Journal La FSF, de dangereux crétins réactionnaires

Posté par (page perso) . Licence CC by-sa
-63
18
déc.
2012

Je sais, je devrais attendre vendredi mais comme votre chef est déjà en vacances et que vous glandez tous au bureau en attendant de partir à 16h pour aller acheter le camion playmobil du petit dernier, je poste ce soir pour que vous puissiez troller dès demain matin, même les plus matinaux d'entre vous.

Donc voilà, sur le site gnu.org, il est expliqué que Cyanogen n'est pas libre car:

« Cette version modifiée d'Android contient des bibliothèques non libres. De plus, elle explique comment installer les applications non libres que Google distribue avec Android. (sic) » ( http://www.gnu.org/distros/common-distros.html )

Mon sang n'a fait qu'un tour et, sous le coup de la colère, j'ai écrit un billet : https://plus.google.com/102072273880684402148/posts/1JhEfzNwELV (qui n'est pas très différent de ce qui suit, vous n'êtes pas obligé de le lire).

Surprise : je m'attendais à un bon troll en règle mais, au contraire, je n'ai reçu que des +1 et des commentaires positifs. Du coup, histoire d'avoir ma dose de sang et de boyau, je me tourne vers toi, mon Linuxfr adoré.

Donc, en résumé, la FSF :

1) Est complètement déconnectée de la réalité (avec la promotion de solution comme GNewSense, mouarf). Voici les distribs Linux recommandée : http://www.gnu.org/distros/free-distros.html

2) Passe son temps à critiquer tout ce qui n'est pas libre sans proposer de réelle alternative ( http://www.cyrille-borne.com/index.php?post/2012/12/08/RMS-panpancucute-Ubuntu-mais-quelles-solutions-apporte-t-il-r%C3%A9ellement )

3) S'arroge la définition de liberté. Tout ce qui ne respecte pas sa définition de libre n'est pas libre. Or, concrètement, qui est le plus libre. Celui qui, grâce à Skype, peut discuter avec sa famille gratuitement à travers les océans ou celui qui ne peut pas communiquer du tout parce qu'Empathy crashe ? (point soulevé ici : http://ploum.net/post/opportunites-manquees-du-libre-satisfaction )

Tout cela, je le savais déjà. Mais voici qui est nouveau :

4) La FSF interdit explicitement le partage d'informations qui permettrait de rendre un système libre non-libre. (par interdit, je sous-entend "dénonce et applique l'infamant sceau du non-libre", la FSF n'a, sa sainte nouillerie merci, pas le pouvoir d'interdire quoique ce soit).

Je n'ai pas de mots pour décrire mon dégoût face à la connerie de ces personnes qui se sont accaparés le mot liberté pour lui appliquer ce qu'il conviendrait mieux d'appeler la censure ou l'inquisition.

La FSF, je n'aimais déjà pas beaucoup. Maintenant, je la conchie complètement.

  • # Pourquoi pointer CM en particulier?

    Posté par . Évalué à 10.

    Pourquoi pointer CyanogenMod en particulier? Fedora, ArchLinux ou Debian sont sur la même page pour des raisons similaires.

    Pourquoi voudrais-tu que la FSF considère ces distributions comme entièrement libre si elles incluent des logiciels propriétaires? Le but de la FSF n'est pas de promouvoir les distributions qui soient techniquement les meilleures.

    Tom

    • [^] # Re: Pourquoi pointer CM en particulier?

      Posté par (page perso) . Évalué à -9.

      Hé hé bien vu ! Tu mets dans le même paragraphe debian (et d'autres que je n'ai pas retenus) et distributions techniquement meilleures … tu penses que ça passe ? C'est pas trop gros ;-)

      • [^] # Re: Pourquoi pointer CM en particulier?

        Posté par (page perso) . Évalué à 1.

        Heureusement que nous sommes Mardi …

        • [^] # Re: Pourquoi pointer CM en particulier?

          Posté par (page perso) . Évalué à 10.

          Le 'dredi démarre bien souvent dès le lundi sur LinuxFr.

          Pour répondre sur le fond du journal : oui, la FSF est pourvoyeur du Libre (ou tout au moins du logiciel libre), en tant que référent, elle ne peut qu'indiquer ce qui ne le respecte pas stricto sensu. Même si elle n'est pas seule à fournir du libre voire le développer, il est àmha dans ses attributions d'avoir du recul et indiquer quelques directives à respecter. Cela ne va pas plus loin et c'est bien.

          En attendre plus, c'est se leurrer, attendre qu'elle se dévoie serait une trahison, autant rester intègre (oui, c'est dur en tant qu'ex-buntriste) et reconnaître les mérites d'une ligne directrice cohérente, même si difficile à tenir dans la durée ou au jour le jour :/

          La FSF n'interdit pas d'installer le pilote nVidia proprio, ni le flashplayer qui va planter ton firefox (ou ton X), elle ne fait qu'indiquer (ou rappeler) qu'ils sont non libres. À chacun de décider de ses priorités (moi youtube qui me limite à WebM, ça me va, ça me fait gagner du temps les rares fois où je clique sur une URL).

        • [^] # Re: Pourquoi pointer CM en particulier?

          Posté par (page perso) . Évalué à -7.

          Pff, on se fait moinsser qd on trolle maintenant ;-)

    • [^] # Re: Pourquoi pointer CM en particulier?

      Posté par . Évalué à 10.

      Je ne crois pas que l'on puisse dire que Debian intègre des blobs non libres. Aux dernières nouvelles, il faut ajouter sciemment le dépôt non-free.

      Au final, Debian est plus libre que la définition du libre de la FSF, parce que Debian est par défaut libre selon la définition de la FSF, mais qu'en plus, Debian laisse l'utilisateur libre de ne pas suivre cette philosophie.

      Au passage, Debian fait aussi partie des distros qui laissent les gens le plus libre de choisir leur matériel, en fonctionnant sur une liste plutôt impressionnante d'architectures différentes (i386, AMD64, x86-64, PowerPC, 68k, SPARC, Alpha, ARM, MIPS, HPPA, OS/390, IA-64 selon wikipedia français).

      Comment peut-on fonctionner sur tant d'archi sans pouvoir compiler la totalité d'une distro? On ne peux pas je pense. Donc, tout est, au miminum, open-source. Et en lisant le contrat social de debian, je pense pouvoir dire que c'est même libre.

  • # Mouais

    Posté par . Évalué à 10.

    Ben ils sont cohérent : ça fait longtemps qu'ils disent, par exemple, que Debian c'est pas assez libre parce que les dépôt non-free sont trop facilement accessibles, alors si ils ne font pas la même chose pour CyanogenMod, y'a un problème… Bref rien de nouveau, pas la peine de t'énerver pour cela.

    Moi, si y'a bien un truc qui me gène, c'est ça:

    3) S'arroge la définition de liberté. Tout ce qui ne respecte pas sa définition de libre n'est pas libre. Or, concrètement, qui est le plus libre. Celui qui, grâce à Skype, peut discuter avec sa famille gratuitement à travers les océans ou celui qui ne peut pas communiquer du tout parce qu'Empathy crashe ?

    Je ne sais pas qui s'arroge de la définition d'un logiciel libre, mais ici ce n'est pas la FSF. Au contraires, les 4 libertés de Richard Stallman semblent à peu près faire l'unanimité comme définition d'un logiciel libre. Rien avoir avec le fait qu'il crash ou pas (ça me semble n'importe quoi de dire cela, ça ne me donne pas envie d'aller lire ton blog si c'est ce que tu racontes dans le lien donné). Et utile ou pas, Skype n'est pas un logiciel libre.

    • [^] # Re: Mouais

      Posté par (page perso) . Évalué à 10.

      +1

      Les 4 libertés énoncés par Richard Stallman sont une référence aujourd'hui pour cette notion et il n'y a pas que la FSF qui la défend bec et ongle. Notons qu'il n'y a pas de nuance, un logiciel est par définition libre ou non, tu as des logiciels plus libres que d'autres dans ceux qui ne le sont pas, mais cette considération n'a pas d'importance réellement pour la FSF et le LL.

      Il faut se souvenir que le LL a été conçu dans l'optique d'avoir des systèmes capables de se passer de tout code propriétaire, de facto, un logiciel qui met en avant la possibilité d'utiliser du logiciel propriétaire va contre cette volonté initiale. Cette conception est propre à Richard et la FSF qui dépend de son idée initiale, mais elle a le mérite d'être cohérent en étant intransigeant pour tout le monde, d'essayer de mobiliser la cause (éloigner le propriétaire sert à s'en protégé, n'oublions pas que nombreux sont ceux qui défendent les LL qui ne se privent pas pour utiliser des pilotes ou bouts proprio comme Flash, Skype, etc. alors que le choix est possible, cela est une menace au concept d'un système entièrement libre).

      Personnellement je serais inquiet de savoir que le fondateur de la FSF utiliserait Flash, Skype et autres par confort et qu'il serait en faveur de l'usage du proprio dans les systèmes libres, car si lui n'est pas pour une intransigeance dans l'usage des LL et de leur définition, qui le serait ? Le concept de système entièrement libre aurait-il encore un sens et de l'avenir sans un individu pour « guider » la philosophie de départ ? RMS n'est pas indispensable et par moment il peut desservir l'intérêt du LL et de la FSF, mais la cohérence de sa pensée et ses actes, de son discours et sa volonté, de sa définition et de ce qu'il promeut, etc. c'est au contraire, quelque chose de fondateur et indispensable pour éviter une dérive…

      • [^] # Re: Mouais

        Posté par (page perso) . Évalué à 9. Dernière modification le 19/12/12 à 09:36.

        Je n'ai aucun problème avec les libertés prônées par la FSF et RMS, tout au contraire.

        Par contre, ce qui me dérange dans le personnage c'est bizarrement son manque d'ouverture. Ouverture non pas vers les logiciels propriétaires mais dans les logiciels libres eux-mêmes.

        Dans un certain sens, il met lui-même des barrières à la participation de personnes respectant totalement les licences et les 4 libertés. On peut citer par exemple, le cas de gcc pour lequel, il a tout fait pour empêcher la modularité. Gcc est donc moins hackable. Cela a pour conséquence de réduire la liberté de modifier et d'étudier le code). Le cas emacs/[lx]emacs est un autre exemple.

        Personnellement, je trouve ce type de comportements pas mieux que la tivolisation. C'est de la même trempe exactement. En temps que libriste, je ne peux l'accepter.

        • [^] # Re: Mouais

          Posté par . Évalué à -3.

          Autre exemple : le noyau Linux est sous licence GPL, ce qui empêche par exemple de faire un fork pour le transformer en micro-noyau et de copier-coller du code et des algos sous forme de libs userspace, car les seules applis GPL auraient le droit de se linker dessus. D'une manière générale, la GPL restreint l'usage du code en empêchant sa réutilisation dans d'autres contextes tels que des libs. Je trouve que la MPL est un bon compromis entre GPL (trop "virale" à mon goût, et entrainant ensuite des barrières techniques pour des raisons non techniques) et la BSD (qui ne se protège pas, permettant à des industriels peu scrupuleux de prendre sans reverser…)

      • [^] # Re: Mouais

        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

        qu'il serait en faveur de l'usage du proprio dans les systèmes libres

        Vu que Richard Stallman ne peux imposer de système empêchant l'installation de logiciel propriétaire sur un OS libre, il est en faveur de l'usage du proprio dans les systèmes libre…

        C'est la définition même du logiciel libre qui rend l'usage de logiciels propriétaires possible. Ou alors, la FSF a vraiment foiré son coup sur la GPL qui aurait du aussi être virale dans le cas de l’exécution d'un programme sur des briques libres… Mais ce n'est pas le cas…

      • [^] # Re: Mouais

        Posté par (page perso) . Évalué à -2.

        Et quid de la liberté offerte par la licence BSD qui est pourtant aussi une brique fondamentale de l'écosystème du logiciel libre aussi ? Cette licence est non-libre du point de vue FSF.

        On retrouve bien le manichéisme réducteur de M. Stallman pour lequel rien n'existe en dehors de son petit monde étriqué mais doté des 4 libertés fondamentales.

        Si tu compares avec le travail de Creative Commons, l'approche est bien plus ouverte. On codifie les libertés qu'on peut donner ou pas à l'utilisateur, on explique les tenants et les aboutissants, on documente le tout sous un format facile à utiliser, référencer et expliquer. Et on a pas l'impression qu'on ira mourrir en enfer, si on a pas choisi la bonne licence. Voilà un travail ouvert qui sert l'écosystème du libre sans la logique de culpabilisation (typique des religions d'ailleurs).

        Le travail de la FSF/RMS s'est arrêté à l'écriture des licences GPL, de Emacs et de GCC. Ce sont des contributions historiques très utiles, mais bon, où est la suite ? C'est bien de poser une brique de base dans les années 70, c'est mieux de continuer à évoluer. Cette institution a bien la place qu'elle mérite et c'est pas en pleurant sur l'utilisation du terme GNU (au mépris des autres logiciels non GNU d'une distribution linux) que ça va s'améliorer.

        Sourceforge a fait bien plus pour le développement du logiciel libre, il a proposé des solutions et des moyens à des développeurs. Aujourd'hui c'est plus Github qui tient ce rôle fondamental.

        Linus aussi, en plus de linux. Il trouvait que les gestionnaires de versions étaient minables, il s'est sorti le doigts du c** et nous a montré ce qu'était un gestionnaire de version potable selon lui. Voilà une avancée pour le logiciel libre.

        On pourrait parler de Wikipedia aussi. Voilà une façon concrète de matérialiser les valeurs qui nous sont chères et la coopération internationale décentralisée sur quelque chose qui change le monde AUJOURD'HUI.

        Pour résumé mon opinion, RMS et la FSF, aujourd'hui, c'est des pleurnichards passéistes et je préfère nettement les gens qui vivent (intelligemment) avec leur temps et qui réalisent des choses au lieu de pleurnicher.

        Je pourrais en écrire 5 pages tellement il y a de choses à dire sur cette petite institution et ce petit personnage de RMS. Et je dis ça, je le respecte, j'avais même pris le thé avec lui à un salon Linux.

        • [^] # Re: Mouais

          Posté par (page perso) . Évalué à 9.

          Et quid de la liberté offerte par la licence BSD qui est pourtant aussi une brique fondamentale de l'écosystème du logiciel libre aussi ? Cette licence est non-libre du point de vue FSF.

          Gni???
          http://www.gnu.org/licenses/license-list.fr.html#ModifiedBSD
          " C'est une licence de logiciel libre "

          Seule la licence d’origine est considérée non libre, licence plus utilisée et aucunement dans des "briques fondamentales".

          • [^] # Re: Mouais

            Posté par (page perso) . Évalué à 3.

            Tout à fait, la vrai différence entre la GNU GPL et la Modified BSD c'est que cette première est copyleft, contrairement à la seconde.

            RMS préfère les licences copyleft mais n'a rien contre celles qui ne le sont pas pour autant, et le copyleft ne fait pas partie des quatre libertés fondamentales qu'il a énoncé.

            • [^] # Re: Mouais

              Posté par (page perso) . Évalué à 3.

              mais n'a rien contre celles qui ne le sont pas pour autant

              Euh, pour moi, ça c'est avoir quelque chose contre les licences non copyleft. http://www.gnu.org/licenses/why-not-lgpl.html
              "Préférer" est une chose, dire "vous ne devriez pas" est une autre.

              • [^] # Re: Mouais

                Posté par (page perso) . Évalué à 3.

                La LGPL est copyleft : du code dérivé de code sous LGPL devra être sous LGPL.
                Après la GPL va encore plus loin dans la viralité du copyleft. :p

                Après, normal qu'il vende son beurre plutôt que celui des autres.

          • [^] # Re: Mouais

            Posté par (page perso) . Évalué à 6.

            Seule la licence d’origine est considérée non libre, licence plus utilisée et aucunement dans des "briques fondamentales".

            Ça n'est pas tout à fait exact

            Elle est considérée comme libre, mais incompatible GPL

            C'est une licence de logiciel libre permissive (voire laxiste) sans copyleft, et elle comporte un grave défaut : l'odieuse « clause publicitaire BSD ». Ce défaut n'est pas rédhibitoire en ce sens que le logiciel reste un logiciel libre, mais il provoque des problèmes pratiques et en particulier l'incompatibilité avec la GNU GPL.

            • [^] # Re: Mouais

              Posté par (page perso) . Évalué à 1.

              Argh… Sur la même page en plus. Je met à jour mes tablettes mémorielles.

        • [^] # Re: Mouais

          Posté par (page perso) . Évalué à 4.

          Cette licence est non-libre du point de vue FSF.

          La license BSD est libre, GPL-compatible et approuvée par la FSF. Ce n'est cependant pas la licence recommandée pour le logiciel (la FSF recommande la GPLv3 avant tout (et la LGPLv3 dans certaines circonstances)).

          Le travail de la FSF/RMS s'est arrêté à l'écriture des licences GPL, de Emacs et de GCC.

          rms a bien vu dès le début qu'il ne pourrait pas coder éternellement. C'est entre autres pour cela qu'il a écrit les licences GPL, et ce choix judicieux a permis au logiciel libre de grandir très vite. J'écris ce commentaire sur un ordinateur à 99,9% libre (reste deux firmwares poprios + mon BIOS :( ) et je ne serais jamais assez reconnaissant envers rms pour avoir permis ça. Quant à la FSF, si son travail s'était arrêté, on n'aurais pas vu naître le projet coreboot, par exemple (qui me permettra peut-être un jour de libérer mon BIOS).

          On pourrait parler de Wikipedia aussi.

          Wikipedia résulte de la fusion de GNUpedia et Nupedia. Ce serait dur de dire que la FSF et rms n'y ont joué aucun rôle.

          • [^] # Re: Mouais

            Posté par (page perso) . Évalué à 9.

            J'écris ce commentaire sur un ordinateur à 99,9% libre […] et je ne serais jamais assez reconnaissant envers rms pour avoir permis ça.

            Ben moi aussi, mais je remercie l'UCB (Berkeley) plutôt.
            (je dis ça)

            les pixels au peuple !

    • [^] # Re: Mouais

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      que Debian c'est pas assez libre parce que les dépôt non-free sont trop
      facilement accessibles

      C'est de la merde en boite comme argument…

      Car à ce moment là, GNewSense n'est pas assez libre parce que elle fournit un navigateur web et un gestionnaire de paquet et c'est vraiment trop simple d'installer opera dessus…

      • [^] # Re: Mouais

        Posté par (page perso) . Évalué à 8.

        L'argument est cohérent avec leurs Règles pour les licences

        Par contre ce n'est pas l'extrémisme qui à mon avis peut poser problème, mais le perfectionnisme, voire l'élitisme, qui aurait presque tendance à reléguer au même rang un logiciel complètement proprio et une distribution libre qui simplifie l'accès à quelques produits non-libres.

        Ça donne l'impression qu'il n'y a que deux notes possibles selon leurs critères : 20/20 ou 0/20 (ou A ou F ou 100% ou 0% ou vert ou rouge ou…)

        Ils y gagneraient peut-être à mettre des distinctions de même genre que celles données aux sponsors (platine, or, etc) mais avec des termes plus en relation avec la liberté (free as the air, free as a bird, free as a wolf, free as a dog)

        • [^] # Re: Mouais

          Posté par . Évalué à 1. Dernière modification le 20/12/12 à 16:23.

          <troll>
          Si RMS préfère les logiciels GPL à LGPL, on se demande pourquoi il a soutenu Gnome face à KDE… (si je me souviens bien, le principal reproche venait de QT non libre, mais ce dernier est sous GPLv2 depuis la version 2.2 sortie en l'an 2000 !).
          </troll>

          • [^] # Re: Mouais

            Posté par (page perso) . Évalué à 3.

            à cause du "G" de Gnome qui vien(drai)t à l'origine de "GNU Network Object Model Environment"

  • # C'est pas nouveau

    Posté par (page perso) . Évalué à 5.

    Tout cela, je le savais déjà. Mais voici qui est nouveau :

    4) La FSF interdit explicitement le partage d'informations qui permettrait de rendre un système libre non-libre.

    T'as qu'à regarder Debian : https://www.gnu.org/distros/common-distros.fr.html :

    Cependant Debian propose aussi un dépôt de logiciels non libres. Selon le projet, ces logiciels ne « font pas partie du système Debian », mais ce dépôt est hébergé sur beaucoup des serveurs principaux du projet, et l'on peut facilement prendre connaissance de ces paquets non libres en explorant la base de données des paquets Debian en ligne.

    Et voilà, Debian n'est pas libre parce qu'ils proposent un dépôt non-free (y a aussi parce qu'il y a le dépôt contrib hein)

    It's a fez. I wear a fez now. Fezes are cool !

    • [^] # Re: C'est pas nouveau

      Posté par (page perso) . Évalué à 10. Dernière modification le 18/12/12 à 23:06.

      Et voilà, Debian n'est pas libre parce qu'ils proposent un dépôt non-free (y a aussi parce qu'il y a le dépôt contrib hein)

      Si, debian est libre. Le CD que tu télécharges ne contient aucun blob et il suffit de répondre « non » à la question « voulez-vous installer des logiciels propriétaires ? » à l'installation et tu as un « Holy Free System » comme dit Saint Ignucius.
      Debian n'est pas approuvé par la FSF, c'est différent (à cause des dépôts non-free et des suggestions d'installation de firmwares proprios, notamment).

      Ceci dit, rms a utilisé Debian pendant un certain temps (il l'utilisait en 2002) et utilisait GnewSense en 2010 (et l'utilise probablement encore aujourd'hui).

      Détail croustillant : Dans les dépôts main de GnewSense, on peut voir un paquet appelé emacs-common-non-dfsg. On reconnaîtra le paquet de la version d'emacs contenant la documentation complète sous GFDL-avec-sections-invariantes (donc non-libre) du logiciel, que les membres du projet Debian ont séparé de ses petits copains DFSG-compliant, et que les membres du projet GnewSense n'ont pas eu le cœur de laisser tout seul dans son dépôt… non-free.

      rms-trolling

      • [^] # Re: C'est pas nouveau

        Posté par (page perso) . Évalué à 5.

        Si, debian est libre.

        Nan mais t'inquiètes, c'est juste que je me moquais de la position de la FSF. Parce que merde, se faire chier à sortir du kernel les blobs, y a pas beaucoup de distributions qui ont les couilles de s'y mettre. D'ailleurs, est-ce qu'une autre distrib que Debian l'a fait ?

        It's a fez. I wear a fez now. Fezes are cool !

        • [^] # Re: C'est pas nouveau

          Posté par (page perso) . Évalué à 3.

          D'ailleurs, est-ce qu'une autre distrib que Debian l'a fait ?

          c'est Fedora ('fin au moins un dév' Red Hat) qui m'a demandé s'il pouvait distribuer légalement les firmwares eagle-usb, donc oui, le complément a été pris en compte par d'autres distribs' (la suite logique : isoler le firmware ailleurs en premier, pouvoir le distribuer ensuite, c'est tout aussi chiant…).

          http://git.kernel.org/?p=linux/kernel/git/dwmw2/linux-firmware.git;a=summary et heureusement qu'il y a du monde pour le gérer, car c'est chiant d'évaluer chacune des licences et de relancer les fabricants qui ne répondent que rarement (et souvent à côté, ce qui demande une relance, une confirmation de leur service juridique, bon j'arrête là, c'est juste chiant, ils se poseraient la question « voulons-nous que cela fonctionne pour nos acheteurs » que déjà cela serait plus simple, que cela permette aux développeurs ce serait déjà un plus, c'est loin d'être gagné :/).

        • [^] # Re: C'est pas nouveau

          Posté par (page perso) . Évalué à 4.

          Mageia

          ⚓ À g'Auch TOUTE! http://agauch.fr

        • [^] # Re: C'est pas nouveau

          Posté par (page perso) . Évalué à 2.

          Sur Gentoo, il y a l'USE deblob: les sources se téléchargent d'abord, puis le script qui sert à déblober les sources s'exécute ensuite (ce qui prend un bon moment d'ailleurs).

      • [^] # Re: C'est pas nouveau

        Posté par . Évalué à 0.

        Si, debian est libre. Le CD que tu télécharges ne contient aucun blob et il suffit de répondre « non » à la question « voulez-vous installer des logiciels propriétaires ? » à l'installation et tu as un « Holy Free System » comme dit Saint Ignucius.

        Donc Debian n’est pas libre puisqu'elle propose explicitement d’installer des logiciels propriétaires.

        En fait, tout ça dépend de ce qu’on définit par « Debian ». Le système ? L’organisation ? L’infrastructure ? Tout ça à la fois ?

        Article Quarante-Deux : Toute personne dépassant un kilomètre de haut doit quitter le Tribunal. -- Le Roi de Cœur

        • [^] # Re: C'est pas nouveau

          Posté par (page perso) . Évalué à 2.

          En fait, tout ça dépend de ce qu’on définit par « Debian ». Le système ? L’organisation ? L’infrastructure ? Tout ça à la fois ?

          Bonne question. Si on définit une distro comme l'ensemble des .iso d'install, Debian est libre. Si on définit une distro comme les iso d'install + les dépôts, debian est non-libre. Mais c'est idiot : n'importe qui peut faire un dépôt non-free pour GnewSense et proposer aux utilisateurs de le rajouter dans leurs dépôts sources.

        • [^] # Re: C'est pas nouveau

          Posté par (page perso) . Évalué à 3.

          "Donc Debian n’est pas libre puisqu'elle propose explicitement d’installer des logiciels propriétaires."

          Pourquoi ? En quoi est-ce contre les 4 libertés de proposer d'installer des logiciels propriétaires.

          Même avec le dépôt non-free activé, Debian reste libre tant que tu n'as pas explicitement installé un paquet non-libre.

          Le gros gros point c'est que la FSF ne respecte pas sa propre définition de "logiciel libre". Ils ajoutent un 5ème point qui est "ne pas encourager/permettre l'installation de logiciels propriétaires".

          Cette 5ème loi, outre qu'elle n'est pas explicite, est également purement subjective. À partir de quand un système encourage-t-il ? Il est techniquement possible d'installer un logiciel propriétaire sur gNewSense. Comme sur Debian. Où est la différence, ou est la limite exacte ?

          À cela, la FSF ne répond pas et joue avec le flou et la propagande.

          La preuve, c'est le nombre de personnes dans ce thread qui considèrent comme acquis qu'un système est non-libre si on peut installer du non-libre dessus, sans se poser toutes les questions que cela implique et sans réaliser que, bon sang de bonsoir, cette loi du libre n'est écrite nulle part.

          • [^] # Re: C'est pas nouveau

            Posté par (page perso) . Évalué à 3.

            cette loi du libre n'est écrite nulle part.

            On m'a eu sur le sujet :
            https://linuxfr.org/users/ploum/journaux/la-fsf-de-dangereux-cretins-reactionnaires#comment-1417345

          • [^] # Re: C'est pas nouveau

            Posté par (page perso) . Évalué à 4.

            Ce n'est pas que la distribution est non libre, c'est qu'elle encourage/simplifie l'installation de logiciels non libres.
            Après (attention au troll), ça donne des dérives comme le partenariat amazone/canonical, ce qui est assez sympa pour une distribution qui basait beaucoup de sa communication sur le sens du mot Ubuntu.

            Librement

            Si tu ne sais pas demande, si tu sais partage !

          • [^] # Re: C'est pas nouveau

            Posté par (page perso) . Évalué à 7.

            Même avec le dépôt non-free activé, Debian reste libre tant que tu n'as pas explicitement installé un paquet non-libre.

            Tu mets le doigt sur le plus important je pense : l'utilisateur. Se demander si une distro est libre, au sens de la FSF, au sens de Debian, au sens de rms, relève un peu de la branlette intellectuelle au final. La question qu'on devrait se poser c'est « Est-ce que je suis libre ? ».

            Je suppose qu'un utilisateur qui ne connaît pas bien GNU/Linux et les différents paquets disponibles préférera s'en remettre aux conseils de la FSF. Par contre, un utilisateur qui connaît bien l'univers des logiciels libres saura rester libre avec un système comme Debian.

            Perso, je me sens très libre avec Debian. J'ai essayé d'autres distros : des *buntu, des *BSD, Arch Linux, et ce qui m'a dérangé dans toutes ces distros c'est le manque d'informations sur le caractère libre ou non des paquets qu'on installe. Tout est en vrac dans les dépôts, y'a du non-libre mélangé avec du libre, il faut aller piocher des infos à droite à gauche pour en savoir plus, pas moyen de savoir en une petite ligne de commande si le paquet qu'on va installer est libre ou pas. Quand on passe de Debian et son gestionnaire de paquet qui nous dit tout à une autre distro, on a l'impression d'avancer dans le brouillard dès qu'il s'agit de rechercher ou d'installer un logiciel.

            Et paradoxalement, les distro FSF-compliant ne font pas exception. Debian permet certes d'installer tout plein de paquets non-libres, mais au moins il donne énormément d'infos sur chaque paquet, et a une politique très stricte (les DFSG). Un peu trop stricte à mon goût, même[1].
            Les distros FSF-compliant en revanche, donnent très peu d'informations. La plupart se content de dire « tout ce qu'on propose, c'est libre » sans plus. Ça pose des problèmes, comme soulevé plus haut pour le paquet emacs-common-non-dfsg, mais aussi pour tout ce qui relève de l'art libre. J'ai été écœuré de voir sur les forums de Trisquel des contributeurs disant que ça ne poserait aucun problème d'inclure des jeux aux données non-libres dans le dépôt principal, avec pour seul argument une copie exacte des opinions de Stallman sur les œuvres artistiques. On avait l'impression qu'ils voulaient faire de Trisquel une distro rms-compliant plutôt qu'une distro pour l'utilisateur libre. Je préfère de loin l'extrémisme de Debian sur les CC.

            [1] Les jeux vidéos Tremulous et Red Eclipse sont dans le dépôt non-free, le premier parce que les données sont sous CC-BY-SA 2.5, non-libre selon les DFSG (une sombre histoire de clause anti-DRM, je ne m'étends pas), le second parce que certains modèles utilisés dans le jeu ne sont pas sourcés. Je salue l'intégrité du projet Debian sur le second point, mais sur le premier point, n'étant pas du tout d'accord avec la position de Debian sur les Creative Commons 2.5, j'ai le dépôt non-free dans mon sources.list, j'installe des paquets comme tremulous-data, qui ne va pas à l'encontre de mon éthique personnelle, et je me sens libre (et vrms râle, lol).

            • [^] # Re: C'est pas nouveau

              Posté par . Évalué à 6.

              Bonjour,

              Sans faire le commercial de base qui prêche pour sa paroisse :-) mais une petite information concernant ta remarque :

              Perso, je me sens très libre avec Debian. J'ai essayé d'autres distros : des *buntu, des *BSD, Arch Linux, et ce qui m'a dérangé dans toutes ces distros c'est le manque d'informations sur le caractère libre ou non des paquets qu'on installe. Tout est en vrac dans les dépôts, y'a du non-libre mélangé avec du libre, il faut aller piocher des infos à droite à gauche pour en savoir plus, pas moyen de savoir en une petite ligne de commande si le paquet qu'on va installer est libre ou pas.

              Sous gentoo, la commande emerge pour un paquet indique la licence et il est très facile de configurer son système pour respecter les licences de son choix.

              Le fichier central de gentoo (make.conf) permet de paramétrer la variable ACCEPT_LICENSE qui permet de :

              This variable is used to mask packages based on licensing restrictions. It may contain both license and group names, where group names are prefixed with the '@' symbol. License groups are     defined in the license_groups file (see portage(5)). In addition to license and group names, the * and -* wildcard tokens are also supported. Refer to GLEP 23 for further information: http://www.gentoo.org/proj/en/glep/glep-0023.html.
              Defaults to the value of * -@EULA.
              Examples:
              
              # Accept any license
              ACCEPT_LICENSE="*"
              # Accept any license except the "public-domain" license
              ACCEPT_LICENSE="* -public-domain"
              # Only accept licenses in the FSF-APPROVED license group
              ACCEPT_LICENSE="-* @FSF-APPROVED"
              
              

              C'est simple, efficace et central. Ce qui doit permettre de répondre aux besoins de chacun, des utilisateurs les plus stricts aux plus souples.

              • [^] # Re: C'est pas nouveau

                Posté par (page perso) . Évalué à 4.

                Mais dis-donc c'est très intéressant tout ça. :)

                Quand j'ai essayé les *BSD je m'attendais à avoir un système de dépôts à la Debian, mais un cran plus restrictif (avec un dépôt main pour les licences BSD-like, un dépôt caca pour les licences copyleft, un dépôt très-caca pour la GPLv3 et un dépôt non-free pour le pire du pire) et j'ai été déçu de ne rien trouver de tel. Ton histoire de Gentoo, ça permet de s'en rapprocher, c'est pas mal !

                Par contre, est-ce qu'on peut faire confiance à la communauté Gentoo ? Est-ce qu'ils sont aussi tatillons/vigilants que la communauté Debian ? Parce que là, tel que tu me décris les choses, en acceptant les les licences libres, je risquerais d'installer des trucs comme JDownloader ou StealthNet, qui sont sous GPL mais non-libres (les sources ne sont pas complètement disponibles). Ou d'installer des logiciels proprios entrés dans le domaine public, ou des logiciels sous licence libre mais au code obfusqué, etc.

                • [^] # Re: C'est pas nouveau

                  Posté par (page perso) . Évalué à 6.

                  Quand j'ai essayé les *BSD je m'attendais à avoir un système de dépôts à la Debian, mais un cran plus restrictif (avec un dépôt main pour les licences BSD-like, un dépôt caca pour les licences copyleft, un dépôt très-caca pour la GPLv3 et un dépôt non-free pour le pire du pire)

                  Dans FreeBSD tu as un framework pour les licences, mais c'est récent.
                  http://wiki.freebsd.org/PortsLicenseInfrastructure

                  les pixels au peuple !

                  • [^] # Re: C'est pas nouveau

                    Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                    Et auparavant, il y avait déjà les indications LEGAL, RESTRICTED, etc. qui étaient certes bien moins fines, mais qui répondaient en partie au besoin.

                • [^] # Re: C'est pas nouveau

                  Posté par . Évalué à 3.

                  Je ne saurais répondre précisément à ta question sauf à regarder des exemples précis. Concernant jdownloader il ne semble pas dans portage donc pour l'avoir il faut passer par un overlay (dépôt non officiel qu'on ajoute sciemment). Dans le seul dépôt overlay que j'ai trouvé il est marqué GPL-3, donc si on l'ajoute il passerait. Ce qui est logique même si pas forcément souhaité par tout le monde si ce truc est réellement GPL mais pas vraiment libre (j'ai pas cherché mais rien qu'à le dire ça me parait saugrenu).
                  Ensuite il faudrait regarder ce que fait l'ebuild car vu que c'est compilé, on peut très bien imaginé que le paquet qui serait marqué GPL-3 ne compilerait que ce qui l'est réellement en mettant de côté le reste (à télécharger manuellement par exemple s'il s'agit d'un jeu libre accompagné de données non libre du jeu).

                  Personnellement, dans ma variable ACCEPT_LICENSE j'oblige à ne pas autoriser tout ce qui nécessite un end user license agreement (-@EULA) et il faut savoir qu'on peut donner des directives générales au système (make.conf) mais comme pour les USE FLAGS on peut faire des exceptions paquet par paquet. Attention tout de même, sous gentoo actuellement il y a 631 licences différentes référencées :)

                  Le principe des groupes de licences permet de facilement faire le tri et d'avoir un système respectant ses principes sans se casser la tête ("GPL-COMPATIBLE", "FSF-APPROVED", "BINARY-REDISTRIBUTABLE", etc.). Cela amène par contre un effet de bord fréquent pour les paquets de jeux avec un paquet pour le moteur du jeu (souvent sous licence libre) et un paquet des données du jeu (souvent jeu-data) avec sa propre licence souvent non libre. Exemple avec quake3 qui va être sous GPL-2 et qui fait seulement 2Mo et les données du jeu qui vont être dans un autre paquet avec une licence type Q3AEULA.

                  Si on prend cet exemple, chez moi qui est mon système en GPL-COMPATIBLE et -@EULA, la tentative d'installation de quake3 m'indiquera :

                  duf ~ $ emerge -pv games-fps/quake3
                  
                  These are the packages that would be merged, in order:
                  
                  Calculating dependencies... done!
                  [ebuild  N     ] games-fps/quake3-data-1.32b  USE="-cdinstall" 30,200 kB
                  [ebuild  N     ] games-fps/quake3-1.36  USE="openal opengl vorbis -curl -dedicated -mumble -teamarena -voice" 3,421 kB
                  
                  Total: 2 packages (2 new), Size of downloads: 33,621 kB
                  
                  The following license changes are necessary to proceed:
                  #required by games-fps/quake3-1.36, required by games-fps/quake3 (argument)
                  >=games-fps/quake3-data-1.32b Q3AEULA
                  
                  

                  Je suis notifié que j'ai un changement de licence obligatoire pour ce paquet si je veux réellement outrepasser mes paramètres globaux et il m'indique quoi faire (avec une option à la commande initiale il peut même le faire à ma place ;-) ).

                  Au passage je suis étonné que ce principe de fonctionnement ne soit pas plus généralisé car j'ai l'impression que sous gentoo cela fait quelques années qu'on a ça.

                  Sinon, pour ta question initiale et la confiance à avoir je dirai qu'elle doit être du même niveau que celle accordée à n'importe quelle autre distribution => les paquets sont gérés par des mainteneurs et même s'ils peuvent être plus ou moins strictes par rapport à leur distribution ils vont tout de même avoir tendance à en respecter l'esprit. On s'attend à des choses plus strictes, carrés avec Debian ou Slack qu'avec Fedora ou Ubuntu. Pour Gentoo j'ai confiance et si j'ai un doute il y a les forums officiels ou bugtracker pour en parler.

                  • [^] # Re: C'est pas nouveau

                    Posté par (page perso) . Évalué à 3.

                    Au passage je suis étonné que ce principe de fonctionnement ne soit pas plus généralisé car j'ai l'impression que sous gentoo cela fait quelques années qu'on a ça.

                    L'opposition open-source / libre et les demandes incessantes des utilisateurs « lambda » on va dire (qui ne savent pas utiliser un bugtracker, pour être plus précis), font que ce genre de demandes sont sans doute « oubliées », ni documentées et les décisions prises sur le moment.
                    Le Fosdem a un thème inter-distro, c'est l'occasion d'évoquer ce genre de points (VUntz et Ennael sont très forts généralement pour trouver des solutions simples, puis ensuite les appliquer, quand ce n'est pas Fedora qui y avait déjà répondu :p Debian est souvent très réactif sur ces points).

                    Bon, pour être un peu plus complet, rpm permet de gérer la licence, mais les gestionnaires de paquets (urpmi/rpmdrake, yum, yast…) ne le mettent pas forcément en avant :/ (rpmdrake affiche le type de dépôt, ce qui permet un filtre par la distribution, mais cette information est perdue pour rpm… urpmq -i n'affiche pas la licence et cela m'as souvent dérangé :/ je n'ai qu'à ouvrir une demande en même temps…).

                    Pour ceux que la commande intéresse, c'est :

                    • rpm -qa --queryformat="%{LICENSE}\n"|sort -u # pour n'afficher que les licences (193 chez moi /o)
                    • rpm -qa --queryformat="%{LICENSE} %{NAME}\n"|sort -u|less # pour faire un peu de data drilling et identifier les paquets litigieux (o_O j'ai gnuplot en freeware, va falloir que je regarde…).
                    • [^] # Re: C'est pas nouveau

                      Posté par . Évalué à 2.

                      j'ai gnuplot en freeware, va falloir que je regarde

                      Il porte mal son nom :-)

          • [^] # Re: C'est pas nouveau

            Posté par . Évalué à 3.

            Même avec le dépôt non-free activé, Debian reste libre tant que tu n'as pas explicitement installé un paquet non-libre.

            Donc une fois que j'ai un paquet non-libre installé, Debian n’est plus libre. Or c’est elle qui m’a offert la possibilité de le faire. Peut-on donc dire qu’elle est libre dans son ensemble ?

            Il est techniquement possible d'installer un logiciel propriétaire sur gNewSense. Comme sur Debian. Où est la différence, ou est la limite exacte ?

            La différence, c’est comme dit plus haut : Debian fournit l’infrastructure pour installer du non-libre, puisqu’elle a un dépôt dédié. C´est-à-dire qu'elle tient compte explicitement du logiciel propriétaire, alors que gNewSense l’ignore et fait sans.

            Article Quarante-Deux : Toute personne dépassant un kilomètre de haut doit quitter le Tribunal. -- Le Roi de Cœur

  • # N'importe quoi

    Posté par (page perso) . Évalué à 10. Dernière modification le 18/12/12 à 19:46.

    Or, concrètement, qui est le plus libre. Celui qui, grâce à Skype, peut discuter avec sa famille gratuitement à travers les océans ou celui qui ne peut pas communiquer du tout parce qu'Empathy crashe ? (point soulevé ici : http://ploum.net/post/opportunites-manquees-du-libre-satisfaction )

    Dans ce cas là, ce n'est pas le logiciel qui est libre mais l'utilisateur qui est libre de pouvoir utiliser un logiciel.
    Comment un type comme toi, avec de la bouteille, peut encore ramener le débat à ce niveau là ?
    En outre, j'attends toujours que tu nous expliques pourquoi la FSF est dangereuse, selon toi. Je sais bien que RMS est barbu et mange la peau de ses pieds, mais ça ne suffit pas pour en faire un terroriste.

    Chippeur, arrête de chipper !

    • [^] # Re: N'importe quoi

      Posté par (page perso) . Évalué à 5.

      ce n'est pas le logiciel qui est libre mais l'utilisateur qui est libre de pouvoir utiliser un logiciel

      malgré des clauses abusives dans le CLUF ?
      Mettre Skype en exemple, tu t'attends à quoi comme réponse hormis la non interopérabilité, le non respect de la vie privée (capacité d'interception), l'obsolescence et la non garantie du service sur ton système dans la durée ?

      C'est RMS le souci ou la représentation apportée par Skype ipso facto ?

      Nous sommes d'accord hein, tu n'as pas forcément relevé le point pertinent (ou tout comme moi, tu as marché dedans).

  • # Désolé mais…

    Posté par . Évalué à 10.

    Désolé de le dire aussi brutalement, mais je crois que t'as simplement pas capté ce qu'était la FSF.

    1) Est complètement déconnectée de la réalité

    Mais oui ! exactement ! Et c'est précisément pour ça que ça marche et que ça tient le choc depuis toutes ces années.

    Please do not feed the trolls

    • [^] # Re: Désolé mais…

      Posté par (page perso) . Évalué à -10.

      C'est vrai que ça marche super bien. On leur doit notamment gNewSense, la campagne BadVista et, dans les projets prioritaires pour le futur, gnash.

      C'est sûr que ça tient le choc.

      • [^] # Re: Désolé mais…

        Posté par (page perso) . Évalué à 10.

        on leur doit aussi le logiciel libre… une paille, quoi

        \Ö<

        • [^] # Re: Désolé mais…

          Posté par (page perso) . Évalué à -10.

          Parce que si il n'y avait pas la FSF, il n'y aurait jamais eu de logiciel libre ?

          Ça se défend comme point de vue mais va falloir argumenter sec.

          Pire : on pourrait rétorquer que le logiciel libre aurait peut-être trouvé un plus large public si une autre fondation pour le libre avait vu le jour et avait été radicalement différente.

          Exemple : plutôt que de cracher sur Windows c'est mal ou, maintenant, Ubuntu c'est mal, expliquer comment rendre son Windows ou son Ubuntu un peu plus libre.

          Marrant : c'est exactement ce que font d'autres associations comme Framasoft mais eux ne revendiquent pas le concept du libre.

          • [^] # Re: Désolé mais…

            Posté par . Évalué à 3.

            Pourquoi argumenter ? C'est juste un fait. Avec des "si" on pourrait mettre Paris en bouteille.

            Et pour rendre ton Windows plus libre (encore que je ne vois pas trop ou tu veux en venir), bah, juste desinstalles-le, non ?

            • [^] # Re: Désolé mais…

              Posté par . Évalué à 0.

              C'est bancale comme argument. France Telecom a contribué indéniablement au développement d'Internet en France. C'est un fait. Par contre il a également tenter garder le minitel le plus longtemps possible.

              Je ne dis pas que la FSF a/a eu un attitude contre-productive vis à vis de l'essor des LLs; je n'ai pas d'opinion sur la question. Mais c'est un débat compliqué et loin d'être indiscutable comme tu sembles l'affirmer.

            • [^] # Re: Désolé mais…

              Posté par . Évalué à 5.

              Pour rendre un système non-libre plus libre, on ne le désinstalle pas, on remplace simplement progressivement les briques non-libres par des briques libres, et un jour, on en arrive à changer le noyau, le tout en douceur.

              Je sais qu'ici, beaucoup sont nés avec Linux, ou cachent leur passé windowsien, mais pas moi.
              Je suis fier d'avoir été windowsien, fier d'avoir utilisé nombre de logiciels libres sous windows, et fier d'avoir fini par passer à linux.

              D'ailleurs, le point intéressant quand on a pas honte d'avoir utilisé windows, c'est qu'on sait pourquoi on ne l'utilise plus.

              Après, on peut toujours se dire que l'on utilise un système libre, mais dans la pratique, tant que ce fameux système libre ne sera composé que des logiciels libres, il ne sera pas libre: le matériel ne l'est toujours pas.

              Ah, au fait… linux permet de faire tourner des programmes non-libres. Donc linux n'est pas libre. J'imagine que c'est pour ça que Hurd marche si bien d'ailleurs.
              Mouarf.

          • [^] # Put your brain where your mouth is

            Posté par (page perso) . Évalué à 7.

            Exemple : plutôt que de cracher sur Windows c'est mal ou, maintenant, Ubuntu c'est mal, expliquer comment rendre son Windows ou son Ubuntu un peu plus libre.

            Nan mais tu lis ce que tu écris ? La FSF utilise/pushe/développe à fond Trisquel qui est juste ça : Ubuntu un peu plus libre.

          • [^] # Pff, Framasoft

            Posté par (page perso) . Évalué à 7. Dernière modification le 18/12/12 à 21:26.

            Marrant : c'est exactement ce que font d'autres associations comme Framasoft mais eux ne revendiquent pas le concept du libre.

            Framasoft, ils m'ont (moi et une 15zaine de contributeurs) fait perdre une soirée et une pause déjeuner en ne publiant pas un article qu'ils avaient pourtant "appelé à traduction" puis en ne répondant jamais à mes emails de demande d'info sur le sujet (?! J'aurai admis qu'ils aient fait une connerie, mais cette attitude - ne pas répondre aux mails - est inqualifiable) et en effaçant mes commentaires (!?!) me donnant l'impression d'être un loser éconduit qui rafraichit son inbox. Perso cette bande de parisiens pédants qui éditent des magazines pour se voir en photo, en face de la FSF ? :)

          • [^] # Re: Désolé mais…

            Posté par (page perso) . Évalué à 7.

            Parce que si il n'y avait pas la FSF, il n'y aurait jamais eu de logiciel libre ?

            Ben il y a des chances qu'il y en aurait eu un peu moins, non? En tous cas, vu la liste de logiciels du projet, on dirait, même si de toutes façons c'est pas très utile de faire des hypothèses sur ce qui aurait ou pas pu se passer, plutôt faire ce qu'on sent être bien (la vie c'est compliqué, le monde aussi, on n'arrive à peine à prévoir le temps qu'il fait les jours d'après, alors…).

            Pire : on pourrait rétorquer que le logiciel libre aurait peut-être trouvé un plus large public si une autre fondation pour le libre avait vu le jour et avait été radicalement différente.

            Avec des «si» on peut dire vraiment n'importe quoi: et si les néandertaliens n'avaient pas disparus? Et si windows n'existait pas? Et si on parlait tous espéranto?

            Exemple : plutôt que de cracher sur Windows c'est mal ou, maintenant, Ubuntu c'est mal, expliquer comment rendre son Windows ou son Ubuntu un peu plus libre.

            Mais c'est complètement absurde: des distributions Linux de qualité, ça existe bien avant l'apparition d'Ubuntu. On pourrait te répondre qu'autant ne pas créer Ubuntu, et améliorer les existentes, ce qui serait d'ailleurs tout aussi ridicule, parce qu'il n'y a rien de mieux que la diversité, et si beaucoup de distributions existent c'est parce qu'il y a des besoins ou goûts différents (tout comme pour les langages, les wm, etc…). C'est ça la liberté.

            Et je ne sais pas qu'est-ce que tu as contre gNewSense, ou autres, ça ne fait de mal à personne que je sache, t'es pas obligé de l'installer si ça ne te plaît pas. Ni gnash (s'il y a des gens pour faire un lecteur libre de flash, tant mieux, ça peut être utile, même si pour l'instant perso je n'ai pas besoin de lire du flash). Ça n'empêche pas de préferer ogg.

          • [^] # Re: Désolé mais…

            Posté par (page perso) . Évalué à 4.

            Parce que si il n'y avait pas la FSF, il n'y aurait jamais eu de logiciel libre ?

            Tu as décidé d'être de mauvaise fois, aujourd'hui ?

            On peut reprocher pas mal de choses a Stallman et a la FSF, à raison parfois, mais il me semble que c'est un fait avéré qu'ils sont à l'origine de l'idée du logiciel libre, de sa définition, et d'une part conséquente de son écosystème…

            sur la page wikipedia du logiciel libre :

            La notion de logiciel libre est décrite pour la première fois dans la première moitié des années 1980 par Richard Stallman qui l'a ensuite – avec d'autres – formalisée et popularisée avec le projet GNU et la Free Software Foundation (FSF).

            Une première ébauche de définition du logiciel libre est ainsi proposée en 1986 par la FSF ; un logiciel est alors dit libre s'il confère à son utilisateur les libertés suivantes :

            « Premièrement, la liberté de copier un programme et de le redistribuer à vos voisins, qu'ils puissent ainsi l'utiliser aussi bien que vous. Deuxièmement, la liberté de modifier un programme, que vous puissiez le contrôler plutôt qu'il vous contrôle ; pour cela, le code doit vous être accessible. »

            On peut bien évidement penser que le cinéma existerait sans les frères lumières… n'en sont ils pas moins les inventeurs ?

            \Ö<

            • [^] # Re: Désolé mais…

              Posté par (page perso) . Évalué à 2.

              La notion de logiciel libre est décrite pour la première fois dans la première
              moitié des années 1980

              «décrite» «première fois»

              Cela ne veut en aucun cas dire que le concept n'existait pas avant, le logiciel a toujours été libre, c'est l'arrivée de gens comme Bill Gates (fameux message appelant à ne plus distribuer les sources des logiciels) qui sont à l'origine de la FSF…

              • [^] # Re: Désolé mais…

                Posté par (page perso) . Évalué à 4.

                je vais peut-être dire une bêtise, mais j'ai bien l'impression qu'un concept ne peut pas exister avant d'être décrit, du simple fait qu'un concept consiste en lma formulation d'une idée…

                \Ö<

                • [^] # Re: Désolé mais…

                  Posté par (page perso) . Évalué à 6.

                  Et pourtant le logiciel libre existait avant la FSF, ce n'était pas formalisé, c'était juste naturel…

                  C'est pour rien que Stallman a quitté son poste au MIT, il s'est pas réveillé du jour au lendemain, il a juste vu le logiciel propriétaire arriver…

          • [^] # Re: Désolé mais…

            Posté par (page perso) . Évalué à 5.

            Marrant : c'est exactement ce que font d'autres associations comme Framasoft mais eux ne revendiquent pas le concept du libre.

            Euh… première page de www.framasoft.net :

            Issu du monde éducatif, Framasoft est un réseau de sites web collaboratifs à géométrie variable dont le dénominateur commun est le logiciel libre et son état d’esprit. Il vise à diffuser le logiciel libre et à le faire connaître auprès du plus large public.

            There is no spoon...

      • [^] # Re: Désolé mais…

        Posté par (page perso) . Évalué à 5.

        campagne BadVista

        Tu penses ça contraire à leur fonction que d'informer sur les « dangers » cachés de certains logiciels propriétaires et de faire parvenir une information trop souvent minimisée ? C'est justement dans leur mission que de documenter ce types de choses pour mettre en avant le concept de LL.

      • [^] # Re: Désolé mais…

        Posté par (page perso) . Évalué à 8.

        Et gnash marche pas mal, merci, et avance (pas grace à toi apparemment) ; franchement critiquer gnash, faut le faire je trouve.

        T'as pas un grand frère ou un adulte sympa pour t'expliquer que

        • On n'a jamais rien construit de valable en faisant des compromis sur les principes de base
        • Quand on a des principes, on se les applique à soi-même
        • Les chiants aboient, la caravane passe

        Et autres principes qui ont cours dans le monde des grandes personnes ?

        • [^] # Re: Désolé mais…

          Posté par . Évalué à 10.

          Et gnash marche pas mal, merci, et avance (pas grace à toi apparemment) ; franchement critiquer gnash, faut le faire je trouve.

          Le flash est une abomination quelque soit le moteur d'exécution utilisé. C'est de la daube avec le flashplayer d'adobe, c'est de la daube avec gnash, c'est de la daube avec lightspark, c'est de la daube avec swfdec et ce seras de la daube avec shumway. Pour la même raison que les applets java étaient de la daube. Il y a rien de bon à tirer de 3 projets qui tentent de mimer un comportement pourri de base, qu'ils soient libres ou non.

          Et maintenant il y a encore moins de raison de le faire qu'avant.

          Les logiciels sous licence GPL forcent leurs utilisateurs à respecter la GPL (et oui, l'eau, ça mouille).

          • [^] # Re: Désolé mais…

            Posté par (page perso) . Évalué à 3.

            leur présence me permet de corroborer que je préfère du HTML5 / WebM sur youtube :-) (tout le reste ne fonctionne que rarement chez moi, ça m'embête pour lelombrik d'ailleurs, mais c'est un autre point).

            L'interopérabilité me semblerait pourtant le premier point à regarder pour un service souhaitant se diffuser largement…

          • [^] # Re: Désolé mais…

            Posté par (page perso) . Évalué à 0.

            Je surenchéris avec cet article de mathieui : « gnash est un trojan ».

            Il y a rien de bon à tirer de 3 projets qui tentent de mimer un comportement pourri de base, qu'ils soient libres ou non.

            En fait, le projet gnash tient plus du proof-of-concept libre que d'autre chose. L'idée est de faire un interpréteur de SWF libre respectant la norme, sans plus. Il n'est même pas prévu d'empêcher un éventuel comportement malveillant d'un exécutable flash ou d'anticiper le cas des nombreux exécutables flash ne respectant pas strictement la norme. Je ne pense pas que la FSF soutienne Gnash dans le but que les utilisateurs l'incluent dans leur browser et exécutent le flash paslibre de Youtube. Et je ne pense pas que le projet GNU (qui conseille comme browser un GNU Icecat avec un LibreJS pour t'empêcher d'exécuter du javascript non-libre à l'insu de ton plein gré) avait dans l'idée de permettre aux gens d'exécuter les .swf de Tatie Nina (qui n'étaient d'ailleurs même pas libres à l'époque).

            Je pense que les High Priority Projects de la FSF s'inscrivent plus dans le but de faire fonctionner l'existant avec du libre/proposer des alternatives libres à l'existant que d'aider vraiment l'utilisateur à se libérer (mais la position de la FSF sur les HPP est toujours un peu ambiguë). Parce que franchement, un lecteur swf libre, un Google Earth libre, un client Skype libre, un extracteur RARv3 libre…bof. Pas vraiment des priorités pour moi.

            • [^] # Re: Désolé mais…

              Posté par (page perso) . Évalué à 1.

              Juste pour clarifier : "à l'insu de ton plein gré" s'applique à "exécuter", par à "empêcher" (heureusement).

        • [^] # Re: Désolé mais…

          Posté par . Évalué à 3.

          Et gnash marche pas mal, merci, et avance (pas grace à toi apparemment) ; franchement critiquer gnash, faut le faire je trouve.

          C'est marrant que tu commences par dire ça, puis :

          On n'a jamais rien construit de valable en faisant des compromis sur les principes de base

          Choisir d'utiliser une technologie comme flash me semble déja être un compromis.

          La paille, la poutre…

          • [^] # Re: Désolé mais…

            Posté par (page perso) . Évalué à -1. Dernière modification le 19/12/12 à 15:15.

            (soupir)

            Le jour où tu auras besoin de récupérer des données sur une infrastructure web en Flash comme il en restera encore un paquet pendant un moment (c'est - très - désolant mais c'est comme ça) tu seras bien content d'avoir un outil libre pour libérer les données en question.

            Je vois pas bien en quoi c'est un compromis sur la liberté que de permettre un accès à partir d'un logiciel libre de contenu en format propriétaire, ou alors tous les navigateurs sont privateurs.

            • [^] # Re: Désolé mais…

              Posté par . Évalué à 1.

              J'ai dit que c'était un compromis sur la liberté ? Tu es donc en train de me dire que tes grands principes "du monde des grandes personnes" tu ne l'appliques que pour le principe de logiciel libre ?

              Je n'ai je pense pas besoin de t'expliquer pourquoi flash c'est dans l'absolu mal par rapport à un certains nombres de standard du net. L'utiliser parce que c'est pratique (ce que je comprends très bien) est un compromis.

              Évites juste de te poser en grand donneur de leçon avec un ton plus que condescendant et en même temps avouer que tu n'appliques pas toi même tes règles.

            • [^] # Re: Désolé mais…

              Posté par . Évalué à 1.

              Je vois pas bien en quoi c'est un compromis sur la liberté que de permettre un accès à partir d'un logiciel libre de contenu en format propriétaire, ou alors tous les navigateurs sont privateurs.

              Huhuhu… celle qui suit est facile:

              Debian, permet un accès à partir d'un logiciel libre nommé apt-get (ou aptitude, peu importe) à du contenu en format propriétaire.
              Sauf que… Debian n'est pas libre, parce que Debian permet cet accès. Donc, oui, paille-poutre-oeil c'est bien un concept qui échappe à la FSF.

              Quant à qualifier gnash d'utilisable… j'ai déjà essayé de lire des vidéo sur le web avec, seul usage qui fait que j'aie besoin de flash-player, et ça n'a marché.
              Alors si c'est utilisable que sur les technologies obsolètes… bah, techniquement, ok, c'est utilisable… mais… peut-être devrait-on changer de temps, pour adopter le passé simple.

        • [^] # Re: Désolé mais…

          Posté par (page perso) . Évalué à -1.

          « franchement critiquer gnash, faut le faire je trouve. »

          1) Voilà, prend un utilisateur non-geek.
          2) Remplace lui flash par gnash
          3) Pouf

          Concrètement, gnash ne fait donc pas son boulot d'implémenter flash en libre. (Attention, je n'ai pas dit que c'était facile, je ne jette pas la pierre aux devs de gnash)

          Alors certes, gnash peut être utile pour les libristes qui sont prêts à se passer de beaucoup de site, de trouver des alternatives mais qui veulent quand même certains site en flash.

          Ça fait donc un public très très limité.

          Maintenant que Flash est en train de disparaître petit à petit, gnash devient encore plus limité. Fais le test : il est plus facile d'expliquer à un utilisateur qu'il n'a pas flash sur son ordi que de faire planter son navigateur (ce que gnash faisait très bien la dernière fois que j'ai testé).

          Conclusion : gnash n'a aucune raison d'être une priorité de la FSF. La FSF a mis l'accent sur GNash un peu tard, n'a jamais réussi à offrir une implémentation correcte de la norme en vigueur à un moment X. Tout gestionnaire de projet un peu intelligent dirait : "bon, on s'est viandé sur le flash mais ce n'est pas grave, flash est en train de disparaitre".

          Et bien non. C'est un des projets majeurs de la FSF. Dans 5 ans, lorsqu'ils diront tout fiers qu'ils ont une implémentation complète et fonctionnelle de flash, il y aura deux types de réactions : ceux qui demandent ce qu'est flash et ceux qui se fouteront de la gueule de la FSF.

          • [^] # Re: Désolé mais…

            Posté par . Évalué à 3.

            D'un autre côté, à l'époque où flash était répandu sur le web, il y avait un réel besoin d'un plugin flash sous linux.
            Malheureusement, le plugin proprio de Adobe fonctionnait sous Linux.
            C'est la raison pour laquelle gnash n'a pas été fortement développé: car il n'y avait pas de besoin, vu que les utilisateurs pragmatiques (dont je fais partie) ont utilisé le plugin flash proprio.

            C'est un exemple concret d'échec du pragmatisme:
            si le libre a échoué avec gnash, c'est parce que le pragmatisme lui a coupé l'herbe sous le pied en rendant gnash inutile sauf pour 2-3 intégristes de toutes façons plus enclin à se passer de flash qu'à développer pour les utilisateurs.

            Je trouve bizarre de souligner l'exemple de gnash pour soutenir qu'une approche pragmatique est pertinente alors que gnash est justement un exemple que l'approche pragmatique peut être contre-productive.

            • [^] # Re: Désolé mais…

              Posté par (page perso) . Évalué à 2.

              C'est bizarre, je me considère comme un utilisateur pragmatique et - justement - je n'ai ni flash, ni gnash, ni swfdec (je ne triche pas hein…) et :

              • je n'ai pas toutes les pubs plus pourraves les unes que les autres qui bouffent la cpu (bon j'ai déjà adblock qui me fait découvrir un autre web que celui que je connais, sur trop d'autres ordinateurs que le mien)
              • je n'ai pas de regret de ne pas pouvoir jouer à des jeux flash, que gnash ou swfdec n'auraient sans doute pas pu exécuter (d'ailleurs, quelle est cette idée d'exécuter du code via un greffon de navigateur o_O ?)
              • ça me fait gagner un temps fou avec toutes les vidéos youtube que je ne peux pas lire ; celles que je peux lire le méritent : l'auteur a choisi un format interopérable (et ouvert) pour favoriser sa diffusion, ça me donne une raison de le respecter un peu plus, vu qu'il a respecté mes choix, oui cela permet aussi un tri ;-) (bon, en même temps, je ne clique que sur un lien sur cinq, généralement, quand je vois youtube dans l'url).
              • il y a SVG qui a permis un remplacement en douceur pour les images vectorielles et des choses sympathiques comme Sozi pour des présentations innovantes
              • [^] # Re: Désolé mais…

                Posté par . Évalué à 0.

                J'utilisais le "pragmatique" dans le sens donné par Ploum.
                Ton comportement ne correspond pas du tout à ce que décrit Ploum (c'est même pratiquement l'opposé).

                • [^] # Re: Désolé mais…

                  Posté par (page perso) . Évalué à 4.

                  ah, tiens, moi j'utilise le terme pragmatique au sens du dictionnaire, après ce qu'en fait ploum… jnvps ; ce pourquoi j'accorde de l'importance aux formats ouverts et l'interopérabilité :-)

                  • [^] # Re: Désolé mais…

                    Posté par (page perso) . Évalué à -2. Dernière modification le 20/12/12 à 00:07.

                    C'est marrant, j'ai l'impression de retrouver les termes du débat entre

                    • côté amis du cloud : les pragmatiques qui veulent continuer la fuite en avant de l'électronucléaire et pomper tout le gaz de schiste possible pour relancer l'économie, tout en baissant les impôts,
                    • côté auto hébergement et 4 libertés : les pragmatiques qui pensent qu'à ce rythme-là le pays et la planète seront invivables dans 40 ans et qu'il faut agir vite pour passer à un mode de mise en valeur des ressources soutenable.

                    Entre les "productivistes" (CGT, socialistes libéraux ennivrés par le pouvoir, tous alliés aux bétonneurs et aux pigeons) et les "conscients" — je reprends les termes de ce billet d'Alain Lipietz d'aujourd'hui : http://lipietz.net/?breve470

                    • [^] # Re: Désolé mais…

                      Posté par (page perso) . Évalué à 1.

                      oula, t'en as de la bonne toi. T'es sûr que ton pseudo commence par un f et pas un m ? (c'est dangereux).

                      Mais, oui, en 2050, l'EPR sera opérationnel (ou pas).

                      Côté pragmatisme, bin je serai mort avant la retraite, donc bon, je côtise (z'ont que 20 milliards de retard pour l'instant).

                  • [^] # Re: Désolé mais…

                    Posté par . Évalué à -3.

                    Du coup, merci pour ton commentaire qui n'a fait qu'embrouiller la discussion.

                    • [^] # Re: Désolé mais…

                      Posté par (page perso) . Évalué à 1.

                      bin, si tu écoutes ploum< et n'exprime aucun esprit critique, ni ne réfléchit par toi-même, c'est un peu ton souci :-)

                      • [^] # Re: Désolé mais…

                        Posté par . Évalué à 3. Dernière modification le 20/12/12 à 02:06.

                        euh ?
                        Relis la discussion.

                        Ploum dit que l'important, c'est une approche pragmatique pour l'utilisateur: s'il veut flash, alors, il est plus pragmatique d'utiliser le plugin proprio de flash que de refaire une alternative libre.
                        (et qu'aujourd'hui, gnash est tjrs une projet prioritaire pour la FSF alors que le flash est sur le déclin)

                        Moi, je réponds: si gnash a raté le coche, c'est surtout parce qu'on a coupé l'herbe sous le pied de son développement. Parce que le plugin proprio était utilisé par l'approche pragmatique pour l'utilisateur, l'intérêt de développer une alternative libre n'était intéressante que pour les idéologues ayant du temps à perdre. Dans cette exemple, on voit que l'approche pragmatique a "tué" un projet libre pourtant intéressant (face à un plugin lourd, critiqué niveau sécurité et stabilité, il y avait vraiment une carte à jouer pour mettre en avant un plugin libre, mais c'était techniquement impossible vu le peu d'intérêt au développement de gnash à cause de l'approche pragmatique).

                        Toi, tu arrives et tu dis: moi je suis pragmatique, je n'utilise pas flash.
                        Grand bien t'en fasse, mais tu n'as fait que sortir deux mots de leur contexte et les ré-utiliser dans un autre contexte (un contexte où flash n'est pas voulu par l'utilisateur alors que le contexte de départ était l'opposé).

                        Tu me fais l'impression d'arriver et dire "hé ? de quoi vous parlez ? De flash ? Oh, moi, je préfère spiderman !"
                        Et ensuite, tu me sors que je n'ai pas d'esprit critique et de réflexion personnelle parce que quand j'entends "flash" je ne pense qu'au logiciel dont on discutait et pas au super-héro. Oo

                        • [^] # Re: Désolé mais…

                          Posté par (page perso) . Évalué à 0.

                          bin, je préfère Spiderman à Batman. Comment ça, une digression ? Tu préfères DC à Marvel ?

                          Je n'y peux rien si ploum< déguise les mots tel que ça l'arrange et que certains suivent :-)

  • # Linuxfr t'aime

    Posté par . Évalué à 10.

    Surprise : je m'attendais à un bon troll en règle mais, au contraire, je n'ai reçu que des +1 et des commentaires positifs. Du coup, histoire d'avoir ma dose de sang et de boyau, je me tourne vers toi, mon Linuxfr adoré.

    Tu savais au fond de toi que tes arguments n'apportaient rien de neuf ou étaient pourris.

    Va en paix, ton karma va être rééquilibré ;)

    (tu nous as quand même habitué à mieux)

  • # Ben m'd(m Michu (prononcer Maï tchyou, ça fait plus trop pas !)

    Posté par . Évalué à 9.

    Il a pas de boulot le Ploum ces temps-ci pour sortir des conneries pareilles dans le pur glissement sémantique (façon langue de bois partis politiques pleins d'éléments de langage) ?
    Naaamêêêê, l'est parti en c…. comme le D'pardieu ? Style « logicile libre » (concept) vs (ça c'est faire pour a'chement plus le mec qui maîtrise grave le British) « communiquer librement avec sa p'tiote famille qu'elle est à l'aut' bout du monde » (praticité)… ou de l'autre côté de la rue d'ailleurs.
    Z'ont le cerveau bugué les «libristes» de l'accabit ces temps-ci ?
    Pis franchement, prendre comme référence de pensée un tant soit peu évoluée ou comme modèle d'analyse les écrits farfouilleux ou crypto-pleurnichards de l'autre l'égocentrique psychorigide de la blogosphère soi-disant libre : Cyrille Borne. Je sens que ça va porter un coup mortel à la FSF voire à R.M.S. Je le cite (C.B) : « La démarche de Richard Stallman a du sens, elle rejoint d'ailleurs les nombreux propos qu'on a pu lire sur la toile parmi les gens qui ne sont pas les plus extrémistes, dont les miens,ceux de Philippe … » Le mec se cite (et son copain) comme justificatif de ses propres propos (comme disait l'autre) en confirmant que ça se rejoint. Autrement dit il est d'accord avec lui-même ! Merdalors ça c'est de la suite dans les idées. Putain de pays que la France qui possède de nouveau des grands intellectuels, enfin !

    Ben les gars moi je sais pas si je suis un peu con (comment vous confirmez ?) mais c'est lequel des deux (camps) qui se fait une branlette même pas intellectuelle ? Les « crétins réactionnaires » comme Stallman et la FSF ou les similis-modernes-radoteurs pseudo-branchouillés dernière version et logiciel à la con-com parce qu'ils le valent bien.

    J'ai pas choisi mais j'ai comme une envie de gerber quand je vois la connerie autosatisfaite faire le jeu de tous les salopards des nouvelles technologies parce qu'ils n'ont pas le courage de se taire quand ils n'ont rien à dire. Oui je sais pareil pour moi.

    « Je suis bistrot, ancien combattant et militant socialiste. C'est te dire si dans ma vie j'en ai entendu des conneries !»
    Ça ne devrait pas être difficile de parodier cette réplique d'Audiard pour l'adopter à ce (notre) petit milieu, non ?

    Pitoyable.

  • # La vache

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    Soit c'est un beau troll bien caché, soit t'as rien compris, soit t'es paranoïaque. De plus avoir des +1 sur g+, enfin bon voilà quoi…

    Je n'ai jamais été un grand fan de la FSF, la Free Software Foundation.

    Je les accusais notamment de s'accaparer la définition de liberté en sous-entendant que la seule liberté dans le monde informatique était celle d'utiliser des logiciels libres au sens de leur définition.

    Je te conseil la lecture assidu de la GPL. Tu y verras qu'un logiciel libre (lui, pas son utilisation…) est beaucoup plus librement utilisable que tout autre logiciel propriétaire, skype compris. Rien qu'avec ça, ton discours est invalider mais bon, on ne peut pas vraiment laisser passer des choses comme ça.

    Cela a tellement bien fonctionné que les libristes, moi le premier, n'hésitaient pas à critiquer quelqu'un utilisant un logiciel propriétaire comme étant « non-libre », insulte suprème.

    C'est ton problème ça, je n'est personnellement jamais eu se ton là.

    J'en suis revenu et j'estime que la première des libertés est de pouvoir utiliser un logiciel, tout simplement, et avec le moins de prérequis possibles. À ce titre, bien des logiciels propriétaires libèrent plus leurs utilisateurs que la suite complète GNU. Skype a permis a des milliers de personnes de se parler sans frais par delà les océans. N'est-ce pas une plus grande liberté que de ne pouvoir rien faire du tout sauf si on est bac+5 en informatique? ( voir http://ploum.net/post/opportunites-manquees-du-libre-satisfaction )

    Encore une fois t'as rien compris ou alors tu fait exprès. Utiliser un logiciel fait partit des libertés d'un logiciel libre. Pas celle d'un logiciel propriétaire. Ceci est un fait largement observé. Enfin "le moins de prérequis possible" est un critère subjectif, qui ne se pose pas de manière binaire. Il est donc sujet à une interprétation subjective, et a se titre ne peut rentré dans la définition d'une liberté.

    Enfin la FSF s'attachant à la liberté strict, juridiquement défendable, elle ne peut pas objectivement prendre en compte ces considérations. C'est hors focus c'est tout. C'est important mais ce n'est pas dans les missions de la FSF qui a déjà assez de boulot comme ça.

    De plus, considérer qu'utiliser facilement quelque chose est synonyme de liberté c'est ridicule. A la rigueur c'est plus une question d'autonomie, pas de liberté. Et justement les libertés défendues par la FSF encouragent l'autonomie. La superbe liberté "maid in" skype encourage plutôt la dépendance. Si tu avait compris ce qui est en jeu tu n'aurait pas fait une si mauvaise compréhension de la situation.

    Mais aujourd'hui, alors que je lis un billet de Cyrille Borne qui reprend un autre de mes griefs contre la FSF, à savoir de critiquer sans jamais apporter de solution réaliste ( http://www.cyrille-borne.com/index.php?post/2012/12/08/RMS-panpancucute-Ubuntu-mais-quelles-solutions-apporte-t-il-r%C3%A9ellement ),

    On rêve. Ton système n'aurait jamais vu le jour sans la FSF. Tout un tat de chose n'aurait jamais vu le jour sans le travail concret de la FSF. Et je ne parle même pas de tout ce qui n'est pas développement logiciel.

    voici que je tombe sur une page du site gnu.org qui m'avait échappé et qui explique pourquoi certaines distributions ne sont pas libres : http://www.gnu.org/distros/common-distros.html

    L'argument est à chaque fois que des pilotes non-libres sont inclus voir que la distribution facilite l'installation de logiciels non-libres. Si je peux concevoir le premier, le second me dérange déjà pas mal en termes de « liberté ». Mais, à la fin, mon sang ne fait qu'un tour lorsque je découvre les arguments contre CyanogenMod, une version libre d'Android : « Cette version modifiée d'Android contient des bibliothèques non libres. De plus, elle explique comment installer les applications non libres que Google distribue avec Android. (sic) » La dernière phrase est importante : la FSF combat explicitement le partage de l'information. On ne parle même pas de code non-libre voir même d'une infrastructure permettant d'installer facilement du code non-libre : on parle d'une explication ! D'une phrase écrite. On parle de brûler les livres qui vont à l'encontre de la bonne parole !

    T'es paranoïaque. C'est une page expliquant pourquoi ils ne soutiennent (endorse) pas certains systèmes. Point barre. Point… barre. Ton délire de brûler des livres, sérieux, va respirer un coup, prends un bain, calme toi et revient… Ou est-il dit que ça doit disparaître ? Qu'il faut supprimer l'information ?

    Il s'ensuit que, selon la FSF, la liberté passe par la censure de l'information, par le musellement des utilisateurs.

    Que les cadres de la FSF soient des intégristes déconnectés de la réalité, je le savais déjà (j'éclate de rire à chaque fois qu'on mentionne gnewsense).

    Sérieux là, tu veux pas essayer d'être un peu plus méprisant pour le travail des autres ? la FSF ne soutient pas certains système. Point. Deuxièmement, il décide d'éditer un système cohérent avec leur principe. Point. Tout cela ne te semble-t-il pas logique ?

    Mais qu'ils soient d'odieux et dangereux crétins, je n'en étais pas encore certain, je leur accordait le bénéfice du doute, je n'osais trop y croire.

    Mais maintenant, je ne peux plus me voiler la face.

    Ta perception des choses est gravement baisé, sérieux.

    • [^] # Re: La vache

      Posté par (page perso) . Évalué à 7. Dernière modification le 19/12/12 à 10:34.

      C'est beau tout cela, mais en quoi poser un paquet pour un logiciel non libre dans son dépot fait d'une distribution une distribution non libre ?

      En quoi taper:

      $ pacman -S opera

      est moins libre que de taper:

      $ dpkg -i opera_*****.deb

      sous une distrib soit disant 100% libre ?

      C'est un peu cette argumentation qui me gave…

      Tant que les logiciels propriétaire ne sont pas installés par défaut, je ne vois pas le problème…

      Ou alors, je propose à la FSF de revoir son discours: une distrib 100% libre est une distrib installée sur un ordinateur accédant à Internet via le FAI FSF qui filtre tous les sites proposant du contenu non libre… Là, ok, ca marche… C'est juste un peu fascisant…

      • [^] # Re: La vache

        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

        Parce que l'on parle d'un tout cohérent. Le cas de debian est tendancieux. Ils ont des dépôts séparés et Debian affirme que ces paquets ne font pas partit du système. Cependant :

        • l'installateur propose d'installer des blobs
        • des paquets de contrib (eux mêmes libres et faisant officiellement partit du système), sont des enveloppes à l'installation de logiciels propriétaires, ce qui est pour le moins faux cul.

        Le dernier argument est plus limite de la part de la FSF selon moi: c'est que les paquets nonfree sont maintenu par le projet. Donc dire qu'il ne font pas partit du système est un peu faux cul à nouveau. Debian dans ce cas c'est un peu "GnewSense mais une case à chocher et vous avez Mint". Bon voilà c'est un peu trop pour la FSF, très à cheval sur ses principes. Perso j'adore Debian et je trouve que c'est un système libre.

        • [^] # Re: La vache

          Posté par . Évalué à 1.

          L'installateur propose les blobs non libres…
          C'est vrai: la dernière fois que j'ai installé debian, il fallait aller dans les options d'installation avancées, sélectionner mode expert, donc répondre à la pléthore de questions dont le choix par défaut est le bon et qui est habituellement masqué, atteindre la question qui demande d'activer non-free, activer volontairement la case permettant d'activer les paquets non-libres, revenir à l'écran de sélection de la priorité, remettre la priorité normale.

          Oui, c'est faisable, même assez facile, mais pas accessible au 1er venu malgré tout.

          Je ne répèterai pas les habituels "sur gnewsense on peut aussi ajouter des dépôts", "gnash permet d'exécuter du code proprio, ce qui est même probablement son seul rôle, parce que je ne connaît aucun plug-in flash libre" et affiliés.

          • [^] # Re: La vache

            Posté par (page perso) . Évalué à 3.

            La dernière fois que j'ai installé debian sur une machine physique (la semaine dernière, donc), j'ai été dans /etc/apt/sources.list et j'ai ajouté "contrib" et "non-free", supprimé les références aux deb-src (j'étais en 3g) et spécifié que c'étaient les versions "unstable" qui m'intéressaient. Une fois qu'on sait le faire, ça prend 30 secondes.

            • [^] # Re: La vache

              Posté par . Évalué à 2.

              Mais ça, c'est faisable sur n'importe quelle distro basée sur Debian, inluant gnewsense, donc.

              C'est aussi ce que je fais systématiquement :P

      • [^] # Re: La vache

        Posté par . Évalué à 3.

        C'est différent car pacman rapatrie lui-même le paquet des dépôts de la distrib, dépôt qu'elle contrôle et qui reflète sa philosophie, à la différence du 2em exemple ou tu as téléchargé ton paquet sur quelque chose que la distrib ne contrôle pas.

        Dans tes exemples, c'est pas 'moins libre' car pacman tape dans des dépôts non libres soutenu par archlinux. Si tu était sur gNewSense tu n'aurais pas pu installer Opera avec la première méthode et la doc n'aurait pas expliquée comment faire avec la 2em.

        • [^] # Re: La vache

          Posté par (page perso) . Évalué à 2.

          Les dépots de ArchLinux ne sont pas libres, dit comme ça, ça passe…

  • # Compétence et hauteur de vue

    Posté par (page perso) . Évalué à 8. Dernière modification le 18/12/12 à 21:00.

    Et le problème avec gNewSense c'est quoi au juste ? Ah oui :

    mouarf

    Pour avoir ce genre de réponse, j'aurai pu demander à un député :)

    • [^] # Re: Compétence et hauteur de vue

      Posté par (page perso) . Évalué à -1.

      Comme je l'ai dit plus haut, ce n'est pas plus libre que Debian, il suffit de deux commandes pour installer des logiciels propriétaire: wget et dpkg…

      Commandes fournis par défaut…

      • [^] # Re: Compétence et hauteur de vue

        Posté par . Évalué à 5.

        Ce qu'ils critiquent c'est que le dépôt non-free est mis en avant par Debian. Si gNewSense mentionne un jour dans leur doc (ou dans un communiqué 'officiel' ..) commet utiliser wget pour rapatrier du propriétaire elle sera dans la même situation que Debian.

        Et c'est pas parce-que tu peux installer des logiciels proprio sur une distrib que cette dernière devient proprio. C'est la manière de le mettre en avant (ou pas) qui détermine si oui ou non sa philosophie est compatible avec celle du logiciel libre.

        • [^] # Re: Compétence et hauteur de vue

          Posté par . Évalué à 2.

          Et la licence de la FSF pour la documentation, elle ne vas pas à l'encontre des libertés? Interdiction de modifier certains passages, quand même!!!
          Licence utilisée par certaines documentation, selon les commentaires de ce thread, celle d'emacs en fait partie.

          Oh, la belle porte qui m'appartiens… et si je balayait devant elle? >:]

          • [^] # Re: Compétence et hauteur de vue

            Posté par . Évalué à 1. Dernière modification le 19/12/12 à 21:36.

            Tu parles bien de la GFDL ? Wikipédia nous dit clairement qu'elle est incompatible avec la GPL, dans les 2 sens.

            Mais tu m'as intrigué et je suis allé voir sur le site de la FSF quelle sont les justifications de cette licence et pourquoi il y aurait des sections non modifiable au sein d'un manuel sous GNU FDL.

            Je copie-colle ces 4 paragraphes qui résument à peu près tout :

            Mais il y a une raison particulière pour laquelle la liberté de modifier des documentations libres traitant de logiciels libres est cruciale. Lorsque les programmeurs exercent leur droit de modifier un logiciel et d'ajouter ou de modifier des fonctionnalités, s'il sont consciencieux, ils changeront aussi le manuel afin de pouvoir fournir une documentation précise et utilisable avec leur propre version du programme. Un manuel qui interdirait aux programmeurs d'être consciencieux et de finir leur travail, ou qui leur imposerait d'écrire un nouveau manuel à partir de zéro s'ils modifient le programme ne répond pas aux besoins de notre communauté.

            Même si un refus total des modifications est inacceptable, quelques limites sur la manière de modifier une documentation ne posent pas de problème. Par exemple, il est normal d'avoir des injonctions de préserver l'avis de copyright original, les termes de distribution ou la liste des auteurs. Il n'y a pas non plus de problème à demander que les versions modifiées incluent un avis expliquant qu'il s'agit d'une version modifiée, et même d'avoir des sections entières qui ne puissent ni être supprimées ni être modifiées, du moment qu'il ne s'agit pas de sections ayant trait à des sujets techniques (certains manuels GNU en ont).

            Ce type de restrictions n'est pas un problème, car en pratique elles n'empêchent pas le programmeur consciencieux d'adapter le manuel au programme modifié. En d'autres termes, elles n'empêchent pas la communauté du logiciel libre de tirer tout le profit possible du manuel.

            De toute façon, il doit être possible de modifier toute la partie technique du manuel, puis de distribuer le résultat sur tous les supports habituels, par tous les canaux de distribution habituels ; sinon ces restrictions bloquent la communauté, le manuel n'est pas libre, et nous avons besoin d'un autre manuel.

            C'est vrai que c'est étonnant d'entendre la FSF dire :

            […] et même d'avoir des sections entières qui ne puissent ni être supprimées ni être modifiées, du moment qu'il ne s'agit pas de sections ayant trait à des sujets techniques (certains manuels GNU en ont).

            Mais je suppose que c'est parce-qu’il s'agit ici d'une documentation et non d'un code source.. Je suppose aussi que la licence décrit précisément qu'est-ce-qu'un «sujet technique» car sinon c'est vrai que c'est un peu bateau.

            Quelqu'un en sait plus sur ces fameuses restrictions ?

  • # C'est bientôt noël

    Posté par . Évalué à 10.

    La FSF joue son rôle tout simplement, comme ils l'ont toujours fait en nous rappelant régulièrement que parfois même ce qui parait bien propre et tout blanc ne l'est pas tant que ça avec une certaine dose d'intégrisme c'est bien vrai mais je pense qu'il en faut malheureusement.

    Cyanogen n'est pas libre car il y a des bouts de proprio dedans… soit… comme dans beaucoup d'autres trucs recensés sur la dite page. Après ça n’empêche personne de l'utiliser ou même d'y contribuer ce n'est pas une secte tu peux adhérer aux idées sans pour autant respecter scrupuleusement tous ses préceptes. C'est comme pour l'écologie et plein d'autres trucs dans la vie.

    La plupart des téléphone android ne fonctionnent pas correctement sans leurs drivers proprio, alors si cela peux éviter à certains de croire que l'on va pouvoir tout modifier, se faire plaisir avec un téléphone "maison" moulé à la louche car il y a du Linux dedans ça ne peux pas faire de mal.

    Sinon c'est bientôt nöwel, soyez un peu courtois put**n de bordel de m**de.

  • # Tu veux jouer au troll ? Bah on va jouer ensemble.

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    Or, concrètement, qui est le plus libre. Celui qui, grâce à Skype, peut discuter avec sa famille gratuitement à travers les océans ou celui qui ne peut pas communiquer du tout parce qu'Empathy crashe ?

    En 1939, concrètement, qui est le plus libre ? Le chômeur allemand qui a milité NSDAP, est devenu chef dans la Gestapo et dispose désormais d'un salaire largement suffisant pour nourrir sa famille, ou l'ouvrier français qui a milité antifascite et dont le salaire n'augmente pas parce qu'il ne travaille plus que 40 heures ? (*)

    Parfois, il faut savoir différencier liberté et confort.

    Dis-moi, dans « à travers les océans » tu comptes aussi la Syrie ? La Chine ? Parce qu'il y a un bon paquet de dissidents politiques ces derniers temps qui auraient aimé goûter une autre liberté que celle que tu nous enseignes, je le crains.

    (*) Ce point Godwin vous est offert par l'Amicale des Trolls Poilus. Amicale des Trolls Poilus : Des trolls de qualitay®, 24h/24, 7j/7. Point Godwin offert pour tout développeur de Gnome trollé. N'hésitez plus !

    • [^] # Re: Tu veux jouer au troll ? Bah on va jouer ensemble.

      Posté par (page perso) . Évalué à 10.

      On va dire que je plussoie totalement. Certaines technologies donnent une impression de liberté supérieure, mais sont en réalité très dangereuses pour la liberté. Prenons pas exemple un pays sans moyens de communications autre que le bouche-à-oreille et un autre disposant d'un moyen de communication à longue distance, sous contrôle intégral d'un État totalitaire. C'est sûr, les gens communiquent plus facilement dans le second cas, mais sont-ils vraiment plus libres ?

    • [^] # Re: Tu veux jouer au troll ? Bah on va jouer ensemble.

      Posté par (page perso) . Évalué à 3. Dernière modification le 19/12/12 à 07:48.

      D'un autre côté, d'autres (dans les plus connus, le président tchèque de souvenir) qui disaient que eux ils avaient renversé le régime dictatorial non pas en y allant frontalement comme des gros bourrins qui se sont juste retrouvé en tôle, mais en y allant de l'intérieur petit à petit.
      Et c'est, de mon point de vue, la même chose avec la FSF : je ne suis pas sûr qu'au final, ils aident le libre tant que ça (surtout en langue française depuis que RMS a "vendu" le mot "privateur" à ses grands adorateurs, la c'est la capacité d'auto-destruction assez forte qui est mise en avant. Ou le coup du "GNU" devant "Linux", dont on se fout un peu pourquoi GNU et pas tous les autres noms?)

      Bref, ce n'est pas toujours en étant extrémiste que ça fait avancer, FSF et Godwin compris.

      • [^] # Re: Tu veux jouer au troll ? Bah on va jouer ensemble.

        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

        depuis que RMS a "vendu" le mot "privateur" à ses grands adorateurs

        Qu'est-ce que tu veux dire ?

        Ou le coup du "GNU" devant "Linux", dont on se fout un peu pourquoi GNU et pas tous les autres noms?)

        C'est marrant ça. Cette histoire du "GNU/linux" revient souvent, mais je n'ai pourtant pas l'impression que Stallman le rabâche tant que ça (contrairement au terme "privateur" par exemple qui sort à chaque interview/conf).
        Il me semble l'avoir entendu clairement expliquer le pourquoi du comment une fois, mais depuis, j'ai vu pas mal de conf et je ne l'ai jamais entendu en reparler (mais je suis peut-être passé à côté).

        Dans le principe je suis plutôt d'accord (même si au final j'y accorde peu d'importance), mais effectivement, ça à moins de valeur aujourd'hui sachant que beaucoup de logiciels non-GNU se sont rajoutés à l'ensemble.
        Du coup, j'ai plutôt tendance à utiliser le nom de la distribution pour désigner le système d'exploitation plutôt que linux|GNU/linux.

        There is no spoon...

        • [^] # Re: Tu veux jouer au troll ? Bah on va jouer ensemble.

          Posté par . Évalué à 0.

          Pour le GNU/Linux, c'est clair. Un système qui n'utilise que GNU et linux, j'ai un sérieux doute qu'il attire grand monde :)

          Généralement, les gens utilisent au moins un serveur X, donc bon.
          Je plussoie donc (enfin, je le ferai s'il me restait des votes) l'appellation par la distribution, d'autant que certaines distributions ne se limitent pas à linux: par exemple, Debian != GNU/Linux, puisque ça peut être GNU/BSD :P

          Pour le terme privateur, il s'agit effectivement d'un néologisme. Seulement, le français est une langue vivante, et ce néologisme la est plutôt élégant et exprime bien le concept qu'il définit.
          Après tout, en France, un logiciel non propriétaire n'existe pas, vue nos lois sur la propriété individuelle. Donc, propriétaire n'est pas a opposer à libre.
          Après tout, rien n'empêche un logiciel propriétaire de garantir les libertés de modification du source, de redistribution de celui-ci… et je me rappelle plus des autres ^
          La définition de propriétaire, en France, c'est "qui possède". Rien de plus.

  • # captain obvious

    Posté par (page perso) . Évalué à -4.

    au contraire, je n'ai reçu que des +1

    sûr, on ne peut pas moinsser sur Google+ (d'où son nom peut-être ?) ;)

    Je te charrie, je suis plutôt d'accord avec toi (sauf pour skype, même si c'est pratique je pense que ça s'est fait au détriment de protocoles ouverts qui fonctionnent aussi bien)

    Quoi qu'il en soit pour revenir aux ayatollahs à la FSF, en général je me méfie de ceux qui veulent donner l'illumination aux autres malgré eux.

    « I approve of any development that makes it more difficult for governments and criminals to monopolize the use of force. » Eric Raymond

    • [^] # Re: captain obvious

      Posté par . Évalué à 10.

      RMS est venu installer GNewSense sur ton PC durant la nuit ? Flûte alors …

  • # Yomül

    Posté par . Évalué à 3.

    le partage d'informations qui permettrait de rendre un système libre non-libre

    Qu'est-ce exactement ? Auriez-vous des exemples de tels partages d'information ?

    Dire à quelqu'un comment installer son driver non-libre ? Ou faire tourner son jeu non-libre sous GNU/Linux ?

    • [^] # Re: Yomül

      Posté par (page perso) . Évalué à 1.

      Je crois que Ploum extrapole certains arguments soulevés par la FSF sur cette page pour justifier la non-inclusion ("infâmante", vraiment ?) des distros populaires dans sa fameuse liste de distros libres :

      Arch n'a pas non plus de règle pour empêcher de distribuer des logiciels non libres dans ses canaux de distribution normaux. (…)
      Gentoo rend facile l'installation d'un certain nombre de logiciels non libres au moyen de son système de paquets principal. (…)
      Red Hat n'a pas de règle contre la mise à disposition de logiciels non libres par l'intermédiaire de canaux de distribution supplémentaires. (…)
      [CyanogenMod] explique comment installer les applications non libres que Google distribue avec Android.

      Accessoirement : ça serait une bonne idée de journal de tester les distros vraiment libres approuvées par la FSF, vous trouvez pas ? Comme ça, on verra bien si elles sont aussi ringardes que tu sembles le suggérer, Ploum.

      • [^] # Re: Yomül

        Posté par (page perso) . Évalué à 2. Dernière modification le 19/12/12 à 01:53.

        Trisquel 6 (beta) est .

        Mon test de Trisquel 5.5 : Ça marche très bien.

        • [^] # Re: Yomül

          Posté par (page perso) . Évalué à 3.

          Est-il possible d'ajouter facilement des dépôts donnant accès à des décodeurs vidéos, protégés par brevets logiciels illégaux en Europe ? Cela me semblerait un point de différenciation, mettant l'Europe à la pointe de la technologie au contraire de la vieillissante amérique que seul un Obama peut sortir de la fange où elle s'est plongée avec les subprimes et en mettant à la rue tant de monde de leurs maisons qui appartiennent désormais à leurs banques (je crois que j'en fait trop là…), les employés de banque peuvent habiter dans les maisons hypothéquées ? (c'est une vraie question, histoire de sauvegarder cette profession indispensable à notre vie de tous les jours, il est question de notre compte en banque là hein… nos thunes, notre vie, ou pas…).

          • [^] # Re: Yomül

            Posté par (page perso) . Évalué à -3.

            Est-il possible d'ajouter facilement des dépôts donnant accès à des décodeurs vidéos, protégés par brevets logiciels illégaux en Europe ?

            Ben heu, évidemment..? C'est aussi facile que sur une Debian, par exemple une Ubuntu ;) Ya même pas de message "Attention, tu installes du privatingueur softwère, remet vite ton chapeau en papier d'alu ou on va tous mourir" ce qui risque de laisser Ploum fort marri ;)

            C'est une distro libre donc par définition, tu fais ce que tu veux :)

            • [^] # Re: Yomül

              Posté par (page perso) . Évalué à 2. Dernière modification le 19/12/12 à 08:54.

              C'est une distro libre donc par définition, tu fais ce que tu veux :)

              Pas du tout : le libre a une certaine définition, et tu ne peux pas faire ce que tu veux. Par exemple, je ne peux pas linker un truc Apache 2 avec du code GPL 2 (libres tous les deux). Contrairement à ce que tu laisses entendre, tu ne fais pas ce que tu veux avec une distro libre, tu es limité par la licence des composants libres. libre != tu fais ce que tu veux, tu as certaines libertés mais pas toutes (même BSD t'émpèche de faire tout ce que tu veux, la seule licence que je connais qui correspond à ta description est la LRAB)

              • [^] # Re: Yomül

                Posté par (page perso) . Évalué à 1.

                Pas du tout : le libre a une certaine définition

                Comment pas du tout ? Permet-moi d'insister : Je répondais dans le cadre de la question et oui, tu fais ce que tu veux : Tu peux installer un dépot (ou directement un soft) de n'importe quelle nature (licence-wise) sans restriction d'aucune sorte.

                Donc pour que ce soit bien clair : Tu as le droit d'utiliser un logiciel propriétaire sous Trisquel, OK ?

                Tu iras en enfer n'auras pas de support dessus (et encore) mais tu as le droit.

              • [^] # Re: Yomül

                Posté par . Évalué à 8.

                Pas du tout : le libre a une certaine définition, et tu ne peux pas faire ce que tu veux. Par exemple, je ne peux pas linker un truc Apache 2 avec du code GPL 2 (libres tous les deux).

                Je pense que si. Mais tu ne pourras pas distribuer le résultat.

              • [^] # Re: Yomül

                Posté par (page perso) . Évalué à 0. Dernière modification le 20/12/12 à 23:57.

                Pas du tout : le libre a une certaine définition, et tu ne peux pas faire ce que tu veux.

                Wah Zenitram, vraiment ?

                le libre (…) tu ne peux pas faire ce que tu veux ?

                Tu peux faire quoi au juste si c'est libre ? Zenitram, ya un process en toi qu'il faudrait kill -9.

                • [^] # Re: Yomül

                  Posté par . Évalué à 2.

                  Euh je suis souvent amené à trollWmener un débat contradictoire avec Zenitram, mais pour le coup, je suis d'accord avec lui. Si je ne suis généralement pas d'accord pour dire « le libre » et l'appliquer à tout (art, etc.), par contre le logiciel libre, lui, a été défini très précisément, selon quatre principes fondateurs. Ne pas respecter l'un d'entre eux rend un logiciel libre… non-libre.

                  • [^] # Re: Yomül

                    Posté par (page perso) . Évalué à 4.

                    Vous faites semblant ou exprès ? La première liberté du Logiciel libre stipule "la liberté d'exécuter le programme, pour tous les usages", ce qui veut exactement dire

                    Fais ce que voudras.

                    Faire croire le contraire, à part vouloir faire son petit malin du tort à la notion même de Logiciel Libre en retournant la liberté N° 0 dans le sens qui vous plait, je vois pas bien l'idée.

                    Tu as le droit d'installer ce que tu veux sous Trisquel, c'est ça le propos depuis le début, arrêtez de faire semblant de pas comprendre, c'est minable de tout mélanger, et tu peux moinsser tout ce que tu veux, ça ne changera rien à la liberté 0, c'est comme ça et c'est une très bonne chose.

                    Zenitram tombe sur tout ce qui bouge à base de "JE PEUX pas faire ce que je veux donc c'est pas libre" (ici, au hasard) c'est le même qui nous sort ici "c'est libre donc TU PEUX PAS faire ce que tu veux" ce qui est une grosse arnaque aberration ontologique dont je m'étonne que vous la relayassiez avec si peu de discernement.

                    Avec des amis comme ça, le Logiciel Libre n'a pas besoin d'ennemis ; si c'est pour écrire de telles sottises, vous feriez mieux de coder, les mecs.

                    • [^] # Re: Yomül

                      Posté par . Évalué à 1.

                      Tu as le droit d'installer ce que tu veux sous Trisquel, c'est ça le propos depuis le début

                      Oui

                      Mais ca ne veut pas dire "tu fais ce que tu veux"

          • [^] # Re: Yomül

            Posté par (page perso) . Évalué à 3.

            La FSF ne tient pas compte des brevets logiciels pour approuver ces distros.

            Source :

            Il est en pratique impossible, pour les développeurs et les distributeurs de logiciels libres, de savoir si un logiciel donné enfreint des brevets : il y en a beaucoup trop, ils varient d'un pays à l'autre, ils sont souvent formulés de telle manière qu'il est difficile de déterminer ce qu'ils couvrent et ne couvrent pas, et il n'est pas simple de savoir lesquels sont valides. Par conséquent, nous ne demandons généralement pas à ce que les distributions systèmes libres excluent des logiciels à cause de menaces potentielles provenant de brevets. D'un autre côté, ce n'est pas un problème non plus si un distributeur choisit d'exclure un logiciel pour minimiser les risques liés aux brevets.

            (Et on trouve des encodeurs/décodeurs de formats brevetés dans les dépôts Trisquel)

  • # La Liberté relative, une solution aux journaux pourris?

    Posté par (page perso) . Évalué à 8.

    Tu as raison, il faut savoir faire des concessions avec la liberté. Par exemple, sur linuxfr, seuls les auteurs de logiciels libres devraient avoir le droit d'écrire des journaux.

    Newton Adventure est sur Lumière Verte : http://steamcommunity.com/sharedfiles/filedetails/?id=187107465

  • # Attention

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    Attention ploum, ces derniers temps tu donnes l'impression de dériver. L'excès d'idéalisme et l'intégrisme sont des dangers certains, que tu fais bien de dénoncer, mais l'excès de pragmatisme en est un aussi.

    On commence libriste, puis on accepte d'utiliser Facebook et Google+ parce que c'est pratique et qu'en somme, ça ne nuit pas tant que ça à la liberté, on défend ces systèmes parce qu'au moins, ils sont pratiques, contrairement à tout ce qu'on a pu faire de foireux en libre, puis… Bref, ça dérive, et que reste-t-il de conviction libriste, au juste ?

    Désolé hein, mais un tel appel au troll, je ne pouvais pas m'empêcher d'y répondre.

    • [^] # Re: Attention

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      Exact, défendre des libertés, c'est rarement pratique et facile.

      La facilité, c'est de ne pas se poser de questions et d'utiliser le plus simple mais ça a un coup et nous sommes tous différents lorsqu'il s'agit de «payer». Je pense que la majorité des moules ici se trouve entre les deux:

      «Oui je suis pour le logiciel libre mais je veux qd même faire mon informatique … et je suis conscient que ça aura un coût en terme de liberté. Que suis-je donc prêt à sacrifier ?»

    • [^] # Re: Attention

      Posté par (page perso) . Évalué à 0.

      Justement, je suis quelqu'un d'opposé au principe de foi.

      Et je me rends compte que, le logiciel libre, c'est surtout une "foi". C'est le bien.

      Pourquoi ? Qu'est-ce que cela apporte de refuser une solution technologique ?

      Oui, je suis un pragmatique. Je pense que le pragmatisme doit primer tant qu'il est informé.

      Exemple : Facebook m'a permis, au niveau local, de rencontrer des tas de gens et d'être mis au courant d'activités dans ma région. Je n'aime pas Facebook mais il m'a vraiment été utile.

      Si je l'utilise en connaissance de cause sur les défauts de cette solution, où est le problème ? N'est-ce pas problématique de refuser l'interaction avec des personnes, de se couper d'une partie du monde qui nous entoure sous un prétexte idéologique ?

      C'est pourtant ce que font beaucoup de libristes. Et le corollaire c'est que ces libristes sont donc complètement déconnectés des besoins modernes de la population et n'est plus du tout pertinent dans les outils qu'il construit.

      J'en suis l'exemple vivant : j'ai développé GTG avec Gtk à une époque où, déjà, beaucoup se lançaient sur le web. J'ai passé près d'un an à écrire liblarch pour contourner des problèmes complètement absurdes de Gtk. Au final, GTG est pour beaucoup le meilleur gestionnaire de todo mais n'est pas utilisé car il n'est pas mobile. Et cela, je ne l'ai pas vu car je vivais dans une communauté libriste qui, enfermé dans son petit monde, n'a pas du tout perçu l'ampleur de cette révolution mobile.

      Si, au lieu de s'enfermer, les libristes avaient garder un contact permanent avec la réalité de la toute grande majorité, si ils avaient préférés les compromis informés, le libre serait sans aucun doute très différent de ce qu'il est aujourd'hui. En fait, on est exactement dans la même situation que quand X11 fonctionnait très mal et qu'on répondait à tout qui se plaignait que la ligne de commande, c'est plus efficace, qu'on n'a pas besoin de X ni de 3D pour travailler.

      • [^] # Re: Attention

        Posté par . Évalué à 2.

        Il y a une faille dans ton raisonnement, tous les libristes ne sont pas forcément sur la droite ligne RMSienne. Ni non plus totalement sur la ligne Open Source, qui existe aussi, et qui n'est pas à négliger.

        Il y a tout le mouvement autour des CCs qui le prouve aussi, la clause NC existe, des gens l'utilisent.

        Bref, certes RMS est intégristes, mais pleins de gens comblent aussi le vide entre le monde du libre et le monde du propriétaire de manière moins binaire, donc si ton propos c'est de critiquer l'avancée du libre en général tu dois prendre ça en compte.

        • [^] # Re: Attention

          Posté par (page perso) . Évalué à -3.

          Je critique l'approche RMSienne et la FSF. Tous ne sont pas comme ça, heureusement ;-)

          • [^] # Re: Attention

            Posté par (page perso) . Évalué à 7.

            RMS et la FSF sont à la tête d'un mouvement qu'ils ont fondé et ont beaucoup participé à son essor et son évolution.
            Comme tout leader d'un mouvement philosophique, politique, religieux, etc. tu ne t'attends pas à des contradictions de la part d'un des dirigeants. La cohérence est importante quand tu diriges un mouvement, ça te forge une identité, des repères, un chemin à suivre et surtout ça maintient cela en place.

            Tu trouverais cela cohérent qu'un leader d'un mouvement écologiste roule en 4x4 pour faire du centre-ville, utilise l'avion quand le train est possible, ne fais pas du tri-sélectifs, etc. Car si un tel leader souhaite que d'autres suivent son mouvement, il faut avant tout commencer par le respecter soit même, sinon qui le fera ?
            Que penserais-tu d'un chef religieux musulman ou juif qui boit alcool, mange du porc, ne fait pas le sabbat ou le ramadan ? Tu trouverais cela logique ?

            La cohérence joue énormément, ça joue sur la crédibilité et la survie du mouvement, si RMS et la FSF n'étaient pas stricts, quid du LL dans 50 ans quand ils ne seront plus là ? Ils ne forcent rien à personne, ils donnent juste leurs avis sur ce qui est dans le sens du mouvement initié par eux et ce qui ne l'est pas afin que chacun fasse ses choix en tout connaissance de causes. C'est important et on notera que tout religion ou philosophie ou autres mouvement idéologiques ont des dirigeants de ce type pour garder tout cela en place, sans empêcher les « suiveurs » du dit mouvement de faire autrement…

      • [^] # Re: Attention

        Posté par (page perso) . Évalué à 0.

        Justement, je suis quelqu'un d'opposé au principe de foi.

        Il n'est pas question de foi, mais de faire des choses qu'on sent être bien parce qu'elles nous plaisent, et il n'y a rien de mauvais la dedans, c'est instinctif, comme si tu vois un enfant en train de se noyer, tu iras le secourir même si t'as pas envie de mouiller tes chaussettes. Il faut pas pousser trop le pragmatisme, à toi de trouver tes limites.

        Pourquoi ? Qu'est-ce que cela apporte de refuser une solution technologique ?

        À moins d'avoir vingt bras, tu peux difficilement utiliser les technologies proposées par toutes les distributions ou tous les logiciels de chaque catégorie (c'est vraiment rare quand il y a pas au moins deux ou trois logiciels libres qui font la même chose qui se valent pas plus au moins à question de goût près), donc c'est pas qu'on refuse des technologies, c'est qu'on n'a même pas le temps de connaître toutes celles qui sont libres, pourquoi chercher ailleurs?

        Et puis d'autres te répondront que refuser des technologies peut parfois avoir son sens pour des raisons éthiques, environnementales,…

        Si je l'utilise en connaissance de cause sur les défauts de cette solution, où est le problème ?

        Le temps que tu passe à utiliser ces solutions, c'est du temps que tu aurait pu passer à faire autre chose, c'est toi qui choisi.

        N'est-ce pas problématique de refuser l'interaction avec des personnes, de se couper d'une partie du monde qui nous entoure sous un prétexte idéologique?

        Tu sais, tu n'es pas obligé d'intéragir avec tout le monde: si ça se trouve t'as horreur du foot, t'est pas obligé de devenir supporter d'une équipe. Ou alors tu détestais jouer à la marelle quand t'étais à la maternelle, ou aux cartes, etc… On peut pas tout faire, ni parler avec tout le monde.

        qu'on n'a pas besoin de X ni de 3D pour travailler.

        En même temps, la 3D, sauf cas spécifique, c'est vraiment pas dit que tu en aies besoin pour travailler.

      • [^] # Re: Attention

        Posté par . Évalué à 5.

        Le problème est surtout que tu extrapoles à partir de ton expérience personnelle.

        Moi j'utilise http://tracks.tra.in/ depuis le début, suis sous Windows par confort avec des LLs dessus et pourtant je ne vais pas conchier RMS.
        Les solutions libres pour composer avec le reste des réseaux sociaux fermés elles sont innombrables.
        Et moi je préfère encore les bars, les restos, les assoces pour rencontrer les gens.

        Tu t'es fourvoyé en prenant la doxa au pied de la lettre depuis le début au lieu d'avoir une vraie vie, prends en toi à toi-même pas aux autres.
        RMS avertit. A toi de faire la part des choses.

      • [^] # Re: Attention

        Posté par (page perso) . Évalué à 5.

        Au final, GTG est pour beaucoup le meilleur gestionnaire de todo mais n'est pas utilisé car il n'est pas mobile. Et cela, je ne l'ai pas vu car je vivais dans une communauté libriste qui, enfermé dans son petit monde, n'a pas du tout perçu l'ampleur de cette révolution mobile.

        /sifflote
        Tu es conscient quand même que beaucoup de frameworks mobiles sont libres ?
        Je ne sais pas comment tu échantillonnes la "communauté libriste", mais il est possible que tu emploies simplement la mauvaise terminologie.

        Chippeur, arrête de chipper !

      • [^] # Re: Attention

        Posté par . Évalué à 9.

        N'est-ce pas problématique de refuser l'interaction avec des personnes, de se couper d'une partie du monde qui nous entoure sous un prétexte idéologique ?
        C'est pourtant ce que font beaucoup de libristes.

        Ah ? Donc, pour toi, refuser d'utiliser facebook, c'est "refuser l'interaction avec des personnes" et "se couper d'une partie du monde qui nous entoure" ?

        Désolé, mais là, c'est toi qui est "deconnecté de la réalité" !

        J'ai aucun compte facebook, mais c'est pas pour autant que je refuse d'interagir avec qui que ce soit, et je n'ai pas l'impression de me couper du monde… Faut arreter, facebook n'est pas le seul moyen de communication qui existe.

        • [^] # Re: Attention

          Posté par (page perso) . Évalué à 4.

          J'ai aucun compte facebook

          Et ça te rend inquiétant : http://www.arretsurimages.net/vite.php?id=14881

          • [^] # Re: Attention

            Posté par . Évalué à 2.

            France info et Roland Coutanceau sont des cons !

            C'est tout ce que j'ai appris dans cet article :)

        • [^] # Re: Attention

          Posté par (page perso) . Évalué à -2.

          « J'ai aucun compte facebook, mais c'est pas pour autant que je refuse d'interagir avec qui que ce soit, et je n'ai pas l'impression de me couper du monde… Faut arreter, facebook n'est pas le seul moyen de communication qui existe. »

          Je tenais exactement le même discours. Mais je peux t'assurer qu'il est faut.

          Dans mon patelin, sur cette dernière année, je peux te citer une dizaine d'évènements et d'activités dont je n'aurais jamais été au courant si je n'avais pas Facebook. Durant les élections, des dizaines de personnes, dont des journalistes, ne m'ont contacté que par Facebook et m'ont affirmé ne pas savoir comment me contacter autrement (mon mail est pourtant sur ma page web) et ne m'ont plus répondu quand je suis passé aux emails. Une des meilleures amies de ma copine ne répond pas à ses mails mais bien à ses messages Facebook. Comme ma copine n'a pas Facebook, j'ai du jouer l'intermédiaire pour organiser qqch avec cette amie. J'ai vu plusieurs de mes amis sans Facebook ne pas venir à des fêtes car n'étant pas au courant. Dernièrement, je croise un ami d'enfance que je n'avais plus vu depuis 10 ans. On discute, on se quitte. Le soir, il m'ajoutait sur Facebook et, via Facebook (alors que je lui ai donné mon mail plusieurs fois), il m'invite à un resto. Je peux garantir que, sans Facebook, on n'aurait pas fait ce resto. Via Facebook, j'ai également pu m'inscrire dans l'équipe de mon quartier du challenge inter-quartier de la ville. Et bien je n'ai vu nul part d'autre que sur Facebook des informations sur ce challenge, en tout cas nulle part avant la date limite d'inscription dans les équipes. Sans Facebook ou sans connaître personnellement les organisateurs, il n'y avait donc pas moyen de participer.

          Cela me fait mail de le reconnaître mais si, on se coupe d'une grande partie du monde quand on n'est pas sur Facebook.

          Après, cela peut être très bien. On peut vivre sans. Comme on peut vivre sans téléphone. Mais moi qui ai testé la vie sans Facebook et avec à très peu de temps d'intervalles, je suis sidéré de voir : oui, Facebook a complètement changé les relations entre les personnes. Et oui, sans Facebook, on passe à côté de beaucoup de choses. Mais on ne s'en rend pas compte car on ne sait même pas que ces choses existent.

          Je remarque que les "sans-facebook" ont tendance à se regrouper et, du coup, à le vivre bien.

          Il y a plusieurs approches possibles :

          1. Je m'en fous, je suis sur Facebook.
          2. J'en suis conscient mais je ne veux pas être sur Facebook du coup je vais promouvoir/contribuer à des alternatives libres.
          3. J'en suis conscient, je préfère que ce soit libre mais, tant pis, je sacrifie certains principes.
          4. Non, on s'en fout, Facebook ça sert à rien et d'ailleurs j'ai plein de potes et on va boire des verres sans Facebook.

          J'étais 2 et je suis devenu 3. Ce qui m'a fait prendre conscience à quel point le libre avait un retard que je ne soupçonnais pas, à quel point Facebook était important.

          Toi, tu es 4. Exactement comme je disais avec la ligne de commande.

          • [^] # Re: Attention

            Posté par (page perso) . Évalué à 7.

            Eh bien, heureusement que tout le monde n'est pas 3. Parce que sinon, les monopoles en places seraient éternels.

          • [^] # Re: Attention

            Posté par . Évalué à 3.

            Il pourrait y avoir une 5 approche.
            5. Facebook, je m'en fout, j'ai déjà une vie bien remplie etc.

            Franchement, autour de moi, il y a des sans "sans-facebook (plus par manque d'intérêt que par conviction), des fans, des gens qui ont des comptes mais qui s'en servent peu …

            J'avoue que c'est gênant parfois quand quelqu'un y dépose des photos mais en général les gens sont plutôt compréhensifs.

            Pour les journalistes, c'est bien dommage ;)

          • [^] # Re: Attention

            Posté par . Évalué à 9.

            « J'ai aucun compte facebook, mais c'est pas pour autant que je refuse d'interagir avec qui que ce soit, et je n'ai pas l'impression de me couper du monde… Faut arreter, facebook n'est pas le seul moyen de communication qui existe. »

            Je tenais exactement le même discours. Mais je peux t'assurer qu'il est faut.

            Quelle partie est fausse ?
            - Ne pas avoir facebook ce n'est pas refuser d'interagir avec les gens : c'est vrai : j'ai pas facebook, et pourtant j'accepte d'interagir avec toi.
            - Ne pas avoir facebook, ce n'est pas se couper du monde : meme réponse : je communique bien avec toi. Se passer de facebook, c'est se couper des gens qui n'acceptent de communiquer que via facebook (j'y reviendrai, t'en as donné plein d'exemple).
            - facebook n'est pas le seul moyen de communication qui existe : meme reponse. LinuxFr est un moyen de communication, le langage parlé en est un autre, le mail et le courrier postal en sont d'autres. Il en existe encore plein d'autres : pigeon voyageur, signaux de fumée, sémaphore, etc…

            Dans mon patelin, sur cette dernière année, je peux te citer une dizaine d'évènements et d'activités dont je n'aurais jamais été au courant si je n'avais pas Facebook.

            Oui, et ? En quoi ca montre que se passer de facebook c'est se couper du monde ?

            Durant les élections, des dizaines de personnes, dont des journalistes, ne m'ont contacté que par Facebook et m'ont affirmé ne pas savoir comment me contacter autrement (mon mail est pourtant sur ma page web)

            Sincèrement, me couper de journalistes qui ne savent pas qu'un mail trouvé sur une page perso est un moyen de communication… C'est plutot bien !

            et ne m'ont plus répondu quand je suis passé aux emails.

            Ah, là on inverse la situation : ce n'est pas les gens qui refusent facebook qui se coupent du monde, c'est les gens qui refusent d'utiliser autre chose que facebook !

            Une des meilleures amies de ma copine ne répond pas à ses mails mais bien à ses messages Facebook.

            Meme chose : c'est ELLE qui se coupe du monde en refusant tout autre moyen de communication que facebook.

            J'ai vu plusieurs de mes amis sans Facebook ne pas venir à des fêtes car n'étant pas au courant.

            Bah forcément, si tu ne comptes que sur facebook pour faire parvenir l'info, ceux qui n'ont pas facebook n'ont pas l'info. C'est toi qui es en tort, là : tu aurais pu leur envoyer un pigeon voyageur !

            Dernièrement, je croise un ami d'enfance que je n'avais plus vu depuis 10 ans. On discute, on se quitte. Le soir, il m'ajoutait sur Facebook et, via Facebook (alors que je lui ai donné mon mail plusieurs fois), il m'invite à un resto. Je peux garantir que, sans Facebook, on n'aurait pas fait ce resto.

            Sincèrement, tu crois que si tu lui avais répondu "j'ai pas facebook, mais tu peux me joindre à tel numéro de téléphone", le resto ne se serait pas fait ? Et si c'est le cas, tu crois vraiment que c'est un ami ?

            On peut vivre sans. Comme on peut vivre sans téléphone

            Ta comparaison est foireuse : si on n'a pas le téléphone, il n'y a aucun moyen de nous joindre instantanément (le courrier ca prend quelques jours pour arriver). A moins que tu aies internet sans avoir le téléphone, mais parlons de cas qui existent.

            Toi, tu es 4. Exactement comme je disais avec la ligne de commande.

            Gni ? C'est quoi cette histoire de ligne de commande ?

            • [^] # Re: Attention

              Posté par . Évalué à 5. Dernière modification le 20/12/12 à 10:22.

              J'oubliais : t'as des amis étranges quand meme, pour refuser de communiquer avec toi si tu n'utilises pas facebook… Ou alors, tu parles d'"amis" au sens facebook…

            • [^] # Re: Attention

              Posté par . Évalué à 5.

              +1

              Quand on voit les arguments, on constate que le problème apparait uniquement parce que les interlocuteurs refusent (sciemment ou non) d'utiliser autre chose que Facebook pour communiquer.

              Ce qui est dommage, c'est que les mêmes arguments de Ploum fonctionnent pour tout les trucs proprio:
              - on m'envoie des documents en format fermé -> si je n'utilise pas le logiciel proprio qui va avec, je me coupe du monde.
              - on me propose d'utiliser un logiciel proprio -> si je n'utilise pas ce logiciel proprio, je me coupe du monde.
              - on me propose d'utiliser un logiciel/protocole disponible uniquement sur un OS proprio -> si je n'utilise pas cet OS proprio, je me coupe du monde.

              Ploum, où places-tu la limite dans ton raisonnement ? À quel moment cela devient "acceptable" d'utiliser une alternative plutôt que le logiciel/service dominant ?
              Question additionnelle: penses-tu que cette limite soit objective ou qu'elle dépend uniquement de ta propre sensibilité à faire des concessions ou non ou à considérer telle interaction sociale plus importante qu'une autre ?

              • [^] # Re: Attention

                Posté par . Évalué à 0.

                Quand on voit les arguments, on constate que le problème apparait uniquement parce que les interlocuteurs refusent (sciemment ou non) d'utiliser autre chose que Facebook pour communiquer.

                Et pourquoi donc?
                Typiquement, le mail pour organiser une soiree, c'est tres relou.
                Entre ceux qui savent pas quoter, ceux qui savent pas faire reply all, les threads qui partent en live avec tout le monde qui chambre, les clients emails a la con qui rajoutent un re: a chaque fois, bob qui a change de mail et qui envoye un mailer daemon a chaque message, la tentative de solution de rene a ce probleme qui consiste a ajouter les 6 dernieres adresses connues de bob (dont une avec typo), tu finis dans un merdier sans nom et rien n'en sort.
                Facebook apporte une solution au probleme, le sujet est un simple thread. Tu sais qui est sur le thread, t'as les photos, tu sais qui a lu les messages etc.
                Les limites du mail ont ete atteintes ya longtemps et les autres moyens ne sont pas satisfaisant (irc/chat trop instantane, telephone pas assez "groupé", forums pas assez centralise, sms chers et peu pratique).

                Oui, un forum est similaire, mais v'la le merdier s'il faut deployer sa propre passoire phpbb, et ca pose des pb de confidentialite (bob est pas invite ce vendredi, et ca arrange tout le monde), sans meme compter le cote un groupe de potes/un forum qui devient vite ingerable.
                Le chat est la version ecrite du telephone, c'est de l'instantane pour ragoter sur la mere jeanine et demander des trucs la maintenant.

                Ca sonne bizarre, mais fb est avant tout un outil pour beaucoup, ca sert effectivement a creer et maintenir des communautes. Plutot que de se regarder le nombril comme certains le font ici a pretendre que tout a ete invente, c'est fini ma bonne dame, ils ont reconnu que les outils actuels sont mauvais et se sont attele a la tache d'en faire de meilleur (et du fric au passage, pas fous quand meme).

                Linuxfr, le portail francais du logiciel libre et du neo nazisme.

                • [^] # Re: Attention

                  Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                  Le problème n'est pas que les outils sont mauvais, mais que les utilisateurs ne savent pas s'en servir.
                  Changer d'outil ne les apprendra pas plus à s'en servir.

                  Mais tu as sûrement raison, il vaut probablement mieux préférer Facebook (qui sous couvert de vouloir te protéger contre le spam, va t'en imposer un peu plus sans te demander ton avis) pour ce genre communication, plutôt qu'un autre moyen mal maîtrisé (mais universel et avec la possibilité d'être beaucoup plus indépendant et libre)…

                  Ou pas.

                  There is no spoon...

                  • [^] # Re: Attention

                    Posté par . Évalué à -3.

                    Le problème n'est pas que les outils sont mauvais, mais que les utilisateurs ne savent pas s'en servir.
                    Changer d'outil ne les apprendra pas plus à s'en servir

                    Effectivement, ca doit etre la faute des utilisateurs.
                    Ya donc un milliards de gens ignorants. Comme t'as l'air tres implique dans l'affaire, je propose que tu les eduques, tous, un par un, et d'assurer leur support.

                    Ou alors, peut etre, je dit bien peut etre, pourrait on travailler sur des outils qui seraient a la fois plus adapte et plus simple a utiliser.
                    Nan.
                    Je doit rever, des ingenieurs qui bossent a de meilleurs solutions pour les utilisateurs? Impossible!!!

                    Linuxfr, le portail francais du logiciel libre et du neo nazisme.

                    • [^] # Re: Attention

                      Posté par . Évalué à 1.

                      Ya donc un milliards de gens ignorants.

                      Tu surestimes largement le nombre de personnes ayant un compte Facebook et sachant s'en servir…

                • [^] # Re: Attention

                  Posté par . Évalué à 2.

                  Ce que tu décris avec Facebook est similaire à ce qui se passait avec le mail au début de l'internet:
                  si je voulais contacter John Doe, il suffisait d'envoyer un e-mail à john.doe@aol.com

                  Aujourd'hui, tu as des tas de boîtes mail, et tu es obligé de demander à ton voisin son adresse, et p-e que demain, elle changera.
                  Et bien demain, tu auras des tas de réseau sociaux (ce que j'espère: on a tous des goûts/méthodes de travail/besoins différents, un seul outil ne peut pas satisfaire tout le monde + danger du monopole, toussa), et tu seras obligé de demander à ton voisin sur lequel il est, et p-e que demain, il arrêtera d'aller sur le réseau machin pour aller sur le réseau bidule.
                  Aujourd'hui, tu as déjà facebook, twitter, google+, diaspora, so.cl de MS, …
                  Que se passe-t-il si tu ouvres un thread sur facebook mais que John Doe ne s'occupe que de son fil google+ ?
                  Que penser de Ploum qui a été obligé de créer une boîte e-mail sur hotmail et une autre sur gmail et qui doit régulièrement regarder dans ces deux boîtes aux lettres pour voir s'il a reçu des messages (oups, je voulais dire: comptes sur facebook et google+) ?

                  Additionnellement, je pense qu'on peut répondre à quelqu'un via le service de messagerie instantané ou via un message privé ou via le mur d'un participant ou …
                  C'est là l'équivalent des mauvais usages du mail que tu cites.

                  L'idée du thread n'est pas mauvaise, mais tu fais la même erreur que les utilisateurs de iPhone lorsqu'on leur dit que leur smartphone est fermé:
                  ce n'est pas parce que le concept de thread est intéressant que ça implique que le système doit être fermé.
                  Par exemple, on peut avoir un système où n'importe qui peut y accéder à une page sans compte (à la limite en utilisant le mot de passe transmis par le créateur de la page) et dialogué via un système de thread.
                  C'est déjà pratiquement ce qui est fait pour les systèmes de type doodle ou etherpad (avec des objectifs plus spécifiques, mais ça reste la preuve qu'une discussion ne requiert pas que les interlocuteurs doivent s'inscrire sur la même plateforme).

                  Bref, dire: le système de thread est meilleur que l'e-mail donc ce ne sont pas les utilisateurs de facebook qui s'enferment volontairement est FAUX, car il n'y a pas de liens entre un système de thread et un système fermé.
                  Donc oui, quand les utilisateurs choisissent un système fermé, ils se coupent volontairement des autres, car ils choisissent un système fermé alors qu'il n'y a aucune raison que ce système soit fermé.

                  • [^] # Re: Attention

                    Posté par . Évalué à 1.

                    Que penser de Ploum qui a été obligé de créer une boîte e-mail sur hotmail et une autre sur gmail et qui doit régulièrement regarder dans ces deux boîtes aux lettres pour voir s'il a reçu des messages (oups, je voulais dire: comptes sur facebook et google+) ?

                    Que ploum n'a pas pensé à configurer un compte pour qu'il renvoie directement les mails vers la seule adresse qu'il utilise vraiment?
                    Ah, pardon, ce n'est pas possible avec les réseaux sociaux… Et c'est bien pour ça que les mails sont bien plus intéressants. Pour l'IRC, on peut utiliser des bots pour faire la même chose. Avec le téléphone, il y a aussi des possibilités de redirection.
                    Bon, je te quote, mais pas pour dire que je ne suis pas d'accord, au contraire même :)

                    Le reste du message n'a d'ailleurs rien (ou pas grand chose) à voir avec le tiens.

                    Alors, oui, ceux qui s'enferment, ce sont ceux qui se brident à une seule plateforme de réseau social fermé, les empêchant par la même d'aller voir ailleurs facilement (je ne parle pas du fait qu'un outil ait son code source ouvert ou pas, ça n'a rien à voir, les sources de hotmail et gmail ne sont pas distribuées, pourtant on peut transférer ses données sans problèmes).

                    Quant au problème des utilisateurs qui ne savent pas se servir d'un mail mais qui "gèrent" facebook… hier mon frère se plaignait qu'un de ses "amis" partageait tous les contenus au lieu de simplement les plussoyer. C'est donc bien une preuve que fesses de bouc n'est pas si bien manipulé que ça.
                    D'un autre côté, sur la mailing list debian, les gens qui ne respectent pas les règles ne sont pas assassinés (enfin, pas tout de suite) on leur explique comment faire les choses correctement.

                    Et pour finir, le coup du "gégé est pas invité", avec facebook et les règles d'accès qui changent tout le temps, j'ai pas l'impression que ce soit plus simple que par mail.
                    Par mail, tu as 2 solutions, la prise de tête super efficace, et la vite fait mal fait:
                    _ configurer une mailing-list, très efficace, mais demande un minimum de compétence et de temps
                    _ simplement faire un envoi à plusieurs personnes, en précisant dans le message de ne faire que des "répondre à tous".

                    Par ailleurs, dire que quelqu'un ne sait pas se servir des mails mais qu'il sait se servir de facebook, c'est quand même un superbe délire: éventuellement, quelqu'un peut ne pas savoir se loguer dans son client mail, mais ce sera la même chose pour facebook. Après, l'interface la plus complexe, c'est certainement pas celle des clients mail.
                    Au mieux, on peut dire qu'une personne ne connaît pas les us et coutumes de la liste qu'elle à rejoint (citer le message entier ou n'en prendre que la partie utile, répondre avant ou après le message, ne pas hijacker les threads parce que certains se fient à je-ne-sais-quoi dans le header plus qu'au titre… des us et coutumes, tout ça…).

          • [^] # Re: Attention

            Posté par . Évalué à 0.

            On vivait aussi très bien avec des esclaves.

          • [^] # Re: Attention

            Posté par . Évalué à 1.

            […] ne m'ont plus répondu quand je suis passé aux emails.

            TA ! DA ! https://www.facebook.com/help/224049364288051/

            Les logiciels sous licence GPL forcent leurs utilisateurs à respecter la GPL (et oui, l'eau, ça mouille).

            • [^] # Re: Attention

              Posté par (page perso) . Évalué à 1.

              Alors ça, j’en entends parler depuispas mal de temps, j’ai essayé plusieurs fois, ça n’a jamais marché.
              C’est foireux ce truc…

              De ses yeux vastes comme des océans, encroûtés de chassie et de poussière d'astéroïdes, Elle fixe le But Ultime.

      • [^] # Re: Attention

        Posté par . Évalué à 4.

        Justement, je suis quelqu'un d'opposé au principe de foi.

        Oui, je suis un pragmatique. Je pense que le pragmatisme doit primer tant qu'il est informé.

        Ces deux phrases ne sont pas incompatibles ?

        Tout modèle de société est une idéologie, et souhaiter que plus de gens utilisent des logiciels libres est un modèle de société.
        Pour chaque idéologie et pour chaque axe de cette idéologie, chaque individu se place quelque part sur l'échelle "approche idéologique" -> "approche pragmatique", en fonction de sa propre sensibilité.

        En déclarant: "ma position sur cette échelle est la seule qui est 'efficace', 'vraie' ou 'scientifique'", tu fais preuve de foi envers ta propre position.
        Lorsque tu dis "le pragmatisme doit primer", tu fais preuve d'idéologie (l'idéologie selon laquelle le pragmatisme est une approche idéale).
        De même, les personnes que tu accuses de faire preuve de "foi" te répondront: "pas du tout, si j'ai cette position, c'est parce que c'est la meilleure pour atteindre mon objectif. C'est toi qui fait preuve de foi en croyant que ton approche est la meilleure".

        Le principal danger du pragmatisme est de confondre l'objectif et le moyen.
        Une fois que tout le monde utilisera Linux avec Facebook et Skype, qu'est-ce que ça nous aura rapporté ? Pour moi, qui utilise un protocole de communication libre, peu importe si mon voisin utilise Linux ou Windows, vu que je ne pourrais de toutes façons pas parler avec lui.

        Il y a des exemples d'échec d'approche pragmatique.
        Si aujourd'hui on dit "tout les partis politiques se ressemblent", c'est parce qu'ils ont eu des approches pragmatiques. Comme toi, ils ont dit "si on veut toucher plus de personnes, il ne faut pas avoir peur de faire des compromis et accepter des idées pourtant extérieures à notre idéologie". Le résultat est en général peu glorieux:
        - soit les "idéologues" refusent le renouvellement des représentants de ce parti et s'attirent les foudres de leur électeurs ("ils sont coupés de la base").
        - soit les nouveaux partisans qui adhèrent aux idées extérieures à l'idéologie initiale finissent par grimper les échelons et redéfinissent les lignes du parti en loupant l'objectif initial (et on en arrive à "tout les partis se ressemblent").

        (à l'inverse, il y a aussi des échecs cuisants d'approche idéologique, la principale étant l'incapacité à toucher les individus)

        Je sais que tu te lances en politique, et ce que je te souhaite, c'est que tu montes un projet pragmatique et qu'il se casse ensuite la gueule comme tant d'autres avant lui. Pas que je te souhaite du mal, mais c'est à mon avis nécessaire pour que tu apprennes qu'il n'y a pas de "solutions miracles a priori" et que ta notion de "bonne solution" est tout aussi subjective et idéologique que celle des autres.
        (Après tout, l'humanité existe depuis des millénaires, et des milliards d'individus tout aussi intelligents que toi se sont posé la question. Ce serait étrange qu'une solution aussi simple soit passée inaperçue.)

      • [^] # Re: Attention

        Posté par . Évalué à 5.

        Au final, GTG est pour beaucoup le meilleur gestionnaire de todo mais n'est pas utilisé car il n'est pas mobile. Et cela, je ne l'ai pas vu car je vivais dans une communauté libriste qui, enfermé dans son petit monde, n'a pas du tout perçu l'ampleur de cette révolution mobile.

        C’est contradictoire. S’il n’est pas utilisé pour une raison technique, c’est qu’il n'est pas le meilleur gestionnaire de todo, point. Comment peut-on dire de quelque chose qu’il soit le meilleur quand il ne répond pas aux attentes ?

        Ne va pas te chercher des raisons philosophiques pour un problème purement technique.

        Article Quarante-Deux : Toute personne dépassant un kilomètre de haut doit quitter le Tribunal. -- Le Roi de Cœur

        • [^] # Re: Attention

          Posté par (page perso) . Évalué à 0.

          Effectivement, il n'est pas le meilleur gestionnaire de todo car il n'est pas mobile. Ce qui est critique.

          Si l'on passe outre la mobilité, alors oui, sur les autres points il gagne partout. (ça peut paraître prétentieux mais j'en ai testé des dizaines et les utilisateurs de GTG, même ceux qui ne l'utilisent plus à cause de la mobilité sont unanimes).

          En 2008, ne pas être mobile était un désagrément. Aujourd'hui, c'est tout simplement disqualifiant.

          Imagine que ça devienne l'interface idéale, parfaite. Personne n'y trouve rien à redire : c'est beau, c'est efficace, ça marche. C'est juste pas mobile.

          Et bien je n'aurais pas un seul utilisateur de plus qu'aujourd'hui.

      • [^] # Re: Attention

        Posté par . Évalué à 2.

        J'en suis l'exemple vivant : j'ai développé GTG avec Gtk à une époque où, déjà, beaucoup se lançaient sur le web. J'ai passé près d'un an à écrire liblarch pour contourner des problèmes complètement absurdes de Gtk. Au final, GTG est pour beaucoup le meilleur gestionnaire de todo mais n'est pas utilisé car il n'est pas mobile. Et cela, je ne l'ai pas vu car je vivais dans une communauté libriste qui, enfermé dans son petit monde, n'a pas du tout perçu l'ampleur de cette révolution mobile.

        Pour moi, avant d'être mobile, il lui manque surtout d'être multiplateforme. Je l'ai utilisé sous Linux pendant un temps mais vu que j'utilise aussi Windows, j'ai fini par l'abandonner au profit de todotxt.

  • # l'infamant sceau du non-libre

    Posté par . Évalué à 3.

    Lorsqu'il est dit: "applique l'infamant sceau du non-libre", en quoi le sceau du non-libre est-il infamant à part dans la tête d'un type qui considère que "tout ce qui est pas libre ça pue et si on me dit que c'est libre, j'y crois les yeux fermés" ?

    Je pense qu'il faut considérer a priori les utilisateurs comme des gens intelligents et responsables : ceux-ci doivent avoir toutes les informations et les vraies informations, et ensuite, ils font leur choix sensés en fonction de leur propre sensibilité (si qlq'un de bien informé considère que son confort est plus important que l'impact négatif qu'aura l'utilisation d'un programme non libre, c'est juste son choix, je n'ai rien à redire).
    Par contre, évidemment, il faut veiller à bien informer les gens : beaucoup de gens ne sont pas conscients des impacts négatifs de leur choix, ou sont trop peu parano pour vérifier en détail toutes les informations.

    Mais c'est au deuxième niveau qu'il faut agir, pas en leur mentant comme voudrait faire Ploum.
    Là, Ploum semble dire: les gens sont trop cons, si on leur dit "Debian c'est pas libre", ils vont dire "Debian est un méchant logiciel propriétaire ayant une politique identique à Windows", donc, pour éviter ça, il faut surtout pas dire "Debian n'est pas libre".
    Personnellement, je pense qu'il vaut mieux dire: "euh, non, ce n'est pas parce que Debian n'est pas considéré comme libre que c'est l'équivalent de Windows. Libre, c'est une définition objective, et il suffit de regarder les points non satisfaits pour évaluer les impacts négatifs". Si on fait ça, l'utilisateur constatera que les impacts négatifs de Debian sont très loin de ceux de Windows.

    (mais bon, ça va dans le sens contraire de la tendance actuelle de Ploum qui veut que l'utilisateur ne doit surtout pas avoir à réfléchir: tout doit être simple et facile pour lui)

    Finalement, j'ai l'impression que Ploum veut faire du "librewashing".
    Il semble dire que le sceau "libre" est une plus-value pour un logiciel, et que par conséquent, on devrait avoir le droit d’apposer son sceau "libre" sur son propre produit pour le mettre en valeur pour peu qu'on arrive à trouver une définition du libre qui est satisfaite par son logiciel.
    Ça me semble la porte ouverte à toutes les dérives.
    Mieux vaut "désacraliser" le mot "libre" et appliquer une définition objective stricte comme le fait la FSF.

    • [^] # Re: l'infamant sceau du non-libre

      Posté par (page perso) . Évalué à 1.

      Je t'ai plussé mais uniquement pour

      • « Mieux vaut "désacraliser" le mot "libre" et appliquer une définition objective stricte comme le fait la FSF.  »
      • ah bah non, ya pas de 2 :/

      ploum connaît le libre, il est ubuntriste, il en connaît les limites, à lui de promouvoir la bonne manière de mettre en œuvre le libre maintenant :-) (si possible avec des licences libres).

    • [^] # Re: l'infamant sceau du non-libre

      Posté par (page perso) . Évalué à 2. Dernière modification le 19/12/12 à 07:56.

      on devrait avoir le droit d’apposer son sceau "libre" sur son propre produit pour le mettre en valeur pour peu qu'on arrive à trouver une définition du libre qui est satisfaite par son logiciel.

      Euh… Depuis quand la définition de libre de la FSF (donc leur définition) interdit de faciliter l'installation du proprio?
      Je pense que ce que veux dire ploum, c'est surtout qu'ils ne respectent pas eux-même leur propre définition du libre, et y ajoutent plein d'autres choses n'ayant rien à voir avec leur définition. Et c'est la que ça coince. Alors certes ploum a mis des formes bourrines, mais il y a quand même au fond un petit problème avec la FSF et leur façon d'appliquer des principes sortis du chapeau qui ne sont pas dans leur définition : suivant leur définition, Debian est libre, mais ils crachent dessus à cause de possibilités (genre les dépôts non libres "faciles d'accès") absolument pas interdits par leur définition, c'est des plus bof (incohérence entre la définition et ce qui est non "validé").

      • [^] # Re: l'infamant sceau du non-libre

        Posté par (page perso) . Évalué à 5.

        D'abord ce n'est pas la définition du libre mais d'un logiciel libre. Ensuite il ne crache pas dessus, il disent ne pas soutenir ou homologuer (" endorse "). De plus ils s'expliquent non pas par prosélytisme mais parce que la question leur est souvent posée.

        Faut arrêter de dire n'importe quoi et lire un peu avant de parler d'un sujet. Ce qui, il est vrai, diminuerais sensiblement la présence de certains sur linuxfr.

        • [^] # Re: l'infamant sceau du non-libre

          Posté par (page perso) . Évalué à 0.

          il disent ne pas soutenir ou homologuer (" endorse ")

          Un truc est 100% conforme à leur définition, et ils ne soutiennent ("endorse") pas? Il faut quoi alors? C'est à la tête du client, on change les règles officieuses quand on a envie et la définition officielle c'est juste pour faire joli en fait? Désolé, mais ça ne passe pas mon filtre à moi sur l'honnêteté intellectuelle.

          Faut arrêter de dire n'importe quoi et lire un peu avant de parler d'un sujet.

          Ah le classique "si tu n'es pas d'accord avec moi, c'est juste parce que tu es un idiot qui s'est pas renseigné sinon tu serais d'accord avec moi".
          Non, ce n'est pas parce que je n'ai pas la même conclusion que toi que ça veut dire que je n'ai rien lu ou que je dis n'importe quoi.

          • [^] # Re: l'infamant sceau du non-libre

            Posté par (page perso) . Évalué à 3.

            Dire que la FSF crache sur x c'est dire n'importe quoi et dénote que tu ne te renseigne pas. Une deuxième confirmation est ton premier paragraphe :

            Debian ne rentre pas dans la guideline de la FSF pour que la FSF disent "c'est un système libre selon nos guidelines" (guideline que je te laisse trouver sur le site puisqu'en fait tu te renseignes). Les deux arguments sont que debian propose l'installation de blob et des paquet libre dans contrib qui sont des enveloppes à des logiciel proprio. Pour le coup c'est Debian qui est incohérent et faux cul.

            Il ne faut pas confondre la définition d'un logiciel libre (GPL selon la FSF) et d'un système libre selon la FSF. On peut critiquer la définition d'un système libre selon la FSF mais pas leur incohérence ou le honnêteté intellectuelle.

            "si tu n'es pas d'accord avec moi, c'est juste parce que tu es un idiot qui s'est pas renseigné sinon tu serais d'accord avec moi"

            J'ai jamais dit que tu serais nécessairement d'accord avec moi ni que tu étais idiot. Mais tu dis effectivement n'importe quoi et tu n'as pas l'air de savoir de quoi tu parles concernant la position de la FSF sur les distributions.

      • [^] # Re: l'infamant sceau du non-libre

        Posté par . Évalué à 0.

        Euh… Depuis quand la définition de libre de la FSF (donc leur définition) interdit de faciliter l'installation du proprio?

        Depuis qu'il y a une différence entre "open source" et "libre", non ?
        Une licence open source et un licence libre doivent satisfaire les 4 libertés, mais pourtant, elles sont différentes, ce qui implique que satisfaire les 4 libertés n'est pas la définition complète ni d'open source ni de libre.
        La définition complète de libre, si je ne m'abuse, inclut une notion de "philosophie du libre" qui elle rejette l'usage de logiciel proprio. La logique veut que quand on dit "je n'ai pas vraiment de problème à ce qu'on installe du proprio et si tu veux je t'aide", cela signifie qu'on n'adhère pas à cette "philosophie du libre".

        mais ils crachent dessus

        C'est cela que je veux souligner avec mon message:
        si tu penses qu'ils "crachent dessus", c'est que pour toi, le mot "libre" est une espèce de médaille.
        Cela me rappelle les disputes de cour de récré: "non, mon papa, il est plus fort que le tien". Ensuite, on grandit, et on se rend compte que ce n'est pas parce que son papa n'est pas plus fort que celui du voisin qu'il faut se sentir blessé, ni que ce n'est pas parce que la définition du libre n'est pas compatible avec ce qui semble être un parfait compromis qu'il faut se sentir blessé.
        Ce qui compte, c'est d'être informé et de faire ses choix en fonction de ses sensibilités, pas de pouvoir fanfaronner "mon logiciel il est plus fort que le tien, il est libre" et pleurer si on te répond "bah non".

      • [^] # Re: l'infamant sceau du non-libre

        Posté par . Évalué à 2.

        Ça c'est parce qu'il y a deux sortes de gens : ceux qui lisent à la lettre près ce qui a été officiellement écrit, et ceux qui considèrent l'historique, le pourquoi du comment, « l'esprit de la loi ». Comme disait Tanguy, « attention à l'excès de pragmatisme ».

        Bon je ne suis pas d'accord avec Tanguy, je vois pas en quoi c'est bien ou mal d'appartenir à une tendance ou à une autre, mais ça explique au moins en partie les différences d'opinion sur ce genre de chose.

      • [^] # Re: l'infamant sceau du non-libre

        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

        Euh… Depuis quand la définition de libre de la FSF (donc leur définition) interdit de faciliter l'installation du proprio?

        Logiciel libre et distributions libre sont deux choses complètement différentes. Tant que la confusion sera faite dans le débat rien de sérieux peut ressortir.

        • la définition de logiciel libre selon la FSF n'interdit pas de faciliter l'installation de logiciel proprio
        • la définition de système libre selon la FSF est incompatible avec la faciliter d'installer des logiciel proprio.
        • [^] # Re: l'infamant sceau du non-libre

          Posté par (page perso) . Évalué à 1.

          la définition de logiciel libre selon la FSF n'interdit pas de faciliter l'installation de logiciel proprio

          Et c'est pour ça que RMS a foutu la merde dans GCC et que LLVM est né, c'est ça?

          la définition de système libre selon la FSF est incompatible avec la faciliter d'installer des logiciel proprio.

          Reference needed. C'est bien le problème, ce n'est pas explicite.

          Et si maintenant on se met à définir "libre" suivant des petits détails cosmétiques, c'est sûr que ça va être confus. A commencer par chez les défendeurs de "sont deux choses complètement différentes". Non, ce n'est pas différent (quid des logiciels libres qui proposent d'importer des codecs non libres? Ils auront quand même le droit d'être soutenu par la FSF car ce ne sont pas des "systèmes"? ah ah ah… On fait une différence quand ça arrange surtout)

          • [^] # Re: l'infamant sceau du non-libre

            Posté par (page perso) . Évalué à 4.

            Reference needed. C'est bien le problème, ce n'est pas explicite.

            Seulement si on ne veut pas le voir, parce que les deux pages suivantes me semblent assez explicites :
            * Guidelines for Free System Distributions
            * Explaining Why We Don't Endorse Other Systems

            Après, on peut ne pas approuver cette position de la FSF (auquel cas, ça tombe bien, on est libre de n’en avoir rien à cirer). Mais la position est clairement définie et non pas hypocritement laissée dans l’obscurité pour pouvoir la changer « à la tête du client » comme certains le disent.

            • [^] # Re: l'infamant sceau du non-libre

              Posté par (page perso) . Évalué à 4. Dernière modification le 19/12/12 à 12:07.

              ok, autant pour moi, je retire ma critique à ce sujet.

              Mais quid du logiciel permettant d'importer du proprio? recommandé (parce que c'est pas un système et donc c'est pas gênant la règle ne s'applique pas) ou pas recommandé (parce que bon, ça aide le méchant proprio)?

              • [^] # Re: l'infamant sceau du non-libre

                Posté par (page perso) . Évalué à 3.

                Je pensais que tu connaissais cette page définissant suivant la FSF les principes d'un système libre.

                Je pense que ce n'est pas recommandé, pas parce que ça aide le "méchant", mais parce que l'installation d'un tel logiciel fait, selon la FSF, perdre une partie de la liberté a l'utilisateur.

                Je pense que le point est bien là, vraiment là. Selon la FSF, un logiciel n'est pas libre en tant que tel. Ce dernier point n'a pas de sens. Il est qualifié libre si son exécution sur la machine de calcul ne prive pas l'utilisateur de ses liberté d'usage de cette machine. Promouvoir l'installation d'un logiciel propriétaire (qui n'est pas plus libre que le logiciel libre en tant que tel) restreint les libertés de la personne sur sa machine (liberté notamment de savoir exactement ce qui est fait avec sa machine). On gagne en potentielle d'utilisation peut être, avec skype par exemple, si il n'y a pas d'équivalent, mais pas en liberté.

                L'expression "logiciel libre" est en fait elle même problématique. Elle entraîne la confusion que c'est le logiciel qui est libre alors que l'on parle bien de la personne et de sa liberté d'usage de ses machines. D'ailleurs a strictement parlé on devrait mentionné non pas un logiciel libre mais un logiciel sous tel ou tel licence.

                On crois souvent qu'avec un logiciel libre, on gagne en liberté. En fait selon la FSF, c'est libertés sont pré existantes, en droit. On les perds en exécutant des logiciel propriétaires.

                Et d'ailleurs le termes propriétaires est lui aussi ambigus. La FSF est propriétaire des ses logiciels. C'est pour ça que le termes privateur est apparu. Parce que selon la FSF on est privé de la liberté :
                - de connaître la façon dont sa machine est utilisé
                - de modifier la façon dont la machine est utilisé
                - de partager la façon dont on utilise sa machine.
                en utilisant un logiciel… privateur. Notons que la liberté d'usage d'un logiciel n'a rien a voir. On parle de l'usage de sa machine. C'est pour ça que la FSF ne porteras jamais un discours d'interdiction de logiciel "privateur". Cette liberté ne concerne pas la FSF.

                Donc la liberté n'est pas attaché au logiciel mais à l'usage de la personne avec sa machine. De ce principe comment diable la FSF pourrait elle promouvoir et soutenir quoique se soit qui inciterais l'usage de logiciels qui empêche la personne l'exercice des ces libertés ?

                • [^] # Re: l'infamant sceau du non-libre

                  Posté par (page perso) . Évalué à 1.

                  Je pensais que tu connaissais cette page définissant suivant la FSF les principes d'un système libre.

                  Je l'avais déjà vue, mais oubliée. Sans doute car elle fait une distinction que je ne comprend pas.

                  Selon la FSF, un logiciel n'est pas libre en tant que tel.

                  Pareil pour un "système"…

                  Promouvoir l'installation d'un logiciel propriétaire (qui n'est pas plus libre que le logiciel libre en tant que tel) restreint les libertés de la personne sur sa machine (liberté notamment de savoir exactement ce qui est fait avec sa machine).

                  Pareil pour un logiciel…


                  Au final, c'est comme les emmerdes de la LGPL ou GPL qui changent les possibilités suivant le moyen technique utilisé, qui n'a pas grand chose à voir avec le problème (c'est quoi le rapport entre liberté et moyen technique?) : à différencier de manière imprécise de la technique (link statique ou appel système, logiciel ou système), ça apporte surtout un bordel, sans vraiment d'avantages.

                • [^] # Re: l'infamant sceau du non-libre

                  Posté par . Évalué à 0.

                  Je suis d'accord avec la plupart de ce que tu dis… en fait, non, avec tout.

                  Seulement, il reste un problème: un logiciel exploitant un format/protocole non-libre est donc non-libre, selon cette logique.
                  Cela implique que:
                  _ LibreOffice (support du .doc, .xls…)
                  _ OpenOffice.org (idem que LO)
                  _ Gnash dans une moindre mesure (flash est-il libre? Je ne pense pas, mais peut me tromper, flemme d'aller vérifier)
                  _ tous les logiciels permettant l'interaction avec le protocole msn (aMSN, pigdin, emesene, miranda IM..merde le dernier est sous windows :P )

                  ne sont pas libres. Hors, je n'ai certes pas vérifié, mais je doute extrêmement fortement que des logiciels comme ceux-ci se se trouvent pas dans les distributions plébiscitées par la FSF.

                  Et, un logiciel est rarement monobloc, je pense que différencier les mots "système" et "logiciel" sur le fait de la "vastitude" de l'application est erroné: un logiciel est un système, bien qu'un système ne soit pas nécessairement un logiciel.
                  Dans la même veine, les pilotes libres ne sont alors vraiment libres que si l'architecture qu'ils permettent d'utiliser est libre, parce que sinon, ils encouragent à l'utilisation de systèmes non-libres.

                  C'est ça, le problème, avec l'absolutisme dont fait preuve la FSF: il a toujours une faille. Comme dirait l'autre: la perfection n'est pas de ce monde. Donc, qualifier ou non un système de libre en fonction du fait que ses dépendances ou ce qu'il permet de manipuler ne soit pas libre, c'est du foutage de gueule, clairement.

                  A méditer: si un pilote libre est dépendant d'une architecture matérielle non-libre, n'est-il pas non libre, lui aussi? Après tout, on ne peut alors pas être sûr que le matériel ne bride pas nos libertés, alors que le logiciel soi-disant libre permet d'exploiter ce matériel.

                  • [^] # Re: l'infamant sceau du non-libre

                    Posté par . Évalué à -2.

                    Si on veut couper les cheveux encore plus loin, il faudrait dire:

                    • LibreOffice, Gnash, aMSN, … ne sont pas des systèmes libres
                    • LibreOffice, Gnash, aMSN, … sont des logiciels libres
                    • une distribution libre est une distribution qui distribue des logiciels libres (peu importe que ces logiciels soient des systèmes libres ou non)

                    Et là, ce n'est plus incohérent.

                    Mais au final, j'en reviens à mon propos initial :
                    Qui est-ce que ça intéresse de savoir si un logiciel a l'étiquette "libre" ou non ?
                    À part les imbéciles à qui leur maman leur a dit "le libre c'est bien le reste c'est caca", tout le monde sait que le monde n'est ni tout noir ni tout blanc, ni unidimensionnel.
                    Et donc, les gens font leur choix en évaluant ce qui est le mieux en fonction de leur sensibilité.

                    Donc, on s'en contre-fout que la FSF appose le logo "libre" ou pas selon des critères non cohérents selon certains points de vue (au final, on se rend compte que personne ici n'a une version identique de la définition de libre de toutes façons). Il s'agit dans tout les cas d'une information: cette distribution contient des logiciels non libres.
                    Le reste, pour moi, c'est juste une dispute d'orgueil pour obtenir la médaille du mot "libre".

                    • [^] # Re: l'infamant sceau du non-libre

                      Posté par . Évalué à 2.

                      Mon post avait justement pour rôle de montrer qu'il y a une tendance à couper les cheveux en 4 chez la FSF.

                      Clairement, je m'en fout de la FSF et de leur liste. C'est juste que ça m'agace aussi un peu quand je vois qu'ils s'érigent en chevaliers blancs défenseurs du libre parfait, promeuvent des distros A et pas les B, arguant que les B permettent d'utiliser des logiciels non-libres qu'elle ne maintiens pas (à ce que je sais, Debian, toujours elle, ne fait pas de maintenance du code des paquets non-libres, ils sont juste à disposition. Evidemment, sur la ml, on va répondre à celui qui galère avec… mais ça, ça s'appelle de la solidarité je crois.), alors que les distros A, elles, embarquent des logiciels qui permettent d'utiliser des standards ne respectant pas le libre.

                      Pour le coup, gNewSense intégrant OpenOffice, qui supporte le .doc, pour une fondation qui prétend aller jusqu'au bout du jusqu'auboutisme, je trouve que c'est se moquer du monde.

                      Je suis moins virulent que le sujet initial, et j'aime les extrémistes, en plus (sur plus d'un sujet, je le suis). Mais j'aime les extrémistes qui soit vont jusqu'au bout, soit tolèrent la même marge d'erreur chez tout ceux qu'ils jugent.
                      Ce que ne fait pas la FSF.

                      Par contre, c'est clair, rien à branler du logo FSF… justement parce qu'ils ne suivent pas leur raisonnement à 100%.

                      • [^] # Re: l'infamant sceau du non-libre

                        Posté par . Évalué à 2.

                        juste pour quand même répondre:

                        Je ne trouve pas ridicule que la FSF liste les distributions qui n'incluent que les logiciels libres et qu'elle appelle ça "distribution libre" ou "distribution grenouille" ou quoi que ce soit.
                        Par contre, je trouve ridicule le débat qui cherche absolument à trouver des règles objectives précises parce qu'on se sent frustré que la distributions A soit appelé "distribution libre" et pas la distribution B.

                        Pour moi, ce débat, c'est un peu:
                        "dans ce pot de yaourt A, il y a de la vitamine B1, et dans ce pot de yaourt B, il y a de la vitamine B2.
                        C'est pas normal que la vitamine du yaourt B soit appelé B2 alors que logiquement, elle devrait être B1, parce que cette vitamine est bien plus importante. Et puis, le rapport entre la vitamine B1 et B2 est la même qu'entre la vitamine C et la vitamine D, donc, c'est pas logique d'appeler B2 comme ça, on devrait utiliser une nouvelle lettre."
                        (évidemment, j'y connais rien aux vitamines, hein :) )

                        Le problème n'est ni le nommage des vitamines (c'est une bonne chose de nommer les vitamines) ni faire des listes de distributions utilisant uniquement des logiciels libres (et qu'on nomme naturellement "distribution libre", car c'est bien plus logique que "distribution grenouille").
                        Le problème, c'est que certains prennent le nom au sérieux au point de prétendre que c'est une injure de ne pas faire partie de la liste des distributions grenouilles.

                  • [^] # Re: l'infamant sceau du non-libre

                    Posté par (page perso) . Évalué à 1.

                    OpenOffice.org (idem que LO)

                    En même temps, comme le soulignait Benjamin Bayart dans une conférence défendant le concept de « logiciel libérateur », OpenOffice.org a certainement fait beaucoup de mal au libre en acceptant de reconnaître les formats de Microsoft. D'un côté tu avais les gens qui utilisaient MSO, de l'autre ceux qui utilisaient OOo, et quand les premiers envoyaient un document aux second, ça marchait, et quand les seconds envoyaient un document aux premiers, ça ne marchait pas. Pour l'utilisateur lambda, il y avait deux explications possibles : soit c'était OOo qui était défectueux, soit c'était MSO. Et comme tout le monde sait que « gratuit = moins bien », ben c'était OpenOffice.org qui en prenait pour son grade. Mais l'utilisateur lambda n'ayant pas de quoi payer une licence MSO, il continuait d'utiliser OOo, et au final choisissait le format .doc, parce que c'est celui-ci qui était reconnu partout (mais moins bien sur OOo, mais c'est normal, parce que « OOo = gratuit = moins bien »).

                    Au final, c'est le format ouvert et interopérable qui a perdu, et c'est le format fermé, pas standard, qui s'est imposé comme standard de facto.

                    Gnash dans une moindre mesure (flash est-il libre? Je ne pense pas, mais peut me tromper, flemme d'aller vérifier)

                    Le format SWF est ouvert, pleinement documenté. Mais ce n'est pas se poser la bonne question. Le format .exe est ouvert également, ça ne retire rien au fait qu'installer Photoshop sur ReactOS ne fait pas de toi un utilisateur libre. Et ça ne retire rien non plus au fait que celui qui m'envoie une vidéo, un morceau de musique ou une galerie de photos de vacances au format .exe est un gros con, quelle que soit la licence du .exe.

                    tous les logiciels permettant l'interaction avec le protocole msn

                    Ces logiciels violent les conditions d'utilisation du réseau MSN. La clause en question est probablement illégale en France et dans de nombreux autres pays, en tout cas ces softs baignent bien souvent dans une sorte de flou juridique (comme Weboob).

                    Dans la même veine, les pilotes libres ne sont alors vraiment libres que si l'architecture qu'ils permettent d'utiliser est libre, parce que sinon, ils encouragent à l'utilisation de systèmes non-libres.

                    Ce serait intéressant que la FSF essaie un jour de créer un système "militant", qui ne retirerait pas seulement les logiciels non-libres, mais qui en plus retirerait tous les logiciels résultant de reverse-engineering, les drivers du matos dont on n'a pas les specs, les lecteurs de formats non documentés ou brevetés, etc. Ça nécessiterait d'être encore plus vigilant : il ne faudrait pas acheter de matériel à un fabricant qui ne publie pas ses specs, il faudrait refuser les concessions sur les fichiers mp3 ou les vidéos en H264…. :P

                    A méditer: si un pilote libre est dépendant d'une architecture matérielle non-libre, n'est-il pas non libre, lui aussi?

                    Je ne sais pas mais un matériel dont on n'a pas les specs peut poser des problèmes similaires à ceux de l'utilisation d'un driver non-libre. On n'est pas sûr de la pérennité du matos (sans les specs, pourra-t-on toujours maintenir le code du driver ?), on n'a pas vraiment le choix du logiciel (si le driver fourni ne me plaît pas, comment en coder un autre ?)…

                    • [^] # Re: l'infamant sceau du non-libre

                      Posté par . Évalué à 2.

                      Malheureusement, si on faisait vraiment ce que j'ai dit, c'est à dire considérer qu'un système ne peut être libre que si l'ensemble de ses composants le sont, aucun système libre ne pourrait être actuellement reconnu.

                      Ah, quoique… p'tet le fameux raspberry pi ou les arduino. A voir, si les schémas des puces intégrées sont libres, ce dont je doute.
                      Toujours est-il que le RPI est ce qui se fait de plus libre à l'heure actuelle, et il intéressant de noter que les OS officiels sont soit:
                      _ basé sur debian
                      _ debian
                      _ archlinux
                      _ risc os

                      Conclusion, le système qui me semble le plus libre du monde, ne supporte aucune des distributions libres de la FSF.

                      C'est là, précisément, que l'idéologue doit savoir faire la part des choses, entre l'idéal et la réalité.
                      Certes, le mot libre n'est qu'une étiquette, mais alors pourquoi la FSF a-t-elle choisi cette étiquette là? Parce que c'est important, les étiquettes, dans notre monde.

                      D'ailleurs, les absolutistes ne font que très rarement avancer les choses. Seuls les compromis en sont capables, malheureusement. Et c'est pourquoi je pense que la FSF et RMS sont contre productifs dans leurs actions.

                      Il faut d'ailleurs noter que le discours que je tiens dans ce post-ci diffère subtilement de celui dans mon post précédent. Ce fait naissant du fait que les idées en elle-même ne peuvent être exprimées de façon parfaite. D'où l'importance de savoir faire preuve de retenue, ce que ni moi, ni la FSF, ni RMS, ni l'auteur de cet immense troll ne semblent capable de faire :P

                      • [^] # Re: l'infamant sceau du non-libre

                        Posté par . Évalué à -1.

                        Certes, le mot libre n'est qu'une étiquette, mais alors pourquoi la FSF a-t-elle choisi cette étiquette là? Parce que c'est important, les étiquettes, dans notre monde.

                        P-e tout simplement parce que la définition d'une "distribution libre" selon FSF est:
                        une distribution qui ne contient que des logiciels libres.

                        C'est vrai que la FSF sont des dangereux crétins: ils auraient du savoir que le mot "libre" allait déclencher d'ardents débats à cause de gens qui ne sont pas capables de comprendre que quand on dit "distribution libre", "air libre" ou "buffet libre", il suffit de se reporter à la définition pour savoir ce que ça veut dire plutôt que de se faire un film en croyant que c'est une tentative de poser "un infamant sceau du non-libre".

                        C'est ce que j'essaie d'expliquer dans mon premier message: on s'en contre-fout que la liste s'appelle "liste des distributions libres" ou "liste des distributions grenouilles". Lorsqu'un être normal et intelligent choisi une distribution, il regarde ce qu'il y a dedans et fait en fonction de ses propres sensibilités, pas en fonction d'une étiquette (et s'il ne le fait pas, c'est que c'est LUI le problème, et c'est LUI qui doit être éduqué à ne plus faire ça).

                        (bon, j'arrête là, je me suis assez fait moinsé pour ce soir :) )

                        • [^] # Re: l'infamant sceau du non-libre

                          Posté par . Évalué à 1.

                          Oh, après, pas à un moins près ^
                          Pi j'ai envie de troller, alors tant pis :D

                          Le souci, c'est justement, et uniquement pour moi, que leur définition colle à certaines distro qu'ils ont refusé de mettre dans leur liste pour des prétextes fallacieux.
                          (Oh, merde, mon message le plus court de la soirée! Heureusement, on peut mettre une parenthèse inutile pour ajouter de la longueur stupide… 30% du message, en l'occurrence :D)

                          • [^] # Re: l'infamant sceau du non-libre

                            Posté par . Évalué à 1.

                            leur définition colle à certaines distro qu'ils ont refusé de mettre dans leur liste pour des prétextes fallacieux.

                            Je trouve justement que c'est le raisonnement qui conclut au fait que les prétextes sont fallacieux qui pose problème.
                            Le critère est simplement: "des distributions qui ne contiennent dans les dépôts proposés que des logiciels libres".
                            À ce niveau-là, la liste est correcte.
                            Ensuite, certaines personnes disent: "oui mais pourquoi une distribution satisfaisant ce critère est meilleure qu'une autre ?".
                            C'est, selon moi, LÀ, le problème:
                            on passe d'un simple critère à une mise en valeur, estimant que ne pas être dans la liste est une critique de la distribution.
                            Une distribution qui n'est pas dans la liste, c'est juste une distribution qui contient dans les dépôts proposés des logiciels non libres.
                            Les distributions dans cette liste peuvent même être MOINS PERTINENTES pour le libre que d'autres qui ne sont pas dans la liste.

                            Au final, le poids qu'à chaque aspect d'une distribution pour définir son intérêt pour le libre dépend des sensibilités de chacun.
                            1) Pour certains, mieux vaut inclure des outils non-libres pragmatiques pour faciliter l'usage des modérés.
                            2) Pour d'autres, mieux vaut inclure uniquement les outils libres, mais pouvant autant que faire se peut interagir avec les utilisateurs de proprio.
                            3) Pour d'autres, mieux vaut ne pas du tout interagir avec le proprio.

                            Par exemple, tu dis: ils sont incohérents parce qu'ils ont l'approche 2 alors que si on va jusqu'au bout, il faudrait appliquer l'approche 3 (ce que ne fait aucune distribution). Mais justement, p-e que l'approche 2 est plus profitable au libre que l'approche 1 et 3 (ou pas).
                            Au final, je pense que la FSF ne fait que dire: "tiens, au fait, pour ceux qui aiment l'approche 2, voici une liste. Pour ceux qui aime l'approche 3, vous pouvez déjà vous restreindre à la liste".
                            Bref, il ne s'agit que d'une information en plus, utile à ceux qui veulent faire leur propre choix.

                      • [^] # Re: l'infamant sceau du non-libre

                        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                        Toujours est-il que le RPI est ce qui se fait de plus libre à l'heure actuelle

                        Hmmm… Le RPI a eu un gros coup de pub, mais la partie graphique reste quand même plutôt restreinte. Bon, c'est vrai que les concurrents ARM ne font pas beaucoup mieux, mais quand même, il est bon de se souvenir de ce point noir et ne pas citer le RPI comme étendard du Libre.

                      • [^] # Re: l'infamant sceau du non-libre

                        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                        Ah, quoique… p'tet le fameux raspberry pi ou les arduino. A voir, si les schémas des puces intégrées sont libres, ce dont je doute.

                        Rectification : OK pour Arduino, c'est très ouvert, par contre pour le Raspberry Pi tu t'avances.

                        Citation :

                        Au regard de ces caractéristiques, le choix des logiciels est un peu plus contraignant que dans le monde des PC. D'une part, à cause de la faible puissance de calcul et d'autre part, parce qu'il s'agit d'une architecture ARM avec son lot d'inconvénients : pas d'auto-détection du matériel, quelques binaires opaques, une partie des spécifications gardée secrète…

                        La fondation propose deux distributions GNU/Linux spécialement compilées pour cet ordinateur. Fedora 13 (la version 15 est attendue pour bientôt) et Debian 6. Si ces distributions sont libres, il faut cependant noter que la partie bootloader et toute la partie GPU (OpenGL et accélération vidéo) ne sera fournie que sous forme binaire et reste propriétaire.

                        Quoi qu'il en soit, les schémas des puces intégrées dans les boards OpenHardware sont rarement libres (il y a quelques projets de puces libres, certains sont tombés à l'eau, d'autres peinent à avancer). En général, les concepteurs de boards essaient d'utiliser des composants dont les specs sont ouvertes, mais ce n'est pas toujours le cas. La console portable Pandora, par exemple, utilise un PowerVR qui nécessite un pilote propriétaire. C'est dommage, mais si cela permet de faire découvrir des jeux libres à une population de non-initiés, ou si cela permet de balayer le mythe « Y'a pas de jeux sous linux. », le compromis me semble acceptable (en attendant mieux).
                        Pour le Raspberry Pi, qui n'a pas de prétentions de performance, je pense qu'on aurait pu faire aussi bien avec des puces documentées. Mais bon, si ça permet à certains de hacker sur ARM sans se ruiner, après tout, pourquoi pas.

                        Toujours est-il que le RPI est ce qui se fait de plus libre à l'heure actuelle

                        Ce qui se fait de plus libre à l'heure actuelle, c'est Arduino, Milkymist, Pandaboard (et plein d'autres dont j'ai oublié le nom). Mais certainement pas RPI.

                        il intéressant de noter que les OS officiels sont soit:
                        _ basé sur debian
                        _ debian
                        _ archlinux
                        _ risc os

                        Je ne sais pas si quelqu'un a déjà testé mais en théorie, il devrait être possible d'installer une distro FSF-approved sur du matériel Open Hardware pleinement documenté (pas le RPI donc).

                        Cela dit je crois savoir qu'en ce qui concerne la FreedomBox, Eben Moglen parlait au début de mettre Debian dessus, et ça n'a pas plu à rms. Je ne sais pas s'ils sont toujours en désaccord là-dessus.

                      • [^] # Re: l'infamant sceau du non-libre

                        Posté par . Évalué à 2.

                        Pourquoi tu penses que le RPI est le système qui [te] "semble le plus libre du monde" ? Selon des critères objectifs il y a des PC qui seraient bien plus "libre", en tous cas aux informations techniques bien plus ouvertes et librement accessibles, que le RPI qui contient bien trop de choses fermées.

                        • [^] # Re: l'infamant sceau du non-libre

                          Posté par . Évalué à 0. Dernière modification le 21/12/12 à 16:38.

                          La réponse est simple:
                          sur une base de mauvaise information, comme l'ont montré les post avant le tien (qui, au passage, sont plus constructifs, puisqu'ils indiquent le pourquoi, et proposent même mieux, ce dont je suis gré aux auteurs qui ont ma reconnaissance.)

                          PS: "p'tet" est l'abréviation de "peut-être" qui indique une possibilité, pas une affirmation accompagnée de 100% de certitude.
                          Placée devant l'affirmation que le RPI est libre, elle indique plus ou moins clairement, que je suppose ce dernier point.
                          Supposition qui est manifestement erronée, donc, mea culpa

                    • [^] # Re: l'infamant sceau du non-libre

                      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

                      En même temps, comme le soulignait Benjamin Bayart dans une conférence défendant le concept de « logiciel libérateur », OpenOffice.org a certainement fait beaucoup de mal au libre en acceptant de reconnaître les formats de Microsoft.
                      
                      

                      D'un autre côté, si OOo n'avait pas pu lire les .doc et .xls, peut-être qu'il aurait 2 ou 10 ou 100 fois moins d'utilisateurs que maintenant.

                      et quand les seconds envoyaient un document aux premiers, ça ne marchait pas.
                      
                      

                      j'ai toujours envoyé des pdf à mes destinataires. Et ceux qui utilisaient la suite MS office (ça a peut être changé depuis) étaient bien en peine de sortir du PDF depuis leur logiciel proprio (sauf à avoir pdfcreator d'installé), si bien que leur doc ou docx se présentent toujours dans un affichage merdique (fin de fichier sur une ligne etc), y compris quand c'est affiché depuis une autre version de ms office.

                      « I approve of any development that makes it more difficult for governments and criminals to monopolize the use of force. » Eric Raymond

                      • [^] # Re: l'infamant sceau du non-libre

                        Posté par (page perso) . Évalué à 0.

                        D'un autre côté, si OOo n'avait pas pu lire les .doc et .xls, peut-être qu'il aurait 2 ou 10 ou 100 fois moins d'utilisateurs que maintenant.

                        Le nombre de gens qui utilisent OOo serait très certainement inférieur au nombre de gens qui l'utilisent actuellement. Le nombre de gens qui utilisent .odt serait supérieur ou égal.

                        Qu'est-ce que j'en ai à faire que 10 ou 100 fois plus de gens utilisent OOo pour s'échanger des .doc ? En quoi ça me rend plus libre ? Je préfère largement que 10% des gens m'envoient des .odt édités avec des logiciels propriétaires que 99% des gens m'envoyant des .doc édités avec des logiciels libres.

                        • [^] # Re: l'infamant sceau du non-libre

                          Posté par (page perso) . Évalué à 3.

                          Qu'est-ce que j'en ai à faire que 10 ou 100 fois plus de gens utilisent OOo pour s'échanger des .doc ?

                          au delà d'un seuil critique, il n'est plus nécessaire de passer par les .doc et .xls

                          « I approve of any development that makes it more difficult for governments and criminals to monopolize the use of force. » Eric Raymond

  • # qu'on chie dans ses chiottes

    Posté par . Évalué à 10.

    Je n'ai pas de mots pour décrire mon dégoût face à la connerie de ces personnes qui se sont accaparés le mot liberté pour lui appliquer ce qu'il conviendrait mieux d'appeler la censure ou l'inquisition.

    RMS n'interdit rien et tu restes libre d'utiliser ce que bon te semble, y compris ce qui n'est pas libre.
    Il ne fait que le rappeler.
    Merci donc de respecter ce point de vue.
    Il n'y aucune censure.

    Par contre, tes vélléité à faire de l'auto-promotion pour ton blog auto-narcissique de manière détpurnée commencent sérieusement à me peser.
    Je ne sais pas si c'est la politique qui te monte à la tête mais tu t'étais calmé un temps depuis tes posts de la boulangerie.
    Je préfère nettement le ploum qui vient nous faire part des ses découvertes sur Bitcoin et les monnaies alternatives.

    A bon entendeur

    • [^] # Re: qu'on chie dans ses chiottes

      Posté par (page perso) . Évalué à -1.

      RMS n'interdit rien et tu restes libre d'utiliser ce que bon te semble, y compris ce qui n'est pas libre.

      Don't do business with Apple
      Don't do business with Amazon
      Don't use Skype
      Don't use Facebook
      Boycott Harry Potter Books, Movies, etc.

      source : http://stallman.org/

      « I approve of any development that makes it more difficult for governments and criminals to monopolize the use of force. » Eric Raymond

  • # de l'évolution des espèces

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    On voit, en réel, l'évolution de la personne face à son utilisation de moins en moins attentive de sa liberté, qui se laisse aller à des compromis (que l'on peut comprendre, chacun est libre) et qui ensuite refuse d'admettre que ce sont des compromis avec SA liberté.

    Le ploum d'il y a 5/7 ans ou plus qui expliquait, en gros, qu'avoir un blog sur une plate forme que tu maîtrisais pas t'enlevait ta liberté, il écrit (??) un "bouquin" de base sur ubuntu (la grosse tête !), au fil de temps se prend un peu le melon, se retrouve aujourd'hui à critiquer ceux qui ne pense pas comme lui, ceux qui défendent la liberté à l'extrême.

    Lorsque les intaigristes posaient la question il y a 5 ans : est-ce qu'il vaut mieux rester entre nous (entendre les fervents 'purs' du libre) avec nos 0,0000001% de parts de marché ou faire des concessions, passer des blobs binaires, des softs proprios, des installs toutes simples avec du proprio dedans et décupler notre part de marché à 0,000001% puis centupler à 0,00001% en perdant ce qui a fait le coeur du système et se retrouver avec tout plein de 'pragmatiques' pour qui le proprio c'est LEUR liberté ne posaient pas une question idiotes.

    Ploum qui combat la fsf, qui aurait pu le croire il y a 5 ans ? Doit-on penser que l'utilisation de ubuntu est nocive pour la santé mentale ?

  • # Ah...

    Posté par . Évalué à 10.

    -Poster sur Google+, recevoir des +1
    -Venir sur linuxfr, penser recevoir des +1

    Nope.jpg

    L'autosatisfaction ne mène à rien.
    Et tu confonds la simplicité d'utilisation avec la liberté de l'utilisateur, c'est moche.

  • # Troll++

    Posté par . Évalué à 9.

    Depardieu, Ploum, même combat !
    Ou quand l'embourgeoisement amène à renier ses convictions.

    • [^] # Re: Troll++

      Posté par . Évalué à 3.

      À ma connaissance Depardieu n'a jamais soutenu le patriotisme fiscal, je ne vois pas à quel renoncement tu fais allusion.

      • [^] # Re: Troll++

        Posté par . Évalué à 6.

        l'altruisme, les artistes.
        J'accepte volontiers les subventions qui m'ont permis de faire carrière et qui font l'exception culturelle française et je me barre dés qu'il s'agit de rendre la pareille.
        Bref comme l'écrit. si bien Torreton, il ne pense qu'à sa gueule… qu'il a bien grande.

        • [^] # Re: Troll++

          Posté par (page perso) . Évalué à 6. Dernière modification le 19/12/12 à 22:53.

          D'un autre côté, nous (le peuple) avons fait les lois qui lui permette de le faire, il ne fait qu'utiliser les lois de la république, il n'y a rien de répréhensible à utiliser la loi, au contraire, non?

          La seule personne à blâmer pour ce que le Mr a fait, c'est le peuple qui ne fait pas trop attention à ce qu'il vote et s'en fou des lois (parce que bon, des lois pour échapper au fisc, il y en a plein, à commencer par nos petits "îlots" que sont Monaco et Andorre, toujours une bonne raison pour sa faire des petits îlots peinards).

          Même les ricains sont moins idiots, et taxent les citoyens hors de leur pays si ils veulent continuer à garder leur nationalité.

          • [^] # Re: Troll++

            Posté par . Évalué à -9.

            (…) nous (le peuple) avons fait les lois (…)

            Très fort. J'aurais pas osé, pourtant j'aime l'humour.

          • [^] # Re: Troll++

            Posté par . Évalué à 4.

            On peut faire des tas de choses mal vues, tout en restant dans le cadre de la loi, et pour lesquelles un changement de la loi serait une fort mauvaise idée.

            Ça ne les rend pas pour autant forcement honorables.

          • [^] # Re: Troll++

            Posté par . Évalué à 3.

            Même les ricains sont moins idiots, et taxent les citoyens hors de leur pays si ils veulent continuer à garder leur nationalité.

            C'est vrai. Mais les plus riches ont un taux d'imposition réel le plus souvent inférieur à celui de leur secrétaire (cf la remarque de Warren Buffet).

            • [^] # Re: Troll++

              Posté par (page perso) . Évalué à 3.

              Les USA n'ont pas ce monopole (la France et l'Allemagne sont exactement pareils).

              • [^] # Re: Troll++

                Posté par . Évalué à 2.

                Les riches FR paient ~14% d'impôts ? :) C'est le taux payé par Romney, dont la fortune personnelle est de l'ordre de ~250 M$. Sa secrétaire, elle, paie plutôt de l'ordre de 25%.

                • [^] # Re: Troll++

                  Posté par (page perso) . Évalué à 3.

                  Tu crois qu'ils (les "FR") payent plus? Désolé de te décevoir, mais c'est le même principe, une forme de cloche ou la classe moyenne est au maxi, les plus riche ayant de confortables "niches" et autres bidouilles légales. Il n'y a pas que Apple ou Google qui savent optimiser!

  • # La FSF de Dangereux crétins réactionnaires

    Posté par . Évalué à 4.

    N'est-ce pas là de la diffamation ?

    Notre expert, Mr Zenitram aurait-il un avis ?
    On ne l'entend pas bizarrement sur la forme, pour une fois qu'il est d'accord sur le fond.

    Moi ca ne me dérange pas, je défends la liberté d'expression, quelle qu'elle soit mais notre pourfendeur d'anonymat, , de pro-wikileaks et autre qu'en pense-t'il ?

    • [^] # Re: La FSF de Dangereux crétins réactionnaires

      Posté par . Évalué à 2.

      non ce serait plutôt une injure :

      L'injure est toute expression outrageante ne contenant l'imputation d'aucun fait.

      la diffamation :

      La diffamation, est définie ainsi : toute allégation ou imputation d'un fait qui porte atteinte à l'honneur ou à la considération de la personne ou du corps auquel le fait est imputé.
      le fait diffamatoire doit pouvoir faire l'objet d'une discussion contradictoire et être prouvé. Sinon, c'est une injure.

      Enfin, on s'en fout, la FSF à d'autres chats à fouetter.

      Source : Maître Eolas
      http://www.maitre-eolas.fr/post/2008/03/24/905-blogueurs-et-responsabilite-reloaded
      Je recommande d'ailleurs la lecture de cet article à tous les blogueurs

      • [^] # Re: La FSF de Dangereux crétins réactionnaires

        Posté par . Évalué à 5.

        non ce serait plutôt une injure

        il y en a un peu marre de ploum< le trolleur qui chie du buzz en jouant avec les nerfs des vrais libristes à base de FUD et d'insultes.

        Qu'il reste sur g+, son avis nombriliste et lombriciste dans un environnement privateur, c'est là sa place.

        • [^] # Re: La FSF de Dangereux crétins réactionnaires

          Posté par (page perso) . Évalué à 2.

          c'est là sa place.

          Yep, restons entre puristes (ha ha ha sur la cohérence des puristes, comme tous les communautés qui se veulent puristes, mais c'est une autre histoire), hein, il ne faudrait pas se mélanger non plus…

          • [^] # Re: La FSF de Dangereux crétins réactionnaires

            Posté par . Évalué à 2.

            Mais mais, ce n'est pas à lui que tu dois répondre mais à moi monsieur le pragmatique. Qu'attends tu pour alerter les modos pour cette insulte de la part d'une personne qui a le courage de ses propos insultants et non anonymes.

            A moins que comme d'hab ta probité ne soit qu'à sens unique…. celui qui t'arrange. Je m'en doutais un peu. Rejoins ton compère et lance toi en politique tu y feras sensation.

          • [^] # Re: La FSF de Dangereux crétins réactionnaires

            Posté par (page perso) . Évalué à 2.

            C'est une solution pragmatique pour ne pas perdre son temps en troll.

          • [^] # Re: La FSF de Dangereux crétins réactionnaires

            Posté par . Évalué à 10.

            Je n'ai aucun problème à discuter avec des gens qui me respectent, même avec des avis diamétralement opposés, et même j'aime ça.

            Mais quand le triste sir écrit "La FSF (…), je la conchie complètement." ou encore "La FSF de Dangereux crétins réactionnaires"
            Je n'ai pas grand chose à lui dire à part: "Ok, va te faire mousser sur G+, sale troll."

            Question de respect, pour les milliers d'heures de dévouement des milliers de volontaires et de gens qui se battent pour les idées du LL prônées par la FSF.

            Le troll ploum< a coté, c'est du vide intersidéral. Il y a un respect minimum à avoir.

            • [^] # Re: La FSF de Dangereux crétins réactionnaires

              Posté par . Évalué à -10.

              Je me joins à toi. Il est temps de faire le ménage par icitte.

              Hein ? Ha bon ---------> [ ]

              Passé cet humour de bon aloi, j'ai à dire ceci : pragmatiquement, j'observe que ce journal est l'occasion d'échanges intéressants. J'ai appris des choses. Que ploum< dégage si bon lui chante. Au moins, un peu de respect ne ferait pas de mal. Des excuses non plus.

  • # Bravo Ploum, et merci!

    Posté par . Évalué à 1.

    En bon politicien, notre cher Ploum a bien compris qu'il fallait donner de sa personne pour défendre une cause juste!

    Merci donc de donner de ton Karma pour prouver que tout le monde icitte trouve normale la position de la FSF, et qu'elle est donc légitime!

    Je te moinsse pour servir la cause…

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.