Les 10 paliers de libération d’un téléphone Android

Posté par . Édité par Julien Jorge, BAud, patrick_g, Davy Defaud, gUI et ZeroHeure. Modéré par ZeroHeure. Licence CC by-sa.
Tags : aucun
49
26
oct.
2019
Android

Android est basé sur un logiciel libre et peut être utilisé avec des logiciels libres. On pourrait définir dix paliers de migration d’un équipement Android vers un équipement plus libre, les premiers sont faciles à passer, les derniers demandent un plus grand engagement, mais on peut s’arrêter au niveau que l’on souhaite après avoir avancé autant qu’on le pouvait.

Nous présenterons dans la suite de cette dépêche chacun de ces dix paliers, comment et pourquoi les atteindre. Le but étant que toute personne intéressée par le Libre sache ce qui est possible avant de décider de son objectif.

Sommaire

Palier 1 - Se doter d’un magasin de logiciels libres

Le Play Store n’est pas une application très pratique pour trouver et installer des logiciels libres. Heureusement, il existe une application plus adaptée pour répondre à ce besoin : F-Droid. Pour installer cette application, il suffit de se rendre sur https://www.f-droid.org depuis n’importe quel navigateur installé sur son équipement et de cliquer sur le lien de téléchargement pour obtenir un fichier APK (format de paquets d’Android). En exécutant l’APK, le système demande l’autorisation de procéder à l’installation depuis le navigateur : il est nécessaire de l’accepter (cette autorisation pourra être supprimée par la suite).

Une fois l’installation effectuée, on peut exécuter F-Droid en passant par les menus habituels. En lançant F-Droid la première fois, il est conseillé de personnaliser les dépôts (menu ParamètresDépôts). Une liste des dépôts disponibles est présente sur le wiki dédié, mais, à ce jour, seuls The Guardian project et IzzyOnDroid semblent être maintenus.

Palier 2 - Installer ses premières applications

Naviguer dans F-Droid permet de découvrir de nombreux logiciels intéressants. Lors de la première installation d’une application, il faut accorder l’autorisation de procéder à l’installation depuis F-Droid (ce ne sera demandé qu’une fois). Voici une liste toute subjective d’applications recommandées :

  • AnySoftKeyboard : ce clavier remplace celui fourni par défaut avec le système, mais donne aussi un accès beaucoup plus pratique aux caractères spéciaux, et surtout contient des flèches gauche/droite pour pouvoir arriver au bon endroit d’un texte sans avoir à viser précisément avec son doigt ;
  • Etar est tout simplement le calendrier le mieux conçu pour Android, même la vue mensuelle est lisible !
  • Fennec F-Droid est un navigateur libre dérivé de Firefox (pleinement compatible avec Firefox Sync et les extensions Firefox) ;
  • Street Complete, qui a joliment grandi depuis la dépêche y faisant référence ;
  • pour les personnes s’intéressant à la sécurité, on peut regarder les applications du Guardian Project.

On ne va pas tout de suite installer une grande quantité d’applications, il s’agit simplement de prendre l’outil en main : profitons de l’élan pris par ces réussites pour passer au palier suivant.

Palier 3 - Identifier les applications inutilisées

Il y a forcément des applications qui ne servent à rien installées sur son équipement, dont celles préinstallées par son opérateur (TV d’Orange, SFR jeux, Mon compte Free, etc.) ou le constructeur (Samsung Apps, Huawei AppGallery, etc.). Pour passer ce palier, il faut d’abord prendre un papier et un crayon et lister toutes les applications installées sur l’équipement, sous la forme de deux colonnes : l’une contenant le nom de l’application, l’autre un commentaire à venir. Cela va probablement être long, voire très long, mais prendre connaissance de tout le capharnaüm privateur de son téléphone est nécessaire pour pouvoir passer les paliers suivants…

Une fois cette liste établie, il devrait être facile d’y retrouver les applications préinstallées dont on n’a pas l’usage, celles qui ont été installées mais n’ont servi qu’une seule fois, ainsi que d’autres traces de l’histoire de l’équipement qu’il n’est pas très utile de conserver (il sera toujours possible de faire encadrer la liste pour se souvenir de ces applications courageusement abandonnées). Pour chacune des applications concernées, inscrire dans la seconde colonne « à oublier ».

Exemple de liste contenant une entrée « à oublier »

Palier 4 - Supprimer ses premières applications privatrices

Se rendre la liste des applications de son téléphone depuis le menu de configuration et tenter dans l’ordre de :

  1. cliquer sur l’application, et si le bouton « désinstaller » est présent, cliquer dessus ;
  2. s’il n’y a pas de bouton « désinstaller » mais qu’il existe un bouton « désactiver », cliquer dessus ;
  3. si après avoir cliqué sur « désactiver », un message indique que seules les mises à jour vont être supprimées, l’application restera présente dans les menus : pour certaines versions d’Android, il est possible de regrouper plusieurs applications dans un même dossier, faute de mieux pour ce palier‐ci, on se contentera de mettre toutes les applications dont on ne veut plus dans un dossier « poubelle ».

Extrait d’un menu d’applications contenant un dossier poubelle

Palier 5 - Identifier les phéromones numériques

Tel un chat venant se frotter contre une jambe pour y déposer ses phéromones, certains médias et acteurs du Numérique veulent marquer leur territoire dans les équipements Android en y apposant leur logo, sans offrir un quelconque avantage à l’usager. Pour identifier les applications concernées, il faut passer son équipement en mode avion, puis lancer chacune des applications non annotées de sa liste, afin de repérer celles qui refusent de se lancer ou ne fonctionnent plus. Pour chacune de ces applications, se poser la question suivante : « mais que peut bien m’offrir cette application que je ne trouverais pas sur le Web ? ». Il y a plusieurs réponses possibles :

  • le contenu est plus lisible (applications de médias par exemple) : il faudrait essayer d’accéder au site Web depuis Fennec F-Droid et vérifier si c’est vraiment le cas, parce que la plupart des sites Web grand public sont lisibles en version mobile ; il est aussi possible de passer en mode lecture pour vérifier si cette vue‐ci n’est pas encore plus lisible que l’application, une autre possibilité est de tenter le passage en version non‑mobile pour voir le rendu ;
  • j’ai mon compte enregistré (applications de vente en ligne, par exemple) : on peut penser qu’il est dérangeant que toute personne utilisant le téléphone ait accès à des applications offrant un accès direct à ses comptes client, mais si l’on n’a pas peur de cette éventualité, pourquoi ne pas tout simplement enregistrer son mot de passe dans le navigateur et utiliser le site Web directement ? En plus, si vraiment on n’aime pas taper ses mots de passe, on peut demander à Firefox de synchroniser les mots de passe sur tous ses équipements ;
  • ça me donne accès à des fonctionnalités spécifiques : c’est l’occasion de se demander si celles‑ci sont utiles, si l’on apprécie vraiment de recevoir toutes ces notifications, s’il est nécessaire que tous nos contacts puissent tracer nos promenades, etc. (pour rappel, la réponse peut être « oui », passer ce palier ne nécessite pas de renoncer à ses usages).

Pour chacune des applications ne servant qu’à marquer le territoire, ajouter un simple favori dans son navigateur, procéder à sa suppression autant que possible, puis inscrire dans la seconde colonne de la liste « nettoyé ».

Palier 6 - Remplacer les applications privatrices

Ce palier peut sembler évident à passer après avoir installé F-Droid, cependant il est recommandé de ne le passer qu’à ce stade pour deux raisons :

  • il serait dommage de passer du temps à remplacer des applications pour se rendre compte que, finalement, on n’en a pas besoin ;
  • le passage des paliers précédents permet d’acquérir une certaine maîtrise dans l’identification de ses besoins.

L’objectif de ce palier est de trouver un maximum d’applications libres pouvant satisfaire les besoins auxquels répondent les applications privatrices. On va donc encore passer notre liste en revue, et pour chaque logiciel qui n’a toujours pas d’annotation, il va falloir identifier les besoins auxquels celui‑ci répond, puis, pour chacun de ces besoins, chercher si pour satisfaire le besoin, il existe :

  1. une extension Firefox libre : la plupart des extensions Firefox sont sous licence libre, et la plupart des applications n’utilisent que des fonctionnalités du Web : sans surprise, beaucoup d’applications Android ont leur équivalent libre en extension Firefox ;
  2. une application libre : les catégories et le moteur de recherche de F-Droid peuvent aider, on peut aussi consulter les sites alternativeto.net et fsfe.org ; toutes les applications proposées par F-Droid sont libres ;
  3. une extension Firefox non libre : si l’on n’a pas trouvé une application ou une extension Firefox libre, il est préférable d’utiliser une extension non libre à une application privative, parce que le code source est ouvert (ce qui offre certains avantages du logiciel libre) et que cela peut permettre d’éviter une dépendance à l’écosystème privateur de Google (certaines applications interagissant avec Google sans que cela soit très transparent).

Bien entendu, on peut maintenant supprimer autant que possible les applications devenues inutiles, puis ajouter la mention « remplacé » dans la fameuse deuxième colonne de la liste qui doit sembler de moins en moins vide.

Palier 7 - Apprendre à exporter ses données

Il ne s’agit pas ici de faire la morale aux personnes ne procédant pas à de fréquentes sauvegardes, mais pour passer les prochains paliers, il est nécessaire de savoir exporter et importer ses données. Il faut tout d’abord savoir qu’il n’y a pas de méthode universelle pour procéder aux sauvegardes, celles‐ci dépendent totalement des logiciels et services utilisés. Quelques idées pour procéder à des sauvegardes :

  • utiliser les fonctionnalités d’exportation des applications : la plupart des applications permettent d’enregistrer leurs données dans un fichier externe, si l’on souhaite continuer à utiliser ces applications, cela peut être suffisant ;
  • utiliser une ou plusieurs applications dédiées à la sauvegarde ;
  • exporter les données dans un format ouvert, notamment ses contacts (format VCard), ses agendas (format iCalendar), ses podcasts et flux RSS (format OPML), etc. ; si les données sont synchronisées chez Google ou un autre fournisseur, il peut être plus facile de faire cette exportation depuis le site Web du service que depuis l’application mobile.

Palier 8 - Déménager son cloud

Souvent lorsque l’on crée son calendrier ou ses contacts sur son équipement Android, ceux‐ci se trouvent être synchronisés dans le cloud de Google, du constructeur ou de l’opérateur. Le but de ce palier est de les synchroniser en lieu sûr. Franchir ce palier n’est pas difficile techniquement, mais cela nécessite une certaine intrépidité : après avoir passé avec succès tous les paliers précédents, il n’y a aucune raison d’avoir peur.

Aller sur https://www.chatons.org pour découvrir les hébergeurs promouvant et utilisant des logiciels libres. Certains proposent de synchroniser ses agendas, calendriers, tâches etc. dans leur infrastructure (avec Nextcloud ou Owncloud), parmi les plus gros on citera la mère Zaclys, Marsnet et Infini. Comparer les offres (notamment en termes de limites, le stockage quasi‐illimité n’existe pas chez les petits hébergeurs indépendants), et choisir celle qui répond le plus à ses besoins. Note : c’est peut‐être aussi le moment de se demander s’il est bien nécessaire de tout synchroniser sur Internet.

Exporter une dernière fois, dans un format ouvert, les données actuellement synchronisées, puis les importer depuis l’interface Nextcloud du nouvel hébergeur. Supprimer les comptes devenus obsolètes dans le téléphone (menu « utilisateurs et comptes » dans les préférences — on peut aussi choisir pour chaque compte ce qui doit être synchronisé, si l’on veut conserver son compte Google pour les autres usages que les contacts et le calendrier). Depuis F-Droid, installer DAVx, l’exécuter afin de configurer son compte.

Il reste maintenant à installer les applications permettant de synchroniser ses différents besoins (bien entendu depuis F-Droid, ces applications existent également dans le Play Store mais y sont payantes) : les différentes applications Nextcloud, Tasks, etc.

Palier 9 - Sélectionner son équipement

Les plus beaux paliers sont déjà passés et, à partir de maintenant, on va procéder à des actions partiellement irréversibles : si l’on ne souhaite pas ou ne peut pas aller plus loin, quelle qu’en soit la raison, on peut déjà être satisfait du chemin parcouru, et pourquoi pas envisager d’aller plus loin lorsqu’on changera d’équipement.

L’objectif à partir d’ici va être de remplacer Android par un système plus libre : on prendra pour exemple LineageOS, qui semble être le plus utilisé des dérivés de la version libre d’Android.

Mon équipement est‐il compatible ?

Pour savoir si son équipement est compatible avec LineageOS, il existe une page dans un wiki tentant de répertorier tous les équipements compatibles : https://wiki.lineageos.org/devices/ ; il faut faire attention, certains équipements verrouillent le système d’amorçage sans méthode officielle (ou amateur mais simple) pour le déverrouiller… Si l’on ne se sent pas une âme de hacker, et/ou qu’on craint de tout bloquer, il est prudent de ne pas tenter l’aventure. Afin d’avoir de vrais retours d’expérience d’installation sur un équipement précis, on peut faire une recherche dans le Reddit de LineageOS.

Comment choisir un nouvel équipement ?

Méthode simple

On peut trouver des équipements avec un système LineageOS préinstallé, surtout en occasion. On peut aussi choisir un équipement étant reconnu pour être particulièrement adapté à l’installation de LineageOS : https://www.androidpolice.com/2019/07/05/guide-best-phones-tablets-lineageos/.

Méthode structurée

Définir soigneusement ses besoins, classer une liste d’équipements selon leur réponse aux besoins, et choisir le premier de la liste qui sera compatible avec LineageOS.

Méthode intelligente

Prendre en compte dans les besoins la réparabilité de l’équipement en vérifiant celle‐ci sur le site iFixit. L’équipement restera utilisable bien après l’arrêt de sa prise en charge par le constructeur et l’opérateur, il est a priori pertinent de s’assurer qu’on ne devra pas le jeter parce que la batterie a vieilli ! Il faut regarder tout ce qui est facilement remplaçable ou réparable dans l’équipement choisi. Il faut bien faire attention à vérifier la difficulté indiquée pour chaque tutoriel, on a déjà vu des équipements mourir suite à des maltraitances de personnes ayant surestimé leurs compétences en bricolage !

Palier 10 - Installer LineageOS

Il faut d’abord installer fastboot et adb sur son ordinateur (ces applications sont empaquetées dans la plupart des distributions). Ensuite il faudra changer le gestionnaire d’amorçage (bootloader), re‐partitionner, installer… Mais tout ça se fait en suivant tout simplement le guide d’installation de son équipement.
Logo de LineageOS

On peut réinstaller toutes les applications libres découvertes en passant les paliers précédents. En cas de besoin de conserver des applications privatrices, il faut installer Aurora Store ou ApkTrack pour pouvoir les récupérer depuis le Play Store. Si certaines de ces applications refusent de fonctionner à cause de dépendances à des outils Google, il est possible d’installer tout ou partie de ces derniers.

Bonus : partager, sensibiliser, accompagner

On est maintenant possesseur d’un équipement aussi libre qu’on le pouvait, il faut partager cela avec son entourage :

  • proposer des logiciels libres : lorsqu’on est en contact avec une personne ayant un besoin, l’orienter vers une application F-Droid qui y répond ;
  • sensibiliser les personnes pouvant être intéressées : expliquer qu’il n’est pas nécessaire de tout faire tout de suite, que l’on peut procéder palier par palier, et montrer sa liste !
  • si une personne veut passer les mêmes paliers que les siens (ou même aller plus loin), proposer de l’accompagner ou d’être disponible en soutien si besoin ;
  • en compagnie de militants du Libre n’ayant même pas passé le premier palier, frimer !

Aller plus loin

  • # Sans Android

    Posté par . Évalué à 5 (+7/-2).

    Partie 11: ne pas utiliser Android du tout, ni un smartphone de Google.

    • [^] # Re: Sans Android

      Posté par (page perso) . Évalué à 4 (+1/-0).

      Sans Google, oui, je veux bien, mais il faut éviter aussi de tomber chez Google.
      C'est comme Charybde et Scylla
      Le chemin de la liberté n'est pas le plus facile !

    • [^] # Re: Sans Android

      Posté par . Évalué à 9 (+7/-0).

      • [^] # Re: Sans Android

        Posté par (page perso) . Évalué à 5 (+5/-0).

        Tout à fait d'accord, n'ayant pas besoin de smartphone, j'utilise ponctuellement un ancien téléphone mobile basique (feature phone) à clapet Samsung de 2013. Mais aujourd'hui ce marché a quasiment disparu, et les rares modèles en vente utilisent soit :
        - des OS privateurs datés et sont bloqués à la 2G (qui sera bien tôt ou tard abandonnée, donc mauvais investissement)
        - tournent avec KaiOS, un dérivé de feu FirefoxOS devenu privateur, bourré de fonctions smart mais pas très respectueux de la vie privée (d'autant que Google a mis des billes dedans pour y ajouter ses GApps)

        Dès lors quelles solutions pour un dumbphone basique et respectueux de la vie privée ?
        Si le mien venait à tomber en panne je ne saurais par quoi le remplacer…

        • [^] # Re: Sans Android

          Posté par . Évalué à 8 (+11/-5).

          Tout à fait d'accord, n'ayant pas besoin de smartphone,

          Mauvais argument : à part manger, boire, dormir et papoter avec ses congénères, on n'a besoin de rien pour vivre. Tout le reste n'est qu'opportunité pour vivre mieux.
          N'en déplaise aux contempteurs de l'ordiphone, celui-ci apporte plein de possibilités nouvelles dont il possible de profiter sans se soumettre ni être colonisé à son insu par Google et consorts. Comme cet instrument d'asservissement est aussi un moyen d'accès à l'information, il peut aussi être utilisé pour se défendre contre cet asservissement.

          • [^] # Re: Sans Android

            Posté par . Évalué à 5 (+4/-1).

            N'en déplaise aux contempteurs de l'ordiphone, celui-ci apporte plein de possibilités nouvelles

            nan mais absolument: l'ordiphone est très pratique, bien sûr ! Par contre, il reste un gadget. Un gadget de destruction massive.

            dont il possible de profiter sans se soumettre ni être colonisé à son insu par Google et consorts

            il y a d'autres enjeux que Google ou pas Google. La brochure élargit le débat :)

            un moyen d'accès à l'information, il peut aussi être utilisé pour se défendre contre cet asservissement.

            c'est un moyen plutôt dérivé d'accès à l'information, et il crée beaucoup d'asservissements…

          • [^] # « Quel besoin avons-nous d'autre chose ? »

            Posté par (page perso) . Évalué à 3 (+3/-0).

            Je n'ai jamais dit le contraire !
            Pour certains usages/métiers, le smartphone est une révolution (© Steve Jobs) mais personnellement, je n'en ai pas l'utilité.

            Pourquoi acheter un smartphone qui est :
            1) plus onéreux.
            2) socialement irrespectueux des ouvriers et des droits humains.
            3) environnementalement désastreux (extraction des matières premières, fabrication, transport, obsolescence rapide, déchets importants, etc. Ces éléments sont bien documentés aujourd'hui).
            4) aspirateur à données personnelles (cf l'objet de ce journal).
            5) indirectement créateur et/ou facilitateur de dépendances psychologiques (il n'y a qu'à voir dans la rue ou lors de repas de famille…).

            Alors que mon seul besoin c'est d'être joignable à certaines occasions. Pour cela un portable basique me suffit. Ça fait le taf sans être parfait pour autant (ça me parait moins pire).

        • [^] # Re: Sans Android

          Posté par . Évalué à 3 (+3/-0).

          • des OS privateurs datés et sont bloqués à la 2G (qui sera bien tôt ou tard abandonnée, donc mauvais investissement)

          Nokia a ressorti le 3310, et certaines versions sont compatibles 3G. Pour le respect de la vie privée, je pense que c'est mort, malheureusement :-/

          • [^] # Re: Sans Android

            Posté par (page perso) . Évalué à 2 (+2/-0). Dernière modification le 29/10/19 à 20:16.

            J'ai trouvé le projet Gerda OS qui essaye de libérer KaiOS mais il n'en est qu'aux prémices et est limité à ce terminal seul pour l'instant. On parle aussi du support du Nokia 2720 Flip à clapet mais rien n'existe encore concrètement.

      • [^] # Re: Sans Android

        Posté par (page perso) . Évalué à 4 (+3/-0).

        Sans smartphone, oui, c’est possible, mais sans mobile, ça ne l’est plus :-(
        En tout cas en France, aujourd’hui, à moins de se couper de monde moderne, il est indispensable d’avoir un numéro de téléphone capable de recevoir des SMS.

    • [^] # Re: Sans Android

      Posté par . Évalué à 5 (+5/-0).

      Librem_5 est une piste éventuelle, le smartphone qui tend vers le 100% libre

      • [^] # Re: Sans Android

        Posté par (page perso) . Évalué à 2 (+1/-0).

        Et n’oublions pas le Fairphone, proposé avec OpenOS (grosso-modo AOSP rooté, avec les mises à jour officielles) sur le modèle FP2, et bientôt sur le FP3 aussi.

  • # LineageOS, possible de revenir en arrière ?

    Posté par . Évalué à 3 (+2/-0). Dernière modification le 26/10/19 à 22:01.

    Je suis bien tenté de faire passer mon ordinophone sous LineageOS mais vu que c'est un appareil qui m'est fourni par mon employeur, au cas où quelque chose ne fonctionne pas de manière satisfaisante avec LineageOS, je préférerais pouvoir faire le retour en arrière moi-même sans devoir passer par mon service informatique.
    Des conseils à suivre avant de sauter le pas vers LineageOS qui permettraient de faciliter le retour en arrière au cas où?

    Surtout, ne pas tout prendre au sérieux !

    • [^] # Re: LineageOS, possible de revenir en arrière ?

      Posté par . Évalué à 4 (+3/-0).

      TWRP, le bootloader à installer pour installer Lineage permet de faire des backup de tout ton tel et de les restaurer, il me semble.

      • [^] # Re: LineageOS, possible de revenir en arrière ?

        Posté par . Évalué à 4 (+2/-0). Dernière modification le 26/10/19 à 23:44.

        Exact. À noter également qu'il est possible de lancer TWRP sans même l'installer sur le téléphone avec fastboot boot twrp-….img. Par contre, il n'est en général pas possible de "reverrouiller" le chargeur de démarrage : c'est une opération irréversible !

        • [^] # Re: LineageOS, possible de revenir en arrière ?

          Posté par . Évalué à -1 (+1/-2). Dernière modification le 27/10/19 à 09:42.

          Moi je conseille l'installation de LineageOS sur un téléphone d'entreprise à condition de faire un "full backup". Attention, l'installation de TWRP ne permet pas de faire un "full backup" car TWRP ecrase le bootloader. La methode de "raphj" sans installation de TWRP est probablement meilleure. J'ai ecrasé la bootlader de mon telephone avec TWRP et la restauration de la ROM originale n’est pas pleinement fonctionnelle, les MAJ OTA crashent car TWRP est toujours là. Et Motorolla ne fournit pas la ROM complete, uniquement des MAJ OTA.

          • [^] # Re: LineageOS, possible de revenir en arrière ?

            Posté par . Évalué à 3 (+1/-0).

            Il y a peut-être quelqu'un sur xda qui a publié une copie de ce modèle ?

            Mais effectivement, +1 pour une copie complète + transfert sur ordinateur avant de flasher ou modifier quoi que ce soit.

            • [^] # Re: LineageOS, possible de revenir en arrière ?

              Posté par . Évalué à 1 (+2/-1).

              Oui j'ai trouvé une image de ROM sur le forum xda, mais c'est n'est pas très propre ni sécurisé.

              Pour info : je suis revenu à la ROM officielle Motorolla Moto G4 plus car celle ci est en v8 alors que le support LineageOS (officiel) a été abandonné depuis la version Android v7.

    • [^] # Re: LineageOS, possible de revenir en arrière ?

      Posté par . Évalué à 6 (+4/-0). Dernière modification le 27/10/19 à 16:04.

      Les constructeurs fournissent les images officielles, donc tu pourras toujours reflasher le téléphone. Mais si ce n'est pas ton téléphone, je te le déconseille vivement : il y a souvent un étape de dévérouillage du bootloader du téléphone qui selon les constructeurs est irréversible (il faut passer par le site web officiel du constructeur et par un système clé/valeur il note que ton téléphone a été dévérouillé).

      Les impacts sont variables (perte de la garantie), mais c'est en général irréversible, donc quelque-part tu as modifié le téléphone qu'on t'avais confié.

      En théorie, la théorie et la pratique c'est pareil. En pratique c'est pas vrai.

      • [^] # Re: LineageOS, possible de revenir en arrière ?

        Posté par (page perso) . Évalué à 7 (+5/-0). Dernière modification le 27/10/19 à 12:27.

        Les impacts sont variables (perte de la garantie), mais c'est en général irréversible, donc tu quelque-part as modifié le téléphone qu'on t'avais confié.

        Pour compléter sur les impacts, cela peut aussi aller jusqu'à la désactivation définitive de certains composants, comme le paiement sans contact (qui est automatiquement désactivé, de manière matérielle, dès lors que le bootloader est modifié ou lorsqu'un flashage a lieu). Et ceci, de manière irréversible. Mais là, cela dépend du modèle du téléphone.

      • [^] # Re: LineageOS, possible de revenir en arrière ?

        Posté par (page perso) . Évalué à 7 (+4/-0).

        Les impacts sont variables (perte de la garantie)

        Non. Ça, c'est ce que prétendent les fabricants, mais ce sont des conneries. La garantie contre les vices cachés est imposée par la loi, et un déplombage ou un reflashage ne peut pas l'annuler. En revanche, cette garantie ne couvre pas cette opération : si on brique son téléphone, ce n'est pas un vice caché, donc le fabricant peut refuser de l'échanger. Si, en revanche, deux mois après avoir reflashé son téléphone, l'appareil photo cesse de marcher, ou si la batterie prend feu, ou je ne sais quoi, cette garantie jouera sans problème.

        • [^] # Re: LineageOS, possible de revenir en arrière ?

          Posté par (page perso) . Évalué à 4 (+2/-1).

          cette garantie jouera sans problème

          après avoir dépensé 500 € et perdu 20 heures pour passer au tribunal. L'audience ayant lieu 18 mois après le problème.
          Tout cela à condition que le procureur ne classe pas l'affaire, ce qui est quasi improbable.

          • [^] # Re: LineageOS, possible de revenir en arrière ?

            Posté par (page perso) . Évalué à 6 (+3/-0). Dernière modification le 28/10/19 à 18:06.

            Bah, si le téléphone démarre encore, avant de demander une réparation ou un remplacement, il suffit de remettre le système d'exploitation principal et le système de secours d'origine. Donc une bonne pratique : les sauvegarder avant d'installer son propre système d'exploitation.

            Si le téléphone ne démarre même plus, le fabricant ne saura pas que le système a été réinstaller, et je doute qu'ils prennent le temps d'extraire la flash soudée à la carte mère pour vérifier cela.

            Si le téléphone démarre mais que le système d'exploitation se bloque en cours de démarrage, là le fabricant refusera la prise en charge, mais le non fonctionnement d'un système différent de celui fourni à l'origine est justement un cas qui n'est pas du tout couvert par la garantie, donc c'est normal.

            Ceci étant, je ne suis pas concerné par ces problèmes de garantie, puisque j'achète mes téléphones d'occasion. En cas de panne, je répare ou j'achète à nouveau d'occasion : deux vieux téléphones d'occasion coûtent de toute façon moins cher qu'un seul téléphone neuf.

          • [^] # Re: LineageOS, possible de revenir en arrière ?

            Posté par (page perso) . Évalué à 7 (+4/-0). Dernière modification le 28/10/19 à 18:03.

            Mmmh, à mon avis, il vaudrait mieux passer par une association de consommateurs que de foncer au tribunal tout seul. Généralement, une simple lettre de l'UFC suffit à faire plier les fournisseurs, et si ça doit aller au procès, l'association y sera plus convaincante qu'un particulier seul.

  • # Palier 1 - Installer LineageOS

    Posté par . Évalué à 5 (+4/-1).

    Sur téléphone d'occasion c'est ce qui permet de le remettre facilement à jour.

  • # Errata

    Posté par . Évalué à -10 (+0/-28).

    Il n'y a pas de version "libre d'android" comme vous le soutenez, mais une version open source - AOSP en l’occurrence. Si vous n'avez pas encore compris les différences fondamentales entre open source et logiciels libres, relisez d'irgence la biblio de Stallman et celle de Torvalds.
    En tout cas, lire une aussi énorme contre-vérité pour mieux noyez le poisson, sur un site comme linuxfr, ça pique salement aux yeux !

    • [^] # Re: Errata

      Posté par (page perso) . Évalué à 10 (+9/-0).

      Il n'y a pas de version "libre d'android" comme vous le soutenez

      Je viens de vérifier, ASOP est libre : https://source.android.com/setup/start/licenses

       

      ça pique salement aux yeux

      Paille, poutre, etc.

      • [^] # Re: Errata

        Posté par . Évalué à 2 (+3/-3).

        Je viens de vérifier, ASOP est libre : https://source.android.com/setup/start/licenses

        Arrête ton char, il est écrit spécifiquement que « la plupart » est libre, et qu'il y a des « exceptions ».

        Pour le prouver, regarde par exemple la situation chez Debian : https://wiki.debian.org/AndroidTools
        Et le travail gigantesque de rebuild des outils depuis zéro (pour ne pas avoir à exécuter des binaires sortis de nulle part de chez Google, qui sont sinon indispensables à la construction d'un Android) : http://android-rebuilds.beuc.net/

        Bref, ça n'est pas libre.

        • [^] # Re: Errata

          Posté par (page perso) . Évalué à 5 (+3/-1).

          il y a des « exceptions »

          Les exceptions concernent le choix de la licence libre. Certaines licences sont la Apache, d'autres les GPL, etc.

           

          Pour le prouver, regarde par exemple la situation chez Debian : https://wiki.debian.org/AndroidTools

          Les AndroidTools et SDK ne font pas partie de l'ASOP.

          • [^] # Re: Errata

            Posté par . Évalué à 3 (+2/-1).

            Les exceptions concernent le choix de la licence libre.

            Je ne vois pas de contrainte sur le choix d'une licence libre.

            Les AndroidTools et SDK ne font pas partie de l'ASOP.

            Ah, donc on ne peut pas recompiler un Android avec des outils libres, mais c'est quand même un projet libre ? C'est toi-même qui dans un récent journal citait la GPL sur la nécessité d'avoir les instructions de build, et tous les outils nécessaires pour le faire…

            • [^] # Re: Errata

              Posté par . Évalué à 3 (+2/-0).

              Je ne vois pas de contrainte sur le choix d'une licence libre.

              Pourtant il y en a, s'il y a autant de licences libre différentes c'est bien parcequ'elles ont des effets et donc des but différents.
              Par exemple avec les deux mentionnées sur la page de licence, Apache Licence 2.0 et GPLv2

              Avec Apache 2.0:
              - Pas de copyleft, donc le code peut être repris et modifié sans rester libre.
              - De même pour le code ajouté, il ne sera pas forcément libre.

              Avec GPLv2
              - Copyleft, donc toute modification ou distribution du code reste libre.
              - Tout ajout de code doit conserver les 4 libertés.

              Et donc ces deux licences ne sont pas compatible. Tu ne peux pas reprendre du code en GPLv2 et le passer en Apache 2.0
              Par contre tu peux avoir une partie du projet en Apache 2.0 (par exemple pour pouvoir le réutiliser dans un projet proprio), et une autre partie en GPLv2 (typiquement les pacths sur le noyau, qui sont des ajout sur du code en GPLv2)

              • [^] # Re: Errata

                Posté par (page perso) . Évalué à 4 (+1/-0).

                Ce qu'il veut dire est que le projet n'impose pas de choisir une licence libre pour telle ou telle partie du projet.
                Ce ne sont pas les contributeurs qui choisissent, mais Google. Donc le projet n'a pas besoin d'imposer quoi que ce soit dans ce domaine.

            • [^] # Re: Errata

              Posté par (page perso) . Évalué à 6 (+3/-0).

              Je ne vois pas de contrainte sur le choix d'une licence libre.

              Montre nous où tu trouves une licence non libre dans ce projet, l'affaire sera close.

               

              donc on ne peut pas recompiler un Android avec des outils libres

              Les licences des parties du projet qu'on ne peut pas compiler avec des outils libres imposent-elles que la compilation se fasse avec des outils libres ?
              Je n'ai pas vérifié ce point, mais je doute fortement que les contributeurs à Debian et autre n'aient pas déjà relevé ce problème en gueulant bien fort que Google ne respecte pas ses propres licences. Tu as déjà entendu parler de cela ?

               

              C'est toi-même qui dans un récent journal citait la GPL sur la nécessité d'avoir les instructions de build, et tous les outils nécessaires pour le faire

              C'est effectivement à peu près clairement écrit pour la GPL. En quoi cela concerne ce projet qui n'est pas GPL ?

              • [^] # Re: Errata

                Posté par . Évalué à 2 (+3/-3).

                Montre nous où tu trouves une licence non libre dans ce projet, l'affaire sera close.

                “Moving the goalposts” comme disent les anglais.

                Tiens, regarde ça :

                AOSP can't be used from pure source code only and requires additional hardware-related proprietary libraries to run
                https://source.android.com/setup/build/downloading

                C'est ballot pour un projet soit-disant libre. Et en passant, les drivers proprios pour le kernel c'est considéré par beaucoup, comme Torvalds, pour une violation de la GPL.

                Les licences des parties du projet qu'on ne peut pas compiler avec des outils libres imposent-elles que la compilation se fasse avec des outils libres ?

                Si tu ne peux pas recompiler un projet avec des outils libres, je ne vois pas en quoi il peut respecter les quatre libertés : tu dois pouvoir le modifier à ta guise (liberté 1), mais l'utilisation d'outils qui ne t'apportent pas les quatre libertés restreint forcément la manière dont tu peux recompiler le projet.

                Je n'ai pas vérifié ce point, mais je doute fortement que les contributeurs à Debian et autre n'aient pas déjà relevé ce problème en gueulant bien fort que Google ne respecte pas ses propres licences. Tu as déjà entendu parler de cela ?

                Mais… Debian n'intègre pas les outils Android parce qu'il est justement impossible de les compiler proprement ! C'est le but de la page que j'ai donnée, de montrer que c'est impossible. Tu veux qu'ils gueulent sur des mecs dont ils ne peuvent déjà même pas compiler proprement le projet ? Ils laissent plus ou moins tomber, c'est tout. Même chez Replicant c'est la merde !

                • [^] # Re: Errata

                  Posté par . Évalué à 7 (+5/-0). Dernière modification le 30/10/19 à 22:57.

                  Alors…

                  Montre nous où tu trouves une licence non libre dans ce projet, l'affaire sera close.

                  “Moving the goalposts” comme disent les anglais

                  Kerro répond à quelqu'un qui affirme qu'AOSP n'est pas complètement libre. C'est à la personne qui fait cette affirmation de la prouver, d'autant que la position généralement admise est qu'AOSP est libre.

                  les drivers proprios pour le kernel c'est considéré par beaucoup, comme Torvalds, pour une violation de la GPL.

                  Tu te doutes bien que si Android violait la GPL on en aurait entendu parler. Les pilotes proprios sur Android ne sont pas des pilotes dans le noyau, ce sont des bibliothèques partagées tournant en espace utilisateur.
                  Mais je suis d'accord avec toi que c'est ballot, et on n'est pas les seuls, pour preuve l'existence de Replicant.

                  Et Android-x86 est une distribution Android ne contenant pas ces bibliothèques proprios pour les appareils qui tournent sous GNU/Linux sans blobs proprios (firmwares exclus).

                  Si tu ne peux pas recompiler un projet avec des outils libres, je ne vois pas en quoi il peut respecter les quatre libertés : tu dois pouvoir le modifier à ta guise (liberté 1), mais l'utilisation d'outils qui ne t'apportent pas les quatre libertés restreint forcément la manière dont tu peux recompiler le projet.

                  Bon, à priori on peut écrire du code libre qui dépend d'outils propriétaires.
                  Tu as le droit de manipuler le code en question selon sa licence… et c'est tout. Tu peux toujours écrire une alternative à ces outils non libres. Les restrictions s'appliquent à ces outils, pas au code lui même.

                  Ça ne veut pas dire que tout le monde trouve ça acceptable. Cf l'absence de VirtualBox dans Debian et d'autres distributions. Le BIOS de la machine virtuelle est compilé avec le compilateur OpenWatcom, considéré comme open source par l'OSI mais comme non libre par Debian et par la FSF (sa licence ne passe pas le test de l'île déserte).

                  Mais pour Android, cette discussion est HS. On peut absolument recompiler le code AOSP avec uniquement des logiciels libres. Le SDK n'est pas requis pour compiler AOSP. Mais vu qu'il y a plein d'applications Android dans les sources d'AOSP, je suppose que des parties du SDK sont utilisées. D'ailleurs, si le SDK Android n'est pas libre, il est majoritairement composé de logiciels libres qui peuvent être utilisés indépendamment de la licence restrictive du SDK:

                  3.5 Use, reproduction and distribution of components of the SDK licensed under an open source software license are governed solely by the terms of that open source software license and not the License Agreement.

                  Les composants non libres du SDK sont les bibliothèques propriétaires de Google, qui ne sont pas utilisées dans AOSP. D'ailleurs, il me semble que ces bibliothèques ne font techniquement pas partie du SDK.

                  Vivement qu'on ait un remplaçant fonctionnel du SDK reconstruit à partir des sources avec une licence clairement libre.

                  Mais… Debian n'intègre pas les outils Android parce qu'il est justement impossible de les compiler proprement !

                  Non, Debian ne le fait pas parce que ça demande beaucoup de travail. Voir aussi https://android-rebuilds.beuc.net/

                  J'avais essayé d'utiliser cette version recompilée cet été, sans succès parce qu'il fallait toujours valider une licence à l'utilisation, mais je suis sûr que si le problème n'est pas résolu, il le sera. La page semble avoir évolué depuis la dernière fois et il y a maintenant un miroir F-Droid.

                  Et Replicant a réussi a fournir un SDK libre pour la version 4.2 d'Android. Donc au final difficile, oui, mais pas impossible et du travail dans ce sens est justement en cours.

                  • [^] # Re: Errata

                    Posté par . Évalué à 4 (+2/-0).

                    Les composants non libres du SDK sont les bibliothèques propriétaires de Google, qui ne sont pas utilisées dans AOSP. D'ailleurs, il me semble que ces bibliothèques ne font techniquement pas partie du SDK.

                    Ignorez ce paragraphe. Je ne suis pas certain qu'il soit correct.

                  • [^] # Re: Errata

                    Posté par . Évalué à 4 (+3/-1).

                    Merci pour ce post argumenté.

                    Les pilotes proprios sur Android ne sont pas des pilotes dans le noyau, ce sont des bibliothèques partagées tournant en espace utilisateur.

                    Ah, je ne savais pas ; mais argumenter qu'ils ont une parade juridique pour ne pas filer les sources selon la GPL à un système qu'on prétend libre… mouai.

                    Et Android-x86 est une distribution Android ne contenant pas ces bibliothèques proprios pour les appareils qui tournent sous GNU/Linux sans blobs proprios (firmwares exclus).

                    Je n'avais pas pensé à Android-x86, mais c'est vrai que ça semble un bon exemple d'AOSP sans driver proprio, à priori.

                    Tu as le droit de manipuler le code en question selon sa licence… et c'est tout. Tu peux toujours écrire une alternative à ces outils non libres. Les restrictions s'appliquent à ces outils, pas au code lui même.

                    Cf. réponse à Kerro ci-dessous.

                    On peut absolument recompiler le code AOSP avec uniquement des logiciels libres.

                    Non, cf. page de chez Debian et de chez beuc.

                    D'ailleurs, si le SDK Android n'est pas libre, il est majoritairement composé de logiciels libres qui peuvent être utilisés indépendamment de la licence restrictive du SDK:

                    Le problème est dans le « majoritairement » : il y a juste assez de merde proprio pour empêcher de rendre le logiciel 100% libre. Et arriver à 100% est très important, c'est ce qui fait toute la différence avec le « presque libre » qu'on avait dans les années 90 et début 2000, ça finit toujours par merder.

                    J'avais essayé d'utiliser cette version recompilée cet été, sans succès parce qu'il fallait toujours valider une licence à l'utilisation, mais je suis sûr que si le problème n'est pas résolu, il le sera. La page semble avoir évolué depuis la dernière fois et il y a maintenant un miroir F-Droid.

                    Je discute régulièrement avec beuc, qui est à sa connaissance quasiment la seule personne au monde à essayer de faire ça, et c'est une galère sans nom qui lui a demandé un travail titanesque. Et le maintenir dans le temps est impossible. J'espère qu'il pourra arriver à l'améliorer et le faire durer, mais c'est une quête perdue d'avance selon moi.

                    Et Replicant a réussi a fournir un SDK libre pour la version 4.2 d'Android. Donc au final difficile, oui, mais pas impossible et du travail dans ce sens est justement en cours.

                    OK donc une autre personne au monde à réussi à le faire pour une vieille version d'Android, donc comme ça n'est pas impossible mais « seulement » très très très difficile, ça serait libre ? Ça n'est pas ça le libre pour moi. Certes, je ne demande pas la facilité d'une Debian où en une commande j'ai des sources compilables et reproductibles (qu'est-ce que c'est génial !), mais rendre la procédure si complexe que seules deux personnes au monde ont réussi une fois dans leur vie, ça n'est pas acceptable. Android n'est pas libre.

                    • [^] # Re: Errata

                      Posté par . Évalué à 5 (+3/-0).

                      Les pilotes proprios sur Android ne sont pas des pilotes dans le noyau, ce sont des bibliothèques partagées tournant en espace utilisateur.

                      Ah, je ne savais pas ; mais argumenter qu'ils ont une parade juridique pour ne pas filer les sources selon la GPL à un système qu'on prétend libre… mouai.

                      On est obligés de se baser sur des critères objectifs pour savoir si on a le droit de faire quelque chose ou non, et distribuer un système basé sur le noyaux Linux et des pilotes en espace utilisateur propriétaire, c'est légal. Le résultat n'est pas entièrement libre, et on en pense ce qu'on veut.

                      On peut absolument recompiler le code AOSP avec uniquement des logiciels libres.

                      Non, cf. page de chez Debian et de chez beuc.

                      Attends, mais c'est un truc que j'ai fait moi-même. Tu veux dire qu'à un moment dans le processus de compilation d'Android j'ai exécuté du code propriétaire sur ma machine ? Ou j'ai compilé du code non libre ? Je ne m'en suis pas rendu compte. Beuc ne s'occupe pas à ma connaissance de ça, il s'occupe du SDK, qui n'est pas impliqué dans la construction d'Android. Ni la page Debian. (bien sûr, quand j'ai compilé Lineage pour mon téléphone, j'ai inclus les binaires proprio pour mon modèle, mais AOSP en lui-même peut être compilé et exécuté sans en considérant une plateforme ne nécessitant pas de blobs proprio).

                      Le problème est dans le « majoritairement »

                      La licence précise : les parties libres du SDK sont gouvernées par leur licences. À ma connaissance, pour compiler les applications que j'ai compilées (libres et sans dépendances propriétaires), je n'ai utilisé que des parties libres du SDK¹. En fait, c'est ce qui m'importe le plus. Maintenant, une recompilation entièrement libre du SDK est plus que bienvenue et j'ai activement cherché. C'est comme ça que je suis tombé sur le travail de beuc. Et je suis pressé de ne plus avoir à télécharger des binaires de chez Google et un SDK non libre, même si je n'en utilise que les parties libres.

                      c'est une galère sans nom qui lui a demandé un travail titanesque. […] J'espère qu'il pourra arriver à l'améliorer et le faire durer […]

                      C'est clair.

                      1: bien sûr, les binaires du style gradlew, ils sont malheureusement bien là dans le code source des applications et je crois que le système de compilation de F-Droid permet de les contourner

                      • [^] # Re: Errata

                        Posté par . Évalué à 3 (+1/-0).

                        Je ne m'en suis pas rendu compte. Beuc ne s'occupe pas à ma connaissance de ça, il s'occupe du SDK, qui n'est pas impliqué dans la construction d'Android. Ni la page Debian.

                        Pardon, je mélange l'utilisation du SDK et la compilation d'AOSP.

                        Et je suis pressé de ne plus avoir à télécharger des binaires de chez Google et un SDK non libre, même si je n'en utilise que les parties libres.

                        Perso, je ne comprendrai jamais les gens qui pensent avoir un système « libre » sous ces conditions. Même si ça rentre dans la définition de certains.

                        • [^] # Re: Errata

                          Posté par . Évalué à 5 (+3/-0). Dernière modification le 16/11/19 à 10:56.

                          Cela me rappelle la politique et les anti-europe…
                          Je suis d'accord ce n'est pas parfait mais montre moi le systeme politique parfait en application…

                          Et donc pour en revenir à nos moutons:

                          En effet c'est dommage que cela ne soit pas 100% libre maintenant la question que je te pose: vaux t'il mieux quelque chose de 98% libre ou de 0% libre?

                          Est-ce préférables de tous passer sous iOS (super plus libre que AOSP…) vu que c'est la seule alternative viable aujourd'hui?

                • [^] # Re: Errata

                  Posté par (page perso) . Évalué à 7 (+4/-0).

                  AOSP can't be used from pure source code only and requires additional hardware-related proprietary libraries to run

                  Les bibliothèques (ou modules externes, ou etc) non libres n'ont jamais empêché un logiciel d'être libre.
                  Sinon il serait impossible d'avoir un logiciel libre écrit en Windev, ou qui est lié à la bibliothèque C de Microsoft.

                  Tu as commencé par prétendre bien fort que ce projet n'est pas libre, et pour le prouver tu es obligé de faire une recherche Google (parce que tu n'avais pas d'argument au départ) pour finalement tomber sur un truc qui ne tient pas la route.

                  Certes ce n'est pas parfait, mais la licence libre est totalement respectée dans ce cas.

                  • [^] # Re: Errata

                    Posté par . Évalué à 2 (+1/-1).

                    Les bibliothèques (ou modules externes, ou etc) non libres n'ont jamais empêché un logiciel d'être libre.

                    Sinon il serait impossible d'avoir un logiciel libre écrit en Windev, ou qui est lié à la bibliothèque C de Microsoft.

                    Faux pour les bibliothèques, va relire la GPL : les bibliothèques liées ont toujours besoin d'être compatible GPL (donc pas proprio).

                    Pour ce qui est du « système » de base (avec la libc par exemple), il existe un paragraphe spécial pour préciser :

                    The “System Libraries” of an executable work include anything, other than the work as a whole, that (a) is included in the normal form of packaging a Major Component, but which is not part of that Major Component, and (b) serves only to enable use of the work with that Major Component, or to implement a Standard Interface for which an implementation is available to the public in source code form. A “Major Component”, in this context, means a major essential component (kernel, window system, and so on) of the specific operating system (if any) on which the executable work runs, or a compiler used to produce the work, or an object code interpreter used to run it.

                    The “Corresponding Source” for a work in object code form means all the source code needed to generate, install, and (for an executable work) run the object code and to modify the work, including scripts to control those activities. However, it does not include the work's System Libraries, or general-purpose tools or generally available free programs which are used unmodified in performing those activities but which are not part of the work.

                    C'est ce qui permet de ne pas avoir à demander les sources du système sur lequel un programme tourne. Cependant, il était pour moi (dans ma tête) entendu que c'est parce qu'il existe des équivalent libres ou « standards », cf. indication ci-dessus, qu'on pouvait déclarer libre un code qui tourne avec des dépendances système : c'est à dire qu'on peut toujours dans l'absolu remplacer tous les composants non-libres nécessaires à un programme GPL si on veut. Car il m'a toujours semblé insensé de dire qu'on programme écrit dans un langage spécifique nécessitant des programmes non-libres puisse être possible (cf. The Java Trap).

                    Or ici il est précisé qu'on compilo peut être considéré comme composant essentiel et aurait tendance à me donner tort. Je suis toujours un peu partagé sur l'interprétation de ce passage. Les outils incriminés ici sont-ils « essentiels » à faire tourner le système ? Je ne pense pas, ce sont des outils pour le construire (on parle ici de la construction d'un OS, alors que le passage prend plutôt la position d'un soft qui tourne sur un OS).

                    • [^] # Re: Errata

                      Posté par . Évalué à 5 (+3/-0).

                      Ah bah voilà, pour moi, je crois qu'on est tombé sur un point d'accord avec ta réponse.

                      Voir aussi le cas de Notepad++, qui est un logiciel libre mais qui dépend du compilateur de Microsoft. Il tourne très bien avec Wine mais on dépend d'outils propriétaires pour le construire. Pourtant, je pense que personne n'a jamais nié le fait que Notepad++ est libre.

                      Bien sûr, ça veut dire que je n'utiliserai pas Notepad++ sauf si je dois utiliser Windows de toute façon (alors que si j'avais pu construire une version Windows qu'avec des logiciels libres pour ensuite le faire tourner sur Wine, pourquoi pas dans le principe si ça marche bien ?). C'est exactement le Java Trap (j'avais oublié que la FSF avait nommé ça comme ça).

    • [^] # Re: Errata

      Posté par . Évalué à 10 (+8/-0).

      Ton message est inutilement agressif, en plus d'être faux. C'est toi qui, manifestement, n'a rien compris. Les différences entre libre et open source ont été largement discutés sur ce site dans les commentaires. Voir par exemple https://linuxfr.org/users/netchaiev/journaux/les-temps-changent-qui-l-aurait-cru-il-y-a-20-ans#comment-1782050

      Si au moins tu avais argumenté sur le fait qu'AOSP n'est pas libre parce qu'il contient des blobs propriétaires sur les tablettes et smartphones supportés…

    • [^] # Re: Errata

      Posté par (page perso) . Évalué à 7 (+4/-0).

      Désolé, mais libre et open source sont techniquement parlant des quasi-synonymes. La définition du logiciel libre et celle de l'open source ne sont pas les mêmes, mais reviennent à peu près au même. La définition de l'open source porte d'ailleurs un autre nom, à l'origine : il s'agit des principes du logiciel libre selon Debian.

      Il y a une différence majeure qui tient aux philosophies qui ont donné naissance à ces deux concepts, un différence de communauté, mais que cela plaise ou non, un logiciel libre est open source, et réciproquement, sauf quelques très rares exceptions. Le développement et la publication d'un logiciel peut être guidée plutôt par des principes du logiciel libre ou par des principes d'open source, ce qui est clairement le cas d'Android Open Source Project.

      • [^] # Re: Errata

        Posté par . Évalué à 1 (+2/-2). Dernière modification le 28/10/19 à 14:17.

        Pas tout à fait, il y a (serte très peu mais) des logiciels open-source non-libre (et payants) et dont on a pas le droit d'utiliser le code sans autorisation. Par contre la réciproque est vrai, tout logiciel libre est sensé être open-source. C'est pourquoi les libristes se battent pour qu'on arrête de parler de l'open-source et qu'on défende plutôt les licences "Libre".

        • [^] # Re: Errata

          Posté par (page perso) . Évalué à 10 (+10/-0).

          Pas tout à fait, il y a (serte très peu mais) des logiciels open-source non-libre (et payants)

          Que vient faire la mention de payant ici ? Un logiciel libre et OpenSource peut être gratuit ou payant, ce n'est absolument pas antinomique.

          des logiciels open-source non-libre (et payants) et dont on a pas le droit d'utiliser le code sans autorisation.

          Absolument pas. OpenSource ne signifie pas que le code sources est accessible, il faut lire les 10 règles de l'OSI qui définissent ce qui est un logiciel OpenSource ou pas.Et il y a bijection entre ces 10 règles et les 4 de la FSF concernant les LL.

          Les quelques licences opensource mais non libres sont des cas très particuliers et où il y a une divergence d'interprétation. Rien qui ne contredit cette bijection en fait fondamentalement.

  • # Correction

    Posté par (page perso) . Évalué à 6 (+4/-0).

    Le lien vers le site AlternativeTo pour des applis libres devrait être :
    https://alternativeto.net/platform/android/?license=opensource

    • [^] # Re: Correction

      Posté par . Évalué à 4 (+2/-0).

      Très juste, corrigé. Merci.

      En théorie, la théorie et la pratique c'est pareil. En pratique c'est pas vrai.

  • # Compatibilité LineageOS

    Posté par . Évalué à 4 (+5/-1).

    La compatibilité LineageOS n'est pas éternelle, le support de certains smartphone est abandonné avant que ceux ci soient obsolètes. Le support est abandonné lorsqu'il n'y a plus personne pour s'occuper de la maintenance.

    (Remarque : Je ne sais pas si Trebble/AndroidOne va changer cette situation avec la nouvelle couche "Hardware Abstraction Layer")

    • [^] # Re: Compatibilité LineageOS

      Posté par . Évalué à 4 (+2/-0).

      Pour Treble pas sûr. Au moins un développeur xda s'en plaint : https://forum.xda-developers.com/lenovo-p2/development/rom-lineageos-16-0-p2-t3921074/post79355151#post79355151

      Pour Android One, oui, je pense que ça aide bien. Mon téléphone n'est pas un Android One, mais il ressemble fortement au Xiaomi Mi A1, qui est un téléphone Android One, et ça a l'air de bien faciliter sa maintenance côté Lineage. Il est sous Android 9, et probablement bientôt Android 10.

    • [^] # Re: Compatibilité LineageOS

      Posté par . Évalué à 3 (+1/-0). Dernière modification le 27/10/19 à 10:52.

      La compatibilité LineageOS n'est pas éternelle,

      Dans l'absolu rien n'est éternel.

      le support de certains smartphone est abandonné avant que ceux ci soient obsolètes.

      Tu confonds nouveau développement et maintient de l'existant. Beaucoup de matériel supporté par Lineage est hérité du développement de CyanogenMod, les màj de sécurité des éléments GNU/Linux sont supportées mais pas les nouvelles versions d'Android.

      Le support est abandonné lorsqu'il n'y a plus personne pour s'occuper de la maintenance.

      Ce n'est pas différent des autres logiciels libres. Le noyau Linux lui-même retire régulièrement de son support des architectures et jeux d'instruction faute de mainteneurs.

      • [^] # Re: Compatibilité LineageOS

        Posté par . Évalué à 7 (+7/-1).

        La compatibilité LineageOS n'est pas éternelle,

        Dans l'absolu rien n'est éternel.

        Certes, mais quand j'ai choisi un samsung S9 pour remplacer mon S3 (la mémoire devenait trop juste pour mes besoins), je l'ai fait en étudiant de près la compatibilité avec LineageOS et en prenant en compte l'historique des appareils samsung, généralement bien supportés par LineageOS. Je suis vraiment dégoûté par le non-support officiel de LOS16. Pour avoir lu il y a plusieurs mois les forums en parlant, il y a des raisons techniques derrière cela (de mémoire : non support par manque d'info du composeur matériel). Mais, a posteriori, je ne vois vraiment pas comment j'aurais pu anticiper cela (aucune info sur le danger de non pérennisation tant que LOS 16 n'était pas sorti) et encore moins vers quel modèle il faudrait me tourner pour ne pas tomber dans sur le même problème dans quelques mois si la question d'un achat se posait à nouveau.

        • [^] # Re: Compatibilité LineageOS

          Posté par . Évalué à 4 (+2/-0).

          je l'ai fait en étudiant de près la compatibilité avec LineageOS et en prenant en compte l'historique des appareils samsung, généralement bien supportés par LineageOS.

          D'accord pour la première partie par contre la deuxième partie c'est établir une confiance sur l'avenir.

          Je suis vraiment dégoûté par le non-support officiel de LOS16.

          Ton problème actuel c'est que starlte n'est même plus supporté par LOS 15.1, le mainteneur a lâché l'affaire.
          C'est pas comme tous les ports en 13 ou 14 qui lors du lancement de 16 ont été dégagés du support sans distinction malgré la stabilité et l'optimisation de certains builds et des devs toujours actifs qui maintenant passent leur temps à chercher à faire revenir ses ports dans le projet.

          Lineage a des problèmes plus graves que le fait que les portages de vos téléphones ne permettent pas de bénéficier des dernières versions.

          et encore moins vers quel modèle il faudrait me tourner pour ne pas tomber dans sur le même problème dans quelques mois si la question d'un achat se posait à nouveau.

          En neuf, Librem et Pinephone seront les deux seuls qui te permettront de mettre à jour et de compiler AOSP ou GNU/Linux pendant dix ans. Mais ce ne sont pas des équivalents du S9, pour ça il faut taper dans du matériel plus fermé comme les Nexus.

  • # /e/

    Posté par . Évalué à 4 (+4/-1).

    On peut noter que /e/ ( https://e.foundation/ ) permet de grouper plusieurs étapes (au moins 8 et 10, voire à peu près toutes si on considère qu'on peut acheter un téléphone déjà configuré).

    • [^] # Re: /e/

      Posté par (page perso) . Évalué à 3 (+1/-0).

      Tiens, merci de me faire découvrir cette initiative qui me fait aussi voir que Gaël Duval est toujours sur le radar. :-)

      ce commentaire est sous licence cc by 4 et précédentes

      • [^] # Re: /e/

        Posté par . Évalué à 7 (+7/-0).

        Disons qu'en l'ayant nommé autrement que /e/ il serait peut-être plus facile de tomber dessus en utilisant un moteur de recherche :D

        • [^] # Re: /e/

          Posté par . Évalué à 5 (+3/-0).

          En le nommant Eelo par exemple ? ;)

  • # Pas linéaire, les paliers...

    Posté par . Évalué à 5 (+2/-0).

    Je suis passé à LineageOS + microG il y a un moment déjà, mais ça le veut pas dire que je suis "libéré".

    De Google, peut-être, dans une certaine mesure, mais pas vraiment "libéré". Il me reste pas mal d'applis proprio dont je suis dépendant.

    De plus, c'est pas rose tous les jours:

    -Je n'ai plus de guidage vocal dans Osmand. Apparemment la faute au Text-To-Speech cassé dans AOSP.

    -Comme mentionné plus haut, le renouvellement du matériel ne sera pas évident non plus.

    -Les appareils photo viennent normalement avec un logiciel de traitement d'image dédié dans le firmware, mais évidemment non libre.
    Donc difficile de comprendre les perfs des caméras sous Lineage: "moins bon" mais jusqu'à quel point?

  • # Applications que l'on ne peut pas désactiver + backups :-)

    Posté par . Évalué à 10 (+16/-0). Dernière modification le 28/10/19 à 08:27.

    J'ai acheté un smartphone Xiaomi 9T Pro cette semaine et j'ai entrepris sa "libération". Si Facebook et Netflix ont été faciles à désinstaller, certaines applications pré-fournies ne sont pas désactivables, en tout cas via pas via les paramètres d'application.

    Une fois activé le mode développeur, il est possible de désactiver les applications non-désactivables grâce à adb.

    Par exemple, pour désactiver le service cloud de Xiaomi:

    adb shell pm disable-user com.miui.cloudservice
    

    Si vous voulez être plus radical et le supprimer:

    adb shell pm uninstall --user 0 com.miui.cloudservice
    

    J'ai ainsi désactivé pas mal d'applications Xiaomi, mais également le play store, Google Drive, etc.

    Mais peut-être préfèrerez-vous récupérer le fichier apk dans l'optique de le réinstaller plus tard ? Les commandes ci-dessous ne nécessitent pas d'être root:

    On identifie la localisation du fichier apk:

    $ adb shell pm list packages -f | grep cloudservice                    
    package:/system/app/CloudService/CloudService.apk=com.miui.cloudservice
    

    Une fois le chemin identifié, on pull

    $ adb pull /system/app/CloudService/CloudService.apk CloudService.apk
    

    J'ai rassemblé ces commandes et d'autres comme par exemple faire un backup et le restaurer sur ce gist: https://gist.github.com/AnatomicJC/e773dd55ae60ab0b2d6dd2351eb977c1

  • # microg

    Posté par . Évalué à 3 (+4/-1).

    Pourquoi en pas parler de microg? Suplentation libre des services google?.

  • # Xprivacy

    Posté par . Évalué à 1 (+1/-0).

    Vous ne mentionnez pas Xprivacy qui permet de bloquer ou autoriser chaque processus d'une app donnée ?

  • # GPS/application cartographique

    Posté par . Évalué à 4 (+3/-0).

    Vrai question (parce que je sors de ma grotte et que peut être que ma question à l'air ridicule :)). Il y a t-il une application cartographique potable ? La dernière fois que j'ai regardé ça, les applications qui utilisées les données d'openstreetmap étaient vraiment horrible. Pas ergonomique et difficile à l'utilisation.

    • [^] # Re: GPS/application cartographique

      Posté par . Évalué à 1 (+1/-0).

      Je suis intéressé également, je n'ai plus Google Maps installé, mais pas vraiment trouvé d'alternative potable.

      • [^] # Re: GPS/application cartographique

        Posté par . Évalué à 8 (+6/-0).

        OsmAnd~ est vachement bien.

        https://f-droid.org/fr/packages/net.osmand.plus/

        Bon, la prise en main peut s'avérer un peu moins intuitive que google-maps, mais elle a un gros avantage, ça marche très bien offline, y compris l'algo de recherche d'itinéraire. Bon, je ne l'ai pas ré-utilisé depuis quelque temps, j'avoue être passé du coté obscur avec Locus Map qui n'est pas libre, mais dont le calculateur d'itinéraire basé sur brouter fonctionne vraiment bien pour mon usage (rando vélo).

        PS - Mais visiblement, je suis un idiot non-libre car il est manifestement possible d'utiliser OsmAnd~ avec brouter :

        http://forum.velotaf.com/topic/31991-tuto-osmand-via-f-droid-import-gpx-guidage-audio-brouter/

        Je m'en vais de ce pas rejoindre le chemin de la liberté.

        Faut pas gonfler Gérard Lambert quand il répare sa mobylette.

        • [^] # Re: GPS/application cartographique

          Posté par . Évalué à 2 (+2/-0).

          Merci pour les infos. Pour comparer OsmAnd~ et Google Maps, je pense qu'il n'y a pas photo, même si le premier n'est pas si mal, notamment concernant les itinéraires et le fait de devoir télécharger soi-même les cartes intéressantes (ou alors je n'ai pas trouvé comment le faire automatiquement selon où on se balade sur la carte).

      • [^] # Re: GPS/application cartographique

        Posté par . Évalué à 3 (+1/-0).

        Je suis intéressé également, je n'ai plus Google Maps installé, mais pas vraiment trouvé d'alternative potable.

        Pour /e/, c’est Magic Earth qui a été choisie.

        Cette application n’est pas libre, mais elle ne contient pas de traqueur et l’éditeur affirme ne pas conserver les données des utilisateurs plus que nécessaire (voir lien précédent).

        Elle fonctionne hors ligne. En ligne, elle prend en compte le trafic (dans la mesure où elle a l’air au courant du trafic de mon coin alors qu’elle est assez peu connue, je présume qu’elle a accès à des données de trafic de Google ou autre en plus de celles de ses utilisateurs).
        Elle offre moins de possibilités qu’OsmAnd, mais elle est plus simple d’utilisation. Le calcul de l’itinéraire est aussi bien plus rapide.

        Un bémol : l’interface peut-être un peu trop dépouillée. Quand je me retrouve en mode carte manuelle alors que le guidage est en cours (peut-être parce que j’ai fait une manip qu’il ne fallait pas), je n’ai pas trouvé le moyen de repasser sur le suivi automatique.

        ¯ : macron (typographie), petit signe diacritique, qui prétend ne pencher ni à gauche ni à droite, mais se place nettement au dessus des vraies lettres, qu’il considère avec mépris.

        • [^] # Re: GPS/application cartographique

          Posté par . Évalué à 5 (+2/-0).

          Je n'ai rien trouvé sur leur modèle économique.
          Comment ils se financent?

          • [^] # Modèle de financement de Magic Earth ???

            Posté par . Évalué à 4 (+2/-0).

            Je suppose qu’ils se financent avec Safety Lens, mais le modèle économique de Magic Earth reste mystérieux pour moi aussi…

            On pourrait penser que son but serait de faire connaître la société pour vendre son produit commercial, mais celui-ci n’existe que pour iOS et Magic Earth reste très discret par rapport à son éditeur et son autre produit.

            Une stratégie en deux temps ? 1. Répandre une application gratuite, mais quel serait le deuxième temps ? Limiter le service gratuit et faire payer les fonctionnalités complètes ? Commercialiser une version avec des fonctionnalités supplémentaires, comme les limites de poids et de gabarit pour les poids lourds et camping cars ? Décrocher un contrat d’équipement avec des constructeurs automobiles ?

            À terme, on n’est pas à l’abri d’une mauvaise surprise (comme tout simplement l’abandon de cette application), mais en attendant, Magic Earth propose un intermédiaire intéressant entre OsmAnd et Waze, avec en plus une vue en 3D et un calcul d’itinéraire efficace (un test pour voir si le calcul d’itinéraire tient la route : demander le trajet pour aller à l’autre bout de la France voire d’un autre pays européen en évitant les péages ; tous les logiciels ne s’en sortent pas bien ou même ne s’en sortent pas tout court, même parmi ceux qui ne fonctionnent qu’en ligne), au moins en ligne (pour le tester hors ligne, il faudrait qu’il me reste assez de place à télécharger les cartes).

            ¯ : macron (typographie), petit signe diacritique, qui prétend ne pencher ni à gauche ni à droite, mais se place nettement au dessus des vraies lettres, qu’il considère avec mépris.

  • # Applis du Play Store sans le Play Store

    Posté par . Évalué à 5 (+4/-0).

    Merci pour ce journal.

    J'ai réussi à installer lineageOS sur mon smartphone sans comprendre la moitié de ce que je faisais. La doc est assez, comment dire, surprenante, disparate et dispersée. Les sites d'OS alternatifs pour smartphone, ça fait un peut penser aux trucs de WareZ d'avant.

    Enfin ça marche, et plutôt bien.

    Le seul point négatif lorsqu'on veut se passer de Google, c'est la quasi impossibilité d'installer des applis non libres. Les éditeurs ne proposent jamais d'apk, mais toujours de passer par le play ou le apple store. Alors oui il y a des sites genre APK Paradise, mais comment être sûr de ce qu'on récupère ?

    Donc la question : existe t'il un moyen d'installer une appli du Play Store, sans le Play Store ? :D

    • [^] # Re: Applis du Play Store sans le Play Store

      Posté par . Évalué à 3 (+2/-0).

      existe t'il un moyen d'installer une appli du Play Store, sans le Play Store ?

      Il y a au moins deux moyens ne nécessitant pas d'avoir le playstore installé sur ton natel :

      • Tu peux utiliser une appli tierce qui ira récupérer les apk directement sur le playstore, avec ton compte, un compte anonyme ou un compte générique. Par exemple Aurora ou AppTrack indiqués en fin de dépèche.

      • Tu peux utiliser un site web tel qu'apkmirror pour récupérer depuis un mirroir communautaire des apk autrement disponibles uniquement sur le playstore.

  • # LineageOS - Google

    Posté par . Évalué à 3 (+3/-0).

    Tiens, pour une fois au lieu de me contenter de lire je vais ajouter mon grain de sel.

    Soit un Motorola G 2014, dit "titan", migré sous LineageOS pour plusieurs raisons:
    * un OS à peu près à jour
    * des applications choisies et non imposées
    * une déconnection -relative, on verra par la suite- aux services google.

    Ben, l'OS fonctionne bien sur ce téléphone, RAS. C'est propre, compréhensible, fluide. Une bonne opération.

    Les points négatifs:
    * certaines applis (comme par ex celles de la sncf, terraventura) sont liées de conception aux apps google. Donc retour à l'installation avec le kit MicroG, i.e. les services google minimaux.

    Et là ça redevient chiant. Bien que pour ce modèle de téléphone, lineage ne propose plus de mise à jour (mais ça j'étais déjà au courant), google m'en propose régulièrement pour ses applis (kit microG car je n'ai rien installé d'autre provenant de chez eux). Ces mises à jours concernent des trucs vocaux ou autres "ok google" dont je n'ai pas l'utilité.

    J'installe donc un parefeu (NetGuard via F-droid) pour faire taire ces mises à jour google indésirables.

    Le pb est que je dois désactiver ce parefeu quand je veux utiliser le tel comme modem. Sans connection autorisée vers les services de google, le partage de la connexion avec un PC via USB ne fonctionne tout simplement pas. Et quasi instantanément après cette désactivation, les mises à jour commencent leur téléchargement.

    Donc ouais, se libérer de google en utilisant android c'est pas gagné.

    • [^] # Re: LineageOS - Google

      Posté par (page perso) . Évalué à 3 (+1/-0).

      Je trouve ta conclusion peu en phase avec ton aventure. « Se libérer de google en utilisant android » c’est finalement faisable, c’est « se libérer de Google sans se libérer des applis proprios fournies par pleins d’autres vautours qui utilisent les services Google pour ajouter plus de télémétrie à nos téléphones » qui est difficile.

      Sans appli SNCF, pas besoin de microG, pas de soucis.

      Par contre, c’est sûr que sur un téléphone libre, tu ne peux pas télécharger l’appli de chaque vendeur en scannant le QR-code sur ton ticket de caisse. Ça ne me serait pas venu à l’esprit d’installer un programme sur mon ordinateur pour chaque site web que je visite, mais je vois bien que la transposition de cette règle sur mon téléphone me prive de nombre d’usages usuels pour d’autres personnes.

      Ce qui est difficile ce n’est pas de se libérer de Google, mais de se libérer tout court. De plus, cette difficulté n’est pas technique, LineageOS + F-droid fonctionnent très bien, mais sans Angry birds, ni l’appli Oui SNCF, ni celle que ma banque m’imposera bientôt.

      • [^] # Re: LineageOS - Google

        Posté par (page perso) . Évalué à 4 (+2/-0).

        Le gros problème c'est l'appli de la banque en fait, les autres on peut s'en passer !

        OS préféré Mageia 6 et Mageia 7, CMS préféré SPIP, suite bureautique préférée LibreOffice, logiciel de dessin préféré Inkscape.

        • [^] # Re: LineageOS - Google

          Posté par . Évalué à 2 (+1/-0).

          Question naïve de quelqu'un qui n'a jamais eu de compte Google et donc jamais utilisé le playstore : il existe vraiment des banques qui ne permettent de faire des choses que sur une appli enfermée dans le playstore, et qui ne soient pas possibles sur leur site web ?

          • [^] # Re: LineageOS - Google

            Posté par . Évalué à 3 (+1/-0).

            Je ne sais pas, mais le problème est surtout avec le changement de réglementation en matière d'authentification. Les banques sont en train de remplacer l'envoi d'un code par sms par un système basé sur le téléphone mobile lui-même et pour ça il faut avoir leur appli. On en a déjà causé à partir de ce journal.

      • [^] # Re: LineageOS - Google

        Posté par . Évalué à 3 (+2/-0).

        Tu est bien sur d'avoir installé microG et pas les open gapps en mode micro ?

        • [^] # Re: LineageOS - Google

          Posté par . Évalué à 2 (+2/-0).

          A vérifier, en effet.

          • [^] # Re: LineageOS - Google

            Posté par . Évalué à 3 (+2/-0).

            Je plussois la remarque.
            J'ai moi même un téléphone android AOSP (sans applis google), avec microg installé.
            Je ne comprend pas du tout cette phrase :

            google m'en propose régulièrement pour ses applis (kit microG car je n'ai rien installé d'autre provenant de chez eux). Ces mises à jours concernent des trucs vocaux ou autres "ok google" dont je n'ai pas l'utilité.
            MicroG n'installe pas de store (enfin, si éventuellement BlankStore qui n'est qu'un package vide, il n'y a aucune interface ni fonctionnalité).
            Je ne comprend donc pas :
            - par qui sont proposés les mises à jour dont tu parles
            - comment ok google s'est retrouvé installé sur ton téléphone.

            Pour revenir à mon smartphone avec microG, n'ayant pas le Play Store, j'ai installé Aurora Store pour avoir accès au contenu du Play Store.
            Aurora Store ne me propose par défaut aucune mise à jour, et après uniquement pour celles que j'ai installé via Aurora Store.
            L'appli "SNCF" installée via ce biais fonctionne plutôt bien (parfois le quai n'est pas affiché, mais je ne sais pas si c'est en rapport avec mon installation).

      • [^] # Re: LineageOS - Google

        Posté par . Évalué à 2 (+2/-0).

        Oui, LineageOS n'est pas responsable des applis android liées à google.
        Et effectivement, si je ne suis pas content je n'ai qu'à m'en passer.

        Certains diront que c'est un choix mais, et tu le dis toi même, la pression sociale et les accès à quelques services comme la banque nous l'imposeront.
        Tiens, je vais demander à ma banque de faire fonctionner leur appli sur un tel sans microg, juste pour rire. La seconde étape sera la sncf.

        En revanche cette histoire d'utilisation du tel comme modem me laisse perplexe.

        • [^] # Re: LineageOS - Google

          Posté par (page perso) . Évalué à 3 (+1/-0).

          Tiens, je vais demander à ma banque de faire fonctionner leur appli sur un tel sans microg,

          oui, c'est la bonne démarche. C'est ce que j'ai indiqué dernièrement à la directrice de mon agence en lui demandant une remontée à sa propre direction ;-) (une appli gérant mon argent se devant, naturellement, d'être en libre… cela va de soi)

          • [^] # Re: LineageOS - Google

            Posté par . Évalué à 4 (+2/-0).

            L'appli LCL fonctionne sous LineageOS sans microG ni rien de chez Google.
            Il faut l'installer depuis le store via Aurora ou autre, mais au delà de ça, tout fonctionne sans soucis.

            Juste un petit retour comme quoi c'est possible pour une banque de faire une appli sans Google !

            Yth.

            • [^] # Re: LineageOS - Google

              Posté par . Évalué à 1 (+1/-0). Dernière modification le 22/11/19 à 09:14.

              Cette histoire me laisse perplexe. J'ai du installer open gapps au lieu de microG.
              Faudra vraiment que je vérifie ça.

              Merci en tout cas pour ces retours plutôt positifs.

            • [^] # Re: LineageOS - Google

              Posté par (page perso) . Évalué à 3 (+1/-0).

              et c'est disponible sur f-droid ? (je n'ai pas de compte google à titre personnel et ne puis accéder au playstore vu que je n'ai renseigné aucun compte sur mon mobile…)

              • [^] # Re: LineageOS - Google

                Posté par . Évalué à 1 (+1/-0). Dernière modification le 22/11/19 à 10:29.

                Voir le message de Blaise, plus haut:

                "Tu peux utiliser une appli tierce qui ira récupérer les apk directement sur le playstore, avec ton compte, un compte anonyme ou un compte générique. Par exemple Aurora ou AppTrack indiqués en fin de dépèche.

                Tu peux utiliser un site web tel qu'apkmirror pour récupérer depuis un mirroir communautaire des apk autrement disponibles uniquement sur le playstore."

                AURORA (disponible avec f-droid) te permet d'accéder aux applis du playstore google sans créer de compte, il suffit dans les paramètres d'aurora de demander une connection anonyme.

Envoyer un commentaire

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.