anaseto a écrit 1695 commentaires

  • [^] # Re: Gmail, une solution qui ne distingue pas uniquement par sa confidentialité !

    Posté par  (site Web personnel) . En réponse au journal Les enseignants, poussés vers GMail. Évalué à 2 (+0/-0).

    Pas mal 50 ! Je ne pense pas en avoir jamais eu plus de 5 la même journée.

    Ce que je me demande, c'est le nombre moyen de spams qu'aurait un utilisateur lambda qui n'utilise pas trop le mail et n'est pas sur des listes de diffusion. Ça devrait être raisonnable le plus souvent, ou alors je ne comprends pas du tout comment ça se passe non plus.

  • [^] # Re: Gmail, une solution qui ne distingue pas uniquement par sa confidentialité !

    Posté par  (site Web personnel) . En réponse au journal Les enseignants, poussés vers GMail. Évalué à 3 (+1/-0). Dernière modification le 19/01/21 à 15:50.

    Ça me prend quelques minutes par jour d'éradiquer ce qui n'a aucune raison d'arriver.

    Pour le coup, ça fait longtemps que je me dis que je dois être ultra-chanceux avec le spam, soit la surcharge de SPAM est pas si généralisée : ça fait presque dix ans que j'utilise la même adresse un peu partout et qu'elle se trouve dans un certain nombre de listes de diffusion, dont certaines publiques et, même si je participe pas trop, ça arrive. Eh bien je reçois même pas un spam par jour en moyenne (sans aucun filtre) et ça me prend moins d'une seconde par jour (c'est en général tellement évident qu'avec l'adresse et le sujet ça me suffit pour taper d et supprimer).

  • [^] # Re: Gmail, une solution qui ne distingue pas uniquement par sa confidentialité !

    Posté par  (site Web personnel) . En réponse au journal Les enseignants, poussés vers GMail. Évalué à 2 (+0/-0).

    Ah, mais je suis très content ! C'est juste que je trouve ce comportement intéressant : au pire c'est un problème pour celui qui reçoit, l'émetteur n'a de toutes façons jamais aucun contrôle quand au moment où son mail sera lu :-)

    Je n'ai d'ailleurs rien contre le DKIM, je trouve juste le comportement de Gmail particulier, je ne serais pas à l'aise avec personnellement. Heureusement que je me suis au moins mis à la mode du certificat avec Let's Encrypt et que je n'en utilise plus un auto-signé, sinon j'imagine que ça partirait direct dans les oubliettes ;-)

  • # Gmail, une solution qui ne distingue pas uniquement par sa confidentialité !

    Posté par  (site Web personnel) . En réponse au journal Les enseignants, poussés vers GMail. Évalué à 5 (+4/-1).

    Et la solution, ben c'est GMail. C'est facile, ça marche, il n'y a pas d'argent à sortir, c'est disponible tout le temps, et le support fonctionne.

    Oui, j'ai fait remarquer à cet enseignant que ça me posait un problème de confidentialité de communiquer par cette adresse. Et visiblement, c'était une surprise.

    La confidentialité n'est pas le seul point où cette solution se démarque : Gmail est aussi un des rares fournisseurs de mail qui délivre parfois des messages avec un délai de plusieurs heures ou plus lorsque j'envoie un mail à plus d'une personne ou avec une pièce jointe (même lorsque c'est toi qui répond à des correspondants réguliers). Tout ça peut-être parce que j'ai pas de DKIM configuré et qu'ils ont décidé que c'était ça le nouveau standard. C'est pas comme si DKIM allait rendre un mail que j'envoie à Gmail confidentiel de toutes façons ;-)

    Donc perso je conseille vivement Gmail aux gens qui ne veulent pas être débordés par les mails, car ils ne les recevront (ou pas) qu'après une longue analyse méticuleusement non standard !

  • [^] # Re: Vandalisme et dogmatisme

    Posté par  (site Web personnel) . En réponse à la dépêche Wikipédia : vingt ans déjà !. Évalué à 5 (+3/-0).

    Il y a tellement de fantasmes, de croyances ou tout simplement d'idées préconçues rabâchées par des militants sans culture scientifique et répercutées dans les médias qu'il devient difficile pour beaucoup de savoir ce qui est fondé ou pas.

    En même temps, c'est pas surprenant, vu que même en lisant l'article wikipédia, j'ai perso l'impression de ne pas pouvoir vraiment me faire une idée de la réalité : je suis bien incapable d'évaluer la fiabilité des différentes sources citées dans l'article. Ça veut probablement dire que l'article n'est pas mal, d'ailleurs, puisqu'il encourage au doute plus qu'à se retrancher dans une position ou une autre.

    Je pense juste que les gens ont tendance à pencher ver la source en laquelle ils veulent croire (militant écologiste ou bien militant conservateur ou technologique), ou bien à rejeter en priorité celle en laquelle ils ne veulent pas croire (par exemple du fait d'un mauvais historique de transparence sur le sujet, ou une focalisation du discours de certaines entités sur le nombre de morts qui n'est qu'une considération parmi d'autres). Le cerveau humain n'apprécie pas le doute :-)

  • [^] # Re: ne marche pas avec mawk

    Posté par  (site Web personnel) . En réponse au journal TapTempo contest : un peu moins d'octets en Awk. Évalué à 2 (+0/-0).

    Ah oui, en fait, déjà %N n'existe pas dans le date de OpenBSD, donc c'était mal parti.

  • [^] # Re: ne marche pas avec mawk

    Posté par  (site Web personnel) . En réponse au journal TapTempo contest : un peu moins d'octets en Awk. Évalué à 2 (+0/-0).

    Ça ne marche pas avec le awk original non plus (celui installé de base sur OpenBSD). J'obtiens que des lignes vides et, parfois, une division par zéro… je sais pas trop pourquoi encore.

  • [^] # Re: Open Source/Libre

    Posté par  (site Web personnel) . En réponse au journal Pour ou contre les vaccins open source mais pas libres ?. Évalué à 6 (+4/-0).

    Tu t’intéresse au partage et l'entraide et pense à tort (aidé par une tonne de gens qui essayent de te vendre le libre comme ayant une seule possibilité) que le libre va la dedans.

    Non, il se trouve juste que le libre est compatible avec l'entraide et le partage et la construction sur l'existant, contrairement à la plupart du non-libre. Je suis bien conscient que le libre n'impose ni le partage ni l'entraide.

    J'aime le libre parce qu'il permet l'entraide et le partage au sein des communautés qui le veulent. Avoir le droit de faire dans l'entraide et le partage est suffisant pour que cela se produise.

  • [^] # Re: Open Source/Libre

    Posté par  (site Web personnel) . En réponse au journal Pour ou contre les vaccins open source mais pas libres ?. Évalué à 3 (+1/-0).

    Par curiosité, si tu devais résumer et donner les raisons principales qui te font aimer le libre, ce serait quoi ? J'entends pas juste la licence et les quatre libertés en soi, mais les conséquences positives qu'elle encourage, son effet sur la société.

    Je pose la question pour mieux comprendre ta position.

    L'histoire est connue, et très utile : elle montre que l'idée est que celui qui fournit ne puisse pas limiter, malgré sa volonté de limiter.

    Ça, c'est plus une maxime qui résout le problème dans ce cas particulier : une maxime qui ressemble d'ailleurs beaucoup à « fournir une machine de production à une ouvrier ne doit pas permettre de le limiter » (en d'autres termes, la possession d'une machine ne doit pas nous donner un pouvoir inégalitaire sur les autres, pour revenir à ma première formulation). C'est grosso-modo une maxime d'idées anarchistes du XIXè, d'où le fait que beaucoup voient un parallèle possible dans les objectifs.

    Et le tout provient d'une volonté de partage et d'entraide. L'idée traditionnelle en recherche et d'autres domaines où personne ne met en doute que l'on construit toujours sur les bases posées par nos prédécesseurs et que, du coup, il n'y a pas vraiment de fondement à l'idée qu'une technologie pourrait nous appartenir.

  • [^] # Re: Open Source/Libre

    Posté par  (site Web personnel) . En réponse au journal Pour ou contre les vaccins open source mais pas libres ?. Évalué à 4 (+2/-0).

    tu veux que le libre devienne moins neutre politiquement

    J'ai jamais eu l'impression que c'était neutre politiquement : derrière le libre, tout le monde a un objectif reflétant des opinions politiques, juste pas forcément les mêmes. Mais l'idée que les libertés de modification, distribution etc. sont positives est en soi une opinion politique, ça encourage un certain mode d'organisation et de développement, mais limité au domaine du logiciel et pas la société en général.

    Après, si la question est, est-ce que la licence d'un logiciel est le bon endroit pour essayer d'encourager un certain mode d'organisation, je n'ai pas de réponse. J'imagine que les gens font ce qu'ils peuvent, faute de meilleures idées : c'est ainsi qu'est né le logiciel libre, d'ailleurs (pour simplifier, l'objectif à l'origine c'était de pouvoir utiliser une imprimante ou quelque chose dans ce goût là, pas de faire une licence).

  • [^] # Re: Open Source/Libre

    Posté par  (site Web personnel) . En réponse au journal Pour ou contre les vaccins open source mais pas libres ?. Évalué à 3 (+2/-1).

    Ce qui est étonnant pour moi est de lire ici que utiliser les libertés du libre est de la prédation

    Eh bien, si tu utilises un logiciel libre pour créer une arme et détruire une ville, même si tu respectes la licence du logiciel (libre ou pas), et même les lois de ton pays en guerre, je veux que tu m'expliques en quoi ce ne serait pas de la prédation. De même, une entreprise qui réussirait une situation de monopole en utilisant un logiciel (libre ou pas) peut facilement devenir un prédateur.

    Il me semble que tu répètes souvent que la liberté des uns termine là où commence celle des autres : c'est exactement cette limite qu'essaie d'approcher cette licence anti-capitaliste (que la tentative soit réussie ou non est sujet à interprétation personnelle et l'expérience).

  • [^] # Re: Open Source/Libre

    Posté par  (site Web personnel) . En réponse au journal Pour ou contre les vaccins open source mais pas libres ?. Évalué à 3 (+2/-1).

    Je n'aime pas la NC non plus, trop vague et restrictive (qu'importe que Toto fasse 1000€ avec le logiciel ?). La licence anticapitaliste est plus intéressante : malheureusement, pour des raisons pratiques (essayer d'écrire ça de façon juridique) elle complique quand même pas mal l'idée (je ne suis pas sûr de visualiser toutes les conséquences), même si perso ça ne me dérangerait pas plus que ça d'utiliser un logiciel sous cette licence (plus simple que la GPL2/3, Apache 2 et compagnie, j'imagine clairement l'objectif de l'auteur, et c'est pas plus restrictif pour mes usages).

    Malheureusement, malgré l'optimisme de Zenitram sur la justice, je doute qu'ils réussissent à faire appliquer facilement cette licence qui fait déjà des compromis sur les idées : le monde du jeu juridique actuel, c'est un jeu dont les règles ont été créés sous la lumière du capitalisme (un litige = beaucoup de temps + de l'argent, comme un journal récent nous le rappelle), donc y jouer en tant qu'anti-capitaliste, c'est partir avec un gros handicap. C'est comme faire une course à la nage avec un poisson dans l'eau. Le meilleur dénouement que j'imagine, c'est une petite victoire insignifiante mais chèrement payée.

  • [^] # Re: Open Source/Libre

    Posté par  (site Web personnel) . En réponse au journal Pour ou contre les vaccins open source mais pas libres ?. Évalué à 2 (+0/-0).

    Je sais faire la différence entre la licence libre et ses impacts d'un côté, et l'idée que certains veulent donner au libre sans l'écrire pour ne pas risquer de devoir avoir un discours cohérent pour tous, pas de soucis je sais faire la différence.

    Pas forcément possible de l'écrire d'un point de vue juridique. Personnellement, si une telle licence était valide, j'assume pleinement que j'y mettrais ceci : faites ce que vous voulez avec ce logiciel (modifier, distribuer, des sous, etc.) tant que ça ne vous donne pas un pouvoir inégalitaire sur autrui. Ce n'est pas une licence libre au sens des quatre libertés : c'est à la fois plus permissif (tant que ça ne donne pas de pouvoir inégalitaire sur autrui, il n'y a pas juste 4 libertés, mais du pur domaine public, pas de copyleft ni de mention demandées, rien), et plus restrictif (on peut faire des sous avec un logiciel libre actuellement au point de devenir tellement riche avec que ça nous donne un pouvoir inégalitaire sur les autres).

    Et c'est pas une idée de libre purement ad hoc, mais une idée vieille de presque deux siècles : c'est, transposé au domaine logiciel, une retranscription du concept le plus fondamental des mouvements libres anarchistes du XIXè. Malheureusement, notre système juridique n'est pas capable de gérer un concept aussi simple.

  • [^] # Re: Open Source/Libre

    Posté par  (site Web personnel) . En réponse au journal Pour ou contre les vaccins open source mais pas libres ?. Évalué à 1 (+0/-1). Dernière modification le 05/01/21 à 18:06.

    Ils mettraient noir sur blanc leur critères que d'une ils constateraient qu'ils ne sont pas d'accord entre eux

    Effectivement : c'est la réalité linguistique contre laquelle tu luttes en vain.

    Ça n'enlève pas qu'il est parfois pratique de préciser qu'on se réfère à une définition juridique précise (licence libre), mais pas dans le but de nier et ridiculiser toutes les idées qui lui ont donné naissance juste parce que la totalité et nuances des objectifs ne sont pas retranscrites dans la formalisation juridique (la licence est juste le meilleur compromis d'application pratique qui ait été trouvé aux idées).

    Bref, cette défense "si c'est différent" est surtout pour ne pas montrer le faible nombre de gens qui pensent comme eux :-D

    De ton côté, tu as des stats sur le nombre de gens qui s'offensent de ce que certains dissocient le cadre juridique (qui sert de moyen, sujet à interprétation d'un juge) d'une idée (qui sert d'objectif, sujette à interprétation de chacun) ?

    Historiquement, c'est une licence qui a donné naissance au libre, ou c'est le libre qui a donné naissance à une licence ? Si un jour le copyright disparaît, le libre disparait-il aussi ?

    PS : perso ce qui m'amuse le plus est que les licences copyleft des "purs libristes" sont pas mal utilisées pour faire un produit d'appel pour le non libre (à la MySQL), les "purs libristes" se cachent le fait que leur super licence n'est faite que pour limiter assez les gens pour qu'ils payent une version non libre. Sacré capacité à se cacher la réalité et aucune volonté de changer la chose.

    Eh bien moi je penche plutôt du côté des licences permissives, donc visiblement je ne serais pas un de ces « purs libristes », et pourtant je fais une différence entre la licence et l'idée du libre.

  • [^] # Re: Open Source/Libre

    Posté par  (site Web personnel) . En réponse au journal Pour ou contre les vaccins open source mais pas libres ?. Évalué à 4 (+3/-1). Dernière modification le 05/01/21 à 12:39.

    Tu nies la science linguistique dans tes raisonnements. Tu traites la langue comme l'API gelée d'une bibliothèque en mode de maintenance, ce qui ne te permet pas de comprendre les considérations linguistiques qui ne relèvent pas de l'informatique.

  • [^] # Re: Accroche

    Posté par  (site Web personnel) . En réponse au lien "La communication mensongère de Gérald Darmanin" dénoncée par une enquête de Médiapart - lalibre.be. Évalué à 5 (+3/-0).

    J'y vois énormément d'injustice, et ça me révolte. Pas au point de quitter mon confort pour aller en manif, moi, et ça me fait honte.

    Il n'y a pas de honte à avoir, je trouve : prendre des risques pour une méthode qui ne marche pas, ça relève plus du désespoir qu'autre chose; pour toutes les raisons que tu évoques, une manif c'est très facile à détruire et c'est très épuisant. S'il faut qu'on devienne tous des héros pour changer quelque chose, ça ne me semble pas viable. Ça me révolte aussi et j'aimerais que les peuples trouvent une méthode plus solide pour éviter de se retrouver malmenés par les dirigeants sans avoir à devenir des héros, mais c'est visiblement pas évident à organiser en pratique.

  • [^] # Re: Open Source/Libre

    Posté par  (site Web personnel) . En réponse au journal Pour ou contre les vaccins open source mais pas libres ?. Évalué à 4 (+3/-1).

    Ça vient autant des gens voulant faire croire qu'il y a une différence entre open source et libre

    Le sens des mots varie suivant les communautés et les sensibilités personnelles, c'est naturel et scientifique (au sens linguistique). Personnellement, mon impression est que l'open source et le libre utilisent le même type de licence, mais pour des raisons différentes et qu'il y en a comme toi qui veulent nier l'existence de cet aspect plus idéologique des choses, je sais pas trop pourquoi, d'ailleurs. C'est inévitable que parfois des mots proches développent des nuances différentes, ce genre de choses se produit spontanément et en permanence.

  • [^] # Re: Un drame en qq actes...

    Posté par  (site Web personnel) . En réponse au journal S'occuper pendant les vacances ! YunoHost et AutoHébergement. Évalué à 7 (+5/-0).

    Bien pessimiste ton drame :-)

    C'est sûr qu'en fonction des besoins et la chance, ça peut être plus ou moins compliqué. Ceci dit, perso, ça fait plein d'années que j'autohéberge mes mails et un site web statique sur OpenBSD sur une vieille machine (32 bits, 2Go de ram) sans rien changer (à part lancer un syspatch de temps en temps et maintenant un sysupgrade tous les six mois). Et mes mails semblent d'ailleurs encore arriver à mes correspondants, au point que j'en suis même surpris, car je fais même pas les choses bien : j'ai pas fait l'effort de mettre du DKIM et ça fait un moment déjà que c'est à la mode.

  • [^] # Re: moi c'est l'inverse

    Posté par  (site Web personnel) . En réponse au journal Linux ne m'intéresse plus. Évalué à 3 (+2/-1).

    Je suis près à remplacer systemd par autre chose qui serait objectivement meilleur, mais en attendant Debian a énormément gagné en sérieux en intégrant systemd.

    Comme tu le dis, ça dépend beaucoup de la distribution. Et ça dépend aussi beaucoup de ce qu'on fait avec. Personnellement, sous OpenBSD, j'ai jamais touché quoi que ce soit à l'init : j'ai même pas besoin de savoir que c'est des scripts. Du coup, forcément, changer ça par quelque chose comme systemd, qui représente un programme d'un voire deux ordres de grandeurs de plus en taille, n'aurait pas de sens pour moi, juste une source potentielle de nouveaux bugs de sécurité ou de mauvaise intégration (sous OpenBSD rc + rc.sub c'est moins de 1000 lignes de code, et en ajoutant tous les scripts chez moi ça arrive tout juste à 1500, ça reste dans le domaine du maintenable pour du shell).

  • [^] # Re: merci pour ton retour, cela étant dit...

    Posté par  (site Web personnel) . En réponse au journal Retour d'expérience sur les langages de programmation. Évalué à 2 (+0/-0).

    Tiens, je connaissais pas cette histoire (ou j'ai oublié). Ceci dit (haha), le wiktionnaire, assez descriptif plutôt que prescriptif dans son approche, documente l'expression, en mentionnant bien cependant que certains « puristes » y trouvent effectivement quelque chose à redire :-)

    Personnellement, d'un point de vue linguistique, j'ai l'impression que « cela » est en voie de disparition de la langue (orale), remplacé par « ça » la plupart du temps, ou « ceci » dans certaines expressions (« ça dit », qui serait la contraction théoriquement « correcte » ne s'utilise pas, il me semble).

  • [^] # Re: Raisons d'essayer Rust

    Posté par  (site Web personnel) . En réponse au journal Retour d'expérience sur les langages de programmation. Évalué à 3 (+1/-0). Dernière modification le 30/11/20 à 10:30.

    Après tout, il se peut que je me sois emporté parce que c'est un sujet (sur le plan scientifique1, et donc de la rigueur intellectuelle) qui me tient particulièrement à cœur, mais je ne vois pas où j'ai dérapé. Si tu pouvais me l'indiquer (toi ou anaseto), je vous en serais reconnaissant.

    J'ai répondu un peu plus bas à des choses proches, mais vraiment, la source de notre différence de perspective est que tu ne considères que l'aspect théorie logique/théorie des types dans tes réponses, alors que nous autres nous intéressons plutôt aux interactions de l'humain avec le système de types et le langage en général.

    La question de savoir si l'utilisation des interfaces à la place d'un type somme est équivalente d'un point de vue logique, ou la question d'utiliser un produit pour la gestion d'erreurs plutôt qu'un type somme qui semblerait plus naturel à un théoricien du typage, sont des questions dont les réponses ne fournissent pas d'impact pratique clair. Un choix optimal d'un point de vue langage n'a a priori aucune raison de devoir être compatible avec un raisonnement de logique, puisqu'il s'agit d'une science avant tout humaine : un langage de programmation est une interface entre l'humain et la machine.

    Chercher à appliquer des idées de théorie des types est intéressant, mais sans statistiques comparative ni même une intuition des conséquences sur le nombre de bugs ou la productivité dans des contextes réels d'une idée ou l'autre, ce n'est vraiment pas quelque chose qu'on peut espérer pouvoir faire sans faire de concessions aux considérations humaines.

    Je t'ai bien donné des réponses diverses à la question d'origine (accessibilité, simplicité du flot de contrôle et annotation facile des erreurs sans introduire de nouvelles syntaxes, analyses statiques qui évitent les soucis en pratique, etc.) pour ces choix et tu résumes le tout à « une réponse qui n'en est pas une » juste parce qu'il s'agit de réponses qui n'ont rien à voir avec la science de la logique.

  • [^] # Re: Raisons d'essayer Rust

    Posté par  (site Web personnel) . En réponse au journal Retour d'expérience sur les langages de programmation. Évalué à 2 (+0/-0).

    À la base tout est partie d'une question, on ne peut plus naturelle, à savoir : comme, de deux chose l'une, un appel de fonction peut réussir ou échouer, pourquoi ne pas répondre par une alternative comme le fait Rust ? Sur cela, comme il s'agit de faire usage d'un type somme1, j'ai généralisé la question : pourquoi Go n'a pas de type somme ? Sur ces entrefaits les réponses qui m'ont été apporté ne m'ont pas convaincues, si ce n'est que les utilisateurs ou responsables du langages (cf la PR mise en lien par anaseto) ne maîtrisaient pas les notions dont il était question.

    Je crois que ce que tu ne vois pas depuis le début, c'est qu'un langage de programmation est normalement utilisé par des humains pour développer des logiciels. Sa création doit donc être basée non sur une science prescriptive comme la logique, mais sur une science sociale et expérimentale et encore plus vieille, basée sur l'observation des besoins des gens et, en particulier ici, des développeurs. Un système de types puissant n'est pas forcément un système de types qui conduit en pratique à une meilleure productivité ni à moins de bugs. Enfiler une armure de plates avant d'aller couper des oignons pour le repas est contre-productif et n'apporte aucune sécurité supplémentaire à moins de décider d'utiliser une épée plutôt qu'un simple couteau bon marché.

    De ce point de vue là, je trouve personnellement que le système de types de Go a fait un meilleur travail que celui d'OCaml. Si j'étais rapide dans mes conclusions comme toi, je pourrais donc dire que les responsables OCaml ne maîtrisaient pas les notions de cette science sociale et expérimentale. Étant plus prudent, je pense plutôt qu'ils avaient des objectifs primaires différents avec ce langage (jouer avec les types et se faire plaisir) et que les besoins des développeurs étaient, à l'époque, beaucoup moins bien connus qu'aujourd'hui.

  • [^] # Re: Similaire à NixOS

    Posté par  (site Web personnel) . En réponse à la dépêche GNU Guix 1.2.0 est publié. Évalué à 6 (+4/-0).

    Perso, ce que j'ai jamais compris, c'est pourquoi ils ne font pas, comme sur OpenBSD, la différence entre les blobs au sens microcode qui est chargé sur un composant hardware particulier, et les drivers non libres (les seuls que les gens appellent blobs dans le monde BSD). Les seconds s'exécutent dans le noyau et sont vraiment problématiques pour plein de raisons, mais les premiers s'exécutent dans du matériel spécifique et n'apportent pas vraiment de problèmes qui n'existent pas déjà : que le microcode soit reçu après le démarrage ou déjà présent dans le matériel, ça ne change pas grand chose au final, à moins d'avoir du matériel libre à la base.

  • [^] # Re: Raisons d'essayer Rust

    Posté par  (site Web personnel) . En réponse au journal Retour d'expérience sur les langages de programmation. Évalué à 2 (+0/-0).

    Je n'ai pas dit que leur système de types est mauvais (ce que tu développes et défend, je l'avais fait à l'époque du journal de gasche que j'ai cité plus haut) mais qu'il n'était pas assez sérieux pour ce que j'aime faire.

    Pour te rassurer, c'est comme cela que je l'ai pris, mais ce n'est pas comme cela que tu l'as écrit, il y avait un point après « sérieux » : facile à interpréter plus génériquement :-)

    Quand tu répètes en boucle que tu apprécies la réflexion pour ses capacités de marshalling, je ne nie pas la chose, ni interdit à toi ou d'autres développeurs d'avoir ce besoin. En revanche, je me permets de répondre que le fait que ce soit intégré de base dans le langage ne m'intéresse pas. J'ai pas le droit d'avoir des goûts distincts des tiens ?

    Oui, mais l'histoire de la réflexion est sortie suite à une question initiale sur les applications intéressantes (au sens général a priori) de celles-ci : à aucun moment je n'ai essayé de te convaincre que ça serait intéressant pour toi en particulier, mais de t'informer à ta demande pourquoi ça l'était pour d'autres. C'est pour ça qu'on se répète, parce que j'ai répondu à cela et tu n'as, par la suite, qu'uniquement insisté sur le fait que tu n'en avais rien à faire et que c'était question de goût, ce qui était HS et donne l'impression que tu te fiches de l'intérêt de la chose en général, même si ce n'est pas ton intention.

    Pour revenir sur les goûts personnels, je reconnais volontiers qu'un langage ne se limite pas à un système de types, mais je ne suis pas programmeur, et la seule chose qui m'intéresse dans un langage c'est de jouer avec ses types. Avec Go je m'ennuierai vite, avec OCaml je m'amuse : c'est tout ce que je voulais dire par système de types plus sérieux.

    Encore une fois, c'est effectivement ce que j'ai imaginé de ta part. Mais ce n'est pas évident dans tes messages. Lorsque tu expliques que pour toi le système de types de Go est un « jouet playskool que l'on donne aux enfants », tu ne dis pas que c'est en comparaison du super jouet bien plus fun qu'est le système de types OCaml. Du coup, quelqu'un qui n'a pas une bonne connaissance de l'historique de tes messages va prendre cela dans le sens que le système de types de Go est un jouet à côté de celui de OCaml : c'est l'interprétation la plus naturelle pour un programmeur, c'est-à-dire les premiers utilisateurs de langages de programmation qui n'imaginent pas forcément que pour d'autres, un langage de programmation, c'est un terrain d'expérimentation pour jouer avec les types. Pour le coup, ils risquent de ne pas trouver ça sérieux, tu es en train de jouer après tout, même si c'est avec un système de types sérieux ;-)

    Ce n'est donc pas ton insistance à affirmer que Go a des types somme qui m'arrêtera.

    Si tu relis mes messages, tu verras que depuis le début je n'ai pas vraiment affirmé cela (le débat de théorie des typages n'est pas inintéressant pour moi, mais secondaire). Plutôt, j'ai affirmé que je pouvais traiter (ou encoder) avec des types Go les cas d'utilisation (pratique de programmation) des types sommes. Je n'affirme même pas que mon énoncé a un sens propre en théorie des types. Et j'ai fait l'effort de donner des exemples à l'appui pour chaque chose que tu as demandé (en commençant par les listes chaînées), avec l'idée que tu t'intéressais au langage et pas uniquement à faire rentrer son système de types dans ton jeu sur les systèmes de types. Quand j'ai dit utilisation ou pratique de programmation, c'est dans un sens pratique, pas au sens d'un énoncé de typage précis : les cas d'utilisation que j'ai pu rencontrer personnellement, que ce soit dans CompCert en Coq ou dans OCaml (ce que j'ai précisé ensuite). J'ai bien reconnu d'emblée que ce soit plus verbeux, ou l'absence de gestion de la distinction ouverte ou fermée : distinction peut-être capitale pour qui utilise le langage comme plateforme de jeu sur les types, mais distinction beaucoup plus secondaire autrement.

    Pour en revenir sur les goûts : si tu relis mes messages sur ce fil, tu verras que je ne parle pas vraiment de mes goûts (je l'ai déjà fait dans le journal), mais de pourquoi, à mon avis, les choses sont ainsi en Go. Concernant mes goûts, vu le journal, c'est assez clair qu'ils sont variés et, suivant ce que je veux faire (jouer avec les types, les tableaux multi-dimensionnels ou développer un logiciel) j'utilise quelque chose de différent. Le système de types de Go n'est pour moi ni meilleur ni pire dans l'absolu que celui d'OCaml : il répond simplement à des besoins et un public différents. Je n'affirme pas par là que leur champ d'application est sans intersection en pratique (ce n'est pas le cas), mais que, globalement, Go est plus un langage dont le design vise à répondre aux besoins des développeurs, alors qu'OCaml vise avant tout à répondre aux besoins des chercheurs en théorie des types.

  • [^] # Re: Raisons d'essayer Rust

    Posté par  (site Web personnel) . En réponse au journal Retour d'expérience sur les langages de programmation. Évalué à 3 (+1/-0).

    A priori les fonctions génériques seront compilées une seule fois :

    Generic functions, rather than generic types, can probably be compiled using an interface-based approach. That will optimize compile time, in that the function is only compiled once, but there will be some run time cost.

    J'imagine que définir les contraintes pour les types génériques à l'aide d'interfaces rend cette approche assez naturelle. Rien dans le draft n'impose vraiment une approche ou l'autre, ceci dit.