Firefox Sept : consommation mémoire nettement améliorée

Posté par (page perso) . Modéré par patrick_g. Licence CC by-sa.
Tags :
55
28
sept.
2011
Mozilla

Firefox 7.0, navigateur Web de la fondation Mozilla, est disponible au téléchargement, en 83 langues, moins de deux mois après la sortie de Firefox 6, et quatre mois après celle de Firefox 5. Il y a de quoi se réjouir, car même si cette version n’apporte que très peu de nouveautés, elle réduit de manière drastique la mémoire consommée. Le mastodonte a donc maigri très sensiblement, et les efforts ne sont pas terminés.

La plus notable des améliorations de cette version, et celle qui emporte toutes les attentions, c’est la consommation mémoire, qui a subi une cure d’amaigrissement stricte et radicale. En effet, on progresse de 20 à 30 %, voire 50 % dans certains cas. C’est grâce à l’initiative MemShrink que l’on atteint ces résultats aujourd’hui. Cela a pour effet direct d’accélérer le démarrage et le chargement de page, ainsi que plus généralement la réactivité du logiciel. Maintenant, on peut donc fermer des onglets pour réduire la mémoire occupée, au lieu de redémarrer. Concrètement, parmi les améliorations, on peut citer la correction de fuites mémoire du ramasse‐miettes de JavaScript, ce souci consommait de la mémoire croissante dans un onglet, alors qu’aucune utilisation humaine n’en était faite.

NdA : Merci aux contributeurs de cette dépêche : Altor, deasy et claudex.

Les autres nouveautés sont listées en seconde partie de cette dépêche.

Facebook f8 : timeline, musique/vidéo, ticker, boutons (et les conséquences pour le web)

Posté par (page perso) . Modéré par Benoît Sibaud. Licence CC by-sa.
28
26
sept.
2011
Internet

Facebook a tenu sa conférence développeurs, j’ai nommé f8. Le Walled garden, désormais géant de l’informatique avec lequel il faudra longtemps traiter (intimement lié à Microsoft/Skype par son actionnariat et ses partenariats), a présenté quelques nouveautés lors de cette grand‐messe san‐franciscaine. Au menu, changement des profils, musique, vidéo et actualités.

On s’enfonce encore plus loin dans le déni de vie privée, et bien évidemment l’ensemble attaque directement la neutralité du Net.

Journal Bada opensource et développer un jeu Android/iOS

Posté par (page perso) . Licence CC by-sa.
15
20
sept.
2011

Après Symbian et Meego/Maemo qui n'en finissent plus de mourir mourir de mourir mourir, webOS et son avenir incertain incertain avenir incertain incertain, Windows Phone 7 qui ne perce pas pas pas ne perce pas pas pas, voilà que Samsung laisse glisser qu'il pourrait passer son OS mobile Bada en open source dès l'an prochain ? Ce serait pour réduire la dépendance à Android... lapin compris. M'enfin Samsung c'est son choix Bada Bada choix Bada Bada.

Oui, je sais. Désolé.

(...)

Guerre des brevets logiciels : États‐Unis contre États‐Unis

Posté par (page perso) . Modéré par tuiu pol. Licence CC by-sa.
30
20
sept.
2011
Justice

Qu’on le dise bien haut et fort : la guerre des brevets logiciels n’a rien à voir avec l’informatique ! C’est une guerre qui oppose les avocats entre eux.

Pis, la nation qui promeut et défend le plus cette stupidité, compte le plus grand nombre de sociétés impliquées dans cette guerre : l’arroseur arrosé. Belle ironie.

Microsoft, Apple, Oracle, Motorola, Kodak, Google, Qualcomm, Amazon, HP… sont toutes des marques états‐uniennes, victimes collatérales de cette débilité infantile. Puissent les instances européennes ne jamais valider cette [CENSORED].

OpenSSH 5.9 est disponible

Posté par (page perso) . Modéré par patrick_g. Licence CC by-sa.
30
19
sept.
2011
Sécurité

OpenSSH est une implémentation complète du protocole SSH (Secure SHell) en version 1.3, 1.5 et 2.0, publiée sous licence BSD modifiée.

Voici un échantillon des changements de la nouvelle version 5.9 :

  • sandboxing : une nouvelle option « UsePrivilegeSeparation=sandbox » apparaît dans le sshd_config, afin de limiter les appels système accessibles aux processus enfants (séparation des privilèges, technique très utilisée par les développeurs OpenBSD). Cela permet de réduire la surface d’attaque sur le système hôte. Actuellement, trois back‐ends sont fournis : systrace (OpenBSD uniquement), seatbelt (OS X/Darwin) et rlimit en solution de repli pour les plates‐formes Unix. Le projet OpenSSH encourage les contributeurs à fournir de nouvelles implémentations : Capsicum (intégré dans FreeBSD 9), espaces de noms cgroups, SELinux, etc. ;
  • arrêt propre des connexions multiplexées : il est possible de demander au serveur de ne plus accepter de nouvelles sessions sur une connexion multiplexée, tout en conservant les connexions en cours ;
  • beaucoup de nouveautés assez complexes ;
  • corrections de bogues.

Journal XMPP: the battle is over

Posté par (page perso) . Licence CC by-sa.
43
14
sept.
2011

Voilà...

Titre : Messenger Connect is now “Live Connect” – new APIs for SkyDrive and Hotmail Calendar
Lien : http://www.liveside.net/2011/09/14/messenger-connect-is-now-live-connect-new-apis-for-skydrive-and-hotmail-calendar/
Citation : XMPP Interface : You can integrate Messenger into your Web-based, desktop, or mobile instant messaging products by connecting to our XMPP service.

Ça y est. Officiellement. XMPP a gagné. La baston est terminée, on peut passer à autre chose.

XMPP a gagné, mais n'est pas encore partout : ce n'est qu'une question d'inertie. Les IM non-XMPP vont mourir (...)

Review Board 1.6

34
7
sept.
2011
Technologie

Review Board est une application web libre de revue de code collaborative. Originellement initiée chez VMware, elle est développée en Python/Django, et publiée sous licence MIT. Review Board se repose sur SVN et Git, mais aussi le vénérable CVS, ainsi que Bazaar et Mercurial (et accessoirement les proprios Perforce et ClearCase).

La revue de code étant un des parents pauvres du développement logiciel par son côté rébarbatif, un outil centralisé et collaboratif se révèle bien évidemment très largement supérieur à des méthodes empiriques par courriel et bavardages en ligne éparpillés. De plus, il amène un côté convivial et fun, couplé à un début d’effet social. Si la « sauce » prend dans une équipe de taille moyenne, cela peut beaucoup apporter en termes de qualité de code, entre autres.

La version 1.6 vient d’être publiée et apporte beaucoup de nouveautés : la liste est trop longue pour être détaillée ici. Pour ceux qui ne connaissent pas, jetez un rapide coup d’œil sur les copies d’écran. Review Board permet de gérer les requêtes de revue, les revues en elles‐mêmes, les diffs et les commentaires. En outre, ce logiciel propose un tableau de bord avec statistiques.

Miro 4 : pouet iTunes !

Posté par (page perso) . Modéré par baud123. Licence CC by-sa.
10
30
août
2011
Audiovisuel

Miro est un logiciel libre et multi‐plate‐forme pour Linux, Mac et l’autre. C’est un gestionnaire de vidéos et de musique, développé par la Participatory Culture Foundation (PCF), organisation à but non-lucratif.

Miro lit vos fichiers locaux ou distants (sites Web, torrent), permet de partager les médias entre ordinateurs ou de synchroniser avec les smartphones et tablettes, de convertir formats et codecs, et permet également d’acheter en ligne sur de multiples magasins.

Les raisons pour lesquelles Miro est mieux que iTunes :

  • fonctionne avec votre bibliothèque actuelle ;
  • convertit les musiques et vidéos ;
  • synchronise avec Android ;
  • permet d’acheter de la musique et des applications dans Miro ;
  • télécharge et joue presque toutes les vidéos ;
  • partage vos médias sur le réseau ;
  • est libre/open source ;
  • télécharge des torrents.

Miro peut donc tout à fait remplacer iTunes, sauf pour les personnes qui sont obligées de l’installer pour activer un iPhone et en faire la sauvegarde.

Petites brèves, chacun peut s’y mettre

Posté par (page perso) . Édité par Benoît Sibaud. Modéré par Bruno Michel. Licence CC by-sa.
20
30
août
2011
LinuxFr.org

LinuxFr.org diffuse des dépêches depuis plus d’une décennie. La longueur moyenne des dépêches a augmenté (multipliée par six en dix ans !), ce qui a visiblement pour effet secondaire de décourager les contributeurs. Autre effet secondaire : LinuxFr.org ne couvre pas l’actualité avec réactivité.

Afin de coller au mieux à l’actualité des logiciels libres et sujets afférents, vous êtes toutes et tous encouragés à contribuer avec des « petites brèves ». C’est assez facile :

  • prenez deux ou trois informations dans la charte ;
  • rédigez un paragraphe minimum par info ;
  • remplissez deux phrases minimum par paragraphe.

Avec la page de rédaction, il est aisé de contribuer de manière collaborative(*). Ainsi, vous pouvez aider ou vous faire aider : commencez ou terminez un paragraphe ou une news.

(*) NdM : pour accéder à l’espace de rédaction proposé, le statut « writer » est nécessaire (concrètement : avoir déjà posté une dépêche précédemment ou simplement demander à un administrateur d’obtenir ce statut). Cette mesure temporaire a été prise dans l’attente d’une refonte de l’espace de rédaction.

Ch’tites brèvounettes : Firefox 5 bêta, OSQA et mafia

Posté par (page perso) . Modéré par patrick_g. Licence CC by-sa.
34
24
mai
2011
LinuxFr.org

Firefox 5 bêta

Afin de célébrer le début de son cycle de sortie court, Firefox 5 est déjà prêt en version bêta, à peine deux mois après la sortie de Firefox 4.

Au menu :

  • plus de 1 000 corrections de bogues ;
  • meilleure intégration Linux ;
  • meilleure prise en charge de HTML 5 ;
  • animations CSS ;
  • autres améliorations d’interface utilisateur.

OSQA

OSQA est un système libre de questions‐réponses communautaires, que certains définiront plus facilement par « clone libre de Stackoverflow » (ou de Shapado).

Pour la liste des gros mots, OSQA est en Python, Django, GPL.

La Mafia des droits d’auteur

Les sociétés de perception et de répartition des droits (SPRD) sont — une fois n’est pas coutume — épinglées par le rapport annuel de la commission permanente de contrôle des SPRD, le huitième rapport du nom.

Les relations entre les sociétés d’ayants‐droit et sociétés mixtes, ainsi que sociétés intermédiaires sont telles qu’il a fallu grapher tout cela pour y voir plus clair. Le rapport n’hésite pas à décrire cet imbroglio de « système qui n’est au service ni des artistes, ni des consommateurs. Mais de lui‐même. » Que Choisir va même jusqu’à sous‐titrer son article « Bienvenue chez les Shadocks » !

P’tites brèves : Pinta, Scala, Nemerle, Top 20

Posté par (page perso) . Modéré par tuiu pol. Licence CC by-sa.
38
21
mai
2011
LinuxFr.org

Pinta 1.0

L’éditeur d’image Pinta, léger et multi‐plates‐formes (GNU/Linux, Mac OS X et Windows), est sorti en version 1.0. Il s’agit d’un clone de Paint.net, écrit en Gtk#, et dépendant du framework Mono (ce qui pourrait provoquer des démangeaisons intenses chez certains).

Publié sous licence MIT, Pinta n’a pas pour but d’être aussi complet que GIMP, mais possède toutes les fonctions de base nécessaires aux traitements d’image simples. Bon candidat à la libération des windowsiens, par exemple.

Scala 2.9.0

Scala, le « scalable language » qui tourne sur la JVM (Java Virtual Machine), est sorti en version 2.9.0.

Ce que cette version apporte n’est pas toujours compréhensible par les humains, mais certains seront probablement heureux d’apprendre que parmi les nouveautés, il y a :

  • Parallel Collections ;
  • the App Trait ;
  • the DelayedInit Trait ;
  • Repl Improvements ;
  • Scala Runner ;
  • Java Interop ;
  • et trois ou quatre autres trucs trop top (dur à dire).

Nemerle 1.0

Nemerle est un langage multi‐paradigme pour .Net (encore, désolé), publié sous licence BSD modifiée. Sur le site Web officiel, il est dit : « It is as easy to learn and use as C# or VB.NET but Nemerle is by far more powerful » (il est aussi facile à apprendre que C# et VB.NET, mais Nemerle est de loin plus puissant). <insérer troll sympa ici>

Voici la liste des gros mots :

  • paradigmes : Object-Oriented Programming (OOP), Functional Programming (FP), Metaprogramming (MP), Component-Oriented Programming (COP), DSL-Oriented Programming (DOP) ou Language Oriented Programming (LOP) ;
  • Types : static typing, strong typing, inferred, nominal ;
  • Influences : C# (OOP & Imperative support), ML (FP support), Lisp (macros support).

Top 20 des pays utilisant GNU/Linux comme système pour le bureau

Linux a déjà largement le don d’ubiquité dans le domaine des routeurs, serveurs et, depuis peu, dans les téléphones mobiles. En ce qui concerne le bureau (ordinateurs fixes et portables), les scores ne sont pas aussi brillants, la principale cause étant… Microsoft (ou Linux lui‐même, ou les deux).

Le premier de la classe est Cuba ! Avec une part de marché qui s’élève à… euh oui, seulement 6,33 % ! La France arrive… euh… en 13e position, avec 1,73 % de part de marché. Linuxiens, à vos marques, prêts ? Attaquez la vente liée !

IPv6 et conséquences sur l'anonymat

Posté par (page perso) . Modéré par tuiu pol.
Tags :
27
18
jan.
2011
Internet
NdM : Cette dépêche est tirée du journal de ffourcot.

Je voudrais revenir sur les conséquences pour la vie privée du passage en IPv6. On a récemment pu lire beaucoup de commentaires à ce sujet sur ce site, et je ne les considère pas toujours pertinents. Ici, je ne parlerai vraiment que de la couche réseau : que les gens soient déjà tracés par les cookies, l'entropie d'information de leurs navigateurs, leurs comptes facebook ne m'intéressent pas.

(Oracle VM) VirtualBox 4.0

Posté par (page perso) . Modéré par patrick_g.
Tags :
21
28
déc.
2010
Virtualisation
VirtualBox, la plateforme de virtualisation créée par la société InnoTek (rachetée par Sun, elle-même rachetée par Oracle), est sortie en version 4.0.

VirtualBox 4.0 est désormais découpé en :
  • un paquet de base sous licence GPL ;
  • et un Extension Packs sous licence PUEL (utilisation autorisé pour l'usage privé et l'éducation).

VirtualBox Manager est une revue en profondeur de l'interface utilisateur : la fenêtre principale possède une prévisualisation de l'invité, mode d'affichage « mise à l'échelle », raccourcis bureau pour démarrer des invités en un double-clic, et quelques autres améliorations dont le tri de la liste des invités.

Autre nouveauté très intéressante, VirtualBox possède un système d'extension, comme mentionné au-dessus.
Parmi les extensions, on trouve aujourd'hui un pack ajoutant le support pour l'USB 2.0, VirtualBox RDP et le boot PXE pour les cartes Intels pour les machines virtuelles.

Au chapitre de la compatibilité et de l'interopérabilité, la version 4.0 prend en charge le format standard ouvert « Open Virtualisation Format (OVF) ainsi que le format Open Virtualization Format Archive (OVA, une archive TAR contenant un OVF) » , du nouveau matériel virtuel a été ajouté (Intel ICH9 et Intel HD Audio), et les I/O asynchrones sur les images tierces (VDMK, VHD et Parallels).

Enfin, les performances ont été améliorées et des limites ont été repoussées (tailles de machines 32 bits, notamment). Bien entendu, les habituelles corrections de bogues sont détaillées à la pelle dans le changelog.

NdM : l'installation des guest additions pour une machine virtuelle windows, demande maintenant à ce que la machine soit en mode sans échec (ce qui n'était pas le cas avec les versions précédentes de VirtualBox) pour l'installation du mode « direct3D ».

Mandriva 2010.2

Posté par (page perso) . Modéré par Lucas Bonnet.
14
28
déc.
2010
Mandriva
Cette dépêche est tirée du journal de tankey.

La distribution qui n'en finit plus de mourir, pour à chaque fois renaître, Mandriva Linux, donne de ses nouvelles : la 2010.2 est disponible dans les bacs ! Cette 2010.2 n'est pas une nouvelle version, c'est la mise à disposition de toutes les mises à jour et corrections de bugs sous la forme d'une image ISO. Elle est donc à conseiller en remplacement de la 2010.1, évitant ainsi d'avoir ouatmilles mises à jour après installation. Roadmap/objectif tenu. Bravo.

Pour mémoire :
  • One est un LiveCD avec installation possible, contenant tous les drivers proprios (comme une Ubuntu, en gros)
  • Free reste toujours dans sa ligne stricte : rien de proprio, même pas les firmwares (Debian se débarrasse aussi des firmwares proprio dans sa prochaine édition, au passage)


Le dépôt non-free est accessible à tous, en deux clics, dans le cas où, par exemple, votre carte WiFi aurait besoin d'un firmware non libre, ou pour votre carte graphique un driver non-libre.

Le plus simple : se munir d'une clef USB de taille suffisante, puis copier le fichier iso
dd if=mandriva-linux-free-2010.2-x86_64.iso of=/dev/sdb bs=8M
Où sdb est votre clef, et non une partition sur celle-ci (sdb et pas sdb1). Une seconde partition sera automatiquement créée également, nommée « resize_me », elle permettra, une fois redimensionnée sur la totalité de l'espace restant (ou selon votre choix), d'être utilisée pour sauvegarder ses documents.

OneTeam Desktop beta1 est libéré

Posté par (page perso) . Modéré par tuiu pol.
13
24
déc.
2010
XMPP
OneTeam Desktop est un logiciel libre, client de messagerie instantanée pour le réseau ouvert et décentralisé XMPP (anciennement connu sous le nom de Jabber). OneTeam Desktop est disponible pour Linux (32 et 64 bits), Mac OS X et Windows, mais aussi sous forme d'extension pour Firefox. Il est publié sous la double licence MPL 1.1 et GNU GPL 2.0 (Mozilla Public License et GNU General Public License).

OneTeam Desktop offre une approche quelque peu différente des clients avancés déjà disponibles, comme Gajim ou Psi : un univers graphique un peu plus attrayant, des simplifications d'interface et des fonctionnalités plus confortables. Voici par exemple une liste non exhaustive des intérêts de OneTeam Desktop :
  • roster visuel : chaque contact est une carte dans laquelle figure l'avatar et la présence, le JID n'étant accessible que par hover du pointeur ;
  • messages non lus : marqués en sous-brillance, cela permet de reprendre aisément le fil d'une conversation interrompue ;
  • fils de conversation : chaque participant cliquant le message auquel il répond, il est possible de mettre en surbrillance ou de filtrer les multiples conversations qui peuvent prendre place dans les chats ;
  • ligne de commande : raccourcis contextuels avec auto-complétion, très utiles pour accélérer les tâches courantes ;
  • historique et navigation dans le temps : un onglet de chat affiche toujours la dernière conversation, et un petit bouton en haut de la zone de chat est présent pour remonter le temps et retrouver des conversations plus anciennes ;
  • correction : possibilité pour un participant de corriger une fois seulement son dernier message. Cette fonctionnalité se révèle particulièrement utile d'après le retour des utilisateurs ;
  • déboggage à distance : fonctionnalité utile pour les développeurs, qui permet de lancer des commandes sur un client à distance, moyennant un droit d'accès donné manuellement par le client déboggué ;
  • voix sur Jingle : le célèbre protocole de VoIP est présent dans OneTeam Desktop ;
  • Jingle Relay Nodes : un mécanisme évolué de relais pour media en P2P, mieux que les "supernodes" de Skype.


Le code source est disponible par un simple git clone git://git.process-one.net/oneteam/oneteam.git, le manuel de compilation se trouvant dans le fichier README.txt. Vous êtes tous encouragés à donner un coup d'essai à OneTeam Desktop beta1 et d'en discuter !