Renault a écrit 5794 commentaires

  • [^] # Re: Pour les anciens ...

    Posté par  (site Web personnel) . En réponse au journal Ces quelques modèles de CV. Évalué à 3 (+0/-0).

    Il y a une question culturelle autour du CV. Suivant que tu sois en Allemagne ou en France, les attentes ne sont pas les mêmes par exemple.

    En France, la norme semble aller vers la concision. Donc à part vers la fin de carrière, la version page unique est à privilégier. Quitte à supprimer des expériences de ta liste, celles qui collent le moins au poste.

    L'avantage c'est que cela permet un tri rapide côté recruteur, et c'est aussi un bon exercice pour le candidat pour sélectionner les atouts de sa candidature et les mettre en avant.

    Par conséquent aussi, faire plusieurs CV n'est pas forcément idiots si les postes ou entreprises où tu candidates changent un peu, pour coller au mieux l'expérience avec leurs attentes.

    En Allemagne par exemple, de ce que j'en ai vu, ce sera très exhaustif même en début de carrière. J'ai vu pas mal de CV sur plusieurs pages dans ces conditions ce qui m'a paru être très rare en France.

    Bref, ce n'est pas si simple. Le CV est un outil de communication entouré de règles sociales plus ou moins justifiées suivant la situation.

  • [^] # Re: titre

    Posté par  (site Web personnel) . En réponse au journal Ces quelques modèles de CV. Évalué à 4 (+1/-0). Dernière modification le 09/07/20 à 21:27.

    Les loisirs, quand c'est de la forme "lecture, musique, cinéma" (ou même foot, rugby, vélo, etc.), ça n'a strictement aucun intérêt. J'ai vu beaucoup de CV avec ce genre de mentions, sans rien d'autre.

    Cela n'a pas d'intérêt dit comme ça effectivement.

    Mais il y a deux cas où ça peut être pertinent :

    • Passion pas trop commun, si ton recruteur la partage cela peut détendre un peu l'entretien (déjà vu) ;
    • Si l'activité a été faite sur une durée longue ou que cela est une activité d'équipe, cela peut montrer une certaine persévérance et d'accepter de travailler en équipe.

    Mais la section loisirs n'est clairement pas indispensable, si le CV a un peu de place pourquoi pas si ce qui est mis dedans a un intérêt pour le recrutement. Autrement, pas besoin de le mettre.

    Ou à toute organisation étatique. Mais je dirais que c'est un cas particulier.

    Cela peut arriver vite, travailler dans certains secteurs industriels liés à la défense en ayant une nationalité non européenne (pour un poste dans l'un des États membres évidemment) peut être vite bloquant. C'est donc pas mal de jobs finalement où la nationalité peut jouer.

    Si quelque postule et habite à 3h de route, en général, il ne tient pas longtemps.

    J'ai envie de dire que cela regarde l'employé. C'est à lui de juger la distance raisonnable pour aller au boulot. Certains acceptent des trajets bien plus longs que d'autres personnes.

    Sans oublier qu'il n'est pas rare de postuler en ayant pour projet de déménager, tu gères ça comment ? J'ai postulé en Belgique en vivant à Marseille, c'est 2h d'avion ou 7h de train mais bon j'ai déménagé une fois recruté. Heureusement qu'ils n'ont pas rejeté le CV sur ce prétexte.

    Il sait où est le boulot et où il habite, s'il postule c'est parce qu'il sait qu'il va déménager ou accepter le temps de transport en connaissance de cause. Ou alors il est idiot mais je pense que c'est rare d'en arriver là.

  • [^] # Re: La solution serait un genre de bios

    Posté par  (site Web personnel) . En réponse au journal De la difficulté de mettre à jour Android (avec l'approbation Google). Évalué à 4 (+2/-1).

    Les "flagships" Android ont également un support plus étendu que les téléphone entrée de gamme (par exemple le Oneplus 3 vient de recevoir la MAJ Android 10).

    Cela reste une mise à jour de 3 ans (Android 10 étant sorti début 2019).
    iOS est à jour pour des modèles sortis il y a bientôt 5 ans. Cela reste bien plus. Reste à voir quand s'arrêtera la maintenance du OnePlus 3 pour comparer.

    Pas forcément (cf. Oneplus).

    Le OnePlus 3 reste un téléphone de prix milieu / haut de gamme. J'évoquais plutôt le cas des téléphones bas de gamme qui inondent le marché et qui sont vendus à moins de 200€ voire 100€. Pour ces modèles le moindre surcoût se traduit par une augmentation forte du prix en proportion.

    "plus utilisable" faut arrêter avec l'exagération. Je refuse de croire de manière fataliste que le bloat soit condamné à augmenter sans limite…

    Ce n'est pas une histoire de bloat (c'est-à-dire perte de perf sans gain derrière), c'est aussi une histoire que les nouvelles fonctionnalités reposent aussi sur des besoins en performances plus importantes. Le décodage vidéo demande plus de puissance à chaque génération de codec pour utiliser moins de bande passante pour une meilleure qualité, la cryptographie s'installe partout mais ajoute des overhead de plus en plus lourd aux applicatifs, de même que les disposition d'abstraction ou de sécurité qui apportent des gains à l'utilisateur ou au développeur mais en étant gourmand en performance.

    J'ai tendance à utiliser mes téléphones longtemps (3-5 ans), je n'ai pas un foudre de guerre au contraire et des usages simples (appels, messages, RSS, email, Whatsapp et Web en gros). Pourtant venir sur linuxfr.org sur mobile, avec cette merveille bas de gamme de 4 ans d'âge qu'est le Jolla C n'est pas forcément très agréable aujourd'hui. C'est lent à faire le rendu (je pèse mes mots), à défiler. Le multitâche de mes applications de base n'est plus si évident pourtant le système n'est pas plus encombré qu'à ses débuts.

    Du coup oui j'envisage de le remplacer bientôt, car ce n'est plus confortable. L'écosystème évolue et le matériel subi ces évolutions qui sont souvent défavorables aux performances de cette époque.

    Un Oneplus 3T d'occasion c'est pourtant environ 120 € sur leboncoin, bref pas une ruine.

    C'est de l'occasion d'un appareil assez âgé (et maintenu pour combien de temps à partir d'aujourd'hui ?), c'est un marché différent. Tu oublies que beaucoup de nos concitoyens achètent aussi leur téléphone via des abonnements pour diluer la facture initiale aussi mais uniquement pour du neuf.

    Il y a toujours moyen de se débrouiller, de trouver des solutions. Oui. Et personnellement je suis en faveur des MaJ logicielles pour des raisons environnementales et de sécurité (et même de bon sens), mais le faire bien sur la durée a un coût qui n'est pas nul sur la facture finale et il faut en avoir conscience. C'est tout.

    Ce n'est pas un hasard si globalement les appareils avec une plus longue maintenance sont ceux qui ont un coût d'achat plus élevé.

  • [^] # Re: America ? Say no more...

    Posté par  (site Web personnel) . En réponse au journal 1er retour sur le Pinebook pro. Évalué à 4 (+1/-0).

    Cela dépend de l'objet considéré et de la quantité. En général ça passe pour un objet seul.

    Ce n'est pas pour rien que même au sein de l'UE tu ne peux pas acheter et revenir de vacances avec un coffre rempli d'alcool car c'est moins taxé chez le pays voisin. Mais c'est sur des volumes assez importants.

  • [^] # Re: La nimage qui va bien

    Posté par  (site Web personnel) . En réponse à la dépêche Vingt‑deux ans de LinuxFr.org. Évalué à 4 (+1/-0). Dernière modification le 05/07/20 à 17:16.

    Les droits moraux sont incessibles : il est impossible d'y renoncer, y compris dans le cadre d'un contrat, et une licence est un contrat. Si l'auteur souhaite retirer son œuvre de la circulation, il en a le droit, et il est illégal, en France, de lui opposer la CC-whatever. Il est par contre parfaitement légal de lui demander une compensation financière des frais qu'on a engagés pour acquérir une copie de l'œuvre, mais dans le cas des geekscottes, les frais sont généralement nuls, donc bon…

    Notons que comme c'est une particularité française, elle ne s'applique qu'entre habitants en France. Une personne à l'étranger n'aurait pas à répondre à cette spécificité du droit français et pourrait largement l'envoyer balader sous prétexte qu'il a eu l’œuvre quand elle était sous licence CC.

    Donc diffuser quelque chose sur Internet sous licence libre est risqué de ce point de vue. Car oui le droit français t'autorise à revenir sur cette décision, mais les autres pays peuvent t'envoyer balader et du coup c'est trop tard, la diffusion pourra continuer et l'auteur ne pourra rien faire.

  • [^] # Re: America ? Say no more...

    Posté par  (site Web personnel) . En réponse au journal 1er retour sur le Pinebook pro. Évalué à 6 (+4/-1).

    Après il ne faut pas oublier que couvrir tous les cas de figures c'est compliqué. Comment tu fais pour lister les frais pour chaque pays ?

    Les frais de ports et taux de change c'est assez simple et globalement bien fait. Mais les frais de douane, les TVA de chaque État, etc. cela est plus complexe car n'est pas totalement automatisable et demande des compétences ou de vérifier auprès d'interlocuteurs que ne connais pas et parfois dans des langues que tu ne connais pas.

    Il me semble pas absurde que la responsabilité soit sur le dos de l'importateur qui a lui accès à ces informations plus facilement.

  • [^] # Re: America ? Say no more...

    Posté par  (site Web personnel) . En réponse au journal 1er retour sur le Pinebook pro. Évalué à 10 (+7/-0).

    Qui demande ces frais de douanes exorbitants ? Les États-Unis à l’export ou la France à l’import ?

    Les frais de douane sont appliqués à l'importation. L'objectif est de protéger son industrie pour éviter d'importer des produits pas chers réalisés dans des conditions trop différentes des normes sur place. C'est une mesure pour normaliser la compétition économique en favorisant les produits locaux. C'est aussi une source de revenus non négligeable pour un État.

    En général les mesures concernant l'exportation sont des interdictions, genre interdiction d'exporter des armes pour des raisons politiques, militaires ou de compétition industrielle.

    Que les frais de douanes soient annoncés à l’avance ou pas, à vrai dire c’est pas le sujet, mais pourquoi c’est si cher ? C’est généralement très élevé genre au moins le quart…

    C'est cher pour dissuader l'importation, tout simplement. Des taux élevés n'ont rien de surprenant, c'est assez usuel. Après cela dépend de la catégorie du produit aussi mais les biens électroniques sont clairement dans le haut du panier en général.

    Ce n'est pas pour rien que les États font des accords de libre échanges pour réduire les barrières douanières mutuelles et faciliter les importations et exportations pour soutenir certaines spécialités nationales. Ou que les mesures douanières sont utilisés comme arme politique comme entre les USA et la Chine ou entre les USA et l'UE actuellement.

    De plus, j’ai remarqué que la douane est super zélée avec ce qui vient des États-Unis, c’est rare qu’un produit passe à travers. Alors qu’un produit qui vient d’Asie… comment dire… faudrait vraiment avoir pas de chance pour se manger la douane. Ou peut-être que la quantité de colis n’a rien à voir mais qu’ils ont le même nombre de gus en charge de chaque continent ?

    Il y a une question de volume, oui, le volume chinois est tel que beaucoup de choses peuvent passer entre les mailles du filet. Surtout que beaucoup d'objets sont tellement peu chers que la douane n'applique pas de mesures particulières.

    Puis il y a une raison politique. Les USA et l'UE ont depuis 2 ans une escalade des durcissement des droits douaniers par la volonté protectionniste de Trump. Cela se traduit aussi par des contrôles plus fréquents pour les appliquer. Ce conflit n'existe pas avec la Chine aujourd'hui.

  • [^] # Re: La solution serait un genre de bios

    Posté par  (site Web personnel) . En réponse au journal De la difficulté de mettre à jour Android (avec l'approbation Google). Évalué à 5 (+2/-0).

    C'est le problème que j'essayais de soulever dans le journal: pour faire du support long terme, le constructeur de smartphone doit avoir une équipe d'ingénieur dédiée à l'adaptation d'Android pour son matériel.

    Pas que, le fondeur du SoC aussi a un gros boulot en ce sens. Les constructeurs n'ont pas la possibilité de faire aussi bien que Qualcomm pour le support du SoC dans le noyau, or en général les fondeurs fournissent un travail mal intégré et difficile à maintenir.

    L'autre solution pour le support long terme, ça serait que le constructeur du SoC (ici Qualcomm) propose les mises à jour sur une plus grande durée. Ce qui sera bénéfique à plusieurs constructeur de smartphone.

    Oui, je suis pour une obligation légale de maintenance minimale en ce sens.
    Après Qualcomm simplifierait le travail en ayant la culture de l'upstream et du travail bien fait aussi. Maintenir leurs patch est très difficile, chaque changement de noyau est un exercice difficile dans ce contexte. Pas aidé par le manque d'API stable au sein du noyau également.

  • [^] # Re: La solution serait un genre de bios

    Posté par  (site Web personnel) . En réponse au journal De la difficulté de mettre à jour Android (avec l'approbation Google). Évalué à 7 (+9/-5).

    Pourquoi croire que c'est l'industrie qui impose et non les consommateurs ?

    L'industriel, son objectif est effectivement de vendre. Mais si les consommateurs veulent un matériel qui dure plus longtemps, l'industriel va le faire. Cependant, cela va coûter plus cher. La question est donc : est-ce que les gens vont payer plus pour ce service ?

    La réponse est : oui et non. Des téléphones très haut de gamme qui ont un support assez long ça existe, comme l'iPhone mais ça coûte cher. Et pas tout le monde achète un iPhone (ou ses concurrents directs sur Android), la majorité achètent des modèles milieu ou bas de gamme genre à 100-300€ pièce. Un support long impliquerait un surcoût non négligeable sur le prix de vente pour des produits à ce prix.

    Puis un téléphone qui dure très longtemps, notamment bas de gamme, cela se fait au détriment de l'utilisabilité. Les applications et le Web exploitent le matériel récent et plus haut de gamme, donc les modèles plus anciens ou bas de gamme finissent par souffrir à l'usage. Est-ce que l'utilisateur va donc garder longtemps son système à jour si le téléphone ne devient plus utilisable ? Bof, soit il gardera la vieille pile logicielle (naze pour la sécurité), soit il changera de téléphone (naze pour l'environnement).

    Il y a en fait dans cette industrie un double problème. Le premier est un problème de culture de qualité. La plupart des fondeurs font des patchs matériel dégueulasses pour que leur Android fonctionne sur ces processeurs. Pour gagner du temps mais aussi par manque de formation ou de culture à ce sujet. Or si le travail était bien fait (ce qui serait plus cher), on pourrait envisager plus sereinement d'inclure ce travail dans le noyau officiel et de fait faciliter le portage d'Android plus récents sur des téléphones anciens.

    Ensuite il y a le problème de la contrainte. Beaucoup trop de consommateurs préfèrent acheter régulièrement des téléphones bas de gamme (pour des raisons de coût) quitte à ce que l'environnement en prenne en coup. Du coup les industriels n'ont pas toujours besoin de faire dans la qualité et un grand support.

    Il faudrait dans ce cas un changement culturel du consommateur (qui risque d'être long) et légal pour inciter un durée de support minimale du système. Cela risque de rendre certains téléphones bien plus chers que les prix pratiqués aujourd'hui, ce n'est pas forcément un mal, j'y suis par ailleurs favorable mais il faudra bien se rendre compte que cela pourrait faire grincer des dents aussi pour certains consommateurs.

  • [^] # Re: RISC-V

    Posté par  (site Web personnel) . En réponse au journal Transition ARM : Apple assistera certains projet open source . Évalué à 3 (+1/-1).

    Je ne serai pas surpris si la non-ouverture des pilotes NVidia était la cause du choix d’Apple en faveur d’AMD pour les GPUs.

    Mais quel est le rapport ?

    Parce que macOS distribue lui-même les pilotes, et généralement il semble qu’Apple semble vouloir avoir la main sur le code qu’ils distribuent eux-même, ce qui est tout à fait rationnel même quand on fait du propriétaire.

    Ils peuvent largement négocier avec nVidia pour que macOS distribue des pilotes sur mesure pour macOS. Pour un gros client, nVidia sait s'adapter. ;)

    Le problème n'est clairement pas là.

    Et AMD est très enclin à documenter ses architectures et à montrer son code, si AMD le fait en libre, rien ne les empêche de le faire sous NDA.

    Mais nVidia peut largement collaborer avec des constructeurs. Ce n'est pas parce qu'ils agissent sans se préoccuper des linuxiens qu'ils agissent pareil avec des entreprises qui peuvent générer des milliards de revenus.

    Si AMD a raflé la mise sur les consoles, c'est une histoire de gros sous. Une console de jeux vidéo c'est un PC standard optimisé pour le jeu qui est raisonnablement pas cher. Le constructeur d'une console doit trouver le meilleur ratio performance / prix tout en évitant de dépasser la barre des 400-500€ lors du lancement. La marge dans cette industrie n'est pas sur la console mais sur les jeux, les accessoires et autres services associés.

    Les volumes de ventes permettent de baisser les coûts de production pour les jeux vidéo (plus simple à optimiser que sur PC) mais aussi sur le matériel car les composants seront vendus pendant 5-7 ans à des dizaines de millions d'exemplaires.

    Pour les constructeurs, AMD fait le job, ils n'ont pas besoin du haut de gamme d'Intel ou de nVidia qui est trop cher pour le besoin. Et pour AMD, rafler un tel marché est intéressant, cela apporte un peu de revenus et de publicité en faisant tourner ses usines. AMD avait besoin de contrats, ils étaient capables de faire des offres avec des marges plus faible que la concurrence pour remporter la mise. C'était parfait pour les constructeurs de console, et Intel et nVidia n'étaient pas prêt à faire autant d'efforts pour si peu de revenus.

    Le reste est un non sujet, ce n'est pas un secteur où la meilleure performance absolue est le critère principal, et dans ce genre de boulot même nVidia sait collaborer avec les autres industriels.

  • [^] # Re: Vive le télétravail

    Posté par  (site Web personnel) . En réponse au journal Télétravail, premier pas vers une délocalisation générale ?. Évalué à 1 (+3/-5).

    Dans le second cas où l'enfant en bas âge ou/et handicapé est gardé à la maison par le parent qui ne travaille pas, ou par une nourrice/baby sitter, l'enfant a beau être gardé, il est là quand même. Il crit, il proteste, il court, il peut entrer dans le bureau (si on a la chance d'en avoir un) à tout moment ou tambouriner sur la porte si elle est fermée. Idéalement exactement à l'heure de la visio-conférence.

    Pour les cas où les enfants sont difficiles (car tous ne sont pas difficiles à longueur de journée), on peut renoncer au télétravail ou télétravailler mais en dehors de son domicile. C'est possible.

    Personne n'a parlé du télétravail uniquement à la maison ou que tout le monde devait finir en télétravail.

    Je ne parle même pas des familles méditerranéennes où n'importe qui de la famille proche ou éloignée peut débarquer dans n'importe quelle pièce à n'importe quel moment de la journée.

    Oui enfin après on peut aussi expliquer aux gens pour qu'ils ne fassent pas ça, hein.

    En appartement il reste cependant le cas du voisin qui décide de faire de la perceuse juste au moment de la présentation pour la direction que tu prépares depuis une semaine.

    Car c'est bien connu qu'en entreprise il n'y a jamais de travaux bruyants. Pour info si, que ce soit dans les locaux mêmes ou en dehors. Les chantiers ce n'est pas propre à la vie en appartement.

  • [^] # Re: Ça dépends du contexte

    Posté par  (site Web personnel) . En réponse au journal Télétravail, premier pas vers une délocalisation générale ?. Évalué à 2 (+0/-1).

    C'est lié au fait qu'on ai tous décidé de faire des métiers industriels puis tertiaires pas au fait qu'on se soit dis depuis 70 ans qu'on allait se mettre à travailler proche de notre emploi.

    Mais les deux phénomènes sont liés évidemment. Travailler en campagne c'est essentiellement pour les métiers agricoles ou liés à la matière première de la zone. Donc si tu recherches un emploi en usine ou dans une entreprise, il faut se rapprocher des villes car comme elles ont besoin de monde elles s'installent rarement en pleine campagne.

    Et le cercle vicieux s'installe, moins de gens en campagne, moins de services rentables en campagne, donc certains commerces ou services finissent par fermer et aller en ville pour trouver du travail.

    D'une part les gens vont en ville aussi pour être dans des lieux d'activité (voir des spectacles et concerts, avoir plus de commerces,…

    Bien sûr, mais tout le monde n'aime pas la vie urbaine non plus. Je n'ai pas dit que nos campagnes seraient comme en 1900, mais qu'on pourrait sans doute observer une amélioration de leur situation.

    Tu participe à la création d'activités et de richesses du lieu où tu habite.

    Avec tes impôts et ta consommation tu participes forcément à la richesse du lieu où tu vies sans pour autant avoir le siège de ton entreprise là…

  • [^] # Re: Vive le télétravail

    Posté par  (site Web personnel) . En réponse au journal Télétravail, premier pas vers une délocalisation générale ?. Évalué à 1 (+1/-3).

    Garder le fil quand on code est super compliqué car il faut arriver à faire une abstraction totale de son environnement.

    Ça ça dépend des gens je dirais. Il m'est déjà arrivé de travailler dans un train sans problèmes, un peu de musique et c'est parti.

    Sincèrement, c'est super chaud. Le soir, je suis juste épuisé d'avoir essayé de faire ma journée. Casque anti bruit obligatoire. J'adore le télétravail habituellement, mais vraiment avec des enfants en bas age, pendant cette période stressante pour nous comme pour eux, c'est vraiment tendu.

    Tu parles de la période du confinement j'ai l'impression, qui est particulière à cause des dispositions (peu de possibilité de sortir, stress global, etc.). Je n'en ferais pas une généralité.

    Après la situation dépend évidemment de ton logement, de toi même (certains s'adaptent mieux au bruit que d'autres) et aux enfants (certains sont très calmes même en bas âge, d'autres pas du tout).

    Ce que je voulais dire c'est qu'un enfant à la maison peut ne pas être gênant pour le télétravail à domicile. Mais cela dépend du cas, peut être que dans ton cas télétravailler dans un espace de coworking ou arrêter temporairement le télétravail peut être la solution.

  • [^] # Re: CGTT

    Posté par  (site Web personnel) . En réponse au journal Télétravail, premier pas vers une délocalisation générale ?. Évalué à 3 (+1/-1).

    Oui, c'est un problème, je ne dis pas qu'il n'y a pas de problème avec cette situation mais que c'est considéré comme suffisamment dérangeant pour l'employé (et comme on ne peut pas empêcher une société de déménager, on applique la solution par défaut du code du travail). Et donc, le prendre en exemple pour dire, c'est comme pour le télétravail, l'employé n'a qu'à s'adapter, ça n'émeut personne ne me semble pas approprié.

    C'est en effet exagéré, je le reconnais, mais il n'empêche qu'à la fin l'employé en subi une conséquence que l'employeur ne peut compenser totalement et que ce premier doit finir par s'adapter de la situation quand même selon ses préférences et ses moyens.

    Le télétravail en France a déjà des dispositifs de compensation dans certains cas, et il est probable qu'avec le temps l'arsenal législatif s'armera en fonction des situations rencontrées avec le temps.

    De même qu'il faudra du temps pour que les entreprises parviennent à trouver le moyen d'être souple dans son organisation pour rendre cela possible sans accroc. Car là encore, j'ai vu des cas de télétravail échouer car l'entreprise n'était pas prête. Son organisation et les attentes de chacun ne collaient pas avec cette méthode de travail. Cela demande forcément une adaptation et une préparation.

    Il faut y aller par étape, et c'est pourquoi certains ont mal vécu le confinement en télétravail car les conditions étaient particulières et précipitées. Ce qui génère des problèmes côté employeur et employé. Mais je dirais qu'au moins cette situation a montré à beaucoup de monde que cela était finalement possible en supprimant certains clichés et qu'il est peut être temps de réfléchir justement à s'y mettre proprement pour la suite dans la mesure des possibilités et des souhaits de chacun.

  • [^] # Re: CGTT

    Posté par  (site Web personnel) . En réponse au journal Télétravail, premier pas vers une délocalisation générale ?. Évalué à 2 (+1/-2).

    Comme je disais, la mise en place du télétravail passe par la prise en compte de pleins de cas personnels.

    Oui, et ce sera aussi à l'entreprise et à l'employé de définir certaines modalités. La loi ne pourra pas tout couvrir, tout comme elle ne couvre pas tout en présentiel.

    L'entreprise peut aider au déménagement, cela dépend de la convention collective ou du contrat de travail ou de la négo avec le CE

    Oui, bah ici, c'est pareil finalement. Le CE, le syndicat ou l'ensemble des employés peuvent discuter avec l'employeur de comment mettre cela en place.

    Non justement. Je le laissais à mon bureau, et dans mon cas c'etait dans une armoire sécurisée.

    Je n'ai jamais rencontré ce cas, donc je dirais que comme d'hab ce sera à définir entre employeur et employé. Personnellement j'ai bossé dans des structures où emporter l'ordinateur pro à la maison était courant (même sans télétravail) donc la question d'un coffre ne se pose même pas.

    Si l'entreprise juge le coffre nécessaire, elle peut le payer aux employés ou rendre impossible le télétravail à cause du risque. Il y a des secteurs où la sécurité des données primera sans doute. C'est surtout à l'entreprise de décider quelle est sa priorité et les modalités d'exécution.

    Oui ! interdiction de manger dans les openspace (y'a une cantine pour ca monsieur). Ca évite les que les miettes ne viennent sur le clavier et le blo

    Je pense surtout que c'est plus simple de faire ainsi, notamment pour l'entretien des locaux si tu as une cantine.

    Et cela peut se régler facilement, l'employé devra chez lui comme au travail veiller à l'entretien et au bon usage de son matériel. S'il le casse par négligence, pas de raison que cela soit différent que si c'était le cas en présentiel.

    Oui, ca rejoint encore plus le sujet de l'implication personnelle.

    Comme je te le dis, je suis consultant, je télétravaille depuis plusieurs années et je suis impliqué dans les projets, je vois leur avancement, etc. Aller dans les locaux ne booste pas ma motivation, par contre je suis plus sensible à une bonne gestion des projets pour être impliqué.

    Comme quoi…

    Oui, plus que en ayant le cul vissé sur leur chaise de TT. On remplace "activité physique (metro ou voiture avec le cul vissé) + marcher dans les couloirs + traverser l'open space + aller faire la bise à JeanMich + bosser a son bureau" par "bosser à son bureau".

    Soyons sérieux, aller au travail en voiture et travailler dans un bureau c'est de la sédentarité. Ce ne sont pas les quelques pas que tu fais pour aller à la voiture ou rejoindre ton bureau qui changent fondamentalement la donne.

    Donc pour la majorité des Français, qui utilisent leur voiture, cela ne changerait rien.

  • [^] # Re: Ça dépends du contexte

    Posté par  (site Web personnel) . En réponse au journal Télétravail, premier pas vers une délocalisation générale ?. Évalué à 0 (+1/-4).

    Ça fait des millénaires qu'on utilise ce postulat et la conséquence n'arrive que depuis un siècle. Je pense que ton raisonnement ne tiens pas.

    Pardon ?

    Aux alentours de la 2e GM, la moitié de la population française vivait dans la campagne. Aujourd'hui on est à 80% de la population qui vit en ville. C'est un phénomène très récent, qui a été rendu possible par l'industrialisation qui a permis l'exode rural en permettant de vivre avec moins de paysans.

    Fait arrêter de parler du télétravail comme si c'était quelque chose d'unique. Le télétravail partiel, total (vraiment total, aucun jour de présence obligatoire par an) et tout ce qui peut exister entre l'y des choses qui peuvent ne rien avoir entre elles.

    Il y a plusieurs formes de télétravail possible, oui et ? Personne n'a dit le contraire.

    De même qu'il y a des métiers où le télétravail, partiel comme total, sera impossible. Personne ne nie cette réalité non plus.

    Mon propos est indépendant de cela en fait. Le télétravail peut changer l'organisation du territoire. Les télétravailleurs totaux peuvent vivre loin du bassin d'emploi usuel (certains le font déjà depuis longtemps), ceux qui sont en télétravail partiels peuvent se permettre de vivre plus loin de leur entreprise que d'habitude aussi car le temps de trajet est un critère plus faible qu'en présentiel à plein temps.

    C'est un homme de paille, je t'ai sincèrement connu plus intéressant. Je n'ai pas dis que c'était faux.

    Tu dis littéralement que cela supprime les interactions : c'est faux. C'est une autre manière de communiquer mais tu peux faire autant de conversation, du synchrone, de l'asynchrone si tu veux, etc. C'est une question de culture plus que de médium.

    Mais plus haut il est question d'arrêter les communications synchrones.

    Et c'est qui qui fait de l'homme de paille ? Aucun commentaire dans ce fil ne parle d'arrêter les communications synchrones. Avec les chats ou vidéo conf tu as des conversations synchrones. Mais tu as aussi de l'asynchrone en fonction du besoin.

    On s'empêche aussi de voir les signaux faibles (un soupir par exemple).

    Mouais, quand on voit que nombre de signaux faibles sont mal interprétés par la personne en face je ne sais pas si la perte est si réelle. Note que l'asynchronisme a aussi du bon, tu peux réagir à froid plutôt que sous le coup d'une émotion.

    Objectivement on réduit la quantité et la diversité des échanges.

    Tu as fait du télétravail avant, dans une structure qui avait l'habitude de cela ? Car c'est mon cas, et je ne suis pas d'accord avec ce constat donc ton objectivement me paraît bien exagéré.

  • [^] # Re: CGTT

    Posté par  (site Web personnel) . En réponse au journal Télétravail, premier pas vers une délocalisation générale ?. Évalué à 3 (+1/-1).

    Pas si simple, un déménagement même petit peut impacter grandement les déplacements de certains selon où ils vivaient par rapport au site d'origine.

    Ligne de trains ou de bus qui était court et direct peut devenir tortueux et long. Ou un secteur avec peu de bouchons dans le sens de circulation d'origine peut devenir particulièrement bouchonné à cause d'un changement assez réduit. C'est d'ailleurs assez vrai en Belgique. ;)

    Et quand tu as beaucoup d'employés, tu as une probabilité non négligeable que le moindre déménagement impact fortement au moins un employé. Cela peut conduire à un licenciement donc des indemnités dans certains cas, mais en attendant l'employé perd son travail s'il ne veut pas déménager dans le processus (ou accepter l'impact en temps de transport).

  • [^] # Re: Vive le télétravail

    Posté par  (site Web personnel) . En réponse au journal Télétravail, premier pas vers une délocalisation générale ?. Évalué à 2 (+1/-2).

    Cela peut être plus compliqué. Les nouveaux-nés sont généralement à la maison. Parfois les jeunes enfants de moins de 3 ans aussi.

    Mais quand tu travaillais sur site, c'était globalement pareil.
    Donc soit les enfants étaient gardés à l'extérieur (crèche, famille, autre) ou alors à la maison par l'autre parent qui ne travaille pas.

    La difficulté est de gérer des enfants à la maison en travaillant en même temps. Ce qu'ont vécus beaucoup de parents dans ces circonstances. Or ici normalement tu n'as pas à t'en occuper en travaillant car ils sont gardés par quelqu'un d'autre même si c'est sous le même toit.

    J'ai un nourrisson et je télétravaille avec ma femme au foyer, cela se passe bien. Elle s'occupe de l'enfant quand je travaille et les gênes assez rares.

    C'est plus facile de faire du télé-travail dans une grande maison que dans un 2 pièces avec 5 enfants.

    Oui, tout à fait. Après on peut aussi télétravailler en dehors de chez soi, c'est une option viable aussi.

  • [^] # Re: CGTT

    Posté par  (site Web personnel) . En réponse au journal Télétravail, premier pas vers une délocalisation générale ?. Évalué à 1 (+1/-3).

    Tu compare 20 minutes de voiture

    L'impact n'est pas toujours de 20 minutes par jour en voiture. Surtout si c'est pour passer d'un endroit bien desservi en transport à un qui l'est bien moins.

    Ce qui ne marche que si l'employé est en position de force, ce n'est pas le cas dans tous les secteurs, encore plus dans les mois qui arrivent.

    Cela peut passer via un syndicat ou l'ensemble des salariés d'obtenir un avantage en nature pour compenser certains frais si l'entreprise peut réduire des coûts grâce à des locaux plus petits ou mieux situés.

    Je pense que c'est plutôt. "Si je me le fait voler"

    Normalement c'est l'assurance de l'entreprise qui doit couvrir les biens appartenant à l'entreprise donc je ne vois pas vraiment le rapport.

  • [^] # Re: Vive le télétravail

    Posté par  (site Web personnel) . En réponse au journal Télétravail, premier pas vers une délocalisation générale ?. Évalué à 2 (+1/-2).

    OMT, l'organisation du travail mondial, avec qui plein de pays signe des accords dont la france (WMO) a un article qui interdit de faire payer les employé pour travailler.

    Tout dépend de la situation mais je ne pense pas que ce soit si simple.

    Par exemple, sans télétravail, je suis obligé d'aller sur le site de mon entreprise. Et de manger entre midi et deux aussi.

    Pourtant, ce sont des dépenses que l'employé doit faire. C'est parfois aidé avec l'abonnement au transport en commun payé par moitié (mais l'autre moitié est à charge), mais pour la voiture ou le vélo c'est à tes frais. De même pour la bouffe, pas tout le monde ne fourni une cantine ou des tickets restos : l'employé se débrouille.

    Je connaissais aussi un employé qui vivait à Paris pour travailler à Marseille. En gros il faisait l'aller-retour le weekend. L'entreprise ne lui avait pas payé l'hôtel ou la location ni le déplacement car c'était son choix de rester vivre à Paris pour bosser sur site à Marseille.

    Ici on est un peu dans ce genre de cas de figure. L'employé a plusieurs possibilité pour travailler : renoncer au télétravail (s'il n'est pas forcé), télétravailler à la maison ou en dehors avec les équipements de son choix (s'il veut une chaise haut de gamme, c'est lui que cela regarde).

    L'employeur doit participer à payer certaines choses, c'est dans la loi depuis quelques temps maintenant. Mais il y a des choses comme pour le transport qui ne le seront probablement pas ou sous forme de négociation entre employeur et employé.

  • [^] # Re: Conformité (très) partielle

    Posté par  (site Web personnel) . En réponse au journal Bronsonisation de la loi «visant à lutter contre les contenus haineux sur internet» dite loi «Avia». Évalué à 2 (+0/-1).

    En mettant de côté l'affirmation comme quoi tout texte de droit est non évident à déchiffrer (ce qui est certes vrai mais ne devrait pas être normal), et qu'un texte fondamental devrait être clair et non nécessité des études supérieures de droit pour le comprendre,

    En théorie je suis d'accord avec toi, en pratique c'est irréaliste.

    Déjà car le droit, comme tout domaine a son jargon. Et supprimer le jargon reviendrait donc à écrire des phrases de 3 kilomètres pour chaque terme technique rencontré. Pas sûr qu'on y gagne en clarté.

    Ensuite le droit se repose sur des éléments en dehors du texte de loi : tu as la jurisprudence qui s'invite dans le domaine pour justement clarifier la loi. Mais cela demande de savoir chercher une jurisprudence associée à un texte de loi, et surtout de savoir la limite de cette jurisprudence pour savoir si elle concerne ou pas un cas particulier.

    Enfin, le droit repose aussi sur des réflexions et une histoire. Quand la Constitution de la Ve République a été écrite, elle a été écrite en tenant compte des pratiques de certains pays ou des Républiques françaises précédentes. Si tu n'as pas ce bagage culturel et historique, comprendre ses tenants et aboutissants n'est pas possible.

    Ce n'est pas pour rien qu'il y a des cours de droit constitutionnel (tu en as en cours du soir aussi), vraiment. Dans l'idéal oui un texte de loi devrait être limpide pour tous, mais c'est en pratique irréaliste à atteindre. Même un texte de français simple peut générer des interprétations différentes selon qui le lit.

    sachant que le règlement intérieur d'un parti politique relève du droit des contrats, AMHA si un député en est expulsé pour une désobéissance à une consigne de vote, il a une probabilité non négligeable de gagner s'il attaque le parti qui l'a mis à la porte (justement à cause de l'alinéa 2 de l'article 27).

    Mais ce n'est pas l'objet de l'article de cette Constitution qui évoque le mandat impératif (donc conditionner le maintient dans l'AN à des votes précis) ou la possibilité de voter ou non à la place d'un autre député par procuration par exemple.

    Le contrat du parti ne remet pas en cause ce statut, le député est libre de voter ce qu'il veut même à l'encontre de son parti : son poste de député ne sera jamais menacé par cette action.

    Et c'est pourquoi globalement la procuration n'est pas possible au sein de l'AN : le vote est personnel, chaque député doit faire et communiquer son choix sans qu'il ne repose sur un organe extérieur comme le parti, groupe parlementaire ou un député de son choix. Après cela aura des conséquences au sein du parti éventuellement ou auprès des électeurs plus tard mais ce n'est pas vraiment le but de cette phrase que de s'en préoccuper.

  • [^] # Re: Ça dépends du contexte

    Posté par  (site Web personnel) . En réponse au journal Télétravail, premier pas vers une délocalisation générale ?. Évalué à 0 (+2/-5).

    On comprend bien que tu défend pas le télétravail, mais le travail as a service.

    Le travail est par essence un service.

    le lieu de vie et l'endroit où se trouve notre employeur,

    Mais c'est justement une force !

    On n'arrête pas de parler des effets néfastes de l'urbanisation, des villes qui s'étendent et des loyers faramineux dans certaines villes. Tout ceci est la conséquence directe du fait que les gens vont s'installer assez près de leur travail et que globalement cela nécessite de s'approcher d'un centre urbain. Et un cercle vicieux s'installe : la plupart des entreprises sont près de ces pôles, donc pour trouver du travail les gens s'en rapprochent, les entreprises ont du mal à recruter au fin fond de la cambrousse vont donc vers les centres urbains où des potentiels employés vivent et ainsi de suite. Tu te retrouves avec des villes qui s'étendent en surface, des temps de transport qui s'allongent, des loyers qui montent et une qualité de vie qui baisse.

    Le télétravail peut mettre fin au processus. Pas grave si tu vis à 1h ou 10h du lieu de ton travail. Tu peux y postuler tout en vivant paisiblement à la campagne. Cela peut donc changer radicalement l'organisation du territoire et repeupler un peu les campagnes ce qui fera plaisir aux habitants de ces campagnes d'avoir un peu de monde (et par effet de bord, plus de services publics ou de proximité car la population atteint des seuils critiques).

    on minimise les interactions

    C'est fou quand même, on est sur linuxfr et on peut y lire les clichés tels que sur Internet on ne peut pas faire de vrais interactions. Quand même, alors que le LL même s'est bâti globalement à distance via les réseaux, avec des amitiés ou collaborations de travail fortes qui naissent dans ce processus, avec des collaborations de gens qui ne se connaissent pas physiquement. Et là tu défens un modèle où globalement la présence physique compte.

    C'est aberrant.

  • [^] # Re: CGTT

    Posté par  (site Web personnel) . En réponse au journal Télétravail, premier pas vers une délocalisation générale ?. Évalué à 1 (+3/-5).

    • qui va payer pour l'installation d'un bureau ? l'agrandissement d'une maison ? le déménagement dans un appart plus grand si pas de pièce dédiée ?

    L'entreprise déménage, qui va payer le déménagement des employés qui habitent selon eux maintenant trop loin ? Jusqu'ici c'était "à l'employé de se démerder" et cela ne semble choquer personne.

    Ici à l'employé de trouver sa méthode privilégiée pour gérer la mise en télétravail et éventuellement négocier pour que certains frais soient pris en charge en plus.

    • si je pars en vacances, où dois-je laisser mon ordi pro ?

    Quand tu pars en vacances sans télétravail, tu pars avec ton ordinateur professionnel ? Normalement non, car tu es en vacances. En quoi le télétravail change la définition de vacances ?

    mon entreprise me fournit-elle un coffre sécurisé ?

    Pourquoi il faudrait un coffre sécurisé en particulier ?

    • suis-je autorisé à manger devant mon ordi ?

    Pourquoi tu ne le serais pas ? Dans ton entreprise c'est interdit ?

    Sans compter les prb de santé (sédentarité)

    Oui, c'est connu que les gens font beaucoup de sport en allant au boulot le cul vissé dans leur voiture…

    Au moins le temps gagné sur les transports peut servir à faire du sport si l'employé le désire.

    la perte d'implication avec l'entreprise (on fabrique quoi déja, ha oui des voitures… la derniere que j'ai vu c'etait avant le covid…).

    Oui, bien sûr…

    aux prestataires

    Ils peuvent télétravailler aussi. Je le fais depuis longtemps sans soucis.

  • [^] # Re: Conformité (très) partielle

    Posté par  (site Web personnel) . En réponse au journal Bronsonisation de la loi «visant à lutter contre les contenus haineux sur internet» dite loi «Avia». Évalué à 2 (+0/-1). Dernière modification le 21/06/20 à 21:08.

    C'est en lien avec le mandat impératif, le député vote ici personnellement. Le fait qu'il suive ou non la directive du parti n'a aucun incidence sur son mandat mais uniquement sur son appartenance au parti politique. C'est tout.

    Le député ne risque pas de perdre son siège ou d'avoir une condamnation judiciaire car il a voté pour ou contre la position de son parti. Car dans ce cas en effet le vote ne serait plus personnel.

    Cette précision est notamment utile pour préciser la portée au point suivant de la Constitution, pour rappeler qu'en gros un député ne peut pas voter à la place d'un autre député.

    Le parti peut donc avoir des consignes de vote dans le respect de la Constitution. Et on voit bien ici que la Constitution comme tout texte de droit n'est pas évident à déchiffrer et que la limite entre ce qui est autorisé ou non peut être flou.

  • [^] # Re: Vive le télétravail

    Posté par  (site Web personnel) . En réponse au journal Télétravail, premier pas vers une délocalisation générale ?. Évalué à 4 (+3/-2).

    En quoi c'est délirant ? C'est une question de choix et de préférence.

    Si ton logement n'est pas apte pour télétravailler (ou que tu ne souhaites pas bosser chez toi) mais que l'entreprise n'a pas de locaux près de chez toi (voire pas de locaux du tout), en quoi est-ce aberrant de payer pour travailler en dehors de chez soi sans pour autant aller sur le lieu de travail de l'entreprise s'il n'existe pas ou pour économiser du temps de transport (voire de carburant) ?

    Tu payes ici un service, ce n'est pas très différent de certains qui vont acheter un logement plus grand pour rendre le télétravail à domicile plus sympa. Dans les deux cas tu payes.

    Après tout est objet de négociation en fonction de ton employeur, de ta situation, etc. Si l'entreprise économise un peu en loyer car elle peut avoir un local plus petit grâce au télétravail, elle peut reverser une partie du gain aux employés pour qu'ils louent ailleurs par exemple.