Le copyleft en question

Posté par . Modéré par Fabien Penso.
Tags :
0
21
déc.
2001
Communauté
Des développeurs du Libre prennent leurs distances avec le copyleft de la Free Software Fundation.

Dans un article sur O'Reilly Network, ils expliquent que les licences copyleft qu'ils avaient choisis dans un premier temps leur ont posé des soucis par la suite. Ils retracent leurs choix successifs de licences en expliquant ce qui a motivé ce choix: des motivations d'ordre philosophique (le Bien) mais aussi d'efficacité (le Mieux).
Deux reproches sont fait à la GPL: on impose nos idées aux autres; la gestion de la GPL-compatibilité est lourdingue. En ce qui concerne la LGPL, Liberated GPL (sic), ses termes leurs paraissent flous. Mais le tableau qu'ils brossent n'est pas tout noir. Les licences copyleft ont un rôle important de catalyseur à jouer, disent-ils. Ils proposent qu'on ne considère pas le copyleft comme un choix par défaut mais qu'on l'intègre dans la stratégie de développement d'un projet.

Les conclusions de l'article, sous forme de conseils sont traduites ci dessous:

- Utilisez une licence couvrant les plus petites conditions de copyleft qui conviennent à votre projet. Par exemple et par ordre croissant, nous utilisons :
* des licences sans conditions,
* la MPL avec des conditions sur les fichiers,
* la LGPL avec des conditions sur les bibliothèques,
* et la GPL avec des conditions sur les exécutables.

- Si le copyleft est nécessaire, placez le uniquement sur la partie spécifique de votre code. Par exemple, si le code d'une table de hachage ou d'un socket wrapper ne sont pas spécifiques à votre application, il pourra être réutilisé dans d'autres projets. Donc il devrait avoir moins de copyleft que ce qui fait la spécificité de votre application afin d'éviter d'imposer des conditions copyleft sur des projets où il sera réutilisé. Si vous envisagez de mettre le code sous plusieurs licences, notez que le code sous GPL ne pourra être combiné qu'avec du code sous une licence compatible avec celle ci.

globale harmonie

Posté par . Modéré par Fabien Penso.
0
6
nov.
2001
Humour
L'Organisation Mondiale pour la Propriété Intellectuelle (OMPI) a eu l'idée géniale d'organiser un concours reservé aux étudiants sur le thème : "Dans ma vie de tous les jours, j'explique comment la Propriété Intellectuelle roulaize grave".

Mais les mauvais esprits de Wipout ont détourné le concours. Ils proposent une contre dissertation sur le thème : "La Propriété Intellectuelle ? Ca suxxe carrément terrible sur ma vie quotidienne".


Evidemment, de nombreuses versions professionnelles de wmco1nco1n seront distribuées for free aux heureux lauréats...

Merci à Uzine pour l'info.

Screamer cracke MS-DRM

Posté par . Modéré par Fabien Penso.
0
23
oct.
2001
MP3
Sur le forum Usenet sci.crypt, un certain Beale Screamer a annoncé qu'il avait réussit a cracker le Digital Right Management de Microsoft.

Cet ensemble de composants est censé faire respecter les droits que les licences accordent aux utilisateurs. Ainsi un éditeur peut vous accorder une licence vous permettant d'envoyer tutut.wma vers les baffles, mais vous interdira de l'expédier sur le réseau.

C'est MS-DRM qui s'occupe du respect des licences en utilisant des canaux cryptés (de manière à éviter l'espionnage) entre des composants certifiés (de manière à éviter les indésirables).
Le crack de Screamer permet de délivrer le fichier des restrictions qui lui ont été attribués. Pour arriver a ceci, il a exploité les failles du schéma :
- Pour avoir des canaux cryptés, il va falloir que l'OS stocke des clefs privés qu'il aimerait vous cacher;
- L'OS peut certifier des composants, mais l'inverse n'est pas vrai. Un composant n'a pas de moyen de vérifier que l'OS est sain.

Screamer aprés avoir bien détaillé la cuisine interne, indique ses motivations à la fin du message. Il s'adresse aux utilisateurs, à Microsoft, aux DOJ, aux artistes, aux éditeurs. Il n'a pas travaillé la dessus pour qu'on se mette à déchirer toutes les licences mais pour attirer l'attention sur une situation qu'il pense préoccupante.
Microsoft a indiqué qu'il corrigerait promptement pour contrer l'exploit. Screamer précise que ca leur sera effectivement facile et conseille de ne pas upgrader.

Renater filtre sans filet

Posté par . Modéré par Fabien Penso.
Tags :
0
8
oct.
2001
Justice
Actuellement, un procés est en cours en France pour juger si certains fournisseurs d'accés Internet français se doivent de filtrer l'accés au site Front14, des pédonazis purs sucres hébergés aux US. Ce procés anticipe sur la future loi LSI qui devrait trancher le cas.


En marge du procés et sans même que le site ait été condamné ou inculpé, le FAI de l'education nationale, Groupement d'Intérêt Public Renater, vient de prendre l'intitiative de couper l'accès a ce site. Montrer du doigt les vilains serait-il suffisant pour les censeurs ou bien Renater a-t-il peur de se faire inculper ?

Selon Transfert, les arguments qu'avance le directeur du GIP Renater sont les suivants:

L´utilisation du réseau Renater est soumise à l´adhésion à une charte d´usage. Je ne pense pas que l´accès au site de Front14 soit conforme à la charte, autrement que pour d´éventuels travaux de recherche en sociologie ou anthropologie. Dans ce cas, les chercheurs sont libres de venir m´en parler.


Quelle est la section de la charte Renater qui autoriserait ce filtrage ?

communauté et évolution

Posté par . Modéré par orebokech.
Tags : aucun
0
21
sept.
2001
Communauté
Cet article sur NewsForge présente les avis de quelques leaders sur la Communauté du Libre et le rôle que chacun s'y donne ou se devrait d'avoir. On y entend Linus Torvalds, ESR, Bradley Khun, Bruce Perens, Victor Yodaiken.
Les avis qui sont exprimés semblent très contrastés. La Communauté est-elle soudée ?

RTLinux viole la GPL

Posté par . Modéré par Fabien Penso.
Tags : aucun
0
16
sept.
2001
GNU
Dans un communiqué, la FSF affirme qu'il y a un problème de licence avec RTLinux, un noyau Temps Réel dérivé de Linux.


RTLinux est soumis à deux licences :


  • Un copyright GPL qui appartient à Torvalds (simplifions ;).

  • Un brevet Open RTLinux qui appartient à FSMLabs.

La FAQ de FMSLabs (question 10) indique que la licence du brevet renforcerait l'effet GPL.


Cependant, la FSF affirme que les deux licences sont incompatibles, et demande à un des deux acteurs de résoudre le problème. Elle a fait des propositions à FSMLabs pour obtenir des clauses compatibles avec la GPL.


Pour l'instant, la FSF ne veut pas prendre l'initiative de déclencher un procès. Mais elle avertit FMSLabs que le cas échéant, elle sera prête à aider pour invalider le brevet devant un tribunal. Selon elle, il existerait suffisamment de Prior Art. Elle se tient aussi prête à aider ceux qui demanderaient le respect de la GPL du noyau.


Sur le fond, la FSF rappelle que les brevets, c'est Mal et pense que Victor Yokaiden - le PdG - devrait avoir honte. Cependant ce qui la démange énormément, c'est cette incompatibilité des licences.

Lobbying pour un hardware régulé

Posté par . Modéré par Fabien Penso.
Tags : aucun
0
11
sept.
2001
Justice
Aux Etats-Unis, les Majors s'inquiètent. Les ordinateurs actuels ne permettraient pas d'obtenir un système respectant parfaitement le copyright.
Aussi ils proposent de changer la loi. Ils sera interdit de fabriquer ou de diffuser des équipements informatique qui n'inclueraient pas des technologies de sécurité certifiées. Il faudra que tous les équipements soient approuvés par le ministère du commerce US.
Ce cadeau s'appelle Security Systems Standards and Certification Act (SSSCA) et on le présente en ce moment au Congrés.
Hey, Mister Pascal Nègre! Y aura-t-il des drivers pour Linux ?

Contrôle du bootloader

Posté par . Modéré par Fabien Penso.
Tags : aucun
1
28
août
2001
Microsoft
Pourquoi ne peut on point s'offrir des machines en dual boot ?

En fait, les intégrateurs doivent accepter une licence spécifiant qu'une machine proposant Windows ne doit pas offrir d'option de boot vers un OS non Microsoft. Un article de Scot Hacker affirme que la licence Microsoft est confidentielle (secret de marque) et qu'elle a été occultée lors du procés antitrust.

Jean-Louis Gassée (BeOS) en parlait dans une chronique en mars dernier
et LinuxToday s'y intéresse à présent.



Note du modérateur: Nÿco a proposé un nouvelle sur le même sujet, avec un url pointant vers l'article original de byte.com.

Leonardo contre Leonardo...

Posté par . Modéré par Fabien Penso.
Tags : aucun
0
31
mai
2001
Justice
Le jugement jeboycottedanone sanctionnait une contrefacon du logo. Cependant cette imitation n'avait pas pour objectif de se mettre en concurrence mais plutot de proposer une caricature.

Un autre jugement "Leonardo" débattu au tribunal de Nanterre vient d'apporter cet éclaircissement:

la reproduction d´une marque n´est prohibée que pour des produits et services identiques ou similaires à ceux visés par le dépôt de marque. (Code de la Propriété Intellectuelle)

Savez-vous planter des sources?

Posté par . Modéré par Fabien Penso.
Tags :
0
5
mai
2001
GNU
Netscape, StarOffice ou Bochs sont des logiciels propriétaires qui ont décidés de se lancer dans le Libre.
Pourquoi prend t'on cette décision, comment cultive t'on ce projet, à quels aléas doit-on se préparer ?

Dans cette interview, Frank Hecker nous retrace les péripéties de Mozilla. De l'ensemencement à la récolte, l'horticulture vécue de l'intérieur nous est racontée.

Napster compte renforcer les filtres

Posté par . Modéré par Fabien Penso.
Tags :
0
23
avr.
2001
MP3
Comme les filtres sur les noms de fichiers ne semblent pas très probants, Napster étudie la possibilité de recueillir des empreintes de fichiers audio.
Obtenues par une technique TRM (TRM Recognizes Music) de Relatable, les empreintes seraient confrontées avec les listes des Majors. Ca marcherait plutôt bien sur le papier.

Mais la principale difficulté va être de centraliser les empreintes TRM. Pour cela, on doit scanner les fichiers du P2P et donc mettre à jour tous les clients.
Comment réagiront les utilisateurs et les clones ?