TapTempo en Verilog

70
20
sept.
2020
Matériel

Le projet TapTempo semble faiblir depuis quelques mois maintenant. En panne de langage informatique pour en faire une dépêche ?

N. D. M. — TapTempo est un détecteur de tempol’utilisateur frappe une touche en cadence régulière et le programme en déduit le tempo correspondant. Il a été décliné en de multiples langages de programmation.

Laissez‑moi vous présenter un langage assez particulier puisqu’il ne sert pas à faire de la programmation. Ce langage permet de décrire le comportement numérique d’un composant électronique (on parle alors de langage de description de matériel — HDL) : le Verilog.

C’est aussi un langage utilisé pour faire de la synthèse numérique sur les circuits logiques programmables (FPGA). Dans cet exemple, nous utiliserons la carte de développement à bas coût ColorLight 5A‑75B.

Vue d’ensemble du montage TapTempo

À la découverte de l’écosystème Mooltipass

40
2
août
2020
Sécurité

Le projet open source Mooltipass a été lancé il y a maintenant sept ans, avec pour but d’offrir une solution hors ligne de stockage de noms d’utilisateur et mots de passe, de petits fichiers et de clefs SSH. Au contraire des solutions similaires existantes sur ordinateurs et téléphones, le Mooltipass est un élément dédié qui effectue seulement les opérations de sécurité. Composé d’extensions navigateur (Chrome, Firefox et Opera), d’un logiciel de gestion de bases de données multi‑plate‑forme et d’un appareil dédié branché en USB ou Bluetooth, nous vous faisons découvrir le fruit de sept ans de travail de contributeurs non rémunérés.

Mooltipass Mini BLE

Journal Sifive Hifive 1 revision B - Présentation de la carte - episode 1

Posté par  . Licence CC By‑SA.
Étiquettes :
15
28
juil.
2020

Salut,

J'ai récemment acquis une carte de développement Sifive Hifive 1 rev B, dont la principale motivation était de faire joujou avec la fameuse architecture de jeu d'instructions libres RISC-V. \O/

J'ai pris cette carte car c'était celle dans les premiers prix à 80 €, bien plus abordable que la carte Sifive HiFive Unleashed.

Alors qu'est ce qu'on a dessus :

  • un microcontrôleur (FE310-G002) avec son coeur E31 utilisant l'architecture de jeu d'instructions RISC-V
  • du (…)

Google libère les ASIC avec un PDK open source en 130 nm

Posté par  (site Web personnel) . Édité par BAud, Xavier Teyssier, Ysabeau et Davy Defaud. Modéré par Davy Defaud. Licence CC By‑SA.
46
5
juil.
2020
Matériel

La libération des FPGA s’accélère à grands pas, il devient presque difficile de suivre toutes les nouvelles sur le sujet. Mais les FPGA ne doivent pas nous faire oublier leurs grands frères que sont les ASIC.
Un FPGA est un composant ayant un silicium déjà « gravé » mais où il est possible de reconfigurer les connexions entre les éléments logiques à volonté. Dans le cas d’un ASIC, on va cette fois graver directement les transistors sur un silicium vierge et les relier via des couches métaliques une fois pour toutes. Il ne faut surtout pas se planter à l’étape de conception car on ne pourra pas modifier les interconnexions une fois la production lancée.

EOS S3, le bitstream libéré !

38
11
juin
2020
Matériel

Pour configurer les différentes connexions des blocs de logiques contenus dans un FPGA il faut lui fournir un fichier de configuration appelé « bitstream ». Quand on parle de libération des FPGA, on pense principalement à la publication de ces spécifications.
Jusqu’à présent, cette « libération » s’est faite, pour une poignée de FPGA (majoritairement Lattice), par ingénierie inverse. Donc jamais à l’initiative du constructeur, ce dernier n’ayant même pas toujours connaissance de projet d’ingénierie inverse à destination de ses produits. Et il faut aller fouiller dans d’obscurs fils Twitter et autre forums de bidouilleurs pour les découvrir.

Mais la libération s’accélère, et une petite société peu connue dans le monde du FPGA vient de lancer un produit basé sur des outils libres pour le développement : l’EOS S3.

FRAISE : FRAmework for Interfacing Software & Electronics

Posté par  . Édité par Davy Defaud, Benoît Sibaud et Xavier Teyssier. Modéré par Ysabeau. Licence CC By‑SA.
18
4
avr.
2020
Matériel

FRAISE : un projet open hardware pour simplifier la réalisation d’interfaces de contrôle.
C’est un environnement libre développé au sein de metalu.net, composé de cartes électroniques programmables à faible coût et d’un ensemble logiciel.
Cet outil vise à simplifier la réalisation d’installations robotiques, la construction d’interfaces de contrôle (pour la musique, la lumière, le Vjing…) ou tout autre assemblage de logiciels, de capteurs et d’actionneurs.
FRAISE trouve sa place dans de nombreuses créations d’artistes, dont certaines sont documentées sur le site metalu.net.

Portable en Open Hardware, en bonne voie

Posté par Elwood . Édité par Davy Defaud, Benoît Sibaud et ZeroHeure. Modéré par Pierre Jarillon. Licence CC By‑SA.
Étiquettes :
36
14
fév.
2020
Matériel

Une carte mère en Open Source, ça existait déjà, mais une carte mère de portable en Open Source, je crois que c’est une première ! OK, il y a bien eu des projets dont la qualité n’intéressait pas le public.

Cette fois, il s’agit d’un ordinateur portable tout à fait apte à satisfaire chacun. Jugez donc :

Photo du Slimbook Eclipse

Ce projet emmené par des passionnés est déjà bien avancé. Les schémas électroniques sont déjà disponibles sous CERN Open Hardware Licence v1.2 sur le projet GitLab oshw-powerpc-notebook/powerpc-laptop-mobo, et le travail a déjà commencé sur l’élaboration de la carte mère !

La réussite de ce projet permettrait non seulement d’avoir un ordinateur open source pour le public, mais aussi de permettre à d’autres d’utiliser ces travaux : des écoles de conception de matériel pour travailler sur ce type de produit, des sociétés qui peuvent réduire leurs coûts en partant du travail déjà effectué.

Alors, pensez à contribuer, soit en donnant du temps, soit en faisant une donation.

La libération des FPGA et des ASIC bien engagée pour 2020

70
20
jan.
2020
Matériel

En début d’année 2019 se posait la question de savoir si ce serait l’année de la libération des FPGA. En ce début d’année 2020, essayons de faire un bilan.

FPGA, ASIC, HDL, RISC‑Ⅴ et PCB sont les chapitres que nous allons découvrir dans la suite de cet article. Si vous connaissez déjà ces sigles et acronymes, vous allez adorer ; mais si vous ne les connaissez pas, c’est indispensable car ces vocables sont à la base de la culture universelle de notre siècle.

Nous sommes actuellement arrivés à un moment clé pour le matériel informatique. Il en est au même point que le logiciel libre en était en 2000, quand il est devenu mature. Le mouvement est lancé et les projets deviennent utilisables. On ne rêve plus…

Journal CPU Ex0124 Apple II

Posté par  (site Web personnel) . Licence CC By‑SA.
4
19
déc.
2019

Dans cette release de CPU :

Pomme, crochet ouvert, crochet fermé ou deux barres obliques. Notre invité est Antoine “LoGo” Vignau, archiviste d'Apple II.
Émission enregistrée en Août 2019 lors de l'Apple II Festival France, produite par Silicium.

Fiche de l'émission, podcast et liens documentaires

Chroniques :

Nous revenons le 9 Janvier 2020, très bonnes (…)

Journal k1g1 : le premier FPGA Libre…

Posté par  (site Web personnel) . Licence CC By‑SA.
83
4
nov.
2019
Ce journal a été promu en dépêche : k1g1 : le premier FPGA Libre….

…à ma connaissance (la dernière fois que j'ai regardé, il n'y en avait pas d'autres)

Camarades moules,

Aujourd'hui est un grand jour pour moi, pour la communauté Libre et enfin pour l'Humanité. Oui, rien que ça. En effet, je viens de valider en simulation au niveau porte logique (gate-level simulation en anglais, j'ignore la traduction exacte) le premier cœur FPGA Libre basé sur ma propre architecture.

Mais avant d'aller plus loin, un peu de contexte.

Un FPGA, c'est qu'est-ce quoi

(…)

Open Computer v0.1 : Preuve de concept d’un ordinateur portable modulaire sous GNU/Linux

102
12
sept.
2019
Matériel

Constatant qu’aujourd’hui les ordinateurs portables sont de plus en plus difficiles à réparer et à faire évoluer, nous avons décidé de remédier à cette situation : nous développons un ordinateur portable modulaire constitué de blocs contenant des pièces standards du marché. Sans inventer de nouveaux composants, nous réorganisons l’architecture matérielle d’un ordinateur portable. L’intérêt est de pouvoir changer soi‐même les pièces de son ordinateur en quelques secondes et sans risque de casse. Notre ordinateur n’est donc plus jetable, mais réparable, évolutif et écologique.

Comme vous pouvez le deviner, notre PC utilisera GNU/Linux, et dans la mesure du possible nous fournirons les plans en Open Hardware.