Journal Petit guide à l'usage des développeurs de LL qui souhaitent se tirer dans le pied

Posté par  . Licence CC By‑SA.
101
13
fév.
2018

De l'utilité des mainteneurs

Contrairement au monde Windowsien, il est très peu commun pour un utilisateur de Linux ou BSD (voire même MacOS, avec HomeBrew) d'installer directement un logiciel depuis le site web de son développeur. Le plus clair du temps, on passe plutôt par un dépôt (de binaires ou de sources) : cela permet aux utilisateurs de ne pas avoir à se soucier de la configuration particulière de leur distribution préférée et de centraliser les installations et mises à (…)

Journal Libre vs Open Source - Faisons le point

Posté par  . Licence CC By‑SA.
90
23
nov.
2011

Sommaire

Eh ui, mon cher Nal, c'est proprement hallucinant. Pas plus tard que récemment, j'errais sur un site communautaire bien connu quand soudain, qu'entrapperçois-je ? Au détour d'un innocent fil de conversation d'un journal plusieurs commentaires très surprenants.

Le point d'orgue est probablement l'assertion « Parce que bon, Linux, c'est open-source, pas libre. ». On peut se dire que (…)

Apports de Fedora à l’écosystème du logiciel libre

86
27
fév.
2018
Fedora

Il est courant, au sein de la communauté du logiciel libre, de présenter une distribution GNU/Linux comme une simple intégration ou un assemblage de tous les logiciels qu’elle propose. Une sorte de glu entre eux.

La distribution Fedora va au‐delà de ce constat. Ses objectifs et sa communauté lui permettent de réaliser d’autres choses. En effet, depuis sa création, Fedora est une « vitrine technologique » et à ce titre a essayé de mettre en avant ou de développer des solutions novatrices pour le logiciel libre. Mais depuis Fedora 21, sortie fin 2014, Fedora s’est découpée en trois produits distincts : Workstation, Server et Atomic. Si Fedora Workstation et Server ont accès aux mêmes paquets, le projet a souhaité fournir des expériences utilisateur adaptées à chaque cas d’usage dès la fin de l’installation. Par conséquent, Fedora Workstation a sa liste de travail pour intégrer et développer de nouvelles solutions pour améliorer l’usage bureautique de l’utilisateur.

Et si la distribution Fedora est souvent considérée comme une version de tests pour la distribution Red Hat Enterprise Linux (RHEL) nous allons constater que finalement toute la communauté tire des bénéfices de ses travaux.

Le présent article est une adaptation des articles de blogs ici et de Christian Schaller qui m’en a donné l’autorisation. Il a fait l’objet d’une conférence lors des JM2L de fin novembre 2017 dont vous pouvez retrouver le support.

Entretien avec Michael Natterer, mainteneur de GIMP

Posté par  . Édité par Davy Defaud, BAud, Jehan, ZeroHeure, palm123, Dareg, Benoît Sibaud et David Tschumperlé. Modéré par Pierre Jarillon. Licence CC By‑SA.
Étiquettes :
80
7
mar.
2017
Communauté

Cet article est la traduction d’un premier entretien avec les mainteneurs, développeurs et utilisateurs de GIMP, entretien initié et réalisé par Jehan et paru sur GIMP.org le 1ᵉʳ mars 2017 sous licence CC-by-SA.

D’autres devraient suivre que nous nous ferons un plaisir de vous signaler et pourquoi pas de traduire !

Own-Mailbox: la boite mail confidentielle qui vous appartient vraiment!

72
18
juin
2015
Matériel

Dans la course pour proposer une boite mail chiffrée, facile à utiliser, Own-Mailbox se distingue de tout ce que l'on a vu ces derniers mois, en proposant un boîtier plug and play à brancher chez soi. La solution est Open-Hardware et constituée à 100% de logiciel libre.

photo du boitier

Own-Mailbox, en plus de la simplicité d'utilisation, apporte la possibilité de consulter ses mails chiffrés de n'importe ou dans le monde, sur n'importe quel ordinateur, sans compromettre la sécurité du chiffrement. Own-Mailbox profite également du coté auto-hébergé afin de mettre en place une technique pour envoyer et recevoir des messages confidentiels de correspondants qui n'utilisent pas GPG, en passant par HTTPS.

Journal À propos de la petite bête dans votre ordinateur

67
5
avr.
2016

Dans un ordinateur, le rôle du processeur est d'exécuter les instructions qui lui sont présentées, afin, on l'espère, de faire fonctionner un programme, si possible sans trop de bogues… Je ne pense pas apprendre grand chose au lectorat de LinuxFR là-dessus. Dans ce journal, je veux par contre m'attarder sur la confiance que nous portons sur cet élément, qui in fine décide du comportement de notre ordinateur, et sur les raisons pour lesquelles je crois fermement qu'il faudrait sérieusement réfléchir (…)

Journal Dans la peau d’un entrepreneur du Libre – Épisode 2

Posté par  (site Web personnel) . Licence CC By‑SA.
Étiquettes :
58
5
oct.
2016

Au début de l’année 2011, je me retrouvais dans une configuration propice au redémarrage d’une véritable ENL (Entreprise du Numérique Libre). J’avais fait des économies pendant mes trois dernières années de travail à plein temps et j’étais devenu l’heureux propriétaire d’un logement dans Clermont‐Ferrand. Cette situation financière relativement confortable était inédite pour moi et je me sentais libre de tenter une aventure entrepreneuriale plus ambitieuse, surtout que j’avais désormais quelques années d’expérience derrière moi. Un ami commercial me conseilla de rentrer (…)

Financement collaboratif du film d'animation Libre ZeMarmot

54
18
mai
2015
Audiovisuel

"ZeMarmot", précédemment présenté sur LinuxFr.org, est un projet de film d'animation 2D, chapeauté par l'association LILA, qui raconte l'histoire d'une Marmotte qui voyage à travers le monde. Ce film sera téléchargeable et visible sous licence Libre (Creative Commons BY-SA/Art Libre) et fait entièrement avec des Logiciels Libres.

Nous venons d'en lancer le financement collaboratif et vous proposons donc de supporter le projet.
ZeMarmot Crowdfunding
Creative Commons Attribution-ShareAlike / LAL
Vous trouverez sur la page de financement une petite vidéo teaser (aguiche) de 55 secondes pour vous donner une idée du style d'animation et de graphisme. Les détails du projet sont disponibles plus bas.

Ascension de la bureautique libre en Europe de l'ouest

52
28
juil.
2014
Bureautique

Ces derniers jours, ont été annoncées plusieurs bonnes nouvelles concernant l'utilisation des logiciels libres de bureautique au Royaume-Uni, en France et en Espagne. En France, c'est Toulouse Métropole qui est passé à LibreOffice sur environ 9000 postes. La migration a pris un an et demi et l'économie réalisée (par rapport au coût de la suite bureautique propriétaire) est estimé à un million d'euros sur trois ans.

Au Royaume-Uni, le UK cabinet office a adopté le format ODF (Open Document Format for Office Applications) pour le partage des documents au sein du gouvernement et des institutions publiques. D'autres formats ouverts comme le PDF et le HTML sont également approuvés. En cassant la dépendance avec les formats propriétaires et les logiciels du même acabit, le Bureau du cabinet estime que les économies réalisées seront de l'ordre de 1,2 milliards de livres sterling.

En Espagne, la communauté autonome de Valence confirme ses choix technologiques en publiant une distribution Linux (dérivée d'Edubuntu) qui a été déployée sur plus de 100 000 ordinateurs dans les écoles. Et dans le secteur administratif, LibreOffice est utilisé sur 120 000 postes depuis l'année dernière.

Journal Grsecurity : le patch stable réservé aux sponsors

Posté par  (site Web personnel) . Licence CC By‑SA.
48
27
août
2015

Grsecurity est une série de patchs développés dans l'optique d'améliorer la sécurité du noyau Linux. Ces patchs n'ont, pour diverses raisons, pas été intégrés upstream dans le noyau vanilla et il s'agit donc un patch externe que les personnes intéressés doivent appliquer au code source du noyau avant de le recompiler.

Grsecurity maintient deux séries de patchs : la série stable s'applique à un noyau à support long (comme le 3.2 ou le 3.14). La série test s'applique au dernier (…)

Getting Things GNOME 0.4 est sorti !

Posté par  (site Web personnel) . Édité par Davy Defaud, Ysabeau, ploum et Jean-François A.. Modéré par Davy Defaud. Licence CC By‑SA.
47
8
juil.
2020
Gnome

Getting Things GNOME 0.4 est sorti le 7 juillet 2020, et ce n’est pas rien !

Getting Things GNOME est un logiciel libre de gestion de tâches et d’organisation personnelle permettant, par exemple, d’appliquer la méthode Getting Things Done de David Allen ou la méthode GARI de Ploum (dérivée de la précédente).

Journal Argent public, code public : la nouvelle campagne de la FSFE

Posté par  . Licence CC By‑SA.
Étiquettes :
46
16
sept.
2017

La Free Software Foundation Europe (FSFE) a lancé une nouvelle campagne intitulée Public Money? Public Code!.

Elle consiste à demander à nos représentants, sous la forme d’une lettre ouverte, de légiférer afin que les logiciels financés par de l’argent public soient publiés « sous une licence de logiciel libre et Open Source ».

Cette lettre ouverte compte aujourd’hui plus de 6 500 signatures et est soutenue par 40 organisations, notamment l’April et les projets KDE, LibreOffice, Debian et openSUSE.

Cette lettre sera (…)

Journal Librsvg utilise maintenant le langage Rust

Posté par  . Licence CC By‑SA.
Étiquettes :
44
5
jan.
2017

Bonjour nal,

Tu te souviens peut-être de Rust le langage de Mozilla qui apporte une syntaxe de haut niveau et protège des bugs liés à la gestion de la mémoire tout en ayant les mêmes caractéristiques de performance que le C++ (pas de garbage-collector, code compilé et optimisé avec LLVM, etc.)

Mozilla l'utilise depuis quelques mois dans Firefox et s'est lancé dans un vaste chantier pour 2017 : le projet Quantum.

Mais bien que Mozilla soit les créateurs du (…)

Netlibre, un nom de domaine gratuit, facilement administrable

Posté par  . Édité par Pierre Jarillon, palm123, M5oul, Benoît Sibaud et BAud. Modéré par Xavier Teyssier. Licence CC By‑SA.
44
26
déc.
2015
Internet

Ça y est, l'heure de l'auto-hébergement est arrivée ! La famille a un Raspberry Pi qui sert à partager les montages des plus belles parties de Call of Duty de grand-maman, grand-papa tient un blog de jardinage en milieu urbain, le plus jeune héberge des serveurs de jeu (minetest, xonotic, redeclipse, teeworlds)… le monde est beau !

Ah mais zut, il faut payer chaque année une petite somme d'argent pour avoir un nom sur le grand 'ternet ! Ce n'est pas bien cher, mais si on veut simplement s'essayer à l'auto-hébergement cela peut être un frein. Il existe cependant une solution…

Libération du code source de muzi.ch, quelle licence ?

Posté par  (site Web personnel) . Édité par Davy Defaud, tankey, Xavier Claude, Pierre Jarillon, Benoît Sibaud et patrick_g. Modéré par patrick_g. Licence CC By‑SA.
Étiquettes :
43
29
août
2018
Communauté

Voilà il y a peu Spf me convainc d’ouvrir le code source du muzi.ch. En effet, je ne développe plus ce projet et je me suis souvent posé cette question de libération. Je n’avais pas encore franchi le pas pour une raison toute bête : le code source est vieux, j’ai rédigé ça il y a longtemps, le code n’est pas très pro, blablabla…

Cependant, pourquoi garder ce code fermé… Peut‐être que le projet intéressera la communauté et pourra avoir une seconde vie ? Bref, ça y est, j’ouvre le code source.

Copie d’écran de la page d’accueil