Installer LineageOS sur son appareil Android

Posté par  (site Web personnel) . Édité par raphj, Ysabeau, Davy Defaud, BAud, teoB, palm123, ZeroHeure, bubar et patrick_g. Modéré par patrick_g. Licence CC By‑SA.
Étiquettes :
152
24
juin
2019
Android

Lorsque j’ai installé LineageOS sur mon smartphone, j’ai suivi des tutoriels sans réellement comprendre ce que je faisais. Je voulais donc écrire cet article pour éclairer celles et ceux qui voudraient tenter l’aventure et avoir plus de contrôle sur leur téléphone Android. Ce n’est donc pas un tutoriel mais plus un guide qui explique le fonctionnement et l’écosystème d’Android et de LineageOS.

Copies d’écran de LineageOS

Évolutions techniques de systemd

Posté par  . Modéré par baud123. Licence CC By‑SA.
143
2
août
2011
Linux

LinuxFr.org a déjà publié quelques articles à propos de systemd, sans entrer trop dans les détails des améliorations techniques.

On trouve en particulier un entretien avec son auteur, Lennart Poettering, et un journal contestant la qualité et les dépendances du code.

L’arrivée de systemd provoque pas mal de remous, justifiés ou non. On peut citer l’objectif « Linux only » affiché par l’auteur, les multiples dépendances et en particulier celle de D-Bus, la personnalité de l’auteur et la qualité de ses réalisations précédentes, le périmètre de responsabilité de systemd (gdm) et probablement de nombreux autres points.

Cet article a pour objectif de passer en revue les évolutions techniques et les objectifs de systemd. Les autres questions citées ci‐dessus ne sont pas injustifiées (en tout cas, pas toutes), mais sont en dehors du périmètre fixé.

L’article se base essentiellement sur les présentations de Lennart Poettering publiées sur son site en particulier, certains paragraphes sont des traductions un peu condensées de sa présentation initiale.

Merci aux relecteurs : Davy, Spack, npa.

systemd : l’init martyrisé, l’init bafoué, mais l’init libéré !

127
24
fév.
2015
Linux

systemd est un projet composé de trois parties distinctes :

  • un processus d’initialisation, systemd, qui s’occupe de gérer le démarrage, du lancement du noyau Linux à l’interface graphique, et de la surveillance des processus ;
  • un ensemble d’outils qui contrôlent le processus systemd, notamment systemctl, et qui permettent, entre autres, de suivre, redémarrer et arrêter les différents services d’une machine ;
  • un jeu d’outils qui peuvent être utilisés comme base pour la création d’un système d’exploitation complet — un peu à la manière de ce que le projet GNU propose, mais avec une portabilité beaucoup plus réduite.

La première version de systemd a été publiée le 30 mars 2010. Presque cinq ans plus tard, quasiment toutes les distributions majeures l’ont adopté.

Remplaçant un composant central du système, il n’est pas étonnant que l’arrivée de systemd ait provoqué de nombreuses réactions. Elles ont parfois été violentes, mais pourquoi au juste ?

Cette dépêche éminemment collective (à peu près tous les contributeurs habituels sont venus participer, pour faire court) présente un état des lieux des opinions en présence, dans une démarche de remise à plat et d’apaisement, un peu similaire à celle entreprise ici ou et visible ici.

Effervescence autour de la pile graphique libre

Posté par  . Modéré par Florent Zara. Licence CC By‑SA.
125
2
avr.
2011
Serveurs d’affichage

Ces derniers temps ont été très riches en événements dans le monde graphique libre.

Une première phase du remodelage intégral de la pile graphique de nos systèmes libres avait commencé par DRI2, apportant notamment la possibilité à un compositeur tel que Compiz de rediriger le rendu OpenGL d’une fenêtre (Redirected Direct Rendering), puis le Kernel Mode Setting (KMS) permettant de transférer la gestion des modes vidéo et de la mémoire vidéo du pilote graphique X.Org (DDX) vers le noyau, et enfin, Gallium3D, le cadriciel de Tungsten Graphics, permettant la mise en commun de nombreuses fonctionnalités auparavant implémentées dans chaque pilote graphique.

Très récemment, le noyau 2.6.38 a apporté le kernel page flipping, permettant l’arrivée du futur serveur d’affichage Wayland développé par Kristian Høgsberg (également auteur de DRI2 et de AIGLX) et popularisé par Mark Shuttleworth (qui souhaite son adoption dans Ubuntu dès l’année prochaine). Les bibliothèques graphiques GTK+ 3 et Qt 4 ont déjà des back-ends permettant le fonctionnement expérimental des applications GNOME 3 ou KDE 4 sous Wayland…

Parmi les plus récents événements, de nombreux étudiants ont proposé des projets en lien avec la pile graphique libre utilisée par GNU/Linux à l’occasion de l’édition 2011 du Google Summer of Code (GSoC). Ces projets sont plus précisément des « state trackers » pour Gallium3D :

  • un étudiant belge du nom de Denis Steckelmacher (alias steckdenis), a proposé rien de moins qu’un state tracker OpenGL 4.1, entièrement récrit. Ce projet ayant été jugé bien trop ambitieux par les développeurs Mesa / Gallium3D dans le cadre du GSoC, ces derniers lui ont proposé de travailler sur le remplacement des représentations intermédiaires propres à Gallium3D (Mesa IR) par une sémantique [GLSL] plus standard. Après coup, cette idée n’a pas fait non plus l’unanimité au sein des développeurs, avec notamment deux sociétés, Intel et LunarG travaillant actuellement sur ces fameuses représentations intermédiaires. Denis Steckelmacher a finalement décidé de travailler sur Clover, le state tracker OpenCL, permettant d’exploiter la puissance des GPU pour le calcul intensif, avec pour objectif obtenir un state tracker fonctionnel réalisant, dans un premier temps, les calculs OpenCL sur le processeur en utilisant LLVMpipe, un moteur de « rendu OpenGL » logiciel basé sur LLVM (Low Level Virtual Machine).

  • un étudiant français, Émeric Grange (alias Emeric_), participerait également au GSoC 2011, avec pour projet le développement d’un décodeur vidéo WebM / VP8 accéléré via les [[shaders]] des processeurs graphiques. Tout cela serait placé dans un state tracker Gallium3D, qui exposerait ses fonctions aux lecteurs multimédias comme VLC, MPlayer et Totem (via un greffon GStreamer) à travers l’API VDPAU de NVIDIA.
    Ce state tracker pourrait constituer un bon point de départ pour la prise en charge générique du décodage matériel d’autres formats vidéo, tels que le MPEG 4 ASP (DIVX < 7) et MPEG 4 AVC (H.264) ou le MPEG 2 (déjà pris en charge par le state tracker XvMC). À noter que, comme pour la gestion des textures compressées S3TC, la gestion de ces formats devra faire l’objet d’une analyse des brevets / licences impliqués.

Certes, tout n’est pas rose du côté de la pile graphique Linux, mais au moins ça bouge et ça avance plutôt dans le bon sens. Voir ci-dessous pour les détails.

Le noyau Linux 3.2 est disponible

117
5
jan.
2012
Noyau

La sortie de la version stable 3.2 du noyau Linux vient d'être annoncée par Linus Torvalds sur la liste de diffusion et sur Google+. Le nouveau noyau est, comme d'habitude, téléchargeable sur les serveurs du site kernel.org.

Le détail des évolutions, nouveautés et prévisions est dans la seconde partie de la dépêche.

P.‐S. : Merci à toutes les personnes qui ont aidé à traduire les courriels de RC quand cette dépêche était dans l'espace de rédaction. Merci également à Laurent Wandrebeck (low) pour sa contribution sur la brève concernant DVFS.

Le noyau Linux 2.6.36 est disponible

Posté par  (site Web personnel) . Modéré par patrick_g.
104
21
oct.
2010
Noyau
La sortie de la version stable 2.6.36 du noyau Linux vient d'être annoncée par Linus Torvalds. Le nouveau noyau est, comme d'habitude, téléchargeable sur les serveurs du site kernel.org.

Le détail des évolutions, nouveautés et prévisions est dans la seconde partie de la dépêche (qui est sous licence CC BY-SA).

systemd pour les administrateurs, partie 1 et 2

85
2
août
2014
Technologie

On vous parle depuis longtemps de systemd. On vous dit que c’est très bien. La plupart des distributions l’ont adopté (Fedora, openSUSE, Mageia, Frugalware, Arch, etc.), vont l’adopter (Debian, Ubuntu) ou vous permettent de l’utiliser de manière optionnelle (Gentoo, etc.). Mais, savez‐vous l’utiliser ?

Voici une série d’articles didactiques pour apprendre à utiliser systemd et vous permettre de mieux l’appréhender et de comprendre les avantages qu’il apporte par rapport aux systèmes précédents.

Les informations ci‐dessous sont tirées, traduites et adaptées du blog de Lennart Poettering et sont accessibles dans la langue de Shakespeare aux adresses ci‐dessous :

GNOME 3.10 : chantier public

84
25
sept.
2013
Gnome

La cinquième itération de GNOME 3 est publiée ce mercredi 25 septembre 2013. Un jalon de plus sur la longue route vers un bureau convergeant tactile / souris-clavier. Au programme : un menu système unifié, des nouvelles applications multimédia et des débuts prometteurs pour Wayland. Notre dossier vous propose un tour d'horizon des nouveautés, des captures d'écrans et des avis sur cette nouvelle mouture.
logo Gnome

Parution de GNOME 3.30

83
20
sept.
2018
Gnome

Annoncé le 5 septembre 2018, GNOME 3.30 est baptisé « Almería », pour rendre hommage à l’équipe qui a organisé dans la ville espagnole la récente conférence annuelle des utilisateurs et développeurs de GNOME (GUADEC).

Comme tous les six mois, cette nouvelle version arrive avec son lot de nouveautés. On vous présentera les plus importantes d’entre elles, ainsi que les faits marquants du dernier cycle de développement.

Désert de Tabernas, dans la province d'Almeria.

GNOME 3.4 : l'émergence des applications

79
28
mar.
2012
Gnome

Un an après la sortie de GNOME 3, voici l'annonce de sa troisième itération : GNOME 3.4. Dans ses premières versions, l'environnement de bureau avait fait l'impasse sur la personnalisation et l'accessibilité, pour se concentrer sur la nouvelle interface. Aujourd'hui, GNOME 3.4 propose une plus grande configurabilité du bureau grâce aux extensions de GNOME-Shell. L'arrivée d'un ensemble cohérent d'applications précise le futur du bureau GNOME.

Tous les détails dans la suite de la dépêche.

Journal NoComprendo, la commande vocale pour Linux

Posté par  (site Web personnel) . Licence CC By‑SA.
74
28
nov.
2019

Un contexte douloureux

Je pousse la souris depuis sa démocratisation (dans les années 80), je control-alt-shifte depuis encore plus longtemps ce qui fait de moi un bon connaisseur en TMS.
Ajoutons aussi une fracture du poignet gauche, il y a quelques années, qui m'ont rendu le Ctrl+Shift+Lettre douloureux en fin de journée.

J'ai pensé à la commande vocale. L'idée n'était pas de se passer d'un clavier, mais de pouvoir lancer verbalement quelques raccourcis claviers pour soulager mes articulations.

Trouver

(…)

Journal 1er retour sur le PinePhone

Posté par  (site Web personnel) . Licence CC By‑SA.
73
7
juil.
2020

Salut Nal,

Comme ça fait bientôt 6 mois que je possède ce smartphone un peu particulier, et que ça m'a été demandé gentiment, je te propose une petite revue de la bête.

Pine64, entreprise bien connue des amateurs de bestioles à base de ARM, propose depuis des années des cartes de développement basées sur le SoC Allwinner A64. Ils ont eu l'idée saugrenue de fabriquer un smartphone sur les mêmes bases, en laissant comme à leur habitude le soin à (…)

KDE Plasma 5.8 LTS

Posté par  (site Web personnel) . Édité par Bruno, ZeroHeure, palm123, L@ur3nt, zurvan, Chris K., Nÿco, Chuck #1, ariasuni, bubar, Xinfe et _PhiX_. Modéré par patrick_g. Licence CC By‑SA.
Étiquettes :
72
5
oct.
2016
KDE

Plasma 5.8 LTS, la première version du bureau KDE avec un support à long terme, vient de sortir ce mardi 4 octobre 2016. Cette publication marque une étape à partir de laquelle les développeurs et concepteurs sont heureux de recommander Plasma au plus large public possible, qu'il soit aguerri ou néophyte. Il est temps de réessayer Plasma. Il est simple par défaut et puissant si besoin. Le support de Plasma 5.8 sera maintenu jusqu'en avril 2018 (18 mois).

KDE fête également bientôt ses 20 ans puisque c'est le 14 octobre 1996 que Matthias Ettrich a annoncé une interface graphique pour systèmes UNIX basée sur les technologies Qt et C++ conçue pour l'utilisateur final.

La suite de cette dépêche reprend les fonctionnalités phares de Plasma puis détaille les nouveautés de la version 5.8.

KDE Plasma 5.8

Sortie de Mageia 1

Posté par  . Modéré par Mouns. Licence CC By‑SA.
69
3
juin
2011
Mageia

La première version de la distribution communautaire Mageia est sortie le 1er juin. Cette toute nouvelle distribution est issue d'une partie de la communauté Mandriva Linux.

8 mois après l'annonce du projet, la première mouture de Mageia est disponible depuis le premier Juin sur les miroirs comme prévu sur le planning. Fruit du travail d'une communauté issue des quatre coins de la planète, la distribution se décline pour le moment en :

  • 2 DVD d'installation 32/64 bits,
  • ainsi qu'un cd d'installation pour les 2 architectures,
  • complété par 8 Live CD (KDE et GNOME et des variations sur les langues).

On y retrouve également un installeur réseau (fichier boot.iso) ainsi que la possibilité de placer les images ISO sur une clé USB pour une installation simplifiée sur les netbooks.

Journal Rétro-ingénierie et modding de jeu dans un but esthétique - exemple en vidéo

Posté par  . Licence CC By‑SA.
68
27
mai
2018

Bonjour tout le monde !

Tout d'abord, j'espère que mon message ne sera pas trop considéré comme "publicitaire". Si c'est le cas, brûlez le au lance-flammes. J'espère aussi que la page n'est pas trop lourde, j'ai mis un paquet d'images et de gifs animés dans l'article.

Il y a 8 ans, avec une bande d'amis (regroupés sous le nom de RIdPEF), nous nous sommes lancés dans un projet un peu dingue mais rigolo : filmer le jeu World Of Warcraft (…)