Journal [Bookmark] Le CERN se lance dans l'Open Hardware

Posté par . Licence CC by-sa.
24
8
juil.
2011

Je viens de tomber sur l'annonce et je n'en sais pas plus, sinon qu'ils ont lancé leur propre licence (CERN OHL) et un site communautaire (Open Hardware Repository). C'est donc l'occasion d'un vrai journal bookmark :

Journal La WTFPL n'est pas libre

Posté par .
32
17
juin
2011

Salut à tous !

Voilà… Je me suis rendu compte en lisant wikipédia que la première version de la WTFPL n'était pas totalement libre. Certes, plus libre que la totalitaire GPL ou la bec-pincée licence BSD, mais sujette à un problème commun dans le monde des licences : si la licence donne des libertés quand au travail qu'elle couvre, elle reste néanmoins elle-même une œuvre souvent propriétaire. La version 2 de la WTFPL corrige un petit peu ce problème, en (...)

Publication d’une traduction française de l’Open Database Licence (ODbL)

Posté par . Modéré par Nÿco. Licence CC by-sa.
33
27
mai
2011
Communauté

L’association « Veni, Vidi, Libri » a le plaisir d’annoncer la publication de la traduction française de la licence Open Database License (ODbL).

Construite sur le modèle des licences libres logicielles, la licence ODbL est aujourd’hui la seule licence « copyleft » adaptée à la diffusion ouverte de bases de données. Sa traduction est le fruit d’une collaboration menée avec la Mairie de Paris, dans le cadre du projet ParisData.

Si les informations sont « de libre parcours », leur constitution en base de données peut parfois être source de droits exclusifs (droit d’auteur ou droit sui generis des bases de données). Si les données doivent, selon nous, rester libres, il peut être utile d’encadrer l’utilisation et la diffusion des bases de données ; c’est ici la fonction de la licence ODbL, qui se base sur le droit d’auteur et le droit sui generis des bases de données, pour conditionner les libertés des utilisateurs.

Ainsi, en pratique, libre à chacun d’exploiter publiquement, commercialement ou non, des bases de données sous licences ODbL ; à condition néanmoins de maintenir la licence sur la base de données, et éventuellement, sur les modifications qui y sont apportées, et de mentionner expressément l’usage, s’il génère des créations à partir de celles‐ci.

Ces licences permettent par ailleurs aux établissements publics administratifs (ou privés avec mission de service public) de remplir leur obligation en matière d’accès et de réutilisation des informations publiques (Lois de 1978 et 2005), tout en se plaçant dans le courant de l’open data. Ces bases de données disponibles pour tous permettront la création de nouveaux projets, favoriseront l’innovation et seront gages d’une plus grande transparence de l’État.

D’ores et déjà, l’ODbL jouit d’une renommée internationale et plusieurs projets d’envergure l’ont choisie, notamment le projet de cartographie collaboratif OpenStreetMap et ParisData, l’open data de la ville de Paris.

L'Union des Photographes veut la mort du Libre

Posté par . Modéré par patrick_g. Licence CC by-sa.
67
14
mai
2011
Culture

L'UPP, dit l'Union des Photographes Professionnels, a déclaré la guerre aux photographies Libres de droits. Visiblement, les microstocks mais aussi les licences CC, largement utilisés dans les projets tels que Wikipedia, sont dans leur ligne de mire. Selon le communiqué publié sur le site de l'UPP c'est une une nouvelle structure, nommée L'Association Contre le Libre de Droits qui a été créée lors du dernier congrès.

Le but de cette association est, je cite, de lutter contre l'utilisation d’oeuvres visuelles dites « libres de droits » et contre leur commercialisation à un prix dérisoire. Le danger est plus réel qu'il n'y parait, au Portugal un texte de loi sera bientôt proposé qui interdira purement et simplement le Libre (le logiciel n'est pas impacté).

Parce que le Libre, ce n'est pas que Linux ou l'informatique, mais c'est aussi la musique, la photographie ou l'écriture. Il faut veiller à ce que ce genre d'initiative ne s'étende pas en Europe, car le risque d'une interdiction pure et simple des médias Libres est un avenir possible. Si un tel texte de loi voyait le jour en France, même un site tel que LinuxFr.org pourrait être déclaré illégal puisqu'une partie au moins de son contenu est sous licence CC.

Forum général.général Licence libre EuPL 1.1 (European Union Public License 1.1)

Posté par .
Tags :
3
13
mai
2011

Je voudrais savoir quelque chose à propos de cette licence car un ami voudrait l'utiliser pour son nouveau logiciel qu'il a conçu. En effet, cette licence est compatible avec la GPL v2 mais la GPL v3 n'est pas citée (on peut donc croire que la EuPL 1.1 n'est pas compatible avec la GPL v3 puisqu'elle n'est pas citée). Toutefois, la EuPL est compatible avec la licence CeCILL v2 qui elle est compatible avec la GPL v3.

Donc ma 2 questions (...)

Journal Journal Bookmark: Cl*f you !

Posté par . Licence CC by-sa.
11
3
mai
2011

Allez hop, mon premier journal bookmark:

http://www.canardpc.com/news-52496-cl_f_you__.html

Où l'auteur, avocat de profession, présente les problèmes juridiques posés par les fameuses CLUF (Contrat de Licence d'Utilisateur Final), ici dans le cadre des jeux vidéos mais nous aurons tous en têtes des logiciels où les reproches seront aussi applicables.

En tout cas moi j'y ai appris qu'à partir du moment où la CLUF est en anglais, même pas besoin de s'en soucier: elle est illégale (loi Toubon). Bon à savoir...

Journal Le président du Parti Pirate a du mal avec Creative Commons

Posté par . Licence CC by-sa.
Tags :
23
28
avr.
2011

Non, ce n'est pas un journal politique.

Je me suis perdu sur Wikipédia et je suis arrivé sur la page du Parti Pirate (France), puis sur la page de son président actuel : Paul da Silva. Alors, je vois qu'il a un blog, je lis un peu, j'arrive au bas de la page et là : «Le contenu de ce blog est publié sous licence Creative Commons (NdA: CC-BY-SA) Pensez à demander avant de reproduire le contenu» (...)

Journal Mozilla Public License Beta 2

Posté par . Licence CC by-sa.
Tags :
23
2
avr.
2011

Bonjour, depuis le 10 mars 2010, Mozilla développe une mise à jour de la MPL (MPL v2).
La beta 2 de cette future licence est sortie il y a peu.
Je pense que c'est important de le rappeler, surtout que cette beta introduit une modification importante par rapport aux précédents brouillons : la MPL sera compatible par défaut avec la GPL, la LGPL et l'AGPL, alors qu'auparavant il fallait publier son code sous plusieurs licences en ajoutant une annexe. On (...)

Forum général.hors-sujets Cette licence me plombe-t-elle la possibilité de créer une alternative ?

Posté par (page perso) .
1
22
mar.
2011

Bonjour,

Je m'intéresse à une licence très privatrice, appliquée à un logiciel auquel j'aimerais produire une alternative.

J'aimerais surtout savoir si elle est applicable en Europe et si regarder quelques fichiers produits avec un autre logiciel (éditeur de texte par exemple) pouvait être interdit. J'ai besoin au minimum de pouvoir lire les fichiers xml produits par le logiciel, pouvoir désassembler le bytecode java 1.5 (sic) serait un plus.

Étant donné l'énorme pavé qu'elle représente, j'enlève les blablas pour définir certains (...)

Journal Différence de licence entre une réimplémentation complète et le projet source

Posté par (page perso) .
37
22
juin
2010
Bonjour,

je vous ais déjà parlé du projet Shinken, réimplémentation de Nagios en Python. Cette réimplémentation n'utilise pas du code Nagios, mais je me suis inspiré pour une certaine partie du code de la manière de faire de Nagios (c'était une partie très spécifique de nagios sur les périodes de temps).

Or pour ce projet j'ai utilisé la licence AGPLv3 pour être à jour en terme de licence, et Nagios est GPLV2.

Voici qu'après 1an de silence total, l'auteur de (...)

Les problèmes de licence de WebM résolus

Posté par (page perso) . Modéré par Benoît Sibaud.
29
5
juin
2010
Communauté
Il y a quelques semaines, Google annonçait le projet WebM (Matroska + VP8 + Vorbis). Ce dernier était publié sous une licence combinant droits d'auteur et brevets que l'entreprise possède sur la techno. Le problème était que cette licence, de par ses spécificités, rendait WebM incompatible avec la GPL.
Le 4 juin 2010, Google a annoncé la modification de la licence et la résolution de ce problème.

Journal [OSM] Mappy veut bien piller mais pas contribuer

Posté par (page perso) .
27
9
avr.
2010
Dans instant Geomatique Expert fev-mars 2010 il y a un article sur Mappy.¹ :

« "Utiliser les bases de données de TeleAtlas obère significativement les finances de Mappy, c'est pourquoi la direction technique suit avec attention le développement du projet OSM : "le résultat des test que nous avons menés, détaille Henri Moché, est mi-figue, mi-raisin. Premier bémol : la géométrie des axes laisse à désirer, sauf dans certaines zones. Ensuite, il faut analyser attentivement les conditions d'utilisation; nous ne sommes pas (...)

Journal AGPL et GPLv2

Posté par (page perso) .
Tags :
5
10
fév.
2010
Bonjour,

Je me pose une petite question sur les licences d'un logiciel. Je compte importer la documentation d'un projet en GPLv2 (Nagios, logiciel de supervision) pour être la base de la documentation d'un projet en AGPL (Shinken, réécriture de Nagios en Python).

Je pense que cela ne pose pas problème (plus restrictive, donc respecte au minimum la GPLv2 non?), mais vu que ce n'est pas strictement la même licence, je me pose tout de même la question.

Merci pour votre (...)

Journal GPL et le web

Posté par .
26
13
juil.
2009
Cette semaine, Google a annonce l'arrivee de ChromeOS

Cette annonce est ce que je considere comme la 1ere avancee serieuse vers ce que l'on appelle le cloud computing, qui consiste a avoir ses applications et donnees non plus en local, mais dans "le nuage", avec un "simple" terminal permettant d'y acceder de n'importe quel endroit.

Un des elements importants de ce systeme est donc que l'utilisateur n'installe pas vraiment le soft sur sa machine, les differents elements clients sont telecharges (...)