Apollinaire dans le domaine public 94 ans et 272 jours après sa mort !

Posté par (page perso) . Édité par Florent Zara, Davy Defaud et NeoX. Modéré par Nils Ratusznik. Licence CC by-sa.
53
2
oct.
2013
Culture

Véronique Boukali (Romaine Lubrique), Alexis Kauffmann (Framasoft, Romaine Lubrique) et Lionel Maurel (SavoirsCom1, La Quadrature du Net) ont publié dans Libération du 30 septembre une tribune sur l'entrée le jour-même de Guillaume Apollinaire dans le domaine public.

Le cas Apollinaire est en effet intéressant parce qu'il dépasse la période classique des 70 ans après la mort de l'auteur de par la double exception de la prorogation des Guerres Mondiales et de la « Mort pour la France ». Il est aussi révélateur dans le sens où sans héritier direct, c'est avant tout l'éditeur Gallimard qui a bénéficié de ces « bonus », comme nous l'explique Lionel Maurel sur son blog.

L'occasion de vous présenter également « Romaine Lubrique », nouveau projet soutenu par Framasoft qui, comme son nom l'indique avec plus ou moins de bonheur, se donne pour objet de valoriser le domaine public. Le site propose déjà un certain nombre de ressources comme par exemple un ePub du recueil Alcools ou une lecture audio des Onze mille verges. À l'occasion de cet événement, l'équipe du projet a récemment participé à deux émissions de radio, chez Polémix et La Voix Off et sur Divergence FM.

Notons enfin qu'aura lieu le 31 octobre prochain une journée d'étude sur le domaine public à l'Assemblée nationale à l'initiative de la députée Isabelle Attard et de SavoirsCom1 (entrée libre et gratuite mais inscription obligatoire).

Sortie de Framacalc : tableur collaboratif en ligne

Posté par (page perso) . Édité par Davy Defaud, Nÿco et Xavier Teyssier. Modéré par Xavier Teyssier. Licence CC by-sa.
42
3
oct.
2012
Internet

Framacalc est un nouveau projet du réseau Framasoft. Il se veut être au tableur ce que le projet Framapad est au traitement de texte. Il offre la possibilité de travailler à plusieurs sur un même tableur toujours accessible sur Internet depuis son navigateur.

De la même manière que Framapad se base directement sur l’application libre Etherpad, Framacalc repose sur Ethercalc. Il a été francisé et adapté pour l’occasion.

Le projet est encore jeune, et même si les fonctionnalités tableur sont déjà bien avancées, il reste encore beaucoup à réaliser en ce qui concerne le volet collaboration (par exemple, on voit bien les éditions des autres apparaître en temps réel, mais sans savoir qui se cache derrière). Il n’y a pas de fenêtre de discussion (« clavardage ») et surtout l’exportation est pour le moment rudimentaire, avec seulement le HTML proposé.

Framacalc, Framapad, Framadate, etc., l’objectif de Framasoft est ici non seulement de proposer un service, mais aussi, voire surtout, de montrer qu’on peut faire de l’informatique en nuage qui soit libre et décentralisée, en invitant les utilisateurs à installer leurs propres instances sur leurs serveurs. Histoire aussi, petit à petit, de desserrer l’étau des Google, Apple, Facebook, etc.

Il y a évidemment Ethercalc sur GitHub, mais Framasoft vous invite également à vous inscrire à une liste de discussion dédiée pour faire avancer le projet ses développeurs (suivre le lien sur l’annonce du Framablog).

Former la jeunesse aux logiciels Microsoft sur un site du service public

Posté par (page perso) . Modéré par Mouns.
Tags : aucun
34
18
sept.
2008
Microsoft
Curiosphere.tv est la webTV de France 5 qui « s’est donnée pour mission d’offrir aux médiateurs éducatifs - profs, parents, éducateurs - les meilleurs contenus audiovisuels afin de favoriser l’éducation citoyenne des enfants et leur accès à la culture ». Parmi ses nombreuses vidéos, on trouve une catégorie dédiée à la formation du B2i, le Brevet Informatique et Internet qui accompagne le parcours scolaire de l'élève.

Ce brevet est ainsi introduit sur le site Educnet : « Pour assurer l'égalité des chances, l'Éducation nationale doit dispenser à chaque futur citoyen la formation aux utilisations des technologies de l'information et de la communication qui lui permettra : d'en faire une utilisation raisonnée, de percevoir les possibilités et les limites des traitements informatisés, de faire preuve d'esprit critique face aux résultats de ces traitements, d'identifier les contraintes juridiques et sociales dans lesquelles s'inscrivent ces utilisations. »

Curiosphere.tv s'est associé à Microsoft pour produire des vidéos de formation au B2i. Malheureusement les titres et les contenus de ces vidéos (faisant constamment référence aux noms Word, Excel, Powerpoint, Outlook... et non aux fonctions de traitement de texte, tableur, présentation, courrier) font plus penser à une formation aux logiciels Microsoft qu'à une réelle formation citoyenne à égalité de chances aux nouvelles technologies.

NdM : Le site offre carrément un flux RSS sur une « Discipline Microsoft ». On voit le chemin à parcourir sur l'enseignement de l'informatique à l'école (voir toujours sur le Framablog Informatique à l'école : Tout ne va pas très bien Madame la Marquise). Et malheureusement ce n'est pas nouveau. 2004 De l'Éducation nationale, de Microsoft, et des logiciels libres, 2005 La neutralité commerciale de l'école publique est-elle soluble dans le numérique ?, 2006 L'Éducation nationale vend les produits de Microsoft dès la maternelle, 2008 De Microsoft et de sa stratégie de partenariat à l'école.

Mise à jour : Comme signalé sur le Framablog, Curiosphere.tv a sensiblement modifié sa fameuse page d'accueil dédiée au B2i. Il est fort possible que ce billet, relayé par LinuxFr et par certains lecteurs qui ont directement écrit à Curiosphère (merci pour eux), ait influé sur ces récents et pertinents changements.

Nouvelle version du traitement de texte collaboratif en ligne Framapad

Posté par (page perso) . Édité par Davy Defaud, Florent Zara et baud123. Modéré par Florent Zara. Licence CC by-sa.
34
13
oct.
2012
Internet

Tout comme Framacalc pour le tableur, le projet Framapad du réseau Framasoft propose de faire du traitement de texte collaboratif en ligne. Il repose sur une version francisée et modifiée de l’application libre Etherpad. Cette dernière étant souvent instable et gourmande en ressources (à la limite du bloatware), la fondation qui la soutient a décidé de développer une version beaucoup plus souple et légère que la précédente : Etherpad Lite.

Logo Framapad
C’est cette version que vient d’implémenter Framapad en l’adaptant là encore à ses besoins, avec localisation et installation de quelques greffons supplémentaires. Parmi les changements majeurs, on notera, outre ce nouveau confort d’utilisation, la non limitation du nombre de connectés simultanés, l’importation/exportation dans de nombreux formats (TXT, HTML, ODF, PDF, LaTeX…), une mise en forme plus riche, la lecture seule ou encore l’optimisation pour le mobile.

Vous trouverez Etherpad Lite mais également sa version Framapad sur GitHub. L’objectif de Framasoft étant aussi de participer à développer ensemble un Internet de confiance, libre et décentralisé.

Journal Une liste de 150 nouveaux logiciels libres (ou presque)

Posté par (page perso) .
32
28
août
2008
Bonjour

Je profite de la panique engendrée par le nouveau DLFP pour lâchement balancer un lien vers mon blog.

[my_life]A Framasoft, on a un annuaire de logiciels libres mais pour tout vous avouer nous sommes assez peu nombreux à le maintenir et du coup comme on teste les logiciels avant de les présenter, ça peut prendre un certains temps pour mettre en ligne les notices. Du coup on a pris parallèlement l'habitude de régulièrement jeter à-la-va-vite quelques nouveautés logicielles sur (...)

Journal Pourquoi les jeux vidéos devraient entrer dans le domaine public

Posté par (page perso) . Licence CC by-sa.
30
5
fév.
2014

John Walker, journaliste spécialisé dans le jeu vidéo a récemment mis les pieds dans le plat en publiant un long article exprimant son souhait que les jeux entrent plus vite dans le domaine public : Why Games Should Enter The Public Domain

Ceci permettrait de sauver des jeux de l'oubli, d'inspirer de nouvelles création et de sécuriser juridiquement les vieux jeux et les abandonwares.

L'article a été traduit par Framasoft sur Romaine Lubrique : Pourquoi les jeux vidéos devraient entrer (...)

Quoi de neuf sur Apple chez Framablog ?

Posté par (page perso) . Modéré par patrick_g.
Tags :
28
13
juin
2010
Apple
En complément d'une récente dépêche évoquant l'actualité d'Apple, le Framablog propose quelques traductions circonstanciées à l'occasion notamment de la sortie de l'iPad en France. L'iPad cristallise en effet de nombreuses critiques en soi mais c'est toute la « chaîne » Apple qui est pointée du doigt.

« C’est un énorme pas en arrière dans l’histoire de l'informatique » nous disait déjà la FSF lors de la sortie de l'iPad aux USA. « Je n'en achèterai pas et vous invite à en faire de autant », surenchérit l'écrivain Cory Doctorow qui déplore la fermeture à tous les étages du système Apple. Nous sommes à des années-lumière d'un projet « hackable » comme Arduino.

Au même moment une journaliste du New York Times n'hésite pas, quant à elle, à anticiper « la mort du Web ouvert » à l'aide d'une analogie urbanistique : Apple est à l'Internet ce que les banlieues riches et sécurisées sont à l'aménagement du territoire.

On pourra également lire ce coup de gueule d'un évangéliste de Mozilla qui s'interroge sur l'honnêteté intellectuelle d'Apple (mais aussi de Google) vis-à-vis du HTML5. Manipulation marketing ou vrai souci de rendre service à l'utilisateur ?

Et pour finir un dessin humoristique du Geektionnerd qui n'a pas peur de qualifier GNU/Linux de « Mac OS X du pauvre » !

Naissance du calculateur du domaine public

Posté par (page perso) . Édité par Benoît Sibaud et ZeroHeure. Modéré par Ontologia. Licence CC by-sa.
28
20
fév.
2014
Culture

« Lorsqu'une œuvre entre dans le domaine public, elle connaît une seconde naissance », affirmait Aurélie Filippetti en novembre dernier dans le cadre de l'opération « Automne numérique ». Première concrétisation, ce lundi 17 février à Numa, avec le lancement officiel du « calculateur du domaine public », fruit d'un partenariat entre le ministère de la Culture et l'OKF France.

Il s'agit « d'utiliser les métadonnées bibliographiques des établissements culturels pour identifier, explorer et valoriser les œuvres du domaine public ». Encore en version bêta, il ne contient que les métadonnées de data.bnf.fr. et ne répond donc pour le moment qu'à la question : telle œuvre référencée par la BnF est-elle, oui ou non, dans le domaine public ?

Le site du projet et l'application sont sous licence Creative Commons CC0 et disponibles, l'un comme l'autre, sur GitHub.

Romaine Lubrique fait remarquer, dans son compte rendu détaillé de la journée, que le calculateur n'est pas encore tout à fait au point en ce qui concerne le cas (complexe) de Guillaume Apollinaire. Il est également fait mention d'une question qui fâche posée par l'assemblée : pourquoi Gallica, la bibliothèque numérique de la BnF, interdit-elle la pleine utilisation des numérisations de ses œuvres du domaine public en s'en réservant l’exploitation commerciale ?

Journal Un autre son de cloche sur le droit d'auteur par un avocat non libriste

27
13
mar.
2014

Romaine Lubrique propose sur son site une interview enregistrée et commentée intitulée Rencontre avec Emmanuel Pierrat, l'avocat qui vous réconcilie avec le droit (version .ogg des enregistrements en bas de la page).

Extrait :

« Aujourd’hui, pour nous, le droit d’auteur est un principe alors que c’est en réalité une exception dans le temps, une exception infinitésimale par rapport à ce qu’est la postérité littéraire, musicale, artistique en général.

Il est légitime et compréhensible qu’il y ait une période d’exclusivité entre (...)

Un nouveau framabook sur LaTeX

Posté par (page perso) . Modéré par Mouns.
Tags :
25
15
oct.
2008
Doc
« Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur LaTeX sans jamais oser le demander » est le titre du cinquième framabook, la collection de livres libres sur le logiciel libre, coordonnée par Framasoft et matérialisée par l'éditeur In Libro Veritas.

Sous licence Art Libre (340 pages et 15 €), il est l'œuvre de Vincent Lozano, maître de conférence en informatique à l'École nationale d'ingénieurs de Saint-Étienne, qui s'en donne à cœur joie pour nous proposer un livre accessible et progressif au style sérieux mais décontracté.

Pour l'occasion le site framabook.org a subi un sérieux lifting et la Framakey propose une application portable dédiée qui aidera ceux sous Windows à être tout de suite opérationnel.

Richard Stallman et la révolution du logiciel libre - Une biographie autorisée

Posté par (page perso) . Modéré par j.
Tags :
25
21
jan.
2010
GNU
Initiée par Framasoft il y a plus de deux ans et finalisée par les éditions Eyrolles, la biographie de Richard Stallman est sortie officiellement aujourd'hui. Elle comporte trois auteurs : le journaliste Sam Williams, dont la traduction de Free as in Freedom : Richard Stallman's Crusade for Free Software aura servi de base à l'ouvrage, l'enseignant chercheur Christophe Masutti, qui a coordonné la traduction pour Framasoft en collaboration avec Richard Stallman lui-même, venu ici non sans originalité modifier, annoter, et compléter sa propre biographie.

L'aventure de ce framabook si particulier est racontée par Christophe Masutti sur le Framablog. Il explique notamment comment et pourquoi Richard Stallman est intervenu dans le projet : « il a souhaité hacker le livre ».

Le livre est sous GNU Free Documentation License (c'est la première fois qu'Eyrolles publie d'emblée sous une licence libre). Vous en trouverez les sources sur le site Framabook, qui en propose également une lecture en ligne grâce à l'outil d'édition La Poule ou l’Oeuf .

Comment détruire votre communauté

Posté par (page perso) . Modéré par rootix.
Tags :
25
10
fév.
2010
Communauté
Vous êtes une entreprise qui développe ou soutient directement un logiciel libre, et qui ne souhaite pas, contrairement aux beaux discours ambiants, voir une communauté se créer et venir troubler le projet ? Alors il y a une succession de points à respecter pour être certain d'arriver à vos fins.


  1. Rendez le projet dépendant d’outils complexes

  2. Attirez les participants nocifs et optimisez les dégâts qu’ils peuvent engendrer

  3. Ne fournissez pas de documentation

  4. Prenez les décisions relatives au projet en petit comité

  5. Sortez la grosse artillerie juridique

  6. Choisissez avec soin l'agent de liaison avec la communauté

  7. Rendez opaques les prises de décision

  8. Faites n'importe quoi avec les licences

  9. N'accordez jamais l'accès au commit à quelqu'un d'extérieur à l'entreprise

  10. Réfugiez-vous dans le silence



Un howto ironique issu d'une récente conférence remarquée du développeur PostgreSQL Josh Berkus, relatée par Jonathan Corbet et traduite par Framasoft.

Le discours très libre du président brésilien Lula

Posté par (page perso) . Modéré par rootix.
Tags :
24
27
jan.
2010
Internet
Il est rarissime de voir les plus hauts représentants d'un État s'exprimer publiquement et ouvertement en faveur du logiciel libre. C'est pourtant ce qu'a connu le Brésil l'été dernier lorsque son président Lula est venu inaugurer le Fórum Internacional Software Livre de Porto Alegre.

« Maintenant que le plat est servi, il est très facile pour nous de manger. Mais préparer ce plat n’a pas été un jeu d’enfant [...] Car nous devions choisir : ou nous allions dans la cuisine préparer le plat que nous voulions manger, avec l’assaisonnement que nous voulions y mettre, et donner un goût brésilien à la nourriture, ou nous mangerions ce que Microsoft voulait vendre aux gens. Et, c’est tout simplement l’idée de la liberté qui l’a emporté. »

Une vidéo sous licence Creative Commons By-Sa de TV Software Livre, traduite, sous-titrée et montée par Michaël Dias, Thibaut Boyer et Johann Bulteau pour Framasoft.

Rob Malda : 15 ans après ma première dépêche sur Slashdot

Posté par (page perso) . Édité par Davy Defaud, Benoît Sibaud et Xavier Claude. Modéré par Xavier Claude. Licence CC by-sa.
Tags : aucun
23
20
oct.
2012
Internet

Slashdot a eu 15 ans dernièrement. Son créateur Rob Malda (connu sous le pseudo CmdrTaco) n’en fait plus partie, suite à de nombreux changements et rachats.

Il nous livre un témoignage émouvant traduit sur le Framablog.

Extrait :

« L’histoire de Slashdot est totalement indissociable de ma propre vie. Je l’ai créé alors que j’étais encore étudiant à l’université. Quand les gens normaux faisaient leurs devoirs ou s’adonnaient à des activités personnelles, je passais mes soirées à dessiner des icônes dans GIMP, à coder en Perl dans Vim ou à publier de nouvelles histoires à partager avec mes amis. Je n’oublierai jamais les nuits passées à scruter les dernières lignes du fichier access_log et à célébrer avec des amis comme Jeff, Dave, Nate et Kurt chaque connexion provenant de microsoft.com ou de mit.edu. »

NdM : merci à akauffmann pour son journal.

Journal Aaron Swartz : traduction de 2 articles rédigés à 20 ans

Posté par (page perso) . Licence CC by-sa.
23
14
jan.
2013

Histoire de rendre nous aussi notre petit hommage à Aaron Swartz, l'équipe Framalang de Framasoft a traduit 2 articles d'Aaron Swartz :

Le premier est un article autobiographique résumant son (déjà si riche) parcours jusque là. Le second est un manifeste pour le libre accès plus que jamais d'actualité.