Revue de presse sur l'affaire SCO

Posté par (page perso) . Modéré par Benoît Sibaud.
Tags : aucun
0
29
mai
2003
Justice
pepepotamo a écrit : « Novell a rendu public mercredi un communiqué de presse qui casse point par point les thèses de SCO sur l'utilisation du code Unix dans Linux. Après l'avoir accusé de raconter n'importe quoi sans présenter des preuves, lui annonce gentillement que de toute façon le copyright d'Unix System V appartient toujours à Novell.

SCO se fait "punir" dans son cours de bourse : -24% pour la séance de mercredi, malgré avoir présenté des excellents résultats pour le 2ème trimestre.

SCO répond à la lettre de Novell et menace d'amener Linus Torvalds au tribunal. »

NdM : merci aussi à tous ceux, nombreux, qui ont proposé des dépêches. Des liens supplémentaires What if SCO wins? [ZdNet], Is SCO Trying to Renege on Clearing Linux Kernel ?[MozillaQuest] et Novell Tries to Torpedo SCO Unix IP Claims [LinuxPlanet]. Pour ceux qui ont raté des épisodes, ça commencait en janvier dernier :

SCO revendique des droits sur Linux

SCO lance des poursuites contre IBM

SCO-Caldera attaque RedHat et SuSe

SCO continue son attaque

IBM réfute les accusations de SCO

Interview de Chris Sontag (SCO) sur les poursuites noyau/IBM

Microsoft achète une licence sur Unix (SCO)

Feuilleton SCO : les réponses de FSF France, Bruce Perens et RedHat

Aller plus loin

  • # Re: Revue de presse sur l'affaire SCO

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    SCO répond à la lettre de Novell et menace d'amener Linus Torvalds aux tribunaux.
    ... et tous les développeurs du noyau ?
    Ca va faire du monde :((
    • [^] # Re: Revue de presse sur l'affaire SCO

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      ils sont plutôt bon esprit, ces gens de SCO ;-)
      Il arrivent même a faire rigoler les décideurs en sortant des choses comme ça
    • [^] # Re: Revue de presse sur l'affaire SCO

      Posté par . Évalué à 6.

      qu'ils fassent ça à la Linux Expo, ça simplifiera la logistique ;)
    • [^] # Re: Revue de presse sur l'affaire SCO

      Posté par (page perso) . Évalué à 8.

      Ça commence à ressembler à du n'importe quoi ! C'est à l'image de la justice américaine qui fait un procès au président parce qu'il s'est fait faire une gâterie par une stagiaire....
      Mais ça peut avoir du bon, une action judiciaire aussi ridicule peut ouvrir les yeux à beaucoup de personnes. La preuve, c'est la perte en bourse de l'action.

      C'est aussi la preuve que Caldera-SCO est en train de mourir. Hier soir, au Grand Théâtre (l'opéra de Bordeaux) la Fiancée du Tsar chantait aussi très fort avant de mourir. Chez Caldera, il ne doit plus rester que des avocats qui vont faire quelques actions afin de présenter leurs honoraires avant la liquidation. Si il restait encore des développeurs chez SCO, ça aurait fini par se savoir.
      • [^] # Re: Revue de presse sur l'affaire SCO

        Posté par . Évalué à 5.

        Si SCO se casse la figure et se fait racheter par M$ (ou IBM), ce n'est pas mieux car ainsi ils disposeront des brevets et de par leurs puissances financières et leurs influences, les décisions juridiqes seront différentes.
        Et si en plus le brevetage est appliqué en Europe dans quelque temps, alors ils vont avoir le bras long.
        • [^] # Re: Revue de presse sur l'affaire SCO

          Posté par . Évalué à 1.

          De quels brevets ?
          • [^] # Re: Revue de presse sur l'affaire SCO

            Posté par . Évalué à 1.

            Ils ont des brevets sinon pourquoi le prétendraient-ils ce qui aurait pour seule conséquence de les faire passer pour des imbéciles.
            • [^] # Re: Revue de presse sur l'affaire SCO

              Posté par . Évalué à 1.

              De quels brevets ?
              • [^] # Re: Revue de presse sur l'affaire SCO

                Posté par . Évalué à 2.

                Des brevets sur certaines parties du code source d'Unix. SCO en a, j'en suis quasiment sur. Mais on dirait qu'apparemment tout le monde a des brevets sur Unix, à croire que l'office américain des brevets ne sait pas ce qu'il fait.
                Enfin bref, toutes ces entreprises cherchent en fait à avoir leur part du gateau (on ne peut pas leur en vouloir, le capitalisme est sauvage par définition).

                On ne peut que remercier ce genre de conduites pitoyables qui montrent ce à quoi amène le brevetage.
                • [^] # Re: Revue de presse sur l'affaire SCO

                  Posté par . Évalué à 2.

                  Le fin mot de l'histoire c'est quand meme plus une histoire de propriété intellectuelle que de brevets, et même si Novell possède les brevets, SCO a indéniablement une certaine propriété intellectuelle sur leur SCO-Unix (qui a toujours? été largement moins bon que Linux, si l'on en croit les arguments présentés dans les diverses "lettres" qui démontent l'attaque de SCO).

                  Le truc qui a le plus de chance d'aboutir c'est un combat rapproché contre les équipes de développement d'IBM qui étaient sous contrat de NDA avec SCO.

                  Quand aux arguments du gars souriant en costard de SCO qui dit que Linux n'est pas fiable quand à l'intégration de code dans le noyau... c'est du vent!
                  Si je me souviens bien, pour le programmeur lambda qui participe au noyau, une attestation de l'employeur est nécessaire (comme quoi ce dernier ne revendique aucun droit sur le code). Ca parait évident que Linus et Alan Cox veulent se prévenir de ce genre de problèmes légaux.
                  • [^] # Re: Revue de presse sur l'affaire SCO

                    Posté par . Évalué à 3.

                    >c'est quand même plus une histoire de propriété intellectuelle que de brevets...

                    Ah bon? Novell peuvent dire ce qu'ils veulent, SCO a probablement des brevets. Et si dans le cas où SCO ne posséderait que des licences, alors il n'y a aucun problème, SCO ne peut rien faire (seul le détenteur des brevets est en droit de poursuivre).
                    Quand je dis que le fin mot de l'histoire, c'est ce que peuvent occasionner le brevetage, je veux dire qu'on ne sait même pas qui possède quoi (ce qui est un comble, que vaut donc la justice dans ce pays?), n'importe qui peut attaquer un autre, bref c'est du n'importe quoi.
                    Au moins avec le droit d'auteur, c'est beaucoup plus simple.

                    >Le truc qui a le plus de chance d'aboutir c'est un combat rapproché contre les équipes de développement d'IBM qui étaient sous contrat de NDA avec SCO.

                    Comme ça, SCO va pouvoir couler sous le prix des honoraires dont IBM a toujours été le seul vaincoeur (course au meilleur avocat), ils vont faire faillite et se faire racheter. Espérons comme vous le pensez que dans ce cas, SCO ne possède pas de brevets (car voilà encore un autre défaut des brevets).
      • [^] # Re: Revue de presse sur l'affaire SCO

        Posté par . Évalué à 1.

        Marrant, je me suis fait la même réflexion hier. Quel intérêt pour SCO de se rendre de plus en plus ridicule (d'abord IBM, puis les distrib Linux, puis enfin Linus lui-même) ? Comme ça, ça a l'air complètement con. Mais en y réfléchissant bien, que SCO ait raison ou non, les avocats qui défendent ce cas seront quand même payés.
        Il n'y a plus rien à récupérer chez SCO. Le peu qui reste ira dans la poche d'avocats véreux (c'est un pléonasme, aux États-Unis, non ?).
        • [^] # Re: Revue de presse sur l'affaire SCO

          Posté par (page perso) . Évalué à 3.

          Et si l'intérêt n'était pas pour "SCO" mais pour les personnes physiques qui sont "à la tête de SCO" ?

          Pour moi, il y a une guerre et elle concerne des hommes riches et puissants. Les histoires de sociétés, bah... ça devient un détail. Qui à des actions dans quelles boites, qui est à la tête de telle ou telle boite... S'en foutent pas mal fasse au problème que semble leur poser le logiciel libre et la phylosophie sous-jacente.

          Ca, c'est ce que je pense. Nous allons voir des boite se suicider et des hommes changer leur portefeuilles boursier. Nous allons nous trouver fasse à un système énorme constitué autour d'un agloméra de grosses boites "comme Microsoft", d'hommes riches et influents, le tout soutenus par le gouvernement des état unis d'Amérique contre le reste du monde d'un point de vue économique et idéologique.

          En fond de toile aujourd'hui, il y a la directive européen concernant les brevet logiciel. Pour moi, c'est la chose la plus importante en ce moment. Le reste de l'actualité politique ne sert qu'à "faire pression". C'est violent !
        • [^] # Re: Revue de presse sur l'affaire SCO

          Posté par . Évalué à 2.

          Quel intérêt pour SCO de se rendre de plus en plus ridicule (d'abord IBM, puis les distrib Linux, puis enfin Linus lui-même) ?

          Tu oublies aussi de parler de la menace de SCO sur les utilisateurs de Linux: http://www.sco.com/scosource/letter_to_linux_customers.html(...)
          Je me demande si leur but au final c'est pas de se faire racheter par Rire et Chansons :-)
  • # Re: Revue de presse sur l'affaire SCO

    Posté par (page perso) . Évalué à 8.

    "et menace d'amener Linus Torvalds aux tribunaux":
    misa part qu'on amene soit "au tribunal" soit "devant les tribunaux": non mais ils sont totalement fous. Et alors si on l'amene lui, on amene qui aussi ?! tous les developpeurs ? Alan Cox aussi ?
    ...
    • [^] # Re: Revue de presse sur l'affaire SCO

      Posté par . Évalué à 10.

      tous les developpeurs ? Alan Cox aussi ?
      Non pas tous les developpeurs, si tu as simplement ecrit un patch tu peux t'en sortir a l'amiable en leur achetant une license "personelle" et en jurant que tu ne toucheras plus jamais un ordinateur de ta vie.

      Pour Alan Cox par contre c'est plus grave, il a vole du code que SCO a meme pas encore ecrit, je pense qu'ils vont le lui faire payer tres cher.

      Kha
      (pas taper)
    • [^] # Re: Revue de presse sur l'affaire SCO

      Posté par . Évalué à 2.

      Hmm, dans un tel cas qui paye les frais de transport jusqu'au tribunal, si ca ce passe aux etats unis, il peut y avoir de la distance...
      • [^] # Re: Revue de presse sur l'affaire SCO

        Posté par (page perso) . Évalué à 6.

        Je crois que :
        Linux Torvalds vit et travaille aux états-unis, Alan Cox en Grande-Bretagne.
        D'ailleurs ce dernier recommande fortement à tous les développeurs de NE PAS se rendre aux états-unis.

        Yann.
        • [^] # Re: Revue de presse sur l'affaire SCO

          Posté par . Évalué à 4.

          De toute facon qu'est ce qu'on pourrait bien y faire aux Etats-Unis, tous les developpeur de logiciels libres vont finir par être dans l'axe du mal car aprés tous c'est graces à eux que Sadam Hussein a pu acheter et cacher ses armes de destruction massive non, pareil pour ben ladden ???
          • [^] # Re: Revue de presse sur l'affaire SCO

            Posté par . Évalué à 1.

            > «c'est graces à eux que Sadam Hussein a pu acheter et cacher ses armes de destruction massive non»

            encore une preuve de la puissance des logiciels libres : les armes de destruction massives ont été tellement bien cachées que... même les américains n'ont pas réussi à mettre la main dessus ;)
            Mais elles existent, c'est sûr, ils ont des preuves, mais ils les montrerons plus tard... tiens, l'équipe d'avocats de SCO bosserait-elle aussi pour W., ou est-ce que c'est juste la dernière tendance judiciaire à la mode dans cet empire ?

            --->[]
            • [^] # Re: Revue de presse sur l'affaire SCO

              Posté par . Évalué à 2.

              encore une preuve de la puissance des logiciels libres : les armes de destruction massives ont été tellement bien cachées que... même Saddam Hussein ne les a pas trouvées :-))
    • [^] # Re: Revue de presse sur l'affaire SCO

      Posté par . Évalué à -4.

      C'est interdit par la loi de se cotiser pour faire casser les genous et les bras du CEO de SCO par 2 gros bras de l'IRA ? ... Ah bon je savais pas.

      Je pense que si la communauté menacait physiquement tous les responsables pour la moindre action contre les LL et Linux en particulier on serait tranquille pendant un moment. Genre 'la GPL est un virus' serait sanctionné par un coup de batte de base-ball dans la machoire ... histoire que le mec raconte plus de conneries ...

      Je ne dépose pas la méthode, elle est domaine publique et connue sous le nom de 'résolution de problèmes par la force brute' ... et méchante ;)

      KDO, et j'en suis pas un
  • # Re: Revue de presse sur l'affaire SCO

    Posté par . Évalué à 10.

    Bon alors coherence quand tu nous tiens, la ca commence a faire desordre. Autant en imaginant un univers qui ait decide de facon unanime de faire la peau de SCO on pouvait envisager une vague raison pour laquelle il faille attendre la fin des proces pour savoir si oui ou non les accusations etaient justifiees. Autant la on en est sur c'est du foutage de gueule.

    1) - Sco a declare qu'il y avait dans le source du noyeau de Linux des morceaux de code qui appartenaient, des vieux et des recents. Certains ayant ete maquilles pour ne pas qu'on les reconnaisse.

    Seulement voila les "vieux" morceaux, SCO n'a pas son mot a dire dessus (a moins que deux ans ca soit vieux) parceque les droits appartiennent a Novell qui n'a aucune intention d'attaquer (N.B : une fois que l'on a dit se genre de chose on ne peut plus se retracter, en d'autres termes si il y avait du code AT&T dans le noyeau Linux, il est maintenant authorise).
    Sco pretend posseder des contrats qui lui permette de prevenir la donation non appropriee de code Unix (tu parles d'un verbiage). Reste a demontrer que Novell n'a pas le droit d'authoriser linux a se servir du code Unix. (Ca me parait enorme vu que Novell possede le code Unix, mais aux States on ne sait jamais).

    Mais pour les "nouveaux" morceaux (ceux dont on peut estimer qu'ils ont ete ecrit par SCO) il se passe quoi ? SCO clame que ses partenaires (IBM en l'occurence) a rompu des contrats de non divulgation en mettant du code SCO dans le noyeau. Seulement ce code la n'a pas primaute (vu qu'il ne vient pas de l'UNIX original) et il va donc falloir passer par tout le processus de recherche d'antecedent avant de valider la plainte a ce sujet.

    Mais heureusement pour l'equipe kernel, a moins que SCO possede vraiment un contrat qui lui permet de faire ce qu'il veut des droits UNIX sans pour autant les posseder, l'equipe du kernel n'a jamais (a ma connaissance) passe de contrat de non divulgation avec SCO (pour du code en GPL ca aurait ete dur). Donc je ne vois pas bien sur quelle base ils comptent attaquer Linux

    Kha
    (Je sens qu'il y a des juges d'instructions qui vont avoir besoin d'aspirine)
    • [^] # Re: Revue de presse sur l'affaire SCO

      Posté par . Évalué à 7.

      (la derniére phrase)

      Ben oui, c' est ça le pb, c' est qu'il faut être trés qualifié pour juger de ça, on ne peut pas être juge et Linus Torvald à la fois .

      On va en revenir à une bataille d' avocat, et ms vient de fournir les munitions.

      C' est ça ou je suis débile ?
      • [^] # Re: Revue de presse sur l'affaire SCO

        Posté par . Évalué à 7.

        "On va en revenir à une bataille d' avocat, et ms vient de fournir les munitions.

        C' est ça ou je suis débile ?"


        Tu as tout compris. Tout est bidon, mais comme l'ombre de procès, "violation de propriété intellectuelle" planne sur cette vaste masquarade, ça peut servir à dénigrer auprès de personnes non informées le logiciel libre et open source. Pour MS c'est super intéressant que ce genre de saga perdure et donc ils achètent à prix d'or une licence pour aider SCO à continuer dans son trip. La désinformation face à un "ennemi", ça n'a pas de prix ...

        Perso je trouve ça surréaliste de chez surréaliste.
        • [^] # Re: Revue de presse sur l'affaire SCO

          Posté par . Évalué à 0.

          Termine plutôt par "point barre de chez point barre", ça fait encore plus classe.
        • [^] # Re: Revue de presse sur l'affaire SCO

          Posté par . Évalué à 1.

          Sur les jornaux espagnols, on a vu déjà (en couverture) des titulaires à la con, du genre "Linux, l'OS qui fait face au tout-puissant Windows, serait ilégale" suite à cet affaire avec SCO. Si le DSI qui est en train de penser à migrer sur Linux (soit parce qu'il est convaincu techniquement, soit par "pression sociale" de la pub, soit par un effet mode, soit ...) lit ce type d'article, il risque de se posser des questions et avoir du mal à défendre son choix auprès de son DG (qui lit aussi les journaux ...). Tout cet affaire, encore une fois, ne fait que aller dans le sens de Microsoft. Ça ne m'étonnerais pas que MS dépense des millions a maintenir une armée d'avocats qui allongent un procès. Le problème là, est plus un affaire médiatique et de possible perte de crédibilité auprès des décideurs que d'élucider la vérité. Le fait que MS se mèle à tout ça (achats de droits auprès de SCO) ne me parait pas naïf.
    • [^] # Re: Revue de presse sur l'affaire SCO

      Posté par (page perso) . Évalué à 4.

      Avant que les juges comprennent, avocats auront définitvement ruiné SCO et ponctionné IBM. Il faudra bien 5 ans pour examiner les 6000 bouts de code qu'ils ont dénombré presque autant en appel et recours.
      • [^] # Re: Revue de presse sur l'affaire SCO

        Posté par . Évalué à 2.

        oui, mais ms a payé combien ? ( troll inside)
        • [^] # Re: Revue de presse sur l'affaire SCO

          Posté par (page perso) . Évalué à 4.

          Les brevets ça ne sert qu'à faire gagner du fric aux avocats. Que ce soit pour le rédiger, le déposer, l'attaquer ou le défendre, ils ramassent le pactole. Parfois c'est le même cabinet qui fait tout à la fois. Tous ceux qui sont solvables sont des proies potentielles.

          Le temps qu'ils nous font perdre n'est même pas compté. Nous ferions mieux de faire du code, des tests et de la doc au lieu de nous occuper d'un sujet qui ne devrait même pas exister.
    • [^] # SCO : le code incriminé

      Posté par . Évalué à 5.

      en exclusif des bouts de codes incrimés :

      mm/page_alloc.c
      for ( i = 0 ; i < nr_ pages ; i++) {

      cette méthode de programmation est sous copyright; n'essayez pas de l'outrpasser en utilisant "while", ou même des "goto" dont la technologie appartient aussi a ...
      qu'auraient fait les développeurs du monde entier sans l'invention géniale de cette structure, programmeurs qui devront bientot reverser 0.1$ a ... a chaque fois qu'ils l'utiliseront. (jusqu'a ce que cela tombe dans le domaine public, dans 40 ans)

      kernel/fork.c
      return total:
      le "return total" est totallement copyrighté. N'essayez pas de maquiller votre forfait en renommant cette variable!!!

      dans reiserfs.h
      #define MAX(a,b) ( (a) > (b) ? (a) : (b) )

      cette macro fait l'objet de plusieurs brevets très sérieux, nombre de thésards en math ont planché la dessus, il serait dommage que tant d'année de labeur soient données gratuitement au public (qui veut notre mal, rappelons-le)


      (désolé, j'ai pas pu m'empécher)
  • # Re: Revue de presse sur l'affaire SCO

    Posté par (page perso) . Évalué à 5.

    Bah, on se rend compte que c'est tout simplement n'importe quoi...

    - Microsoft aurait acheté des licenses Unix à SCO parce qu'ils travaillent sur l'interopérabilité avec Unix (grosse blague ... :D )

    On peut résumer par : "sisi, on vous jure, y'a 15 lignes de codes qui viennent de chez nous ! on vous jure !" ...

    15 lignes.. tss, les pauvres... Faut vraiment être déséspéré..

    15 lignes qu'on veut pas nous montrer..

    15 lignes qui proviendriaent éventuellement d'un système qu'on n'a pas nous même développé mais donc on aurait racheter les licenses...

    Combien de lignes dans les systèmes propriétaires, à votre avis, proviennent en fait de soft en GPL ? (mais que personne ne peut voir..)

    De toutes façons, moi, je dépose un brevet sur le principe du "Hello World". Et j'attaque SCO ! youppie !
    • [^] # Re: Revue de presse sur l'affaire SCO

      Posté par . Évalué à 1.

      Ce que j'aime bien aussi, c'est quand on regarde le mail du Mr de chez Novell puis la reponse de chez sco, en gros les deux ont la license Unix system V.... :)
      • [^] # Re: Revue de presse sur l'affaire SCO

        Posté par . Évalué à 2.

        Bon moi je viens de relire l'histoire de System V/Posix, nottamment la (je ne connait pas la qualité de mes sources, c'est du google):
        http://www.acm.org/crossroads/xrds1-3/unix-standards.html(...)

        Fais une recherche sur 'SCO'...Rien. L'histoire dis clairement que System V et la marque unix ont été racheté par Novell.
        Enfin je dis ca, c'est juste pour dissiper le doute sur ce sujet, de toute facon SCO s'attaque au code, pas au System V.
    • [^] # Re: Revue de presse sur l'affaire SCO

      Posté par . Évalué à 1.

      Si j'etais toi j'irai plus loin dépose sur le concept de faire faire une addition de manière intelligente.
    • [^] # Re: Revue de presse sur l'affaire SCO

      Posté par . Évalué à 10.

      Tu as oublié :

      15 lignes pour les amener tous (au tribunal ?)
      et dans les ténèbres les lier...

      :o) lol

      Désolé, je trouvais que ça sonnait bien... vais encore me faire "moinser" moi :)
  • # Re: Revue de presse sur l'affaire SCO

    Posté par . Évalué à 6.

    L'association allemande LinuxTag somme SCO Allemagne de retirer ses allégations sur ses "droits" sur Linux ou d'en apporter la preuve ...
    http://www.linuxtag.org/2003/de/press/releases.xsp?id=3(...)
  • # Re: Revue de presse sur l'affaire SCO

    Posté par . Évalué à 6.

    pour avoir eu quelques soucis il y a 2 ou 3 ans, je me rappelle que le brevet n'est pas "vendable", il appartient à celui qui l'a déposé. Seules des licences d'exploitations peuvent être vendues. Ce que je ne sais pas, c'est si SCO peut poursuivre qqun alors qu'il n'a qu'une licence. Se serait en théorie à NOVELL d'engager les poursuites judiciaires...

    qqun en saurait un peu plus sur ce type de conflit ?
    • [^] # Re: Revue de presse sur l'affaire SCO

      Posté par . Évalué à 1.

      >le brevet n'est pas "vendable"

      On s'en fout. Si par exemple SCO se fait racheter par M$, alors le brevet reviendra entre les mains de M$. En cela, le brevet est vendable.

      >Ce que je ne sais pas, c'est si SCO peut poursuivre qqun alors qu'il n'a qu'une licence

      Euh, tu peux t'expliquer? Je n'ai pas compris ta question...
      • [^] # Re: Revue de presse sur l'affaire SCO

        Posté par . Évalué à 1.

        J'ai oublié de m'expliquer: selon moi, SCO a ce brevet ou a un brevet d'une partie du code et Novell une autre.

        Pour répondre à ta question, non on ne peut pas poursuivre quelqu'un si on n'a que la licence.
        • [^] # Re: Revue de presse sur l'affaire SCO

          Posté par . Évalué à 3.

          En fait non :-) SCO ne possède aucun brevet sur UNIX, tout appartient à NOVELL. SCO a passé un contrat avec NOVELL pour "sous-licencier" les droits UNIX. En clair il s'occupe de la paperasse pour NOVELL et touche une commission au passage.

          Par contre SCO a bien passé un contrat avec IBM comportant une clause de non-divulgation. Donc si IBM a enfreint ce contrat, ils peuvent attaquer. Mais et c'est le point important, ils ne peuvent attaquer que des gens ayant passé un contrat avec eux =).

          Cela restera donc un combat d'avocats entre SCO et IBM (perso je parie sur l'armada d'avvocats d'IBM ;-)
          • [^] # Re: Revue de presse sur l'affaire SCO

            Posté par . Évalué à 1.

            Je dirais plutôt que le combat va être entre les avocats d'IBM et ceux de MicroSoft ;-) D'autant plus qu'IBM a "rajouté de l'huile sur le feu" avec le coup de Munich ;-)
  • # Un lien important a été oublié

    Posté par . Évalué à 5.

    Le résumé de l'affaire pour les mal comprenants comme moi:
    http://www.arie.org/doh/(...)
    (lu sur lwn.net)
    • [^] # Re: Un lien important a été oublié

      Posté par (page perso) . Évalué à 1.

      C'est marrant, mais l'explication n'est quand même pas très claire ;-)
      • [^] # Résumé plus clair

        Posté par . Évalué à 2.

        sco:
        But based on the research that we have done, we have identified specific Unix System V code for which we have ownership rights that have ended up in Linux against our wishes.
        We have statements from all the major parties that were involved in that contract that all the business and IP-related property of Unix and UnixWare was transferred to SCO.
        le cours de l'action SCO monte.

        novell:
        We believe it unlikely that SCO can demonstrate that it has any ownership whatsoever in those copyrights.
        In a statement, Provo, Utah-based Novell, which sold its Unix technology to SCO in 1995, said Wednesday the Unix copyrights and patents never transferred to SCO. It also said SCO doesn't have facts to back up its assertion that certain Unix code had been copied into Linux.
        Novell added that in recent months, SCO executives had asked Novell to transfer the Unix copyrights to SCO -- a request that was denied.
        le cours de l'action SCO descend.

        sur le site de sco:
        Ca c'est ce qu'ils déclarent à la sec (et pas à des journalistes ou à des clients qu'ils veulent faire payer une license de plus ou empêcher de quitter le cargo pour la frégate linux) (sec = SECURITIES AND EXCHANGE COMMISSION SVRx = systémes V):
        The Company has an arrangement with Novell, Inc. ("Novell") in which it acts as an administrative agent in the collection of royalties for customers who deploy SVRx technology. Under the agency agreement, the Company collects all customer payments and remits 95 percent of the collected funds to Novell and retains 5 percent as an administrative fee. The Company records the 5 percent administrative fee as revenue in its consolidated statements of operations. The accompanying October 31, 2002 and 2001 consolidated balance sheets reflect the amounts collected related to this agency agreement but not yet remitted to Novell of $1,428,000 and $1,894,000, respectively, as restricted cash and royalty payable to Novell. The October 31, 2001 balances were reclassified from cash and equivalents and other royalties payable to conform to the current year presentation.
        http://ir.sco.com/EdgarDetail.cfm?CompanyID=CALD&CIK=1102542&am(...)
    • [^] # Re: Un lien important a été oublié

      Posté par . Évalué à 1.

      Trop delire ce remake ;)
  • # Re: Revue de presse sur l'affaire SCO

    Posté par . Évalué à 4.

    Une interview du "senior vice president" et "general manager" de SCOsource Division.

    http://www.computerworld.com/softwaretopics/os/(...)
    linux/story/0,10801,81613,00.html?nas=AM-81613 (*)

    Le but est apparemment de stopper toute activité liée à Linux ("suspend any new Linux-related activities until this is all sorted out") pour ensuite que SCO puisse vendre (lui tout seul ?) des versions de Linux en conformité avec leurs prétendus droits ("develop solutions with the industry to allow customers to move forward [...], so long as the appropriate intellectual property foundation is in place").

    Pour le general manager, SCO ne s'est jamais portée mieux depuis 7 ans et le communiqué de Novell serait un dernier acte de bravoure d'une société moribonde. Confiance en soi, quand tu nous tiens ...

    (* : l'URL doit être tapée en une ligne mais çà ne passe apparemment pas quand je poste en 1 ligne)
    • [^] # Re: Revue de presse sur l'affaire SCO

      Posté par . Évalué à 4.

      Pour le general manager, SCO ne s'est jamais portée mieux depuis 7 ans et le communiqué de Novell serait un dernier acte de bravoure d'une société moribonde. Confiance en soi, quand tu nous tiens ...

      C'est drôle mais ça me fait penser à un certain ministre irakien de l'information, juste avant la chute du pouvoir de Saddam Hussein...
    • [^] # Re: Revue de presse sur l'affaire SCO

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      > l'URL doit être tapée en une ligne mais çà ne passe apparemment pas quand je poste en 1 ligne

      1,2,3 essai... 1,2... 1,2...
      http://www.computerworld.com/softwaretopics/os/linux/story/0,10801,(...)
      • [^] # Re: Revue de presse sur l'affaire SCO

        Posté par . Évalué à 2.

        SCO ne s'est-il pas mis hors-la-loi puisqu'il a aussi utilisé Linux?

        Ensuite il faudra m'expliquer comment on a pu copier certaines lignes à l'exactitude alors que c'est fermé... en décryptant le binaire??? À mon avis, Linus a d'autres choses à faire.

        Il faudrait également connaître la teneur de ces lignes car si elles sont éparpillées, cela n'a rien d'une copie d'un secret. D'autant plus qu'il n'est pas étonnant de trouver 15 lignes identiques sur le nombre énorme de lignes d'un noyau.
        • [^] # Re: Revue de presse sur l'affaire SCO

          Posté par . Évalué à 4.

          - Non, puisque eux possèdent les droits. Certes, ils les ont de ce fait diffusés sous GPL mais c'est "a l'insu de leur plein gré" donc ça n'est pas valable

          - IBM et d'autres ont accès aux sources SCO. Ce sont eux qui sont visés. Dans cet hypothèse, Linus ne serait bien sur pas au courant.

          - Oui mais non, les lignes, de codes, c'est comme les preuves de la présences d'armes chimliques en Irak, on les garde pour la fin ;-)
          • [^] # Re: Revue de presse sur l'affaire SCO

            Posté par . Évalué à 1.

            Certes, ils les ont de ce fait diffusés sous GPL mais c'est "a l'insu de leur plein gré" donc ça n'est pas valable.

            Et depuis quand ? Si je plante, jardinier ignorant que je suis (et je le suis vraiment) des plants pas catholiques dans mon jardin, et que les flics débarquent, mon ignorance fait-elle de moi un innocent ? Non. Doit-on m'en tenir rigueur ? Non, j'espère ; mais ça c'est autre chose que de ne pas appliquer la loi.

            S'ils ont agi sans intention, ça leur donne d'éventuelles "circonstances atténuantes", mais ça ne rend pas l'application de la GPL moins valable.

            S'ils avaient laissé mettre leur code sous GPL par d'autres *et* n'avaient pas diffusé eux-même, ok, ils n'auraient rien à se reprocher.

            Mais là, ils ont manqué à la due diligence : avant de distribuer du lunix avec de prétendus bouts de SCO dedans, ils auraient du vérifier. C'est un travail de Titan ? Personne ne leur a mis le flingue sur la tempe pour les obliger à distribuer.
            • [^] # Re: Revue de presse sur l'affaire SCO

              Posté par . Évalué à 1.

              Le paragraphe suivant est tire de la GPL telle que trouvee sur http://www.gnu.org/licenses/gpl.html(...) :

              Au point 0, 1ere phrase :

              This License applies to any program or other work which contains a notice placed by the copyright holder saying it may be distributed under the terms of this General Public License

              La personne qui a mis la notice disant qu'il peut etre distribue en GPL n'est pas SCO, donc le code n'est pas GPL (si il appartient reellement a SCO)

              Pas plus complique que ca.
              • [^] # Re: Revue de presse sur l'affaire SCO

                Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                > Pas plus complique que ca.

                Hé non c'est pas plus compliqué que ça !

                Peut alors m'expliquer pourquoi SCO veut attaquer tous les distributeurs Linux et Linus lui meme pour violation de brevets et de propriété intellectuelle (brevets et IP remis en cause par Novell au passage) au lieu d'attaquer la personne qui a inclus ce code dans Linux ?
                Pourquoi SCO serait de bonne foi lorsqu'elle a distribué "son code" mais pas les autres distributeurs Linux et Linus lui-meme.
                Pourquoi ne recherche t'elle aucun arrangement à l'amiable pour supprimer les petits bout de code de "5 à 10 lignes" leur appartenant ?
                Pourquoi ne rend t'elle pas public ce code litigieux ? et lorsqu'elle le fera pourquoi veut-elle faire signer un NDA ?

                Cette affaire est de plus en plus ridicule, et tu te ridiculise toi-meme a essayer de la défendre envers et contre tout. Je te croyais plus perspicace.
                • [^] # Re: Revue de presse sur l'affaire SCO

                  Posté par . Évalué à 1.

                  Je ne les defends pas.

                  Je dis simplement que si qq'un met du code qui ne lui appartient pas en GPL, ce code ne devient pas GPL pour autant. Tu as vu autre chose dans mon post ?

                  Je n'ai jamais dit que SCO avait raison, qu'ils sont tout blanc ou quoi que ce soit de ce genre.

                  De meme, je ne dis pas qu'ils ne racontent que des anneries, tout simplement car je ne sais pas, on peut supputer pendant longtemps, mais on ne saura la verite qu'une fois le proces demarre vu qu'il faudra bien qu'ils montrent quelque chose au juge pour eviter un coup de batte de base-ball dans les dents.
                • [^] # Re: Revue de presse sur l'affaire SCO

                  Posté par . Évalué à 1.

                  SCO sont des pourris qui font un procès pour l'argent, personne n'en doute, y compris je pense pBpG, on dirait les guignols qui poursuivent Mc Do parce qu'ils sont gros ou qu'ils se sont brûlé avec du café chaud en se le renversant dessus, la volonté de nuisance en plus
                  Mais conviens avec moi qu'il est ridicule de considérer que la distribution par SCO de Caldera contenant du code supposé GPL appartenant (tjs dans l'hypothèse ou c'est vrai hein !) à SCO comme une mise régulère de code dont ils sont propriétaires sous GPL, l'article de la de la GPL cité par pBpG me semble suffisement clair sur ce point.
                  N'oublie pas qu'a l'origine, SCO visait IBM, qu'ils suspectent officielement d'être à l'origine du passage de leur code dans Linux, d'être donc les responsables de la faute originelle.
                  Le reste, Linus & co, c'est le fond du fond, reste que devant un juge un peu stupide, sur un malentendu, ça peut passer alors ils jouent au poker judiciaire. Oui, c'est ridicule.
              • [^] # Re: Revue de presse sur l'affaire SCO

                Posté par . Évalué à 3.

                Arf !
                Le petit commentaire l'air de rien du gars de microsoft !
                On sent la jubilation jusqu'ici .. c'est quelque chose.

                SCO est une pauvre société qui ne fait rien (un furoncle notoire dans le cas present), qui revendique des droit sur un systeme et un code qu'elle n'a même pas créé ( rearf ), qu'elle ne possède même pas réellement, qui a l'outrecuidance de proférer des accusations sans la moindre preuve ... SCO n'est rien et son baroude d'honneur n'y changera rien.
                Mais je suis sur qu'ils ont raison, c'est vrai que leur code fermé a du être copié par milliers de lignes par les developpeurs du noyau, parcequ'ils ont des contacts !! encore un coup des ruskov :D
                Encore une chose, tant qu'à copier, les developpeurs du noyau se sont dit "tiens, on va prendre SCO, l'unix le plus nul qui existe.... (le seul à être "classé" en dessous de certaines distrib :D)

                Tu vois c'est facile, y'a plein de chose "pas plus compliqué que ça".
            • [^] # Re: Revue de presse sur l'affaire SCO

              Posté par . Évalué à 2.

              Je ne partage pas ton point de vue bien qu'il soit très pertinent, car il s'agit d'un sujet d'actualité.

              On pourrait comparer ton explication à ce que le gouvernement français souhaiterait faire avec les hébergeurs internet et/ou webmaster. Ces derniers auraient la responsabilité de chaque message, information, image, ... bref sur chaque contenu diffusé sur leur site. Ceci impliquerait une modération excessive du site. Naturellement, cela reste possible dans le contenu "redactionnel" d'un site, mais surhumain dans le contenu "publique" comme les forums ou ce que nous faisons sur DLFP. Avant publication, chaque message devrait être lu par un modérateur pour acceptation ou refus. Tâche titanesque s'il en est pour une efficacité relative, sans parler des risques de censures abusives.

              Les professionnels d'Internet défendent l'option du retrait en cas de contenu illégal avec la mise-à-disposition de la justice des informations nécessaires à la poursuite du malveillant.

              Dans le cas de projet GPL comme Linux, nous pourrions voir la même analogie. Soit le "chef de projet", comme Linus prend la responsabilité de vérifier que chaque ligne de code n'enfraigne aucune propriété intellectuelle et la retire en cas de viol de celle-ci (avec les risques de censure abusive, car Linus prendrait le rôle du juge et devrait trancher alors que des tribunaux auraient considérer ce code "valide").

              Ou alors, Linus diffuse le code et s'engage à faire modifier ce code qui serait en illégalité en cas de viol de propriété intellectuelle et permettrait également au plaignant de retrouver l'identité de la personne mal-intentionnée qui aurait intégré ce code dans la projet. Pour cela, il faut par contre connaitre le code qui est pointé par SCO.

              Mon avis est que la seconde possibilité est la meilleure. Elle permet la libre expression et permet aux personnes responsables de projets (ou site web) de réduire leurs travaux de contrôle pour faire leur véritable travail. Sans cela, une grande partie de site internet n'auraient plus de forums et des projets GPL ne verraient pas le jour, parce que les tâches de contrôles seraient insupportables pour leurs responsables.

              La première politique permet de trouver facilement un responsable en cas de diffusion de contenu illégal (que ce soit un contenu sur un site ou un morceau de code dans un projet), mais ne s'attaque pas au véritable coupable (ex. personne qui mettrait à disposition sur un forum des musiques, des images ou des films illégaux).

              Pour ma part, j'ai choisi mon camp. Celui de la liberté d'expression.
              • [^] # Re: Revue de presse sur l'affaire SCO

                Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                -1 car je suis pour le droit à l'anonymat sur les forums publiques.
                Je n'ai pas envie de devoir m'identifier pour dénoncer quelques abus, injustices ou exprimer quelques idées qui pourraient me valoire quelques formes de représailles. Ca, l'est la vision TCPA / Paladium / Alkaïda et compagnie !!!

                Mais je sais que aujourd'hui, c'est difficile à défendre comme point de vue. La lutte, c'est aussi ça pour moi.
                • [^] # Re: Revue de presse sur l'affaire SCO

                  Posté par . Évalué à 1.

                  Qui a parlé de s'identifier ?

                  Les logs existent et quand tu postes un message, ton adresse IP est sauvegardée. En cas de plainte à la police, ces logs permettent de retrouver l'hébergeur, qui retrouve l'utilisateur connecté à l'heure donnée d'un certain jour.

                  Anonymat et internet sont incompatibles !

                  Pour ma part, je ne veux pas parler de flicage, je suis contre également. Mais cela me semble normal que la personne qui tient des propos condamnables soit la personne attaquée et pas que ce soit l'hébergeur.

                  Si tu déposes une image pédophile (je tombe dans des clichés journalistiques, mais il a l'avantage de ralié un grand nombre de personnes pour dire que la pédophilie c'est quelque chose de dégueulasse) sur un forum et que le webmaster en est informé, celui-ci va l'effacer. Si qqn porte plainte, il donnera les informations qu'il possède pour permettre de te retrouver. A mon avis, cette démarche est plus correcte que de dire, le webmaster va modérer le contenu, refuser de publier de telles images (en espérant qu'il ne laisse jamais passer un tel contenu par mégarde) et s'il refuse d'entreprendre des démarches pour porter plainte, l'émetteur du message avec le contenu pédophile ne sera pas inquiété. Par contre, si un modérateur a par inadvertance laissé passer un tel message (par une vérification trop rapide), lui sera inquiété par les forces de police.

                  Personnelement, je préfère attaquer les bons responsables que ceux qui veulent faire quelque chose et qui doivent engager leur responsabilité pour des propos qu'ils ne partagent pas. Sans cela, on peut dire aurevoir à l'esprit d'entreprise de plusieurs milliers de personnes.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.