Le Medef prend position pour les brevets logiciels

Posté par . Modéré par Nÿco.
Tags : aucun
0
5
juil.
2004
Justice
Comme le rapporte le quotidien Le Monde daté du 29 juin 2004, le Medef a publié publié un "Manifeste pour les brevets".

Dans ce manifeste, l'organisation patronale française prend notamment position en faveur des brevets logiciels européens. Dans ce manifeste, dont l'objectif est d'exprimer la position du Medef sur "les vertus et l'utilité économique et sociale du brevet", l'organisation adopte une position générale pro-brevets.

Un paragraphe est consacré aux brevets logiciels, dans lequel l'organisation affirme son soutien à cette brevetabilité.
Elle y est en particulier jugée comme compatible avec les modèles "libres" comme "propriétaires", moyennant les mécanismes régulateurs suivants :
- accords de licences croisés
- pools de brevets
- standardisation avec accès aux brevets à des conditions "raisonnables et non discriminatoires"

Ce document, à fort contenu idéologique, méconnaît totalement les réalités du développement logiciel, et du monde des logiciels libres en particulier.
Il est l'oeuvre de Thierry Sueur, Président du Comité propriété intellectuelle du MEDEF, Hugues Arnaud Mayeur, Président du Comité innovation du MEDEF et Christian Nguyen Van Yen, Président du Groupe brevet du MEDEF.
Ces mêmes personnes ont participé aux commissions consultatives du Sénat et du ministère de l'économie et des finances sur les brevets logiciels.
  • # Pour ceux qui avaient encore un doute...

    Posté par . Évalué à  10 .

    Pour ceux qui avaient encore un doute, cette position du Medef est la preuve irréfutable que les brevets logiciels sont une belle saloperie :)
    • [^] # Re: Pour ceux qui avaient encore un doute...

      Posté par (page perso) . Évalué à  10 .

      c'est surtout la preuve, s'il en était encore besoin, que les membres du MEDEF sont des gens n'ayant pas pour première préoccupation l'intérêt public, mais bien l'intérêt privé.
      • [^] # Re: Pour ceux qui avaient encore un doute...

        Posté par . Évalué à  -1 .

        Je le dis qu'un des gros membres du Medef c'est le frère ou le cousin de sarkozy ?
        • [^] # Re: Pour ceux qui avaient encore un doute...

          Posté par (page perso) . Évalué à  10 .

          Guillaume sarkozy, est le frere de Sarkozy et c'est le vice président du MEDEF. Qui a dit que le gouvernement etait a la solde du medef ?
          • [^] # Re: Pour ceux qui avaient encore un doute...

            Posté par . Évalué à  -1 .

            Merci :)

            j'avais bien raison.
          • [^] # Re: Pour ceux qui avaient encore un doute...

            Posté par . Évalué à  10 .

            c'est un raccourci un peu rapide...
            si mon frère (qui n'existe pas) etaient un meurtrier, cela ferait il de moi un criminel...
            exemple concret: les frères Léotard
            Le gouvernement actuel vehicule les mêmes idées que le MEDEF, c'est un fait, mais les gens ont voté (et à titre personnel je le déplore) en connaissance de cause il me semble...
            Rapporter ça a une histoire de famille relève du raccouci fachisant... (les chiens font pas des chats, la théorie de l'élite => ...=> la race supérieure) . je sais bien que la n'est pas ton propos, mais cest bien la qu'abouti ce type de raisonnement.
            • [^] # Re: Pour ceux qui avaient encore un doute...

              Posté par . Évalué à  -1 .

              et le népotisme, ça ne tévoque pas le fachisme?
              Ne me dit pas que tu ignores que des gens comme le fréro de Sarko sont cooptés! Mais, tu as raisons, soyons purs, ne soupçonons pas l'insoupçonable.
              • [^] # Re: Pour ceux qui avaient encore un doute...

                Posté par . Évalué à  1 .

                " et le népotisme, ça ne tévoque pas le fachisme?"
                Le fascisme, la monarchie, l'oligarchie, la république, le communisme, etc...

                Tu connais beaucoup de systèmes où le fils à papa n'est pas avantagé?
                J'en vois UN : la démocratie athénienne pour les postes qui étaient tirés au sort.
                • [^] # Re: Pour ceux qui avaient encore un doute...

                  Posté par . Évalué à  0 .

                  mais que tu oublies que dans la démocratie athénienne, seul l'aristocratie été présente.

                  Interdit aux femmes, et aux esclaves ...
                  • [^] # Re: Pour ceux qui avaient encore un doute...

                    Posté par . Évalué à  2 .

                    " mais que tu oublies que dans la démocratie athénienne, seul l'aristocratie été présente."

                    Faux! Tous les citoyens mâles adultes.

                    Il y avait des esclaves et des "métèques" (étrangers libres, résidant dans la cité sans avoir la citoyenneté) qui n'avaient pas le droit de vote, tout comme les femmes, mais l'aristocratie avait été renversée par la démocratie.

                    Ne pas confondre avec les cités aristocratiques, comme Sparte.
            • [^] # Re: Pour ceux qui avaient encore un doute...

              Posté par . Évalué à  -3 .

              GODWIN !
            • [^] # Re: Pour ceux qui avaient encore un doute...

              Posté par . Évalué à  3 .

              C'est peut-etre un raccourci un peu rapide, mais ton expemple de frère meurtrier ne tiens pas la route non plus :)
              Une chose est sûr: c'est que le fait que le ministre de l'économie ait un frère qui soit vice-président du MEDEF est clairement un conflit d'intéret.
              C'est un peu comme Mmd FOURTOU qui fait une loi (la LEN) pour faire plaisir a monsieur son marie.

              Il semble que les conflits d'intérets soit monai courrente dans le gouvernement actuel.
        • [^] # Re: Pour ceux qui avaient encore un doute...

          Posté par . Évalué à  4 .

          Haha
          t'es foutu !
          On va venir t'arrêter t'as insulté Sarkozy en méconnaissant sa famille !!
        • [^] # Re: Pour ceux qui avaient encore un doute...

          Posté par . Évalué à  2 .

          Oui c'est houplaboom il est corse a travailler chez mandrake et wanadoo, un troll vivant sur patte en quelques sortes.
      • [^] # Re: Pour ceux qui avaient encore un doute...

        Posté par . Évalué à  10 .

        c'est surtout la preuve, s'il en était encore besoin, que les membres du MEDEF sont des gens n'ayant pas pour première préoccupation l'intérêt public, mais bien l'intérêt privé.

        Pas des interets privés en general, seulement des GROS interets privés...

        C'est le syndicat qui fait dire que les syndicats c'est pas bien (en pensant aux syndicats qui tentent de proteger les smicards qui sont bien évidement des privilégiés).
      • [^] # Re: Pour ceux qui avaient encore un doute...

        Posté par (page perso) . Évalué à  10 .

        c'est surtout la preuve, s'il en était encore besoin, que les membres du MEDEF sont des gens n'ayant pas pour première préoccupation l'intérêt public, mais bien l'intérêt privé.

        Même pas sûr, dans le sens ou je pense que les patrons français sont bien plus consomateurs de produits étrangers que fournisseurs de logiciel. Donc, l'informatique est une charge pour eux. Le libre leur pemet soit de bénéficier d'une autre offre, soit de faire pression pour des réductions de tarif chez les gros fournisseurs du marché...
        Poussant aux brevets logiciels, et si ceux-ci ont l'effet que nous craignions tous ici, on peut imaginer qu'un couvercle de plomb va retomber sur la création de logiciel libre... Et la création de logiciel en général.... (qui va oser écrire un logiciel sur mesure, maintenant ?)
        Et les grands fabricants de pouvoir tranquillement se reinstaller dans des situations d'oligopoles, à laquelle personne (à part eux) n'a pourtant intéret...

        C'est même désolant de voir ça... Désolant pour les adhérents du MEDEF, dont les intérets sont à mon avis ailleurs....
        • [^] # Re: Pour ceux qui avaient encore un doute...

          Posté par (page perso) . Évalué à  10 .

          > Désolant pour les adhérents du MEDEF, dont les intérets sont à mon avis
          > ailleurs....

          ... en Suisse.
          • [^] # Re: Pour ceux qui avaient encore un doute...

            Posté par . Évalué à  6 .

            Excusez-moi, mais soit je ne sais pas lire soit quelque chose m'échappe. Dans le manifeste page 7, il est écrit: "les programmes d'ordinateur en tant que tels relèvent de la protection par le droit d'auteur et ne peuvent être brevetés. Certaines décisions d'offices du brevet ont pu jeter un doute sur ce point. Ce qui relève du brevet, c'est l'invention d'un nouveau procédé technique ou d'un produit indusriel....".
            Pour moi, si je sais encore lire et comprendre, cela ressemble fort à ce qui a été voté par le Parlement Européen. Je n'ai vu nulle part dans ce manifeste ( je peux me tromper peut-être ) une revendication pour breveter les logiciels. Au contraire, le manifeste semble préciser que cela doit rester du domaine du droit d'auteur.
            C'est ma lecture de ce manifeste et ce n'est pas parce qu'il est écrit par le MEDEF qu'il est forcément mauvais.
            • [^] # Re: Pour ceux qui avaient encore un doute...

              Posté par . Évalué à  4 .

              Tu devrais lire le lien qui a été donné en bas de page : http://kwiki.ffii.org/index.cgi?Medef040629Fr(...)
              • [^] # Re: Pour ceux qui avaient encore un doute...

                Posté par . Évalué à  8 .

                Bon, j'ai lu le texte du lien.

                Je cite: MEDEF: 'Les programmes d'ordinateur en tant que tels relèvent de la protection par le droit d'auteur et ne peuvent être brevetés.' Commentaire: 'Très bien, mais il faut alors garantir que ce ne soit pas le cas...' .
                Il me semble que ce n'est pas à un organisme syndical quelqu'il soit de proposer les règles de droit pour garantir quelque chose, c'est le rôle des politiques. Dans cette phrase, la position du MEDEF est claire ( et s'il se dénie, cela pourra toujours leur être opposé ).

                Commentaire: 'Si le Medef était sincère dans ses affirmations comme quoi les « programmes d'ordinateur en tant que tels relèvent de la protection par le droit d'auteur et ne peuvent être brevetés » et dans sa volonté de lever les ambiguïtés juridiques découlant des pratiques des offices de brevets, il devrait alors être complètement satisfait par cette définition rappelée par le Parlement européen. Le Conseil de l'UE ainsi que la Commission européenne ont prétendu défendre exactement les mêmes affirmations et objectifs et ont pourtant rejeté cet amendement du Parlement européen !'.
                Nulle part dans le manifeste, le MEDEF se déclare insatisfait de la position prise par le Parlement Européen. De plus, il ne siège ni au Conseil ni à la Commission Européenne.

                Ce texte me semble partisant anti-medef par principe; les critiques émises risquent donc de souffrir de crédibilité.

                Quant à dire que le gouvernement de droite est inféodé au MEDEF, c'est la même chose que dire qu'un gouvernement de gauche est inféodé à la CGT.

                Soyons un peu plus mesuré dans nos critiques et jugements tout en restant vigilant. Je ne pense pas que critiquer un texte qui écrit des choses que l'on défend parce qu'il vient de tel ou tel que l'on n'aime pas, fasse progresser les choses et convainque ( j'ai un doute sur l'orthographe ) les gens de votre bonne foi.
                • [^] # Re: Pour ceux qui avaient encore un doute...

                  Posté par . Évalué à  1 .

                  > Il me semble que ce n'est pas à un organisme syndical quelqu'il soit de proposer les règles de droit pour garantir quelque chose, c'est le rôle des politiques.

                  Ce n'est pas ce qui est demandé, c'est souligné parce qu'ils ne respectent pas cette idée ensuite.

                  > Dans cette phrase, la position du MEDEF est claire ( et s'il se dénie, cela pourra toujours leur être opposé ).

                  C'est ce qui est fait un peu plus loin.

                  > Nulle part dans le manifeste, le MEDEF se déclare insatisfait de la position prise par le Parlement Européen.

                  Explicitement non, mais c'est bien le contenu de ce qu'ils expriment. Comme expliqué plus loin, c'est la méthode actuellement suivi par les anti-brevets : dire qu'on est pas pour en général, mais seulement dans des cas particuliers, et avoir une définition de cas particuliers suffisamment large pour que ça finisse par tout inclure.
                  • [^] # Re: Pour ceux qui avaient encore un doute...

                    Posté par . Évalué à  1 .

                    Explicitement non, mais c'est bien le contenu de ce qu'ils expriment. Comme expliqué plus loin, c'est la méthode actuellement suivi par les anti-brevets :

                    Tu ne veux pas dire pro-brevet ?
                    • [^] # Re: Pour ceux qui avaient encore un doute...

                      Posté par . Évalué à  1 .

                      Oups, oui bien sûr !
                    • [^] # Re: Pour ceux qui avaient encore un doute...

                      Posté par . Évalué à  -1 .

                      >> Il me semble que ce n'est pas à un organisme syndical quelqu'il soit de proposer les règles de droit pour garantir quelque chose, c'est le rôle des politiques.
                      >Ce n'est pas ce qui est demandé, c'est souligné parce qu'ils ne respectent pas cette idée ensuite.
                      Quelle idée ? Je ne comprends pas ?

                      >> Dans cette phrase, la position du MEDEF est claire ( et s'il se dénie, cela pourra toujours leur être opposé ).
                      >C'est ce qui est fait un peu plus loin.
                      Ah bon, où ça?

                      >> Nulle part dans le manifeste, le MEDEF se déclare insatisfait de la position prise par le Parlement Européen.
                      >Explicitement non, mais c'est bien le contenu de ce qu'ils expriment. Comme expliqué plus loin, c'est la méthode actuellement suivi par les pro-brevets..
                      Cela s'appelle un procés d'intention.

                      Que cela soit clair, je ne suis ni pro ni anti MEDEF. J'ai lu leur manifeste dans lequel ils expliquent l'utilité des brevets sur les inventions ( et je suis pour les brevets sur les inventions, il me semble normal que l'inventeur puisse vivre de son invention ) et dans lequel ils précisent que les logiciels doivent rester sous le domaine des droits d'auteur ( et je suis d'accord avec cela aussi ).

                      Quant à critiquer ce manifeste parce que c'est le MEDEF qui l'a écrit et dire qu'ils écrivent le contraire de ce qu'ils pensent, pour moi, c'est une forme de terrorisme intellectuel et c'est mentir aux gens.
                      • [^] # Re: Pour ceux qui avaient encore un doute...

                        Posté par . Évalué à  0 .

                        > Cela s'appelle un procés d'intention.

                        Non, c'est concret dans leur discours. Ce n'est pas parce qu'on a affaire à un expert de rhétorique que lire le véritable sens de ses propos est un procès d'intention, rien à voir.
                      • [^] # Re: Pour ceux qui avaient encore un doute...

                        Posté par . Évalué à  5 .

                        Quant à critiquer ce manifeste parce que c'est le MEDEF qui l'a écrit et dire qu'ils écrivent le contraire de ce qu'ils pensent, pour moi, c'est une forme de terrorisme intellectuel et c'est mentir aux gens.

                        Bon, sur la forme, l'emploi a tord et a travers tres a la mode de la metaphore du terrorisme, je trouve ca plus que moyen..Le terrorisme, c'est l'emploi de la violence contre des personnes contre des personnes innocentes (dans le sens d'etrangeres a l'affaire) ou desarmees.

                        Sur le fond, je comprends ce que tu dis et j'y ai partiellement repondu[1]. Ceux comme la FFII qui sont dans la negociation depuis des mois se sont pris en plein dans la geule une strategie consistant a ne pas s'affirmer comme partisans des brevets a tout prix. La duplicite consiste a contrebalancer par des paroles aussi genereuses que volage set des limitations qui n'en sont pas un texte qui va tres loin dans le sens d'une brevabilite des logiciels.

                        [1] http://linuxfr.org/2004/07/05/16731.html#442965(...)

                        C'est pourquoi il s'agit de poser des questions beaucoup plus precises que Etes vous contre les abus tel ce questionnaire envoye aux candidats :
                        http://www.ffii.org/~bkaindl/questionnaire/html/FR.html(...)


                        1a. Allez-vous voter pour la liberté de publication (contre les revendications de programmes ?)
                        1b. Allez-vous voter pour le rejet de la directive si la liberté de publication n'est pas garantie ?
                        2a. Allez-vous voter pour la liberté de l'interopérabilité, comme cela a été voté en séance plénière le 24 septembre 2003 et par les commissions JURI, CULT et ITRE ?
                        2b. Allez-vous voter pour le rejet de la directive si la liberté d'interopérabilité n'est pas garantie ?
                        3a. Allez-vous voter pour que le traitement des données soit exclu des "domaines technologiques" comme le précise l'article 3bis adopté le 24 septembre dernier en séance plénière ?
                        3b. Allez-vous voter pour le rejet de la directive si le traitement des données n'est pas exclu ?
                        4a. Allez-vous voter pour une définition de la "technique" se rapportant aux forces contrôlables de la nature ?
                        4b. Allez-vous voter pour le rejet de la directive si elle ne comporte pas une telle définition ?


                        Bon, ca c'etait pour des candidats. Pour un syndicat, fait un :%s/allez-vous voter/Soutenez vous/g
                        • [^] # Re: Pour ceux qui avaient encore un doute...

                          Posté par . Évalué à  0 .

                          J'ai oublié de mettre les guillemets au mot terrorisme, désolé.

                          Ce contre quoi je m'élève, c'est cette habitude de faire des procés d'intention à des gens, des groupes... dès qu'ils ne disent pas la même chose que l'on pense ou pis, s'ils disent la même chose, de dire qu'ils font de la duplicité

                          Il me semble beaucoup plus intelligent d'envoyer le questionnaire au MEDEF, en leur disant de confirmer leur attachement au droit d'auteur en ce qui concerne tout oeuvre de l'esprit et au brevet en ce qui concerne tout oeuvre matérielle. Cela les engagerait et, tout au moins, clarifierait leur position.

                          Quant à la réponse précédente la votre, je m'inquiète de lire ce genre de phrase: lire le véritable sens de ses propos. Véritable pour qui, selon quels critères, les votres ? et les autres alors, ils ont tord ? parce qu'ils n'ont pas vos critères ?

                          Laissez moi encore croire que, jusqu'à preuve du contraire, les gens sont d'abord honnête dans leurs propos ou écrits ( et j'ai la cinquantaine et en ai entendu des couillonades mais, bon, sinon on devient cynique -;)
                          • [^] # Re: Pour ceux qui avaient encore un doute...

                            Posté par . Évalué à  2 .

                            Il me semble beaucoup plus intelligent d'envoyer le questionnaire au MEDEF, en leur disant de confirmer leur attachement au droit d'auteur en ce qui concerne tout oeuvre de l'esprit et au brevet en ce qui concerne tout oeuvre matérielle. Cela les engagerait et, tout au moins, clarifierait leur position.

                            Nous sommes tout a fait d'accord. Je ne le ferais pas parceque je suis ni du mouvement, ni entrepreneur, ni de France, mais si vous leur posez la question (en s'inspirant du formulaire de la FFII par exemple), tout le monde sera ravi d'en entendre la reponse. (Les journaux seront parfait pour cela).


                            Quant à la réponse précédente la votre, je m'inquiète de lire ce genre de phrase: lire le véritable sens de ses propos. Véritable pour qui, selon quels critères, les votres ? et les autres alors, ils ont tord ? parce qu'ils n'ont pas vos critères ?
                            Veritable n'est pas le mot, je veux dire concretement ce sur quoi ca va deboucher dans le TEXTE de la DIRECTIVE europeene. C'est tres serieux, vous n'ignorez pas que une fois adoptee, les legislateurs nationaux n'ont pratiquement aucune marge de manoeuvre pour en avaliser le contenu.

                            Le traite de Rome dit : Ne peuvent etre proteges par les brevets : les algorithme, sciences, ..., programmes informatiuques en tant que tels

                            Clair et net

                            Pourtant, un simple jeu de mot sur les 4 mots en gras a permis l'autorisation de dizaines de milliers de brevets par l'EPO.

                            Je ne permettrais pas de dire que ce qui ne pensent pas comme moi ont tort. Simplement les belles intentions et les paroles rassurantes n'ont dans ce cas precis aucune importance. Voila le seul jeu qui compte : je suis un representant (un peu plus malin que la moyenne) en P.I. Un client est pret a me payer si je lui obtiens un brevet stupide. J'ai un truc objectif : un texte de loi. Puis-je me debrouiller pour le faire avaliser ? La loi m'en empeche t'elle, OUI ou NON ?

                            La FFII s'etait prete a ce jeu, la conclusion fait peur : Pourquoi Amazon One Click Shopping est brevetable selon la proposition de directive de l'UE
                            http://swpat.ffii.org/papers/eubsa-swpat0202/tech/index.en.html(...)
                          • [^] # Re: Pour ceux qui avaient encore un doute...

                            Posté par . Évalué à  3 .

                            Tiens, et pour finir, voici tout chaud qui vient de sortir une lettre du cabinet du premier ministre, et son analyse qui illustrent parfaitement ce que je disais.

                            http://standblog.org/blog/2004/07/06/93113574-brevets-logiciels-et-(...)
                • [^] # Re: Pour ceux qui avaient encore un doute...

                  Posté par (page perso) . Évalué à  2 .

                  ce Manifeste réaffirme dans un esprit militant et avec détermination l'attachement du MEDEF au brevet comme arme économique stratégique dans la compétition mondiale."
      • [^] # Re: Pour ceux qui avaient encore un doute...

        Posté par . Évalué à  10 .

        c'est surtout la preuve, s'il en était encore besoin, que les membres du MEDEF sont des gens n'ayant pas pour première préoccupation l'intérêt public, mais bien l'intérêt privé.

        Défendre un groupe de personnes, ça peut se justifier, c'est le principe d'un syndicat. Mais alors qu'il est censé défendre tous les patrons, il est clair ici qu'il ne défend pas les patrons de petites entreprises, celles qui vont subir les brevets et ne pourront pas s'en servir faute de moyens. Ici ils ne défendent pas une catégorie professionnelle, mais seulement les plus riches parmi cette catégorie.
        • [^] # Re: Pour ceux qui avaient encore un doute...

          Posté par . Évalué à  10 .

          Très bien vu.

          Le MEDEF est une énorme escroquerie intellectuelle : c'est un organisme qui s'est assuré une hégémonie sur la représentation patronale mais qui est souvent à 180° des besoins et des souhaits des entrepreneurs. C'était tout à fait symptomatique pour les 35 heures, le CNPF de Gandois avait signé des accords Loi Robien de mêmoire et le Medef "re-looké" (c'est à dire ses composantes proprement réactionnaires) avait attaqué bille-en-tête après avoir exploité le clash entre le gouvernement socialiste et ledit Gandois pour prendre le contrôle de toutes les manettes de l'appareil (duo Seillière-Kessler) à l'automne 1997.

          Aujourd'hui c'est en réalité une institution idéologique qui consacre toute son énergie au démontage des structures keynesiennes (les rares qui subsistent...), ils se rapprochent plus de la Mount Pelerin Society, du Cato institute ou du Von Mises que d'un véritable partenaire "social".

          [pour plus d'infos sur ces institutions , le site du réseau voltaire était bien fut un temps ou bien ce site qui semble aussi relativement complet :
          http://pages.globetrotter.net/charro/HERMES3/conservatisme.htm(...)
          ]

          J'aurais jamais pensé dire ça mais si vous voulez de "vrais" syndicats patronaux, regardez plutôt du coté de ces gens là :

          Centre des jeunes dirigeants :
          http://www.cjd.net/(...)

          CGPME :
          http://www.cgpme.fr/(...)

          Là ce sont encore des gens qui ont des perspectives industrielles (produire-distribuer-vendre) et pas des caciques financiers.

          Fraternellement,

          Yoj'
      • [^] # Re: Pour ceux qui avaient encore un doute...

        Posté par (page perso) . Évalué à  -3 .

        Non, c'est faux (du moins pas complètement exact ;-)). Le seul intérêt qu'ils ont est de faire du pognon, de toutes les manières possibles (bonnes ou mauvaises).
      • [^] # Re: Pour ceux qui avaient encore un doute...

        Posté par (page perso) . Évalué à  3 .

        > les membres du MEDEF sont des gens n'ayant pas pour première préoccupation
        > l'intérêt public, mais bien l'intérêt privé.

        C'est leur job, c'est un syndicat de patrons, ils défendent les intérêts de
        ceux qu'ils représentent, tu t'attendais à quoi ?
    • [^] # Re: Pour ceux qui avaient encore un doute...

      Posté par . Évalué à  4 .

      y'a de quoi avoir peur, vu comment le gouvernement est à la solde du medef...
      • [^] # Re: Pour ceux qui avaient encore un doute...

        Posté par (page perso) . Évalué à  5 .

        Comment peut-on être aussi stupide ?

        Bizarre que le medef, qui est censé représenter les gros patrons des belles entreprises françaises, sont prêt à vendre leur âme aux américains qui détiennent l'immense majorité des brevets logiciels.

        Sont-ils stupides, aveugles, en démantelant jour après jour la capacité industrielle de notre cher pays ? Il faut les aider à y voir clair, en leur expliquant que leur stratégie à court terme ne peux que les mener droit dans le mur (et à l'échafaud si ils n'ont pas de chance et qu'on obtient les preuves que ce sont des vendus à la soldes des puissances étrangères et qui mettent en péril l'intégrité de notre patrie au mépris de notre souveraineté nationale).

        En tant qu'ultra-libéral d'extrême-gauche je ne peux que m'opposer à ces dilapideurs de ressources qui empêchent la France d'entreprendre en paix.

        Que vous soyez libéraux, ultra-libéraux, de droate, de goche, communiste, arlettiste, alter-mondialiste, riche ou pauvre, le médef jour contre vous. Du moment que vous soyez un citoyen, de toutes façons, le médef vous extorque le pognon qui devrait aller à l'état pour l'intérêt de tous et pas à quelques multi-milliardaires en manque de fric.
        • [^] # Re: Pour ceux qui avaient encore un doute...

          Posté par . Évalué à  10 .

          Sont-ils stupides, aveugles, en démantelant jour après jour la capacité industrielle de notre cher pays ?

          Si tu lis le guardian http://www.guardian.co.uk/business/story/0,3604,1248682,00.html(...) , tu verras que les anglais se sont aperçus, mais trop tard, que le Royaume-Uni, qui fut longtemps l'un des premiers pays de conception et de progrès aéronautiques du monde, sinon le premier dans ses périodes fécondes, n'est plus capable de concevoir et de produire un avion de combat avancé, voire de participer de façon constructive et créatrice à sa conception et à sa fabrication. Et tout ça à cause du JSF américain...

          Bref, les politiques et gros industriels anglais n'ont pas hésité à asphyxier leur industrie. Pourquoi ferait-on mieux ?!?

          PS : attention, je dis pas que la faute est aux américains, loin de là : elle est aux anglais qui ne l'ont pas joué fine...
          • [^] # Re: Pour ceux qui avaient encore un doute...

            Posté par (page perso) . Évalué à  -1 .

            Personnellement, vivre dans un pays qui n'est pas capable de concevoir un avion de combat avancé, ça me plairait. Et si aucun pays n'était capable de le faire, ça me plairait encore plus. Mais bon, j'ai bien compris l'exemple.
        • [^] # Re: Pour ceux qui avaient encore un doute...

          Posté par . Évalué à  10 .

          Bizarre que le medef, qui est censé représenter les gros patrons des belles entreprises françaises, sont prêt à vendre leur âme aux américains qui détiennent l'immense majorité des brevets logiciels.

          Hum, le pognon est apatride (c'est le seul truc qui circule à peu près librement). La minorité ultralibérale aux commandes du MEDEF ne représente plus les intérêts des PME françaises mais celle d'une caste d'apparatchiks financiers qui investissent leur fric là où ça rapporte, c'est à dire Microsoft ou IBM plutôt que Mandrake. C'est la même logique qui fait délocaliser les usines en Asie, les développement en Inde et les call center au Maghreb ou dans les prisons.
          Dans l'informatique, le brevet est une arme qui sert à matraquer les concurrents sur le marché et assoir un monopole, monopole générateur de cash à court terme, et c'est tout ce qui est recherché.

          La mondialisation est une belle couillonnade pour les petites boîtes et les artisans (je suis même surpris qu'il n'y ait pas une renaissance du poujadisme sur ce thème-là...)
          • [^] # Re: Pour ceux qui avaient encore un doute...

            Posté par . Évalué à  8 .

            C'est la même logique qui fait délocaliser les usines en Asie, les développement en Inde et les call center au Maghreb ou dans les prisons.

            La logique qui fait délocaliser en Asie, c'est tout simplement le fait que les gens (toi, moi, tout le monde) veut acheter moins cher, et qu'on délaisse des produits fabriqués dans nos contrées (plus chers) pour se tourner vers des produits fabriqués pour moins cher ailleurs. Il n'y a qu'à voir ce qui se vend en supermarché.

            Pas la peine d'invoquer un quelconque MEDEF ou des financiers spécialisés. Les financiers, en l'occurrence, ce sont les consommateurs.

            Quant à la mondialisation, je crois que sans elle les geeks ne pourraient pas se payer de l'électronique à bas prix (comme c'est le cas), n'oublions pas d'où vient le matériel informatique en majorité.

            Je voudrais juste qu'on se rende compte de faits simples.
            (NB: Je ne suis pas d'accord avec le MEDEF, mais ce n'était pas le sujet de mon commentaire)
            • [^] # Re: Pour ceux qui avaient encore un doute...

              Posté par . Évalué à  3 .

              > La logique qui fait délocaliser en Asie, c'est tout simplement le fait que les gens (toi, moi, tout le monde) veut acheter moins cher, et qu'on délaisse des produits fabriqués dans nos contrées (plus chers) pour se tourner vers des produits fabriqués pour moins cher ailleurs.

              Faux. Ce n'est pas l'utilisateur qui fixe le prix. Si on le place dans un monde de logique de profit, il n'a pas le choix de faire autrement.

              > Pas la peine d'invoquer un quelconque MEDEF ou des financiers spécialisés. Les financiers, en l'occurrence, ce sont les consommateurs.

              Les bourgeois dont on parle sont ceux qui ont le pouvoir, qui organisent l'économie avec les gouvernants. Le consommateur lambda n'a aucun pouvoir sur ces choix.

              > Quant à la mondialisation, je crois que sans elle les geeks ne pourraient pas se payer de l'électronique à bas prix (comme c'est le cas), n'oublions pas d'où vient le matériel informatique en majorité.

              Et ? On achèterait moins performant et moins souvent, voilà tout.

              > Je voudrais juste qu'on se rende compte de faits simples.

              Là tu tombes dans l'excès de simplicité. Faut arrêter de déifier l'offre et la demande et de considérer les consommateurs responsables de la merde dans laquelle on les met.
              • [^] # Re: Pour ceux qui avaient encore un doute...

                Posté par . Évalué à  4 .

                Tu es hallucinant de mauvaise foi, et tu fais semblant de ne pas comprendre (et ton discours sur les "bourgeois" date d'une autre époque et fait sourire).

                Le consommateur choisit, jusqu'à nouvel ordre, les produits qu'il achète, et le prix qu'il y met. Un de mes amis essaye de ne jamais acheter "made in China", pour ne pas cautionner la fabrication dans des conditions douteuses (prisonniers politiques ou autre). Je dis bien "essaie" car ce n'est pas toujours facile. Personnellement je donne la priorité à des produits de qualité, j'évite les sous-marques ou les premiers prix taïwanais/chinois (pour caricaturer).

                Et le consommateur lamba a un pouvoir, celui de son porte-monnaie. Un exemple réçent est le projet Moneo (porte-monnaie électronique), les consommateurs l'ont rejeté (à cause des conditions financières), et je ne connais personne qui en a un, ça a fait un flop. Pas besoin d'être cadre supérieur pour décider de sa façon de consommer.

                Ce qu'il faut comprendre c'est que la pression sur les prix, qui entraîne à terme les délocalisations, est le fait de tous, c'est un mouvement d'ensemble, auquel il est quasi impossible de s'opposer. Si tu es acheteur dans une société, ton boulot c'est de baisser les coûts pour ta société. Si tu es acheteur pour toi (consommateur), tu feras pareil (à moins que tu cherches à dépenser plus, mais tu serais un oiseau rare). On voit le succès des compagnie charters (alors que parfois voyager sur Air France ça coûte seulement 5% plus cher).
                • [^] # Re: Pour ceux qui avaient encore un doute...

                  Posté par . Évalué à  2 .

                  > Tu es hallucinant de mauvaise foi, et tu fais semblant de ne pas comprendre (et ton discours sur les "bourgeois" date d'une autre époque et fait sourire).

                  Je ne sais pas de quand date ce terme pour cette utilisation, mais il est clair qu'il est toujours d'actualité à moins d'avoir de la m***e dans les yeux. Le pouvoir effectif appartient à ceux qui ont le pouvoir politique et/ou le pouvoir de l'argent (l'intersection n'est pas nulle). Le citoyen lambda n'a aucun pouvoir et on décide pour lui, ce n'est pas nouveau.

                  > Le consommateur choisit, jusqu'à nouvel ordre, les produits qu'il achète, et le prix qu'il y met. Un de mes amis essaye de ne jamais acheter "made in China", pour ne pas cautionner la fabrication dans des conditions douteuses (prisonniers politiques ou autre). Je dis bien "essaie" car ce n'est pas toujours facile.

                  Va donc dire ça aux petits salaires. Hein, pourquoi vous achetez du pas cher bande d'anti-patriotes ? C'est ridicule. S'il faut débourser le choix, n'est certainement pas libre, et pour des raisons évidentes.

                  > Et le consommateur lamba a un pouvoir, celui de son porte-monnaie. Un exemple réçent est le projet Moneo (porte-monnaie électronique), les consommateurs l'ont rejeté (à cause des conditions financières), et je ne connais personne qui en a un, ça a fait un flop. Pas besoin d'être cadre supérieur pour décider de sa façon de consommer.

                  Ca ne veut pas dire grand chose vu l'inutilité de ce truc. Quel rapport avec le sujet ?

                  > Ce qu'il faut comprendre c'est que la pression sur les prix, qui entraîne à terme les délocalisations, est le fait de tous, c'est un mouvement d'ensemble, auquel il est quasi impossible de s'opposer.

                  C'est évident et c'est bien ce que je dis. Le consommateur lambda n'en est pas responsable parce qu'il n'a pas le choix. C'est un mouvement d'ensemble, et est créé par l'économie, et l'économie est mise en place et soutenue par les bourgeois (ah non, c'est un mot interdit, pardon, par les patrons les plus riches et les politiques les plus avides).

                  > Si tu es acheteur dans une société, ton boulot c'est de baisser les coûts pour ta société. Si tu es acheteur pour toi (consommateur), tu feras pareil (à moins que tu cherches à dépenser plus, mais tu serais un oiseau rare). On voit le succès des compagnie charters (alors que parfois voyager sur Air France ça coûte seulement 5% plus cher).

                  Cette manière de reporter la responsabilité sur le consommateur est répugnante. Le consommateur n'est pas libre de choisir (à part s'il est riche, ce qui n'est pas monsieur tout le monde).
                  • [^] # Re: Pour ceux qui avaient encore un doute...

                    Posté par . Évalué à  4 .

                    Olivier a raison . c'est toi qui a de la "de la m***e dans les yeux."

                    Exemple :

                    > Moneo
                    > Ca ne veut pas dire grand chose vu l'inutilité de ce truc. Quel rapport avec le sujet ?

                    Au contraire , c'est un bon exemple.
                    Le principe de moneo c'est une tres bonne idee : pouvoir payer toutes les petites depenses juste avec une carte. Ne pas trimbaler des tonnes de pieces. (voir a ce sujet les articles de yahoo ou le monde qui racontent que l'allemagne manque de pieces de 1, 2 et 5 centimes d'euros parceque les gens les oublient dans leur poches). Cela aurait pu faire gagner beaucoup beaucoup d'argent a tout le monde.

                    Mais les banques dans leur peur de l'inconnu, leur cupidité et leur radineries ont voulu que ce soit rentable dès le premier centime. C'est a dire que pour chaque transaction le commercant paie, le client paie.
                    Le gens ont parfaitement compris ça . Et ne se sont pas servi de moneo. Resultat : un magnifique flop à plusieurs centaines de million d'euros.

                    Cet exemple est parfait pour montrer que ce sont bien les consomateurs qui decident.
                    • [^] # Re: Pour ceux qui avaient encore un doute...

                      Posté par . Évalué à  -1 .

                      Super et bien moi j'ai décidé d'être un bon patriote et de n'acheter que des godasses francaises.

                      Alors toi qui n'as pas de la "merdef dans les yeux" tu n'as qu'à m'indiqué ne ligne de basket fabriquée en France !

                      Quant au moneo, ton example est une vaste plaisanterie.
                      • [^] # Re: Pour ceux qui avaient encore un doute...

                        Posté par . Évalué à  0 .

                        je te dirais une marque europeene frabriqué uniquement en europe, c'est New Balance, il n'emploie que des personnes majeurs et c'est basket son fabriqué en angleterre de A à Z

                        ce qui est surprenenant c'est quelle ne coute pas plus chère que des marques fabriqué par des travailleurs/esclaves
                      • [^] # Re: Pour ceux qui avaient encore un doute...

                        Posté par (page perso) . Évalué à  2 .

                        J'ai des basket TBS aux pieds, elles sont fabriquées à Angers, et je les ai payées 40 euros.
                    • [^] # Re: Pour ceux qui avaient encore un doute...

                      Posté par . Évalué à  0 .

                      > Cet exemple est parfait pour montrer que ce sont bien les consomateurs qui decident.

                      C'est un phénomène global sans responsabilité du consommateur, placé violemment dans un système libéral. Tu ne peux pas reprocher au consommateur de faire une logique de profit, souvent son revenu ne lui laisse pas d'autre alternative. Tu as juste montré la responsabilité des banquiers, et tu devrais comprendre qu'une foule n'est pas une personne. (dilemme du prisonnier ?)
                  • [^] # Re: Pour ceux qui avaient encore un doute...

                    Posté par . Évalué à  1 .

                    ouais, pis ca tombe bien parce que toi t'es justement pas un gros riche qui a acces a internet et qui fait de grosses economies sur la bouffe etc.. en allant cherchant volontairement le moins cher chez carrefour.

                    Alors du coup, ca te permet d'avoir la conscience tranquille (c'est pas de ma faute, c'est pas de ma faute), tout en faisant des economies.

                    le truc marrant c'est que vu la teneur de ton discours sur les "bourgeois", ces salauds, je te vois bien gueuler contre la malbouffe et ensuite filer acheter de la merde en boite, des legumes au supermarche (bah vi, le primeur, c'est trop cher!!!) et autre saloperies chimiques dans ton hyper marche prefere (enfin le plus proche, passque les transports en commun, ca coute du pognon)

                    enfin bref, quand on voit le prix de certains produits, en grande surface notamment, faut etre sacrement idiot pour pas se douter qu'il ya quelque chose de louche la dessous..

                    apres t'assumes ou t'achetes pas, mais s'il te plait, vient pas dire qu'on te force a l'acheter, j'ai pas vu de mec avec un flingue te disant "t'achete ou je bute ta famille".
                    • [^] # Re: Pour ceux qui avaient encore un doute...

                      Posté par . Évalué à  3 .

                      Personnellement je préfèrerais acheter francais (pour soutenir l'économie nationale, cependant, je ne peux pas toujours.

                      ouais, pis ca tombe bien parce que toi t'es justement pas un gros riche qui a acces a internet et qui fait de grosses economies sur la bouffe etc.. en allant cherchant volontairement le moins cher chez carrefour.

                      L'accès internet, c'est pas ce qui coûte le plus de nos jours. Une machine d'occaz, un Linux, et un accès haut débit, ca coûte pas une fortune (sauf pour ceux qui sont vraiment démunis, mais même là il y a a mon avis possibilité de "squatter" l'accès d'un copain ou d'un membre de la famille ...).

                      enfin bref, quand on voit le prix de certains produits, en grande surface notamment, faut etre sacrement idiot pour pas se douter qu'il ya quelque chose de louche la dessous..

                      Ca fait plus de 2 ans que mon salaire est gelé, bien que les prix des produits français augmentent sans arret, et de plus en plus je suis "obligé" de me tourner vers d'autres produits moins cher ... Et je ne suis pas le moins aisé dans tout ça, il y a pire encore ....

                      Alors cerrtes, personne en me met le fusil sur la tempe pour faire mes achats. Cependant si on augmente le prix des produits sans augmenter mon salaire, je fais comment pour m'en sortir?
                      . Si on m'augmentait mon salaire je pourrais effectivement soutenir la consommation de produits "nationaux", mais là, désolé, je ne peux plus (bien que je fasse quand même l'effort dans la mesure du possible) ...
                    • [^] # Re: Pour ceux qui avaient encore un doute...

                      Posté par . Évalué à  1 .

                      > ouais, pis ca tombe bien parce que toi t'es justement pas un gros riche qui a acces a internet et qui fait de grosses economies sur la bouffe etc.. en allant cherchant volontairement le moins cher chez carrefour.

                      J'ai hésité un moment à garder Internet mais son coût est vraiment ridicule par rapport à d'autres comme un loyer. T'as jamais fait de budget mensuel. Ah, et s'il t'arrive de faire une recherche d'emploi, je te déconseille de t'en couper complètement, alors par rapport à mon actuel 13€ je ne gagnerais que des broutilles avec un abonnement moins cher.

                      > Alors du coup, ca te permet d'avoir la conscience tranquille (c'est pas de ma faute, c'est pas de ma faute), tout en faisant des economies.

                      Je ne parle pas de moi mais de consommateurs en général, notamment ceux qui sont bien plus à plaindre. Tiens quelqu'un parlait d'attaques ad hominem, tu en donnes un bel exemple.

                      *snip* les attaques similaires

                      > apres t'assumes ou t'achetes pas, mais s'il te plait, vient pas dire qu'on te force a l'acheter, j'ai pas vu de mec avec un flingue te disant "t'achete ou je bute ta famille".

                      C'est que tu gagnes trop d'argent et que contrairement à beaucoup de gens toi tu n'es pas pris en otage.
                      • [^] # Re: Pour ceux qui avaient encore un doute...

                        Posté par . Évalué à  1 .

                        > apres t'assumes ou t'achetes pas, mais s'il te plait, vient pas dire qu'on te force a l'acheter, j'ai pas vu de mec avec un flingue te disant "t'achete ou je bute ta famille".

                        C'est que tu gagnes trop d'argent et que contrairement à beaucoup de gens toi tu n'es pas pris en otage.


                        Et en plus tu ne comprends rien à la différence entre « le consommateur » et « un consommateur ».

                        On s'en fout pas mal, ici, qu'un consommateur puisse faire différemment. Ca ne changera rien dans l'ensemble parce que l'immense majorité est tenue de suivre une logique de profit. Ca ne change pas plus les choses que la consommation différente d'une minorité de riches. Si tu attends un changement global il ne faut pas s'attendre à ce que ça arrive comme par magie au niveau de chaque individu, il faut agir aussi globalement. A toi de voir qui est en position de faire ça et d'en tirer les conclusions.
                • [^] # Re: Pour ceux qui avaient encore un doute...

                  Posté par . Évalué à  0 .

                  Tu oublies une chose, c'est qu'aujourd'hui, cher ou pas cher, de toute façon c'est "made in China". En réalité le consommateur n'a plus le choix. Alors autant prendre moins cher.

                  Et je ne parle même pas du jus d'orange, dont il est quasi impossible de savoir s'il contient du sang palestinien...
                  • [^] # Re: Pour ceux qui avaient encore un doute...

                    Posté par . Évalué à  3 .

                    Sur certain produit, c'est désormais trop vrai, mais sur d'autre il reste du choix: et je rejoins le consommateur responsable, j'en fait l'expérience dans un atelier, pour acheter un tour, on préfère du moins cher alors c'est made in china alors que le choix existe encore... Que dire d'une tel démarche !

                    A terme la survie de la PME X qui fabrique encore en europe (pour pas dire en France), passera soit par l'innovation mais dans un marché de niche soit par la délocalisation ou disparition faute de client.

                    Pour les grosses entreprises, il aussi certain que les aspects financiers et profits sont présents: elles prennent les devants de la concurrence autant que des bénéfices.

                    Notre impatience et notre envie de consommer (je parle pas de besoin) nous porte au toujours plus. en conséquence ça passe par le moins cher.
        • [^] # Re: Pour ceux qui avaient encore un doute...

          Posté par (page perso) . Évalué à  7 .

          Prendre ses ennemis pour des stupides est bien souvent le premier pas vers la défaite.

          Si le MEDEF a pris cette décision, y'a surement des raisons qu'il convient de voir. Les enjeux ne sont pas seulement sur les brevets logiciel mais peut-être bien dans l'affirmation que tous les biens sont appropriable et surtout les biens informationnel. Car, tel que je vois l'évolution du capitalisme, ces biens prendront une importance de plus en plus grande. Et n'oublions pas que le capitalisme repose sur l'appropriation constante des produits du travail.
          A certains moment l'enjeux n'est plus seulement l'argent, mais de s'assurer une domination afin de faire plus de profit par la suite.
    • [^] # Re: Pour ceux qui avaient encore un doute...

      Posté par (page perso) . Évalué à  5 .

      Argument sur les personnes.

      Ce n'est pas la personnalité des personnes qui est à prendre en compte dans l'exposé d'arguments, mais la logique est la validité de ces derniers, à moins que nous soyons dans un tribunal.

      http://fr.wikipedia.org/wiki/Ad_hominem(...)
      • [^] # Re: Pour ceux qui avaient encore un doute...

        Posté par . Évalué à  1 .

        Le Medef n'est pas une personne, justement. Et c'est la définition même de ses objectifs qui permet de faire ce raisonnement, contrairement à une personne dont les objectifs et opinions politiques peuvent changer au cours du temps.

        Je trouve excessivement dangereux d'assimiler des entreprises ou des syndicats patronaux à des personnes.
        • [^] # Re: Pour ceux qui avaient encore un doute...

          Posté par (page perso) . Évalué à  7 .

          Si tu préfères dans le cadre d'un débat attaquer la source de l'argument au lieu de s'en prendre à l'argument est pratique pour détourner l'attention du sujet, mais ne fait pas avancer le débat.

          Tu n'as rien dit sur le fond, et en plus ça t'a permis de te faire des amis pour pas trop cher, je trouve ça cool ... c'est du niveau d'un débat politique...

          Je te propose le raisonnement grotesque suivant pour se faire des amis aussi
          le MEDEF c'est mal ©!
          la droite ça pue !
          le gouvernement suce la queue du medef
          Les brevets logiciel sucent des ours
          donc la droite est pour les brevets logiciels
          • [^] # Re: Pour ceux qui avaient encore un doute...

            Posté par . Évalué à  3 .

            Si tu préfères dans le cadre d'un débat attaquer la source de l'argument au lieu de s'en prendre à l'argument est pratique pour détourner l'attention du sujet, mais ne fait pas avancer le débat.

            Le titre de mon post, que tu recopies dans tes réponses, évoque très clairement les débats et argumentaires ayant été présentés notamment ici. En aucun cas l'origine Medef ne pourrait suffire seule, par contre ça s'ajoute à tout ce qui va déjà contre les brevets.

            Si le Medef défend une position, il est naturel d'être très méfiant envers cette position, et inversement. Ca n'interdit pas de regarder dans le détail, au contraire, et mon post supposait cette recherche déjà faite par le lecteur : c'était clair dès le titre. Sur un forum, on ne fait pas de copier/coller de tout ce qui a déjà été dit sur le sujet à chaque post. On parle a priori de ce qui est nouveau, et on suppose acquis un minimum de connaissances sur le sujet (celui qui veut plus d'infos demandera). C'est le principe d'une discussion.
            • [^] # Re: Pour ceux qui avaient encore un doute...

              Posté par (page perso) . Évalué à  3 .

              Une relecture appliquée confirmant ce que tu dis, je te présente mes excuses.
              oops.
              • [^] # Re: Pour ceux qui avaient encore un doute...

                Posté par . Évalué à  0 .

                Je ne veux pas d'excuses pour si peu :) Je suis surpris que tu aies pris ce que j'ai dit dans le premier post mot pour mot (malgré le smiley !), mais c'est vrai que ce genre de réflexions (ironie avec fond de vérité) ne "passe" pas forcément très bien sur les forums...
                • [^] # Re: Pour ceux qui avaient encore un doute...

                  Posté par (page perso) . Évalué à  4 .

                  C'est vrai qu'on est quand meme sur linuxfr, faudrait pas qu'on commence a discuter de facon conviviale avec des arguments peses mesures, parce que sinon, personne ne saurait plus quoi dire.
                  • [^] # Re: Pour ceux qui avaient encore un doute...

                    Posté par . Évalué à  3 .

                    Je suis pas d'accord : quoi de plus convivial que de taper sur le Médef ? C'est sympa, ça fait du bien, ça fait plaisir à tout le monde, ça montre qu'on est humain, généreux, altruiste, etc. Et puis le faire autrement que virtuellement est illégal avant la prochaine Révolution, donc faut faire avec ce qu'on a...
                • [^] # Re: Pour ceux qui avaient encore un doute...

                  Posté par (page perso) . Évalué à  2 .

                  Ben je m'attache plus à la manière dont les gens défendent leur point de vue qu'à la position qu'ils ont. Ça peut paraître bizarre, mais c'est comme ça, et je me suis aperçu que je m'étais mépris sur ce que tu défendais.. :(

                  C'est le danger des commentaires qui doivent rester courts être lus, :)
      • [^] # Re: Pour ceux qui avaient encore un doute...

        Posté par (page perso) . Évalué à  0 .

        A quoi tu fais référence ?
      • [^] # Re: Pour ceux qui avaient encore un doute...

        Posté par . Évalué à  2 .

        Tu as une drôle de conception des tribunaux ;) Un endroit ou on ne prend surtout pas en compte la logique et la validité des débats.
        À moins que tu sois seulement cynique et réaliste?
      • [^] # Re: Pour ceux qui avaient encore un doute...

        Posté par . Évalué à  3 .

        prendre en compte [...] la logique est la validité de ces derniers
        ========
        Tout est la : http://swpat.ffii.org/(...)
        Bonne lecture.
  • # C'est pas étonnant.

    Posté par (page perso) . Évalué à  10 .

    Le MEDEF est convaincu que la vocation même du brevet est de favoriser la recherche et l'innovation et d'accélérer la diffusion et le partage des connaissances.

    Qu'est ce qu'il ne faut pas lire quand meme .... Cette phrase à elle seule est un contresens. Mais il fallait s'y attendre, les brevets profitent forcement a ces gens la. (m'expliquer si je me trompe).
    • [^] # Re: C'est pas étonnant.

      Posté par . Évalué à  10 .

      Les personnes a la tête du MEDEF sont tous patrosn de grands groupes, il ne faut pas s'étonner qu'il ne pensent pas une seconde aux PME-PMI.

      Leur main-mise sur les brevets assoieront encore plus leur leadership et gonfleront iun peu leur porte-monnaie, en bloquant les petites entreprises innovantes, via des procès illégaux.

      Ce qui est bizarre, c'est que ce sont ces personnes qui se disent pour le libéralisme économique (et donc la libre concurrence), soient en même temps pour les brevets logiciels, qui ne servent qu'a freiner l'innovation.
      • [^] # Re: C'est pas étonnant.

        Posté par . Évalué à  2 .

        C'est typique des conservateurs. Reagan, Bush et les republicains se sont toujours prononces contre l'etude des cellules souches, mais Nancy reagan en a ete une fervente defenseur a partir du moment ou son mari a ete touche par la maladie d'Alzheimer.
        La c'est pareil : ils sont pour le liberalisme, a partir du moment ou ils peuvent consolider encore davantage leurs monopoles.

        En tout cas cette position est tres inquietante, vu le noyautage du Medef au sein du gouvernement. Deja qu'on a la femme de Fourtou au conseil europeen...
      • [^] # Re: C'est pas étonnant.

        Posté par . Évalué à  1 .

        Mais la base du medef, c'est pas les PME/PMI ?

        auquel cas, faudrait ptet qu'ils se révoltent un peu non ?
        • [^] # Re: C'est pas étonnant.

          Posté par (page perso) . Évalué à  5 .

          Mais la base du medef, c'est pas les PME/PMI ?

          Plutôt les grandes entreprises. Pour les PME/PMI, c'est plutôt le CGPME il me semble.
        • [^] # Re: C'est pas étonnant.

          Posté par . Évalué à  4 .

          et non c'est les grands groupe d'habitude au medef, pour les pme/pmi ça serait plutôt la cgpme (on en entend parler moins souvent ceci dit)
        • [^] # Re: C'est pas étonnant.

          Posté par . Évalué à  0 .

          Exactement !
          A la lumière de ce manifeste, on peut s'interroger sur la représentativité du MEDEF ... ?
      • [^] # Re: C'est pas étonnant.

        Posté par . Évalué à  4 .

        il ne faut pas s'étonner qu'il ne pensent pas une seconde aux PME-PMI.

        Justement en parlant des PME PMI, c'est la CGPME qui doit les représenter normalement (c'est le syndicat patronal des PME) et je me demande s'ils prendront position sur les brevets logiciels à leur tours.

        S'ils pouvaient prendre position contre les brevets logiciels ça serait pas mal :) (vu le nombre de PME qui ont signé la pétition contre les brevets logiciels il me semble que c'est espérable)
        • [^] # Re: C'est pas étonnant.

          Posté par . Évalué à  1 .

          Si leur site marchais, on pourrais connaitre leur position, le titre de la page à pas l'air encourageant cependant ...

          http://www.cgpme.fr/communiques.php?communique_id=89(...)
          • [^] # Re: C'est pas étonnant.

            Posté par . Évalué à  2 .

            ah voui en effet c'est pas encourageant du tout, bon ben je pensais qu'ils auraient été peut être plus intelligents mais c'est pas le cas à première vue... :/
          • [^] # Re: C'est pas étonnant.

            Posté par . Évalué à  1 .

            carrément...

            Je connaissais pas ce syndicat, mais le fait qu'il soient pour les brevets, c'est bien plus inquiétant que le MEDEF.
            Pour le medef, j'aurais pas imaginé le contraire. dans leur logique c'est "normal".

            Mais que les PME (enfin le syndicat qui les représente) soit pour, ca me choque.
            On estime a combien le pourcentage de PME qui auront les moyens financiers de se payer des brevets ???

            Soit ils ont pas tout compris, soit ce syndicat n'est rien d'autre qu'une filialle du medef déguisé en défenseur des petits entrepreuneurs...
      • [^] # Re: C'est pas étonnant.

        Posté par . Évalué à  3 .

        > Les personnes a la tête du MEDEF sont tous patrosn de grands groupes, il ne faut pas s'étonner qu'il ne pensent pas une seconde aux PME-PMI.

        Faux. Comme je lis en ce moment le dossier du Canard Enchaîné à propos de Seillère, je me permet de corriger :) Le MEDEF n'a que 2 chefs d'entreprise à sa tête, les autres étant des financiers et des banquiers. Et ce syndicat représente plutôt les PME, les très grosses boîtes préférant un autre syndicat dont le nom m'échappe.

        Après je ne suis pas certain que les PME soient très opposées aux brevets, c'est pour elles un bon moyen de verouiller un marché de niche et éventuellement un moyen de se faire racheter à un bon prix. Mais c'est juste mon impression, je ne suis pas spécialiste.
        ..
        • [^] # Re: C'est pas étonnant.

          Posté par . Évalué à  1 .

          Conférence de Davos peut être qui t'échappe ?
          • [^] # Re: C'est pas étonnant.

            Posté par . Évalué à  2 .

            Non non :)
            Y'a un vrai syndicat (y'a un A dans l'acronyme je crois) pour les gros patrons en France. En feuilletant le dossier ce soir je le retrouverais.
        • [^] # Re: C'est pas étonnant.

          Posté par . Évalué à  4 .

          Après je ne suis pas certain que les PME soient très opposées aux brevets, c'est pour elles un bon moyen de verouiller un marché de niche et éventuellement un moyen de se faire racheter à un bon prix.

          Dans la théorie, oui. Dans la pratique lorsqu'une petite société développe quelque chose, pose des brevets pour se protéger et doit faire face à une grande société qui a décidé de passer outre ça se passe généralement assez mal pour la petite boîte. Deux exemples : Stacker vs Microsoft ou dans un autre domaine, LC-Concept vs DTS. Dans les deux cas les petites sociétés ont coulé et ceux malgré la validité de leurs brevets.
        • [^] # Re: C'est pas étonnant.

          Posté par . Évalué à  2 .

          Allez je marie les plaisirs en me répondant sous Kaella :)

          Le syndicat des gros patrons est donc, selon le Canard Enchaîné, l'AFEP (qui n'a pas l'air d'avoir de site internet) : Association Française des Entreprises Privées.

          C'est bien agréable d'avoir tout en français, voilà bien longtemps que ça ne m'était pas arrivé. Merci Kaella!
      • [^] # Question bête

        Posté par (page perso) . Évalué à  2 .

        Qui sont ces grands groupes (en informatique bien sûr) ? Microsoft France, Sun France, HP France ? À part les sociétés françaises qui font de l'embarqué, je ne vois pas trop ... les SSII à la rigueur ? si quelqu'un peu m'éclairer ...

        Ce qui est bizarre, ........ qu'à freiner l'innovation.

        C'est bien là le problème, la théorie est bonne mais la pratique est toujours catastrophique :/
        • [^] # Re: Question bête

          Posté par . Évalué à  4 .

          Des sociétés comme France Telecom, Thomson, Matra et tant d'autres, qui ont toutes un gros portefeuille de brevets.

          Tu sais, il y a pas besoin de faire de la recherche de pointe en informatique pour déposer des brevets logiciels, il suffit d'avoir un service juridique rempli de pantouflards prêts à tout pour augmenter leurs budgets d'année en année (sur les sirènes de la "valorisation industrielle" des compétences internes). Et le pantouflage, c'est la spécialité des corps dirigeants français dans les grosses entreprises.

          Par exemple à France Telecom Recherche & Développement (ex-CNET) les unités de R&D sont encouragées à déposer des brevets sur tout et n'importe quoi (y compris du logiciel). Dans beaucoup de boîtes, il y a des incitations financières à la clé pour les employés qui collaborent.
          • [^] # Re: Question bête

            Posté par . Évalué à  1 .

            Dans beaucoup de boîtes, il y a des incitations financières à la clé pour les employés qui collaborent.

            C'est le cas dans ma boîte (> 1000 personnes), on produit essentiellement du matériel, et un peu de logiciel, et on est encouragé à déposer des brevets, avec prime et reconnaissance de la hiérarchie.

            Le problème c'est qu'il n'est pas fait de distinction entre le matériel et le logiciel (la boîte est internationale, donc un peu américaine), et j'ai constaté qu'elle a des brevets sur des trucs totalement triviaux (par ex, un truc déposé en 2002 sur un principe qui existait sur mon Amiga en 1989), et même sur des algorithmes liés à la cryptographie, donc sur du logiciel et des maths en fin de compte. Des collègues à moi m'ont dit être effarés de ce qui a été déposé. Bon, le problème n'est pas tant les demandes de brevets, que le fait qu'ils aient été accordés. Sur le côté positif, la société a des brevets réellement innovants dans le domaine du matériel.
    • [^] # Re: C'est pas étonnant.

      Posté par (page perso) . Évalué à  5 .

      Excuse moi mais c'est juste une bete reprise de la definition du concept de brevet :
      un monopole temporaire délivré en vue de promouvoir l'innovation et le partage de la connaissance.

      L'idée étant d'éviter la perte de l'info secrete d'une recette de fabrication à la disparition de son inventeur.

      Maintenant que ca s'applique au domaine du logiciel est une autre affaire.
    • [^] # Re: C'est pas étonnant.

      Posté par . Évalué à  4 .

      Non, ca n'est pas un contresens.

      seulement diffusion et partage ne doivent pas etre pris au sens gnu.
      Tout le monde a le droit de lire les brevets, vu qu'ils sont publies. Seulement, on n a rien le droit de faire avec, sauf si pepettes (ou autres conditions genre, je te passe mon brevet, tu me passe le tiens)
  • # idéologie tu dis ?

    Posté par (page perso) . Évalué à  2 .

    " Ce document, à fort contenu idéologique".

    Leur seul motivation est économique, et il faut bien reconnaitre que les brevets ca rapporte gros. Maintenant quand tu parles d'idéologie je pense tout de suite aux pro logiciels libres plutot qu'aux vieux du medef....

    Je ne suis pas certain que pour démonter les arguments des autres il soit nécéssaires de les faire passer pour des imbéciles qui ne comprenent rien à rien. Je me méfie de ce type d'argumentation.
    • [^] # Re: idéologie tu dis ?

      Posté par . Évalué à  4 .

      Je pense que l'auteur de la news voulait souligner que les positions du MEDEF sont représentatives d'un courant politique, le néo-libéralisme. À mon avis, c'est effectivement une idéologie, dans tous les sens du terme (presque une religion, en fait).

      PS: je sais, ça n'a rien à voir avec les logiciels libre ce que je dis :)
      • [^] # Re: idéologie tu dis ?

        Posté par (page perso) . Évalué à  4 .

        > MEDEF sont représentatives d'un courant politique, le néo-libéralisme

        Encore un débat récurrent ici. Le Medef demande à l'Etat des privilèges tels que les brevets ce qui est contraire aux idées libérales ou ultra-libérales.

        Voici deux exemples d' "ultra-libéraux" qui remettent en cause la PI ( et son nom trompeur), les brevets notamment sur les logiciels.

        [1] est le point de vue d'un économiste et [2] celui d'un informaticien développeur de logiciels libres.

        Dans [1], Lepage met en avant un point important :
        Enfin, parce que lorsque l'on collabore à un think tank libéral, évoquer cette question et en parler librement représente un risque réel : celui de perdre le soutien financier de quelques gros donateurs dont les intérêts sont très liés aux privilèges conférés par la propriété industrielle. Je pense par exemple aux firmes de l'industrie pharmaceutique (Pfizer) qui figurent parmi les principaux donateurs d'instituts comme le Cato ou Atlas. Lorsque l'on est invité par Atlas à participer à une conférence, il va de soi qu'il faut se garder de faire la moindre allusion aux thèses libertariennes sur la propriété intellectuelle.

        L'idée qu'il défend (depuis 15 ans) après que "Il n'est tout simplement pas vrai que nous ayons un droit quelconque à ne pas être copiés; le seul droit légitime que nous possédions est celui de faire tout ce que nous pouvons faire pour empêcher les autres de s'approprier la valeur de notre invention (ou création) en utilisant les ressources qui sont légitimement les nôtres, sans porter atteinte à leurs propres droits"

        La bibliographie de [2] est très complète.

        [1] http://www.eurolibnetwork.net/espacelepage.php(...) (fr)
        [2] http://fare.tunes.org/articles/patents.html(...) (en)
        • [^] # Re: idéologie tu dis ?

          Posté par . Évalué à  1 .

          Le néolibéralisme (ou ultralibéralisme) n'est justement pas la même chose que le libéralisme tout court, et c'est encore différent des idées libertariennes... Le premier n'hésite pas à recourir à l'Etat (interventionnisme, dérive carcérale) à son profit tandis que le second veut l'éviter au maximum (et pas seulement la main gauche).
          • [^] # Re: idéologie tu dis ?

            Posté par (page perso) . Évalué à  3 .

            Tu fais très bien la distrinction mais je ne suis pas sûr que tout le monde ici la fasse. Le terme "neolibéralisme" est utilisé volontairement par certains pour brouiller les pistes alors que l'on pourait plutôt parler de capitalisme d'Etat et d'oligarchie.
    • [^] # Re: idéologie tu dis ?

      Posté par . Évalué à  6 .

      qu'un mouvement relève d'une idéologie n'est pas forcément synonyme de crétins
      meme si les medias ont associé pendant des années idéologues avec cretins

      (chais pas, ptet pour faire chier les anciennes idéologies connues)

      sinon, le néo libéralisme EST une idéologie

      alors dire ceci n'est pas un argument anti neo liberalisme mais un FAIT. oui, etre néo liberale (comme socialiste, communiste, vert, etc ) releve de l'idéologie.

      après, on peut débattre si cette idéologie est nocive, utile, stupide, censée, etc
      • [^] # Re: idéologie tu dis ?

        Posté par (page perso) . Évalué à  4 .

        Néolibéralisme nocif, car non scientifique (bon le socialisme l'est à peine moins, mais n'est pas la question) et économisme sans anthropologie (l'agent éco est rationnel, et super informé, tels sont les présupposés de l'analyse économique libérale avant keynes et néolibéral (car Friedman était l'ennemi de Keynes)

        C'est une sorte de marxisme léninisme privé, de droite.

        C'est bien une idéologie.

        Comme disait Franck Herbert par l'intermédiaire de l'empereur Dieu
        "ah les tartuffes libéraux.... Mes préférés... Le libéralisme n'est que de l'aristocratie en col blanc"

        Un pays bien organisé est celui où le petit nombre fait travailler le grand nombre, est nourri par lui, et le gouverne - Voltaire

      • [^] # Re: idéologie tu dis ?

        Posté par . Évalué à  -1 .

        Alors dire ceci n'est pas un argument anti néo-liberalisme mais un FAIT. oui, etre néo-liberal (comme socialiste, communiste, vert, etc ) relève de l'idéologie.

        Après, on peut débattre si cette idéologie est nocive, utile, stupide, censée, etc


        J'applaudis.
        Je craignais que les commentaires, au lieu de rester au sujet du MEDEF et de sa position (que je conteste fortement), dégénèrent en grandes déclarations usuelles sur le supposé libéralisme (pardon, "ultra" libéralisme, j'oubliais les expressions classiques) qui règne (et qui mange nos enfants), ça n'a pas loupé. Ca serait bien que certains mûrissent un peu...
    • [^] # Re: idéologie tu dis ?

      Posté par (page perso) . Évalué à  1 .

      Toutes les sciences sociales relève d'une idéologie. Tu ne peux pas y échapper. Si tu remontes jusqu'au postulat tu trouveras toujours un contenu idéologique dans ceux-ci.

      L'Economie n'échappe pas à ceci.
      • [^] # Re: idéologie tu dis ?

        Posté par (page perso) . Évalué à  1 .

        Quels postulats ?
        • [^] # Re: idéologie tu dis ?

          Posté par . Évalué à  5 .

          Je réponds au cas où tu demandes sérieusement.

          Les postulats actuels de l'économie sont principalement que les agents, c'est à dire toutes les personnes et organisations qui intéragissent, ont un comportement économique rationnel. Par exemple, on suppose que le but et le comportement d'une entreprise est toujours de maximiser son profit, et que le but d'un consommateur est toujours de maximiser son "utilité" (on appelle "utilité" une quantification de la valeur que le consommateur attribue à sa consommation). Bien sur ces principes ne sont vrais qu'en première approximation et constituent des postulats.

          Ensuite, selon la doctrine économique à laquelle tu te rattaches, il y a d'autres postulats plus particuliers (genre, la monnaie n'a pas d'influence sur les valeurs "réelles" de l'économie, les chômeurs le sont volontairement, ou au contraire les chômeurs ne le sont jamais volontairement...)

          Comme en physique, les lois que l'on appliquent dépendent de la modélisation du problème. L'éco, pas plus qu'aucune science, n'a de lois absolues.

          Voilà, j'espère que j'ai pas trop fait chié mon monde :)
    • [^] # Re: idéologie tu dis ?

      Posté par . Évalué à  2 .

      Je cite le site du Medef :

      "ce Manifeste réaffirme dans un esprit militant et avec détermination l'attachement du MEDEF au brevet comme arme économique stratégique dans la compétition mondiale."

      L'esprit militant me semble une manifestation d'une position idéologique et non l'exposé d'une analyse économique rationelle. Non ?
  • # Je ne lis pas la même chose que vous ...

    Posté par . Évalué à  4 .

    Je ne lis pas "oui au brevet logiciel à tout prix", mais "oui au brevet logiciel si il est encadré pour éviter les dérives.

    "il faut éviter les dérives vers une brevetabilité trop facilement admise et revenir à une appréciation rigoureuse du caractère innovant des inventions présentées."


    C'est tout de même assez différent non ?

    "L'analyse" omet bien sûr cette phrase qui apporte une grosse nuance, y compris au titre de cette news.

    M
    • [^] # Re: Je ne lis pas la même chose que vous ...

      Posté par . Évalué à  3 .

      L'organisme d'attribution des brevets est aussi censé limiter les brevets abusifs non?
      • [^] # Re: Je ne lis pas la même chose que vous ...

        Posté par (page perso) . Évalué à  4 .

        Cela fait partie discrètement de ce qu'il dénonce tout à la fin:

        Reconsidèrent l'affectation des ressources de l'Office européen des brevets constituées par les taxes payées par les déposants de brevets. Ces ressources [ne doivent] pas servir à subventionner de manière déguisée les offices nationaux de brevets [...]

        Il faut je pense relire ce texte en appuyant sur tous les aspects négatifs relevés par le MEDEF. Donc rapidement nous constaterons que le MEDEF est d'accord avec nous pour dire que:


        • le coût de dépôt d'un brevet est très cher (donc hors de portée des PME) ;

        • les offices de brevets nationaux sont intéressés aux nombres de brevets accordés ce qui fausse leur jugement ;

        • la conséquence est d'attribuer des brevets non-innovants ;

        • les litiges sont trop compliqués à résoudre, et donc il n'y a pas de sécurité judiciaire (en particulier pour les PME)

        • ...



        Donc le MEDEF est d'accord pour dire que la simple extension aux brevets logiciels sans un changement fondamental dans le fonctionnement du système européen des brevets. Ils seront d'accord alors pour dire que ces changements doivent intervenir *avant* d'envisager d'élargir le champs des brevets (ce qui sera un autre débat).
    • [^] # Re: Je ne lis pas la même chose que vous ...

      Posté par . Évalué à  7 .

      Et a ton avis qui c'est qui va la faire cette "appreciation rigoureuse " ? et dans quelles conditions ?

      Cette phrase est du beurre sur les lunettes de ceux qui ne veulent pas voir le danger.
    • [^] # Re: Je ne lis pas la même chose que vous ...

      Posté par (page perso) . Évalué à  8 .

      On peut remarquer que la totalité du document est un appel à renforcer l'Office Européen des Brevets.

      OEB qui à tout de même laissé passer quelques 10 000 brevets logiciels ou affinitaires malgré une interdiction légale explicite.

      C'est trés rassurant tout cela.
    • [^] # Re: Je ne lis pas la même chose que vous ...

      Posté par . Évalué à  1 .

      Exact, ils ne disent pas "oui aux brevets logiciels à tout prix", il faut préciser qu' ils ne sont pas cohérant dans leur propos.

      Il y a quelque temps au moment on parlait de la recherche, je me souviens avoir lu un autre discours: " l' état doit prendre en charge la recherche" (pas spécialement logiciel il faut dire, faudra que retrouve un lien).

      Conclusion: on innove avec nos impots, et une fois le brevet déposé c' est le privé qui en bénéficie.... pathétique.
    • [^] # Re: Je ne lis pas la même chose que vous ...

      Posté par . Évalué à  1 .

      Oui, peut être...

      D'un autre coté un phrase du genre :
      "oui au brevet logiciel à tout prix" ou
      "les dérives c'est bien !"

      Ca serait un peu gros nan ?
      Si telles sont leurs idées, il faut bien qu'il les déguisent un minimum pour se faire écouter je pense...
    • [^] # Re: Je ne lis pas la même chose que vous ...

      Posté par . Évalué à  1 .

      Certes... il est aussi affirmé, mais sans aucun argument qui l'étaye, que les brevets sont compatibles avec le modèle "libre"... et que les brevets favorisent l'innovation...

      Ce sont à mon avis des affirmations gratuites, basées sur une prise de position a priori pro-brevets, et idéologique.

      Par ailleurs le principal garde-fou évoqué est la mise en place de mécanismes (brevets croisés, accès à des conditions raisonnables et non discriminatoires, ...) qui existent dans l'électronique grand public. Or cette industrie est une industrie de production, à fort contenu capitalistique. Le logiciel lui est une industrie de la connaissance, qui ne nécessite pas une intensité capitalistique forte. Y introduire les brevets revient à établir des barrières à l'entrée sur un marché qui en connait déjà beaucoup (poids des "standards établis" par exemple).

      Si l'objectif est effectivement de favoriser la brevetabilité des invention contenant du logiciel (avions, robotique, ...) alors il ne faut pas changer les textes votés par le Parlement Européen l'année dernière ! Si par contre l'objectif est d'éviter toute remise en cause des oligopoles existants, alors oui, il faut étendre cette brevetabilité.

      Le débat est là et la position pour le moins ambigüe du Medef tend plutôt, selon mon interprétation, vers la seconde hypothèse.
  • # Aïe

    Posté par . Évalué à  5 .

    Ben pour réviser la position de la France sur le brevet logiciel au conseil européen ce n'est pas gagné car le MEDEF semble avoir des interlocuteurs très réceptifs dans ce gouvernement. Ce qui me gène le plus ce n'est pas le dialogue entre le gouvernement et le MEDEF puisque les entreprises (pas forcément les plus grosses mais le monde est injuste) sont les premières à contribuer aux recettes de l'état par l'intermédiaire de l'impôt, prélèvement sociaux ou taxe professionnel, mais les positions pour le moins étrange du MEDEF.

    Ce qui me gène c'est que je ne vois pas ce que les entreprises françaises ont à gagner avec le brevet logiciel et donc je ne comprend pas trop la position du MEDEF.
    • [^] # Re: Aïe

      Posté par . Évalué à  3 .

      il y pas mal de grosses entreprises francaises qui ont deja de tres gros portefeuiles de brevet : l'industrie pharmaceutique, la chimie , pas mal de societe de service informatique, etc ...
    • [^] # Re: Aïe

      Posté par . Évalué à  1 .

      Comme quelqu'un l'a dit plus haut, au MEDEF il n'y a que 2 vrais "patrons".
      Le reste, c'est des financiers.
      Un financier, ca n'a pas de nation (ouais je sais, la suisse...)
      Et ils s'en foutent de la couleur du drapeau du pays où la boite qui leur amène de la tune paye ses impots....
  • # partie specifiquement sur les brevets logiciels :

    Posté par (page perso) . Évalué à  7 .

    En ce concerne les inventions mises en oeuvre par logiciels, cela fait plus de 20 ans que kes offices de brevets ont développé une pratique interprétative des dispositions législatives sur le sujet. L'évolution des technologies nécessite aujourd'hui que la situation soit clarifiée pour éviter une conclusion préjudiciable à la sécurité dont les entreprises ont besoin pour développer et protéger leurs innovations. Les programmes d'ordinateurs en tant que tels relèvent de la protection par le droit d'auteur et ne peuvent être brevetés. ertaines décisions d'office de brevet ont pu jeter un doute sur ce point. Ce qui relève du brevet, c'est l'invention d'un nouveau procédé technique ou d'un produit industriel, même si leur mise en oeuvre fait appel à des moyens logiciels ou inclut un logiciel. En revanche, la protection par le brevet est et doit rester indépendante des modèles économiques sur lesquels repose la commercialisation des produits correspondants.

    Le modèle dit "propriétaire" et le modèle dit "libre" sont compatibles avec la protection de l'innovation par le brevet. Certains économistes mettent par ailleurs en avant le risque que de trop nombreux brevets rendent excessivement onéreux les coûts de transaction associés au développemen de nouveaux systèmes informatiques. Le risque évoqué ici est la constitution de "maquis de brevets" comme on en connait dans d'autres domaines à forte composante brevet, comme lélectronique grand public ou les systèmes de télécommunication, des domaines où pourtant la concurrence est ouverte et vigoureuse. Les mécanismes régulateurs mis au point dans ces domaines à forte propension au brevet, accords de license croisée, pools de brevets et processus de normalisation ou les participants s'engagent à accorder des licenses à des conditions raisonnables et non-discriminatoires, ont fait la preuve de leur efficacité. Mais là comme ailleurs, il faut éviter les dérives vers une brevetabilité trop facilement admise et revenir vers une apréciation rigoureuse du caractère innovant des inventions présentées.


    Comme clarification je trouve qu'on fait plus limpide ...

    En tout cas si le libre est compatible avec les brevets, je peux dormir tranquille, c'est le MEDEF qui me le dit.
  • # Vous avez vu le code source de la page???

    Posté par (page perso) . Évalué à  10 .

    C'est quoi ce protocole ezula? Ils sont plombés où quoi?

    Dans la phrase "Le nécessaire renforcement de la confiance des entrepreneurs dans le système européen des brevets," passez votre souris sur le mot 'entrepreneurs'....

    D'autre part j'espère que le Médef va filer plein de sous à la fondation Apache...
  • # l'existence du medef - est une absurdité en soi

    Posté par . Évalué à  8 .

    C'est la preuve institutionnelle que notre société est mal gaulée.

    A quoi sert le medef ? essentiellement à constituer un partenaire paritaire (maladie, chomage, retraites)

    - Dés lors qu'il est institué, et non pour des questions de solidarité entre patrons, qui peut s'exprimer par 1000 moyens diffèrents, mais en réponse au syndicalisme "d'en face", à l'époque la CGT était toute puissante, il ne peut que prendre du pouvoir, c'est mécanique.
    - Il ne peut aussi que fonctionner comme une machine à lobbying compte tenu de son recrutement ; parce qu'il ne faut pas réver un patron c'est forcément quelqu'un qui cherche l'intérêt de son entreprise, ou le sien.
    - de mème la tête d'un tel organisme ne peut etre prise que par des "grands" patrons ; a fortiori dans un pays où toutes les têtes politiques administratives et économiques sortent déjà plus ou moins du mème moule.

    On a donc des syndicats qui réprésentent 10% des salariés, à peu prés, et en face des patrons qui représentent 10% des employeurs qui statuent sur notre vie entière, fixent les règles du jeu.
    Les syndicalistes "au pouvoir" viennent-ils de la sous traitance, du nettoyage industriel, des précaires, des PME ? Non. Ils viennent des grandes sociétés publiques ou privées.

    ALors aprés on appelle le gouvernement , pour qu'il calme les émeutes que les privilégiés, en tant que patrons ou en tant que salariés, ont pu déclencher ; voir les intermittents.
    • [^] # Re: l'existence du medef - est une absurdité en soi

      Posté par (page perso) . Évalué à  7 .

      On a donc des syndicats qui réprésentent 10% des salariés, à peu prés, et en face des patrons qui représentent 10% des employeurs qui statuent sur notre vie entière, fixent les règles du jeu.

      S'il n'y avait que là qu'on voit ça !
      Les élections en général montrent ce problème aussi.

      Exemple : untel est élu avec 51% des voix exprimées, çàd 51% de (total de personnes ayant le droit de voter moins l'abstention).
      Et comme l'abstention est en général forte (mettons 50% pour cet exemple), ça veut dire qu'untel à été élu par 1/4 (et non la moitié comme on le croit souvent) des personnes ayant le droit de voter.

      Sachant que pour certaines élections, il ne faut pas la majorité absolue, mais relative, mettons que untel est élu avec 20% des voix exprimées, ça nous donne 20% de 50% (50 % d'abstention), soit 10% des personnes ayant le droit de voter.

      Et après, on s'étonne que les gens ne sont pas contents, normal réponds-je !


      Ce point de vue mis à part, ce qui me désole surtout dans la relation medef/syndicats/gouvernements, c'est qu'il n'y a plus de raison (au sens raisonnable) dans les points de vue. Entre le syndicat qui gueule dès qu'il y a qqch qui ne lui plaît pas, le medef qui tire tout le temps la couverture, et le gouvernement (quel qu'il soit) qui essaie de tirer aussi la couverture de son côté, c'est gonflant !

      Et c'est pareil dans les débats politiques, les dernières européennes n'ont pas été lieu de débat européen, ça a été un règlement de comptes !
      Entre :
      -Hollande qui ne se sent plus pisser parce qu'il a des voix avec un programme "Votez pour nous parce que eux c'est pas bien ce qu'il font en France, il faut les sanctionner",
      -Bayrou qui critique juste pour faire voir qu'il existe,
      -la droite qui ne fait guère mieux en attaquant la gauche sur le passé, ça c'est une vision d'avenir ! (et ça évite de parler du présent)
      -l'extrême-droite qui hurle au complot contre elle (ça fait plus de 20 ans qu'ils nous la sortent celle-là, faudrait changer de disque)...

      voilà un bien piètre tableau...

      *Merde* enfin, c'est trop dur de discuter fermement mais courtoisement, en prenant compte de la réalité extérieure ?
      (j'y arrive très bien avec mon patron, pourquoi ça serait impossible à des gens aussi diplômés et intelligents que des énarques ?)
      • [^] # Re: l'existence du medef - est une absurdité en soi

        Posté par . Évalué à  7 .

        > (j'y arrive très bien avec mon patron, pourquoi ça serait impossible à des gens aussi diplômés et intelligents que des énarques ?)

        Parce que toi et ton patron vous prenez le temps de causer, tandis que les politiques ont une position de publicitaire qui doit plaire, vendre une idée simple, dans le temps de parole qui lui est imparti. Temps de parole court, mais qui ne subira pas la contradiction, sauf à petite dose lors de pseudo-débats télévisés, dont la rapidité des échanges ne permet pas de faire des présentations construites.

        Même un politique avec de bonnes idées ne peut pas se permettre de les exposer par les moyens habituels : il doit résumer à l'extrème avec des idées simples, et chercher à plaire de cette manière.
      • [^] # Re: l'existence du medef - est une absurdité en soi

        Posté par . Évalué à  4 .

        des gens aussi diplômés et intelligents que des énarques

        Je ne suis pas persuadé que les grandes écoles, ou un diplôme prestigieux favorisent l'ouverture d'esprit... Voir le nombre d'universitaires dans des mouvances d'extrême-droite, le beau programme politique de l'ingénieur de l'école des Mines Mégret, l'énarque Juppé piquant dans la caisse comme un caissier de supérette...
        • [^] # Re: l'existence du medef - est une absurdité en soi

          Posté par (page perso) . Évalué à  3 .

          des gens aussi diplômés et intelligents que des énarques

          (Précisions : j'étais ironique à 100%)

          Je ne suis pas persuadé que les grandes écoles, ou un diplôme prestigieux favorisent l'ouverture d'esprit... Voir le nombre d'universitaires dans des mouvances d'extrême-droite, le beau programme politique de l'ingénieur de l'école des Mines Mégret, l'énarque Juppé piquant dans la caisse comme un caissier de supérette...

          Ca, j'en sais rien, je ne suis ni énarque, ni de polytec and co... juste mon bête IUT...
          Disons que ce qu'il leur manque (pour certains qui sortent de ce genre d'écoles, sûrement pas tous), ce sont des cours d'humilité.

          Il suffit de voir quand ils ont essayé de mettre des jeunes venant d'écoles de ZEP (Zone d'Education Prioritaire, pas le dessinateur de Titeuf...) à Science Po, la réaction de certains a été "qu'est-ce qu'ils foutent là ces abrutis ?"...

          Moralité : quand on pête plus haut que son cul, on a les oreilles pleines de merde...
          • [^] # Re: l'existence du medef - est une absurdité en soi

            Posté par . Évalué à  2 .

            > Disons que ce qu'il leur manque (pour certains qui sortent de ce genre d'écoles, sûrement pas tous), ce sont des cours d'humilité.

            Pas d'accord : il n'étaient pas moins prétentieux ou moins immoraux que les autres avant d'y rentrer (ce qui ne veut pas dire ne pas l'être du tout). C'est le pouvoir qui pervertit, ou qui permet d'exercer tout ce qui découle de ces défauts. C'est le pouvoir qui fait que ça a des conséquences malheureuses sur les autres.
            • [^] # Re: l'existence du medef - est une absurdité en soi

              Posté par (page perso) . Évalué à  1 .

              Si ces gens ont une mentalité spécifique, je pense pour ma part que ce n'est sans doute pas sans lien avec le fait de s'être dit un matin « tiens, je vais gérer la vie des autres, des vies sans rapport avec la mienne ».

              Ca vous fait pas marrer ces élus qui ne connaissent les transports en commun que par le biais d'inaugurations au champagne et petits fours ?
              • [^] # Re: l'existence du medef - est une absurdité en soi

                Posté par . Évalué à  2 .

                Je ne suis pas sûr que le souhait premier soit « gérer la vie des autres » (qui sous-entend qu'on s'intéresse à leur sort), mais plutot : exercer le pouvoir, diriger, s'enrichir, etc. Pour le dernier point c'est assez naturel (d'aller vers le "confort"), c'est juste que ce sont ceux qui mettent en pratique cet égoïsme (dont ils n'ont pas l'exclusivité) par le pouvoir qui font des dégats.
        • [^] # Re: l'existence du medef - est une absurdité en soi

          Posté par . Évalué à  0 .

          "le beau programme politique de l'ingénieur de l'école des Mines Mégret"

          Polytechnique et Ponts & Chausées

          Ya très peu d'ingénieurs qui se sont lancés en politique. Faut pas généraliser. (Peso je connais aussi Lipietz, un vert, ou Francis Mer, à droite. Y'en a aussi certainement à gauche).
      • [^] # Re: l'existence du medef - est une absurdité en soi

        Posté par (page perso) . Évalué à  0 .

        « -Hollande qui ne se sent plus pisser parce qu'il a des voix avec un programme "Votez pour nous parce que eux c'est pas bien ce qu'il font en France, il faut les sanctionner",
        -Bayrou qui critique juste pour faire voir qu'il existe,
        -la droite qui ne fait guère mieux en attaquant la gauche sur le passé, ça c'est une vision d'avenir ! (et ça évite de parler du présent)
        -l'extrême-droite qui hurle au complot contre elle (ça fait plus de 20 ans qu'ils nous la sortent celle-là, faudrait changer de disque)... »

        Il me semble que tu caricature l'ensemble.

        Moi je constate que la parti d'Hollande à un programme qui semble réalisable et interessant, que la droite modérée proposée par Bayrou à un certain succès face à l'autoritarisme libéral (les deux mots ensemble peuvent faire sourire ; un régime qui ne tient pas compte de l'avis de la population dans une course à la libéralisation du marché, c'est pourtant ainsi que l'on doit le définir), que « la droite » (l'UMP ? Une partie de la droite, donc) poursuit sa politique en laquelle elle semble avoir pleine conscience (oui, critiquer le passé c'est une vision d'avenir ; l'UMP ne fait pas de la recherche en histoire, elle tient un discours politique ; critiquer le passé c'est faire d'autres promesses implicites), quand à l'extrême droite elle bénéficie toujours d'une certaine audience en relation avec des problèmes qui ne sont toujours pas traités.

        Piètre tableau ? Peut-être. Tableau homogène ? Certainement pas.
  • # juste pour rire ...

    Posté par (page perso) . Évalué à  3 .

  • # Le poids des grands

    Posté par . Évalué à  10 .

    J'avais lu un article (Libération je crois, impossible de vérifier puisque le site est offline à cause d'un DoS) que tant le Medef que le cgpme étaient sous la coupe des grands patrons (ou financiers), par rapport aux dirigeants de PMEs.

    Cela se sent aussi dans les pressions que les grands de la distribution font sur les PMEs. Même si celles-ci sont plus nombreuses elles n'osent pas se révolter ou utiliser ces associations comme canaux de communication par peur de réprésailles économiques.

    Au sein du Medef lui même, je ne connais pas suffisamment la structure. Mais comme toujours si les dirigeants deviennent trop puissants pour que la base puisse les controler, ils pourront agir dans leur propre intérêt même ci cela lèse la base. On le voit parfaitement avec certains gouvernements qui prennent des décisions très dommageables pour la société mais personnellement profitables pour le individus au pouvoir.

    C'est la même chose dans les sociétés, même grandes, comme le cas Messier. Un patron qui dans les faits ne doit plus rendre des comptes peut amener la compagnie à prendre des decisions fatales pour elle, mais profitables pour le patron.

    Je ne m'étonne donc pas que ceux aux commandes prennent des décisions dommageables pour ceux qu'ils réprésentent, dès lors qu'ils sont hors de contrôle de leur base (un autre exemple, les pays du tiers monde qui s'endettent à mort et pour des générations, simplement pour que le peyot au pouvoir puisse partir les poches pleines dans les années qui suivent).

    Checks and balances, il faut toujours des contre pouvoirs et du contrôle...

    Les pays scandinaves sont très pro-brevet logiciel, je me dis que c'est l'influence de grands patrons comme ceux de Nokia, Ericsson, etc. Quand aux Irlandais, ils dépendent totalement des compagnies américaines, donc il faut pas s'étonner de leur position. Seule l'Allemagne, la Belgique et maintenant les Pays Bas y échappent. Quant aux autres pays européens, je pense qu'ils feront tout ce que l'administration américaine pourra leur suggérer (je me demande ce qu'il en est pour l'Espagne, actuellement, voilà un pays ou une campagne anti-brevet pourrait peut être réussir)
  • # Cette phrase ne compte pas ?

    Posté par . Évalué à  3 .

    Outre la position générale pro-brevets du medef, je relève dans ce manifeste :

    "Les programmes d'ordinateurs en tant que tels relèvent de la protection par le droit d'auteur et ne peuvent être brevetés"


    Je pense que concernant les logiciels, ça ne peut être plus clair.

    Or, le titre de l'article de Frank Routier est :
    "Le Medef prend position pour les brevets logiciels"


    Y a quelque chose qui va pas là.

    Intox ? Qui intoxique qui ?
    • [^] # Re: Cette phrase ne compte pas ?

      Posté par (page perso) . Évalué à  3 .

      Le probleme est que aprés cet encourageant préambule, sans le formuler tel quel, le MEDEF defend l'idée de brevet logiciels.

      Pas directement en tant que "breveter des programmes", mais en soulignant que les inventions de nature informatiques doivent etre protégées par des brevets, que les brevets du domaine n'ont pas de raison d'être plus nuisibles qu'ailleurs.

      Il est a noter que cette position est trés similaire a celle de l'OEB qui se contente de considérer que "un effet technique" est produit dans un trés large éventail de conditions. Si large qu'on y passe des brevets logiciels sans les nommer comme tels explicitement.

      Bref la position du MEDEF est peut explicite mais de ma lecture, tout a fait similaire à celle (critiquée à raison) de l'OEB.
      • [^] # Re: Cette phrase ne compte pas ?

        Posté par . Évalué à  0 .

        > que les brevets du domaine n'ont pas de raison d'être plus nuisibles qu'ailleurs.

        Ca ce n'est pas forcément faux, mais il faudrait qu'ils démontrent qu'ils ne sont pas nuisibles ailleurs, et ça c'est pas fait.
        • [^] # Re: Cette phrase ne compte pas ?

          Posté par (page perso) . Évalué à  3 .

          Je pense que la nocivité des brevets logiciels pour les particuliers, logiciels libres, et PME est relativement peut difficile a comprendre.

          Mais ce que je voulais souligner c'est que ce discours de "non mais", sans doute délibéremment ambigu n'est pas l'apanage du MEDEF mais est une constante dans la phraséologie "pro brevet".
      • [^] # Re: Cette phrase ne compte pas ?

        Posté par . Évalué à  1 .

        Pas vu que l'on parle d'inventions de nature informatique. Je cite: " inventions mise en oeuvre par des logiciels.....Ce qui relèvent du brevet, c'est l'invention d'un nouveau procédé technique ou d'un produit industriel même si leur mise en oeuvre fait apel à des moyens logiciels ou inclut un logiciel."
        Pour moi, cela a un sens différent: on peut breveter un nouveau radar aérien mais pas les algorithmes logiciels qui le font fonctionner ni le logiciel en tant que tel.
        • [^] # Re: Cette phrase ne compte pas ?

          Posté par (page perso) . Évalué à  3 .

          C'est l'état actuel de la loi.

          Le probleme etant que sont considéré comme brevetable les procédés incluant un élément non logiciel, utilisant ce biais sont déposés des brevets ou l'effet physique est la portion congrue mais protégeant le logiciel.

          Il est possible(je l'ai vu passer) de considerer un systeme incluant un ordinateur et son logiciel et de proteger le tout.

          Bien sur tu pourras utiliser ton logiciel, amoureusement realise avec tes mimines, quoique couvert par le brevet, tant que ca n'est pas sur un ordinateur.

          (evidemment l'ordinateur sera sans doute decris comme "un systeme electronique de calcul et d'execution d'instructions preprogrammées" pour plus de .... hum .... clareté)
          • [^] # Re: Cette phrase ne compte pas ?

            Posté par . Évalué à  1 .

            Je pense que le cas que vous évoquez fait partie de ces dérives de l'office des brevets que tout le monde ( y compris dans le manifeste en question ) ou presque dénonce.
    • [^] # Re: Cette phrase ne compte pas ?

      Posté par (page perso) . Évalué à  2 .

      C'est peut-être le en tant que tels qui sent pas bon. Car si je me rappelle bien c'est exactement la phraséologie utilisée par les pro-brevets.

      Car d'après http://en.wikipedia.org/wiki/Software_patent(...) la signification de "as such" a changé d'interprétation.
  • # Le medef et linux

    Posté par . Évalué à  6 .

    Simplement pour signaler que dans ce domaine là, on trouve certaine absurditee que je ne m' explique pas .

    Du genre :

    Vous avez fait un depeche sur le deploiment massif de station debian au sain de l'institue pasteur.
    L' entreprise qui a fait ça ce nome aliacom.

    http://www.aliacom.com/(...)

    Je veux juste signaler que le directeur general de aliacom est le président midi-pyrénnée du medef.

    A bon entendeur ....
    • [^] # Re: Le medef et linux

      Posté par . Évalué à  3 .

      "Va falloir que je reflechisse avant de parler, on peu pas modifier un text que on a deposé ou alors je sais pas me servir du site".

      Ma source d' information

      http://www.meleenumerique.com/annexeven/autres/2004/Ateliers/220604(...)

      M. Daniel THÉBAULT , Directeur d'ALIACOM et Président du MEDEF Midi-Pyrénées.

      Faudra que on m' explique la logique de ce personnage.
      • [^] # Re: Le medef et linux

        Posté par . Évalué à  4 .

        Ca s'appelle de l'oportunisme :/
        Autant Aliacom utilise du LL, autant ils ont une logique propriétaire, le Libre ne leur servant qu'à abaisser les couts. Bien sur ils contribuent mais ça doit être une part ridicule face à tous leurs developements proprios.
        Par exemple ils aiment bien le monde MS, et RMS leur parait un fou furieux.
        Inutile de compter sur eux pour la défense du LL, et d'ailleurs ta remarque est pertinente...
        • [^] # Re: Le medef et linux

          Posté par (page perso) . Évalué à  3 .

          s/institut/clinique pasteur
          a ma connaissamce il n´y a pas de dev proprios, leurs projets sont ouverts et je pense que tu confonds ça avec de simples intergrations. J´ai vu Daniel THÉBAULT defendre les LL à la derniere "melee numerique" à toulouse et s'engueuler avec de mec de chez MS. Effectivement c'est un ancien MSien, il leur a claquer la porte et a basculer. Des qu'il y a le mot "fric" quelques on accuses les gens de casse le libre. Au contraine, une telle prise de partie donne un reel serieux a notre discours.
          • [^] # Re: Le medef et linux

            Posté par (page perso) . Évalué à  1 .

            N'exagérons rien : claquer des portes n'est pas en soit une démonstration d'adhésion reflechie à une idée.

            Disons qu'une prise de parti interessante serait justement une prise de parti au sein du MEDEF, là où il y a un enjeu.
        • [^] # Re: Le medef et linux

          Posté par (page perso) . Évalué à  6 .

          Projets libre réalisés par aliacom et/ou ces employés : OBM, groupware libre, http://obm.aliacom.fr,(...) http://dbmjui.sf.net(...) outil d'admin pour SAPDB/MaxDB, monkey bubble http://home.gna.org/monkeybubble(...)

          Et aussi quelques contributions de bugfix pour gnome.

          Sans compter que les déploiement de logiciels libres que nous faisons, c'est aussi des contributions au libre.

          Sur le "ils aiment bien le monde MS, et RMS leur parait un fou furieux." j'ai un doute : 1 seul poste windows dans la boite. Les commerciaux et le personnel administratif sont sous linux. Nos propals et documents pur les clients produits depuis latex.

          PS: On connait nos 4 libertés, et on sait que les programmes c'est comme les recettes de cuisine ;-)
        • [^] # Re: Le medef et linux

          Posté par . Évalué à  6 .

          Ce que je vois aussi c'est que Aliacom a été créée en 1997 et qu'ils font du libre depuis (vive l'oportunisme, en 1997 on peux pas dire que le libre était franchement LE créno porteur...), que c'est la plus ancienne SSLL française....
          Je vois aussi qu'ils affichent assez clairement leur opinion sur les brevets logiciels : http://www.aliacom.fr/news/theme_aliacom/brevet_logiciel(...) et que le PDG Pierre Baudracco est un ancien du CULTE (club des utilisateurs Linux de Toulouse et des environs).... http://www.chez.com/orossel/trombi.html(...)

          Lancer des trolls c'est bien avoir le fond de vérité c'est mieux...
  • # Une Rubrique Politique?

    Posté par (page perso) . Évalué à  3 .

    Pourquoi pas une rubrique Politique?
    • [^] # Re: Une Rubrique Politique?

      Posté par . Évalué à  3 .

      Tout à fait d'accord. Perso, ça me semble indispensable. Il est temps que le débat politique revienne à ceux qui n'auraient jamais dû le quitter: les citoyens!
      Débattons, c'est urgent!
    • [^] # Re: Une Rubrique Politique?

      Posté par (page perso) . Évalué à  2 .

      Le risque, c'est que ça devienne une rubrique "politicienne" que seuls ceux qui aiment troller sur le sujet visiteront. Alors que la politique est transversale aux autres sujets.
      • [^] # Re: Une Rubrique Politique?

        Posté par (page perso) . Évalué à  -1 .

        Connait on une rubrique epargnée par les troll?

        Fusse pour des raisons politique.
      • [^] # Re: Une Rubrique Politique?

        Posté par . Évalué à  1 .

        A mon humble avis, ce n'est pas un 'risque'.
        Toute bonne idée à un penchant pervers, si on faisait une rubrique cuisine, les adeptes du McDo ne seraient pas interessés... à moins que à force de lire des news sur le sujet...
        En bref faire un pas en avant ne garanti pas d'être suivi par tout le monde, mais ça reste un pas en avant.
        Quant à l'adjectif "politicienne", qui n'a d'autre fonction que de décridibilisé tout discours politique, il est aussi mal venu que l'adjectif "idéologie" lorsqu'il s'agit de dénigrer un choix.
        L'idéologie est une notion positive (pas forcément ce que l'on y met dedans). Le débat politique est émancipateur, et ne peut être politicien que quand il est mené par des professionels de la politique.
        • [^] # Re: Une Rubrique Politique?

          Posté par (page perso) . Évalué à  1 .

          Ce que je veux dire, c'est que bon nombre de personnes n'intreviendront plus sur un sujet si on l'étiquette "Politique" au lieu de "Brevet logiciel". Ce qui serait dommage.
          • [^] # Re: Une Rubrique Politique?

            Posté par (page perso) . Évalué à  2 .

            Faisons un Sondage Vote:

            Pour ou contre une rubrique Politique?

            On pourrais y glisser des sondages, pour ou contre
            • [^] # Re: Une Rubrique Politique?

              Posté par . Évalué à  -1 .

              Très bonne idée.
              Alors mr le modérateur, on le fait ce vote?
              Allez, s'il te plait...
          • [^] # Re: Une Rubrique Politique?

            Posté par . Évalué à  1 .

            Et puis la portion de « Politique » qui est en charte sur LinuxFr n'est-elle pas sa restriction aux questions de Justice (y compris les prochaines lois) plutôt que de politique générale ? Ca me parait très bien comme ça, « Politique » est trop large.
  • # analyse FFII

    Posté par . Évalué à  6 .

    À lire, l'analyse que la FFII fait de ce manifeste :
    http://kwiki.ffii.org/index.cgi?Medef040629Fr(...)

    Un petit lien dans la niouze me semblerait approrié, non ?
  • # Que représente le MEDEF

    Posté par . Évalué à  4 .

    C'est déplorable, d'autant plus quand ça vient d'un groupe censé représenter les dynamiques les plus importantes du pays ....
    Que dire de ce groupe qui voudrait être le symbole du progrès par la concurrence et l'entreprenariat, quand on le voit adopter une position aussi conservatrice et désuette.
    Mr Antoine Sellière, vos particules et vos titres font de vous l'archétype de l'individu rétrograde, en total désaccord avec ce que doit être un entrepreneur conscient, humaniste et intègre intellectuellement.
    Vous tentez d'abattre les blocages stupides des Administrations et les positions antédiluviennes de syndicats bornés uniquement pour asseoir une position et un état d'esprit aussi buté que le précedent.
    On n'assiste qu'à une passation de pouvoir, rien ne change pour nous, en bas .....
    • [^] # Re: Que représente le MEDEF

      Posté par . Évalué à  3 .

      Mr Antoine Sellière, vos particules et vos titres font de vous l'archétype de l'individu rétrograde, en total désaccord avec ce que doit être un entrepreneur conscient, humaniste et intègre intellectuellement.

      Et l'intégrité intellectuelle, n'est-ce pas aussi de juger les gens non pas sur ce qu'ils sont mais sur ce qu'il font ? J'ai une particule et un titre ... alors moi-aussi je suis "l'archétype de l'individu rétrograde" ?
      • [^] # Re: Que représente le MEDEF

        Posté par . Évalué à  2 .

        Oui, une particule et un titre dans une démocratie, c'est rétrograde.
        Mais tu as raison, il faut juger Mr Antoine Sellière pour ce qu'il fait. On retombera sur les mêmes reproches, mais en plus violent.
        • [^] # Re: Que représente le MEDEF

          Posté par (page perso) . Évalué à  2 .

          D'autant que s'il a peut être un titre (je n'en sais rien), je ne vois pas de particule dans son nom ;)
          Et quand bien même il en aurait une ce ne serait pas sa responsabilité (ben oui, autant le titre on peut le passer sous silence, autant le nom de famille on le garde)
          • [^] # Re: Que représente le MEDEF

            Posté par . Évalué à  1 .

            Pour info : baron Ernest-Antoine Seillière de Laborde

            Mais c'est vrai que je désignais plus le symbole désuet que peut représenter ce personnages que ses actions récentes.
      • [^] # Re: Que représente le MEDEF

        Posté par (page perso) . Évalué à  3 .

        J'ai une particule et un titre ... alors moi-aussi je suis "l'archétype de l'individu rétrograde" ?

        Si tu est un citoyen français alors tu ne peux pas avoir un titre de noblesse !
        ton nom peut avoir une particule (c'est juste un nom et y'a pas de normes) mais tu ne peux pas avoir de titre depuis la nuit du 4 aout (abolition des privileges) : tu est un citoyen comme les autres !

        la seule chose que tu peux dire c'est que parmis tes ascendants en ligne directe il y a des gens qui portaient un titre de noblesse.

        a bon entendeur........
    • [^] # Re: Que représente le MEDEF

      Posté par . Évalué à  1 .

      Tu sembles confondre volotairement les "positions antédiluviennes de syndicats bornés" et "l'état d'esprit " du Medef. Ben voyons, tu pourrais aussi nous parler des "tous pourris", ce sont tous les mêmes... Bon je te rapelle juste que les syndicats "bornés" avaient (et ont perdu en abandonnant la politique au profit du corporatisme) certes un pouvoir de blocage mais n'ont jamais tenu les cordes du pouvoir. Le Medef si.
      Et si tu veux que quelque chose change "en bas" il faut cesser de se grater le cul, il faut agir... par exemple en militant, je sais pas moi, dans un syndicat...
      • [^] # Re: Que représente le MEDEF

        Posté par . Évalué à  2 .

        Les syndicats, en se politisant de plus en plus (on met en avant une idéologie plus que l'on ne se soucie des problèmes réels - on fait des choses "par principe"), ont tenu et tiennent encore certaines cordes du pouvoir : l'extrême actuel est le syndicat appelé "MEDEF", mais d'autres aussi ont eu leur heure de gloire : la CGT notamment dans les années 50 et fin 60.
        Le fait de militer aujourd'hui ne fait qu'ajouter ton énergie à la cause d'une poignée d'"élu" (élite serait plus juste), un genre de classe telle que celles que l'on dénonce régulièrement dans le domaine politique.
        Tu rappelles toi-même la ligne de conduite actuelle - la défense des intérêts corporatistes. Pourquoi vourais-tu que j'y milite ?
        • [^] # Re: Que représente le MEDEF

          Posté par . Évalué à  1 .

          On ne doit pas avoir reçu les mêmes cours d'histoire. La CGT, si elle a effectivement eu son heure de gloire et a effectivement été fortement politisée (au point d'être un 'organe' du PCF), n'a jamais été au service d'élus (et pour cause) mais a très souvant été un outil de contestation (on le lui a assez souvant reproché).
          D'autre part le syndicat, contrairement à un parti politique, ne représente ses adhérents, dans leur défense mais aussi dans leurs orientations. Dans un syndicat, on a coutume de dire "le syndicat, c'est toi". Leur structure en témoigne: les responsables des syndicats sont des adhérents élus par les adhérents. Tant que les syndicats de travailleurs avaient un poids politique, il existait un contre-pouvoir fort. Depuis que le syndicat le plus puissant ne représente plus les travailleurs d'en bas, mais les dirigents, comme par hasard, il ne s'agit plus de contre-pouvoir mais de modèle politique.
          En face, les syndicats de travailleurs sont devenus 'réformistes' (lire appolitique) et ne représentent même plus les 10% de travailleurs qui adhèrent (beaucoup sont eccoeurés, je sais de quoi je parle).
          Mais si tu proposes un autre moyen de lutte, je suis partant.
      • [^] # Re: Que représente le MEDEF

        Posté par . Évalué à  2 .

        "Et si tu veux que quelque chose change "en bas" il faut cesser de se grater le cul, il faut agir... par exemple en militant, je sais pas moi, dans un syndicat..."

        Agir, c'est s'encarter ? Les syndicats sont des bordels et les partis politiques des proxenetes de masse, on disait il y a pas si longtemps. Je prefere se regrouper entre copains et agir directement.
        • [^] # Re: Que représente le MEDEF

          Posté par . Évalué à  0 .

          Moi aussi je préfère.... mais ça donne rien (mis a part de bonnes soirées entre pots)
          • [^] # Re: Que représente le MEDEF

            Posté par . Évalué à  2 .

            Ca dépend de ce que vous decidez ! Des copains intermittents et précaires ont occupés le medef pendant 100h...
            • [^] # Re: Que représente le MEDEF

              Posté par . Évalué à  1 .

              N'est-ce pas précisément un acte qui peut être organisé par un syndicat. Sud a proposé plusieurs fois (localement, c'est à dire en assemblé générale, c'est à dire au suffrage) à des actions de ce genre.
      • [^] # Re: Que représente le MEDEF

        Posté par . Évalué à  3 .

        Bon je te rapelle juste que les syndicats "bornés" avaient (et ont perdu en abandonnant la politique au profit du corporatisme) certes un pouvoir de blocage mais n'ont jamais tenu les cordes du pouvoir. Le Medef si.

        Le Medef n'a jamais "tenu les cordes du pouvoir", tout au plus peut-on dire qu'il a plus d'influence sur ce gouvernement-ci (encore que c'est plutôt que le gouvernement actuel a une position plus proche de celle du MEDEF que le précédent).

        Je te rappelle que les 35 h se sont faites malgré la forte opposition du MEDEF, et qu'elles sont toujours là. Du point de vue du MEDEF, je ne pense pas qu'ils aient l'impression d'avoir un pouvoir réel.

        Les syndicats, à leur grande époque, ont probablement eu un pouvoir (d'influence) plus important que celui qu'a jamais eu le MEDEF, je pense en particulier à la CGT.
        • [^] # Re: Que représente le MEDEF

          Posté par . Évalué à  0 .

          ???????? j'ai dû me réveiller sur une autre planette. Excusez-moi...
        • [^] # Re: Que représente le MEDEF

          Posté par . Évalué à  1 .

          "Les syndicats, à leur grande époque, ont probablement eu un pouvoir (d'influence) plus important que celui qu'a jamais eu le MEDEF, je pense en particulier à la CGT."

          C'est clair, les syndicats etaient bien la en 1936 et en 1968 pour appeler les grevistes à rendre les usines aux patrons (en 36) et à revenir travailler pour les patrons (en 68).
        • [^] # Re: Que représente le MEDEF

          Posté par (page perso) . Évalué à  2 .

          Enfin les 35 heures risquent de ne plus être là pour longtemps, ou uniquement la sur le papier -- les brevets logiciels ne constituent pas le sujet chaud pour le MEDEF.
  • # Seillère emmerde les Européens

    Posté par . Évalué à  2 .

    Ce n'est pas la première fois que Seillère agit contre l'Europe. Il avait, par le biais de sa boîte, fait au sujet de la compagnie Air Liberté du portage pour Swissair (paix à ses cendres), alors que la législation européenne interdit à un pays non membre de l'Union de posséder plus qu'un certain pourcentage d'une compagnie aérienne européenne. Il avait par cela contourné cette législation.

    C'était la série Ernest-Antoine, un grand Européen.
  • # ACTION

    Posté par . Évalué à  4 .

    Bonjour

    N'ayant pas le courage de lire la totalité des articles, je pose un préalable :
    L'action proposée est guidée par un pur pragmatisme ayant pour objectif de prendre position contre le brevet logiciel, pas d'idéologie, par de prise de position pour ou contre un groupe/syndicat ou autre.
    Quelques remarques de principe :
    La CGPME est un syndicat indépendant du MEDEF et parfois en opposition certe feutré mais réel (voire dure).
    Les positions prises par la CGPME sur le sujet doit être mis sur le compte de l'incompétence et de leur incompréhension de la problématique (bureau national...) que la position soit pour ou contre d'ailleurs.
    Le sujet peut-être traité par le syndicat si on lui donne les billes et la compréhension nécessaires, évidement le résultat n'est pas garantie, mais les atouts sont forts pour faire pencher du "bon côté".

    Action :
    pour se donner une chance d'obtenir un manifeste de la CGPME contre le brevet logiciel il me faut un écrit rationnel, juridiquement cohérent et bien écrit, en mettant en avant le bénéfice tiré par les tpe/pme/pmi.
    Évidement,le plus rapidement possible.
    Après je fais suivre aux personnes concernées et on espère une réaction appropriée.
    SVP, ne perdez pas de temps avec des critiques ou des remarques sur l'espoir ou autre, il faut le faire, c'est le moment.
    Donc pour les gens sont prés à agir concrètement, c'est le moment...

    Cordialement
    Vincent
  • # Paradoxe

    Posté par (page perso) . Évalué à  0 .

    Ce qui est paradoxal, c'est que leur site marche grace aux logiciels libres: Linux+Apache ....

    http://uptime.netcraft.com/up/hosted?netname=FR-MEDEF,62.23.15.16,6(...)

    J'ai du mal à cromprendre ...
    • [^] # Re: Paradoxe

      Posté par (page perso) . Évalué à  1 .

      Petite analyse rapide :

      Je crois tout simplement que ces braves gens du MEDEF pensent comme la majeure partie des pro-brevets, c'est à dire qu'ils ne mesurent pas les conséquences de leurs dires. Aveuglés par leur idéologie de base sans jamais avoir la volonté de la remettre en question, ils l'appliquent, pensant que ça sera bénéfique pour "tout le monde". Bref... ils s'imaginent peut-être que les brevets profiteront à tous les créateurs de logiciels. Encore une preuve de méconnaissance des faits réels par des organismes ayant de grands pouvoirs de lobbying...

      Il est devenu idéaliste voire même irrationnel de penser que la majeure partie des têtes pensantes puisse avoir du recul par rapport à leurs pensées et leurs objectifs... Non seulement c'est déprimant, mais en plus c'est diablement créateur de non sens politiques : la preuve
  • # un peu de retenue

    Posté par . Évalué à  2 .

    Je trouve tous ces commentaires, bizarres, et pourtant je ne porte pas le MEDEF dans mon coeur.
    Avez-vous lu le doc? On y trouve quand même pas mal d'avancées, et certaines idées sont intérressantes, ainsi sur le risque de voir les offices de brevets subventionnées par leurs gros clients, la baisse de qualité des brevets qui en découlent... C'est comme si vos remarques étaient déjà prêtes avant qu'ils ouvrent la bouche.
    Ca devient de plus en plus extrêmiste sur ces forums.
    Le sujet des brevets est suffisamment complexe pour essayer au moins de comprendre les idées en présence...
    • [^] # Re: un peu de retenue

      Posté par . Évalué à  0 .

      On y trouve quand même pas mal d'avancées
      Et surtout un gros recul: les brevets logiciels

      certaines idées sont intérressantes
      Oui, si on ne craint pas la poudre aux yeux, c'est même très intéressant. Bon, elles sont complètements inutiles si les brevets logiciels n'existent pas, mais c'est très très interessant, on sent que ça vient de l'élite.

      C'est comme si vos remarques étaient déjà prêtes avant qu'ils ouvrent la bouche
      D'ailleurs, comme on s'attendait à ce qu'ils l'ouvrent, et dans ce sens, ben on s'est dit "tiens, si on avait des arguments?".
      Pas bête, hein?

      Ca devient de plus en plus extrêmiste sur ces forums
      Mais que fait la police? Où est Sarkozy? Au Medef?
      Il y a des pavés dans la gueule qui se perdent (vas-y déchaine toi là dessus, je suis un gros méchant).

      Le sujet des brevets est suffisamment complexe pour essayer au moins de comprendre les idées en présence...
      et suffisament important pour choisir son camps.
      • [^] # Re: un peu de retenue

        Posté par . Évalué à  1 .

        Il s'agissait d'une réponse?
        En fait je dois surement être un espion à la solde du MEDEF.
        Choisis ton camp... y me fait peur lui.
        • [^] # Re: un peu de retenue

          Posté par . Évalué à  1 .

          donc quand on argumente dans un sens différent de TF1, soit on est un extrémiste, soit c'est une tentative d'intimidation?
          Mais mon grand, tout le monde t'aime, reste avec nous et discute gentiment.
          Et ne t'en fait pas, même si tes idées puaient la merde, personne ici ne te traitera d'extrémiste...
        • [^] # Re: un peu de retenue

          Posté par . Évalué à  5 .

          Je crois surtot que tu as besoin d'apprendre a lire entre les lignes.

          Perce la carapace du rideau de fumee de l'inclarte, de la nov'langue qui fait croire que parcequ'on a renomme "brevets logiciels" "mise on euvre d'inventions par un programme d'ordinateur", on a fait avancer le schmillblick, et perce les considerations d'apparence genereuses qui ne sont que du vent qui ne debouchera sur rien de concret, sur aucune limitation serieuse du point de vue de la loi.

          Une fois enlevee cette vaseline verbale, qu'est-ce qui reste ? Un texte qui essaie de peser dans le sens d'une brevabilite illimitee des logiciels.

          Et oui, c'est LA subtilite de ce debat. Il ne suffit pas de pointer vers http://webshop.ffii.org(...) et de dire : les brevets, c'est pas bien, regardez les abus que ca engendre. Tout le monde se dira d'accord avec toi. Mais dans ton dos, 50,00% des gens qui t'auront approuves appeleront un texte comme celui adopte par le conseil europeen un compromis raisonnable

          Si je puis me permettre de faire mon delicat, c'est le point faible de l'excellente analyse de la FFII ( http://kwiki.ffii.org/index.cgi?Medef040629Fr(...) ). Ils sont dedans depuis des mois et connaissent ce procede, qu'ils se contentent de rappeler rapidement a la fin, leur analyse est donc claire pour eux. Elle est claire pour moi aussi, car jai ete alarte sur ce point (par une conversation avec le PDG de MySQLav qui disait que les pro-brevets les plus dangereux avancent masques). Mais elle ne l'est pas pour un nouveau-venu.
  • # De la critique du medef

    Posté par . Évalué à  -2 .

    On ne peut pas se permettre de critiquer ouvertement le MEDEF et par ce biais le patronat, en effet, si nous, employés, associations, syndicats, etc. les emmerdons trop, ils partent, en délocalisant ... C'est ce qui est en train de se passer, et c'est ce que les syndicats n'ont pas l'air de comprendre, on ne peut pas reprocher au MEDEF de défendre ses intérêts, nous faisons la même chose, mais nous on n'a pas le droit de trop les critiquer sinon ils délocalisent, et là on se retrouve sans emploi... Il faut donc faire avec même si c'est souvent injuste..
    • [^] # Re: De la critique du medef

      Posté par . Évalué à  2 .

      Outre la gerbe que me donne ta prose, je profite de ce récurent argument ("si vous n'êtes pas content, on se casse") pour répondre:
      - mais barrez-vous! On est beaucoup à attendre avec impatience. Barrez-vous vraiment, pas uniquement en délocalisant la main d'oeuvre, vous, barrez-vous et qu'on ne vous revoit jamais.
      - cet argument met complètement hors jeu ceux qui le tiennent car ils se posent à la fois comme des sauveurs de l'économie et à la fois menacent de mettre à mal notre pays. C'est eux qui vont "relever la France", ceux qui menacent de la couler?
    • [^] # Re: De la critique du medef

      Posté par . Évalué à  4 .

      mais nous on n'a pas le droit de trop les critiquer sinon ils délocalisent, et là on se retrouve sans emploi...

      Et c'est les électriciens qu'on traite de « preneurs d'otages » ... :-(
      • [^] # Re: De la critique du medef

        Posté par . Évalué à  3 .

        Bah maintenant une bonne grève, dixit "l'opinion publique" c'est une grève qui gêne pas ...

        moi je comprends plus rien.
        • [^] # Re: De la critique du medef

          Posté par . Évalué à  3 .

          ... dixit "l'opinion publique" filtrée par la presse, qui a évidament ses interets à défendre, elle aussi. Je ne sais pas si c'est pareil chez vous, mais on sent sentir depuis un an ou deux un vent de révolte, qui si il était canalisé (la grande question est de savoir par qui, puisque les syndicats ne font plus leur travail) pourrait être assez violent.
          Et il faut à nouveau oser un discours de lutte: une grêve efficace est une grêve qui immobilise le secteur qu'elle défend.
          Je ne connais aucun électricien mais j'ai bien envie de me passer de courant pendant un certain temps, ça vaut mieux que de laisser la maintenance des centrales nucléaires à des machines à fric.
          • [^] # Re: De la critique du medef

            Posté par (page perso) . Évalué à  1 .

            « e ne connais aucun électricien mais j'ai bien envie de me passer de courant pendant un certain temps, ça vaut mieux que de laisser la maintenance des centrales nucléaires à des machines à fric »

            Tu te passeras de linuxfr :) ?

            Plus sérieusement, le but n'est pas de « lutter », le but est de pouvoir parler d'ouverture du marché sans parler de privatisation, de maintenir des obligations de service public, voire d'en donner aux companies privées touchant les créneaux autrefois associées à une monopole.

            Lutter pour lutter, c'est gentil mais ça donne des arguments à ceux qui ne veulent pas dialoguer, car l'absence du dialogue permet d'imposer une approche contestable.

            Je ne dis pas qu'il ne faut pas faire de greve ; je dis qu'il ne faut pas se réjouir d'en être réduit à 3 mois de grêves pour pouvoir dialoguer. L'absence du dialogue ne fait que le bénéfice des furieux.
            • [^] # Re: De la critique du medef

              Posté par . Évalué à  2 .

              Au cas où ça t'échapperais, et il me semble que ça t'échappe, il ne s'agit pas de "lutter pour lutter" (tenir une grêve est quelque chose de très difficile et cela coute cher) mais de maintenir un service public d'état. Car oui, aujourd'hui on peut s'indigner de la mise en concurance d'un service public. Il faut dire que les exemples sont nombreux des désastres consécutifs aux privatisations (où ouvertures de capital pour ceux qui préfèrent le sucre en poudre). Oui aujourd'hui on peut se demander si l'économie libérale est la meilleure solution.

              Le logiciel libre prouve la cohérence de modèles différents, basés non pas sur la concurence mais sur l'entraide.
              • [^] # Re: De la critique du medef

                Posté par . Évalué à  2 .

                Je me demande comment on peut oser continuer dans cette voie quand on vois les dégâts que ça a fait aux USA. (sans parler de la privatisation du rail en angleterre, ils en reviennent ... )

                La plus grande puissance du monde qui voit son coin Hi-Tech (silicon valley) privée d'électricité, c'est quand même beau?

                ça me fait rire, et peur ... et pourtant j'étais pas très grand quand ça s'est produit, mais ça m'a marqué (je suis pas bien grand toujours d'ailleurs)...
          • [^] # Re: De la critique du medef

            Posté par . Évalué à  2 .

            ils servaient à quoi d'après toi mes guillemets ?
    • [^] # Re: De la critique du medef

      Posté par (page perso) . Évalué à  2 .

      Tout à fait d'accord : c'est l'interdiction du travail des enfants, la sécurité sociale et tous les syndicalistes privilégiés qui plombent notre économie. Ernest-Antoine Seillères le dit très bien : "Y'a trop de lois !". Ah, j'oubliais, tous ces fainéants de chômeurs et de troubadours qui pompent inutilement l'argent difficilement gagné par nos entrepreneurs courageux.
      Pardonne ma grossièreté, mais tu veux un peu de vaseline ?
  • # Les brevets vont développer un sentiment d'amertume énorme

    Posté par . Évalué à  -1 .

    Tout d'abord je tient à mentionner que c'est très professionnel, juste et honnête les commentaires qui sont laissé ici en général, c'est dicté par le bon sens de la réalité. Le site est une très bonne référence pour tout homme de lois qui a des décisions importante à prendre en technologie et qui voudrait obtenir de l'information précise concernant les domaines de l'informatique.

    Si le côté obsur des grandes entreprises en technologie de l'information qui détiennent déjà un fort monopole obtiennent le droit d'appliquer leurs brevets en Europe, un sentiment d'amertume énorme va se manifester dans la population scientifique des développeurs en informatique. Il est impensable que dans les décideurs de lois des décisions défavorable soient prisent en toute connaissance de cause à moins d'un avantage personnel se résumant en conflit d'intérêt ce qui a déjà commencé à créer un climat social très négatif dans plusieurs régions du monde qui ont prit des décisions erronnés sous les conseils de gens malveillants.

    En espérant que la bonne volonté des gens qui dirigent la destinés des peuples l'emporte en leur faveur plutôt qu'à qu'à la faveur d'une minorité de dictateurs de plus en plus malsain qui ne cherchent finalement qu'à tout contrôler à leur unique bénifices.

    Pour faire un parallèle si De Gaules existerait encore il dirait surement "VIVE LE LOGICIEL LIBRE".

    Bonne semaine.
  • # La communauté doit se démarquer de la politique

    Posté par . Évalué à  -8 .

    Oui, on doit se démarquer de la politique, sinon on finira par avoir une mauvaise image, si on est toujours assimilés a des syndicalistes qui passent leur temps a râler et à faire grêve. IL faut que l'on soit neutre par rapport à cela et qu'on arrête des critiquer des évènements comme la privatisation d'EDF, cela ne nous concerne pas, nous Linuxiens, nous pouvons programmer pendant des heures. Les salariés d'EDF, exemple cité précedemment, pour la plupart sont différents de nous, ils ne travaillent que 34h par semaine et se permettent tout de même de râler, ils sont complètement désintéréssés de leur travail (c'est le cas d'une bonne majorité de fonctionnaires aussi).

    Alors cela peut être politiquement incorrect mais il FAUT le dire, ne nous mélons pas aux luttes de ceux-là...

    A bientôt
    • [^] # Re: La communauté doit se démarquer de la politique

      Posté par . Évalué à  1 .

      > A bientôt

      J'espère que non.
    • [^] # Re: La communauté doit se démarquer de la politique

      Posté par . Évalué à  -1 .

      Fais-tu partit du Medef pour dire cela?
    • [^] # Re: La communauté doit se démarquer de la politique

      Posté par . Évalué à  2 .

      T'es vraiment un rigolo toi, tu veux te démarquer de la politique en balançant des poncifs néolibéraux?
      A part ça je t'emmerde et moi non plus je ne te dis pas à bientôt.
      Si tu trouves insultant mon propos, je te suggère de demander aux ouvrier d'EDF et aux fonctionnaires ce qu'ils pensent du tien.
    • [^] # Re: La communauté doit se démarquer de la politique

      Posté par (page perso) . Évalué à  1 .

      > sinon on finira par avoir une mauvaise image, si on est toujours assimilés a
      > des syndicalistes qui passent leur temps a râler et à faire grêve.

      Ça c'est l'image des français en général, pas spécialement des linuxiens ;)
      Mais cette image n'est pas forcément négative, certains observateurs étrangers apprécient notre faculté à défendre nos droits.

      > c'est le cas d'une bonne majorité de fonctionnaires aussi

      Voila une généralisation qui oriente clairement le fil que tu initie vers une issue godwinienne.

      > nous Linuxiens, nous pouvons programmer pendant des heures. Les salariés
      > d'EDF, exemple cité précedemment, pour la plupart sont différents de nous,
      > ils ne travaillent que 34h par semaine

      J'ai la berlu ou tu es en train d'insinuer que la communauté du logiciel libre constitue une masse de main d'oeuvre infatigable et corvéable à merci !?

      > Alors cela peut être politiquement incorrect

      Pourquoi incorrect, c'est simplement politiquement NULL non ?

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.