Ubuntu 12.04 Precise Pangolin est sortie

60
26
avr.
2012
Ubuntu

La distribution Ubuntu 12.04 (avril 2012) vient d'être publiée en version stable, et se surnomme Precise Pangolin (pangolin précis). Cette version bénéficiera d'une maintenance à long terme (LTS, Long Term Support). Cette version sort 6 mois après Ubuntu 11.10.

NdM : à l'instar de précédentes dépêches, encore un superbe exemple de dépêche collaborative : pas moins de 21 contributeurs pour cette dépêche dont : Nÿco, Christophe PETIT, Christophe Chapuis, Florent, tuiu pol, detail_pratique, Étienne BERSAC, PhiX, rpnpif, NeoX, Oumph, Yves Bourguignon, Bruno, Jarvis, Adeimantos, LeXa1979, Benoît, Grumpf et Def !

Sommaire

Ban

Objectifs

Les objectifs pour cette version sont centrés principalement sur la stabilité et la qualité. C'est en effet une version LTS, elle sera donc supportée durant plusieurs années et aura généralement la préférence des professionnels et entreprises ainsi que des personnes souhaitant avoir une certaine tranquillité.

L'idée est également d'apporter une meilleure finition et une meilleure cohérence de l'ensemble de la distribution avec l'évolution de l'aspect visuel de la marque et de la distribution. C'est enfin l'occasion pour Canonical de lancer les travaux pour rendre Ubuntu multiplateforme avec une expérience utilisateur unifiée et la plus homogène possible sur tout type de matériel : PC, portables, Tablettes, Smartphones, TV…

Organisation

Support étendu pour les LTS

LTS support

Pour faire un petit rappel, Ubuntu se base sur un cycle double :

  • une sortie tous les 6 mois de versions standards ;
  • une sortie tous les 2 ans de versions ayant un support étendu (« Long Term Support » : support à long terme)

Les versions standard bénéficient d'un support pendant 18 mois. Ce support contient les mises à jour de sécurité et la résolution des bugs mineurs. Les versions LTS bénéficient de 3 ans de support (sécurité et bug) pour une utilisation bureautique et 5 ans pour une utilisation sur serveur.

Petit à petit, les LTS ont pris de l'importance (notamment pour les entreprises) et font l'objet d'une attention particulière de la part de Canonical. À partir de cette version, la LTS sera supportée 5 ans, que ce soit pour les serveurs ou la version bureautique. À ce support standard, va s'ajouter une mise-à-jour semestrielle d'une partie du cœur de la distribution : le noyau, les pilotes ainsi que le serveur graphique. Ces mises-à-jour s'effectueront pendant deux ans, permettant ainsi de garder la LTS à jour pour le matériel récent. Cela permettra également de profiter des différentes évolutions des pilotes libres, notamment pour les cartes graphiques.

Enfin, une dernière évolution : la totalité des versions dispose maintenant d'une mise à jour régulière de Firefox et Thunderbird pour suivre le nouveau rythme de publication de la fondation Mozilla.

Nouvelle politique qualité

Les deux dernières versions d'Ubuntu ont reçu un nombre relativement important de critiques sur la qualité générale de la distribution. De nombreux changements (la nouvelle interface Unity et GNOME 3) ont, en effet, fait baisser la qualité de la distribution. Au-delà de ces problèmes ponctuels, des problèmes de fond ont été soulevés dans l'organisation et la manière de mener le développement de la distribution. On se rappellera la proposition de Scott James Remnant de changer radicalement le développement d'Ubuntu.

De fait, lors de l'UDS (Ubuntu Developer Summit, le grand rassemblement des développeurs d'Ubuntu), les discussions ont abouti à une évolution dans le processus de développement, dans le but d'améliorer la qualité générale d'Ubuntu et des projets liés. On retrouve quatre grandes évolutions :

  • La gestion de la publication des images pour l'installation a été complètement revue. Le serveur qui prenait en charge la préparation des images a été changé. Il est beaucoup plus puissant et permet un important gain de temps. La préparation des images a bénéficié également d'une automatisation accrue. Tous ces changements permettent d'améliorer la qualité de la publication des images (Live CD, LiveUSB, images ARM) et laissent plus de temps aux développeurs pour travailler sur les bugs et sur la qualité générale d'Ubuntu ;
  • Le processus de publication du code et de la gestion des branches a également fortement évolué. Les tests unitaires automatisés ont été généralisés : si une régression liée à un code nouveau est détectée, le code concerné est supprimé de la branche de développement jusqu’à ce que le problème soit résolu. Enfin, tout envoi d'un code dans la branche principale nécessite l'approbation d'un développeur tiers ;
  • Généralisation des PPA durant la phase de développement. Une fois le code testé par les développeurs et validé par les tests automatiques pour intégration dans la branche principale, les gros projets, comme Unity, passent par une étape de « Release Candidate » dans un PPA. Un appel est alors lancé auprès des testeurs pour des tests approfondis. Une fois les retours synthétisés et les plus gros bugs résolus, le code est envoyé dans les dépôts principaux pour des tests plus larges ;
  • L'application Checkbox est utilisée sous Ubuntu pour réaliser des tests de compatibilité du matériel au profit du projet Ubuntu friendly. Ce programme est maintenant également utilisé lors du développement pour réaliser des tests auprès de la communauté. Il propose plusieurs dizaines de tests à effectuer sur l'interface Ubuntu (sur un modèle du type QCM : ça fonctionne ou pas). Ces tests permettent de repérer les régressions et les bugs qui n'auraient pas été détectés. Une fois le test terminé, l'utilisateur est invité à envoyer ses résultats aux développeurs pour analyse.

Ces changements ont été bien accueillis par la communauté. Ils ont permis d'avoir une version de développement relativement stable dès la première Alpha. Autre avantage, celui de laisser respirer les développeurs et d’éviter l'habituelle pluie de rapports de bugs après chaque changement.

Pour le testeur, le travail est simplifié. Entre Checkbox qui permet toutes les deux semaines de réaliser des test complets (même s'ils sont un peu fastidieux), et des rapports de bugs moins fréquents, il y a maintenant plus de temps pour détailler les problèmes sur les bugs importants. Pour l'anecdote, le petit groupe de testeurs francophones s'est fait remarquer par Mark Shuttleworth qui les a surnommés « les mousquetaires ».

Kubuntu, Lubuntu et Xubuntu

Si Ubuntu est la distribution principale de Canonical, on retrouve également d'autres distributions dérivées qui sont également supportées officiellement par Canonical.

  • Edubuntu : version d'Ubuntu dédiée à l'éducation ;
  • Xubuntu : version d'ubuntu utilisant l'environnement de bureau XFCE ;
  • Lubuntu : version d'Ubuntu utilisant l'environnement de bureau LXDE ;
  • Kubuntu : version d'Ubuntu utilisant l'environnement de bureau KDE.

Toutes ces versions sont des versions uniquement communautaires. C'est-à-dire que toutes les décisions sont prises indépendamment de Canonical. La majorité du travail est réalisée par la communauté également. Toutefois, elles bénéficient d'un soutien de la part de Canonical au niveau de l'infrastructure (par exemple les serveurs).

Ces derniers mois, on a appris que Xubuntu, Edubuntu et Kubuntu dans leurs version 12.04 bénéficieront d'un support à long terme tout comme Ubuntu. Dans le même temps on apprenait également que Canonical n'emploierait plus une personne à plein temps sur Kubuntu. Le développeur Jonathan Riddell sera réaffecté à l'intégration de Qt dans Ubuntu.

Les nouveaux projets

En parallèle d'Ubuntu, un certain nombre de projets ont été lancés pour poursuivre l'amélioration d'Ubuntu et élargir le nombre de plates-formes pouvant accueillir cette distribution.

Ubuntu TV

Canonical a lancé une nouvelle initiative lors de l'UDS, avec pour objectif de publier une version spécifique d'Ubuntu pour différentes plateformes :

  • Les télévisions ;
  • Les tablettes ;
  • Les smartphones ;
  • Les ordinateurs embarqués dans les voitures.

Ces solutions seraient articulées autour d'Ubuntu Core, d'Unity et d'Ubuntu One.

Si on ne connait pas encore bien de quoi sera fait la majorité de ces versions, Canonical a présenté lors du dernier CES une première itération d'Ubuntu TV, qui a fait l'objet d'une dépêche ici-même et d'une présentation lors du congres mondial sur les mobiles à Barcelone MWC 2012.

Ubuntu TV

Pour le moment cette version reprend en grande partie l'interface d'Unity, en lui ajoutant de nouvelles « loupes » dédiées aux activités audiovisuelles : achats de films, programmes TV et différentes options pour la lecture des vidéos. Elle ajoute aussi la possibilité de parcourir l'interface avec une simple télécommande et un certain nombre d'effets visuels.

Ce n'est encore qu'une version expérimentale, mais c'est visiblement le plus avancé des quatre projets en cours. La première version complète n'est pas prévue avant 1 an (probablement pour Ubuntu 13.04). En attendant, Canonical devra trouver des partenaires chez les fabricants de télévisions pour y placer son interface. Elle devrait être compatible aussi bien avec les plateformes ARM que x86.

Ubuntu TV

Ubuntu For Android

Lancée lors du "Mobile World Congress 2012", Ubuntu For Android est une version d'Ubuntu très spéciale. Elle vient en effet se greffer sur un appareil fonctionnant avec Android, dont elle utilise le noyau d'origine. Lorsque l’appareil mobile est branché sur un écran externe, le système active Ubuntu sur l'écran externe en offrant le bureau classique d'Ubuntu.

Ubuntu for Android

L'environnement étant partagé, Ubuntu laisse l'appareil sous Android fonctionner de manière tout-à-fait normale. On peut lancer des applications issues des deux systèmes, en voir les notifications, envoyer et recevoir des appels ou des SMS, utiliser Thunderbird ou Pitivi (logiciel de montage vidéo), et bénéficier du travail d'intégration réalisé sur les logiciels de communication et leurs données (contacts, calendrier, etc.).

L'objectif est au final d'offrir un véritable bureau « mobile », une bonne solution d'appoint. On peut également penser que cette brique logicielle sera sûrement réutilisée de manière plus avancée sur la version Ubuntu pour Smartphones. On aurait alors un tronc commun totalement identique, et seul Unity adapterait son interface au périphérique choisi. Comme pour Ubuntu TV, Canonical espère trouver des partenaires qui inclueraient directement UFA dans les téléphones.

Ubuntu Business Desktop Remix

Annoncé le 10 février 2012 par Mark Shuttleworth, Ubuntu BDR vise à proposer des images d'Ubuntu Desktop orientées vers les entreprises :

« Ce remix comprend les changements les plus communs que nous ayons observés chez les utilisateurs institutionnels et les regroupe en un seul CD qui peut être installé directement ou utilisé comme une base pour une personnalisation plus poussée ».

On retrouve donc par défaut VMware Viewer, OpenJDK, Landscape et Flash (le premier et le dernier étant des logiciels propriétaires). À l'inverse, les applications multimédias, de jeux et de réseaux sociaux ont été supprimées. Ce n'est donc pour l'instant qu'un choix de logiciels différents. Mais il est probable que cette version d'Ubuntu évolue de manière plus spécifique pour répondre aux besoins des entreprises.

Les nouveautés présentes dans Ubuntu 12.04

Architecture, noyau et environnement graphique

Au niveau architecture quelques changements :

  • La version 64 bits devient maintenant la version par défaut pour l'installation au lieu de la 32 bits ;
  • Pour la version 32 bits, c'est la version PAE (support étendu de la mémoire) qui est proposée ;
  • L'architecture ARM a reçu un certain nombre d'améliorations, issues en partie de l'association Linaro, en partenariat avec Canonical. Ils s'occupent notamment d'améliorer et d'optimiser l'intégration de l'architecture ARM dans le noyau Linux. En pratique, on retrouve une compatibilité étendue, de nouveaux pilotes et des performances à la hausse.

La version du noyau Linux utilisée est la 3.2, à laquelle s'ajoutent quelques patchs venant des noyaux supérieurs 3.3 et 3.4 (notamment le support du mode RC6 pour l'économie d'énergie avec les processeurs graphiques Intel).

Du côté du serveur X, il avait été décidé de rester sur la version 1.10 de X.Org Server pour la version précédente d'Ubuntu alors que la version 1.11 était déjà sortie. Maintenant que cette dernière version est éprouvée, il a été logique de passer sur cette version pour cette LTS. N'oublions pas que le noyau Linux, pilotes et serveur graphique vont être mis à jour pendant 2 ans.

En ce qui concerne X, Ubuntu utilise toujours le gestionnaire de composition Compiz (0.9.7 ), ainsi que nux et GTK3+ pour l'interface Unity.

Enfin, à propos de Gnome, Ubuntu utilise les logiciels issus principalement de sa version 3.2 pour des raisons de stabilité. Les développeurs n'ont pas souhaité ajouter des logiciels de la version 3.4 car le calendrier était trop serré et le travail d'intégration de la 3.2 avait déjà été réalisé sur Ubuntu 11.10. Toutefois quelques logiciels venant de Gnome 3.4 n'affectant pas trop la stabilité sont intégrés (pour plus de détails).

Nettoyage dans les paquets

Comme pour chaque version l'équipe du projet Ubuntu évalue la pertinence des logiciels intégrés à la distribution.

Avec une certaine surprise, le lecteur audio Banshee a été remplacé par Rhythmbox – qui vient d'être porté sur GTK3. Même si Banshee offre de nombreuses fonctionnalités, il pose quelques problèmes de stabilité et des problèmes de compatibilité avec les architectures ARM. Ubuntu 12.04 étant une LTS, il a donc été décidé de jouer la sécurité. Banshee pourrait toutefois revenir pour les prochaines versions. Wubi prend son indépendance et devrait également disparaitre de l'image par défaut. On le retrouvera au téléchargement seul comme un programme Windows standard.

Une autre décision dans ce domaine fut d'augmenter la taille limite de l'image d'Ubuntu par défaut. Elle correspondait à 700 Mo, équivalent à un CD. Mais cette limitation est devenue de plus en plus difficile à tenir et la nouvelle limite est maintenant passée à 750 Mo. Pour Precise Pangolin on reste encore sur une taille d'image de 703 Mo ce qui laisse donc la possibilité de graver Ubuntu sur un CD.

Optimisation de la consommation électrique

Depuis 2 ans, la consommation électrique d'Ubuntu n'a cessé de se dégrader. En cause, quelques régressions dans le noyau (principalement avec les pilotes graphiques) et des soucis avec des nouvelles versions de logiciels. Ces régressions deviennent de plus en plus problématiques, au moment même où Ubuntu souhaite toucher le monde des appareils mobiles.

Canonical s'est donc fixé comme objectif d'améliorer la consommation électrique d'Ubuntu. C'est Colin Ian King, armé de différents outils et d'un multimètre de précision qui s'est attelé à la tâche. Il a réalisé, tout au long de la période de développement, un certain nombre de tests pour identifier les points susceptibles d'être améliorés pour réduire la consommation électrique :

  • On retrouve donc notamment le patch PCIe ASPM qui permet de traiter une régression dans l'économie d'énergie pour la gestion du PCI express et le patch RC6 qui permet d'améliorer la gestion d'énergie pour les puces Intel de dernière génération ;
  • L'usage de la fonction ALPM (Aggressive Link Power Management), qui permet de mieux gérer le SATA et de le passer dans un état de faible consommation lorsque c'est nécessaire ;
  • L'utilisation de certains scripts de PowerTOP pour passer les périphérique en mode faible consommation ;
  • Le réglage de la luminosité de l'écran au 2/3 par défaut ;
  • L'optimisation des logiciels fonctionnant en tâche de fond : Zeitgeist, Notify-OSD, Ubuntu One, Gwibber ;
  • La suppression de certains scripts dans pm-utils qui sont censés améliorer la consommation mais qui, au final, n'avaient aucun effet, voire un effet négatif ;
  • L'optimisation de Compiz.

Au final Phoronix a réalisé un test d'Ubuntu 12.04 qui donne quelques détails intéressants. Si les performances et la consommation électrique se sont fortement améliorés sur les machines récentes, le bilan reste plus mitigé sur les machines plus anciennes (Pentium4M par exemple).

LightDM

LightDM est un projet récent ayant pour but d'offrir une solution de login simple et flexible basée sur des bibliothèques standards du monde Linux. Il se décompose en un core principal, associé à des modules appelés « greeter ». Ces derniers vont s'occuper du rendu de la page d'identification en utilisant différents toolkits (GTK, Webkit, Qt, etc.). Cette solution est maintenant adoptée par Ubuntu, Xubuntu et Kubuntu. Pour Precise Pangolin, on trouve plusieurs nouveautés :

  • Le panneau d'authentification (greeter) affiche maintenant les fonds d'écrans des utilisateurs lorsqu'ils sont sélectionnés (une vidéo ici) ;
  • Les transitions entre les différents utilisateurs se font via une petite animation ;
  • Le thème utilisé correspond maintenant au thème présent par défaut dans Ubuntu ;
  • Une meilleure gestion du multi-écran. L'écran d'authentification s'affiche sur l'écran ayant le curseur de la souris, les écrans secondaires ayant simplement un logo Ubuntu. Si l'utilisateur bouge la souris sur un autre écran, le panneau d'authentification suit le curseur ;
  • Les temps de chargement et de transition ont été réduits.

Unity 5

Unity

C'est maintenant la 5ème itération d'Unity et la 3ème à être présente sur Ubuntu desktop. Au menu des nouveautés on retrouve :

Le lanceur d'application

Le lanceur d'application dispose maintenant de deux modes d'affichage :

  • Toujours visible, qui est maintenant la position par défaut (la plus adaptée pour les nouveaux utilisateurs) ;
  • Auto-hide, qui cache systématiquement le lanceur sur le côté. Il faut ensuite envoyer le curseur sur le côté de l'écran et pousser légèrement l'écran pour faire apparaître le lanceur, ce qui permet notamment d'éviter les faux positifs.

Note : le mode inteli-hide a été supprimé (il permettait d'afficher le dock quand l'écran n'était pas occupé par des fenêtres et de le cacher lorsque l'écran était occupé).

Il est maintenant possible de parcourir le lanceur avec le clavier. C'est un travail réalisé par l'équipe dédiée à Ubuntu TV (notamment pour rendre accessible Unity avec une télécommande).

Le style a légèrement évolué. Les étiquettes qui apparaissent au survol des icônes du lanceur ont été affinées, ainsi que les listes d'accès rapide. Pour ces dernières, deux nouvelles listes d'accès rapide ont fait leur apparition. Une pour le bouton du Dash, qui permet d'accéder directement aux « loupes » applications, documents, musique et vidéos ; une autre pour Nautilus, qui permet d'accéder aux répertoires favoris. On devra par contre attendre la prochaine version pour de plus amples fonctionnalités, notamment l'usage de Zeitgeist pour présenter les documents récents dans les listes de chaque application.

Le Dash

Le Dash principal rassemble maintenant les applications récemment utilisées qui ne sont pas présentes dans le dock, les documents récents et les documents récemment téléchargés.

Les loupes

Les loupes ont reçu quelques petites modifications et ajustements dans les styles pour rendre l'affichage plus clair, mais rien de bien notable. Cependant, une loupe vidéo est maintenant présente par défaut en plus des loupes musique, documents et applications. Elle récupère les informations des fichiers locaux, mais également de divers site de vidéo en ligne.

Divers

Le multi-écrans est maintenant mieux géré. Moins de bugs, et le dock peut être positionné sur un écran au choix ou sur tous les écrans. De plus, un effet (désactivable) bloque légèrement le curseur quand il passe d'un écran à l'autre pour permettre d'accéder au dock plus facilement.

Il est maintenant possible de faire apparaître un résumé des raccourcis claviers disponibles en appuyant quelques secondes sur la touche <Super> : une bonne manière de bien exploiter ces raccourcis.

L'ensemble de l'interface Unity adopte une coloration en relation avec la couleur du fond d'écran (ce qui n'est pas toujours du meilleur goût :p).

Le HUD

hud

Le HUD est une nouveauté pour cette version. Annoncée par Mark Shuttleworth, l'idée de base est d'apporter une solution complémentaire au menu classique des applications. Il suffit ainsi d'appuyer sur la touche ALT pour invoquer le HUD. Il se présente sous la forme d'un moteur de recherche semblable à celui du Dash sous lequel apparaît une liste de résultats. Il suffit alors de taper le nom de l'option que l'on cherche. C'est une solution qui peut être pratique notamment pour les applications ayant une grosse quantité d'options. À terme, le HUD devrait également intégrer une solution de recherche vocale et un affichage complémentaire pour remplacer le menu standard.

Overlay Scrollbar

La barre de défilement – conçue pour pour se faire discrète – est adaptée aussi bien aux usages tactiles qu'à la souris ou au clavier, elle a reçu un certain nombre d'améliorations :

overlay scrollbar

  • Le style du curseur a subi une petite mise à jour et sa taille est légèrement plus grande pour faciliter sa manipulation ;
  • Il n'est maintenant plus nécessaire de viser l’ascenseur pour faire apparaître le curseur de défilement. Il apparaît lorsqu'on approche le curseur du bord de la fenêtre ;
  • L'apparition du curseur est maintenant plus logique ;
  • Le défilement plus la touche CTRL permet de réaliser un défilement fluide ;
  • En cliquant avec le bouton du milieu, on peut faire défiler la page jusqu'au point désiré.

Si ces améliorations sont bienvenues et permettent de régler quelques régressions vis-à-vis de la barre de défilement classique, on pourra regretter que le port n'a pas été fait vers d'autres toolkit. Ainsi on ne dispose pas de cette solution sur Qt ou XUL, ce qui touche certaines applications clés comme Firefox et provoque une incohérence certaine dans l'interface.

Compiz

Présent dans sa version 0.9.7, Compiz a bénéficié d'un gros travail de stabilisation tout en continuant sa modernisation.

Open GL ES

OpenGL ES est maintenant pris en charge par Compiz. C'est une version d'OpenGL allégée, notamment utilisée par les appareils ayant une faible puissance (smartphones par exemple). Grâce à cette implémentation, Compiz élargit le nombre de plates-formes qui seront gérées par Unity et ouvre l'accès au monde mobile. C'est également une brique importante pour l'avenir, puisqu'OpenGL ES est une dépendance obligatoire pour Wayland, le futur serveur d'affichage.

Performances

Les performances ont été grandement améliorées ; la charge processeur a été réduite jusqu’à 50 % sur certaines machines. Les animations et effets sont moins gourmands et un certain nombre de bugs qui impactaient les performances ont été résolus.

Zeitgeist

Zeitgeist est un dæmon qui se charge de sauvegarder les différentes actions réalisées par l'utilisateur. Il est ensuite utilisé pour fournir les résultats des recherches de fichiers et autres documents dans le dash. Zeitgeist a été intégré à Nautilus, avec l'ajout de la sauvegarde des actions sur les fichiers (copie, renommage, déplacement). Il prend maintenant en compte les captures d'écrans et la sauvegarde de fichiers via Firefox. À défaut d'un véritable Tracker, cette solution permet d'offrir des résultats de recherches pertinents sans surcharger la machine.

Centre de contrôle

Le centre de contrôle a reçu de nouvelles options pour compléter celles présentes par défaut dans Gnome.

Unity

Plusieurs options permettant de modifier le comportement d'Unity sont maintenant présentes. Il n'est plus forcément nécessaire d'installer un programme spécifique pour la moindre modification.

Avec la gestion du thème, on trouve la possibilité de redimensionner la taille des icônes du lanceur. Dans cette même section, un onglet permet de régler le comportement du lanceur : toujours visible ou caché automatiquement. Dans ce dernier cas, il est également possible de régler la sensibilité pour l'apparition du lanceur (notamment pour éviter de le faire apparaître par erreur).

C'est dans la gestion des écrans (et du multi-écrans) du centre de contrôle qu'on trouve la possibilité de positionner le dock sur l'écran de son choix ou sur tous les écrans. Il est également possible d'activer ou désactiver l'effet qui ralentit le curseur lors du passage d'un écran à l'autre (utile lorsque le lanceur est présent sur tous les écrans).

Zeitgeist

Un nouvel item « confidentialité » permet également de régler finement le comportement de Zeitgeist, pour savoir quelles données et actions le dæmon doit enregistrer, ou tout simplement pour le désactiver. Il est également possible d'activer l'envoi automatique de rapports vers les serveurs d'Ubuntu lors de crashs du système.

À terme, le centre de contrôle devrait suivre le plan détaillé dans ce document et la gestion du multi-écrans devrait également suivre les spécifications écrites dans celui-là. Ces spécifications sont rédigées par l'équipe en charge de l’expérience utilisateur.

Gestionnaire de son

L'interface de gestion du son a subi un petit lifting (position des contrôles) qui simplifie son fonctionnement.

La logithèque

La logithèque continue d'évoluer doucement : les évolutions ne sont pas marquantes mais permettent de continuer d'améliorer notablement cet élément clé présent dans Ubuntu, Debian et peut-être bientôt dans Fedora ?

  • Galerie photos et vidéos : il est maintenant possible de voir plusieurs captures d'écrans pour chaque application, et une option permet d'intégrer également des vidéos : une bonne promotion pour les applications.
  • Processus d'achat des applications : le processus d'achat a été en partie revu avec une interface plus simple et plus réactive.
  • Nouveau dépôt « indépendant » : en parallèle du dépôt payant, on retrouve maintenant un nouveau dépôt « indépendant ». Ce dernier permet aux projets libres de publier leurs logiciels avec les même facilités que celles offertes par le dépôt payant (avec une interface web simplifiée et un processus de validation). Il permet notamment de publier de nouvelles versions indépendamment du rythme de sortie d'Ubuntu et des dépôts officiels.
  • Commentaires et notes : pour chaque fiche il est maintenant possible de filtrer les résultats selon la langue et de les classer selon différents filtres.
  • Temps de chargement : sûrement l'une des plus grosses critiques de la version précédente ; le temps de chargement de la Logithèque a été fortement réduit. De même, l'affichage des différents éléments de l'interface a également été largement amélioré.
  • Nouvelle catégorie : Livres et magazines : une nouvelle catégorie est maintenant disponible pour les livres et magazines, payants ou gratuits. Cette catégorie propose principalement des magazines et livres sur Ubuntu et Linux. Ils sont disponibles au format PDF, sans mesures techniques de protection (MTP aussi connues sous le nom de DRM en anglais pour Digital Rights Management).
  • Recommandations : un nouvel onglet fait son apparition dans l'interface. Il propose des applications qui peuvent intéresser l'utilisateur selon les applications déjà installées.
  • Logithèque en ligne : une version de la logithèque est également accessible par le web. Elle reprend globalement le même style et fonctions que la logithèque présente sur Ubuntu.

Ubuntu One

Ubuntu One – l'offre dans les nuages pour le grand public –, continue son évolution.

Nouveau client en QT

u1

Le client Ubuntu One est maintenant totalement en Qt. Cette nouvelle version est maintenant beaucoup plus stable et rapide que son ancêtre sur GTK. Qt ayant visiblement facilité la possibilité de portage multiplateforme, on retrouve un client identique sur Windows et Ubuntu. Petit bémol, on regrettera le style de l'application, qui n'a pas grand rapport avec le style adopté par les autres applications sur Ubuntu.

Remplacement de CouchDB

Initialement le projet Ubuntu One s'est appuyé sur la base de données CouchDB. Depuis deux ans le service a connu un succès grandissant, mais en parallèle des problèmes sont apparus sur la capacité de CouchDB à répondre aux besoins spécifiques du service, que ce soit du coté serveur ou du côté client.

Les développeurs ont donc décidé de faire évoluer le service et d'abandoner progressivement CouchDB au profit d'une API faite maison : U1DB. Cette dernière va s'occuper en particulier de réaliser la synchronisation des données et offre une API multiplateforme capable d’interagir avec différentes bases de données.

Music web streaming

La version web du client offre maintenant une section « musique » pour permettre de lire la musique stockée sur Ubuntu One depuis un simple navigateur. Il est possible de créer des listes de lecture et de voir les pochettes des différents albums. Cette option n'est disponible que pour la version payante d'Ubuntu One.

Nouvelle application iPhone

Pour compléter l'aspect multiplateforme d'Ubuntu One, les utilisateurs d'iPhone disposent maintenant d'une application pour la gestion de leurs fichiers, tout comme les utilisateurs de téléphones Android. Cette application permet de gérer, télécharger et ouvrir les fichiers présents dans votre nuage. Elle permet également de synchroniser automatiquement les photos prises par votre smartphone avec vos autres machines connectées à Ubuntu One.

Les nouveaux logiciels en bref :

Au niveau des nouveaux paquets on retrouve :

  • Myunity qui permet de configurer Unity dans les moindres détails ;
  • XBMC dans sa dernière version, qui fait son arrivée dans les dépôts.

On retrouve les mises à jours habituelles comme Transmission en version 2.5, Libre Office en version 3.5 ou encore Wine en version 1.4.

Controverse

Doutes sur le projet Compiz ?

Comme vous devez le savoir, depuis le développement de GNOME 3, deux projets principaux sont en confrontation (technologique évidemment) : les compositeurs Compiz et Mutter. En effet par défaut, GNOME 3 utilise le compositeur Mutter. Canonical a fait un tout autre choix qui est Compiz. Elle a embauché en 2010 le développeur de Compiz, Sam Spilsbury, pour améliorer son logiciel pour Unity. Mais sur son blog, le 25 décembre 2011, on peut y lire :

Hi,

Over the past few years, I have promised a new direction for the compiz project. I promised that with the new backing we’d see a revival in development, and increased stability.

I have failed.

I have failed the compiz community.

I have failed the Ubuntu community.

I have failed the previous maintainers.

Despite my best efforts, stability has gotten worse, and I feel as though I can’t even get the simplest things right for the project anymore.

Perhaps things will get better, perhaps things will get worse. I would only hope that the project can attract some of the people it needs in order to keep it alive as it once was, or can solidify on a new direction.

Coup de déprime de fin d'année ou réelle inquiétude du projet Compiz ? Le site OMGUbuntu a répondu rapidement le 28 décembre pour l'encourager :

Everyone is glad of the work you do

Mais aucune réponse de sa part. Puis le 4 Février 2012, le site Phoronix se demande si ce projet est mort du fait que Fedora compte laisser totalement tomber la prise en charge de Compiz et du fait de son message sur son blog. Et finalement le jour même, le dernier message sur le blog de Sam Spilsbury est rassurant :

Thanks for all the support.

Cette épisode a fait couler beaucoup d'encre dans le monde très restreint des beta-testeurs d'Ubuntu. En tout cas, Canonical ne semble pas du tout déterminé à remplacer Compiz par Mutter. Nous en saurons certainement plus sur l'avenir de Compiz et notamment pour son adaptation pour le serveur d'affichage Wayland lors du prochain UDS.

Préparation d'Ubuntu 12.10

Alors qu'Ubuntu 12.04 vient de sortir, les préparatifs pour le développement de la version suivante ont déjà débuté. Mark a, comme c'est maintenant la tradition, annoncé le nom de code de cette version sur son Blog. Il s'agit de Quantal Quetzal ! Cette version devrait être centrée sur la qualité générale, en continuant le travail réalisé sur Ubuntu 12.04 ; et sur une grosse mise à jour du thème, à propos duquel Mark évoque à nouveau un futur thème d’icône, plus coloré à l'image de l'oiseau qui donne son nom à cette version. Quant au Quantum, il est là pour rappeler la folie qui gagne les aspects d'informatique dans les nuages (cloud) et de virtualisation des réseaux.

Alors qu'on avait eu vent de quelques rumeurs d'une possible migration vers systemd, Mark réaffirme son attachement à Upstart.

L'ouverture des discussions a eu lieu le 28 mars en vue de préparer l'UDS. Les propositions seront fermées au 1er mai et l'UDS se déroulera du 7 au 11 Mai. Quelques pistes de réflexions sont déjà ouvertes : la design Team a publié un article sur son Blog accompagné d'une nouvelle spécification en vue d'améliorer et compléter le switch entre applications et fenêtres.

Ubuntu spread

Martin Pitt a également publié un PPA pour tester une première implémentation de systemd dans Ubuntu, même si on ne devrait pas voir arriver ce nouveau système d'init sur cette version. On sait qu'il y a un certain nombre de projets en cours pour faire évoluer le Dash, qui n'ont pas pu encore être intégrés faute de temps. Certains objectifs reportés pourraient aussi se concrétiser pour cette version :

  • Amélioration du temps de démarrage ;
  • Récupération du système en cas de crash (pour éviter les écrans noir/blanc par exemple) ;
  • OneConf pour sauvegarder la configuration de son PC via UbuntuOne ;
  • Boot totalement graphique ;
  • LightDm comme Lockscreen ;
  • Boîtes de dialogue modales ;
  • Intégration du calendrier « Maya » du projet Elementary (avant la fin du monde :p).

Le mot de la fin

Pour finir cet article je me permets de donner quelques impressions personnelles.

Au niveau des points négatifs, on pourra continuer à reprocher à cette version d'Ubuntu quelques lacunes, comme le manque d'intégration de certaines fonctionnalités (par exemple les Overlay-Scrollbar), l'absence de réelle ligne de conduite dans le style graphique des applications, ou encore certains petits manques agaçants, comme l'absence de démarrage totalement graphique. Ces points restent plus de l'ordre du détail, mais nuisent à la cohérence de l'ensemble.

Du coté d'Unity, si on ne peut que se réjouir des gros efforts réalisés pour le rendre plus facile à utiliser et plus stable, il reste encore un gros travail pour en faire un environnement de « première classe ».

Pour le coté positif, je pense sans trop me tromper qu'on pourra marquer d'une pierre blanche cette version au niveau de la qualité (même si ce n'est pas encore parfait). C'est en effet notable tout au long du développement : les nouveaux processus permettent de faire entrer le projet dans un cercle plus vertueux qui devrait continuer d'évoluer positivement pour les prochaines versions.

L'ensemble de la distribution a aussi bénéficié de beaucoup d'attention : on retrouve de meilleures performances, des temps de démarrage d'applications plus raisonnables, une consommation électrique à la baisse, une version d'Unity qui arrive à une certaine maturité et un Compiz plus mature et stable. De quoi faire de cette LTS une bonne version et un bon compagnon à long terme, mais pas encore de quoi en faire une version « pixel perfect ».

  • # systemd vs upstart

    Posté par (page perso) . Évalué à  3 .

    Mark réaffirme son attachement à Upstart

    Reference needed ?

    Merci pour cette bonne dépêche, lucide !

    • [^] # Re: systemd vs upstart

      Posté par . Évalué à  3 .

      Ici : http://www.markshuttleworth.com/archives/1121

      Pour l'instant les devs se tiennent à Upstart. Je pense que ce sera au moins le cas jusqu'a la prochaine LTS.

      • [^] # Re: systemd vs upstart

        Posté par (page perso) . Évalué à  4 .

        Et la réponse de Lennart.

        « Anyway, summary is: I wish them good luck, they are now going their own way, stuck in a legacy stack with little new engineering, becoming an island of their own. »

        « Un animal d'une atterrante stupidité : il est persuadé que si vous ne le voyez pas, il ne vous voit pas non plus » (H2G2)

        • [^] # Re: systemd vs upstart

          Posté par . Évalué à  6 .

          Pour être Honnête il faudrait aussi citer les 70 messages en réponse et les discussions sur la mailling list. Mais bon on rentre rapidement dans du Troll ou des discussions qui n'aboutissent à pas grand chose.

          Ubuntu developpe Upstart depuis 2006, il est utilisé par Chrome Os et Red-Hat. Et son implémentation complète dans Ubuntu date de quelques versions. Le projet est encore actif.

          Bref au final ca répond aux besoins et ils ne vont pas migrer pour faire plaisir à Lennart, mais par rapport à ce qui leur convient le mieux vis à vis de leurs objectifs pour la distribution.

          • [^] # Re: systemd vs upstart

            Posté par . Évalué à  10 .

            Ubuntu developpe Upstart depuis 2006, il est utilisé par Chrome Os et Red-Hat.

            Plus pour très longtemps. Redhat a annoncé qu'il passait à systemd, comme on pouvait s'y attendre. Pour Chrome OS, seul Google sait ce qu'il en adviendra.

            Indépendamment des qualités techniques des deux projets, et des qualités humaines des intervenants, l'orientation générale est très clairement défavorable à upstart. Il suffit de regarder les choix des principales distributions pour voir qu'Ubuntu sera bien seul. Le constat de Lennart Pottering me semble donc juste (indépendamment de la forme).

            • Debian avait envisagé d'adopter upstart en 2009, mais aujourd'hui le paquet n'est plus maintenu (même en unstable, on a la v0.6.6 d'il y a un an). Le paquet de la dernière version de Systemd est par contre bien présent.
            • Fedora a abandonné Upstart pour systemd.
            • OpenSUSE a essayé Upstart avant de passer à systemd.
            • ArchLinux ne propose pas Upstart, mais systemd.
            • Idem pour Gentoo.
            • RedHat (et donc CentOS) a annoncé sa migration vers systemd.
            • Mageia (Mandriva) a opté pour systemd.
            • [^] # Re: systemd vs upstart

              Posté par (page perso) . Évalué à  -2 .

              ArchLinux ne propose pas Upstart, mais systemd.

              Moi, la question que je me pose, il y'a des fous pour installer ArchLinux et passer à systemd ? WTF ?

              • [^] # Re: systemd vs upstart

                Posté par (page perso) . Évalué à  5 . Dernière modification : le 26/04/12 à 22:45

                je suis sous Archlinux et je me suis déjà fait refilé Gnome3, alors c'est pas systemd qui va aggraver les choses :-)
                (je sais, j'aurai du attendre 76 minutes pour poster ce commentaire…)

                Envoyé depuis mon Archlinux

              • [^] # Re: systemd vs upstart

                Posté par (page perso) . Évalué à  3 .

                Oui et ça me permet de booter avec une rapidité démentielle.

                • [^] # Re: systemd vs upstart

                  Posté par . Évalué à  3 .

                  Déjà qu'une Archlinux de base démarre assez vite, ça doit dépoter :-)

                  Article Quarante-Deux : Toute personne dépassant un kilomètre de haut doit quitter le Tribunal. -- Le Roi de Cœur

                • [^] # Re: systemd vs upstart

                  Posté par (page perso) . Évalué à  6 .

                  Je n'en doute pas, mais tu passes quand même d'un init KISS à un init WTF ;)

                  C'est juste ce que je voulais dire…

                  • [^] # Re: systemd vs upstart

                    Posté par . Évalué à  -1 .

                    Donc tu passes d'un init qui démarre des services à un init qui démarre des services, mais c'est un mauvais init, c'est ça ?

                    Article Quarante-Deux : Toute personne dépassant un kilomètre de haut doit quitter le Tribunal. -- Le Roi de Cœur

                    • [^] # Re: systemd vs upstart

                      Posté par (page perso) . Évalué à  0 .

                      T'as déjà utilisé ArchLinux ?

                      Moi, un bon init, c'est un init qui ne démarre que ce que je lui demande de démarrer et ou je sais que ca ne changera pas dans le temps quoi que je puisse installer… Soit, l'init d'ArchLinux…

                      • [^] # Re: systemd vs upstart

                        Posté par . Évalué à  2 .

                        Ben il semble que systemd fait pareil, tu peux ne configurer que certains services.

                        Article Quarante-Deux : Toute personne dépassant un kilomètre de haut doit quitter le Tribunal. -- Le Roi de Cœur

                        • [^] # Re: systemd vs upstart

                          Posté par (page perso) . Évalué à  0 .

                          systemd est plus puissant dans sa gestion des services.
                          Il gère les services en target et non plus en runlevel. De plus il gère des dépendances entre service alors que sur systemV et upstart c'est le chiffre qui définit qui démarre en premier. Avec systemD tu as également la parallélisation du démarrage et de l'extinction des services suivant cette dépendances.

                          Par exemple admettons que tu as l'arbre de dépendances suivant:

                          syslog -> network -> apache
                          -> mysql -------V
                          -> openLDAP -> Freeradius

                          En bien systemD va démarrer syslog, car ne dépendant de rien, puis le démon réseau, ensuite les 3 services apache mysql et OpenLDAP en parallèle. Freeradius démarrera quand ton MySQL et ton LDAP seront UP

                          Ca c'est pour le démarrage, mais sinon en terme de gestion systemD se rapproche beaucoup des cgroups et c'est très puissant. En revanche pas pour le commun des mortels, mais dans un environnement de production fort sollicité oui.

                          CNRS & UNIX-Experience

                        • [^] # Re: systemd vs upstart

                          Posté par (page perso) . Évalué à  2 .

                          Il y a même du travail en cours pour pouvoir définir si un service est lancé ou pas au niveau d'une config unifié ( genre, si tu préfere le "toujours on" par défaut, tu peux, si tu veux le contraire, tu peux aussi )

                          cf : https://fedoraproject.org/wiki/Features/PackagePresets

                      • [^] # Re: systemd vs upstart

                        Posté par (page perso) . Évalué à  5 .

                        Je ne veux pas m'avancer mais je crois que c'est le cas de n'importe quel init, en tout cas, de tous ceux sur lesquels je me suis penché (après, on peut discuté sur la gestion des dépendances des services, mais ça en laisse quand même quelques uns). Par contre, pas mal de distributions activent le démarrage automatique des services lorsque le paquet correspondant est installé.

                        « Moi, lorsque je n’ai rien à dire, je veux qu’on le sache. » Raymond Devos

                        • [^] # Re: systemd vs upstart

                          Posté par (page perso) . Évalué à  1 . Dernière modification : le 27/04/12 à 12:23

                          Par contre, pas mal de distributions activent le démarrage automatique des services lorsque le paquet correspondant est installé.

                          C'est le cas sous Debian (Ubuntu) mais, je crois qu'il y a moyen d'aller trifouillier ça pour ne pas les activer. Sous rhel, fedora, à l'installation d'un paquet, le service n'est pas démarré par défaut.

                        • [^] # Re: systemd vs upstart

                          Posté par (page perso) . Évalué à  2 .

                          C'est un grand débat. y a des gens ( dont moi ) qui pensent que si tu fait l'acte d'installer un truc faut te faciliter la vie et le lancer au reboot. Y a des gens qui pensent que c'est pas à la distro de faire ce choix, et qu'il y a des gens qui vont installer des outils par défaut et que ça va ouvrir des failles monstrueuses de securité, ou consommer trop de ram. J'ai sans doute louper un argument, mais pour moi, une distro doit me faciliter la vie plutot que de me forcr à apprendre des automatismes "j'installe tel truc alors je doit pas oublier de le lancer au boot".

                          • [^] # Re: systemd vs upstart

                            Posté par (page perso) . Évalué à  5 .

                            Mon message n'est absolument une critique du comportement, j'essayais juste d'expliquer que le démarrage automatique des service est lié à fonctionnement de la distro mais pas au fonctionnement du système d'init.

                            Personnellement, je pense comme toi.

                            « Moi, lorsque je n’ai rien à dire, je veux qu’on le sache. » Raymond Devos

                            • [^] # Re: systemd vs upstart

                              Posté par . Évalué à  1 .

                              bref. le démarrage automatique ne doit pas être automatique… comme les antibiotiques….
                              ok je …….[]

                              "Gentoo" is an ancient african word, meaning "Read the F*ckin' Manual". "Gentoo" also means "I am what I am because you all are freaky n3rdz"

                          • [^] # Re: systemd vs upstart

                            Posté par (page perso) . Évalué à  3 .

                            Le coté pratique de la chose, il est qu'on peut vouloir tester des logiciels pendant un certain temps. On les demarre uniquement quand on en a besoin, par exemple un serveur apache, on va le booter uniquement quand on developpe. Puis si on passe le truc en "prod" sachant que ca reste du home-made, ben on l'ajoute dans la liste des services a lancer. Au final, c'est pas parce qu'on installe un paquet qu'on va forcement l'adopter et l'utiliser au quotidien.

                            Apres, pour moi, l'essentiel est plus sur la facilité pour ajouter/retirer un service au demarrage. Arch la dessus est vraiment bien fait puisqu'on ne peut faire plus simple. C'est a comparer a Debian où moi, perso, j'ai jamais reussi a trouver comment faire pour proprement enlever/remettre un service au boot.

            • [^] # Re: systemd vs upstart

              Posté par . Évalué à  1 .

              Au niveau adoption de ce que j'ai pu retirer des différents débats, c'est qu'en effet SystemD va être adopté petit à petit par tout le monde.

              Pour Chrome OS visiblement il reste sur Upstart car il manquerait certaines choses à SystemD. Mais la aussi c'est plus une question de temps et de priorités.

              Du coté Ubuntu ils ont ouvert un PPA de test, et il y a dès chances que le paquet soit disponible directement dans les dépots officiels à partir de la 12.10. De toute façon il y aura des discussions régulières à chaque UDS.

              Après c'est pas un changement anodin et il faudra surement un peu de temps que l'idée murisse.

              • [^] # Re: systemd vs upstart

                Posté par . Évalué à  9 .

                Yes, it is written systemd, not system D or System D, or even SystemD. And it isn't system d either. Why? Because it's a system daemon, and under Unix/Linux those are in lower case, and get suffixed with a lower case d. And since systemd manages the system, it's called systemd. It's that simple.

                http://www.freedesktop.org/wiki/Software/systemd#line-17

              • [^] # Re: systemd vs upstart

                Posté par (page perso) . Évalué à  4 .

                En fait, Mark parle d'un choix technique de la communauté, mais je trouve dommage de pas avoir les liens vers les discussions dans le post de blog. Quelqu'un a déja fait la recherche par hasard et peut donner les urls ?

            • [^] # Re: systemd vs upstart

              Posté par (page perso) . Évalué à  4 .

              Alors, j'ai demandé directement sur irc à un mec qui bosse sur ChromeOS, et la réponse est que pour l'instant, ils ne comptent pas changer, et que upstart tel qu'il est réponds aux besoins. Sachant qu'en plus, l'auteur d'Upstart bosse chez Google, tant que ChromeOS existe, ça ne devrait pas changer ( la subtilité étant dans le "tant que" ).

    • [^] # Re: systemd vs upstart

      Posté par (page perso) . Évalué à  4 .

      Il y a eu une discussion sur lwn : http://lwn.net/Articles/494082/
      Dans les commentaires, il y a une extension d'une discussion debian, du réchauffé sur le sujet, etc.

      ( ce qui est assez drole, c'est de voir qu'une paire de gens rale parce que systemd n'est pas portable hors linux, mais que personne n'a protesté aussi fort pour upstart à l'époque : http://www.mail-archive.com/debian-bsd@lists.debian.org/msg04855.html ).

      Comme quoi, les gens s'attachent autant à la forme du message qu'au fond ( car la, le fond est le même, sauf que Scott n'a pas la même aura que Lennart en matiére de capacité à enflammer le monde )

  • # rêve d'une gubuntu

    Posté par (page perso) . Évalué à  9 . Dernière modification : le 26/04/12 à 15:35

    Moi je rêve d'une version ubuntu qui installe gdm, gnome3 à la place de lightdm et unity, et qui n'installe pas liboverlay-scrollbar.

    Tout ça pour retrouver la formule gagnante qui a fait le succès d'ubuntu : une intégration (fignolée, jolie, agréable) d'un bureau communautaire comme gnome et transversal à d'autres distributions (donc utilisé, testé, débuggé, pérenne, standard), avec le fonctionnement d'une debian (stable, puissant, efficace, rodé).

    Le tout sur un CD d'installation que je puisse conseiller au tout venant, les yeux fermés, comme je faisais avant. Depuis Unity je n'ai refilé aucun CD parce que je ne sais pas répondre aux questions : je n'utilise pas unity.

    Je me vois mal leur refiler un CD Ubuntu et leur dire "alors après ça tu fais apt-get install -y gdm gnome; apt-get -y remove --purge liboverlay-scrollbar3 overlay-scrollbar lightdm, tu auras comme moi et je pourrais t'aider".

    Évidement, il ne faut pas que ça passe par un ppa comm Ubuntu Gnome Remix (qui en plus réinvente le graphisme en plus moche qu'Ubuntu), non, un vrai projet gubuntu comme il existe kubuntu, xubuntu et lubuntu !

    ce commentaire est sous licence cc by 4 et précédentes

    • [^] # Re: rêve d'une gubuntu

      Posté par (page perso) . Évalué à  4 .

      Que reproches tu à LightDM ?

      • [^] # Re: rêve d'une gubuntu

        Posté par (page perso) . Évalué à  3 . Dernière modification : le 26/04/12 à 18:29

        Voilà ce que pense Matthew Garrett de LightDM, et c'est loin d'être tendre, mais c'est assez logique.

        Suivi par la réponse d'un mainteneur de GDM à la demande d'inclusion de LightDM dans GNOME.

        En gros: LightDM est léger et fait 6 fois moins de lignes de code que GDM parce qu'il fait beaucoup moins de choses. Une fois qu'il aura autant de fonctionnalités, il sera aussi lourd que GDM, donc sons intérêt est minime. Il cherche à être découplé du desktop qu'il lance, mais sacrifie des fonctionnalités pour cela, fonctionnalités que Matthew Garrett trouve importantes:

        But if your argument is that your software is better because it's doing less, you should be able to ensure that you can demonstrate that the differences aren't important. And the differences here are important. For example, one of the reasons gdm starts a local gnome session is that it wants gnome-power-manager to be there to handle power policy. Closing the lid of my laptop should suspend the system regardless of whether it's logged in or not. LightDM takes a different approach. Because there's no session, it has to take care of this kind of thing itself. So the backend daemon code speaks to upower directly, and the greeters ask the daemon to implement their policy decisions.

        This is pretty obviously miserable. Now you've got two sets of policy - one at the login screen, and one in your session. How do I ensure they're consistent? The only sane solution is to ignore the functionality the backend provides and have my greeter run gnome-power-manager. And now how about accessibility preferences? Again, if I want to have the same selection of policy, I need to run the same code. So you end up with a greeter that's about as complex and large as the gdm one, and unused functionality in the backend. Lighter weight through code duplication. We have always been at war with Eurasia.

        Ça me rappelle Linus disant dans sa conf sur Git que le slogan de Subversion est "CVS done right", et que cela montrait que dès le départ les gars ne cherchaient pas à résoudre le bon problème…

        • [^] # Re: rêve d'une gubuntu

          Posté par (page perso) . Évalué à  7 .

          Il y a eu une conférence aussi lors du CCC sur le theme "linux est bloated" ou le mec a commencé par des trucs du genre "on a pas besoin du bluetooth dans gdm", jusqu'à ce que Lennart ( qui était présent ) lui explique qu'en fait, si tu veux pouvoir utiliser un clavier bluetooth pour te logguer, c'est mieux d'avoir le support du bluetooth dans gdm, si tu veux le support de l'accessibilité, c'est mieux de l'avoir au niveau de gdm, etc.

          Et je peux comprendre que ça paraisse bloated pour quelqu'un qui s'en sert pas, que ça soit source de probléme potentiels, qu'il faut maintenir ça, etc. Mais le support de l'accessibilité, c'est j'imagine requis pour gagner certains contrats publiques aux USAs ( mais je demanderais un fact checking externe à ce sujet, même si je crois me souvenir que c'était la raison de l'implication de Sun à ce niveau ). Le support du bluetooth, que ça soit une souris ou un clavier, c'est contre productif de l'avoir qu'aprés le login.

          Ensuite, est ce qu'on veut pouvoir avoir gnome pour répondre à ce genre d'appel d'offre, sans doute. Est ce qu'il y a moyen de faire ça de façon plus fine, peut être.

          • [^] # Re: rêve d'une gubuntu

            Posté par (page perso) . Évalué à  4 .

            Moi, je trouve qu'il manque des fonctionnalités à GDM. Ça fait un petit temps que je n'ai pas regardé mais dans le 2.30 (iirc), on ne peut pas avoir de login sans mot de passe, je trouve ça dommage parce que les utilisateurs trouvent souvent chiant de taper un mot de passe pour se logguer (et dans une maison, il n'y aucun risque, si quelqu'un veut voler les données, il pique le disque dur, ce n'est le mot de passe du login qui va le déranger).

            « Moi, lorsque je n’ai rien à dire, je veux qu’on le sache. » Raymond Devos

            • [^] # Re: rêve d'une gubuntu

              Posté par (page perso) . Évalué à  2 .

              Ça marche pour xguest ( mais en 3.4 ), donc il y a peut être un truc magique à faire ?

              Tu as quoi dans la config pam ?

              Ici, sur une Fedora, j'ai ça :

              auth sufficient pam_unix.so nullok try_first_pass

              Et je pense que "nullok" est important.

              • [^] # Re: rêve d'une gubuntu

                Posté par (page perso) . Évalué à  4 .

                Ah mais je ne veux pas que les utilisateurs n'aient pas de password, notamment pour qu'ils doivent taper un mot de passe quand ils installent un truc.

                « Moi, lorsque je n’ai rien à dire, je veux qu’on le sache. » Raymond Devos

                • [^] # Re: rêve d'une gubuntu

                  Posté par (page perso) . Évalué à  3 .

                  Ben tu modifie la config pam de gdm uniquement pour accepter tout mot de passe, et tu laisses le reste normal ?

                • [^] # Connexion à GDM sans taper de mot de passe.

                  Posté par . Évalué à  3 .

                  http://doc.ubuntu-fr.org/gdm#identification_sans_mot_de_passe
                   

                  Chez moi (GDM 3.4 sous Archlinux), c'est dans le fichier /etc/pam.d/gdm-password que j'ai dû ajouter la ligne en question. Ça donne ceci :

                   

                  #%PAM-1.0
                  auth sufficient pam_listfile.so item=user sense=allow file=/etc/gdm/nopassusers.txt onerr=fail
                  auth            requisite       pam_nologin.so
                  auth            required        pam_env.so
                  
                  auth            requisite       pam_unix.so nullok
                  auth            optional        pam_gnome_keyring.so
                  […]
                  
                  

                  Le fichier /etc/gdm/nopassusers.txt contient ceci :

                  christine
                  paul
                  
                  

                  La connexion à GDM se fait sans mot de passe, les utilisateurs ont juste à cliquer sur l'icône qui les représente. 😊

            • [^] # Re: rêve d'une gubuntu

              Posté par (page perso) . Évalué à  2 .

              Moi ce que je n'ai pas trouvé dans GDM3 c'est le sélecteur XDMCP. Mais j'ai peut-être mal cherché, parce que GDM3 fait bien serveur XDMCP, et j'ai trouvé un binaire /usr/lib/gdm/gdm-host-chooser qui offre un choix de serveurs XDMCP, mais je n'ai pas trouvé comment obtenir ce sélecteur depuis GDM !

              (mais c'est pas ça qui m'empêchera de conseiller un Ubuntu, ceux à qui je conseille n'ont rien à faire de cela !)

              ce commentaire est sous licence cc by 4 et précédentes

            • [^] # Re: rêve d'une gubuntu

              Posté par . Évalué à  1 .

              Ca marche mais le choix de la session n'est pas possible.

          • [^] # Re: rêve d'une gubuntu

            Posté par . Évalué à  4 .

            Mais le support de l'accessibilité, c'est j'imagine requis pour gagner certains contrats publiques aux USAs ( mais je demanderais un fact checking externe à ce sujet, même si je crois me souvenir que c'était la raison de l'implication de Sun à ce niveau ).

            Oui certains marchés imposent le fait d'être accessible. Quand tu es sur ce créneau tu peux pas livrer si tout n'est pas internationalisé (support rtl et bidi inclus) et accessible.

          • [^] # Re: rêve d'une gubuntu

            Posté par . Évalué à  5 .

            Il y a eu une conférence aussi lors du CCC sur le theme "linux est bloated" ou le mec a commencé par des trucs du genre "on a pas besoin du bluetooth dans gdm", jusqu'à ce que Lennart ( qui était présent ) lui explique qu'en fait, si tu veux pouvoir utiliser un clavier bluetooth pour te logguer, c'est mieux d'avoir le support du bluetooth dans gdm, si tu veux le support de l'accessibilité, c'est mieux de l'avoir au niveau de gdm, etc.

            ça me parait foireux comme raison. Il se passe des trucs avant GDM de toute manière. Comment l'utilisateur peut-il changer une option du bios, faire une sélection dans grub ou taper la passphrase de son outil d'encryption ?

            La vérité c'est que bluetooth n'est quasiment pas utilisé, je ne comprends d'ailleurs pas ce qu'il fout encore dans nos pc. Quand je vois des claviers/souris sans-fil sur le marché, ils utilisent tous un émetteur sur port usb. Alors peut-être que le protocole qui tourne derrière est bien du bluetooth mais ce n'est de loin pas l'os qui le gère.

            Idem pour le support de l'accessibilité, si le clavier braille ne marche pas avant GDM, on est déjà mal barré et j'imagine que la plupart des claviers de ce type fonctionnent

            L'excuse de Lennart est donc au mieux très mauvaise.

            • [^] # Re: rêve d'une gubuntu

              Posté par (page perso) . Évalué à  4 .

              Euh, sur mon portable, je suis bien content d'avoir une souris bluetooth plutôt que d'occuper un des rare ports USB.

            • [^] # Re: rêve d'une gubuntu

              Posté par . Évalué à  3 .

              La vérité c'est que bluetooth n'est quasiment pas utilisé

              Source ?

              Et quand bien même ça serait vrai, ça n'en fait pas un argument. Par rapport à Windows et MacOSX, Linux n'est quasiment pas utilisé. Faudrait-il pour ça l'ignorer ?

              Article Quarante-Deux : Toute personne dépassant un kilomètre de haut doit quitter le Tribunal. -- Le Roi de Cœur

        • [^] # Re: rêve d'une gubuntu

          Posté par . Évalué à  -1 .

          Closing the lid of my laptop should suspend the system regardless of whether it's logged in or not

          La vache de fonctionnalité qui justifie de multiplier le nombre de lignes de code par 6.

          Et après on s’étonne que les logiciels modernes marchent plus sur des PC @ 256 Mo de RAM…

          • [^] # Re: rêve d'une gubuntu

            Posté par (page perso) . Évalué à  6 .

            Si tu considères que c'est une feature de flinguer ton PC portable parce que tu l'as fermé en étant sur l'écran de login avant de le mettre dans ton sac à dos où l'aération ne peut pas se faire, c'est ton choix.

            La vache de fonctionnalité qui justifie de multiplier le nombre de lignes de code par 6.

            Hommede_paille(rhétorique)

            • [^] # Re: rêve d'une gubuntu

              Posté par . Évalué à  -1 .

              Si tu considères que c'est une feature de flinguer ton PC portable parce que tu l'as fermé en étant sur l'écran de login avant de le mettre dans ton sac à dos où l'aération ne peut pas se faire, c'est ton choix.

              1. Je considère que c’est mon rôle de faire gaffe à mes affaires, oui
              2. TOUS les portables que j’ai eu sous la main s’éteignent automatiquement et brutalement en cas de surchauffe (et ça doit être très très bas niveau parce que ça me le fait sur tous les OS, y compris une LFS)

              Bientôt sur vos écran, un daemon qui utilise la webcam pour voir si vous avez une tasse de café, et qui éteint votre PC instantanément s’il détecte qu’elle tombe sur le clavier. Ça utilise juste 60% du CPU en continu, mais pas grave hein, il suffit de racheter un PC tout neuf pour que ça se ressente pas à l’utilisation…

              Hommede_paille(rhétorique)

              Ha bon, c’est moi qui ait inventé « on a besoin de lancer la moitié de gnome pour pouvoir gérer la fermeture du portable sur l’écran de login, et c’est ce genre de features qui fait qu’on a besoin de 6x plus de lignes de code » ?

              • [^] # Re: rêve d'une gubuntu

                Posté par (page perso) . Évalué à  1 .

                J'ai deja transporté mon portable dans le sac. Il a fini par s'eteindre, en effet. Entre temps, j'ai vu des problémes bizzares sur le bus usb ( genre, lsusb qui bloque au niveau du kernel ). Quand le portable est tombé en rade plusieurs années aprés et que j'ai changé la carte mére, le souci n'était plus la.

                Je crois pas que faire tourner un portable à fond et le faire surchauffé soit bon sur le long terme. Par exemple, l'usure du ventilo…

                Et je pense que la majorité des gens preferent avoir 6 fois plus e ligne de code qu'ils ne voient pas plutot que d'avoir un pc surchauffé qu'ils voient.

              • [^] # Re: rêve d'une gubuntu

                Posté par (page perso) . Évalué à  3 .

                TOUS les portables que j’ai eu sous la main s’éteignent automatiquement et brutalement en cas de surchauffe (et ça doit être très très bas niveau parce que ça me le fait sur tous les OS, y compris une LFS)

                C'est un exemple réel, posté sur planet GNOME il y a un an, lors de la controverse sur la disparition dans GNOME 3.0 de l'option permettant de choisir le comportement quand l'ordinateur est fermé. Cette option est d'ailleurs revenue dans GNOME 3.2. Je n'arrive malheureusement pas à retrouver le post de blog correspondant.

                c’est moi qui ait inventé « on a besoin de lancer la moitié de gnome pour pouvoir gérer la fermeture du portable sur l’écran de login, et c’est ce genre de features qui fait qu’on a besoin de 6x plus de lignes de code » ?

                Non, mais c'est toi qui as inventé que c'était cette fonctionnalité qui multiplie le nombre de lignes par 6. Entre « la vache de fonctionnalité » et « ce genre de fonctionnalités », le pluriel est important.

          • [^] # Re: rêve d'une gubuntu

            Posté par . Évalué à  10 .

            C'est surtout complètement débile comme manière de penser. Si je veut fermer mon écran pour mettre en veille mon portable, alors fermer l'écran devrai mettre mon système en veille, peut importe que je sois loggué, pas loggué, que j'ai un serveur X qui tourne ou pas, ou que j'utilise Gnome, KDE, ou ObscureWM. C'est à ça que sert acpid, et c'est pas à un gestionnaire de fenêtre de gérer ça. Ça ferait quoi si je tourne un KDE et un Gnome en même temps ? les deux se marcheraient dessus en même temps ?

      • [^] # Re: rêve d'une gubuntu

        Posté par (page perso) . Évalué à  1 .

        Pas grand chose, sinon de ne pas rentrer dans ma vision : une debian, un linux, un gnome, et du ciment entre, avec le fignolage ubuntu qu'on ne trouve pas dans Debian.

        Ce n'est pas LightDM qui me gène le plus. Ce we j'ai mis à jour une vieille Ubuntu chez mes parents, j'ai monté trois à quatre versions et au début de la manip il y avait Gnome 2 et GDM, désormais il y avait Unity et Lightdm. J'ai installé Gnome3, j'ai mit la version-façon-gnome2 au login (pour reporter à plus tard le changement d'habitudes), et je n'ai pas touché à LightDM.

        En soi LightDM ne me pose pas problème dans le cadre "je file un cd d'install". En fait GDM3 me pose aussi des problèmes, mais dans ce cadre non-plus ce n'est pas gênant, simplement s'il existait une distrib gubuntu, ce serait juste plus cohérent de mettre gdm.

        ce commentaire est sous licence cc by 4 et précédentes

    • [^] # Re: rêve d'une gubuntu

      Posté par (page perso) . Évalué à  3 .

      • [^] # Re: rêve d'une gubuntu

        Posté par (page perso) . Évalué à  1 .

        Je suis passé de la 11.10 32bits à la 12.04 64bits sur mon netbook et je ressens un joli gain de performance.
        Plus de réactivité et de fluidité. Ya quand même encore du lag dans l'interface :(

        Très bonne surprise, l'interface Gnome Classic. On se croirait de nouveau avec gnome 2 et ses applets. Si Fedora ne propose pas la même chose dans sa prochaine distrib, je serais contraint de migrer de Fedora 14 à Ubuntu 12.04 sur mon portable pro… Et sur les pc de mon entourage… A bon entendeur…

    • [^] # Re: rêve d'une gubuntu

      Posté par (page perso) . Évalué à  2 .

      Yapluka
      kubuntu et xubuntu sont des distribution communautaire, donc en effet maintenant que ubuntu != gnome une gubuntu devrait voir le jour

    • [^] # Re: rêve d'une gubuntu

      Posté par . Évalué à  10 .

      Tout ça pour retrouver la formule gagnante qui a fait le succès d'ubuntu : une intégration (fignolée, jolie, agréable) d'un bureau communautaire comme gnome et transversal à d'autres distributions (donc utilisé, testé, débuggé, pérenne, standard), avec le fonctionnement d'une debian (stable, puissant, efficace, rodé).

      Ce que tu décris, en gros c'est Debian.

      Article Quarante-Deux : Toute personne dépassant un kilomètre de haut doit quitter le Tribunal. -- Le Roi de Cœur

      • [^] # Re: rêve d'une gubuntu

        Posté par (page perso) . Évalué à  4 .

        Je pense qu'il y a une partie des Ubuntistes qui finissent à un moment par aller vers Debian. J'ai jamais demandé pourquoi, mais j'ai constaté assez pour que ça me paraisse bizarre. Peut être que finalement, les gens se disent qu'Ubuntu est surtout pour les débutants, et que pour progresser, il faut essayer autre chose ( comme ce fut dit pour Mandrake en son temps ). Peut être qu'Unity a fait partir vraiment beaucoup de monde ( alors que bon, dans les screenshots, ça n'a pas l'air si mal et personne n'a jamais réussi à me dire trop ce qu va pas, à part que ça va pas ).

        Peut être qu'il y a pas vraiment de tendance de fond aussi, et que je me plante complétement.

        • [^] # Re: rêve d'une gubuntu

          Posté par (page perso) . Évalué à  2 .

          Que les ubunteros finissent par s'éloigner, c'est quelque chose de courant. Je l'ai constaté dans mon école, l'avis général qu'Ubuntu c'est pour les débutants et le premier "bug" (ou inconfort critique d'utilisation) pousse à essayer autre chose. Je remarque qu'Archlinux est de plus en plus choisi chez les étudiants, ça a ce côté de "tout from scratch", "tu gères tout comme un maître", "tous les logiciels sont là, même ceux qui ne sont pas là", qui plaisent au power user Linux (de mon avis personnel, j'ai arrêté Debian au bout de 3 semaines, Archlinux a duré des mois). Quel que soit le chemin pris, ça n'empêche pas de retourner à la case départ car finalement c'était pas si mal.

          Commentaire sous licence LPRAB - http://sam.zoy.org/lprab/

        • [^] # Re: rêve d'une gubuntu

          Posté par (page perso) . Évalué à  5 .

          Personnellement, j'ai commencé à utiliser Ubuntu parce que j'étais un utilisateur de Debian ET de Gnome (et aussi un gros fainéant). Disposer de mon environnement favori dès l'installation était donc un plus. Ce qui m'a fait basculer, c'est un énième bug sous Debian sid empêchant mon imprimante de fonctionner. Là aussi, la différence avec Debian, qui ne sortait que lorsque c'était prêt, c'est qu'Ubuntu propose un modèle complètement différent avec deux sorties fixes par an. Il était donc enfin possible d'avoir une distribution stable avec des mises à jour régulière et pas dans deux ans. Et sans parler de la LTS qui permet d'avoir un poste de travail soutenu sur trois ans.

          Arrêter le choix d'Ubuntu simplement sur l'intégration de tel ou tel logiciel est donc déplacé. Le fonctionnement des deux distributions est complètement différent.

          Ensuite, prétexter qu'Ubuntu est réservée aux débutants pour passer à Debian est une escroquerie intellectuelle mais c'est sans doute plus facile à dire pour moi qui utilisait déjà Debian avant. Rien n'empêche encore de choisir Gnome3 à la place de Unity. Et puis si on compare ces deux derniers, la différence n'est pas aussi notable qu'avec Gnome2. Cela respire donc davantage le changement pour se sentir un peu plus barbu qu'avant…

      • [^] # Re: rêve d'une gubuntu

        Posté par (page perso) . Évalué à  4 .

        Ce que tu décris, en gros c'est Debian.

        Tu as presque raison, d'ailleurs j'utilise beaucoup de Debian, aussi.

        Obtenir ce que j'ai décrit avec Ubuntu, je sais faire. Par contre, le faire obtenir par d'autres est plus compliqué.

        Si le résultat est le même avec une Debian ou un Ubuntu, le moyen d'y parvenir n'est pas du tout le même : je cherche un moyen simple de fournir à des gens une Ubuntu avec Gnome.

        Avant, il suffisait de filer le lien de téléchargement de l'iso, simplement !
        La personne gravait, rebootait, suivant, suivant, c'était fait.
        Maintenant, il faut les accompagner pour faire une manip pour installer Gnome, et retirer quelques trucs, on est donc sorti dans ce qui faisait la force d'Ubuntu.

        Installer Debian, c'est un set de 53 CD ou 8 DVD, ou bien une net-install, ou bien une net-install-businesscard, ça marche très bien, ok, j'aime beaucoup pour mon usage professionnel, mais c'est pas aussi simple et fini que le CD d'installation d'Ubuntu pour le grand public. Encore une fois, le problème n'est pas le résultat final (qui me satisfait pleinement avec Ubuntu), mais le moyen d'y parvenir qui m'a satisfait et qui ne me satisfait plus.

        Un LiveCD Ubuntu c'est excellement fait, n'importe quelle personne sait s'en servir. La première fois que mon frère a installé une Ubuntu lui-même, c'est un collègue qui lui a filé un CD.

        Je n'ai rien eu à faire, il ne m'a même pas appelé "au cas où", non, confiant, il a mit le CD dans le lecteur, il a rebooté, il a fait suivant-suivant, et le LiveCD a écrasé (ou mis à jour, je ne sais pas) sa vieille Ubuntu sénile par une plus à jour. Il avait a dernière Ubuntu, le windows en double boot n'avait pas été cramé, et il avait conservé ses fichiers personnels. Ça c'est la différence entre Ubuntu et Debian.

        C'est de ça dont je rêve, la même simplicité, la même efficacité d'installation, mais avec un bureau Gnome à la fin. Pouvoir simplement filer un lien vers l'iso, et savoir que la personne aura une Ubuntu avec Gnome, et pas Unity.

        ce commentaire est sous licence cc by 4 et précédentes

        • [^] # Re: rêve d'une gubuntu

          Posté par . Évalué à  2 .

          Installer Debian, c'est un set de 53 CD ou 8 DVD, ou bien une net-install, ou bien une net-install-businesscard, ça marche très bien, ok, j'aime beaucoup pour mon usage professionnel, mais c'est pas aussi simple et fini que le CD d'installation d'Ubuntu pour le grand public. Encore une fois, le problème n'est pas le résultat final (qui me satisfait pleinement avec Ubuntu), mais le moyen d'y parvenir qui m'a satisfait et qui ne me satisfait plus.

          http://cdimage.debian.org/cdimage/release/current-live/amd64/iso-hybrid/debian-live-6.0.4-amd64-gnome-desktop.iso

          Une image ISO live et installeur avec GNOME, compatible DVD et clef USB.

          Que veux-tu de plus ?

          Article Quarante-Deux : Toute personne dépassant un kilomètre de haut doit quitter le Tribunal. -- Le Roi de Cœur

          • [^] # Re: rêve d'une gubuntu

            Posté par (page perso) . Évalué à  1 . Dernière modification : le 26/04/12 à 21:54

            Le cycle de stabilité de six-mois : je sais qu'elle est stable, et qu'elle a moins de 6 mois au moment où je l'installe (même si je l'utilise plus de six mois)

            ce commentaire est sous licence cc by 4 et précédentes

            • [^] # Re: rêve d'une gubuntu

              Posté par . Évalué à  2 . Dernière modification : le 27/04/12 à 09:39

              Pas faux.

              Reste que je trouve que testing est un bon choix face à Ubuntu :

              • la fiabilité est équivalente : pas plus de problème qu'avec Ubuntu (sauf si j'expérimente, mais là c'est moi qui le cherche) ;
              • pas d'écart de version significatif ;
              • avec unstable et experimental, on peut tester des versions plus récentes (sachant que Debian permet de revenir très facilement à une testing propre)

              Après, mais c'est un avis perso, les mises à jour au fil du temps me paraissent plus efficaces plutôt qu'une grosse mise à jour tous les six mois : je préfère rencontrer et régler les éventuels problèmes un à la fois que tous en même temps.

              Article Quarante-Deux : Toute personne dépassant un kilomètre de haut doit quitter le Tribunal. -- Le Roi de Cœur

              • [^] # Re: rêve d'une gubuntu

                Posté par (page perso) . Évalué à  3 .

                je préfère rencontrer et régler les éventuels problèmes un à la fois que tous en même temps.

                Je suis aussi de cet avis mais uniquement sur ma machine principale parce que je ne veux pas devoir me déplacer chez quelqu'un parce que ça ne marche plus suite à une mise à jour et je ne veux pas démarrer une machine que je n'utilise pas tout le temps pour me rendre compte qu'il y a un truc qui ne marche plus quand j'en ai besoin.

                « Moi, lorsque je n’ai rien à dire, je veux qu’on le sache. » Raymond Devos

                • [^] # Re: rêve d'une gubuntu

                  Posté par . Évalué à  4 .

                  Cela dit, je ne rencontre que très rarement des problèmes suite à des mises à jour si je reste en testing.

                  Le quelques problèmes que je rencontre, c'est parce que je mélange avec de l'unstable et de l'experimental.

                  Article Quarante-Deux : Toute personne dépassant un kilomètre de haut doit quitter le Tribunal. -- Le Roi de Cœur

                  • [^] # Re: rêve d'une gubuntu

                    Posté par . Évalué à  1 .

                    Quand testing devient stable, tu dois quand-même faire une mise à jour vers la nouvelle testing, non ?

                    Je suis en testing aussi, je ne sais pas si unstable est très différente, en fait, je n'en utilise aucun paquet.

                    • [^] # Re: rêve d'une gubuntu

                      Posté par . Évalué à  4 .

                      Quand testing devient stable, tu dois quand-même faire une mise à jour vers la nouvelle testing, non ?

                      Pas vraiment. Quand testing devient stable, testing devient vide : un paquet ne passe d'unstable à testing qu'après une période donnée sans problème majeur, pas parce qu'une place est libre.

                      Je suis en testing aussi, je ne sais pas si unstable est très différente, en fait, je n'en utilise aucun paquet.

                      Unstable est juste l'incubateur qui permet de repérer les gros problèmes d'empaquettage (dépendances manquantes, mauvaises versions, problèmes de compilation, etc) et les bugs bloquants liés au logiciel même. En principe, ça permet d'avoir des paquets relativement fiables dans testing.

                      Dans les faits, les gros problèmes n'apparaissent quasiment que dans unstable et ils n'y sont pas rares, je déconseille sauf si tu es joueur et si ça ne te dérange pas de debugger ou manipuler des paquets. Je l'ai fait il y a quelques années, c'est formatteur mais j'en suis revenu.

                      Article Quarante-Deux : Toute personne dépassant un kilomètre de haut doit quitter le Tribunal. -- Le Roi de Cœur

                      • [^] # Re: rêve d'une gubuntu

                        Posté par . Évalué à  2 .

                        Tu veux dire que quand testing devient stable, il y a une période ou testing et stable ont les mêmes paquets, et ensuite testing continue d'intégrer les paquets de unstable, alors que stable est figée ?

                        Donc tu pourrais "s/wheezy/testing/g" dans ton sources.list et attendre que ça se passe, en fait ? Il me semblait que c'était déconseillé justement pour gérer manuellement le saut de version. C'est peut-être pour stable que c'est déconseillé, alors, mais pas pour testing.

                        Donc debian testing est une rolling release ?

                        • [^] # Re: rêve d'une gubuntu

                          Posté par (page perso) . Évalué à  4 .

                          Donc debian testing est une rolling release ?

                          Oui, avec une période de freeze de quelques mois tous les 2 ans (environ)

                          « Moi, lorsque je n’ai rien à dire, je veux qu’on le sache. » Raymond Devos

                        • [^] # Re: rêve d'une gubuntu

                          Posté par . Évalué à  4 .

                          Tu veux dire que quand testing devient stable, il y a une période ou testing et stable ont les mêmes paquets, et ensuite testing continue d'intégrer les paquets de unstable, alors que stable est figée ?

                          Voilà. Stable n'est rien de plus qu'un un snapshot de testing quand on considère qu'elle est OK.

                          Donc tu pourrais "s/wheezy/testing/g" dans ton sources.list et attendre que ça se passe, en fait ? Il me semblait que c'était déconseillé justement pour gérer manuellement le saut de version. C'est peut-être pour stable que c'est déconseillé, alors, mais pas pour testing.

                          Exactement. Ces conseils sont pour stable, comme la plupart des conseils Debian d'ailleurs puisque la testing n'est jamais qu'une version de test comme son nom l'indique :-)

                          Article Quarante-Deux : Toute personne dépassant un kilomètre de haut doit quitter le Tribunal. -- Le Roi de Cœur

                          • [^] # Re: rêve d'une gubuntu

                            Posté par . Évalué à  1 .

                            OK merci à vous deux, c'est maintenant très clair.

                            J'étais passé à côté de quelque chose d'essentiel.

                            • [^] # Re: rêve d'une gubuntu

                              Posté par . Évalué à  1 .

                              Voilà un exemple de source de ce que je disais avoir lu comme quoi il valait mieux écrire wheezy que testing dans son sources.list.

                              Le branche « Testing » étant particulièrement instable les semaines suivants la sortie de la version Stable il est recommandé d’utiliser dans le sources.list le nom de code de la branche « Testing » (actuellement Lenny) et de faire le cas échéant une mise à niveau vers la nouvelle version Testing une fois l’ouragan passé (un délai d’environ 2 mois est généralement suffisant).

                              D'après le fonctionnement que vous décrivez, c'est faux, puisqu'il n'y a pas d'un seul coup plein de nouveaux paquets dans testing, au contraire, il y a une continuité.

                  • [^] # Re: rêve d'une gubuntu

                    Posté par (page perso) . Évalué à  5 .

                    Je n'ai aussi que très rarement des problème en unstable mais ça arrive toujours au mauvais moment.

                    « Moi, lorsque je n’ai rien à dire, je veux qu’on le sache. » Raymond Devos

              • [^] # Re: rêve d'une gubuntu

                Posté par (page perso) . Évalué à  2 .

                Ensuite, on peut aussi supposer qu'en ayant des mises à jours tout les jours, tu as des problémes plus souvent qu'en ayant un update, vu que tu as des problémes qui vont être corrigé entre temps.

                Exemple, ( avec des chiffres au pif que j'ai pris juste parce que c'est des chiffres ronds facile à calculer ) si on a 1 probléme d'upgrade tout les 2 semaines ( en moyenne, et au pif ), et le correctif 1 semaine aprés ( moyenne, au pif ). En 6 mois, avec 1 upgrade par semaine, tu va avoir 12 problémes. Avec 1 upgrade tout les mois, suivant ou tu tombe, tu as soit 1 probléme, soit 0, donc grosso modo entre 0 et 6 problémes, sans doute 3 si la distribution est à peu prés uniforme.

                Avec un upgrade à chaque release, tu as juste les soucis non corrigé entre temps, soit globalement 0 ou 1 dans mon modèle.

                En pratique bien sur, c'est hautement foireux, la résolution des problémes est plus compliqué, tu as des soucis que tu as lors d'un upgrade et pas au fil de l'eau, etc. Pourtant, intuitivement, je pense qu'il y a moins de soucis, mais qu'on percoit les choses différements parce que les problémes sont plus diffusés.

                Ensuite, je pense que c'est important d'utiliser testing pour justement trouver les problémes et les corriger, pour que le moins de monde en subisse les conséquences.

                • [^] # Re: rêve d'une gubuntu

                  Posté par (page perso) . Évalué à  3 .

                  Si on a rien à faire cet après-midi, on peut recalculer les chiffres en appliquant un facteur diminuant pour certains bugs car il peut être semblable à celui corriger la semaine précédente.

                  « Moi, lorsque je n’ai rien à dire, je veux qu’on le sache. » Raymond Devos

    • [^] # Re: rêve d'une gubuntu

      Posté par . Évalué à  -3 .

      Est-ce la version 3.4 de gnome-shell qu'on peut trouver sur Ubuntu 12.04?

      Sinon, je trouve que les loupes d'Unity "jurent" réellement avec la finition et le style graphique, ça a vraiment un effet play's kool.

    • [^] # Re: rêve d'une gubuntu

      Posté par (page perso) . Évalué à  3 .

      Il y a eut le projet Ubuntu GNOME Remix. Mais ça n'a pas suivit. Vu que GNOME est pas mal parrainé par Fedora, si Canonical ne s'y met pas, ça va être difficile.

      http://ugr.teampr0xy.net/

      GNOME OS pourrais apporter une solution, mais je craint une troisième voie pas très constructive.

      • [^] # Re: rêve d'une gubuntu

        Posté par (page perso) . Évalué à  1 .

        J'ai justement évoqué UGR dans mon post, et ça ne me satisfait pas.

        En fait j'aimais bien Ubuntu dans son rôle de Gnome OS. :)

        Un Gnome OS, sans la logithèque d'une Debian ou d'une Ubuntu (et sans les PPA d'une Ubuntu), je n'en veux pas.

        ce commentaire est sous licence cc by 4 et précédentes

    • [^] # Re: rêve d'une gubuntu

      Posté par . Évalué à  2 .

      Ça existe : ça se nomme Fedora.

  • # C'est stable ?

    Posté par (page perso) . Évalué à  4 .

    est-ce que les premiers essayeurs (early adopters) peuvent faire un retour sur la stabilité ? C'est facile à installer et ça marche ?

    Répondre indépendamment du sujet Unity please.

    J'ai un vieux laptop Sony, geforce 7400, 1G de RAM, Intel Core duo. J'ai des chances de faire tourner ça bien ou ce sera un peu "bloated"/poussif ? En live demo USB c'était quand même limite alors que 10.04 aucun problème.

    Et comme d'habitude, je suis en 10.04 donc vaut-il mieux faire l'upgrade ou réinstaller ?

    Merci pour vos retours ou vos pointeurs vers les bons articles…

    • [^] # Re: C'est stable ?

      Posté par . Évalué à  2 .

      Niveau stabilité c'est une bonne version, même si je conseillerais plutôt d'attendre 3 mois la 12.04.1 si tu veux la jouer sur la sécurité.

      Niveau performance, ça demande une machine correcte. Je pense que ta machine avec les drivers proprio doit tourner correctement même si il serait préférable de passer à 2Go Ram.

      Au pire tu as l'option d'utiliser Unity 2D qui est moins gourmand ou d'installer Gnome-panel.

      • [^] # Re: C'est stable ?

        Posté par . Évalué à  1 .

        Je suis désolé de vous contredire Seb24 ! (un pseudo que je reconnais !)
        La version 2d n'est pas plus rapide. Par contre, ubuntu 12.04 est plutôt stable et rapide en 3D, j'ai 1go de ram aussi ici, je suis en 32 bits, tout va pour le mieux !

    • [^] # Re: C'est stable ?

      Posté par (page perso) . Évalué à  6 .

      Je trouve l'unity de cette version bien plus réactif que l'ancien. En 64 bits, ça utilise 500mo sur mes 4go, donc en 32 bits avec 1Go, ça devrait passer, mais c'est un peu juste.

      Niveau stabilité, c'est très correct, j'avais un démon qui plantait, mais une mise à jour une heure plus tard à corrigé le bug. J'ai par contre perdu l'option pour transformer la touche verrouillage majuscule en touche contrôle. Je suis donc passé par la configuration de xorg…

      Après, la suppression du masquage intelligent du dock est regrettable, et le changement de couleur en fonction du fond d'écran donne souvent quelque chose de moche, avec mon fond d'écran qui change aléatoirement, ça donne des mauvaises surprises.

      Je n'ai pas observé beaucoup d'autres changements à vrai dire. Graphiquement, des choses ont étés améliorées, d'autres non.

      Bref, c'est une version bien sympathique, mais qui a toujours les défauts que ubuntu peut avoir : un manque de finition graphique, et des bugs pas trop graves qui trainent.

      Envoyé depuis mon lapin.

      • [^] # Re: C'est stable ?

        Posté par (page perso) . Évalué à  2 .

        Après, la suppression du masquage intelligent du dock est regrettable

        Non, grâce au mode affichage permanent, je peux enfin avoir ma fenêtre de Firefox en plein écran sans risquer de faire apparaître le dock quand je veux cliquer sur le bouton précédent.

        Prochaine étape, retenir le raccourci clavier pour faire précédent sans cliquer, comme ça je laisse en mode rabattu en permanent.

        Commentaire sous licence LPRAB - http://sam.zoy.org/lprab/

        • [^] # Re: C'est stable ?

          Posté par . Évalué à  4 .

          Alt+←
          Marche aussi dans Nautilus.
          En espérant que ça te soit utile.

          • [^] # Re: C'est stable ?

            Posté par . Évalué à  3 .

            Marche même avec IE et l'explorateur Windows. C'est un raccourcis de base.

            Article Quarante-Deux : Toute personne dépassant un kilomètre de haut doit quitter le Tribunal. -- Le Roi de Cœur

          • [^] # Re: C'est stable ?

            Posté par (page perso) . Évalué à  2 .

            Merci !

            Maintenant faut que ça rentre…

            Commentaire sous licence LPRAB - http://sam.zoy.org/lprab/

            • [^] # Re: C'est stable ?

              Posté par . Évalué à  1 .

              Ca fonctionne dans plein de logiciels, alt combiné à une flèche :

              Gauche ou Droite pour naviguer avant / arrière dans l'historique

              Haut pour remonter l'arborescence (rien sous FF)

              Home pour la page de démarrage / le répertoire utilisateur

        • [^] # Re: C'est stable ?

          Posté par (page perso) . Évalué à  1 .

          C'est tout de même dommage que le mode ai disparu. Il aurait pu être disponible en plus des deux autres.
          Mais je suis content pour le mode tout le temps visible, c'est bien mieux pour les débutants.

        • [^] # Re: C'est stable ?

          Posté par (page perso) . Évalué à  1 .

          C'était déjà possible avant mon bon monsieur.

          Envoyé depuis mon lapin.

      • [^] # Re: C'est stable ?

        Posté par . Évalué à  1 .

        Après, la suppression du masquage intelligent du dock est regrettable,

        On peut activer le masquage automatique avec Compiz Config Settings Manager (ccsm).
        Dans la section "Ubuntu Unity Plugin", option "Hide Launcher", à Never par défaut, il suffit de sélectionner Autohide.

    • [^] # Re: C'est stable ?

      Posté par (page perso) . Évalué à  3 .

      Ici ça tourne de façon satisfaisante sur un vieil Acer Aspire 1690 (Pentium M 1,6 GHz, 1 Go RAM, ATI Radeon Mobility X600, LCD 15" 1280x800).

      • [^] # Re: C'est stable ?

        Posté par (page perso) . Évalué à  0 .

        Merci pour vos avis c'est précieux, même si la question est bateau. Comme dirait Bruce Willis, "j'ai passé l'age de ces conneries" - s'entend debugger une nouvelle version de Linux à la mano et trifouiller les options de config… Je crois que je vais tenter, définitivement.

        Deuxième question : Mise à jour ou réinstallation :-) ? Pour ceux qui ont fait l'upgrade depuis la dernière LTS, ca donne quoi ?

        • [^] # Re: C'est stable ?

          Posté par . Évalué à  1 .

          Deuxième question : Mise à jour ou réinstallation :-)

          Dans les deux cas : sauvegardes… Donc quitte à sauvegarder tes données avant, tu peux tenter la mise à jour (selon la version que tu as bien sûr).

          L'avantage d'une réinstalle, qui est plus longue, il faut parfois reconfigurer. C'est que tu pars sur une base saine. Depuis que j'utilise GNU/Linux et Debian en particulier. Quand je fais une re-install, hors matos neuf, c'est pas que j'ai des bugs ou quoi que ce soit. Mais je me dis, tiens, j'ai quand même mis un peu le why, repartons sur un OS (le même…) "out of the box", ce qui m'arrive je dirais tous les 3 ans en moyenne.

          • [^] # Re: C'est stable ?

            Posté par . Évalué à  0 .

            Bonjour tous,

            et j'ai une autre question : qu'en est il de la gestion de deux écrans avec une ATI ? La 11.10 était une calamité contrairement à la 11.04.

            • [^] # Re: C'est stable ?

              Posté par . Évalué à  3 .

              A mon avis cela depend du matos car chez moi ubuntu/unity 11.10 marchait nickel niveau multi ecran (intel et ati driver opensource) par contre marchait pas du tout comme il faut avec Gnome qui s'entetait a mettre n'importe comment l'ordre des ecrans.

        • [^] # Re: C'est stable ?

          Posté par . Évalué à  10 .

          Comme dirait Bruce Willis, "j'ai passé l'age de ces conneries"

          Raté, c'est Danny Glover dans l'arme fatale qui dit ça.

    • [^] # Re: C'est stable ?

      Posté par . Évalué à  -1 .

      Je l'ai en test depuis le début du mois dans une machine virtuelle (1Go de RAM et 64 Mo de mémoire vidéo) et jusqu’à présent je n'ai pas eu de soucis.

      Néanmoins je n'ai pas encore commencé à faire les modifs pour faire de l'authentification LDAP. Dans ce cas, on quitte la config stock et parfois (voire souvent avec Fedora) beaucoup de choses partent en live.

      Ma première impression est plutôt positive, mais la conclusion se fera à l'usage.

  • # C est stable ? ptet bin que oui ptet bin que non ( réponse de normand )

    Posté par . Évalué à  -7 .

    tous comme thomas, je ne peut plus conseiller d utiliser un des CD Ubuntu ou autre, il y a plymouth qui te cache les nombreuses erreurs au démarrage du système, va dire au débutant qu il faut cherche dans le dossier boot le fichier de conf.cfg qui va bien, enlever splash pour voir ce qui ne fonctionne pas, et corriger, ci il y a besoin et en suite revenir sur ce fameux fichier et remettre splash pour que tous sois tres jolie… non je préfère conseiller DEBIAN qui pour le moment ne l'integre pas a l installation.

    Merci aux personnes qui mon aidé a trouvé des solutions pour essayer d’écrire sans faute d’orthographe.

  • # Marche au poil

    Posté par (page perso) . Évalué à  7 .

    Ca fait une semaine que je l'utilise sur mon nouvel ultrabook (Toshiba Z830) et c'est parfait.

    Tout le matos fonctionne impec' et out-of-the-box: bluetooth, wifi, toggle wifi, touchpad. Je n'ai pas testé la reconnaissance digitale ni la connexion GSM.

    J'étais réfractaire à Unity mais là, force est de constaté que ca marche super bien (mieux que gnome 3 sur le même environnement). Je trouve le dash très moche (wmaker était presque plus jolie y a 10 ans).

    En plus de cela j'ai une autonomie de chameau: ~5h/6h de boulot avec des container LXC, du netbeans & co + wifi (j'ai du tweaké un peu le bios par contre).

    Bref je voulais repasser à Debian après la déception de 11.10 mais ca ne sera pas encore pour cette fois!

  • # Unity vs gnome-shell

    Posté par (page perso) . Évalué à  3 .

    Unity, dans cette version, est vraiment pas mal.

    Petit comparatif avec Gnome-shell en fonction de mes besoins personnels :

    Unity :

    • Menu et barre de titre dans la barre du haut lors de la maximisation
    • HUD
    • Configuration de compiz

    • Dock bug encore avec certains logiciels (deux icones présentes plutôt qu'une, et si on a le malheur de la rendre permanente ça se dédouble à chaque lancement)

    • Problème de focus et barre de titre "global" (on ferme des fenêtres que l'on ne voulait pas fermer)

    • Encore trop lent !

    • Configuration de compiz

    Gnome-Shell

    • Très réactif
    • Simple, bonne conf par défaut.
    • Notifications discrètes

    • Notifications discrètes ! (c'est parfois gênant)

    • Plus de systray (il se place dans la barre des notifs, ce qui est peu pratique)

    Bon, je continue de préférer gnome-shell pour sa réactivité et sa simplicité, mais Unity est vraiment bien.

    • [^] # Re: Unity vs gnome-shell

      Posté par . Évalué à  1 .

      Plus de systray (il se place dans la barre des notifs, ce qui est peu pratique)

      Tu as maintenant une extension qui te permet d'avoir un systray comme avant "gnome-shell-classic-systray"

      de même que nous profitons des avantages que nous apportent les inventions d'autres, nous devrions être heureux d'avoir l'opportunité de servir les autres au moyen de nos propres inventions ;et nous devrions faire cela gratuitement et avec générosité

      • [^] # Re: Unity vs gnome-shell

        Posté par . Évalué à  10 .

        En resume Gnome3 c'est on vire tout car c'est mieux pour vous et tout le monde s'empresse de recoder ce qui a ete enleve. Amusant.

        • [^] # Re: Unity vs gnome-shell

          Posté par . Évalué à  2 . Dernière modification : le 27/04/12 à 10:50

          Quand même pas, c'est plutôt un «on vire tout ce qui n'est pas indispensable, on code un truc qui fonctionne avec le minimum, et pour le reste, tout le reste : on va implémenter ce qui est le plus demandé et faire de la délégation pour le reste sur un langage permettant de toucher plus de monde».
          Et ça ce sent.
          Par exemple gnome-shell a rapidement été «solide au plantage» : relance quasi transparente du shell lorsque problème. Ce qui n'avait pas été le cas de kde4 il y a quelques années (où non seulement il fallait relancer la session à grand coup de redémarrage de X, mais en plus souvent virer le dossier de config de kde, et ne pas oublier le fichier de config Qt). Si ce n'est pas encore parfait (il arrive que gnome-shell refuse de se lancer, sans proposer son menu «désactiver les extensions» ou bien en le proposant mais sans la possibilité de désactiver le «gestionnaire d'extension» [ce qui, sans cela, empêche la session de démarrer : si une extension, genre user-theme, le fait planter…) on est quant même loin des débuts difficiles de kde4. Et ça reste, avec le fameux «r» comme commande sur un alt+f2.
          Et puis les choix de ré-intégration sont pas déconnants : par exemple on peut -enfin- paramétrer un minium la souris et le touchpad. Même si là on est très loin du luxe de kde4.

          Prends ta de-laureane et revient dans le présent ;-)

          • [^] # Re: Unity vs gnome-shell

            Posté par (page perso) . Évalué à  6 .

            Mwai, moi je suis bien d'accord avec un dev de Gnome Shell qui disait que les extensions allait pourrir le bébé dans l'oeuf…

            Ben il avait raison, les devs ont pensé une IHM pour leur interface et tout le monde code des extensions pour la rendre bancale et se rapprocher du comportement précédent…

            Résultat, pour moi, Gnome Shell est un échec, un coup d'épée dans l'eau.

            "D'autre part il y a quelques cas où les extensions ne sont probablement pas dans notre meilleur intérêt. Et cela ne signifie pas que nous allons les bloquer, c'est juste quelque chose dont nous devons être conscients. Les extensions qui tournent sous GNOME3 afin de reproduire GNOME2 sont quelque peu contre-productives pour un certain nombre de raisons."
            
            William Jon McCann
            
            
            • [^] # Re: Unity vs gnome-shell

              Posté par . Évalué à  3 .

              Je suis d'accord, mais l'essentiel reste à mon avis d'avoir le choix. Que ceux qui veulent émuler GNOME 2 puisse le faire, ça leur permet de rester aux dernières versions.

              À côté de ça, ça permet de proposer aux autres de nouvelles extensions réellement innovantes ou qui explorent de nouvelles pistes. Je viens de tester une extension pour Tracker dans le menu Activité, je trouve ça réellement utile et bien foutu, et je ne pense pas que ça aurait été aussi pratique dans la 2.x.

              Article Quarante-Deux : Toute personne dépassant un kilomètre de haut doit quitter le Tribunal. -- Le Roi de Cœur

            • [^] # Re: Unity vs gnome-shell

              Posté par . Évalué à  1 .

              pour moi, Gnome Shell est un échec, un coup d'épée dans l'eau

              peut être, mais en tout cas c'est solide et bien intégré.
              c'est sûr que lorsque je vois, et teste, Unity, je me dis «fatche cette tripotée de bonnes idées, \o/ wow. En dehors de celles fausses bonnes idées car demandant trop d'intégration (genre la scrollbar ou la menubar), Unity reste (à mes petits yeux) le meilleur laboratoire depuis Moblin. Clair, limpide.
              /troll du vendredi : L'idéal, ça serait unity codé avec la qualitay de gnome :-) ???

              moi je suis bien d'accord avec un dev de Gnome Shell qui disait que les extensions allait pourrir le bébé dans l'oeuf

              Pareil, et ça loupe pas. Sur une Fedora 16 à jour, tu installes shell-extension-user&theme, aucun tripatouillage tout par défaut : paf tout cassé la session … Pas pratique. Perso j'ai des doutes sur javascript sur le desktop en tant que langage de première classe, mais n'ayant pas les atouts en mains pour juger je ne peux faire que jauger.

            • [^] # Re: Unity vs gnome-shell

              Posté par . Évalué à  1 .

              Mwai, moi je suis bien d'accord avec un dev de Gnome Shell qui disait que les extensions allait pourrir le bébé dans l'oeuf…

              Bah moi je ne suis pas du tout d'accord. C'est une extension, donc par définition ça ne peut pas pourrir Gnome Shell à moins d'avoir des distributions qui prennent le partie d'en activer par défaut ce qui n'est pas le cas pour le moment.

              Ben il avait raison, les devs ont pensé une IHM pour leur interface et tout le monde code des extensions pour la rendre bancale et se rapprocher du comportement précédent…

              Non il a tord, l'IHM de Gnome 3 n'est pas figé… d'ailleurs il y a des changements entre Gnome 3.0 et Gnome 3.4 dans la manière dont certains logiciels/fonctions réagissent. Une extension est facile a codé, facile à modifier, ajouter ou supprimer et si c'est une bonne idée pourquoi ne pas l'intégrer ensuite mais seulement pour les plus intéressantes. Et d'ailleurs je ne vois pas en quoi c'est différent des anciens applets Gnome 2… je trouve les extensions plus flexible.

              Résultat, pour moi, Gnome Shell est un échec, un coup d'épée dans l'eau.

              On verras dans quelques années parce que pour le moment j'observe que les discours des utilisateurs ont beaucoup changé depuis la sortie de Gnome 3.0

              de même que nous profitons des avantages que nous apportent les inventions d'autres, nous devrions être heureux d'avoir l'opportunité de servir les autres au moyen de nos propres inventions ;et nous devrions faire cela gratuitement et avec générosité

              • [^] # Re: Unity vs gnome-shell

                Posté par (page perso) . Évalué à  4 .

                Je pense que tu n'as pas compris le sens de pourrir Gnome Shell…

                Il veut dire que certaine extension vont à l'encontre du "workflow" qu'ils ont défini pour l'utilisation du bureau…

                • [^] # Re: Unity vs gnome-shell

                  Posté par . Évalué à  3 . Dernière modification : le 27/04/12 à 13:33

                  Pareil ici.
                  Pourrir dans le sens «casser les dogmes d'usages et d'ergonomie», perso j'm'en tamponne, c'est la liberté des dev de faire et de l'utilisateur de choisir. Si ça casse, c'est que c'est améliorable

                • [^] # Re: Unity vs gnome-shell

                  Posté par . Évalué à  2 .

                  Certaines extensions oui mais pas toute et ce ne sont pas forcément les plus populaire. Je pense que la vrai bataille sera Gnome Shell/Cinnamon. Pour le moment ce qui manque vraiment aux extensions c'est une reconnaissance pour être intégré dans la branche de développement de Gnome 3 comme pour les applets de Gnome 2. Des extensions vraiment intéressantes et qui effectivement ne vont pas à l'encontre du "workflow" global.

                  de même que nous profitons des avantages que nous apportent les inventions d'autres, nous devrions être heureux d'avoir l'opportunité de servir les autres au moyen de nos propres inventions ;et nous devrions faire cela gratuitement et avec générosité

                  • [^] # Re: Unity vs gnome-shell

                    Posté par . Évalué à  3 .

                    La reconnaissance viendra peut-être des distributions, par exemple Debian en fournit quelques unes dans le paquet gnome-shell-extensions.

                    Article Quarante-Deux : Toute personne dépassant un kilomètre de haut doit quitter le Tribunal. -- Le Roi de Cœur

                    • [^] # Re: Unity vs gnome-shell

                      Posté par (page perso) . Évalué à  2 .

                      Je pense surtout qu'il faut du temps avant de faire un systéme d'extension fiable. Il suffit de voir le temps que firefox a mis pour avoir quelque chose de plus ou moins figé ( dans le sens, pas besoin de mettre à jour sans arrêt les extensions ). Et pourtant, il y a des ingénieurs compétents, des moyens, et tout.

                      On a tendance à oublier que les logiciels évoluent, et qu'il faut du temps pour faire tout, et qu'il y a pas non plus des équipes gigantesques à temps plein sur les différents logiciels.

            • [^] # Re: Unity vs gnome-shell

              Posté par . Évalué à  1 .

              Il existe même une extension pour avoir le dash d'unity dans Gnome 3 !!

    • [^] # Re: Unity vs gnome-shell

      Posté par (page perso) . Évalué à  2 .

      Dock bug encore avec certains logiciels

      C'est pas vraiment le doc qui bug, ce sont plutot les logiciels codé avec les pieds comme libreoffice…

      En clair, la fenetre change de WM_CLASS en court de route… Les devs de KWin on rajouté dans KDE 4.9 une option pour définir un temps avant d'appliquer des paramètres sur une fenêtre à cause de ces logiciels à la con!

      • [^] # Re: Unity vs gnome-shell

        Posté par . Évalué à  1 .

        Le coupable n'a que peu d'intérêt mais ça rend le dock carrément inutilisable. Pourquoi le livrer ainsi alors ?

        • [^] # Re: Unity vs gnome-shell

          Posté par (page perso) . Évalué à  2 .

          Ca rend tous les docks inutilisables…

          • [^] # Re: Unity vs gnome-shell

            Posté par (page perso) . Évalué à  3 .

            Non, justement, je n'ai pas ce type de soucis avec Gnome-shell. Il peut y avoir un "dédoublement" de l'icône d'une appli ancrée dans le dock, mais pas de dédoublement de l'ancre elle-même à chaque démarrage !

            Explication plus claire :

            Avec Gnome-shell si une appli "dockée" dédouble l'icône au lancement : à la fermeture la seconde icône disparaît.

            Avec Unity : à la fermetur la seconde icône reste, et une troisième se crée au second lancement !

          • [^] # Re: Unity vs gnome-shell

            Posté par . Évalué à  1 .

            En même temps, je n'aime pas les docks…

      • [^] # Re: Unity vs gnome-shell

        Posté par . Évalué à  1 .

        C'est quoi le problème avec libreoffice ?

  • # Grub2 et uefi

    Posté par (page perso) . Évalué à  3 .

    A-t-on des nouvelles de l'installation sur disque à partitionnement GPT avec démarrage UEFI, GRUB2, et gestion du double boot ?
    Je vais essayer, suite à l'échec total de la chose avec ArchLinux…

    • [^] # Re: Grub2 et uefi

      Posté par (page perso) . Évalué à  2 .

      tu peux tester avec fedora 16 ou 17, il semble que ça soit une des fonctionnalités prévu par anaconda. Une fois que ça marche bien, tu peux regarder comment ça a été mis en place, et essayer de remonter des bugs pour Ubuntu, Arch ou autres, afin que tout le monde en bénéficie.

      • [^] # Re: Grub2 et uefi

        Posté par (page perso) . Évalué à  2 . Dernière modification : le 27/04/12 à 18:33

        Oui, c’est ce que je compte faire très vite.
        Le problème, c’est que c’est un maquis inextricable, pour comprendre et configurer tout ça…
        Je crois aussi savoir que Fedora travaille avec un GRUB1 patché pour prendre en compte UEFI/GPT, et pas GRUB2, donc c’est peut-être pas ce qu’il y aura de plus standard, malheureusement.

      • [^] # Re: Grub2 et uefi

        Posté par (page perso) . Évalué à  2 .

        Waouw, ça marche !
        Au début, ça marchait pas, l'UEFI ne trouvait pas les fichiers de démarrage EFI sur la clé.
        Alors j'ai suivi une indication trouvée sur le site de Fedora : j'ai mis le fichier /boot/grub/efi.img à la racine de ma clé USB, et là, l'UEFI l'a bien détecté, a booté dessus et l'installation a parfaitement fonctionné.
        Ubuntu a ensuite parfaitement installé GRUB2 et à mis à jour le firmware de l'UEFI (enfin, je crois que c'est l'étape normale, de mettre à jour l'UEFI, d'après ce que je comprends de la page GRUB2 du Wiki d'Archlinux).

        Maintenant, dans mon UEFI, j'ai bien le choix entre le démarrage de Windows et celui de Ubuntu.

        Par contre, j'ai pas encore très très bien compris comment ça marche. Est-ce que vraiment le firmware UEFI est mis à jour, ou est-ce qu'il ne présente que ce qu'il a détecté dans la partition EFI ? Mystère, j'avance en plein brouillard, depuis que je suis passé à UEFI/GPT/GRUB2… Mais ça s'éclaircit peu à peu, la preuve ! :)

        • [^] # Re: Grub2 et uefi

          Posté par (page perso) . Évalué à  2 .

          Il detecte ce qu'il voit sur la partition. L'EFI, c'est un peu un os complet…

          • [^] # Re: Grub2 et uefi

            Posté par (page perso) . Évalué à  2 .

            Je me rends compte aussi que c'est des choses qui n'intéressent vraiment pas les développeurs, et c'est dommage. Presque tous les PC qui se vendent en ce moment sont compatibles UEFI, le partitionnement GPT est carrément plus moderne et plus sécurisant que le MBR, mais presque tous les médias d'installation fonctionnent à l'ancienne.

            Je suis même assez déçu de voir que l'installeur d'Archlinux, LA distro qui se la pète toujours d'avoir toujours les dernières versions des logiciels et des technos, soit toujours en GRUB1. Son installateur officieux, Archboot, propose bien GRUB2-EFI et un démarrage UEFI, mais il plante lors de l'installation de GRUB2…

            Les quelques arguments que j'ai pu voir sur les forums pour expliquer cette lenteur me rappellent le passage au 64bits (outre que c'est carrément plus compliqué, il est vrai) : Pourquoi adopter les nouvelles technos quand les anciennes et les contournements de leurs limitations marchent si bien ?

            • [^] # Re: Grub2 et uefi

              Posté par (page perso) . Évalué à  3 .

              Alors, la communauté Fedora pour sa version 16 a tenté le partitionnement GPT par défaut, ça donne ça :
              https://fedoraproject.org/wiki/Common_F16_bugs#Some_systems.2C_particularly_Apple_Macs.2C_cannot_boot_GPT-labelled_disks

              Et pour grub2, il y avait des soucis de migration de configuration ( résolu quand grub2 a eu le support de l'ancienne config ) et le fait que grub2 est une tout autre bete que grub 1. Ie, il suffit pas de déposer une fichier de config, il faut aussi gérer les modules, il y a un système de détection des OS, et les 2 ne sont pas iso-fonctionnel ( grub 2 fait plein de truc que grub 1 ne fait pas, comme la gestion du lvm, etc, et ça requiert de revoir aussi les installeurs pour faire les choses à fond ).

              Ceci dit, Ubuntu a mis par défaut grub2 depuis Karmic ( et les gens ont ralés sans grande raison ), Fedora a suivi avec f17 ( ou 16 ), donc les choses avancent doucement. Je pense que la volonté des codeurs de grub de ne pas mettre 2.0 avant d'avoir fini le logiciel n'aide pas.

              • [^] # Re: Grub2 et uefi

                Posté par (page perso) . Évalué à  4 .

                Je pense que la volonté des codeurs de grub de ne pas mettre 2.0 avant d'avoir fini le logiciel n'aide pas.

                En même temps, c'est cohérent, il n'y a jamais eu de grub 1.0 non plus.

                « Moi, lorsque je n’ai rien à dire, je veux qu’on le sache. » Raymond Devos

  • # 32 ou 64 bits par défaut ?

    Posté par . Évalué à  6 .

    Dans la dépêche on peut lire :

    • La version 64 bits devient maintenant la version par défaut pour l'installation au lieu de la 32 bits ;
    • Pour la version 32 bits, c'est la version PAE (support étendu de la mémoire) qui est proposée ;

    Or, quand on va voir sur le site internet officiel, c'est l'image disque 32bits qui est marquée comme recommandée…

    • [^] # Re: 32 ou 64 bits par défaut ?

      Posté par . Évalué à  2 . Dernière modification : le 27/04/12 à 14:59

      La version serveur est en 64bits par défaut (fusion des noyaux -server et de -amd64-generic d'après le changelog).

      Est-ce une erreur reprise partout sur le web ou le site officiel qui s'est foiré ? :p

    • [^] # Re: 32 ou 64 bits par défaut ?

      Posté par . Évalué à  3 .

      En fait ca avait été discuté sur les mailling list et il me semblait au moment d'écrire la dépêche qu'ils devaient bien mettre en avant le 64bit. Mais visiblement ça n'a pas été le cas.

  • # Unity

    Posté par . Évalué à  4 .

    Unity est utilisable sur une autre distrib ?

    • [^] # Re: Unity

      Posté par (page perso) . Évalué à  5 .

      Alors de ce que je sais, il y a eu 3 tentatives de packaging pour Fedora, et ç'est toujours niet ( la, c'est pire car personne n'est motivé pour s'occuper de compiz, donc ça va être encore plus dur )

      Il y a eu une tentative sur opensuse, c'est niet. Il y a des gens motivés pour la mettre sur mageia, mais je sais pas ce que ça a donné, et il y a eu aussi des gens qui ont mis divers paquets dans mandriva pour ça, pareil, j'ai pas regardé.

      Y a pas l'air d'avoir de paquet gentoo, et y a l'air d'avoir un paquet non supporté ( cf wiki ) sur arch. Pour debian, c'est pareil, c'est niet :

      http://bugs.debian.org/cgi-bin/bugreport.cgi?bug=609278

      • [^] # Re: Unity

        Posté par . Évalué à  0 .

        Pas super alors, Canonical développe un nouveau WM mais ne font pas en sorte que ça soit utilisable ailleurs ? Pas super comme comportement pour un des emblèmes du libre dans le monde….

        • [^] # Re: Unity

          Posté par (page perso) . Évalué à  3 .

          Euh, si Canonical a un tord, c'est uniquement de ne pas rendre sexy leurs technos, c'est tout, ils n'ont pas obligation à porter ailleurs !

          Par contre, si personne ne trouve ce travail intéressant, si personne ne veut ce travail s'il n'était pas installé par défaut avec la distrib, c'est juste inquiétant… C'est une des raisons qui me fait désirer une gubuntu à conseiller !

          Si personne ne suit Canonical, c'est peut-être que… personne n'en a envie tout simplement. Canonical ne va pas forcer les autres distrib à intégrer Unity et compiz, ni intégrer ces technos chez les autres, ni se plaindre d'être tout seul. Tout ce qu'ils peuvent faire, c'est se demander pourquoi ils sont tous seuls, et si leur direction est bonne si personne ne suit, c'est tout. C'est la seule chose qu'on peut attendre d'eux, et c'est normal…

          ce commentaire est sous licence cc by 4 et précédentes

          • [^] # Re: Unity

            Posté par (page perso) . Évalué à  7 .

            Ceci dit, le probléme est à plusieurs niveaux. Déja, d'un point de vue technique, et comme dit dans la dépéche, compiz a l'air d'être assez costaud. Pas à packager ( car c'est déja fait ) plutot à maintenir. J'avais été étonné de voir que certains drivers requiert des modifs de compiz, car l'application est blacklisté ( j'ai plus le détail, mais dans mon souvenir, le paquet ubuntu se trimballe un pauvre patch qui renomme l'appli avec un C majuscule pour contourner le driver fglrx ).

            Il faut aussi voir le nombre de crash corrigé dans le changelog ubuntu, ça donne pas vraiment envie.

            Ensuite, l'application bouge assez vite. Il y a une paire de dépendances à maintenir, et hélas, la priorité des ingéneurs de Canonical n'est pas forcément de se focaliser sur les vsions plus anciennes de certaines libs. ( j'ai déjà eu le coup avec gwibber ou c'était l'inverse, il fallait avoir la version d'ubuntu d'une lib python pour couchdb et point final ). On peut pas leur en vouloir, je sais que les délais sont shorts, que ça requiert du travail et qu'il faut tenir la cadence, mais le fait est que ça n'aide pas.

            Ensuite, c'est vrai que Unity est assez intrusif. l'histoire des indicateurs requiert parfois encore des patchs pour que ça colle parfaitement. La derniére version se base sur zeitgeist, donc il faut intégrer ça, et ça implique d'aoir aussi l'interface pour gérer les logs et la vie privé ( https://launchpad.net/activity-log-manager ).

            Il y a tout un travail d'intégration à faire pour que ça se passe du mieux possible, et ça aussi, c'est long.

            Bien sur, ce que les gens vont retenir, c'est que soit Canonical ne veux pas collaborrer, soit que les autres distros font pas d'efforts, alors qu'au final, c'est qu'une question de ressources

  • # De mieux en pire

    Posté par . Évalué à  2 .

    Je me suis laissé tenter par l'update 11.10 vers 12.04…
    Vu que j'avais désactivé unity pour avoir des menus plus classiques, je n'ai pas vu de grosses différences à première utilisation hormis une sacrée fonctionnalité dont j'aimerais bien me passer et que je partage avec vous:

    Toute fenêtre retaillée se colle en bas de l'écran, impossible alors de la remonter!

    Bref. J'ai upgradé mon ubuntu.

    • [^] # Re: De mieux en pire

      Posté par (page perso) . Évalué à  3 .

      Ah tiens, j'ai le même comportement avec gnome-shell 3.4 (sur ubuntu 11.10) avec une seule appli : audacious (qui n'a jamais eu un comportement WM très classique), et uniquement quand j'utilise le comportement pas non-plus classique du coin-bas-droite (ce n'est pas le WM qui redimensionne, mais l'appli qui dit quelle taille elle doit avoir), alors la fenêtre se colle en bas de l'écran…

      Je peux redimensionner cette fenêtre très très particulière et récalcitrante en utilisant la méthode standard, celle du WM, et comme il n'y a pas de bordure sur cette appli, je redimensionne avec Super+Clic Milieu (si pas clic milieu, menu accessible avec Super+Clic droit, sinon Alt+F8, avec le Compiz d'Unity, c'est peut-être Alt+Clic Milieu).

      J'ai vu que sous Ubuntu, il y avait un truc qui aparaissait parfois dans le coin bas-droit, pour redimensionner, c'est peut-être un truc développé à l'arrache (comme la liboverlay-scrollbar) qui rajoute ça « pour que ça soit accessibel tactilement », mais qui bug autant qu'audacious ? Tu as essayé de redimensionner avec les raccourcis que je viens de citer ?

      ce commentaire est sous licence cc by 4 et précédentes

  • # Ubuntu, ou l'art de faire de l' Apple-Like un bonbon alléchant.

    Posté par . Évalué à  -4 .

    Bonjour à tous !
    Je souhaite réagir à cette nouvelle sortie d'Ubuntu. Je tiens d'abord à saluer les rédacteurs de cette dépêche de qualité.

    Certes l'évolution de la simplicité attire, mais aveugle aussi.
    Outre le fait de discuter sur les diverses fonctionnalités de la distribution, il est aussi intéressant de voir à quel point ces simplicités "abrutissantes" empêchent littéralement les nouveaux utilisateurs devenus éblouis d'évoluer dans les vocations libristes et l'informatique en elle-même. Il est alors de moins en moins possible pour ses utilisateurs de découvrir, apprendre, approfondir du fait que tout leur est gentillement servi en friandise et que les magnifiques rouages d'une vraie distribution GNU/Linux demeurent "masqués" de part les diverses esthétiques simplistes et interfaces pour moutons. (Pardonnez-moi cette tournure de phrase, mais de mon point de vue, et celui de beaucoup d'autres libristes, reste bien réaliste.) Ubuntu va à l'encontre des philosophies d'apprentissage de nos libertés. Une vraie copie libre de la manipulation commerciale Applèsque avec son site aux allûres vendeuses, prêchant le royaume aux merveilleux pappillons prodiguant les mêmes repères usuels de la marque croquée par Adam. "La friandise est un pêcher, tout comme la pomme croquée.". Un mur géant, qui pour être évité doit se voir de loin.

    Mis à part ce débordement, et pour garder un avis impartial on peut dire que l'objectif de simplicité réalisé par les développeurs d'Ubuntu est très grandement comblé, de plus en plus fignolé. De quoi faire des heureux si l'on recherche la pure utilisation à coup de clics. Celà reste donc un énorme avantage et une force.

    Ormis les divers points de vue de l'usage de l'informatique, je vous souhaite à tous une excellente journée et du beau temps ! :)

    • [^] # Re: Ubuntu, ou l'art de faire de l' Apple-Like un bonbon alléchant.

      Posté par . Évalué à  1 . Dernière modification : le 28/04/12 à 11:28

      D'un autre côté Ubuntu signifie "ouvert et disponible pour tous".

      Une distrib où le End-User est (enfin) à l'aise, je trouve plutôt ça bien.

      PS: pardon si j'ai marché dedans. ;)

    • [^] # Re: Ubuntu, ou l'art de faire de l' Apple-Like un bonbon alléchant.

      Posté par (page perso) . Évalué à  8 .

      J'ai du mal à te suivre. Ton postulat est qu'Ubuntu empéche de découvrir l'informatique ?

      Je dirais qu'on ne peut pas forcer les gens à faire ce qu'ils veulent pas faire. Ensuite, c'est vrai qu'Ubuntu est vue comme une distribution pour débutant et poste de travail, et c'est vrai que j'ai l'impression que le foisonnement de developpement d'il y a quelque temps n'est plus le même ( suffit de lire planet ubuntu, j'avais plus de plaisir à le faire il y a quelques années, mais j'ai le sentiment qu'il y a un chouia plus d'articles moins techniques, des interviews, des photos de fete ubuntu, etc ).
      Mais je pense pas qu'on puisse blamer Canonical pour ça, les débutants en informatique ont aussi le droit d'avoir une distribution, et pour les autres, il y a d'autres distributions. Tout le monde ne veut pas bosser dans l'informatique et devenir spécialiste.

    • [^] # Re: Ubuntu, ou l'art de faire de l' Apple-Like un bonbon alléchant.

      Posté par (page perso) . Évalué à  10 .

      Alors je résume la situation

      Mark: Il n'y a que des technophiles bricolos qui utilisent Linux, pourquoi pas des fleuristes ?

      GoodBox: Parce que si t'es pas un Rambo du kernel tu survis pas dans la jungle

      Mark: Faisons donc une distribution où le commun des mortel puisse survivre

      GoodBox: Excellente idée, mais c'est pas encore ça

      Mark: Voilà c'est fait !

      GoodBox: Super, mais… c'est dommage, les nouveaux venus sont des fleuristes et pas des Rambos technophiles bricolos !

      Le libre et la beauté d'Unix est toujours aussi accessible à l'utilisateur, simplement, aujourd'hui, on a réussi à faire utiliser un Unix Libre à des gens qui ont d'autres préoccupations… Les utilisateurs de Linux ne sont plus une élite, ça peut faire peur, mais c'est tant mieux…

      Un sage a dit « Tu ne peux chercher que ce que tu as déjà trouvé ». Auparavant, celui qui découvrait la liberté logicielle était celui qui la cherchait, et il la cherchait parce qu'il savait ce qu'il cherchait : s'évader… Aujourd'hui certains obtienne cette liberté sans la chercher, ils ne découvrent pas la liberté par le besoin de s'évader, mais parce qu'on la leur a donné. Ils la possèdent déjà, certains la découvriront, ceux-là pourront la chercher encore plus. Certains ne chercheront pas, mais c'est normal, ils sont déjà libres et s'en suffisent. C'était l'objectif non ?

      (PS: la pomme d'Apple, je croyais que c'était pas celle d'Adam, mais celle d'Alan Turing, d'où le rainbow flag)

      ce commentaire est sous licence cc by 4 et précédentes

    • [^] # Re: Ubuntu, ou l'art de faire de l' Apple-Like un bonbon alléchant.

      Posté par . Évalué à  1 .

      Merci de vos réponses,
      Certes tout le monde peut à présent se servir de la simplicité. C'était déja le cas à l'époque d'Ubuntu encore bien proche de Debian.
      Si j'ai fait référence à Apple c'est qu'on ne peut nier la tentative d'omni-présence qui se caractérise de part les divers projets de Canonical:

      Les télévisions ;
      Les tablettes ;
      Les smartphones ;
      Les ordinateurs embarqués dans les voitures.
      

      On pouraît également citer les similitudes de Cloud et du Software Center.

      Où est le problème me diriez-vous si c'est simple et que ça fonctionne ?
      Pour moi, c'est qu'ils s'approchent de plus en plus d'objectifs commerciaux,
      Films Store, Music Store, cloud payant ou limité qui laisse penser que c'est l'unique manière, qu'il n'existe rien d'autre comme manière de gérer ses données à distance.
      Les gens finiront par considérer Ubuntu comme un système d'exploitation à part que crée Canonical en s'appropriant les technologies libres. (Où est-il facile de lire qu'ubuntu est basé sur Debian Gnu/Linux et autres outils libres depuis le site officiel ? C'est présent mais même pas dans leurs rubrique "Why it's free". Une éffigie bien dissimulée).
      Pour terminer, j'avoue que vous avez raison, et moi je ne pense pas avoir totalement tort sur ce que deviendra et est devenue la marque Ubuntu.

      Merci de votre attention ! Bonne journée :)

      PS: @Thomas DEBESSE La pomme d'apple je ne sais pas, j'ai cependant trouvé intéressant l'idée qu'elle représentait la tentation symboliquement religieuse d'Adam & Eve. Car à cette époque, Apple touchait les non cartésiens "Think Différent" désireux de sortir des rêgles formatées.

      • [^] # Re: Ubuntu, ou l'art de faire de l' Apple-Like un bonbon alléchant.

        Posté par . Évalué à  3 .

        La pomme d'apple je ne sais pas, j'ai cependant trouvé intéressant l'idée qu'elle représentait la tentation symboliquement religieuse d'Adam & Eve. Car à cette époque, Apple touchait les non cartésiens "Think Différent" désireux de sortir des rêgles formatées.

        Le slogan Think Different date de la fin 90, alors que le logo avec la pomme date du millieu 70, aucun rapport avec Adam & Eve.

        Depending on the time of day, the French go either way.

        • [^] # Re: Ubuntu, ou l'art de faire de l' Apple-Like un bonbon alléchant.

          Posté par (page perso) . Évalué à  2 .

          Surtout que je ne vois pas le rapport entre le cartésianisme et Adam & Êve, tout comme je ne vois pas le rapport entre Adam & Êve et Think différent, non-plus.

          Adam & Êve c'est la connaissance du bien et du mal, c'est à dire connaître et ne pas connaître, et donc Think and don't think.

          Think and don't think n'a rien à voir avec Think different. Connaître le bien permet Think different, Connaître le mal (Méconnaître, Ne pas connaitre) ne permet pas Think different, tout du moins empêche sa perfection.

          You can't think different if you can't think.

          Les gens qui associent la pomme d'Apple à Adam & Êve n'ont pas compris Adam & Êve : Adam & Êve ne choisissent pas d'en savoir plus ou différemment, mais choisissent d'avoir un savoir faillible : connaître ce qui est mal, c'est à dire ce qui n'est pas bien, qui est imparfait et incomplet. Pour connaître l'imperfection il faut perdre la perfection.

          Le cartésianisme est un modèle de pensée imparfait et faillible comme beaucoup d'autres outils et méthode de réflexion. L'histoire d'Adam & Êve est une illustration qui exprime l'expérience de cette incomplétude : je connais surtout que je ne connais pas, et cette incomplétude n'est pas propre à l'individu mais à l'espèce (j'ai reçu cette incomplétude de mon père). L'histoire philosophique et/ou théologique est riche d'illustrations de ce type.

          En effet, la pomme de Newton correspond plus au slogan Think different que celle d'Adam & Êve (si c'était une pomme) ni celle de Turing. En effet, on relie souvent le génie et l'esprit créatif à la pensée divergente. Cette pensée divergente est souvent réveillée par un événement extérieur qui nous tire de nos schémas de pensée, comme la pomme de Newton ou l'eau du bain d'Archimède. Si Turing était un génie, je ne crois pas qu'on associe un élément de ce type à ce personnage, et la pomme n'a pas joué le rôle de perturbateur ni provoqué la divergence de pensée.

          Par contre, il me semble que dans les années 90 la marque Apple (et peut-être le slogan Think Different) était associée à la silhouette d'Hitchcock. Mais c'est étrange, je ne retrouve pas une seule image sur le net. Je ne cherche pas cette image que je n'ai jamais vu en vrai, mais une silhouette noire comme celle-ci. Une piste ?

          ce commentaire est sous licence cc by 4 et précédentes

          • [^] # Re: Ubuntu, ou l'art de faire de l' Apple-Like un bonbon alléchant.

            Posté par . Évalué à  2 .

            Par contre, il me semble que dans les années 90 la marque Apple (et peut-être le slogan Think Different) était associée à la silhouette d'Hitchcock. Mais c'est étrange, je ne retrouve pas une seule image sur le net. Je ne cherche pas cette image que je n'ai jamais vu en vrai, mais une silhouette noire comme celle-ci. Une piste ?

            Non, ça ne me dit rien, j’ai aussi un peu fouillé sur le net, mais je n’ai rien trouvé. Il y a eu une ou deux images de la silhouette Jobs sur fond de pomme, après son décès, ça ne serait pas ça?

            Si Turing était un génie, je ne crois pas qu'on associe un élément de ce type à ce personnage, et la pomme n'a pas joué le rôle de perturbateur ni provoqué la divergence de pensée.

            Et pour Turing, j’ai le très vague souvenir, d’une histoire de chaîne de vélo qui sautait, mais il est possible que ça soit fictif, et provienne de Cryptonomicon.

            Depending on the time of day, the French go either way.

            • [^] # Re: Ubuntu, ou l'art de faire de l' Apple-Like un bonbon alléchant.

              Posté par (page perso) . Évalué à  2 .

              J'ai sorti mon gimp et j'ai fait un collage de quelques images trouvées sur le net, ce que j'ai en mémoire ressemblait à ça.

              C'était à peu près la même disposition et le même format (une image toute en hauteur), avec la marge d'erreur qu'on peut imaginer trouver dans un souvenir vieux de 15 ans. J'ai souvenir de cette image sur toute la hauteur d'un mur, par exemple, pas juste une petite affichette d'arrêt de bus.

              ce commentaire est sous licence cc by 4 et précédentes

  • # mon test

    Posté par . Évalué à  3 .

    c'est pas mal mieux que le precedent mais tres tres loin de KDE. Exemple debile: le atl-tab pourquoi c'est obligatoirement sur le fenetre d'un seul bureau et pas sur l'ensemble des fenetres. Autrement j'ai eu quelques plantages mais comme j'ai des paquets pas forcement tres cathos c'est peut etre pas la faute de cette version :).

    Le comportement pour le changement des fenetres et autres font que je suis finalement repasse a KDE que je peux configure aux petits oignons mais je ne vois aucunes difficulte (beaucoup moins qu'avec gnome) de mettre mes parents dessus.

    • [^] # Re: mon test

      Posté par (page perso) . Évalué à  4 .

      c'est pas mal mieux que le precedent mais tres tres loin de KDE. Exemple debile: le atl-tab pourquoi c'est obligatoirement sur le fenetre d'un seul bureau et pas sur l'ensemble des fenetres

      Tu peux rajouter « très loin de GNOME » alors, puisque le alt-tab cycle entre tous les bureaux avec gnome-shell.

      • [^] # Re: mon test

        Posté par . Évalué à  2 .

        Et très loin de Xfce vu qu'il peut le faire aussi (depuis au moins la version 4.6, qui a quatre ans..)

        "Quand certains râlent contre systemd, d'autres s'attaquent aux vrais problèmes." (merci Sinma !)

    • [^] # Re: mon test

      Posté par (page perso) . Évalué à  2 .

      En checkant un peu youtube, y en a qui arrive a plus ou moins transformer kde en unity : http://youtu.be/EEXk-ClMO-8

    • [^] # Re: mon test

      Posté par . Évalué à  2 .

      Putain les cons ils ont vire l'hibernation! Il faut éer une règle policykit. C'est crétin.

      • [^] # Re: mon test

        Posté par . Évalué à  4 .

        Putain les cons ils ont vire l'hibernation!

        Les ours ne font plus partie de leur coeur de cible.

  • # Vive déception

    Posté par . Évalué à  5 .

    Je viens d'installer la mise à jour. J'utilisais jusqu'alors la version 11.04 en mode classique (sans unity). Et je suis très déçu:
    - une perte notable de réactivité sur mon portable avec Intel Core 2 T5500 et 2go de RAM, même en supprimant les effets graphiques
    - des erreurs d'ergonomie catastrophiques. Exemple: dans Evolution, les notifications masquent presque complètement la liste des messages; dans ce même programme, il faut maintenant attendre la fin de l'envoi d'un message pour que le programme revienne sur la fenêtre principale;
    - des bugs ou plantages, comme souvent à la sortie d'une nouvelle version, mais toujours agaçants surtout s'agissant d'une version LTS que j'aurais espérée plus mûre.
    - un éloignement des valeurs du libre (selon moi): une logique eye-candy qui ne s'accompagne même pas d'un réel confort d'utilisation (contrairement à Mac OS par exemple); des références permanentes à la "gratuité" dans la logithèque, sans référence à la liberté du code => dérive marchande à terme et aucune pédagogie sur la philosophie du libre.

    Bref, c'est pour moi la fin d'une belle aventure, dans laquelle je croyais. Je ne sais pas encore comment rebondir ni vers quelle sainte distribution me tourner ;-)…

    • [^] # Re: Vive déception

      Posté par (page perso) . Évalué à  5 .

      Comme tout le logiciel libre, c'est un travail qui prends du temps, donc il y a peut être des trucs qui coincent, des bugs. Canonical n'a pas non plus autant d'ingénieurs pour corriger tout les soucis qu'il y a sur d'autres distros, ni un calendrier prévu pour comme pour une Debian.

      Quand à l'éloignement des valeurs du libre, c'est en cours de correction avec des choses comme la possibilité de donner de l'argent à un projet libre, même si je te rejoint sur ce point de vue ( autre exemple de cas ou on al'impression de tentative de marchandisation : http://developer.ubuntu.com/2012/04/ubuntu-software-center-run-jump-thermonuclear-war/ ).

      Encore une fois, Canonical tente d'être à l'équilibre, et ça fait des années qu'ils essayent, sans doute avec plus en plus de succès ( mais je suppose pas pour cette année, vu que l'année fiscale est terminé depuis quelques semaines et Canonical aurait annoncé ça assez vite ). Je doute fort que ça soit une tache facile, surtout après le passage d'une crise mondiale, et en ayant comme concurrents/partenaires des sociétés avec plus de moyens ( Google, VMWare ) ou/et implantés depuis longtemps ( Red Hat, Suse ), ou même sa communauté ( car si Canonical vends le consulting et le support, toute les petites et moins petites boites qui font du support et du consulting ne rapportent pas un kopek à Canonical ).

      Canonical tente vraiment beaucoup de choses :
      - le support ( http://www.ubuntu.com/business/services/overview ), sur du server, du cloud, du desktop, et du dev à façon ( consulting classique )
      - monétisation du copyright ( en permettant d'avoir une version proprio de certain soft, comme le portage android, ubuntu-tv ), comme mysql en son temps
      - revente de musique, de logiciel, de contenu ( http://www.ubuntu.com/devices/tv/commerical-info , https://one.ubuntu.com/music/ )
      - vente de service aux utilisateurs ( ubuntu one https://one.ubuntu.com/services/ )
      - vente de service pour les boites ( projet dans launchpad commerciaux https://launchpad.net/+tour/join-launchpad#commercial , hébergement de landscape )
      - logiciel proprio ( https://launchpad.net/landscape )
      - vente de goodies : http://shop.canonical.com/
      - de la formation : http://shop.canonical.com/index.php?cPath=21

      Il reste encore une paire de business modèle à tenter :
      - l’hébergement à la amazon, rackspace, même si le milieu est ultra concurrentielle et saturé.
      - l'organisation de conf et l’événementiel ( au vue des UDS, ils ont de l'expérience )
      - la revente de livres papiers sur Ubuntu ( mais le créneau est déjà pris ), ou de ebook autour du libre
      - des certifications ( mais c'est déjà une extension de la formation )
      - vendre du hardware ( pour faire comme Apple et Microsoft ), du pc à la console ou le téléphone
      - mettre des publicités partout sur les sites webs et demander aux gens de cliquer à intervalle régulier
      - claquer du pognon et se faire racheter

      et, totalement original, faire des concerts avec Mark comme chanteur ( vu que tout le monde se déplace pour le voir en conférence ), avec Jono Bacon à la guitare.

    • [^] # Re: Vive déception

      Posté par . Évalué à  5 .

      Pour l'ergonomie, c'est normal, apparemment tout le monde a un écran tactile basse résolution, le couple clavier/souris avec écran LCD en 1920*1080 n'existe plus.

      Il faudra s'y faire, Windows8, Mac OS X(convergence mac os/ iOS), Gnome3/Unity,
      tout le monde se met à faire des interfaces daubesque inutilisable, uniquement pensées pour le tactile, et on n'a plus aucun choix, c'est à la mode.
      C'est la convergence des interfaces.
      Le passage d'une fenêtre à l'autre est horrible, le multitâche disparait; j'entends par la travailler sur plusieurs fenêtre cote à cote et à la fois.
      Il peut effectivement arriver sur ces merveilleuse interfaces qu'une application prenne tout l'écran pour afficher juste une bête notification/message.

      Il ne reste plus que GNU/Linux ou l'on peut heureusement trouver des interface pensées pour nos PC, KDE/XFCE, ou Mate(le fork de Gnome2).

  • # Je ne comprends pas...

    Posté par . Évalué à  0 .

    Pourquoi est-ce que Unity lag sur mon pc (Processeur Intel Pentium T4200 Dual Core de 2 GHz, GeForce G 103M, 4Go de RAM…) alors que celui-ci fait tourner de gros jeux 3D sous Windows Vista???
    Avec Ubuntu, simplement réduire une fenêtre est saccadé! Cela demande tant de calculs graphiques??? C'est fou quand même…
    Et je précise que j'ai essayé avec et sans drivers proprio d'installés!

    Sans compter les plantages assez fréquents (2-3 fois par jours, c'est à concurrencer Windows Millénium!).
    C'est ça une version LTS? C'est ça un OS stable??

    Pour une distribution qui se veut la vitrine du libre, je trouve ça vraiment décevant…

    • [^] # Re: Je ne comprends pas...

      Posté par (page perso) . Évalué à  2 .

      tu pourrais copier/coller la sortie de :

      grep 'DRI\|GLX' /var/log/Xorg.0.log

      et de

      glxinfo | grep render

      ?

      ce commentaire est sous licence cc by 4 et précédentes

      • [^] # Re: Je ne comprends pas...

        Posté par . Évalué à  0 .

        Ben non, ça me bourrait trop le mou. J'ai remis mon openSUSE chérie ;-)

        Mais merci quand même…

  • # Déçu par le multi écran avec unity et ubuntu 12.04 TLS

    Posté par (page perso) . Évalué à  0 .

    Très déçu par la gestion du multi-écrans avec deux cartes graphiques avec les distributions sous GNU/Linux… Cependant, j'aime ubuntu 12.04 TLS et unity alors j'ai trouvé mon bonheur ! : http://liojt.com/informatique/ubuntu-multi-ecran-affichages

    A moins que quelqu'un me trouve une solution très stable pour avoir 4 écrans sans bidouiller ubuntu ^ à moins de 500€ j'ai pas trouvé mieux que la nvidia quadro nvs 450 ça fonctionne partout, ça chauffe peu, c'est très stable.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.