Petite histoire du Bourne Shell

Posté par  (site Web personnel) . Édité par Benoît Sibaud, palm123 et tankey. Modéré par tankey. Licence CC By‑SA.
90
20
mar.
2015
Doc

Nos systèmes d'exploitations sont forgés par l'histoire. Ils se sont formés par stratifications d'inventions accumulées. Les idées de Ken Thompson, Steve Bourne, et Bill Joy - pour ne citer que les personnes dont il est question dans cette dépêche - sont fossilisées dans les sources des logiciels que nous utilisons aujourd'hui. Parce qu'un rappel historique nous permet de comprendre les raisons du fonctionnement actuel d'un logiciel, cette dépêche présente rapidement l'histoire du shell de Bourne.

Groff cherche un nouveau chef de projet

Posté par  (site Web personnel) . Édité par Ontologia, Nÿco, Benoît Sibaud et Xavier Claude. Modéré par Florent Zara. Licence CC By‑SA.
Étiquettes :
25
17
nov.
2013
GNU

Groff est l'implémentation GNU du logiciel de formatage de texte Troff. Il est majoritairement utilisé aujourd'hui pour mettre en forme les pages de manuels, mais il réunit toujours autour de lui une communauté d'utilisateurs convaincus.

Depuis longtemps déjà, Werner Lemberg, le mainteneur principal du projet ne pouvait plus y consacrer beaucoup de temps. Il a officiellement fait appel ce week-end à un nouveau chef de projet pour Groff. La suite de la dépêche détaille le contexte de cet appel à candidature.

Utroff : la renaissance de Troff

Posté par  (site Web personnel) . Édité par ZeroHeure, Benoît Sibaud et palm123. Modéré par Florent Zara. Licence CC By‑SA.
Étiquettes :
42
4
nov.
2013
Doc

Troff est un vénérable logiciel de formatage de texte hérité d'Unix. Plusieurs versions de Troff coexistent aujourd'hui, dont celle du projet Heirloom, qui a ajouté à Troff des fonctionnalités typographiques modernes. Dans l'esprit du projet Heirloom, Utroff retravaille l'ensemble des logiciels qui accompagnent Troff pour nous permettre d'utiliser efficacement celui-ci aujourd'hui.

Pour la sortie de la première version publique d'Utroff, cette dépêche propose une réponse aux deux questions que vous ne manquerez pas de vous poser : « pourquoi utiliser Troff aujourd'hui ? » et « pourquoi choisir Utroff ? ».

À la recherche des sources de Troff

Posté par  (site Web personnel) . Édité par Nils Ratusznik, baud123, Nÿco, B16F4RV4RD1N, Pierre Jarillon et patrick_g. Modéré par NeoX. Licence CC By‑SA.
87
7
août
2012
Doc

Troff est le logiciel de formatage de texte des Unix originaux. Il est toujours présent sur nos machines en sa version GNU (Groff) même s'il ne sert généralement qu'à afficher nos pages de manuel.

Eric Raymond n'hésite pas à dire que Troff est « l'application originale Unix qui tue tout » (Unix's original killer application, cf. The Art of Unix Programming), non seulement parce qu'il s'associe à différents interpréteurs et tire le meilleur profit des tubes et de la philosophie Unix, mais aussi parce que l'efficacité du logiciel a favorisé l'adoption d'Unix par le département des brevets de Bell labs, et ensuite au-delà.

S'il était largement utilisé dans les années 80, Troff est aujourd'hui tombé dans l'oubli, et semble peu à peu disparaître de l'Internet. Pourtant, en cherchant bien, on retrouve de nombreuses traces de la vivacité passée de Troff.

Ces traces sont exhumées en seconde partie de la dépêche.

Vers une libération de l’Internet ?

Posté par  (site Web personnel) . Modéré par Lucas Bonnet. Licence CC By‑SA.
Étiquettes : aucune
37
20
juin
2011
Internet

L’ICANN a voté aujourd’hui une modification majeure du mode d’attribution des noms de domaines de premier niveau (TLD). Jusqu’alors, le nombre de noms de domaine de premier niveau était restreint : ce sont les « .com », « .net », « .eu », « .fr », etc., que nous avons l’habitude de voir à la fin des noms d’hôtes pleinement qualifiés. Mais aujourd’hui, l’ICANN a « ouvert le système de nommage d’Internet, pour libérer l’imagination humaine mondiale » (« ICANN has opened the Internet’s naming system to unleash the global human imagination », Rod Beckstrom, PDG de l’ICANN), de sorte que « la décision d’aujourd’hui va ouvrir un nouvel âge de l’Internet » (« Today’s decision will usher in a new Internet age », Peter Dengate Thrush, président du Conseil d’administration des directeurs de l’ICANN).

Devons‐nous nous réjouir de ces si beaux discours ?

Groff sort en version 1.21

Posté par  (site Web personnel) . Modéré par patrick_g.
37
17
jan.
2011
GNU
C'est le 31 décembre 2010 que Werner Lemberg, le principal mainteneur de groff, a annoncé la sortie de la version 1.21, soit près de deux ans après la sortie de la précédente version.

Pour rappel, groff est l'implémentation GNU de l'ancestral logiciel roff, interpréteur du langage de formatage de texte du même nom. Groff est généralement utilisé sur nos machines pour afficher nos pages de manuel, mais, outre la sortie en ASCII, latin1 ou UTF-8, groff peut aussi créer des fichiers HTML, xhtml, dvi, PS, ainsi que des fichiers aux formats spécifiques à certaines imprimantes.

Voici quelques-unes des améliorations apportées par cette nouvelle version:
  • Correction d'une petite faute dans tmac/hyphen.fr qui rendait impossible la césure des lignes des textes français ;
  • Ajout d'une nouvelle catégorie d'alarme nommée file pour indiquer l'absence d'un fichier appelé par mso ;
  • Amélioration du support des langues asiatiques et en particulier du japonais. C'est d'ailleurs cette amélioration importante qui a motivé Werner Lemberg à publier cette nouvelle version de groff ;
  • Création d'une nouvelle catégorie de piège (trap) actionnable lorsqu'une ligne commence par un espace, sous réserve que soit définie la macro lsm. Le saut de ligne qui advient normalement dans ce cas n'a alors pas lieu.

En seconde partie de dépêche est proposée une plus large présentation de groff et de son histoire.

Michel Riguidel et la Hadopi

Posté par  (site Web personnel) . Modéré par baud123.
Étiquettes : aucune
31
2
août
2010
Justice
Michel Riguidel est professeur à l’École Nationale Supérieure des Télécommunications, maintenant Telecom ParisTech. Il dirige des recherches sur la sécurité de l’Internet du futur, les infrastructures de confiance, le tatouage et la protection de contenus (multimédia et logiciel), les architectures et politiques de sécurité. Il a déposé plusieurs brevets sur les pare-feu, le tatouage et le téléchargement illégal. Il est à l'origine du mot « tatouage » en sécurité informatique.

Retraité depuis mai 2010, il a obtenu son éméritat lui permettant de continuer à enseigner. Il est aussi auto-entrepreneur depuis le 1er juin 2009 dans le domaine du conseil en informatique, réseau et sécurité.

C'est vers ce chercheur talentueux que la Hadopi s'est tournée pour la rédaction des spécifications fonctionnelles pour la labellisation des outils de sécurisation dont elle a la charge. La suite de l'article propose un aperçu de sa position philosophique concernant la neutralité des réseaux, et analysera la façon dont ses recherches s'articulent avec le projet de la Hadopi.