Appareils Android

Posté par (page perso) . Modéré par patrick_g. Licence CC by-sa
16
14
nov.
2011
Android

Voici une petite revue des dernières nouveautés matérielles tournant sous Dalvik/Linux, plus connu sous le nom d’Android. Dans la seconde partie de la dépêche, vous trouverez :

  • la Motorola Corvair ;
  • le Verzo Kinzo ;
  • les Epson Moverio ;
  • l’Asus Transformer Prime.

B2G : Mozilla « Boot To Gecko », un OS pour mobiles et tablettes

Posté par (page perso) . Modéré par patrick_g. Licence CC by-sa
25
14
nov.
2011
Mozilla

Un gecko « désigne l’ensemble des lézards de la famille des geckonidés » et Gecko « est un moteur d’affichage libre de pages Web utilisé par de nombreux navigateurs Web, tels que SeaMonkey (anciennement Suite Mozilla), Firefox, Camino ou encore Netscape ». Le projet de la Fondation Mozilla Boot to Gecko (aka B2G) n’a pas pour but de mettre des bottes à un lézard, mais de faire de Gecko le cœur d’un système d’exploitation pour téléphones intelligents et tablettes.

Projet de R & D Boot to Gecko a pour objectif de trouver les manques de l’intégration du Web avec le matériel, et de promouvoir de nouvelles interfaces de programmation (API) comblant ces manques dans les autres implémentations Web et de systèmes d’exploitation. Un peu comme presque‐feu‐WebOS l’a fait, mais de manière un tantinet plus ouverte.

N’attendez donc pas de smartphones ou tablettes Boot to Gecko sur le marché pour très bientôt. Comptez sur le courant 2012 pour un système hackable et installable comme un Cyanogen ou Replicant.

Entrevue avec les auteurs de FusionInventory

Posté par (page perso) . Modéré par Florent Zara. Licence CC by-sa
25
14
nov.
2011
Technologie

Voici une entrevue avec les auteurs de FusionInventory, projet libre de gestion du parc informatique. C’est un outil qui permet des inventaires locaux ou distants des ordinateurs, des matériels réseau et des imprimantes. FusionInventory fonctionne très bien avec GLPI… dont l’un des auteurs s’est entretenu également avec LinuxFr.org.

LinuxFr.org : T’es qui toi ?

David Durieux : J’habite à Beaujeu, dans le Rhône. Depuis mon adolescence, je suis un autodidacte passionné d’informatique (matériel, administration de serveurs et réseau, et programmation). Je suis contributeur sur les projets GLPI, FusionInventory et Shinken-Monitoring.

Gonéri Le Bouder : Je vis en Île‐de‐France, même si je suis très attaché à la Bretagne. J’ai fait mes études à Saint‐Malo, et depuis quelques années maintenant, je suis aussi développeur Debian et un Mongueur Perl.

Fabrice Flore‐Thébault : Je vis à Bruxelles où j’anime les Jeudis du Libre. Je suis un compagnon de route de FusionInventory, GLPI et Rudder, dont les contributions ne sont pas du code.

Walid Nouh : Je vis à Sète, et je travaille avec Gonéri. Je fais surtout des déploiements chez les clients, ainsi que des tests.

Guillaume Rousse : Je suis Parisien. J’ai rejoint le projet récemment, lorsque j’ai commencé à déployer la solution au travail. Au départ, il s’agissait juste de quelques patches pour corriger ou nettoyer un peu le code de l’agent, et comme j’ai vite gonflé Goneri avec mes demandes d’intégration journalières, j’ai rapidement hérité d’un accès en écriture au dépôt Git…

Entrevue avec GLPI

Posté par (page perso) . Modéré par tuiu pol. Licence CC by-sa
21
14
nov.
2011
Technologie

Jean‐Mathieu Doléans a accepté de se prêter au jeu des questions pour LinuxFr.org sur le projet GLPI. GLPI est un outil de gestion de parc informatique et de centre d’assistance. Il a la particularité, entre autres, de très bien fonctionner avec FusionInventory… dont LinuxFr.org s’est aussi entretenu avec ses auteurs.

LinuxFr.org : T’es qui toi ?

T’es dur là, et mon psy ne m’aide pas à répondre à cette question existentielle, malgré ma lourde contribution à son train de vie indécent.

Plus sérieusement, je me nomme Jean‐Mathieu Doléans, et suis le co‐fondateur du projet GLPI et le président de l’association Indepnet qui porte ce projet. J’ai également une passion pour les TIC et les logiciels libres depuis de nombreuses années.
Dans le civil, je suis chargé de mission TIC dans une collectivité territoriale.

LinuxFr.org : C’est quoi GLPI ? Qu’est‐ce que ça fait, et comment ?

GLPI signifie Gestion Libre de Parc Informatique. C’est une solution de gestion de parc informatique et de centre de services. Elle se présente sous la forme d’une application 100 % Web et permet de gérer l’ensemble des problématiques de gestion de parcs informatiques : de la gestion des composantes matérielles ou logicielles d’un parc informatique, à la gestion financière et administrative, en passant par la gestion de l’assistance aux utilisateurs.

Sun^WOracle Solaris 11

Posté par (page perso) . Modéré par baud123. Licence CC by-sa
Tags :
24
12
nov.
2011
Commercial

Oracle ayant racheté Sun, c’est désormais de Oracle Solaris dont il faut parler. Et, justement, Oracle Solaris 11 est sorti, avec tout plein de logiciels libres dedans.

Un peu de recul. Oracle Solaris 11 Express, la « pré‐version », était déjà sortie l’an dernier, annonçant donc une version finale proche. Sun Solaris 10 était sortie en 2005.

Malgré l’abandon d’OpenSolaris, la version libre de Solaris initiée par Sun, mais tuée par Oracle après le rachat de ce dernier, cette nouvelle version est truffée de logiciels libres comme GNOME, Compiz, X.Org, Firefox, Thunderbird, CUPS… Pour ceux qui désirent une version libre de Solaris, il faut donc se tourner vers les forks d’OpenSolaris comme Illumos ou OpenIndiana.

Bien sûr, après s’être présenté comme les rois du « grid » avec son SGBDR, quand ce concept était à la mode, Oracle présente désormais « son » Solaris 11 comme le roi du « cloud » (« First Cloud OS » et « First fully virtualized operating system »). Les fonctionnalités « chaudes » sont les Solaris Zones, le système de fichiers ZFS et d’autres fonctions liées à la sécurité. Disponible pour x86 et SPARC, Solaris 11 n’est pas disponible pour Itanium.

Flash Player sur mobile est gelé : HTML 5 a gagné !

Posté par (page perso) . Modéré par Lucas Bonnet. Licence CC by-sa
Tags :
48
11
nov.
2011
Internet

Coup de théâtre ! Après avoir galéré des mois/années sur Android, et avoir publiquement combattu contre Apple pour l’intégration sur iOS, Adobe jette l’éponge du greffon Flash Player pour navigateurs sur mobile et télévision. Il y aura tout de même une maintenance, pour les bogues réguliers, mais surtout pour les soucis de sécurité.

Extrait :

« Nos travaux à venir sur Flash pour appareils mobiles seront concentrés sur les développeurs pour les livraisons d’applications natives Adobe AIR dans les principaux magasins d’applications. Nous n’adapterons plus Flash Player pour appareils mobiles aux nouveaux navigateurs, nouvelles versions de système d’exploitation ou types d’appareils. Certains de nos titulaires de licence pour notre code source pourront choisir de continuer de travailler et de livrer leur propre implémentation. Nous allons continuer à prendre en charge les actuelles configurations Android et PlayBook avec des corrections de bogues critiques et mises à jour de sécurité. »

Version originale :

« Our future work with Flash on mobile devices will be focused on enabling Flash developers to package native apps with Adobe AIR for all the major app stores. We will no longer adapt Flash Player for mobile devices to new browser, OS version or device configurations. Some of our source code licensees may opt to continue working on and releasing their own implementations. We will continue to support the current Android and PlayBook configurations with critical bug fixes and security updates. »

Sur Slashdot, on peut lire :

« I felt a great disturbance in the Force, as if 750 voices screamed out in terror and were laid off. But that noise was overshadowed by everybody else celebrating. »_

Et là : Mention générique sur Steve Jobs. Pour générer des commentaires.

Adobe se concentre donc désormais logiquement sur HTML 5 (et sur le « digital media » et le « digital marketing »… On laissera le lecteur s’informer sur ces produits propriétaires). La stratégie du « Flash partout » est donc définitivement morte avec l’incapacité d’Adobe de livrer un lecteur Flash convenable sur mobile. Ajoutons à cela la multiplication des plates‐formes mobiles et le contrôle total de leurs propriétaires. Peut‐on ajouter que le HTML 5 y a également contribué ?

Dans un autre registre, mais pas tout à fait (celui des greffons propriétaires de trucs animés ou « rich media ») : Microsoft, à l’aube de livrer Silverlight 5 aux fabricants, ne confirme, ni n’infirme, la rumeur selon laquelle il n’y aurait tout simplement jamais de Silverlight 6. Signe des temps ?

Flash sur mobile est donc mort. En revanche, le flash sur les radars mobiles est toujours vivant.

Livraisons de Thunderbird 8.0, Lightning 1.0 et Firefox Mobile 8.0

Posté par (page perso) . Modéré par Lucas Bonnet. Licence CC by-sa
29
10
nov.
2011
Mozilla

Avec l’arrivée de Firefox 8.0, c’est tout l’ensemble des logiciels reliés à la Fondation Mozilla qui suit le mouvement, avec un numéro de version généralement harmonisé.

Au passage, Firefox fête ses 7 ans.

Thunderbird 8.0

Thunderbird 8.0 utilise lui aussi le moteur de rendu Gecko 8 et profite donc de ses améliorations et corrections de bogues. Parmi les autres points notables, la gestion des extensions (add‐ons) se rapproche de celle de Firefox (vérification de compatibilité au démarrage, mise à jour, désactivation par défaut de ceux configurés par des tiers, etc.). Ensuite, il y a les raccourcis de recherche, une amélioration de l’accessibilité de la liste des pièces jointes, et les usuelles corrections de bogues.

Lightning 1.0

Lightning, ajoutant des fonctions d’agenda à Thunderbird, passe enfin en version 1.0. Il intègre la gestion d’informations personnelles, de plusieurs agendas, de tâches, etc..

Dans les changements de cette version, on trouve (traduction libre) :

  • la gestion complète du mode déconnecté pour un agenda quand l’option « Cache » est activée ;
  • l’amélioration des diagnostics des sources iCalendar (ICS providers) ;
  • la correction d’un plantage au démarrage. N’hésitez pas à essayer à nouveau si vous aviez ce problème ;
  • des corrections diverses pour le système de notification, notamment reliées aux événements récurrents ;
  • la possibilité de l’affichage d’événements déjà acceptés via une invitation ;
  • un nouveau style graphique pour la vue agenda.

Firefox Mobile 8.0

L’offre Firefox Mobile se présente en réalité sous la forme de deux produits bien distincts :

  • Firefox for Android 8.0, disponible sur l’Android Market, qui, outre le fait qu’il améliore encore un peu plus ses performances (ce qui n’est pas un mal, en attendant l’abandon prévu de XUL au profit de technos natives), se voit ajouter les marque‐pages en écran d’accueil et un mot de passe principal  pour chiffrer les mots de passe enregistrés ;
  • Firefox Home for iOS 1.1.1, qui déjà présent sur l’AppStore, et qui, rappelons‐le, n’est pas un navigateur et ne suit donc pas le cycle de développement des autres produits.

Montres Android

Posté par (page perso) . Modéré par Davy Defaud. Licence CC by-sa
22
9
nov.
2011
Android

On connaît les téléphones et tablettes sous Android, on en parle assez. On connaît moins les télévisions, les lecteurs multimédia de salon, les netbooks et les liseuses. Et on connaît encore moins les autres types d’appareils que l’on peut trouver sous le système d’exploitation « Dalvik‐over‐Linux », par exemple les montres.

Smartwatches

On appelle ces appareils des « smartwatches » au pays de la vallée du silicium. On pourrait traduire cela par « montres intelligentes ».

Celles‐ci se distinguent des montres traditionnelles à aiguilles ou numériques, par l’utilisation d’un processeur généraliste et non‐dédié. L’affichage est la plupart du temps en couleur, et l’écran est tactile. Nous évoluons ici dans un environnement graphique très limité.

Firefox  8 est disponible

Posté par (page perso) . Modéré par Davy Defaud. Licence CC by-sa
Tags :
37
9
nov.
2011
Mozilla

Firefox 8 a été mis à disposition du public aujourd’hui même, soient six semaines après Firefox 7. La Mozilla Foundation maintient donc son rythme de version annoncé.

Voici la liste des changements :

  • les modules complémentaires installés par des programmes tiers sont inactifs par défaut ;
  • ajout d’une boîte de dialogue de sélection de modules complémentaires pour gérer les modules installés ;
  • Twitter a été ajouté à la barre de recherche pour certaines versions localisées. D’autres langues seront ajoutées dans le futur ;
  • ajout d’une préférence pour charger les onglets à la demande, améliorant ainsi le démarrage lorsque la session est restaurée ;
  • meilleures performances et gestion de la mémoire lors de l’utilisation des éléments <audio> et <video> ;
  • prise en charge de CORS pour les textures cross-domain dans WebGL ;
  • prise en charge des menus contextuels HTML 5 ;
  • ajout de la méthode insertAdjacentHTML() dans le DOM ;
  • meilleure césure pour de nombreuses langues ;
  • prise en charge améliorée de WebSocket ;
  • corrections de bogues sur la stabilité et la sécurité.

1.0 et 2.0 (Cassandra et Mercurial)

Posté par (page perso) . Modéré par baud123. Licence CC by-sa
16
7
nov.
2011
Technologie

Des versions toutes rondes de logiciels libres sont tout juste sorties : la 1.0 de Cassandra, et la 2.0 de Mercurial.

N. D. A. : Merci à GeneralZod pour avoir contribué à cette brève.

Apache Cassandra 1.0

Le projet Apache Cassandra a publié la version 1.0.0 de son logiciel libre. Pour rappel, Cassandra est une base de données non‐SQL (NoSQL), sous forme de paires clé‐valeur, sous licence Apache 2.0. Initiée par Facebook et utilisée par Twitter, Digg et Reddit, Cassandra est super‐extensible et conçue pour fonctionner sur des grappes de serveurs (clusters).

Mercurial 2.0

Mercurial version 2.0 a été publiée. C’est un système de gestion de versions décentralisée sous UNIX (et donc GNU/Linux) et Windows, distribué sous licence GPL v2. Des fonctionnalités majeures on été ajoutées, et des nouveautés font leur apparition dans le cœur et les extensions.

Tous les détails dans la seconde partie.

Entretien avec Antoine Mercadal, d’Archipel Project

Posté par (page perso) . Modéré par baud123. Licence CC by-sa
24
7
nov.
2011
Virtualisation

Antoine Mercadal est le développeur principal du logiciel libre Archipel Project.

LinuxFr.org : T’es qui toi ?

Antoine Mercadal (primalmotion). Je suis créateur, architecte, mainteneur, développeur principal du projet Archipel et, maintenant, le co‐fondateur de TrivialDev, la société derrière Archipel.

LinuxFr.org : Qu’est‐ce qu’Archipel ? Qu’est‐ce que ça fait et comment ?

C’est un outil décentralisé de gestion de plates‐formes virtualisées. Il est basé sur la bibliothèque libvirt pour ce qui est communication avec les engins de virtualisations, et sur XMPP pour tout le reste ! Le projet est séparé en deux composants : un agent en Python à installer sur les hyperviseurs, et l’interface utilisateur en Cappuccino à installer où l’on veut. Il faut aussi disposer d’un serveur XMPP (soit en installer un, soit réutiliser un serveur déjà existant).

Suite de l’entretien en seconde partie de dépêche.

Un entretien avec FusionForge

Posté par (page perso) . Modéré par baud123. Licence CC by-sa
27
5
nov.
2011
Gestion de versions

Qui ne connaît pas FusionForge, la célèbre forge logicielle ? Mais, qui connaît bien FusionForge et ses auteurs ?

La seconde partie de la dépêches vous propose le compte rendu d’un entretien avec trois de ses développeurs francophones.

/usr friendly

Posté par (page perso) . Modéré par Lucas Bonnet. Licence CC by-sa
35
4
nov.
2011
Fedora

« Le FHS du LSB est bien, mais “ / ” est un sacré bordel, il faut tout de même l’avouer. » Ceux qui auront compris cette phrase seront certainement d’accord. Pour les autres, LSB signifie Linux Standard Base, cela définit tout un ensemble de standards autour de GNU/Linux, dont… le FHS, qui est le Filesystem Hierarchy Standard, qui définit l’emplacement des fichiers.

À la racine, c’est‐à‐dire la base du système de fichiers, notée « / », on range notamment les données et les programmes statiques dans « /usr », bien. Ensuite, on range les binaires dans « /bin » et « /sbin », et les bibliothèques dans « /lib » et « /lib64 ». Oui, mais voilà, on range aussi des binaires dans « /usr/bin » et « /usr/sbin », et des bibliothèques dans « /usr/lib » et « /usr/lib64 ».

La proposition vient de Harald Hoyer et Kay Sievers, deux développeurs Red Hat, et est soutenue par Lennart Poettering. L’héritage de 30 ans d’UNIX est clairement à simplifier. Le but est de :

  • fusionner « /bin », « /sbin » et « /usr/sbin » dans « /usr/bin » ;
  • déplacer le contenu de « /lib » dans « /usr/lib » ;
  • déplacer le contenu de « /lib64 » dans « /usr/lib64 » ;
  • créer des liens symboliques pour rester compatible :
    • « /bin » vers « /usr/bin »,
    • « /sbin » vers « /usr/bin »,
    • « /lib » vers « /usr/lib »,
    • « /lib64 » vers « /usr/lib64 ».

Facile à retenir : « sbin », c’est has been ! Hum.

Ceci faciliterait grandement le montage et démontage des systèmes de fichiers, le démarrage du système, les instantanés (snapshots), la virtualisation, etc..

Petites brèves : Empathy, LibreOffice et Samba

Posté par (page perso) . Modéré par patrick_g. Licence CC by-sa
23
4
nov.
2011
Technologie

Empathy implémente le XMPP de WLM (ex MSN)

Le titre peut faire peur, genre : « Microsoft a encore adopté un standard ouvert pour le détourner »… Mais non, ça va. Comme vu dans ces pages précédemment, MSN implémente XMPP en C2S (client‐to‐server) uniquement (pour l’instant ?), avec une authentification inspirée OAuth, très proche de celle adopté par le XMPP de Facebook Chat (d’ailleurs, ils ont collaboré sur ce projet).

Donc, Empathy implémente cette authentification, grâce au code de l’authentification du XMPP de Facebook Chat. On se rend compte évidemment que le XMPP de MSN, comme celui de Facebook Chat, est un sous‐ensemble d’extensions très restreint.

Sites d’extensions et de modèles LibreOffice

LibreOffice fait encore un pas en avant, cette fois‐ci en offrant deux sites :

  • Extensions : pour étendre les fonctionnalités de base du logiciel libre ;
  • Modèles : pour commencer des présentations et textes.

Pour l’instant, c’est assez vide, mais vous êtes bien évidemment invités à y contribuer.

C’est la Samba chez Microsoft

Microsoft a contribué au code source libre du projet Samba ! En plus, sous une licence libre, la GPL !

C’est un petit rien, un non‐évènement, mais… symbolique ! Suffisamment pour être noté.

Asterisk 10 est disponible

Posté par (page perso) . Modéré par baud123. Licence CC by-sa
19
4
nov.
2011
Technologie

Après Asterisk 1.8, Digium a publié Asterisk 10. Tout va bien, c’est juste que le « 1. » de devant ne servait à rien. Pour rappel, Asterisk) est un autocommutateur téléphonique privé (PABX) open source pour systèmes UNIX, Mac OS et Windows.

Un des changements majeurs, c’est le nouveau « wide‐band media engine » (moteur média large bande), qui remplace avantageusement le media engine existant, puisque d’après Digium, cela offre une qualité audio de niveau studio, avec un nombre quasi‐illimité de codecs (« studio‐quality audio and a nearly unlimited number of codecs »). Cela dispense de la nécessité de connexions audio de haute qualité.

Il n'y a plus de limite de numérisation à des fréquences d’échantillonnage de 8 ou 16 kHz, puisqu’Asterisk gère maintenant les fréquences jusqu’à 192 kHz. Les nouveaux codecs sont Speex 32 kHz (et SILK, par Skype).