Journal Docker supprime l'accès gratuit aux groupes et organisations

Posté par  (site web personnel, Mastodon) . Licence CC By‑SA.
Étiquettes :
42
15
mar.
2023

Le contexte

Docker, comme tout le monde ici le sait peut-être, est une technologie de contrôle de containers, permettant de créer, de lancer et d'arrêter des containers, mais aussi de créer des images (un système complet que le container exécutera). Ces images peuvent être distribuées par divers moyens mais un des plus connus est le Docker Hub, géré par une société privée. Il faut donc bien distinguer Docker le logiciel libre, Docker Hub le dépôt d'images et Docker la compagnie qui pilote le développement et le Hub.

D'innombrables logiciels libres sont disponibles sous forme d'images hébergées sur le Docker Hub, et c'est parfois le mode privilégié de distribution, notamment pour sa simplicité. Un docker run NOM-DE-L-IMAGE et on exécute tout de suite ce qu'on veut, sans compilation ni installation (cela pose diverses questions, par exemple de sécurité, mais c'est une autre histoire). Il n'est donc pas exagéré de dire que le Docker Hub est un composant important de l'écosystème du logiciel libre.

Sur le Docker Hub, on peut se créer un compte « gratuitement » (c'est-à-dire en laissant des données personnelles) et y héberger ses images. Mais, et c'est le point important, cela ne concerne que les individus. Si on veut travailler en groupe, par exemple parce qu'il s'agit d'un gros projet, ou bien parce que l'on veut éviter le bus factor, il faut un compte d'organisation ("Team" dans la terminologie de Docker Hub). Il existe également des offres payantes mais on ne les envisage pas ici.

Ce qui s'est passé

L'entreprise Docker a annoncé que les comptes d'organisation gratuits seraient supprimés. Désormais, tout projet de logiciel libre qui n'est pas strictement mono-utilisateur devra payer. Cette annonce, et la rapidité et l'absence de discussion, ont suscité de nombreuses réactions. Il est en effet à noter que l'entreprise n'a pas annoncé de mesures dérogatoires pour le logiciel libre.

Plus exactement, pour avoir droit à la gratuité pour un accès multi-utilisateurs (le Open Source program), il ne suffit pas que le logiciel soit libre : il faut en outre zéro activité commerciale, même la vente de services autour du logiciel ou le développement payant de fonctions supplémentaires vous font perdre le statut (je cite : « Not have a pathway to commercialization. Your organization must not seek to make a profit through services or by charging for higher tiers. »). En outre, il n'y a pas de certitude quant au temps et aux efforts qu'il faudra pour voir ce statut reconnu.

C'est donc un rude coup qui est porté au logiciel libre. Il illustre une nouvelle fois le fait que le fait d'être sous une licence libre est une condition nécessaire pour assurer la souveraineté des individus, mais pas une condition suffisante.

Références

  • # Faites vous-même vos images Docker, hébergez-les chez vous

    Posté par  . Évalué à 10.

    En effet, personnellement, je suis las de ne voir que des images Docker toutes faites ou des chart helm pour du déploiement sur kub …. sans alternative permettant de générer soi-même ses images.

    En effet bien souvent en milieu pro, une image docker toute faite peut poser un tas de problème (cycle de vie du produit, de l'image, besoin de composants supplémentaires, ou trop de choses dans l'image, intégration dans un écosystème existant, etc …). Pour un poc, ou une utilisation personnelle, une image toute faite peut être utile, mais pour de la prod …. je reste vraiment sceptique.

    • [^] # Re: Faites vous-même vos images Docker, hébergez-les chez vous

      Posté par  . Évalué à 2.

      u ne peux pas les générer à partir d'un gitlab ?

      Emacs le fait depuis 30 ans.

    • [^] # Re: Faites vous-même vos images Docker, hébergez-les chez vous

      Posté par  . Évalué à 1.

      Je confirmes tes dires. Je suis moi même en train de bosser sur un projet pro pour lequel nous nous étions orientés initialement vers docker+k8s. Mais finalement trop de contraintes et de problèmes de sécurité liés aux images toutes faites clé en main.

      • [^] # Re: Faites vous-même vos images Docker, hébergez-les chez vous

        Posté par  (Mastodon) . Évalué à 9.

        Ça n'a pas de sens. Rien n'impose d'utiliser les images des autres.

        Jami: beabb2b063da0a2f0a2acaddcd9cc1421245d5de

        • [^] # Re: Faites vous-même vos images Docker, hébergez-les chez vous

          Posté par  . Évalué à 1.

          Tu n'as pas toutes les informations sur les contraintes qu'on m'impose.
          Je dois utiliser containerd, pas le choix c'est une obligation. Sauf que containerd ne permet pas de créer d'image et je n'ai pas le droit d'utiliser docker ou tous autres outils dérivés de prêt ou de loin… Donc ça devient vite compliqué :D

          • [^] # Re: Faites vous-même vos images Docker, hébergez-les chez vous

            Posté par  (Mastodon) . Évalué à 3.

            Tu dois utiliser containerd en production, sur ta machine de development, dans la ci/cc ou partout?

            Jami: beabb2b063da0a2f0a2acaddcd9cc1421245d5de

            • [^] # Re: Faites vous-même vos images Docker, hébergez-les chez vous

              Posté par  . Évalué à 1.

              C'était un des choix possibles retenus initialement mais qui au final apporté plus de contrainte qu'autre chose. Mon choix de référence était LXC mais interdit… Du coup j'ai découvert systemd-nspawn avec machinectl et pour le moment ça répond à toutes les besoins dont j'ai besoin.

              Je ne peux pas rentrer dans le détail mais le cahier des charges est assez compliqué et particulier ;)

              • [^] # Re: Faites vous-même vos images Docker, hébergez-les chez vous

                Posté par  (Mastodon) . Évalué à 2. Dernière modification le 17 mars 2023 à 05:38.

                C'était un des choix possibles retenus initialement mais qui au final apporté plus de contrainte qu'autre chose. Mon choix de référence était LXC mais interdit… Du coup j'ai découvert systemd-nspawn avec machinectl et pour le moment ça répond à toutes les besoins dont j'ai besoin.

                Je pense que tu aurais pu remplacer cette phrase:

                Mais finalement trop de contraintes et de problèmes de sécurité liés aux images toutes faites clé en main.

                Par:

                On avait décidé de pas mettre de chaine sur le vélo mais finalement on s'est rendu compte que c'était pas mieux qu'une trottinette.

                Jami: beabb2b063da0a2f0a2acaddcd9cc1421245d5de

  • # Copieurs!

    Posté par  (site web personnel) . Évalué à 10.

    ça semble faire comme Travis CI qui a utilisé la communauté du libre pour se faire connaître puis les a viré, non?

    Pour Travis CI, à ma connaissance c'est passé plutôt en mode "on essore ceux qui restent et payent pour mourir doucement" et les acteurs du libre sont passé à GitHub Actions (le "on est amis du libre" est limité à ceux qui ne font pas $1 avec le projet), est-ce le même risque pour Docker? D'après une autre source, ça semble possible de passer par GitHub, et je soupçonne que GitHub va travailler dur pour faciliter la récupération des jetés, à force GitHub va être encore plus incontournable et "single point of failure" du libre, ou je loupe un truc?

    • [^] # Re: Copieurs!

      Posté par  (site web personnel, Mastodon) . Évalué à 10.

      C'est clair que le même problème peut se reproduire demain avec Github. (Qui, pour l'instant, est plus « gentil » avec le logiciel libre mais les entreprises privées ne restent jamais gentilles longtemps.) Personnellement, j'ai tout migré vers un Gitlab.

      • [^] # Re: Copieurs!

        Posté par  (site web personnel) . Évalué à 5.

        Là aussi il ne faut pas confondre Gitlab la société, avec sa forge centralisée, et Gitlab le logiciel libre.

        Un LUG en Lorraine : https://enunclic-cappel.fr

        • [^] # Re: Copieurs!

          Posté par  (site web personnel, Mastodon) . Évalué à 9.

          Ben oui. C'est bien pour ça que j'ai dit "un Gitlab" et pas "Gitlab".

          • [^] # Re: Copieurs!

            Posté par  (site web personnel, Mastodon) . Évalué à 1.

            Et quand bien même ce serait "Gitlab", ce serait un moindre mal puisque, dans les faits, l'entreprise a des pratiques autrement amicales envers la communauté du libre que Github (MS) ou ceux cités précédemment.

            Mais ça reste un SPOF si on centralise.

      • [^] # Re: Copieurs!

        Posté par  (Mastodon) . Évalué à 4.

        Ma boîte paye GitHub Entreprise, c'est cher, très cher : j'espère que GitHub n'a pas les mêmes soucis financiers !

        En théorie, la théorie et la pratique c'est pareil. En pratique c'est pas vrai.

        • [^] # Re: Copieurs!

          Posté par  (site web personnel) . Évalué à 4. Dernière modification le 16 mars 2023 à 13:17.

          Sauf erreur de ma part, GitHub, c'est Microsoft. Je devrais peut-être vérifier, mais je ne m'inquiète pas trop pour leur santé financière ;-)

          • [^] # Re: Copieurs!

            Posté par  . Évalué à 2.

            Ce qui n'empêche pas que le service pourrait fermer un jour.

            Bien sûr aujourd'hui ça ne semble pas être à l'ordre du jour, d'autant plus que la forge semble être également utilisée pour améliorer OpenAI en parallèle qui semble être un point important pour Microsoft actuellement.

            Mais même les plus grandes entreprises peuvent avoir des déboires, changer de stratégie, etc… Même si à moyen terme, la pérennité de Github semble assurer, rien ne garantie que ce soit le cas sur du plus long terme et bien malin celui qui prétend savoir…

            La majeure partie des morts l'était déjà de son vivant et le jour venu, ils n'ont pas senti la différence.

          • [^] # Re: Copieurs!

            Posté par  . Évalué à 4.

            Ils ont juste annoncé un plan de licenciement de masse en début d'année. 10 000 licenciements, soit 5% du personnel.
            https://www.nextinpact.com/lebrief/70847/microsoft-licencie-10-000-personnes

            Alors on apprend au compte goutte qui sera concerné. Encore hier on a appris qu'ils licencient l'équipe en charge de l'éthique de l'IA. Service qui devrait pourtant avoir le vent en poupe.
            https://www.nextinpact.com/lebrief/71230/microsoft-licencie-son-equipe-dediee-a-lethique-lia

            De mémoire, c'est pareil pour Google et Facebook, et surement bien d'autres encore.

            Donc il ne faut pas se leurrer, la pérennité de n'importe quel service de ${grosseboite} ne tient littéralement qu'à un fil.

          • [^] # Re: Copieurs!

            Posté par  (Mastodon) . Évalué à 4.

            Microsoft n'est pas Google, mais pour prendre un exemple bête, Google ferme des trucs tout le temps.

            Avoir plein de fric ne signifie pas qu'on veuille jeter l'argent par les fenêtres s'il n'y a pas de rentabilité directeou indirecte (marketing, capturer l'utilisateur pour l'orienter vers d'autres services maisons, etc).

            Jami: beabb2b063da0a2f0a2acaddcd9cc1421245d5de

    • [^] # Re: Copieurs!

      Posté par  . Évalué à 10.

      Je pense aussi que c'est en partie la même approche qu'a eu Travis mais ya aussi un autre point important. Docker avait prévenu ya 2 ans je crois qu'il y avait bien trop de compte gratuit par rapport à l'espace de stockage nécessaire.

      Le nerf de la guerre en informatique c'est le stockage (le backup utilise encore + de stockage) et cela à un coût.

      Mais personne ne veut payer pour stocker des données. Les GAFAM nous on (la société dans son ensemble) tellement habitué à tout gratuit que plus personne ne comprends que stocker coûte cher, et vu les volumes de docker hub, coûte très très cher.

      Aucun particulier ne serait prét à acheter des Po de disque dur pour héberger gratuitement des projet libre (personne en fait veut faire ça). La centralisation donne beaucoup d'avantages pour la visibilité des logiciels libre. Ya pleins de forge logiciel pas connu ou auto-hébergé mais chacun préfère utiliser la plateforme la plus visible (tout à fait logique comme approche).

      Pour moi ce qui manque finalement, cest un vrai annuaire du libre pour trouver facilement les différents projets (Github est un des passages obligés pour la visibilité de beaucoup de projet principalement car c'est celui que les non libriste connaissaient. Ça rassure de ce dire "ce projet est sur github.).

      • [^] # Re: Copieurs!

        Posté par  (site web personnel) . Évalué à 6. Dernière modification le 15 mars 2023 à 20:55.

        Sur le fond, je te suis sur la drogue du gratuit intenable à long terme, mais voila, c'est la notion de drogue, la ça fait dealer qui te file les premières doses gratuites puis te saigne ensuite.
        C'est direct $420/an ou dégage après avoir fait la pub de la solution, ça fait dealer.

        Je regarde un peu le stockage à côté, Google c'est $20/an pour passer à 100 Go après 15 Go gratuits, si ils voulaient garder les libristes plutôt que se la jouer vendeur de drogue ils feraient un truc pour eux genre $0/an pour petit stockage sans notion de groupe puis $10/an pour X Go de stockage/bande passante/etc, plutôt que direct le $420/an ($10/an n'importe qui peut se permettre de payer, $420/an ben la tu flingues les communautés sans thune).

        Bref, on voit la différence entre ceux qui veulent continuer à agréger les gens tout en évitant de faire exploser les coûts, et ceux qui font les vendeurs de drogue.

        • [^] # Re: Copieurs!

          Posté par  (site web personnel, Mastodon) . Évalué à 2.

          C'est direct $420/an ou dégage après avoir fait la pub de la solution, ça fait dealer.

          Je ne trouvais pas l'info. Leur site est buggué. D'après la page de tarifs, il est possible de collaborer sur des repo public avec des comptes gratuits. Donc tu n'existes pas en tant qu'organisation, mais tu peux gérer un repo public à plusieurs, sans dépenser.

          Ce qui est plus problématique, je pense, c'est :

          • la limite du nombre de pull
          • la migration d'une orga vers des comptes perso (possible ?)

          L'article de blog original est intéressant car il soulève le problème potentiel du squating des dépôts qui sont aujourd'hui "la référence".

        • [^] # Re: Copieurs!

          Posté par  (site web personnel) . Évalué à 9.

          Je regarde un peu le stockage à côté, Google c'est $20/an pour
          passer à 100 Go après 15 Go gratuits

          Ensuite, Google a des moyens que Docker n'a pas. Pour commencer Google est profitable et assis sur la pompe à fric. Google rentabilise aussi son infra et sa bande passante, avec des économies d'échelle que Docker n'arrivera pas à atteindre (vu que Docker n'a pas ses propres DCs, donc c'est dans la poche du cloud provider que ça va).

          Et Google, avec GCP, a plus d’intérêt à avoir des clients qui payent pas beaucoup car ça donne un porte d'entrée vers le reste de l'offre. L'offre "always free" est payé par le marketing, et par le fait que en dessous de X€, ça n'est pas forcément rentable.

          Docker n'a rien de tout ça. La version payante, c'est la même chose que la version gratuite avec des ressources en plus. Y a rien à découvrir, pas de pub à faire.

          • [^] # Re: Copieurs!

            Posté par  . Évalué à 5.

            Les 15GB sont pas 100% réels en pratique non plus. Quand t’envoie 50MB de photos de vacances a 10 contacts, dont 7 sont chez gmail, ça compte comme 400MB de stockage (50 chacun, plus celui qui envoie). Je serais surpris si Google dedupliquait pas ça de leur côté, donc 50MB au final.

            Et les 15GB, c’est 15GB de données à fournir à leur machine learning et machine à pub, donc c’est pas de la perte nette non plus.

            Linuxfr, le portail francais du logiciel libre et du neo nazisme.

        • [^] # Re: Copieurs!

          Posté par  . Évalué à 6.

          Comparer le prix de stockage avec ce que fait google, pour moi c'est continuer a mettre les doigts dans l'engrenage et croire que la valeur étalon serait celle d'un géant américain.

          Regarde ce que cela te coûte de monter ton propre stockage avec backup pour y stocker tes propres projet et vu que tes un mec super sympa et philantrope, ce que cela va te coûter d'héberger les projets des autres pour 10€/an.

          Fait moi signe, j'ai de la data a stocker pour 1€/mois.

          Sans rire, je dis pas que les tarif son pas cher, mais faut arrêter avec l'idée d'offre de service à 1€/mois. Les services à 1€/mois ça cours pas les rues. Et ok c'est pas ouf l'approche du libre gratuit puis payant une fois le monopole ou quasi-monopole atteints, mais c'est du marketing pour lancer un service. Pourquoi les libristes devrait avoir des services en ligne gratuit ? (Je parle bien des services).

          • [^] # Re: Copieurs!

            Posté par  . Évalué à 4. Dernière modification le 16 mars 2023 à 13:39.

            Sans contredire tes remarques sur les coûts de stockages (et les comparaisons avec ce que proposent des GAFAM, les plus petits ne peuvent évidemment pas proposer les mêmes services pour les mêmes tarifs pour pleins de raisons) parce que je suis plutôt d'accord avec toi.

            Je me suis intéressé récemment à un prix correct par quantité de données (que je pourrais proposer à quelqu'un à qui je fournirais un espace de stockage), je n'ai toujours pas ma réponse mais je suis tombé sur ces données intéressantes :

            • rsync.net : 1.5 centimes de dollar par GB, 1 centimes au dela d'un TB, 0.6 centimes au dela d'1 PT (redondé, avec des snapshots, support apparemment au top…). J'étais un peu sur le cul. Je suppose qu'il sont très gros et qu'ils peuvent faire des sacrés économies d'échelles. Quand on expose des prix pour des stockages de plus d'1 PT… Ça a l'air cool comme service d'ailleurs, dommage que la boite soit américaine (même s'ils ont un centre d'hébergement en suisse). En tout cas ça a l'air rentable, ils ont des gros clients et ils sont là depuis très longtemps (2001).

            • tarsnap.com : $0.25 par GB par mois. Ils sont probablement beaucoup plus petit que rsync.net.

            Du coup peut-être qu'un quart de dollar par mois par GB c'est dans les prix. Encore moins quand tu peux faire des économies d'échelles. Mais ça doit dépendre énormément de l'uptime et des garanties que tu fournis, ainsi que du support et des services en plus que tu proposes, évidemment.

            (pour référence si mes calculs sont bons : 20 € par an pour 100 GB, ça correspond à 0,017 € / GB / mois)

            Par rapport à Docker, le fait qu'ils acceptent d'héberger et de servir autant de données gratuitement ça m'a toujours extrêmement étonné, c'est sûr que ça n'allait pas marcher éternellement. Le free lunch est fini mais il fallait s'y attendre. Et c'est vrai pour n'importe quel service : GitHub, les dépôts NPM, les dépôts Maven, PIP, un tas de ces choses sont gratuites mais dans une boite, je crois qu'il faut faire sa part et avoir des miroirs, des caches, des proxys des dépendances et ne pas se retrouver le bec dans l'eau quand il y a un changement de direction ou même une panne. Et aussi, c'est plus « poli » de ne pas tirer tout le temps sur les ressources des autres, même s'il y a des mécènes prêts à financer ces ressources :-).

            (Coucou au fait, j'espère que ça va bien :-))

            • [^] # Re: Copieurs!

              Posté par  . Évalué à 2.

              Je me suis intéressé récemment à un prix correct par quantité de données (que je pourrais proposer à quelqu'un à qui je fournirais un espace de stockage), je n'ai toujours pas ma réponse mais je suis tombé sur ces données intéressantes

              Un octet n'est pas le même selon comment tu l'utilise. rsync.net & tarsnap font du backup leur données sont peu sollicité, tu a des écritures régulières, plus rarement des lectures, ta problématique de latence inexistante, je connais pas bien rsync.net mais tarsnap ne te permet pas de mettre à jour les données, la donnée est globalement mono utilisateur, etc

              C'est assez différent du dockerhub qui se rapproche plus d'un CDN après je en connais pas la différence de prix.

              https://linuxfr.org/users/barmic/journaux/y-en-a-marre-de-ce-gros-troll

              • [^] # Re: Copieurs!

                Posté par  (site web personnel) . Évalué à 3.

                Je pense que pour dockerhub, c'est la bande passante qui coûte plus que le stockage en lui même. Surtout que le stockage peut sans doute s'optimiser via le partage des layers. Un conteneur basé sur debian de 500Mo et 3 dérivés mineurs du premier de 510 Mo, ça n'est pas le coût de 4 conteneurs (donc 2 Go et 30 Mo), mais de 500Mo + 30 Mo ).

                • [^] # Re: Copieurs!

                  Posté par  (site web personnel) . Évalué à 3.

                  Le stockage est déjà (heureusement) dédupliqué. Le principe de la registry est d'avoir un contenu adressable. Chaque blob (layer ou autre, peu importe) est adressé par son digest et un même contenu (à ce niveau de granularité) n'est stocké qu'une fois.

              • [^] # Re: Copieurs!

                Posté par  . Évalué à 3. Dernière modification le 16 mars 2023 à 16:03.

                Exact.

                je connais pas bien rsync.net mais tarsnap ne te permet pas de mettre à jour les données

                Avec rsync.net tu peux y accéder en ftp, scp, sftp, et avec quelques outils unix classiques à travers ssh. Tu peux monter ton espace en sshfs et faire toutes les opérations classiques sur les fichiers. Ils font plusieurs snapshots (ZFS) de tes données par jour, donc c'est adapté à une utilisation style Nextcloud (en utilisation WebDAV et pas avec le client Nextcloud, mais il y a probablement des outils pour faire ce genre de chose aussi).

                Ils n'ont pas l'air de proposer quoi que ce soit qui demande beaucoup de CPU, il ne semble pas y avoir d'utilitaire d'archivage comme gzip, xz ou bzip2 dispo (https://www.rsync.net/resources/howto/remote_commands.html).

                Effectivement ce n'est pas prévu pour être servi à des milliers d'utilisateurs comme un CDN (ou DockerHub) le ferait, donc oui, la mise en œuvre doit être très très différente.

            • [^] # rsync.net: minimum 680GB -> minimum 122 dollars/an (10$/mois)

              Posté par  . Évalué à 0.

              680GB de minimum: 122$/an ou environ 10$/mois

        • [^] # Re: Copieurs!

          Posté par  . Évalué à 1.

          […] ceux qui font les vendeurs de drogue.

          Ça n'a aucun rapport avec la réalité. Ils ont fait tout ce qu'il faut pour que tu puisses tout faire sans eux. Le runtime, l'outillage, le dépôt,… Tout est standardisé et il existe des alternatives interoperables.

          https://linuxfr.org/users/barmic/journaux/y-en-a-marre-de-ce-gros-troll

          • [^] # Re: Copieurs!

            Posté par  . Évalué à 4. Dernière modification le 16 mars 2023 à 16:15.

            C'est vrai et c'est pour ces raisons que libre est important pour moi. Et Docker est un outil libre et dispose d'écosystème sain de ce point de vue (apparemment, de loin, je n'utilise pas trop moi-même).

            Après, leurs outils sont aussi orientés / configurés par défaut pour utiliser le service qu'ils proposent et tout est fait pour t'inviter à utiliser leurs services, sans même forcément le savoir / imaginer que la commande docker pourrait marcher avec d'autres services.

            C'est un peu comme si un service mail fournissait un client mail configuré pour utiliser son service par défaut mais pouvait être utilisé avec d'autres services (vs. un client mails comme Thunderbird sans configuration par défaut sur un service - même si Thunderbird a des accords avec des services mails pour aller un peu dans ce sens aussi, par exemple Gandi (en France ?)).

            Ils auraient pu faire en sorte que les gens aient à configurer les outils sur leurs services et faire une séparation nette entre les outils et les services. Ça pourrait rendre l'outil un poil moins pratique à utiliser aussi, ça peut aussi aider des services alternatifs qui d'un coup aurait bénéficié de la même barrière d'entrée que les services proposés par Docker.

            Ce n'est pas un reproche, mais c'est un choix (stratégique) qu'ils ont fait.

        • [^] # Re: Copieurs!

          Posté par  . Évalué à 8.

          Plus qu’une approche de dealer, ils ont tout simplement cramé leur venture capital pour croître. Ils avaient très probablement des idées en têtes pour freiner les pertes, très probablement faire leur ipo/se faire racheter par une grosse boite du milieu, ou tenter de vendre des services pro.

          Et ça a pas marché. Les taux d’intérêts ont explosé, plus personne veut prêter, et ils se retrouvent à tenter de sauver la galere.

          Sinon, rien à voir, mais je voudrais bien savoir où sont ces dealers qui donnent des doses gratuites. Tout le monde en parle, mais j’ai personnellement toujours du payer.

          Linuxfr, le portail francais du logiciel libre et du neo nazisme.

          • [^] # Re: Copieurs!

            Posté par  (Mastodon) . Évalué à 10. Dernière modification le 16 mars 2023 à 08:05.

            Ça fait plus de 5 ans que je lis des articles et parle à des acteurs de la tech qui me disent que Docker va devoir mettre la clé sous la porte s'ils ne trouvent pas un moyen magique de générer du fric.

            Je suis relativement surpris qu'ils aient tenu jusque làen fait.

            Le truc c'est que le docker hub arrange tout le monde pour avoir un point unique pour héberger des images de bases publiques de distros, de projets libres, etc. Mais Docker HUB est peu attrayant pour ceux qui ont des sous et qui n'ont pas besoin d'avoir des images publiques:
            - ceux qui ont leur infra dans un cloud vont utiliser les services de registry du cloud qu'ils utilisent. Moins de frais egress, plus de contrôle, pas besoin d'avoir une ligne de dépense avec une autre entitée.
            - ceux qui ont plus d'infra on-prem hébergent leur propre registry et s'ils veulent une registry en ligne, ils vont choisir un truc comme jfrog artifactory qui sert aussi de dépôts privés pour d'autres formats de paquets.

            Après le titre et contenu du journal est effectivement très alarmiste.

            1. La plupart des projets libres n'ont pas besoin d'image et peuvent fournir des dockerfiles.
            2. il y a d'autres moyens d'héberger les images que le docker hub

            Et ce serait bien si cet épisode pouvait éduquer les gens à prendre soin d'où ils vont chercher des binaires et pas copier/coller bêtement des lignes de commandes sans vérifier si l'image qu'ils vont utiliser est sûre, créée par le porjet upstream, toujours à jour, etc.

            Jami: beabb2b063da0a2f0a2acaddcd9cc1421245d5de

            • [^] # Re: Copieurs!

              Posté par  (site web personnel) . Évalué à 4.

              • ceux qui ont leur infra dans un cloud vont utiliser les services de registry du cloud qu'ils utilisent. Moins de frais egress, plus de contrôle, pas besoin d'avoir une ligne de dépense avec une autre entitée.

              Pas besoin de faire 200 réunions avec le service financier et le service sécurité et le service vie privée et les juristes pour décider du contrat (hashtag malifedansunegrosseboite).

              La plupart des projets libres n'ont pas besoin d'image et
              peuvent fournir des dockerfiles.

              Je suis pas ultra d'accord. C'est comme dire "la plupart des projets libres n'ont pas besoin de binaire". Je veux dire, c'est vrai, mais c'est vrai parce que des distributions ont fait le travail de faire un binaire, ou de faciliter sa création (gentoo, nix, etc).

              On voit quand même une tendance de fond visant à couper l'intermédiaire, que ça soit via des choses comme des conteneurs (dockerhub, mais aussi flathub/flatpak), ou via des dépôts/registres spécifiques pour les langages (pip, npm, etc).

              Et ça arrive car d'une part, ça semble plus efficace (pas besoin d'une tierce personne), mais aussi parce que ça couvre plus de monde, et sans doute parce qu'on pense que le travail d'intégration est mieux fait autrement (ce qui n'est pas vrai).

              Ne pas avoir d'image, c'est aussi rajouter une étape, et réduire le nombre d'utilisateur, au même titre que de ne pas avoir de paquet dans une distro.

              • [^] # Re: Copieurs!

                Posté par  (Mastodon) . Évalué à 3. Dernière modification le 16 mars 2023 à 16:39.

                Si t'as le dockerfile t'as quand même toute la recette pour avoir ton image. Tu peux même utiliser un service de build d'image dans le nuage si t'as pas envie de la créer en local.

                Et puis il faut voir le type de projet aussi. Alors certe c'est pratique d'avoir des images nextcloud toute faite. Hier j'ai lu un article qui se lamentait du fait qu'un projet comme curl pourrait voir son image docker disparaitre du docker hub…la belle affaire.

                Jami: beabb2b063da0a2f0a2acaddcd9cc1421245d5de

                • [^] # Re: Copieurs!

                  Posté par  (site web personnel) . Évalué à 2.

                  curl fait partie du programme de sponsoring open-source et son image ne va pas disparaître

                  • [^] # Re: Copieurs!

                    Posté par  (site web personnel) . Évalué à 2. Dernière modification le 16 mars 2023 à 18:29.

                    curl fait partie du programme de sponsoring open-source et son image ne va pas disparaître

                    Va falloir vous synchroniser en interne et arrêter alors de faire peur à son développeur, car le développeur de curl indique recevoir les mails de suppression (en plus de trouver le principe pourri, sacré bad buzz, et surtout en rappelant que le principal impacté sera sans doute Docker lui-même).

                    • [^] # Re: Copieurs!

                      Posté par  (site web personnel) . Évalué à 3.

                      le développeur de curl indique recevoir les mails de suppression

                      Qu'est-ce qui te dit qu'il n'a pas aussi des orgas free team qui sont dépréciées, en plus de l'orga curl qui elle n'est pas impactée ?
                      En fait tu n'en sais toi absolument rien.

                      Va falloir vous synchroniser en interne

                      Mais ça aussi tu n'en sais rien du tout.

                      Depuis le début le programme DSOS est indiqué comme alternative (sous conditions certes). L'orga curl fait partie du programme DSOS et est donc protégée. Où est la non synchro ici ?

                  • [^] # Re: Copieurs!

                    Posté par  (Mastodon) . Évalué à 4. Dernière modification le 17 mars 2023 à 13:29.

                    On s'en branle. Ce que j'entendais par là c'est que ce n'est pas forcément essentiel d'avoir une image curl officielle vu qu'il est déjà packagé par toutes les distros, qu'il ne dépend que d'une douzaine de librairies, que les sources tiennent dans une archive compressée de 3MB, qu'il est compilable en quelques secondes et que le projet met à disposition une liste des binaires compilés et dans quelle version pour une multitude d'OS. Le monde s'en remettrait si on n'avait plus d'image officielle du jour au lendemain.

                    Jami: beabb2b063da0a2f0a2acaddcd9cc1421245d5de

      • [^] # Re: Copieurs!

        Posté par  (site web personnel) . Évalué à 4.

        Docker avait prévenu ya 2 ans je crois qu'il y avait bien trop
        de compte gratuit par rapport à l'espace de stockage
        nécessaire.

        Du coup, la boite aurait pu dire "dans 6 mois, on change ça". La, ça donne l'impression que les dépenses ne sont plus soutenable d'un coup (ce qui est sans doute vrai, mais bon, on savait que l'inflation arriverait y a 1 an), et que ça l'oblige à faire un truc hautement impopulaire.

        Au delà de la rupture de confiance du au changement en lui même, les perspectives long terme ne me laisse pas une impression de sérénité.

        Pourquoi mettre ses oeufs chez Docker inc quand finalement, les autres vendeurs semblent plus solide ?

        Ya pleins de forge logiciel pas connu ou auto-hébergé mais
        chacun préfère utiliser la plateforme la plus visible (tout à
        fait logique comme approche).

        Il y a aussi le fait que c'est du travail que d'avoir sa propre forge. C'est pas insurmontable (je le fait), mais on va pas non plus dire que c'est rien ou qu'il faut pas une certaine expertise dans l'admin sys pour faire ça proprement.

        • [^] # Re: Copieurs!

          Posté par  . Évalué à 1.

          Je suis tout à fait d'accord et je ne cherche pas à défendre l'approche de Docker inc. Ça me fait chier aussi et va m'ajouter du boulot avec cette situation à gérer que j'avais pas plannifié.

          Je sais pas qu'elle est la raison interne de cette courte échéance (j'ai eu le mail et je me suis dit sans vraiment le lire, que j'aurais le temps de regarder ce souci 😱😱 ).

          Peut-être n'ont-ils jamais appliquée réellement le ménage jusqu'à maintenant, peut-être qu'il y a une explosion du stockage, ou juste le besoin de retrouver des liquidités car les caisses sont vide et qu'a force d'attendre des jours meilleurs ils se retrouvent le bec dans l'eau.

          Dans tout les cas, même si la nouvelle politique est moche, on peut pas cracher sur ce que cela à permis jusqu'à maintenant. Regardons le/les côté(s) positif de la chose 💪

          • [^] # Re: Copieurs!

            Posté par  (site web personnel) . Évalué à 6.

            Je sais pas qu'elle est la raison interne de cette courte
            échéance (j'ai eu le mail et je me suis dit sans vraiment le
            lire, que j'aurais le temps de regarder ce souci 😱😱 ).

            Sans doute la même chose que le reste du secteur de la tech, un mix entre l'inflation et la hausse des taux de la banque federale, donc le robinet d'argent magique et d'emprunt à pas cher s'est tari assez vite.

      • [^] # Re: Copieurs!

        Posté par  . Évalué à 2.

        freshmeat.org / freecode le faisait pas trop mal à l'époque, j'ai beaucoup regretté son arrêt.

    • [^] # Re: Copieurs!

      Posté par  . Évalué à -2.

      ça semble faire comme Travis CI qui a utilisé la communauté du libre pour se faire connaître puis les a viré, non?

      T'es certain que ce n'est pas la communauté du libre qui a utilisé Travis CI ?

      https://linuxfr.org/users/barmic/journaux/y-en-a-marre-de-ce-gros-troll

      • [^] # Re: Copieurs!

        Posté par  (site web personnel) . Évalué à -1.

        Qui a défini l'offre? Voila, faut arrêter de chercher ailleurs que la source.

        • [^] # Re: Copieurs!

          Posté par  . Évalué à 1.

          Ils ont proposé une offre. Voila, faut arrêter de tordre les mots quand la réalité ne te convient pas.

          https://linuxfr.org/users/barmic/journaux/y-en-a-marre-de-ce-gros-troll

        • [^] # Re: Copieurs!

          Posté par  . Évalué à 2.

          Pauvre libristes qui se fait avoir par Travis ci.

          Comment ils pouvaient savoir qu’une infra pareille, ça coute plein de sous et que la gratuité allait pas durer pour toujours, surtout quand github a lancé un produit similaire qui leur coupait l’herbe sous le pied? Comment ils pouvaient savoir que du code libre sur une infra fermée, c’est un produit proprio? Ils pouvaient pas le deviner! C’est pas comme si la communauté libriste clamait sur les toits depuis 20 ans que le proprio ça pue.

          Linuxfr, le portail francais du logiciel libre et du neo nazisme.

  • # Je fais du LXC à la place de Docker. Et vous ?

    Posté par  . Évalué à 10. Dernière modification le 15 mars 2023 à 18:15.

    Pour mes propres usages perso et pro, j'ai fait le choix de privilégier LXC à la place de Docker pour avoir un parc de container.

    Avantages ?

    • Je me casse pas la tête à retrouver mes images si jamais DockerHub ferme boutique (c'est une archive tar standard quand c'est bien fait et c'est dépaqueté sur un système de fichier classique en général).
    • J'ai la possibilité de passer en virtualisation intégrale avec QEMU (avec l'option -kernel) au cas où je serais confronté à un souci d'obsolescence.
    • Pas de prise de tête à définir un point de montage "permanent" quand il s'agit de monter une base de donnée à l'intérieur du container

    Inconvénients ?

    • Ça peut nécessiter des compétences en sysadmin plus approfondies (routage réseaux, montage des volumes, etc…)
    • C'est moins simple de faire ses propres scripts instanciation de l'image (mais ça peut être compensée par le choix du langage pour faire son script)
    • Il y a moins de choix des images à cause du succès passé de Docker. Je pense que ce point n'est néanmoins pas irréversible.
    • [^] # Re: Je fais du LXC à la place de Docker. Et vous ?

      Posté par  (Mastodon) . Évalué à 2.

      C'est moins simple de faire ses propres scripts instanciation de l'image (mais ça peut être compensée par le choix du langage pour faire son script)

      Je suis un utilisateur très ponctuel de Docker et j'ai jamais utilisé LXC, mais pour moi c'est LE point de Docker : la création de l'image. Ensuite pour l'exécution c'est pas ce qui me fait le plus peur (surtout que avec Docker c'est de toutes façons pas si trivial).

      Pour faire tes images, tu utilises des scripts ?

      En théorie, la théorie et la pratique c'est pareil. En pratique c'est pas vrai.

    • [^] # Re: Je fais du LXC à la place de Docker. Et vous ?

      Posté par  . Évalué à 5.

      Il y a moins de choix des images à cause du succès passé de Docker. Je pense que ce point n'est néanmoins pas irréversible.

      Dockerhub, ce n'est pas que des images pour le logiciel docker. Ça utiliser un format standard (OCI), ce qui fait que c'est compatible avec d'autre runtime (cri-o par exemple). Et aussi plusieurs registry peuvent l'utiliser (Github, Gitlab, Harbor, les différents cloud en propose une). Donc, ce n'est pas que le choix de Docker, c'est le succès de Docker qui fait que tout le monde l'utilise maintenant même sans le logiciel.

      « Rappelez-vous toujours que si la Gestapo avait les moyens de vous faire parler, les politiciens ont, eux, les moyens de vous faire taire. » Coluche

    • [^] # Re: Je fais du LXC à la place de Docker. Et vous ?

      Posté par  . Évalué à 6.

      Je fais un container LXC de base et j'utilise ansible pour faire le reste.
      J'héberge mes containers avec proxmox.

      • [^] # Re: Je fais du LXC à la place de Docker. Et vous ?

        Posté par  . Évalué à 2.

        Pour le stockage, tu peux garder tes images docker simplement et sans passer par le hub docker.

        Pour "sauvegarder" ton image en tant que fichier :

        Docker save -o {chemin/du/fichier/nom-du-fichier} {repo:tag}
        

        Tu stock ensuite ton fichier où tu veux puis quand ta besoin sur une machine :

        Docker load -i {chemin/du/fichier/nom-du-fichier}
        

        Moi j'utilise très souvent pour des projets interne pour déplacer mes images sur le serveur de mon choix (je build en local).

        :)

    • [^] # Re: Je fais du LXC à la place de Docker. Et vous ?

      Posté par  (Mastodon) . Évalué à 7. Dernière modification le 15 mars 2023 à 20:34.

      Il n'y a aucun de tes 3 avantages qui n'est pas aussi vrai avec Docker. Ou podman. Ou tout autre outil compatible avec les images oci.

      Jami: beabb2b063da0a2f0a2acaddcd9cc1421245d5de

    • [^] # Re: Je fais du LXC à la place de Docker. Et vous ?

      Posté par  . Évalué à 5.

      Pareil ici c'est LXC à 100% également. J'ai toujours trouvé l'approche de l'écosystème docker complexe, trop usine à gaz. J'ai tenté de le mettre en place dans des conditions pro un peu particulière et c'est devenu vite un enfer dès le début…

      Là je suis en train de tester les "containers" via systemd, ça se rapproche beaucoup de LXC mais en étant natif. Et je dois dire que je suis agréablement surpris pour les fonctionnalités offertes.

      C'est moins simple à maitriser que LXC au début mais une fois la logique comprise je dois dire que j'aime bien :D

  • # Github ?

    Posté par  (site web personnel, Mastodon) . Évalué à 3.

    Je découvre que MicrosoftHub a un dépôt d'images Docker, accessible à de bien meilleures conditions. Outre le fait que ce n'est pas l'URL par défaut de l'outil docker, on peut évidemment se demander si le même problème ne se posera pas avec Github dans un an ou deux…

    • [^] # Re: Github ?

      Posté par  (site web personnel) . Évalué à 2.

      Pour le moment GitHub a montré une soutenabilité de leur offre (avant le rachat ça ne cherchait pas spécialement de cash), et je trouve leur offre gratuite avec assez de limitations (ok, le "illimité pour public" peut poser question mais j'imagine que la visibilité apporte assez de gens qui veulent cacher, et l'illimité est quand même pas mal limité en "débit" de minutes offertes quotidiennement) pour pas que ça explose les coûts tout en étant bon pour la majorité des petits projets sans thune, et payant accessible ($50/an/tête).

      Mais comme dit avant, oui ça devient de plus en plus un point critique que tout le monde passe chez GitHub… Comme avant on était tous ou presque sur Sourceforge (mais aussi ça laisse imaginer, une fois que Sourceforge s'est mis à déconner une alternative est apparue, la nature a horreur du vide).

      • [^] # Re: Github ?

        Posté par  (site web personnel, Mastodon) . Évalué à 10.

        Héberger ses images chez Docker, son code source chez Github, gitlab, sourceforge … c'est la même chose : c'est un service "offert" par quelqu'un. Quelqu'un dépense de l'argent pour vous rentre un service. Il y a forcément un moment où ça coince / où "les projets de vie évoluent différemment".

        La seule solution viable, c'est de payer pour les services dont on a besoin. Payer en euros ou en temps. Ça se fait d'héberger soi-même sa forge logicielle, son "docker hub" individuel, sa haute-disponibilité, etc ; mais ça a un coût.

        Un exemple assez classique - et sans doute l'un des mieux acceptés chez les libristes : payer pour son nom de domaine et une/des adresses email.

        • [^] # Re: Github ?

          Posté par  . Évalué à 2.

          Merci de l'avoir exprimé si clairement.

  • # C'est tabou de payer pour du logiciel libre ... même pour les libristes :.(

    Posté par  (site web personnel, Mastodon) . Évalué à 10.

    Mon message va se faire moinser sans aucun doute.

    Quel est le salaire moyen d'un visiteur LinuxFR ? Comment finance-t-on ce niveau de rémunération en produisant des logiciels libres ? Comment finance-t-on les infrastructures ?

    Je connais la réponse qui va m'être faite : c'est pas notre problème, à chaque entreprise de trouver son modèle économique.

    Certes. Mais tous les libristes ici ou presque tous, vous êtes les premiers à demander une rémunération pour votre travail (y compris sur du libre) car libre ne veut pas dire gratuit.

    Pourquoi une entreprise privée ne pourrait-elle pas elle aussi, demander de l'argent pour son travail / ses services récurrents pour le libre ?

    Vous êtes "méchant" quand vous demandez un salaire pour votre travail ? Non. C'est légitime. Pourquoi une entreprise ne pourrait pas le faire ?

    La manière de faire de l'entreprise Docker peut-être discutée. Mais les services qui doivent être gratuit pour du libre sinon c'est le mal, c'est comme si on disait à chaque contributeur : "si tu ne contribues pas gratuitement chaque mois au moins 1h, c'est que tu es un vilain capitaliste".

    Parenthèse : se tourner vers github comme évoqué dans des commentaires, c'est vraiment avancer avec des œillères.

    Comment voulez-vous que l'ensemble des gens valorisent et paient pour (que des gens travaillent sur) du logiciel libre si les premiers intéressés - les libristes eux-même - s'offusquent de devoir débourser quelque chose pour des services rendus de manière récurrente ?

    • [^] # Re: C'est tabou de payer pour du logiciel libre ... même pour les libristes :.(

      Posté par  (site web personnel) . Évalué à 3.

      Mon message va se faire moinser sans aucun doute.

      Bah, tu ne dis de bêtises, par contre…

      Pourquoi une entreprise privée ne pourrait-elle pas elle aussi, demander de l'argent pour son travail / ses services récurrents pour le libre ?

      … Tu te trompes de combat.
      Le libre est ici annexe, le sujet est le gratuit qui passe payant de mauvaise manière.

      Quand Google s'est mis à limiter gmail, il a réfléchi un peu plus sur qui cibler :
      - les plus pauvres qui abusent pas mais font la pub? On garde la pub gratuite!
      - Les plus riches? Ils peuvent payer, en plus c'est pas bien cher
      - Les plus pauvres qui abusent? Pas rentables comme pub, bye

      La, Docker se plante en visant le plus pauvres qui n'abusent pas comme les plus pauvres qui abusent ou les plus riches, les communautés pauvres qui abusent pas et font de la pub ne peuvent se permettre $420/an.

      Et perso, je m'en fou, j'analyse juste, la nature a horreur du vide.

      Parenthèse : se tourner vers github comme évoqué dans des commentaires, c'est vraiment avancer avec des œillères.

      Ou pas. Pour l'instant eux savent gérer les communautés pauvres et rentabiliser, de ce que je comprend.

      Encore une fois, le problème n'est pas faire payer, mais qui viser et faire payer.

      Certes. Mais tous les libristes ici ou presque tous, vous êtes les premiers à demander une rémunération pour votre travail (y compris sur du libre) car libre ne veut pas dire gratuit.

      Tout à fait!
      Mais perso je fourni pas de premières doses gratuites pour faire banquer un max les plus pauvres drogués ensuite. Ici ce n'est pas le sujet.

      • [^] # Re: C'est tabou de payer pour du logiciel libre ... même pour les libristes :.(

        Posté par  (site web personnel, Mastodon) . Évalué à 7.

        Le libre est ici annexe, le sujet est le gratuit qui passe payant de mauvaise manière.

        Je réagis au texte original :

        C'est donc un rude coup qui est porté au logiciel libre.

        Et précédemment :

        Plus exactement, pour avoir droit à la gratuité pour un accès multi-utilisateurs (le Open Source program), il ne suffit pas que le logiciel soit libre : il faut en outre zéro activité commerciale, même la vente de services autour du logiciel ou le développement payant de fonctions supplémentaires vous font perdre le statut (je cite : « Not have a pathway to commercialization. Your organization must not seek to make a profit through services or by charging for higher tiers. »). En outre, il n'y a pas de certitude quant au temps et aux efforts qu'il faudra pour voir ce statut reconnu.

        Ce que j'interprètes comme : "tu fais de l'argent avec ton projet, tu paies". Ça ne m choque pas.

        Dans ton message tu dis :

        La, Docker se plante en visant le plus pauvres qui n'abusent pas comme les plus pauvres qui abusent ou les plus riches, les communautés pauvres qui abusent pas et font de la pub ne peuvent se permettre $420/an.

        D'après le journal de Stéphane, tu ne paies pas si tu es pauvre puisque tu ne fais pas d'activité commerciale avec ton projet

        • [^] # Re: C'est tabou de payer pour du logiciel libre ... même pour les libristes :.(

          Posté par  (site web personnel) . Évalué à 1.

          D'après le journal de Stéphane, tu ne paies pas si tu es pauvre puisque tu ne fais pas d'activité commerciale avec ton projet

          Il faut passer par un "comité" opaque, et l'expérience Travis a montré que c'est des conneries (un petit logo d'un sponsor qui file $500 pour le projet? Allez 80% du sponsoring passe chez Docker), ce n'est pas la bonne manière de faire (qui est plutôt sans barrière humaine avec un passage en comité opaque), tu mets un comité de sélection pas automatique ça veut dire que tu prévois pas le volume réel correspondant à ce que tu affiches.

          Je réagis au texte original :

          Il parle que c'est très utilisé par les libristes, mais ce que fait Docker ici n'est pas lié au libre en soit.

      • [^] # Re: C'est tabou de payer pour du logiciel libre ... même pour les libristes :.(

        Posté par  (site web personnel, Mastodon) . Évalué à 7.

        Parenthèse : se tourner vers github comme évoqué dans des commentaires, c'est vraiment avancer avec des œillères.

        Ou pas. Pour l'instant eux savent gérer les communautés pauvres et rentabiliser, de ce que je comprend.

        Encore une fois, le problème n'est pas faire payer, mais qui viser et faire payer.

        Docker gérait bien sa communauté jusqu'à présent. Ils viennent de changer de stratégie. Mettre ton code source chez Github c'est s'exposer précisément au même risque. Github est peut-être plus habile, mais le risque reste : tu es tributaire d'un service qui t'est fourni sans contrepartie financière directe. Les modalités peuvent changer à tout moment.

      • [^] # Re: C'est tabou de payer pour du logiciel libre ... même pour les libristes :.(

        Posté par  (site web personnel) . Évalué à 3.

        $420/an

        Juste parce que quand même, une offre team c'est $300/an https://www.docker.com/pricing/
        Ça change pas tout, mais autant prendre les vrais chiffres.

        • [^] # Re: C'est tabou de payer pour du logiciel libre ... même pour les libristes :.(

          Posté par  (site web personnel, Mastodon) . Évalué à 2.

          J'ai cru aussi, mais si tu regardes les différents prix, je pense que c'est un bug ce tarif (ça correspond à 5€ / utilisateur / mois et ça ne suit pas la logique de l'offre supérieure)

          • [^] # Re: C'est tabou de payer pour du logiciel libre ... même pour les libristes :.(

            Posté par  (site web personnel) . Évalué à 5.

            Nope, absolument pas ;-)

            Start with minimum 5 users for $25
            Billed annually for $300

            Annuellement c'est $9 par mois par utilisateur, sachant que le premier package est de 5 utilisateurs pour $25 par mois.

            Donc en comparaison avec l'ancienne formule free team (qui était limitée à 3 utilisateurs) c'est bien $300 par an pour un team avec 5 utilisateurs.

            $420 c'est le tarif par an payé mensuellement. C'est juste de la mauvaise fois d'Alex Ellis qui le sait très bien mais que tout le monde a repris. D'ailleurs de mémoire ses tweets qui en parlaient, avant l'article, parlaient bien de $300 par an. Mais c'est plus vendeur de parler de $420.

            • [^] # Re: C'est tabou de payer pour du logiciel libre ... même pour les libristes :.(

              Posté par  (site web personnel) . Évalué à 2.

              $420 c'est le tarif par an payé mensuellement. C'est juste de la mauvaise fois d'Alex Ellis qui le sait très bien mais que tout le monde a repris.

              Aïe. effectivement.
              Bon, par contre la com' de Docker est bof aussi, je lis "Billed annually $420" pour l'offre mensuelle, du coup c'est mensuel mais annuel, gloups. Sans que ça enlève la mauvaise foi initiale, on est d'accord, je ne reprendrai donc plus ce $420 mais $300.

      • [^] # Re: C'est tabou de payer pour du logiciel libre ... même pour les libristes :.(

        Posté par  . Évalué à -4.

        Et perso, je m'en fou, j'analyse juste, la nature a horreur du vide.

        Non tu as un sérieux parti pris très loin d'une analyse, tu es dans la polémique.

        https://linuxfr.org/users/barmic/journaux/y-en-a-marre-de-ce-gros-troll

    • [^] # Re: C'est tabou de payer pour du logiciel libre ... même pour les libristes :.(

      Posté par  (site web personnel) . Évalué à 10.

      Quel est le salaire moyen d'un visiteur LinuxFR ?

      Le visiteur moyen, je sais pas. Par contre, je viens d'aller vérifier, en face du label "salaire de base total", il y a ~ 79 000€ sur le site idoine du boulot (ce qui est, par rapport à la moyenne du pays, relativement haut, l'observatoire des inégalités me dit que 95% des salariés en France gagnent moins, et je n'ai pas compté les primes en plus).

      Comment finance-t-on ce niveau de rémunération en produisant
      des logiciels libres ?

      En faisant payer les gens qui ont beaucoup de thunes, comme les banques, les gouvernements, les grands groupes. Des gens qui vont perdre beaucoup plus si le logiciel a un souci.

      Mais du coup, ça veut dire que ce qui est financer, c'est ce qui intéresse une entreprise, et c'est pour ça que les distros linux excellent sur les serveurs, mais qu'on attends encore l'année de Linux sur le desktop.

      Comment finance-t-on les infrastructures ?

      En fait, ça dépend les infrastructures de quoi.

      Quand je faisait du bénévolat pour les distributions libres, on payait les infras via les bénévoles (en temps de travail) et via les dons (pour acheter des serveurs) et des dons pour la BP et l’hébergement.

      Sur les projets du boulot, c'est mon employeur qui paye. Ça empêche pas les devs d'aller sur github, etc, mais par exemple, on avait notre propre gerrit pour le projet Gluster avant de bouger sur github à la demande des devs. On a notre propre CI, en partie parce que Github actions ne suffit pas (car oui, tester un systéme de fichier, ça demande des accés roots).

      Maintenant, les distros, c'est des projets assez conséquents.

      Pour mes projets persos, je ne suis pas sur que si j'avais du payer pour l’hébergement pendant toute ma vie, j'aurais choisi de distribuer un projet que j'ai codé vite fait en 2h comme joycon2click ou divers bots irc à la con.

      Et je suis sur que personne ne va me payer pour maintenir mon projet rust écrit en 2h pendant une conférence à Toulouse.

      Moi, ça me dérange pas de faire de l'auto hébergement, j'ai ma propre forge sur une machine à mes pieds (ou j'ai une copie du code). Mais en même temps, c'est mon métier, donc ça va vite de faire ça bien.

      On pourrait se dire qu'on devrait payer pour donner notre travail gratos et faire du libre, mais ç'est clairement pas comme ça qu'on va agrandir la communauté (en sachant qu'on est déjà limité par le fait qu'il faut un PC).

      Et puis, payer combien, pour quoi ?

      Github est gratuit, ça peut changer, c'est vrai.

      Mais même quand on paye, ça peut changer. L'exemple que j'ai en tête, c'est gitlab.com.

      Je peux donner des exemples de projet de forge qui s'arrêtent comme phabricator, les projets qui changent de licence (sourceforge), les base de code qui vieillissent mal (bugzilla, pour ne citer que lui). Des projets de volontaires qui s'arrêtent, ça arrive aussi (exemple, gna.org, première génération, mais aussi divers chatons).

      Le self hosting, c'est pas la magie, les infra de volontaires non plus, et les offres payantes, pas plus. Donc bon, c'est bien gentil de dire "github peut fermer", mais faut pas non plus être naif et oublier que les alternatives proposées ont aussi eu leur lot de souci par le passé, et donc que ça n'offre pas forcément plus de garantie en pratique.

      • [^] # Re: C'est tabou de payer pour du logiciel libre ... même pour les libristes :.(

        Posté par  (site web personnel, Mastodon) . Évalué à 1. Dernière modification le 16 mars 2023 à 07:04.

        Ta réponse est une vision systémique. Il faut changer le système politiquement pour faire ce que tu dis.

        • [^] # Re: C'est tabou de payer pour du logiciel libre ... même pour les libristes :.(

          Posté par  (site web personnel) . Évalué à 6. Dernière modification le 16 mars 2023 à 11:45.

          Tu parles de quel partie ? Parce quand je dit "faire payer les gens avec des thunes", j'explique juste qui paye mon employeur pour du logiciel libre, et comment mon salaire de bourgeois capitaliste est collecté.

          Donc c'est pas tant une vision du future que la réalité (pour N=1).

          Changer le système politique, ça va être quoi, avoir une forge maintenu ou financé par l'état ?

          Comme j'ai pointé, les autres solutions existent déjà et souffre des mêmes soucis que Github.

          La seule qui n'existe pas encore, c'est la solution "service publique". Et le seul exemple que j'ai, c'est le webmail de la poste. Sans pinailler sur la terminologie de savoir si c'est un service publique ou pas (car ça reste une entreprise de droit privé, mais sous le contrôle exclusif de l'état, et une privatisation est toujours possible), j'ai pas le sentiment que grand monde aimerais un service de forge avec les mêmes conditions d'accés, à savoir filer sa carte d'identité.

          Une autre solution, c'est effectivement d'interdire les services gratuits. Ça serait un changement politique majeur, mais c'est aussi l'état d'avant github et sourceforge. Spoiler, le libre était un peu minoritaire.

          Pour en revenir sur Docker, tu dis "pourquoi Docker ne pourrait pas faire payer les libristes". C'est une bonne question, mais la réponse est simple, parce que faire payer des gens qui te fournisse de la valeur gratos serait cynique.

          La valeur que Docker a obtenu en étant le dépôt de référence est assez haute, et avoir des tas d'images a permis leur ascension.

          Mais, actuellement, le plan s'écroule car il n'était valable que dans des conditions économiques spécifiques (à savoir, de l'argent pas cher).

          Il faut quand même voir que quand des propositions visant à mettre d'autres dépôts à égalité (cad en allant pas chercher dockerhub par défaut) ont été faites, ça a été refusé. Donc Docker Inc ne peut pas vraiment venir chouiner sur "ça coûte trop cher" quand il y a 5 ans, ils ont refuser de lâcher leur place. C'est vrai que ça coûte trop cher, mais dans ce cas, il ne fallait pas mettre des bâtons dans les roues des gens voulant changer le système en répartissant la charge et en mettant une concurrence entre les dépôts.

          C'est con à dire, mais si la majorité des projets avaient mis une redirection de "registry.example.org" vers dockerhub, on aurait eu moins d'emmerdes. Mais tout pousse à ne pas faire ça, donc c'est pas fait.

          • [^] # Re: C'est tabou de payer pour du logiciel libre ... même pour les libristes :.(

            Posté par  (site web personnel) . Évalué à 5. Dernière modification le 16 mars 2023 à 12:06.

            Mais, actuellement, le plan s'écroule car il n'était valable que dans des conditions économiques spécifiques (à savoir, de l'argent pas cher).

            Ben en fait non.

            Docker Inc ne peut pas vraiment venir chouiner sur "ça coûte trop cher" quand il y a 5 ans, ils ont refuser de lâcher leur place. C'est vrai que ça coûte trop cher

            Ben pareil, non.

            La décision de clôturer les comptes utilisant un plan déprécié depuis 2 ans n'est absolument pas lié au contexte économique actuel comme tu le sous entend ici et là.
            Surtout qu'il existe déjà des options utilisables en remplacement. Que ce soit l'utilisation de comptes simples (gratuits) avec une infinité de collaborateurs ou le programme de sponsoring, il y a toujours la possibilité d'héberger des contenus public sans trop de problème sur Docker Hub.
            Si c'était lié au contexte économique actuel ces solutions auraient été supprimées ou réduites, ce qui n'est pas le cas.

            • [^] # Re: C'est tabou de payer pour du logiciel libre ... même pour les libristes :.(

              Posté par  (site web personnel) . Évalué à 3.

              La décision de clôturer les comptes utilisant un plan déprécié
              depuis 2 ans n'est absolument pas lié au contexte économique
              actuel comme tu le sous entend ici et là.

              Je dirait pas que je le sous entends, je pense que j'ai clairement dit que c'est ce que je pense :)

              Ensuite, je peux l'affirmer et avoir tort bien sur (comme ça semble être le cas ici).

              Maintenant, si c'était effectivement pas lié à ça, et que comme tu le pointes, ça n'est pas la catastrophe, et qu'il s'agit surtout d'une communication pas claire (c'est des choses qui arrivent), c'est aussi difficile de ne pas lier ça à un autre changement assez récent en novembre 2020.

              Si la dépréciation du plan date d'il y a 2 ans, et que le changement sur les téléchargements date d'il y a 2 an et demi (et que le changement sur les téléchargements a pour cause une question de dépense avant tout), je pense qu'il est raisonnable de croire qu'à défaut d'être la pour des raisons économiques actuelles, ç'est lié à des raisons économiques tout court.

              Je veux bien croire que mon affirmation est assez tautologique, Docker est une entreprise privée, donc par définition, la majorité des changements sont dues à des questions économiques.

              Mais en fait, c'est aussi ce qu'a dit le support de Docker.

              Et tu parles du sponsoring, mais si j'en croit le feedback sur le ticket ouvert pour le changement de plan, ça n'a pas été une solution en pratique pendant longtemps.

              Le fait de devoir refaire de la paperasse tout les ans indique bien que ça reste un arrangement précaire. Quand des boites sponsorisent des serveurs (OVH, Gandi, etc) pour des projets de distros, j'ai pas le souvenir d'avoir eu à faire ce genre de choses.

              Par contre, une boite qui fait ça, c'est gitlab. Et gitlab, on a bien vu comment ça se passe niveau coût et plan, donc je pense que c'est assez raisonnable de faire un lien.

              • [^] # Re: C'est tabou de payer pour du logiciel libre ... même pour les libristes :.(

                Posté par  (site web personnel) . Évalué à 6.

                c'est aussi difficile de ne pas lier ça à un autre changement assez récent (https://www.docker.com/increase-rate-limits/) en novembre 2020

                Oui alors ce changement était là aussi pour une autre raison :-)
                L'un des objectifs principaux de ce changement (et d'autres comme l'arrêt de la partie gratuite de la CI de Docker Hub, Autobuilds) est de limiter les abus.
                Le problème quand on offre des choses gratuitements c'est qu'il y en aura toujours pour abuser, et que eux peuvent couter extrèmement cher pour… rien.
                En l'occurrence il y avait des très gros abusers en terme de pull (genre, vraiment) et les limites appliquées ont surtout permis de résoudre ce problème. Assez peu de personnes extérieures ont réellement étées impactées.
                Pour Autobuild c'est pareil, c'était noyé sous l'utilisation des cryptominers et autres, et à un moment il a été décidé d'en limiter le scope aux comptes payant. S'ils n'y avaient pas eu d'abus, tout le monde pourrait encore en profiter. Mon équipe était justement responsable de ce changement.

                Bien évidemment qu'il y a des raisons économiques aux choix. Ou plutôt que les choix sont toujours fait avec aussi l'aspect économique.
                Docker reste une petite entreprise (j'imagine que personne ne s'en rend compte, mais on a passé la barre des 300 employés il n'y a pas si longtemps) et se doit d'être rentable. Tout le monde a tellement tapé sur Docker qui ne l'était pas que c'est marrant de voir les même taper quand Docker change dans cet optique.

                Oui le programme DSOS n'a pas toujours été au top. On a beaucoup rebossé le programme, je travaille toujours avec la PM en charge de celui-ci, et honnêtement, sans dire qu'il est parfait, ce programme me tiens beaucoup à coeur car je pense que Docker a une responsabilité envers les communautés open source et qu'on se doit de rendre la pareille. Ca ne veut pas dire à n'importe quel prix, mais ca fait partie des choses qu'on peut faire aujourd'hui.

                Concernant le fait de réappliquer tous les ans. C'est la seule manière de s'assurer que les projets correspondent toujours aux critères. Il faut voir aussi que ce n'est pas juste un programme donnant des ressources matérielles. Ca fait aussi partie d'un programme plus vaste visant à avoir du contenu de qualité sur le Hub. Ce qui demande aussi des vérifications et du travaille côté Docker. On est loin de "on file un namespace et basta".

                Après, je peux comprendre que tout le monde n'est pas prêt à réappliquer tous les ans. A chacun de décider si ca en vaut la peine ou non.

      • [^] # Re: C'est tabou de payer pour du logiciel libre ... même pour les libristes :.(

        Posté par  (site web personnel) . Évalué à 1. Dernière modification le 16 mars 2023 à 09:00.

        Mais même quand on paye, ça peut changer. L'exemple que j'ai en tête, c'est gitlab.com.

        Mais pourquoi donc des entreprises peuvent se planter dans la com' comme ça, snif…
        Merci pour le lien, moi que voyais surtout du positif chez eux j'ai maintenant un point négatif à avancer dans des discussions, à force de vouloir prendre un max dès que les gens sont prêts à payer ça va renforcer l'idée des gens de chercher le gratuit quand c'est dispo et changer quand ça change, plutôt que de rester sur du payant en étant content du prix.

        Note : et je note le +50% dans la gueule dans 2 semaines, ou comment exclure les petites entités qui vont sans doute être encore plus motivés à retourner chez GitHub…

        • [^] # Re: C'est tabou de payer pour du logiciel libre ... même pour les libristes :.(

          Posté par  (site web personnel) . Évalué à 4.

          Mais pourquoi donc des entreprises peuvent se planter dans la
          com' comme ça, snif…

          En fait, c'est pas une question de comm, c'est une question de prix. Tu peux pas faire de miracle au niveau de la comm si tu as décidé quelque chose de négatif (comme supprimer une offre de prix).

          Tu peux réduire l'impact (par exemple, faire ça sur X mois pour une dépréciation de fonction), mais sur tes gammes de prix, ça ne fait que rendre ça plus confus.

          La question est plus "pourquoi les entreprises changent les gammes de prix", et c'est simple, plus tu grossis, plus tu as d'obligations. Plus tu as d'obligation, plus tu as d'administratif en interne. Plus tu as d'administratif en interne, plus ça te coûte par client, donc plus tes marges diminuent sur les offres pas cher.

          Dans le cas de Gitlab, il faut aussi aller voir leurs formulaires 10-K pour la SEC, histoire de voir les finances. Et je pense que l'augmentation, c'est parce qu'ils ont des thunes en banque, mais ils ont embauchés à mort des commerciaux, et qu'ils ont grosso modo 2 ans de trésorerie. Donc il faut devenir rentable assez vite, car de ce que j'ai compris (avec un gros "si"), c'est pas encore le cas pour le moment.

          Avec l'inflation, et la hausse des taux d’intérêt, les dépenses augmentent, mais le recours à des prêts pas cher pour tenir plus longtemps n'est plus possible. D’où les mesures drastiques de +50%, à mon avis.

          • [^] # Re: C'est tabou de payer pour du logiciel libre ... même pour les libristes :.(

            Posté par  (site web personnel) . Évalué à 3.

            D’où les mesures drastiques de +50%, à mon avis.

            J'imagine bien. Mais tout le monde n'est pas Apple, et des prix plus hauts ne sont rentables que si pas trop de gens partent en conséquence, des fois ça marche (les départs sont compensés par la marge/tête), des fois pas (la marge/tête en plus ne compense pas la perte de marge due aux départs).
            L'avenir dira si ils ont raison (autant en ayant sabré la plus petite offre qu'en augmentant l'offre actuelle)…

          • [^] # Re: C'est tabou de payer pour du logiciel libre ... même pour les libristes :.(

            Posté par  (site web personnel, Mastodon) . Évalué à 10.

            Et je pense que l'augmentation, c'est parce qu'ils ont des thunes en banque, mais ils ont embauchés à mort des commerciaux, et qu'ils ont grosso modo 2 ans de trésorerie. Donc il faut devenir rentable assez vite, car de ce que j'ai compris (avec un gros "si"), c'est pas encore le cas pour le moment.

            C'est compliqué de faire produire du logiciel libre et de gagner de l'argent. C'est compliqué d'amorcer une offre Saas et d'en faire quelque chose de rentable. Lever des fonds ça permet de souffler au début mais il y a d'une manière ou d'une autre un retour de flamme à un moment :

            • l'argent levé n'est ni du CA ni des revenus
            • les investisseurs investissent pour gagner de l'argent.

            Mécaniquement les conditions sont amenées à se durcir à un moment ou à un autre quand on a une stratégie de levée de fonds (ça peut être le cas sans lever de fonds ; c'est inévitable quand on lève des fonds et c'est variable quand on a une activité rentable dès le début) car les investisseurs veulent un retour sur investissement.

            On ne parle plus de logiciel libre, là ; mais la réalité économique est prioritaire lorsqu'on gère une entreprise.

            Je gère une boîte de 15 personnes, on n'a pas levé de fonds (je suis seul propriétaire d'Algoo). Aujourd'hui si je suis face à un dilemme du type : "j'assure les revenus de l'entreprise et j'évite de licencier des gens" vs "je continue de faire du libre et de fournir à tout le monde une version libre de Tracim et un service gratuit pour les individus" c'est un véritable dilemme :

            • j'ai créé Algoo pour faire du logiciel libre
            • la licence libre est au coeur de Tracim et de sa philosophie de gestion de l'information
            • le service gratuit pour les individus fait aussi partie de l'apport à la communauté.

            J'espère ne pas avoir à faire un tel choix. Probablement que si je devais trancher ça serait d'abord de "reporter" le service gratuit vers des CHATONS ou de l'associatif (une démarche similaire à Docker, en quelques sortes, mais sans doute moins brutale), puis ne plus diffuser les nouvelles versions de Tracim sous licence libre (je préfère moins contribuer au bien commun que de mettre potentiellement une famille en difficulté) et enfin si il n'y a pas d'alternative, je licencierais des gens.

            C'est une projection, je n'en sais rien de ce que je ferais le jour où j'ai une telle décision à prendre. Mais je suis fondateur de Algoo, je suis dirigeant de l'entreprise et j'ai une vision à long terme de l'entreprise.

            Docker a des investisseurs. Les investisseurs mesurent en dollars ; c'est le seul critère qui pilote réellement la stratégie d'une boîte qui a fait appel à des investisseurs.

            La réalité économique est bien différente de la philosophie et de la pensée pure, théorique. Les dirigeants ont une responsabilité que la plupart des commentateurs n'imaginent pas (ou sont bien content de ne pas avoir à porter).

            Par exemple pour Tracim, aujourd'hui on ne propose pas d'offre à moins de 405€ HT / an (45€ HT/mois, avec 25% de réduction pour les associations). C'est pas donné (mais c'est pas cher non plus) ; mais en dessous ça coûte plutôt que ça rapporte. Et c'est le prix pour avoir la qualité de service et la proximité qu'on propose.

            Si on avait des offres moins chères, on toucherait sans doute des clients qu'on ne peut pas toucher aujourd'hui. Mais si ça coûte plutôt que ça rapporte, quel intérêt ?

            • [^] # Re: C'est tabou de payer pour du logiciel libre ... même pour les libristes :.(

              Posté par  . Évalué à 4.

              Retour très pertinent, merci.

              La réalité économique est bien différente de la philosophie et de la pensée pure, théorique. Les dirigeants ont une responsabilité que la plupart des commentateurs n'imaginent pas (ou sont bien content de ne pas avoir à porter).

              Surtout pour TPE/PME < 30 personnes.
              En France.
              Et encore vous n'êtes pas dans l'industrie.

            • [^] # Re: C'est tabou de payer pour du logiciel libre ... même pour les libristes :.(

              Posté par  (site web personnel) . Évalué à 3.

              La réalité économique est bien différente de la philosophie et
              de la pensée pure, théorique. Les dirigeants ont une
              responsabilité que la plupart des commentateurs n'imaginent pas
              (ou sont bien content de ne pas avoir à porter).

              En fait, la vraie question, c'est surtout pourquoi est ce qu'on mélange logiciel libre et entreprise ?

              Je comprends bien le besoin de vivre sa vie, et l'envie de faire du logiciel libre. On présente le second comme quelque chose de vertueux, et le premier est une obligation.

              Sauf que clairement, filer le code source gratuitement, ça va assez à l'encontre de l'idée de faire rentrer de l'argent avec.

              Donc forcement, si il y a des incitations opposées, ça va clasher. Et pourtant, on continue à tenter de le faire, malgré les exemples abondants d'échec.

              Donc je pense qu'il faut arrêter de croire que le libre est un business valable en temps que tel. C'est juste un détail sur un business plan qui marcherait sans la composante libre.

              Par exemple, les SaaS marchent pareil, que ça soit libre ou pas. Les prestations de consultant marchent pour du libre ou pas.

              Et il faut vraiment se poser la question de ce que le libre apporte, et le dire clairement. Parfois, ça permet de se dire "je fait les choses suivant une éthique personnel". Parfois, ça permet d'avoir des retours, de la traduction, de la publicité, voir du code. Parfois, ça permet d'économiser (en ayant des offres gratuites d'autres SaaS). Parfois, ça permet de faire le casse du siècle, avec une boite qui se casse la gueule, et une autre qui reprends le code. Parfois, ça permet juste de réduire les marges des concurrents.

              Mais ça, on le dit jamais clairement.

              Si on avait des offres moins chères, on toucherait sans doute
              des clients qu'on ne peut pas toucher aujourd'hui. Mais si ça
              coûte plutôt que ça rapporte, quel intérêt ?

              Comme la plupart des SaaS, couper l'herbe sous le pied de la concurrence. L'exemple historique des UNIX proprios est à mon avis quelque chose qui s'applique ici. HP-UX, Solaris, AIX, etc ont tous été décimés par les distros Linux.

              Quand quelqu'un utilise une offre SaaS pas cher (et je compte gratuit dans "pas cher") à perte, c'est de l'argent qui ne va pas chez les concurrents actuels ou futurs. Tôt ou tard, ça va revenir faire concurrence à l'offre payante plus cher, mais pendant ce temps, la concurrence doit s'aligner en ayant moins d'avance et sans doute moins de moyen.

              Ensuite, ça devient une question de combien ça coûte et si ça a un effet en pratique. Car on voit les coûts directs, mais chiffrer l'effet sur les concurrents et sur la part de marché, c'est largement plus flou.

              • [^] # Re: C'est tabou de payer pour du logiciel libre ... même pour les libristes :.(

                Posté par  (site web personnel, Mastodon) . Évalué à 8.

                Je comprends bien le besoin de vivre sa vie, et l'envie de faire du logiciel libre. On présente le second comme quelque chose de vertueux, et le premier est une obligation.

                Sauf que clairement, filer le code source gratuitement, ça va assez à l'encontre de l'idée de faire rentrer de l'argent avec.

                Ce n'est pas tout à fait ça.

                Tu donnes quelque chose que tu ne vends pas, effectivement. Dans notre cas, par exemple, le code est une partie de notre expertise, mais ça n'en est qu'une partie.

                Qu'est-ce qu'on peut vendre alors ?

                • le fait qu'on connait bien le logiciel et qu'on peut donc conseiller son usage (ou son inadaptation)
                • le fait qu'on sait le configurer, le déployer, l'optimiser
                • le fait qu'on sait comment fonctionne le code, donc si tu as besoin de maintenance, on est probablement les mieux placés pour proposer des contrats de support, l'implémentation de nouvelles fonctionnalités, etc
                • on connaît bien les pratiques collaboratives, bien mieux qu'un paquet d'autres éditeurs et largement mieux que les boîtes qui vont juste prendre tracim, l'installer et le configurer :
                  • il y a une philosophie qu'on insuffle dans le logiciel qui fait partie de notre expertise : mettre la connaissance en commun, permettre le travail asynchrone, éviter de noyer les gens sous des masses d'information, centraliser l'information, distinguer le support et le vecteur de l'information, harmoniser l'expérience utilisateur entre les différentes fonctionnalités, etc
                  • comment les clients travaillent, ce qu'ils font, ce qu'ils ne font pas. Ce qui marche, ce qui ne marche pas. On le sait parce qu'on parle avec nos clients, qu'on les aide et qu'ils nous aident à les aider,
                • on sait accompagner les clients : tu veux déployer un nouvel outil ? Comment tu accompagnes l'organisation qui déploie ? Qui forme qui ? Comment les équipes montent-elles en compétences ? Comment aider à l'adoption massive de la solution ? Quels sont les verrous à faire sauter pour que l'outil soit adopté ? etc

                Lorsqu'on déploie un logiciel dans une organisation, une partie du coût est le logiciel, et le reste c'est la conduite du changement, la formation, l'adaptation des équipes, l'optimisation de la configuration, l'adaptation des méthodes de travail, le maintien en conditions opérationnelles, la correction des bugs, etc, etc.

                Donc non, donner le code ce n'est pas opposé à faire rentrer de l'argent avec, bien au contraire.

                On a des clients qui paient des dizaines de milliers d'euros par an pour avoir un système qui tourne bien qui évolue dans le sens de leurs besoins et pour être accompagné par des professionnels qui les écoutent, les conseillent, les accompagnent.

                On vend pas des licences d'utilisation : on donne le code et on vend les services qui vont avec / autour.

                Donc je pense qu'il faut arrêter de croire que le libre est un business valable en temps que tel. C'est juste un détail sur un business plan qui marcherait sans la composante libre.

                C'est intéressant ; c'est presque vrai. Ça serait vrai s'il n'y avait pas des clients sensibles au logiciel libre. Je te laisse jeter un coup d'oeil à nos références client sur le site web tracim.

                La majorité des clients sont venus :

                • parce qu'on fait du logiciel libre,
                • parce qu'on héberge nos serveurs et leurs données en France,
                • parce qu'on est respectueux du RGPD
    • [^] # Re: C'est tabou de payer pour du logiciel libre ... même pour les libristes :.(

      Posté par  . Évalué à 4.

      Ce qui est reproché, ce n'est pas temps de faire payer. C'est plutôt de faire payer les projets libres indépendamment de leur moyens, la façon dont c'est fait et annoncé.

      Si, pour les projets libres, on avait un prix basé sur les moyens de l'organisation, ça passerait déjà mieux.

      Et d'après ce journal, on peut ne pas être éligible au Open Source Program si on propose des services à coté ou le financement de fonctionnalités supplémentaire.

      Par exemple, Peertube de Framasoft, avec un financement participatif, ne serait pas éligible au Open Source Program de Docker. Pourtant, Framasoft n'est pas une multinationale capitaliste.

  • # Conclusion

    Posté par  . Évalué à 4.

    C'est donc un rude coup qui est porté au logiciel libre. Il illustre une nouvelle fois le fait que le fait d'être sous une licence libre est une condition nécessaire pour assurer la souveraineté des individus, mais pas une condition suffisante.

    La licence du code d'un service est assez annexe. C'est l'interropérabilité, l'usage de norme/standard et plus généralement la possibilité de changer de service. Si on ne regarde que la partie dépôt git de github. Il est très probable que leur serveur git utilise du code non libre. Ça ne t'empêche pas de partir de chez eux et de reproduire pour toi le même service. Le point en plus qu'il faut avoir en tête pour les services c'est la sécurité des données (le fait fait d'avoir toujours la main dessus et faire attention à quelles données on expose).

    Mais ça montre surtout qu'il faut être vigilant avec ses dépendances que ce soit d'un point de vu méfiant, mais aussi en prendre soin et se soucier des problèmes qu'ils ont.

    https://linuxfr.org/users/barmic/journaux/y-en-a-marre-de-ce-gros-troll

  • # précisions

    Posté par  (site web personnel) . Évalué à 10.

    Quelques précisions…

    Pour que les choses soient limpides, je travaille chez Docker, et je travaillais spécifiquement dans l'équipe en charge du programme de sponsoring open source jusqu'à récemment (même si je suis dans une autre équipe aujourd'hui). Néanmoins je ne m'exprime ici qu'en mon nom, avec des infos qui sont de toute façon accessibles par ailleurs.

    Concernant les "free teams" :
    - ils ne sont plus accessible (on ne peut plus en créer) depuis quelques temps déjà (pas loin de 2 ans si je ne me trompe). Donc tout projet créé dès lors n'utilise déjà pas cette solution
    - un compte personnel peut être utilisé par un nombre illimité de collaborateurs, tant que c'est sur les repos publics -> ce qui en fait permet à de nombreux projets libres, publics d'être hébergés sur Docker Hub sans aucun problème

    https://www.docker.com/pricing/

    Plus exactement, pour avoir droit à la gratuité pour un accès multi-utilisateurs (le Open Source program)

    Le "Open Source program" n'existe pas, quand bien même Alex l'écrit.
    Le seul qui existe est le "Docker-Sponsored Open Source Program" (DSOS). Alors je pinaille mais la nuance est importante.
    Le but de se programme n'est pas d'offrir gratuitement des ressources à tout le monde, il est de sponsoriser des projets libres non commerciaux (et aussi dans le cadre éducation, université, etc). Les membres de se programme reçoivent des fonctionnalités actuellement disponibles sur les offres team/business voir certaines fonctionnalités qui n'y sont même pas présentes comme la suppression des limites de pull et des statistiques de pull détaillées (je travaillais essentiellement sur cet aspect). Ce programme est très loin de ce qu'étaient les "free teams".
    D'ailleurs les membres du DSOS program font aussi partie de ce qu'on appelle Docker Trusted Content avec les images officielles et les Verified Publishers.

    Alors pourquoi sponsoriser ces projets et pas tous les projets libres ? Je dirais tout simplement parce que ce sont avant tous ces projets, sans revenus, qui ont besoin d'aide. Et dans cet optique ce qu'offre Docker est loin d'une offre d'équipe au rabais, c'est un panel complet de fonctionnalités pour aider et développer les projets open source communautaires (non commerciaux).

  • # J'utilise docker hub : je suis bien embêté

    Posté par  (site web personnel) . Évalué à 5.

    Ce n'est pas mon activité principale, mais j'utilise très souvent docker et, pour choisir mes images, et bien j'utilise docker hub.

    Je regarde la page de l'image officielle sur docker hub, il y a souvent un docker-compose fourni, et je prends cela. Ça me suffit très bien la plupart du temps mais il est vrai que je ne maîtrise pas ce que j'installe, je me dis que je peux avoir confiance (ce qui n'est peut-être pas vrai).

    Donc, me voilà bien embêté pour la suite, j'espère qu'il va y avoir un système pour récupérer les images officielles (celles soutenues par les dev des projets) assez facilement.

    • [^] # Re: J'utilise docker hub : je suis bien embêté

      Posté par  . Évalué à 8.

      Tu trouvera des logiciel par ton moteur de recherche favori ou un annuaire quelconque et au lieu d'utiliser :

      docker pull traefik

      tu fera

      docker pull whatever.io/traefik

      Je pense que la situation restera vivable.

      https://linuxfr.org/users/barmic/journaux/y-en-a-marre-de-ce-gros-troll

      • [^] # Re: J'utilise docker hub : je suis bien embêté

        Posté par  (site web personnel) . Évalué à 3.

        Et ça devrait être le défaut, avoir un registry.example.org qui fait la redirection vers le backend.

        Pour la peine, je vais tester ça avec mes images sur github, pour me faciliter le vie quand je mettrait mon propre registre à la maison.

        • [^] # Re: J'utilise docker hub : je suis bien embêté

          Posté par  . Évalué à 2.

          Et ça devrait être le défaut, avoir un registry.example.org qui fait la redirection vers le backend.

          J'ai pas compris ?

          https://linuxfr.org/users/barmic/journaux/y-en-a-marre-de-ce-gros-troll

          • [^] # Re: J'utilise docker hub : je suis bien embêté

            Posté par  (site web personnel) . Évalué à 5.

            Un des soucis, si fermeture il y a (et en voyant les messages de Crev, je pense que c'est moins un souci qu'on croit), c'est que les noms des images sont codés en dur partout, et ne sont pas sous le contrôle des projets qui fournissent les images.

            Une façon d'éviter ça serait d'avoir une couche de plus, et dire "les images officielles de Example sont sur registry.example.org", en ayant registry.example.org faisant une redirection http(s) vers le vrai registre.

            Ça rajoute un SPOF, mais ça reste beaucoup moins coûteux que de faire son propre registre, tout en facilitant les migrations. Si un projet quitte DockerHub pour aller vers Quay, ECR, ou le registre de Github, il suffit de changer la redirection, et voila. Ou même vers un registre en auto hébergement.

            Bien sur, vu que DockerHub va continuer à afficher des instructions qui codent en dur son dépôt, ça va rester confus, mais à minima, ça peut devenir une bonne pratique.

            Et ça devrait marcher car docker/podman utilise https, qui supporte les redirections. Ensuite, ça reste du théorique, car je n'ai pas essayé, et je ne me souvient pas avoir vu quelqu'un faire ça. Fedora a son propre registre, Kubernetes aussi '(et vient de changer l'URL, justement), Woodpecker semble aller par défaut vers Docker Hub, Gluster utilise celui de Github.

            Donc soit mon idée ne marche pas, soit c'est un niveau de résilience qu'on estime non requis pour le moment.

            • [^] # Re: J'utilise docker hub : je suis bien embêté

              Posté par  (site web personnel) . Évalué à 3.

              Ensuite, ça reste du théorique, car je n'ai pas essayé, et je ne me souvient pas avoir vu quelqu'un faire ça

              Ça existe et ça fonctionne.
              Je n'arrive plus à retrouver le nom, mais il y a une boite qui fait ça, un "proxy" (j'ai pas étudié en détail, j'ai pas vérifié comment ça fonctionne exactement) docker, pour avoir ton propre domaine et des analytics. Je crois qu'ils font ça pour d'autres types de registries aussi (npm par ex, mais il faudrait vérifier).

              Généralement les gens utilisent ça pour avoir des analytics sur les pulls, mais (totalement biaisé car je travaillais dessus) les données qu'on a sont bien meilleures, avec une compréhension des usages plus avancée.

  • # Comment finance-t-on les infrastructures?

    Posté par  (site web personnel) . Évalué à 0.

    "Comment finance-t-on les infrastructures?"

    Je suis pour un système à la FileCoin ou IPFS où je peux revendre des capacités de disque dur, cpu, bande passante (même derrière une ligne pourrie en 56k). Si les algos font bien leur travail, ca doit fonctionner. Plus besoin des clouds et autres hyperscalers pour l'hébergement. Mais peut-être faudra-t-il encore attendre des décénies avant de régler un problème qui est là depuis la création du web?

    • [^] # Re: Comment finance-t-on les infrastructures?

      Posté par  (site web personnel) . Évalué à 10. Dernière modification le 16 mars 2023 à 10:33.

      Mais peut-être faudra-t-il encore attendre des décénies avant de régler un problème qui est là depuis la création du web?

      Ou peut-être que ça ne marche pas en vrai.
      Il y en a plein qui ont déjà essayé ce genre de choses (par exemple pour les backup, je sais plus quelle entreprise), et en pratique ça merdait car il fallait dupliquer encore plus pour contre-balancer les capacités qui disparaissent sans crier garde (tu fais ton processing sur le CPU, il disparaît en plein milieu du travail car aucun engagement de service, faut tout recommencer; pour le stockage faut avoir sécurisé un stockage, etc).

      Il y a une grosse différence entre la belle théorie et la pratique.

      Si les algos font bien leur travail, ca doit fonctionner.

      Ho mais vas-y, fonce et prouve-le, je t'en prie! vu comme tu l'affiches, tu vas être riche rapidement. En attendant, le "ça doit" est un fantasme de gens qui ne risquent pas un € dedans, comme par hasard.

  • # Update

    Posté par  (site web personnel) . Évalué à 8.

    We apologize. We did a terrible job announcing the end of Docker Free Teams.

    https://www.docker.com/blog/we-apologize-we-did-a-terrible-job-announcing-the-end-of-docker-free-teams/

    Oui, la communication n'a pas été bonne. Et le signal envoyé n'était pas celui escompté.

    S'il y a pour ma part une chose que j'apprécie chez Docker (d'aucuns diront surtout depuis le reboot il y a un peu plus de 3 ans) c'est d'avoir l'humilité de dire quand on n'a pas été bon.
    Ici, clairement, ce fut le cas.

    • [^] # Re: Update

      Posté par  . Évalué à 5.

      Merci pour tes retours qui enrichissent le débat.

    • [^] # Re: Update

      Posté par  (site web personnel) . Évalué à 3.

      Et le signal envoyé n'était pas celui escompté.

      bah, on attend celui — factuel — qui aurait été attendu :-)

      merci CrEv< de t'impliquer autant (on n'en attendait pas moins de toi, mais là faut rassurer les troupes en interne et externe : vos promoteurs non payeurs^W^W du libre jusque maintenant :p)

      c'est d'avoir l'humilité de dire quand on n'a pas été bon

      euh, ça n'a pas été que de ta faute (personne n'est partout…), bah là ça a raté ; dont acte.
      En 15 jours suivants, vous allez promouvoir les projets éligibles ? J'y crois peu. Donner le délai de 3 mois pour promouvoir les chatons ou autre DIY pour les plus récalcitrants serait déjà plus constructif (vu que tu y as déjà réfléchi, entre les abusifs, ceux qu'ils faut conquérir/garder, ceux qui ne coûtent que dalle… t'as toutes les URL pour le démontrer)

      Bref, les RH devraient pouvoir revoir ton salaire à la hausse et s'impliquer un peu (ça va être long à expliquer :/ Mais c'est des équipes motivées tant que cadrées)

      Bienvenue dans le monde centralisé (géré pas par moi) où certains ont confiance à gérer pour eux :p (je puis élaborer)

      • [^] # Re: Update

        Posté par  (site web personnel) . Évalué à 4.

        bah, on attend celui — factuel — qui aurait été attendu :-)

        Le factuel c'est que le "Free Team" est déprécié depuis longtemps, qu'on ne peut pas en créer depuis longtemps et que d'autres solutions existes. Je ne dis pas que les autres sont parfaites, juste qu'elles existes.
        Ce "Free Team" de la manière dont il est encore utilisé, pose un certain nombre de problèmes, et il est temps de fermer cette page. Ce qui est l'objet de cette campagne de dépréciation.
        A aucun moment le but n'est de fermer, bloquer ou autre, de supprimer du contenu. Il s'agit de remettre les choses d'équerre, pour pouvoir continuer à avancer.

        En 15 jours suivants, vous allez promouvoir les projets éligibles ? J'y crois peu

        Tu parles du programme de sponsoring?
        Si oui, la suspension est en pause lorsqu'il y a application et durant le revue

        For new users interested in joining DSOS from a previous Free Team organization, we will defer any organization suspension or deletion while the DSOS application is under review.

        On a mis plus de monde sur le sujet. Je bosse toujours proche de la Product Manager en charge de ce projet. Et si certains veulent en discuter plus précisément, n'hésitez pas à me contacter directement et je peux voir, en discuter, et regarder en interne où ça en est, etc.
        Normalement il n'est pas bien compliqué de trouver un moyen de me joindre, et si besoin un message ci-dessous.

        • [^] # Re: Update

          Posté par  (site web personnel) . Évalué à 2.

          Merci de tes clarifications et de ton engagement.

          En terme de vocabulaire, sinon, mieux vaut préférer s/déprécié/obsolète/ et s/dépréciation/fermeture définitive/ :-) car ce qui est déprécié ne vaut pas grand chose, ce qui pourrait être mal pris :p

    • [^] # Re: Update

      Posté par  (Mastodon) . Évalué à 3. Dernière modification le 17 mars 2023 à 06:01.

      30 jours ça reste peu. Il faut espérer que tous les mainteneurs qui ne veulent pas poursuivre avec l'offre payante de docker auront reçu le mémo et vont supprimer leurs images publiques ou les déménager vers un compte free-personal.

      Jami: beabb2b063da0a2f0a2acaddcd9cc1421245d5de

    • [^] # Re: Update

      Posté par  (site web personnel) . Évalué à 1. Dernière modification le 17 mars 2023 à 08:24.

      c'est d'avoir l'humilité de dire quand on n'a pas été bon.

      C'est sans doute une question de point de vue super-subjective, mais l'impression de pas mal de personnes (y compris moi) est que c'est plus du "dommage control" que de l'humilité, un peu comme RedHat quand ils ont viré l'utilité de CentOS et puis après ont "offert" des abos gratuit sous condition pour que ça râle moins sans changer vis à vis du fond du problème.

      Ici, clairement, ce fut le cas.

      Et donc ça peut encore être mis au présent.
      Je suis ça de loin, on verra comment les acteurs du libre (dont pas mal de gens ayant fait la pub de Docker, Docker ne faisait pas du gratuit par philanthropie) le prennent à plus long terme.

      • [^] # Re: Update

        Posté par  (site web personnel) . Évalué à 3.

        De toute façon je sais bien que pour certains il n'y a rien qui ne sera bien pris.

        Docker a voulu un changement qu'on estime être pour de bonnes raisons.
        La communication n'a pas été bonne, beaucoup de personnes se sont affolées (à juste titre vu la communication loin d'être claire, mal ciblée).
        L'entreprise présente ses excuses pour la façon dont ca c'est passé

        We apologize again for the poor communication and execution surrounding this deprecation and promise to continue to listen to community feedback.

        Maintenant tout le monde est libre de croire ce que je dis ou non, la seule différence c'est que moi je sais comment ça se passe en interne, quelles sont les discussions sur le sujet. Et quand je parle d'humilité c'est bien parce que je pense que c'est fait de cette manière.

        • [^] # Re: Update

          Posté par  (site web personnel) . Évalué à 2.

          De toute façon je sais bien que pour certains il n'y a rien qui ne sera bien pris.

          et oh faut pas nous prendre pour des jambons, remboursez ! euh… wait !? :p (cette phrase est bien sûr humoristique pour détendre l'atmosphère.

          Bon courage pour trier le bon grain de l'ivraie :/ ayant eu déjà quelque chose de similaire à faire, je te confirme qu'il y aura des pleurs et des cris, mais c'est la vie, d'autant qu'il y a des alternatives que tu évoques bien, donc bon les chouineurs ça va un temps :p

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à celles et ceux qui les ont postés. Nous n’en sommes pas responsables.