Sterling Ball explique comment sa société vit son passage au libre.

Posté par . Modéré par Benoît Sibaud.
0
22
août
2003
Presse
Sterling Ball est le PDG d'Ernie Ball, leader mondial en fabrication de cordes de guitares.
Depuis qu'il a été attaqué par le BSA pour contrefaçon de licences, il a décidé de se passer des services de Microsoft, et de basculer ses ordinateurs sous Linux (Redhat).

Plusieurs news sont déjà passées à ce sujet, mais cette nouvelle interview sur CNET.com est à mon avis la plus intéressante.

Des arguments très frais, un franc parlé qui fait du bien, un nouveau fan de logiciels libres qui n'était pas du tout en phase avec la technologie avant son "passage"...à lire donc.

NdM: Merci à Zeb et YannForget qui ont eux aussi proposé cette dépêche.

Journal Linux et Rock'n Roll

Posté par .
Tags :
0
22
août
2003
D'après une article de Tech News, un chef d'entreprise américain a pris des mesures radicales pour supprimer tout logiciel Microsoft de son entreprise. Sterling Ball est le PDG de Ernie Ball, le premier fabricant mondial de cordes de guitare. Il fournit tous les grands guitaristes, d'Eric Clapton jusqu'à Metallica.

La société installée à San Luis Obispo, Californie, a subi il y a 3 ans un controle de BSA (Business Software Alliance), l'organisme de controle de logiciels propriétaires conduit par Microsoft. (...)

La BSA aide GNU/Linux

Posté par . Modéré par Benoît Sibaud.
Tags :
0
8
avr.
2003
Presse
Suite à un raid de la BSA chez Ernie Ball, ils ont décidé de se mettre en règle de la meilleure façon : Windows à la porte (NdM : remplacé par GNU/Linux + StarOffice).

Un ex-employé responsable de la gestion des licenses les a dénoncés à la BSA.
Ils ont subi un raid de marshalls armés et ont dû fermer boutique pour une journée complète. Ils ont ensuite été obligés de jurer qu'ils n'utiliseraient leurs systèmes que pour le strict minimum nécessaire à leur activité.
La BSA a évalué à 8% leur non-conformité. "Il est pratiquement impossible d'être en règle à 100%." Ils ont payé un règlement à l'amiable de $90000 dont $35000 de frais de justice payés à MS. Considérant que ce n'était pas une façon de traiter ses clients, Ernie Ball a décidé que sa société deviendrait "Microsoft free." Ils ont mis un an à se libérer et sont satisfaits ; ils n'ont pas été obligés d'acheter ni XP, ni de nouveaux PC.

Note du modérateur : voir aussi l'article Libé sur BSA: Des calculs antipirates simplistes

Le BSA attaque les moulins à vent

Posté par . Modéré par Fabien Penso.
Tags :
0
28
fév.
2003
Pirate
Voici ce que l'on peut lire sur la mailing-list d'openoffice...

Le BSA utilise des robots de recherche de nom de fichiers pour trouver les serveurs FTP donnant des contenu copyrightés. Bien sûr un nom est loin de refléter le contenu, et cela devient franchement ridicule quand on recherche sur un mot commun comme "office"...

Croyant mettre au pilori une distribution sauvage de MS Office, ils ont épinglé un innocent serveur d'université offrant au téléchargement ... OpenOffice.org dans une distribution Mandrake Linux.

NdM : OpenOffice.org est une suite bureautique Libre, et Mandrake Linux une distribution GNU/Linux contenant cette suite logicielle. Vous pouvez les télécharger en suivant les liens.

Nouvelle offensive sur les brevets logiciels

Posté par . Modéré par Brice Favre.
0
16
oct.
2002
Microsoft
Sponsorisée notamment par Microsoft et la BSA, mais aussi par l'administration Bush (via l'Ambassade américaine), l'Organisation mondiale de la propriété intellectuelle et l'ordre des avocats de Paris, se tiendra à Paris les 14 et 15 novembre prochains la conférence de la Computer Law Association, "pour la première fois dans une ville d'"Europe du Nord" ".

Les organisateurs attendent plus de 300 participants (1375,4 euros l'entrée, soit plus de 9000 francs français) : "...avocats spécialisés, directions juridiques de grands comptes comme des sociétés du secteur des Technologies".

On notera l'intervention de Microsoft sur "Le partage des codes sources : les implications pratiques et juridiques", ou encore celle de Disney Company.

Parmi les thèmes de la conférence on retiendra notamment l'exposé sur les "problèmes posés par les moyens de protection techniques prevus dans le Digital Millenium Copyright Act", la jurisprudence de l'OEB sur les brevets logiciels, ou encore l'"hébergement illégal de sites accesibles depuis l'Europe et les Etats-Unis".

Cette conférence pourrait être l'occasion de faire connaître un autre son de cloche à ce public influent. Qu'en pensez-vous ?

Microsoft en campagne contre le piratage

Posté par . Modéré par Fabien Penso.
Tags :
0
10
mar.
2001
Microsoft
Microsoft France est très actif sur le front du lobbying anti-piratage. Le site anglais TheRegister a apparemment obtenu une copie d'un mail interne qui permet de se faire un idée de leur statégie et de l'importance des moyens humains qu'ils consacrent à cette tâche.
Idées principales :
- Microsoft a tendance à passer beaucoup par le BSA et soutient apparemment la mise en place d'un discours moins agressif (ça veut pas dire qu'ils sont plus sympa derrière). A certains endroits il considére que BSA et Microsoft sont interchangeables ce qui apportera de l'eau au moulin de ceux qui prétendent que le BSA est une marionnette de Microsoft.
- Une bonne occasion de refourguer leurs softs et de les mettre en avant pendant les campagnes d'information et de sensibilisation (Présentation de Office XP...)
- Faire cause commune avec l'industrie du disque et autres "défenseurs de la propriété intellectuelle" (autoproclamés) pour les campagnes d'information.
- La mise en place d'un discours sur la propriété industrielle et intellectuelle auprès des pouvoirs publics.
- Faire la promo des nouveaux mécanismes de protections imaginés par Microsoft (qui vont gêner que ceux qui payent comme d'habitude).

Cela doit etre un sujet de préocupation dans la mesure ou se genre de discours occulte volontairement les logiciels libres et donc fait progresser de manière insidieuse l'idée qu'un logiciel est obligatoirement payant, qu'on doit être client des grands éditeurs sinon on est très certainement un pirate qui utilise des copies illicites, et enfin que les intérêts des éditeurs doivent faire l'objet de tout plein de protections ("défendre la propriété intellectuelle" => les brevets sont pas loins).