Arthur Accroc a écrit 1423 commentaires

  • [^] # Copie brute

    Posté par . En réponse au journal Migrer Windows 10 d'un disque BIOS/MBR, vers un SSD en mode UEFI/GPT avec des logiciels libres. Évalué à 3 (+1/-0).

    De manière à simplifier la vie des utilisateurs de serveurs beaucoup de distributions utilisent de UUID de type : UUID=aba14cd9-97d5-4bc5-8ae9-3bfc3a2b2f2e

    Du coup, si tu changes un disque dur avec dd, ton système ne boutera plus du tout …

    En général, c’est l’UUID de la partition qui est utilisée, et avec une copie brute avec un outil comme dd (je conseillerais GNU ddrescue, même si le disque d’origine ne présente pas d’erreurs, il est plus rapide que dd), il est conservé.
    Note : on a fortement intérêt à ne pas se tromper entre la source et la destination.

    Du coup, on monte le SSD, on fait une copie brute dessus, on arrête le PC, on démonte le disque dur, on reboote, et ça doit fonctionner.

    Mais il semble à lire l’article que son auteur veut conserver le disque dur en plus du SSD. C’est là que ça se complique : deux partitions avec le même UUID, ça pose problème, surtout si c’est ce qu’on utilise pour monter le disque. En reformatant le disque dur juste après la copie sur SSD ou en changeant les UUID de ses partitions, ça doit éviter le souci.

    Bon, si on ne fait pas une copie brute de tout le disque, mais juste des partitions, il faut comme tu le dis plus loin démarrer sur clé USB et réinstaller GRUB, ce qui rend l’opération moins simple.
    Si GRUB « ne retrouve pas ses billes » avec le changement de disque, pour une raison ou pour une autre, on n’échappe pas non plus à sa réinstallation.

    Cela dit, la copie brute a des limites : il faut que le SSD soit assez grand, il faut aussi que le disque dur ait été partitionné relativement récemment (sinon l’alignement des partitions ne conviendra pas à un SSD).

    Théorie du pot-au-feu : « Tout milieu où existe une notion de hauteur (notamment les milieux économique, politique, professionnels) se comporte comme un pot-au-feu : les mauvaises graisses remontent. »

  • [^] # Re: Renversant !

    Posté par . En réponse au journal Le symbole du copyleft. Évalué à 3 (+1/-0).

    Ça m’a probablement moins choqué avec un C dans le sens habituel, pas tout seul et pas dans un cercle.

    Zenitram a certainement raison sur la rareté d’empattements dans ce symbole.
    Celui auquel je suis habitué (qu’il soit right ou left) est plutôt comme celui présenté par Wikipédia (copyright, copyleft) : deux cercles concentriques de même épaisseur avec celui du centre tronqué pour faire un C.

    Théorie du pot-au-feu : « Tout milieu où existe une notion de hauteur (notamment les milieux économique, politique, professionnels) se comporte comme un pot-au-feu : les mauvaises graisses remontent. »

  • [^] # Re: Renversant !

    Posté par . En réponse au journal Le symbole du copyleft. Évalué à 4 (+2/-0).

    Dans le fond, un C avec un seul empattement, c’est déjà curieux :
    – en haut, ça fait bizarre,
    – en bas, on risque de le prendre pour un G.

    Théorie du pot-au-feu : « Tout milieu où existe une notion de hauteur (notamment les milieux économique, politique, professionnels) se comporte comme un pot-au-feu : les mauvaises graisses remontent. »

  • [^] # Re: Renversant !

    Posté par . En réponse au journal Le symbole du copyleft. Évalué à 5 (+3/-0).

    Le Wiktionary anglais semble d’accord avec moi, décrivant ce symbole comme « A horizontally mirrored copyright symbol ».

    Théorie du pot-au-feu : « Tout milieu où existe une notion de hauteur (notamment les milieux économique, politique, professionnels) se comporte comme un pot-au-feu : les mauvaises graisses remontent. »

  • # Renversant !

    Posté par . En réponse au journal Le symbole du copyleft. Évalué à 6 (+4/-0). Dernière modification le 07/06/18 à 04:59.

    J’ai toujours pensé que le symbole du copyleft était un symbole du copyright en miroir. Celui de cette illustration est un symbole pivoté à 180°, dans une police avec empattement, ce qui lui donne selon moi un aspect curieux.

    C’est moi qui me trompe où l’auteur de l’illustration qui a la jambe gauche en face du bras droit et le bras gauche en face de la jambe droite ou qui se met sur les mains à chaque fois qu’il veut regarder vers la gauche plutôt que de juste tourner la tête ?

    Théorie du pot-au-feu : « Tout milieu où existe une notion de hauteur (notamment les milieux économique, politique, professionnels) se comporte comme un pot-au-feu : les mauvaises graisses remontent. »

  • [^] # MATE ?

    Posté par . En réponse au journal Un million de dollars sur deux ans promis à la Fondation GNOME. Évalué à 3 (+1/-0).

    j'ai essayé, très brièvement E17, lxde, xfce, KDE a plusieurs reprises et suis toujours revenu à Gnome2, depuis Gnome3 je me fait violence pour m'adapter mais là, je ne vois pas comment faire pour me passer des raccourcis sur le bureau pour avoir un accès rapide à mes dossiers et documents les plus souvent utilisés

    Tu aimais bien Gnome 2, alors pourquoi pas MATE ?
    C’est une reprise de Gnome 2 par des développeurs qui eux aussi l’appréciaient, et il y a probablement au moins autant de développeurs actifs que pour E17 ou Xfce.

    Théorie du pot-au-feu : « Tout milieu où existe une notion de hauteur (notamment les milieux économique, politique, professionnels) se comporte comme un pot-au-feu : les mauvaises graisses remontent. »

  • # Situation en France

    Posté par . En réponse au journal Un documentaire allemand sur la dépendance à Microsoft (en anglais). Évalué à 4 (+2/-0).

    Le documentaire aborde la situation en France à partir de 23 min 40 s.

    Théorie du pot-au-feu : « Tout milieu où existe une notion de hauteur (notamment les milieux économique, politique, professionnels) se comporte comme un pot-au-feu : les mauvaises graisses remontent. »

  • [^] # C’est Free, mais c’est pas grave

    Posté par . En réponse à la dépêche Héberger son courriel en 2018. Évalué à 3 (+1/-0).

    Le mail a toujours parfaitement fonctionné sur mon serveur, en tout cas depuis que je passe par le « smarthost » de mon FAI pour les envois.

    Alors tu ne dois pas être chez Free.

    Free est capable de te refuser l’envoi d’un mail parfaitement légitime d’après son contenu (grâce à un analyseur de contenu « intelligent »), même si on s’est authentifié sur le serveur SMTP (ça arrive plutôt avec des mails courts).
    Corollaire : Free rejette aussi des messages légitimes en entrée.

    C’est sûr, si on se moque de faire des faux positifs, c’est facile de lutter contre le spam : on peut même refuser tous les mails et c’est gagné, plus aucun spam.

    En général, les analyseurs de contenus sont utilisés sur les serveurs mail uniquement pour marquer les messages comme spam ou les classer dans le dossier spam, parce que bon, c’est pas fiable à 100 %, tout le monde le sait.

    Théorie du pot-au-feu : « Tout milieu où existe une notion de hauteur (notamment les milieux économique, politique, professionnels) se comporte comme un pot-au-feu : les mauvaises graisses remontent. »

  • [^] # Shell…

    Posté par . En réponse au journal Défragmenter une partition FAT32 sous Linux …. Évalué à 2 (+0/-0).

    Il y a une subtilité dans ma version, l'utilisation du—pour ne pas avoir de problème dans les cas où tu as un fichier qui commence par "-".

    Bien vu ! Encore un piège du shell…

    La raison pour éviter le shell autant que possible, c’est bien le temps de déminage et le fait qu’on peut difficilement être sûr qu’on l’a bien terminé.

    Théorie du pot-au-feu : « Tout milieu où existe une notion de hauteur (notamment les milieux économique, politique, professionnels) se comporte comme un pot-au-feu : les mauvaises graisses remontent. »

  • [^] # Re: Sendmail

    Posté par . En réponse à la dépêche Sortie de Fedora 28 bêta. Évalué à 1.

    On va faire simple : certains outils (comme cron) par défaut avaient besoin d'un MTA pour communiquer avec l'utilisateur avant l'utilisation de certains fichiers logs.

    En effet. Mais pourquoi choisir le plus mauvais (et de loin) ?

    Et quand les employés de Red Hat se sont bougés pour le virer, ça a mis 3 ans :

    https://fedoraproject.org/wiki/Features/NoMTA
    https://fedoraproject.org/wiki/Changes/NoDefaultSendmail

    Ces liens éclairent sur son retrait, pas sur le fait d’avoir conservé celui-là en particulier.
    Après, je ne dis pas que Red Hat a fait pression pour conserver sendmail.
    L’autocensure peut suffire à expliquer. Si je participais à un projet où une grosse boîte fournissait la majorité des moyens (en particulier en développeurs), j’hésiterais aussi avant de demander qu’on jette son gagne pain.

    Preuve que les gens n'étaient pas spécialement motivés pour s'en débarrasser.

    Donc les mainteneurs de Fedora auraient juste mauvais goût.
    Après tout, c’est peut-être crédible : quand Red Hat a mis Gnome par défaut (il n’y avait pas encore de Fedora et c’était Gnome 1 ou une préversion), il était carrément bogué, pareil quand Fedora est passé à Gnome 3 ou a intégré PulseAudio… Un goût pour les usines à gaz boguées, semblerait-il.

    Car bon soyons honnête, si ce n'était pas la meilleure solution technique existante, elle remplissait son besoin de base

    C’était quand même dommage de laisser un truc qui collectionnait les failles juste pour remplir le besoin de base…

    Théorie du pot-au-feu : « Tout milieu où existe une notion de hauteur (notamment les milieux économique, politique, professionnels) se comporte comme un pot-au-feu : les mauvaises graisses remontent. »

  • [^] # Sendmail

    Posté par . En réponse à la dépêche Sortie de Fedora 28 bêta. Évalué à 2.

    Sendmail était fournie sur d'autres OS que Linux je le rappelle (notamment Mac OS X fut un temps).

    J’ai administré un serveur Sendmail sous Solaris avec plusieurs domaines mail, je connais.
    Et dès que je n’ai plus été dans l’urgence à gérer ses problèmes, je l’ai remplacé par Postfix, en version bêta à l’époque (ça devait être en 1999), donc déjà infiniment plus solide que Sendmail.

    Il ne faut pas croire que ce logiciel était si mauvais que cela d'autant qu'il avait quelques atouts.

    Les failles majeures presque tous les mois (à l’époque où il était massivement utilisé) ?
    La configuration imbitable ?
    Les macros M4 qui produisaient une configuration à partir d’un fichier plus lisible par les humains, sauf qu’on était obligé de la retoucher derrière pour que ça marche vraiment (probablement pas dans les cas triviaux, mais par exemple pour du multi-domaine) ?
    La lourdeur ?

    Ah ça oui remarque, ça limite la quantité de spam qu’un pirate (qui t’a piraté grâce à une faille de Sendmail…) peut envoyer avec ton serveur.

    Sendmail a une place… dans l’histoire.

    Ah la fameuse théorie du complot de fournir un logiciel compliqué pour vendre du support.

    Ah la fameuse façon d’éluder la question en disant « théorie du complot ».
    Explique-moi plutôt pourquoi Fedora a conservé Sendmail des années (facilement une dizaine) après que les autres distributions (sauf RHEL) l’aient viré (elle n’a même jamais installé un autre serveur mail par défaut, elle a juste arrêté d’installer un serveur mail par défaut).

    Théorie du pot-au-feu : « Tout milieu où existe une notion de hauteur (notamment les milieux économique, politique, professionnels) se comporte comme un pot-au-feu : les mauvaises graisses remontent. »

  • [^] # Red Hat

    Posté par . En réponse à la dépêche Sortie de Fedora 28 bêta. Évalué à 1.

    Fedora n'est pas moins libre de mouvement que Debian, c'est quoi cette ânerie ?

    Comment expliques-tu que Fedora ait très longtemps installé par défaut le calamiteux Sendmail 8 (calamiteux aussi bien du point de vue de sa configuration que de la sécurité), alors que les autres distributions l’avaient remplacé avec raison, si ce n’est que RedHat l’installait sur RHEL et vendait du support dessus (il y aurait moins de support à vendre sur un logiciel beaucoup plus facile à configurer comme Postfix ou Exim) ?

    N'oublions pas que Red Hat a des contributeurs clés (entre 10 et 50% des contributions) dans systemd, LibreOffice, le noyau Linux ou même GNOME (étrange pour une distribution que pour un usage serveur ?),

    On peut soupçonner que ça aide à ce qu’un projet (disons GNOME) adopte les solutions apportées par un autre projet (systemd).

    tu crois que Debian saurait gérer une perte d'autant de contributeurs dans autant de logiciels clés pour elle ? Tu penses que GNOME, Linux ou LibreOffice ne sont pas libres de mouvement car Red Hat ou d'autres entreprises proposent l'essentiel du travail ? Debian se reposant sur des logiciels dont elle n'en a aucun contrôle est-elle vraiment libre de ses mouvements ?

    L’expérience a effectivement montré que les autres distributions finissent bon gré mal gré par adopter les changements impulsés sur Fedora par les employés de RedHat (PulseAudio, systemd…) et n’ont souvent pas les moyens d’imposer leurs solutions, voire de les maintenir (Upstart, Mir, Unity…), ou ne serait-ce que de développer des solutions originales (il faut des développeurs pour ça).

    Bref, Red Hat est assez libre de ses mouvements (enfin pas autant que Microsoft avec Windows) justement parce qu’elle a les moyens d’employer des développeurs clés d’un certain nombre de projets du libre.

    Les autres sont libres… de profiter des contributions des employés de Red Hat (qui ont forcément du positif, sinon ils se feraient jeter, comme Sendmail 8).

    Théorie du pot-au-feu : « Tout milieu où existe une notion de hauteur (notamment les milieux économique, politique, professionnels) se comporte comme un pot-au-feu : les mauvaises graisses remontent. »

  • [^] # Re: je

    Posté par . En réponse au journal Bookmark : Interview d'Emmanuel Macron sur l'IA dans Wired. Évalué à 10.

    On a limite l'impression qu'il veut démissionner de président de la république, et devenir chercheur en IA. :p

    Si seulement…

    Théorie du pot-au-feu : « Tout milieu où existe une notion de hauteur (notamment les milieux économique, politique, professionnels) se comporte comme un pot-au-feu : les mauvaises graisses remontent. »

  • [^] # Gaël Duval…

    Posté par . En réponse au journal C'est quoi le telephone intelligent du libriste francais de nos jours?. Évalué à 4.

    Pas le dernier (en tout cas pas encore).

    Et puis ils étaient tous sympas.

    À l’opposé, tu as l’autre Gaël Duval dont les projets réussissent et sont soutenus politiquement, mais ne sont pas forcément attrayants (en tout cas, pour le linuxien de base ; pour des entreprises, probablement plus ; une agence de marketing, bon…).

    Théorie du pot-au-feu : « Tout milieu où existe une notion de hauteur (notamment les milieux économique, politique, professionnels) se comporte comme un pot-au-feu : les mauvaises graisses remontent. »

  • [^] # Tu es trop négatif

    Posté par . En réponse à la dépêche LinuxFr.org sera impliqué dans le plan français sur l’intelligence artificielle #FranceIA. Évalué à 6.

    Voir le communiqué de presse du CNRS : http://www2.cnrs.fr/presse/communique/5521.htm
    Ils sont tous là et vont sans doute toucher des subsides de la France…

    Vu sur le site :

    Paris, 30 mars 2018

    Académiques et industriels s'unissent pour créer l'Institut PRAIRIE, lieu d'excellence dédié à l'intelligence artificielle à Paris
    Le CNRS, Inria, l'Université PSL et les entreprises Amazon, […] Facebook, […] Google, Microsoft […] s'unissent […]

    Non, mais, ils se sont sûrement juste trompés de jour pour poster leur nouvelle !
    Le CNRS et l’Inria doivent aussi avoir le sens de l’humour, mais ils manquent juste d’entraînement.

    Ils sont tous là et vont sans doute toucher des subsides de la France…

    Pas forcément, tu es négatif, quand même. Ils se contenteront peut-être de tirer les marrons du feu pour des recherches en bonne partie financées par les contribuables français.

    Je crains qu'on se fasse encre rouler dans la farine comme avec Gemplus international, un cas d'école qui devrait être connu de nos brillants économistes…

    Encore une fois, tu es négatif. Ça n’a rien à voir : là, aucune manœuvre dans l’ombre, on sait dès le début où iront les profits.
    On pourrait éviter de gaspiller de l’argent en ne faisant pas les recherches : autant qu’ils les fassent tous seuls.

    Moi aussi, je suis négatif : j’ai l’impression que nous sommes les serfs d’un monde néo-féodal où nos dirigeants sont les intendants du pays pour le compte des gros acteurs économiques (y compris étrangers). Mais c’est sûrement uniquement parce que je suis négatif, hein. Bientôt, je pourrais même croire des trucs fous, comme par exemple que notre président élu par le peuple est leur banquier.

    Théorie du pot-au-feu : « Tout milieu où existe une notion de hauteur (notamment les milieux économique, politique, professionnels) se comporte comme un pot-au-feu : les mauvaises graisses remontent. »

  • [^] # Les anglais sont-ils sensés ?

    Posté par . En réponse au journal Ah Oracle quelle belle entreprise.... Évalué à -1.

    Je pense qu'il faisait référence au fait que le bon sens de circulation au Royaume-Uni est à gauche, alors que c'est à droite pour la quasi totalité des autres pays du monde.

    Ah oui, « sens » dans ce sens-là.

    Parce qu’autrement, les deux ne sont pas forcément sensés…

    Nous roulons à droite et avons la priorité à droite.
    Les anglais roulent à gauche et ont la priorité à droite quand même.
    Ça n’a pas l’air très logique, l’un des deux doit être une connerie.

    À quel endroit est-ce que c’est la m… dès que trois voitures se présentent en même temps dans une intersection ?

    Bon, changer le sens de circulation aurait été très compliqué (les voitures n’auraient plus eu le volant du bon côté), mais si on avait changé le côté de la priorité, on aurait pu économiser la construction d’une bonne quantité de rond-points (pas ceux où il y a le plus de trafic, mais quand même) !

    Théorie du pot-au-feu : « Tout milieu où existe une notion de hauteur (notamment les milieux économique, politique, professionnels) se comporte comme un pot-au-feu : les mauvaises graisses remontent. »

  • [^] # Re: Oracle vient d'achever Java

    Posté par . En réponse au journal Ah Oracle quelle belle entreprise.... Évalué à 1.

    regarde les routes anglaises 😄

    C’est-à-dire ? Parce que j’ai du mal a les voir d’ici (courbure de la terre) et qu’aller voir sur place n’est pas instantané (distance, la mer…).

    Théorie du pot-au-feu : « Tout milieu où existe une notion de hauteur (notamment les milieux économique, politique, professionnels) se comporte comme un pot-au-feu : les mauvaises graisses remontent. »

  • [^] # Re: En 2018… comme en 1993, xterm

    Posté par . En réponse à la dépêche Quel terminal pour 2018 ?. Évalué à 3. Dernière modification le 22/03/18 à 21:53.

    xinput arrive à afficher les événements clavier, même avec le mode secure de xterm.

    Bien vu, merci.
    Et ça fonctionne aussi depuis une machine distante, je viens d’essayer.
    Donc je peux aussi bien changer de terminal. Bon, je ne vais peut-être pas me précipiter avant de trouver celui qui m’apporterait l’avantage le plus décisif pour mon utilisation, j’ai mes réglages à mon goût sous XTerm et je trouve la police bitmap plus nette qu’une vectorielle (tous les terminaux ne supportent pas les polices bitmap et les terminaux « modernes », qui seraient le plus susceptibles d’avoir des avantages sur XTerm ne sont pas ceux qui ont le plus de chances de les supporter).

    Ce n'est pas un keylogger particulier, c'est juste un outil Xorg qui permet de tester les périphériques.

    Je connaissais pour voir les périphériques connectés et leurs identifiants, mais je n’avais pu vu l’option --test (pour ça, j’ai l’habitude d’utiliser xev, qui existe depuis bien plus longtemps).

    C’est quand même bien dommage. Il faudrait faire un terminal qui permette de passer carrément sur une console texte le temps de taper un mot de passe. La solution plutôt lourde déjà existante serait de travailler localement sous screen ou tmux et de se débrouiller soi-même pour y accéder depuis une console texte à chaque fois qu’il y a un mot de passe à taper.

    Théorie du pot-au-feu : « Tout milieu où existe une notion de hauteur (notamment les milieux économique, politique, professionnels) se comporte comme un pot-au-feu : les mauvaises graisses remontent. »

  • [^] # Re: En 2018… comme en 1993, xterm

    Posté par . En réponse à la dépêche Quel terminal pour 2018 ?. Évalué à 2.

    Il y est possible pour toutes les applications ayant acces au meme serveur X, elles peuvent litterallement intercepter tous les appuies sur toutes les touches et capturer tous les pixels qui passent, cela fait partie du standard…

    Je connais un peu, mais quand tu passes en mode sécurisé, la pile de traitement normale des événements X est justement court-circuitée (à une époque, les touches mortes n’étaient même pas prises en compte) pour éviter cela. Tu ne captes plus les événements clavier avec la méthode normale. D’ailleurs si une nouvelle fenêtre apparaît et prend le focus, les frappes du clavier continuent néanmoins d’arriver à l’application qui a sécurisé le clavier.

    Après, il paraît qu’il y a un key logger qui arrive à faire autrement. Si quelqu’un connaît son nom, ça m’intéresse pour tester et voir ses possibilités réelles (j’ai cherché, je n’ai pas trouvé).
    Si les événements clavier ne passent pas par le chemin habituel (prévu pour qu’on puisse les intercepter), sniffer les frappes de l’utilisateur courant en local et sniffer les frappes effectuées sur le serveur X d’un machine distante, ça peut être très différent.

    Théorie du pot-au-feu : « Tout milieu où existe une notion de hauteur (notamment les milieux économique, politique, professionnels) se comporte comme un pot-au-feu : les mauvaises graisses remontent. »

  • [^] # Re: Petite question

    Posté par . En réponse au journal [TAPTEMPO] portage sur ZX81. Évalué à 2. Dernière modification le 20/03/18 à 14:14.

    Il n'y a pas une question de standard PAL/SECAM et de nombre de lignes ?

    Le nombre de lignes et le nombre d’images par seconde différents ne concernent que les américains.

    Je suppose que les téléviseurs récents (à supposer qu’ils supportent encore les émissions hertziennes analogiques) gèrent indifféremment PAL et SECAM, mais de toute façon, la différence entre les deux réside dans le codage de la couleur. Le ZX81 ne fait que du noir et blanc (même pas de niveaux de gris, en fait).

    Théorie du pot-au-feu : « Tout milieu où existe une notion de hauteur (notamment les milieux économique, politique, professionnels) se comporte comme un pot-au-feu : les mauvaises graisses remontent. »

  • [^] # Re: Petite question

    Posté par . En réponse au journal [TAPTEMPO] portage sur ZX81. Évalué à 2.

    Quel genre d'écran peut on brancher là dessus à l'heure actuelle ?

    De ce que j’en sais, le ZX81 émettait sur câble d’antenne sur un canal de télévision, donc logiquement une télévision qui supporte encore les chaînes hertziennes non numériques (je ne sais pas si c’est toujours le cas des dernières, je n’en ai pas de très récente) doit faire l’affaire.

    Si tu essaies, je serais curieux de savoir s’il a survécu, et ton impression en retrouvant sa résolution de l’époque sur un écran récent.

    Après, si tu as l’intention de relire tes programmes de l’époque, avant même le problème du vieillissement des bandes magnétiques, tu risques d’être bloqué par le fait que les courroies du magnétophone d’époque soient HS (bon, ça peut se changer, à condition d’en trouver de la bonne taille).

    Théorie du pot-au-feu : « Tout milieu où existe une notion de hauteur (notamment les milieux économique, politique, professionnels) se comporte comme un pot-au-feu : les mauvaises graisses remontent. »

  • [^] # Re: Il faut persévérer ! Le monde attend une version pour ZX81.

    Posté par . En réponse au journal [TAPTEMPO] portage sur ZX81. Évalué à 3.

    Peut-être quelqu'un qui connait mieux la machine aurait une solution ?

    Ce qui me viendrait, c’est : demander à l’utilisateur d’appuyer sur Entrée seulement tous les dix battements. À part ça…

    Théorie du pot-au-feu : « Tout milieu où existe une notion de hauteur (notamment les milieux économique, politique, professionnels) se comporte comme un pot-au-feu : les mauvaises graisses remontent. »

  • # Cas du livre : publication ? taille du code ?

    Posté par . En réponse au journal Le vrai problème avec toutes ces ré-implémentations de TapTempo c'est .... Évalué à 2.

    Quand quelqu’un publie un livre sur un langage de programmation, il y a des exemples de code dedans, et il ne me semble pas que tous les livres indiquent clairement leur licence.

    Pourtant, l’auteur doit sûrement s’attendre à ce que les lecteurs en réutilisent certains (pour les exemples les plus triviaux, il serait même difficile de faire autrement) et les lecteurs doivent sûrement s’attendre aussi à pouvoir le faire (sinon, ils n’achèteraient peut-être même pas ce livre).

    Il me semble bien qu’il y a une tolérance à ce propos, mais est-elle liée au fait que le code est publié (et publication porte le sens de rendre public), qu’il n’est considéré que comme de courts extraits du livre (droit de citation) ou qu’il ne serait considéré que comme des illustrations du propos du livre et non pas une part majeure de cette œuvre, ou juste au fait que si l’auteur faisait valoir ses droits, il ne faudrait plus qu’il espère avoir trop de lecteurs ensuite ?

    Bon, parce que sur LinuxFr, nous sommes dans une situation proche du cas du livre : c’est un forum sur l’informatique avec parfois des exemples de code.

    Quoiqu’il en soit, je vous donne le droit d’utiliser les (quelques) morceaux de code que je publie ici (à supposer qu’ils puissent être utiles à quelqu’un…) sous licence GPL version 2 ou ultérieure, ou sous une licence BSD de votre choix (je vais éviter des trucs plus vagues pour l’absence de clause de non responsabilité).

    Théorie du pot-au-feu : « Tout milieu où existe une notion de hauteur (notamment les milieux économique, politique, professionnels) se comporte comme un pot-au-feu : les mauvaises graisses remontent. »

  • [^] # Re: Il faut persévérer ! Le monde attend une version pour ZX81.

    Posté par . En réponse au journal [TAPTEMPO] portage sur ZX81. Évalué à 3.

    En allant voir le chapitre sur les variables système du bouquin que tu donnes en référence, on peut constater que la variable a l'adresse 16436 permet de faire quelque chose. Si j'ai bien compris, la valeur contenue à cette adresse est décomptée à chaque frame affichée. (50 par seconde chez nous, 60 aux US).

    Bien vu !
    J’ai fait un test de faisabilité très basique sur un émulateur (sz81) :

    10 CLS
    20 PRINT AT 1,0; (PEEK(16436) +PEEK(16437) *256) /50
    30 GOTO 20

    Mais il révèle un souci qui risque de limiter très fortement l’intérêt d’une adaptation de TapTempo : il se passe environ 0,6 s entre chaque affichage !

    Bon, sur le ZX81, le processeur passe une bonne partie de son temps à générer le signal vidéo (je en connais aucune autre machine où le processeur doive faire cela lui-même !) et le BASIC est réputé lent (comparativement aux autres de l’époque).

    Il y a bien l’instruction FAST qui libère le processeur de l’affichage, mais en conséquence, il n’y a plus d’affichage ! C’est moins pratique…

    Théorie du pot-au-feu : « Tout milieu où existe une notion de hauteur (notamment les milieux économique, politique, professionnels) se comporte comme un pot-au-feu : les mauvaises graisses remontent. »

  • [^] # TO7

    Posté par . En réponse au journal [TAPTEMPO] portage sur ZX81. Évalué à 4.

    Il avait d'autres défauts mais pas ceux-là. Le plantage en appuyant trop fort sur les touches,

    Ça ne le faisait qu’avec la barre espace (située du côté le plus fin du boîtier).

    la surchauffe et les « circuits tassés », je n'ai jamais connu ça sur un TO7.

    J’ai eu l’un des tous premiers. Peut-être ont-ils utilisé plus de circuits intégrés plus tard dans la production (ne serait-ce parce que c’est plus rentable). Si cela se trouve, le mien est un modèle collector (comme les timbres avec des défauts d’impression)…

    Par contre, les faux contacts sur les connecteurs dès lors qu'il commençait avoir de l'âge, ça a provoqué pas mal de pertes de données, effectivement.

    Pour ma part, j’ai eu des faux contacts de la cartouche du BASIC surtout au début (beaucoup !), parce que les petits pitons au milieu des lamelles métalliques (destinés à améliorer le contact) côté ordinateur faisaient des trous dans les contacts de la cartouche (aussi l’une des toutes premières) ! On m’a résolu le problème en refaisant les contacts avec de la soudure à l’étain.

    Ensuite, en pensant à redresser un peu les lamelles de temps en temps, je n’ai quasiment plus eu de problème de ce côté-là… sauf quand je posais accidentellement la main sur le bouton d’ouverture de la trappe à cartouche ! Je me demande si je ne le coinçais pas en insérant un bout d’allumette ou autre chose du genre en dessous… Il a été corrigé sur le TO7-70 par l’ajout d’un loquet.

    Bref, le MO5, sorti après, était moins cher et plus fiable (mais pas tout-à-fait compatible ni avec le T07, ni avec le TO7-70), mais j’étais trop dégoûté de la marque pour reprendre un de leurs produits.

    Théorie du pot-au-feu : « Tout milieu où existe une notion de hauteur (notamment les milieux économique, politique, professionnels) se comporte comme un pot-au-feu : les mauvaises graisses remontent. »