Virus Info — En avant pour le 44ᵉ numéro sur Ulule

Posté par  . Édité par Benoît Sibaud et Davy Defaud. Modéré par ZeroHeure. Licence CC By‑SA.
18
6
juin
2020
Presse

Depuis une vingtaine d’années, Virus Info traite d’actualités informatiques incongrues et de hacking de plaisance. Il est disponible en kiosque ou en téléchargement. On y brocarde les éditeurs de logiciels sans scrupules et on promeut volontiers l’informatique libre et parfois rétro.

Son distributeur, Presstalis « a fait faillite » selon le Virus Info (plus de détails dans le lien Wikipédia).

Fin mai, pour rendre son numéro 44 exceptionnellement disponible sous « licence libre » (disait le Virus Info dans sa campagne; une « licence Creative Commons », non spécifiée initialement) , le Virus a lancé une souscription sur Ulule, le site de financement participatif. NdM: la dernière actualité indique qu'il s'agira d'une « licence Creative Commons Attribution-NonCommercial-NoDerivatives 4.0 International License » (donc une licence de libre diffusion, mais non libre).

Ceux qui connaissent le journal pourront être intéressés de mettre une pièce dans la machine et, ce faisant, de rejoindre le club très fermé des lecteurs donateurs et de l’équipe de rédaction. L’opération prendra fin le 12 juin 2020 à midi (heure de Paris).

On peut lire sur Ulule :

« En sus de recevoir Virus Info 44 au format numérique, vous deviendrez membre du futur Club privé avec un espace de communication entre lecteurs et l’équipe du magazine. Il n’y aura pas d’autres moyens de s’inscrire qu’en participant à ce financement de Virus Info 44 maintenant (ou, peut‑être, dans un avenir assez lointain). »

Sympa, un journal sans pub qui vit de ses lecteurs.

N. D. M. — Quelques liens souvenirs montrant les difficultés de la presse écrite avec « Virus Info va disparaître ! » en août 2000, « Le retour de “Le Virus Informatique” ! » en décembre 2000, « Pirates Mag’ en mauvaise posture » en mars 2004, « Le retour du Virus Informatique [presse] » en mars 2016 et « Pirate Mag est de retour :) » en août 2019.

Journal Pirate Mag est de retour :)

Posté par  . Licence CC By‑SA.
40
10
août
2019

Bonjour,

Pour les plus nostalgique de la version du canard enchainé en informatique, l'irrévérencieux Pirate Mag est de retour. Après le Virus informatique (du même éditeur), son cousin le Pirate Mag revient (pour on ne sait pas combien de temps) mais ça m'a fais plaisir de le retrouver dans le libraire du coin, comme au bon vieux temps.

Cette situation me donne une lueur d'espoir en me disant que les projets ayant un contenu indépendant et loin du publi-reportage reviendront (…)

Journal [digression] L'Enfer de la flibuste - le récit inédit d'un pirate français

Posté par  . Licence CC By‑SA.
Étiquettes :
38
5
oct.
2016

Salut 'nal,
Me permets-tu cette légère digression ? Ici on parle souvent de pirates informatiques, mais connaît-on bien les pirates tout court ? Frantz Olivier, des éditions Anacharsis de Toulouse, s'est dit que non, qu'on leur prêtait trop souvent des rôles ou des idées qui nous plaisent de leur voir, trop affreux ou trop libertaires, et qu'il était difficile de se faire une vraie idée étant donné le peu de témoignages directs qu'ils ont laissés. Or, il a cherché et trouvé dans (…)

Journal Copyright : Le discours devant le sénat de la député Pirate

Posté par  . Licence CC By‑SA.
Étiquettes :
23
4
avr.
2015

Son discours c'est concentré, sur la bêtise d'avoir 28 règles de droit d'auteur différent en Europe.
C'est l'argument principal des anti-Reda : cela fait parti de l'exception culturelle et cela protège des géants GAFA.

Avoir une règle commune facilite le business autour des droits d'auteur, c'est une évidence. Cela faciliterait la vie de Google, mais aussi de n'importe quel société qui démarre. Or qui a le plus de moyen pour gérer 28 législations ? Google ou une start up ?

Elle donne (…)

Journal Le Journal du Pirate : quelques stats une semaine après le lancement

Posté par  (site Web personnel) . Licence CC By‑SA.
10
22
déc.
2014

Cher journal,

Un peu plus d'une semaine après le lancement du Journal du Pirate, site d'infos francophone participatif par proposition de liens à la Hacker News se consacrant à la communauté francophone du Logiciel Libre, aux articles scientifiques francophones et aux startups françaises, je me permets de créer un nouveau journal pour apporter quelques nouvelles et stats du lancement de ce nouveau média basé sur un Logiciel Libre et dédié à la communauté francophone :

Sur 7 jours, pratiquement (…)

Journal The Pirate Bay AFK (Bookmark)

Posté par  (site Web personnel) . Licence CC By‑SA.
7
18
jan.
2013

Cher journal, en ce vendredi après-midi tant attendu, je souhaite te faire partager l'annonce d'un film qu'il a l'air bien : « The Pirate Bay - Away From Keyboard ».
En plus je pourrais le voir sur mon ordi ou sur ma TV depuis le canapé, ce qui va m'éviter d'aller sociabiliser en sortant au cinéma.

Le site est beau, le « trailer » donne envie de voir le film et et l'œuvre est placée sous licence CC BY-NC-SA 3.0.
Ça me donne (…)

Journal Aarrgh !

Posté par  (site Web personnel) . Licence CC By‑SA.
Étiquettes :
4
19
sept.
2012

Hého ami Pastafarien ! Et aux nigauds d'mécréants aussi.

C'est qui s'rait bien temps d'hisser sur la grand voile les couleurs du Jolly Roger.
Largue tes amarres verbales moussaillon, la Journée internationale de la parlure piratesque n'attendra point.

Puisse Son Appendice Nouillesque Vous Toucher !

C'est qu'jaurais presque omis la tradition de la nimage !

Aarrgh !

Débats sur le droit d'auteur : Outre-Rhin aussi on tourne en rond

Posté par  . Édité par Florent Zara, Pierre Jarillon et patrick_g. Modéré par patrick_g. Licence CC By‑SA.
22
5
avr.
2012
Internet

Ces dernières semaines en Allemagne, les succès actuels ou annoncés du Parti Pirate ont relancé le débat sur le droit d'auteur. 51 scénaristes de séries policières ont écrit une lettre très polémique pour défendre leurs intérêts qu'ils assimilent à ceux des sociétés de gestion de leurs droits d'auteur. « Il faut sauver la SACEM et Vivendi » est en substance leur message.

Le Chaos Computer Club et le Parti Pirate Allemand leur ont répondu comme beaucoup d'autres. Les débats ne s'annoncent pas toujours très passionnants, la situation étant assez gelée idéologiquement parlant. En revanche, ce qui évolue vite, ce sont les positions des différents partis sur des thématiques qu'ils commencent à s'approprier clairement, que ce soit du côté des conservateurs ou des sociaux-démocrates.

Un rapide état des lieux en seconde partie de dépêche. Ci-dessous des liens vers des textes importants du débat, parfois traduits en français (et dans ce cas votre aide/relecture/participation serait bienvenue), parfois en allemand.

Journal Parti pirate : inutile et inefficace ?

Posté par  (site Web personnel) . Licence CC By‑SA.
Étiquettes :
28
27
mar.
2012

Dans divers dépêches concernant le parti pirate, j'ai essayé d'exprimer mon opposition concernant les fondements même du Parti pirate. Mais, un commentaire étant toujours trop court, j'ai décidé de détailler ici mon opinion, que vous partagerez peut-être.

Je suis favorable à une réforme du droit d'auteur, à la protection de la vie privée, la liberté d'accès aux documents administratifs (opendata), l'interdiction des brevets logiciels ou la neutralité des réseaux. Le nom « pirate » me gêne un peu, mais je comprends que (…)

Journal Piratage : les éditeurs allemands sont des rigolos

Posté par  . Licence CC By‑SA.
23
3
sept.
2011

Un petit condensé de l'effrayante incapacité des éditeurs à s'adapter aux nouveaux business models. Ou comment demander de l'aide au gouvernement parce qu'on n'est pas capable de s'aider soi-même.

Étape 1 : pondre une étude orientée, démontrant que le piratage c'est mal. Tant qu'à faire, n'hésitons pas à confondre gratuit et contrefaçon, c'est gratuit et ça gonfle les chiffres.

Étape 2 : publier un communiqué bien senti au nom de l'ensemble des professionnels du livre, où on explique que les (…)

Slackware: site web piraté et explications

Posté par  . Modéré par Fabien Penso.
Étiquettes :
0
3
jan.
2001
Slackware
Voici enfin les explications pour lesquelles le site de Slackware était inaccessible depuis plusieurs jours.
Apparemment leur site a été piraté le 25 décembre, et les administrateurs ont donc déconnecté le serveur du réseau pour un audit complet des logs. Celui-ci a été complêté et les fichiers du site web remis en ligne.
Apparemment le problème est du à une vieille version de imapd qui connaissait un trou de sécurité pour lequel un correctif était déjà disponible. Cependant Slackware ne l'avait pas appliqué (le système est désormais mis à jour, donc inutile de re-essayer ;)
Voir l'article de lwn.net.