Court-métrage libre : La Chute d'une Plume (pèse plus que ta pudeur)

Posté par (page perso) . Modéré par baud123.
23
10
oct.
2010
Culture
C'est aujourd'hui à 10/10/10/10/10 que sort mon projet de film libre. Au bout de 4 ans, il est disponible en téléchargement légal, mais surtout tous les fichiers source sont disponibles sous licence libre.

Sortie du film Sintel

Posté par . Modéré par tuiu pol.
28
1
oct.
2010
Culture
Démarré en mai 2009, le projet Durian vient de donner naissance à Sintel, le troisième court-métrage d'animation après Elephants Dream (sorti en 2006) et Big Buck Bunny (sorti en 2008).

Ton Roosendaal, créateur de Blender et producteur du film a encore une fois amené une équipe d'artistes et de développeurs à collaborer afin de produire un film d'animation sous licence libre entièrement réalisé à l'aide de logiciels libres dont principalement Blender.

Ce projet, et les précédents, constituent ainsi un modèle d'interaction entre utilisateurs et développeurs d'un logiciel libre. Le but était ainsi d'encourager le développement de Blender par l'intégration de fonctionnalités qui ont servi le film, et sa reconnaissance au niveau technique auprès des artistes.

Un set de 4 DVD sera disponible à l'achat, contenant le film mais aussi toutes les sources sous licence Creative Commons Attribution 3.0.

NdM: Le durian est un fruit asiatique, l'institut Blender utilise en effet des noms de fruits pour ses différents projets (Orange, Pêche, Abricot ..)

Inception

Posté par (page perso) . Modéré par patrick_g.
Tags :
1
18
août
2010
Culture
Le dernier film de Christopher Nolan, Inception, est sorti il y a quelques semaines. C'est un film mélangeant thriller et science-fiction. Il raconte les aventures d'un mercenaire, maître dans le vol de pensées, en plongeant ses victimes dans des rêves qu'il leur fabrique pour réaliser ses coups.

Le film réunit un casting très impressionnant : Leonardi DiCaprio, Marion Cotillard, Ellen Page, Cillian Murphy, Tom Berenger, Michael Caine... Ambitieux, il parvient à offrir des scènes d'actions, des instant perturbants, des perspectives grandioses.

Écrit et réalisé par le génial Nolan (Memento, Insomnia, The Dark Knight...) c'est probablement un des meilleurs films de tous les temps.

Fiction documentaire de 16 min « Libre à vous »

Posté par (page perso) . Modéré par Mouns.
Tags :
13
15
juil.
2010
Audiovisuel
Le BTS audiovisuel du lycée Suger (Saint-Denis) a réalisé une fiction documentaire de 16 minutes sur le logiciel libre intitulée « Libre à vous ». Ce travail, encadré par Diane Vattolo, est disponible sous licence Creative Commons By-Sa 2.0.

Il a été projeté lundi 5 juillet lors de la réunion April pendant les RMLL 2010 à Bordeaux.

La version Flash chez Blip.tv semble avoir quelques soucis, mais la version OGV fonctionne très bien (conteneur Ogg, vidéo Theora 720x576 24bpp 25 fps, audio Vorbis, 239 Mo).

La partie fiction raconte l'histoire d'un éditeur propriétaire se faisant prendre des parts de marché par le logiciel libre : une consultante vient présenter le logiciel libre, et proposer divers plans de réaction (l'ignorer, en faire, le combattre).

La partie documentaire comporte des interviews de dirigeants d'entreprise du libre durant Solutions (GNU/)Linux 2010 (Fabien Potencier de Sensiolab, Boris Auché de Bull, Michaël Rémond de Process One, Gwenaël Saint-Genest, Open Pattern) et une interview d'Alix Cazenave, alors responsable des affaires publiques à l'April.

Libre à vous... d'en assurer la promotion et la diffusion.

Adèle Blanc-Sec ou l'aventurière franchouillarde

Posté par . Modéré par tuiu pol.
Tags :
3
20
avr.
2010
Culture
Adaptée d'une série de bandes dessinées de Jacques Tardi, publiées chez Casterman, Les extraordinaires aventures d'Adèle Blanc-Sec est le dernier film d'un talentueux réalisateur français, j'ai nommé Luc Besson. Nous lui devons entre autres des films mémorables comme Léon, Le Cinquième Élement, et plus récemment (et peut être moins mémorables) les films d'animation de la série Arthur et les Minimoys. Cette dépêche n'a pas pour but de présenter le film mais constitue plutôt une critique.

Scénarisé, produit et réalisé par Luc Besson, le film met en scène une femme d'action, Adèle Blanc-Sec, interprétée par Louise Bourgoin qui tient dans ce film un de ses tout premiers rôles en tant qu'actrice principale, épaulée de Jean Paul Rouve et Nicolas Giraud entre autres personnages secondaires. Le film se veut sérieux et dramatique. Et c'est là que le bât blesse.

Brothers, Mr Fox, Sherlock et Shutter Island

Posté par (page perso) . Modéré par patrick_g.
Tags :
10
12
mar.
2010
Culture
Pour maintenir vivante la vénérable et controversée tradition des dépêches cinéma sur LinuxFr, je vous propose d'évoquer quatre films très différents en une seule dépêche. Vous trouverez donc dans la suite de l'article une chronique sur :

Le Temps des Grâces

Posté par (page perso) . Modéré par baud123.
Tags :
16
10
fév.
2010
Culture
Hier j'ai eu la chance de voir un film documentaire d'un genre que j'ai peu fréquenté : un documentaire sans voix off. Le thème du film est une réflexion sur le devenir de l'agriculture française, mais son intérêt est de ne jamais être dogmatique.

En fait, on y entend parler beaucoup de paysans, en production conventionnelle ou en "bio". Nul affrontement, puisque leur parole montre surtout que tout le monde est d'accord sur le fait qu'il faudra bien changer de paradigme de production. Tout ça monté avec tellement de bon sens que je n'ai pas vu passer les 2h03 du film.

Bref, si vous en avez l'occasion, allez en apprendre un peu plus sur l'intérêt de l'écosystème pour un rendement agricole. Pour ma part, à Auch, on a carrément eu droit à un débat jusqu'à minuit avec l'un des intervenants du film, et c'est fou ce que le cinéma prolongé comme ça redonne envie de revenir dans les salles ! D'ailleurs, la salle de 200 places était pleine, ils ont refusé une cinquantaine de personnes.

Mieux vaut Avatar qu'un navet

Posté par . Modéré par Mouns.
Tags :
7
22
déc.
2009
Culture
Avatar est un film de James Cameron (le monsieur derrière Titanic et Terminator) sorti le 16 décembre en France, accompagné d'une campagne de publicité à la hauteur du budget de ce film de 300 millions de dollars (certains avancent un chiffre de 500 millions de dollars !). Il s'agit d'un retour à la fiction pour James Cameron, qui s'était occupé ces dernières années à réaliser des films documentaires (Les fantômes du Titanic, Aliens of the deep, et d'autres). Malgré le nombre d'années qui séparent Avatar de son dernier film de fiction (Titanic en 1998), ce qui est sûr c'est qu'Avatar est dans l'air du temps. Des colons Terriens sont sur la planète Pandora pour y extraire de l'Unobtanium, un minerai qui a vraisemblablement beaucoup de valeur pour une compagnie sur Terre. Des scientifiques y mènent des études, tandis que des militaires sécurisent le périmètre pour l'activité d'extraction du minerai, dirigée d'une main de fer par un avide terrien sans cœur.

Sur cette planète à la faune et flore très développée vivent paisiblement les Na'vi, des humanoïdes bleus vouant à leur planète un respect le plus profond. Se dessine alors un scénario prévisible : les Na'vi souffrent de la destruction de leur environnement par les Terriens et s'y opposent, obligeant les militaires à utiliser la force tout en se découvrant des alliés chez les scientifiques de la mission. Ce scénario « écolo-compliant » est donc tout à fait dans l'air du temps. Pour pimenter un scénario téléphoné, et comme le suggère le titre du film, les protagonistes Terriens font usage d'avatars, des hybrides humains-Na'vi, pour communiquer avec les autochtones, l'atmosphère de la planète étant toxique pour les humains. Les héros synchronisent un lien mental avec leur avatar afin de le contrôle ainsi comme leur propre corps (les amateurs d'Evangelion pourront crier au repompage en toute bonne foi). Les ingrédients classiques amour, jalousie, mort du mentor, trahison d'un benêt qui mène ensuite la révolution sont également utilisés, ce qui n'aide pas à rendre original le scénario.

Passons maintenant au plus gros argument de ce film : la 3D. Vous connaissiez les magazines présentant des dinosaures que vous pouviez voir en 3D avec des lunettes spéciales (un œil couvert par un film d'une couleur particulière), James Cameron a appliqué cette idée à son film. Cette vision 3D apporte un certain plus au film, les images semblent plus profondes et plus prenantes. Le design des décors et de l'environnement est très réussi et se marie parfaitement avec la profondeur que donnent les lunettes en 3D. Certaines scènes semblent toutefois avoir été filmées volontairement pour profiter de la 3D, dans le sens où si la 3D n'était pas là, la scène ne le serait pas non plus et ces scènes introduisent parfois une certaine lenteur dans le film, mais rien de dramatique. Le design de la faune ne plaira pas à tout le monde, les Na'vi manquent à mon goût de charisme et de personnalité (sous-entendu affiché sur leur visage), rendu 3D oblige malheureusement.

Si vous aimez la science fiction, les effets spéciaux, les combats de robots contre bestioles géantes montées par les indigènes, les beaux décors enchanteresques, profiter d'un beau spectacle pour vous évader, découvrir un film en relief (et il n'est sûrement pas le dernier) n'hésitez pas, je vous le recommande, même s'il manque quand même certaines choses pour faire de ce film un film à ne pas manquer.

NdM : Lire également le journal de Pierre Tramonson.
NdM2 : un système DRM a empêché certaines séances en avant-première du film en Allemagne : la société gérant le DRM n'a pu fournir à temps les clés nécessaires par film par projecteur par serveur de diffusion par cinéma.

Docufiction Crossroads, la route du blues

Posté par . Modéré par Nÿco.
Tags :
9
3
juin
2009
Culture
"CROSSROADS, la Route du BLUES" est un docufiction de 1h30 sous forme de road movie dans le Delta du Blues (Memphis et Greenwood dans le Mississipi), autour des légendes sur le bluesman Robert Johnson et sur le blues de son époque, qu'il soit acoustique ou électrique.

Le film raconte l'histoire de Robert « Bud » Johnson, un homonyme du fameux bluesman, un blanc vivant dans le Missouri et qui poursuit le rêve étrange d'être celui qui trouvera le légendaire trentième morceau.

Une nouvelle version de "CROSSROADS, la Route du BLUES" est disponible. Ce film a la particularité d'être sous licence CC by-nc-nd >= 2.0 . L'image du DVD (3.8 Go) est téléchargeable gratuitement par freetorrent.fr. On trouve dans l'image DVD le film en version anglaise sous-titré en français et en bonus l'ensemble de la bande sonore sous forme de 19 titres codés au format MP3 à 192 kbps.

NdM : le téléchargement du film serait moyennement illégal.

Katyń (Pologne)

Posté par (page perso) . Modéré par Nÿco.
Tags :
3
8
mai
2009
Culture
À côté des superproductions actuelles, un film historique est sorti le 1er avril (et non, ce n'étais pas un poisson !). Le film aborde un sujet douloureux pour la Pologne, le massacre de 15131 polonais dont environ 12000 officiers par la police politique soviétique à Katyn au printemps 1940.

La diffusion restreinte de ce film peut s'expliquer par une production nationale polonaise, un désintérêt pour une page de l'histoire assez peu connue mais aussi par la polémique qui surgit et persiste aujourd'hui autour de ce massacre.

X-Men Origins: Wolverine

Posté par (page perso) . Modéré par Nÿco.
Tags :
8
6
mai
2009
Culture
En guise de petite contribution à la catégorie "Cinéma" - trop souvent oubliée - de notre site favori, j'aimerais parler du film récemment sorti, dérivé de la série X-Men, entièrement dédié au personnage de Wolverine.

Un film fort attendu des amateurs de l'univers des comics Marvel, qui entre bien entendu dans la catégorie des productions américaines à fort budget, plein d'action et pétri d'effets spéciaux plus spectaculaires les uns que les autres.

Ceux qui, comme moi, ont apprécié la trilogie X-Men ne seront pas déçus : tout en se focalisant sur la genèse du personnage de Wolverine (des premières manifestations de ses pouvoirs dans l'enfance, à sa période ténébreuse comme sujet d'expérimentation de l'armée...), le film fait apparaître en leurs temps d'autres personnages que l'on retrouvera dans les trois opus, se reliant intelligemment à ceux-ci en comblant quelques ellipses scénaristiques et en répondant aux multiples interrogations sur le passé énigmatique de Logan qui s'y posaient.

Un fort bon moment de cinéma à grand spectacle.

Chomsky & Cie

Posté par (page perso) . Modéré par Mouns.
Tags :
17
2
mar.
2009
Culture
« Chomsky & Cie » est un film de Olivier Azam et Daniel Mermet issu d'une série de reportages radio avec Noam Chomsky, Normand Baillargeon, Jean Bricmont. Il a pu être monté notamment grâce à des souscripteurs « modestes et géniaux » auditeurs de l'émission « Là-bas si j'y suis ».

Ce film tourne dans les salles depuis novembre 2008, mais le faible nombre de copies et la taille des salles de ma ville ont fait qu'il ne nous est arrivé que hier ;-)

Star Wars : The Clone Wars

Posté par . Modéré par Mouns.
Tags :
4
17
sept.
2008
Culture
Sorti le 27 août 2008 en France, soit deux semaines après les États-Unis d'Amérique, Star Wars : The Clone Wars est un film d'animation de 97 minutes dans l'univers des six épisodes de La Guerre des étoiles de George Lucas.
L'histoire se situe entre l'épisode 2, l'attaque des clones et l'épisode 3, la revanche des Sith, pendant ce que l'on appelle la guerre des clones.
Ce film d'animation est en fait la concaténation des trois premiers épisodes de la série éponyme en préparation pour une diffusion télévisée, et n'a pas été réalisée par George Lucas, mais par Dave Filoni, quasi-inconnu du grand public. Ce n'est qu'en voyant le résultat que George Lucas, impressionné, a décidé d'en faire un film.

Sortie du film libre "Big Buck Bunny"

Posté par (page perso) . Modéré par Mouns.
0
2
juin
2008
Culture
Suite au succès de son précédent film, Elephants Dream, la fondation Blender avait clairement annoncé qu'elle n'en resterait pas là. C'est dans cette optique que la fondation lançait le projet Peach, qui avait pour objectif de faire un second court métrage libre, toujours en utilisant exclusivement des outils libres.

Le 1er octobre 2007, une équipe de la fondation Blender, dirigée par Ton Roosendaal, s'était donc mis au travail dans les nouveaux locaux à Amsterdam, pour nous offrir, 7 mois plus tard (avec un petit mois de retard sur le délai prévu donc), un petit chef d'œuvre de l'animation 3D. Le film, Big Buck Bunny (du nom du personnage principal, vous l'aurez deviné, c'est un gros lapin), qui dure un peu moins de 10 minutes, fût présenté en avant première le 10 avril 2008 au cinéma Studio K à Amsterdam et les DVD ont commencé à être envoyés à partir du 20 mai. Le film est désormais en téléchargement libre depuis le 30 mai.

L'histoire met en jeu un gros lapin qui est pourchassé par un groupe d'animaux de la forêt qui, il faut le dire, sont assez facétieux. Je ne vous en dis pas plus et vous laisse découvrir.

Big Buck Bunny a été conçu du début à la fin avec des logiciels libres, à savoir :
  • Ubuntu Linux comme système d'exploitation
  • Blender (évidement) dans sa mouture 2.4 pour la modélisation et l'animation 3D
  • GIMP et Inkscape respectivement comme éditeur d'images et éditeur d'images vectorielles
  • Subversion pour gérer différentes versions des fichiers produits durant la réalisation du film
  • Python pour la programmation

Ce film est une nouvelle occasion de constater que les outils libres sont désormais de réelles alternatives aux solutions propriétaires, y compris dans des domaines complexes tel que l'animation 3D. On pourra notamment noter la texture des poils des animaux, qui semble avoir été particulièrement travaillée, ce qui donne un rendu fort agréable et réussi.

There will be blood

Posté par (page perso) . Modéré par Mouns.
Tags :
0
7
mai
2008
Culture
Le film n'est pas sorti hier (la sortie française a eu lieu le 27 février 2008), mais je l'ai vraiment aimé et je pense qu'il mérite une petite dépêche cinéma.

Le genre : There will be blood est un film complexe, entre reconstitution historique à propos des pionniers du pétrole américain et fresque psychologique sur le pouvoir, l'isolement et la folie, le tout mêlé à une musique oppressante et omniprésente. There will be blood, ce n'est pas un film classique.

L'histoire : Je ne vais pas vous raconter la fin, ni le début d'ailleurs, mais tenter de vous donner un très bref aperçu : c'est l'histoire d'un pionnier du pétrole, à partir des années 1890, de son ascension économique mais aussi de l'évolution de sa misanthropie.

Je suis resté volontairement vague. L'une des raisons de mon flou, c'est l'acteur principal, Daniel Day-Lewis, dont la performance exceptionnelle ne peut être décrite facilement avec des mots. Je ne vous conseille d'ailleurs pas de lire un résumé plus précis. Je viens de lire le résumé sur la page anglophone de imbd et je trouve que, sans raconter de choses fausses, il transmet une image du film très différente de la réalité.
En résumé, There will be blood, c'est un beau film avec un acteur formidable, une histoire originale et une musique qui vous met mal à l'aise.

NdM : Si vous préférez parler d'Iron Man, il y a un journal sur le sujet.