avant (comme il l'indique dans son journal, il n'a pas pu faire de release depuis presque 1 an.)

              Je comprend parfaitement que ça puisse rebuter (puisque tu ne fais pas forcément tout ce que tu veux). Zenitram, LeBouquetin (c'est les deux noms qui me viennent à l'esprit sur linuxfr déso à ceux que j'oublie) nous prouvent qu'il est possible de faire du dev libre.

              Après faut voir ce qu'il est possible de faire : faire payer l'éditeur du jeu dernier cri ? partenariat avec steam ? faire payer les utilisateurs (via don) ?

              • [^] # Re: Business model ?

                Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 6.

                Partenariats

                Le partenariat avec Steam n’est pas une option, notre équipe s’opposant aux DRM sous toutes leurs formes ;)
                Et pour ce qui est des éditeurs des jeux "dernier cri", ils sont souvent eux aussi adeptes des DRM.

                Les petits éditeurs et développeurs indépendants par contre semblent généralement apprécier notre travail, il y a sûrement quelque chose à creuser de ce côté.

                Dons

                Un système de dons avait été mis en place pendant un moment sur Liberapay, mais j’y ai mis fin quand ce dernier est devenu une solution passant par Paypal et Stripe. Bon, de toutes façons ça ne rapportait pas grand chose, de mémoire pas plus de quelques tasses de café par mois.

                Je pense que je relancerai un système de dons d’ici quelques temps, quand on se sera fait connaître un peu plus des communautés anglophones de joueurs. Pour l’instant nos contributeurs et utilisateurs sont essentiellement francophones (ainsi que de Pologne et de Russie dans une proportion moindre), à cause de notre communication qui se fait surtout en français.

                À savoir que je me refuse à toute forme de traçage de nos utilisateurs, donc je ne connais d’eux que ceux qui se signalent ouvertement et quelques nombres anonymisés comme ceux remontés par Popularity contest chez Debian.

                • [^] # Re: Business model ?

                  Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 5.

                  Le partenariat avec Steam n’est pas une option, notre équipe s’opposant aux DRM sous toutes leurs formes ;)

                  Et avec GOG?

                  Incubez l'excellence sur https://linuxfr.org/board/

                  • [^] # Re: Business model ?

                    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 6.

                    GOG ne donne déjà pas un centime à l’équipe de DOSBox, qui est pourtant un logiciel qui a été essentiel à leur lancement. Pour ScummVM je ne me suis pas encore renseigné, mais je soupçonne que ce ne soit pas différent…

                    Je ne me sens pas prêt à mettre de l’énergie pour entamer des négociations avec eux vu qu’ils ne semblent pas du tout dans une approche de participation financière aux logiciels libres qui font leur succès.

                    Et même s’il y avait un espoir que ces négociations aboutissent, je ne suis pas sûr que j’y tiendrais vraiment. Ça fait un moment que je commence à me rendre compte des différences assez importantes entre leur discours anti-DRM, qui leur a permis de se constituer une première clientèle fidèle, et toutes les entorses à ce principe qu’ils pratiquent maintenant qu’ils ont pignon sur rue pour s’attirer une seconde clientèle, plus nombreuse, de joueurs ne se souciant aucunement de cette question de DRM.

                    • [^] # Re: Business model ?

                      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 5. Dernière modification le 04/03/20 à 13:38.

                      Quelles entorses? J'achète toujours mes jeux (privateurs snif) chez eux et il n'y a pas de DRM.

                      Incubez l'excellence sur https://linuxfr.org/board/

                      • [^] # Re: Business model ?

                        Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 6.

                        Ils n’ont aucun souci à permettre l’application de systèmes de DRM sur les fonctionnalités multijoueur des jeux, généralement en avançant l’argument fallacieux « c’est ça ou pas de multijoueur du tout ».
                        Si comme moi tu t’intéresses peu au multijoueur tu peux ne pas remarquer la présence de ces systèmes, mais ça ne change rien aux problème que leur existence-même soulève, cf. technique de manipulation du pied dans la porte.

                        Et ils ont récemment poussé le vice jusqu’à publier eux-même le seul jeu proposé sur cette boutique qui ne peut pas être installé sans passer par un logiciel tiers imposé (leur client Galaxy), GWENT: The Witcher Card Game.

                        • [^] # Re: Business model ?

                          Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 5.

                          Je ne joue qu'à des jeux solos. Sur le multi c'est malheureusement très souvent un DRM "collatéral" (ne pas proposer de serveur autohébergeable ou même juste en fairetrès difficile à installer donne une forme de contrôle à l'éditeur).

                          Incubez l'excellence sur https://linuxfr.org/board/

                          • [^] # Re: Business model ?

                            Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 6. Dernière modification le 06/03/20 à 03:24.

                            Je pense que c’est ne pas (ou plus ?) t’intéresser à la scène multijoueur qui te laisse penser que les DRM y sont des effets de bord ;)

                            En réalité aujourd’hui c’est un festival de clients tiers imposés, dont les seuls rôles sont de servir de système d’authentification et de mouchard. Le pair-à-pair, la LAN, la connexion directe par TCP/IP, tout ça disparaît progressivement au profit d’horreurs hyper-centralisées…

              • [^] # Re: Business model ?

                Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 5.

                Quand il aura son poste il aura la même problématique qu'avant (comme il l'indique dans son journal, il n'a pas pu faire de release depuis presque 1 an.)

                Et c’est comme ça pour la majorité des Logiciels Libres qu’on utilise au quotidien : des gens qui jonglent entre leur vie privée, leur vie professionnelle et le FLOSS.

                C’est dommage, mais tant qu’on aura pas changé complètement de paradigme économique ça sera comme ça et les gens chercheront de plus en plus de moyens de sortir de l’emploi (en utilisant leur droit au chômage par exemple). Bernard Friot l’explique beaucoup mieux que moi.

        • [^] # Re: Business model ?

          Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 10. Dernière modification le 03/03/20 à 00:45.

          Il n'a pas dit qu'il n'allait pas chercher d'emploi. Pour trouver un bon poste, 6 mois à un an de recherche, c'est une durée normale.

          Et non accepter le premier CDI de chantier chez MarchandDeViandeESN pour faire du Perl 5 sur un projet de refonte de la page d'accueil de l'intranet de la COGIP à 800km de chez soit, ça n'est pas obligatoire.

          Incubez l'excellence sur https://linuxfr.org/board/

      • [^] # Re: Business model ?

        Posté par  . Évalué à 6.

        Je trouve la forme de certaines réponses un peu rude, mais effectivement, ce mode de fonctionnement me paraît difficile à soutenir au vu du fonctionnement actuel des indemnisations chômage. Le système ne peut actuellement fonctionner que si une majorité de personnes le financent, et que ceux qui sont sans emploi en recherchent un activement.

        Attention, je ne porte aucun jugement personnel sur ta démarche – c'est juste que celle-ci n'est pas généralisable, et donc à mon sens difficilement justifiable du point de vue de la société. Ce ne serait d'ailleurs sans doute pas accepté face à un conseiller Pôle Emploi. Je te conseillerais donc d'être prudent quant à ce que tu exprime en public.

        Je te souhaite en tout cas sincèrement de mener à bien ton projet, et de réussir à créer une démarche plus « viable » autour de celui-ci.

        • [^] # Re: Business model ?

          Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 6. Dernière modification le 01/03/20 à 12:37.

          Je ne peux pas me retenir de partager ce coup de gueule de Gee, qui s’exprime bien mieux que moi sur ce sujet : Réglons le problème du chômage
          (ce n’est pas spécialement adressé à Letho, c’est plus une réponse générale aux différentes remarques sur mon "choix" du chômage)

          Mais si vraiment ça peut aider à accepter la situation, je n’ai aucun souci à ce qu’on prétende que les allocations que je vais toucher sont en fait un salaire pour le travail que je produis avec ./play.it. Qui a en plus comme avantage d’être profitable à bien plus de monde que ce que je devais faire quand j’allais vendre ma force de travail.

          • [^] # Re: Business model ?

            Posté par  . Évalué à 10.

            Je ne suis absolument pas d'accord avec cet article, du moins en ce qui concerne la notion d'assurance.

            On passe de « c'est une assurance, vous cotisez à un droit, et vous profitez de ce droit quand vous en avez besoin » à « vous devriez avoir le droit de vous la couler douce pendant que vous êtes indemnisés ».

            Sauf que c'est parfaitement fallacieux. Une assurance, c'est une forme de mutualisation des risques pour prendre en charge ceux qui subissent une situation dont ils ne sont pas responsables. Ça n'est en aucun cas un droit à toucher de l'argent parce que « j'ai cotisé ». Ça, ça n'est pas de la mutualisation, ça s'appelle de la capitalisation. Plutôt curieux sur un blog qui semble de tendance anarcho-communiste.

            Se mettre volontairement dans une situation où l'on va profiter de la solidarité d'autrui, ou bien rester dans cette situation alors que l'on a les moyens de ne pas l'être, c'est à mon sens une forme d'abus de droit. Et ce n'est objectivement pas tenable mathématiquement : aucune assurance ne pourrait en encaisser le coût (que l'on supprime Pôle Emploi ou pas).

          • [^] # Re: Business model ?

            Posté par  . Évalué à 3. Dernière modification le 01/03/20 à 13:08.

            Mais si vraiment ça peut aider à accepter la situation, je n’ai aucun souci à ce qu’on prétende que les allocations que je vais toucher sont en fait un salaire pour le travail que je produis avec ./play.it. Qui a en plus comme avantage d’être profitable à bien plus de monde que ce que je devais faire quand j’allais vendre ma force de travail.

            Comme toi (je le suppose), je suis bien plus ouvert au fait de vendre le produit de mon travail que ma force de travail. Mais là, on ne peut pas parler de salaire, ou bien de vente du produit de ton travail.

            Un salaire, comme un contrat de prestation, cela signifie qu'il y a eu un accord de volonté : la volonté de celui qui vend, et celle de celui qui achète. C'est un échange mutuellement convenu.

            On ne peut à ce titre pas prétendre que bénéficier d'une assurance chômage est une forme de salaire : ceux qui par leur travail créent une valeur t'étant reversée via les allocations n'ont pas fait le choix de te rétribuer pour ce projet.

          • [^] # Re: Business model ?

            Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 3.

            Moi je veux bien qu'on dise que l'équilibre recette/dépense est bonne, mais ça l'est seulement si l'on prend l'allocation pour ce qu'elle est : dépanner une perte d'emploi.
            Si demain 50% de travailleur démissionnent de leur travail en justifiant cela qu'ils vont bosser dans du libre, des associations ou je ne sais où, comment on les indemnise ?

            • [^] # Re: Business model ?

              Posté par  . Évalué à 1.

              comment on les indemnise ?

              En faisant profiter les 50% autre d'outils gratuits et de qualité ?

              En théorie, la théorie et la pratique c'est pareil. En pratique c'est pas vrai.

            • [^] # Re: Business model ?

              Posté par  . Évalué à 5.

              Tu omet quelque chose qui change beaucoup le système : le côté éphémère de la chose. On parle d'un système qui ne peut s'appliquer qu'1 à 2 ans. Sur des carrières de 40 ans et si on prend l'hypothèse du 2 ans, ça signifie qu'il faut que 5% de nos salaires paie ce comportement et pas 50% comme tu le sous-entend. Bien sûr on peut imaginer des gens qui font ça tous les 5 ans et il y a probablement des erreurs dans mes calculs. C'est juste pour ne pas laisser la discussion sur des hypothèses qui n'ont pas de sens

              • [^] # Re: Business model ?

                Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 1.

                Et puis surtout, il a cotisé pour avoir droit a ce chômage

                • [^] # Re: Business model ?

                  Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 4.

                  Mais c'est comme toute assurance : tu cotises pour que ça serve dans un cas précis ; ce n'est pas à toi de choisir dans quel cas tu peux t'en servir.

                  • [^] # Re: Business model ?

                    Posté par  . Évalué à 1.

                    tu cotises pour que ça serve dans un cas précis

                    Je serais super intéressé par connaître ce cas précis. Il y a une philosophie/idéologie derrière ce genre de choses et ce n'est pas parce que des gouvernements rabâches quelques chose qu'ils n'opèrent pas eux-même un glissement idéologique. C'est par exemple le cas avec les retraites (cf cette vidéo youtube de la chaîne Heu?reka).

                    Mais même si ce que tu dis es vrai, cela montre qu'il n'y a rien d'immuable à l'idée que l'on met derrière un mécanisme économique.

                    Bref il s'agit surtout de se faire l'écho d'idéologies (dans un sens comme dans l'autre). Ça n'est pas un problème, c'est juste soyez conscient qu'il s'agit d'idéologie et pas de faits.

                  • [^] # Re: Business model ?

                    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 0.

                    Ça tombe bien, c’est pas lui qui a choisit.

                  • [^] # Re: Business model ?

                    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 5.

                    Comme il explique plus bas, son patron l'as mis dans une situation pour forcer une rupture conventionnelle.

                    Perso je suis comme Barmic, si ça permet à la personne de se retrouver et d’éviter un burnout ou de prendre des antidépresseurs pour tenir.

                    Pourquoi pas le chômage? Ok c'est pas la bonne colonne dans les dépenses, mais au final la collectivité s'y retrouvera.

                    Un copain (belge) a démissionné de son boulot, s'est retrouvé chômeur (sans indemnités durant quelques mois comme "sanction", puis payé) le temps de se réorienter.

                    Le chômage lui a clairement dit "une fois mais pas deux", mais au final il est heureux et ne prend pas de médicament…

                  • [^] # Re: Business model ?

                    Posté par  . Évalué à 5.

                    Le cas est rempli à partir du moment où il a droit de toucher le chômage.
                    Après l'argent, comme pour toute assurance, tu en fais absolument ce que tu veux.

                    Si ton assurance auto te rembourse la carcasse au prix de l'argus, tu n'as absolument aucune obligation de dépenser l'argent pour te racheter une voiture.
                    Tu peux partir en vacances à la place si tu veux.

                    S'il a droit au chômage, il y a droit, et ça n'est à personne ici de juger, même moralement, il y a des règles, et ces règles permettent aux gens de prendre le temps de reconstruire leurs vies, que ça soit en montant une boîte, en se reposant, ou en cherchant de façon effrénée un autre taf.
                    Rien, nulle part, n'oblige à réduire au maximum sa durée d'indemnisation, ou à ne pas profiter du temps pour avancer sur des projets non lucratifs.
                    Ce genre de conditions ne font pas partie des conditions d'obtention du chômage.

                    Yth, ex-créateur d'entreprise, et grâce aux Assedics…

                    • [^] # Re: Business model ?

                      Posté par  . Évalué à 4. Dernière modification le 04/03/20 à 15:02.

                      Mais justement, il ne s'agit pas des conditions pour dépenser l'argent, mais de celles pour l'obtenir.

                      Un demandeur d'emploi a l'obligation de chercher activement un emploi, et d'accepter une offre d'emploi correspondant à sa recherche. Sinon, il est radié, i.e. il ne touchera plus rien.

                      Ce n'est pas l'idéal, je suis d'accord. Mais puisque tu parle de règles, telles sont les règles (https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F1638).

                      À ce titre, vv222 ferait mieux d'être discret par rapport à sa démarche. Parce que s'il tombe sur un conseiller Pôle-Emploi peu accommodant qui a vent de la situation, il risque de tout perdre.

                      • [^] # Re: Business model ?

                        Posté par  . Évalué à 5.

                        C'est faux.
                        Ou au moins ce n'est pas toujours vrai.
                        Donc c'est faux dans le cas général.

                        Je n'ai jamais, dans mes deux périodes de chômage, fourni le moindre papier de recherche d'emploi.
                        Je n'avais pas à les fournir, ma seule obligation était de faire l'actualisation tous les mois.

                        Par ailleurs, vv222 peut activement chercher un emploi et malgré tout prendre quelques mois pour bosser à plein temps sur play.it.
                        On a le temps dans une semaine de cumuler un plein temps et une recherche active d'emploi.
                        Et sans même que le fait qu'elle n'aboutisse pas soit de la mauvaise volonté.

                        Chercher un emploi qualifié ça peut être long, complexe, et nécessiter d'y passer du temps.
                        C'est sûr que si ta seule qualification c'est serveur dans des bistrots, ça va être difficile de justifier de ne pas accepter un travail de… serveur dans un bistrot.

                        Il n'y a rien de répréhensible dans la démarche de vv222, pas même moralement.
                        Mieux vaut qu'il construise efficacement son avenir pour qu'il soit stable longtemps.
                        Et ça peut passer par la réalisation d'un projet personnel, même si au bout du compte ça ne sera pas directement utile pour son prochain emploi.
                        Ce qui en l'occurrence peut tout à fait s'avérer faux : il démontre pas mal de compétences pertinentes dans le cadre du développement logiciel en poussant un projet de cet ordre.

                        Bref, faut arrêter de croire que dès qu'on est au chômage il est impératif de rechercher frénétiquement un emploi en envoyant des dizaines de lettres de motivation tous les jours, et en se jetant sur l'opportunité dès qu'un employeur quelconque dit oui.
                        Si la période dure jusqu'à deux ans c'est que deux ans peuvent être nécessaires.
                        Alors quelques mois à se recentrer, prendre confiance en soi par la réalisation d'un projet personnel, et se sentir prêt à passer à autre chose, c'est bien peu, et certainement pas illégal ou répréhensible.

                        Yth.

                        • [^] # Re: Business model ?

                          Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 4. Dernière modification le 06/03/20 à 03:06.

                          C'est faux.

                          Toute personne de plus de deux ans et demi sait que pour toucher les chômage il est obligatoire de rechercher un emploi.

                          https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F1638
                          Première phrase : « En tant que demandeur d'emploi, vous êtes dans l'obligation d'être en recherche active d'un emploi. »
                          Et c'est la même chose sur pole-emploi etc. J'ai la flemme de vérifier dans les textes.

                          Ça n'enlève ni n'ajoute rien à la démarche de vv222, mais 45 secondes de recherche Google démonte la moitié des arguments de ce fil.
                          Lorsqu'on défend ou combat une cause, cela nécessite un poil de justesse.

                          • [^] # Re: Business model ?

                            Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 4.

                            45 secondes de recherche Google démontent la moitié un quart des arguments de ce fil.

                            On doit écrire comment ? :
                            45 secondes de recherche démonte (une recherche)
                            ou
                            45 secondes de recherche démontent (plusieurs secondes)

                            J'ai trouvé des règles contradictoires.

                            • [^] # Re: Business model ?

                              Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 4.

                              Je dirais :
                              « une recherche de 45 secondes démonte… »
                              mais :
                              « 45 secondes de recherche démontent… »

                              Mais je n’ai aucune autre qualification dans ce domaine que d’être depuis des années un forcené de l’orthographe, la grammaire et la typographie ;)

                          • [^] # Re: Business model ?

                            Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 8.

                            C'est une très mauvaise évolution de l'assurance chômage qui n'en est plus une du coup.

                            On cotise pour recevoir des indemnités en cas de problème, pas pour recevoir des contraintes supplémentaires.

                            Imaginez une assurance auto qui vous oblige à racheter une voiture au lieu de prendre les transports en commun? Une assurance habitation qui vous oblige à acheter une nouvelle maison au lieu d'aller vivre chez vos parents? Une assurance sportive qui vous oblige à reprendre le sport? Une assurance obsèques qui vous oblige à revenir du royaume des morts?

                            Incubez l'excellence sur https://linuxfr.org/board/

                            • [^] # Re: Business model ?

                              Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 5.

                              C'est une très mauvaise évolution de l'assurance chômage qui n'en est plus une du coup.

                              C'est bien possible que ce soit mauvais, mais cela dépend du point de vue.
                              J'ai écrit ce qui est factuel : pour bénéficier de l'allocation il est obligatoire de chercher un job, ou du moins de ne pas se faire radier sous ce prétexte réel ou supposé.
                              Perso je suis a priori favorable au revenu universel donc le chômage sans poser de question me semble plutôt un bon début.

                               

                              Imaginez une assurance auto qui vous oblige à racheter une voiture

                              C'est une mauvaise comparaison : l'assurance auto est calibrée sur les risques pendant qu'on utilise l'auto, pas lorsqu'on n'en a plus. Le chômage c'est l'inverse.

                              L'assurance chômage est calibrée en supposant qu'on recherche un job, donc qu'on a en moyenne 11 mois (au pif) sans travailler. Ca pourrait être calibré pour une situation différente, mais le montant des cotisations et/ou des indemnisations serait peut-être différent.

                              Cela dit :
                              - je doute que ce soit "calibré". C'est probablement plus des décisions politiciennes (je ne connais pas le sujet, si quelqu'un sait résumer, ça m'intéresse).
                              - dans les faits, ceux qui ne recherchent pas de travail sont probablement aussi nombreux que si c'était autorisé. Du coup il n'y aurait peut-être quasi aucune différence financière. J'ai moi-même profité de 2 ans de chômage car j'avais envie de zigouiller la moitié de la direction, et de torturer l'autre moitié. J'ai considéré ça comme un arrêt de travail pour recouvrer de bonnes performances, mais sur le papier c'est interdit.
                              - nos admirables dirigeants ont a mon avis (mon avis = ça vaut ce que ça vaut) la trouille que les gens bossent moins. Alors que le seul truc que la liberté risque d'engendrer c'est un meilleur fonctionnement, et des gens plus heureux (ou moins malheureux, ce serait déjà ça de pris).

                              • [^] # Re: Business model ?

                                Posté par  . Évalué à 1.

                                Et tout le reste étant dit, je suis parfaitement d'accord avec tes arguments et ta position :)

                                Yth.

                          • [^] # Re: Business model ?

                            Posté par  . Évalué à 2.

                            Et ça reste faux !
                            Si tu es en train d'essayer de créer une activité, tu n'es pas en recherche d'emploi, tu touches tes allocations, personne ne te demande rien et tu n'as aucune pièce à fournir à qui que ce soit.
                            Tu n'as pas besoin de rechercher un emploi.
                            Il faut que tu aies validé un dossier, mais tu n'as aucune obligation de résultat, pas besoin d'y arriver, pas même besoin d'avoir l'intention d'y arriver, tu peux laisser tomber quand tu veux sans rien demander ou justifier,ou rembourser.
                            Et si tu y arrives, bravo, tu as profité du principal business angel de France !

                            Et il s'agit ici uniquement d'un exemple.

                            Donc non, la recherche active d'emploi n'est pas une obligation.
                            Elle l'est dans le cas par défaut, elle peut l'être (qui sait ?) pour d'autres types d'aménagements.
                            Mais ce n'est pas obligatoire pour toucher les allocations.

                            Yth.

                            • [^] # Re: Business model ?

                              Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 4.

                              Je trouve que créer une activité est largement équivalent à rechercher un emploi.

                              Une personne qui fait semblant de créer une activité, je n'y crois pas car faire semblant de chercher un emploi est beaucoup plus simple.

                              • [^] # Re: Business model ?

                                Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 6.

                                Ma mère s’est faite radier plusieurs fois pour des motifs à la con, à chaque fois elle a du faire un tas de démarche pour prouver qu’elle était déjà employé.

                                Elle a un contrat chelou, à temps partiel, payée en partie par Pôle Emploi (la précarité subventionné l’État) et elle a refusé un rendez-vous en envoyant une lettre rappelant sa situation. Ça n’a pas suffit, la semaine suivante elle recevait une lettre de radiation.

                                Des témoignages comme celui de ma mère j’en ai entendu des dizaines, toujours plus ou moins similaire : tu te présente, tu te fais radier et tu dois prouver que tu étais bien là ; tu as une excuse valide et tu ne te présentes pas, tu te fais radier ; c’est la maison qui rend fou.

                                Pôle emploi radie a tour de bras, c’est d’ailleurs sont seul intérêt : faire baisser artificiellement les chiffres du chômage.

          • [^] # Re: Business model ?

            Posté par  . Évalué à 2.

            Une justification par le fait qu'il n'y a pas assez de travail pour tout le monde et que le travail est une quantité fixe qu'on doit se partager … Pas sûr que les axiomes économiques soient forcément bons.

            Certainement un mauvais parallèle : je cotise à mon assurance auto tous les ans, il ne me vient pas à l'idée de demander à mon assureur de me verser une indemnisation du montant de ma voiture parce que j'ai envie d'en changer ou de passer au vélo. Pourtant, c'est une assurance auquelle j'ai cotisée, j'en ai le droit ? bah non, je n'ai pas subi de sinistre. L'assurance chômage, c'est pareil.

  • # Choqué par les commentaires...

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 9.

    Oui je suis choqué par les commentaires, quand est il des sociétés qui virent pour faire des économies alors qu'ils sont encore dans le vert? Que dites vous des employeurs qui voient leurs chiffre d'affaire faiblir par rapport à l'année d'avant et qui profitent des lois travail du gouvernement hollande et connerie qui permettent de virer plus facilement?

    J'ai été virer pour licenciement économique juste parce que ma boite a déménagé à l'étranger pour vendre toujours autant en France, vais-je avoir le même jugement que vv222? Mon ancien employeur est il un vrai connard? Un profiteur? Moi une victime?

    Notre gouvernement vient de passer en force son plan retraite avec un bon 49.3, personne va dire que ce sont des profiteurs?

    V222 va passer 1 ou 2 ans chez lui (moi je vient de passer trois ans en accident de travail, je suis alors un profiteur?), mais il aura sûrement bien le temps de rattraper ce temps accordé puisque il sera sûrement touché par cette loi de retraite.

    Par contre V222, pourquoi ne pas avoir demandé un mi-temps, ou un truc du style?

    • [^] # Re: Choqué par les commentaires...

      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 10.

      Par contre V222, pourquoi ne pas avoir demandé un mi-temps, ou un truc du style?

      J’étais déjà passé à temps partiel, mais ça n’a pas suffit sur la durée.

      Enfin, disons que mon employeur m’avait autorisé à réduire mon temps de travail de 20 %, mais tout en remplissant les mêmes tâches. Tâches qui bien sûr ont augmenté régulièrement en volume au fur et à mesure du temps, sans que mon salaire suive d’aucune façon (ils ont même eu le culot sur la fin de me proposer une diminution de salaire, sans aucune contrepartie).

      Bref, dans tous les cas j’allais mettre les voiles. Et après plusieurs années à aller me faire employer pour un salaire de misère (et ne parlons même pas de la considération), je me suis dit que je pouvais bien me permettre un peu de temps avant de reprendre un autre emploi foireux. Histoire de travailler sur des choses qui me motivent vraiment et me donnent l’impression de faire quelque chose d’utile de mon temps.

    • [^] # Re: Choqué par les commentaires...

      Posté par  . Évalué à 6. Dernière modification le 01/03/20 à 21:09.

      Ce que tu écris ressemble à un sophisme de la double faute. Ce n'est pas parce que les situations que tu évoques sont critiquables (et à titre personnel, je dirais même franchement dégueulasses) qu'elles peuvent servir de justification une autre situation, légitimement discutable – bien que pour des raisons différentes.

      • [^] # Re: Choqué par les commentaires...

        Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 5.

        J'ai un peu du mal à comprendre tes réactions Letho. Tu réagis comme si, en étant au chômage et en profitant de cela pour contribuer au libre, vv te privait de quelque chose. Est-ce que tu es juste jaloux ? Est-ce que ce n'est pas au contraire une situation idéale ?

        Est-ce qu'il ne vaut pas mieux être au chômage que travailler dans de mauvaises conditions et légitimer ces mauvaises conditions ?
        Est-ce qu'il ne vaut pas mieux être au chômage que de travailler pour une entreprise ultra-polluante, pour un média de manipulation, une société exploitant directement ou non des enfants, ou vivant de la misère des populations ?

        Que reste-t-il des emplois si tu enlèves toutes les tâches malsaines qui consistent en mettre des bâtons dans les roues des uns des autres et prétendre fournir le produit/service parfait pour cacher la misère ?
        Nous autres informaticiens, en bonne partie, servons aujourd'hui juste de support pour une économie malade qui mène la société à un endroit que personne n'envie.

        Alors prendre l'argent et la loi comme excuse pour mettre ses valeurs et son éthique de côté, n'est-ce pas là la véritable faute impardonnable (et que les générations futures paieront) ?

        • [^] # Re: Choqué par les commentaires...

          Posté par  . Évalué à 5. Dernière modification le 04/03/20 à 14:48.

          Tu réagis comme si, en étant au chômage et en profitant de cela pour contribuer au libre, vv te privait de quelque chose.

          Mais c'est le cas. Enfin, pas à moi, mais à la collectivité. Choisir de rester au chômage quand on peut ne pas l'être, c'est bien léser ceux qui n'ont pas les mêmes possibilités, puisqu'on bénéficie d'aides qui seraient plus profitables à ces derniers.

          Je rappelle au passage qu'un demandeur d'emploi doit pouvoir justifier être en recherche active d'emploi, et qu'il est tenu d'accepter une offre d'emploi raisonnable, sous peine de radiation.

          On peut ne pas être d'accord avec ces obligations (j'aurais moi-même à y redire), mais reste que prétendre qu'on peut faire ce qu'on veut de sa période de chômage qui serait dès lors une sorte de temps libre sans conditions, c'est juste faux.

          Après, encore une fois, je ne réagi pas particulièrement à la situation de vv222 en tant que personne. Et franchement, je lui souhaite de mener à bien son projet. Je considère seulement que ce n'est pas une position tenable dans l'absolu.

          Est-ce que tu es juste jaloux ?

          Oh, le petit ad-hominem en filigrane. Sans commentaire.

          Est-ce qu'il ne vaut pas mieux être au chômage que travailler dans de mauvaises conditions et légitimer ces mauvaises conditions ?

          Bien sûr que si. Mais rien n'empêche pendant la période chômée de rechercher activement un autre emploi avec de meilleures conditions, ou de monter sa structure. Je ne parle même pas de réussir, je parle d'essayer.

          Est-ce qu'il ne vaut pas mieux être au chômage que de travailler pour une entreprise ultra-polluante, pour un média de manipulation, une société exploitant directement ou non des enfants, ou vivant de la misère des populations ?

          Il dit qu'il voit pas le rapport. Appel aux sentiments, sophisme de la double faute, toussa. Ce n'est pas du raisonnement.

          Que reste-t-il des emplois si tu enlèves toutes les tâches malsaines qui consistent en mettre des bâtons dans les roues des uns des autres et prétendre fournir le produit/service parfait pour cacher la misère ?
          Nous autres informaticiens, en bonne partie, servons aujourd'hui juste de support pour une économie malade qui mène la société à un endroit que personne n'envie.

          Idem, je ne comprends pas ce que tu essaye d'avancer.

          Alors prendre l'argent et la loi comme excuse pour mettre ses valeurs et son éthique de côté, n'est-ce pas là la véritable faute impardonnable (et que les générations futures paieront) ?

          Belle envolée lyrique, mais elle tombe à plat : je ne prends pas l'argent et la loi comme excuse. Je trouve le système actuel calamiteux. Je considère seulement que tordre la réalité pour servir ses idéaux est la meilleure façon de les desservir, en plus d'être une imposture intellectuelle.

          • [^] # Re: Choqué par les commentaires...

            Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 2.

            Tu réagis comme si, en étant au chômage et en profitant de cela pour contribuer au libre, vv te privait de quelque chose.

            Mais c'est le cas. Enfin, pas à moi, mais à la collectivité. Choisir de rester au chômage quand on peut ne pas l'être, c'est bien léser ceux qui n'ont pas les mêmes possibilités, puisqu'on bénéficie d'aides qui seraient plus profitables à ces derniers.

            Non, ça ne marche pas comme ça. Ces aides ne seraient pas données à d'autres, elles seraient plus probablement gardées pour limiter le trou de Pôle-Emploi.

            Ici, tu bases ton assertion sur la croyance que cet argent distribué en assurance chômage profite moins à la société que s'il était utilisé autrement. J'ai la croyance opposée.

            Je rappelle au passage qu'un demandeur d'emploi doit pouvoir justifier être en recherche active d'emploi, et qu'il est tenu d'accepter une offre d'emploi raisonnable, sous peine de radiation.

            C'est exact, c'est la loi en France (c'est différent ailleurs), même si ce n'était pas le cas initialement. Bien sûr, ce qui se cache derrière le terme « raisonnable » ici est le cœur du problème. Tu m'accorderas peut-être que ce « raisonnable » est dans bien des cas parfaitement déraisonnable, et qu'il est un peu délicat de s'en servir pour trancher le débat.

            On peut ne pas être d'accord avec ces obligations (j'aurais moi-même à y redire), mais reste que prétendre qu'on peut faire ce qu'on veut de sa période de chômage qui serait dès lors une sorte de temps libre sans conditions, c'est juste faux.

            En effet, la condition est d'être en recherche active d'emploi. Et en effet, on peut ne pas être d'accord avec ces obligations. D'ailleurs, dans ce cas là, au lieu de répéter la loi on peut exhiber ses convictions et soutenir ou contredire l'autre. Je suis très curieux de ton avis sur la question. La loi, je la connais, et elle ne m'intéresse pas plus que ça.

            Est-ce que tu es juste jaloux ?

            Oh, le petit ad-hominem en filigrane. Sans commentaire.

            En fait, je t'ai confondu avec Blount (non-pas que vos messages se ressemblent pourtant…) Désolé pour ça, j'aurais du relire le fil une fois de plus. :)

            Est-ce qu'il ne vaut pas mieux être au chômage que travailler dans de mauvaises conditions et légitimer ces mauvaises conditions ?

            Bien sûr que si. Mais rien n'empêche pendant la période chômée de rechercher activement un autre emploi avec de meilleures conditions, ou de monter sa structure. Je ne parle même pas de réussir, je parle d'essayer.

            C'est vrai. Mais, chat échaudé craint l'eau froide. Je ne réponds pas ici sur le plan de la légalité, mais il me semble tout à fait légitime et naturel, après avoir très mal vécu une expérience professionnelle, de ne pas immédiatement en redemander.

            Est-ce qu'il ne vaut pas mieux être au chômage que de travailler pour une entreprise ultra-polluante, pour un média de manipulation, une société exploitant directement ou non des enfants, ou vivant de la misère des populations ?

            Il dit qu'il voit pas le rapport. Appel aux sentiments, sophisme de la double faute, toussa. Ce n'est pas du raisonnement. […]

            J'accuse réception de ton attaque ad-hominem, j'estime que nous sommes quittes. Je détaille : si je suis au chômage, et que je refuse plusieurs emplois (correspondants à mes compétences) pour Addadas, ipple, T0tal ou BéFM Tivi (par exemple), eh bien légalement je dois être privé d'aides au retour à l'emploi.
            C'était juste pour illustrer le fait que parfois il faut choisir entre la loi et l'éthique, et je n'hésiterai pas à soutenir quelqu'un qui enfreint la loi, ou la contourne, pour ce genre de raison.

            […] Je trouve le système actuel calamiteux. Je considère seulement que tordre la réalité pour servir ses idéaux est la meilleure façon de les desservir, en plus d'être une imposture intellectuelle.

            Effectivement. Mais je ne pense pas qu'il y ait de torsion de réalité ici. Tout au plus, une recherche active de solution pour un système moins calamiteux, en assumant pleinement une position dont la légitimité se place dans un système de pensée autre que la loi française.

            • [^] # Re: Choqué par les commentaires...

              Posté par  . Évalué à 4.

              Non, ça ne marche pas comme ça. Ces aides ne seraient pas données à d'autres, elles seraient plus probablement gardées pour limiter le trou de Pôle-Emploi.

              Ici, tu bases ton assertion sur la croyance que cet argent distribué en assurance chômage profite moins à la société que s'il était utilisé autrement. J'ai la croyance opposée.

              C'est vrai, je pars du principe que le système devrait optimiser la redistribution au bénéfice des plus nécessiteux, ce qui n'est pas forcément le cas dans les faits.

              C'est exact, c'est la loi en France (c'est différent ailleurs), même si ce n'était pas le cas initialement. Bien sûr, ce qui se cache derrière le terme « raisonnable » ici est le cœur du problème. Tu m'accorderas peut-être que ce « raisonnable » est dans bien des cas parfaitement déraisonnable, et qu'il est un peu délicat de s'en servir pour trancher le débat.

              C'est un de mes points de désaccord majeur avec l'existant. Le « raisonnable » est extrêmement difficile à définir de façon objective.

              En effet, la condition est d'être en recherche active d'emploi. Et en effet, on peut ne pas être d'accord avec ces obligations. D'ailleurs, dans ce cas là, au lieu de répéter la loi on peut exhiber ses convictions et soutenir ou contredire l'autre. Je suis très curieux de ton avis sur la question. La loi, je la connais, et elle ne m'intéresse pas plus que ça.

              Dans le cadre du système existant, je serais d'avis de prendre en compte l'état psychologique de la personne concernée. Le fait d'être en capacité de retrouver un emploi n'est à mon sens pas réductible à son expérience et ses compétences. C'est ce que font la plupart des conseillers Pôle-Emploi que je connais, mais je ne crois pas que ce soit quelque chose de défini dans les textes.

              Dans un cadre plus général, et réalisable dans notre société, on pourrait imaginer un mode de financement par projet, sur une durée convenue, sans impératif de rentabilité, à condition que ce projet serve à la collectivité. Par « servir », j'entends, de façon large. Cela peut être produire du code libre, monter une structure associative, etc. Dans la masse de ces projets, nul doute que se trouveraient des perles. En revanche, je ne pense pas que cela soit le rôle de l'assurance chômage.

              Certains ont évoqué le revenu universel, je ne saurais me prononcer à ce propos, je ne l'ai pas assez étudié.

              C'est un peu comme l'intermittence. Je suis totalement partisan de son existence, mais pas en faveur de son mode de financement (mais c'est sans doute un autre débat ;) ).

              chat échaudé craint l'eau froide. Je ne réponds pas ici sur le plan de la légalité, mais il me semble tout à fait légitime et naturel, après avoir très mal vécu une expérience professionnelle, de ne pas immédiatement en redemander.

              Je confirme, il m'est arrivé la même chose il y a quelques années.

              J'accuse réception de ton attaque ad-hominem, j'estime que nous sommes quittes. Je détaille : si je suis au chômage, et que je refuse plusieurs emplois (correspondants à mes compétences) pour Addadas, ipple, T0tal ou BéFM Tivi (par exemple), eh bien légalement je dois être privé d'aides au retour à l'emploi.
              C'était juste pour illustrer le fait que parfois il faut choisir entre la loi et l'éthique, et je n'hésiterai pas à soutenir quelqu'un qui enfreint la loi, ou la contourne, pour ce genre de raison.

              Ce n'était pas une attaque, je n'avais vraiment pas compris où tu voulais en venir. Et détaillé comme cela, je suis d'accord avec toi. Mais il y a pour moi une différence entre contourner la loi de façon assumée, en l'argumentant, et se donner de fausses justifications – peut-être pour se rassurer : l'assurance chômage n'est aujourd'hui pas inconditionnelle, et elle n'est certainement pas une forme de salaire. C'est ici que je parle de torsion de réalité.

  • # ./play.it c'est ?

    Posté par  . Évalué à 10.

    Ne sachant pas bien de quoi ça parlait, voici la description du site officiel :

    ./play.it est un logiciel libre qui, à partir dʼinstallateurs pour Windows ou Linux, construit sans besoin dʼintervention de votre part des paquets natifs prêts à être installés sur votre Debian, Arch Linux, Gentoo ou nʼimporte quelle dérivée dʼune de celles-ci (comme par exemple Ubuntu, Manjaro ou Linux Mint).

    Je vois souvent passer des journaux parler de logiciels, sans aucun rappel de : c'est quoi ? Parce que nous ne suivons pas toujours toutes les actualités. C'est dommage je trouve :-/

    Et pour la polémique : des personnes qui profitent réellement du système d'aide, j'en connais des très proches. Ici nous ne sommes clairement pas dans ce cas.
    Derrière il y a un travail qui profite à de nombreuses personnes.
    Ce n'est pas le cas de profiteurs d'aides, qui ne produisent rien, même pas pour eux-même, et ne sont même pas en situation de détresse (physique, mentale, morale, etc).

  • # Un brouteur orienté jeu?

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 4.

    Depuis longtemps, j'ai une idée qui me trotte dans la tête. Je ne sais pas si cela pourrait rentrer dans le cadre du projet, mais là voilà: un navigateur web fait pour les jeux.

    Avec les API Canvas, Webaudio, Webgl, websocket & Webrtc ainsi que webassembly, les navigateurs web modernes disposent de tout ce qu'il faut pour faire tourner des jeux vidéos de façon portable et avec un déploiement très simple (on saisie ou on clique sur une url).

    Malheureusement pour les jeux vidéos, les finitions ne sont pas très bonnes:

    • pas de menu remapping des touches du clavier ou des manettes par url;
    • pas de navigation 100% à la manette;
    • des avertissements pour le fullscreen;
    • certains touches prennent le pas sur le jeu en faisant scroller la page ou en affichant les menus;
    • un espace disque par url et donc par jeu trop faible;
    • pas d'écran avec uniquement les derniers jeux, le temps passé, etc…

    Bref je pense qu'il y a un "marché" pour un navigateur dédié aux jeux vidéos :-)

    Incubez l'excellence sur https://linuxfr.org/board/

    • [^] # Re: Un brouteur orienté jeu?

      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 5.

      DOSBox peut déjà être intégré à un navigateur Web, c’est ce qu’utilise The Internet Archive pour faire tourner tout un tas de vieux machins. De mémoire il existe aussi (ou au moins il a existé) un greffon pour faire tourner Unity3D dans un navigateur Web.
      Sans compter les différents ports ne reposant pas sur des moteurs aussi connus…

      Bref, il y a de quoi faire de ce côté si une équipe se sent l’envie de se lancer sur ce sujet de navigateur Web orienté jeux vidéos ;)


      Côté ./play.it, c’est totalement hors de notre champ de compétences, en plus d’être hors de nos objectifs.

      Mais notre attachement au principe KISS devrait permettre d’utiliser ./play.it comme une brique lors de la construction de ce navigateur, par exemple pour convertir des installateurs "classiques" dans un format que ce navigateur hypothétique pourrait interpréter.

    • [^] # Re: Un brouteur orienté jeu?

      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 3. Dernière modification le 04/03/20 à 15:22.

      A moins de faire du "Streaming/Netflix de jeux video" comme l'entreprise française Blacknut

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n’en sommes pas responsables.