Revue de presse - Juin 2010

Posté par (page perso) . Modéré par Benoît Sibaud.
17
17
juin
2010
Presse
Si vous ne vous êtes pas encore rendus chez votre marchand de journaux, voici les magazines sortis en début de mois et qui viennent compléter les bimestriels du mois dernier toujours en vente :

Bonnes lectures

Addendum (18 juin) : La déferlante Ubuntu 10.04 continue avec
  • la sortie du premier numéro de Maximum Linux consacré à cette distribution et qui la fournie sur un DVD (avec coffret. Serait-ce une renaissance de ce magazine décédé au début de ce millénaire ?
  • Linux Identity Set qui propose un DVD multi-boot contenant différentes variantes d'Ubuntu en 32 et 64 bits : Ubuntu, Kubuntu, Mythbuntu, Xubuntu et la version Ubuntu Netbook Edition
Parmi les autres distribution, Fedora 13 est aussi disponible chez votre marchand de journaux chez Linux Identity Kit

Le pare-feu d'OpenOffice.org existe !

Posté par (page perso) . Modéré par baud123.
Tags :
45
17
juin
2010
Humour
Vous pensiez madame Albanel, l'ancienne ministre de la culture, à côté de ses pompes lorsqu'elle a parlé du pare-feu d'OpenOffice.org en pleine Assemblée Nationale lors des débats hadopiens ? Détrompez-vous, elle était juste un peu en avance sur son temps. Mis au défi, Pollux, bien connu dans le domaine de la sécurité informatique et du libre, vient d'implémenter la fonction dans la célèbre suite bureautique. Le tout n'est pas un simple petit bidouillage ou une blague potache à l'aide d'une macro, mais une véritable petite architecture basée sur :
  • OpenOffice.org (forcément !) ;
  • nfqueue et python pour amener les paquets en espace utilisateur (l'auteur ne se voyait pas porter OOo en espace noyau) ;
  • python-uno pour manipuler OOo ;
La communication entre la partie filtrante et la console d'admin se fait en XML-RPC avec pyUNOserver.

D'une simplicité déconcertante, il suffit juste de lister les ports à autoriser et OOo va les filtrer, Pollux en a de plus fait un outil daycidors-compliant en remontant graphiquement le nombre de paquets rejetés et acceptés, le tout mis à jour en temps réel ! Tous les détails sur son blog ! À proposer d'urgence à Orange pour remplacer leur console de téléchargement, car au vu des performances (~10 paquets par seconde), cela vous fera passer l'envie de faire du P2P !

CAMP 0.7.0 : bibliothèque de réflexion en C++ sous LGPL

Posté par (page perso) . Modéré par Nÿco.
Tags :
13
16
juin
2010
Technologie
La réflexion (ou introspection) est un mécanisme qui permet à un programme d'examiner, voire de modifier ses structures internes. En d'autres termes, c'est la capacité d'un programme à examiner son propre état. Cela permet par exemple d'effectuer des mesures de performance, d'inspecter des modules, de déboguer un programme, ou encore de le faire d'évoluer automatiquement en fonction des besoins et de l'environnement.

Certains langages de programmation offrent ce type de fonctionnalité, notamment Smalltalk, Java et C#, qui fournissent des outils pour connaître et utiliser la classe d'un objet, ses propriétés et ses méthodes (on parle en général de méta-classe, de méta-propriété et de méta-fonction).

L'introspection peut être utilisée pour fournir des bindings vers des langages de script, pour écrire des éditeurs de propriétés, ou faire de la sérialisation. L'intérêt étant que le code de ces outils est écrit une fois pour fonctionner sur la structure abstraite (méta-classe, méta-propriété, méta-fonction), et peut ensuite être utilisé dans n'importe quel programme.

Malheureusement, le langage C++ ne fournit aucun moyen de faire de la réflexion. Il existe cependant un certain nombre de bibliothèques fournissant ce type de fonctionnalité, la plus connue étant probablement Qt avec ses QObjects.

Cependant, pour générer toutes les « méta-informations » nécessaires à la réflexion, la majeure partie de ces bibliothèques requiert soit d'utiliser un pré-compilateur (moc pour Qt), soit de déclarer ses informations en ajoutant tout un tas de macros dans l'en-tête de chaque classe ; C++ Mirror faisant exception. De plus, il est souvent nécessaire d'hériter d'une classe de base (QObject pour Qt).

Ceci a amené Tegesoft à développer CAMP, une bibliothèque de réflexion généraliste pour C++. CAMP utilise intensivement les templates C++, ainsi que boost (ensemble de bibliothèques C++ permettant d'étendre les fonctionnalités du langage). Il est non-intrusif, à l'exception de la gestion du polymorphisme pour les méta-classes ; une alternative basée sur le RTTI (Run-Time Type Information : fait de déterminer, à l'exécution du programme, le type d'une variable, dans les langages orienté-objet) du langage devrait être ajoutée dans la prochaine version.

CAMP ressemble à Luabind ou à boost::python, mais est généraliste. De ce fait, il est possible d'écrire un module pour CAMP permettant d'embarquer un interpréteur Python, un autre pour embarquer un interpréteur Lua, ou encore un pour faire de la sérialisation XML, l'intérêt étant que le binding des classes n'est fait ici qu'une seule fois. Lorsqu'un nouveau module pour CAMP est disponible, vous n'avez aucun binding supplémentaire à écrire.

Le mieux dans tout ça ? C'est sous LGPL ! La version 0.6.0 de CAMP était déjà distribuée sous GPL, mais une licence plus permissive a été choisie afin de favoriser l'utilisation de la bibliothèque.

De plus, un nouveau site internet (basé sur Redmine) est disponible, avec bug tracker, wiki, et documentation de l'API. Le code est quant à lui hébergé sur GitHub. Un forum est également disponible.

PdfMod : outil de manipulation de PDF

Posté par (page perso) . Modéré par Xavier Teyssier.
Tags :
11
11
juin
2010
Mono
Un petit logiciel qui se veut simple et fort pratique commence à faire parler de lui : PdfMod. Il s'agit d'un outil de manipulation graphique de fichiers au format PDF. Actuellement sous GNU/Linux l'incontournable est pdftk, très puissant mais uniquement en ligne de commande (l'imagemagik du PDF). PdfMod propose un sous-ensemble de ses fonctionnalités très facilement accessibles à la souris et sans crouler sous une foule d'options. L'auteur de PdfMod est aussi celuicontributeur de Banshee (lecteur multimédia) et F-Spot (gestionnaire de photos).

Actuellement en version 0.8.3, PdfMod présente les pages du fichier PDF sous forme de grille et il est ensuite possible de ré-ordonner par glisser-déposer, supprimer, pivoter une ou plusieurs pages à la fois. Vous pouvez aussi fusionner des documents, extraire toutes les images dans un répertoire, éditer les méta-données (titre, sujet, auteur, mots-clefs, etc.). Toutes vos modifications sont ensuite enregistrées dans le nouveau fichier PDF.

PdfMod est écrit en Mono/C#(Gtk#) et se base sur les bibliothèques Hyena, Cairo, Poppler pour le rendu et PDFSharp pour la manipulation et l'enregistrement des fichiers. Il est disponible sous licence GPLv2 en 21 langues différentes et propose des packages pour SLED 11, openSUSE 11.1, Gentoo overlay, Ubuntu et Fedora. Cependant, si vous ne trouvez pas votre bonheur dans les paquets précédents, les sources sont disponibles via Git et facilement compilables à partir du moment où Mono est installé (ce qui est un point rédhibitoire pour certains, mais là n'est pas le débat).

Meilleurs contributeurs LinuxFr : Les gagnants de mai 2010

Posté par (page perso) . Modéré par baud123.
Tags :
8
10
juin
2010
LinuxFr.org
On continue sur notre lancée de récompenser ceux qui chaque mois contribuent positivement au site LinuxFr (dépêche, commentaire, logo, journaux etc.). Vous n'êtes pas sans risquer de gagner un abonnement à Linux Magazine France, OpenSource Magazine ou encore un livre des éditions Eyrolles, ENI et InLibroVeritas. Voici les gagnants du mois de mai 2010 :

Abonnement d'un an à Linux Magazine France ou OpenSource Magazine

Livres des éditions Eyrolles, ENI et InLibroVeritas

Livre O'Reilly
Enfin, un prix spécial pour Loïc d'Anterroches qui a sorti Indefero 1.0 après 21 mois de travail en nous informant régulièrement de l'avancée de ce dernier.

Certains gagnants n'ont pas pu être joints ou n'ont pas répondu. N'oubliez pas de mettre une adresse email valable dans votre compte ou lors de la proposition d'une dépêche. En effet, c'est notre seul moyen de vous contacter, que ce soit pour les lots ou des questions sur votre dépêche lors de sa modération. Tous nos remerciements aux contributeurs du site ainsi qu'à Linux Magazine France, OpenSource magazine et aux éditions Eyrolles, InLibroVeritas, ENI et à la société Acipia pour avoir fourni le livre O'Reilly.

N'oubliez pas de contribuer ; LinuxFr vit pour vous et par vous !

Gagnez deux livres sur la haute disponibilité !

Posté par (page perso) . Modéré par Nÿco.
17
9
juin
2010
LinuxFr.org
À l'occasion de la sortie du livre « Linux, Solutions de Haute Disponibilité », LinuxFr.org, son auteur, Sébastien Rohaut et les Éditions ENI vous proposent d'en gagner deux exemplaires.

Pour ce faire, il suffit de générer l'une des deux plus longues séries (en jours) de dépêches validées sur le site LinuxFr.org dans le mois à venir ! On entend par série une succession ininterrompue de dépêches validées ; validée correspondant au moment où la dépêche est publiée sur le site par un modérateur du site. Exemple : Une série de 7 jours signifie qu'il y a eu au moins une dépêche validée par jour pendant 7 jours consécutifs. Voici un exemple de NoNo (record actuel) : [1] le 28 mai, [2] le 29 mai, [3] le 30 mai, [4] le 31 mai, [5] le 1er juin, [6] le 2 juin, et enfin [7] le 3 juin !

Si vous voulez plus d'information sur les séries, n'hésitez pas à consulter les récentes pages sur cette statistique et à faire monter les compteurs. Bien sûr, toutes les dépêches qui seront proposées dans ce concours sont aussi éligibles pour les gagnants mensuels des meilleurs contributeurs ! Pour vos sources d'inspiration, vous pouvez regarder du côté de la tribune des rédacteurs.

Faites péter les scores :)

Linux : Solutions de Haute Disponibilité

Posté par (page perso) . Modéré par Nÿco.
Tags :
19
9
juin
2010
Linux
Couverture du livre
Sébastien Rohaut, auteur de livres sur Linux et/ou la programmation sévissant aussi sur LinuxFr.org, a sorti récemment un livre consacré à la haute dispo sous Linux : « Linux, Solutions Haute Disponibilité ». Éminemment technique et destiné principalement aux ingénieurs et techniciens qui connaissent déjà bien Linux, vous ne trouverez rien dans ce livre concernant spécifiquement les politiques d'entreprises et les normes sur le sujet (ISO, ITIL PRA etc.). Le livre aborde les sujets suivants :
  • Les données avec leurs problématiques
    • de stockage et de garantie de l'accès à ces dernières (perte d'une connexion, performance etc.). Vous découvrirez les SAN, le multipathing et les possibilités d'iSCSI sous Linux.
    • l'organisation et la souplesse que procure LVM (et plus particulièrement les possibilités de mirroring, striping et de snapshot)
  • Le réseau en allant plus loin dans la configuration avec iproute2, en mettant en place du regroupement d'interfaces (bonding) et en créant des tunnels entre hôtes et réseaux
  • L'équilibrage de charges avec
    • LVS (Linux Virtual Server) et les différents moyens de le mettre en œuvre. Son compagnon, keepalived fait lui aussi l'objet d'un chapitre à part entière.
    • Piranha, solution alternative disponible plus spécifiquement sur RHEL et dérivées (CentOS, Fedora, etc.), s'appuyant aussi sur LVS.
  • La virtualisation des serveurs basée sur KVM.
  • Le clustering (ou grappes de serveurs) pour la gestion de la bascule des services avec le couple OpenAIS/Pacemaker.

Est-il besoin de préciser que toutes les solutions proposées et préconisées dans le livre sont à base de logiciels libres ? D'ailleurs, à ce sujet, l'auteur vient de dévoiler l'outil MakeAlive, diffusé librement sous licence GPLv2. Il s'agit d'un logiciel de gestion de LVS et de haute dispo avec Keepalived. Il permet de gérer des groupes de répartiteurs de charge, d’en modifier la configuration et de surveiller leur fonctionnement. Une dépêche devrait le présenter sous peu.

Le livre est agrémenté de nombreux exemples pratiques, d'exemples de scripts, de configuration etc. Attention, ce n'est pas non plus un cookbook avec des recettes toutes prêtes, mais plutôt une sérieuse introduction à toutes ces technologies car chaque sujet abordé pourrait mériter certainement son propre livre. Cependant, il vous donnera un bon aperçu d'ensemble et de solides points de départ sur la manière de tout combiner pour arriver à mettre en œuvre une architecture haute dispo sous Linux. Au chapitre de la mise en forme, on pourra regretter que les espaces pour les indentations sur les bouts de code présentés prennent 8 espaces, ce qui rend le source parfois peu lisible sur un livre de ce format. Il aurait été judicieux de les réduire à 4 voire à 3 espaces.

À l'occasion de la sortie du livre, son auteur et l'éditeur vous proposent d'en gagner deux exemplaires. Tous les détails dans une dépêche à venir.

Mozilla continue d'avancer !

Posté par (page perso) . Modéré par baud123.
20
28
mai
2010
Mozilla
Quand Mozilla regarde toujours plus loin devant, Microsoft tente tant bien que mal de se débarrasser d'un boulet fortement accroché à sa cheville...

Un de perdu, ...
Ça bouge chez Mozilla. John Lilly, le P.-D.G., a annoncé son départ dans les mois à venir pour rejoindre Greylock Partners ; en attendant un remplaçant, il continue d'occuper ses fonctions et responsabilités au sein de Mozilla. Côté embauches, Tantek Çelik, bien connu dans la communauté des développeurs web en tant que gourou des standards ouverts du web, arrive pour s'occuper a priori de l'interface utilisateur et des réseaux sociaux. Pour rappel, ou pas, il a travaillé sur le moteur Tasman qui équipait feu « IE for Mac », bien meilleur en terme de respect des standards que son cousin éloigné « IE pour Windows ».

Firefox 3.6.4 bêta 2 / WebSocket
Le travail continue avec une nouvelle bêta de la prochaine version 3.6.4 de Firefox, corrigeant un certain nombre de bogues. Rappelons que la nouveauté de cette version est l'isolement des greffons (Flash, Quicktime, Silverlight, etc.) dans un processus à part, pour éviter le plantage de tout le navigateur si l'un des greffons devenait instable. Il n'y aura pas de version 3.7.

Pour un avenir plus lointain (Firefox 4 ?), l'équipe de développement est en train d'implémenter au sein de Firefox les WebSocket, un ensemble API/protocole de communication sur TCP en cours de standardisation respectivement par le couple W3C/IETF.

Firefox Home
Mozilla toujours, bien que chassé arbitrairement de la plate-forme iPhone par Apple, tente d'occuper le terrain avec Firefox Home : ce n'est pas un navigateur, mais une application basée sur Firefox Sync (anciennement Weave, le greffon de synchronisation des données de Mozilla). Cela permettra aux utilisateurs d'iPhone et Firefox de retrouver leurs onglets, marques-pages, historique, etc. sur le navigateur du smartphone verrouillé d'Apple. Firefox Home devrait se présenter sous la forme d'une « Awesome Bar ».

Meurs IE6, meurs !
Quant à Microsoft, il trouve que IE6 occupe encore trop de terrain. Le responsable du produit chez Microsoft, Ryan Gavin, avoue qu'une partie de son travail est de l'éradiquer. Mais ils ne semblent pas prêt d'arrêter son support pour pousser les entreprises à migrer. :-( Bref, les entreprises continueront encore quelque temps de boire du lait dont la date de péremption a plus de 9 ans !

De l'utilisation des batteries rechargeables

Posté par (page perso) . Modéré par tuiu pol.
Tags :
48
27
mai
2010
Technologie
Utiliser des batteries rechargeables n'est pas forcément une affaire simple. Il y a différentes technologies, différents types de chargeurs, etc. Je n'ai jamais été convaincu par les batteries rechargeables et je continuais d'utiliser régulièrement des piles alcalines classiques jusqu'au jour où je suis tombé sur un article du blog de Jeff Atwood abordant les problématiques de capacité, d'auto-décharge et de chargeur. J'ai trouvé intéressant d'en fournir une version française pour LinuxFr (NdT : traduction réalisée avec l'accord de l'auteur), population qui ne doit pas être dépourvue de gadgets grands consommateurs de piles.

Personnellement, j'ai acheté le chargeur LaCrosse conseillé dans l'article, malgré les petits défauts que certains utilisateurs pouvaient remonter sur les différents forums et que finalement, je n'ai pas rencontré depuis deux ans d'utilisation régulière. Il y a d'autres références dans la même marque ou ailleurs si ce modèle ne vous convient pas. un coup de votre moteur de recherche préféré devrait vous orienter pour les trouver. Concernant les accumulateurs en eux-mêmes, ceux fournis avec le chargeur ne sont pas forcément les meilleurs. Après quelques tests, je me suis rabattu sur les Uniross Hybrid qui ont une bonne capacité et un taux d'auto-décharge très bon. Depuis, à de rares exceptions, j'ai banni les piles alcalines LR03 et LR06 de chez moi. En espérant que cela incite ceux qui n'ont pas encore franchi le pas à faire de même.

Place à la traduction dans la seconde partie de cette dépêche.

NdT : Pour la traduction de « rechargeables batteries », j'aurais pu utiliser « accumulateur électrique », certainement le terme le plus correct mais pas forcément le plus courant, ou encore « pile rechargeable » qui est un abus de langage. J'ai donc fait le choix (forcément discutable) de le traduire par « batteries rechargeables » (quoique potentiellement redondant) ou tout simplement « batteries », terme relativement répandu et a priori correct.

Squale 6.0 est disponible

Posté par (page perso) . Modéré par Xavier Teyssier.
17
26
mai
2010
Java
Début avril est sortie la nouvelle version 6.0 de Squale. Squale est une solution (libre, licence LGPLv3) qui permet de gérer la qualité des développements logiciels. Il a pour objectifs de couvrir plusieurs langages et d'offrir une vision de la qualité logicielle adaptée à plusieurs profils, avec reportings détaillés et agrégés, génération de plan d'action, etc. Squale se focalise sur deux aspects principaux (voir la précédente dépêche de septembre 2009 pour plus de détails) :
  • L'élaboration de modèles évolués d'évaluation, de visualisation et d'interprétation des résultats issus des outils de mesure ;
  • Le développement d'une plate-forme logicielle mettant en œuvre les modèles ci-dessus et permettant ainsi de contrôler la qualité de son code.

Cette plate-forme logicielle que certains appelleront de « gouvernance de la qualité » ne ré-invente pas les outils de production de métrique mais se base sur ceux existants, par exemple Checkstyle, PMD, JDepend, etc. pour le monde Java, très fourni en outils libres. Pour l'analyse de code C/C++ et Cobol, Squale propose des connecteurs (plugins) libres, vers des outils du marché, pour le moment essentiellement propriétaires (ex : McCabe, RSM, etc.). Il est cependant tout à fait possible d'écrire son propre connecteur vers un autre outil de son choix.

La version 6.0 sortie récemment, outre son lot de corrections et d'améliorations variées, apporte principalement les fonctionnalités suivantes :
  • Ajout de commentaires sur les notes insérées manuellement ;
  • Nouveau profil auditeur pour la saisie de ces notes manuelles ;
  • Portage et test complet sur environnement Windows ;
  • Finalisation du support de l'analyse Cobol via l'outil McCabe ;
  • Meilleure caractérisation des applications dans Squale ;
  • Implémentation de la visualisation Distribution Map ;
  • Export de données anonymisées vers un référentiel mutualisé (permettant de comparer ses résultats à l'extérieur de son entreprise par exemple) et import des références générées pour comparaison des applications dans Squale.

Pour la suite, la feuille de route de Squale comprend pour l'instant :
  • L'amélioration du plan d'action généré par Squale ;
  • L'ajout d'autres visualisations résultant des recherches de l'INRIA ;
  • Une gestion plus fine des rôles utilisateur et de la sécurité ;
  • Une interface REST pour la consultation des résultats ;
  • Le support d'autres langages en plus de Java/C/C++/Cobol (PHP pour commencer).

N'hésitez pas à l'essayer : Squale propose à cet effet une version autonome (configurée par défaut pour Java) contenant une base de données embarquée.

Dans la suite de la dépêche, vous trouverez un entretien avec Fabrice Bellingard, le chef de projet de Squale.

Sortie de Joomla! 1.6 Bêta

Posté par (page perso) . Modéré par Xavier Teyssier.
Tags :
7
20
mai
2010
PHP
Après deux versions alpha et de longs mois d'attente, la version bêta de Joomla! 1.6 est disponible au téléchargement. Pour rappel, Joomla! est un CMS open source développé en PHP, dérivé de Mambo, bénéficiant d'une communauté importante et dynamique. Il est utilisé pour propulser de nombreux sites à travers le monde, notamment Linux.com.

Cette version apporte son lot de nouvelles fonctionnalités, certaines étant attendues de longue date. Parmi les plus importantes :
  • Une flexibilité bien plus importante de la gestion des droits utilisateurs (possibilité d'ajout de nouveaux profils et de paramétrage avancé) ;
  • Une amélioration conséquente du modèle organisationnel : auparavant limité à deux niveaux (Section > Catégorie), celui-ci est à présent illimité (Catégorie > Catégorie > Catégorie...) ;
  • Un système de mise à jour transparent ;
  • Une meilleure prise en compte de la sémantique dans le code final.
On espère également une meilleure rapidité de rendu, la lenteur étant l'un des principaux reproches fait à Joomla! (comme à l'ensemble des CMS généralistes).

Il n'existe pas de roadmap officielle, mais il y a fort à parier que plusieurs mois d'attente seront nécessaires avant de pouvoir motoriser des sites sans problème à l'aide de Joomla! 1.6 (la 1.5.0 n'était pas conseillée en production). Précisons que les extensions 1.5 seront compatibles avec cette version, au moins celles utilisant le MVC Joomla!.

NdM : Merci à kursus_hc pour son journal à l'origine de la dépêche.

CUDF, ou la résolution de dépendances universelle

Posté par (page perso) . Modéré par Xavier Teyssier.
16
19
mai
2010
Technologie
Lors du dernier FOSDEM, une conférence sur le sujet de la résolution des dépendances dans les distributions a été faite par Stefano Zacchiroli qui (rien à voir) est devenu DPL Debian depuis.

La plupart des distributions se basent sur un ensemble de paquets (contenant logiciels, bibliothèques, et autres) liés entre eux par différents types de dépendances. Les formats de paquets les plus répandus sont les fichiers deb (Debian et dérivées), et rpm (Red Hat et dérivées). Les outils dpkg et rpm permettent de manipuler les paquets en local. La couche du dessus, qui contient des outils comme apt et yum, permet la résolution des dépendances. L'utilisateur peut donc choisir les paquets qu'il souhaite installer, et les dépendances sont résolues afin que les paquets nécessaires soient installés et que les éventuels paquets en conflit soient supprimés. L'outil de résolution des dépendances a pour seul but de répondre aux besoins de l'utilisateur sans enfreindre les règles de dépendances et de conflits définies. Éventuellement, cet outil peut répondre qu'il n'existe aucune solution au problème posé...

Dans les faits, il existe différents solveurs de dépendances différents entre les distributions, et même au sein de chaque distribution. Dans la plupart cas, il n'existe pas de bonne raison à cet état de fait. Seuls certains domaines spécifiques (par exemple, l'embarqué) peuvent nécessiter un algorithme de résolution différent. Lors de sa conférence intitulée « Cross-distro dependency resolution: reusing solvers among distros », Stefano Zacchiroli, développeur Debian, présente le travail réalisé dans le but de créer un format standard de description des problèmes de résolution de dépendances. Ceci a pour but de pouvoir abstraire ces derniers en omettant les spécificités de chaque distribution (par exemple, transformer les différents niveaux de liens entre les paquets dans Debian : Depends/Recommends/Suggests/Conflicts/Replaces/etc. et la notion de paquets virtuels), et donc de pouvoir travailler sur des solveurs performants et éventuellement utilisés largement par les différentes distributions, en évitant la duplication du travail.

Plus de détails dans la suite de la dépêche

NdM : Merci à Adrien Cunin pour son journal à l'origine de la dépêche.

Ça bouge toujours chez Android

Posté par (page perso) . Modéré par baud123.
27
14
mai
2010
Mobile
Android 2.2 Froyo
Attendu sous peu, nombre de rumeurs plus ou moins confirmées courent sur la prochaine version de l'OS pour smartphone de Google, avec du bon et du moins bon : rapidité du système améliorée par un facteur 4 à 5 grâce à l'implémentation d'un compilateur JIT (Just-In-Time), possibilité d'installer ses logiciels sur la carte mémoire, support d'Adobe Flash. Maintenant, pas mal d'opérateurs, surtout en France, ne sont pas réputés pour déployer les mises à jour rapidement, quand certains n'hésitent pas à massacrer l'OS en ré-inventant la roue, roue qui ne fonctionne ensuite qu'avec leurs services... qu'ils font payer en plus.

Navigation
Ça sent le roussi pour les éditeurs de logiciels GPS. En fin d'année dernière, l'auteur d'AndNav2, assistant de navigation relativement complet fonctionnellement (indications en temps réel, points digne d'intérêt, TTS, info trafic, etc.) et basé sur les données libres OpenStreetMap-Mapping-Data a annoncé le passage en libre de son programme (licence GPL v3 et CC by-sa), faute de temps pour s'en occuper. C'est assurément une bonne nouvelle, mais malheureusement, l'essai ne semble pas (encore ?) transformé. L'activité du site projet est relativement faible et, à part les sources, aucune release n'est encore publiée.
Serait-ce (encore ?) la faute à Google ? En effet, la transformation de l'application Google Maps en logiciel de navigation complet semble se confirmer et se généraliser. Déjà actif au États-Unis où Google dispose désormais de sa propre base de cartographie, les options de navigation arrivent tout doucement pour les autres pays, notamment la France (mais ce n'est pas actif, sauf bidouillage).

Android dépasse l'iPhone
Toujours aux États-Unis, Android serait passé devant l'iPhone (mais toujours derrière RIM et ses Blackberry) en terme de nombre de vente. Une confirmation de la stratégie de l'ouverture et de multiplication des partenaires combinée avec la publicité autour du Motorola Droid/Milestone et du Nexus One ?

Frozen Bubble
OMG, ils l'ont fait ! L'information n'est pas nouvelle, mais pour ceux qui seraient passés à côté, sachez qu'ils ont osé porter Frozen Bubble sur la plate-forme Android. Dites adieu à votre productivité au travail et à votre roman dans le métro... Une simple recherche sur l'Android Market devrait suffire.

Fennec
Après avoir démarré sa carrière sur Maemo (N900 et autre tablettes de Nokia), Fennec, le navigateur pour appareils mobiles de la fondation Mozilla, est en cours de portage intensif sur la plate-forme Android. Une version « pré-alpha » a été mise à disposition par les développeurs. Attention, à tester à vos risques et périls : des bugs font planter le système et la gestion de la mémoire est parfois chaotique. De plus, il vous faudra a minima la version 2.0 d'Android.

Flying Aces passe opensource
Le jeu de contrôle aérien par traçage tactile de trajectoires est devenu opensource, sous licence New BSD.

Revue de presse - Mai 2010

Posté par (page perso) . Modéré par patrick_g.
16
13
mai
2010
Presse
Reprise de la revue de presse après une courte suspension en ce début d'année. D'ailleurs, à ce titre, vous pouvez participer régulièrement à cette revue mensuelle avec des abonnements à gagner ! Ce mois-ci, l'Ubuntu-mania arrive tout doucement chez OpenSource Magazine et Linux Pratique Essentiel. Certains font de la résistance, comme Planète Linux qui propose la Mandriva Linux One et GLMF qui vous renvoie aux sources avec un hors-série sur Debian GNU/Linux.

Parmi les sujets récurrents du moment, l'édition vidéo (EKD, PiTivi et OpenShot Video Editor) et la biographie de RMS (sujet d'actualité avec la sortie du livre).

Bonnes lectures

Sortie de Clementine 0.3, le successeur de Amarok 1.4

Posté par (page perso) . Modéré par tuiu pol.
11
12
mai
2010
Audiovisuel
Voici quelques informations sur la version 0.3 de Clementine, un portage simplifié d'Amarok 1.4 en Qt4 (mais sans utiliser les bibliothèques KDE 4, donc très bonne intégration dans Gnome) et qui s'adresse donc à ceux qui trouvent Amarok 2 trop lourd et chargé en fonctionnalités inutiles.

C'est un projet dynamique (environ une sortie tous les mois) et fort prometteur : ceux qui ont pu le tester se sont sans aucun doute rendu compte à quel point Clementine est rapide et léger par rapport à Amarok 2, tout en gardant le look and feel d'Amarok 1.4. En ce qui concerne la version 0.3, voici les changements majeurs :
  • Utilisation de Gstreamer pour la lecture ;
  • Apparition d'un égaliseur ;
  • Apparition du fondu entre les pistes ;
  • Possibilité de masquer les boutons last.fm ;
  • Le scan de la collection est enfin plus efficace : tout n'est pas scanné à chaque démarrage ;
  • Ajout de nombreuses traductions, dont le français, merci à Sylvain Henry !
Il manque encore beaucoup, beaucoup de choses (support de l'iPod, de MusicBrainz, etc.), mais ça avance dans le bon sens !

NdM : Merci à ElVirolo pour son journal initial