arnaudus a écrit 3136 commentaires

  • [^] # Re: Google fait du « beau travail » ?

    Posté par . En réponse au journal Google + Commission Européenne = KABOUM. Évalué à 10 (+9/-0).

    lle s'amuse à tout faire pour ne payer aucun impôt en Europe, Android n'est probablement pas le fond du sujet

    Certes, mais ça semble quand même assez dangereux. On vit dans un État de droit, on ne peut pas, en théorie, te condamner pour des faits qui ne correspondent pas à la réalité. Si Google fraude le fisc, alors il devrait être condamné pour fraude fiscale, et pas pour entrave à la concurrence. Dans les faits, magouiller sur les raisons d'une amende reste le meilleur moyen pour que l'appel soit couronné de succès et l'amende levée, ce qui n'est pas le but de la commisssion.

    Si l'Europe veut récupérer ses impôts, alors elle doit se bouger le cul et faire voter des lois fiscales efficaces. Si elle veut protéger la vie privée de ses citoyens, alors elle doit également faire voter des lois applicables.

  • [^] # Re: Google fait du « beau travail » ?

    Posté par . En réponse au journal Google + Commission Européenne = KABOUM. Évalué à 10 (+18/-7).

    En même temps, je trouve ça un peu facile de n'accuser que Google. L'ensemble de la chaîne des industriels qui produisent, conçoivent, et commercialisent les «SmartPhones» ont fait en sorte de rendre leurs clients totalement dépendants et captifs de leur technologie, et rien dans les règlements commerciaux et le code de la consommation des différents États ne leur a interdit de le faire.

    La commission Européenne est dans une situation idéologiquement intenable ; d'un côté elle est caractérisée par cette attirance pathologique vers le libéralisme le plus pur (la fameuse concurrence libre et non-faussée), et d'un autre côté, elle se sent obligée d'intervenir comme un éléphant dans un magasin de porcelaine pour infliger des amendes à la hauteur du PIB de certains États membres à des grosses entreprises. Je ne sais pas de quelle chapelle ce libéralisme ultra-interventionniste se rapproche, mais c'est quand même assez paradoxal ; si l'attitude de Google avait réellement porté préjudice à des entreprises européennes, la bonne logique libérale voudrait que ça soit à ces entreprises d'attaquer Google en lui demandant des dommages. Là, on ne sait même pas qui la commission défend ; les entreprises européennes (lesquelles?), les consommateurs (mais pourquoi ne pas protéger les consommateurs par la loi?), les citoyens? Le manque de clarté de ce genre de décisions administratives ne peut que renforcer le climat de guerre commerciale. Imposons des règles claires qui s'appliquent à tous (typiquement, rétablir le droit de propriété—usus, fructus, abusus—sur les appareils informatiques), qui rendront impossible la commercialisation de biens bridés, défectueux, et déloyaux en Europe. Nous représentons un marché tellement gros que les industriels devront forcément plier.

  • [^] # Re: Page blanche

    Posté par . En réponse au journal Open Earth View - Consultation avant création d'une startup. Évalué à 2 (+0/-0).

    Chez moi, la page est hyper-lente et mon Firefox freeze.

  • [^] # Re: Illégales

    Posté par . En réponse au journal J'ai testé... me faire électriser. Évalué à 9 (+7/-0).

    Sans compter que ça t'empêche totalement de conduire, puisque le THC est détectable pendant plusieurs jours, et qu'il s'agit d'un délit majeur (6 points en moins, rétention immédiate, et jusqu'à 4500€ d'amende et 2 ans de prison).

    D'une manière générale, la description du rapport que tu as avec el THC est plus qu'ambigüe. Personne ne prend de plaisir à bouffer un médoc ; à ma connaissance, on n'assaisonne pas ses plats avec du paracétamol. En particulier parce que la cuisson, le mélange avec des acides, des sels, des sucres, des graisses, ou n'importe quoi peut dégrader ou modifier les molécules. Pour administrer une substance active en contrôlant sa concentration, il faut la purifier et l'encapsuler; ou la diluer dans de l'eau ou n'importe quoi. Pour beaucoup de molécules, la différence entre la dose thérapeutique et la dose toxique peut être assez faible, et la médecine par les plantes est le meilleur moyen de se tuer (soit par manque de soins, soit par surdosage).

    Le cannabis thérapeutique, ça existe et ça commence à être reconnu, mais tant que l'ambiguité sera cultivée de cette manière, ça va être dur de le considérer comme un médicament…

  • [^] # Re: Faites ce que j'écris, pas ce que je crois

    Posté par . En réponse au journal Lecture pour cet été. Évalué à 4 (+3/-1).

    Eh bien je dois avouer que ton commentaire était tellement énigmatique que c'est aussi l'interprétation que j'en avais faite.

    xkcd

  • # Com commerciale...

    Posté par . En réponse au journal «Understand the fact» la campagne de Arm contre le set d'instructions libre Risc-V. Évalué à 5 (+5/-2).

    En même temps, quand un système concurrent menace ton business model, une campagne de com semble être une solution normale pour une grosse boîte… Après, on peut critiquer le contenu, puisque malgré la puissance marketting qu'il peut y avoir derrière une telle campagne, les arguments sonnent plutôt creux, voire presque désespérés. Mais bon, c'est quand même une réaction attendue ; tu prétends que tu fais mieux, moins cher, plus sérieux que tes concurrents. Il est probable qu'en même temps ARM développe plusieurs stratégies (juridiques, commerciales, industrielles…) pour tenter d'endiguer le phénomène. Il est même possible qu'ils envisagent également de changer de modèle et de passer à d'autres jeux d'instruction ; une entreprise est en général beaucoup moins idéologue qu'un quidam moyen, elle changera d'avis si elle pense qu'il y a plus d'argent à se faire dans un sens que dans l'autre.

  • [^] # Re: Faites ce que j'écris, pas ce que je crois

    Posté par . En réponse au journal Lecture pour cet été. Évalué à 5 (+4/-1). Dernière modification le 10/07/18 à 10:32.

    genre le mec qui écrit, en 2018, de l'"Université Hébraique de Jerusalem"

    Je ne connais absolument rien à la manière dont les universités sont organisées en Israël, mais si l'université de Jérusalem est autant Hébraïque que l'université de Louvain est Catholique, c'est bon, tu n'as pas à t'inquiéter :-) Surtout que d'après Wikipédia, le concept «Hébraïque» est lié à la langue de l'enseignement au moment où l'université à été fondée.

    Sérieusement, ces dénominations sont souvent héritées du contexte historique et politique, et il serait profondément stupide d'essayer de déduire quoi que ce soit du nom d'une université.

  • [^] # Re: Oui, attaquons nous au problèmes importants !

    Posté par . En réponse au journal Le moment crucial. Évalué à 9 (+7/-0).

    Pour parler d'hypercorrection, il ne te suffit pas de considérer l'expression seule: tu dois faire en plus l'hypothèse que la personne qui écrit "essaie de pallier l'insécurité linguistique qu'il ressent" (pour reprendre la formulation de wikipedia).

    Je ne trouve pas cette définition en dehors de Wikipédia, je pense qu'elle est fautive. Universalis dit "en linguistique, fait de reconstruire d'une manière erronée une forme qu'on croyait altérée", Linternaute dit "Usage fautif (généralement grammatical), d'une langue, par envie de s'exprimer de façon soutenue ; c'est-à-dire parler incorrectement à trop vouloir parler correctement. ", et les définitions de Google (qui viennent d'on ne sait où) disent "1. Reconstruction fautive d'une forme linguistique produisant une forme supposée correcte. 2. Le fait de produire des formes linguistiques anormales ou fautives par souci de manifester une maîtrise du discours signalant un statut social valorisé.".

    Bref, on a une acceptation factuelle (erreur d'orthographe et de grammaire en appliquant une règle "trop compliquée") et une explication sociale ("dans le but de s'exprimer dans un registre de langage élevé"), mais rien ne dit que le registre de langage n'est pas le sien (insécurité). C'est plus une forme de pédantisme (tu veux te placer au dessus des autres, ou tu veux singer le registre élevé sans forcément le maitriser) que d'insécurité.

    De toutes manières, il est souvent difficile de caractériser l'hypercorrection. Par exemple, j'ai toujours considéré le stupide "au temps pour moi" comme un exemple d'hypercorrection, ou du moins d'un pédantisme extrême (correction de la forme naturelle "autant pour moi", qui n'a rien d'erronnée). D'ailleurs, j'ai un vrai doute sur cette formule ; la forme "au temps pour moi" n'apparait jamais dans les archives avant sa publication sur le site de l'académie française, et je me suis toujours demandé si ça n'était pas une expérience pour analyser l'influence de l'académie. Ça serait le cadre parfait, on est dans un contexte où l'intégralité de la francophonie utilise "autant pour moi", c'est une expression principalement orale qui a peu été utilisée dans la litérature classique, son origine est suffisamment floue pour rendre des interprétations variées crédibles, et la formule est suffisamemnt employée pour que tout le monde la connaisse, mais pas commune au point où tout le monde trouverait un changement farfelu. Là-dessus, tu proposes une étymologie fantaisiste, avec quelques éléments un peu crédibles (sans être franchement convainquants), et tu laisses mijoter, sans trop intervenir. D'ailleurs, on se demande bien qui a bien pu demander à l'académie comment s'écrivait "autant pour moi" à une époque où personne n'avait aucun doute sur la forme correcte! Et à partir de la publication, l'info se répand d'abord sur les forums de linguistique, et elle est ensuite propagée par tous les "grammar nazis". Ça reste une hypothèse, hein, mais le contexte et les données de Google ngram la rendent quand même vraisemblable. Ça montrerait quand même l'infuence des grammar nazis sur l'évolution d'une langue!

  • [^] # Re: Oui, attaquons nous au problèmes importants !

    Posté par . En réponse au journal Le moment crucial. Évalué à 10 (+9/-0).

    «Scenarii», c'est un superbe exemple d'hypercorrection. Non seulement, en français, on applique les règles du français pour les termes d'origine étrangère qui sont lexicalisés (et il ne fait aucun doute que «scénario» est lexicalisé), mais en plus, le pluriel de «scenario» en italien, c'est «scenari», pas «scenarii».

    Après, malheureusement, j'ai peur que ces histoires de pluriels étrangers soient surtout des anglicismes déguisés, parce qu'en anglais, on lexicalise beaucoup moins. Je ne sais pas de quand ça date en français ; c'est un peu venu d'un coup, puisque jusqu'à assez récemment, on lexicalisait même les prénoms, par exemple ceux des rois étrangers.

  • [^] # Re: Mouais

    Posté par . En réponse au journal chexpire, un nouveau Logiciel Libre. Évalué à 7 (+5/-0). Dernière modification le 05/07/18 à 14:00.

    lorsque les bonnes pratiques ne sont pas appliquées, cela revient à une sorte d'obfuscation du code.

    Bah, déja, il s'agit des «bonnes pratiques» selon tes critères, qui ont l'air pour le moins douteux. D'autre part, ça me semble complètement faux. Si tu télécharges le tar.gz d'une version stable, tu as le code, bien organisé dans des répertoires, la doc, la licence, les fichiers qui permettent la compilation et l'installation. Tu peux lire le code, tu peux l'étudier, tu peux le modifier, le partager. Bref, toutes tes libertés sont respectées. Ce que tu n'as pas forcément, c'est l'historique du logiciel, les vieux bugs qui ont été corrigés, les dates auxquelles le code a été modifié. Mais tu t'en fous, non? Quand on dit «étudier le code», on parle de comprendre la manière dont le logiciel fonctionne. Personne, à ma connaissance, n'a jamais considéré qu'il s'agissait de comment le logiciel est arrivé à la version actuelle—là, c'est plutôt du ressort des sciences humaines, ou éventuellement de l'étude historique pour des logiciels phares, comme le noyau Linux.

  • [^] # Re: Mouais

    Posté par . En réponse au journal chexpire, un nouveau Logiciel Libre. Évalué à 10 (+11/-1).

    J'ai l'impression que le meilleur conseil à donner, c'est 1) stop à la branlette intellectuelle sur le libre, qui est à la limite du ridicule, et 2) décrire factuellement le logiciel, ce qu'il fait, comment il le fait, sa licence, et voila.

    Pour le délire sur le libre, ça fait un peu «j'ai lu deux ou trois trucs sur le libre et j'ai réinventé le monde», surtout qu'apparemment le dépôt n'a pas l'air d'être bien clean (licence commitée tardivement, multiplication des branches, etc). En fait, deux notions qui n'ont pas grand chose à voir sont complètement mélangées, le libre (basé sur la licence du code) et l'aspect communautaire (modèle de développement). Bon, bah une fois que c'est dit, tout est là, on peut avoir du libre communautaire, du libre non-communauraire, et du non-libre communautaire (par exemple les licences type NC). On a le droit de préférer le libre communautaire, mais bon, ça a déja un nom, et il serait quand même sacrément pédant de prédendre redéfinir ce qu'est le logiciel libre parce qu'on ne connait pas le terme de "communautaire".

    Par ailleurs, le principe même du développement communautaire n'est pas forcément lié avec l'utilisation d'un logiciel de contrôle de version ; il existait déja des logiciels libres communautaires bien avant les forges logicielles (les patches étaient envoyée par email ou par d'autres méthodes, les bug-tracker n'étaient pas intégrés à la gestion des versions, etc). L'idée même de publier en permanence l'état de la version de développement n'est même pas évidente ; pendant longtemps, on ne trouvait pas forcément très malin l'idée de diffuser autre chose que des release, la version de dev étant réservée à une communauté de développeurs qui se cooptaient. Bref, la transparence absolue de l'historique des commits, je trouve ça un peu bidon ; on peut vouloir faire du libre communautaire sans pour autant vouloir forcément exposer le moindre détail du développement, qui n'ont aucun intérêt pour personne (sauf peut-être pour ceux qui veulent savoir à quelle heure tu te couches, si tu ne commiterais pas de temps en temps sur tes heures de travail, etc., bref, cette espèce de transparence quasi-pornographique à la Facebook dont la nouvelle génération se délecte sans comprendre la nécessité de garder pour soi ce qui n'a aucun intérêt à être diffusé).

  • [^] # Re: Même si tu n'utilises pas Google, il lit tes mails

    Posté par . En réponse au journal Gmail at confidentialité : il semblerait que plein de monde puisse lire vos emails. Évalué à 6 (+4/-0).

    Ce qui me déprime le plus dans l'histoire, c'est que plein de monde puisse lire MES mails, alors que je n'utilise pas Google

    Ça marche aussi avec le courrier postal, hein. Ton destinataire peut montrer les lettres que tu lui écris à qui il veut. Quelque part, dès que tu appuies sur "Envoi", le courrier n'est plus confidentiel, il va transiter par des intermédiaires ; les premiers intermédiaires sont ceux que tu as choisi pour te fournir ce service, et après, pouf, ça dépend du destinataire.

  • [^] # Re: Applis sur mobile ?

    Posté par . En réponse au journal Gmail at confidentialité : il semblerait que plein de monde puisse lire vos emails. Évalué à 5 (+3/-0).

    Oui, je crois que c'est exactement ça. Dans ce cas, toutes les applications qui te demandent le nom de ton serveur pop et ton mot de passe peuvent aussi lire tes mails, et ce, quel que soit ton fournisseur! C'est inhérent au principe du logiciel qui t'affiche tes emails ou qui te les analyse pour te fournir un service que tu as demandé.

  • [^] # Re: Espionnage russe

    Posté par . En réponse au journal Bashing Kaspersky. Évalué à 3 (+1/-0). Dernière modification le 04/07/18 à 16:36.

    Je en sais pas trop, je suis peut-être trop naïf. Regarde la mode d'aller faire un tour en URSS dans les années 1970 1980 pour les communistes français ; pas que les dirigeants de parti, mais aussi les sympathisants, qui allaient là-bas voir comment on vivait heureux loin du capitalisme. Franchement, ça a ouvert les yeux à qui? Ils revenaient, racontaient que c'était super, que des officiels leur avait fait faire des jolis tours dans des beaux musées, que les gens étaient heureux, et je ne sais pas quoi. Je ne pense pas qu'ils étaient tous négationnistes dans l'âme, ils n'ont vu que ce qu'ils voulaient voir (et aussi ce qu'on leur laissait voir).

    Partir du principe qu'aller quelque part t'ouvrirait les yeux sur la réalité, c'est un peu trop simpliste, je pense. J'ai l'impression qu'il suffit parfois de réflechir pour avoir une idée assez précise de la situation. Par exemple, je crois que je n'ai pas besoin d'aller en Lybie pour imaginer quel genre de conditions de vie me feraient embarquer mes gamins avec 150 autres familles pour traverser 2000km de mer sur un bateau de 5 mètres avec des trous partout. Évidemment, c'est drôlement plus confortable de se convaincre qu'ils font ça parce qu'ils voudraient bien voir à quel point Paris est une ville romantique, mais quand on veut examiner une situation avec un peu d'objectivité, je trouve qu'on a souvent assez de données pour une analyse préliminaire assez vraisemblable.

  • [^] # Re: Autres (bonnes) idées

    Posté par . En réponse au journal Nettoyage de dunes avec un drone. Évalué à 4 (+2/-0).

    L'Agent Smith est un bien piètre biologiste (il confond la classification phylogénétique avec les caractéristiques écologiques des espèces). S'il avait téléchargé Wikipédia dans sa mémoire, il saurait d'ailleurs que la chauve souris vampire est un mammifère parasite.

    Par ailleurs, son blabla est assez faux. Nous modifions activement notre environnement, mais à part quelques exceptions, en général, les humains construisent des villes autour des centres historiques de colonisation; on ne quitte pas les zones urbanisées pour en coloniser de nouvelles, mais on a juste un taux de croissance suffisamment élevé pour avoir besoin de plus en plus de place. La seule limite qu'on connait maintenant, c'est que de la place il y en a de moins en moins, et qu'il va bien falloir trouver le moyen de gérer ça. On a d'ailleurs commencé ; les gains de productivité agricoles nous permettent de produire de plus en plus par unité de surface, et notre problème principal est que ces gains de productivité se font au détriment de la qualité de l'environnement. Mais sur le fond, ça n'est pas très différent des autres espèces envahissantes ; quand pour une raison ou pour une autre le taux de croissance d'une espèce est élevé pendant suffisamment longtemps, bah les effectifs augmentent jusqu'à ce que la capacité de charge de l'environnement soit atteinte. La technologie est un moyen d'augmenter artificiellement cette capacité de charge, mais elle se fait souvent au détriment des autres espèces—c'est moches pour elles, c'est sûr.

  • [^] # Re: Espionnage russe

    Posté par . En réponse au journal Bashing Kaspersky. Évalué à 4 (+2/-0). Dernière modification le 03/07/18 à 13:20.

    Il faudrait que certaines personnes soit ailles dans les pays en question

    Je ne sais pas s'il y a vraiment besoin d'y aller. Tu as besoin d'aller en Corée du Nord pour comprendre qu'il n'y a probablement plus de gens là-bas qui ont même une vague idée de lire les livres qu'on veut, d'aller où on veut, de pouvoir parler de politique? (ou de n'importe quoi, d'ailleurs?). Tu as besoin d'aller vivre en Arabie Saoudite pour imaginer ce que ça peut être d'être une femme là-bas? Je suis d'accord qu'il existe des cas où un certain débat est possible (est-ce qu'on est plus ou moins libres aux É-U qu'en France? pas forcément évident), mais il y a tellement de cas où les droits de l'Homme sont violés quotidiennement et officiellement (et la Russie en fait partie) que le relativisme s'apparente à une forme de négationnisme.

  • [^] # Re: Espionnage russe

    Posté par . En réponse au journal Bashing Kaspersky. Évalué à 6 (+4/-0).

    Je ne comprends pas pourquoi ce raisonnement fallacieux a autant de prise dans l'opinion. «On n'est pas parfait, donc faire la leçon aux autres est illégitime» est simplement une affirmation de l'illégitimité de n'importe quelle pression internationale. Personne n'est parfait, et surtout pas en termes de relations internationales, qui sont quand même toujours très «sales» (il y a toujours des sales histoires, des guerres, des trucs pas propres dans notre passé, des erreurs, des influences politiques, économiques, militaires, bref, tout un tas de trucs qu'on s'oblige à faire en se pinçant le nez, donc non, en politique internationale, on a toujours plein de squelettes dans nos placards). De quel droit on juge le régime en Corée du Nord? En Chine? En Iran? Bah on le fait en tant que citoyens libres.

    Nos sociétés ne sont pas parfaites, mais à force de vivre nos petits problèmes et de se regarder le nombril, on oublie complètement à quel point on bénéficie de choses qui sont absentes dans beaucoup de pays (à commencer par une liberté quasiment absolue, et un État de droit qui fonctionne à peu près).

  • [^] # Re: Autres (bonnes) idées

    Posté par . En réponse au journal Nettoyage de dunes avec un drone. Évalué à 9 (+7/-0).

    «Zut, on n'est pas assez malins pour prédire les conséquences de nos actes, donc construisons une AI capable d'intégrer tous ces facteurs»…

  • [^] # Re: Espionnage russe

    Posté par . En réponse au journal Bashing Kaspersky. Évalué à 5 (+4/-1).

    C’est pas croyable ce que la fachosphere arrive à sortir comme conneries pour justifier le régime russe.

    Mouais, la légitimation du régime Russe, c'est pas seulement la fachosphère, tu as une coalition hétéroclite, entre ceux qui aiment l'image du chef musclé et le bruit de bottes, ceux qui sous couvert de neutralité ne veulent pas choisir leur camp et qui trouvent intelligent de minimiser les problèmes en Russie, les nostalgiques du communisme qui prétendent que la guerre froide existe encore… Du coup, tu trouves quand même des gens disséminés dans l'ensemble du spectre politique qui font semblant de ne pas s'inquiéter de la politique extérieure russe, et qui trouvent que Poutine est un interlocuteur comme les autres.

    Après, pour l'espionnage politique et industriel, c'est tellement un jeu de dupes (tout le monde le fait autant qu'il peut, et tout le monde joue à l'innocent quand il se fait gauler) que ç'en est presque ridicule. La probabilité d'une backdoor dans Kaspersky est vraisemblablement du même ordre de grandeur que la présence de backdoors dans Windows… La seule vraie question, c'est si les députés européens ont eu accès à des infos précises que le commun des mortels n'a pas, ou si c'est juste basé sur des rumeurs ou des estimations de probabilités.

  • [^] # Re: transparent

    Posté par . En réponse au journal Bashing Kaspersky. Évalué à -4 (+3/-9).

    Après, il y a un truc que je déteste dans l'anti-américanisme : les gens qui dénoncent nos liens avec les ÉU ont la fâcheuse tendance à minimiser les saloperies Russes, comme si ça servait leur discours—ça peut même aller jusqu'au quasi-négationnisme des anciens crimes soviétiques, sur la justification des purges «anti-terrorristes» dans le caucase, sur la vassalisation des anciennes républiques soviétiques. Ça veut quand même dire qu'on a quelque chose qui ne tourne pas rond dans sa tête quand on pense que nier la persécution des homosexuels en Russie peut être un argument valable contre D. Trump…

  • [^] # Re: transparent

    Posté par . En réponse au journal Bashing Kaspersky. Évalué à 1 (+2/-3).

    Ce n'est pas comme ça que ça devrait marcher…

    Bah, le secret défense, ça a quand même pour principe de rester secret. La question, c'est comment tu fais pour gérer le cas où une info classée a des conséquences potentielles pour beaucoup de monde? Solution 1) tu déclassifies, avec le risque d'exposer des informations que tu ne voudrais pas (par exemple, fournir l'analyse du binaire d'un logiciel donnerait des infos cruciales sur les outils à ta disposition, fournir des preuves matérielles donnerait la localisation ou l'identité de tes taupes et tes espions, etc. Solution 2) tu ne dis rien, mais du coup tu mets les gens et les entreprises en danger. 3) tu inventes un prétexte bidon pour justifier une directive, mais ça n'est pas très éthique, et en plus ton prétexte bidon risque de se faire démonter, tu vas justifier les théories complotistes, et les conséquences risquent d'être pire que ce que tu voulais éviter. Solution 4), tu dis que tu ne peux pas dire pourquoi mais tu demandes de faire confiance.

    on vient nous expliquer que c'est normal de se protéger de l'un mais pas des autres ? Tu ne vois pas le problème ?

    Tu fais semblant d'oublier qu'on est alliés militairement et économiquement aux ÉU, et pas avec la Russie. Tu peux bien sûr prétendre que le multilatéralisme serait mieux, que les deux se valent bien, etc, et il serait même possible d'être d'accord avec toi. Sauf que factuellement, la France est alliée avec les ÉU, et qu'une alliance, ça impose un certain nombre de contraintes—typiquement, c'est mal perçu de se méfier autant de ses alliés que des autres, même si dans les faits ça le mériterait bien. Donc oui, ça, c'est de la politique, mais la politique, c'est aussi l'art des compromis et de la diplomatie.

  • [^] # Re: et c'est dommage

    Posté par . En réponse au journal Bashing Kaspersky. Évalué à 7 (+5/-0).

    C'est possible, mais à moins d'être seul contre le reste du monde, tu peux toujours importer de l'acier pour fabriquer tes armes. D'une manière similaire, personne ne semble vraiment s'inquiéter de ne pas avoir de production locale de composants électroniques ou informatiques ; en cas de guerre générale, être capable de fondre des processeurs semble d'un intérêt majeur. Idem pour les systèmes d'exploitation et les logiciels… Dans le fonctionnement actuel du monde, le maintien de compétences et d'activités industrielles critiques ne semble donc pas être une source d'inquiétude (ou, disons que si elle l'est, elle n'est pas assez forte pour infléchir les politiques industrielles et commerciales.

  • # Rasoir d'Occam

    Posté par . En réponse au journal Bashing Kaspersky. Évalué à 7 (+9/-4).

    Si l'Europe se met à suivre bêtement ce que font les E.U. … ça promet !

    En l'occurrence, je trouverais improbable que le parlement ose balancer un tel scud dans un texte officiel sans rien derrière. On est largement au-delà d'une guerre commerciale. Le plus probable, c'est qu'ils sont sûrs de leur coup mais que les infos derrière sont classées, ou quelque chose comme ça.

  • [^] # Re: Mais quand est-ce que ça va s'arrêter!

    Posté par . En réponse à la dépêche L’Internet libre et ouvert est en danger : vous pouvez arrêter ce désastre. Évalué à 5 (+5/-2).

    Je ne comprends pas trop le raisonnement… J'ai l'impression que tu te fais l'idée d'une société où tout le monde est d'accord avec toi, mais que des «puissants» que tu ne nommes jamais mais que tu mets dans un gros sac hétéroclite s'accordent pour prendre des décisions méchantes qui nuisent aux gentils citoyens.

    Ensuite, tu constuis un argumentaire autour de l'action contre les pires défauts de l'être humain, de l'éducation contre la connerie, du bon sens, etc. Puis, tu parles de «lois imbéciles», étymologiquement donc, «Dont l'intelligence est faible».

    Finalement, est-ce que ta réaction n'est pas excessivement caricaturale? L'impression que ça donne, c'est que c'est toi qui n'y connais rien : tu mets ensemble tout un tas de choses qui n'ont rien à voir, y compris, comme tu le dis toi-même, «des exemples que tu ne retiens pas». Ensuite, tu traites les représentants élus, les nommés par les élus, les experts, les économistes, les juristes, etc. de crétins, d'imbéciles, d'avares, et d'une liste longue comme le bras d'insultes à la Capitaine Haddock. Et ton argument, ça repose sur l'idée que toi et les gens qui sont d'accord avec toi ont plus de bon sens que ces experts dont le métier est d'élaborer des lois et des règlements sur le commerce et l'économie dans l'industrie de la culture.

    Je trouve qu'il serait plus utile d'envoyer les gens vers les avis argumentés et documentés produits par les associations et les groupes de pression citoyens, parce qu'à force de communiquer n'importe comment, on peut finir par être contre-productif. La première étape dans cette opération de communication serait peut-être d'ailleurs d'arrêter de se monter le bourrichon sur une mesurette technique qui n'a aucune raison de menacer la culture libre en général, et qui de toutes manières ne concerne même pas le logiciel libre. Et qui, de toutes manières, à mon avis, dans la tête des gens qui l'ont mise au point, ne concernait que les grosses plate-formes et pas du tout les projets hébergés sur des petits trucs.

  • [^] # Re: Oui mais bon

    Posté par . En réponse à la dépêche L’Internet libre et ouvert est en danger : vous pouvez arrêter ce désastre. Évalué à 6 (+4/-0).

    Comme tous les ricains il ferait mieux de se torcher le cul plutôt que de donner des leçons au reste du monde.

    Et si on étendait ça à tous ceux qui prétendent donner des leçons au reste du monde?