Journal J’ai testé pour vous : se faire usurper son identité

175
25
juil.
2020

Sommaire

L’histoire

Le commencement

En février 2018, j’ai reçu un appel d’une entreprise de crédit m’annonçant que le prélèvement de ma première mensualité avait échoué, et qu’il fallait donc que je fasse quelque chose au plus vite.

J’ai nié avoir ouvert un quelconque crédit et dit qu’ils devaient se tromper de personne.
Mon interlocuteur me raccroche alors au nez en me disant sèchement « très bien, vous allez donc être interdit bancaire et vous vous débrouillerez avec les huissiers ».

Assez sonné par ce que je venais d’entendre, je rappelle l’entreprise en question. J’ai la chance de tomber sur quelqu’un de plus aimable.
Évidemment, on me demande des numéros de dossiers que je n’ai pas, mais ils finissent par retrouver un contrat à mon nom, portant sur un crédit à la consommation d’environ 2 000€.

On me dit que si je ne suis pas à l’origine de ce contrat, il faut que j’aille porter plainte pour usurpation d’identité, muni du numéro de contrat qu’on me communique ainsi que de certains détails comme les adresses mail et postale qui ont été utilisées pour ouvrir le contrat (et qui ne sont effectivement pas les miennes).
Et qu’il faut que je le fasse au plus vite car, en attendant, la procédure de recouvrement continue.

Dont acte. Je me rends, fleur au fusil, auprès du commissariat de police de ma ville.

De l’inutilité de la police

Je passe sur les heures d’attente (le tout à proximité d’un bureau où les agents en présence se racontent LONGUEMENT leur week-end, alors qu’il n’y a qu’un pauvre type qui s’occupe de prendre les plaintes).

Quand c’est enfin mon tour, on me dit qu’on ne peut pas prendre ma plainte car je n’ai pas la copie du contrat que je n’aurais soi-disant pas signé.
J’ai essayé de parlementer, en expliquant que je leur fournissais tous les détails nécessaires (incluant même le contact de la responsable du service fraude de l’entreprise de crédit), mais en vain.
Apparemment, une enquête est insoluble si elle nécessite de passer un coup de téléphone.

Je repars malgré tout avec une main courante, que j’envoie à l’entreprise de crédit.

Le lendemain, on me rappelle pour me dire qu’un vrai dépôt de plainte est absolument nécessaire et que la procédure de recouvrement continue.
J’explique la situation et demande une copie du contrat, sans quoi ma plainte sera encore refusée.
On me dit que c’est impossible et que la police ne peut pas refuser de plainte (la théorie et la pratique…).
À défaut, je demande au moins un courrier, un document concret, indiquant noir sur blanc que ce contrat existe, ainsi que toutes les références qui me sont communicables.

Je reçois ce courrier quelques jours plus tard (entre-temps l’entreprise a continué de me harceler tous les jours pour savoir où j’en étais).
Je retourne donc au commissariat. Même résultat : longue attente, refus de plainte et énorme frustration.

La police ne veut pas de plainte tant que je n’ai pas le contrat.
Et l’entreprise refuse de me communiquer le contrat (elle serait par contre ravie de le communiquer à la police).

À ce stade, je ne sais plus quoi faire.

« À titre exceptionnel, on accepte de vous aider »

Après des heures au téléphone, je finis par réaliser que le crédit dont il est question a été souscrit suite à un achat en ligne.
L’usurpateur a acheté quelque chose et a sélectionné une offre du type « payez en plusieurs fois, première mensualité dans X mois ».
Le créancier avec qui je parle depuis le début est en fait l’organisme de financement rattaché à la boutique en ligne sur laquelle l’achat a été fait.

Je décide donc de contacter le service réclamation du site en question.
J’ai la chance de tomber sur quelqu’un de compréhensif, qui confirme l’absurdité de ma situation.
En effet, légalement, ils n’ont pas le droit de me fournir une copie d’une facture d’un achat que je n’ai pas effectué.
Sinon je pourrais être n’importe qui et demander la facture de n’importe quoi, en prétextant être la victime d’une usurpation.
C’est bien pour ça que seule la police, dans le cadre d’une enquête, pourrait légitimement y accéder.

Cette personne accepte malgré tout, à titre exceptionnel, de m’envoyer une copie de la facture.
L’usurpateur a acheté une TV en ligne et est allé la retirer en magasin, en présentant certainement une fausse carte d’identité.

En tout cas, je peux enfin aller porter plainte !
Ma satisfaction d’en finir avec cette galère ne sera même pas entamée par la mauvaise volonté évidente et l’absence complète d’empathie de l’agent de police que j’ai eu en face ce jour-là.

Ce n’est pas fini…

Six mois plus tard, alors que j’avais joyeusement repris le cours de mon existence, je suis convoqué par mon employeur.
Celui-ci a en effet reçu un courrier d’un huissier, lui demandant si je travaillais toujours chez lui et, le cas échéant, de me demander de le rappeler au plus vite.

C’est fou comme ce genre de chose met tout de suite une bonne ambiance au bureau !

Bref, j’appelle et on m’explique que je suis un mauvais payeur, car j’ai cette fois souscrit à un crédit renouvelable pour plus de 6 000€, sans jamais le rembourser.

L’avantage, c’est que je sais maintenant à quoi m’attendre : j’insiste tout de suite pour obtenir le contrat en question avant d’essayer d’aller porter plainte.
Et comme j’ai affaire avec un huissier qui en a apparemment déjà vu d’autres, les choses se passent plus sereinement.
Je réussis à porter plainte quelques jours plus tard.

L’explication

Après encore 6 mois de trêve, je reçois une lettre d’un nouvel agent de recouvrement, concernant un crédit de 7 000€.
Je suis habitué maintenant, donc la procédure se passe relativement simplement.

La nouveauté ici, c’est qu’au lieu d’une simple copie du contrat, on me transmet tout un dossier, incluant tous les justificatifs fournis par l’usurpateur.

Dans le lot, je trouve une copie de ma véritable carte d’identité ainsi qu’une fiche de paie contrefaite, mais néanmoins basée sur une vraie (si la date a été changée et les montants recalculés en fonction, tout le reste colle).

Jusqu’à présent je ne savais pas d’où venait l’usurpation : j’envisageais par exemple quelqu’un qui m’en voulait personnellement, un voisin ou quelqu’un qui aurait fouillé mes poubelles.
Mais s’il a pu m’arriver de présenter ma carte d’identité a de multiples reprises (elle aurait donc pu être scannée sans que je le sache), je ne laisse pas traîner mes fiches de paie n’importe où.

La fuite ne peut donc venir que de fin 2017, lorsque je cherchais un logement. C’est la seule occasion où j’ai pu fournir tous ces documents, via des dossiers de locations.
Malheureusement, ayant déposé plusieurs dossiers pour plusieurs appartements, je ne peux pas remonter la piste plus loin par moi-même.
De plus, l’usurpateur n’est pas forcément un des bailleurs à qui j’ai eu à faire : l’un d’eux a pu mal se débarrasser des documents, qui ont donc pu être récupérés par un tiers.

J’ai bien entendu transmis toutes ces informations à la police.

Où je décide de prendre le problème à bras-le-corps

À ce moment de l’histoire, je réalise qu’il n’y a pas de raison que les demandes de recouvrement cessent d’elles-mêmes, et qu’il faut donc que je prenne les devants.
Je fais des recherches, et je tombe sur le site de la Banque de France, qui me conseille de prendre rendez-vous pour voir si je ne suis pas fiché chez eux.

En faisant cela, je constate alors que je suis fiché pour des incidents de paiement concernant 6 crédits différents !
Parmi ceux-là je retrouve les trois dossiers précédents, qui n’ont pas été annotés avec la mention « identité usurpée », alors que j’avais pourtant bien fait toutes les démarches.

On me conseille également d’envoyer un courrier à la CNIL pour demander un accès au Fichier des COmptes BAncaires (FICOBA), pour voir si des comptes ont également été ouverts à mon insu.
L’idée était judicieuse, car je découvre ainsi deux comptes courants usurpés auprès de deux grandes banques.

Je signale évidemment tout ceci à la police.

Pour en finir, j’envoie enfin tout un dossier à la Banque de France afin que l’usurpation de mon identité soit reconnue pour l’ensemble des incidents de paiement qui me sont rattachés.
La procédure se terminera avec succès quelques semaines plus tard.

Si c’était à refaire ? (TL;DR)

Me concernant, le problème principal est que j’ai mis du temps avant de comprendre de quoi j’étais vraiment victime.
J’ai perdu un an à traiter les créanciers au fil de l’eau, alors que j’aurais pu réaliser les démarches auprès de la Banque de France et de la CNIL dès le premier incident.

De ce point de vue, j’en veux réellement aux policiers du commissariat de ma ville.
L’aide aux victimes est absolument lamentable, avec des agents qui font le maximum pour refuser les plaintes et qui, lorsqu’ils sont obligés de les prendre, font le strict minimum.
J’avais une véritable appréhension à chaque fois que j’ai dû me rendre à nouveau au commissariat pour réaliser une démarche. C’est clairement ce qui m’a poussé à vouloir passer à autre chose au plus vite après les premières affaires, sans chercher à creuser plus pour trouver la source de l’usurpation dont j’étais victime.

Conseils aux victimes

Si vous êtes contacté par un créancier comme je l’ai été, gardez votre calme et exigez qu’on vous envoie une copie du contrat que vous avez supposément signé. Et gardez bien en tête que la personne qui vous contact peut-être un sous-traitant : il vous faudra alors remonter la chaîne jusqu’au véritable organisme auprès duquel le contrat a été signé.

N’attendez cependant surtout pas une réponse avant de continuer à agir et d’essayer de porter plainte : j’ai eu d’autres témoignages où l’affaire est allée jusqu’à la convocation au tribunal avant que le contrat ne soit fourni.

Évidemment, vérifiez que vous ne voyez pas de mouvement suspect sur votre compte, et faites opposition si c’est le cas (ou faites-le tout de même, par précaution).

L’autre chose primordiale à faire est d’aller voir si vous êtes fiché à la Banque de France (fichier FICP, pour Fichier des Incidents de Crédits aux Particuliers).
Vous pouvez faire une demande en ligne ou également prendre rendez-vous dans l’antenne locale la plus proche de chez vous.
Je vous recommande de vous déplacer au moins la première fois car, en plus d’une réponse immédiate, le fait d’échanger de vive voix avec quelqu’un qui connaît ces problématiques est vraiment appréciable.

Si des incidents de paiements sont enregistrés vous concernant et donc que vous êtes bien fichés, vous serez en mesure d’aller porter plainte immédiatement avec le document qui vous sera remis, même si vous n’avez pas de copie du ou des contrats associés.
Faites bien en sorte que la plainte liste explicitement tous les incidents et tous les numéros de contrats associés.
En effet, pour mettre un terme aux litiges, les créanciers ont besoin que la plainte cite précisément le dossier qui les intéresse (si la plainte dit "je joins le relevé des incidents", ça ne suffira pas. Même si c’est plus simple pour l’agent de police…).

Envoyez également un courrier à la CNIL pour savoir si des comptes ont été ouverts à votre nom sans que vous le sachiez.
Vous n’aurez pas de réponse avant plusieurs semaines, donc si la pêche est bonne vous pourrez aller faire un complément de plainte pour joindre le document que vous obtiendrez au dossier.

Tout ceci fait, vous pourrez ensuite envoyer à la Banque de France une copie de votre/vos plainte.s dans un dossier expliquant vos démarches.
La Banque de France se chargera alors pour vous de contacter les différents créanciers pour faire reconnaître votre usurpation d’identité et donc lever votre fichage.

La subtilité de ce qui précède est que si vous faites ces démarches assez tôt, il est possible que d’autres créanciers ne vous aient pas encore fiché (voir que vous ne soyez pas fiché du tout).
Me concernant, les fichages ont été enregistrés entre 3 et 10 mois APRÈS que le premier créancier m’a contacté.
Il faut donc consulter régulièrement le fichier de la Banque de France (via des demandes en ligne), pour s’assurer que de nouveaux incidents n’y apparaissent pas.

Conseils pour tout le monde

Voici quelques règles « d’hygiène » pour diminuer les risques d’usurpation :

Premièrement, même si ça n’aurait pas aidé dans mon cas précis, achetez un broyeur de documents.
Pas besoin de dépenser beaucoup : un broyeur manuel fera largement l’affaire. Mais appliquez cette règle simple : aucun document mentionnant votre nom, adresse ou toute autre information personnelle ne doit se retrouver dans une poubelle. C’est valable pour les prospectus nominatifs mais aussi les emballages de colis (arrachez les étiquettes).

Si vous avez déménagé, profitez-en pour rapidement renouveler vos papiers d’identité.
En effet, dans le cadre de votre recherche de logement vous avez pu fournir ces papiers à plusieurs personnes, pas forcément dignes de confiance.
Le renouvellement pour changement d’adresse est gratuit et permet d’invalider les papiers précédents. Il serait bête de s’en priver.

Si vous cherchez un logement et devez déposer des dossiers contenant vos fiches de paie ou autres documents sensibles, dans la mesure du possible essayez de marquer les documents.
L’idée est que si un dossier est utilisé pour usurper votre identité, vous puissiez identifier exactement d’où provient la fuite (si vous réussissez à mettre la main sur les justificatifs que l’usurpateur a utilisé).
Il faut donc que chaque dossier soit rendu unique, d’une manière que vous seul reconnaîtrez.
Vous pouvez par exemple rajouter de faux artefacts de photocopie, ou autres petits détails que l’usurpateur ne prendra pas la peine de modifier mais que vous pourrez repérer.

Enfin, si vous en avez les moyens, réfléchissez à souscrire à une assistance/assurance juridique. Je n’en avais pas personnellement, mais quand on a à faire avec des huissiers et une police récalcitrante, j’aurais bien aimé pouvoir me reposer sur l’aide de professionnels. Sans assurance, je n’ai pas pu me résoudre à dépenser des centaines d’euros pour consulter un avocat.
Je m’en suis finalement sorti, mais disons qu’une protection juridique m’aurait permis de garder l’esprit plus tranquille.

Dans un monde idéal

Que pourrait-on changer plus globalement, pour diminuer les risques et l’impact des usurpations d’identité ?

Premièrement, comme j’ai essayé de le faire modestement ici, informer.
Pas seulement les particuliers, mais aussi les forces de l’ordre, qui devraient savoir mieux gérer ces cas et donc mieux conseiller les victimes.

Enfin, pour parler de ce qu’il faudrait changer dans la loi, je suggère un système de fichage volontaire auprès de la Banque de France.
En effet, si le fichage empêche de souscrire à de nouveaux prêts, il a pour avantage de bloquer également tous les usurpateurs.
Ce qui fait que, en faisant reconnaître son usurpation, la victime rouvre potentiellement la voie pour que les usurpations reprennent de plus belle !

Une solution radicale pour les personnes comme moi qui ne souscrivent à des crédits que très rarement, serait de pouvoir autoriser ou non l’ouverture de prêts à son nom depuis un compte en ligne sur le site de la Banque de France.
Si j’avais cet outil à disposition, je l’activerais immédiatement pour ne le lever que ponctuellement, lorsque j’aurais vraiment besoin de faire un crédit.

  • # commissariat

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 10 (+11/-0).

    Merci pour ce journal très informatif !! J'ai une question, pourquoi n'as tu pas essayé de porter plainte dans un autre commissariat ?
    J'ai porté plainte pour un vol de vélo un jour et j'ai été très bien reçu !

    • [^] # Re: commissariat

      Posté par  . Évalué à 7 (+5/-0).

      C'est ce que j'aurais dû faire dès le départ.

      Cependant, une fois la plainte initiale déposée, on m'a dit que pour des raisons de suivi de dossier il valait mieux que toutes plaintes suivantes et autres compléments de plainte soient déposés dans le même commissariat.
      Donc je n'ai pas essayé de changer après non plus.

      • [^] # Re: commissariat

        Posté par  . Évalué à 8 (+6/-0).

        Je sais pas si ça peut simplifier la démarche mais y'a aussi un système de pré-dépôt de plainte en ligne. Mais qui oblige quand même à finaliser dans un commissariat.

        En tout cas, si la majorité utilise cela, je suppose que ça diminue le temps d'attente au commissariat…

        • [^] # Re: commissariat

          Posté par  . Évalué à 3 (+1/-0).

          Pas la peine de répondre, je viens de voir ton commentaire beaucoup plus bas…

    • [^] # Re: commissariat

      Posté par  . Évalué à 10 (+11/-0).

      pourquoi n'as tu pas essayé de porter plainte dans un autre commissariat ?

      Quand on va porter plainte dans un commissariat qui n'est pas le plus proche de notre domicile, ils se servent souvent de se prétexte pour tenter de refuser le dépôt de plainte.

      J'ai porté plainte pour un vol de vélo un jour et j'ai été très bien reçu !

      Ça m'est également arrivé il y a longtemps : 6 vélos volés dans le local dédié de mon immeuble (c'était facile, il n'y avait rien pour attacher les vélos, dans ce local, il suffisait d'avoir la clé pour se servir discrètement).
      J'ai été le premier à m'en rendre compte, et je suis allé porter plainte immédiatement.
      Je n'espérais pas grand chose de la procédure, mais j'ai été très bien reçu.
      J'étais naïf et je n'ai pas vérifié que la plainte était correctement enregistrée.
      Quelques jours plus tard, la police rend visite à la concierge de l'immeuble, ils lui expliquent qu'un de mes voisins a porté plainte pour le vol de deux vélos, mais lui ont confirmé après vérification que c'était le seul de l'immeuble.
      Ma plainte n'existait déjà plus !

  • # quelques remarques

    Posté par  . Évalué à 10 (+17/-0).

    La police n'a pas le droit de refuser une plainte, cependant cela arrive régulièrement. Dans ce cas il est possible de déposer une plainte auprès du procureur de la république

    Les créanciers peuvent revendre des crédits, notamment lorsqu'ils pensent que le débiteur ne vas pas le rembourser. Plutôt qu'engager des poursuites couteuses et longues sans garantie de résultat, ils revendent le crédit, moins cher que la somme à rembourser mais ils se débarrassent du risque. Ceux qui rachètent ces crédits sont juste des professionnels du harcèlement : ils te pourrissent la vie pour tenter de te gratter le maximum. Dans un cas d'usurpation d'identité, ces gens là ne t'aideront pas.

    Enfin, si vous en avez les moyens, réfléchissez à souscrire à une assistance/assurance juridique

    As-tu vérifié s'il n'y en avait pas une dans l'assurance de ta CB ? Ou dans tes autres assurances (après je doute que ton assurance habitation t'aide pour un problème de ce type, qui n'a rien à voir avec).

    Pour des besoins ponctuels, certaines communes peuvent vous obtenir un rendez-vous gratuitement avec un conseiller juridique (il faut simplement faire la demande à la mairie).

    • [^] # Re: quelques remarques

      Posté par  . Évalué à 5 (+3/-0).

      As-tu vérifié s'il n'y en avait pas une dans l'assurance de ta CB ? Ou dans tes autres assurances (après je doute que ton assurance habitation t'aide pour un problème de ce type, qui n'a rien à voir avec).

      J'ai vérifié, rien.
      Ça m'aurait peut-être couvert si ma carte avait été détournée et qu'on m'avait vraiment volé de l'argent. Mais ce n'était pas mon cas (heureusement).

    • [^] # Re: quelques remarques

      Posté par  . Évalué à 10 (+10/-0).

      Salut,

      La police n'a pas le droit de refuser une plainte

      Pas même de ne pas la consigner.

    • [^] # Re: quelques remarques

      Posté par  . Évalué à 10 (+10/-0).

      Ceux qui rachètent ces crédits sont juste des professionnels du harcèlement : ils te pourrissent la vie pour tenter de te gratter le maximum. Dans un cas d'usurpation d'identité, ces gens là ne t'aideront pas.

      Je ne sais pas si c'est de ça que tu parles, mais j'ai déjà eu affaire à un cabinet de recouvrement de créance.

      Un beau jour je reçois une lettre très agressive d'une boite basée en suède, me disant que je dois 500€ à une antenne régionale d'un groupe français d'assurances (auquel je ne suis lié par aucun contrat, et encore moins dans la région en question), et que je devais leur filer 500€ tout de suite sinon ils m'enverraient les huissiers. Je savais que c'était parfaitement illégal, j'ai ignoré la lettre. J'en ai reçu une bonne demi-douzaine, se faisant à chaque fois plus menaçantes. Puis j'ai reçu une lettre me disant qu'ils avaient contacté un avocat pour s'occuper de ça (me souviens plus du nom de l'avocat mais je me souviens qu'une petite recherche sur le web montrait que c'était un avocat qui s'était fait une réputation dans ce genre de magouilles), puis plus aucune nouvelle.

      Je n'ai toujours pas compris comment mon nom a pu se retrouver dans leurs dossiers. Comme l'auteur du journal, au début j'ai pensé que quelqu'un qui me connaissait me voulait du mal, puis j'ai fini par me dire que c'était juste un homonyme et que le cabinet de recouvrement de créances avait trouvé mon adresse dans l'annuaire sur la base du nom. Si ça se trouve il avait envoyé les mêmes lettres de menaces à plusieurs homonymes, qui sait.

      *splash!*

    • [^] # Re: quelques remarques

      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 10 (+7/-0).

      La police n'a pas le droit de refuser une plainte, cependant cela arrive régulièrement. Dans ce cas il est possible de déposer une plainte auprès du procureur de la république

      C'est vachement utile en effet. J'ai déjà fait cela, suite à un refus de plainte dans un commissariat. C'était il y a quoi, six mois, et je n'ai jamais reçu de réponse du procureur. Je ne m'attends pas à en recevoir, ça se saurait si ça marchait, ce genre de démarche.

      • [^] # Re: quelques remarques

        Posté par  . Évalué à 10 (+9/-0). Dernière modification le 27/07/20 à 10:11.

        En fait le procureur va transférer au commissariat ou à la brigade de gendarmerie territorialement compétente, qui va vous contacter pour prendre votre déposition (même si tout est dans le courrier), et bien vous expliquer que la plainte n'est pas déposée tant que vous n'avez pas été auditionné.
        Juridiquement c'est faux, et il faudrait suite au silence du procureur déposer plainte avec constitution de partie civile. Je pense que ce genre de démarche sans avocat n'a aucune chance d'aboutir.

        J'ai fait recopier au gendarme le contenu de mon courrier. Et ensuite silence complet, comme d'habitude (pourtant l'auteur était identifié ou du moins identifiable).

    • [^] # Re: quelques remarques

      Posté par  . Évalué à -8 (+1/-9).

      Très joli avatar.

  • # mal compris : "pour que les usurpations reprennent de plus belle"

    Posté par  . Évalué à 7 (+5/-0).

    Intéressant.

    Mais je n'ai pas compris la phrase suivante :

    Ce qui fait que, en faisant reconnaître son usurpation, la victime rouvre potentiellement la voie pour que les usurpations reprennent de plus belle !

  • # Excellent

    Posté par  . Évalué à 10 (+10/-0).

    En effet, légalement, ils n’ont pas le droit de me fournir une copie d’une facture d’un achat que je n’ai pas effectué.
    Sinon je pourrais être n’importe qui et demander la facture de n’importe quoi, en prétextant être la victime d’une usurpation.

    Tu pourrais usurper l'identité de quelqu'un qui a usurpé ton identité, et donc… d'usurper ta propre identité ! ONOZ!

    Les boites rarement aussi regardantes quand on invoque le RGPD.

    Conseils pour tout le monde […]

    Tu as essayé de calculer le nombre d'heures que tu as passées en démarches et enquêtes pour résoudre ce problème ? Ce serait bien de pouvoir estimer combien la police, la justice et la banque de france ont économisé en faisant faire par toi le boulot qui est le leur.

    Si vous avez déménagé, profitez-en pour rapidement renouveler vos papiers d’identité.
    […]
    Si vous cherchez un logement et devez déposer des dossiers contenant vos fiches de paie ou autres documents sensibles, dans la mesure du possible essayez de marquer les documents.

    Bon à savoir !

    Vous pouvez par exemple rajouter de faux artefacts de photocopie

    Sinon il y a : https://en.wikipedia.org/wiki/Machine_Identification_Code , ça permet à la police (qui fait bien son boulot) de savoir de quel photocopieur provient la copie.

    Dans un monde idéal […]

    Ben déjà dans un monde idéal on utiliserait de la crypto asymétrique pour s'identifier et pas des petites cartes en plastique à la con.

    *splash!*

    • [^] # Re: Excellent

      Posté par  . Évalué à 1 (+2/-2).

      Tu pourrais usurper l'identité de quelqu'un qui a usurpé ton identité, et donc… d'usurper ta propre identité ! ONOZ!

      ta refait ma journée. ;)

      Tu as essayé de calculer le nombre d'heures que tu as passées en démarches et enquêtes pour résoudre ce problème ? Ce serait bien de pouvoir estimer combien la police, la justice et la banque de france ont économisé en faisant faire par toi le boulot qui est le leur.

      et tu les fais banquer devant un tribunal.

      Merci aux personnes qui mon aidé a trouvé des solutions pour essayer d’écrire sans faute d’orthographe.

      • [^] # Re: Excellent

        Posté par  . Évalué à 1 (+1/-0).

        honnêtement j'approuve l'idée,
        ce n'est pas au citoyen de faire son enquête
        pour ce qui t'es arrivé et toute la paperasse + temps passé, j'aurais déjà porté plainte contre l'État pour faute lourde devant le tribunal administratif.. cela signifie qu'il laisse les citoyens mener leur enquête au lieu d'utiliser du temps, de l'argent et du pouvoir des FO, qui ont ce rôle là !

    • [^] # Re: Excellent

      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 10 (+12/-0). Dernière modification le 29/07/20 à 10:24.

      En effet, légalement, ils n’ont pas le droit de me fournir une copie d’une facture d’un achat que je n’ai pas effectué.
      Sinon je pourrais être n’importe qui et demander la facture de n’importe quoi, en prétextant être la victime d’une usurpation.
      

      Tu pourrais usurper l'identité de quelqu'un qui a usurpé ton identité, et donc… d'usurper ta propre identité ! ONOZ!

      Effectivement, c'est là que ça m'interpelle. Soit l'entreprise te considère comme étant le créancier, et c'est le minimum que de te fournir la preuve de ce que tu dois. Soit elle considère que ce n'est pas le cas, elle ne nous fourni pas de facture mais à sa charge de s'adresser à la bonne personne.

  • # Merci,

    Posté par  . Évalué à 4 (+5/-2).

    pour ton témoignage qui servira a beaucoup de personne qui sont dans ton cas.

    Tu as eu à faire a une police incompétente et non former sur ce sujet, ton problème était bien trop complexe pour eux (la police), ma fille qui c’était fait voler ça carte d’identité dans le métro parisien, avait pu porter plainte pour vole et a pu faire changer l’adresse/numéro de ça carte d’identité a-fin d’annuler la précédente et de ce fait la police avait pu arrêter l’usurpatrice sur Lyon qui a essayé une enieme arnaque/vole/amende et la faire condamner, c’était plus simple pour eux (la police) de résoudre le problème d’usurpation d’identité.

    Dans ton cas, n’oublie pas que tu a sûrement tous tes numéros de, compte bancaire, carte d’identité, carte vital, qui sont sûrement dans la nature, je te conseille donc de fermer tous ces comptes et d’en ouvrir d’autre pour faire tous les changements nécessaires pour ta tranquillité.

    Merci aux personnes qui mon aidé a trouvé des solutions pour essayer d’écrire sans faute d’orthographe.

  • # Plaintes

    Posté par  . Évalué à 10 (+35/-2). Dernière modification le 25/07/20 à 16:20.

    Si la police accepte d'enregistrer une plainte, elle fait automatiquement baisser les indicateurs envoyés chaque mois aux directions puis relayés au ministère après correction. Et ça, c'est très très mauvais pour l'avancement car ça veut dire qu'on demande plus de personnel et de matériel.
    Donc la pratique communément admise et fortement encouragée si on veut une faire une longue et belle carrière est de décourager le plus de monde possible de déposer plainte ou de dire qu'on enregistre la plainte mais en réalité faire une simple main courante (non enregistrée dans l'informatique) ou pour la gendarmerie un procès-verbal.
    Pour contourner ce premier filtrage, je conseille de faire une pré-plainte en ligne sur https://www.pre-plainte-en-ligne.gouv.fr. C'est aussi conçu pour décourager les plaignants (compter au moins une à 2 heures) mais ça oblige la police ou la gendarmerie à enregistrer une vrai plainte, ils ne peuvent plus contourner l'informatique.
    Ensuite, très très peu de plaintes seront acceptés, le rejet pour "manque d'éléments de preuve" ou autre excuse bidonnée est aussi la règle implicite car le ministère de la justice a encore moins de moyens que celui de l'intérieur.
    Voir alors https://www.quechoisir.org/lettre-type-justice-comment-porter-plainte-n959/
    J'ai déjà vu une personne âgée victime de vol et d'agression sortir en pleurant d'une gendarmerie après s'être fait vertement envoyée promener par les gendarmes. J'ai une amie qui a été violée dans un cabinet d'avocats étant étudiante, sa plainte n'a jamais été prise en compte. On a encore un long chemin à faire avant d'avoir de vrais gardiens de la paix. La loi du silence et la mutation pour ne pas faire de vague sont toujours de règle, comme dans l'armée et l'église. Ces pratiques historiques encouragent de fait le harcèlement, les violences, le je-m’en-foutisme et finissent par faire perdre le sens du bien commun.

    • [^] # Re: Plaintes

      Posté par  . Évalué à 10 (+22/-0).

      Merci, c'est intéressant.

      Une nuance cependant :

      Pour contourner ce premier filtrage, je conseille de faire une pré-plainte en ligne sur https://www.pre-plainte-en-ligne.gouv.fr. C'est aussi conçu pour décourager les plaignants (compter au moins une à 2 heures) mais ça oblige la police ou la gendarmerie à enregistrer une vrai plainte, ils ne peuvent plus contourner l'informatique.

      Je suis justement passé par une pré-plainte en ligne lors de ma première tentative.
      Le type m'avait rappelé pour prendre rendez-vous, je lui ai fait un résumé de ma situation au téléphone et tout.

      Et une fois sur place ça ne l'a pas empêché de refuser ma plainte et de m'imposer une main courante.

      Les fois suivantes j'ai préféré y aller directement plutôt que de perdre mon temps avec une pré-plainte.

  • # re: règle simple

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 2 (+2/-2).

    Mais appliquez cette règle simple : aucun document mentionnant votre nom, adresse ou toute autre information personnelle ne doit se retrouver dans une poubelle. C’est valable pour les prospectus nominatifs mais aussi les emballages de colis (arrachez les étiquettes).

    Pourquoi pas, mais à condition de ne pas laisser traîner ces même renseignements sur internet, ne serait-ce que https://www.pagesjaunes.fr/pagesblanches

    • [^] # Re: re: règle simple

      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 3 (+1/-0).

      IL y a quoi comme informations sensibles sur un colis ? Un nom et une adresse ça se récupère facilement, il suffit de regarder la boîte aux lettres.

      • [^] # Re: re: règle simple

        Posté par  . Évalué à 4 (+2/-0). Dernière modification le 25/07/20 à 19:10.

        C'est vrai que l'utilité est relative pour se protéger d'une usurpation.
        Par contre ça peut-être différent pour des considération de vie privée en général.

        Vu qu'on parle du risque de fouille des poubelles, il faut voir que tout ce qui est jeté dans un sac qui contient également des documents nominatifs se retrouve donc associé à toi.

        C'est par association que ça laisse donc fuiter des informations que tu ne souhaites pas forcément rendre publique (régime alimentaire, taille du foyer , habitudes… on peut deviner plein de choses à partir des déchets !)

        Alors oui, si tu habites en pavillon et que tes poubelles sont déposées individuellement bien en face de chez toi, c'est pas la peine de s'embêter avec ça.

        • [^] # Re: re: règle simple

          Posté par  . Évalué à 4 (+2/-0).

          C'est par association que ça laisse donc fuiter des informations que tu ne souhaites pas forcément rendre publique (régime alimentaire, taille du foyer , habitudes… on peut deviner plein de choses à partir des déchets !)

          Alors face à une attaque ciblée de ce genre, ça va être bien plus compliqué que ça. Ta voiture, l'étude de tes allés et venus et 1 ou 2 filatures et c'est terminé.

          Mais je doute très fortement que ce genre d'attaque soient répandues (ailleurs que dans les filmes et chez les personnes "particulières" - particulièrement riches, influentes, médiatiques,… -) et dans ces cas là le mieux c'est probablement de se faire aider.

          Le cas présenté ici, ne semble pas être une attaque ciblée, c'est par opportunité.

  • # Étrange !

    Posté par  . Évalué à 8 (+15/-7).

    De ce point de vu, j’en veux réellement aux policiers du commissariat de ma ville.
    L’aide aux victimes est absolument lamentable, avec des agents qui font le maximum pour refuser les plaintes et qui, lorsqu’ils sont obligés de les prendre, font le strict minimum.

    Ça c'est vraiment étrange, car je te rappelle la vision des Français de bon sens : les policiers et les gendarmes nous protègent, et ils courent derrière les voyous.

    Il faudrait leur demander à quelle heure ils s'échauffent, pour passer au commissariat quand ils sont prêts ;-)

  • # Autre méthode

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 7 (+5/-0). Dernière modification le 26/07/20 à 01:20.

    Mes parents étaient eux aussi agressés par un tiers pour un remboursement d'un crédit.

    C'était un organisme étranger dont je n'ai jamais su si il était authentique.

    Vu que les gendarmes ne bougeaient pas (il est vrai que les mails de relance étaient assez louches), j'ai opté pour la solution radicale: j'ai envoyé à la boite une fausse plainte pour USURPATION DE L’IDENTITE D’UN TIERS OU USAGE DE DONNEES PERMETTANT DE L’IDENTIFIER EN VUE DE TROUBLER SA TRANQUILLITE OU CELLE D’AUTRUI OU DE PORTER ATTEINTE A SON HONNEUR OU A SA CONSIDERATION.

    C'était y'a 5 ans, et depuis mes parents sont peinards.

    Bien sûr c'est pas le truc à faire si l’organisme a l'air sérieux.

    • [^] # Re: Autre méthode

      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 1 (+0/-0).

      Et le statut à la Banque de France de tes parents ? Peut-être que cette boîte était légitime ?

    • [^] # Re: Autre méthode

      Posté par  . Évalué à -3 (+1/-4).

      j'ai envoyé à la boite une fausse plainte

      Juste pour info : là tu viens d'avouer l'usage d'un faux en écriture publique. Au pénal c'est 225 000 euros d'amende et 10 ans de prison.

      • [^] # Re: Autre méthode

        Posté par  . Évalué à 4 (+3/-1). Dernière modification le 28/07/20 à 09:22.

        À voir si le fait de l'envoyer à une entreprise à l'étranger constitue un délit/crime en France ou pas et il faudrait connaitre la législation exacte là-bas. Si tu envoies un faux depuis un pays x vers un pays y, à législation égale commets-tu le délit dans le pays x, le pays y ou les deux ?

      • [^] # Re: Autre méthode

        Posté par  . Évalué à 8 (+7/-0).

        Juste pour info : c'est un faux (et usage de faux) simple, pas un faux en écriture publique qui vise un faux dans une écriture publique (= fait par un notaire etc.).

  • # Bon courage

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 6 (+4/-0).

    Tu as été remarquable, je pense que beaucoup d'entre nous auraient vraiment perdu la tête. Bravo encore !

    Pour ma part, j'ai une fois été victime d'une fraude de paiement en ligne, bien moins que ce que tu as vécu mais sur le coup ça a commencé à me stresser car je me disais que quelqu'un connaissait visiblement ma carte bleue.

    Parti en vacances à plusieurs centaines de km de chez moi, ma banquière m'appelle un matin me disant qu'elle a vu des mouvements étranges sur mon compte : plusieurs fois 0€ et une fois environ 75€ sur un site parfaitement normal de robes en ligne. Étant un homme, je n'achète pas de robes à priori donc je lui dis immédiatement que c'est pas moi et elle bloque le mouvement puis ma carte (aie, je suis à 500km de chez moi).

    Sur le coup, tu commences quand même à stresser. Il y a quelqu'un dans ton entourage qui visiblement essaye de t'escroquer ? Est-ce que tu as été piraté sur un site en ligne ? Plein de questions qui te tourmentent.

    l'azerty est aux dispositions ce que subversion est aux SCMs

    • [^] # Re: Bon courage

      Posté par  . Évalué à 5 (+4/-1).

      Salut,

      Étant un homme, je n'achète pas de robes à priori

      C'est pas gentil pour ta moitié (référence glissée).

      Moi j'ai pas de bol, elle se les fait à la maison… :(

      • [^] # Re: Bon courage

        Posté par  . Évalué à 3 (+4/-2).

        C'est pas gentil pour ta moitié

        J'avoue que je ne comprends pas ce que cela signifie.

        ­La faculté de citer est un substitut commode à l'intelligence -- Somerset Maugham

        • [^] # Re: Bon courage

          Posté par  . Évalué à 2 (+2/-2).

          Salut,

          C'était une référence à un autre débat dans un autre fil (de discussion) pour dédramatiser les choses :)

          Mon amie faisant ses robes elle-même pour qu'elles correspondent à son image, c'est pas le cadeau que je peux faire…

          C'est tout :) Rien de plus à comprendre ;)

        • [^] # Re: Bon courage

          Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 3 (+2/-1).

          Salut @plic

          Il me semble que c’est l’expression ta moitié qui te gêne dans la phrase
          « C’est pas gentil pour ta moitié ».

          Cela fait référence au discours d’Aristophane qui a vraisemblablement été écrit par Platon vers 380 avant JC. Dans ce discours, Platon semble inventer, pour l’occasion, l’idée que deux personnes ne forment qu’un seul être humain. Donc chacune des deux personnes est à la recherche de son autre moitié complémentaire. C’est aussi pour cela que nous aurions été créés avec le sexe à l’avant. Ainsi, en s’emboîtant, deux personnes forment un seul être humain. Pour Platon, il n’y a que deux emboîtements possibles :

          • homme + femme
          • homme + homme

          Personnellement, quand je dois écrire un texte dans un langage épicène, j’aime bien recourir à l’expression sa moitié.

          Peut-être que @kaos utilise ce même subterfuge : pour parler de la personne qui partage la vie de David Demelier, sans faire de supposition sur son sexe, il utilise aussi le terme ta moitié.

          Ai-je bien répondu à ton interrogation ?

          Commentaire sous licence Creative Commons Zero CC0 1.0 Universal (Public Domain Dedication)

  • # Filigrane

    Posté par  . Évalué à 10 (+17/-0).

    Si vous cherchez un logement et devez déposer des dossiers contenant vos fiches de paie ou autres documents sensibles, dans la mesure du possible essayez de marquer les documents.

    Je fais toujours cela : A chaque fois qu'on me demande un document - même dans une agence de location qui fait la photocopie pour toi - je rajoute un filigrane ou des éléments ne pouvant pas être réutilisés. Je rajoute le nom de la société plusieurs sur le(s) document(s), je rature des éléments, je cache des numéros, je barre des passages. C'est pas le truc ultime, mais cela permet de faire abandonner les moins téméraires. (j'imaginais bien qu'un gars avec un photoshop pouvait se faire suer à corriger le document, mais j'avais pas pensé aux artefacts cachés façon stégano, c'est pas idiot, j'y penserai la prochaine fois)

    Petite astuce technique, voici une commande imagemagick quick&dirty que j'utilise souvent:

    convert \
        -density 150 \
      document_origine.pdf \
        -gravity center \
        -pointsize 8 \
        -fill 'rgba(100, 100, 100, 0.25)' \
        -draw "text 0,0 '$(cat filigrane.txt)'" \
        -fill blue \
        -compress zip \
      document_modifie.pdf
    

    Attention, filigrane.txt doit contenir une tonne de texte.
    En général, je rajoute un texte répété avec ce bout de code quick&dirty:

    for ((i=0;i<100;i++)); do
       printf "${text}%.0s" {1..100} >> pdf-filigrane.txt
       echo >> pdf-filigrane.txt
    done
    

    Il y a probablement de meilleurs méthodes, mais j'ai pas voulu me taper toute la doc imagemagick pour trouver de meilleurs options, surtout pour une utilisation en quick&dirty.

    • [^] # Re: Filigrane

      Posté par  . Évalué à 4 (+2/-0).

      Intéressant, merci !

      J'ai eu une erreur ImageMagick en testant, j'ai dû suivre la procédure suivante pour que ça marche : https://stackoverflow.com/questions/52998331/imagemagick-security-policy-pdf-blocking-conversion

    • [^] # Re: Filigrane

      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 10 (+11/-0).

      Merci, excellente idée, que je note dans un coin. En attendant, je propose un script plus direct, il fait la répétition du texte tout seul :

      convert -background None -fill "rgba(64, 64, 64, 0.50)" -pointsize 32 label:"Mon texte" -rotate -20 +repage +write mpr:TILE +delete input.jpg -alpha set ( +clone -fill mpr:TILE -draw "color 0,0 reset" ) -composite output.jpg

      • [^] # Re: Filigrane

        Posté par  . Évalué à 7 (+5/-0).

        Génial, encore plus simple ;)

        Un petit patch pour ceux qui vont l'utiliser, il faut rajouter des "\" avant les "(" et ")" sinon le shell n'aime pas :-P

  • # Défenseure des droits

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 9 (+7/-0). Dernière modification le 26/07/20 à 11:06.

    Le fait de ne pas pouvoir déposer plainte est clairement une entrave à un droit. Ne faut-il pas saisir la défenseure* des droits pour ça ?

    (* Depuis 4 jours c'est une femme, il parait qu'il faut l'écrire comme ça, mais je suis pas sûr)

    • [^] # Re: Défenseure des droits

      Posté par  . Évalué à 4 (+2/-0).

      Pas bête. Le formulaire en ligne ne parait pas s'opposer à ce genre de réclamation en tout cas.

    • [^] # Re: Défenseure des droits

      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à -1 (+6/-9).

      Celle qui, dans la grande tradition de la novlangue totalement assumée de son parti de néofachos, "n'aime pas le terme de violences policières" (ce qui permet intelligemment de s'en prémunir ! moi j'aime pas la Covid-19 => hop !) ?

      HAHAHA oui ça va bien marcher. Malgré ce qu'on peut penser du passé de Toubon à son époque RPR, j'ai connu un mec de droite une fois, il avait dix fois plus de classe…

    • [^] # Re: Défenseure des droits

      Posté par  . Évalué à 5 (+5/-0).

      C'est dingue tout ce que fait Une femme!

  • # demandes de crédits

    Posté par  . Évalué à 2 (+2/-0). Dernière modification le 26/07/20 à 12:20.

    Ne pourrait-on pas trouver des verrous lors de la demande de crédits? Ca doit quand même être possible de sécuriser un peu mieux cette étape qui une fois validée, dans le cas d'une usurpation, entraînera la cata pour l'usurpé?

    • [^] # Re: demandes de crédits

      Posté par  . Évalué à 8 (+6/-0).

      Il n'y a rien aujourd'hui.
      C'est ce que je propose à la fin du journal : tous les organismes de crédit sont déjà sensé systématiquement consulter la Banque de France avant l'ouverture d'un nouveau contrat pour savoir si la personne est fichée ou pas.
      Donc s'il était possible de « s'auto-ficher » et de faire lever se fichage ponctuellement lorsqu'on souhaite réellement emprunter, ça pourrait suffire à mitiger le problème je pense.

      • [^] # Re: demandes de crédits

        Posté par  . Évalué à 2 (+2/-3).

        Tu veux te faire ficher pour terrorisme d'extrême gauche? Bloquer ces crédits débiles retirerait une manne considérable aux banques, qui en nourrissent les rentiers….

        ⚓ À g'Auch TOUTE! http://afdgauch.online.fr

      • [^] # Re: demandes de crédits

        Posté par  . Évalué à 2 (+0/-1).

        c'est pas idiot, propose le a la banque de france sait t'on jamais

        • [^] # Re: demandes de crédits

          Posté par  . Évalué à 3 (+1/-0).

          De ce que j'ai compris c'est plus un problème de cadre légal que de volonté de la Banque de France.

          J'ai écrit à ma députée cependant.

        • [^] # Re: demandes de crédits

          Posté par  . Évalué à 2 (+2/-0).

          J'ai bien peur que si cette solution est mise en place et se généralise, au final, les petits margoulins qui usurpent les identités les usurpent une seconde fois pour faire lever l'auto-fichage.

  • # Piratage

    Posté par  . Évalué à 8 (+8/-0). Dernière modification le 26/07/20 à 12:28.

    La fuite ne peut donc venir que de fin 2017, lorsque je cherchais un logement. C’est la seule occasion où j’ai pu fournir tous ces documents, via des dossiers de locations.
    Malheureusement, ayant déposé plusieurs dossiers pour plusieurs appartements, je ne peux pas remonter la piste plus loin par moi même.
    De plus, l’usurpateur n’est pas forcément un des bailleurs à qui j’ai eu à faire : l’un d’eux a pu mal se débarrasser des documents, qui ont donc pu être récupérés par un tiers.

    Ou tout simplement ils se sont fait pirater les données.
    En 2018, il y avait même un cabinet immobilier (plusieurs agences) qui avait laissé trainer les infos de ses clients sur le net sans protection. Et tu trouvais de tout vu que les agences maintenant demandent vraiment n'importe quoi.
    C'est assez fréquent, ma foi.

    • [^] # Re: Piratage

      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 7 (+8/-0).

      Les agences de location ne doivent PAS demander n'importe quoi, c'est même un des rares cas ou la liste exhaustive de ce qu'ils peuvent demander est listé dans la Loi :

      Si vous trouvez une agence qui demande plus que ça, faites vous plaisir :

      • [^] # Re: Piratage

        Posté par  . Évalué à 10 (+9/-0).

        Il est légal de demander (j'ai pioché dans le texte de loi) :
        - Carte nationale d'identité
        - Trois dernières quittances de loyer
        - Contrat de travail
        - Trois derniers bulletins de salaires

        Aucun problème donc pour l'usurpation d'identité.

      • [^] # Re: Piratage

        Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 3 (+1/-0).

        Et si la DGCCRF refuse ta plainte ?
        :-)

        "La liberté est à l'homme ce que les ailes sont à l'oiseau" Jean-Pierre Rosnay

      • [^] # Re: Piratage

        Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 7 (+5/-1).

        Et si, pour des circonstances personnelles, il t'est très compliqué de ne pas loger dans une zone tendue, où les bailleurs peuvent se permettre n'importe quoi (de toute façon ils trouveront), en attendant que ta plainte aboutisse (lol) tu dors sous les ponts ?

      • [^] # Re: Piratage

        Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 6 (+5/-0).

        Si vous trouvez une agence qui demande plus que ça, faites vous plaisir

        Le problème c'est que les agences font cela parce quand elles sont en position de force. Elles demandent n'importe quoi, tu n'es pas obligé d'accepter, mais si ton dossier est incomplet, il n'est pas accepté. Il n'y a presqu'aucun contrôle. Alors oui, on peut les dénoncer à la CNIL (RGDP) ou à la DGCCRF, mais on n'aura pas de logement avec cette agence. Faut le faire après que son dossier soit refusé.

  • # Transfert

    Posté par  . Évalué à 2 (+1/-0).

    Il y a eu un épisode du très bon podcast Transfert sur une histoire similaire à la tienne: https://www.slate.fr/podcast/155153/un-autre-vous-meme

  • # Discrétion de la police

    Posté par  . Évalué à 2 (+1/-0).

    Je passe sur les heures d’attente (le tout à proximité d’un bureau où les agents en présence se racontent LONGUEMENT leur week-end, alors qu’il n’y a qu’un pauvre type qui s’occupe de prendre les plaintes).

    La dernière fois que je suis allé au commissariat pour faire une procuration, j'entendais toutes les conversations (des plaignants d'à coté), et c'est assez difficile de ne pas entendre la plainte d'à côté (on est pas isolé dans un bureau).
    J'en ai parlé à une amie qui m'a dit plus ou moins la même chose qu'elle entendait à coté la plainte de la femme battue d'à côté.

    Sans assurance, je n’ai pas pu me résoudre à dépenser des centaines d’euros pour consulter un avocat.

    Il me semble que la consultation pour des conseils est gratuite (et que c'est seulement si il fait une action en ton nom que cela est payant) mais je n'arrive plus à trouver le lien. Des permanences existent (c'est un peu tard maintenant, peut être pour la fois suivante)

    • [^] # Re: Discrétion de la police

      Posté par  . Évalué à 4 (+2/-0).

      Il me semble que la consultation pour des conseils est gratuite (et que c'est seulement si il fait une action en ton nom que cela est payant) mais je n'arrive plus à trouver le lien.

      Heureusement que non. Le rôle d'un avocat est avant tout d'être un conseil, et lorsqu'une procédure n'est pas nécessaire, il est doit te conseiller de ne pas l'engager. Si il n'était payé que si la procédure était engagée il ne serait plus honnête même avec toute la bonne volonté du monde.

      Par ailleurs, dans certains domaines, les avocats font l'essentiel de l'activité en dehors de la procédure judiciaire, je pense au droit des affaires, mais ce n'est pas le seul domaine. Heureusement qu'ils sont payés.

      Après, pour de simples conseils, le tarif horaire d'une « consultation » est sensiblement le même que celui d'un médecin (généraliste pour les moins cher, spécialiste pour les plus cher). Attention, le tarif horaire, en moyenne compter 30 minutes pour une consultation avec un avocat contre 15 minutes avec un médecin. Ce n'est pas déraisonnable, mais il n'y a pas de sécurité sociale (il y a bien l'aide juridictionnelle, mais là il faut une procédure de mémoire, ou les assistances juridiques, mais c'est plus comparable à une mutuelle qu'à la sécurité sociale).

      • [^] # Re: Discrétion de la police

        Posté par  . Évalué à 3 (+2/-0).

        Il existe des permanences gratuites pour consulter un avocat, organisée par les (certains ?) barreaux. Voir là. Donc on peut avoir un début d'info sans payer. Je n'ai jamais eu à utiliser, donc je ne connais pas le détail, mais ça existe.

        • [^] # Re: Discrétion de la police

          Posté par  . Évalué à 5 (+3/-0).

          Perso j'ai déjà utilisé. C'est très bien. Mais… En fait c'est plutôt fait pour les problèmes simples, et cela permet un accès facile au droit.

          Après, j'avoue aimer le droit, aimer me documenter, lire la jurisprudence, etc. Et les quelques fois où j'ai du faire appel à un avocat en temps que conseil, cela dépassait le cadre de ces permanences.

          Donc, c'est très bien, mais pas adapté pour tous les conseils. Pour en revenir au sujet du journal, je pense que le sujet du journal est parfaitement dans le cadre de ces permanences, donc c'est une très bonne suggestion.

      • [^] # Re: Discrétion de la police

        Posté par  . Évalué à 10 (+8/-0).

        compter 30 minutes pour une consultation avec un avocat contre 15 minutes avec un médecin

        Il faut dire que le médecin facture une somme fixe quel que soit le temps passé tandis que l'avocat facture au temps passé. Forcément, le médecin est encouragé à aller vite (et ce n'est pas forcément dans l'intérêt du patient).

        il n'y a pas de sécurité sociale

        C'est un vrai paradoxe d'ailleurs. Il est compréhensible, et j'y suis d'ailleurs tout à fait favorable, que la santé soit un droit pour tous et doive être financée indépendamment des revenus de chacun, mais c'est quand même avant tout un choix politique. Par contre, que l'accès à la justice soit un droit payant, et pas donné en plus, c'est une remise en cause fondamentale de l'état de droit. Le pire étant que ça ne choque personne, puisque ça a toujours été comme ça.

        Ça, ce sont les sources. Le mouton que tu veux est dedans.

  • # Commentaire supprimé

    Posté par  . Évalué à 1 (+0/-0). Dernière modification le 27/07/20 à 10:09.

    Ce commentaire a été supprimé par l’équipe de modération.

  • # Un outil de l’État pour protéger les données envoyés aux propriétaires

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 10 (+11/-0).

    L’État a conscience du problème d’usurpation d’identité avec les données fournies lors des locations, et a mis en place un outil pour protéger les dossiers de location.

    https://dossierfacile.fr/#

    C’est fait via une start-up d’État et ça n’est pas assez connu.

    La connaissance libre : https://zestedesavoir.com

  • # Contre attaque KYC ?

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 5 (+2/-0).

    Les banques et organismes similaires ont l'obligation de vérifier l'identité de leur client. Est-ce tu ne peux pas te retourner contre eux pour ne pas avoir fait le nécessaire?

    Incubez l'excellence sur https://linuxfr.org/board/

    • [^] # Re: Contre attaque KYC ?

      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 2 (+0/-0).

      Vérifier comment ? Si c'est seulement en version numérique ça va pas être évident.

      OS préféré Mageia 7, CMS préféré SPIP, suite bureautique préférée LibreOffice, logiciel de dessin préféré Inkscape.

      • [^] # Re: Contre attaque KYC ?

        Posté par  . Évalué à 1 (+0/-0).

        C'est pour cela que les banques en ligne demandent de faire un virement depuis un compte dans une banque en dur française pour valider l'ouverture d'un compte.

      • [^] # Re: Contre attaque KYC ?

        Posté par  . Évalué à 3 (+1/-0). Dernière modification le 29/07/20 à 11:32.

        > Vérifier comment ? Si c'est seulement en version numérique ça va pas être évident.

        En toute rigueur, que ce soit évident ou pas ne devrait pas être ton problème. Si l'obligation légale existe réellement (?), à eux d'imaginer/mettre en place les procédures nécessaires. Si elles échouent dans certains cas, ça devrait être leur responsabilité d'assumer les conséquences (c'est-a-dire entre autres, le préjudice pour la victime).

    • [^] # Re: Contre attaque KYC ?

      Posté par  . Évalué à 1 (+0/-1).

      Dans cette affaire les banques sont encore plus victimes que moi vu qu'elles ne seront de toute façon jamais remboursées. J'imagine qu'elles ont des assurances pour ça, mais bon.

      Moi ça m'a coûté du temps, quelques cheveux blancs et quelques lettres en recommandé.
      Au global, les banques ont dû perdre au moins 20000€ je pense.

      Donc je ne suis pas sûr de ce que ça m'apporterait si je me retournais contre eux.

      • [^] # Re: Contre attaque KYC ?

        Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 10 (+13/-0).

        Moi ça m'a coûté du temps, quelques cheveux blancs et quelques lettres en recommandé.
        Au global, les banques ont dû perdre au moins 20000€ je pense.

        Quand on lit tout ton récit (et on se doute bien que tu as édulcoré et/ou ta mémoire a attenué), je trouve que tu n'accordes qu'une valeur très limitée à ton temps sur terre et ta santé, camarade.

  • # Prendre le problème à sa source

    Posté par  . Évalué à 10 (+12/-0).

    Je serais curieux de connaitre les origines des usurpations d'identité. Je serais prêt à parier que les dossiers de logement sont dans le haut du panier, s'ils ne sont pas la première source de fuite de documents.
    Actuellement, si on cherche un logement (surtout dans le centre de grandes villes), on est sans cesse confronté à des propriétaires qui souhaitent qu'on envoie, avant même une visite :
    - Carte nationale d'identité
    - Trois dernières quittances de loyer
    - Contrat de travail
    - Trois derniers bulletins de salaires
    Avec des documents similaires pour la(les) caution(s).
    Ils sont techniquement dans leur droit, et bien entendu votre candidature sera balayée si vous rechignez à envoyer tous ces documents, non-chiffrés, sur leur adresse gmail/yahoo/orange etc.
    C'est un gros problème; l'accès au logement de devrait pas être monnayé contre un risque d'usurpation d'identité.

  • # La fiche de paie demandée induement

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 10 (+10/-0).

    J'ai eu récemment un recruteur qui m'a demandé une fiche de paie « pour vérifier que je touche bien le salaire que je prétend avoir ».

    J'ai bien évidemment refusé, sous prétexte qu'elle contient des informations personnelles.

    Maintenant, j'ai un argument et une réplique toute trouvé : « Excusez-moi, êtes-vous vraiment sérieux ? »

  • # Idem

    Posté par  . Évalué à 10 (+17/-0).

    Bonjour,

    Il m'est arrivé exactement la même histoire : j'ai du faire un dossier pour une location sur Paris, avec demande de copie de fiche de paie, etc. On a utilisé ces documents pour faire trois de demandes de crédit. Les malins changent juste un peu l'adresse pour pas qu'on reçoive les documents, ainsi que le mail et le téléphone pour toute correspondance.

    On dit toujours qu'il faut être bête, que ça nous arrivera jamais, nous informaticiens bien informés et rompus à la sécurité. Mon oeil.

    Finalement tout a été annulé, je n'ai rien payé ni eu aucun problème, mais bonjour les angoisses, c'est très violent ! C'est quand même grave de des société de crédit accorde des prêts en ligne en prenant si peu de précautions.

    Quand ça nous arrive, on est quand même amené à s'interroger sur la notion d'identité.

    Merci pour cet article.

  • # Partage d'expérience et information.

    Posté par  . Évalué à 4 (+3/-0).

    Grand merci pour ce partage d'expérience !
    Certes, c'était une épreuve douloureuse. D'autant plus.
    Mention spéciale pour tous les conseils pertinents afin de s'éviter une malheureuse aventure.
    Un journal qui mérite d'être éditorialisé en dépêche.

  • # Problème d'accueil des policiers

    Posté par  . Évalué à 10 (+17/-0).

    Mes parents se sont fait usurpés leur identité. La personne avait tenté une fois un retrait à la poste sans succès (la demande d'une deuxième pièce d'identité l'avait bloquée). Après que mes parents ai changé de numéro de compte (et toutes les tracasseries que ça engendre), à nouveau usurpation et le mec à pris tout l'argent du compte !

    Mes parents, plutôt agés, se retrouvent sans le sous, traumatisés, ils vont au commissariat, et on refuse de prendre leur plainte ! Le policier arguait que ça pouvait très bien être eux qui avaient retiré cet argent… (ok mais tu prends la plainte et après tu fais ton enquête).

    Cette histoire m'a complètement sidéré… Je me suis dit qu'il y a vraiment un truc qui manque dans la formation des ce corps… ils devraient plutôt être là à avoir de l'empathie, rassurer les gens (et même pour eux ce serait plus valorisant)… mais apparemment certains se complaisent à semer la terreur (et ce n'est pas puni…). Bien sur, j'ai aussi eu des interactions positives parfois avec des policiers.

    Pour mes parents heureusement une caméra de la poste avait pris l'image du gars et la poste elle même avait fait son enquête et les a remboursé (l'erreur était du côté de leur employé qui pour un tel montant aurait dû demander une deuxième pièce d'identité).

    • [^] # Re: Problème d'accueil des policiers

      Posté par  . Évalué à 10 (+18/-0).

      Bien sur, j'ai aussi eu des interactions positives parfois avec des policiers

      Sans vouloir entrer dans un débat sur la police : le problème est là, une interaction avec la police, lors d'un dépôt de plainte, devrait toujours être positive.
      Sortir encore plus traumatisé d'un dépôt de plainte est totalement anormal et devrait être combattu et condamné.

  • # Sacrée histoire...

    Posté par  . Évalué à 10 (+10/-1).

    Vous avez eu bien du courage pour affronter cette situation.
    C'est une bonne chose que cette affaire soit désormais derrière vous.
    Vos conseils sont précieux et il est très sympathique de votre part de les avoir partagés.

  • # On en reparle lundi !

    Posté par  . Évalué à 9 (+7/-0).

    La police est venue hier chez moi pour me remettre une convocation pour une « tentative d’escroquerie ». J'ai un chéquier qui m'a été volé et quelqu'un se fait passer pour moi. La bonne nouvelle est que la police a visiblement bien pris la plainte pour tentative d'escroquerie, elle ne pourra plus refuser la mienne…

    Membre de l'april, et vous ? http://www.april.org/adherer

  • # Les plaintes sont rejetées pour des raisons religieuses

    Posté par  . Évalué à 10 (+14/-0). Dernière modification le 28/07/20 à 15:57.

    La police comme presque toutes les admininistrations est évaluée en utilisant des indicateurs stupides (pléonasme1). Cela est causé par l'action des croyants en une religion qui est enseignée par des professeurs de gestion et dans les écoles de management2. Je ne vais pas réexpliquer les concepts de cette religion, je l'avais fait dans un précédent journal.

    Je ne sais pas si ça a changé, mais une policière m'avait expliqué que parmi les indicateurs les plus utilisés pour noter les commissariats, celui qui sabote le plus le service public est :
    plaintes résolues sur plaintes enregistrées

    Du coup la consigne est la même dans tous les commissariats : moins vous prenez de plaintes, mieux vous êtes noté (surtout pour des affaires de type vol d'identité qui ne seront pas résolues localement, on augmenterait le dénominateur sans la moindre chance d'augmenter le numérateur).

    À mon avis, il faudrait faire une loi pour séparer l'Église et l'État…


    1. un indicateur est toujours stupide, il n'a aucun sens en lui même, il peut arriver parfois qu'il serve à extraire des informations intéressantes, mais dans ce cas l'intelligence n'est pas du côté de l'indicateur mais de son utilisateur. 

    2. souvent hors de prix, mais ça fait plus sérieux pour une secte de demander un paquet de pognon à ses fidèles 

    Membre de l'april, et vous ? http://www.april.org/adherer

  • # Pourquoi pas un datamatrix

    Posté par  . Évalué à 4 (+4/-0).

    Bonjour,

    Une idée comme ça pour filigraner les documents : insérer un petit datamatrix avec une chaîne quelconque, par exemple numérique. Comme il y a à peu près partout sur les documents aujourd'hui, ça devrait passer inaperçu.

    Le problème est que je ne sais pas faire, mais que je ne doute pas un instant que quelqu'un ici va se dévouer.

    Oui. Je ne cache même pas ma flemmardise :-)

    Cordialement

    Dominique

    • [^] # Re: Pourquoi pas un datamatrix

      Posté par  . Évalué à 4 (+2/-0).

      facile sous linux :)

      dmtxwrite

      dans toute les bonnes distributions dont debian (lol)

      cat text.txt | dmtxwrite -o fichier.png

      ensuite un coup de 'convert' pour l'inserer dans un pdf ou jpg, perso j'ai une preference pour latex mais bon, si il y a un volontaire pour faire la ligne d'insertion imagemagick pour le placer en haut a gauche ou en haut a droite … merci à lui

  • # Expérience en Allemagne

    Posté par  . Évalué à 10 (+13/-0).

    Ah moi ça m'est arrivé mais en Allemagne.

    • Dimanche: dans ma boîte à lettres je trouve une facture émise par un organisme de crédit qui me demande de virer quelques centaines d'euros sur leur compte pour régler les articles commandés chez Nike et Adidas. Je pense d'abord à une tentative d'arnaque mais après vérification sur leur site, l'IBAN est le bon. Ça ressemble donc à une vraie facture mais je n'ai jamais rien payé à crédit.

    • Lundi: Je les appelle pour demander de quoi il s'agit, des articles ont bien été commandés en mon nom. Ils ne peuvent pas me donner de détails, pas même le mail utilisé pour la commande pour des raisons de protection de la vie privée. En Allemagne ils sont très tatillons sur le sujet…

    • Sur leur conseil je vais au commissariat dans la foulée pour déposer plainte. Une quinzaine de minutes d'attente, un policier aimable et compétent et je repars. Je communique le numéro de dossier de ma plainte à l'organisme de crédit qui me dit que maintenant ils régleront ça avec la police par la suite.

    • Quelques semaines plus tard, je reçois un courrier d'avocat, il semblerait que j'aie des dettes chez un marchand de couches culottes en ligne, pour un montant de 700€… Je leur communique aussi mon numéro de plainte et appelle le policier que j'ai vu pour qu'il ajoute la nouvelle commande à mon dossier.

    • Encore une semaine plus tard, le cabinet d'avocats me recontacte en me disant que je leur dois toujours dans les 700€ plus une majoration. Je leur ré-explique qu'il s'agit d'une usurpation d'identité, je n'entendrai plus parler d'eux par la suite.

    • La police me recontacte pour me demander si j'ai une adresse email chez tel provider (non). Il semblerait que les commandes aient été passées depuis les Pays-Bas. Par contre, ce qui m'inquiète plus c'est que l'adresse de livraison était la mienne pour les deux commandes et que je n'ai reçu aucun des paquets. Soit quelqu'un était à ma porte pour les récupérer, soit le livreur était dans le coup.

    • Pour finir, plusieurs mois plus tard, le dossier sera clos faute de résultats. C'était il y a 2 ans de mémoire, plus rien depuis.

  • # broyeur vs pâte à papier

    Posté par  . Évalué à 2 (+3/-1).

    Salut a tous.

    Quand on n'a que peu de chose a broyer, pas besoin de s'enuyer à acheter un broyeur : tremper la ou les feuilles, en faire une boule compacte, c'est mieux de laisser un peu sécher avant de jeter. Je peux garantir qu'un document sous forme de boulette de pâte a papier est beaucoup plus difficile a reconstituer qu'un document broyé même finement.

    Ce qu'on devrait vendre dans les entreprise, ce ne sont pas des broyeurs, mais des presses à fabriquer des buchettes en papier.

    • [^] # Re: broyeur vs pâte à papier

      Posté par  . Évalué à 5 (+3/-0).

      Ce qu'on devrait vendre dans les entreprise, ce ne sont pas des broyeurs, mais des presses à fabriquer des buchettes en papier.

      L'avantage de la déchiqueteuse, c'est que la feuille est détruite dés qu'on la jette. Elle n'est pas stockée intacte en attendant d'avoir assez de papier pour faire une brique. En plus il n'est pas nécessaire d'avoir de l'eau ni de se mouiller les mains.

  • # des problèmes dont on se passerait bien

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 2 (+2/-0).

    Un grand merci pour ton retour d'expérience et surtout ton conseil !
    Les échanges avec la police sont regrettables vraiment.

Envoyer un commentaire

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n’en sommes pas responsables.