Journal Sortie de Punix beta5, et d'un émulateur 68k en javascript !

20
28
avr.
2012

Sommaire

Une cinquième beta pour Punix

Pour ceux qui ont apprécié ma dernière dépêche sur Punix, voici quelques nouvelles !

Christopher Williams a sorti une 5ème version beta de son système d'exploitation Unix pour calculatrice à base de Motorolla 68000.
Cette version est disponible pour TI89 et TI92+, et les sources sont disponibles.
Si vous souhaitez compiler depuis les sources, il vous faudra vous munir de :

EditableGrid, des nouvelles du projet

Posté par (page perso) . Édité par Florent Zara, Nÿco et Benoît Sibaud. Modéré par Florent Zara. Licence CC by-sa.
37
24
avr.
2012
JavaScript

Il y a un an et demi, j'avais publié ce billet concernant une bibliothèque Javascript nommée Editablegrid. Pour rappel, cette bibliothèque permet de créer facilement des tableaux éditables. C'est l'outil idéal pour gérer des données provenant d'une base de données par exemple.

Depuis la première publication le projet a bien évolué et la bibliothèque s'est enrichie de nouvelles fonctionnalités, entre autres grâce aux retours des utilisateurs. Mais il y a un autre grand changement : la licence. Le projet est désormais publié sous double licence MIT et GPL afin de permettre son utilisation dans des projets non-GPL.

Journal Réflexions à propos de NodeJS et de Javascript plus globalement

30
18
avr.
2012

Bonjour,

cela fait quelques jours que je me pose la question suivante : « Est-ce que Node.js ne va pas devenir une technologie incontournable / majeur dans les 2 ans qui viennent ? »

Le contexte

Je suis un développeur Python depuis de nombreuses années. J'aime ses librairies, j'aime ses outils, j'aime sa communauté.
J'aime tellement sa syntaxe que quand je vois la syntaxe d'autres langages, j'ai une réaction quelque peu épidermique à la lecture du code.
Avec le temps, l'habitude de la (...)

Journal Déploiement de Transcript sur KGeography

Posté par . Licence CC by-sa.
46
16
mar.
2012

KGeography propose une multitude de cartes à ses utilisateurs soucieux d’étendre leurs horizons par l’apprentissage de la géographie. Problème, ces cartes sont affublées d’un article rendant épique la recherche du moindre pays : « La France » ne précède pas « Le Guatémala » qui n’est pas suivi de « Haïti », etc. Face à cette situation, le plus simple aurait été de supprimer les articles disgracieux pour ne conserver que les noms des pays… C’était sans compter les différents questionnaires du programme ; KGeography interrogeant l’utilisateur (...)

Journal La FSF lance le JavaScript License Web Label

Posté par .
14
10
fév.
2012

Camarade libriste, te sens tu sales quand ton navigateur télécharge des fichiers javascript non libres, si c'est le cas, la FSF vient a ton secours en lançant l'initiative JavaScript License Web Labels, afin de faciliter l'identification des licences des scripts utilisés sur un site.
Pour ce faire, le webmaster * n'aura qu'à ajouter à son site, une page contenant un joli tableau avec la liste des scripts et leurs licences.
Un plug-in pour Firefox est dispo.

*LOL

PhotoShow, une galerie web pour votre serveur

Posté par . Édité par jarjar, Nÿco, baud123 et Benoît Sibaud. Modéré par Nÿco.
40
2
déc.
2011
PHP

PhotoShow est une galerie de photos en PHP à installer sur votre serveur.

PhotoShow se base sur le système de fichiers pour gérer les fichiers, et ne requiert donc pas de base de données. Si Javascript est activé sur votre navigateur, la gestion des utilisateurs, albums, et images se fait aisément via glisser-déposer (drag-n-drop), de même que le téléversement (upload) d'images.

Le tout est totalement libre (sous licence GNU GPL 3) et gratuit.

Node.js passe en version 0.6.0 et arrive sous Windows

Posté par (page perso) . Modéré par Nÿco. Licence CC by-sa.
27
5
nov.
2011
JavaScript

Node.js est un environnement JavaScript côté serveur, sous licence MIT. Sa particularité est son approche asynchrone pour faciliter la montée en puissance dans des contextes avec beaucoup d’entrées‐sorties, notamment réseau. En pratique, il se compose :

  • d’un interpréteur JavaScript, à savoir V8 ;
  • de require(), un chargeur de modules compatible CommonJS ;
  • d’une bibliothèque standard, volontairement restreinte (une sorte de libc JavaScript où tous les appels sont asynchrones) ;
  • d’un ensemble de conventions : par exemple, les fonctions de retour indiquent toujours en premier paramètre si l’appel s’est bien passé, et dans le cas contraire, quelle a été l’erreur ;
  • et d’un exécutable, « node », pour lancer tout ça.

La version 0.6.0 est sortie aujourd’hui et apporte quelques nouveautés de taille (plus de détails en seconde partie) :

  • la prise en charge de Windows en utilisant les I/O Completion Ports (IOCP) ;
  • un répartiteur de charge entre plusieurs processus Node.js intégré ;
  • des moyens de communications entre des processus Node.js plus efficaces ;
  • des améliorations du débogueur en ligne de commande ;
  • des bindings pour la zlib ;
  • la mise à jour de V8, passant de la version 3.1 à la 3.6.

La prise en charge de Windows, sans dégrader les performances pour les UNIX, a pris plus longtemps que prévu. Cela a fortement retardé la sortie de cette version, mais Ryan Dahl, son créateur, souhaite sortir la prochaine version stable de Node.js (la v0.8.0) pour janvier 2012.

Dart va‐t‐il remplacer JavaScript comme langage dans les navigateurs ?

51
11
oct.
2011
JavaScript

Google a publié une première version, dite « preview release », de son nouveau langage de programmation : Dart. Google espère que ce langage va remplacer JavaScript comme langage de référence dans les navigateurs.

Un mémo interne qui a fuité nous informe des intentions de Google. Les ingénieurs de Google, et tout particulièrement l’équipe travaillant sur V8, considèrent que le JavaScript est une impasse : il serait trop lent, très mal adapté pour des développements de grande taille et souffrirait d’erreurs de jeunesse irréparables. Google a donc décidé de proposer son propre langage, Dart, dont la première version vient tout juste de sortir.

Pour le moment, les programmes écrits en Dart peuvent être compilés en JavaScript pour tourner dans les navigateurs. D’ici peu, Chrome devrait être en mesure d’exécuter directement du code en Dart, étape nécessaire pour des performances accrues. Les plans de Google sont ensuite de proposer son moteur aux développeurs des autres navigateurs, mais il semble peu probable dans l’immédiat que ceux‐ci acceptent.

Dart se distingue de JavaScript par :

  • le typage statique optionnel ;
  • les classes et interfaces (par opposition aux prototypes du JS) ;
  • l’obligation d’utiliser les « ; » pour séparer les instructions ;
  • une bibliothèque standard plus riche ;
  • la possibilité d’être outillé plus facilement (meilleure prise en charge pour l’IDE et outils de ré‐usinage par exemple).

Pour autant, Dart a reçu un accueil très froid de la part des développeurs. Par exemple, Brendan Eich, le créateur de JavaScript, considère qu’il est plus simple et plus efficace de faire évoluer le JavaScript que de développer un nouveau langage.

Journal Divers: Feuilleton Nokia, PHP & Javascript, et autres.

Posté par . Licence CC by-sa.
34
4
oct.
2011

Nokia, ton univers impitoyable.



Il semblerait que Nokia n’en ait pas fini avec Linux sur ses appareils, malgré l’abandon de Maemo Meegoo, ils travailleraient sur un système pour leurs téléphones pas smart (feature/dumb phones), basé sur Linux et censé remplacer S40, pour l’instant ce n’est qu’une rumeur qui ne verra peut être jamais le jour, mais qui n’est pas complètement irréaliste, Windows Phone étant trop gourmand pour équiper des appareils plus basiques en terme de hardware, et S40 commençant (...)

3 bibliothèques javascript à découvrir : D3, Sugar et Batman

27
30
août
2011
JavaScript

D3.js

D3.js est une bibliothèque javascript légère et libre qui permet de manipuler et représenter graphiquement des documents en s'appuyant sur leurs données. Elle est une réécriture de protovis et s'appuie sur des technologies comme HTML5, CSS3 et SVG pour afficher des données et interagir avec elles. Je vous encourage à aller voir les exemples pour voir de quoi est capable d3.js.

Sugar.js

Sugar.js est une bibliothèque qui vise à faciliter la manipulation des objets natifs Javascript et à combler les différences entre navigateurs. Elle ajoute des méthodes bien pratiques aux entiers, chaînes de caractères, fonctions, tableaux, objets, dates... En revanche, elle ne concerne ni les requêtes AJAX ni le DOM (jQuery fait ça très bien).

Batman.js

Batman.js est un petit framework MVC sous licence MIT. Il est écrit en CoffeeScript et peut donc naturellement être utilisé en Javascript afin de structurer une application web qui ferait un fort usage du JS. S'inspirant des principes de Rails (convention over configuration, etc.), il doit permettre de développer rapidement des applications web mono-page.

Découvrez Backbone.js 0.5.0 pour organiser votre code JavaScript

Posté par (page perso) . Modéré par tuiu pol. Licence CC by-sa.
34
3
juil.
2011
JavaScript

Backbone.js est un framework JavaScript sous licence MIT que Jeremy Ashkenas a écrit dans le cadre de son travail chez DocumentCloud. Il permet d’apporter de la structure à des applications JavaScript grâce à une bibliothèque qui ne fait pourtant qu’un millier de lignes de code en tout.

Pour cela, il apporte la séparation du code en classes :

  • les modèles et collections sont responsables de la logique métier et peuvent également servir pour la persistance, aussi bien locale avec localStorage que distante via des API RESTful en JSON. Les modèles proposent des enregistrements clé‐valeur et des événements associés. Les collections offrent un catalogue bien pratique de méthodes d’énumération : ce sont les méthodes map, reduce, filter importées depuis underscore.js, une des rares dépendances de Backbone.js ;
  • les vues font la liaison entre les modèles et le DOM. Elles mettent à jour le code HTML en fonction des modifications des modèles et, dans l’autre sens, peuvent gérer les événements du DOM ;
  • le routeur permet de modifier l’URL de la page (le #fragment ou, depuis la version 0.5.0, le chemin complet grâce à pushState) et de retourner à l’état associé quand la page est rechargée. Cela permet d’avoir des URL qui peuvent être mises en favoris ou partagées.

Backbone.js a atteint la version 0.5.0 il y a quelques jours et est déjà utilisé sur des projets notables comme Basecamp Mobile.