Journal Les enseignants, poussés vers GMail

Posté par  . Licence CC By‑SA.
Étiquettes :
43
18
jan.
2021

Il y a quelque temps, l'enseignante de l'école élémentaire de mon enfant nous a contacté pour confirmer notre adresse de courriel. En utilisant une adresse GMail. Normalement, l'académie fournit à tous les enseignants une adresse, j'ai été donc surpris de cette utilisation. J'ai eu l'explication aujourd'hui.

Il se trouve qu'il n'existe aucun outil permettant à l'enseignant de contacter les parents par courriel. Aucun. Au début d'année, les parents remplissent au moins 3 formulaires avec leur adresse électronique (mairie, éducation nationale, CLAÉ, et il y a même d'autres formulaires de répétition). Pourtant, l'école ne dispose que d'une liste par ordre alphabétique, et l'enseignant n'a pas de moyen de contacter les parents des enfants de sa classe.

Je peux comprendre cette situation. Après tout, l'école est un endroit social, où l'on privilégie le contact humain. Donc les moyens de contact sont avant tout physiques. Et puis, la collecte de données est toujours problématique, donc c'est plus facile.

Sauf que voilà, on est en 2021, et ça fait un an que tout a changé. Mais visiblement, personne ne s'est dit que ce serait une chose que les gens recherchent. Ce qui a été fait, c'est de présenter un Espace Numérique de Travail (ONE dans notre cas), sans aucune formation pour les parents, et la formation pour les enseignants n'est que bénévole. Cet ENT est complètement contre-intuitif sur tellement d'aspect qu'il est dur de les énumérer tous : multitudes « d'applications » sans but réel, impossibilité d'écrire à l'enseignant dans le carnet de liaison (il faut utiliser la messagerie interne), dédoublement de l'arborescence des fichiers en fonction du besoin… Et surtout, surtout, des fonctions de l'enfant ne sont pas accessibles sur l'espace des parents. Mon enfant a moins de 8 ans, il ne va pas se connecter tout seul, je dois donc jongler entre les deux comptes en permanence pour voir toutes les informations.

Je rajoute à ça l'expérience personnelle de cet enseignant. En ce début d'année scolaire, son code d'accès s'est trouvé non fonctionnel. Ce code lui permet d'accéder à la fois à sa messagerie et aux outils pour remplir le carnet scolaire des enfants. Perdre son mot de passe, ce n'est pas grave, sauf que… Sauf que y a pas de support. Les courriels ne sont jamais répondus. La plateforme téléphonique de support répond qu'elle ne peut rien faire, et ne fait qu'accepter le message. D'ailleurs, c'est à chaque fois un interlocuteur différent, qui n'a même pas l'historique de l'utilisateur.

Donc on se retrouve avec un outil mal fait (l'ENT), un autre outil sans support (la messagerie), et des enseignants peu formés, qui doivent se débrouiller. Ce n'est pas une surprise dans l'éducation nationale, mais il finit par arriver ce que moi, en tant que développeur, j'ai vu partout : l'utilisateur trouve une solution. Et la solution, ben c'est GMail. C'est facile, ça marche, il n'y a pas d'argent à sortir, c'est disponible tout le temps, et le support fonctionne.

Oui, j'ai fait remarquer à cet enseignant que ça me posait un problème de confidentialité de communiquer par cette adresse. Et visiblement, c'était une surprise.

Ça m'attriste beaucoup, parce que dans ce cas-là, je peux sensibiliser, mais je ne peux rien faire de plus…

  • # Du support ?

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 8 (+8/-0).

    Du support ? dans gmail ?

    • [^] # Re: Du support ?

      Posté par  . Évalué à 8 (+10/-3).

      Peut-être parce que tout est fait justement pour ne pas avoir besoin de contacter de support. Tu as perdu ton mot de passe ? Il existe plusieurs procédures pour lesquelles tu es autonome. Tu n'arrives pas à faire quelque chose ? Y a de très forte chance que tu trouves ta réponses en lisant l'aide.

      Quand c'est bien fait, pas besoin d'avoir un support à chaque problème.

      Dans le cas présent, tu ne peux rien faire sans le support sauf que le support existe sans exister…

      La maîtresse de mon fils a dû aussi utiliser une adresse Gmail lors du 1er confinement pour pouvoir envoyer les activités aux enfants car l'adresse mail officielle académique ne permettait pas d'envoyer plus de 2/3 Mo… Donc forcément… C'était bien début des années 2000 mais c'était il y a 20 ans maintenant.

      Alors oui pourquoi Gmail et pas autre chose ? Tout simplement car la maîtresse avait sûrement une adresse personnelle Gmail et que donc elle connaissait déjà l'environnement.

      • [^] # Re: Du support ?

        Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 2 (+0/-0).

        l'adresse mail officielle académique ne permettait pas d'envoyer plus de 2/3 Mo…

        euh il n'y a pas de stockage dans l'ENT ? avec une URL de partage… Un Nextcloud le fait bien pourtant.
        Envoyer 2-3 Mo par mail, c'est absurde pour toute une classe : tu places ton fichier sur le serveur et roule (et en plus, ça permet le suivi de qui l'a bien reçu, ce qui n'est pas assuré par le mail…).

        Il existe plusieurs procédures pour lesquelles tu es autonome

        moui gmail… ya 0 support, simplement celui autour de toi — plus débrouillard — qui va te dépanner ; bah c'est pareil au moins à l'académie de Versailles (salut Dino _o/) ils ne diffusent pas leur téléphone car c'est documenté et ils ont déjà d'autres choses à gérer…

        • [^] # Re: Du support ?

          Posté par  . Évalué à 3 (+1/-0).

          euh il n'y a pas de stockage dans l'ENT ? avec une URL de partage… Un Nextcloud le fait bien pourtant.

          Alors… Y a du stockage, mais pas de lien de partage. Nextcloud, c'est bien, mais c'est gratuit, faut pas déconner ;)

          • [^] # Re: Du support ?

            Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 3 (+1/-0). Dernière modification le 21/01/21 à 11:09.

            faut pas déconner ;)

            bin si ; tu peux faire un rappel à l'ordre, ce sera escaladé et pris en charge par les instances compétentes

            Tu n'es pas à l'abri que cela soit pris en compte. Si personne ne fait rien, forcément ça va pas beaucoup évoluer. Tu nous feras un retour de tes démarches ? (ça va prendre du temps, hein, faut pas se leurrer :/)

        • [^] # Re: Du support ?

          Posté par  . Évalué à 4 (+3/-0).

          Tu oublies une chose importante, la maitresse a dû se mettre au niveau de compétence le plus bas côté parent.

          Certains parents n'étaient déjà pas capables d'ouvrir les fichiers en pièce jointe d'un simple mail alors des liens vers un partage…
          Elle était même obligée pour les moins bons d'imprimer les activités et les mettre à disposition dans une boite devant la porte de l'école.

          Donc du coup parce que certains ne savent pas faire on pénalise les gamins ?

          Moi je trouve que la maitresse a bien géré, rapidement et avec les moyens qu'elle n'a pas eu !

          • [^] # Re: Du support ?

            Posté par  . Évalué à 4 (+2/-0).

            Oui, c'est vrai, je n'ai pas assez insisté sur ce point. Les enseignants ne sont pas formés, mais la plupart peuvent y arriver. En plus, la pédagogie, c'est leur métier, donc souvent, ils ont envie de le faire.

            Les parents… c'est autre chose. On n'a même pas tous appris à se servir d'un crayon et d'un cahier étant jeune. Ou alors pas en France, et pas en français. Alors l'outil numérique, qui n'a évidemment rien à voir avec celui d'il y a 5 ans (et récursivement pendant 20 ans en arrière), c'est très difficile pour beaucoup de parents. Il faut :
            - Du temps
            - De la motivation
            - Des compétences cognitives entraînées (tout le monde peut y arriver, mais faut-il encore s'être habitué)
            - Du matériel qui coûte cher

            Toutes ces choses là, ça ne se trouve pas sous le pas d'un cheval…

  • # De la nullité de nos élites en informatique

    Posté par  . Évalué à 10 (+14/-3).

    Je soupçonne qu'il y ait des cours d'informatique à l'ENA:
    -Première session sur Thomson MO5
    -Deuxième session sur Minitel

    À partir de là, on ne peut pas trop s'étonner de voir qu'ils n'ont absolument aucune idée de ce qu'ils font, de ce qu'ils pourraient faire, encore moins de ce qu'ils devraient faire, et de comment y parvenir.

    Du coup, ils vont chercher quelqu'un pour les conseiller. Ce quelqu'un pourrait être une relation ou une entreprise. Ce quelqu'un est sûrement un expert qui bosse dans le milieu. Ça veut dire aussi que ce quelqu'un va se retrouver en bon gros conflit d'intérêt. Mais non, chut: on appelle ça du conseil…

    L'Éducation Nationale est un terrain inespéré pour le conseil: la hiérarchie et l'administration sont relativement centralisés et totalement déconnectés du terrain.
    On va donc pouvoir proposer un service à des gens qui ne savent pas de quoi ils ont besoin, et leur demander un retour sur un produit dont ils ne se serviront jamais, pour déployer ça à la gueule des enseignants qui n'avaient sûrement rien fait de mal pour mériter ça.

    Je pense que la seule chose qui pourrait marcher c'est de faire du bruit, comme tu le fais ici malgré une audience modeste.
    Mais d'ici à ce que le problème de l'incompétence se règle, il va falloir beaucoup, beaucoup de patience.

    • [^] # Re: De la nullité de nos élites en informatique

      Posté par  . Évalué à 6 (+7/-3).

      ça fait bien de toujours taper sur l'EN, l'ENA, etc., mais là je pense que le problème est du coté des collectivités locales. Le fonctionnement matériel des écoles primaires et maternelles, c'est de leur responsabilité.

      • [^] # Re: De la nullité de nos élites en informatique

        Posté par  . Évalué à 10 (+24/-3).

        La messagerie académique c'est l'EN
        Les outils tous plus pourris les uns que les autres c'est l'EN aussi (mais ils sont balèzes pour les sigles genre Efivol, c'est moche, c'est pas ergonomique, on se croirait en 1990 mais le nom est tout tchoupi)
        Mais effectivement les mairies ont leur part de responsabilité en fournissant généralement du matériel pourri… Après j'ai du mal à leur taper dessus état donné qu'elles doivent appliquer les grands principes qu'un blaireau leur annonce au journal de 20h de préférence en contredisant le vendredi ce qu'il a dit le lundi
        Ça fait 15 ans que je suis de presque l'intérieur ce qui se fait dans l'EN que ce soit au niveau numérique ou formation des enseignants (tous domaines confondus) et y a pas à dire ces 4 dernières années le bullshitomètre a atteint un niveau satellitaire

        • [^] # Re: De la nullité de nos élites en informatique

          Posté par  . Évalué à 10 (+12/-0).

          Tu pourrais faire un retour d'expérience dans une news ou un journal ? C'est un peu l'esprit hacker de vouloir améliorer les choses, mais c'est impossible sans ce genre de "retour utilisateur".

          "La première sécurité est la liberté"

        • [^] # Re: De la nullité de nos élites en informatique

          Posté par  . Évalué à 2 (+2/-0).

          Les outils tous plus pourris les uns que les autres c'est l'EN aussi

          Pour enseigner au Lycée, je peux vous dire que les outils m**diques auxquels nous sommes confrontés ne sont pas seulement issus du ministère.

          Les collectivités locales (la Région et les départements pour ce que je connais) se charge de nous fournir des outils de travail en ligne qui font la grande joie des utilisateurs à qui manquaient un cliquodrome de plus … et qui ont surtout montré leur faiblesse quand on en a eu le plus besoin, lors du premier confinement.

          Nous avons des fournisseurs variés :
          -> le chef d'établissement choisi pronote pour la gestion des notes, du cahier de texte, des échanges entre acteurs, la vie scolaire, la présentation des emplois du temps
          -> la région nous "offre" un ENT qui recouvre certains des usages précédents, mais pas tous, et en offre d'autres ou les mêmes sous une autre forme.
          -> le ministère fournit une multitude d'interfaces diverses et variées pour la réception des messages en ligne, le suivi de carrière, la consultation de sujets d'examens, les formations à distance, … Le tout chevauchant à nouveau parfois des usages assurés par ailleurs et avec une ergonomie "douteuse". Mon proviseur adjoint, par exemple, a passé un temps fou l'an dernier à nous inscrire sur le site d'accès aux épreuves de contrôle continu du bac. Seule était prévue la saisie d'un utilisateur à la fois.

          Je ne connais pas assez la situation dans le primaire, mais j'imagine qu'elle n'est pas beaucoup plus claire.

      • [^] # Re: De la nullité de nos élites en informatique

        Posté par  . Évalué à 4 (+4/-0).

        Comme tu le dit, l'aspect MATERIEL est bien du ressort des collectivités locales.

        Le reste, en particuliers les outils pédagogiques, moyens de communication, etc. est exclusivement de la responsabilité de l'EN. Si localement d'autres intervenants pallient aux carences, cela reste de la bonne volonté et rien d'autre.

        Donc dans ce cas de figure, même si parfois elle a bon dos, la cible est la bonne.

        • [^] # Re: De la nullité de nos élites en informatique

          Posté par  . Évalué à 2 (+2/-0).

          Le reste, en particuliers les outils pédagogiques, moyens de communication, etc. est exclusivement de la responsabilité de l'EN. Si localement d'autres intervenants pallient aux carences, cela reste de la bonne volonté et rien d'autre.

          C'est faux.

          Dans les lycées, l'environnement numérique de travail est choisi par la région, le réseau est administré par la région, qui définit ainsi les systèmes d'exploitation qu'elle accepte, sa politique de sécurité… ce qui entrave nos choix pédagogiques… Leur restrictions m'empêchaient initialement de demander aux élèves de lancer un ping.

          Vous semblez être nombreux à vous faire des idées sur la répartition des rôles entre les différentes tutelles… qui est bien moins claire que ce que vous énoncer et pose de réels problèmes.

          Je ne dis pas que notre ministère donne l'exemple, mais les collectivités locales (en tous cas la mienne) rendent la situation plus difficile encore.

    • [^] # De la nullité de nos décideurs

      Posté par  . Évalué à -7 (+1/-9).

      Si quelqu'un est nul dans un domaine au point que ça l'handicape dans sa fonction, alors il ne fait pas partie de l'élite.

      • [^] # Re: De la nullité de nos décideurs

        Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 4 (+3/-1).

        N'y aurait-il pas quiproquo ? La règle que vous énoncez n'est-elle pas justement celle qui s'applique au vulgaire et non à l'élite ? Et ce privilège n'est-il pas précisément un apanage de l'élite ?

        « IRAFURORBREVISESTANIMUMREGEQUINISIPARETIMPERAT » — Odes — Horace

        • [^] # Re: De la nullité de nos décideurs

          Posté par  . Évalué à 7 (+7/-1).

          C'est tout à fait cela. A partir du moment ou vous êtes apparatchik, peu importe votre nullité dans certains domaines.
          Je travaille (?) dans un service public, et niveau logiciels imbitables et inadaptés, dont on change régulièrement pour aller de Charybde en Scylla, je confirme: on est au top!

          • [^] # Re: De la nullité de nos décideurs

            Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 1 (+1/-2). Dernière modification le 21/01/21 à 01:33.

            niveau logiciels imbitables et inadaptés, dont on change régulièrement pour aller de Charybde en Scylla, je confirme: on est au top!

            euh, et pourquoi tu ne fais rien ?

            ah ok, tu es^W te crois un apparatchik :/

        • [^] # Re: De la nullité de nos décideurs

          Posté par  . Évalué à 6 (+5/-0).

          Ce que je voulais dire c'est que je ne suis pas d'accord pour utiliser le mot « élite » automatiquement pour quelqu'un qui sort de l'ENA. L'élite c'est par définition le groupe de ceux qui sont les meilleurs, ce n'est pas un diplôme ni un cursus.
          Donc je persiste : si quelqu'un est mauvais dans la fonction qu'il exerce, il ne peut pas faire partie de l'élite, ENA ou pas ENA. Par définition.

          • [^] # Re: De la nullité de nos décideurs

            Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 7 (+5/-0).

            L'autre définition du mot élite est plus politique ; c'est le groupe social dominant. Groupe qui justifie — généralement — sa position dominante par sa supériorité. Quand ce discours n'est qu'internalisé, le régime s'appelle une république ; quand il est professé ouvertement, un régime aristocratique.
            Et de fait l'élite, même ainsi conçue, possède bien souvent une réelle supériorité tant en termes psychologiques que de formation et de moyens sur le reste de la population. La perte de cette supériorité semble être un marqueur certain du déclin.

            « IRAFURORBREVISESTANIMUMREGEQUINISIPARETIMPERAT » — Odes — Horace

            • [^] # Re: De la nullité de nos décideurs

              Posté par  . Évalué à 1 (+0/-0).

              Quand ce discours n'est qu'internalisé, le régime s'appelle une république ; quand il est professé ouvertement, un régime aristocratique.

              Si c'est le cas, ça confirme bien qu'on aurait raison de refuser de se laisser imposer ce vocabulaire.

    • [^] # Re: De la nullité de nos élites en informatique

      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 10 (+14/-1).

      Je soupçonne qu'il y ait des cours d'informatique à l'ENA:
      -Première session sur Thomson MO5
      -Deuxième session sur Minitel

      Une personne a peut être proposé ça, mais rapidement un consensus a émergé pour dire qu'il y avait des secrétaires pour gérer cela.

      Adhérer à l'April, ça vous tente ?

      • [^] # Re: De la nullité de nos élites en informatique

        Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 2 (+0/-0).

        mais rapidement un consensus a émergé pour dire qu'il y avait des secrétaires pour gérer cela.

        oui, c'était la démarche de l'informatique pour tous (merci le plan Fabius), que ceux de l'ENA que nous subissons ont cru…
        Bah le minitel, si en Bretagne ça marche, ça marchera partout ailleurs :-) (bon, j'en ai bénéficié)

    • [^] # Re: De la nullité de nos élites en informatique

      Posté par  . Évalué à 4 (+4/-0).

      Les élèves de l'ENA font quasiment tous un stage en préfecture où ils ont la joie d'utiliser thunderbird et libreoffice.

      Des cours de programmation sont proposés, sur la base du volontariat, par des étudiants de l'école Epitech de Strasbourg.

      Des hackathons relatifs au design public sont organisés par l'ENA avec d'autres étudiants dont des étudiants en informatique.

      Ce n'est bien sûr pas parfait. Il faut faire mieux pour répondre à leur nullité en informatique, leur déconnexion du terrain etc. Alors chacun il va de sa petite idée et on aboutit à un beau patchwork. Les élèves de l'ENA doivent faire des stages en entreprise, des PME de préférence. Mais aussi passer une journée ou deux chez un artisan ou un agriculteur. Faire du bénévolat dans une association. Leur donner des cours de science. Un peu de design. Un cours sur les biais cognitifs.

      Bref, la checklist de la scolarité est déjà assez remplie. Mais on peut toujours rajouter des cases à cette checklist !

  • # Ils n'aiment pas l'open source

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 10 (+10/-0).

    Il existe des ENT open source. Ceux-là sont probablement plus aboutis que l'horrible truc infligés aux enseignants et aux familles. Brrr !

    http://entbox.ticedu.fr
    https://monlycee.net/pages/open-ent-ng
    http://open-ent.org

    il y en a sûrement encore d'autres.

    • [^] # Re: Ils n'aiment pas l'open source

      Posté par  . Évalué à 9 (+9/-1). Dernière modification le 19/01/21 à 06:38.

      Oui mais ont ils rempli le dossier de 173937 pages nécessaire pour répondre à l'appel d'offre?
      C'est ça le problème principal : pour bosser avec l'état il te fait un département juridique et enfumage plus important que celui qui va effectivement faire le boulot… Pas étonnant qu'on en arrive à des trucs ou à la première connexion d'un vrai utilisateur on sache déjà que ça va être un calvaire
      La seule exception que je connaisse est le livret scolaire unique ou l'appli est assez sympa et même si les débuts ont été un peu laborieux les défauts ont été rapidement corrigés. Sur la partie enseignants c'est plutôt sympa et efficace

      • [^] # Re: Ils n'aiment pas l'open source

        Posté par  . Évalué à 7 (+5/-1).

        Le principe de l'administration est de se couvrir et elle se couvre avec des formulaires. Ce n'est pas qu'un problème avec un service, mais avec le fonctionnement même de l'évaluation du travail qui a l'air d'être basé sur le "finger pointing" et surtout pas sur le fait de trouver des solutions (même imparfaites).

        Trouver un responsable jusqu'à l'absurde est aussi une caractéristique de notre justice.

        "La première sécurité est la liberté"

    • [^] # Re: Ils n'aiment pas l'open source

      Posté par  . Évalué à 5 (+5/-0).

      Je ne suis pas enseignant donc je n'ai pas pu tester cette plateforme, mais il semblerait que depuis quelques mois au moins, les enseignants disposent d'applications open source à cette adresse https://apps.education.fr/

      Je trouve l'action plutôt louable. Il ne me semble pas que ce soit bien connu des enseignants, mais comme c'était mentionné dans d'autres commentaires, il semblerait que la communication soit difficile entre les enseignants sur le terrain, et les personnes qui mettent en place ce genre de plateformes.

  • # toutemonannee

    Posté par  . Évalué à 9 (+9/-1).

    Dans l’école de mes enfants, ils utilisent le site https://www.toutemonannee.com/ qui est plutôt agréable à utiliser.

    Par contre on a juste une notification sur notre adresse mail, il faut aller sur le site pour voir le message de l'enseignante ou l'enseignant.

    Leur modèle économique et leur engagement vis à vis du RGPD semble sincère.

  • # Pas que le secteur public

    Posté par  . Évalué à 10 (+18/-0).

    Une fois je cherchais un appartement, et l'agent immobilier me confie qu'il est stagiaire (ça à la limite je m'en fiche s'il est bien encadré mais vu qu'il faisait les visites tout seul…) et qu'il n'avait pas d'adresse mail pro : il m'a demandé donc de lui envoyer sur sa boîte mail perso :

    • Mon rib
    • Ma carte d'identité
    • mes trois derniers bulletins de salaire

    Je lui fais remarquer que ce n'est pas très pro, il me répond que c'est pas la première fois qu'on lui dit

    Bref… Je précise que cette "agence" est très connu (Foncia) et qu'une boite mail pro ne coute pas si cher au vu des risques encourus.

  • # Gmail, une solution qui ne distingue pas uniquement par sa confidentialité !

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 3 (+5/-4).

    Et la solution, ben c'est GMail. C'est facile, ça marche, il n'y a pas d'argent à sortir, c'est disponible tout le temps, et le support fonctionne.

    Oui, j'ai fait remarquer à cet enseignant que ça me posait un problème de confidentialité de communiquer par cette adresse. Et visiblement, c'était une surprise.

    La confidentialité n'est pas le seul point où cette solution se démarque : Gmail est aussi un des rares fournisseurs de mail qui délivre parfois des messages avec un délai de plusieurs heures ou plus lorsque j'envoie un mail à plus d'une personne ou avec une pièce jointe (même lorsque c'est toi qui répond à des correspondants réguliers). Tout ça peut-être parce que j'ai pas de DKIM configuré et qu'ils ont décidé que c'était ça le nouveau standard. C'est pas comme si DKIM allait rendre un mail que j'envoie à Gmail confidentiel de toutes façons ;-)

    Donc perso je conseille vivement Gmail aux gens qui ne veulent pas être débordés par les mails, car ils ne les recevront (ou pas) qu'après une longue analyse méticuleusement non standard !

    • [^] # Re: Gmail, une solution qui ne distingue pas uniquement par sa confidentialité !

      Posté par  . Évalué à 7 (+7/-1).

      DKIM permet tout de même de réduire le SPAM à grande échelle. Donc pas illogique que tes mails ne soient pas prioritaire, car ils sont potentiellement du SPAM avant analyse.

      On dire que c'est un peu comme si tu rentres dans une zone "sécurisée" et qu'on te demande de porter un badge apparent pour être sûr rapidement que tu es bien toi. Mais du coup toi tu décides de ne pas mettre de badge apparent et donc tu as le droit au contrôle d'identité quasi à chaque fois ce qui te fait perdre du temps.

      Du coup tu n'es pas content de perdre du temps, on te dit ce qu'il faut faire pour être tranquille et tu n'es pas content non plus. Et si on ne met pas ça en place il y aura encore plus de SPAM et tu seras encore moins content… compliqué tout ça… ;)

      • [^] # Re: Gmail, une solution qui ne distingue pas uniquement par sa confidentialité !

        Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 2 (+0/-0).

        Ah, mais je suis très content ! C'est juste que je trouve ce comportement intéressant : au pire c'est un problème pour celui qui reçoit, l'émetteur n'a de toutes façons jamais aucun contrôle quand au moment où son mail sera lu :-)

        Je n'ai d'ailleurs rien contre le DKIM, je trouve juste le comportement de Gmail particulier, je ne serais pas à l'aise avec personnellement. Heureusement que je me suis au moins mis à la mode du certificat avec Let's Encrypt et que je n'en utilise plus un auto-signé, sinon j'imagine que ça partirait direct dans les oubliettes ;-)

      • [^] # Re: Gmail, une solution qui ne distingue pas uniquement par sa confidentialité !

        Posté par  . Évalué à 5 (+3/-0).

        Salut,

        DKIM permet tout de même de réduire le SPAM à grande échelle.

        Mouaif, je ne suis pas convaincu de l'argument, au contraire.

        J'ai justement fait l'expérience : plus d'antispam (j'avais loupé un mail important à cause de l'antispam).

        Ça me prend quelques minutes par jour d'éradiquer ce qui n'a aucune raison d'arriver.

        Au cas où la question se poserait, je suis "catchall" sur mon domaine… donc toute les pourritures, c'est pour bibi.

        • [^] # Re: Gmail, une solution qui ne distingue pas uniquement par sa confidentialité !

          Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 3 (+1/-0). Dernière modification le 19/01/21 à 15:50.

          Ça me prend quelques minutes par jour d'éradiquer ce qui n'a aucune raison d'arriver.

          Pour le coup, ça fait longtemps que je me dis que je dois être ultra-chanceux avec le spam, soit la surcharge de SPAM est pas si généralisée : ça fait presque dix ans que j'utilise la même adresse un peu partout et qu'elle se trouve dans un certain nombre de listes de diffusion, dont certaines publiques et, même si je participe pas trop, ça arrive. Eh bien je reçois même pas un spam par jour en moyenne (sans aucun filtre) et ça me prend moins d'une seconde par jour (c'est en général tellement évident qu'avec l'adresse et le sujet ça me suffit pour taper d et supprimer).

          • [^] # Re: Gmail, une solution qui ne distingue pas uniquement par sa confidentialité !

            Posté par  . Évalué à 5 (+3/-0).

            Salut,

            Pareil.

            Le plus long, c'est de virer les ~2000 mails/jour de la LKML. Mais avec d'une main d appuyé et un café dans l'autre, ça va vite.

            Euh, oui, je devrais me désabonner :)

          • [^] # Re: Gmail, une solution qui ne distingue pas uniquement par sa confidentialité !

            Posté par  . Évalué à 3 (+0/-0).

            Je ne sais pas comment vous faites, j'ai, certains jours, plus de 50 spams.

            « Rappelez-vous toujours que si la Gestapo avait les moyens de vous faire parler, les politiciens ont, eux, les moyens de vous faire taire. » Coluche

            • [^] # Re: Gmail, une solution qui ne distingue pas uniquement par sa confidentialité !

              Posté par  . Évalué à 2 (+0/-0).

              Salut,

              Facile, j'élimine dès que possible.

              Un coup le matin, un coup le midi, un coup le soir.

              Au final, ça fait peu de temps, et pas d'erreur d'une machine (je dois admettre cependant avoir un peu merdouillé sur un mail au moins, mais ça, ça se répare en cherchant dans les logs au pire, puis bon, je connaissais l'expéditeur, donc même pas besoin).

            • [^] # Re: Gmail, une solution qui ne distingue pas uniquement par sa confidentialité !

              Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 2 (+0/-0).

              Pas mal 50 ! Je ne pense pas en avoir jamais eu plus de 5 la même journée.

              Ce que je me demande, c'est le nombre moyen de spams qu'aurait un utilisateur lambda qui n'utilise pas trop le mail et n'est pas sur des listes de diffusion. Ça devrait être raisonnable le plus souvent, ou alors je ne comprends pas du tout comment ça se passe non plus.

              • [^] # Re: Gmail, une solution qui ne distingue pas uniquement par sa confidentialité !

                Posté par  . Évalué à 3 (+1/-0). Dernière modification le 19/01/21 à 19:29.

                Salut,

                Pas mal 50 ! Je ne pense pas en avoir jamais eu plus de 5 la même journée.

                En fait, ça vient vite. Mais c'est gérable.

                Comme dit, je suis catchall sur mon domaine, plus référencé dans mes anciennes publications universitaires (ouf, j'ai un forward à vie), plus mon CV où il y a mon mail…

                C'est complètement gérable.

                Edit : oubli, je suis aussi sur la liste "contact" d'une asso. Mais bon, quand on aime, on compte pas…

          • [^] # Re: Gmail, une solution qui ne distingue pas uniquement par sa confidentialité !

            Posté par  . Évalué à 3 (+2/-0).

            Oui mais ce n'est pas parce que tu n'en reçois pas dans ta boite qu'il n'y avait pas de SPAM qui t'était destiné.

            Car du coup via DKIM et autres, les gros hébergeurs mails suppriment énormément de SPAM avant qu'il ne tombe dans les boites mails.

            Grosso modo tu es en train de dire que l'ABS en voiture ça ne sert à rien car tu es toujours vivant… Mais cela t'as sûrement éviter des accidents sans même le savoir. Et te permettra également de réduire la puissance de l'impact lors d'un accident.

            Attention DKIM c'est comme l'ABS ce n'est pas magique mais l'avoir est quand même un gros plus, surtout que le coût de mise en place est nul.

            • [^] # Re: Gmail, une solution qui ne distingue pas uniquement par sa confidentialité !

              Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 8 (+6/-0).

              Autohébergeant mon courriel sans antispam, je peux quand-même confirmer que le spam n’est pas toujours le problème que l’on décrit, même pour un adresse ancienne qui a traîné sur des liste de diffusions ou des forums en ligne. En fait, j’ai l’impression que si on a pas une adresse en Gmail ou hotmail ou outlook, elle intéresse moins les spammeurs.

              Par contre, mon adresse professionnelle est beaucoup plus victime spam alors qu’elle est beaucoup plus récente que mon adresse personnelle et qu’elle est hébergée par mon employeur sur un serveur qui filtre les spams (souvent même un peut trop prompt à dégainer la corbeille à mon goût). Cela fait des années que je ne reçois plus de spam pour du viagra ou autres conneries sur mes adresses pro et perso, mais mon adresse pro abonde de messages non sollicités de fournisseurs chez qui je n’ai jamais rien commandé, de listes d’information inutiles auxquelles je ne me suis jamais inscrit et qui n’ont pas de moyen de désabonnement et d’invitations à des évènements hors sujets par rapport à mes activités. Donc je n’ai presque jamais de spam pour me vanter explicitement les mérites d’un produit qu’on veut me vendre, ou me demander un numéro de carte bancaire pour rapatrier mon héritage coincé au Nigéria. Par contre, la publicité non-sollicitée et abusive qui se cache sous un verni plus sérieux d’« information » est une vraie plaie. Et je suis sûr que tous ces publicitaires propres sur eux ont un DKIM correctement réglé. N’oublions pas non plus que l’ensemble des plus gros hébergeurs de courriels intersecte largement celui des plus grosses régies de pub.

            • [^] # Re: Gmail, une solution qui ne distingue pas uniquement par sa confidentialité !

              Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 3 (+1/-0).

              Je ne vois pas trop ce que tu veux dire : si un smtp spammeur m'envoie un courrier à mon adresse, il n'y a rien qui l'en empêche et je vais le recevoir tel quel, il n'y a pas d'intermédiaires ni de filtres pour autant que je sache. Les seuls spams que Gmail pourrait m'éviter, ce sont les spams effectués depuis des comptes Gmail : je ne vois pas trop alors ce que viendrait faire le DKIM d'autrui là dedans (si c'est eux qui envoient les spams, c'est à eux de résoudre).

              • [^] # Re: Gmail, une solution qui ne distingue pas uniquement par sa confidentialité !

                Posté par  . Évalué à 2 (+1/-0).

                anaseto dit que ses mails mettent plusieurs heures pour arriver chez les destinataires au lieu de quelques secondes.
                Ce problème vient certainement du fait que son serveur ne possède pas DKIM.

                Si tu relis bien ma 1ère réponse, j'y explique que ses mails sont sûrement dans un 1er temps classés en tant que SPAM pour analyse. Puis une fois l'analyse effectuée, les mails poursuivent leurs chemins car ils sont légitimes.

                Il y a des SPAMS que tu ne reçois pas dans ta boite Gmail, d'ailleurs tu ne le sais même pas puisqu'ils n'arrivent jamais dans ta boite. Ils sont supprimés avant distribution car ce sont des SPAMS envoyés depuis des serveurs mails avec une réputation/configuration tellement pourrie que ça ne passe pas.

                • [^] # Re: Gmail, une solution qui ne distingue pas uniquement par sa confidentialité !

                  Posté par  . Évalué à 2 (+0/-0). Dernière modification le 20/01/21 à 21:29.

                  Salut,

                  ils sont juste dans une graylist.

                  Si tu relis bien ma 1ère réponse, j'y explique que ses mails sont sûrement dans un 1er temps classés en tant que SPAM pour analyse. Puis une fois l'analyse effectuée, les mails poursuivent leurs chemins car ils sont légitimes.

                  Par qui/quoi/comment ?

                  Et s'ils poursuivent leur chemin, pourquoi se casser la tête à les analyser en fait ? ;)

                  • [^] # Re: Gmail, une solution qui ne distingue pas uniquement par sa confidentialité !

                    Posté par  . Évalué à 2 (+1/-0).

                    Juste la qualité de service qui te démarque des concurrents.

                    Imagine 2 fournisseurs mails :
                    - un sur lequel tu reçois des trucs que tu n'as jamais demandé.
                    - un qui fait le ménage (en enlevant que le pire bien sûr) avant que ça tombe dans ta boite.

                    Les utilisateurs vont vite faire leur choix.

                    Ils poursuivent leur chemin car après vérification ils sont légitimes ou pas trop pourris. Mais cette analyse a un coût : du temps entre autres.

    • [^] # Re: Gmail, une solution qui ne distingue pas uniquement par sa confidentialité !

      Posté par  . Évalué à 4 (+3/-1).

      et qu'ils ont décidé que c'était ça le nouveau standard.

      C'est pas Google qui décide des standards, c'est l'IETF.

      *splash!*

      • [^] # Re: Gmail, une solution qui ne distingue pas uniquement par sa confidentialité !

        Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 1 (+0/-1).

        Bien sûr, j'aurais dû dire le nouveau standard à utiliser (au sens, qu'ils ne gèrent plus le vieux standard).

        • [^] # Re: Gmail, une solution qui ne distingue pas uniquement par sa confidentialité !

          Posté par  . Évalué à 2 (+0/-0).

          Qu'est-ce que tu appelles le vieux standard ? L'absence de DKIM ?

          *splash!*

        • [^] # Re: Gmail, une solution qui ne distingue pas uniquement par sa confidentialité !

          Posté par  . Évalué à 3 (+1/-0).

          Ça a toujours été dans l'idée de DKIM de le rendre obligatoire à terme, hein. Tant que ça n'est pas obligatoire ça ne sert à rien.

          *splash!*

          • [^] # Re: Gmail, une solution qui ne distingue pas uniquement par sa confidentialité !

            Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 2 (+2/-2).

            Bah, je sais pas, tu pourrais avoir dans ton client mail un petit dessin en vert qui te dit “DKIM ok” ou un en rouge “pas de DKIM”, tout en recevant quand même tous les mails. Ce serait facile d'ajouter au niveau du client la possibilité de virer directement les messages en rouge si on préfère.

            Note que perso j'ai rien contre le DKIM, je trouve juste dommage que ça devienne indispensable (comme si le https devient indispensable).

            • [^] # Re: Gmail, une solution qui ne distingue pas uniquement par sa confidentialité !

              Posté par  . Évalué à 2 (+1/-0).

              tu pourrais avoir dans ton client mail un petit dessin en vert qui te dit “DKIM ok” ou un en rouge “pas de DKIM”,

              Y a l'extension DKIM Verifier qui fait ça pour thunderbird. Je l'ai surtout utilisée pour vérifier la configuration DKIM de mon propre serveur.

            • [^] # Re: Gmail, une solution qui ne distingue pas uniquement par sa confidentialité !

              Posté par  . Évalué à 3 (+1/-0).

              Bah, je sais pas, tu pourrais avoir dans ton client mail un petit dessin en vert qui te dit “DKIM ok” ou un en rouge “pas de DKIM”, tout en recevant quand même tous les mails.

              Ok, donc tu veux faire du tri côté client. Admettons.

              Dans un monde où Google et Microsoft n'ont pas forcé tout le monde à activer DKIM, personne n'utilise DKIM, à part les deux-trois passionnés autohébergés qui suivent les recos de l'IETF au jour le jour, et Google et Microsoft, qui tiennent un peu à leur image et peuvent se permettre de dépenser de l'argent dedans.

              Du coup tous les mails que tu reçois sont en rouge, à l'exception de ceux envoyés depuis les serveurs de Google et Microsoft, qui apparaissent en vert. Parmi les mails en rouge, il y en a 99% qui sont du spam et ne viennent pas des domaines d'où ils prétendent venir et 1% qui viennent effectivement des domaines dont ils prétendent venir.

              Du coup tu dois chercher les 1% de mails potentiellement légitimes parmi tous ceux en rouge. Quel intérêt ? DKIM sans contrainte, ça te sert juste à faire le tri entre Google+Microsoft d'un côté, et tout le reste de la planète de l'autre.

              *splash!*

              • [^] # Re: Gmail, une solution qui ne distingue pas uniquement par sa confidentialité !

                Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 1 (+0/-1). Dernière modification le 21/01/21 à 11:33.

                Tu pars du principe qu'il y a 99% de spams, du coup, je me demande : c'est souvent le cas ? Si oui, parmi les spams, quel pourcentage est éliminé uniquement grâce au DKIM ? En particulier, quel pourcentage de mails provenant d'adresses de correspondants réguliers correspond à des faux ? Quel pourcentage de spams (ou pubs non voulues diverses) se fait avec des DKIMs valides ? J'aimerais un peu connaître la réponse à ces questions avant de me faire vraiment une opinion que le filtrage côté serveur est la bonne approche.

  • # Il se trouve qu'il n'existe aucun outil permettant à l'enseignant de contacter les parents par courr

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 1 (+0/-0).

    Je ne sais pas d'où tu sors que "Il se trouve qu'il n'existe aucun outil permettant à l'enseignant de contacter les parents par courriel." mais nous concernant, la maitresse de ma fille (maternelle) nous envoit des mails via "EcoldeDirecte", ca marche très bien.

    • [^] # Ça marche aussi ailleurs.

      Posté par  . Évalué à 2 (+1/-0).

      Chez nous (lycée en Rhône-Alpes), on utilise Pronote, la chef d'établissement refusant que l'on utilise l'ENT (pour limiter l'intrusion de la région dans les affaires du lycée). Avec l'application sur téléphone, cela marche très bien aussi.

      La seule limite est que les élèves ne peuvent envoyer de pièces jointes, et les rendus doivent se faire uniquement grâce à la fonctionnalité de rendu de devoirs en ligne.
      L'interface est vieillotte et un peu surchargée, mais il y a eu du progrès depuis quelques années. De plus, malgré son interface moderne, l'ENT proposé par la région reste un clickodrome de compétition donc ne fait pas mieux.

      Le problème doit venir, comme signalé plus haut, d'un mauvais choix des collectivités locales.

      Il y a d'autres soucis avec d'autres logiciels, mais de ce point de vue je ne me plains pas, tout comme avec la boîte académique qui est fiable.

    • [^] # Re: Il se trouve qu'il n'existe aucun outil permettant à l'enseignant de contacter les parents

      Posté par  . Évalué à 4 (+2/-0).

      ÉcoleDirecte (oui, mettons les accents s'il vous plaît) semble être une plateforme privée, utilisant les données du logiciel Charlemagne.
      Il faut donc que l'éducation nationale mette cet outil à disposition dans l'école de mon enfant. Ce n'est pas fait apparemment, ou alors, ils ne le savent pas.

      Ensuite, l'application pour Android semble contenir des pisteurs… Bon allez, je vais pas râler, le portail Web serait suffisant.

      Du coup, comme je ne connais pas, ça permet de faire quoi ?

  • # Site ?

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 9 (+6/-0). Dernière modification le 19/01/21 à 15:59.

    L'école n'a pas de site où mettre les annonces aux parents? Pourquoi leur envoyer un mail à chacun?

    Avant internet, les profs n'envoyaient pas un courrier à chaque parent, ils mettaient juste une affiche à l'entrée de l'école.

    Incubez l'excellence sur https://linuxfr.org/board/

    • [^] # Re: Site ?

      Posté par  . Évalué à 2 (+0/-0).

      Non, il n'y a pas de site. C'est l'ENT qui est sensé remplir ce rôle, mais il est difficile à maîtriser.

  • # Une remarque de Mastodon

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 10 (+9/-0).

    J'ai parlé de ce journal sur Mastodon. Un retour :

    Penser que tous les parents pourront être joignable par courriel, ou même une majorité d'entre eux, c'est soit vivre dans une bulle favorisée, soit se faire des illusions…

    Comme le fait remarquer devnewton plus haut, un site serait plus adapté surtout s'il est géré par l'établissement. Il existe en plus, pour le CMS SPIP, des squelettes qui sont très bien pour ça, facile à mettre en œuvre et à personnaliser. Et on peut avoir de l'aide de qualité en français.

    Designeuse de masques pour sphéniscidés.

  • # Et Google a une offre gratuite pour l'éducatin

    Posté par  . Évalué à 3 (+2/-0).

    D'ailleurs Google propose sa suite Docs/Sheet/GMail/Drive sur le cloud gratuitement pour les structures éducatives (et les assos).

    C'est chaud que l'EN n'ai pas au minimum aussi bien à proposer aux structures qui dépendent d'elle…

  • # Témoignage d'un proche

    Posté par  . Évalué à 5 (+5/-0).

    Un de mes proches est enseignant (dans le privé mais sous contrat avec l'État).
    98% de ses collègues (et lui aussi, d'ailleurs…) utilisent une adresse personnelle pour la communication entre collègues (avec les parents, c'est essentiellement le service École Directe).

    Selon moi, les raisons de cet état des choses sont la facilité (plus simple de gérer un compte que deux, à tort ou à raison), le fait que l'employeur (et le chef d'établissement) n'incite absolument pas à utiliser le compte officiel de l'académie, la très grosse porosité entre la vie privée et la vie professionnelle de l'enseignant, qui travaille très largement sur son temps libre, et l'absence de pratique corporeyte dans le privé qui aurait pu donner l'habitude d'utiliser un compte e-mail privé.

    • [^] # Re: Témoignage d'un proche

      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 3 (+1/-0).

      J'ai également connaissance d'un cas similaire (établissement privé sous contrat), c'est également EcoleDirecte pour les notes, le cahier de texte, les devoirs, etc.

      Par contre, chaque personne de l'établissement (enseignant, administratif) possède une adresse mail pro et la communication pro se fait exclusivement via cette adresse mail. Elle est adossé à un ensemble exchange ce qui fait que c'est lié à un compte office 365 (donc compte accessible en ligne via office), accès à la suite office, onedrive. Pour le distanciel c'est Teams puisque les élèves ont également un compte office "pro" (enfin étudiant).

      Ca a été mis en place pour éviter les multiplications des outils.

      • [^] # Re: Témoignage d'un proche

        Posté par  . Évalué à 9 (+7/-0).

        les élèves ont également un compte office "pro" (enfin étudiant)

        Ah, ça, c'est un problème que je redoute très très fort. Que l'on impose à mes enfants l'utilisation de Word, Windows, passe encore. Mais qu'on leur crée un compte sans aucune possibilité de dire non, ça c'est très dur pour moi. Les contrats sont gigantesques, impossible à lire, et les ramifications légales sont ingérables. Mais ça ne fait peur à personne quand ils signent pour transférer ces données appartenant à des enfants…

        Peut-être que je suis trop paranoïaque…

        • [^] # Re: Témoignage d'un proche

          Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 2 (+0/-0).

          Je ne sais pas.

          A priori ces outils sont RGPD (comme la suite Google Education)

          Je ne sais pas s'il existe des outils libres comparables en terme d'intégration (suite bureautique, mail, visio) et ce n'est pas l'éducation nationale qui en propose une (hélas ?)

        • [^] # Re: Témoignage d'un proche

          Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 6 (+3/-0).

          La parade est de mettre le nom/prénom du chef d'établissement + quelques lettres au hasard pour s'inscrire. Après tout c'est lui qui impose l'outil, c'est à lui de signer le contrat.

          Incubez l'excellence sur https://linuxfr.org/board/

  • # et pourtant les solutions ne sont pas compliquées…

    Posté par  . Évalué à 9 (+7/-0).

    Il ressort un fait frappant des commentaires : on dirait que l'informatique de l'Éducation Nationale n'est pas géré : pas de services informatiques en interne, pas de support…

    Investir dans un réel service informatique, avec des vrais fonctionnaires en chair et en os, capable de gérer le support, développer en interne de vrai logiciel, ça serait pas mal aussi… Mais ça, c'est un programme électoral qui n'a pas gagné les élections : la droite et Sarko voulait supprimer un fonctionnaire sur deux, forcément ça impacte les services de l'État.

    Il faut aussi noter qu'il y a des endroits au sein de l'Éducation Nationale mieux organisé : par exemple Renater, GIP public, fournit aux universités et écoles d'ingénieurs un hébergement de mail, basé sur Zimbra, qui fonctionne relativement correctement. Pourquoi le secondaire ne pourrait pas bénéficier de leurs compétences ? Ça m'échappe… à moins que le secondaire n'ai simplement pas le budget ?

    • [^] # Re: et pourtant les solutions ne sont pas compliquées…

      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 6 (+4/-0).

      Pas les mêmes administrations.

      Le primaire et le secondaire sont du ressort des départements et régions si je ne m'abuse.

      Quand il y a une informatique qui tient la route à ce niveau, cela tient aussi, souvent de personnes, des enseignants qui font tourner le bouzin.

      Designeuse de masques pour sphéniscidés.

      • [^] # Re: et pourtant les solutions ne sont pas compliquées…

        Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 4 (+2/-0).

        Pour le public c'est plutôt :
        - Maternelle et primaire c'est la commune
        - Collège c'est le département
        - Lycée c'est la région

        Ce qui explique également qu'on trouve pléthore d'ENT car ils sont généralement fournis après un appel d'offre, que les départements peuvent proposer du matériel aux collégiens mais pas aux primaires ou aux lycéens.

        Le matériel c'est donc géré par ces collectivités locales qui le fournissent et l'entretiennent sans forcément demander l'avis des utilisateurs (qui ne sont pas des employés desdites collectivités).

        Dans le privé, c'est géré en interne et donc ça dépend de la volonté du directeur et de sa vision de l'informatique.

        Bref, un magnifique et joyeux bazar !

        • [^] # Re: et pourtant les solutions ne sont pas compliquées…

          Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 4 (+3/-0).

          Ce n'est pas le contexte territorial qui explique le bordel côté logiciel, du moins pas tout à fait … Les collectivités territoriales ne s'occupent que du matériel. Parfois d'achats groupés dans le logiciel, mais c'est plus par opportunité que par stratégie.

          Les collèges et lycées peuvent choisir leurs logiciels, ils n'ont pas d'appel d'offres à faire, "juste" à obtenir le budget adéquat pour les acheter. Ils n'ont quasi pas de contraintes, ils peuvent acheter du full MS 365 et des tablettes Apple "enrôlées" par 100aines, c'est même courant :(.

          Enfin les DSDEN (direction des services départementaux, sorte de "bras armé" administratif de chaque académie) peuvent proposer des services. Ils sont obligés d'au moins gérer la messagerie @ac-.fr (et le site qui va avec), avec chacun leur soluce et moyens du bord. Ils n'ont qu'une petite poignée de gens sous-formés pour gérer plus d'une 100aine d'apps pour 5000 à 50,000 personnes (de la voix à la visio, en passant par le provisionning, d'Unix à Windows en passant par Appleries, etc).

      • [^] # Re: et pourtant les solutions ne sont pas compliquées…

        Posté par  . Évalué à 4 (+2/-0).

        Pas les mêmes administrations.

        Pour revenir au sujet du mail, il me semble farfelu que l'État, ou au pire le ministère, ne sache pas gérer un système centralisé de messagerie… Je n'y voit que des avantages pour les services, y compris département et région, avec assez peu d'inconvénient (perte de contrôle ? mouarf…)

        Incidemment, c'est Microsoft qui risque bien de le faire à sa place, puisque chaque administration va se tourner vers ce prestataire de façon très désordonnée, tandis qu'eux sont ont bien calibré leur offre pour répondre au besoin des différentes administrations.

        • [^] # Re: et pourtant les solutions ne sont pas compliquées…

          Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 2 (+0/-0).

          Je crois que chaque agent de l'éducation nationale possède une adresse mail pro. A la base la taille de la BAL est je crois 30 Mo (oui 30 mégaoctets) qu'il est possible d'augmenter.

          • [^] # Re: et pourtant les solutions ne sont pas compliquées…

            Posté par  . Évalué à 2 (+1/-0).

            Le "problème" est que chaque académie gère les boîtes et les quotas à sa façon, donc difficile de donner une règle comme la tienne. Et les règles sont différentes pour les profs, pour les gestionnaires, les informaticiens etc…

            La seule chose certaine est que chaque agent dispose d'une boîte pro.

            Ce qu'il faut bien se dire c'est que le découpage par académie rend très difficile la généralisation de ce qu'il se passe au niveau informatique à l'Éducation Nationale (je connais bien le sujet, je suis adminsys pour des applications nationales, mais travaillant dans un rectorat).

            Il y a plusieurs niveaux d'applications :
            - nationale avec une instance
            - nationale installée x fois en académie (avec chacune sa petite variante)
            - académique (possiblement pas installée partout)

            Et en plus de ça vient s'ajouter la complexité (que je connais moins bien et qui est mieux décrite dans d'autres messages) de tout ce qui est lié aux collectivités locales.

        • [^] # Re: et pourtant les solutions ne sont pas compliquées…

          Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 3 (+0/-0).

          Pourquoi forcément Microsoft?

          Je viens de voir que La Poste (donc au moins détenu par l'Etat) propose une messagerie pour l'Education Nationale: https://education.laposte.net/

          Incubez l'excellence sur https://linuxfr.org/board/

        • [^] # Re: et pourtant les solutions ne sont pas compliquées…

          Posté par  . Évalué à 1 (+0/-0).

          C'est historique le découpage.

          Et honnêtement la messagerie professionnelle marche très très bien, ce n'est clairement pas le point de blocage à mon avis. Je connais mêmes des personnels qui s'en servent comme boîte perso :)

  • # lapin compris

    Posté par  . Évalué à 4 (+3/-1).

    Je crois comprendre de ce long article que, faute d'outil les enseignants écrivent aux parents avec le mail perso.

    Admettons que c'est pas glorieux.

    Mais en quoi cela les pousse vers gmail. Il y a au moins mille fournisseurs de mail.

    Une question pourrait être pourquoi tant de gens en général se tournent vers gmail. Mais rien à voir avec le cas particulier des enseignants.

    J'ai loupé qqch ?

    • [^] # Re: lapin compris

      Posté par  . Évalué à 5 (+3/-0).

      • La publicité
      • La position dominante de Google qui en abuse pour placer tous ces produits
      • La qualité de l'interface utilisateur de GMail
      • [^] # Re: lapin compris

        Posté par  . Évalué à 4 (+3/-0). Dernière modification le 19/01/21 à 21:32.

        En partie, mais la création du compte google lors de l'initialisation d'un téléphone Android, cela me semble plus objectif

      • [^] # Re: lapin compris

        Posté par  . Évalué à 1 (+0/-1).

        Donc c'est ce que je dis, rien à voir avec l'éducation national.
        Probablement que les enseignants qui doivent utiliser leur adresse perso à la place d'une adresse perso, on déjà une adresse perso chez gmail.

        Ça ne les pousse pas vers gmail.

    • [^] # Re: lapin compris

      Posté par  . Évalué à 3 (+2/-0).

      Oui, Android visiblement.

    • [^] # Re: lapin compris

      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 2 (+1/-0).

      Mais en quoi cela les pousse vers gmail. Il y a au moins mille fournisseurs de mail.

      Ben … Gratuit et qui va pas lire tes mails et/ou revendre tes données ?

      Laposte.net ? Ah non même pas. Il faut un pedigree complet pour créer un compte et slalomer entre 4 coches "je veux vendre mon corps au marché" : https://compte.laposte.net/inscription/index.do?srv_gestion=lapostefr

      Non je vois pas.

      Du coup parmis tous ces requins, tu prends le plus connu qui se trouve aussi être le meilleur techniquement (enfin je crois, je n'utilise pas).

      • [^] # Re: lapin compris

        Posté par  . Évalué à 3 (+1/-0).

        Je sais pas si mon commentaire a été compris.
        L'éducation nationale pousse les enseignants à utiliser leur mail parce que le service de l'EN n'est pas à la hauteur soit.

        Mais ils ne disent pas d'aller chez gmail. Je suis persuadé que 98.3% des enseignants avaient déjà un mail perso avant de devoir en utiliser pour leur métier. Et que leur choix a donc été fait hors éducation nationale.

  • # Défauts de la décentralisation

    Posté par  . Évalué à 10 (+16/-0). Dernière modification le 19/01/21 à 22:18.

    Bonjour,

    étant acteur de l’Éducation Nationale, je pense que la décentralisation est pour beaucoup dans la cacophonie dans les établissements scolaires.

    D'un côté il y a l’Éducation Nationale qui fourni des systèmes d'informations (base élèves, outils pédagogiques, gestion financières,…) De l'autre il y a les collectivités qui elles financent et font installer les matériels. De fait, d'un département à l'autre, d'une région à l'autre, d'une commune à l'autre, les moyens matériels ne sont pas identiques. Si l'on rajoute à cela que d'une académie à l'autre, l'EN agit aussi différemment (formations, support,…) il est difficile d'imaginer un système pleinement fonctionnel.

    L'EN cherche à former ses personnels, mais, d'une part elle n'y met pas les moyens et d'autres part elle est confrontée aux priorités politiques très variées des collectivités. En effet, par exemple les ENT sont financés par les collectivités et celles-ci ne font pas les mêmes choix dans les outils. Difficile dans ces conditions là de faire de la formation de qualité aux personnels. Au sein d'une académie vous pouvez avoir un ENT différent par département avec pléthore d'autres outils (ou pas d'outils le plus souvent) aux niveaux des communes. Mais la formation reste elle académique et se résume la plupart du temps à nommer des enseignants "référent à l'usage du numérique" pour aider leur collègue (en gros on coule et on écope avec un dé à coudre)

    Des tentatives de modernisation existent. Par exemple une plateforme nationale (en bêta actuellement) est testée et se base sur des outils libres (comme nextcloud). Mais les personnels se sont tellement habitués a se débrouiller par eux-même (avec gmail notamment) que les expérimentations trouve peu d'écho parmi les personnels.

    Il me parait difficile de sortir de l'ornière sans une volonté politique claire sur ce que doit être le système scolaire (décentraliser totalement ou au contraire reconcentrer certaines missions), le monde hybride ne pouvant apporter satisfaction du fait des divergences d'objectifs des acteurs.

    Les collectivités elles n'attendent qu'une choses, avoir les pleins pouvoir dans les écoles, collèges et lycées. Ce sont en effet de formidables vitrines de leurs actions permettant à nombre de politiciens de toucher leur électorat au plus près (il n'y a qu'à voir tous les drapeaux régionaux ou départementaux sur les frontons des écoles). Tant que les établissements scolaires seront considéré comme des outils de propagande, je doute que la situation s'améliore, au contraire. Reste les personnels de l'EN et leur capacité à faire tourner la boutique avec des bouts de chandelle.

    Et pour terminer, ne pas oublier que le numérique n'est pas la solution à tout. Je viens de faire le grand écart entre un bahut REP+ ou l'on utilisait tous les moyens disponibles pour toucher les familles (mail, sms, téléphones, courrier, rendez-vous, passer par le grand-père, la tante, etc…) et un autre ou toutes les familles maîtrise l'ENT. Le plus grand défit est de former les personnels de l'EN à toutes les formes de communication ou de public.

    • [^] # Re: Défauts de la décentralisation

      Posté par  . Évalué à 10 (+8/-0). Dernière modification le 20/01/21 à 09:20.

      Je partage totalement cet excellent résumé, même si de mon expérience, je modère un peu le passage sur le rôle et les intentions des collectivités territoriales. Il est évident que dans certains cas, les moyens alloués et initiatives prises sont utilisées pour de la communication et servir des intérêts autres que pédagogiques.

      Ceci-dit, sans la citer pour ne pas faire de publicité déguisée, celle que je connais fait plutôt du bon travail, même si évidemment tout n'est pas parfait. Voici quelques exemples de ce que j'ai pu voir évoluer au cours du temps :
      - mise en œuvre et industrialisation d'un vrai support informatique, techniciens compétents à l'appui répartis sur 2 ou 3 établissements (donc 1 à deux jours de présence en établissement, sauf urgence) : fini le parc qui fonctionne sur le bénévolat et les compétences aléatoires du collègue bonne poire "qui s'y connait" et bosse à l’œil (comme souvent dans l'éducation nationale)
      - investissement et harmonisation des parcs informatiques, permettant la réalisation de masters, déploiement d'images, renouvellements en fonction des échéances des garanties et de l'obsolescence du matériel, dotations en fonction du nombre d'élèves : terminé les salles de classe ressemblant à un musée de l'informatique, au fonctionnement plus qu'aléatoire
      - mise en œuvre de processus pro (par exemple : gestion des demandes et des incidents via GLPI) : les profs ont enfin l'impression d'avoir un lieu de travail qui ne ressemble pas à l'assoce du coin bricolo, avec des post-its pour faire remonter des problèmes
      - sur le plan technique, enfin des infrastructures gérées de près, qui évoluent (redondance, virtualisation), avec reprise des rocades et autres équipements réseaux. Franchement avant, les salles serveurs c'était digne des pires caricatures qu'on peut trouver sur Qwant images avec des sacs de nœuds et autres plats de spaghettis, quand il ne s'agit pas de câbles réseaux collés sur les murs au pistolet à colle (véridique).

      Bref avant c'était le tiers monde de l'informatique. Après, ils ne prennent pas de risque et malheureusement, c'est quand même très orienté MS, avec d'autres décisions parfois franchement discutables (Office etc.).

      L'ENT proposé repose sur une solution à l'origine libre (Liferay), qui globalement fait le job en termes de portail, SSO pour applis tierces, et fourniture de quelques outils même si des évolutions sont regrettables (par exemple un outil de synchro initialement dispo. pour Win/MacOS et Linux, qui maintenant se limite aux deux premiers).

      Sur la messagerie, tous les professeurs, public comme privé disposent d'une boite mail académique et donc professionnelle. Encore faut-il s'en saisir. Nous avons mis un certain temps (ou un temps certain) pour réussir à faire en sorte que cette boite soit l'outil utilisé lorsqu'il s'agit de message pro. et non plus tata_pro@gtruc.moche. La capacité (en tout cas dans mon académie) est enfin "acceptable" (1Go), mais il est vrai que pendant longtemps elle a été ridiculement basse, rendant effectivement difficile son utilisation réelle (un prof, c'est des dizaines de mails par jour, sans compter les listes de diffusion pro disciplinaire ou d'équipe et autres, pour lesquels il est parfois nécessaire de conserver les messages, donc qui occupent de l'espace).

      Et comme souligné, il y a enfin une vraie lueur d'espoir avec apps.education.fr et des outils qui tiennent enfin la route : Nextcloud, Bigbluebutton, Jitsi etc. Le problème c'est que dans un premier temps c'était annoncé comme "pendant le confinement". Bref personne ne va faire d'effort pour un outil dispo temporairement. Puis ça a évolué, mais ça fait presque un an que c'est en beta, et on annonce que lors du passage en version définitive, les données seront perdues. Inutile de dire que j'attends avant de communiquer largement auprès des collègues. Ils ont besoin de pérennité et de stabilité, pas de tout refaire/reprendre/revoir chaque matin.

      Bref, le bilan est contrasté, mais à relativiser il me semble selon les territoires.

      • [^] # Re: Défauts de la décentralisation

        Posté par  . Évalué à 6 (+4/-0). Dernière modification le 20/01/21 à 09:27.

        Titre de l'image

        Pour la postérité, c'est une capture de apps.education.fr qui dit :

        L'instruction de la version complète et pérenne de la plate-forme d’outils communs numériques Apps a commencé. Elle remplacera à terme cette version "béta" mise en production durant la crise sanitaire et prolongée jusqu'à la fin de l'année.

        Croisons les doigts !

Envoyer un commentaire

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n’en sommes pas responsables.