Ontologia a écrit 2087 commentaires

  • # Re: Un virus sous mon nunux .... :(

    Posté par  (site Web personnel) . En réponse au journal Un virus sous mon nunux .... :(. Évalué à 1.

    Dit à ta copine que c'est al preière fois que j'entend parler d'un virus sous linux ;o)

    « Il n’y a pas de choix démocratiques contre les Traités européens » - Jean-Claude Junker

  • [^] # Re: segfault n'est pas systématiquement au même endroit

    Posté par  (site Web personnel) . En réponse au journal pb de pôinteur en pascal. Évalué à 1.

    J'ai réussi à le faire planté en faisant :

    writeln('Neurone(ptneurone) : ',iti*24+ity,' valeur : ', ResNeurone[iti*24+ity]^.dendrites[cpt]^.dendritesval[cpt]);

    Autrement dit c'est le fait d'aller chercher
    ResNeurone[iti*24+ity]^.dendrites[cpt]^.dendritesval[cpt]


    Neurone1 -> Neurone2.valeur qui le fait planter.

    Je vais qd même vérifier un truc...

    merci encore (promis je met bientôt au C/C++)

    « Il n’y a pas de choix démocratiques contre les Traités européens » - Jean-Claude Junker

  • [^] # Re: pb de pôinteur en pascal

    Posté par  (site Web personnel) . En réponse au journal pb de pôinteur en pascal. Évalué à 1.

    ben non, gdb me dit qu'il plante à la 25, 27 ou 29 valeur :*((((

    Je comprend pas, je n'ai pas de débordement, j'ai bien alloué mes pointeurs.
    J'comprend pas...

    Normalement mon pointeur ptneurone pointe sur un autr objet neurone, qui possède une valeur dans le tableau de pneurone...

    Ptet un bug du langage ?

    merci de t'y être penché

    « Il n’y a pas de choix démocratiques contre les Traités européens » - Jean-Claude Junker

  • [^] # Re: Pas facile de faire autrement !

    Posté par  (site Web personnel) . En réponse à la dépêche Résistance au changement et ignorance des alternatives sont-elles toujours les mamelles du succès de la suite bureautique de Microsoft ?. Évalué à 2.

    Les problèmes de comptabilité sont identifiés :

    1. il faut que les macros VBA MS-Office soient exécutable sous OOo. Au besoin on pourra propoer un utilitaire de conversion, un compilateur qui crache du VBA OOo ou du java.

    2. Il faut que la gestion des modèles, sur lequel OOo est en retard soit parfaitement géré

    3. Un visualiseur OOo et pdf en même temps sous windows, ça pourrait améliorer les choses

    4. Il faut travailler sur le correcteur orthographique

    Toute mon admiration à ceux qui s'escriment à travailler sur les formats word, en ingénierie inverse, et tutti quanti.

    « Il n’y a pas de choix démocratiques contre les Traités européens » - Jean-Claude Junker

  • # Re: Pour un démarrage plus rapide de Linux

    Posté par  (site Web personnel) . En réponse à la dépêche Pour un démarrage plus rapide de Linux. Évalué à 7.

    Salut, j'aimerais intervenir sur le débat "à quoi ça sert d'optimiser le temps de chargement"

    Je vais tenter un long raiisonnement...

    Il y a plusieurs sous problématiques, liées à plusieurs attitudes.

    Il y a deux grandes tendances, et tout le spectre entre.

    + Il y a l'attitude/opinion que je qualiefierai très rapidement et caricaturalement de "FSF". En gros, cela consiste à penser que Linux est un système pour connnaisseur, et que lorsque l'on sait s'en servir et le configurer, on peut assez facilement mettre au point un système qui démarre très facilement, hyper rapide, car optimisé (LFS, Slack, Gentoo). Linux n'étant pas un système ayant vocation à être utilisé par la secrétaire qui sais à pein se servir d'une souris.

    Dans ce cas on considère que l'article d'IBM est une curiosité, et ce pour les différentes (et très bonnes) raisons exposées dans ce forum.
    Il est parfaitement logique et de bon sens de considérer, qu'on se fiche de gagner 30 secondes sur le démarrage d'un serveur ou qu'une slack, une gentoo, voire une debian bien configurée démarre très vite toute seule.

    + Il y a l'attitude Mandrake. J'annonce la couleur tout de suite, je suis entièrement avec eux. Leur but, et le mien, à mon humble consiste à tailler des coupières à Windows sur le marché des postes de travail pour la secrétaire_qui_sait_à_peine_se_servir_d'une_souris.

    Les avantages du libre sont énormes et sous exploités par Mandrake et consorts, en partie par manque de moyen et en partie par aveuglement (j'a eu le dir marketing de mdk au téléphone et tout ce que je peux vous dire, c'est qu'une PME de 10 salarié et ses rapports à l'informatique, il connait pas, il est paumé, le produit mdk est bien mais mal calibré, etc... je le leur ai dit, on vas pas revenir dessus).
    ++ Avantage 1, on peut créer ce qu'on veut, le modeler comme on veut, étant donné que tout est modulable.
    ++ Corrolaire du 1. Sous windows, qu'on installe windows, on a notepad, ie, wordpad, outlook media player. Sous linux on a le reste, on va pas revenir dessus. C'est un avantage énorme. On peut créer un bureau cohérant avec un OCR intégré, la gestion de fax, de mail, de carnet d'adresse, la suite OOo, un bureau adaptatif. Toutes ces choses sur lequel le modèle propriétaire part perdant.



    Ma philosophie, vis à vis du neuneu de base, est que son PC doit fonctionner comme son four à Micro-onde. Y a que comme ça qu'on arrivera à les mettre à l'informatique (beaucoup d'artisans s'y refusent, alors que cela leur ferai gagner une heure de boulot (sur 15) par jour, en grande partie grace aux fonctions de recherches sur leur doc technique) sans qu'il aient peur que leur machine explosent quand s'affiche une fenêtre d'erreur.

    Il y a quelques problème que j'ai observé avec les newbie auquel j'ai installé une mandrake et qui sont impitoyable (leur winmodem marche pas, ils ne veulent pas savoir que c'est de la faute des industriel, ça marche pas, point.). J'entend immanquablement "C'est hyper long à charger".
    C'est vrai, qu'une MDK avec sons noyau énorme, et son gros KDE, c'"est plus long que beaucoup de windows XP (qui varie du simple au triple sous différente machine et pas toujours en fonction de la puissance de celle-ci). Sans compter le reste.

    La plupart des gens comme vous et moi, recompilent le noyau, mettent un coup d'hdparm.
    Les utilisateurs dont je vous parlent portent bien leur noms. Il est à peine concevable de les faire toucher au panneau de configuration autrement que dans le cadre d'un dépannage téléphonique.

    Je crois fermement que linux doit offrir une de ces nombreuses déclinaisons à un desktop adapté à ces gens là.
    Adapté signifie, démarrage rapide, Wizard détaillé lors de l'install (à quoi va vous servir principalement ce PC ? Bureautique ? Multimédia ? Dev ? les 2, les 3 ? Quels dominantes ? etes vous expérimentés ? Etiez vous utilisateur de windows ? etc... ) Et configuration de tous - desktop, service, etc.. - adapté au profil (que l'on pourra personnaliser en fonction de l'user.

    Donc, dans ce cas là, faire en sorte que la machine démarre plus vite est intéressaant pour ce genre d'utilisateur et pour que vivent des société comme Mandrake, Red-Hat, pour que s'ammorce un cercle vertueux ou, entre autre, tous les périphériques auront leur pilotes linux.

    Bien à vous, Pierre-Alex

    « Il n’y a pas de choix démocratiques contre les Traités européens » - Jean-Claude Junker

  • [^] # Re: Mais non .. mais non ...

    Posté par  (site Web personnel) . En réponse au journal Bouuuuuhhhh encore un ... CIGREF et MICRO$oft. Évalué à 0.

    <Me fait l'avocat du diable>

    Je suis d'accord, Microsoft est là et bien là, pasd uniquement parce qu'il savent entubé et imposer leur logiciel mais aussi parce que développer avec des produits microsoft est moins couteux.

    C'est quelques choses que j'ai du mal à faire passer auprès de certains de mes amis, aussi j'était intéressé de lire que Miguel de Icaza ("père" de Gnome et co-fondateur de ximian pour ceux qui foutent le bordel au fond de la classe) expliquai que Mono (.net sous linux) était indispensable parce que le "développement sous linux nécéssite une haute technicité et n'est pas assez productif"


    D'ou l'avance de microsoft...

    Tant qu'il n'existera pas de développement à la Visual Basic sous linux, les entreprises préfereront kro$ôft

    /<Me fait l'avocat du diable>

    « Il n’y a pas de choix démocratiques contre les Traités européens » - Jean-Claude Junker

  • [^] # Re: Un jour, installation automatique de pilotes plug n'play

    Posté par  (site Web personnel) . En réponse au journal Un jour, installation automatique de pilotes plug n'play. Évalué à 1.

    Merci ;o)

    « Il n’y a pas de choix démocratiques contre les Traités européens » - Jean-Claude Junker

  • # Re: 2 millions de PME rejoignent le front anti-brevets logiciel

    Posté par  (site Web personnel) . En réponse à la dépêche 2 millions de PME rejoignent le front anti-brevets logiciels. Évalué à 2.

    Extrêmement intéressant et rassurant de constater qu'une association aussi représentative (je serai curieux de connaitre le nombre de PME en europe (2 millions en France en 1999(stats ministère de l'économie))) se positionne clairement pour rappeler cette évidence.

    Nénemoins, cela n'éxonère pas le risque, pour plusieurs raisons

    1. Le parlement européens est dominés par la Parti populaire européens, idéologie type UDF et Démocratie Libérale. Avec ces gens là, ya de quoi s'inquiéter
    2. La problématique soumise au parlement est plus complexe, bien évidemment que " pour ou contre les brevets", comme cela a été bien circonscrit dans l'émission Sciences Friction sur France culture, (que j'ai enregistré en OGG et que je donnerais bien à qui veut si j'avais autre chose qu'un modem 56 k, 9 Mo la bête), ou était expliqué que le projet du parlement consiste à figer la jurisprudence pour offrir un terrain juridique "sûr" (sic) dixit l'avocat pro-brevet , aux entreprises européennes.
    Toute la question consiste à savoir si l'on "fige la jurisprudence" dans un sens ou dans un autre...

    3 Leq EU comptent en cas de vote anti-brevet saisir l'OMC pour protectionnisme...


    Bonne journée quand même ;o)))

    Pierre-Alex

    « Il n’y a pas de choix démocratiques contre les Traités européens » - Jean-Claude Junker

  • [^] # Re: Le copier/coller sous linux

    Posté par  (site Web personnel) . En réponse au journal Le copier/coller sous linux. Évalué à 1.

    Je m'en fiche que ce soit un trou, on pourra le supprimer sur un serveur, ou sur une machine exposée. Sur une station de travail, c'est une question d'ergonomie

    Beaucoup de station de travail sont connecté au net de temps en temps (c'est mon cas : modem 56k) ou a un réseau local.

    « Il n’y a pas de choix démocratiques contre les Traités européens » - Jean-Claude Junker

  • [^] # Re: [Licence]Une autre licence open-source, rémunératrice.

    Posté par  (site Web personnel) . En réponse au journal [Licence]Une autre licence open-source, rémunératrice.. Évalué à 2.

    Tout d'abord, merci pour tes questions très pertinentes, c'est le genre de canardages que je voulais ;-)

    Idées de bases : On pourrait créer, au choix, une assoc loi 1901(salariat de développeurs travaillant pour atteindre le but de l'assoc) ou une société(devs partenaires en travailleur non salarié, avec l'etps à 1 €, c'est possible)

    des pistes de réponses

    Ceci étant dit, mon opinion sur cette licence est que ça va vite devenir un capharnaüm ingérable : qui décide du prix du soft ?
    L'association ou l'assemblée des actionnaires/partenaires

    C'est un prix fixe ? Où c'est un pourcentage des gains faits grâce au soft ?
    % Cela vaut mieux.
    Dans ce dernier cas, on quantifie comment ? Les dévs, ils sont payés par rapport à quoi ? Le nombre de lignes de code qu'ils ont pondu ?
    C'est le point le le plus délicat, on pourrait fonctionner à la cible d'objectifs :

    Chaque développeur s'assigne en accord avec les autres sur un objectif personnel; l'ensemble des membres du projet avec une nécessité de 2/3 des voix actent la répartition des objectifs et des % de rémunération : On transforme les objectifs en temps horaire de développement pour un dvpeur confirmé. Cela me semble possible, sachant que bcp d'etps calcul le temps de dvp avec 20 % d'erreurs. En général, on sait comment cela va prendre de temps. En fonction de l'objectif et donc du temps de développement effectué (objectifs atteints), le développeur a droit à un % fonction du temps virtuel (calculé) sur les gains.


    Qui centralise les gains ? L'association ?
    Ou la société
    Et est-ce que ça marche pour des dévs éparpillés dans le monde ?
    en stipulant que la licence est diffusé sous les termes des lois de tel ou tel pays on peut se débrouiller pour internotialiser, c'est un des objectifs

    Est-ce que ceux-ci ont voix au châpitre dans les décisions ?
    Chaque dvpeur ayant réalisé un objectif est consulté (pondération de voix, pas de pondérations ?)

    Si on veut forker le soft parce que les dévs initiaux refusent l'idée excellentissime qu'on vient d'avoir, on fait comment ?
    On doit créer une nouvelle organisation (mot générique pour assoc ou société) qui fonctionnera comme si elle était unique à condition de verser x % aux initiaux (entre 40 et 60)

    merci de la question elle met le doigt sur un gros problème :)


    Etc. Ce truc a le potentiel pour devenir un piège à c*ns de première classe, avec imbroglios juridiques à tous les étages (comme toujours quand il est question de pognon). Perso, je ne m'y risquerai pas.

    Tu as raison, mais je veux faire disparâitre la logique de code non ouvert.

    « Il n’y a pas de choix démocratiques contre les Traités européens » - Jean-Claude Junker

  • [^] # Re: [Licence]Une autre licence open-source, rémunératrice.

    Posté par  (site Web personnel) . En réponse au journal [Licence]Une autre licence open-source, rémunératrice.. Évalué à 1.

    Tu as raison, mais il y a un truc qui me bloque dans le modèle proprio, c'est que le code n'est pas ouvert !

    « Il n’y a pas de choix démocratiques contre les Traités européens » - Jean-Claude Junker

  • [^] # Re: [Licence]Une autre licence open-source, rémunératrice.

    Posté par  (site Web personnel) . En réponse au journal [Licence]Une autre licence open-source, rémunératrice.. Évalué à 1.

    "Donc, je prend le logiciel, je le modifie, je le redistribue, je le vend (puisque GPL je peux faire tout ça). Donc c'est moi qui reçoit l'argent et plus l'auteur initial."

    Non tu n'as pas très bien compris, ou je me suis mal expliqué : tous les auteurs sont rémunérés, et il faut trouver un moyen de le gérer correctement.
    Lorsque le nombre d'auteur s'agrandit, les gains sont divisés d'autant. La question est de savoir comment mettre en place des coefficients qui représentent justement l'investissement de chacun (i.e celui qui a écrit la plus grosse part du moteur ne va pas gagner la même chose que celui qui propose un patch, problème, un plugin peut être commercialement très important)

    C'est un problème, effectivement. J'ai par exemple pensé à un système de décisions prisent par l'ensemble des auteurs avec un minimum de 2/3 des voix pour accepter une décision... De nombreux tours de scrutins en perspective

    On pourrait rémunérer en fonction des sous programmes les plus utilisés et de leur auteurs.

    Je soulève le problème, on doit bien pouvoir trouver une solution, très dur, mais possible....

    « Il n’y a pas de choix démocratiques contre les Traités européens » - Jean-Claude Junker