Systèmes d'exploitation pour téléphones — partie 5 : Ubuntu 🖥️📲

30
29
jan.
2021
Mobile

Cette cinquième dépêche des systèmes d’exploitation plus ou moins libres pour téléphones débarque sur la planète Ubuntu, avec les espoirs d’unifier ordinateur et téléphone. Qui n’a jamais eu envie de brancher son téléphone sur un écran et de l’utiliser avec clavier et souris Bluetooth ?

Les dépêches :

  1. Les premières initiatives ☎😍
  2. La lignée de Maemo à Nemo 🔒
  3. Le libre sur la planète Android 🤖💚
  4. La saga Firefox OS 🦊🚀
  5. Ubuntu sur ordi et téléphones 🖥️📲   ← Vous êtes ici

Ces dépêches sont réunies dans un article disponible sur deux dépôts Git miroirs : Framagit et GitHub. Merci de proposer tes suggestions d’amélioration avec ta 🐔 sur l’un de ces dépôts Git. ☺

Sommaire

Ubuntu pour unifier ordinateur et téléphone

Canonical a lancé plusieurs projets pour conquérir les mobiles. Certains se suivant, certains existant en parallèle. Assez rapidement émerge l’idée d’unifier ordinateur et téléphone.

trois téléphones sous Ubuntu Touch

Ubuntu Mobile

Première tentative en 2007, Canonical lance le projet Ubuntu Mobile en partenariat avec Intel (pour les processeurs Atom) dont Nicolas Robin nous a fait une présentation. Stricto sensu, on ne peut pas parler de téléphone portable. En effet, les plate-formes MID de Intel (Mobile Internet Device) pour lesquelles Ubuntu Mobile est développé sont plutôt des mini-ordinateurs (pour l’époque) que des téléphones. Ils se placent en quelque sorte entre les téléphones cellulaires et les tablettes. Cette distribution Ubuntu utilise le GNOME Mobile et les widgets Hildon dont les racines remontent aux projets GPE, OpenMoko et Maemo. En 2008, la première version est livrée : Ubuntu Mobile 8.04. En 2009, le projet est abandonné.

Ubuntu Touch

En 2011, Nÿco nous annonce que Canonical souhaite porter Ubuntu sur les smartphones avec Ubuntu for Phones renommé Ubuntu Touch avec de nouveaux objectifs par rapport à ceux de Ubuntu Mobile. Cette alternative à Android semblait prometteuse, car elle annonçait le port d’une distribution GNU/Linux complète sur smartphone avec la même interface Unity et potentiellement les mêmes logiciels que ceux des ordinateurs classiques.

En 2015, trois téléphones sont vendus avec Ubuntu Touch : BQ Aquaris E4.5 Ubuntu Edition, Aquaris E5 HD Ubuntu Edition et Meizu MX4 Ubuntu Edition. En 2016, c’est au tour de la tablette BQ Aquaris M10 Ubuntu Edition et du smartphone Meizu PRO 5 Ubuntu Edition.

Ubuntu pour Android

En 2012, Nÿco nous annonce Ubuntu pour Android qui fournit un noyau Linux compatible à la fois Ubuntu et Android. En mode téléphone, c’est un téléphone Android. Mais branché à un écran, Ubuntu pour Android bascule sur l’environnement Ubuntu (Ubuntu TV, Unity…).

Ubuntu Edge

En 2013, Canonical voit encore plus loin et lance une campagne de financement pour le Ubuntu Edge, un téléphone en dual-boot Ubuntu Touch + Ubuntu pour Android, qui nécessite de réunir 32 millions de dollars. Bien que près de 13 millions aient été réunis, le projet ne fut pas lancé.

Abandons

En 2014, Canonical abandonne Ubuntu pour Android faute de partenaires et se concentre sur Ubuntu Touch. Trois ans plus tard, en 2017, Canonical abandonne Unity, puis abandonne Ubuntu Touch et licencie une partie de ses salariés. Résultat, Ubuntu Touch est laissé avec une base Ubuntu 15.04 et une interface graphique Unity orpheline.

UBports

logo UBports

L’abandon des projets Unity et Ubuntu Phone par Canonical ne signifie pas pour autant la fin de ces projets.

  • En effet, d’un côté, une communauté appréciant la huitième version de Unity, fruit d’une réécriture de 4 ans pour passer d’un bidouillage sur GNOME3 à une implémentation propre en Qt5, créent, dans l’emballement, plusieurs sites dont unity8.org et yunit.io, mais c’est unity8.io qui est conservé. Aujourd’hui, le projet continue mais désormais sous le nom de Lomiri.
  • D’un autre côté, une autre communauté convaincue de l’utilité de Ubuntu Phone comme système polyvalent entre smartphone et ordinateur portable lance le site ubuntu-touch.io.

Logo actuel d’Ubuntu-Touch

Ces deux communautés s’organisent autours de la fondation UBports (ubports.com) avec l’aide notamment du nouveau projet fédérateur Halium (halium.org). Si la vitalité du projet Halium est loin d’être évidente, UBports est lui toujours actif.

Un des premiers tours de force de la communauté a été de réussir à passer d’une Ubuntu 15.04 à une Ubuntu LTS 16.04 lors de sa mise à jour OTA-4 d’août 2018. Ce fût très important pour pérenniser Ubuntu Touch, car Canonical fermait au fur et à mesure les dépôts des distributions qui ne sont plus supportées officiellement. Le projet fait face à un défi similaire avec le passage de Ubuntu LTS 16.04, qui n’est bientôt plus supporté, à une Ubuntu LTS 20.04. Cette transition est en cours mais n’est pas encore terminée avec la dernière version OTA-15 publiée en décembre 2020.

Les téléphones supportés

Seuls quatre smartphones sont officiellement pris en charge :

  • le Volla Phone,
  • le FairPhone 2 (et non le 3),
  • le Nexus 5,
  • le OnePlus One (qui par ailleurs a été historiquement le premier appareil sur lequel la communauté a porté Ubuntu Touch).

La tablette BQ Aquaris M10 est le dernier appareil officiellement supporté.

À côté des appareils officiellement supportés, il y a une cinquantaine d’autres appareils bénéficiant d’un port plus ou moins abouti de Ubuntu Touch. Parmi lesquels on retrouve entre autres le PinePhone ou le FairPhone 3. Concernant le PinePhone, il est étonnant de voir le PinePhone considéré comme ne bénéficiant que d’un portage partiel alors qu'il a été proposé par son constructeur dans une version Ubuntu Touch. Un des derniers appareils qui a été proposé à la vente avec Ubuntu Touch installé est le quelque peu atypique Pro1 de FX Technology.

D’autres tentatives de convergence

Ubuntu Touch n’a pas été la seule tentative de convergence entre les appareils mobiles et les appareils de bureau. Voici quelques autres initiatives allant dans le sens de la convergence.

Linux on DeX

Fin 2018, Samsung a lancé une version bêta de Linux on DeX qui permettait de prendre un Note 9, d’y brancher un clavier, une souris et un écran et ainsi d’obtenir un système Linux complet capable de remplacer un poste de travail, avec l’avantage de la mobilité. La tablette S4 était aussi disponible avec ce système d’exploitation.

Fin 2019 lors de l’arrivée d’Android 10, Samsung a mis fin à l’expérience. Remarquons que DeX continue lui son chemin et qu’une forme de convergence est bien proposée mais pas dans un environnement libre.

Maru(OS)

Le principe de Maru(OS) est de faire tourner un système d’exploitation Debian en branchant un smartphone Android à un clavier et un écran. MaruOS a débuté avant l’abandon d’Ubuntu Touch et pas mal d’espoir reposait sur lui après l’abandon de Canonical. Mais ce projet open source s’est mis en sommeil, et le projet Samsung DeX a pris le devant de la scène sur les derniers smartphones et tablettes Samsung. Cependant, le projet Maru(OS) s’est réveillé en 2019 et avec la sortie de la version 0.6. MaruOS se base désormais sur LineageOS plutôt que AOSP afin de couvrir plus de terminaux.

Mais encore…

Google s’y met aussi, dans la version 10 d’Android un mode desktop a été testé dans les versions bêta.

Motorola travaillerait également dans ce sens dans le cadre des mises à jour vers Android 11.

Conclusion

Ceci n’est pas le chapitre conclusion. 😮

Ah, mais elle est où la conclusion ? 🤔

Ben… dans les commentaires ! 😜

Et oui, chacun à son avis : les échecs, les spéculations, les succès, le positif…

Restons bienveillants dans nos réactions : même si nos arguments sont différents, nous sommes tous et toutes globalement d’accord pour avoir davantage de contrôle sur nos téléphones, pas besoin d’utiliser des formules ou des mots agressifs. 😘 😍

Appel à participation

Tu as aimé cette épopée entre logiciels libres et téléphones, cette tumultueuse aventure agrémentée de liens vers des articles LinuxFr.org, témoignages à jamais gravés dans le marbre, reflets de nos enthousiasmes, nos déceptions et nos espérances.

Pour nous aider à continuer :

  • indique-nous dans les commentaires tes idées pour aider ces projets, du moins ceux qui te tiennent à ♥ ;
  • Si tu souhaites améliorer les articles Wikipédia, sache que cette dépêche a été spécialement publiée sous licence CC BY-SA 3.0 car Wikipédia hésite à passer à la 4.0 depuis deux ans ;
  • d’autres dépêches de cette série d’articles sont peut-être encore en cours de rédaction, tu peux nous rejoindre dans l’espace de rédaction ;
  • une autre ambitieuse dépêche se prépare également : Quel téléphone mobile en 2021 ?

Note que pour limiter le pourriel (spam), tu dois te créer un compte pour accéder à l’espace de rédaction. Tu peux aussi jeter un œil sur comment participer à LinuxFr.

  • # Précisions relatives à UT sur le PinePhone

    Posté par  . Évalué à 4.

    citation Concernant le PinePhone, il est étonnant de voir le PinePhone considéré comme ne bénéficiant que d’un portage partiel alors qu'il a été proposé par son constructeur dans une version Ubuntu Touch.

    Le PinePhone est certes sorti en version Ubuntu Touch avec en plus les logos d'UBports dans le cadre d'une collaboration entre Pine64 et UBports. Mais il était clairement indiqué qu'il s'agissait d'un appareil destiné seulement aux développeurs et aux adopteurs précoces ayant une vaste expérience de Linux. Il ne s'agissait pas d'un appareil destiné aux utilisateurs lambda pour un usage quotidien.
    L'idée est de rendre accessible un matériel pour que de multiples communautés GNU/Linux puissent porter leur distributions, l'adapter à un usage en mobilité et collaborer.

    De plus,le PinePhone est le premier appareil non android (en excluant le portage à peine amorcé du Librem 5, pour l'instant à l'arrêt) sur le quel est porté Ubuntu Touch. Le second étant la tablette PineTab qui embarque le même SOC. Il n'utilise n'y un kernel modifié pour Android ni les pilotes Android. De plus, les couches graphiques diffèrent de celles utilisées pour les appareils Android.

    Autrement dit Ubuntu Touch sur le PinePhone (et la PineTab) diffère très sensiblement d'Ubuntu Touch sur les appareils android, son développement est plus récent et en conséquence, il n'y a rien d'étonnant à ce que son niveau de maturité soit moindre.

  • # De toutes les alternatives testés, c'est quand même la meilleure

    Posté par  . Évalué à 3.

    Honnêtement, du point de vue utilisateur lambda, c'est la meilleure alternative OS pour smartphone.
    Simplement… ça marche. Pas de complexité, pas besoin d'être un XDA addict pour l'installer, on suit l'installeur fourni, on clique là et là, on appuie sur les 2 boutons demandés et zou, c'est installé.

    Ensuite, l'environnement, c'est du Ubuntu. C'est un peu fisher price, mais ça fonctionne.
    Le gestionnaire de fichier est assez limité par rapport à l'excellent MiXplorer sur Android (notamment pour les connections réseaux, type SMB/CIFS ou SFTP) mais bon, rien n'empêche de lancer un terminal et de faire un sshfs (à part pour Mme Michu).

    Les applications fonctionnent globalement bien. Et puis le fait qu'il n'y ait pas 150 000 applications pour la calculatrice ou la lampe torche dans le store, c'est vraiment bien.

  • # Meta

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 4.

    Oui je sais c'est pas un commentaire constructif (sinon j'aurais fait une PR) mais je voudrais juste dire que je trouve cette série d'articles tres impressionnante, merci bcp à tous les participants.

    Perso je suis sous Android parce que j'y suis forcé et chaque jour, cha-que-jour me revient ce commentaire lu sur /. il y a bien longtemps : Using Android daily is like getting hit on the head with a crowbar :|

    Le pire, c'est que c'est buggé à mort cette daube (Latest on Pixel 3) en plus. Ça fait plein de truc que tu lui demandes pas, et ce que tu lui demandes, au mieux il traine les pieds, au pire il te dit "oui oui" et rien.

    Autant dire que j'attend une alternative comme un noyé attend de l'oxygène.

    • [^] # Re: Meta

      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 4.

      Oui je sais c'est pas un commentaire constructif (sinon j'aurais fait une PR) mais je voudrais juste dire que je trouve cette série d'articles tres impressionnante, merci bcp à tous les participants.

      Si si, c'est un commentaire instructif, c'est toujours intéressant de voir ce qui vous plaît (la note ne suffit pas). Et ça motive pour proposer des contenus.

      « Tak ne veut pas quʼon pense à lui, il veut quʼon pense », Terry Pratchett, Déraillé.

    • [^] # Re: Meta

      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 2.

      Si c'est le Pixel 3a, tu as un port UT qui existe : https://devices.ubuntu-touch.io/device/sargo/

      Essaye !

  • # Vollaphone

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 1.

    Si le Pinephone n'est pas le focus de l'équipe de développement, c'est parce qu'ils sont en ce moment payé par Vollaphone. Le téléphone de prédilection du moment si quelqu'un ici veut essayer Ubuntu Touch est donc le Volla. Même s'il a une base Halium et donc pas un kernel vanilla comme le pinephone ou librem 5.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n’en sommes pas responsables.