L’expression graphique sous GNU/Linux

60
6
mar.
2017
Graphisme/photo

Voici quelques‐uns des logiciels libres les plus connus dans le domaine visuel. Cette liste ne prend en compte que des logiciels avec interface graphique. Des liens et des captures d’écran sont proposés pour chacun, parfois des avis sont donnés.

NdM. : cette dépêche a été rédigée en 2015 et n’a pas été actualisée, seulement réécrite pour plus de clarté.

Sommaire

Régler les couleurs (colorimétrie)

Travailler l’image nécessite une chaîne de travail complètement paramétrée. Le but est d’avoir des couleurs aussi proches que possible entre deux outils, parce qu’il faut bien décider d’un standard sur ce que sont les couleurs. La qualité du matériel ne suffit pas. Il faut calibrer l’écran, le scanneur, l’appareil photo, l’imprimante et tout autre périphérique de la chaîne de travail. On peut le faire tous les six mois dans une version relax, ou toutes les semaines, voire avant chaque travail majeur. Bien entendu il faut aussi travailler avec des logiciels qui gèrent les profils de couleur.

Les périphériques utilisent des composants physiques. Les matériaux, l’assemblage, etc., ne peuvent être parfaits. Par exemple, deux DEL ne sont pas rigoureusement identiques et peuvent émettre une lumière légèrement différente. On calibre donc pour émettre précisément la lumière ou l’encre qui produira la couleur attendue. On calibre aussi en fonction de la lumière ambiante, qui fausse notre perception (soleil et ampoules électriques n’éclairent pas pareil).

Pour un écran, on utilise un colorimètre ou sonde de calibrage : un appareil posé sur la surface afin de capter la lumière émise pendant qu’un logiciel de calibrage affiche divers carrés de couleurs. En comparant la couleur reçue et celle attendue, la sonde génère un profil de couleur (ICC). Ce profil sera utilisé par le système d’exploitation et par les logiciels graphiques pour compenser logiciellement les imperfections physiques d’un écran.
Bien sûr, des sondes similaires existent pour calibrer les imprimantes, les scanneurs, etc.

Il faut aussi choisir la température de couleur, c’est‐à‐dire la couleur attendue pour le blanc, qui peut tendre plutôt vers le jaune ou vers le bleu, notamment en fonction du médium cible : impression, écran, projection, etc. C’est la fameuse balance des blancs en vidéo.

Colorhug, une sonde OpenHardware

Logo ColorHug
Il existe de nombreuses sondes de calibrage pour l’écran, du bon et du moins bon, du cher et du bon marché. Parmi celles‐ci, la petite société Hughski, d’Ania et Richard Hughes, propose une sonde OpenHardware (Richard Hughes étant un libriste que l’on peut croiser dans diverses conférences). Vous pouvez la commander pour un prix entre 62 £ et 70 £ (~ 90 € en 2015) selon votre situation géographique. Vous pouvez aussi la construire vous‐même avec les plans (CERN v1.1+)! Le micrologiciel est disponible en GPL v2. Les logiciels de calibration eux‐mêmes sont libres et disponibles principalement pour GNU/Linux.

Un ColorHug amélioré (ColorHug2) est aussi en cours de fabrication et un spectrophotomètre (ColorHug+) est en préparation (il n’en existe qu’un prototype en cours d’amélioration. Son élaboration a pris du retard à la suite d’une naissance dans la famille Hughes).

N. D. M. : Depuis la sonde ColorHug2 est sortie et disponible pour 95 £ (environ 110 €).

ColorHug sur écran

Jehan :

Je possède cette sonde, et c’est juste génial que ça existe. Malheureusement, je ne possède pas d’autres sondes du marché et ne peux vraiment comparer. On lit des avis de temps en temps de gens qui pensent qu’elle ne vaut pas le coup, mais sans vraiment l’avoir essayé ! Alors, est‐ce vraiment juste un jouet ou plutôt un a priori contre le Libre et l’open hardware (qui ne peut, bien sûr, se comparer aux équivalents proprios à trois fois le prix, selon la pensée commune !) ? C’est dommage qu’aucun site de matériel ne tente de comparaison entre ce colorimètre et d’autres modèles propriétaires plus classiques. On trouve au moins un blog qui a fait une comparaison avec un Spyder3 et le ColorHug obtient un très bon résultat face au concurrent propriétaire plus cher (la conclusion est en gros : il n’y a pas de vainqueur clair, les deux sondes se valent).
J’aimerais plus de tests pour savoir ce qu’elle vaut, honnêtement et sans a priori. Car c’est super d’avoir du matos open hardware, mais ce serait encore mieux de savoir ce que la sonde vaut vraiment (pas nécessairement pour prouver qu’elle est mieux que tout le reste, mais au moins qu’elle se compare et s’en sort honorablement).
C’est assez triste aussi de voir des professionnels qui ne cherchent même pas à comprendre comment marchent les couleurs et le calibrage (c’est un sujet très complexe et moi‐même ne comprends pas tout et dis sûrement beaucoup de conneries, mais j’essaie de me former). Ils se contentent d’acheter un écran super cher « calibré en usine » (dixit le constructeur) et ne le calibrent jamais pendant toute son utilisation. Mon conseil donc : si votre métier est dans l’image numérique, documentez‐vous un peu sur la technique.


Peindre ou dessiner

Tablettes graphiques Wacom

logo de wacom
Wacom est une entreprise japonaise et l’un des plus grands producteurs mondiaux de tablettes graphiques. Ses produits sont généralement bien reconnus sous GNU/Linux, bien qu’ils n’en aient pas de support officiel. Il y a en général peu de risques de problème de prise en charge, sauf à prendre un produit sorti très récemment. Notons que ce ne sont malheureusement pas des produits open hardware et qu’ils sont lourdement utilisateurs de brevets. Malheureusement, il n’existe aucun projet alternatif en open hardware (à notre connaissance) et cette entreprise est en quasi monopole sur ce type de produits, notamment grâce à ses brevets pour empêcher quiconque de reproduire, par exemple, sa technologie de stylos sans batterie (la plupart des concurrents auront des stylos alimentés par batterie séparée).
tablette graphique

Alchemy : croquis

logo
Un logiciel pour dessiner avec une touche d’aléatoire et d’expérimentation. Il n’est pas destiné à produire des dessins finis, mais à démarrer un processus de création.

Oubliez les outils conventionnels, comme la plume ou le pinceau, et découvrez d’autres techniques de dessin. Par exemple, un outil permettant de tracer un trait qui se déforme plus ou moins selon la vitesse à laquelle on le trace. Un autre permettant de faire réagir le tracé en fonction du son qui est capté par le microphone de l’ordinateur. Il faut vraiment utiliser le logiciel pour se rendre compte du potentiel de ses outils.

Jehan :

Le site d’Alchemy n’est plus mis à jour depuis 2010 et son code n’a pas été touché depuis 2014. Néanmoins, ce logiciel est encore régulièrement utilisé et on trouve de nombreux tutoriels ou articles expliquant comment s’en servir sur le Web, notamment pour les systèmes d’exploitation propriétaires au côté de logiciels propriétaires. Peut‐être simplement n’a‐t‐il plus tellement besoin d’évoluer ? Il n’est en tous cas clairement pas fait pour des dessins de bout en bout, plutôt pour expérimenter avant d’importer dans un logiciel plus puissant. Ce n’est pas une nécessité, de nombreux artistes s’en passent très bien et n’en ressentent pas vraiment le besoin, d’autres semblent adorer. Je pense qu’il méritait donc d’être cité dans cette sélection et à vous de vous faire une idée !

réalisation
réalisation
réalisation
réalisation

Krita : dessin

logo de Krita
Krita est un logiciel de traitement d’image point à point. Il s’adresse aux professionnels du graphisme, de l’illustration, de la bande dessinée et de la création de texture. Il intègre des calques, des filtres et une gestion de plusieurs systèmes de couleurs comme RVB, CMJN pour une exportation en PNG, JPEG, TIFF, PPM ou PGM. L’interface et les raccourcis sont également personnalisables.

Julien.D :

Krita est un magnifique outil, vraiment. L’interface est simple et puissante, le nombre de brosses est important (et d’autres sont téléchargeables) et il gère parfaitement les tablettes graphiques. Je tiens à souligner la qualité de l’interface et de l’expérience utilisateur, bien que je regrette le fait de ne pas pouvoir ajouter des brosses dans le menu contextuel au clic droit dans un cercle extérieur. J’imagine que soit les artistes ne travaillent pas comme moi, soit c’est un vrai manque qui mériterait d’être corrigé, car je n’ai pas trouvé d'autres défauts à ce logiciel.

interface de Krita
interface de Krita

MyPaint : dessin

logo de MyPaint
C’est une application graphique facile et rapide pour le dessin numérique.

Jehan :

Des trois ténors du dessin sous GNU/Linux (GIMP, Krita et MyPaint), MyPaint semble le plus adapté pour se mettre directement au travail. Alors que les deux autres nécessitent de l’apprentissage pour être efficace, MyPaint a une interface bien plus simple et directe : on branche la tablette, on lance, on arrive directement sur une feuille blanche infinie et on se met à dessiner. Rien de plus simple. On se croirait presque avec une feuille et un crayon ! Bien qu’il lui manque quelques fonctionnalités avancées qu’auront les deux autres, il reste tout de même un logiciel de dessin évolué et, passée cette première rencontre, rien ne vous empêchera de continuer à l’utiliser en explorant davantage ses possibilités, notamment son système de brosses très agréables qui a fait sa popularité.

Interface de MyPaint

Inkscape, pour le dessin vectoriel

logo
Inkscape est un logiciel libre de dessin vectoriel sous licence GNU GPL et un puissant outil d’édition graphique, tout en étant entièrement conforme avec les standards XML, SVG et CSS du W3C.

Il offre des outils de texte et de dessin souples comme des courbes de Bézier et spirographiques pour vous aider à réaliser de jolis traits, le tout dans une interface intuitive et en étant compatible avec de nombreux formats.

interface
interface

GIMP : retouche d’images, dessin, composition…

Wilber, la mascotte de Gimp
GIMP, GNU Image Manipulation Program, est un logiciel générique pour la manipulation des images, allant de la retouche photo et composition, jusqu’à la création d’images (dessin, peinture numérique…).
Ses capacités sont nombreuses et en font un logiciel surtout destiné aux professionnels et amateurs avertis. Le logiciel est disponible pour de nombreux systèmes d’exploitation (GNU/Linux, Mac OS X, Windows, BSD, Solaris…) et dans plusieurs dizaines de langues.

Jehan :

J’ai un avis assez biaisé sur GIMP puisque j’en suis un développeur. Globalement, je pense que GIMP est un super logiciel, que ce soit pour l’édition photographique ou le dessin, et surtout qu’il est vraiment une force importante qui fait avancer le logiciel libre historiquement, à l’origine de nouvelles idées, concepts et technologies (GTK+, babl et GEGL…). Voir mon interview pour un avis plus détaillé, notamment la seconde partie où je donne des avis subjectifs sur ce qu’apporte GIMP au logiciel libre, son utilisation et son futur.

Dessin sur GIMP
Interface de Gimp

Blender : modélisation, animation et jeux en 3D

logo de blender
C’est un logiciel libre de modélisation, d’animation et de rendu en 3D. Il dispose de fonctions avancées de modélisation, de sculpture 3D, de dépliage UV, de création de textures et d’armatures, de rigging, d’animation 3D et de rendu. Il gère aussi le montage vidéo non linéaire, la composition, la création nodale de matériaux, la création d’applications 3D interactives ou de jeux vidéo grâce à son moteur de jeu intégré (le Blender Game Engine), ainsi que diverses simulations physiques, telles que les particules, les corps rigides, les corps souples et les fluides.

Jehan :

L’un des plus gros succès du Libre, né de ce qui fut probablement le premier financement participatif massif de l’histoire organisé sur Internet. Il est dorénavant reconnu professionnellement (je l’ai vu notamment sur les listes de Pôle Emploi des qualifications en logiciels !) et ne cesse de s’améliorer.

Interface de Blender
Exemple d’un cheval réalisé avec Blender


Photographier

Entangle : contrôle et prise de vue à distance

logo
Entangle est un logiciel libre de capture et contrôle d’appareil photo numérique (APN) pour environnement graphique GTK.

Il utilise la bibliothèque gPhoto pour communiquer avec les APN qui le prennent en charge. Il est possible, comme dans GTKam ou Darktable, de configurer les différents paramètres de prise de vue directement via l’interface et, comme GTKam et DigiKam, d’avoir une vue en temps réel du viseur avant la capture. Il a l’avantage par rapport à ces deux autres logiciels d’être spécialisé dans la capture et l’interface a donc été optimisée pour cette tâche.

Jehan :

Outil génial pour la capture photographique à distance. Vous branchez votre appareil photo reflex numérique (DSLR), en général par câble USB, à votre ordinateur et vous gérer tout le reste depuis l’interface d’Entangle : mise au point, choix des options (ISO, etc.) jusqu’à la capture. Cela est utile notamment lorsque vous souhaitez travailler en touchant le moins possible l’appareil photo, comme dans le cas de la photo astronomique.
Une autre utilisation possible est la prise de photos pour animation stopmotion. Entangle commence en effet à acquérir quelques fonctionnalités dans ce sens (onion‐skinning notamment).
Le logiciel est stable et activement développé.

interface

RawTherapee : développement numérique

Jehan :

On en entend un peu moins parler que Darktable, mais je sais de source de photographe pro utilisant du Libre (Patrick David) qu’il est également bon et utilisé. Et, surtout, il a un avantage sur Darktable : il est utilisable sous Windows ! Nous autres, Linuxiens, nous nous en foutons, mais ça fait la différence pour beaucoup d’autres.

interface
interface

Darktable : développement numérique

logo
Darktable est un gestionnaire de photos libre sous licence GPL v3. Son développeur le décrit comme une table lumineuse, ainsi qu’une chambre noire pour les photographes : il gère vos « négatifs numériques » dans une base de données et permet de les visionner à travers une « table lumineuse zoomable » ou un gestionnaire de fichiers. Il permet également de traiter et de retoucher les images brutes (raw) de façon entièrement non destructive. Il est conçu pour le bureau GNOME et est disponible en français.

Il est aussi possible de piloter un appareil photo directement avec le module capture. Le module carte, quant à lui, permet de géolocaliser ses photos ou de rechercher ces dernières par zone géographique. Enfin, un module diaporama simple permet de présenter ses photos directement depuis l’interface sans les exporter préalablement. À noter que la prochaine version se verra ajouter un module d’impression, ce module est déjà fonctionnel dans la version de développement.

L’ensemble forme un logiciel complet tout-en-un pour les photographes.

N. D. M. : Le module d’impression est maintenant disponible

Jehan :

La référence pour le développement numérique sous GNU/Linux. Si vous cherchez un seul logiciel pour développer vos photos raw et que vous ne voulez pas vous poser trop de questions et tester à droite à gauche, ne cherchez plus, vous l’avez trouvé. Un complément de qualité peut être GIMP, bien qu’il soit en général à utiliser après Darktable, où vous effectuerez le traitement initial.

interface
interface

Hugin, assemblage de photo

Hugin est un logiciel d’assemblage de photographies, il sert à faire de la photographie panoramique et de l’imagerie à grande gamme dynamique. Ce logiciel propose divers algorithmes très efficaces pour détecter les points communs de plusieurs images afin de les assembler, les superposer, les déformer, fusionner les recouvrements et uniformiser les expositions. Une fois la détection automatique terminée, il est possible de reprendre manuellement les points de contrôle (ce qui est utile lorsque la prise de vue n’était pas optimale). Hugin propose ensuite plusieurs types de projections et la possibilité de déformer manuellement l’image selon son désir.

Thomas :

Je l’utilise depuis près de huit ans maintenant et je ne saurais m’en passer. Certains appareils photos numériques proposent des fonctionnalités intégrées de composition de panoramique par assemblage, mais ils ne peuvent évidemment pas rivaliser avec un logiciel dédié à cette tâche comme Hugin et ne peuvent bénéficier de la puissance de calcul d’un ordinateur de bureau ! Il fait ce pour quoi il est fait et il le fait très bien !

Interface d’Hugin
Points de contrôle d’Hugin

ffDiaporama pour les montages photos

logo
ffDiaporama offre une approche alternative à la traditionnelle ligne de temps.
Il permet notamment de créer très rapidement un film à partir d’un album photo en ajoutant des effets et transitions.

ffDiaporama est une application pour monter et transformer ses films et photos de vacances en film pouvant être visualisés sur téléphone, tablette, TV, iPod, etc., ou être publiés sur le Web.

interface
interface


Faire un film

La caméra AXIOM

AXIOM est une caméra de cinéma open hardware construite par le projet Apertus°. Ce dernier est né à l’origine comme un fork des caméras open hardware de la société américaine Elphel, Inc.. Les caméras Elphel se sont notamment distinguées en étant retenues par Google pour équiper ses voitures Google cars.
Malheureusement, la société Elphel a un penchant pour la vidéo plutôt scientifique, ce qui a conduit certains membres de la communauté à vouloir les détourner de leur but initial, puis plus tard à se mettre à rêver de construire leur propre caméra open hardware, destinée à l’image cinéma. Ce projet a pu voir le jour grâce à Sebastian Pichelhofer, ancien employé Elphel qui décida de se consacrer à temps plein à Apertus°. Leur financement participatif en 2014 a connu un gros succès et les premières caméras devraient passer en production très prochainement.

photo

Kdenlive

logo
Kdenlive est un éditeur vidéo non linéaire, permettant de monter sons et images avec divers effets spéciaux. Il bénéficie ainsi de tous les codeurs et décodeurs audio ou vidéo gérés par FFmpeg ou son alternative Libav.

Jehan :

Probablement l’un des plus stables parmi les éditeurs libres (de réputation du moins). En revanche, mes essais ne furent pas concluants à cause du manque de fonctionnalités de base. Notamment la non‐gestion de la transparence des pistes (il se trouve qu’il faut en fait rajouter une « transition » en « composite » pour y arriver, mais cela me paraît overkill pour une fonctionnalité qui devrait être basique, surtout quand on fait de l’animation d’images).
En revanche, pour de la vidéo seulement, c’est probablement un très bon logiciel.

Loul :

La version Qt4/KDE4 (0.9.10 de 2014) est bien mature et stable (encore que ces promesses dépendent des bibliothèques multimédia sous‐jacentes)
Les versions Qt5/KF5 apportent le renouveau, la 15.08 apportant plein de nouveautés (effets du processeurs graphique, colorimétrie simplifiée…) et quelques régressions !
Effectivement, l’animation n’est pas sa cible d’utilisation, mais avec des retours cela peut rapidement évoluer !

kdenlive

Openshot

logo
OpenShot Video Editor est un logiciel nouvelle génération de montage vidéo non linéaire. Il est multi‐piste audio, vidéo et image, et permet l’utilisation de transitions et d’effets (audio et vidéo) dans une interface claire et agréable. Il s’adresse à la fois aux débutants et aux personnes exigeantes.

Jehan :

Un logiciel qui a le vent en poupe suite à son financement participatif qui a connu un beau succès, il y a deux ans. Nous sommes cependant toujours en attente du renouveau promis, et mes derniers tests (il y a quelques mois) ne furent pas concluants, notamment à cause de gros problèmes de stabilité (des crashs sur des actions aussi simples qu’importer une vidéo). D’après moi, il n’est pas prêt pour une utilisation pro, mais cela reste tout de même un logiciel à garder à l’œil en espérant qu’il nous réservera des surprises.

interface

Pitivi

logo
Pitivi est un logiciel libre de montage vidéo. Il peut être utilisé pour réaliser également des diaporamas vidéo en montant aussi bien des petits films (très courants sur les appareils photo actuels), des photos et de la musique. Basé sur l’infrastructure GStreamer, il accepte une multitude de formats multimédia. Son utilisation se veut simple et sa prise en main rapide.
Une campagne de financement est toujours en cours pour soutenir son développement très actif avec plein de choses en cours de réécriture et beaucoup de travail sur les briques amont (GStreamer et ses composants orientés montage et édition : GES, NLE). L’un des développeurs alimente son blogue avec l’actualité du projet.
Une 3e bêta est en préparation (aka v0.95).

Jehan :

Un logiciel bien en vue grâce à des développeurs motivés et très actifs ces dernières années, comme en témoigne leur financement en cours. J’ai personnellement eu quelques problèmes de stabilité lors de mes derniers tests (qui datent de quelques mois), ce qui ne me convenait pas (la stabilité étant l’un des points les plus importants). Mais il reste clairement un logiciel sur lequel il faut garder un œil régulièrement.

interface

Blender VSE

Blender, présenté plus haut comme logiciel de modélisation et animation 3D, a également un module d’édition linéaire, appelé VSE (Video Sequencer Editor), qui permet d’éditer, bien entendu, des scènes 3D, mais également de la 2D à partir de rushes vidéo ou de dessins.

L’éditeur Node de Blender est aussi très utilisé pour de la composition d’images et des effets sur de la vidéo.

Jehan:

À l’heure actuelle, notre éditeur de choix dans la sélection du Libre. Il est très stable et a vraiment des fonctionnalités avancées. Par exemple, le fait de pouvoir créer des key frames (puis éditer les courbes) sur n’importe quel élément de configuration, c’est juste génial. Maintenant, il mériterait une simplification pour certaines opérations de base (qui pourraient juste être des presets d’opérations plus compliquées), certaines interfaces utilisateur améliorées, la gestion du texte pour ajouter des effets de texte aisément directement sur une vidéo, etc. On peut tout faire, mais tout est compliqué. Il souffre particulièrement du fait de ne plus avoir de mainteneur (ce que m’avait dit Ton en mai 2014 déjà, et il fut récemment confirmé que c’était toujours le cas), et donc seuls des correctifs et petites fonctionnalités esthétiques passent, mais pas les grosses fonctionnalités nécessaires.

VSE to edit ZeMarmot

Cinelerra

logo
Cinelerra est un logiciel libre de montage audio‐vidéo non linéaire sophistiqué, équivalent aux logiciels propriétaires Adobe Première™, Final Cut™ et Sony Vegas™.

Cinelerra est un outil de montage complet, qui peut faire :

  • des transitions et la possibilité d’en créer de nouvelles de son cru ;
  • des effets vidéo complexes qui sont tous « keyframable » ;
  • des modifications sur la partie audio du montage, réglages des volumes, effets audio, spatialisation du son ;
  • de la composition vidéo de très haut niveau, avec une fonction « masque » permettant de cacher ou rendre transparente des zones de l’image.

Liens :

Jehan :

J’ai déjà donné un avis assez critique sur LinuxFr.org au sujet de Cinelerra, il y a quelque temps. Mon avis perso n’a pas vraiment changé, mais simplement je ne l’ai pas réessayé depuis plusieurs années. Depuis, j’ai croisé deux ou trois personnes qui me disaient l’utiliser et à qui il convenait. Quand on regarde le journal du dépôt de source de la version communautaire de Cinelerra, on constate que ce n’est pas mort, même si ce n’est pas non plus d’une activité débordante. Je ne pense pas réessayer car j’aurais plutôt mes espoirs ailleurs, mais sait‐on jamais. Peut‐être reviendra‐t‐il dans la course ?

interface

Les interfaces de contrôle vidéo Shuttle pro v2 et MCS3

Shuttle pro v2, par Contour-design
Sous Kdenlive, une petite interface pour la configurer, dans options / roue de montage, et en avant ! (peut‐être faut‐il encore s’ajouter au groupe input et/ou écrire une règle udev, mais c’est facilement trouvable).
Quinze boutons, dont la double molette, avec une moulinette image par image et une bague d’avance et retour rapide. Elle marche très bien (et depuis plusieurs années), mais les boutons sont un peu « clicky clicky ».
Elle s’achète pour une centaine d’euros et c’est bien pratique pour de longues sessions de montage. À noter, sur ce compte GitHub, de quoi la faire fonctionner avec Ardour. Éventuellement, il y a de quoi la faire fonctionner avec Kino.

Cent euros tout de même, mais c’est moins cher que la MCS3 de JLCooper, qui tape dans les 1 000 euros (elle marche également avec Kdenlive).
MCS3 USB


Quelques exemples de réalisations

Les courts métrages en 3D de la Fondation Blender

À chaque nouvelle version de Blender, une fonctionnalité importante est ajoutée et est utilisée dans un court‐métrage de la Fondation Blender pour montrer les capacités de Blender.

Elephants Dream en 2006

capture

Big Buck Bunny et le jeu Yo Frankie! en 2008

affiche
bbb-splash

Sintel en 2010

affiche

Tears of Steel en 2012

affiche

Le dessin animé ZeMarmot

Plusieurs fois présenté sur LinuxFr.org, ce projet d’animation totalement libre est mené par Aryeom et Jehan. L’une étant illustratrice et réalisatrice, l’autre développeur GIMP, la production de ce film ZeMarmot génère beaucoup d’amélioration et de nouveaux outils dans GIMP.

Zemarmot
Zemarmot

Livres illustrés

Le Framablog a traduit l’interview d’une illustratrice allemande, grande utilisatrice de Krita. Elle l’a notamment utilisé pour les couvertures de la série Les Annales du disque monde de Terry Pratchet.

Et vous ?

Quelle est votre impression sur les logiciels libres existants dans le domaine de l’art, les utilisez‐vous dans un contexte personnel et/ou professionnel, certaines fonctions vous semblent‐elles manquantes dans les logiciels libres, quelle impression en avez‐vous à l’utilisation ? Si vous utilisez encore des logiciels privateurs, quels sont les critères qui font que vous restez dessus ?

  • # Coquille ...

    Posté par (page perso) . Évalué à 0 (+2/-2).

    Peindre ou dessiNer ;)

  • # Pepper & Carrot

    Posté par . Évalué à 10 (+10/-0).

    Dans les exemples notables il faut mentionner la BD "Pepper & Carrot" de David Revoy réalisée avec Krita (sources disponibles sous licence CC-BY).

    La BD a été publiée par les Éditions Glénat et David a publié un billet de blog décrivant le processus de production dans un environnement où l'utilisation de logiciels libres était une première

  • # J'aimais bien Gimp

    Posté par . Évalué à 1 (+5/-6).

    Ceci est moins une raillerie qu'un moyen d'expression.

    J'aimais bien Gimp… jusqu'à ce que l'interface soit complètement refondue. Et, non, ce n'est pas une résistance au changement. Par exemple: gérer la tailles des outils de manière logarithmique est une bonne idée, certes mais 1) la valeur par défaut n'est jamais la bonne et 2) les tailles de brosses qui m'intéressent (8-50px) sont en dessous du seuil où le curseur de réglage dans Gimp donne une idée pertiente de la taille qu'on est en train de régler. Autrement dit: les valeurs qui m'intéressent sont confinées dans les premiers pixels de la glissière (si c'est ainsi qu'on l'appelle). Inutile.

    Ensuite, j'ai déjà mauvaise mémoire et ne peux plus savoir quand date ma dernière sauvegarde à cause de l'export: oui, parce que je travaill(ais|e) souvent avec des projets intermédiaires et enregistrer un fichier Gimp à chaque fois que je fais une retouche sur une bête image JPG, PNG (ou quoi que ce soit de pas XCF), ça m'emmerde. Et l'exportation, puisque c'est de ça qu'il s'agit, ne me dit pas de quand date ma dernière sauvegarde, si c'est de 10 minutes ou de 2 heures. Alors je comprends qu'on en vienne là, juste pour que ceux qui ont pu écraser leurs images d'origine par un projet Gimp ne se retrouvent pas dans la mouise. Mais [sarcasme]emmerder tous ceux qui s'y étaient fait[/sarcasme] n'était pas la seule façon.

    Je comprends aussi qu'on ait pu faire un fork (qui n'a guère tenu d'ailleurs, ce que je comprends, toujours) mais ce que je retiens des débats d'alors, c'est du gaspillage de temps et de ressources, ainsi qu'un gigantesque dialogue de sourds lorsqu'on s'entend dire «we won't change our code paths for [insert your modification request here]», quelle que soit la requête ou le commentaire, pertinent ou pas, ça dissuade de suggérer quoi que ce soit — j'ai déjà [tenté de] discuter avec les développeurs sur la mailing list, jadis. Mais ça a tourné en eau de boudin. La remarque que j'avais faite, d'ailleurs, sur les glissières de réglage des tailles — qui vous donnent des tailles épouvantablement et inutilement énormes à fond d'échelle, au point de faire ramer la machine la plus rapide que je possède (j'aime bien une brosse de 10.000 pixels de large sur un écran HD et non, ma machine n'est pas un 386) n'a jamais été prise en compte (bien qu'un développeur l'ait accueillie favorablement si j'ai bonne mémoire), pas plus que le reste de mes commentaires — j'en ai oublié le contenu, le seul truc dont je me souvienne ici, c'est ce que je viens de raconter.

    Alors, Gimp? Je l'aimais bien oui. Mais ce n'est plus mon logiciel [d'imagerie et de dessin] préféré. D'autant qu'il ne m'a pas non plus redonné envie de refaire du dessin à l'ordi alors que c'était lui et son interface — je les appréciais énormément tous les deux — qui, il y a des années ont "gonflé" mon envie de me lancer. La technicité de Gimp est impressionnante à plus d'un juste titre mais là, son interface m'emmerde plus que de me rendre service et je ne m'y suis toujours pas fait; alors je suis passé à autre chose.

    Je suis resté avec MyPaint seulement il ne me satisf(ais)ait pas entièrement. Mais comme je ne dessine plus qu'une fois au bout d'une éclipse solaire totale, maintenant, je m'en fous un peu. J'essaierai sans doute KRita, un jour, si j'ai l'occasion. Le seul truc c'est d'avoir à installer tout Qt sur une machine qui tourne exclusivement avec des paquets GTK… qui sait je repasserai peut-être à KDE un jour aussi.

    En tous cas merci pour ce beau tour d'horizon. J'ai appris l'existence de très beaux outils libre dans le traitement d'image, dont je ne soupçonnais même pas l'existence.

    • [^] # Re: J'aime bien Gimp

      Posté par . Évalué à 6 (+9/-4). Dernière modification le 06/03/17 à 14:26.

      2) les tailles de brosses qui m'intéressent (8-50px) sont en dessous du seuil où le curseur de réglage dans Gimp

      Gimp te permet d'entrer une valeur numérique, un click sur la glissière et le reste au clavier. Ne vient pas dire que c'est laborieux, la précision nécessite une manipulation "précise". :)

      Ensuite, j'ai déjà mauvaise mémoire et ne peux plus savoir quand date ma dernière sauvegarde à cause de l'export: oui, parce que je travaill(ais|e) souvent avec des projets intermédiaires et enregistrer un fichier Gimp à chaque fois que je fais une retouche sur une bête image JPG, PNG (ou quoi que ce soit de pas XCF), ça m'emmerde. Et l'exportation, puisque c'est de ça qu'il s'agit, ne me dit pas de quand date ma dernière sauvegarde, si c'est de 10 minutes ou de 2 heures.

      Une complainte inutile, franchement. Ce processus est complètement cohérent, c'est plutôt ton approche qui est périlleuse.
      Ça te sert à quoi de savoir que ton .png a été modifié il y a 10m ou 2h si tu ne connais pas ta dernière action ou l'ensemble des actions appliqués. L'historique n'étant pas sauvegardé contrairement avec le format natif.

      Mais ta complainte est d'autant plus déplacée étant donné que tu peux réassigner le raccourci. Gimp possédant le meilleur gestionnaire de raccourcis qui existe!

      • [^] # Re: J'aim*ais* bien Gimp

        Posté par . Évalué à 2 (+3/-3).

        Gimp te permet d'entrer une valeur numérique, un click sur la glissière et le reste au clavier. Ne vient pas dire que c'est laborieux, la précision nécessite une manipulation "précise". :)

        Oui. Sauf que 1) avec une tablette genre Cintiq, devoir me farcir le clavier là où j'ai déjà du mal à poser la tablette, ça le fait moins, d'autant plus que ce genre de tablette est précisément faite pour se passer du clavier! Je n'ai qu'à m'organiser, c'est ça? Ou utiliser un clavier virtuel avec le stylet? 2) Quelle est la pertinence d'avoir comme limite maximum 10.000 (dix mille) points de largeur de brosse? Et me demander de taper au clavier une valeur alors que ce serait bien plus pratique de régler le curseur avec le stylet… c'est pas un peu contre-productif tout ça?

        Remarque, c'est vrai que je pourrais recompiler GIMP avec une valeur qui m'arrange au lieu de 10.000… Par contre, si cette valeur (10.000) est paramétrable, alors je veux bien la fermer.

        Une complainte inutile, franchement. Ce processus est complètement cohérent, c'est plutôt ton approche qui est périlleuse.

        Et toi, tu as loupé le point.

        Mon approche est périlleuse parce que GIMP impose la création d'un projet XCF dès qu'on veut sauvegarder. En contrepartie mon approche est périlleuse, certes, mais devoir enregistrer un projet XCF même pour une modification de 10 minutes (je donne un chiffre comme ça), ça m'emmerde. Mon argument sur le moment de la sauvegarde n'est qu'une conséquence de tout ça.

        Je suis conscient qu'il fallait faire quelque chose vu qu'avant, ceux qui — comme moi — modifiaient une image à partir d'un fichier plat, pas XCF, se retrouvaient avec une image dans un fichier plat après avoir quitté GIMP mais sans fichier projet XCF, sans calque — de ça, je ne m'en suis jamais plaint, je savais ce que je faisais. Mais n'aurait-ce pas été, par exemple, envisageable de simplement demander à l'utilisateur ce qu'il compte faire? Genre "Écraser ou créer un projet" ?

        Et là, la réponse que j'ai reçue, c'est "il y a déjà assez de boîtes de dialogue comme ça"… Désolé mais ce genre de réponse, ça me donne des pustules.

        • [^] # Re: J'aim*ais* bien Gimp

          Posté par . Évalué à 5 (+3/-0).

          http://shallowsky.com/blog/gimp/saver.html

          Depending on the time of day, the French go either way.

          • [^] # Re: J'aim*ais* bien Gimp

            Posté par . Évalué à 1 (+0/-1).

            http://shallowsky.com/blog/gimp/saver.html

            Impec! Merci!

            «The split between Save and Export that GIMP introduced in version 2.8 has been a matter of much controversy. It's been over two years now, and people are still complaining on the gimp-users list.»

            C'est pas pour faire semblant de donner plus de légitimité à mon argumentation mais je me sens moins seul, d'un coup.

            Et pour les bornes maximales des glissières, il y a quelque chose du même genre?

        • [^] # Re: J'aime(si, si) bien Gimp

          Posté par . Évalué à 1 (+3/-3). Dernière modification le 09/03/17 à 17:37.

          Oui. Sauf que 1) avec une tablette genre Cintiq, devoir me farcir le clavier là où j'ai déjà du mal à poser la tablette…

          Tu n'utilises manifestement pas Gimp (bis repetita) et j'attendais justement ta réponse :)

          Tu as à vu de nez 3 façons de faire depuis la fenêtre Tool Options

          Depuis le widget glissière correspondant à l'attribut taille de brosse , tu as 3 façons:

          1. la classique avec le curseur. Sauf que le dit curseur n'est pas si classique* on verre plus bas.
          2. les deux boutons flèches à la toute droite du widget pour ajout/diminution incrémentale.
          3. l'entrée numérique au clavier.

          Concernant le curseur, si tu avais prêté attention quand tu plaçais ta souris sur le widget tu aurais vu un changement de curseur selon la hauteur où tu te trouves. Le widget en question est découpé en 2 zones fonctionnelles haute et basse.
          La partie inférieur qui te permet de diminuer/augmenter la taille de la brosse de manière continue selon que tu maintiens et déplace de gauche à droite - tu n'as pas besoin d'être sur la ligne verticale indiquant la valeur actuelle, c'est un progression relative et tu peux continuer à diminuer/augementer même au sortant du widget du moment que tu ne lâches pas la pression.

          En suite, si tu as envie d'aller plus vite, genre passer de 50 à 500, il te suffit, dans la partie supérieur du widget - l'icône de la souris change - de cliquer plus ou moins à la moitié de la longueur de ton widget.

          Il y a aussi une 4ème façon… les merveilleux raccourcis clavier!

          Tiens tu sais, je vais t'en donner une 5ème! Tu définis une taille par défaut à ta brosse ou tu crées un jeu de brosses de précisions.

          Et quant à l'excuse de la Cintiq, c'est tout simplement faux! La Cintiq et même les classiques n'ont jamais eu la prétention de te faire bosser sans clavier.
          Je doute d'ailleurs que tu aies une Cintiq ou que tu sois un infographiste professionnel.

          Et là, la réponse que j'ai reçue, c'est "il y a déjà assez de boîtes de dialogue comme ça"… Désolé mais ce genre de réponse, ça me donne des pustules.

          Ben non, je t'en ai donné une autre, tu réassignes CTRL-S à la fonction export et on en parle plus.

          J'ai un respect infini aux devs Gimp, il faut avoir le dos solide pour supporter ce bruit qui découlent d'une méconnaissance du logiciel.
          Ça ne sous-entend pas que le logiciel est parfait mais il est moins "débile" que certains le laissent entendre.

          • [^] # Re: J'aime(si, si) bien Gimp

            Posté par (page perso) . Évalué à 2 (+4/-4).

            Ben non, je t'en ai donné une autre, tu réassignes CTRL-S à la fonction export et on en parle plus.

            Ce qui est très utile sans clavier.

            Arrête de donner des leçons, svp. La personne à un problème lié à l'ergonomie, elle l'expose. Pourquoi répondre en l'accusant ? tu donnes une solution qui ne lui convient pas et tu en conclues qu'il vient exprès dire du mal de Gimp ? reviens sur terre, svp.

            "La liberté est à l'homme ce que les ailes sont à l'oiseau" Jean-Pierre Rosnay

            • [^] # Re: J'aime(si, si) bien Gimp

              Posté par . Évalué à -2 (+1/-4).

              Ben non, je t'en ai donné une autre, tu réassignes CTRL-S à la fonction export et on en parle plus.
              

              Ce qui est très utile sans clavier.

              Oui mais il faut savoir lire aussi. L'excuse du clavier il ne l'a pas sorti pour la sauvegarde de fichier et cette action ne pose pas de problème ni à la souris ni au stylet donc la discussion n'aurait pas lieu d'être. En fait, dans les 2 cas elle n'a pas lieu d'être. :P

              Son problème d'ergonomie concernant les brosses est due à une mauvaise approche.
              Par defaut, les grosses brosses texturées ont une taille dans la centaine de pixel et ça a du sens vu que c'est un motif qui sert à imiter un effet. Bosser avec ces brosses bitmap dans la plage qu'il veut utiliser serait stupide.
              On me dira qu'il pourrait utiliser la même "round brush" autant à 5 et 200px, bien mais y a déjà des round brush de différentes tailles prédéfinies.

              Toujours est-il que je ne vois aucune situation dans laquelle le passage instantanée de 200px à 5 ou 10px est justifié et qu'au pire, "perdre" 2 secondes à entrer la valeur au clavier serait disuassif et puis, comme je l'ai expliqué avec la logique du widget, il n'est même pas nécessaire d'utiliser le clavier. Donc encore une discussion qui n'a pas lieu d'être.

              Gimp a d'autres lacunes, des évidentes (cf. module texte) et dont les devs sont au courant et d'autres que seuls des utilisateurs avancés pourraient rencontrer et je doute que les devs rejeteraient de tels "rapports" ou "plaintes".

              En passant, il sait se défendre tout seul si il se sent agressé.

              • [^] # Re: J'aime(si, si) bien Gimp

                Posté par (page perso) . Évalué à 4 (+3/-1).

                En passant, il sait se défendre tout seul si il se sent agressé.

                Et ça te donne le droit de pourrir l'ambiance ? on est deux réagir sur ton commentaire, tu devrais te remettre en question.

                Je passe sur tout le reste, vu que tu juges qu'il s'agit d'une « mauvaise approche » et « ne vois aucune situation ».

                "La liberté est à l'homme ce que les ailes sont à l'oiseau" Jean-Pierre Rosnay

                • [^] # Re: J'aime(si, si) bien Gimp

                  Posté par . Évalué à 3 (+3/-2).

                  Et ça te donne le droit de pourrir l'ambiance ? on est deux réagir sur ton commentaire, tu devrais te remettre en question.

                  Laisse. C'est ce que j'avais introduit dans mon premier post: dialogue de sourds. La preuve est faite. Merci d'avoir compris en tout cas.

                  • [^] # Re: J'aime(si, si) bien Gimp

                    Posté par . Évalué à 0 (+3/-4). Dernière modification le 10/03/17 à 11:42.

                    Laisse. C'est ce que j'avais introduit dans mon premier post: dialogue de sourds. La preuve est faite.

                    La preuve est faite??? Dialogue de sourds???
                    Tu ne daignes pas répondre précisément aux solutions, c'est un aveu que tu n'y connaissais rien.

                    Redimensionnement brosse pour St Thomas: ( au trackpoint pour le coup et le 3331 au clavier):
                    commentCkonFé

                    Ensuite, tu choisis d'utiliser un plugin python plutôt qu'au MINIMUM réassigner le raccourci CTRL+S à l'action menu "Export As…" ???
                    Je dis "minimum" car le "plus" aurait été de retenir le raccourci CTRL+E pour "Export".
                    Et avec le stylet dans les 2 cas, le problème ne se pose pas
                    gimp menu

                    Je t'ai tendu la main, tu préfères la mauvaise foi ou le confort de la victimisation.

                    Pour paraphraser ton ami plus bas:
                    "Avec des utilisateurs comme ça, le libre n'a pas besoin d'ennemis."

                    • [^] # Re: ...

                      Posté par . Évalué à 1 (+3/-4). Dernière modification le 10/03/17 à 20:39.

                      Bon comme t'as pas l'air de piger:

                      1. tu confirmes que les brosses qui m'intéressent (0-100 pixels) sont confinées dans les premiers pixels de la glissière

                      2. pour utiliser le réglage fin, il faut viser de manière encore plus précise qu'avant que l'interface soit refondue car

                      a. là où c'est la moitié de la hauteur qui sert à déterminer le réglage fin ou grossier, c'était la totalité de la hauteur qui était utilisée avec les versions précédentes de Gimp, où on n'avait pas à viser dans la glissière

                      b. dans les versions précédentes de Gimp, la taille maximale d'une brosse, même si elle dépendait de la largeur de la glissière (ce qui n'était pas toujours pratique, je l'admets), pouvait atteindre quelques centaines de pixels, jamais des milliers. Et pour atteindre la valeur 10.000, valeur maximale sur la version de Gimp installée sur mon portable, il suffit de cliquer sur la glissière, de garder le doigt enfoncé en déplaçant la souris vers la droite. Astuce: c'est plus facile avec un bureau étendu en horizontal, deux écrans HD conviennent.

                      Et puis, en matière d'ergonomie, il y a une différence entre "devoir viser" et "pas besoin de viser". La seconde est hautement préférable et recommandée par rapport à la première — c'est d'ailleurs la raison pour laquelle il est plus pratique et facile d'utiliser la roulette dans les contrôles possédant des "spinners" haut/bas plutôt que de viser les boutons de ces "spinners". Employer des contrôles qui demandent à l'utilisateur de viser est une erreur d'ergonomie, a fortiori quand c'est la seule méthode — je n'ai pas dit que c'est le cas dans Gimp mais une interface doit limiter au strict minimum les contrôles qui demandent une visée précise, à tout le moins fournir d'autres méthodes plus ergonomiques. Plus la visée doit être précise, plus c'est à éviter. Je n'imagine pas que les développeurs de Gimp n'en soient pas conscients.

                      Voilà [une partie de] mon problème d'ergonomie tel qu'il me semble avoir été compris par au moins deux personnes ici. Et tu réponds à un problème d'ergonomie 1) par des arguments qui soulèvent au moins autant de questions ergonomiques (utiliser le clavier, viser le réglage fin de la glissière) et 2) par des attaques personnelles (genre "mauvaise foi").

                      Gimp a introduit des problèmes d'ergonomie avec sa refonte d'interface et ton obstination n'oblitèrera pas ce constat.

                      Je ne m'étalerai pas davantage.

                      • [^] # Re: ... bon ben, il ne l'aime pas et se permet de juger. :)

                        Posté par . Évalué à 2 (+4/-3).

                        pour utiliser le réglage fin, il faut viser de manière encore plus précise qu'avant que l'interface soit refondue car…

                        Et puis, en matière d'ergonomie, il y a une différence entre "devoir viser" et "pas besoin de viser

                        Mais tu n'as pas besoin de viser - "tu n'as pas l'air de piger"!
                        As-tu seulement regardé le .gif que je me suis donné la peine de faire??? (je te recolle le lien).
                        Tu peux bouger de manière fine et continue dans une plage de 10px si tu veux, sans devoir mettre le curseur dans la dite plage.

                        b. dans les versions précédentes de Gimp,…

                        On parle de la branche 2.8.x dont l'UI a maintenant 5 ans et tu ne savais même pas comment fonctionnait ce widget apparemment. Un widget justement destiné aux utilisateurs de tablette .

                        1) par des arguments qui soulèvent au moins autant de questions ergonomiques (utiliser le clavier, viser le réglage fin de la glissière)

                        Tu es malhonnête.

                        2) par des attaques personnelles (genre "mauvaise foi").

                        Non, j'ai simplement dit que ton approche était mauvaise et à présent, que tu faisais preuve de malhonnêteté mais ce n'est pas une attaque personnelle, c'est un fait.

                        • [^] # Re: ... bon ben, il ne l'aime pas et se permet de juger. :)

                          Posté par (page perso) . Évalué à 4 (+2/-0).

                          par des attaques personnelles (genre "mauvaise foi").

                          Non, j'ai simplement dit que ton approche était mauvaise

                          Hum. À la ligne précédente tu dis justement « Tu es malhonnête » — ce n'est rien, voici qq citations de tes commentaires :

                          Tu n'utilises manifestement pas Gimp

                          Je doute d'ailleurs que tu aies une Cintiq ou que tu sois un infographiste professionnel

                          c'est un aveu que tu n'y connaissais rien.

                          tu préfères la mauvaise foi ou le confort de la victimisation.

                          Tu peux me mépriser

                          Je regrette de nourrir le troll, mais cette agressivité dans tes réponses était totalement inutile.

                          "La liberté est à l'homme ce que les ailes sont à l'oiseau" Jean-Pierre Rosnay

                        • [^] # Re: ... bon ben, il ne l'aime pas et se permet de juger. :)

                          Posté par . Évalué à 2 (+2/-2).

                          Tu es malhonnête.

                          Tu n'aides personne avec ce genre d'attaques.

                          T'es le genre parfait à faire fuir tout le monde sur un forum d'entraide.

                          "Quand certains râlent contre systemd, d'autres s'attaquent aux vrais problèmes." (merci Sinma !)

                        • [^] # Re: ... bon ben, il ne l'aime pas et se permet de juger. :)

                          Posté par . Évalué à -1 (+1/-1).

                          a) Merci pour tes efforts pédagogiques. J'ai appris quelque chose qui pourrait être utile à l'utilisateur occasionnel de GIMP que je suis : grâce à ton GIF animé, je me souviendrai du changement de forme du pointeur souris dans la moitié inférieure du "widget" pour changer la taille de brosse en valeur relative à sa position antérieure (avec un clic + déplacement horizontal).

                          b) Merci de prendre en compte les remarques sur les attaques personnelles.

                • [^] # Re: J'aime(si, si) bien Gimp

                  Posté par . Évalué à 0 (+1/-2).

                  Et ça te donne le droit de pourrir l'ambiance ? on est deux réagir sur ton commentaire, tu devrais te remettre en question.

                  J'en ai autant qui plussois. Vous ne réagissez pas vous détournez le fil sans apporter d'arguments.

                  Je passe sur tout le reste, vu que tu juges qu'il s'agit d'une « mauvaise approche » et « ne vois aucune situation ».

                  Déjà, tu le laisses parler comme un grand, tu évites de le faire passer pour une victime. Et je souhaiterais connaître quel "process" il utilise (partage, enrichissement toussa…), je lui ai proposé 6 solutions, un minimum en retour serait le bienvenu.

                  Aller FantastIX, as-tu essayé? Peux-tu répondre, par respect pour les développeurs de ces fonctionnalités.

                  Tu peux me mépriser et me moinsser, ce n'est pas grave.

          • [^] # Re: J'aime(si, si) bien Gimp

            Posté par . Évalué à 2 (+3/-3).

            L'utilisateur a un problème ergonomique, et tu lui rétorques qu'il n'a qu'à s'adapter au logiciel.

            Bravo ! Avec des amis pareils, le Libre n'a pas besoin d'ennemis !

            "Quand certains râlent contre systemd, d'autres s'attaquent aux vrais problèmes." (merci Sinma !)

  • # Alternatives sur les tablettes graphiques ...

    Posté par (page perso) . Évalué à 4 (+4/-0).

    Vraie question cette fois-ci sur le fond de l'article et plus particulièrement le matériel, quid des tablettes comme les XP-Pen, Huion ou Ugee ? Wacom fait du très bon matériel nous sommes d'accord mais en l'absence d'open hardware (comme justement rappelé) que valent ces gammes alternatives qui sont dans des prix plus décents ? ;)

    • [^] # Re: Alternatives sur les tablettes graphiques ...

      Posté par (page perso) . Évalué à 10 (+10/-0).

      Oui je suis d'accord. Je trouve ça triste que la façon dont l'article est tourné, on a l'impression que seuls ces tablettes fonctionnent sous Linux. C'est malheureusement assez représentatif du développement sous Linux (plein de logiciels s'appellent Wacom-quelque-chose alors qu'ils ne sont plus Wacom-spécifique), et de la prise en charge des tablettes en règles générales (même sous Windows, ou MacOS; Wacom a simplement un quasi monopole du matos graphique).

      Pour une réponse plus constructive, de ce que j'en sais, la plupart des tablettes ont une prise en charge sous Linux, mais pas forcément par défaut dans le noyau (contrairement aux Wacom, qui de par leur notoriété et aussi parce qu'y a une développeuse de l'entreprise Wacom qui contribue, ont tous les modèles — ou presque, je n'ai pas le détail — pris en charge rapidement dans le noyau Linux). Pour certaines de ces autres tablettes, il faut donc parfois installer des pilotes additionnels.
      Un fil de discussion sur le forum MyPaint est assez intéressant, car en listant les tablettes qui fonctionnent, on peut voir beaucoup de cas d'usage de tablettes diverses sous Linux (attention, lire chaque post en détail, y en a pour tous les OS, c'est pas du Linux-only): https://community.mypaint.org/t/which-graphic-tablets-models-work-on-mypaint-1-2-0/269/1
      On y découvre aussi pas mal de marques (certaines ne sont pas dispos en Europe ceci dit; d'autres c'est l'inverse, etc.).

      Personnellement on a été beaucoup intéressé par ces autres marques, notamment pour les histoires de prix en effet (ça peut diviser par 4 ou 5 pour produit équivalent!). En plus, Wacom, malgré leur notoriété, essuie beaucoup de critiques. Il suffit de voir les avis et notes sur les sites de vente en ligne. Il n'est pas rare par exemple de voir des acheteurs renvoyer des écrans à 2000 ou 3000 € parce qu'y a des poussières sous l'écran (difficilement acceptable pour ce type de prix, en effet). Aussi la qualité colorimétrique laisserait beaucoup à désirer, c'est-à-dire que même après calibration avec les meilleures sondes du métier, la couleur est mauvaise (on ne peut confirmer ou infirmer, on n'a pas les sous pour en avoir!). En tous cas, c'est ce qu'on lit souvent en commentaire ou dans les forums. Beaucoup d'artistes disent que leur configuration habituelle est un écran Wacom pour dessiner et un bon écran autre à côté pour vérifier les couleurs. C'est assez navrant quand on voit le prix de ces écrans et le fait que leur cible est justement des graphistes! On a nous même eu quelques problèmes avec la qualité de fabrication des Wacoms. Ce problème de soudure du port USB qui doit être refait après quelques années est super classique (une recherche web remonte plein plein de résultats). Et à ce moment là, plus de garantie et un service après-vente super cher.
      Je pense que leur quasi-monopole les fait peut-être un peu se reposer sur leurs lauriers. Pourquoi payer de la R&D et de la QA à essayer de faire des bons écrans/tablettes si de toutes façons, ils sont seuls sur le marché?

      À côté de cela, les autres marques reçoivent de bien meilleures notes en moyenne (bien sûr l'effet moins cher joue; donc la comparaison qualitative est difficile). Mais alors qu'a Wacom de plus que les autres?
      Bon déjà ils sont les seuls à avoir du très haut de gamme, en méga HiDPI, avec la petite télécommande aimantée, etc. Perso cela n'est pas absolument nécessaire pour nous. Même les boutons, beaucoup d'autres marques n'en ont pas; mais soit y a le clavier à proximité de toutes façons, soit si on travaille bien sur la GUI pour optimiser le travail avec touch+stylo, on doit pouvoir faire aussi pratique que les boutons physiques.
      L'autre truc connu qu'ils sont les seuls à avoir sont les stylos sans batterie (parce qu'ils ont un brevet dessus, à ce que j'ai compris, empêchant les autres de faire de même; youhou vive l'innovation par les brevets!). Mais en lisant les commentaires nombreux ou en testant les autres stylos, on se rend compte que ce n'est pas vraiment bloquant. Les batteries ne sont pas si lourdes de nos jours, et de toutes façons, à part si vous prévoyez de ne pas dormir pendant des jours, y aura pas de problème de batterie.
      Le seul truc qui a été vraiment bloquant pour nous est le "tilt". Il s'agit de la reconnaissance de l'angle du stylo (pas tous les modèles ont ça, pas les Bamboo par exemple. Mais Intuos et au dessus, si). Par exemple Aryeom typiquement va associer le tilt à la taille de la brosse et la pression à l'opacité. Je n'ai trouvé cette fonctionnalité chez aucune autre marque que Wacom (ont-il aussi un brevet sur ça?). Tous les autres n'ont que la prise en charge de la pression. De notre côté, c'est l'unique fonctionnalité qui nous empêche vraiment d'aller voir ailleurs. :-/ Une fois qu'on est habitué à utiliser toutes les fonctionnalités d'un stylo Wacom Intuos et au-dessus, il est difficile de revenir en arrière.

      J'espère que ça changera bientôt, car un monopole n'est jamais une bonne chose.

      Film d'animation libre en CC by-sa/Art Libre, fait avec GIMP et autre logiciels libres: ZeMarmot [ http://film.zemarmot.net ]

      • [^] # Re: Alternatives sur les tablettes graphiques ...

        Posté par (page perso) . Évalué à 5 (+4/-0).

        Salut à tous,

        je partage l'avis de Jehan mais je recommande tout de même d'acheter Wacom pour travailler sous Linux… j'ai acheté deux Cintiq en 10 ans (la 21 il y a 10 ans, et la 27 il y a un an et demi) et franchement j'en suis très content, la 21 marche toujours, je l'ai donnée à une amie illustratrice elle aussi. Les couleurs sont bonnes pour moi, sachant que la colorimétrie c'est une histoire sans fin.

        Pourquoi ?
        - c'est du matériel de bonne qualité qui dure (10 ans ou plus)
        - ils ont des développeurs Linux qui répondent aux message et qui apporte leur aide sur la liste de discussion
        - les stylets sans batterie, qui supporte l'inclinaison (tilt) et la rotation si tu achète un Art Pen pour avoir les pleins et les déliés sont très bon (même si je suis contre les brevets), et pour moi ce sont les seuls qui permettent d'avoir des brosses complexes qui tiennent compte de la position de ton stylo dans ta main quand tu dessines…

      • [^] # Re: Alternatives sur les tablettes graphiques ...

        Posté par (page perso) . Évalué à 2 (+2/-0).

        Attention, je répète ce n'était pas un reproche, juste un manque dans un état des lieux de l'infographisme sous GNU/Linux ;)

        Oui Wacom fait du très bon matériel, un bon suivi, des fonctionnalités sans pareil et des drivers aux p'tits oignons ; ma femme travaille dans l'animation 3D et il est hors de question de travailler avec autre chose dans son milieu ;)

        Maintenant, tout le monde n'a peut-être pas les mêmes besoins et plus "bas de gamme" pourrait suffire. Je n'ai clairement pas le budget pour une Cintiq 22 pouces MAIS une XP-Pen Artist22 rentre un peu plus dans mes prétentions : je veux juste avoir des informations sur les possibilités.

        En tout cas, merci Jehan pour toutes les informations et le lien … à contrario, si je tombe sur des infos intéressantes je ferais suivre :)

      • [^] # Re: Alternatives sur les tablettes graphiques ...

        Posté par (page perso) . Évalué à 1 (+1/-0).

        PS : Je viens de tomber sur cette vidéo (en italien) d'un test de la Huion GT-220 sous Ubuntu (16.04) avec GIMP, Krita et Blender 😲

  • # #JeSuisGIMP

    Posté par (page perso) . Évalué à 3 (+3/-0).

    Alors j'adore GIMP. Certes le soft est perfectible mais les évolutions vont dans le bon sens (à leur rythme ;)).

    D'un point de vue tout à fait personnel, trois choses me manquent en priorité dessus :

    • l'intégration par défaut d'un plug-in comme Separate+ pour la gestion du CMJN

    • des options de calque et/ou de texte un peu plus poussées, en tête l'ajout de contour (oui tout bêtement) ; on peut palier le truc en doublant le calque et en jouant sur la taille et l'empattement mais une option plus simple aiderait ;')

    • une gestion de l'animation par les calques un peu comme ImageReady le fait ; exemple, une timeline et pour un "temps" donné pouvoir fixer la position / apparition (ou non) de tel ou tel calque

    Voilà pour les requêtes ! ;)

    • [^] # Re: #JeSuisGIMP

      Posté par (page perso) . Évalué à 2 (+0/-0).

      une gestion de l'animation par les calques un peu comme ImageReady le fait ; exemple, une timeline et pour un "temps" donné pouvoir fixer la position / apparition (ou non) de tel ou tel calque

      C'est plutôt Synfig studio qu'il te faut. Ou bien le plugin pour l’animation 2D écrit par Jehan, qui sortira avec Gimp 2.10 — tu peux l'essayer avec la version instable Gimp 2.9.

      "La liberté est à l'homme ce que les ailes sont à l'oiseau" Jean-Pierre Rosnay

      • [^] # Re: #JeSuisGIMP

        Posté par (page perso) . Évalué à 2 (+2/-0).

        Salut, déjà testé Synfig mais ça ne me satisfait pas … je veux pouvoir utiliser les fonctionnalités graphiques de GIMP avec cette gestion fine de la timeline. Maintenant oui, si tu me dis que GIMP Motion (on vote) a ça dans ses cartons en 2.10 je veux bien tester, merci pour l'info ;)

  • # 3D

    Posté par . Évalué à 4 (+3/-0). Dernière modification le 06/03/17 à 19:59.

    Je ne trouve pas Wings 3D dans la liste c'est pourtant un excellent logiciel de modélisation mais seulement de modélisation, c'est peut être pour cela. Toujours en développement, il est extrêmement simple et intuitif et n'importe quelle personne, peu importe son bagage arrivera en quelques clics a réaliser quelque chose avec.

    A mon avis il a bien sa place dans cette liste.

  • # Plugin G'MIC pour GIMP oublié

    Posté par (page perso) . Évalué à 7 (+6/-0).

    Le projet G'MIC propose un plugin pour GIMP. https://gmic.eu/gimp.shtml
    Bizarre qu'il ait été oublié ici, alors qu'il y a régulièrement des annonces pour les nouvelles versions. https://linuxfr.org/tags/gmic/public

    • [^] # Re: Plugin G'MIC pour GIMP oublié

      Posté par (page perso) . Évalué à 3 (+1/-0).

      Bizarre que tu n'aies pas participé à la dépêche alors qu'elle est restée en espace de rédaction pendant deux ans. Eh oh! youhou les complotistes !
      Les logiciels de cette dépêche ne sont des inconnus pour personne. C'est un panorama, un coup d'oeil, une initiation sur des outils pour aider à la création. On ne peut pas tout lister.

      "La liberté est à l'homme ce que les ailes sont à l'oiseau" Jean-Pierre Rosnay

  • # Avis Faire un film

    Posté par (page perso) . Évalué à 1 (+3/-3). Dernière modification le 06/03/17 à 20:03.

    'lut,
    Je vais me faire moinsser mais je trouve dommage de résumer un logiciel sur un seul avis, "ça plante et j'ai pas réussi à faire ça, donc pas terrible", ça me permet assez limite et manquer singulièrement de recul pour une dépêche linuxfr lue par un large public pas toujours spécialiste et qui va prendre cet avis pour argent comptant.

    http://www.funix.org mettez un manchot dans votre PC

    • [^] # Re: Avis Faire un film

      Posté par (page perso) . Évalué à 4 (+3/-1).

      Salut,

      Je pense que mes commentaires y sont pour grand chose dans ta remarque, et je suis d'accord. Déjà à l'époque, quand j'ai fait ces commentaires, j'espérais lancer les gens à en faire plus. Le but était d'aller au delà de la description marketing qui veut tout et rien dire. Ceci dit, certains commentaires étaient déjà un peu basés sur des expériences un chouille ancienne à l'époque, alors maintenant!

      Ceci dit, je pense qu'aucun de mes commentaires ne va dans le syndrome "ça plante et j'ai pas réussi à faire ça, donc pas terrible". Mes échecs sont toujours recherchés et j'ai en général vérifié la fonctionnalité en ouvrant (ou trouvant) des rapports de bugs. Quant aux plantages récurrents, pour moi c'est rédhibitoire.

      Ceci dit, d'après moi, ce fut une erreur de publier cette news ainsi sans au moins revoir un minimum son contenu (ou contacter les nombreux contributeurs de l'époque pour leur proposer une revue avant publication). J'aurais probablement eu beaucoup de choses à revoir, même dans mes propres contributions de l'époque.

      Film d'animation libre en CC by-sa/Art Libre, fait avec GIMP et autre logiciels libres: ZeMarmot [ http://film.zemarmot.net ]

      • [^] # Re: Avis Faire un film

        Posté par (page perso) . Évalué à 6 (+4/-0).

        Ceci dit, d'après moi, ce fut une erreur de publier cette news ainsi sans au moins revoir un minimum son contenu (ou contacter les nombreux contributeurs de l'époque pour leur proposer une revue avant publication). J'aurais probablement eu beaucoup de choses à revoir, même dans mes propres contributions de l'époque.

        Tu sais on a plein de dépêches pas touchées pendant un an. Il y a eu plusieurs relances l'an dernier. J'ai repêché une bonne partie du texte de celle-là ; il avait sauté dans des modifications de trop grande envergure. On a pas mal réécrit aussi. Mais on ne peut pas tout faire ni trop attendre. Tel quel ça convient comme une intro pour débutants.

        "La liberté est à l'homme ce que les ailes sont à l'oiseau" Jean-Pierre Rosnay

        • [^] # Re: Avis Faire un film

          Posté par (page perso) . Évalué à 5 (+3/-0).

          Oui, il ne faut pas prendre ma critique trop mal. Disons que c'est une critique dite "constructive", dans le sens où ce serait bien que la prochaine fois, une procédure de relance par email (qu'on est libre d'ignorer, mais au moins y aura eu tentative de rameuter les contributeurs de l'époque) soit mise en place pour ce types de cas particuliers.
          Je suis un contributeur assez régulier de linuxfr mais je ne peux pas constamment vérifier la liste de toutes les dépêches en rédaction.

          J'ai repêché une bonne partie du texte de celle-là ; il avait sauté dans des modifications de trop grande envergure.

          En effet. Justement c'était une des dernières choses dont je me rappelais de cette dépêche. Un jour, je reviens sur la page de rédaction et le texte a complètement disparu. Il me semble qu'à l'époque, j'ai demandé sur le chat à la personne qui l'avait initiée ce qu'il se passait, et il me disait qu'il prévoyait une refonte, ou une découpe en plusieurs dépêches de taille plus petites (lesquelles ne sont jamais venues, il me semble), ou quelque chose comme cela. Cela empêchait donc de contribuer davantage et d'en améliorer le texte. Les contributions se sont retrouvées bloquées. J'en étais resté là personnellement.

          Enfin bon, je dis cela car je vois mon nom plusieurs fois dans la dépêche, avec cette idée de micro-revue de chaque logiciel, qui je pense est toujours une bonne idée, mais j'aurais probablement édité massivement mes revues. Et là c'et vrai que j'en suis assez moyennement content. Ça m'a surpris de la voir paraître ainsi, on va dire. Un peu comme si un patch buggué, en cours et que j'ai noté comme un "proof-of-concept" à ne surtout pas intégrer tel quel, se retrouvait accepté et intégré dans un logiciel.

          Mais bon, c'est pas la fin du monde non plus. :P
          Et ce n'est pas à prendre comme une critique acerbe. Je précise, au cas où. ;-)

          Film d'animation libre en CC by-sa/Art Libre, fait avec GIMP et autre logiciels libres: ZeMarmot [ http://film.zemarmot.net ]

        • [^] # Re: Avis Faire un film

          Posté par (page perso) . Évalué à 4 (+2/-0).

          C’est bizarre parce que j’avais moi aussi pas mal contribué à cette dépêche, et puis il y a eu l’idée de la découper en partie, idée qu’était pas mauvaise, mais quelqu’un a commencé à le faire selon un plan très bizarre et pas du tout cohérent et c’est probablement ça qui a découragé l’auteur original.

          Et puis il m’a semblé voir cette dépêche complètement disparaître avec un message disant qu’elle serait remise en rédaction plus tard. Donc j’ai attendu. J’ai toujours sur mon ordi des chapitres entiers pour cette série, par exemple un chapitre sur les éditeurs 3D selon la méthode CSG, principalement utilisés dans le domaine de conception de niveau de jeu vidéo. Je trouvais que ça faisait trop dans cette dépêche, mais avec le découpage en de la dépêche en épisodes, ça avait toute sa place dans l’épisode qui aurait présenté Blender par exemple. Bref, si un jour je trouve le temps, je ferai un journal intitulé “une (autre) histoire de fork”, on verra.

          ce commentaire est sous licence cc by 4 et précédentes

      • [^] # Re: Avis Faire un film

        Posté par (page perso) . Évalué à 1 (+1/-1).

        Je te rassure ce n’était nullement une attaque perso, je trouve ton travail sur Gimp et ZeMarmot remarquable et contribue grandement à faire avancer la "cause", c’est juste la dépêche qui manque quelque peu de nuance . Je suis également un utilisateur de ces outils et à la même époque je n’ai pas rencontré de tels problèmes, il est vrai que je suis un acharné de la ligne de commande, à partir d’une distrib de base, je recompile tout from scratch avec toutes les options possibles, il semblerait que les packages « officiels » ne soient pas toujours bien ficelés et desservent au final les outils en question par leur instabilité ou absence de fonctions.

        http://www.funix.org mettez un manchot dans votre PC

        • [^] # Re: Avis Faire un film

          Posté par (page perso) . Évalué à 5 (+3/-0).

          il semblerait que les packages « officiels » ne soient pas toujours bien ficelés et desservent au final les outils en question par leur instabilité ou absence de fonctions.

          l'occasion d'ajouter un tuto concernant les options qui te conviennent :-)

          • [^] # Re: Avis Faire un film

            Posté par (page perso) . Évalué à 2 (+1/-0).

            l'occasion d'ajouter un tuto concernant les options qui te conviennent :-)

            il me semble que c'est un peu l'esprit de mon site http://www.funix.org je m'étends largement sur la partie compilation

            http://www.funix.org mettez un manchot dans votre PC

  • # Sous-titres, Karaoké, et autres Lyrics Videos

    Posté par . Évalué à 1 (+1/-0).

    Pour compléter les outils vidéos, que recommanderiez-vous pour les sous-titres (incrustés ou non) ?

    J'ai expérimenté un peu Gnome Subtitles (pour les sous-titres srt) et Aegisub (pour les sous-titres ass, avec possibilité d'effets karaoké). Puis, on peut incruster les sous-titres dans la vidéo avec mencoder, par exemple.

    Quels outils (libres) utilisez-vous ?

  • # Mon avis

    Posté par . Évalué à 5 (+5/-0).

    Tout d’abord je trouve que même incomplète cette article à le mérite d’ouvrir la discutions sur l'état des lieux des logicielles libre dans le domaine du graphisme. Du coup je vais en profité pour partagé un peu sur mon impression générale. Premièrement je préciserais que je fait de la photo, du graphisme de la vidéo et du web pour des projet très divers. J'ai appris beaucoup sur le tas et du coup j'ai testé plain de truc, mais pas toujours en profondeur.

    Dessin vectoriel
    Pour ma part j’utilise Inkscape qui me conviens tout à fait en terme de fonctionnalité. Le seul défaut, pour moi, avec mon utilisation c'est l'interface qui manque un peu d'ergonomie. Mais c'est pas grand chose et je pense qu'on touche plus au goût personne qu'a un réel problème.

    Pour ce qui est des créations de police j’utilise FontForge (qui manque à l'article) que je trouve être un logiciel génial même si je ne le métrite pas bien. Il gagnerait à être plus connu. ;)

    Dessin
    J'ai testé Gimp et Krita (ça fait un bout de temps) et ça n'a pas vraiment pris en ce qui concerne le dessin par rapport MyPaint que je trouve juste génial.

    C'est vrais que d'un point de vue philosophique, j'aime bien l'idée d'avoir un logiciel pour une fonction même si c'est cool quand ils peuvent communiquer ensemble. Du coup les usines à gaz c'est pas trop mon truc, en général.

    La photo
    Pour la retouche gimp a ce qu'il faut et çà me plais de voir le travail qui ce fait dessus. J'utilise encore photoshop mais c'est plus par habitude (Pas bien !). Les trucs qui pourrais me manquer sur gimp serais les fonctions de modification du texte.

    Pour le démasticage, là on touche à mon problème. Rawterapee et Darktable c'est bien mais ça ne me conviens même si le démasticage se fait bien le problème c'est le façon de travaillé. Pour moi on est typiquement dans des logiciels qui veulent tout faire et ça fait des gros truc de malade ou on ne peu pas dissocier les fonctions entre elle. Je veux pas recharger tout une base de donnée si je veux juste traiter une photo. Un logiciel qui fait du démasticage et c'est tout sa me plairais bien. UFRaw sur sa philosophie me plais beaucoup mais ça manque de finesse et il est bien vieillot. Du coup j'utilise CameraRaw (/!\ Pas Libre) pour le démasticage ce qui me fait bien ch**. En fait pour moi c'est la brique qui manque pour être définitivement "tout libre".

    La vidéo
    J'aime bien Kdnlive et Openshot mais c'est vrais que le gros souci c'est la stabilité.
    En principe ça me suffi mais je testerais "Blender VSE" voir si c'est mieux.

    Bref … voila en gros mon avis sur la question. C'est subjectif et j’espère que ça amène de l'eau au moulin.

  • # ColorHug

    Posté par . Évalué à 1 (+1/-0).

    J'ai un ColorHug et effectivement je n'ai pas été convaincu.
    Il n'est pas capable de faire une balance des blancs correct sur mes écrans, j'ai un voile rougeâtre qui apparaît. Le problème n'est peut-être pas le hardware, c'est peut-être la base de données qui n'est pas suffisamment grande concernant le type de dalles d'écrans mais pour l'agrandir il faut avoir un spectrophotomètre, ce qui limite l'intérêt de l'acheter si on veut juste régler son écran.
    Au final, j'ai acheter une sonde plus connue pour enfin avoir une calibration correcte.

    • [^] # Re: ColorHug

      Posté par (page perso) . Évalué à 4 (+2/-0).

      Oui mon petit avis sur ColorHug fait partie des choses que j'aurais volontiers revu et changé si j'avais su que cet article allait paraître 2 ans plus tard! En fait de nos jours, je serais beaucoup plus dur avec ColorHug. À chaque fois, il fait vraiment des calibrations bien trop dans le rouge. Ce n'est pas utilisable.
      On m'a prêté un Spyder 5 pro et la différence de réussite de calibration est flagrante.

      Ensuite je ne regrette pas forcément de l'avoir acheté. Je me dis que j'ai financé et encouragé la recherche pour de l'OpenHardware en colorimétrie. En outre, comme tu dis, je suis tout à fait conscient que la base de données des écrans est probablement le vrai problème. Idéalement il faudrait calibrer à partir des données de quelqu'un (une matrice de correction) qui a calibré le même écran avec un spectrophotomètre, or comme la base de données de matrices est créée par la communauté (et que les spectrophotomètres sont chers, donc rares)… on se retrouve avec un problème de taille de communauté à atteindre pour commencer à alimenter des données pertinentes.
      D'ailleurs maintenant Richard Hughes travaille sur un spectromètre OpenHardware, le ColorHug+. C'est cool.

      Mais soyons franc, on ne peut pas vraiment conseiller un ColorHug à n'importe quel quidam de nos jours. Il aurait l'impression de se faire arnaquer. À part s'il tombe pile sur l'un des écrans qui a une matrice disponible; dans ce cas, c'est un petit chanceux.

      Film d'animation libre en CC by-sa/Art Libre, fait avec GIMP et autre logiciels libres: ZeMarmot [ http://film.zemarmot.net ]

      • [^] # Re: ColorHug

        Posté par (page perso) . Évalué à 5 (+3/-0). Dernière modification le 09/03/17 à 20:28.

        Pareil.

        J’ai acheté un ColorHug en mai 2014. Il est arrivé avec un défaut que j’ai tout de suite remonté, mais par manque de temps, je n’ai fait aucune démarche pour me le faire échanger ou rembourser, je suppose qu’ils l’auraient fait, c’est juste que je n’ai pas essayé, ce n’est donc pas un reproche, je ne considère pas m’être fait arnaquer puisqu’ils ont clairement répondu en cherchant des solutions tout de suite quand j’ai commencé à expliquer mon problème, c’est juste moi qu’ai pas trouvé le temps d’aller jusqu’au bout de ma démarche. Mais voilà, mon premier ColorHug était défectueux (c’était comme si la cellule rouge n’était pas fonctionnelle du tout).

        Et puis le temps est passé, j’étais débordé. En mai 2016 je passe commande pour un nouveau ColorHug en précisant que j’avais eu un modèle défectueux quelques années plus tôt, en demandant donc de soigneusement vérifier celui-ci avant envoi. Celui-ci arrive, il semble même que du développement ait été fait, c’est un ColorHug2, je calibre mon écran (le même écran que j’avais essayé de calibrer deux ans plus tôt avec le précédent ColorHug) , et là, vraiment, je suis satisfait, les couleurs me paraissent vraiment convenables.

        Et puis j’essaie de calibrer mon ordinateur portable, un Thinkpad dont l’écran a trop de bleu par défaut. Le profil que me sort le ColorHug donne un résultat pire que sans profil du tout. J’essaie de calibrer l’écran de l’ordinateur portable de ma sœur (un autre modèle de Thinkpad qui pêche par trop de bleu aussi) et pareil, le profil donné par le ColorHug donne un résultat immonde. Finalement, pour chacun de ces deux écrans d’ordi portables j’ai trouvé sur le web un profil fait par un tiers qui possède exactement le même modèle d’écran (et une bien meilleure sonde), et si ce n’est bien entendu pas parfait dans l’absolu parce que chaque modèle d’une même série peut avoir sa petite variation, j’en suis resté là parce que c’est pas si mal tout de même, et j’ai tout de même pour ces écrans un profil qui est correct à la série près.

        Mais donc voilà, un premier ColorHug défectueux, un second qui donne des résultats bons ou ignobles selon les modèles d’écran. En fait, c’est juste un problème inhérent à la technologie utilisée, c’est un colorimètre donc c’est mauvais. si Richard Hugues sort un spectromètre, j’essaierai très probablement. Comme expliqué, le problème avec le ColorHug, c’est que c’est un colorimètre, donc c’est mauvais, c’est tout, ça ne retire pas le fait que Richard Hugues fasse du bon boulot. En fait mon erreur a été de croire que je pouvais me satisfaire d’un colorimètre, mais ça sert à quoi de calibrer un écran si on ne peut pas savoir si le résultat est correct parce qu’il faut un spectrophotomère pour vérifier le travail du colorimètre ?

        Donc non, je ne conseillerai pas à quelqu’un d’acheter un ColorHug, le ColoHug+, pourquoi pas, c’est juste une question de technologie.

        ce commentaire est sous licence cc by 4 et précédentes

        • [^] # Re: ColorHug

          Posté par (page perso) . Évalué à 7 (+4/-0).

          Pour quelqu'un qui ne connaît pas le domaine. Peux-tu expliquer pourquoi un colorimètre n'est pas bon pour ce genre de travail contrairement à un spectromètre.

          « Rappelez-vous toujours que si la Gestapo avait les moyens de vous faire parler, les politiciens ont, eux, les moyens de vous faire taire. » Coluche

  • # Petits outils pratiques

    Posté par . Évalué à 1 (+1/-0).

    Gcolor2, pour relever une couleur sans avoir à lancer Gimp.

    Shutter, pour de la manipulation facile (bon c'est en Perl ; c'est un peu lent). Il faut installer libgoo-canvas-perl (deb) en même temps.

  • # FramaLibre

    Posté par (page perso) . Évalué à 3 (+1/-0).

    Grâce à cette dépêche, quelques nouvelles fiches ont pu être écrites sur FramaLibre sur des logiciels que je ne connaissais pas :

    Merci de contribuer à FramaLibre :-)

    Commentaire sous licence Creative Commons Zero CC0 1.0 Universal (Public Domain Dedication)

    • [^] # Re: FramaLibre

      Posté par (page perso) . Évalué à 2 (+0/-0).

      Allez, on se motive, deux autres fiches à créer sur FramaLibre :

      • Logiciel RawTherapee
      • Caméra AXIOM (matériel libre)

      Commentaire sous licence Creative Commons Zero CC0 1.0 Universal (Public Domain Dedication)

Envoyer un commentaire

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.