Journal Je veux pas y retourner

90
3
juin
2021

Ah Nal,

Les temps comme les œufs sont dur: la ministre du travail a indiqué la fin du télétravail le 9 juin.

Le patronariat prépare avec délectation le retour en apotravail le plus vite possible: avoir ses collaborateurs sous la main permets de justifier le salaire de bien des managers inutiles.

Ça me rends triste, car je bosse beaucoup mieux chez moi: pas d'openspace bruyant, une connexion internet qui marche au poil sans proxy nazi, du bon café en grains… Je me vois aussi mal perdre à nouveau 2h par jour dans les transports ou devoir à nouveau repasser des chemises et prendre une douche tous les jours.

On me souffle qu'il a des bons côtés comme voir ses collègues, mais je me débrouille pour retrouver les plus proches de chez moi autour d'un repas en terrasse entre midi et deux. De toute façon quand je vais au bureau c'est pour faire des audioconférences au casque…

Bref c'est la grosse déprime, Nal. Et toi, tu préfères le télétravail ou l'apotravail?

  • # Partisan de l'apotravail ici...

    Posté par  . Évalué à 10 (+32/-2). Dernière modification le 03/06/21 à 09:30.

    De mon expérience personnelle uniquement, j'ai l'impression de travailler pour rien en télétravail ; j'ai comme un sentiment de journées factices pour des tâches presque imaginaires et un confort certes dorlotant, mais qui ressemble plus à du formol qu'à un cocon…

    Je travaille avec peu de liens, peu de nouveautés, un sentiment d'esclavagisme à la maison, je ressens comme une absence de relations qui créent, étonnent et renouvellent les journées, des micro-sociétés qui disparaissent au profit d'écrans qui m'alimentent. Je ne peux plus gueuler sur personne quand quelque chose déconne (et ça, ça pique).

    Je ne travaille plus que…pour gagner de l'argent et qu'on me fiche la paix et je trouve ça formidablement triste.

    Bon courage, j'espère que tu trouveras un compromis convenable.

    • [^] # Re: Partisan de l'apotravail ici...

      Posté par  . Évalué à 10 (+47/-1).

      J'ai une famille, deux mômes, des amis, un cadre magnifique à 30 mètres de chez moi pour démarrer des randonnées ou aller courir en pleine nature, des projets persos, des trucs à faire.
      Le boulot dans tout ça c'est un seul aspect.
      J'aime ce que je fais, ce n'est pas le problème. Et même si je bosse pour manger, je bosse aussi pour tout ce que j'apprends, tout ce que je produits, etc.

      Si on rajoute la contrainte du travail en présentiel, ce sont des heures de trajets, des contraintes horaires dures, devoir se justifier quand on rentre plus tôt pour s'occuper des enfants, pouvoir moins facilement lancer une tâche longue, partir siffler une bière en milieu d'aprèm, et revenir en soirée pour valider les résultats.
      Bref, c'est trop lourd, trop de contrainte, pour quelque chose qui n'est pas le centre de ma vie, mais seulement un de ses aspects.
      Ça prend déjà un temps monstrueux, c'est en numéro 2 après le sommeil, pas besoin d'augmenter encore plus ces contraintes et le temps passé, pour ne pas produire plus.

      Je suis heureux en télétravail, parce que mon travail n'est pas ma vie, et tout ne tourne pas autour de lui !

      • Yth.
  • # Apo... Apo... Apotraquoi ?

    Posté par  . Évalué à 10 (+29/-1).

    Nooooooooooon !
    Je quitterai pas ma montagne pour brûler de l'énergie fossile plusieurs heures par jour en plein cagnard, et aller m'enfermer dans un gigantesque open-space claustrophobique qui crame de la matière fissile pour faire tourner une clim monstrueuse qui fait mal à la gorge, juste pour le plaisir de bouffer les sandwichs dégueux du centre commercial d'à côté, noir de monde, et entouré de la jungle de béton des grandes villes…

    T'façon mes collègues sont en Inde, aux États-unis, en Bretagne, à quoi ça sert tout ces efforts pour en voir trois ou quatre sur place, et finir en visio avec ceux qui sont loin ?

    J'vais crever les pneus de ma voiture, comme ça je pourrai pas y aller.
    Ou alors j'y vais en courant, normalement en partant le lundi matin, je peux bosser le mardi, rentrer le mercredi, et télétravailler la fin de la semaine.

    En plus, le bureau est plus grand chez moi, la connexion meilleure même sans fibre optique, les toilettes plus propres, et j'ai mes chats (pratique contre le syndrome de la class blanche: tu laisses ton chat l'écrire à ta place en ronronnant sur ton clavier, et tu n'as plus qu'à corriger les erreurs de syntaxe).

    • Yth, je suis libre, liiiiibre, nooooon, plus jamais d'open-space, crevez tous, managers de mes deux !

    Disclaimer : toute ressemblance avec des personnages réels ne serait que pure coïncidence, hasard fortuit, ou justesse sociétale.

    • [^] # Re: Apo... Apo... Apotraquoi ?

      Posté par  . Évalué à 10 (+35/-1).

      tu laisses ton chat l'écrire à ta place en ronronnant sur ton clavier, et tu n'as plus qu'à corriger les erreurs de syntaxe

      Si tu es développeur Perl, dans 99% des cas ton chat aura produit du code directement valide.

      • [^] # Re: Apo... Apo... Apotraquoi ?

        Posté par  . Évalué à 5 (+7/-3). Dernière modification le 03/06/21 à 18:09.

        La question n'est pas d'avoir du code valide, mais du code qui répond à un besoin.

        • [^] # Re: Apo... Apo... Apotraquoi ?

          Posté par  . Évalué à 10 (+11/-0).

          Tu ajoutes un chien pour répondre a un besoin ˁ˚ᴥ˚ˀ

          Merci aux personnes qui mon aidé a trouvé des solutions pour essayer d’écrire sans faute d’orthographe.

        • [^] # Re: Apo... Apo... Apotraquoi ?

          Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 10 (+12/-0).

          N'importe quoi, de nos jours on écrit le code d'abord et le département marketing créé le besoin. C'est pour ça qu'il suffit d'un stagiaire pour le code mais qu'il faut 50 MBAs gavés de bonus au marketing.

  • # Le télétravail, c'est la vie

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 10 (+24/-0).

    Télétravail et horaires flexibles pour moi.
    Il serait impossible de me remettre dans une boite bétonnée avec sa clim, ses échanges de virus, des managers qui n'en sont pas, perdre du temps de vie dans les transports, devoir gérer le trafic routier/transport en commun, me privé de la pause café dans le jardin, ne plus travailler le soir car il faut se conformer aux horaires du bureau etc…

    Le télétravail est devenu pour moi une clause essentiel au contrat. J'accepte de revenir dans les locaux, 1 journée par trimestre ou semestre, par ce qu'ils insistent. Je pourrais être de l'autre côté de la planète, sans pouvoir les voir physiquement. Leur physique ne me manque pas du tout.

    Je pourrais pas revenir en arrière

  • # Télé...

    Posté par  . Évalué à 10 (+22/-0). Dernière modification le 03/06/21 à 09:51.

    …travail !

    J'veux pas quitter mes moineaux et mon cerisier à la place des engueu..des pour une place de parking en bas de mon bureau, ni les "pinpons" permanents des véhicules prioritaires ! Ni risquer ma vie sur l'autoroute avec des gens à 90 sur la file de gauche, en train de chatter ou de téléphoner au volant…

    Celui qui pose une question est bête cinq minutes, celui qui n'en pose pas le reste toute sa vie.

    • [^] # Re: Télé...

      Posté par  . Évalué à 10 (+8/-0).

      Hum, j'adore le télétravail mais pour ce qui est du bruit .. mettons que je hais cordialement l'inventeur du souffleur a feuille!

      • [^] # Re: Télé...

        Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 5 (+3/-0).

        J'avais dû acheter un casque antibruit à une époque (je l'ai toujours) : entre ça, les travaux dans l'immeuble et les gamins des voisins, c'était insupportable :-)

        Designeuse de masques pour sphéniscidés.

        • [^] # Re: Télé...

          Posté par  . Évalué à 4 (+2/-0).

          Pour ma part, j'utilise le casque audio fournit par le travail, avec anti-bruit actif.

          J'avais des collègues qui utilisaient des casques de chantier ; c'est bien, mais en télétravail tu passes ton temps à jongler entre ça et ton casque pour les visios.

        • [^] # Re: Télé...

          Posté par  . Évalué à 4 (+3/-0).

          Bah, entre le bruit de chez moi et le bruit des openspace, je préfère chez moi, j'ai plus de moyens de m'en protéger.

          • [^] # Re: Télé...

            Posté par  . Évalué à 5 (+2/-0).

            Sans parler de l'openspace, les bureaux ne sont pas magiquement immunisé des bruits de traffic, chantiers, aeronefs, sirènes…les paramètres sont à peu près les mêmes, c'est la localisation de la maison ou du bureau qui peut aider seulement.

  • # Je n'aime pas le télétravail

    Posté par  . Évalué à 10 (+24/-0).

    J'aime bien aller au bureau pour bosser (on pouvait déjà faire du télétravail avant et je n'en profitais qu'occasionnellement, par exemple pour attendre une livraison). J'aime bien discuter avec mes collègues et clairement la discussion par chat ce n'est pas la même chose, la qualité audio d'une vidéo conférence ne vaut pas une discussion en physique. C'est impossible de savoir si tu vas déranger un collègue à distance alors que s'il est à côté de toi, tu vois s'il est concentré ou pas (et moi, si on m'appelle, c'est beaucoup plus facile de garder ma concentration en disant "attends 2 minutes", que d'aller dans le chat et le dire.

    Après, ça n'est vrai que parce que j'ai des collègues et une boîte sympas. Il y a plein d'autres endroit où je serais mieux en télétravail qu'au bureau, mais ça serait moins bien qu'être au bureau avec des gens sympas.

    « Rappelez-vous toujours que si la Gestapo avait les moyens de vous faire parler, les politiciens ont, eux, les moyens de vous faire taire. » Coluche

  • # les deux mon général !

    Posté par  . Évalué à 10 (+20/-0). Dernière modification le 03/06/21 à 09:56.

    Bref c'est la grosse déprime, Nal. Et toi, tu préfères le télétravail ou l'apotravail?

    Perso, depuis que je fais plus de vélo pour aller bosser, j'ai grave perdu la forme. J'essaye de m'entrainer à coté, mais c'est pas pareil. je suis passé de 200km par semaine, a 60, la loose. Après du point de vue boulot, ça changera effectivement pas grand chose, y a des avantage en terme de relationnel avec les collègues, certain souffrent pas mal du télétravail, on a un stagiaire par exemple, c'est vraiment compliqué pour lui, même si j'ai trouvé qu'il faisait preuve d'une grande capacité d’adaptation et une impressionnante motivation. A sa place, il y en aurait beaucoup qui en aurait un peu profité.

    En fait, le mix des deux, pour moi, c'est idéal. Entre 3j et 2j, en laissant le salarié s'organiser dans la mesure du possible.

    Mais globalement, il me tarde d'y retourner surtout pour reprendre le vélotaf !

    Faut pas gonfler Gérard Lambert quand il répare sa mobylette.

    • [^] # Re: les deux mon général !

      Posté par  . Évalué à 10 (+10/-0).

      Je me suis mis au velotaf (18km aller, autant au retour) il y a relativement peu, et parfois, j'ai l'impression que je vais au taf uniquement pour faire du vélo (bon, et voir un peu les collègues, parce-que j'ai l'impression que le teletaf, ça me rend un peu misanthrope…)

      Moi aussi, j'aime bien le télétravail partiel, que je module en fonction de mes besoins familiaux et professionnels. Et je pense que dans mon taf, on ne reviendra pas totalement au présentiel, on s'est bien fait au nouveau rythme…

    • [^] # Re: les deux mon général !

      Posté par  . Évalué à 7 (+6/-0).

      Pareil de mon côté. Le vélotaf était un plaisir et mon activité physique principale, il a fallu que je me mette à la course à pied; c'est plus intense.
      Et étant doctorant, il me semble qu'un arrangement 50% présentiel, 50% télétravail serait idéal. Travailler de chez soi c'est confortable (si on est bien équipé et logé), mais dans le cadre d'une thèse on a très, très vite l'impression que tout le monde a oublié que t'existes.

      • [^] # Re: les deux mon général !

        Posté par  . Évalué à 9 (+7/-0).

        mais dans le cadre d'une thèse on a très, très vite l'impression que tout le monde a oublié que t'existes.

        C'est aussi le cas quand t'es au bureau, non ? (Expérience vécue !)

        Surtout, ne pas tout prendre au sérieux !

      • [^] # Re: les deux mon général !

        Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 7 (+5/-0).

        Ceci dit, tu peux aussi faire du vélo sans aller au boulot au moment d'aller au boulot, mais faire demi tour ?

        (ensuite, je comprends que ça paraisse curieux, et moins efficace ou bizarre)

        • [^] # Re: les deux mon général !

          Posté par  . Évalué à 3 (+1/-0).

          Moi, en fait, je fais les deux : des sorties loisir (VTT ou route) et des trajets velotaf (j'ai pas mal de poids gras à perdre)… mais si je ne vais pas au taf, je n'arrive pas forcement à compenser par une sortie loisir :/

  • # Je ne veux pas ne pas y retourner

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 9 (+9/-0).

    Je préfère vraiment un mélange des 2, tant que possible.

    Sans être spécialement sociable, le coté humain manque.

    Et ce n'est pas du tout la même situation, seul dans un studio, ou accompagné de sa famille avec une pièce dédiée pour le boulot.

    Je suis bien plus satisfait de mes journées les quelques jours par mois que je peux faire au bureau.

    Et niveau productivité, ça ne change pas grand chose finalement, pour moi.

    Sinon je trouve le terme apotravail encore pire que télétravail :)

    • [^] # Re: Je ne veux pas ne pas y retourner

      Posté par  . Évalué à 10 (+15/-0). Dernière modification le 03/06/21 à 12:00.

      Le côté social nous manque parce que les mesures en dehors du travail restent strictes et ne permettent pas la socialisation.

      Ici quand tu vas dans un bar ou un évènement culturel t'es censé rester à ta place, avec un nombre de personnes réduites, c'est pas vraiment propice à la rencontre et la socialisation. Les évènements culturels sont réduits.

      De temps en temps je vais encore au bureau genre 2x par mois, mais le faible nombre de collègues présent et les mesures prises font que ce n'est de toute façon plus le bureau comme avant. Entre quelques collègues avec qui nous avons continué à faire des sorties et des randos extra-professionnelles on continue à se mettre à 2 ou 3 devant le même écran ou à faire des conneries au bureau, mais avec les autres c'est distances maintenues et masques, donc autant discuter sur la messagerie comme depuis la maison.

      Bref le problème ce n'est pas le télétravail, mais les mesures de distanciation sociales de la société dans son ensemble car au bureau ce n'est pas mieux.

  • # Je veux autant que je ne veux pas

    Posté par  . Évalué à 10 (+20/-2). Dernière modification le 03/06/21 à 10:26.

    De mon côté, mon employeur encore très réticent au télétravail avant la pandémie, a décidé qu'on pouvait tous faire 2 jours de télétravail par semaine si on le souhaitait à partir du 9 Juin.

    J'apprécie le télétravail parce que je peux organiser plus finement mon temps personnel et mon temps de travail, je peux manger du fromage entre 3 lignes de code, je suis moins sollicité par les collègues, je ne perds pas de temps sur la route, j'ai plus de temps libre avant et après mes heures de travail.

    J'apprécie le présentiel parce que je peux aller fumer une clope avec les collègues, je peux solliciter plus facilement un collègue quand j'ai besoin d'un coup de main, je n'empiète pas aussi facilement sur mes heures de temps libre, je suis moins distrait par mon environnement.

    Les deux ont des avantages et des inconvénients. Je ne suis pas certain que pour moi, l'un soit plus avantageux que l'autre. Après plus d'un an de télétravail à 99%, j'ai quand même besoin de retrouver un peu de contact humain. Depuis le début de la pandémie, je suis peut-être la personne la plus confinée du pays, sans exagérer, et ça commence à vraiment peser. Je suis pourtant peu sociable mais je dois reconnaître que notre espèce a besoin de contacts sociaux pour le bien de sa santé mentale.

    Mais j'ai un autre sentiment qui me turlupine. Vous vous rappelez de toutes ces belles phrases concernant le monde d'après qui ne serait plus jamais pareil, que maintenant on allait changer etc… En réalité le monde d'après, c'est le monde d'avant en accéléré. J'ai ce sentiment inexplicable que tout va aller de mal en pis parce que nous n'avons pas pris la mesure de la gravité de la situation. Ca me déprime.

    La majeure partie des morts l'était déjà de son vivant et le jour venu, ils n'ont pas senti la différence.

  • # De ce que je sache...

    Posté par  . Évalué à 6 (+9/-6). Dernière modification le 03/06/21 à 10:51.

    …ce n'est pas le gouvernement qui décide si tu peux télétravailler dans ton entreprise ou non.

    Bref c'est et ça a toujours été entre toi et ton employeur. Donc si tu veux télétravailler, bosses pour une entreprise qui le permet. C'est aussi simple que ça.

    • [^] # Re: De ce que je sache...

      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 10 (+15/-5).

      Bref c'est et ça a toujours été entre toi et ton employeur

      Ben non : ici on parle que le télétravail était obligatoire, par choix de ni toi ni ton employeur, mais bien d'un tiers (l'Etat) pendant un temps donné (pandémie).
      Et en bonus, il y a un droit au télétravail (l'employeur doit se faire chier à trouver une excuse bidon, mais ça reste un droit, pas juste un accord sans tiers qui dit des trucs dessus : l'Etat dit des trucs dessus, même hors covid)

      Donc si tu veux télétravailler, bosses pour une entreprise qui le permet. C'est aussi simple que ça.

      La vie n'est pas aussi simple que ça : si la boite X remplit 2x plus les autres critères que toutes les autres boites mais pas de télétravail, tu as un choix à faire suivant plusieurs choses que tu veux.

      Attaquer les gens comme ça avec un argument "c'est simple" est une insulte à leurs difficultés entre plusieurs "si tu veux".

      Note : je suis en télétravail depuis 15 ans (à 90% en ce moment, enfin quand je n'aurai plus l'excuse covid pour ne pas faire les 10%, et j'ai dû choisir de lâcher ces 10% pour un contrat qui m’intéressait), mon commentaire n'est pas pour critiquer le télétravail du tout, mais critiquer le préjugé que c'est "simple" de l'être.

      • [^] # Re: De ce que je sache...

        Posté par  . Évalué à 9 (+6/-0).

        Ben non : ici on parle que le télétravail était obligatoire, par choix de ni toi ni ton employeur, mais bien d'un tiers (l'Etat) pendant un temps donné (pandémie).
        Et en bonus, il y a un droit au télétravail (l'employeur doit se faire chier à trouver une excuse bidon, mais ça reste un droit, pas juste un accord sans tiers qui dit des trucs dessus : l'Etat dit des trucs dessus, même hors covid)

        Dans les fait je connais pleins de gens qui ont été plus ou moins forcés par leur hiérarchie à retourner au bureau, au moins partiellement, donc dans les fait le terme "obligatoire" est très faible.

        Alors oui bien sûr ils pouvaient sans doute s'y opposer mais j'imagine en oubliant toute perspective de flexibilité quand ils en auraient eu besoin, d'avancée et avec une sorte d'épée de Damoclès au dessus de la tête pour le restant de leur contrat dans cette entreprise.

      • [^] # Re: De ce que je sache...

        Posté par  . Évalué à 9 (+8/-2).

        La vie n'est pas aussi simple que ça : si la boite X remplit 2x plus les autres critères que toutes les autres boites mais pas de télétravail, tu as un choix à faire suivant plusieurs choses que tu veux.

        Attaquer les gens comme ça avec un argument "c'est simple" est une insulte à leurs difficultés entre plusieurs "si tu veux".

        Ça ne change pas le fait que pour les salariés c'est une négociation à faire entre salarié et son emoloyeur et ça a toujours été le cas.

        La pandémie n'a fait que forcer les entreprises à mettre en place des mesures pour la facilitation et leur montrer que c'est possible pour les travails de bureaux, et mettre en avant que de nombreux postes de cadres ne sont en fait que des bullshit jobs. Alors bien sûr dans les entreprises à multiple niveaux de hiérarchies ça dérange car plus il y a de niveax, plus il y a de bullshit jobs et de personnnes qui n'ont en fait rien à faire dans l'entreprise, mais comme souvent ce sont eux qui ont ces pouvoirs de décision ils sont réticents à se tirer une balle dans le pied et maintenir le télétravail à 100%.

      • [^] # Re: De ce que je sache...

        Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 10 (+9/-0).

        Ben non : ici on parle que le télétravail était obligatoire, par choix de ni toi ni ton employeur, mais bien d'un tiers (l'Etat) pendant un temps donné (pandémie).

        Le télétravail n'est pas obligatoire, et ne l'a jamais été. Le gouvernement français a incité les entreprises quand c'était possible de le faire. A fait des recommandations en ce sens. Mais rien n'oblige légalement un employeur à mettre (ou ne pas mettre) ses salariés en télétravail, et ceci, même durant la pandémie.

        La seule incitation forte, contrainte même, c'était qu'une contamination sur le lieu de travail peut être considérée comme un accident du travail. Ex : 3 salariés qui travaillent ensemble chaque jours tombent malades en même temps, cela peut être considéré comme un accident du travail (on est bien d'accord, c'est la contamination qui est considéré comme un accident, la maladie en étant une conséquence). Avec toutes les emmerdes ainsi que les conséquences financières que cela peut avoir.

        Ce qui a changé durant la pandémie, c'est que :
        - un employeur avait le droit d'imposer le télétravail à un salarié
        - un employeur ne pouvait refuser le télétravail à un salarié que sur motif légitime (présence indispensable)

        Donc non, rien n'oblige la mise en place du télétravail. Le télétravail reste un choix de l'entreprise et/ou du salarié, mais n'est pas imposé par l'Etat.

        • [^] # Re: De ce que je sache...

          Posté par  . Évalué à 1 (+1/-1).

          Mais rien n'oblige légalement un employeur à mettre (ou ne pas mettre) ses salariés en télétravail, et ceci, même durant la pandémie.

          Si

          Mais c'est au cas par cas.

          • [^] # Re: De ce que je sache...

            Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 4 (+2/-0).

            Non. Il n'y a aucun texte de loi disant que l'employeur à l'obligation de mettre ses salariés en télétravail.

            L'employeur a l'obligation de garantir la sécurité de ses employés (c'est vrai de tout temps, qu'il y ait pandémie ou non), et le télétravail est un moyen de garantir la sécurité vis-à-vis de la COVID, mais nullement une obligation.

            • [^] # Re: De ce que je sache...

              Posté par  . Évalué à 4 (+4/-1). Dernière modification le 08/06/21 à 09:00.

              Ça tombe bien, le texte de loi cité oblige à mettre en œuvre des moyens de garantir la sécurité vis à vis de tout risque, dont LE¹ COVID.

              Sinon on serait tous dans les locaux d'entreprises et on en serait à 3 millions de morts. (ceux qui ont un minimum de mémoire et encore une capacité à penser par eux-même se rappelleront du couac des premiers jours du confinement…)

              ¹ C'est dingue quand même tout le monde disait «le» puis parce qu'une bande de vieux croutons déguisés a décidé du contraire… y'en a qui peuvent pas s'empêcher de cirer des pompes et lécher des culs. Pense bien à ton bain de bouche. Bisou.

              • [^] # Re: De ce que je sache...

                Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 2 (+3/-3).

                Ça tombe bien, le texte de loi cité oblige à mettre en œuvre des moyens de garantir la sécurité vis à vis de tout risque, dont LE¹ COVID.

                Oui elle oblige à mettre en oeuvre des moyens. Pas LES moyens. DES moyens.

                Et dans le cas où cela ne serait pas le cas, l'entreprise ne serait pas hors la loi, elle aurait juste sa responsabilité qui pourrait être engagée.

                Sinon on serait tous dans les locaux d'entreprises et on en serait à 3 millions de morts. (ceux qui ont un minimum de mémoire et encore une capacité à penser par eux-même se rappelleront du couac des premiers jours du confinement…)

                Encore une fois, le télétravail est UN moyen parmi d'autres. Parmi les moyens à disposition, dans le cadre de LA COVID, on a (liste non exhaustive) :
                - les gestes dit barrières ;
                - la formation des salariés ;
                - le décalage des horaires ;
                - la fourniture d'équipement de sécurités (masque, visière, gant, gel hydroalcoolique, …)
                - la vaccination (normalement, cela ne relève pas de l'employeur, sauf pour certaines catégories de salariés, comme les personnels soignants)

                L'avantage du télétravail pour l'employeur, c'est que cela dégage toute responsabilité en cas de contamination par la COVID d'un de ses salariés.

                C'est dingue quand même tout le monde disait «le» puis parce qu'une bande de vieux croutons déguisés a décidé du contraire… y'en a qui peuvent pas s'empêcher de cirer des pompes et lécher des culs. Pense bien à ton bain de bouche. Bisou.

                C'est dingue, c'est juste la langue française qui est comme ça. Je t'invite à lire ce petit laïus sur le sujet par l'Académie Française, qui rappelle la règle pour les acronymes.

                Maintenant, merci de garder ta condescendance pour toi.

                • [^] # Re: De ce que je sache...

                  Posté par  . Évalué à 3 (+4/-0).

                  C'est dingue, c'est juste la langue française qui est comme ça. Je t'invite à lire ce petit laïus sur le sujet par l'Académie Française, qui rappelle la règle pour les acronymes.

                  Un peu comme un radar, un laser ou un HLM.

                  • [^] # Re: De ce que je sache...

                    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 3 (+1/-0).

                    C'est un peu différent pour radar/laser et HLM.

                    Radar et laser sont deux mots de la langue anglaise qui ont été importés dans notre langue (qu'importe que ces mots en anglais soit à la base des acronymes ou non, ils existent en tant que noms communs en anglais). Comme la très grande majorité des cas, ces mots sont masculins (week-end, job, timing, jean, t-shirt, pull, sweat, sandwich, e-mail, …).

                    La seule exception que je connaisse c'est "une basket", avec cette autre particularité que le sens en français ne correspond en rien à sa signification en anglais.

                    Pour une HLM, c'est bien féminin. Ce que confirme le Larousse. Il précise toutefois que l'emploi du masculin s'étant tellement généralisé, il ne peut être considéré comme fautif.

                    • [^] # Re: De ce que je sache...

                      Posté par  . Évalué à 7 (+5/-0). Dernière modification le 08/06/21 à 23:25.

                      C'est un peu différent pour radar/laser et HLM.

                      Radar et laser sont deux mots de la langue anglaise qui ont été importés dans notre langue (qu'importe que ces mots en anglais soit à la base des acronymes ou non, ils existent en tant que noms communs en anglais). Comme la très grande majorité des cas, ces mots sont masculins (week-end, job, timing, jean, t-shirt, pull, sweat, sandwich, e-mail, …).

                      Justement non, ce n'est pas différent. La proportion de gens connaissant l'origine de l'acronyme covid et de l'acronyme laser est à la louche la même dans la population : très faible.

                      Dans les faits, covid est utilisé en tant que nom de maladie, et non en tant qu'acronyme.

                      [à propos d'HLM] Il précise toutefois que l'emploi du masculin s'étant tellement généralisé, il ne peut être considéré comme fautif.

                      C'est là où tu touche le point clef. La langue se défini par son usage. On peut trouver que c'est une bonne idée ou une mauvaise, mais c'est un fait. L'académie française n'a aucun pouvoir normatif (même si elle aimerait bien, et même si elle se positionne comme si elle avait ce pouvoir), elle n'a que le pouvoir de guider (et non d'imposer) les usages.

                      L'usage a donc consacré, les faits sont là, le masculin. Dont acte.

                      Peut-être que dans dix ans, l'usage sera différent, j'en doute, mais l'usage actuel est à l'emploi du masculin. L'emploi du masculin ne saurait être considéré comme fautif. L'emploi du féminin, bien que minoritaire, est aussi présent (probablement à cause des vociférations de ceux qui auraient selon la légende détourné la ligne 4 du métro), l'usage considère donc que cet emploi du féminin n'est pas non plus fautif.

                      P.S.: je dis le covid., et je n'emmerde pas les gens qui disent la covid.

                      • [^] # Re: De ce que je sache...

                        Posté par  . Évalué à -2 (+1/-4).

                        P.S.: je dis le covid., et je n'emmerde pas les gens qui disent la covid.

                        Moi si.

                        Parce que derrière c'est une histoire de pouvoir, de distinction sociale, de construction d'une culture discriminante, et de mépris de classe.

                        Le cas du genre du Covid en est même un exemple parfait.

                        Et j'adoooore emmerder les cuistres, car ce qui se joue c'est faire passer la bêtise des classes sociales au pouvoir, toujours ignares, comme LA culture de référence, parce qu'en vrai l'Académie, institution venue d'un autre temps et dépassée, est totalement incompétente (mais qu'attendre de plus de viocs grabataires qui font du cosplay?).

                        • [^] # Re: De ce que je sache...

                          Posté par  . Évalué à 6 (+5/-1).

                          Parce que derrière c'est une histoire de pouvoir, de distinction sociale, de construction d'une culture discriminante, et de mépris de classe.

                          Et pourtant tu pratiques toi même la discrimination en agissant comme si LinuxFR était LinuxFrance et pas LinuxFrancophonie parce qu'au Québec il n'y a pas débat : tout le monde dit LA Covid et ils n'ont pas attendu l'Académie. On est tous le cuistre de quelqu'un ;-)

                      • [^] # Re: De ce que je sache...

                        Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 2 (+1/-1).

                        Justement non, ce n'est pas différent.

                        Le français se base beaucoup sur l'origine d'un mot. C'est en cela que c'est différent. Comme je l'ai dis, laser et radar sont des imports de noms communs. D'où le fait qu'ils soient masculins en français.

                        Dans les faits, covid est utilisé en tant que nom de maladie, et non en tant qu'acronyme.

                        Cela ne change pas grand chose. En effet, son origine reste un acronyme. Donc la règle voudrait que ce "mot" soit féminin. Si on le considère comme une maladie, et si on tient compte du fait que la très grande majorité des noms de maladie sont de genre féminin, il faudrait malgré tout que l'on dise la COVID.

                        L'origine du "le" vient du fait qu'au début de la pandémie, on parlait beaucoup d'un nouveau virus, virus étant masculin. Ensuite on lui a donné un nom et parlé beaucoup du virus du COVID, puis "du COVID" tout court. Sauf que les deux ne désignent pas la même chose. L'un désigne un agent pathogène, l'autre une maladie.

                        C'est là où tu touche le point clef. La langue se défini par son usage.

                        Entièrement d'accord. Et tu rappelles à juste titre que l'Académie Française n'a pas de pouvoir en tant que telle. Je n'ai fait que la citer car elle rappelait une règle de français et que le statut de l'Académie donne du crédit à la source.

                        Après, les acronymes sont vraiment une plaie à gérer. Autre exemple, on doit-on dire "l'HLM situé xxx" ou "le HLML situé xxx" ? On entendra plus facilement "le HLM" alors, qu'il conviendrait de dire "l'HLM" car le H c'est "habitation" et qu'on dit "l'habitation" et non "la habitation". Bref, pour utiliser un acronyme, il faut le connaitre. C'est pour ça qu'on dit le FBI (=genre de bureau), mais la CIA (=genre de agence) ;)

                        P.S.: je dis le covid., et je n'emmerde pas les gens qui disent la covid.

                        Je te rassure, je n'emmerde pas les gens qui disent le covid non plus. J'ai juste été correcteur orthographique (entre autre) sur Developpez.com, et c'est dingue comme j'ai pu apprendre de règle à la con durant cette période !

                        Je trouve toujours instructif de partager ce genre de chose :)

                        Par contre, j'emmerde les gens vociférant des propos comme "y'en a qui peuvent pas s'empêcher de cirer des pompes et lécher des culs. Pense bien à ton bain de bouche" (propos qui ne sont pas les tiens, je te rassure ;) )

                        • [^] # Re: De ce que je sache...

                          Posté par  . Évalué à 4 (+2/-0).

                          la COVID

                          Pourquoi l'écris-tu comme un acronyme alors que même sainte académie l'a lexicalisé ? C'est important parce que tu soutiens que c'est encore un acronyme alors que même l'académie le considère comme un nom.

                        • [^] # Re: De ce que je sache...

                          Posté par  . Évalué à 5 (+3/-0).

                          Il y a quand même des noms de maladie qui sont masculins: le choléra, le rhume. Donc a priori pas d'obligation absolue que le covid soit féminin.

                          Surtout, ne pas tout prendre au sérieux !

                          • [^] # Re: De ce que je sache...

                            Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 3 (+1/-0).

                            Je n'ai jamais dis le contraire ;) j'ai bien dit la grande majorité :
                            - la peste, la grippe, …
                            - les maladies en *ite (gastroentérite, appendicite, sinusite, …),
                            - les maladies en *gie (fibromyalgie, allergie, …),
                            - les maladies de XXX (parkinson, crohn, charcot, …),
                            - les maladies en *ole (variole, rougeole, rubéole, …)
                            - les maladies en *ose (mononucléose, scoliose, …)
                            - les maladies en *nie (anémie, hyperthermie, …)
                            - …

                            et j'en oublie plein (parce que je ne les connais pas toutes non plus :p)

                          • [^] # Re: De ce que je sache...

                            Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 5 (+4/-1).

                            Et on dit LE covid long.

                            Designeuse de masques pour sphéniscidés.

                        • [^] # Re: De ce que je sache...

                          Posté par  . Évalué à 3 (+1/-0). Dernière modification le 09/06/21 à 21:19.

                          Comme je l'ai dis, laser et radar sont des imports de noms communs.

                          Ah, j'ai compris. Tu ignores (et c'est parfaitement normal) que laser est en fait un acronyme de light amplification by stimulated emission of radiation, en suivant la règle de l'acronyme, c'est donc féminin, et que radar est en fait un acronyme de radio detection and ranging, même conclusions.

                          À partir du moment où le fait que ça soit un acronyme à l'origine est oublié et que le mot est lexicalisé, ça devient très difficile de tenir cette position. Que ça soit pour laser, pour radar, ou pour covid.

                          Tu sembles oublier la nature même de la langue, communiquer. Ainsi, avoir des usages communs afin de pouvoir être compris et se faire comprendre. Parler sa propre langue dans son coin n'a que peu d'intérêt. La conséquence de cette nature, c'est que c'est l'usage qui dicte la règle. Dans nombre de cas, je n'aime pas cela, mais soit, il faut faire avec.

                          • [^] # Re: De ce que je sache...

                            Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 3 (+1/-0).

                            Ah, j'ai compris. Tu ignores

                            Non. Je cite mon propre commentaire qui répondait au tiens ;)

                            Radar et laser sont deux mots de la langue anglaise qui ont été importés dans notre langue (qu'importe que ces mots en anglais soit à la base des acronymes ou non, ils existent en tant que noms communs en anglais).

                            Dit autrement, ils ont été lexicalisés en anglais avant d'être importé en français. De ce fait, ce sont bien des mots, et non des acronymes qui ont été importés.

                            Si tu ne me crois toujours pas, prenons le cas de LASER (l'acronyme anglais), qui est "light amplification by stimulated emission of radiation" soit en français "amplification de la lumière par émission stimulée de radiation". On est d'accord, dans la traduction française, le groupe nominal principal est "amplification de la lumière" qui est féminin.

                            Sauf que… quand on parle de laser (le nom commun), on ne parle pas d'amplification de la lumière, mais d'un dispositif basé sur l'amplification de la lumière.

                            Autrement dit, "LASER" correspond à un principe, tandis que "laser" correspond à un dispositif. Les deux concepts, bien que liés, sont différents et ne désignent pas la même chose !

                            Et c'est exactement la même chose pour radar.

                            Tu sembles oublier la nature même de la langue, communiquer. Ainsi, avoir des usages communs afin de pouvoir être compris et se faire comprendre. Parler sa propre langue dans son coin n'a que peu d'intérêt. La conséquence de cette nature, c'est que c'est l'usage qui dicte la règle. Dans nombre de cas, je n'aime pas cela, mais soit, il faut faire avec.

                            En quoi oublierai-je la nature d'une langue ? La langue française est riche en subtilités, en règles… et en exceptions ! Dans le cas qui nous occupe, que l'on dise le ou la COVID n'a guère d'importance du point de vue compréhension. Donc là, je ne comprends pas ton message…

                • [^] # Re: De ce que je sache...

                  Posté par  . Évalué à 6 (+5/-0).

                  Je t'invite à lire ce petit laïus sur le sujet par l'Académie Française, qui rappelle la règle pour les acronymes.

                  Je me permets d'appuyer ce conseil de lecture, car si le nom de la rubrique semble dogmatique, la conclusion de l'article ne l'est étonnamment pas :

                  Il n’en reste pas moins que l’emploi du féminin serait préférable et qu’il n’est peut-être pas trop tard pour redonner à cet acronyme le genre qui devrait être le sien.

                  Là dessus, je trouve que l'Académie Française joue parfaitement son rôle : elle explique sa position, mais ne prétend pas qu'il faut absolument la suivre, comme l'indique l'usage du conditionnel. Et donc dans ce cas là au moins, le procès de dogmatisme fait à l'académie Française est erroné.

                  Le plus intéressant là-dedans étant sûrement que ce choix du féminin était plus pertinent à long terme pour l'usage de la langue française : aujourd'hui, on est en plein dedans donc changer le masculin initial nous paraît une coquetterie, mais pourtant s'il est encore d'usage dans quelques années, le genre du covid sera une exception de plus à apprendre aux règles, pour les enfants ou les étrangers…

                  Merci donc Francesco pour ce lien, même si je ne me battrai pas ici contre l'usage, et comme tout le monde je dirai encore LE pain au chocolat et non LA chocolatine.

                  • [^] # Re: De ce que je sache...

                    Posté par  . Évalué à 4 (+2/-0).

                    le genre du covid sera une exception de plus à apprendre aux règles, pour les enfants ou les étrangers…

                    C’est le genre de trucs que je (on?) zappe facilement quand un étranger parle, c’est ultra courant. Ce qui confirme l’importance toute relative que ça a. D’ailleurs il semble que les canadiens aient adoptés la convention inverse, je pense que ça compromet pas trop la capacité de communiquer entre Canadien / Français.

                    Et puis … si l’usage change dans le futur, rien n’interdit de modifier les dicos.

      • [^] # Re: De ce que je sache...

        Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 7 (+5/-0).

        Ben non : ici on parle que le télétravail était obligatoire, par choix de ni toi ni ton employeur, mais bien d'un tiers (l'Etat) pendant un temps donné (pandémie).

        Cette histoire de télétravail, c'est juste de la comm. Comme aucune loi n'est passée à ce sujet, c'est resté une recommandation qui s'appuie sur l'obligation faite aux employeurs de ne pas mettre en danger la santé des salariés. Ce n'est pas parce qu'un ministre dit que le télétravail est obligatoire que c'est le cas. Et heureusement d'ailleurs.

        Il semblerai même que le gouvernement n'a pas souhaité l'imposer (https://www.capital.fr/votre-carriere/teletravail-il-faut-un-cadre-legal-plus-clair-pour-limposer-et-dans-de-bonnes-conditions-1400227)

        • [^] # Re: De ce que je sache...

          Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 2 (+1/-0).

          et surtout aucun contrôle ^

          Dans mon cas, il a suffit que mon employeur déclare que le télétravail n'était pas compatible avec mon poste et pas de télétravail …

          Et en discutant un peu, j'ai quand mm bien l'impression que sur ce dernier confinement, le télétravail n'a pas vraiment été appliqué …

    • [^] # Re: De ce que je sache...

      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 10 (+18/-1).

      La majorité des employeurs ne sont pas pro télétravail.

      Le gouvernement devrait forcer la main aux entreprises, car les avantages sociaux et écologiques sont majeurs.

      Si vous trouvez ce post offensant, je m'en excuse. Prévenez moi sur sur https://linuxfr.org/board/

      • [^] # Re: De ce que je sache...

        Posté par  . Évalué à 10 (+14/-0).

        les avantages sociaux

        C'est discutable. Déjà tu a fait du télétravail sur un travail que tu connaissais. Découvrir un travail ou une nouvelle équipe à distance ça n'est pas du tout la même blague. Ensuite oui ça peut très bien se passer, mais ça peut aussi mal se passer et quand ça se passe mal c'est plus difficile à détecter et plus difficile d'aider.

        Prendre son exemple et en sortir des généralités ne marche pas très bien.

        • [^] # Re: De ce que je sache...

          Posté par  . Évalué à 10 (+10/-0).

          Oui, j'ai été embauché en télétravail 100% durant la pandémie. J'en suis à 7 mois de contrat et mon entourage professionnel est incroyablement flou. À part pour 2~3 personnes, j'ai l'impression de travailler avec des noms/prénoms dont les initiales sont sur leur pastille, sur Teams.

          • [^] # Re: De ce que je sache...

            Posté par  . Évalué à 3 (+2/-1).

            Il faudrait demander à votre IT de mettre au moins la photo. Ça devrait les rendre un peu plus humain que des initiales. Bon, ce n'est pas pareil que de les voir en vrai, évidemment, mais c'est mieux que des initiales. (et sinon vous pouvez allumer vos webcam, aussi)

            Tous les nombres premiers sont impairs, sauf un. Tous les nombres premiers sont impairs, sauf deux.

            • [^] # Re: De ce que je sache...

              Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 2 (+1/-1).

              Il faudrait demander à votre IT de mettre au moins la photo.

              Sur Teams chacun est libre de mettre la photo qu'il veut, sans IT, c'est personnel.
              Dans mon équipe actuelle la moitié mettent une photo, et une moitié (pas forcément qui se recoupe) mettent la cam la moitié du temps.

              Bref, ce sont des choix personnels qui donnent clairement une ambiance, perso je trouve dommage que les gens ne mettent pas une photo mais je ne vais pas non plus insister.

              • [^] # Re: De ce que je sache...

                Posté par  . Évalué à 4 (+2/-0).

                Sur Teams chacun est libre de mettre la photo qu'il veut, sans IT, c'est personnel

                ça dépend de la configuration (chez nous par exemple c'est locké, je ne peux pas changer la photo, celle qui est utilisée est automatiquement celle qui est dans le système pour moi. Enfin, je peux demander à ce qu'elle soit mise à jour, mais ce n'est pas dans teams que je la change.

                Tous les nombres premiers sont impairs, sauf un. Tous les nombres premiers sont impairs, sauf deux.

            • [^] # Re: De ce que je sache...

              Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 4 (+3/-1).

              Il faudrait demander à votre IT de mettre au moins la photo.

              Désolé, mais j’ai aucune envie de me montrer sur Zoom ou d’avoir ma photo sur Slack.

              Y a une photo de moi en ligne (sur LinkedIn) qui date d’il y a 10 ans, ça suffit largement pour les algorithmes de reconnaissance faciale.

            • [^] # Re: De ce que je sache...

              Posté par  . Évalué à 2 (+1/-0).

              vous pouvez allumer vos webcam, aussi

              Ca bouffe de la bande passante sur le VPN !!! :(

        • [^] # Re: De ce que je sache...

          Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 10 (+8/-0).

          Je travaille en "télétravail au bureau" depuis une grosse dizaine d'années: les équipes sont toujours réparties sur plusieurs sites / villes / pays. J'ai souvent eu des collègues que je n'ai jamais vu.

          Si vous trouvez ce post offensant, je m'en excuse. Prévenez moi sur sur https://linuxfr.org/board/

        • [^] # Re: De ce que je sache...

          Posté par  . Évalué à 5 (+4/-0).

          Découvrir un travail ou une nouvelle équipe à distance ça n'est pas du tout la même blague.

          Je confirme, je suis dans ce cas depuis le début de l'année, et la passation de connaissance est plus compliqué en distanciel. Il y a plein d'infos qui circulent, auxquelles on ne prête pas forcément attention quand on est habitué à un poste, mais qui peuvent se révéler précieuses pour un nouvel arrivant.

          Ca permet aussi parfois de "sentir" des choses (par exemples des tensions entre personnes, etc) que tu ne peux pas forcément comprendre en distanciel.

      • [^] # Re: De ce que je sache...

        Posté par  . Évalué à 10 (+12/-1). Dernière modification le 03/06/21 à 13:04.

        car les avantages sociaux

        J'ai ri

        Je trouve que cela amplifie les inégalités sur certains points : je n'ai pas envie de louer un appartement plus grand pour pouvoir faire du télétravail. Les employés les mieux payés, eux peuvent se permettre de s'aménager une pièce dédiée avec le bureau et le fauteuil qui vont bien, les employés lambda, prendront une chaise de cuisine sur la table de cuisine. Quid des stagiaires/apprentis ?

        Et non l'indemnité télétravail ne compense pas, car c'est l'indemnité transport qui est sucré.

        Je n'ai pas spécialement envie de bosser à côté de mon lit. Comme des collègues n'ont pas envie de bosser à côté de leur compagne/compagnon qui garde les enfants le mercredi.

        • [^] # Re: De ce que je sache...

          Posté par  . Évalué à 8 (+6/-0).

          Les employés les mieux payés, eux peuvent se permettre de s'aménager une pièce dédiée avec le bureau et le fauteuil qui vont bien, les employés lambda, prendront une chaise de cuisine sur la table de cuisine. Quid des stagiaires/apprentis ?

          C'est à l'employeur de vérifier que le télétravailleur a bien un poste de travail adapté et de prendre en charge les frais d'équipement.

          • [^] # Re: De ce que je sache...

            Posté par  . Évalué à 5 (+5/-2).

            C'est à l'employeur de vérifier que le télétravailleur a bien un poste de travail adapté

            Cela pourrait devenir un critère de l'employeur de se dire que le gars n'a pas de quoi télétravailler chez lui et donc de ne pas le recruter -> c'est pas pour rien que cela amplifie les inégalités…

            Et les vérifications sont plutôt légères (en gros faire signer un papier)

            et de prendre en charge les frais d'équipement.

            Ou de te mettre en chômage partiel…

        • [^] # Re: De ce que je sache...

          Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 10 (+11/-0).

          Avec le télétravail généralisé, on aura une reconfiguration immobilière : au lieu de se masser dans des zones d'emploi, on se répartira mieux sur le territoire.

          Si vous trouvez ce post offensant, je m'en excuse. Prévenez moi sur sur https://linuxfr.org/board/

          • [^] # Re: De ce que je sache...

            Posté par  (site Web personnel) . Évalué à -2 (+3/-6).

            Tu es au courant que tous les emplois ne sont pas "télétravaillables" ? Loin de là d'ailleurs.
            Oui nous (informaticiens) avons la possibilité de travailler depuis une maison à la campagne, mais pas forcément nos conjoints !

            Et si c'est pour remplacer 5 trajets de 2x20km par semaine par un trajet de 2x100 par semaine, ou 2x800 par mois parce qu'on vit à l'autre bout du pays. Pas sur qu'on gagne au change niveau écologie ou temps de trajet.

            • [^] # Re: De ce que je sache...

              Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 1 (+5/-6). Dernière modification le 03/06/21 à 16:40.

              Et si c'est pour remplacer 5 trajets de 2x20km par semaine par un trajet de 2x100 par semaine, ou 2x800 par mois parce qu'on vit à l'autre bout du pays.

              Remplacer une variable hors en sélectionnant bien pour rentrer dans ce que tu veux démontrer, parler de HS (de taf non faisable en télétravail), c'est bien de mauvaise foi…

              Tu veux jouer à ça, je prend mon cas (enfin, presque, celui que j'ai la plupart du temps) je suis dév et remplace 5 trajets de 2x20km par semaine par 0 km/an. gain de temps et écologie.

              Et la j'ai pas exactement ça, mais remplace pas de taf que je voudrai par taf que je voudrai au prix d'un avion (bouh pas bien je priorise le taf sur l'écologie, mais c'est mon choix perso) par mois. Et non je ne compte pas déménager pour ce taf car partenaire qui a son taf et enfants que je ne souhaite pas faire changer pour du temporaire.

              Bref, me voila à défendre devnewton, c'est qu'il faut pousser le bouchon loin quand même…

              • [^] # Re: De ce que je sache...

                Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 1 (+5/-5).

                Je ne veux rien démontrer du tout.

                Mais passer d'un modèle 100% bureau à 100% télétravail et vouloir le généraliser à l'échelle d'une société est totalement utopique.

                Tellement de pans de notre société dépendent d'une présence au travail :

                • industrie,
                • restauration
                • tourisme
                • éducation
                • construction,
                • artisanat,

                Tout ne pourra pas se régler en généralisant le télétravail.

                devnewton, toi, … faite du télétravail à 100% si cela vous est commode et possible. Tant mieux pour vous. Mais ne le généraliser pas à toutes les situations et à tous, ce n'est pas généralisable et pas LA solution aux problèmes sociaux et écologiques (l'origine de mon intervention dans ce journal ! ), peut-être une partie de solution et encore.

                J'attends toujours de voir quelles sont les "avantages sociaux et écologiques (majeurs)".

                Jérôme.

                • [^] # Re: De ce que je sache...

                  Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 2 (+5/-5). Dernière modification le 03/06/21 à 17:09.

                  Mais ne le généraliser pas à toutes les situations et à tous

                  Ici il n'y a que toi qui généralise. Les autres ne le font pas du tout, mais vraiment pas du tout, ils (moi compris) n'ont jamais parlé que c'est vrai pour tout le monde mais bien implicitement pour ceux qui peuvent (mais dont les chefs ne veulent pas).
                  Rappel du sujet du journal : "Je veux pas y retourner"; comment être plus explicite que le sujet est sur un taf qui est faisable en télétravail car fait pendant la pandémie???

                  J'attends toujours de voir quelles sont les "avantages sociaux et écologiques (majeurs)".

                  Je t'ai donné les miens, libre à toi de les ignorer mais ça ne changera pas le fait qu'ils existent et que je fais du télétravail pour ces raisons.

                  Lie à toi de ne pas aimer le télétravail pour tes propres raisons mais pourquoi as-tu donc besoin de médire sur ceux qui ne sont pas comme toi?

                  • [^] # Re: De ce que je sache...

                    Posté par  . Évalué à 5 (+6/-2). Dernière modification le 03/06/21 à 17:25.

                    Ici il n'y a que toi qui généralise

                    euh, si tu remontes tu peux voir qu'il répond à

                    Avec le télétravail généralisé, on aura une reconfiguration immobilière : au lieu de se masser dans des zones d'emploi, on se répartira mieux sur le territoire.

                    donc on parle bien de généralisation
                    et si tu remontes encore un peu tu vois :

                    Le gouvernement devrait forcer la main aux entreprises, car les avantages sociaux et écologiques sont majeurs.

                    et c'est sur le fait que "les avantages sociaux et écologiques seraient majeurs" qu'essaie de débattre Jérôme, et pas du fait que pour certaines personnes le télétravail c'est mieux, ce n'est pas la question, il me semble

                    pourquoi as-tu donc besoin de médire sur ceux qui ne sont pas comme toi?
                    Je n'ai pas l'impression que jérôme fasse cela, il me semble qu'il essaie juste de participer simplement au débat (mentionné ci-dessus)

                    • [^] # Re: De ce que je sache...

                      Posté par  . Évalué à 10 (+7/-0).

                      généralisé ne veut pas dire universalisé. Oui il y'aura toujours des boulots non distanciable; mais tous les couples ou célibataires pouvant s'éloigner car c'est devenu possible encouragé vont diminuer la pression sur les centre villes denses; laissant la place pour ceux qui ne pouvaient pas se loger à proximité de leur taf des logement plus abordables.

                      De même dans un couple avec une des deux personne qui télétravaille, leur mobilité en sera améliorée, car il ne suffit de retrouver qu'un seul job dans leur destination de rêve.

                      Il ne faut pas décorner les boeufs avant d'avoir semé le vent

                      • [^] # Re: De ce que je sache...

                        Posté par  . Évalué à 2 (+2/-2). Dernière modification le 04/06/21 à 06:42.

                        Ou pas. La mobilité améliorée c’est cool, mais si tout ce que ça fait c’est déplacer le problème de Paris à Lyon ou Marseille, je suis pas sur qu’on soit tellement plus avancé.

                        Je suis pas sur que les ptis jeunes sortis de la fac seront ravis à l’idée de vivre à la campagne avec pour seul sortie le pmu du village, pour prendre un exemple parmi tant d’autres.
                        Pis en parlant des facs, on va toujours les centraliser en ville, parce que c’est la qu’il y’a l’infrastructure dont on a besoin pour héberger qq milliers d’étudiants.
                        Les parents voudront toujours les meilleurs écoles/collèges/lycées pour leur bambins, qui tendent à être en ville, et retour à la case départ, parce qu’on va pas vouloir imposer 2 heures de transports aux gamins, pour prendre un autre exemple parmi tant d’autres.

                        Les villes ne se sont pas créées purement pour le travail, mais aussi parce que les hommes sont sociaux et tendent à vouloir se regrouper. Ça veut pas dire que c’est ce que veut tout le monde, mais y’a quand même un paquet de raison pratiques à se concentrer en ville, que tu travailles de la maison ou pas.

                        Bref, c’est possible/probable que ça améliore un peu les choses, mais présenter ça comme la solution à tous les problèmes d’urbanisation comme le fait devnewton me parait un peu cavalier.

                        Linuxfr, le portail francais du logiciel libre et du neo nazisme.

                        • [^] # Re: De ce que je sache...

                          Posté par  . Évalué à 6 (+4/-1). Dernière modification le 04/06/21 à 07:46.

                          Les villes ne se sont pas créées purement pour le travail, mais aussi parce que les hommes sont sociaux et tendent à vouloir se regrouper.

                          T'as remarqué que dans un village de 100 habitants tout le monde se dit bonjour dans la rue lorsqu'ils se croisent? peux tu en dire de même pour Lyon ou Marseille?
                          Passé un certain seuil, ce n'est plus des humains sociables, mais des zombies qui se contrefoutent de leur prochain.

                          https://www.pierrepapier.fr/actualite/origine-de-la-ville/

                          Elle nait d’une révolution agricole qui, grâce à la captation, au détournement de l’eau, au lessivage des champs, à la pratique de la jachère et à l’hybridage des plantes, augmente très sensiblement les productions, orge et secondairement blé. Ce système à l’entretien très lourd, consomme beaucoup de main d’œuvre et procure progressivement des excédents. Donc des stocks, qu’il faut bien entreposer, conserver, comptabiliser, qualifier et défendre contre les envieux.

                          Je suis pas sur que les ptis jeunes sortis de la fac seront ravis à l’idée de vivre à la campagne avec pour seul sortie le pmu du village, pour prendre un exemple parmi tant d’autres.

                          Si la pression des logements diminues, tu trouveras plus facilement des logement pour tes bambins, et peut être leur éviter 1H de transport pour aller à la FAC (pour moi c'était 45 minutes aller 1H retour pour licence maitrise (transport en commun), et 40 minute de voiture pour le DESS (1H45 2H pour en transport, mais fallait viser en dehors des heures de pointes pour la voiture) par contre pour mon IUT que j'ai fais loin de Paris c'était 10 minutes à vélo car mes parents ont pu payer un logement pas trop loin; et pourtant je suis entre Paris et l'A86. Bref la pression pour les étudiants elle est déjà là; tout simplement parce que lorsque tes parents choisissent un logement ils sont infoutu de savoir si tu veux faire médecine, informatique, géologie ou archéologie.
                          et pour ne pas parler que de moi : https://etudiant.lefigaro.fr/article/en-ile-de-france-1-etudiant-sur-5-met-plus-d-une-heure-a-se-rendre-en-cours_4b489114-ab0b-11e6-b242-40cc78b98222/

                          C'est avant tout une question sécuritaire / économique.

                          Et l'idée c'est pas de passer d'une métropole vers une autre, mais plutôt de viser moins grand, comme Châteauroux, Limoges, Bourge…

                          Bref, c’est possible/probable que ça améliore un peu les choses, mais présenter ça comme la solution à tous les problèmes d’urbanisation comme le fait devnewton me parait un peu cavalier.

                          ça permet de bien relâcher la pression immobilière, réduire la pollution…

                          ça veut aussi dire que tu redynamise le tissus urbain, (moins de ville / quartier dortoirs)

                          Il ne faut pas décorner les boeufs avant d'avoir semé le vent

                          • [^] # Re: De ce que je sache...

                            Posté par  (site Web personnel) . Évalué à -6 (+3/-11).

                            T'as remarqué que dans un village de 100 habitants tout le monde se dit bonjour dans la rue lorsqu'ils se croisent?

                            Une telle contrevérité sur les villages de si bon matin, c'est hard.
                            (je n'ai peut-être pas compris la blague, vu qu'ensuite tu parles de villes de tailles moyennes)

                            • [^] # Re: De ce que je sache...

                              Posté par  . Évalué à 10 (+18/-2).

                              Une telle contrevérité sur les villages de si bon matin, c'est hard.

                              Si t'es aussi agréable dans la vie qu'ici, pas étonnant que personne ne veuille te dire bonjour.

                              La majeure partie des morts l'était déjà de son vivant et le jour venu, ils n'ont pas senti la différence.

                        • [^] # Re: De ce que je sache...

                          Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 10 (+12/-0).

                          Bref, c’est possible/probable que ça améliore un peu les choses, mais présenter ça comme la solution à tous les problèmes d’urbanisation comme le fait devnewton me parait un peu cavalier.

                          J'ai dit qu'on allait mieux se répartir, pas qu'on allait tous vivre à poil dans la forêt.

                          Si vous trouvez ce post offensant, je m'en excuse. Prévenez moi sur sur https://linuxfr.org/board/

                          • [^] # Re: De ce que je sache...

                            Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 7 (+5/-0).

                            C’est dommage, il faudrait au moins ça pour me faire quitter le confort de mon centre-ville !

                          • [^] # Re: De ce que je sache...

                            Posté par  . Évalué à 7 (+6/-1).

                            Ah si, parce que c'est le 21ème siècle, il n'y a pas de place pour les demi-mesures !

                            Tu suggères que le télétravail peut réduire suffisamment la pression immobilière des grands centres urbains, donc tu penses que les villes doivent disparaître.

                            C'est comme avec la nourriture : tu suggère que réduire la consommation de viande devrait permettre de réduire la maltraitance animale et la pollution liée à l'élevage intensif, donc tu affirmes que plus personne ne doit manger de viande. Jamais.

                            Ou si tu ose caresser l'idée qu'une personne de confession religieuse puisse aussi être un simple être humain, tu es toi-même partisan du terrorisme, de l'obscurantisme, de l'inquisition, etc.

                            C'est comme ça, c'est le 21ème siècle, le siècle des réseaux sociaux et de la seconde victoire - posthume - du minitel sur cyclades, cocorico !

                            • Yth. Oui, je raconte n'importe quoi, je sais.
                            • [^] # Re: De ce que je sache...

                              Posté par  . Évalué à -2 (+1/-5).

                              Ah si, parce que c'est le 21ème siècle, il n'y a pas de place pour les demi-mesures !

                              Bon, on va pas prendre les enfants du bon dieu pour des canards sauvages.
                              C’est pas moi qui sort des “reconfiguration immobilières”, des “avantages sociaux et économiques majeurs”, qui prédit la fin de l’entassement en ville et qui disparaît ensuite quand on fait remarquer que c’est pas si simple que ça.

                              Linuxfr, le portail francais du logiciel libre et du neo nazisme.

                              • [^] # Re: De ce que je sache...

                                Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 5 (+2/-0).

                                Pourtant c'est assez simple: dans mon coin< il y avait des bouchons monstres tous les matins et on faisait des déplacements en avion pour 2h de réunion. Depuis le télétravail généralisé, c'est terminé.

                                Le covid, la planète lui dit merci !

                                Si vous trouvez ce post offensant, je m'en excuse. Prévenez moi sur sur https://linuxfr.org/board/

                                • [^] # Re: De ce que je sache...

                                  Posté par  . Évalué à 1 (+1/-2).

                                  T'es sur que c'est grace au tele travail?
                                  Ou est ce que c'est parce que la moitié de la population reste terrée a la maison par peur de choper la chtouille?

                                  Depuis la Californie ou on a qq mois d'avance niveau vaccination, et ou on est a 2 doigts d'être 100% réouvert, tu vas être déçu si tu t'attends a ce que les bouchons ne reviennent pas.

                                  Linuxfr, le portail francais du logiciel libre et du neo nazisme.

                                  • [^] # Re: De ce que je sache...

                                    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 4 (+1/-0).

                                    T'es sur que c'est grace au tele travail?

                                    Les spécificités de mon coin< font que oui à 101%.

                                    Si vous trouvez ce post offensant, je m'en excuse. Prévenez moi sur sur https://linuxfr.org/board/

                        • [^] # Re: De ce que je sache...

                          Posté par  . Évalué à 5 (+4/-0). Dernière modification le 04/06/21 à 23:43.

                          Je suis pas sur que les ptis jeunes sortis de la fac seront ravis à l’idée de vivre à la campagne avec pour seul sortie le pmu du village, pour prendre un exemple parmi tant d’autres

                          C'est un peu péjoratif, ce point de vue sur la campagne. Il y a des tas dechoses intéressantes à faire. C'est juste qu'elles sont différentes de ce qui se fait en ville.

                          Puis si on passe d'un phénomène de "désertification" des campagnes vers un phénomène de repeuplement, certyaines choses peuvent avoir du sens (la campagne c pas un village de 100 habitants, à 200 km d'une petite ville).

                          Pis en parlant des facs, on va toujours les centraliser en ville, parce que c’est la qu’il y’a l’infrastructure dont on a besoin pour héberger qq milliers d’étudiants.

                          Quel sens avec le télé-apprentissage ? (poussons le truc à fond).

                          les hommes sont sociaux et tendent à vouloir se regrouper.

                          Oui, mais tu peux te regrouper sans tomber dans les extrêmes des grosses métropoles. Il y a des villes moins peuplées qui s'en sortent très bien.

            • [^] # Re: De ce que je sache...

              Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 6 (+4/-1).

              Avec le télétravail généralisé, on aura une reconfiguration matrimoniale: au lieu de faire des rencontres près du boulot, on niquera mieux sur tout le territoire.

              Si vous trouvez ce post offensant, je m'en excuse. Prévenez moi sur sur https://linuxfr.org/board/

      • [^] # Re: De ce que je sache...

        Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 5 (+5/-1).

        car les avantages sociaux et écologiques sont majeurs

        Tu peux préciser ?

        Sociaux

        Le télétravail déjà n'est possible que pour une tranche assez faible de personnes : emploi de bureau principalement, exit tous les autres.

        Égalité des traitements dans une même entreprise cela pose des soucis d'égalité de traitement avec des rancœurs pour ceux qui n'en ont pas la possibilité qui apparaissent déjà.

        Séparation vie privée / vie perso, respect des heures de travail : mes journées s'étalent de 5h30 à 19h30. Ben oui on ne bosse pas tous aux mêmes horaires, moi je suis très matinal, mes collègues beaucoup moins :-). Alors oui j'ai des trous, je peux faire des courses dans la journée, mais j'ai plus l'impression d'être toujours au travail qu'avant !
        Sur ce point c'est de l'ajustage avec l'employeur, ses collègues et ses clients, mais la situation

        Si cela se généralise…. on va devoir acheter ou changer d'appartement. Ce n'est pas tenable sur la durée : une personne à demeure à la maison.

        Écologique

        Pour mon cas perso :
        - quasi doublement de la consommation en gaz pour 2020/2021. Pas un soucis de coût, mais de consommation. Cela multiplié par le nombre de salariés, parce que bon on se gèle le cul à 17°C la journée. Les bureaux eux sont quand même chauffés. Et encore on a eu un hiver relativement doux.
        - économie de transports ? Oui et non. Plus de covoiturage les deux jours par semaine ou je vais sur site, donc je roule autant voir plus qu'avant. C'est surtout sur les loisirs que j'ai gagné du kilomètre ! Pas de virée dans les Vosges ou presque, moins de trajet pour voir les parents, les amis (mais rien à voir avec le télétravail)!

        En fait je me retrouve beaucoup dans cet article :

        https://www.20minutes.fr/planete/2883951-20201013-teletravail-bon-environnement-effets-rebonds

        Voilà c'est plaisant… mais loin d'être le modèle de travail dont je rêve !

        Jérôme.

        • [^] # Re: De ce que je sache...

          Posté par  . Évalué à 5 (+3/-0).

          quasi doublement de la consommation en gaz pour 2020/2021. Pas un soucis de coût, mais de consommation. Cela multiplié par le nombre de salariés, parce que bon on se gèle le cul à 17°C la journée. Les bureaux eux sont quand même chauffés. Et encore on a eu un hiver relativement doux.

          J'ai pas suivi pour la suite, mais au premier confinement on a baissé notre consommation d'électricité de 10% en France tout compris (⚡ Comment le confinement a changé la consommation électrique Française - Monsieur Bidouille).

        • [^] # Re: De ce que je sache...

          Posté par  . Évalué à 6 (+5/-0).

          Le télétravail déjà n'est possible que pour une tranche assez faible de personnes : emploi de bureau principalement, exit tous les autres.

          Si tu es dans une région ou la majorité de l'emploi est de l'emploi tertiaire, tu as quad même un impact globalement favorable pour une bonne partie de la population. Et par effet ricochett, tout le monde peut en profiter (moins d'embouteillages, transports moins bondés, etc …). Et je dirais que ce n'est pas parce que certains ne peuvent pas profiter du télétravail qu'il faut le mettre de côté.

          Égalité des traitements dans une même entreprise cela pose des soucis d'égalité de traitement avec des rancœurs pour ceux qui n'en ont pas la possibilité qui apparaissent déjà.

          Ca c'est un prétexte de celui qui n'est jamais content … Pourquoi empêcher le télétravail parce que certains seraient jaloux de ne pas pouvoir le faire ?

          Séparation vie privée / vie perso, respect des heures de travail

          Ca peut être un problème mais ça se gère.

          mes journées s'étalent de 5h30 à 19h30. Ben oui on ne bosse pas tous aux mêmes horaires, moi je suis très matinal, mes collègues beaucoup moins :-).

          Et ? En quoi ça t'oblige à étaler tes journées ? Quel est le rapport avec le télétravail ? C'est exactement pareil en présentiel …

          Alors oui j'ai des trous, je peux faire des courses dans la journée, mais j'ai plus l'impression d'être toujours au travail qu'avant !

          Pourquoi ? En présentiel t'as la possibilité de le faire ?

          • économie de transports ? Oui et non. Plus de covoiturage les deux jours par semaine ou je vais sur site, donc je roule autant voir plus qu'avant.

          maiuvaise organisation/changer organisation ? Changer les jours de présence pour poyuvoir faire du covoiturage ? JE sais pas, il doit y avoir des solutions non ? Peut-être pas durant le cas de télétravail durant la pandémie mais dans d'autres circonstances il doit bien y avoir des choses à faire ?

      • [^] # Re: De ce que je sache...

        Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 5 (+4/-0).

        "Le gouvernement devrait forcer la main aux entreprises, car les avantages sociaux et écologiques sont majeurs."

        La température n'est pas encore montée assez haut que pour que cela arrive au cerveaux de nos politiciens. Il faudrat attendre le désastre, comme le cerveau humain ne réagit que lorsqu'il se sent physiquement en danger. Il est incapable de voir un danger futur (retardé à 30 ans comme avec le changement climatique).

  • # Why not both ?

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 2 (+1/-1).

    Perso, les 2 (voir plus).

    J'aime bien de temps en temps faire un passage au bureau, se retrouver avec les autres pour jouer à des jeux de plateaux, changer de décor, avoir une discussion à la machine à café (ou je bois de l'eau) sur les derniers sujets, ou simplement avoir la clim. Avoir un endroit ou on peut parler de choses qui doivent rester interne et privé, avoir une certaine cohérence d'équipe, ne pas se sentir comme un pion isolé.

    J'aime bien aller voir ailleurs si j'y suis, voir des gens d'autres bureaux dans d'autres locaux, plus ou moins loin. Voir que le café est meilleur ailleurs, que d'autres capitales européennes sont plus chouettes que Paris et me redemander encore pourquoi j'y reste, alors que je pourrais aller la bas et que mon travail me suivrait.

    J'aime bien bosser seul de chez moi, me lever tard, prendre un café pas terrible, zoner un peu, faire une pause pour faire du sport ou prendre une douche quand je veux. Je suis pas marié à mon boulot, je peux prendre du temps pour moi à ma convenance.

    J'aime bien bosser dans un espace de coworking, retrouver des gens qui ne pourraient pas bosser chez moi car c'est trop loin (et trop en bordel), ou à mon bureau car mon bureau est un peu jaloux, et on peut plus trop gruger avec le badge dans les nouveaux locaux comme avant. Alors à la place, on se retrouve avec d'autres personnes dans la même situation. C'est souvent les mêmes problèmes d'openspace, bien sur, car rien ne ressemble à un bureau qu'un autre bureau. Mais ça change quand même.

    Le monde entier te dit que bosser, c'est un salarié et un bureau et que remettre ça en cause, ça va être la fin de la société.

    Mais le travail, ça peut être d'autres choses en dehors de ce cadre normatif établi. Ça peut être un accord avec ta boite d'aller voir d'autres locaux. De venir quand chacun en a besoin ou envie. Ça peut être deux salariés qui se retrouvent à faire des choses ensemble chez l'un ou l'autre sans que le travail est à redire. Des gens du même rôle, des gens de rôles différents. Tant que c'est entre des salariés consentants, c'est le principal.

    Ça n'est pas forcément "télétravail tout le temps" ou "jamais". Et télétravail, ça veut pas dire "travail la ou est la télé", mais tellement de choses.

    Bref, j'aime bien avoir le choix et la liberté, ne pas me limiter à 1 façon de faire et 1 modalité.

    Mais je comprends que tout les employeurs ne sont pas ouvert sur ça, et perso, je suis content que le mien le soit. Je comprends aussi que tout le monde n'aime pas, que ç'est stressant de sortir du cadre, qu'on a des anxietés. Est ce que ma cheffe va continuer à vouloir rester avec moi si je vais voir ailleurs ? Est ce que ma cheffe en télétravail veut vraiment de moi si elle ne vient pas au bureau ?

    Ici, la question se pose pas trop. Mon chef est en Californie, sa cheffe est en Floride, mon collègue direct est à Tokyo.

    On est déjà dans des relations de travail longue distance.

    Que je soit à Ankara, Berlin ou Porto, la différence pour eux est juste le fond d'écran de ma vidéo conférence.

    • [^] # Re: Why not both ?

      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 4 (+2/-0). Dernière modification le 03/06/21 à 11:19.

      Que je soit à Ankara, Berlin ou Porto, la différence pour eux est juste le fond d'écran de ma vidéo conférence.

      Même pas.
      (grâce aux fond d'écran de ta vidéo conférence que tu peux mettre identique partout, juste quelques clics pour sélectionner un fond qui n'est pas celui réel, enfin si tes outils ont cette fonctionnalité; perso je préfère flouter mon fond réel pour pas qu'on remarque trop le bazar que mes enfants ont fait et que je n'ai pas pris le temps de ranger et que je n'aime pas trop les décors artificiels mais plein de collègues utilisent le même fond partout où ils sont).

      • [^] # Re: Why not both ?

        Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 2 (+0/-0).

        Oui, mais j'aime pas la qualité que ça donne.

        Un VP chez nous a visiblement un fond vert pour les réunions en visoconférence (ou justement invisiblement), ç'est bien mieux.

        Mais je suis partisan de voyager léger, et pas assez à fond pour me trimballer avec un fond vert à travers l'Europe, c'est 1) encombrant 2) moyennement coûteux.

        • [^] # Re: Why not both ?

          Posté par  . Évalué à 4 (+1/-0). Dernière modification le 03/06/21 à 11:51.

          Avec un fond vert et obs studio tu peux faure une visio le matin au sommet de l'everest et l'après-midi au Machu-Pichu.

          Les systèmes utilisant l'ai donnent un rendu affreux.

          • [^] # Re: Why not both ?

            Posté par  . Évalué à 3 (+2/-0).

            Comment tu fais pour envoyer ton flux OBS vers ton outil de conf genre teams ? En installer un pilote de webcam virtuelle ? (pas possible sans droits d'admin sur le poste malheureusement)

            • [^] # Re: Why not both ?

              Posté par  . Évalué à 4 (+1/-0). Dernière modification le 03/06/21 à 16:57.

              Oui via une webcam virtuelle. Aucune idée de comment ça marche sous windows et s'il faut un driver, je ne l'ai utilisée que sur mon laptop pro sous Fedora.

              De mémoire windows 10 est fourni avec plus de drivers qu'à l'époque de xp et il y a pleins d'apppareils que tu as nuste à brancher pour que ça fonctionne donc je pense que même sans être admin ça peut valoir le coup de tester.

        • [^] # Re: Why not both ?

          Posté par  . Évalué à 4 (+2/-0).

          Je viens de repeindre mon bureau en vert, je vais voir ce que ça donne :-)

          L'étape d'après c'est de trouver un fond qui ressemble aux parpaings nus que j'ai derrière moi au bureau.

  • # approximation trompeuse

    Posté par  . Évalué à 10 (+8/-0).

    Le 9 juin ce n'est pas la fin du télétravail, c'est la fin du 100 % télétravail obligatoire pour les gens qui peuvent télétravailler.

    Ce qui veut dire qu'à partir du 9 juin, beaucoup de gens pourront continuer à beaucoup télétravailler. Et que ceux qui ne supportent plus le télétravail pourront revenir au moins plusieurs jours par semaine à leur bureau.

    Tout ça bien sûr jusqu'à ce que le 4e vague de l'épidémie n'oblige à renvoyer tout le monde à la maison. Le R0 est déjà en train de remonter vers 1.

    • [^] # Re: approximation trompeuse

      Posté par  . Évalué à 0 (+5/-7).

      Tout ça bien sûr jusqu'à ce que le 4e vague de l'épidémie n'oblige à renvoyer tout le monde à la maison. Le R0 est déjà en train de remonter vers 1.

      Ca ne rentre pas en contradiction avec l'efficacité, apparemment avérée, des vaccins ?

      La majeure partie des morts l'était déjà de son vivant et le jour venu, ils n'ont pas senti la différence.

      • [^] # Ha les antivax et la science...

        Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 10 (+16/-7). Dernière modification le 03/06/21 à 12:48.

        On sait que tu es antivax, mais comment dire sans "insulter"… tu mêles les maths (statistiques) la dedans… Si on te démontres que ton préjugé est merdique, tu arriveras à te défaire de tes préjugés?

        Allez, pour le fun, prenons les faits :
        - vaccins efficaces à 95% (20x moins d’infections… Allez, je suis gentils avec tes préjugés inventés de toutes pièce, je prend le chiffre de sauvetage des morts, les vaccins ayant l'air d'avoir le même effet sur la propagation mais si n'est qu'un gain collatéral)
        - 13% des gens vaccinés (2ème dose + 2 semaine pour l'effet)
        - Ouverture des bars etc…
        - R0 avant ouverture autour de 0.8 avant ouverture, 0.9 après (je prend large, très large le 0.84 sur 7 jours)

        Tu… non, rien, vraiment tu ne vois pas que 13% ce n'est pas assez, qu'il y un changement dans ce qui est permit qui changerai le R0 sans vaccin?
        Allez, pour faire simple supposons que les non vaccinés passent de 0.8 à 1 de R0
        le R0 moyen devient 1 (R0) x 87% (non vaccinés) + 0.05 (R0 vaccinés) x 13% = 0.87, tien ça passe bien le vaccin aide.
        Et si on vaccinait 90%?
        Le R0 aurait été de 1 (R0) x 10% + 0.05 x 90% = 0.15

        Pour info les plus avancés comme Israël ouvrent encore plus car peuvent justement se le permettre grâce au vaccins. le RU est à la limite un contre-exemple mais de la connerie d'avoir presque tout ouvert trop tôt (R0 non vaccinés qui explose et n'est pas compensé par le taux de vaccination) et variants (R0 vaccinés qui monte aussi car le vaccin le plus filé est moins efficace, sans être non efficace).

        Donc NON, absolument pas, n'importe qui qui est un peu curieux sur la RÉALITÉ peut conclure que ce n'est pas en contradiction avec l'efficacité, maintes fois démontrée scientifiquement et qui est "apparente" que pour qui ne veut pas se renseigner sur la réalité, des vaccins.

        J'imagine que maintenant que tu te rends compte que les antivax te pourrissent la tête par des peurs et des préjugés tu arrêteras ces phrases qui veulent laisser un doute et militeras pour la vaccination.

        PS : une 4ème vague est possible même avec 90% de vaccinés, si le R0 des non vaccinés passe par exemple à 10, ça donne 10 x 10% + 0.5 x 90% = 1.45… Le vaccin n'est pas un miracle à 100%, il aide fortement mais jamais personne n'a dit que c'était à 100%. Je vois venir les antivax qui diront que le vaccin est inefficace car blabla que jamais personne n'a dit. Mais ça aide fortement à éviter des confinements.

        PPS : les vaccinés, n'oubliez pas que l’efficacité est de 95% (mais aussi peut-être moins on propagation) et non 100%, continuez à garder les gestes barrières, même si les antivax se moquent de vous juste parce qu'ils n'ont rien compris dans le principe que personne n'a dit que c'était une potion de 100% de protection et encore moins de propagation.

        • [^] # Re: Ha les antivax et la science...

          Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 5 (+3/-0).

          PS : une 4ème vague est possible même avec 90% de vaccinés, si
          le R0 des non vaccinés passe par exemple à 10, ça donne 10 x
          10% + 0.5 x 90% = 1.45… Le vaccin n'est pas un miracle à 100%,
          il aide fortement mais jamais personne n'a dit que c'était à
          100%. Je vois venir les antivax qui diront que le vaccin est
          inefficace car blabla que jamais personne n'a dit. Mais ça
          aide fortement à éviter des confinements.

          Le R0 du virus était à 2.5 avant qu'on adopte la moindre mesure (et la moindre vaccination donc dans un état non vacciné).

          Pour que ça passe à 10, il va falloir soit une mutation qui augmente la viralité par 4. Le virus ne va pas changer sa façon de se propager, c'est assez improbable.

          Et il faudrait aussi des changements assez radicaux dans la société (genre que les non vaccinés se retrouve tous entre eux, et fasse, je sais pas, une orgie pendant 3 semaine, ce genre de trucs), car pour que le R0 soit à 10 sur une population donné, il faut bien que chaque personne en contamine 10, donc que les non vaccinés se retrouvent entre eux assez longtemps en assez grand nombre et de façon systématique dans les conditions les plus défavorable.

          Je pense qu'on en est pas la encore, mais je comprends bien que c'est un exemple (et je vais continuer à garder mon masque).

          • [^] # Re: Ha les antivax et la science...

            Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 6 (+5/-1).

            Le R0 du virus était à 2.5 avant qu'on adopte la moindre mesure (et la moindre vaccination donc dans un état non vacciné).

            à 3 en FR, voire 3.5 pour les USA ;-).

            Le virus ne va pas changer sa façon de se propager, c'est assez improbable.

            Les variants semblent bien plus violents cf la 3ème vague et ce qui se passe en ce moment en UK (deux fois, une fois avec le variant à leur nom et une fois avec le variant au nom d'une de leur ancienne colonie) me font penser que 10, soit ~3x plus contaminant que la souche originale, n'est pas si impossible même déjà maintenant… Mais on n'a pas assez de stats sur le sujet pour en être sûr, certes (et je ne souhaite à aucun pays de vouloir essayer pour voir).

            mais je comprends bien que c'est un exemple

            Tout à fait, j'aurai pu faire moins caricatural genre 65% (cas du plafond d’Israël) de vaccinés à cause des antivax et alors utiliser un R0 de 3 (cas tout ouvert) qui donne 3 x 0.35 + 0.15 x 0.65 = 1.15 suffisant pour pourrir la vie, mais l'idée était de dire que même très vacciné ça ne suffit pas forcément si les variants jouent avec nous.

            En pratique, maintenant je lis souvent (genre Fauci qui a de bonnes stats bien plus précises en stock) qu'il faut atteindre genre 80% de vaccinés pour être assez tranquille… Car le R0 "tout ouvert" doit être bien supérieur à 3 avec les variants.

            • [^] # Re: Ha les antivax et la science...

              Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 3 (+1/-0).

              Tout à fait, j'aurai pu faire moins caricatural genre 65% (cas
              du plafond d’Israël) de vaccinés à cause des antivax et alors
              utiliser un R0 de 3 (cas tout ouvert) qui donne 3 x 0.35 + 0.15
              x 0.65 = 1.15 suffisant pour pourrir la vie, mais l'idée était
              de dire que même très vacciné ça ne suffit pas forcément si les
              variants jouent avec nous.

              Pour Israel, je pense qu'il n'y a pas que les antivaxxs, bien que ça doit y contribuer. Dans une discussion précédente, on a vu que les non vaccinés contre la rougeole était de 5%, ce qui laisse croire qu'il n'y a pas d'antivaxx que ça. Et je pense qu'il y a aussi la question de la bande de Gaza et de ses habitants, les inégalités et la défiance vis à vis du pouvoir due aux tensions et les discriminations envers une partie des juifs Mizrahim par une partie des Ashkénazes.

              En pratique, maintenant je lis souvent (genre Fauci qui a de
              bonnes stats bien plus précises en stock) qu'il faut atteindre
              genre 80% de vaccinés pour être assez tranquille… Car le R0
              "tout ouvert" doit être bien supérieur à 3 avec les variants.

              Est ce que le 80% prends en compte aussi les gens qui ont une immunité naturel suite à une infection ?

              Si j'en crois les stats en France, il y a eu ~5 millions d'infections, 100 000 morts, donc 4.9 millions de survivants (avec ou sans séquelle, c'est pas trop la question). On peut supposer qu'une part des 4.9 millions sont immunisés (mais on sait pas encore combien de temps ni avec quel proportion), et potentiellement non vaccinés (pareil, on a pas de chiffres).

              Donc ça fait entre 0 et 8% de différence, ce qui n'est pas rien.

              De plus, le fameux R0 dépend aussi des conditions. Je suppose que c'est plus grand à Paris dans un centre commercial pendant les soldes que pendant une balade dans la Creuse, je ne sais pas si ça a du sens d'avoir un chiffre pour tout le territoire et pour déterminer le futur.

        • [^] # Re: Ha les antivax et la science...

          Posté par  . Évalué à 4 (+3/-0).

          PPS : les vaccinés, n'oubliez pas que l’efficacité est de 95% (mais aussi peut-être moins on propagation) et non 100%, continuez à garder les gestes barrières, même si les antivax se moquent de vous juste parce qu'ils n'ont rien compris dans le principe que personne n'a dit que c'était une potion de 100% de protection et encore moins de propagation.

          Attention aussi : le taux de protection n'est pleinement atteint qu'une fois que le vaccin a fait son effet. À ce que j'ai compris1 il commencerait à décoller à partir de 2 semaines après la 1ère dose pour arriver à son maximum 2 semaines environ après la seconde.


          1. Source : recherche sur le web. L'info a l'air reprise par plusieurs médias. Des éléments (le début de protection vers j14) apparaissent dans ce rapport de la HAS. J'ai la flemme de chercher plus. Et il est l'heure, je retourne au boulot dans la pièce d'à côté. 

        • [^] # Re: Ha les antivax et la science...

          Posté par  . Évalué à 10 (+12/-1). Dernière modification le 03/06/21 à 14:34.

          On sait que tu es antivax

          Je suis vacciné, j'ai fait ma deuxième dose en début de semaine, tu peux arrêter de raconter des conneries stp ?

          Tu ne sais pas grand chose mais tu es bien prompte à affirmer n'importe quoi, comme souvent.

          La majeure partie des morts l'était déjà de son vivant et le jour venu, ils n'ont pas senti la différence.

          • [^] # Re: Ha les antivax et la science...

            Posté par  . Évalué à 3 (+1/-0).

            Il a pris ton mème au premier degré ou t'as confondu avec zurvan

          • [^] # Re: Ha les antivax et la science...

            Posté par  (site Web personnel) . Évalué à -3 (+3/-8). Dernière modification le 03/06/21 à 16:22.

            Prendre un truc que tu ne considères pas comme utile ("apparemment avérée" bien clair sur ne pas croire à une utilités, et le reste de la phrase aussi) alors qu'il y a toujours un petit risque à se faire injecter, mes excuses je n'étais pas prêt à une telle "logique".

            Peut-être devrais-tu éviter les excuses pourries classiques des antivax pour ne pas se faire piquer (ou cette formulation qui dit le contraire de ce que tu penses) si tu ne les pense pas.

            • [^] # Re: Ha les antivax et la science...

              Posté par  . Évalué à 7 (+6/-1).

              Visiblement tu es expert en vaccination, pas moi. Je me fie au consensus scientifique, consensus qui va largement dans le sens de l'efficacité des vaccins.

              Comme je ne suis pas expert, je n'affirme pas, pas plus que je n'infirme.

              Ma question n'avait rien d'antivax, c'était une vraie interrogation : si le vaccin est efficace (et il semble l'être, j'appuie là-dessus puisque tu n'as pas l'air de saisir que je crois en l'efficacité des vaccins du fait du consensus scientifique et des observations qu'on peut faire dans les pays qui ont mené une importante campagne vaccinale, comme Israel) alors pourquoi est-ce que le R0 remonterait ? Sous-entendu, plus la couverture vaccinale sera importante, moins le virus devrait circuler donc le R0 devrait tendre à la baisse.

              Est-ce que tu préfères cette formulation ou tu es juste dans une volonté de confrontation avec moi ?

              La majeure partie des morts l'était déjà de son vivant et le jour venu, ils n'ont pas senti la différence.

              • [^] # Re: Ha les antivax et la science...

                Posté par  . Évalué à 7 (+6/-1).

                Si le R0 remonte c'est parce que d'un coté la part des vaccinés complets est encore faible et de l'autre il y a relâchement dans l'application des mesures barrières depuis le déconfinement.

                • [^] # Re: Ha les antivax et la science...

                  Posté par  . Évalué à 4 (+3/-0).

                  C'est probablement un peu simpliste mais il me semble que l'on peut modéliser le R0 comme le produit de plusieurs coefficient variant avec le temps. Par exemple,

                  R(t) = Rv(t) * Ce(t) * Cc(t) * Cd(t) * Ci(t)

                  avec

                  Rv(t) = Taux de reproduction de base pour les variants en circulation à l'instant t.

                  Ce(t) = Coefficient environnemental (climat, température, humidité, vent, …)

                  Cc(t) = Coefficient culturel (vacances, us et coutumes, …)

                  Cd(t) = Coefficient de distanciation sociale (confinement, masques, …)

                  Ci(t) = Coefficient d'immunité (naturelle ou vaccins)

                  La vaccination n'affecte que le coefficient d'immunité. Au vue des chiffres de la vaccination, Ci(t) doit actuellement être proche de 0.8 et il diminue d'environ 0.02 par semaine. Pendant les 2 semaines suivant le déconfinement, Ci(t) a donc du diminuer d'environ 0.04 (4%) alors que le Cd(t) augmentait sensiblement. Le temps était plutôt humide avant le 19 mai donc on peut aussi supposer que le Ce(t) a changé significativement avec le retour du soleil (en bien ou en mal?).

                  Il n'y a donc aucune incohérence dans le fait que R(t) remonte temporairement alors que le Ci(t) diminue.

              • [^] # Re: Ha les antivax et la science...

                Posté par  . Évalué à 3 (+3/-2).

                Comme je ne suis pas expert, je n'affirme pas, pas plus que je n'infirme.

                Je suis curieux, tu fais toujours ça, ou ça dépend des circonstances ?

                Est-ce que tu dis "La forme approximative de la Terre est une sphère", ou "La forme approximative de la Terre est apparemment une sphère" ?

                Tous les nombres premiers sont impairs, sauf un. Tous les nombres premiers sont impairs, sauf deux.

            • [^] # Re: Ha les antivax et la science...

              Posté par  . Évalué à 10 (+12/-2).

              He, mec détends ton string un peu.
              Ça fait 2 personnes a qui tu prends la chou dans ce journal et contre qui tu fait un homme de paille à partir de franchement pas grand chose.

              Linuxfr, le portail francais du logiciel libre et du neo nazisme.

      • [^] # Re: approximation trompeuse

        Posté par  . Évalué à 2 (+1/-1).

        Le vaccins n'est efficace que si il est inoculé. Dans le flacon il est inefficace ;)

        Et si j'en crois les données, seulement 40% de la population a reçu une première dose.

        L'immunité grégaire étant atteinte à 70% IIRC.

    • [^] # Re: approximation trompeuse

      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 4 (+2/-0).

      Alors je regarde ça tout les jours sur covidtracker, et j'ai l'impression que ça oscille entre 0.8 et 0.9 assez régulièrement.

      Ce matin, c'est à 0.81, et j'ai jamais vu aller en dessus. Mais j'ai souvenir d'avoir vu du 0.87 la semaine dernière, ou du 0.83.

      Et si on regarde l'année dernière, l'été (déconfiné) a été particulièrement bas. Je sais pas si c'est parce que les enfants ne sont pas à l'école, ou si c'est parce que les gens sont dehors (ou plus de soleil, moins de fatigue), mais je pense que ça a joué beaucoup.

      Donc peut être que d'ici la fin de l'été, on va avoir assez de gens vaccinés pour que des mesures plus sévères soient requises.
      (quand on regarde aussi les projections, on a pas encore atteint de plateau comme aux USA ou en Israël, mais peut être que c'est pour ça qu'on avance l'ouverture des vaccins aux populations plus jeunes).

      • [^] # Re: approximation trompeuse

        Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 3 (+2/-1).

        on va avoir assez de gens vaccinés pour que des mesures plus sévères soient requises.

        L'inverse non?

        mais peut être que c'est pour ça qu'on avance l'ouverture des vaccins aux populations plus jeune

        Mais absolument pas : c'est juste pour de l'électoralisme et du populisme que de laisser des électeurs vacciner leurs enfants, pour le reste c'est contre-productif en France : on n'a pas encore vacciné tous les adultes qui le veulent, ni les adultes qui ne veulent pas, et ceux-la ont plus de risques de mourir, autoriser les 12-17 avant que les adultes plus à risques soient vaccinés est faire passer la politique avant les vies humaines. Et on préfère attaquer les enfants plutôt que d'affronter les antivax pour atteindre l’immunité collective, une fuite devant les responsabilité.

        Israël et USA ont d'autres d'autres soucis que nous, car ils ont assez de vaccins contrairement à nous (la question sur prioriser les plus à risque qui veulent le vaccin ne se pose pas) et une population antivax plus nombreuse (et comme en France les gouvernement préfèrent viser les enfants d'adultes convaincus que les antivax).

        • [^] # Re: approximation trompeuse

          Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 4 (+2/-0).

          L'inverse non?

          Oui, désolé, je suis pas vraiment réveillé

          on n'a pas encore vacciné tous les adultes qui le veulent, ni
          les adultes qui ne veulent pas,

          Alors ceux qui le veulent pas, soit on force, soit on attends. Forcer ne semble pas à l'ordre du jour, donc il ne reste qu'attendre.

          Mais je ne parle pas des 12/17 ans, mais du fait que le planning initial, c’était "tout les adultes à partir de mi juin", et qu'il a été avancé de 2 semaines. J'ai trouvé un RDV il y a 2j pour demain en RP (et j'ai pas eu à rafraîchir toute les 5 minutes pendant 3h pour ça). Mon voisin a trouvé un RDV encore plus proche sans souci, une amie a réussi depuis la Tunisie en 10 minutes (pour dimanche, elle a trouvé ça hier ou avant hier,et elle revient samedi).

          Et on a déjà ouvert aux personnes à risque. Sans vouloir dire que tout le monde a pu en avoir, je ne connais personne autour de moi qui voulait se faire vacciner et qui n'a pas réussi dans un temps raisonnable (en étant autorisé). Et je connais quelques personnes qui voulaient plus vite que moi, et qui ont réussi avec assez de persévérance (genre, une qui a pris rdv à 17h30 pour que ça se termine vers 18H pour que sa femme puisse être vacciné avec les doses qui restent).

          Donc je n'ai pas le sentiment qu'il y a un tel rush en ce moment même si lundi soir, j'ai vu des RDV disparaître sous mes yeux 3 fois d'affilés.

          Israël et USA ont d'autres d'autres soucis que nous, car ils
          ont assez de vaccins contrairement à nous (la question sur
          prioriser les plus à risque qui veulent le vaccin ne se pose
          pas) et une population antivax plus nombreuse (et comme en
          France les gouvernement préfèrent viser les enfants d'adultes
          convaincus que les antivax).

          Alors les USA, il y a un autre souci (en plus des antivaxx), c'est que les gens n'arrivent pas à croire que le vaccin est gratuit.

      • [^] # Re: approximation trompeuse

        Posté par  . Évalué à 2 (+1/-0).

        La page https://fr.wikipedia.org/wiki/Statistiques_sur_la_pand%C3%A9mie_de_Covid-19_en_France contient un graphique montrant l'évolution du taux de reproduction depuis le début de l'épidémie.

        Il y a aussi https://www.gouvernement.fr/info-coronavirus/carte-et-donnees#situation_epidemiologique-taux_de_reproduction_effectif

        Les données brutes sont disponible au format CSV dans https://www.data.gouv.fr/fr/datasets/indicateurs-de-suivi-de-lepidemie-de-covid-19/

        Pour le R0, la dernière valeur officielle est vieille d'environ 2 semaines. C'est probablement parce que l'effet des contaminations ne se fait sentir qu'après plusieurs jours ou semaines (tests, appels aux urgences, hospitalisations, …).

        Il y a effectivement eu une remontée de 0.77 à 0.88 après la fin du confinement mais s'était à prévoir. Il n'est pas totalement impossible que le R0 remonte temporairement jusqu'à 1.0 si les mesures de distanciation sociales se relâchent trop. Toutefois, avec le rythme actuel des vaccinations (environ 15% par mois), je parierai quand même sur une baisse sensible du R0 au cours de l'été (avec de légères fluctuations en fonction de la météo et d'autres facteurs plus ou moins identifiés).

        • [^] # Re: approximation trompeuse

          Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 3 (+2/-1).

          Ensuite, un autre point important, c'est que le R0 est important pour juger de létat d'une épidémie, mais le nombre de personnes malades à un moment T aussi.

          1 malade sur 100 avec un R0 de 2, c'est moins dangereux à court terme que 50 malades sur 100 avec un R0 de 0.1.

          • [^] # Re: approximation trompeuse

            Posté par  . Évalué à 4 (+3/-0).

            En effet. D'ici quelques mois, quand le nombre de cas sera quasiment nul, le R0 perdra de sa pertinence.

            Outre le R0, il y a un graphique qui, me semble t'il, illustre bien l'efficacité de la vaccination massive sur les + de 60 ans. https://covidtracker.fr/covidtracker-france/#heatMapIncidence

          • [^] # Re: approximation trompeuse

            Posté par  . Évalué à 5 (+3/-0).

            Pour le développement de l'épidémie, ce n'est pas le nombre de malades qui est important, c'est le nombre de contaminateurs. Et, franchement, le court terme n'a pas beaucoup d'importance quand l'évolution est parfaitement prévisible et exactement inverse de ce que tu sembles dire. Même avec 1% de contaminateur, si le R0 est égal à 2 les contaminations vont très rapidement exploser, alors que si le R0 est égal à 0,1 l'épidémie va s'éteindre.
            En plus avec un R0 de 2 la notion de court terme mériterait d'être discutée : quelques heures, quelques jours ou quelques semaines. Avec R0 = 2 je pencherais plutôt sur quelques heures. S'il faut 1 heure à un contaminateur pour contaminer son entourage, le nombre de cas double toutes les heures. Heureusement que la densité de la population n'est pas suffisamment forte pour que le rythme de contamination se maintienne à ce niveau.

            • [^] # Re: approximation trompeuse

              Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 3 (+1/-0).

              C'est vrai, mais le nombre de contaminateurs est intuitivement proportionnel aux nombre de malades (sans doute pas de façon constante).

              Et je suis d'accord que la notion de court terme mérite d'être plus explicite, tout comme la durée de la contamination. C'est le point que j'essaye de pointer, à savoir qu'il faut plus qu'un chiffre pour résumer des dynamiques complexes.

              Il y a aussi le délai entre être contaminé et être contaminateur (j'ai souvenir d'une semaine de délai), et entre être contaminé et le savoir (apparition de symptôme, par exemple).

              Si on regarde covidtracker aujourd'hui, il y a bien plus de départements en orange ce soir ce que ce matin, et c'est pas bon.

              Pourtant, le fameux R0 est à 0.8, un peu plus bas que ce matin (mais peut être que mon hypothése d'avoir une mise à jour atomique du snapshot de la france ne se justifie pas).

              Si on regarde la carte de l'évolution des cas sur 7j, on voit que la France est au couleur de son drapeau, mais pareil, ça veut pas dire toujours grand chose. Par exemple, la corse du sud grimpe vite, mais passe de 5 à 7 cas.

            • [^] # Re: approximation trompeuse

              Posté par  . Évalué à 4 (+3/-0).

              De mémoire, il me semble que pour la COVID 19 la période du R0 est d'environ 10 jours. C'est parce que l'incubation est d'environ 1 semaine et que l'on est contagieux pendant 1 semaine. En moyenne, il y a donc 1.5 semaines (~10 jours) entre 2 générations de contaminés.

              En pratique cela signifie que pour un R0 de 2 le nombre de contaminé devrait doubler en 10 jours.

              Par exemple, dans les 2 semaines avant le pic de Novembre 2020, le R0 était d'environ 1.5 et le taux d'incidence a doublé en une quinzaine de jours (soit 1.5 générations): 1.51.5 = 1.84

              PS: Cette période est différente pour chaque virus et j'imagine qu'elle change aussi en fonction des variants.

              PPS: Les nombres ci-dessus sont probablement faux. Il y a sûrement des études précises sur le sujet mais j'ai la flemme de chercher. C'est peut être 8 ou 12 jours. En tout cas, ce n'est certainement pas quelques heures.

    • [^] # Re: approximation trompeuse

      Posté par  . Évalué à 7 (+5/-0). Dernière modification le 03/06/21 à 13:17.

      C'est aussi vraisemblablement la fin du télétravail tout court pour ceux qui ont un chef qui pense qu'un subalterne qu'on ne voit pas est un subalterne qui ne travaille pas.

      • [^] # Re: approximation trompeuse

        Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 5 (+3/-0).

        Dilbert : (j'ai pas trouvé le lien)

        Les incapables ont les mets à l'encadrement, c'est la ou ils font le moins de dégat

        le télétravail pose un gros probléme à certains managers, c'est la preuve par l'exemple que leur inutilité est flagrante.

        Un chef qui ne sait faire que 'chef' sans sulbaterne c'est comme un PC sans CPU … inutile

        Après il y a les 'chefs' qui savent faire des choses, prennent les devants, vont au front devant le client … mais qui 'deleguent' rapidement des que cela tourne au vinaigre.

        Bref je me souviens d'avoir lu dans les 'lois de l'informatique' il y a longtemps quelque chose comme :

        Le coefficient d'efficacité d'une équipe est égale à la racine carrée du nombre de personnes composants l'équipe.
        Moralité : l'équipe idéale est composé d'une personne …

        • [^] # Re: approximation trompeuse

          Posté par  . Évalué à 4 (+3/-0).

          Racine carrée étant une fonction strictement croissante, plus la taille de l'équipe augmente plus l'efficacité augmente dans ce cas.

        • [^] # Re: approximation trompeuse

          Posté par  . Évalué à 3 (+2/-0).

        • [^] # Re: approximation trompeuse

          Posté par  . Évalué à 4 (+4/-2).

          le télétravail pose un gros probléme à certains managers, c'est la preuve par l'exemple que leur inutilité est flagrante.

          Je te trouve très rude. Quand ton travail est de l'encadrement et que tu ne l'a jamais pratiqué qu'en présentiel, c'est un gros challenge de passer en remote complet. Bien plus difficile que le travail de production.

          Ça ne veut pas dire que ce sont tous des anges, mais qu'avant d'envoyer de tonitruant "la preuve qu'ils ne servent à rien" on peut leur accorder un peu d'empathie. On en a tous besoin

          • [^] # Re: approximation trompeuse

            Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 5 (+5/-1).

            "Avant d'envoyer de tonitruant "la preuve qu'ils ne servent à rien" on peut leur accorder un peu d'empathie. On en a tous besoin."

            Avant: les managers passaient leur journées en réunions
            Pendant: les managers passent leurs journées en réunions (visioconférences)
            Après: les managers passent leurs journées en réunions

          • [^] # Re: approximation trompeuse

            Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 1 (+2/-3).

            Sans compter que pour beaucoup de boites, il n'y a pas eu de formation adapté pour les dits managers, qu'ils ont du se retrouver aussi dans des conditions moisies comme les autres, etc.

          • [^] # Re: approximation trompeuse

            Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 4 (+2/-0).

            Je te trouve très rude.

            je sais, et désolé, mais c'est plus une manière de me défouler qu'autre chose.

            D'un autre coté tu ne connais pas mes "managers" … même si ce sont des personnes qui ont un réel coté humain indéniable, globalement ils sont restés bloqués dans le début des années 2000, ce qui est dommage.

            • [^] # Re: approximation trompeuse

              Posté par  . Évalué à 2 (+1/-1).

              je sais, et désolé, mais c'est plus une manière de me défouler qu'autre chose.

              Ça n'est pas de tes managers qu'il était question (je comprends le défoulement).

              • [^] # Re: approximation trompeuse

                Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 4 (+2/-0).

                mais qu'avant d'envoyer de tonitruant "la preuve qu'ils ne servent à rien" on peut leur accorder un peu d'empathie. On en a tous besoin

                Oui je comprends ce que tu veux dire, et généralement avec un peu d'empathie cela passe mieux.

                Mais le télétravail est un révélateur pour le manager … c'est indéniable

  • # Changer de travail?

    Posté par  . Évalué à 4 (+5/-2).

    < troll >
    Si les conditions de travail en présentiel semblent trop problématiques, peut-être qu'il faut envisager de changer d'employeur ou de travail
    </ troll >

  • # Ni pour, ni contre, on s'y prépare

    Posté par  . Évalué à 4 (+2/-0). Dernière modification le 03/06/21 à 14:24.

    Dans mon équipe, indépendamment du fait de vouloir ou pas revenir au bureau, on commence à y réfléchir. A priori, on ne s'attend pas à devoir revenir au bureau avant septembre. Nous avons commencé par un tour de table concernant notre futur retour au bureau. Il en ressort les éléments suivants.

    On trouve du positif au télétravail :

    • Teams un outil finalement assez pratique
    • Facilité de partager des documents pendant les réunions alors qu’en présentiel, il faut trouver une salle avec un système de projection.
    • Les réunions semblent mieux préparées et plus courtes.
    • Les réunions semblent démarrer avec plus de ponctualité.
    • Les personnes paraissent plus simples à contacter quand on est tous en télétravail que ce qui était le cas auparavant en présentiel.
    • Gain de temps de déplacement entre les réunions, particulièrement avec les externes.
    • Gain de temps matin et soir.
    • La flexibilité et les gains de temps de déplacement offerts par le télétravail facilitent l’organisation personnelle.
    • Télétravailler permet de mieux se concentrer au calme quand cela est nécessaire.

    A priori, le retour au bureau se traduira par une plus grande part de télétravail que ce qui était de rigueur avant la crise du Covid. Le retour au bureau dans ces conditions apportent une série de défis:

    • Vu que la part du télétravail restera sans doute relativement importante, le défi de garder des contacts humain connus durant cette phase de télétravail continuera d’exister bien que sous une forme différente.
    • Il faudra réapprendre à vivre ensemble avec une certaine proximité avec tous les mouvements, bruits, etc… que cela peut représenter. Moins facile de travailler avec sa musique.
    • Le distanciel en réduisant les temps entre les réunions permet de placer plus de réunions sur une journée. Dans le sens inverse, il faudra veiller à décharger les agendas une fois que les temps de déplacements entre réunion seront à nouveau nécessaires.
    • Il faudra réapprivoiser toute une part de l’informelle qui avait disparu avec le télétravail à 100%.
    • Il faudra apprendre à vivre avec deux rythmes de journée : les journées au bureau et les journées à la maison.
    • Il faudra apprendre à gérer des situations mixtes où une part des personnes sera en présentiel et une autre part en distanciel
      • Durant des réunions
      • Durant une journée, comment ne pas créer de hiatus trop important notamment sur la circulation de l’information dans les canaux informels entre ceux qui sont à la maison et ceux qui sont au bureau
      • Comment se coordonner pour assurer que l’on est ensemble quand cela est nécessaire et que l’on soit de son côté quand cela est utile ? Tout cela en tenant compte des différentes contraintes aussi bien professionnelles que personnelles.
      • Optimiser au mieux l’usage du distanciel et du présentiel par rapport aux avantages et inconvénients de chacun de ces deux modes.

    Par rapport à tout cela, notre entreprise pourrait ou devrait (selon les points) :

    • Clarifier le plus rapidement le nouveau cadre de référence sur les différents aspects (règles, moyens,…).
    • Dans certaines sociétés, un matériel spécifique pour le télétravail (écran, chaise) est fourni par l’employeur aux travailleurs. Notre entreprise prévoit-elle quelque chose sur ce point ?
    • Les outils du télétravail (VPN, Teams,…) permettent non seulement de rester chez soi certains jours mais pourraient aussi permettre des journées partiellement au bureau et partiellement à la maison. Il serait intéressant que le nouveau cadre de référence permette une telle souplesse.
    • Un accès facile et fiable au réseau de l’entreprise reste un élément extrêmement important pour permettre un travail efficace depuis chez soi.

    Concrètement, on ne voit pas encore très bien comment sera notre nouvelle normalité, il semble néanmoins ressortir que

    1) Il sera important de se retrouver au moins une fois par semaine tous ensemble en présentiel.
    2) Le fait d’avoir des réunions en mode mixte, une partie en présentiel et une partie en distanciel ne soulève pas de l’enthousiasme et même plutôt de l’inquiétude.

    Surtout, ne pas tout prendre au sérieux !

    • [^] # Re: Ni pour, ni contre, on s'y prépare

      Posté par  . Évalué à 4 (+1/-0).

      2) Le fait d’avoir des réunions en mode mixte, une partie en présentiel et une partie en distanciel ne soulève pas de l’enthousiasme et même plutôt de l’inquiétude.

      Si vous comptez le faire avec uniquement des outils software pourris comme teams sans hardware dédié, c'est clair que ça ne va pas le faire.

      Pour que ça fonctionne il faut des outils de visioconférences dédiées aux salles de réunion, avec caméra grand angle, réglable, micros multiples de qualité.

      Je ne fais pas de la pub pour eux parce que leur client linux était proprio et abandonné (une extension chrome) quand on les utilisait avant confinement, mais nous faisions des réunions avec du matériel yealink dans 3 pays différents + un collègue 100% en télétravail et 2-3 occasionnels depuis la maison et ça allait très bien.

      Il y a surement pleins d'autres fabricants, j'ai aussi vu du matos cisco dans d'autres boites, mais c'est bel et bien possible.

      • [^] # Re: Ni pour, ni contre, on s'y prépare

        Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 3 (+1/-0).

        Sinon, faire comme ce que Nat Friedman (maintenant PDG de Github, mais en 2010 à Novelle) et d'autres proposent, à savoir de mettre tout le monde dans les mêmes conditions.

        Si la moitié des gens sont en remote, tu prends pas une salle pour la moitié sur place, mais chacun fait la réunion comme si chaque personne était à distance.

        Je ne retrouve pas l'article original, c’était sur http://nat.org/blog/2010/04/everyone-dials-in/ qui n'existe plus.

        • [^] # Re: Ni pour, ni contre, on s'y prépare

          Posté par  . Évalué à 5 (+2/-0). Dernière modification le 04/06/21 à 09:37.

          C'est effectivement ce qu'on fait dans notre boite depuis le confinement, on est parfoit plusieurs dans la même pièce et le même meeting, faut juste que tout le monde utilise un micro-casque pour éviter les echo (oui il y a 2-3 obstinés qui prétendent toujours avoir des problèmes pour ne pas utiliser un micro-casque).

        • [^] # Re: Ni pour, ni contre, on s'y prépare

          Posté par  . Évalué à 3 (+2/-1).

          En fait ça demande de choisir quel groupe subi le choix de l'autre.

          • [^] # Re: Ni pour, ni contre, on s'y prépare

            Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 3 (+1/-0).

            Ça dépend en effet de comment tu places le débat. Il y a toute une partie de la population concerné (cad la population active) qui voit le télétravail comme un avantage ou un privilège.

            Et à coté de ça, il y a des gens qui vont voir ça comme des arrangements afin de pouvoir bosser. Par exemple, des gens qui sont en fauteuils roulants (parce que ça reste encore la catastrophe à tout les niveaux malgré les lois existantes), des gens qui ont des obligations externes qui ne permettent pas de bouger (devoir rester à un endroit X pour s'occuper de ses parents), des gens qui ont besoin de la flexibilité horaire (exemple, gérer des enfants, une charge qui tombe souvent sur les femmes), ou des gens qui sont dans un autre pays parce que c'est moins cher et qu'on veut pas faire venir dans le pays du bureau principal.

            Une fois que tu poses le débat comme ça, oui, on peut en effet comparer le choix d'être handicapé qui fait subir le télétravail aux valides et l'obligation morale de faire preuve d'inclusivité envers le patron qui passe l'été dans sa villa en Corse pendant l'été qui fait subir le télétravail aux non corses.

            (je précise, c'est du sarcasme)

            • [^] # Re: Ni pour, ni contre, on s'y prépare

              Posté par  . Évalué à 2 (+1/-1).

              Juste pour te rétorquer dans le même ton. Tout ceux qui ont des troubles de l'attention, des problèmes de compréhension oral ou d'autres handicap qui rendent couteux d'avoir un espace de travail chez soit ou qui n'ont simplement les les moyens d'avoir un espace de travail chez soit n'ont pas plus de choix. De même que ceux qui ne peuvent pas télétravailler, mais qui échangent avec des gens qui peuvent télétravailler peuvent avec le problème.

              On peut trouver des cas dans les 2 sens. Ce que je voulais souligner c'est que les réunions mixtes remote-first ne sont pas la panacée et présentée comme une solution définitive que par des gens qui ont une certaines attirance pour le télétravail.

              • [^] # Re: Ni pour, ni contre, on s'y prépare

                Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 3 (+1/-0).

                Alors je pense qu'on ne se comprends pas, parce que ta réponse me parait curieuse (et tu as fait des réponses plein de bons sens).

                Pour clarifier, ce que je dit, c'est pas de mettre tout le monde en télétravail chez soi, mais de mettre, lors des réunions et juste quand ça se justifie, autant que possible les gens dans des modalités de travail à distance.

                Je précise, parce que parmi les réponses, tu donnes des exemples sur les gens qui ne peuvent pas travailler de chez eux pour divers raisons (raisons que je ne remets pas en cause). Soit, mais c'est pas la question, car ces gens seraient dans le groupe des gens au bureau, vu qu'on parle des cas ou il y a des gens dans 1 bureau et des gens chez eux.

                (et bon, vu l'état des openspaces modernes dans beaucoup de boites, je ne suis pas sur qu'on puisse vraiment opposer "travail à la maison" vs "travail au bureau" pour la question des problèmes d'attention)

                L'idée n'est pas de faire rentrer les gens chez eux pour la réunion, ça serait assez idiot.

                Et en fait, ce que je trouve aussi intéressant, c'est qu'il n'y a pas besoin d'avoir des gens en télétravail chez eux pour que le souci se pose, juste d'avoir des gens dans X sites différents (probléme qui arrive assez souvent quand une boite dépasse une certaine taille). Voir même simplement des gens d'autres entreprises (fournisseurs, clients) qui ne veulent pas venir te voir au bureau (ou que tu ne veut pas aller voir) et d'avoir besoin de faire une réunion.

                Par exemple, si je suis dans un bureau à Berlin, tu es dans un bureau à Madrid (pareil, ton bureau assigné), et 4 autres personnes dans un bureau à Helsinki, aucun de nous ne fait du télétravail. Si on fait une réunion à 6, les conditions des 4 à Helsinki sont plus favorables que pour toi et moi de la même façon que si nous étions en WFH.

                Des raisons économiques sont acceptables pour ces états de fait, alors que c'est un choix de la part de la direction.

                Pourquoi est ce que ça devient une question de pouvoir (vu le terme d'imposer des choix) quand c'est entre salariés ?

                Si une réunion respectueuse des gens qui travaillent de chez eux est un souci, pourquoi est ce que le souci n'est pas remonté avec autant de régularité pour les sous traitants, les fournisseurs, les clients et les collègues d'un autre site plus ou moins distant ?

                • [^] # Re: Ni pour, ni contre, on s'y prépare

                  Posté par  . Évalué à 4 (+2/-0).

                  On s'est plus ou moins mal compris je vais tenter de mieux m'expliquer.

                  Premièrement, il ne s'agit pas des réunions. Ces démarches sont bien plus englobantes. Tu dois limiter les interactions présentiels pour limiter l'écart entre quelqu'un en présentiel et quelqu'un à distance. Si tu as des gens qui sont en présentiel et qui discutent à la machine à café, au bureau vu qu'ils sont l'un à coté de l'autre, etc Tu va avoir un écart important d'informations avec ceux qui ne sont pas présent. Sans parler d'un effet de rejet ça pose pas mal de difficultés à une équipe. Même pour les réunions qu'est-ce que tu appel réunion ? Se poser quelques minutes devant un tableau blanc c'est une réunion ? Selon l'organisation c'est plus simple dans les locaux que sur ordinateur (le dessin à la souri vs à la main, accès à un tableau à son bureau, etc).

                  Ensuite…

                  Si une réunion respectueuse des gens qui travaillent de chez eux est un souci, […]

                  Les gens qui veulent ou on besoin de travailler en présentiel, ne veulent pas travailler à distance et vice à versa. Appliquer les méthodes de l'un à l'autre est une contrainte. Tu présentais des gens qui "n'ont pas le choix du télétravail" tu peux trouver des gens qui n'ont pas le choix du présentiel.

                  […] pourquoi est ce que le souci n'est pas remonté avec autant de régularité pour les sous traitants, les fournisseurs, les clients et les collègues d'un autre site plus ou moins distant ?

                  Parce qu'on ne parle pas de la même chose. Tu as des interactions bien plus fines avec ton équipe proche qu'avec toutes les interactions que tu décris. Tu n'es pas sensé travailler 8h/jour 5j/semaine avec eux alors qu'avec ton équipe si. C'est une grosse différence. C'est organisationnel et l'organisation ça se change on est d'accord mais tout le monde n'est pas d'accord avec ce changement (par peur, par besoin, pour des contextes différents, etc). Le risque c'est d'atomiser les équipes.

                  • [^] # Re: Ni pour, ni contre, on s'y prépare

                    Posté par  . Évalué à 4 (+3/-0).

                    limiter l'écart entre quelqu'un en présentiel et quelqu'un à distance.

                    Ca me paraît completement impoissible. µBien souvent quand j'entend ce genre de phrase, dans la tête de la personne qui le pense, ou qui met en oeuvre ça veut dire "casser artifiellement les avantages d'un mode" pour au final avoir une situation qui ne peut pas marcher et qui frustre tout lme monde parce que tout le monde dne récupère que les inconvénients

                    • [^] # Re: Ni pour, ni contre, on s'y prépare

                      Posté par  . Évalué à 4 (+2/-0).

                      Ca me paraît completement impoissible.

                      C'est pourtant nécessaire si tu souhaite avoir une équipe mixte. Sinon ce sont de fait 2 équipes distincts. Je suis d'accord que ça n'a pas de sens en particulier si on parle de full sur site/full télétravail.

                  • [^] # Re: Ni pour, ni contre, on s'y prépare

                    Posté par  . Évalué à 3 (+2/-0).

                    Tu n'es pas sensé travailler 8h/jour 5j/semaine avec eux alors qu'avec ton équipe si.

                    Non …. Ou c'est que ton équipe est mal organisée.

                    Chaque membre de l'équipe a une certaine part d'autonomie, et au final tu te rends compte que les réelles interactions nécessaires ne sont pas à ce point. Alors certes quand je dois travailler avec les membre d'une équipe c'est mieux la proximité, mais parfois pouvoir mettre "ne pas déranger" sur skype et être tranquille un moment me permet d'avancer sur ma part du boulot das l'équipe. Sur place c'est plus difficile quand quelqu'un vient te voir en disant "j'ai un problème" et ne te lache pas même quand tu essaies de lui faire comprendre que c'est pas le moment (et c'est pas forcément quelqu'un de ton équipe d'ailleurs).

                    Sachant celà je pense qu'une organisation de télétravail/présentiel qui convienne à tout le monde doit être possible, mais ça veut dire qu'il faut laisser une part d'autonomie aux équipes en question pour qu'elles le gèrent au mieux selon leur activité.

                    • [^] # Re: Ni pour, ni contre, on s'y prépare

                      Posté par  . Évalué à 0 (+1/-3).

                      Non …. Ou c'est que ton équipe est mal organisée.

                      Non c'est qu'on a pas la même définition de travailler. Je ne parle pas de faire du mob programming à pleins temps, mais d'être dispo pour une simple question, travailler faire du pair programming/architecture/debug,… Bien sûr qu'il n'y a pas ça n'a pas à être continue et ça n'empêche pas de pouvoir s'écarter, mais dire à son équipe que pour être contacter il faut prendre rendez-vous c'est, à mon sens, la définition de la limite équipe/extérieur de l'équipe.

                      • [^] # Re: Ni pour, ni contre, on s'y prépare

                        Posté par  . Évalué à 3 (+2/-0).

                        pair programming/architecture/debug,

                        Euh … Perso même dans mon équipe, la personne qui vient me voir a la derniere miniute pour dire "j'ai besoin de pair programmer avec toi" ou "je dois discuter d'archi", je vais l'aider une ou deux fois, mais si ça devient une habitude je vaisd vite la renvoyer. Et l'un des gains du télétravail, c'est que ça évite les abus de ce style. L'inconvénient par contre c'est que souvent, en présentiel, ce genre de problème est bien souvent réglé autour d'un caf alors que c'est plus compliqué en distant ….

                        dire à son équipe que pour être contacter il faut prendre rendez-vous c'est, à mon sens, la définition de la limite équipe/extérieur de l'équipe

                        Pas forcément …. C'est une question d'organisation. On ne peut pas répondre à tout le monde tout le temps en instantanné. Mais je suis d'accord avec toi qu'entre ça et devoir demander systématiquement un rendez-vous ya des limites (et les messageries instantannées peuvent être un bon compromis tant que tu ne tombes pas dans l'abus d'un côté ou de l'autre).

                        • [^] # Re: Ni pour, ni contre, on s'y prépare

                          Posté par  . Évalué à 3 (+1/-0).

                          Quand on parle de travailler en équipe, on ne parle pas de faire travailler plusieurs personnes, mais bien d'avoir une équipe qui travail. Distinguer son travail à soit de celui des autres me semble être une mauvaise habitude. Tu parle d'abus, mais il y a aussi des abus de "ne pas me déranger". C'est une dynamique interne à avoir, on est d'accord, mais savoir lever le stylo me semble nécessaire et pas uniquement en cas extrême. La pratique des rétrospectives régulières c'est important pour ça.

                          Mais oui je suis d'accord que c'est bien plus simple en présentiel, les interactions peuvent être bien plus courtes et on peut avoir une gestion dispo/pas dispo bien plus nuancer qu'un état binaire de logiciel IM.

                          • [^] # Re: Ni pour, ni contre, on s'y prépare

                            Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 10 (+9/-0). Dernière modification le 05/06/21 à 16:48.

                            c'est bien plus simple en présentiel, les interactions peuvent être bien plus courtes et on peut avoir une gestion dispo/pas dispo bien plus nuancer qu'un état binaire de logiciel IM

                            Un effet de bord bénéfique de la distance est que les boulets te dérangent moins avec des questions débiles si tu ne décroches pas: ça les oblige à mettre leur problème par écrit.

                            Et si tu attends un peu, ils trouvent la solution tout seul.

                            Si vous trouvez ce post offensant, je m'en excuse. Prévenez moi sur sur https://linuxfr.org/board/

                            • [^] # Re: Ni pour, ni contre, on s'y prépare

                              Posté par  . Évalué à -4 (+2/-8).

                              Avec une telle vision de tes semblables, tes collègues doivent plaider pour que tu travail à distance ou pas du tout même.

                              • [^] # Re: Ni pour, ni contre, on s'y prépare

                                Posté par  . Évalué à 8 (+5/-0).

                                Je ne crois pas qu'il ait traité tous ses collègues de boulets.

                                J'ai eu un collègue qui plutôt que de taper 2 mots clés dans la recherche du wiki demandait tout à ses collègues (dont moi). Il n'avait pas honte de dire qu'il préférait les interactions humaines et que bon, il avait un long poil au creux de la main.

                                J'ai fini par lui interdire de poser les pieds dans mon bureau qs'il ne venait pas avec un bon vieux cahier, cahier dans lequel il rédigerait sa propre FAQ afin de ne pas poser deux fois la même question.

                                Il a finit par aller en emmerder d'autres plutôt que de changer sa manière de procéder.

                  • [^] # Re: Ni pour, ni contre, on s'y prépare

                    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 3 (+1/-0).

                    Parce qu'on ne parle pas de la même chose. Tu as des
                    interactions bien plus fines avec ton équipe proche qu'avec
                    toutes les interactions que tu décris. Tu n'es pas sensé
                    travailler 8h/jour 5j/semaine avec eux alors qu'avec ton équipe
                    si. C'est une grosse différence

                    Alors je pense qu'on parle pas du même genre d'équipe. Par exemple (3615 ma vie, pu plutôt #mavie), j'ai travaillé dans une équipe du département informatique, et mon équipe était réparti partout en Europe (1 personne par bureau assez grand). On était tous en présentiel, mais pas ensemble.

                    Toi, tu as l'air de parler d'une équipe de développeurs, vu que tu parles de tableau blanc. C'est en effet une autre dynamique.

                    Et pourtant, j'aurais tendance à dire que le logiciel libre montre que la collaboration à distance est possible.

                    Ensuite, peut être qu'en effet, c'est une raison qui va faire peur à des gens, mais je crois que j'ai jamais entendu quelqu'un me donner ça comme raison de ne pas faire du libre (ça veut pas dire que c'est pas le cas, je suis pas la NSA j'ai pas des oreilles partout).

                    Je ne sais même pas si les libristes se perçoivent comme des gens qui font du travail à distance.

                    Les gens qui veulent ou on besoin de travailler en présentiel,
                    ne veulent pas travailler à distance et vice à versa

                    Et pourtant, on impose souvent la collaboration à distance.

                    Ensuite, oui, je connais des gens qui sont partis de mon employeur car d'autres personnes ne venait plus au bureau. DOnc ça existe.

                    Pour mon expérience perso, j'ai pas tant besoin de quelqu'un de mon équipe, plus d'avoir quelqu'un qui a le même emploi (ou proche).

                    La dernière fois ou j'ai du utiliser un tableau blanc, la personne n'était même pas dans ma boite.

                    • [^] # Re: Ni pour, ni contre, on s'y prépare

                      Posté par  . Évalué à 2 (+1/-1). Dernière modification le 05/06/21 à 16:51.

                      Et pourtant, j'aurais tendance à dire que le logiciel libre montre que la collaboration à distance est possible.

                      Je ne suis pas certains que la majorité des projets libres se considèrent comme une équipe.

                      Il y a un tas de façon de collaborer dans un but commun et c'est très bien chacun peut y trouver son compte. Mais personnellement quand je parle de « travailler en équipe », je parle d'un modèle d'organisation où il n'est pas question de mes objectifs ou de mon travail personnel pour le but, mais de comment est-ce que je peux apporter de la valeur à l'équipe pour avancer. C'est pour ça que je peux parler d'abus de « ne pas déranger ». C'est une cohésion bien plus forte que de dépiler une file de tâche en parallélisant au maximum le travail.

                      Encore une fois ce n'est clairement pas la seule façon de travailler et la meilleure est celle qui correspond à ceux qui la vive.

                      Ensuite, peut être qu'en effet, c'est une raison qui va faire peur à des gens, mais je crois que j'ai jamais entendu quelqu'un me donner ça comme raison de ne pas faire du libre (ça veut pas dire que c'est pas le cas, je suis pas la NSA j'ai pas des oreilles partout).

                      Mais tu as de plus en plus de mentorat mis en place pour essayer de faire venir des gens. Surtout c'est le modèle de base, donc les gens à qui ça ne convient pas ne contribuent pas. Ils ne s'en plaignent pas, parce qu'il n'est de toute manière pas vraiment possible de faire autrement. Tu sera tout de même d'accord avec moi sur le fait que la proportion de développeurs qui contribue au libre est faible.

                      Et pourtant, on impose souvent la collaboration à distance.

                      Souvent ? C'est à démontrer. Il y en a beaucoup oui, mais souvent indique une grande proportion et ça j'en doute fort. S'il y en a beaucoup, il y en a beaucoup aussi à qui l'on impose le travaille co-localisé. Les discussions actuelles des entreprises le montre bien. Tu vois pleins d'entreprises se mettre à rêver d'embaucher les compétences n'importe où sur le globe.

                      Pour mon expérience perso, j'ai pas tant besoin de quelqu'un de mon équipe, plus d'avoir quelqu'un qui a le même emploi (ou proche).

                      Et l'inverse est-ce que ton équipe à besoin de ton aide ? Dis autrement est-ce que tu apporte plus de valeur à l'équipe en dépilant des tâches ou en aidant certains membres plus en difficultés et comment le sais-tu ?

                    • [^] # Re: Ni pour, ni contre, on s'y prépare

                      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 5 (+3/-0).

                      Il n'y a pas de problème à avoirune équipe de développeurs en télétravail, et effectivement, y'a plein de projets de logiciels libre qui fonctionnent comme ça et qui fonctionnent très bien.

                      Le truc, c'est que ça demande une organisation complètement différente. Il faut faire de la communication asynchrone (par mail, via un bugtracker, etc) et de la documentation écrite (messages de commit, wiki, …) alors que quand on a tous les dévelopeurs dans la même pièce et dans le même fuseau horaire, on peut faire du peer programming, échanger des infos par oral, etc.

                      Il n'y en a pas un qui marche mieux que l'autre, c'est juste que c'est différent.

                      Là ou ça devient compliqué, c'est quand on a une équipe qui mélange les deux modes. Parce que la cummunication asynchrone avec le collègue assis juste à côté, c'est pas pratique. Parce que la visiocunférence avec le collègue qui est à l'autre bout de la planète à un horaire improbable, c'est pas génial non plus. Et donc c'est compliqué d'avoir une organisation qui convient à tout le monde.

              • [^] # Re: Ni pour, ni contre, on s'y prépare

                Posté par  . Évalué à 3 (+1/-0).

                Si tu as un chez toi qui n'est pas adapté à ton handicap, ce n'est peut-être pas le travail qui est la source directe du problème.

                Bien sûr, on pourra probablement trouver des contre-exemples, mais ça me semble un peu léger comme argument en l'état.

                • [^] # Re: Ni pour, ni contre, on s'y prépare

                  Posté par  . Évalué à 3 (+1/-0).

                  Vivre chez soit et travailler chez soit son 2 choses différentes. Avoir un bureau avec une chaise etc qui soit adapté à travailler des heures/jours n'est pas nécessaire à tout le monde chez soit.

                  • [^] # Re: Ni pour, ni contre, on s'y prépare

                    Posté par  . Évalué à 3 (+1/-0). Dernière modification le 05/06/21 à 06:10.

                    Nous sommes tout à fait d'accord sur ce point.

                    S'il ne s'agit "que" d'une table et d'une chaise (allez, soyons fous, incluons aussi un déménagement parce qu'il manque une pièce), c'est si rédhibitoire pour une entreprise ? Parce qu'à priori, comparé à l'investissement qu'elle a probablement eu à réaliser pour que ses locaux soient accessibles avec un handicap fort et probablement très spécifique (donc absolument pas "rentabilisables"), c'est presque dérisoire.

                    • [^] # Re: Ni pour, ni contre, on s'y prépare

                      Posté par  . Évalué à 3 (+1/-0).

                      La question n'était pas de présenter des situations où c'est impossible, mais où c'est rédhibitoire et où ce n'est pas un choix de l'employé. Tu peux créer pleins de si et rendre tout possible (encore une fois ça marche aussi dans l'autre sens), mais ça n'était pas le sujet.

              • [^] # Re: Ni pour, ni contre, on s'y prépare

                Posté par  . Évalué à 4 (+1/-0). Dernière modification le 04/06/21 à 20:39.

                Pour avoir un collègue ayant le syndrome de Down, je peux te dire que télétravail ou présence, c'est bonnet blanc et blanc bonnet. Parfois qunad vient son tour de s'exprimer, il s'excuse que son esprit a glissé à droite et à gauche et on lui ré-énonce le contexte, mais ça n'a rien à voir avec le fait d'être dans la même pièce ou pas.

                D'ailleurs ça arrive à tout le monde , pas que ceux diagnostiqués ADHD.

                Pour d'autres handicaps, physiques ou moteurs par exemple, je n'ai pas vraiment l'impression que le monde du travail fait réellement beaucoup d'efforts pour s'adapter à eux et qu'ils sont souvent déjà bien mieux équipés à la maison. J'ai eu un collègue aveugle, on avait du ajouter une fiche explicative à la porte pour que les gens arrêtent de venir voir et distraire son chien.

              • [^] # Re: Ni pour, ni contre, on s'y prépare

                Posté par  . Évalué à 2 (+1/-0). Dernière modification le 04/06/21 à 23:54.

                Tout ceux qui ont des troubles de l'attention, des problèmes de compréhension oral

                Hum … Est-ce qu'un openspace dans ces cas là c'est mieux ?

    • [^] # Re: Ni pour, ni contre, on s'y prépare

      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 2 (+1/-0).

      "On trouve du positif au télétravail :"

      Une pandémie de réunionite aigüe.

      • [^] # Re: Ni pour, ni contre, on s'y prépare

        Posté par  . Évalué à 4 (+3/-0).

        Bah en y réfléchissant, ce temps, c'est le temps quepassent les gens à venir te distraire en présenbtiel quand t'es assis au bureau et concentré sur le projet que tu dois livrer la veille … et que tu n'as pas pu livrer à cause des gens qui passent te déranger.

        La morale de tout ça : si une entreprise ou une équipe est mal organisée, télétravail ou pas n'y changera rien. Le temps perdu sera le même au final, c'est la façon de le perdre qui diffèrera.

  • # Apotravail ?

    Posté par  . Évalué à 10 (+10/-0).

    apo-
        1. Préfixe marquant l’idée de mettre dehors, éloigner, repousser, s’opposer.

    Je ne sais pas d'où vient ce terme ; une recherche rapide ne trouve strictement rien à part ce journal, j'en déduis que tu viens de le créer en te plantant complètement et que tu voulais en fait utiliser endo- ou intra-.

    Ce qui est plus intéressant, c'est qu'une bonne partie des commentaires reprend gaiement cette erreur, alors que si tu avais eu le malheur de parler par ex. de travailleu·r·se, on t'aurait tous rentré dans le lard en te traitant d'odieux barbare qui corrompt la Glorieuse Langue Française.

    • [^] # Re: Apotravail ?

      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 6 (+3/-0).

      Le travail au bureau m'oblige à aller dehors, apo corresponds pas mal je trouve :-)

      Si vous trouvez ce post offensant, je m'en excuse. Prévenez moi sur sur https://linuxfr.org/board/

      • [^] # Re: Apotravail ?

        Posté par  . Évalué à 5 (+4/-0).

        et comme en plus tu trouves ça repoussant et que tu t'y opposes… ;-)

    • [^] # Re: Apotravail ?

      Posté par  . Évalué à 2 (+1/-0).

      L'apotravail serait une notion aporétique ?

    • [^] # Re: Apotravail ?

      Posté par  . Évalué à 3 (+2/-0).

      Il faut prendre en compte le fait que les lecteurs ont été subjugués par les deux premiers mots du journal.

    • [^] # Re: Apotravail ?

      Posté par  . Évalué à 3 (+2/-0).

      Je n'ai pas estimé que l'auteur avait fait une erreur, simplement qu'il avait fondé un néologisme humoristique à vocation unique pour lier une apocalypse et le travail. Néanmoins, la question sémantique se pose et il est vrai qu'un terme désignant le travail en présentiel ne serait pas de trop, quand bien même tout ceci va fortement bouger dans les temps à venir.

      Par exemple, comment appellera-t-on le temps de travail supplémentaire qu'on effectuera à la maison parce que la journée se sera mal passée ? Du surtélétravail ? 

      • [^] # Re: Apotravail ?

        Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 4 (+1/-0).

        Par exemple, comment appellera-t-on le temps de travail supplémentaire qu'on effectuera à la maison parce que la journée se sera mal passée ?

        Du maintenantcestoiquigardelebebetravail ? C'est un peu long :(

        Si vous trouvez ce post offensant, je m'en excuse. Prévenez moi sur sur https://linuxfr.org/board/

      • [^] # Re: Apotravail ?

        Posté par  . Évalué à 7 (+5/-0).

        J'ai une idée, on pourrait appeler ça des heures sup'

        • [^] # Re: Apotravail ?

          Posté par  . Évalué à 3 (+2/-0).

          Je pensais que les heures sup' étaient des excuses pour pouvoir sortir avec nos amis en toute tranquillité…

      • [^] # Re: Apotravail ?

        Posté par  . Évalué à 2 (+1/-0).

        Pour certains c'est la sieste ….

  • # Téléquoi ?

    Posté par  . Évalué à 3 (+3/-1).

    Je ne sais pas, étant donné que je n'ai pas eu l'occasion de faire du télétravail. Mais je pense que ça pourrait me plaire, ne serait-ce que pour éviter les trajets.

  • # Argh

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 10 (+8/-0).

    Devoir ré-affronter les transports en commun, les collègues et la chaleur de l'été en même temps, ça va être l'enfer.

  • # Télétravail ou rien, pour moi

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 7 (+6/-0). Dernière modification le 03/06/21 à 17:06.

    Bref c'est la grosse déprime, Nal. Et toi, tu préfères le télétravail ou l'apotravail?

    J'ai quitté mon précédent job il y a qqes années pour ne plus me taper les bavardages obligatoires des collègues, pour échapper aux réunions à répétitions, au travail jusqu'à pas d'heure et à l'épuisant métro(-parisien)-boulot-dodo.

    Je vis toujours à Paris (avec son bruit quasi-constant et la légendaire convivialité de sa population) et je bosse toujours beaucoup d’heures, mais je bosse à mon compte et depuis chez moi. Et c’est le pied. Même si je ne gagne plus aussi bien ma vie, je ne reviendrai pas en arrière. Hors de question.

    Ma compagne m'a soutenu dès le départ, malgré un démarrage pas facile. Depuis, elle est de plus en plus tentée de prendre la même décision, mais sa boite lui offre déjà pas mal de souplesse à ce niveau.

    Je ne connais pas ton taf/ta boite, mais tu ne peux rien négocier avec les RH pour rester tout ou partie en distanciel?

  • # Je triche, je suis indépendante

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 8 (+6/-0).

    Franchement, j'apprécie de n'avoir que du télétravail ces derniers temps. Beaucoup de temps gagné en ce qui me concerne ! Et quelle liberté. Du moment que je fais le boulot et que je le remets en temps et heure, quand, comment et dans quelle tenue je le fais n'importe pas.

    Designeuse de masques pour sphéniscidés.

  • # Présentiel 2 ou 3 fois par semaine ....

    Posté par  . Évalué à 4 (+3/-0).

    … pour les afterworks avec les collègues, ou pour aller à la piscine (il y a une piscine à côté de chez moi, j'aime bien y aller, mais j'aime aussi aller à une piscine sur mon trajet boulot), ou pour passer voir des boutiques (librairie, électronique par exemple ou modèles réduits) de temps en temps sur le trajet du retour, ou juste pour me poser dans un bar et sortir l'ordinateur portable pour coder tout en buvant un picon biere …

    Toujours être chez soi c'est parfoius pesant, mais ça doit dépendre du contexte de chacun.

    • [^] # Re: Présentiel 2 ou 3 fois par semaine ....

      Posté par  . Évalué à 4 (+2/-1).

      je ne vois pas trop en quoi le télétravail t'empêche d'aller dans telle ou telle boutique ou de changer de piscine. ;-)

      • [^] # Re: Présentiel 2 ou 3 fois par semaine ....

        Posté par  . Évalué à 0 (+1/-2). Dernière modification le 03/06/21 à 19:05.

        C'est pas qu'elles m'y empêchent, c'est juste que je dois prévoir un trajet spécifique pour pouvoir y aller (parce que ces boutiques ne sont pas près de chez moi). Pour la piscine c'est pareil : celle a proximité de chez moi fait 25 m de longueur : c'est très bien pour certains exercices, mais je trouve que faire des longueurs de 50 m est plus efficace pour certains autres, et la piscine de 50m de longueur est sur mon trajet travail=> domicile. En télétrav ail, çàa me ferait un trajet spécifique à faire (donc perte de temps).

  • # Chemises

    Posté par  . Évalué à 2 (+1/-1). Dernière modification le 03/06/21 à 20:56.

    devoir à nouveau repasser des chemises et prendre une douche tous les jours

    Essaie sans ? :-)

    Bon ok, je ne parle que des chemises, j'ai laissé la douche dans la citation pour rigoler mais je suggère de continuer à la prendre au moins quand tu as transpiré ou que tu pues des pieds. Sinon, les collègues ne vont pas te remercier.

    T-Shirt troués, sandales avec chaussettes, pas de cravatte : au plus proche des client·e·s… tels qu'ils sont dans leur vie familière, sans leurs barrières corporates.

    • [^] # Re: Chemises

      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 3 (+1/-0).

      Bon ok, je ne parle que des chemises, j'ai laissé la douche
      dans la citation pour rigoler mais je suggère de continuer à la
      prendre au moins quand tu as transpiré ou que tu pues des
      pieds. Sinon, les collègues ne vont pas te remercier.

      Au contraire, c'est un argumentaire multisensoriel visant à convaincre du bien fondé du télétravail.

      • [^] # Re: Chemises

        Posté par  . Évalué à 3 (+1/-0). Dernière modification le 03/06/21 à 21:13.

        Très correct. Vu sous cet angle… :-)

        La litière du chat remplace avantageusement le collègue qui ne se lave pas, et le chat ne porte pas de chaussette sous ses sandales ni de cravate. Comme toi en télétravail sauf en visio, il ne porte rien.

        • [^] # Re: Chemises

          Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 4 (+2/-0).

          Alors je veux pas généraliser abusivement, mais je suis quasiment sur qu'aucun collègue n'a montré son anus pendant une réunion d'équipe à ce jour.

          Je ne peux pas en dire autant de la majorité des Felis silvestris catus qui leur servent de colocs.

          • [^] # Re: Chemises

            Posté par  . Évalué à 5 (+3/-0). Dernière modification le 03/06/21 à 21:33.

            En même temps, pour un humain, ça demanderait des contorsions remarquables, de se mettre entre un miroir et la webcam ou de faire la réunion dos à la webcam (ce qui me semble peu commun et peu commode). Peu pratique. Le chat, lui, peut taper son message incompréhensible dans ta messagerie instantanée ET orienter son postérieur vers la caméra sans trop de difficulté…

            • [^] # Re: Chemises

              Posté par  . Évalué à 2 (+1/-0).

              Bah … Avec clavier sans fil et double écran c'est pas si impossible que ça.

          • [^] # Re: Chemises

            Posté par  . Évalué à 2 (+1/-0). Dernière modification le 03/06/21 à 21:55.

            Oups, réponse au mauvais commentaire.

          • [^] # Re: Chemises

            Posté par  . Évalué à 5 (+3/-0).

      • [^] # Re: Chemises

        Posté par  . Évalué à 4 (+1/-0).

        Sauf que la plupart du temps, tu ne vas pas faire souffrir ceux qui prennent la décision de te faire retourner au bureau.

        « Rappelez-vous toujours que si la Gestapo avait les moyens de vous faire parler, les politiciens ont, eux, les moyens de vous faire taire. » Coluche

    • [^] # Re: Chemises

      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 5 (+3/-0).

      Bon ok, je ne parle que des chemises, j'ai laissé la douche dans la citation pour rigoler mais je suggère de continuer à la prendre au moins quand tu as transpiré ou que tu pues des pieds. Sinon, les collègues ne vont pas te remercier.

      Au contraire, si le collègue est gêné par ton odeur, c'est soit qu'il ne respecte pas les distances, soit que la pièce n'est pas bien aérée. C'est un très bon détecteur de situation propice aux contaminations. En bonus, je conseille aussi de manger un bonne dose d'ail au petit déjeuner avant de partir au bureau.

  • # Je trouve le sujet souvent caricatural

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 8 (+9/-3).

    Les exécutant qui pensent que leur chef ne sert à rien et qui s'étonnent qu'on leur fait pas confiance (et inversement).

    Les gens qui prennent leur cas particulier comme référence pour décréter que le télétravail est mieux. Point. Fin de la discussion.

    Personne ne considère la performance d'équipe. C'est un concept qui dépasse tout le monde, chacun étant convaincu que s'il est plus efficace alors il est évident que tout le monde le sera et en conséquence que le travail de l'équipe sera meilleur. On dirait les recruteurs du PSG qui prennent tous les meilleurs joueurs et qui comprennent pas que la performance de l'équipe c'est pas la somme de la performance de chacun.

    À algoo, on a mis en place un télétravail relativement souple. Pas assez pour certains, trop pour d'autres. C'est pas que le chef qui veut faire du présentiel. Est-ce que c'est satisfaisant ? Je sais pas.

    Mais on n'est que 9 salariés et c'est déjà compliqué de trouver un consensus. Et transmettre à des stagiaires ou à ses collègues c'est quand même bien plus pratique en présentiel. Encore une fois, ce n'est pas que le chef qui le dit. Et certains collègues partisans du télétravail sont aussi partisans du présentiel.

    Si vous êtes à fond télétravail, gitlab recrute en "remote". Ils ont une culture forte et c'est public.

    S'il y a un truc que j'ai appris dans ma vie professionnelle, c'est qu'un individu ne changera jamais une organisation. C'est beaucoup trop lourd. Il peut essayer d'influencer mais changer radicalement l'organisation, c'est un barrage contre le Pacifique. C'est d'ailleurs également le cas pour une organisation qui voudrait faire changer de mentalité un collaborateur. On peut influencer son comportement, on peut partager des informations pour donner du sens, etc, mais on ne changera pas sa vision fondamentale. Par exemple quelqu'un qui est plutôt individualiste le restera, quoi qu'on mette en place pour qu'il devienne "team player". Une organisation, une personne, ça évolue, mais lentement.

    Dans des situations intenses il arrive que les choses changent. Mais si le choc (une pandémie par exemple) n'a pas d'effet sur la vision de l'organisation (ou sur celle d'une personne), il vaut souvent mieux se séparer. Ou alors il faut être prêt à patienter des années, en espérant que peut-être l'impensable merveilleux arrivera.

    La période est plutôt favorable aux salariés en informatique.

    Bon courage.

    • [^] # Re: Je trouve le sujet souvent caricatural

      Posté par  . Évalué à 8 (+6/-1). Dernière modification le 03/06/21 à 23:26.

      J'en connais un qui est chef et qui s'est senti vexé quand ça a parlé de cadres et qui du coup a lu en travers.

      Avoir une hiérarchie c'est une chose, avoir 28 niveaux de hiérarchie s'en est une autre. Avec des gens qui ont gradé pensant y gagner et au final se rendent comptent qu'ils ne sont que des silent-blocs servant à amortir les chocs venant d'en haut et d'en bas et servir de fusible qu'on mute ou licencie quand un truc ne va pas, qui doivent ėtre au courant de tout mais sans toucher à rien et qui n'ont autre option qu'envoyer des mails à droite et à gauche et organiser de nombreux meetings pour savoir de quoi on parle, où on en est et pourquoi ça n'avance pas, la raison étant parfoit lesdits trop nombreux meetings qui servent de psychothérapie plus qu'à du business.

      Alors moi après je ne me plains pas/plus, il n'y a pas de chef dans ma boite et probablement moins de gens qui ne servent à rien car quand ton role n'a plus de sens tu le supprimes et en crée un qui a plus de sens à la place.

      • [^] # Re: Je trouve le sujet souvent caricatural

        Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 9 (+9/-2). Dernière modification le 04/06/21 à 00:40.

        Je ne pense pas avoir lu de travers.

        Les temps comme les œufs sont dur: la ministre du travail a indiqué la fin du télétravail le 9 juin.

        Je lis ici que la ministre décide du télétravail obligatoire ou du travail en présentiel. C'est faux, ça a été expliqué au dessus.

        Le patronariat prépare avec délectation le retour en apotravail le plus vite possible: avoir ses collaborateurs sous la main permets de justifier le salaire de bien des managers inutiles.

        Je lis ici que les patrons sont des méchants qui veulent absolument faire du "apotravail" et dépenser de l'argent inutilement et conserver des intermédiaires qui ne servent à rien.

        Je lis surtout ici (mais c'est une interprétation - peut-être que je me trompe) que devnewton n'est pas à sa place dans sa boîte et qu'il lui en veut pour ça. Si il y a 28 niveaux de hiérarchie comme tu le dis, c'était probablement déjà le cas avant que devnewton ne rejoigne cette entreprise, c'est donc plutôt devnewton qui s'est trompé de boîte.

        Et ça n'a rien à voir avec les annonces de la ministre du travail.

        Il se trouve que ce genre de mal-être "de la faute de la boîte où on travaille", on le voit apparaitre un peu partout, sur les réseaux sociaux, dans la vraie vie … et il se trouve que dans la très grande majorité des cas ce n'est pas les entreprises qui ont changé mais les individus dont la vision a évolué.

        Ça me rends triste, car je bosse beaucoup mieux chez moi: pas d'openspace bruyant, une connexion internet qui marche au poil sans proxy nazi, du bon café en grains… Je me vois aussi mal perdre à nouveau 2h par jour dans les transports ou devoir à nouveau repasser des chemises et prendre une douche tous les jours.

        Ça n'a rien à voir avec le "patronariat" ou avec les petits chefs et les hiérarchies de 28 niveaux. Ni avec les annonces de la ministre du travail.

        Devnewton a découvert une autre vie pendant la pandémie et cette nouvelle vie lui convient mieux.

        Ce n'est pas de la faute des patrons ni des cadres de son entreprise.

        On me souffle qu'il a des bons côtés comme voir ses collègues, mais je me débrouille pour retrouver les plus proches de chez moi autour d'un repas en terrasse entre midi et deux. De toute façon quand je vais au bureau c'est pour faire des audioconférences au casque…

        A priori ça n'a rien à voir avec la pandémie pour le coup. Ce que je comprends c'est que le boulot de devnewton ne nécessite pas/peu de présentiel (de son point de vue). Que ce travail se déroulait déjà comme ça avant la pandémie mais que désormais le non-sens de cette organisation lui pèse.

        De ce que je comprends, pour l'entreprise c'est juste un retour à la normale. "La vie d'avant". Ce qui somme toute est une réaction naturelle.

        Bref c'est la grosse déprime, Nal. Et toi, tu préfères le télétravail ou l'apotravail?

        La question n'est pas neutre. La terminologie n'est pas "télétravail" ou de "travail en présentiel".

        Je comprends tout à fait que devnewton ne voit pas le sens des efforts qu'il doit fournir (2h pour aller faire des visio, se sapper "corporate", etc) mais ce n'est en aucun cas la faute de son entreprise, de la ministre du travail, des patrons … ni de la pandémie.

        C'était déjà comme ça avant, c'est juste un retour à la normale.

        La vision de devnewton a changé, comme pour beaucoup de salariés. Ce qui lui convenait avant ne lui convient plus maintenant. Ce n'est pas de la faute des autres, et notamment pas des patrons, ni des chefs, ni des cadres.

        Je n'ai pas été vexé, je ne pense pas avoir lu de travers ; je vois juste des gens qui travaillent dans un domaine où il y a plus d'opportunités que de candidats, qu'il y a moyen de trouver chaussure à son pied, que les modalités de travail sont plutôt plus souples qu'ailleurs et qu'on peut organiser sa vie à 100% comme on veut - le freelancing s'est énormément développé. Mais au lieu de prendre les choses en main et de se dire "ça ne me convient pas, je vais faire autrement, il y a quelques risques mais je les accepte pour m'épanouir", on met sa frustration sur le dos de sa boîte, des petits chefs inutiles, de la hiérarchie trop complexe … en mode "ils ne font pas tout ce qu'ils peuvent pour que je sois bien, ils n'ont décidément rien compris c'est vraiment des nases" .

        C'est pas vexant, c'est triste.

        • [^] # Re: Je trouve le sujet souvent caricatural

          Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 10 (+10/-2).

          C'était déjà comme ça avant, c'est juste un retour à la normale.

          Un retour à l'anormal plutôt :-)

          La vision de devnewton a changé, comme pour beaucoup de salariés. Ce qui lui convenait avant ne lui convient plus maintenant.

          Non, l'apotravail, c'était déjà nul avant et on savait déjà que le télétravail était une solution.

          Ce n'est pas de la faute des autres, et notamment pas des patrons, ni des chefs, ni des cadres.

          Bien sûr que si. L'organisation du travail, c'est la responsabilité des patrons, chefs et cadres, à la fois dans les mentalités, dans la pratique et dans la Loi.

          Bref si un jour un mouvement des peignoirs léopards (excusez la tenue, je suis en télétravail et je sors de la douche de la semaine) en vient à pendre le dernier PDG avec les tripes du dernier RH, il ne faudra pas venir ouinouinter c'est pas nous, on savait pas.

          Si vous trouvez ce post offensant, je m'en excuse. Prévenez moi sur sur https://linuxfr.org/board/

          • [^] # Re: Je trouve le sujet souvent caricatural

            Posté par  . Évalué à 2 (+5/-4).

            Non, l'apotravail, c'était déjà nul avant et on savait déjà que le télétravail était une solution.

            Non, tu avais juste mal choisi selon tes envies et besoins. Si une pandémie mondiale, meurtrière, qui a broyé des millions d'emplois, a amélioré ta situation, tu fais partie de ceux qui sortent gagnants d'une guerre non pas parce qu'ils se sont battus, mais parce qu'en passant entre les mailles du filet, ils récupèrent ce que les autres ont perdu.

            Vraiment, il y avait mille problèmes à l'apotravail auparavant si on accumulait les soucis de chacun et autant de coup de pied au cul d'institutions figées (le télétravail devait percer), mais tu pleurniches surtout sur un confort peu réfléchi que tu n'avais pas su obtenir avant.

            C'est tant mieux pour toi, ceci dit, mais personne n'est dupe quant aux réelles complications qui dépassent les routines déplaisantes.

            • [^] # Re: Je trouve le sujet souvent caricatural

              Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 9 (+6/-0).

              La demande des employés pour le télétravail était déjà forte bien avant la crise. Le "télétravail au bureau" avait déjà mis en place par les employeurs à force de dispatcher les équipes.

              tu fais partie de ceux qui sortent gagnants d'une guerre non pas parce qu'ils se sont battus

              Ne voir personne, c'était une bonne partie du combat. Dans cette pandémie les asociaux sont des troupes d'élites alors un peu de respect !

              Si vous trouvez ce post offensant, je m'en excuse. Prévenez moi sur sur https://linuxfr.org/board/

          • [^] # Re: Je trouve le sujet souvent caricatural

            Posté par  . Évalué à 2 (+2/-2).

            Non, l'apotravail, c'était déjà nul avant et on savait déjà que le télétravail était une solution.

            Et ça n'a pas était inventé l'an dernier. Il y avait déjà moyen de trouver du travail à distance avant et un certains nombres ici en font depuis longtemps.

            Après tu es encore et toujours dans la généralisation, ne sais-tu vraiment pas faire de distinction entre ton vécu et la généralisation ? Tu n'a jamais eu de cours de stats ou de proba ?

          • [^] # Re: Je trouve le sujet souvent caricatural

            Posté par  . Évalué à 5 (+4/-0).

            Non, l'apotravail, c'était déjà nul avant et on savait déjà que le télétravail était une solution.

            Le télétravail n'est pas une solution à quoi que ce soit. C'est un confort possible pour les personnes qui ont un métier compatible, qui ont un logement et un cercle familial adapté à la chose, et qui ne ressentent pas le besoin de présence humaine professionnelle autour d'eux. Et c'est très bien.

            Essayer de régler les problématiques du travail salarié par une solution qui ne peut toucher qu'une minorité des travailleurs (d'autant plus que ce sont souvent des travailleurs qui ont un travail déjà relativement "confortable"), c'est passer complètement à côté de la réalité quotidienne d'une bonne partie de la population active.

            Donc oui, c'est chouette dans certains cas, mais ça n'est pas "la solution" aux inconforts ou à la pénibilité du travail. Des mesures telles que la diminution du temps travaillé et l'augmentation des bas salaires me semblent plus universelles.

            • [^] # Re: Je trouve le sujet souvent caricatural

              Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 7 (+4/-0).

              Tout à fait ! De même que les chaises ne sont pas une solution universelle.

              Elles ne concernent qu'une minorité de travailleurs qui ont déjà un travail relativement "confortable", c'est passer à côté de la réalité quotidienne d'une bonne partie de la population active qui doit travailler debout.

              Si vous trouvez ce post offensant, je m'en excuse. Prévenez moi sur sur https://linuxfr.org/board/

              • [^] # Re: Je trouve le sujet souvent caricatural

                Posté par  . Évalué à 6 (+5/-0).

                Exactement ! Mon message pouvait paraître comme une sorte d'attaque contre le télétravail, mais ça n'en était pas une. L'amélioration du confort au travail est quelque chose d'important.

                Je réagissais sur le "l'apotravail c'est naze, le télétravail c'est la solution" que je trouvais un peu rapide.

                Mais en fait, je crois que j'écris ce message pour rien car il me semble qu'on est parfaitement d'accord.

        • [^] # Re: Je trouve le sujet souvent caricatural

          Posté par  . Évalué à 3 (+1/-0).

          Je suis tout à fait d'accord avec toi. Ça me fait penser à des discussions qu'on a déjà eu ici généralement pour parler de transports. Quand certains disaient qu'ils étaient contrains pour leur trajet et d'autres qui expliquaient que c'est un choix.

          Je trouve intéressant de voir comment c'est l'œil de l'observateur qui a changé plus que le monde. Autant, dans certains domaines, le télétravail est une découverte, autant en informatique ça existe depuis longtemps et les critiques que je vois du travail présentiel ne sont pas inhérent au télétravail. Pire le télétravail n'est pas une réponse complète aux problèmes.

        • [^] # Re: Je trouve le sujet souvent caricatural

          Posté par  . Évalué à 5 (+2/-0).

          Il se trouve que ce genre de mal-être "de la faute de la boîte où on travaille", on le voit apparaitre un peu partout, sur les réseaux sociaux, dans la vraie vie … et il se trouve que dans la très grande majorité des cas ce n'est pas les entreprises qui ont changé mais les individus dont la vision a évolué.

          Je crois que ça n'a rien de nouveau. Si les réseaux sociaux et les plateformes comme Glassdoor amplifient la visibilité, il y a toujours eu des gens pas content, soient qui grognaient dans le vent hors du boulot et intra équipe mais sans remonter les problèmes à leur hiérarchie (quite à escalader directement s'il y a problème avec le manager direct) ou aux RH, ou qui restent des années dans une sorte d'insatisfaction sans chercher d'autres environnements plus cléments.

          En un peu moins de 20ans de carrières je suis dans ma 5ème boite donc ça fait un changement en moyenne tous les 5 ans, je me rappelle que durant une période où je travaillais avec un status de fonctionnaire, une grande partie de mes collègues étaient insatisfaits de leurs conditions et vivaient de multiple frustration mais avaient pour plan de rester dans la boite comme dans une prison en comptant les mois jusqu`à leur retraite. Parce que sécurité de l'emploi, peur de l'inconnu, salaire correct mais pas forcément extra mais ils savaient ce qu'ils gagneraient dans 2-6-12ans, facilité d'emprunt immobilier chez le banquier, compagnon/compagne serein/sereine… Ils préféraient vivre dans une sorte de constante où on se plaint chaque jour de ses problèmes au bureau mais sans aucun espoir ni perspective d'amélioration.

          C'est assez désolant de voir ça, tant du point de vue humain que du manque d'empathie et de prise de conscience de la hiérarchie. C'est pas comme s'il n'y avait pas un gazillion d'études qui montre que des employés non motivés ne sont pas très efficaces.

    • [^] # Re: Je trouve le sujet souvent caricatural

      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 6 (+4/-0).

      La période est plutôt favorable aux salariés en informatique.

      Ta conclusion me permet de rebondir sur un pan manquant de la discussion, à savoir qu'il y a pas que des salariés en informatique qui font du télétravail, et comment ça explique aussi les discussions sur les chefs.

      Par exemple, dans une grande boite, c'est assez courant d'avoir non seulement des gens dédiés sur tout ce qui est support interne (que ça soit RH, gestion des bureaux, service informatique), mais surtout d'avoir des gens qui font le tampon entre les salariés et les personnes sur place via des niveaux de supports et des tickets.

      J'ai été support local pendant 2 ans, et mon chef m'a bien expliqué que je devais pas intervenir en premier, car trop compétent (et mieux payé) que le support niveau 1. Et c'est donc devenu une balance entre dire "non" à 30 commerciaux qui sont rompus à la négociation et qui lâche pas l'affaire, et suivre les demandes de mon chef.

      Et au final, le travail que mon chef voulait que je fasse, j'aurais pu le faire à distance. Mais il voulait que je soit sur place et que je dise non, car avoir quelqu'un sur place était une demande du directeur commercial France.

      Et du coup, on se retrouve avec des gens qui pourraient faire leur travail hors du bureau, mais il y a des demandes de gens ayant plus de pouvoir politique qui les font venir pour contourner les processus. Car bon, ouvrir un ticket, quoi que tout le monde dise, c'est pas pour aider les utilisateurs plus vite ou mieux, c'est surtout pour que ça coûte moins cher ou retarder ta réponse. Dire le contraire est une insulte à l'intelligence de tout le monde.

      Et je parle de ça car c'est aussi un état d'esprit différent.
      Le travail de chef ou de commercial, ça va être de parler avec les gens, de débloquer, de convaincre, etc.

      C'est fondamentalement un travail ou on récompense la rapidité à gérer un probléme, que ça soit du point de vue de l'organisation ou d'un point de vue général (eg, pas attendre que ça s'envenime). Et c'est la que des gens vont voir leur efficacité menacé par le fait de passer d'un mode présentiel (eg, avec des réponses rapides) à un mode à distance avec plus de latence.

      C'est pas que les chefs ne font pas confiance. C'est sans doute plus qu'ils préfèrent sans doute être capable de communiquer avec plus de nuance en face à face qu'avec un mail, et sans doute aussi plus rapidement qu'avec un mail (mail, ou messagerie instantané, etc).

      Ensuite, vu sous ce prisme, il y a une tension entre le bien être des encadrants et celui des encadrés. Et bien que je pense que gérer des personnes à distance, ça peut s'apprendre, je doute fort que la plupart des boites aient mis des choses en place à ce niveau en plein pandémie. Il a fallu apprendre sur le tas, avec tout ce qui ça comporte de frustrations, et c'est pas super.

      • [^] # Re: Je trouve le sujet souvent caricatural

        Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 10 (+11/-0).

        L'incohérence folle c'est que ces personnes qui veulent absolument avoir les gens "sous la main" sont souvent les mêmes qui poussent à des externalisations qui aboutissent à avoir des équipes réparties sur plusieurs sites.

        Si vous trouvez ce post offensant, je m'en excuse. Prévenez moi sur sur https://linuxfr.org/board/

        • [^] # Re: Je trouve le sujet souvent caricatural

          Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 0 (+1/-3).

          Il y a clairement un compromis à faire. Dans un monde idéal, tu aurait sous la main et pas cher, mais je suppose que la aussi, on se retrouve avec une tension entre 2 choix.

          L’ingénierie tourne autour des compromis, le reste aussi :)

          • [^] # Re: Je trouve le sujet souvent caricatural

            Posté par  . Évalué à 2 (+1/-0).

            Apparemment il y aurait moyen d'exploiter des gisements de minerais d'humains pas chers et locaux. Selon les pays ou les cultures ça s'appelle "bagne", "goulag", ou "lao-gai".
            C'est assez efficace, et les managers en sont satisfaits :-)

      • [^] # Re: Je trouve le sujet souvent caricatural

        Posté par  . Évalué à 7 (+6/-0).

        ouvrir un ticket, quoi que tout le monde dise, c'est pas pour aider les utilisateurs plus vite ou mieux, c'est surtout pour que ça coûte moins cher ou retarder ta réponse. Dire le contraire est une insulte à l'intelligence de tout le monde.

        Ca c'est une phrase de quelqu'un qui n'a pas fait de support, ou qui voit à court terme.

        Avoir des traces des demandes de support ça permet de :
        - avoir un retour sur la qualité et l'utilisabilité de ton produit.
        - avoir des traces lorsque tu passes le ticket à quelqu'un d'autre
        - pouvoir faire de l'analyse après coup d'un ou d'un ensemble de problèmes

        Au passage effectivement ça permet de filtrer un peu les gens qui ont un réel problèmes des grosses feignasses qui passent leur temps à demander aux autres par facilité plutot que de chercher un peu et d'analyser (et de les tracer).

        Après cet usage peut être détourné, et je ne suis pas fan non plus du 'tout ticket', mais ce genre d'affirmationb me parait un peu trop extrême.

        • [^] # Re: Je trouve le sujet souvent caricatural

          Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 6 (+4/-0). Dernière modification le 05/06/21 à 12:06.

          Ca c'est une phrase de quelqu'un qui n'a pas fait de support,
          ou qui voit à court terme.

          J'ai fait du support, comme j'ai dit dans mon histoire (ou une autre). Et je sais que les gens veulent pas avoir de paperasse, mais quelqu'un à qui parler et avoir les problèmes résolus.

          Ensuite, je ne dit pas que les tickets sont inutiles. Juste que présenter "on passe à un système de tickets parce que ça va être mieux pour vous" est un mensonge. En général, on passe à un système de ticket parce que ça permet une stratification du support, une organisation du process et donc une baisse des couts (ou en général, parce que le monde corpo aime les euphémismes, "une rationalisation").

          Ensuite, tu parles du support client (genre le support d'un éditeur logiciel), alors que je parle du support interne (eg, ton département info).

          Et je pense qu'il y a une nuance que j'ai oublié de préciser, c'est de forcer les gens à ouvrir un ticket avant de leur répondre, pas d'avoir un ticket. EG, l'acte précis de dire "maintenant, on ne parle que si il y a un ticket avant".

          Avoir des traces des demandes de support ça permet de :
          - avoir un retour sur la qualité et l'utilisabilité de ton
          produit.

          C'est principalement pour le bénéfice de la boite. Je ne vais pas être cynique de bon matin et dire que c'est utiliser les clients comme testeurs, car ça serait une énorme simplification trompeuse, mais on peut se poser la question du travail gratuit.

          À savoir que si j'ai un souci sur le produit, je passe mon temps avec le support pour indiquer comment le résoudre, mais que le bénéfice principal retombe sur l'éditeur qui a un meilleur produit sur la base du support, support que les clients payent.

          Et au final, si mon ticket réduit la charge du support de l'éditeur de 10%, le bénéfice va dans la poche de l'éditeur plus que chez moi.

          • avoir des traces lorsque tu passes le ticket à quelqu'un d'autre

          C'est le probléme du support, pas du client. Ensuite, ça retombe sur le client quand le support fait ça mal, mais quand j'appelle mon FAI, c'est pas moi qui doit me taper l'interface du système de ticket, c'est eux, preuve qu'on peut le faire sans passer le "cout" (au sens travail à faire) sur le client.

          • pouvoir faire de l'analyse après coup d'un ou d'un ensemble de problèmes

          Encore une fois, c'est pour améliorer l'efficacité du support et donc son coût.

          Alors ensuite, je suppose aussi que j'ai pas été clair. Car ce dont je parle, c'est de basculer de "tu contactes quelqu'un" à "tu va sur tel interface pour ouvrir un ticket, et on va voir quand on a le temps".

          C'est ce basculement qui est présenté comme une amélioration au bénéfice de tes utilisateurs qui n'est pas une amélioration. Et pour plusieurs raisons:

          Primo, ça rajoute de la latence (comme les mails), latence qui coûte de l'argent à la boite. J'ai assez souvent besoin d'aider les gens avec la mise en place de site web. Je ne sais pas pourquoi on nous contacte pas d'abord, mais je vais pas râler si les gens sont autonomes. Mais systématiquement, il faut aller changer le DNS et systématiquement, mes collègues galèrent. l’expérience montre que ça prends moins de temps de faire une appel vidéo de 15 minutes que d'échanger des emails pendant 3 semaines.

          Un système de ticket va avoir tendance à subtilement inciter à passer par le système de ticket plutôt que de se retrouver ensemble pour résoudre le probléme .

          Ensuite, tu as le fait que les systèmes de tickets sont en général pourris. Soit tu as pas tout dans le même système et les utilisateurs sont perdus. Soit tu as tout dans le même système, et on demande aux utilisateurs de se retrouver dans le labyrinthe de formulaire pour savoir ou ça va, car forcément, tu va pousser les gens à faire le travail de tri pour toi via un pré formulaire.

          Et comme le but est de réduire les coûts, tu te retrouve avec les gens qui ont le moins de qualifications spécialisées en première ligne (car c'est moins cher), qui vont parfois avoir du mal à piger les tickets (j'ai plusieurs fois du aller moi même dans le backend et contourner l'agent pour mes propres tickets). Parce que les incitations sont de traiter X tickets par jour, donc forcement, tu pousses à passer moins de temps.

          Et encore une fois, je parle de support interne. Je vois bien la différence avec le support externe, ou tu as:
          1) un système beaucoup plus simple pour rentrer les problèmes (genre, je me suis pas perdu pour dire "le driver bluetooth plante", alors que je sais toujours pas ou dire "je voudrais ce cable sur ce switch")

          2) la possibilité de taper ton ticket dans plusieurs langues (un point qu'on oublie souvent)

          3) un SLA qui est respecté

          4) la possibilité de faire ça par téléphone ou en envoyant un email

          5) la satisfaction client est prise en compte

          Et tout ça parce que dans le cas du support externe, c'est une prestation qui est vendu et qui rapporte. Le support interne, c'est plus vu comme un truc qu'on doit faire et qui coûte, ce qui est idiot, parce que quand les gens sont coincés, on perds de l'argent.

          Les dynamiques sont pas les mêmes. Par exemple, si j'appelle le support, quelqu'un parle avec moi, et ouvre le cas client, on me demande pas de le faire.

          Au support interne, c'était l'inverse (et mon chef m'avait explicitement interdit d'utiliser le script que j'avais fait pour ouvrir le ticket rapidement).

          Au passage effectivement ça permet de filtrer un peu les gens
          qui ont un réel problèmes des grosses feignasses qui passent
          leur temps à demander aux autres par facilité plutot que de
          chercher un peu et d'analyser (et de les tracer).

          Des cas de ce genre existent, mais mêmes les personnes que tu qualifies de feignasses doivent avoir du support, et la seule raison de ne pas leur donner, c'est le coût (eg, on veut pas embaucher 2 personnes pour faire le travail d'une).

          Si le but de la personne au support est d'aider les gens, alors c'est pas le moment de juger, comme les psys.

          J'ai eu quelqu'un qui est venu me voir parce que le site de la banque n'était pas fonctionnel et il fallait uploader un document pour un plan pour les salariés. Je n'ai aucun contrôle dessus, mais clairement, la personne était en panique à cause d'une deadline, et même si c'est pas mon scope, je pense que c'est mon devoir d'aider, parce que ça rends quand même l'ambiance plus sympa au travail.

          J'ai eu quelqu'un qui est venu me voir aprés avoir imprimé un document confidentiel sur la mauvaise imprimante à l'autre bout de l'Europe. C'était pas mon job de gérer ça (surtout que je venais de changer), mais j'ai quand même aider du mieux que j'ai pu (à savoir, dire "ok, on va appeler X dans le bureau et lui dire d'aller chercher le papier").

          Et tout ça, pour moi, ça rentre aussi dans l'ambiance que tu veux à ton travail. Si tu veux une ambiance ou les gens se soutiennent et que les gens se sentent bien, c'est mieux de ne pas mettre de barrières à l'entraide.

          D'ailleurs, le coté "pas de jugement" est d'autant plus flagrant que la question de la confiance est importante.

          L'équipe sécurité a aussi un système de ticket (mais transparent au possible), et ils ont calculé le coût d'un ticket chez eux (~20$), et malgré ça, ils acceptent tout les tickets à la con sans sourciller (genre chaque fois que tel service inscrit la boite à un nouveau truc SaaS et qu'on recoit un mail "cliquer ici pour vous inscrire", des tas de gens forwardent ça en disant "c'est du phising").

          Parce que pour eux, c'est plus important d'avoir des tickets que de réduire les coûts.

          Après cet usage peut être détourné, et je ne suis pas fan non
          plus du 'tout ticket', mais ce genre d'affirmationb me parait
          un peu trop extrême.

          Alors j’espère que mon paté est moins extrême :p

          • [^] # Re: Je trouve le sujet souvent caricatural

            Posté par  . Évalué à 2 (+1/-0).

            La question du support est très complexe: celui qui fournit le support veut que ça lui coûte le moins possible et le client veut le meilleur support pour le moins cher …

            Je comprends l'idée de ne pas utiliser les ressources les plus chères pour les réponses les plus simples. Et en même temps parfois en tant que client je veux vite avoir accès à un "bon" support.

            Ce n'est pas un problème facile à doser.

            Concernant le problème du télétravail, je ne veux pas non plus, vu mes tâches, revenir au bureau où c'est moins efficace et confortable mais je pense avoir à expliquer cela à mes responsables.

            Par contre pour mes subalternes je suis prêt à leur donner cette liberté car c'est une histoire de confiance…

            Au moins, on peut voir un côté positif à cette période de pandémie : une bonne occasion d'y trouver des aspects positifs (ou à minima de discussion pour discuter de l'organisation du travail)

            • [^] # Re: Je trouve le sujet souvent caricatural

              Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 4 (+2/-0).

              La question du support est très complexe: celui qui fournit le
              support veut que ça lui coûte le moins possible et le client
              veut le meilleur support pour le moins cher …

              Notre CIO avait bien résumé "alors si on demande aux utilisateurs, il faudrait 1 agent pour 25 personnes, mais si on demande au CFO, 1 pour 250, ça serait pas mal".

              Je comprends la problématique, et je comprends qu'on va pas dépenser des tonnes de thunes pour les salariés. Mais c'est justement parce que je la comprends que je supporte pas qu'on me prenne pour une truffe en me disant "t’inquiète, c'est pour ton bien", alors que je sais que non, c'est avant tout une pression financiére.

          • [^] # Re: Je trouve le sujet souvent caricatural

            Posté par  . Évalué à 2 (+1/-0).

            Ensuite, tu parles du support client (genre le support d'un éditeur logiciel), alors que je parle du support interne (eg, ton département info).

            Je perle en tant que product owner, donc de support sur le produit. Interne ou externe ça m'est égal. Et ça tombe bien en ce moment je suis sur une mission ou le support est un point chaud, point chaud qui a été atténué par la mise en place d'un système de tickets. Après que les tickets soient ouverts par une cellule que tu appelles ou par l'utilisateur de ton produit je dirais que c'est pas mon problème : je n'ai pas les ressources nécessaire pour avoir une personne à plein temps (voire plus) par jour qui entegistre des appels de support, du coup les utilisateurs (qui sont des utilisateurs internes ou partenaires ) ouvrent des tickets.

            forcer les gens à ouvrir un ticket avant de leur répondre, pas d'avoir un ticket. EG, l'acte précis de dire "maintenant, on ne parle que si il y a un ticket avant".

            C'est une phaser par laquelle on doit parfois passer lorsque les gens abusent. Après ça dépend des circonstances. Parce que sinon tu as des équipes qui passent les 2/3 de leur temps à faire du support alors qu'elles ne sont pas là pour ça à la base (ou que la charge de support doit être moindre), parce que des gens par facilité contactent directement les personnes alors que ça ne doit pas être le cas.

            C'est principalement pour le bénéfice de la boite. Je ne vais pas être cynique de bon matin et dire que c'est utiliser les clients comme testeurs, car ça serait une énorme simplification trompeuse, mais on peut se poser la question du travail gratuit.

            Non. Pas du tout. Une demande de support ce n'est pas simplement un ticket pour corriger des bugs. Ca peut être une demande d'informations sur ton produit, des choses que tu aurais pu oublier dans une doc, un accompagnement à l'utilisation de telle ou telle fonctionnalité. Le support peut englober pas mal de choses.

            Mais le scope du support doit être cadré, ce qui n'est pas souvent le cas (et c'est bienb souvent ça la base du problème). Je pourrais te citer des tas d'exemples de demandes de support faites à un service, demandes qui n'ont rien à voir avec le produit mais qui y sont envoyés parce que la personne ne sait pas ou le faire (en gros des tickets du style "ma box ne marche pas ), j'ai plus de courant électrique, pouvez-vous me la faire remarcher ?" auprès d'un FAI …).

            ça rajoute de la latence (comme les mails), latence qui coûte de l'argent à la boite.

            Euh … Non. Ca c'est ne voir qu'un aspect du problème. Pour ma part le fait de répondre "on demand" à des gens comme tu le suggère me ferait passer 100% de temps de l'équipe à faire du support, et empêcherait de réaiser les fonctionnalités attendues par la boite ce qui couterait plus cher encore, surtout lorsque les clients abusent.

            À savoir que si j'ai un souci sur le produit, je passe mon temps avec le support pour indiquer comment le résoudre, mais que le bénéfice principal retombe sur l'éditeur qui a un meilleur produit sur la base du support, support que les clients payent.

            Faut savoir … Tu parles de support interne ou de support aux utilisateurs ? Parce que si je reste sur le cadre d'utilisateurs "internes", le fait qu'il n'y ait pas de facturation est un "pousse au crime" à l'abus de sollicitation de support. J'ai eu des utilisateurs qui ont appelé parce qu'ils n'arrivent pas à se connecter à leur base de données, ou parce qu'ils ne savent pas utiiser vi, alors que le produit sur lequel je travaillais était du déploiement via CI/CD ….. Pour quantifier ce genre d'appel, si tu n'as pas de système de ticket c'est mort … Et si tu ne peux pas le quantifier pour prendre les mesures adéquates, c'est l'ensemble des clients de ton produit qui en paye les conséquences.

            Snon les utilisateurs peuvent appeler le support parce que le produit ne marche as comme attendu Donc ça peut vouloir dire que le produit est bugge (dans ce cas il fgaut corriger, et c'est rarement de la correction "online" avec l'utilisateur). Un ticket permet de faire en sorte que l'équipe de dev prenne en compte la demande (que ce soit dans l'immédiat ou un peu plus tard), et au client de suivre lui-même la situation de résolution e son problème. Mais ça peut vouloir dire également que la doc associée n'est pas claire (c'est pas évident d'avir une doc qui répond à tout), qu'une comm n'a pas été bien faite ou que le produit devient trop complexe pour qu'on le donne tel quel à l'utilisdateur et qu'il faut mettre en place des sessions de formation …. Sans suivi, les problèmes sous-jacents aux incidents passent "sous le tapis" et au final, c'est l'utilisateur qui à long terme en paye les conséquences. Ca peut vouloir dire également que le roduit ou la fonctionnalité ne couvre oas un use case qui n'a pas été identifié, donc ça te fait une nouvelle user story dans ton backlog … Ca peut vouloir dire plein de choses qu'il est plus efficace de traiter avec des tickets …

            Un système de ticket va avoir tendance à subtilement inciter à passer par le système de ticket plutôt que de se retrouver ensemble pour résoudre le probléme .

            L'un n'empêche pas l'autre. Sauf que le lendemain une autre personne risque de te recontacter pour le même problème tu vas passer 15 mn encore avec … et ainsi de suite sans que le problème de fond ne soit résolu Alors je t'accorde pour ça qu'il est nécessaire de faire de la revue de tickets pour que ça puisse marcher, et que c'est loin d'être toujours le cas (chez nous il y en a une, ça aide beaucoup, bien que je vois encore des choses à améliorer pour qu'elles soient plus productivesmais ça aide beaucoup pour la prise en compte des besoins clients).

            Au support interne, c'était l'inverse (et mon chef m'avait explicitement interdit d'utiliser le script que j'avais fait pour ouvrir le ticket rapidement).

            Nous on a mis en place des interfaces simplifiées … En gros on a partagé l'équivalent de ton script pour tout le monde sur une interface accessible à l'utilisateur qui n'a qu'a remplir le composant sur lequel il a un problème ou un besoin, le type de problème qu'il a et une description. Je trouve ça plus efficace … Et en pratique je demande aux équipes de ne pas ouvrir les tickets à la place des gens parce que sinon ils ne font que ça, et que c'est la porte ouverte aux abus de toute sorte.

            Des cas de ce genre existent, mais mêmes les personnes que tu qualifies de feignasses doivent avoir du support, et la seule raison de ne pas leur donner, c'est le coût (eg, on veut pas embaucher 2 personnes pour faire le travail d'une).

            Non. C'estaussi le érimètre et le cadre de ton produit et de ton support.

            Si tu fournis un outil sans mode d'emploi, effectivement. C'est à toi d'assumer le fait que tu ne fournis pas les instructions nécessaires à la bonne utilisation du produit. Maintenant, si ton outil est documenté et que la pertsonne a la flemme de lire cette doc, elle peut demander du support mais dans ce cas elle paye. Et enfin il y a des gens qui ne te demande pas du support sur l'outil mais de faire le travail à leur place avec l'outil, (potentiellement parce qu'ils ne sont pas non plus bien formés à leur métier … ou qui passent leur temps à demander aux autres pour chercher à leur place), ce qui de mon avis n'est pas du ressort du support.

            On pourrait prendre l'exemple d'une pelleteuse : est-ce au constructeur de former les utilisateurs à la conduite d'engin de travaux ? Non, c'est la charge de l'employeur de recruter du personnel formé à ça. Est-ce au support du constructeur d'utiliser l'outil pour creuser ? Non, c'est l'employé qui est censé être formé pour ça. Par contre rien n'empêche le constructeur de mettre en place des sessions de présentation/formation à son matériel, que les utilisateurs pourront choisir de suivre ou non, et qu'il fera payer (ou non) …. Mais en aucun cas ce n'est au support du constructeur constructeur de faire le trou ….

            Et comme le but est de réduire les coûts, tu te retrouve avec les gens qui ont le moins de qualifications spécialisées en première ligne (car c'est moins cher), qui vont parfois avoir du mal à piger les tickets (j'ai plusieurs fois du aller moi même dans le backend et contourner l'agent pour mes propres tickets). Parce que les incitations sont de traiter X tickets par jour, donc forcement, tu pousses à passer moins de temps.

            Ce n'est pas qu'un problème de cout c'est aussi du au fait que des personnes qualifiées ne voudront pas passer leurs journées à faire ce genre de travail. Dans une boite ou j'ai travaillé, une solution simple était de faire e sorte que les personnes qui développaient/mettaient en place les solutions passent 1/2 à 1 journée par semaine à faire du support, et 1/2 à 1 journée par semaine à traiter les taches récurrentes. Ca marchait plutôt bien, par contre ça n'enlevait pas à l'utilisateurt la respoinsabilité d'ouvrir un ticket (et en général quand c'était la première fois on les accompagnait …).

            J'ai eu quelqu'un qui est venu me voir parce que le site de la banque n'était pas fonctionnel et il fallait uploader un document pour un plan pour les salariés. Je n'ai aucun contrôle dessus, mais clairement, la personne était en panique à cause d'une deadline, et même si c'est pas mon scope, je pense que c'est mon devoir d'aider, parce que ça rends quand même l'ambiance plus sympa au travail.

            Ce n'est as mon point de vue : occasionnellement pourquoi pas, mais il arrive un moment ou ce genre d'attitude ne fait que cacher la poussière sous le tapis … De plus tu ne peux pas non plus prendre tous es malheurs du monde. Un support c'est une quantité de ressource limités pour un scope défini. Le hors scope ça peut se faire de temps en temps mais faut pas que ce soit une habitude. Enfin quand tu traites des choses hors-scope tu prend le risque de te mettre toi et ton équipe dans des situations très inconfortables (du vécu de ma part).

            Et malhereusement, ce que j'ai vu depuis plus de 20 ans que je bosse, c'est que les mauvaises habitudes se prennent vite, mais que curieusement elles mettent beaucoup de temps à disparaître.

            Et tout ça, pour moi, ça rentre aussi dans l'ambiance que tu veux à ton travail. Si tu veux une ambiance ou les gens se soutiennent et que les gens se sentent bien, c'est mieux de ne pas mettre de barrières à l'entraide.

            C'est typiquement le gere d'attitude qui fait que toi et ton équipe risquent de passer 50% de son temps à faire le boulot des autres au détriment de son propre boulot. Parce que "faut aider", "faut une bonne ambiance", etc …. et les managers et les directions comptent sur ça (c'est une autre façon d'avoir "une personne qui fait le boulot à la pace de deux" que tu citais plus tôt).

            • [^] # Re: Je trouve le sujet souvent caricatural

              Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 2 (+0/-0).

              Je pense qu'on est globalement d'accord, mais qu'on dérive du sujet de départ (et je prends ma part de responsabilité en pondant des patés).

              Pour ma part, le support était dans le nom de l'équipe (Support Régional Informatique). Donc je vais difficilement pouvoir dire que c’était pas mon périmètre. Je sais qu'il y avait une différence entre ce qu'on a dit aux gens du bureau, ce qu'on a marqué sur mon contrat et ce que mon chef m'a dit après, et que j'étais au beau milieu des contradictions entre tout ça (le fait que personne ne reste plus de 2 ans sur ce poste précis devrait quand même mettre la puce à l'oreille de quelqu'un mais bon).

              Et je comprends bien la question des ressources, et je pense encore une fois qu'on est d'accord, et c'est justement mon point, c'est que les ressources sont la raison principale, pas le fait d'avoir un meilleur service.

              Et l'exemple du script qui ouvre le ticket montre que finalement, c'est pas le tracking (et les autres bénéfices) qui est le plus important (sinon, on aurait moins de souci avec des exceptions) mais bien de pousser autant que possible le travail sur l'utilisateur.

              Et même la, je pense qu'il y a un souci, parce que le taux horaire des utilisateurs étaient parfois 4 à 5 fois le mien (si ils voulaient pas que ça se sache, fallait pas laisser traîner les papiers dans le bac de l'imprimante pendant 1 semaine…).

              Mais je comprends que l'idée que le département info soit sous payé doit resté un impensé sinon, ça serait la révolte.

  • # opportunité pour les entreprises de changer/s'améliorer

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 8 (+6/-0).

    devoir à nouveau repasser des chemises

    ha mais c'est pas un mythe les boites où il faut venir en chemise ?

    Bon sinon plus sérieusement, j'étais déjà en 100% télétravail avant donc de mon côté ça ne change rien.
    Par contre tout ceci a eu un impact vraiment fort sur ma boite. Avant la pandémie, les différents confinements et les fermetures d'écoles (dont les modalités ont été différentes suivant les pays où on a a des employés) environ 25% des employés étaient en télétravail et le reste dans divers bureaux (avec une politique souple permettant à chacun de télétravailler au besoin).

    On avait des bureaux, plutôt sympa. Juste avant le premier confinement français, tous les bureaux ont été fermés, partout. En mode : "vous pouvez revenir 1 fois au bureau prendre vos affaires et ensuite vous restez chez vous".

    Et depuis c'est simple, les bureaux n'ont jamais réouvert et ne réouvriront pas.

    Évidemment il a fallu du temps à tout le monde pour s'y habituer, pour s'équiper convenablement aussi.

    Même si avant on pouvait déjà embauché en télétravail, la plupart du temps on embauchait assez proche des bureaux. Désormais, il y a beaucoup moins de limites, et ça permet donc d'embaucher les gens là où ils sont, pas là où on est.
    Dans l'équipe où je suis, il n'y a qu'une personne que j'ai croisé, une fois, en vrai (donc le côté de perdre le lien avec les collègues, ben heu…) Tous les autres ont été embauchés pendant qu'on était tous en télétravail. Et ça continue (plusieurs embauches par semaine en ce moment). Et ça se passe plutôt bien, voir très bien je trouve. La boite n'est pas si grosse que ça (je pense dans les 60-70 au moment où on a fermé les bureaux) mais pas tout petite non plus, et répartie à l'époque sur 6 pays et 9h de décalage horaire. Donc déjà pas le cas le plus simple.

    Si certains veulent en savoir un peu plus sur cette évolution bureau -> télétravail, c'est en anglais mais c'est là : https://www.docker.com/blog/our-journey-from-office-centric-to-remote-first/

    Bref tout ça pour dire que des boites qui ont profité de cette situation pour en changer la culture et embrasser le télétravail ça existe, et que ça va devenir un critère de plus en plus important.

    Et il faut voir aussi que ça a eu un impact direct sur la vie de certains employés, qui, bien que au début était un peu réticent – mais faut dire que c'était du télétravail en contexte de pandémie, pas du télétravail normal –, en profitent maintenant pour déménager, partir de Paris voir même changer de pays. Pour la boite ça ne change rien en direct. Mais pour l'employé beaucoup, ce qui au final est bénéfique pour les 2.

    • [^] # Re: opportunité pour les entreprises de changer/s'améliorer

      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 5 (+3/-0).

      ha mais c'est pas un mythe les boites où il faut venir en chemise ?

      Et en chemises repassées en plus!

    • [^] # Re: opportunité pour les entreprises de changer/s'améliorer

      Posté par  . Évalué à 4 (+3/-0).

      Si les bureaux ne rouvrent pas, ta boîte ne paiera plus de loyer. Est-ce qu'il est prévu que le budget du loyer soit reversé aux employés ? Vous en avez discuté ? Ça paraîtrait légitime : vu que c'est un budget alloué aux lieux de travail des travailleurs, si ton lieu de travail est ton appart il est logique que l'argent soit affecté à payer ton appart.

      • [^] # Re: opportunité pour les entreprises de changer/s'améliorer

        Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 3 (+3/-2).

        Est-ce qu'il est prévu que le budget du loyer soit reversé aux employés ?

        Non.

        Vous en avez discuté ?

        Non.

        Ça paraîtrait légitime : […] il est logique que l'argent soit affecté à payer ton appart.

        Non.

        Plus sérieusement, je trouve ça très étrange. Je ne m'attend pas du tout à que l'argent des loyers paye mon logement. Je ne trouve pas ça "légitime".
        Le fait de ne plus payer de loyer de change pas mon salaire.

        Néanmoins, et sans rentrer dans tous les détails, une partie de cet argent est réutilisé pour améliorer les conditions de travail (matériel, participations aux frais divers du fait du boulot à la maison, etc) et pour permettre de se voir en physique (enfin quand on pourra) de temps en temps. Donc pour pouvoir par exemple regrouper les équipes françaises un ou deux jour qq part, pouvoir regrouper toute la boite quelques jours ailleurs, etc.

        • [^] # Re: opportunité pour les entreprises de changer/s'améliorer

          Posté par  . Évalué à 4 (+3/-0). Dernière modification le 05/06/21 à 07:40.

          Je ne pensais pas au salaire, plutôt à la même somme donnée à chaque employé quel que soit son échelon, et pas donnée en échange de son travail mais seulement pour lui fournir les moyens de travailler.
          L'employeur a l'obligation de mettre à ta disposition un local d'un certain espace, des toilettes, chauffage, lumière, etc, là la différence c'est juste que c'est toi-même le fournisseur de tout ça, à mon sens ça ne dispense pas du tout ton employeur de le payer.

          Enfin bon, donc vous ne le faites pas. C'est dommage, j'aurais bien aimé avoir un exemple à sortir pour le jour où le sujet arrivera sur la table dans ma boîte (malheureusement dans longtemps, j'en ai peur).

          • [^] # Re: opportunité pour les entreprises de changer/s'améliorer

            Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 4 (+3/-1).

            O_o

            j'ai jamais vu une boite où l'équivalent des loyers étaient reversés. Déjà ça pose la question de comment, surtout si tu ne veux pas que ce soit un salaire. Et la deuxième c'est "mais à quoi ça sert ?"

            En attendant, ma boite me donne une compensation tous les mois pour mes frais (genre chauffage, accès net, assurance, etc), me paye une partie de mon matos (bureau, chaise, écran, clavier, etc). Et la boite budgetise aussi pour permettre à tous de se rencontrer en physique malgré l'absence des locaux. Rien que ce dernier point fait que non, prendre l'argent des loyers et le donner aux employés ne marche pas.

            • [^] # Re: opportunité pour les entreprises de changer/s'améliorer

              Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 4 (+2/-0).

              Pourtant, ça semble être le cas, plus ou moins:

              https://www.juritravail.com/Actualite/teletravail/Id/330304

            • [^] # Re: opportunité pour les entreprises de changer/s'améliorer

              Posté par  . Évalué à 2 (+1/-0).

              Oui non mais je rêvais tout haut, effectivement ça n'existe pas pour l'instant et y'a peu de chances de le voir un jour.

              "mais à quoi ça sert ?"

              Pour l'employé, à avoir de meilleures conditions de travail. Moi par exemple si je dois télétravailler à long terme je serais très content d'avoir un appart avec une pièce dédiée au boulot au lieu de devoir bosser dans le salon.
              Mais bon dans la réalité si ça arrive je n'aurais probablement droit qu'au même genre de compensation que ce dont tu parles, et ce serait déjà pas mal…

              • [^] # Re: opportunité pour les entreprises de changer/s'améliorer

                Posté par  . Évalué à 6 (+3/-0).

                Perso moi avoir une pièce de plus à nettoyer c'est un peu la dernière chose que je voudrais.

                Après chaque contexte est différent. Pour quelqu'un vivant en colocation, le télétravail dans sa chambre ou un espace réduit d'une pièce commune n'est pas très comfortable. Il y a des gens très sédentaires qui vont rester assis des heures au même bureau et ont besoin €'un fauteuil de direction, de leur 3 écran, clavier mécanique et souris de gamer à 40000dpi sinon ils font une attaque d'apoplexie. Moi je suis plus télétravailleur nomade, je vais commencer à bosser 30-45 minutes tout nu dans mon lit pendant que ma copine somnole encore, bosser 1h assis dans le salon après la douche, aller à la cuisine prendre mon petit dejeuner et y rester travailler un moment après en buvant une deuxième tasse de thé puis monter sur la terrasse dehors un moment, redescendre et travailler debout au salon, etc, etc. Mais bon je faisais la même chose au bureau, je restais rarement plus d'1h à mon "poste de travail dédié", je passais aussi du temps sur le sofa, le vélo d'appartement, des salles de meeting libres pour le calme, debout aux tables de bar de la caféteria, à côté d'un collègue pour régler un truc…

                Ma boite nous a donné un budget pour accomoder notre place de travail, j'ai casi tout claqué dans un casque audio haut de gamme alors que mon poste de travail debout est un petit bureau ikea devant une étagère de la même marque (pour les écrans) surélevé avec des palettes récupérées dans la rue. Ma boite voulait des photos de notre poste de travail pour vérifier qu'on était ergonomiquement corrected, je les ai bullshitté parce que mon poste de travail est l'appartement entier.

              • [^] # Re: opportunité pour les entreprises de changer/s'améliorer

                Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 2 (+1/-1).

                je n'aurais probablement droit qu'au même genre de compensation que ce dont tu parles, et ce serait déjà pas mal…

                Je crois que j'arrive pas à suivre. Peut-être que je me méprends, mais à lire on dirait que c'est pas terrible. Ou alors je m'exprime mal, je sais pas.
                J'ai pas tellement l'impression que ce dont je parle soit mauvais, loin de là.

                Oui non mais je rêvais tout haut, effectivement ça n'existe pas pour l'instant et y'a peu de chances de le voir un jour.

                Quant à la question initiale, je n'en voit toujours pas l'intérêt de cette façon. Dire qu'on prend le budget loyer et qu'on le redonne à tous les employés n'est pas forcément la bonne chose à faire. Il y a d'autres façons de mieux l'utiliser. Une d'elles est simplement d'améliorer la rentabilité de l'entreprise, et c'est pas rien. Budgétiser des rencontres physiques est aussi important. Bien entendu une partie peut aussi simplement améliorer les conditions de chacun.

                Mais à un moment donné, un budget qui disparait… ben il disparait. On ne va pas le garder de manière théorique pour reverser aux employés, ça n'a vite aucun sens.

  • # Le café est meilleur au boulot

    Posté par  . Évalué à 3 (+2/-1).

    pas d'openspace bruyant, une connexion internet qui marche au poil sans proxy nazi, du bon café en grains

    Jusque là, tu décris l'endroit où je bosse en présentiel. Enfin, bossait, avant la pandémie. Chez moi le café est moins bon (enfin, non, il est bon aussi, mais c'est plus d'effort à faire que de juste pousser sur un bouton :p)

    Je me vois aussi mal perdre à nouveau 2h par jour dans les transports

    C'est le vrai problème, bon je n'ai pas deux heures, la moitié, enfin, techniquement 2*15 minutes de transport et 2*15 minutes à pied.

    En vrai, comme d'autres ici, je serais content de retourner au bureau, une fois de temps en temps, mais pas tout le temps. En plus on a raté plein de trucs à fêter, rien que pour les pots, ce sera sympa… mais pas pour tout de suite j'imagine.

    Bon de toute façon, pour l'instant c'est "continuez de chez vous au moins jusque fin septembre, et si vous voulez venir, c'est possible, mais il faut demander pour qu'on organise ça pour avoir peu de monde au bureau".

    Tous les nombres premiers sont impairs, sauf un. Tous les nombres premiers sont impairs, sauf deux.

    • [^] # Re: Le café est meilleur au boulot

      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 8 (+5/-0).

      Jusque là, tu décris l'endroit où je bosse en présentiel. Enfin, bossait, avant la pandémie. Chez moi le café est moins bon (enfin, non, il est bon aussi, mais c'est plus d'effort à faire que de juste pousser sur un bouton :p)

      Achète une machine avec broyeur, ça sera juste un bouton ! Les vieux modèles ne sont pas très cher (j'ai payé la mienne 200€, elle n'est pas sous Linux, mais elle fait… le café) et le café en grain est à la fois pas cher et très bon.

      Si vous trouvez ce post offensant, je m'en excuse. Prévenez moi sur sur https://linuxfr.org/board/

      • [^] # Re: Le café est meilleur au boulot

        Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 2 (+1/-1).

        le café en grain est à la fois pas cher et très bon.

        Mais pas forcément facile à trouver (bon, je dis ça, mais je ne suis pas super amatrice de café).

        Designeuse de masques pour sphéniscidés.

      • [^] # Re: Le café est meilleur au boulot

        Posté par  . Évalué à 4 (+2/-0).

        Je suis clairement pas prêt à mettre autant dans une machine à café perso. La mienne m'a couté, quelques dizaines d'euro et prend du café moulu. Un jour je prendrais un moulin pour m'amuser, mais le café moulu est moins cher que le grain (si je regarde chacunsoncafé par exemple) et me convient bien. Selon le temps que tu va garder ta machine et les frais que tu va avoir de réparation la différence de prix peut être assez grande (et oui ma cafetière italienne durera plus longtemps que ton usine à gaz :p).

        Vendredi troll café ?

        • [^] # Re: Le café est meilleur au boulot

          Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 5 (+2/-0).

          J'ai acheté la mienne en 2016, j'ai juste eu un bug une fois : l'infuseur descendez trop bas et puis refusez de remonter, sans doute un oubli dans le firmware. J'ai contourné le bug avec un bout de bois la bloquer. J'aurais préféré patcher le code, mais chez Delonghi on n'est pas encore opensource.

          Si vous trouvez ce post offensant, je m'en excuse. Prévenez moi sur sur https://linuxfr.org/board/

        • [^] # Re: Le café est meilleur au boulot

          Posté par  . Évalué à 5 (+3/-0).

          Si tu fais partie des gens dont le café au boulot est en gros de la mauvaise poudre diluée dans un gobelet jetable pour 0.30e alors et que tu en prends 4 par jour, il est très facile d'amortir une machine à 200e en quelques années.

          • [^] # Re: Le café est meilleur au boulot

            Posté par  . Évalué à 3 (+1/-0).

            Ah oui, c'est vrai que parfois il faut payer aussi. Donc il n'y a pas uniquement l'axe bon café/mauvais café, il y a aussi l'axe café gratuit/café payant qui peut rentrer en compte. Pour m'être déplacé chez pas mal de clients, je pense que le plus courant (dans un échantillon non représentatif, et biaisé puisque nos clients) ce sont les machines payantes qui proposent un choix de café moulu ou de café instantané (les deux dans la même machine) qui sont les plus courantes.

            Je n'ai pas fait de stats exactes, mais le café gratuit est plus courant dans de petites entreprises que dans les grandes, sauf parfois dans certaines équipes qui ont leurs machine perso/d'équipe (surement techniquement interdites par un règlement, mais ce n'est pas si rare)

            J'ai même vu un endroit où le café était gratuit avant 8h30 et entre 12h et 13h30 (je ne suis pas sûr des horaires exacts, mais c'était l'idée) et je dois dire que ça reste un cas unique dans ce que j'ai vu. Et dans d'autres pays; c'est différent. Par exemple en Angleterre, c'est évidemment le distributeur d'eau chaude qui est disponible, avec des choix de thé, et souvent une boite de café instantané quelque part pas loin. Je conseille le thé dans ce cas. En Suède, il y a du café évidemment (ils ne peuvent pas s'en passer, mais le fika c'est plus qu'uniquement la boisson (et si vous aimez la cannelle, c'est mieux)

            Tous les nombres premiers sont impairs, sauf un. Tous les nombres premiers sont impairs, sauf deux.

        • [^] # Re: Le café est meilleur au boulot

          Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 3 (+1/-0).

          Le dernier sondage a bientôt dix ans : Machines à café
          Il serait peut-être temps de le relancer ?

  • # apotravail pour moi

    Posté par  . Évalué à 9 (+9/-1).

    Pour avoir testé les deux, je préfère être "sur site".

    D'ailleurs je comprend pas les gens qui réclament d'avoir les mails pro sur leur téléphone, ou avoir un accès VPN pour pouvoir rebosser un peu le soir. Des toxicos ces gens-là :D.

    Ceci dit je bosse à 3km de là où j'habite, je fais le trajet en vélo, c'est sympa. Si je devais faire 2h de voiture par jour, j'aurais sans doute un avis différent.

  • # Apotravail ?

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 2 (+2/-0).

    Bonjour

    Quelqu'un peut m'expliquer le terme Apotravail. J'ai bien compris qu'il s'agit du travail en "présentiel", mais à quoi fait référence "apo" ?

    Merci

Envoyer un commentaire

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n’en sommes pas responsables.