• # La section "LIENS" est faite pour ça...

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à -10.

    Pourquoi polluer les journaux ?

    • [^] # Re: La section "LIENS" est faite pour ça...

      Posté par  . Évalué à 9.

      Ben la section lien, je ne la lis jamais, je la trouve inintéressante au possible.

      Depuis l'arrivée des liens, même les journaux ont pedu de leur intéret.

      • [^] # Re: La section "LIENS" est faite pour ça...

        Posté par  . Évalué à 9.

        Je suis assez d'accord. Il serait bien de tirer un bilan de la section liens et de son impact sur les nourjaux.

        Ça, ce sont les sources. Le mouton que tu veux est dedans.

        • [^] # Re: La section "LIENS" est faite pour ça...

          Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 7.

          La rubrique « liens », c'est de la pollution numérique.

          • [^] # Re: La section "LIENS" est faite pour ça...

            Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 5.

            +1

            Tout l'intérêt des liens dans linux.fr, c'est de partager les différentes opinions au sein d'une communauté, certes des plus hétéroclite puisque l'attrait pour linux n'est pas le point commun le plus saillant entre être humains, mais justement - un centre d'intérêt qui réunit ou pas. C'est à travers la discussion de sujets gravitant autour de linux, parfois plutôt loin que près, que l'on cerne les différents profils et que l'on apprend les uns des autres.

            Dis autrement, juste poster un lien, c'est de la merde pour facebook.

  • # Finalement, 9 km, c'est pas tant que ça

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 9. Dernière modification le 01/08/18 à 10:44.

    Vu que je ne conduis pas quotidiennement, que je vais au boulot en vélo, finalement ma journée de travail pollue beaucoup moins que n'importe quelle personne qui devrait prendre sa voiture pour aller au travail (je pense que la distance moyenne habitation-lieu de travail doit être beaucoup plus élevée que 5 km en France).

    On peut rajouter à ça que je travaille avec un ordinateur portable qui consomme peu (beaucoup moins qu'une station de travail desktop classique).

    • [^] # Re: Finalement, 9 km, c'est pas tant que ça

      Posté par  . Évalué à 2.

      Ca veut rien dire. Vu les portables de certains, un desktop peut consommer moins.

      • Préférer la fréquence CPU élevée aux nombre de cores (à moins de pouvoir éteindre les cores dynamiquement)
      • Préférer le SMT Merci skyfall :/
      • Pas de GPU externe
      • Un CPU en cooling passif
      • Utiliser un stockage unique en SSD
      • N'avoir qu'une barrette unique
      • Une alim passive ou équivalent (ex: les RM*i corsair qui coupent le ventilo en deçà d'une puissance), et qui a un PFC active en faible charge (le rendement se détériore souvent dans la limite bas :/)
      • Un écran qui consomme peu
    • [^] # Critique écologiste de l'informatique : on ne fait pas que l'utiliser

      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 2.

      Il ne faut pas prendre la pollution (de l'informatique et de bien d'autres choses) juste sur un jour. Un ordinateur nécessite des métaux, dont un paquet sont loin d'être fortement concentrés en des sources abondantes et dont l'extraction nécessite de l'énergie. Construire un ordinateur nécessite d'assembler les métaux, donc de l'énergie. Il faut transporter les métaux, les ordinateurs, et potentiellement des sous-parties (unités de calcul, mémoires, carte mère, boîtier, etc.) et sous-sous-parties entre les 2, encore de l'énergie (et cette fois aussi de l’emballage). Ensuite, il y a enfin ta consommation. Après il y a le recyclage (dans la mesure du possible et quand c'est fait) et/ou la gestion des déchets (mais en fait il n'y a pas de "et/ou" : le recyclage à 100% est toujours impossible et un ordinateur se recycle mal), allez de l'énergie. Mais pour tout cela, il a fallu des infrastructures (routes, extraction et/ou production d'énergie pour le transport, production de l’électricité, potentiellement stockage de l'électricité pour contrer l’intermittence du solaire et de l'éolien, acheminement de l'électricité, usines, Internet, etc.), ce qui a encore nécessité de l'énergie et des métaux. Il faut moyenner tout cela sur une journée et pas naïvement prendre le coup écologique sur une seule journée d'utilisation et omettre les infrastructures.

      D'après "Numérique : cette empreinte écologique que les consommateurs ont bien du mal à voir" (par Nolwenn Weiler, le 20 janvier 2014, sur "Basta !") :

      La fabrication concentre plus de 80% des impacts, selon les variables considérées (épuisement des ressources, effet de serre, destruction de la couche d’ozone, consommation d’énergie, etc.).

      D'après "La Lettre du Carbone N°2" (par Carbone 4, en septembre 2011, sur son site web) :

      Produire des appareils électroniques (télévisions, ordinateurs, téléphones, tablettes, mais aussi toute l’électronique désormais insérée dans d’autres produits tels que voiture, électroménager, etc.) demande un très lourd parc industriel en amont. Il faut extraire puis transformer des minerais divers (fer, cuivre, cadmium, coltan…) aux quatre coins de la planète, avec pour certains des dépenses énergétiques par kg extrêmement élevées. La production puis le travail du silicium de qualité électronique, notamment, requiert beaucoup d’énergie. Il faut également fabriquer des verres spéciaux, et disposer de très nombreux produits dérivés de la pétrochimie ou de la chimie minérale (la chimie est la première source de consommation d’énergie de l’industrie, absorbant à elle seule environ 8% de l’énergie mondiale). Enfin le procédé de fabrication est distribué (chaque usine traite une étape précise), ce qui occasionne beaucoup de transport de marchandises, avec une part importante de fret aérien. A titre d’exemple, la fabrication d’une télévision à écran plat 31 pouces engendre les émissions de 1,8 tonne eqCO2, soit 17% du bilan carbone annuel d’un Français. En résumé, lorsque l’on évoque la dématérialisation à propos des nouvelles technologies de l’information, on oublie généralement que la fabrication des supports physiques utilisés (ordinateurs, écrans, électronique et câbles de réseau, génie civil pour ce dernier, etc.) est loin d’être immatérielle ! Et de nombreux calculs effectués par Carbone 4 indiquent que le remplacement du papier par l’électronique n’aboutit pas nécessairement à une baisse des émissions.

      À cela, il y aurait à rajouter que tu utilises probablement majoritairement un ordinateur dans un bureau. En hiver, il est probablement chauffé. En été, il est probablement refroidi (ou plutôt climatisé). À cela, il faut bien souvent rajouter de l'éclairage. Il y a encore consommation d'énergie. Le tertiaire peut bouffer plus d'énergie que le secondaire et le primaire.

      Pour ce qui est de "desktop" contre "laptop", il faut aussi prendre en compte la durée de vie et la réparabilité. Que l'un soit meilleur que l'autre (en comptant tout) n'est pas si trivial.

      Si tu es en France, il faut prendre en compte l'impact des déchets nucléaires sur le long terme. Si tu es ailleurs, il est probable que l'énergie primaire principale pour la production de l'électricité (utilisée comme énergie finale par les composants électroniques) soit le charbon, ce qui est très bon pour le réchauffement climatique.

      Quelques articles complémentaires et plus généraux :

      Si on cherche des livres, il y a (entre autres) : "Comment tout peut s'effondrer : petit manuel de collapsologie à l'usage des générations présentes" (de Pablo Servigne et Raphaël Stevens) et "L'âge des low tech : vers une civilisation techniquement soutenable" (de Philippe Bihouix).

  • # Anglicisme

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 10.

    "L'écologie digitale" c'est pour ceux qui ont la main verte ?

    • [^] # Re: Anglicisme

      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 8.

      ou ceux qui privilégient vim à emacs pour reposer leurs doigts :-)

    • [^] # Re: Anglicisme

      Posté par  . Évalué à 9.

      Et la pollution numérique, c'est répandre des nombres partout sans se soucier des conséquences.

      • [^] # Re: Anglicisme

        Posté par  . Évalué à 1.

        Maudit Pythagore !

        Opera le fait depuis 10 ans.

        • [^] # Re: Anglicisme

          Posté par  . Évalué à 1.

          Mais dites-moi, ce Pythagore, il a un rapport avec Python??

  • # digital, vraiment ?

    Posté par  . Évalué à 10.

    J'en pense déjà qu'il confond tout le long digital et numérique…

    " L'écologie digitale est la discipline qui étudie l'impact environnemental des différents écosystèmes reliant l'humain et le digital dans le but d'en limiter les effets nuisibles pour l'environnement. "

    C'est quoi les ecosystèmes qui relient l'humain à son doigt ?

    Plus sérieusement, oui, les ordinateurs consomment de l’électricité quand ils tournent, et polluent énormément quand on les fabrique (scoop !). Mais si on revenait en arrière (tout faire sur papier, puis transporter ces papiers par camion), ça serait pas pire ?

    "Comme c'est la fabrication des équipements des internautes et des objets connectés qui concentre le plus d'impacts, le geste clé consiste à utiliser le plus longtemps possible les équipements existants. En luttant ainsi contre le phénomène d'obsolescence programmée on réduit les impacts associés à la fabrication de nouveaux équipements"

    L'augmentation perpetuelle des besoins, ce n'est PAS de l'obsolescence programmée. L'obsolescence programmée ca serait par exemple une imprimante qui refuse d'imprimer après 10 000 pages (cas tout à fait fictif bien sur ). Ton ordinateur d'il y a 10 ans, si tu lui demandes de faire la meme chose qu'il y a 10 ans, il sait toujours faire, au pire au prix d'un petit nettoyage. Lui demander de répondre aux usages d'aujourd'hui et se plaindre d'obsolescence programmée, c'est du foutage de gueule.

    • [^] # Re: digital, vraiment ?

      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 10.

      Mais si on revenait en arrière (tout faire sur papier, puis transporter ces papiers par camion), ça serait pas pire ?

      Difficile à estimer car simuler une Terre 2 sans Internet est délicat. :)
      Techniquement tu as sans doute raison pour un envoi donné mais il ne faut pas oublier l'effet rebond dans l'équation. Comme c'est rapide, simple, non coûteux d'envoyer des documents par courriel, tu en envoies plus qu'avant quand c'était par courrier. Du coup cela compense sans doute voire surpasse la pollution engendrée par le passé avant.

      Mais du coup ce n'est pas non plus une comparaison à usage identique, tu pollues plus mais en même temps tu envoies plus d'infos.

      L'augmentation perpetuelle des besoins, ce n'est PAS de l'obsolescence programmée. L'obsolescence programmée ca serait par exemple une imprimante qui refuse d'imprimer après 10 000 pages (cas tout à fait fictif bien sur ). Ton ordinateur d'il y a 10 ans, si tu lui demandes de faire la meme chose qu'il y a 10 ans, il sait toujours faire, au pire au prix d'un petit nettoyage. Lui demander de répondre aux usages d'aujourd'hui et se plaindre d'obsolescence programmée, c'est du foutage de gueule.

      Je ne peux qu'approuver, l'usage du terme obsolescence programmée est à 99% du temps très mal employé et c'est vraiment dommage car du coup on passe à côté de ce qui est problématique.

      • [^] # Re: digital, vraiment ?

        Posté par  . Évalué à 4.

        Techniquement tu as sans doute raison pour un envoi donné mais il ne faut pas oublier l'effet rebond dans l'équation. Comme c'est rapide, simple, non coûteux d'envoyer des documents par courriel, tu en envoies plus qu'avant quand c'était par courrier. Du coup cela compense sans doute voire surpasse la pollution engendrée par le passé avant.

        Surtout si tu rajoutes à ça Monique, qui aime pas lire sur écran et qui imprime tous les mails qu'elle reçoit

        • [^] # Re: digital, vraiment ?

          Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 7.

          C'est encore fréquent les gens comme « Monique » ? Je pensais naïvement qu'avec l'habitude et les écrans plats qui explosent beaucoup moins les yeux que les écrans cathodiques, on en voyait de moins en moins.

          La connaissance libre : https://zestedesavoir.com

          • [^] # Re: digital, vraiment ?

            Posté par  . Évalué à 6.

            En soi, lire sur écran c'est pas dur. Le problème, c'est quand tu dois lire un doc long et complexe, ou quand tu dois faire des allers-retours constants entre le doc et une autre appli. Pour le doc long et complexe, je préfère l'imprimer et aller tranquillement me poser sur mon lit pour le lire (d'ailleurs, mon bureau manque d'un lit pour cet usage, penser à demander ça à mon prochain chef). Pour les allers-retours constants entre le doc et une appli, alt-tab c'est bien mais ça a ses limites. Et il y a des possibilités offertes par un livre et pas par le numérique. Les 3/4 des documents PDF que je me paluche ne sont même pas munis d'un sommaire cliquable, donc pour aller au chapitre XIV tu dois scroller manuellement. Le format PDF n'impose pas que la numérotation des pages soit la même que celle du fichier (mais il a le mérite de le permettre). Résultat : 99% du temps, tu lis "chapitre XIV : page 42" et il est en fait à la page 44 du doc. Ça ne serait pas gênant si le logiciel permettait un scroll rapide, mais au bural j'ai Acrobat Reader et quand tu utilises les flèches pour défiler, ça te fait défiler une espèce de curseur analogue à un traitement de texte (qui en plus te remet là où il était si tu as le malheur de scroller en regardant une autre page que celle du curseur). Et Acrobat Reader est effroyable pour gérer les docs un peu lourds : il rame tout le temps. Accessoirement, pour chaque nouveau doc que je lis, je dois désactiver la transition page par page pour avoir des transitions douces entre pages (un jour, j'aimerais qu'on me présente le type qui a inventé un machin pareil, pour pouvoir lui dire ma façon de penser à grands coups de laptop dans les dents).

            Au final, oui, j'aimerais bien pouvoir lire sur écran. Mais il y a une accumulation de petits détails qui font que la lecture papier finit par devenir franchement reposante. Et tu remarqueras que je n'ai aucunement évoqué les écrans. Lire sur écran de chez moi, sur Okular (ou evince, je ne suis pas sectaire), sur un ordi bien configuré, c'est un plaisir. Sur le Windows du bural dont je ne suis pas admin, c'est juste un calvaire.

            Ça, ce sont les sources. Le mouton que tu veux est dedans.

            • [^] # Re: digital, vraiment ?

              Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 5.

              Ça je suis d'accord, ma question portait vraiment sur les impressions de mails.

              La connaissance libre : https://zestedesavoir.com

            • [^] # Re: digital, vraiment ?

              Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 6. Dernière modification le 01/08/18 à 18:04.

              Tu installes mupdf et tu pourras utiliser des commandes vim du type 42g pour aller à la page 42 ou /mot pour chercher un mot (puis n pour passer au résultat suivant). Je ne peux plus m'en passer pour naviguer dans des PDFs.

            • [^] # Re: digital, vraiment ?

              Posté par  . Évalué à 5.

              Salut, au bural je n'ai pas les droits d'admin donc j'ai installé PDFsumatra (logiciel libre) version portable. C'est un lecteur pdf vraiment léger, qui ne plante pas toutes les 15 minutes comme Adobe. Tu pourrais tester, si Adobe te fatigue. =)

      • [^] # Re: digital, vraiment ?

        Posté par  . Évalué à -2.

        Je suis assez d'accord avec Renault :

        Je pense que ce n'est pas de obsolescence programmée, mais plutôt une mauvaise allocation de ressources de la part des entreprises et des et des consommateurs. Car les marché de l'informatique sont managé par l'offre ( avant de partir en troll j'explique mon point de vue.)

        Pour l'entreprise :
        actuellement quand vous êtes dans une entreprise classique surtout les grandes, l’entreprise vous fournis un poste de travail portable, un smartphone voire un poste de travail fixe en plus. (Description que j'estime exacte dans 90% des cas)

        Aujourd'hui, techniquement et "en théorie" seul un smartphone un peu puissant devrait suffire pour mail, traitement de texte, tableur, agenda réseaux sociaux, et internet.

        Le problème vient du management du marché par l'offre pour le poste de travail par exemple ainsi que les smartphone ( qu'elle sont les offres disponible.

        Pour les smartphones, difficile de sortir du duo google / apple.
        et sur ce genre d'architecture les applications déployées pour les tâches de ce genre fonctionnent en mode client vers service clouds pour beaucoup de leurs applications. (heureusement pas toutes )

        Pour les postes de travail, on voit l'hégémonie de certains éditeurs ( cf un le journal ou la dépêche expliquant que l'architecture des PC grand publique mais également professionnel. si quelqu'un peu me retrouver la référence ).

        Donc les intérêt commerciaux priment sur l'intérêt écologique

        Dans un premier temps éviter la prolifération des terminaux sera un plus. Et surtout ouvrir les terminaux mobile aux utilisateur afin qu'ils les adaptent plus facilement à leur besoin.

        Par exemple un Smartphone qui est aussi votre poste de travail.

        Pour ma part j'essaie de changer le moins possible d'ordinateur.
        Celui ,sur lequel j'écris, a 10 ans et fonctionne très bien donc j'évite de le changer tant que ça marche.

        Ce sont des belles paroles, mais personnellement j'essaie de m'y astreindre ( Ce n'est ni facile , ni pratique, j'en conviens ).

        • [^] # Re: digital, vraiment ?

          Posté par  . Évalué à 4. Dernière modification le 01/08/18 à 17:20.

          actuellement quand vous êtes dans une entreprise classique surtout les grandes, l’entreprise vous fournis un poste de travail portable, un smartphone voire un poste de travail fixe en plus. (Description que j'estime exacte dans 90% des cas)

          Ben non, en général c'est soit poste fixe ou poste mobile, et éventuellement un smartphone si tes fonctions le nécessitent.

          • [^] # Re: digital, vraiment ?

            Posté par  . Évalué à 3.

            Ok je prend en compte cet argument , Je l'ai pourtant souvent vu et j'ai fait quelques entreprise qui travaillent en mode projet et souvent le matériel est inclus dans le projet.

            Et que dis-tu de l'argument du sur-dimensionnement des machines par rapport aux tâches réellement effectuées?

            Pas besoin d'un core i3 pour du mail du texte etc.

            après je fais part de choses vues durant ma carrière.

            • [^] # Re: digital, vraiment ?

              Posté par  . Évalué à 8. Dernière modification le 02/08/18 à 10:23.

              Et que dis-tu de l'argument du sur-dimensionnement des machines par rapport aux tâches réellement effectuées?

              que dans mon cas, les machines que j'ai sont souvent sous-dimensionnées (manque de RAM, cpu poussif, …). Mais je ne fais pas que du mail/texte, et c'est loin d'être la seule utilisation faite d'un PC de bureau

              Pas besoin d'un core i3 pour du mail du texte etc.

              Sauf qu'aujourd'hui, on trouve de plus en plus d'applications web, avec du javascript dans tous les coins, et les gens peuvent avoir deux ou trois applications de ce genre ouvertes en permanence, et ces applications prennent pas mal de ressources. Un spmartphone ou une tablette seraient vite saturés de ce côté.

              Après il y a certainement des efforts à faire dans certains cas, mais de ce que j'ai vu, la tendance serait surtout au sous-dimensionnement des postes de travail (et il doit y avoir suffisamment de devs ici qui pourront te confirmer la difficulté à obtenir un poste permettant de développer sainement par exemple).

              • [^] # Re: digital, vraiment ?

                Posté par  . Évalué à 0.

                avec du javascript dans tous les coins

                Cette peur irrationnelle du js est intéressante. Il s'est passé quelque chose pendant ton enfance ? Très parents t'ont raconté des histoires sur le monstre Netscape qui vit sous le lit ?

                Qu'il existe des applications js malfoutues, n'implique pas que c'est js qui est fautif. Sinon on pourrait dire la même chose de C++ ou python en listant des applis d'exemples.

                Se réclamer à contre courant et ne pas aller plus loin que aller contre le courant (au lieu d'élever le niveau de réflexion), c'est dommage. Les positions dogmatiques que l'on voit énormément ici comme c'est js donc c'est mal ou il y a un gc donc c'est mal sont assez lassant. Des gens ne font pas comme vous, essayez de comprendre pourquoi plutôt que d'imaginer de facto que vous êtes plus malins qu'eux ou si vous ne souhaitez pas perdre votre temps à essayer de les comprendre passez votre chemin, vous perdrez moins de temps.

                • [^] # Re: digital, vraiment ?

                  Posté par  . Évalué à 7. Dernière modification le 02/08/18 à 15:33.

                  Cette peur irrationnelle du js est intéressante.

                  Ou as-tu vu de la peur ? C'est un fait : de plus en plus d'applications sont des applicationbs web avec javascript qui s'exécute côté client. Aucunjugement de valeur.

                  Qu'il existe des applications js malfoutues, n'implique pas que c'est js qui est fautif. Sinon on pourrait dire la même chose de C++ ou python en listant des applis d'exemples.

                  Rien a voir avec le fait qu'elles soient bien ou mal fichues : du code s'exécute côté client, et il est normal que ça demande plus de ressource, que l'application soit bien faite ou non n'y change rien.

                  Les positions dogmatiques que l'on voit énormément ici comme c'est js donc c'est mal ou il y a un gc donc c'est mal sont assez lassant.

                  C'est ce que j'ai écrit ?

                  Des gens ne font pas comme vous, essayez de comprendre pourquoi plutôt que d'imaginer de facto que vous êtes plus malins qu'eux ou si vous ne souhaitez pas perdre votre temps à essayer de les comprendre passez votre chemin, vous perdrez moins de temps.

                  C'est ce que j'ai écrit ?

                  Le but de mon post était de montrer qu'aujourd'hui, les pages web ne sont plus des pages statiques, mais des applis à part entière avec une grosse partie d'exécution dans le navigateur, et que de ce fait, les machines sur lesquelles elles s'exécutent doivent avoir suffisamment de ressources si on veut que ça se passe bien. Je n'ai émis aucun jugement de valeur sur ça, c'est juste un constat. Et souvent, les employés doivent se connecter en quasi permanence sur 3 ou 4 de ce genre d'applis (pour ma part, l'appli qui prend le plus de ressource sur mon poste de travail, c'est mon navigateur).

                  Maintenant, si quelque part j'ai laissé entendre que c'est mal, ce n'était pas mon but. Mon but était juste de dire que penser qu'un poste classique dans une entreprise se résume à word et excel, et qu'une machine à peu de ressource suffit pour travailer, c'est se mettre des oeilleres et ne pas voir la réalté du terrain.

                  • [^] # Re: digital, vraiment ?

                    Posté par  . Évalué à 3.

                    Maintenant, si quelque part j'ai laissé entendre que c'est mal, ce n'était pas mon but.

                    La façon de le présenter ("aujourd'hui on a besoin d'un gros CPU, parce qu'on a du js partout") m'a fait penser que tu reprochais aux applications web d'être lourdes par définition.

                    Si ce n'est pas le cas tant mieux ^^ mon détecteur de js bashing dit être mal configuré.

    • [^] # Re: digital, vraiment ?

      Posté par  . Évalué à -3.

      J'en pense déjà qu'il confond tout le long digital et numérique…

      Numérique n'est à mon avis pas plus adapté. Ça parle de nombre, comme si un ordinateur ne contenait pas de texte, images, sons etc.

      C'est "informatique" et ces dérivés, le terme recherché.

      Et non, les informations (texte, son, image) ne sont pas stocké sous forme numérique, ils le sont sous forme d'états physiques (présence ou non de matière, orientation magnétique…).

      • [^] # Re: digital, vraiment ?

        Posté par  . Évalué à 5.

        Et non, les informations (texte, son, image) ne sont pas stocké sous forme numérique, ils le sont sous forme d'états physiques (présence ou non de matière, orientation magnétique…).

        Tout ca, ce sont des facons de stocker des chiffres binaires (plus clairement : des bits) quand meme, non ?

      • [^] # Re: digital, vraiment ?

        Posté par  . Évalué à 7.

        Ben non justement, dans un ordinateur tout est nombre.
        Les images: des tenseurs de taille LxHx3
        Les sons: une suite nombres résultant de l'échantillonnage du signal d'origine.
        Les lettres d'un texte: des chiffres dans une table d'encodage (unicode, ascii …)

        Passer d'un signal continu, comme le son, à un des données discrètes par échantillonnage ça s'appelle la numérisation et c'est le seul type de données qu'un micro-processeur est capable de traiter.

        Donc parler de numérique est complètement à propos.

        • [^] # Re: digital, vraiment ?

          Posté par  . Évalué à 8.

          C'est même là que réside la magie de la révolution numérique : pouvoir tout représenter sous forme de nombres permet de stocker n'importe quelle information sur n'importe quel support, de la transférer via n'importe quel moyen (support physique, réseau filaire, réseau sans fil, fibre ou ondes radio, …), de transporter de la même manière les programmes qu'on exécute (y compris pour lire/écrire de nouveaux formats de données), …

          Plutôt que recopier un terme issu de l'anglais qui a un autre sens en français parce qu'il est facile à traduire / vaguement familier, je trouve que "numérique" permet de de rappeler ce que ça signifie réellement.

        • [^] # Re: digital, vraiment ?

          Posté par  (site Web personnel) . Évalué à -2.

          dans un ordinateur tout est nombre.

          Seule une petite partie du processeur gère des nombres (par exemple l'additionneur binaire), le reste c'est la vue de l'esprit du programmeur qui fait que certains lots de bits sont des nombres.

          La mémoire par exemple ne stocke pas de nombres. Par exemple si on change l'endianness du processeur, la mémoire fonctionne à l'identique alors que la signification des bits a changé --> donc la mémoire stocke uniquement des lots de bits sans lui attribuer de « signification ». C'est notre interprétation qui en fait des nombres.
          Idem pour le disque-dur et le reste.

          • [^] # Re: digital, vraiment ?

            Posté par  . Évalué à 4. Dernière modification le 02/08/18 à 08:43.

            le reste c'est la vue de l'esprit du programmeur qui fait que certains lots de bits sont des nombres

            Un bit, c'est un nombre. Un lots de bits, c'est une suite de nombres.

            C'est notre interprétation qui en fait des nombres.

            Notre interprétation consiste à donner une signification à ces nombres.

            Si vraiment tu veux considérer qu'un ordinateur ne sait pas manipuler des nombres, il faut que tu descendes à un niveau plus bas que le bit. Tu peux dire qu'un ordinateur manipule des charges électriques qu'on interprète comme étant des bits. Mais ça serait quand même un peu tordu.

          • [^] # Re: digital, vraiment ?

            Posté par  . Évalué à 3.

            Sinon tu traduis « digit » par « chiffre ». Les chiffres pouvant être vu comme des symboles qui représentent des petits nombres, ça change pas grand chose de traduire par « nombre », même si évidemment l’anglais est plus précis (bit = un chiffre en base 2).

            • [^] # Re: digital, vraiment ?

              Posté par  . Évalué à 4.

              Sinon tu traduis « digit » par « chiffre ».

              Comment ça, on dit pas cryptage ?

              Ça, ce sont les sources. Le mouton que tu veux est dedans.

            • [^] # Re: digital, vraiment ?

              Posté par  . Évalué à 6.

              Ça ferait « révolution chiffrale » !

    • [^] # Re: digital, vraiment ?

      Posté par  . Évalué à 3.

      Plus sérieusement, oui, les ordinateurs consomment de l’électricité quand ils tournent, et polluent énormément quand on les fabrique (scoop !). Mais si on revenait en arrière (tout faire sur papier, puis transporter ces papiers par camion), ça serait pas pire ?

      Ce n'est pas sûr du tout. La transmission, le stockage et la redondance des courriels consomment énormément d’énergie.
      Les informations que l'on trouve sur le web à ce sujet ont tendance à montrer que l'empreinte carbone du mail est plus importante que celle du courrier classique. Le problème étant que pour ces « études » il extrêmement difficile d'établir un calcul rigoureux prenant en compte l'ensemble des processus.

      • [^] # Re: digital, vraiment ?

        Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 5.

        La transmission, le stockage et la redondance des courriels consomment énormément d’énergie. […] l'empreinte carbone du mail est plus importante que celle du courrier classique

        Je lis ça depuis peut-être 2 ou 3 ans. Intuitivement j'ai vraiment beaucoup de mal à y croire.

        Si c'était le cas alors les spammeurs nous ruineraient en quelques jours car la quantité d'emails envoyés est vraiment énorme. Nous ne sommes pas ruinés par les spammeurs (et/ou ils ne se ruinent pas eux-même), donc il y a un problème dans l'affirmation du coût énorme des emails.

        Je dois recevoir environ 100 emails par jour. Si le coût est de par exemple, 10 centimes par email (ce qui est TRÈS inférieur au coût énergétique d'un courrier physique), alors ça coûte 300 € par mois.
        Ça ne correspond pas au prix de mon abonnement ADSL et de ma facture d'électricité. Donc ça ne colle pas.
        L'argument comme quoi c'est payé par quelqu'un d'autre (par exemple des centres de données) ne tient pas puisque leur argent vient forcément de moi ou des émetteurs d'email (il n'y a pas de mécène ou d'état qui règle la facture). Dans tous les cas personne ne paie ce prix exorbitant, donc problème dans l'affirmation de départ.

        • [^] # Re: digital, vraiment ?

          Posté par  . Évalué à 1. Dernière modification le 01/08/18 à 21:08.

          ~~~~Le problème est que c'est pas une histoire de coût au mail.
          Même quand tu ne te sers pas des réseaux les switchs et routeurs chez les fai reste en marche même si on ne s'en sert pas et la disponibilité ça coûte en électricité et donc écologique.

          Non?

          • [^] # Re: digital, vraiment ?

            Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 0. Dernière modification le 01/08/18 à 21:16.

            Non mais sérieux, tu paies combien d'électricité ?!

            « On » nous dit que l'informatique va détruire l'univers tellement ça bouffe de l'énergie, et au final mon informatique me coûte moins de 100 € mensuel en comptant l'abonnement ADSL et l'électricité (2 ordinateurs allumés 24/365, 1 serveur, 1 sauvegarde, 1 box, une borne WiFi, 2 switchs, des onduleurs) ce qui est totalement incompatible avec les montants annoncés.

             

            Le problème est que c'est pas une histoire de coût au mail.

            C'est pourtant très clairement ce qui est claironné.
            D'autres chialent sur le coût énergétique d'une page web, d'autres encore à propos de visionner une vidéo Youtube, etc.
            Le seul truc qui m'a semblé à peu près correct est le coût de certaines monnaies genre bitcoin. À la louche les calculs semblent ressembler à quelque chose de réel (et c'est vraiment beaucoup).

            • [^] # Re: digital, vraiment ?

              Posté par  . Évalué à 0.

              Normal tu oublies le coût d'alimentation du dslam les équipements concentrateurs des Fai les consommations des datacenter en puissance pour le calcul mais aussi climatisation etc.

              tu ne tiens pas compte de l'effet masse 100€ multiplié par le nombre de connexion et d'abonnement internet 28,6 Millions en 2018.

              Et tu ne comptes pas ici les infrastructures pour les mobiles.
              qui consomment également.

              Le dernier pourcentage que j'avais vu était 12%

              Voir l'exposé de Jm Jancovici au collège de france de 2017 par exemple.

              Reférence Nombre de foyer connectés en france

              • [^] # Re: digital, vraiment ?

                Posté par  . Évalué à 8.

                Mais ce n'est pas ce qu'il dit. Je reformule, Kerro me corrigera si je comprends mal.

                Ce que je comprends de son raisonnement, c'est que l'argent qui sort des entreprises d'Internet pour payer l'énergie doit bien y retourner, et que l'électricité a un coût non nul. Si envoyer un mail coûte 10 centimes d'électricité et que tu en envoies 100 par jour, quelqu'un doit bien sortir ces 10€ par jour, et vu le volume des spams, ce nombre de mails est probablement sous-évalué. Et oui, on parle bien d'un prix qui croît avec le nombre de mails, parce que même s'il fonctionne en permanence indépendamment de sa charge à un instant t, le serveur est dimensionné en fonction du nombre de mails à gérer.

                Or, on n'observe pas ces coûts. Financer 300€ de mail par mois via la pub sur gmail, c'est impossible. Donc :
                - Soit les fournisseurs de mail (transposer à la vidéo, le web, whatever) perdent chroniquement de l'argent et auraient dû mettre la clé sous la porte depuis longtemps ;
                - Soit les coûts sont bien plus faibles et peuvent rentrer dans les 30€ par mois qu'on paie pour accéder à internet + ce que finance la pub / les ventes / le modèle économique.

                Ça, ce sont les sources. Le mouton que tu veux est dedans.

                • [^] # Re: digital, vraiment ?

                  Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 0.

                  Ton exemple avec Gmail est pertinent.
                  Ils gèrent les emails, mais également l'affichage de pages web, et des stockages bien plus importants que chez Orange par exemple. Avec les estimations qu'on trouve à droite et à gauche ça devrait tourner bien au delà de 1000 € mensuels :-)

              • [^] # Re: digital, vraiment ?

                Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 2. Dernière modification le 02/08/18 à 02:29.

                Normal tu oublies le coût d'alimentation du dslam les équipements concentrateurs des Fai les consommations des datacenter en puissance pour le calcul mais aussi climatisation etc.

                C'est dit à la fin de mon premier message : cet argent vient des clients (il ne vient pas du ciel, ni de l'état, ni de mécènes).
                Ces sommes couvrent l'électricité, les salaires, les équipements, les locaux, les assurances, la publicité, les dividendes des actionnaires, etc. La part énergétique c'est juste une partie du truc, ce qui rend encore plus moisies les évaluations alarmistes.

                Les clients, c'est moi, c'est toi. Aucun d'entre nous n'a de facture à 1000 € ou 5000 € par mois pour recevoir 100 emails par jour.

                Je dirais qu'au doigt mouillé un email coûte moins d'un dixième de centime d'euro. On est à plusieurs ordres de grandeurs des calculs qu'on trouve un peu partout, donc calculs pour faire du buzz --> encore un truc de connard communicant qui vient affoler tout un tas de monde (surtout les moins malins, qui ont une fâcheuses tendance à relayer tout et de préférence n'importe quoi).

                • [^] # Re: digital, vraiment ?

                  Posté par  . Évalué à 1.

                  Je vais essayé de reformulé ce que j'ai dit de manière plus simple et plus structurée.

                  Premièrement par rapport au coût d'un mail je ne pense pas que cette mesure soit pertinente.

                  Deuxièmement nous payons en tant que client ( 30 € environ/ mois ), mais pas que pour le mail ce que nous payons c'est l'accès au réseau.( et parfois c'est subventionné par les départements dans certaine zones Blanches quand c'est par le satellite par exemple).

                  Troisièmement le coût environnemental de l'accès au réseau est mesurable quoique tu fasses avec cet accès
                  Le fait est que la disponibilité permanente, pour envoyé des mails ou autre chose, de cet accès consomme de l'électricité. La production l'électricité produit du CO2.

                  J'ai bien dit que le coût du mail n'est pas le problème.
                  Et je dis aussi que nous ne payons pas forcement tous les coûts comme par exemple le coût carbone qui est fortement sous-évalué sur les coûts de l’électricité.

                  Bref dire qu'il faut envoyé moins de mail c'est idiot car ça ne fait pas baisser les coûts énergétiques fixe du réseau.

                  Cordialement

                  Pour le lien sur la part des nouvelles technologies numérique sur le réchauffement climatique voir ci-dessous qui explique bien les enjeux( celle-ci et d'autres ).

                  JM Jancovici 28042017 au collège de france

        • [^] # Re: digital, vraiment ?

          Posté par  . Évalué à 5.

          Je suis également sceptique quant à cette affirmation, mais tu ne peux pas l'infirmer avec un aspect purement financier.
          Suivant l'endroit du monde où tu te trouves l'électricité est plus ou moins chère et plus ou moins polluante.

          Si tu es alimenté en électricité à bas prix sortant d'une usine au charbon, le coût financier de ton email est peut-être toujours aussi dérisoire, mais l'empreinte carbone peut être très élevée.

          Maintenant, mettons-y un peu de mauvaise foi:
          Ton serveur mail est aussi alimenté par une usine au charbon.
          Le serveur mail du destinataire l'est également.

          À côté de ça, le service postal va rapidement rejoindre un réseau avec des transports rationalisés et à base d'énergies renouvelables, tu utilises du papier recyclé, et voilà.

          Moralité: Balancer une mesure d'empreinte écologique "moyenne" mondiale, ça n'a absolument aucun sens!
          (mais c'est pareil pour le courrier postal…).

          Et si tu n'es pas convaincu, je vais considérer le type qui habite dans une montagne escarpée, et qui a sa propre centrale à combustible à essence pour l'électricité, qui a un accès internet satellite (à remplacer tous les 20ans), et qui de part sa situation de perdu dans la montagne se fait livrer son courrier à dos d'âne, ce qui est très écologique!

        • [^] # Re: digital, vraiment ?

          Posté par  . Évalué à 6.

          Recoller des bouts de citation pour me faire dire ce que je n'ai pas dit, ce n'est pas très élégant ;)

          Je me suis sans doute mal exprimé.
          Je voulais dire qu'il n'est peut-être pas si évident que le coût environnemental du mail soit inférieur à celui du courrier papier. Les études qui tendant à monter cela sont sujettes à caution puisqu'il est extrêmement difficile d'établir un bilan environnemental objectif en prenant en compte tous les éléments.

          Toutefois ramener cela à un coût financier est absurde. Il est évident que le coût financier d'un produit ou d'un service n'a rien à voir avec son coût environnemental. Si c'était le cas tu paierais bien moins cher tes légumes bio produits à côté de chez toi que ceux qui ont fait la moitié du tour de la terre et été cultivés à grand renfort de chimie.

  • # Une voiture électrique ou à essence?

    Posté par  . Évalué à 10.

    J'ai lu l'article et, euh… bof.

    1. Les sondages peuvent faire dire n'importe quoi suivant la formulation de la question. "Est-ce que vous être en faveur de l'écologie" et "Seriez-vous prêt à changer de mode de vie et/ou à tout payer plus cher pour l'écologie?" ne reflétera pas le même niveau d'engagement.
    2. Dire qu'une journée de travail dans l'informatique génère du CO2 sans comparer à d'autres activités ne veut rien dire. Une journée de supermarché, ça fait quelle empreinte? Et un garagiste? Un notaire? Les usines?
    3. Écoconception de site web, ça veut certainement dire "alléger" ces pages qui chargent des Mo de frameworks et scripts en tout genre et font des requêtes à une BDD pour récupérer la couleur de la police du lien cliqué dans le 6ème fichier CSS (pas d'exemple, c'est une caricature). On sait déjà que c'est mal parce que la page est lourde de toute façon.

    Bref: "consommer moins d'électricité c'est mieux", ce n'est pas un message qui nécessitait une organisation dédiée pour qu'on le comprenne…

  • # Culpabilité et science-fiction

    Posté par  . Évalué à 7.

    J'ai toujours un peu de mal avec cette tendance à culpabiliser le consommateur. Et pour le coup, il s'agit en plus vraiment d'un domaine où la majorité des efforts pourraient venir des multinationales du web, des grandes entreprises, etc. davantage qu'au niveau individuel, avec ce pauvre quidam qui a mauvaise conscience de voir son film en VOD plutôt que sur sa vieille télé cathodique.

    Par contre, au niveau des entreprises, la chose devient intéressante, je pense notamment au server farm solaire par ex. (même si quid de la production des cellules photovoltaïques). Peut-être faudrait-il davantage de transparence à ce niveau. Voire des taxes du genre pollueur-payeur (peut-être existent-elles déjà, je n'en ai pas connaissance…) mais qui visent précisément les acteurs du web en fonction par ex. du trafic.

    Par contre quant au volet science-fiction, je ne suis pas vraiment un techno-béat, mais peut-être que ces usages du numérique sont d'une part en train de se lier beaucoup plus intrinsèquement à notre identité que par ex. se déplacer en voiture. Il pourrait s'agir là d'un prolongement de notre vie sociale, des mécaniques de conscience, de notre construction psychologique, etc., voire d'une évolution réticulaire de l'espèce humaine (on va devenir des abeilles hédonistes), et d'autre part, que c'est peut-être par l'intermédiaire de cette densité numérique de notre société qu'apparaîtront certaines solutions radicales au problème écologique. Allez, on lâche les astronefs de la SF : une IA qui s'éveille par elle-même sur Internet, bienveillante et empathique dans un premier temps, elle trouve une solution à la production propre d'électricité avec un réseau de cerfs-volants hydroliens, tout en bossant parallèlement sur la fusion nucléaire et sur un plan pour que l'humanité puisse arrêter de travailler, vaquer à son ennui. Et c'est là qu'apparaissent des guerres, que l'IA se fâche, et que tout foire, comme d'hab'. Postscarcity et scarface.

    • [^] # Re: Culpabilité et science-fiction

      Posté par  . Évalué à 7.

      Hors-sujet, mais je vois plutôt:

      L'IA appartient à une poignée d'actionnaires de la boite dans laquelle elle a été conçue et sa mission première et d'apporter de la valeur ajoutée.
      Elle trouve des solutions pour remplacer progressivement mais rapidement tous les humains sur Terre au travail, et pendant que la poignée d'actionnaires profite de toute cette valeur ajoutée, le reste de l'Humanité sombre dans la misère et la décadence.

      Finalement les pauvres se révoltent, mais bien trop tard: devenus ignorants, ils renversent les puissants mais sont incapables de comprendre la technologie et ont oublié toutes les connaissances accumulées. Ces dernières n'existent plus que sous format numérique incompréhensible par cette population, et l'Humanité est condamnée à revenir au Moyen-Age.

      Monde de merde!

  • # Télétravail

    Posté par  . Évalué à 8.

    Honnêtement, j'ai pas lu l'article, seulement la conclusion de l'auteur. Si une journée de boulot en informatique n'est équivalente à que 9km en voiture, c'est du coup un bon argument pour le développement du télé-travail ! Faudra que j'en parle à mon manageur à notre prochaine réunion !
    Bon par contre, va sérieusement falloir lancer une campagne pour expliquer que non, en français, digital n'est pas un synonyme de numérique. C'est aussi fatigant de lire des articles qui font ce mélange tout au long de leur contenu que entre un programmeur et un programmateur par exemple.

    Opera le fait depuis 10 ans.

    • [^] # Re: Télétravail

      Posté par  . Évalué à 1. Dernière modification le 01/08/18 à 20:59.

      entre un programmeur et un programmateur par exemple.
      

      Le programmateur de la machine à laver le linge je pense :D

      Et le digital c'est avec le doigt donc les tablette et smartphone non?

      Bon j'arrête les moqueries :P

      • [^] # Re: Télétravail

        Posté par  . Évalué à 4.

        Tu confonds tout. Le digital, c'est ce que fait le médecin dans le cadre du dépistage du cancer de la prostate.

        Ça, ce sont les sources. Le mouton que tu veux est dedans.

        • [^] # Re: Télétravail

          Posté par  . Évalué à 2.

          J'ai pas de prostate :P

          • [^] # Re: Télétravail

            Posté par  . Évalué à 2.

            Ya aussi le cancer du rectum qui est détecté de manière digitale.

            • [^] # Re: Télétravail

              Posté par  . Évalué à 1.

              Tu t'es fait avoir porte plainte t'as été abusé :
              la coloscopie c'est pas avec le doigt c'est une image numérique.
              :P

              • [^] # Re: Télétravail

                Posté par  . Évalué à 3. Dernière modification le 03/08/18 à 11:21.

                Sauf qu'il a raison. Le premier examen en cas de suspicion de cancer rectal (on parle pas du colon, mais bien du rectum), c'est le toucher rectal. Le fait de sentir une masse fixée à la muqueuse doit faire évoquer un cancer du rectum, à plus forte raison si elle saigne au toucher. Ça ne dispense pas d'une rectoscopie et d'une biopsie, mais c'est un premier examen nécessaire, et c'est un argument de poids pour décider l'endoscopiste à te consacrer une heure de son précieux temps.

                Ça, ce sont les sources. Le mouton que tu veux est dedans.

              • [^] # Re: Télétravail

                Posté par  . Évalué à 5.

                Sauf si c'est une image faite au doigt mouillé
                :D

                • [^] # Re: Télétravail

                  Posté par  . Évalué à 1.

                  Y a pas à dire, j'aime LinuxFR <3

                  Opera le fait depuis 10 ans.

  • # Stocker en local

    Posté par  . Évalué à 3.

    "Le stockage en ligne de ses e-mails, photos, vidéos, musiques, et autres documents impose des allers-retours incessants entre le terminal de l'utilisateur et les serveurs. Or, transporter une donnée sur l'internet consomme 2 fois plus d'énergie que de la stocker pendant 1 an. Il faut donc favoriser au maximum le stockage et l'usage local de ses données".

    À mon avis, pour avoir un stockage local aussi fiable que sur le cloud, ça coûte au moins aussi cher, pas moitié moins. Ou alors ils considèrent que prier tous les soirs pour que leur disque unique n'ait pas de panne ne leur coûte rien.

    Si le reste des estimations est du même style…

    Cette signature est publiée sous licence WTFPL

  • # Larousse

    Posté par  . Évalué à 4.

    La dernière fois que j'ai gueulé contre le digital on m'en renvoyé http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/digital/25502?q=digital#25383. J'ai eu l'air bien bête mais si ça continue de profondément m'énerver d'entendre parler de digital …

  • # C'est mieux avec le vrai document

    Posté par  . Évalué à 4.

    En faisant le travail de remonter aux sources de ces citations, on trouve le rapport à l'origine de l'article à l'origine de cet article, autrement plus intéressant…

    Quelques remarques rapides:

    • D'après les mesures, les coûts sont assez bien répartis/équilibrés entre les différentes sources de consommation de ressources; il n'y a pas un centre de coût unique qui permettrait de faire des gains miraculeux

    • Dans les 8 entreprises étudiées, les coûts principaux ne se situent pas dans les salles machines, mais sur les salles utilisateurs. (En même temps, ils n'ont pas mesuré les coûts des prestations externes, parce que c'est plus difficile. Mais du coup on ne sait pas quelle serait la contribution énergétique de l'utilisation de services informatiques externalisés, par exemple.)

    • Pour l'émission de gaz à effet de serre, les coûts principaux sont la fabrication des équipements utilisateurs (mobiliers de bureau, machines, etc.), 32%, et les trajets des employés (19%). Le télétravail aurait donc un impact important ici.

    • Pour la consommation d'eau, les coûts principaux sont la fabrication des équipements utilisateurs, 26% et les impressions de papier, 24%. Le coût d'impression suggère qu'on pourrait économiser pas mal en recyclant mieux le papier, mais surtout en imprimant moins.

    • Le rapport insiste pas mal sur le réemploi des équipements. C'est une bonne idée, et ça suggère que pas mal de boîte ont aujourd'hui sans doute des pratiques où on gaspille pas mal—en jetant plein d'équipements quand une nouvelle version arrive, ordinateurs aux switch réseaux en passant par les chaises de bureau.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n’en sommes pas responsables.