• # Spoiler alert

    Posté par  (site web personnel) . Évalué à 10. Dernière modification le 08 janvier 2022 à 03:06.

    Il n'est pas question de vaccin, vous pouvez vous détendre.

    • [^] # Re: Spoiler alert

      Posté par  (site web personnel) . Évalué à 10.

      Non, c'est clairement lié au complot de BigPharma (et de BigChauffage).

      On est en hiver, et il fait froid dehors. Si on aère pour éviter de choper le covid, on risque de tomber malade. C'est clairement pour remplir les poches du complexe pharmaco-etatique en faisant de nous des malades qui ne meurent pas, car un malade qui reste en vie rapporte plus au capitalisme qu'un malade mort.

      Et c'est d'ailleurs pour ça que le changement climatique est un canular, car il est évident que si c'était vrai, alors le systéme ne laisserait pas ça arriver, vu qu'il ferait plus chaud en hiver, donc on ne tomberais plus malade.

      C'est une version résumé, j'ai du prendre quelques raccourcis pour l'auditoire de Linuxfr, mais vous pouvez trouver le détail dans ma série de 35 vidéos de 2h sur le sujet que j'ai posté sur Odysee (vu que Youtube m'a viré sous les ordres sans doute de la banque mondiale au main des rose croix).

      (je précise, c'est une parodie, on sait bien que je poste mes vidéos sur peertube)

      • [^] # Re: Spoiler alert

        Posté par  . Évalué à 8.

        On est en hiver, et il fait froid dehors. Si on aère pour éviter de choper le covid, on risque de tomber malade.

        Je sais que ce n'est pas sérieux, mais ce cliché m'énerve toujours : non on ne tombe pas malade parce qu'on prend froid. On tombe malade parce qu'on chope un virus/une bactérie.

        Alors oui, ça arrive souvent après qu'on ait eu froid, mais c'est parce que les virus circulent surtout en hiver chez nous, et, devinez quoi, en hiver parfois on a froid ! (Ouais, je sais, ça défrise). Le froid, ça provoque l'hypothermie, et c'est sur le coup, pas après !

        • [^] # Re: Spoiler alert

          Posté par  (site web personnel) . Évalué à 3. Dernière modification le 09 janvier 2022 à 20:15.

          Alors c'est marrant parce que je me rends compte que j'ai cette croyance sans y avoir jms réfléchi
          Genre si t'as modérément froid pendant 1 heure ou 2 (je parle pas d'aller au sommet de l'Himalaya) il n'y a pas de csqce en termes de tomber malade ?

          • [^] # Re: Spoiler alert

            Posté par  (site web personnel) . Évalué à 4.

            Alors c'est marrant parce que je me rends compte que j'ai
            cette croyance sans y avoir jms réfléchi

            En même temps, on dit "attraper froid", ce qui montre quand même que l'idée est profondément ancré dans le vocabulaire.

            En anglais, c'est "catch cold", traduction mot à mot. En allemand, c'est "sich erkälten", (kalt == cold, on retrouve le lien avec "froid"), pareil en espagnol, ce qui montre que c'est pas que le français.

            Ensuite, je me demande si c'est pareil dans des langues plus éloigné. Par exemple, ça n'a pas l'air à priori le cas en japonais.

            Genre si t'as modérément froid pendant 1 heure ou 2 (je parle
            pas d'aller au sommet de l'Himalaya) il n'y a pas de csqce en
            termes de tomber malade ?

            Dans mon souvenir, c'est parce que le froid réduit les défenses immunitaires, et qu'on baigne tout le temps dans les pathogènes.

            Autant le SARS-CoV-2 devient rapidement non fonctionnel hors du corps, autant je crois me souvenir qu'un des virus qui cause la gastro continue de tenir (donc d'être infectieux) pendant plusieurs semaines même dans une chambre froide. Et que j'imagine que c'est pareil pour plein de bactéries et de virus.

            Ensuite, sauf erreur de ma part, l'hiver est aussi le moment ou la majeure partie de la population reste à l'intérieur et ou on aère moins, ce qui va de facto augmenter la concentration de pathogènes et la circulation.

            La combinaison des deux fait qu'on tombe plus malade, mais comme on peut en percevoir un (le froid) sans équipement et pas l'autre (la concentration), c'est assez logique qu'on arrive tous à la même conclusion et qu'on suppose que la maladie arrive à cause du froid.

        • [^] # Re: Spoiler alert

          Posté par  . Évalué à 2.

          OK, je suis très content que ce sujet vienne sur le tapis. Ce que tu dis est vrai, je me tue à le répéter à mon entourage. Aux Antilles (où l'hiver n'existe pas et on sort les pulls à 24°…) les gens sont obsédés par les refroidissements. Mon père me hurlait dessus dès que je marchais pied nus, les enfants sont sur-couverts à la moindre brise, on m'a forcé à porter des tricots isothermes au moindre éternuement… Je vous jure c'est une véritable obsession.

          MAIS quand je le leur fais remarquer, j'ai droit à certaines réponses contre lesquelles je n'ai pas d'argument :
          - Se découvrir fait éternuer. Je l'ai déjà constaté moi même, au sortir d'une douche chaude, marcher nus-pieds sur les carreaux froids (qui sont en fait à la même température que le reste de la pièce mais la matière est conductrice donc ils nous "volent" de la chaleur, donc on les sent froids) va très certainement me faire éternuer.
          - Le froid fait couler le nez, même sans être malade. Et je ne parle pas d'un froid continental… Les alizés frais de décembre nous font couler le nez si on reste à l'extérieur longtemps. Il ne s'agit pas de virus puisque ça s'arrête généralement dès qu'on retourne à l'intérieur.
          - Le froid c'est tout de même une contrainte pour l'organisme qui va utiliser de l'énergie pour se réchauffer, est-ce qu'il ne serait pas possible qu'un refroidissement facilite l'installation d'un virus dont l'organisme se serait facilement débarrassé si il n'avait pas à lutter contre le froid ?
          - Le froid assèche les muqueuses (bon OK, pas le froid antillais à 23°) donc là encore est-ce que ça ne créé pas des portes d'entrées naturelles pour les virus ?

          Tout ça pour dire, OK les rhumes et grippes (et COVID) viennent d'un agent infectieux mais est-on bien sûrs que le froid n'a pas un ou plusieurs effets facilitateurs, au-delà du fait que c'est la saison des virus et qu'on a tendance à rester en intérieur (là encore, ça ne marche pas aux Antilles, la seule saison qui nous enferme à l'intérieur c'est la saison cyclonique.)

          • [^] # Re: Spoiler alert

            Posté par  . Évalué à 1.

            Concernant l’éternuement, c'est sans doute psychologique. Perso quand j'ai froid sous la douche, je me met à tousser. Je peux même me mettre à tousser en avance de peur que l'eau ne soit pas à la bonne température. J'ai beau savoir que c'est purement psychologique, lié à une situation d'inconfort, je n'arrive pas à le contrer pour autant (un peu comme le réflexe photo-sternutatoire).

            • [^] # Re: Spoiler alert

              Posté par  . Évalué à 3.

              Mais comment sais-tu que c'est psychologique ? Le réflexe photo-sternutatoire est un bon exemple, c'est une anomalie OK mais une anomalie physiologique. Le corps qui ressent le froid pourrait réagir de la mauvaise façon. L'une de mes hypothèses c'est qu'il anticipe un dessèchement de la muqueuse nasale. Du coup il "envoie la morve" pour humidifier et ça entraîne un éternuement ?
              Mais là je suis complètement dans les suppositions, je n'ai aucune compétence médicale à part celle d'être moi même malade en permanence (génétique) et régulièrement hospitalisé.

              • [^] # Re: Spoiler alert

                Posté par  . Évalué à 2.

                Dans mon exemple, le fait que je puisse tousser à l'avance me fait dire que c'est psychologique. Mais en effet, ça n'exclue pas une cause initialement physiologique, et se serait vue complétée par un phénomène psychologique.

                • [^] # Re: Spoiler alert

                  Posté par  . Évalué à 3.

                  Claude Combes (mort en 2021), grand parasitologue français, avait émis l'hypothèse que certains de nos comportements seraient influencés par des parasites. Sans certitude, je crois que c'est justement l'exemple de l'éternuement sur lequel il invitait à s'interroger.

                  • [^] # Re: Spoiler alert

                    Posté par  (site web personnel) . Évalué à 5.

                    L'hypothèse que certains de nos comportements seraient
                    influencés par des parasites.

                    Je crois que le terme utilisé de nos jours est "assureur".

            • [^] # Re: Spoiler alert

              Posté par  (site web personnel) . Évalué à 3. Dernière modification le 10 janvier 2022 à 12:37.

              En fait, c'est assez marrant, mais il y a plein de situations qui font éternuer sans rapport avec une vraie nécessité de le faire.

              Quand on renifle de la poussière ou qu'on a une maladie, ok, mais pour le reste ?

              J'avais déjà repéré l'éternuement lié au soleil (qui m'arrive à l'occasion, mais pas de façon systématique, uniquement si je passe de "frais" à "plein soleil et chaud"). Merci pour le nom du phénomène !

              Il semblerait aussi qu'on éternue à la suite d'un repas où certains des aliments solliciteraient un peu nos défenses immunitaires. Non, ce n'est pas une allergie à ce stade mais juste une réaction. J'ai découvert ça avec une amie qui a fait une batterie de tests allergènes (vraiment allergique sur pas mal de chose) et pour qui le fromage amenait une légère réaction sur les tests, jamais repérée "en direct". Son allergologue lui a demandé pour les éternuements et en effet, si elle mange du fromage, elle éternue dans l'heure qui suit :) depuis je prête attention à mes éternuements suite aux repas et ma foi il semblerait qu'en effet certains produits me fassent éternuer.

              Mais il y a aussi plein d'autres éternuements qui viennent "comme ça", qui ne déclenchent pas un rhume derrière ou une réaction allergique. C'est juste un éternuement à l'occasion et ce qui l'a déclenché doit avoir une raison physiologique mineure, mais pas évident de savoir quoi. Du coup, pour moi, le froid c'est comme le soleil : le corps se met en mode "oulah ptet que je respire des trucs pas bons, allez dans le doute on éternue, on fera le tri plus tard".

              • [^] # Re: Spoiler alert

                Posté par  . Évalué à 4.

                J'avais déjà repéré l'éternuement lié au soleil (qui m'arrive à l'occasion, mais pas de façon systématique, uniquement si je passe de "frais" à "plein soleil et chaud"). Merci pour le nom du phénomène !

                Il s'agit du réflexe photo-sternutatoire, qui concerne, d'après wikipedia 20 à 35% de la population mondiale : https://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9flexe_photo-sternutatoire

          • [^] # Re: Spoiler alert

            Posté par  (site web personnel) . Évalué à 3.

            Le froid assèche les muqueuses (bon OK, pas le froid antillais à 23°) donc là encore est-ce que ça ne créé pas des portes d'entrées naturelles pour les virus ?

            C'est pas super bien formulé mais, toute autres choses étant égales, l'air froid est effectivement plus sec, ce qui augmente le risque d'être irrité et donc d'être moins à même de résister à une infection. Enfin je suis pas docteur non plus.

            pertinent adj. Approprié : qui se rapporte exactement à ce dont il est question.

            • [^] # Re: Spoiler alert

              Posté par  . Évalué à 3.

              qui augmente le risque d'être irrité et donc d'être moins à même de résister à une infection

              C'est pour ça que ton corps répond en fabriquant du mucus (et que ton nez coule) dans le but de réhydrater tes muqueuses (et faire sortir les agents pathogènes).

  • # La complainte du virus

    Posté par  (site web personnel) . Évalué à 3.

    « ♪ ♫ ♬ Ô Macron, si tu savais ♪ ♫ ♬ tout le mal, que l'on me fait ♪ ♫ ♬ »

    Adhérer à l'April, ça vous tente ?

  • # Open space

    Posté par  . Évalué à 10.

    Mmmm, on y lit aussi que silence vs blabla divise par 5 le risque de transmission.

    Donc dire "ta gueule" à un collègue dans un open space est un geste barrière. Je le note :p.

  • # C'est quoi une "faible fréquentation" et une forte ?

    Posté par  . Évalué à 2.

    Ça implique quelle densité ?

  • # J'en profite pour une question sur le masque

    Posté par  . Évalué à 7.

    Hier soir, j'ai lu les instructions sur un paquet de masques qui m'est fourni par le gouvernement. Du coup, je suis un peu embêté par le passage du tableau sur le port du masque.

    Je cite les instructions :

    Si vous êtes malade, ce masque n'est pas adapté
    Masques UNS1 spécification AFNOR SPIC S76-001: 2020

    On m'avait dit que le masque ne protégeait pas le porteur des germes des autres, mais qu'il protégeait les autres des germes du porteur. Si j'ai raté un truc, merci de me mettre à jour. Bref, ça sert à quoi ?

    • [^] # Re: J'en profite pour une question sur le masque

      Posté par  (site web personnel) . Évalué à 2.

      En fait employer un masque (même de qualité de médiocre) réduit la propagation et l'inhalation de pathogènes, sans provoquer de gène majeure. Mais si vous êtes certain d'être porteur du SarsCov2, il vaut mieux prendre des précautions complémentaires, même si elles sont plus contraignantes.
      Pour faire une analogie : en temps de paix, les pays entretenaient leur armée de métier, et entraînaient leur citoyens avec quelques mois de service militaire. Une fois les hostilités déclarées, on passait plutôt à la mobilisation générale, et à des crédits d'exception. Idem pour la covid : il est raisonnable de prendre des mesures d'exception si vous vous savez atteint.

      « IRAFURORBREVISESTANIMUMREGEQUINISIPARETIMPERAT » — Odes — Horace

    • [^] # Re: J'en profite pour une question sur le masque

      Posté par  (site web personnel) . Évalué à 10.

      Si tu parle bien de ceux baptisés "slip de bouche", ils ne servent à rien, sauf à donner bonne conscience à ceux qui les fournissent et à permettre de dire "je porte un masque" tout en respirant sans trop de contrainte.

      Bon, troll à part, ça limite un peu la dispersion des gouttelettes, mais c'est très insuffisant dans les conditions actuelles. Dans le cas où tu peux être à distance des autres, dans un espace pas trop confiné et aéré régulièrement, et que tu es asymptomatique, tu vas contaminer moins vite les autres. C'est mieux que rien mais c'est absolument criminel que ce soit le truc mis en avant.

      Le plus pertinent reste le masque FFP2, parce que ça marche quand même mieux et dans les deux sens, sans être aussi inconfortable que le FFP3. Le FFP2 ça reste quand même assez pénible quand tu es dans des activités où tu dois bien ventiler. Mais c'est ce qu'on utilise aussi quand on fait des travaux avec plein de poussière (activité physique s'il en est) et on y survit… mieux qu'avec une fibrose, haha.

      Si tu cherche la doc, c'est intéressant de voir que c'est assez flou sur plein de sites, entre la filtration de ce qui est expiré et inspiré. Je ne suis pas certaine de bien interpréter les chiffres, mais de ce que je comprends ( à vérifier !) la norme UNS1 tolère que tu rejette 10% et la norme FFP2 le fait descendre à 8%.

      Un autre avantage des FFP2, c'est que contrairement à ce qu'on veut nous faire avaler, c'est pas évident de mal le mettre. Porter un FFP2 sous le nez demande une bonne obstination et une bonne résistance à l'inconfort, là où les UNS1 se glissent facilement sous l'appendice pour peu que ce dernier soit grand. Après, oui, il est possible de mal mettre son FFP2 mais enfin contrôler son bon placement prend 5 minutes à apprendre et le geste est d'une simplicité totale.

      Pour avoir testé toute la gamme et regardé leur efficacité d'après les études, mon avis est le suivant (avis subjectif et fait avec ce que j'ai trouvé, hein, allez lire la doc de votre côté ! ) :
      - FFP3 : ça filtre, c'est sûr, mais bon sang ça étouffe aussi, j'ai l'impression d'être Dark Vador. Peut-être que certains sont plus confortables que d'autres. Je ne l'utilise que pour certaines activités du type bricolage avec des particules potentiellement très toxiques ou très irritantes.
      - FFP2 : j'ai adopté pour les sorties aux courses et quand je fréquente des gens dans des espaces confinés. Ça les protège, ça me protège, et même avec les non-vaccinés du coup je me sens à peu prêt tranquille. Ça reste à combiner avec les autres gestes barrières quand même, ce n'est pas magique. Par contre je n'arrive pas à conduire avec, ça me perturbe trop et j'ai l'impression d'étouffer (je suis sûre que c'est psychologique mais ça ne change rien…) et quand il fait très chaud ou que je m'agite, c'est bien pénible à porter.
      - Masques en tissu (maison, ou donnés par le gouvernement), normes UNS1 et autres, et j'ai même reçu des masques sans normes offerts par la région (merci mais non merci ?) : je ne met ça que en été et en extérieur, dans des endroits ventilés et sans trop de monde. Ça baisse un peu les risques quand même et c'est moins inconfortable, mais je n'ai pas une grande confiance dedans. J'ai plus confiance dans les masques maisons fait selon les normes AFNOR en fait, qui ont plusieurs couches, sont plus étanches et plus confortables, mais qui ne sont pas bien vu partout.

      Il y a aussi pour moi une évaluation des risques à faire par rapport à l'environnement. Il parait que les cas de contamination à l'air libre sont rarissimes, qu'à l'inverse avoir des masques dans un espace confiné avec plein de monde ça reste craignos (mais mieux que sans masques). J'étais tombée sur une étude assez rassurante du CHU de strasbourg, quand même, qui expliquait que le risque de contamination principal était avec les aérosols et que plus on filtre de ce côté, plus on baisse le risque. Je suis détendue en plein air, donc, et stressée quand il y a du monde !

      C'est de toute façon une négociation permanente entre les besoins sociaux, le confort, les risques… Je comprends parfaitement que quelqu'un qui est toute la journée à parler aux gens étouffe avec son masque et ne soit pas "modèle", prenant des risques pour lui et pour les autres. Je diminue ce risque de mon côté en restant abonné aux FFP2 dans 80% de mes interactions sociales. Et je discute avec les gens, suivant leurs pratiques, pour qu'on trouve ce qui nous est confortable le temps de notre interaction, en essayant de ne stigmatiser personne. Être parfait tout le temps n'est pas possible, je ne le demande pas aux autres et je reconnais quand je fais moi-même des erreurs.

      • [^] # Re: J'en profite pour une question sur le masque

        Posté par  (site web personnel) . Évalué à 4.

        Les masques FFP, on les porte généralement pour se protéger, contrairement aux masques chirurgicaux, par exemple, que l'on porte pour protéger les autres. Du coup, avec les masques FFP, il faudrait également, en toute logique, à minima porter les lunettes qui vont bien, car les yeux sont également une porte d'entrée pour le virus. Or, hormis les pros, qui portent généralement ce masque avec d'autres équipements (gants, blouse, charlotte…), je ne me souviens pas d'avoir jamais vu, en particulier dans la rue, des porteurs de masque FFP avec des lunettes de protection…

        Contre les effets néfastes des jeux vidéos et des médias sociaux sur nos enfants : Zelbinium

  • # étude complètement déconnectée du réel

    Posté par  . Évalué à -3.

    Quand on fouille, on se rend compte que c'est juste une projection, une modélisation sans test dans le réel qui viendrait en confirmer ou pas la validité.

    Bref, c'est du vent, comme tout le reste de cette plandémie.

    « Le pouvoir des Tripodes dépendait de la résignation des hommes à l'esclavage. » -- John Christopher

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à celles et ceux qui les ont postés. Nous n’en sommes pas responsables.