Journal Linux et Rock'n Roll

Posté par .
Tags :
0
22
août
2003
D'après une article de Tech News, un chef d'entreprise américain a pris des mesures radicales pour supprimer tout logiciel Microsoft de son entreprise. Sterling Ball est le PDG de Ernie Ball, le premier fabricant mondial de cordes de guitare. Il fournit tous les grands guitaristes, d'Eric Clapton jusqu'à Metallica.

La société installée à San Luis Obispo, Californie, a subi il y a 3 ans un controle de BSA (Business Software Alliance), l'organisme de controle de logiciels propriétaires conduit par Microsoft. (...)

Projet de loi DADVSI: EUCD.INFO publie un dossier d'information complet et un appel

Posté par . Modéré par Mouns.
0
17
nov.
2005
Justice
Alors que le ministère de la culture, décidément constant dans ses pratiques anti-démocratiques, envisage de faire voter de nuit un projet de loi ultra-polémique sur le droit d'auteur (le DADVSI) le 22 et 23 décembre prochain - dans un hémicycle traditionnellement déserté par les parlementaires à l'approche des fêtes de Noël, l'initiative EUCD.INFO vient de publier trois documents que les majors du disque, du film et du logiciel propriétaire, auraient sans doute préféré voir gardés secret encore quelques temps. L'initiative publie également un dossier d'information complet et un appel.

NdM Cette dépêche complète l'article précédent publié à ce sujet.

La BSA aide GNU/Linux

Posté par . Modéré par Benoît Sibaud.
Tags :
0
8
avr.
2003
Presse
Suite à un raid de la BSA chez Ernie Ball, ils ont décidé de se mettre en règle de la meilleure façon : Windows à la porte (NdM : remplacé par GNU/Linux + StarOffice).

Un ex-employé responsable de la gestion des licenses les a dénoncés à la BSA.
Ils ont subi un raid de marshalls armés et ont dû fermer boutique pour une journée complète. Ils ont ensuite été obligés de jurer qu'ils n'utiliseraient leurs systèmes que pour le strict minimum nécessaire à leur activité.
La BSA a évalué à 8% leur non-conformité. "Il est pratiquement impossible d'être en règle à 100%." Ils ont payé un règlement à l'amiable de $90000 dont $35000 de frais de justice payés à MS. Considérant que ce n'était pas une façon de traiter ses clients, Ernie Ball a décidé que sa société deviendrait "Microsoft free." Ils ont mis un an à se libérer et sont satisfaits ; ils n'ont pas été obligés d'acheter ni XP, ni de nouveaux PC.

Note du modérateur : voir aussi l'article Libé sur BSA: Des calculs antipirates simplistes

La réunion de l'OMPI capote sous la pression des lobbies des logiciels propriétaires

Posté par . Modéré par Fabien Penso.
Tags :
0
27
août
2003
Justice
Ce qu'on craignait est arrivé. Sous la pression des industries des logiciels propriétaires et constructeurs de matériel unies dans le BSA (Business Software Alliance), la réunion organisée par l'OMPI (Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle) sur l'Open Source n'aura pas lieu. Ayant fait pression sur le département d'État américain et sur le Bureau américain des brevets et des marques, le BSA est parvenu à convaincre de la nécessité d'annuler une telle réunion.

Rappelons que le CPT (Consumer Project on Technology) avait décidé d'organiser une réunion avec l'impulsion de l'OMPI sur la propriété intellectuelle. Dès lors, les cabinets d'avocats des BSA ont tiré la sonnette d'alarme craignant une mise en danger de leurs clients.
Cela a d'autant plus échoué que Ralph Nader, le chef de CPT n'est autre qu'un ancien candidat du parti vert aux USA et adversaire de Bush. Bref, cela démontre encore une fois de plus l'importance des lobbies.

Journal La Tribune est un repère de gauchistes !

Posté par .
Tags :
0
11
déc.
2005
Je suis tombé par hasard sur cet article de la Tribune et j'ai littéralement halluciné !

http://www.latribune.fr/Tribune/Articles.nsf/ArticlesWeb/IDC(...)

Sous la forme somme toute relativement convenue (c'est la Tribune, hein, pas l'Humanité), un tel réquisitoire contre la BSA et les éditeurs de logiciels propriétaires dans un journal habituellement plus enclin à vanter les mérites de l'économie libérale fait plaisir à voir !

Où l'on reparle de la BSA et de son « piratage »

Posté par (page perso) . Modéré par Nÿco.
Tags :
0
19
mar.
2008
Pirate
Le journal 7jours annonce que suite aux actions de BSA (Business Sofware Alliance), les entreprises françaises ont dû payer 36 % de plus qu'en 2006 pour un montant de 93.000 euros aux éditeurs de logiciels, au titre du préjudice matériel et d'image.

BSA est un consortium d'éditeurs de logiciels propriétaires dont fait partie Microsoft bien sûr. BSA s'était fait remarquer il y a une dizaine d'année par une campagne de menace auprès des entreprises et des administrations pour qu'elles se mettent en conformité de leur licences. Rappelez-vous : « le BSA est abusif » avait dit le CLUSIF. BSA continue donc ses activités et annonce que les sanctions contre les entreprises ont très sensiblement augmenté l'an dernier et que le nombre de jugements et d'accords à l'amiable rendus a augmenté de 50 % par rapport à l'exercice précédent.

Comment peut-on être - encore en 2008 - une entreprise assez stupide pour continuer à pirater des logiciels propriétaires plutôt que de s'équiper en logiciels libres ? Le piratage n'est-il pas un moyen officieux d'envahir le marché, quitte à réclamer par la suite une mise en conformité des licences ? Toute coïncidence avec des évènements passés n'est pas fortuite. Je trouve que BSA ne fait pas assez de publicité sur ses actions. Aidons-les avec ce nouveau slogan : « Ne piratez plus, utilisez des logiciels libres ».

NdM : bien faire attention à ne pas confondre « piratage » (terme connoté et non défini juridiquement), contrefaçon et manque à gagner. Pour mémoire : en 2001, le BSA était déjà considéré par certains comme marionnette de Microsoft ; en 2002, découverte d'une collusion entre la BSA et la Commission Européenne sur la brevetabilité du logiciel ; en 2003, la BSA épinglait un innocent serveur d'université offrant au téléchargement ... OpenOffice.org dans une distribution Mandrake Linux ; la BSA favorisait une migration chez Ernie Ball (retour sur la migration) ; une affiche parodique était réalisée aux RMLL, on parlait déjà des calculs antipirates simplistes ; en 2005, il était question de l'amendement amendement VU/SACEM/BSA interdisant les logiciels non équipés de mesures techniques et du BSA au CSPLA ; en 2006, Bertrand Lemaire dézinguait l'étude annuelle de BSA dans Moquons-nous de la BSA (Rendez-vous annuel) et Moquons nous de la BSA (suite).