Journal Mettre ses parties en ligne !

40
17
avr.
2017

Cher journal

Je suis venu te conter une histoire. Cette histoire est issue d'un désir coupable de frimer un peu.
Non, je n'ai pas réussi à faire quelque chose d'exceptionnel ou d'impossible comme inventer une ampoule qui dure 10 fois plus longtemps que toutes les autres.
Je souhaite juste montrer comment GNU/Linux, le système D et la philosophie OpenSource/libre/DIY peuvent permettre d'automatiser un processus de production vidéo.

Contexte:

Je suis développeur de Rolisteam. J'avais besoin de faire un peu la (...)

Mise aux poings sur systemd

96
13
juin
2014
Technologie

systemd est un gestionnaire du système et de services (aussi appelé « PID 1 », car c’est le premier processus à être lancé) pour Linux, compatible avec SysV et les scripts d’init LSB. systemd a des capacités de parallélisation énergiques. Il utilise les sockets et l’activation par D-Bus pour démarrer les services, permettant le démarrage à la demande des démons. Il surveille et commande les processus avec les groupes de contrôle (cgroups) Linux. Il prend en charge la construction d’instantanés et la restauration de l’état du système. Il maintient les points de montage et d’auto-montage, et implémente une logique de contrôle transactionnelle élaborée fondée sur les dépendances entre services.

systemd ne fait pas partie du projet freedesktop.org, bien qu’hébergé sur le site. Il est codé en langage C et publié sous licence GNU GPL 2.1+. Il a été lancé par Lennart Poettering, auteur de PulseAudio et d'Avahi entre autres, et est maintenant activement développé par plusieurs dizaines de développeurs.

La dernière dépêche concernant systemd a suscité de nombreuses réactions et certaines d'entre elles montraient une méconnaissance de ce logiciel : la dépêche se contentait, pour la majeure partie il est vrai, de traduire les notes de versions.

Je vais donc faire un point sur systemd, histoire d’en finir une bonne fois pour toutes avec les discussions sans fin sur systemd (l’espoir fait vivre).

Les journaux LinuxFr.org les mieux notés du mois de mars 2013

Posté par (page perso) . Édité par Benoît Sibaud. Modéré par Pierre Jarillon. Licence CC by-sa
6
4
avr.
2013
LinuxFr.org

LinuxFr.org propose des dépêches et articles, soumis par tout un chacun, puis revus et corrigés par l'équipe de modération avant publication. C'est la partie la plus visible de LinuxFr.org, ce sont les dépêches qui sont le plus lues et suivies, sur le site, via Atom/RSS, ou bien via partage par messagerie instantanée, par mail, ou encore via médias sociaux.

Ce que l’on sait moins, c’est que LinuxFr.org vous propose également à tous de tenir vos propres articles directement publiables, sans validation a priori des modérateurs. Ceux-ci s'appellent des journaux. Voici un florilège d'un dizaine de ces journaux parmi les mieux notés par les utilisateurs… qui notent. Lumière sur ceux du mois de mars passé.

Journal Exposer un ou des modules Python sur D-Bus [proof of concept]

41
2
mar.
2013

Sommaire

Réfléchissant au moyen d'utiliser un module python2 dans mon projet python3 (le module pyalsa en fait), m'est venue l'idée saugrenue de lister toutes les méthodes et des les exposer avec D-Bus, afin d'y avoir accès depuis Python 3, ou n'importe quoi qui cause avec D-Bus. Ce n'est certainement pas la solution que je vais (...)

A-Bus, un autre bus dédié GNU/Linux embarqué

Posté par . Édité par Nÿco et baud123. Modéré par NeoX. Licence CC by-sa
37
22
mar.
2012
Linux

Alors que Linux embarqué monte en puissance, il est souvent nécessaire de disposer d'un bus logiciel permettant de faire communiquer les différentes briques du middleware entre elle. Le monde des bus étant déjà bien rempli, la question voudrait de se poser la question sur la pertinence sur un nouveau ? En effet, il en existe un certain nombre mais pour la plupart ce sont des bus issus du monde des desktops ayant été portés pour l'embarqué, sans aucune adaptation.

Évolutions techniques de systemd

Posté par . Modéré par baud123. Licence CC by-sa
143
2
août
2011
Linux

LinuxFr.org a déjà publié quelques articles à propos de systemd, sans entrer trop dans les détails des améliorations techniques.

On trouve en particulier un entretien avec son auteur, Lennart Poettering, et un journal contestant la qualité et les dépendances du code.

L’arrivée de systemd provoque pas mal de remous, justifiés ou non. On peut citer l’objectif « Linux only » affiché par l’auteur, les multiples dépendances et en particulier celle de D-Bus, la personnalité de l’auteur et la qualité de ses réalisations précédentes, le périmètre de responsabilité de systemd (gdm) et probablement de nombreux autres points.

Cet article a pour objectif de passer en revue les évolutions techniques et les objectifs de systemd. Les autres questions citées ci‐dessus ne sont pas injustifiées (en tout cas, pas toutes), mais sont en dehors du périmètre fixé.

L’article se base essentiellement sur les présentations de Lennart Poettering publiées sur son site en particulier, certains paragraphes sont des traductions un peu condensées de sa présentation initiale.

Merci aux relecteurs : Davy, Spack, npa.