Journal Mon évolution vis à vis du copyleft

72
24
mar.
2013

Suite à une demande de journal sur ce sujet lors d'une discussion sur le choix de licence libre, je m'y mets : je vais tenter une explication sur pourquoi j'ai peu à peu changé ma vision vis à vis du copyleft, pour finalement l'abandonner (autant donner la conclusion tout de suite, pour éviter les déçus), et ce en tentant d'éviter les trolls (ce qui est difficile sur ce sujet, tant les positions entre les deux "camps" sont dures).

Commençons par (...)

L'Union des Photographes veut la mort du Libre

Posté par . Modéré par patrick_g. Licence CC by-sa.
67
14
mai
2011
Culture

L'UPP, dit l'Union des Photographes Professionnels, a déclaré la guerre aux photographies Libres de droits. Visiblement, les microstocks mais aussi les licences CC, largement utilisés dans les projets tels que Wikipedia, sont dans leur ligne de mire. Selon le communiqué publié sur le site de l'UPP c'est une une nouvelle structure, nommée L'Association Contre le Libre de Droits qui a été créée lors du dernier congrès.

Le but de cette association est, je cite, de lutter contre l'utilisation d’oeuvres visuelles dites « libres de droits » et contre leur commercialisation à un prix dérisoire. Le danger est plus réel qu'il n'y parait, au Portugal un texte de loi sera bientôt proposé qui interdira purement et simplement le Libre (le logiciel n'est pas impacté).

Parce que le Libre, ce n'est pas que Linux ou l'informatique, mais c'est aussi la musique, la photographie ou l'écriture. Il faut veiller à ce que ce genre d'initiative ne s'étende pas en Europe, car le risque d'une interdiction pure et simple des médias Libres est un avenir possible. Si un tel texte de loi voyait le jour en France, même un site tel que LinuxFr.org pourrait être déclaré illégal puisqu'une partie au moins de son contenu est sous licence CC.

Journal Annonce : Manux 0.0.4

52
21
fév.
2014

Bonjour tout le monde!

Je voudrais profiter de ce journal pour vous annoncer que mon projet personnel, Manux, vient de passer en version 0.0.4.

Pour rappel, Manux est un petit système d'exploitation nativement binairement compatible avec Linux, mais conçu pour encaisser les exploits jour zéro. Son noyau a été entièrement écrit par mes soins, sans reprendre la moindre ligne de Linux (ou de qui que ce soit d'autre), et tant son architecture noyau que son architecture de l'espace utilisateur (...)

Journal Privateur...

48
26
avr.
2013

Je ne vais pas faire un journal bien long, je veux juste faire part d'un malaise grandissant lors de mes lectures quotidiennes de contenus sur linuxfr. Je sais pour avoir lu des commentaires qui en parlaient que je ne suis pas le seul à tiquer à la lecture du terme privateur lorsque l'on parle de "closed source" ou de licences qui ne plaisent pas à certaines personnes.

J'utilise des systèmes GNU et autres unix depuis mon adolescence par passion et (...)

Journal une bonne nouvelle pour le traitement de la photo sous linux

41
30
déc.
2012

Bonjour 'Nal,

Un logiciel de traitement de photo que j'apprécie est LightZone. LightZone est produit proprio de LightCraft, compagnie qui été dissoute, il y a un an ou deux.

LightZone est un logiciel de traitement de photo jpg, tiff et raw. LightZone a peu d'outils mais dispose de la retouche locale. J'appréciais particulièrement l'outil de noir et blanc et un outil de zone systeme (équivalent de l'outil de manipulation de courbe dans d'autres logiciels ; darktable a un outil de zone (...)

Journal Minix plus utilisé que Linux!

Posté par . Licence CC by-sa.
40
8
nov.
2017

Dans un revirement de situation aussi ironique que déconcertant, beaucoup de médias anglophones rapportent la confirmation que le Intel Management Engine (Intel ME) utilise Minix comme système d'exploitation. Rappelons que le ME est un ensemble matériel et logiciel composé d'un processeur additionnel qui fonctionne à un niveau de privilège plus élevé que l'OS lui-même… Vous en avez peut-être déjà entendu parlé plus tôt cette année, après la divulgation d'une faille zero-day concernant l'AMT (faisant partie du ME dans certaines (...)

Journal La fausse bonne idée de la licence "libre mais pas pour les méchants"

Posté par . Licence CC by-sa.
38
6
oct.
2017

Puisque nous sommes vendredi, parlons d'un sujet qui génère peu de polémiques: les licences logicielles, plus particulièrement les licences libres. Abordons le cas d'une nouvelle venue nommée licence zero.

De tout temps, les licences libres (copyleft ou non) ont toujours mis de côté l'aspect commercial ou privé de l'utilisation du logiciel : les libertés accordées par la licence—et les obligations qui s'y attachent—sont les mêmes pour une compagnie à 200 M$ de chiffre d'affaire annuel que pour un individu (...)

Journal Différence de licence entre une réimplémentation complète et le projet source

Posté par (page perso) .
37
22
juin
2010
Bonjour,

je vous ais déjà parlé du projet Shinken, réimplémentation de Nagios en Python. Cette réimplémentation n'utilise pas du code Nagios, mais je me suis inspiré pour une certaine partie du code de la manière de faire de Nagios (c'était une partie très spécifique de nagios sur les périodes de temps).

Or pour ce projet j'ai utilisé la licence AGPLv3 pour être à jour en terme de licence, et Nagios est GPLV2.

Voici qu'après 1an de silence total, l'auteur de (...)

Journal Serial encoding, droit d'auteur, licences partageables et trollitude

Posté par (page perso) .
37
31
oct.
2011

Sommaire

Bonjour, Nal !
Salut, moules !
Et mes DLFPiens, coincoin !

Nal, aujourd'hui je vais te raconter une petite histoire de droits d'auteur. Une vraie belle histoire comme on n'en fait plus : y'a de l'action, de l'amour, de l'infidélité, du sang, du massacre, de l'hémoglobine et des explosions, bref, tout ce qu'il faut pour un (...)

Le Parlement européen va libérer son gestionnaire d'amendements

Posté par (page perso) . Modéré par patrick_g. Licence CC by-sa.
34
12
mai
2012
Justice

Le Parlement européen libérera l'année prochaine le code de l'outil destiné aux parlementaires et collaborateurs permettant de rédiger les amendements. Les Nations Unies et les parlements danois et britannique se sont d'ores et déjà dit intéressés.

Baptisé At4am (Automatic Tool for AMendments, outil automatique pour les amendements), ce logiciel existe depuis 2010 sur l'intranet du parlement européen. Sa libération a été décidée récemment.

Il est dit utilisable avec n'importe quel navigateur et se base sur le schéma XML Akoma Ntoso. Il permet de rédiger les projets d'amendement, montre les paragraphes éditables, gère les métadonnées associées, etc. Il est disponible en trois langues (allemand, anglais, français) mais permet de gérer les amendements pour toutes les langues officielles de l'Union.

Akoma Ntoso signifie « cœurs liés » en akan, langue d'Afrique de l'ouest, mais aussi Architecture for Knowledge-Oriented Management of African Normative Texts using Open Standards and Ontologies, architecture de gestion orientée connaissances de textes normatifs africains utilisant des standards ouverts et des ontologies. Il s'agit d'un schéma XML pour les documents parlementaires, législatifs et judiciaires. Il est issu de l'initiative Africa i-Parliament Action Plan des Nations Unies. Le comité technique LegalDocumentML de l'OASIS travaille à sa standardisation.

Le choix de la licence et de la forge d'hébergement - peut-être l'European Union Public License (EUPL) et Google Code - ne sont pas encore définitivement décidés.

Publication d’une traduction française de l’Open Database Licence (ODbL)

Posté par . Modéré par Nÿco. Licence CC by-sa.
33
27
mai
2011
Communauté

L’association « Veni, Vidi, Libri » a le plaisir d’annoncer la publication de la traduction française de la licence Open Database License (ODbL).

Construite sur le modèle des licences libres logicielles, la licence ODbL est aujourd’hui la seule licence « copyleft » adaptée à la diffusion ouverte de bases de données. Sa traduction est le fruit d’une collaboration menée avec la Mairie de Paris, dans le cadre du projet ParisData.

Si les informations sont « de libre parcours », leur constitution en base de données peut parfois être source de droits exclusifs (droit d’auteur ou droit sui generis des bases de données). Si les données doivent, selon nous, rester libres, il peut être utile d’encadrer l’utilisation et la diffusion des bases de données ; c’est ici la fonction de la licence ODbL, qui se base sur le droit d’auteur et le droit sui generis des bases de données, pour conditionner les libertés des utilisateurs.

Ainsi, en pratique, libre à chacun d’exploiter publiquement, commercialement ou non, des bases de données sous licences ODbL ; à condition néanmoins de maintenir la licence sur la base de données, et éventuellement, sur les modifications qui y sont apportées, et de mentionner expressément l’usage, s’il génère des créations à partir de celles‐ci.

Ces licences permettent par ailleurs aux établissements publics administratifs (ou privés avec mission de service public) de remplir leur obligation en matière d’accès et de réutilisation des informations publiques (Lois de 1978 et 2005), tout en se plaçant dans le courant de l’open data. Ces bases de données disponibles pour tous permettront la création de nouveaux projets, favoriseront l’innovation et seront gages d’une plus grande transparence de l’État.

D’ores et déjà, l’ODbL jouit d’une renommée internationale et plusieurs projets d’envergure l’ont choisie, notamment le projet de cartographie collaboratif OpenStreetMap et ParisData, l’open data de la ville de Paris.

Journal Le domaine public et ses ennemis

33
12
sept.
2011

Nous parlerons contre les lois insensées jusqu’à ce qu’on les réforme, et, en attendant, nous nous y soumettrons. Celui qui, de son autorité privée, enfreint une mauvaise loi, autorise tout autre à enfreindre les bonnes.
Denis Diderot

Jusqu'à présent cette citation me tenait lieu de boussole intellectuelle quand quelqu'un proposait de violer la loi pour une bonne raison. Dans ce quasi journal bookmark je vous propose de lire le texte "Hacker le domaine public ?" de Lionel Maurel (...)

Journal Le test du samedi : Bittorrent Sync, dropbox killer ?

32
27
avr.
2013

Bonjour tous,

Le test du samedi: Bittorrent Sync. Profitant de quelques minutes, j'ai testé ce matin celui qui pourrait bien répondre à quelques problèmes de dropbox et consorts: espace disque limité, et absence de confidentialité des données. Le principe de Bittorrent Sync est simple: à chaque répertoire partagé correspond une clé unique qui donne accès à ce dernier.

Installation

En 2 clicks sous Mac OSX, et guère davantage sous Arch puisqu'il existe un package dans AUR. Pour les (...)

Journal La WTFPL n'est pas libre

Posté par .
32
17
juin
2011

Salut à tous !

Voilà… Je me suis rendu compte en lisant wikipédia que la première version de la WTFPL n'était pas totalement libre. Certes, plus libre que la totalitaire GPL ou la bec-pincée licence BSD, mais sujette à un problème commun dans le monde des licences : si la licence donne des libertés quand au travail qu'elle couvre, elle reste néanmoins elle-même une œuvre souvent propriétaire. La version 2 de la WTFPL corrige un petit peu ce problème, en (...)

Journal Politiques publiques et droit d'auteur, quels points de réforme essentiels ?

Posté par (page perso) . Licence CC by-sa.
30
21
mai
2013

Sommaire