Les brevets sur les gènes jugés invalides. Bientôt les brevets logiciels ?

Posté par (page perso) . Modéré par baud123.
44
31
mar.
2010
Science
Lundi 29 mars 2010, une brève sur Slashdot annonçait la décision de justice contre la compagnie américaine Myriad Genetics : les brevets qu'elle possède sur deux gènes impliqués dans les cancers du sein sont invalides. Ceci est une nouvelle assez extraordinaire : en dehors des considérations philosophiques et éthiques sur la brevetabilité du vivant, la conclusion du procès est très encourageante. Cette dernière annonce le fait que breveter est un obstacle à l'innovation et la diffusion des connaissances.

L'invalidation des brevets logiciels suivra-t-elle ? Et quand ?

Sortie de QGis 1.4.0 (aka Enceladus)

Posté par (page perso) . Modéré par patrick_g.
Tags :
16
21
jan.
2010
Science
À peine 1 an après la sortie de la version 1.0, Quantum Gis ou QGis, un logiciel libre (sous licence GPL) de Système d'Information Géographique (SIG), sort en version 1.4.0.

Cette version corrige près de 200 bugs et ajoute 30 fonctionnalités supplémentaires. Elle est qualifiée de version de développement. Toutefois, "en développement" est différent de "instable" ! En effet, QGis gère trois niveaux de versions :
  • La version LTS (Long Term Support) : version 1.0.2 ;
  • La version de développement : version 1.4.0 qui corrige les bugs. C'est la version la plus à jour de l'application pour la production ;
  • L'instantané SVN qui lui est la version "unstable".
Pour votre rapide information, un SIG est un système d'information capable d'organiser et de présenter des données alphanumériques spatialement référencées, ainsi que de produire des plans et des cartes. Pour faire simple, les logiciels de SIG permettent de faire de la géométrie très facilement (en tout cas, plus qu'avec du papier millimétré). Traditionnellement, les données sont organisées en couche d'objets géométriques. Ces couches se gèrent comme des calques dans les logiciels de dessin.

Même s'il existe un SIG libre depuis 1982 (Grass GIS), l'information géographique a depuis longtemps été le fait de sociétés propriétaires. La conséquence immédiate se traduit par une multiplicité de formats de fichiers de données tous plus in-interopérables les uns que les autres. Par bonheur, QGis intègre GDAL/OGR, une bibliothèque de gestion d'une (très) grande majorité de ces formats propriétaires.

En terme de positionnement, QGis est un SIG de type bureautique (orienté utilisateur final et présentation) avec une interface complètement graphique.

Pour terminer, QGis est développé en C++ et utilise la bibliothèque/framework Qt. Son architecture lui permet d'utiliser des extensions codées en Python. Sachez enfin que, pour vous faciliter la vie, l'équipe de développement prend soin d'empaqueter son logiciel pour un grand nombre de systèmes d'exploitations (qu'ils soient libres ou propriétaires) : Slackware, OpenSuse, Ubuntu (Karmic, Jaunty et Intrepid), Debian Lenny (non officiel), Mac OS X, MS Windows.

Fabrice Bellard bat le record des décimales de Pi

Posté par . Modéré par Bruno Michel.
48
5
jan.
2010
Science
Fabrice Bellard, bien connu ici pour être entre autre l'auteur de QEMU, vient de battre le record de calcul du nombre de décimales de Pi. Il a calculé environ 2 700 milliards de décimales de ce nombre magique.

La performance vient surtout du matériel utilisé : Fabrice a utilisé un ordinateur de bureau tournant sous Fedora 10, alors que le précédent record, ayant calculé environ 2 577 milliards de décimales, avait utilisé un supercalculateur japonais (113 téraflops en pointe soit la quarante-deuxième position au dernier Top500).

Logiciels libres : un défi scientifique

Posté par . Modéré par Jaimé Ragnagna.
Tags :
14
9
nov.
2009
Science
L'UFR d'informatique de l'Université Paris Diderot organise une conférence-débat intitulée "Logiciels libres : un défi scientifique"
animée par Roberto Di Cosmo et Ralf Treinen. Elle aura lieu durant la Fête de la Science, le 20 Novembre 2009, de 14h30 à 15h45 en Amphi 4C de la Halle aux Farines, sur le campus de Paris Diderot.

Roberto Di Cosmo et Ralf Treinen sont tout deux professeurs de l'Université Paris Diderot et participent au projet de recherche européen MANCOOSI, dédié à la gestion des systèmes logiciels complexes que sont les distributions de logiciel libre. Dans cette conférence, destinée à la fois au grand public et à la communauté du libre, sera exposé le fruit de leurs réflexions sur le logiciel libre et sur les nouveaux défis pour la recherche scientifique en informatique posés par son mode de développement et déploiement radicalement différent de celui du logiciel propriétaire.

OpenViBE - Nouvelle version 0.4.0

Posté par . Modéré par Benoît Sibaud.
Tags :
14
24
oct.
2009
Science
La version 0.4.0 d'OpenViBE est disponible en téléchargement.
OpenViBE est une plateforme opensource permettant de créer, tester et utiliser des interfaces cerveau ordinateur (Brain-Computer Interfaces, BCI). Plus généralement, OpenViBE peut être utilisé dans diverses applications de neuroscience temps-réel ou de réalité virtuelle ou pour des applications médicales, notamment pour les personnes atteintes de handicaps (rééducation, thérapie, aide, accessibilité).

Un grand merci à Christoph Veigl pour sa contribution rapide et efficace. N'hésitez pas à nous rejoindre et à contribuer (nous cherchons notamment des personnes capables de packager la plateforme sous Linux). !

À partir de cette version, nous avons décidé qu'une nouvelle version d'OpenViBE serait publiée tous les 3 mois. Vous pouvez donc attendre la version 0.5.0 autour de Noël, la 0.6.0 vers la fin mars etc...

Nous attendons vos retours et espérons que vous apprécierez travailler OpenViBE autant que nous !

Celestia 1.6.0 : Les étoiles dans votre salon

Posté par (page perso) . Modéré par rootix.
24
14
juil.
2009
Science
Celestia est un logiciel multiplate-forme libre (sous licence GPL) qui permet de simuler et d'observer le ciel avec une grande qualité de visualisation.

La version 1.6.0 est sortie il y a quelques jours et c'est une bonne occasion pour faire le point sur le logiciel et pour parler des nouveautés

Sortie de QElectroTech en version 0.2

Posté par (page perso) . Modéré par Nÿco.
11
28
juin
2009
Science
Presque 10 mois après la version 0.11, QElectroTech sort en version 0.2.
Pour rappel, QElectroTech (ou QET pour faire court) est un logiciel libre permettant de réaliser des schémas électriques.
Il est distribué sous licence GNU/GPL et développé en C++ avec la bibliothèque Qt 4.

Il y a un mois, l'équipe taguait une version bêta et résumait la notion de fichiers projets, principale nouveauté de cette version, ainsi : auparavant, un fichier .qet ne pouvait contenir qu'un schéma. Désormais, il s'agit d'un conteneur pour zéro, un ou n schémas (qui constituent alors des « folios ») accompagnés d'une collection d'éléments électriques embarqués. Ceci améliore grandement la "portabilité" des fichiers, qui peuvent maintenant être ouverts sur n'importe quelle machine, même si celle-ci ne disposait pas de tous les éléments électriques nécessaires.

Le développement va maintenant pouvoir se poursuivre vers la prochaine version majeure de QElectroTech. Celle-ci devrait être axée sur l'amélioration de la gestion des textes et sur l'export au format DXF.

Linux et les choses, libre et humanités

Posté par (page perso) . Modéré par Jaimé Ragnagna.
8
9
juin
2009
Science
Linux et les Choses a changé de peau. Depuis trois années d'existence, ce petit site sans prétention est toujours là !

Loin d'être exhaustif et ne touchant pas toutes les disciplines en sciences humaines, Linux et les Choses est aussi le reflet de l'expérience personnelle de son auteur et des contributeurs. Il présente à ce jour :

  • 100 courtes notices sur différents logiciels libres (on notera le recensement des logiciels consacrés à la bibliographie)
  • De la documentation pratique, des articles (tribunes) et divers autres documents pour la promotion des logiciels libres.

Sortie de QElectroTech en version 0.2 bêta

Posté par (page perso) . Modéré par baud123.
15
24
mai
2009
Science
QElectroTech sort ce week-end en version 0.2 bêta. Pour rappel, QElectroTech (ou QET pour faire court) est un logiciel libre permettant de réaliser des schémas électriques. Il est distribué sous licence GNU/GPL et développé en C++ avec la bibliothèque Qt 4.

La principale nouveauté de cette version par rapport à la 0.11 est la notion de fichiers projets : avant, un fichier .qet ne pouvait contenir qu'un schéma. Désormais, il s'agit d'un conteneur pour zéro, un ou n schémas (qui constituent alors des « folios ») accompagnés d'une collection d'éléments électriques embarqués. Cette dernière nouveauté améliore grandement la "portabilité" des fichiers, qui peuvent maintenant être ouverts sur n'importe quelle machine, même si celle-ci ne disposait pas de tous les éléments électriques nécessaires.

Jon Kleinberg, le roi rebelle du petit monde

Posté par . Modéré par rootix.
Tags : aucun
10
18
mai
2009
Science
L'ACM (Association for Computing Machinery) a décerné son prix Infosys 2008 à Jon Kleinberg, professeur à l'université de Cornell, spécialiste des réseaux sociaux. C'est l'occasion de revenir sur cette notion au cœur de l'informatique actuelle.

La notion scientifique de réseau social est vraisemblablement due à Stanley Milgram. Pour vérifier une idée évoquée par Frigyes Karinthy dans sa nouvelle Chaînes, il lance une expérience en 1967 : il choisit une "cible" et des personnes de départ, puis il envoie à celles-ci des lettres leur demandant de contacter la cible ou, s'ils ne la connaissent pas, de passer le relais (postal) à la personne de leur entourage la plus susceptible de la connaître. Dans tous les cas, on envoie une carte à Milgram pour lui rendre compte. On peut donc considérer Milgram comme l'inventeur de traceroute, anticipant de vingt ans le programme informatique. Le résultat de cette expérience du petit monde est maintenant connu sous le nom de six degrés de séparation. C'est en effet le nombre moyen d'étapes que les lettres ont mis pour arriver à destination.

Sortie de Coban 0.9

Posté par . Modéré par tuiu pol.
16
21
jan.
2009
Science
Coban est un logiciel libre pour électricien (sous licence CeCILL) qui permet de faciliter les calculs courants et répétitifs de cette profession.

La nouvelle version intègre un module d'estimation de puissance de chauffage à installer dans les locaux tertiaires ou industriels.

Coban est multi plate-forme et fonctionne sous GNU/Linux, Windows et Mac OS.

Quantum GIS 1.0

Posté par . Modéré par Nÿco.
Tags :
5
21
déc.
2008
Science
Après 6 ans de développement, Quantum GIS vient d'atteindre la version 1.0 qui comporte plus de 265 correctifs de bogues et améliorations par rapport à la précédente 0.11.0.

Il s'agit ici d'une version dont le support se fera sur le long terme, c'est à dire que son API sera fixée pour les 2 ans à venir et qu'elle vise à servir de base pour les entreprises et fournisseurs de support. Le développement se poursuit sur la branche instable 1.1.

GnoFract 4D - Générateur de Fractale

Posté par (page perso) . Modéré par patrick_g.
16
16
déc.
2008
Science
GnoFract 4D est un logiciel générateur avancé de jolies images appelées Fractales, basé sur Gnome.

GnoFract 4D dessine les ensembles de Mandelbrot, de Julia et beaucoup plus encore, y compris Fractint, UltraFractal et vos propres formules faites sur commande.

Il est facile à utiliser, avec une interface agréable, très rapide, très flexible et propose un rendu en 24 bits.
Bref, un logiciel à connaître, j'ai personnellement été surpris de la galerie et je voulais faire connaître ce très bel outil libre (licence BSD).

Une nouvelle version vient de sortir le 14 décembre 2008 qui est la 3.10 qui corrige quelques bugs.

Sortie de GDAL/OGR 1.6.0

Posté par . Modéré par Nÿco.
7
14
déc.
2008
Science
L'équipe du projet GDAL/OGR est heureuse de vous annoncer la sortie de la version 1.6.0 de GDAL/OGR. Au cours des 11 mois qui ont séparé cette nouvelle version de la version 1.5.0, de nouvelles fonctionnalités ont été ajoutées, sans compter les nombreuses corrections d'anomalies apportées.

GDAL est une bibliothèque libre offrant un modèle unifié de représentation des données raster (réciproquement vecteur) permettant leur utilisation transparente par d'autres logiciels, sans avoir à se soucier des détails d'implémentations des formats lus ou écrits. GDAL est également fourni avec des utilitaires permettant de convertir d'un format vers un autre, de faire des reprojections, des fusions entre données, etc.

Les nouveaux pilotes de formats raster sont BLX Magellan Topo, EIR Erdas Imagine Raw, Oracle GeoRaster, GRIB Driver (intégré à la distribution de base), LCP / FARSITE et Terralib

Les nouveaux pilotes de formats vectoriels sont Geoconcept Export, INGRES RDBMS et XPlane/Flightgear

Voir ci-dessous pour une liste non exhaustive des nouvelles fonctionnalités.

La version 3.0 de pymecavideo est disponible

Posté par (page perso) . Modéré par Florent Zara.
6
1
déc.
2008
Science
Après quelques retards, dus principalement à un manque de temps pour finaliser la version 3.0 (voir le journal pymecavideo, juste avant la release... ), voici enfin la version 3.0 de pymecavideo.

Pymecavideo est un logiciel libre sous licence GPL 3 écrit en Python, basé sur la bibliothèque Qt4 et FFmpeg. Il permet, à partir d'une vidéo (quelconque) de déterminer les coordonnées des points que l'on peut pointer.

Dans le cadre d'un enseignement de physique, ceci permet d'étudier la relativité des référentiels et de calculer les énergies cinétiques, potentielles. À ce titre, il remplace facilement Avimeca ou regavi, logiciels propriétaires ne tournant que sous Microsoft Windows.

Couplé à un logiciel de visualisation de données, comme Qtiplot, on peut visualiser les vecteurs du mouvements.

Note : pymecavideo est disponible en français, anglais et espagnol.

Prix IgNobel 2008

Posté par (page perso) . Modéré par rootix.
13
27
oct.
2008
Science
Les prix Ig Nobel (jeu de mot sur ignoble et Nobel) 2008 ont été attribués le 3 octobre dernier. Rappelons qu'ils récompensent des publications ou des travaux scientifiques qui ne peuvent pas ou ne doivent pas être reproduits. Les vainqueurs ont tous fait des choses qui ont d'abord fait rire puis réfléchir les gens.

Liste des prix :
  • Nutrition : sonorité de la nourriture ;
  • Paix : dignité des plantes ;
  • Archéologie : effets nocifs du tatou sur le contenu des sites de fouilles archéologiques ;
  • Biologie : comparatif des sauts de puces de chat et de chien ;
  • Médecine : comparatif des placebos suivant leur prix ;
  • Sciences cognitives : sortie des labyrinthes par les mycétozoaires ;
  • Économie : lien entre le montant des pourboires d’une danseuse de danse contact et son cycle d’ovulation ;
  • Sciences physiques : emmêlement des tas de cheveux, de cordes, etc.
  • Chimie : le Coca-Cola spermicide efficace ou pas ;
  • Littérature : exploration narrative de l’expérience de l’indignation au sein des organisations.
Ces prix sont évoqués depuis plusieurs années sur LinuxFr.org (2001, 2002, 2004, 2005, 2006, etc.). Et puis ça change des Prix FSF du logiciel libre (Awards for the Advancement of Free Software) (2001 et 2001, 2002, 2005, 2008, etc.) ou plus récemment des Lutèces d'Or, ou même des plus pessimistes Big Brother Awards (2000, 2001 et 2001, 2002, 2003, 2005, 2006, 2007, etc.) ou Darwin Awards.

Sortie de Coban 0.8

Posté par . Modéré par Bruno Michel.
11
7
sept.
2008
Science
Coban sort en version 0.8 !

Coban est un logiciel libre publié sous licence GPLv2, orienté "artisan électricien" qui permet de réaliser simplement et rapidement différents calculs courants et répétitifs.

Une sorte de couteau suisse de l'électricité en somme...

Fonctionnalités :
  • Calcul de la section d'un câble en fonction du mode de pose et du calibre de son disjoncteur de protection
  • Calcul de la chute de tension dans un câble en fonction de l'intensité parcourue, de la distance et du matériau
  • Conversions Watts Ampères Chevaux Horse Power
  • Conversion AWG mm2
  • Vidéosurveillance : Calcul d'une focale et/ou d'un champ de vision
  • Calculs de puissances calorifiques (estimation de la puissance nécessaire pour chauffer une pièce d'habitation)
  • Sonorisation : calcul du nombre de haut-parleurs et de leur puissance de réglage (ligne 100V)
  • Éclairage : calcul du nombre de luminaires nécessaire pour éclairer un local

Cette version met l'accent sur le module de calcul d'éclairage.

Pour information, Coban est écrit en Python avec interface graphique en wxPython pour une bonne intégration avec tous les bureaux (Gnome, KDE...).

Sortie de QElectroTech 0.11

Posté par (page perso) . Modéré par Mouns.
15
31
août
2008
Science
Presque six mois après la sortie de la version 0.1, l'équipe du projet QElectroTech sort la version 0.11 ce 31 août. Il s'agit d'une version apportant des corrections de bugs et des fonctionnalités mineures (typiquement : améliorations de l'interface) en attendant la version 0.2.

Pour rappel, QElectroTech, (abrégé QET), est un logiciel libre permettant de réaliser des schémas électriques pour représenter des circuits électriques. Sous licence GNU/GPL, développé en C++ avec la bibliothèque Qt 4, le programme n'est pas encore complet en termes de fonctionnalités mais il poursuit son chemin.

OrbisGIS : un SIG open source pour la recherche

Posté par . Modéré par Mouns.
3
19
août
2008
Science
L'IRSTV (Institut de recherche en sciences et techniques de la ville) annonce la sortie de la version 1.2.2 de son Système d'Information Géographique (SIG) open source.
Dénommé OrbisGIS, ce dernier offre les caractéristiques suivantes :
  • Visualisation de données vectorielles et matricielles (raster) ;
  • Cartographie thématique sur des données vectorielles (intervalles, symboles proportionnels...) ;
  • Interrogation et traitement des données avec un langage SQL spatial.
Développé en Java, il repose sur les bibliothèques Java Topology Suite (licence LGPL) et ImageJ (domaine public).

OrbisGIS est publié sous licence GPLv3.

Calcul scientifique : Scilab 5 enfin libre

Posté par (page perso) . Modéré par Mouns.
0
30
mai
2008
Science
La version 5.0bêta2 du logiciel de calcul scientifique Scilab est publiée, et enfin sous une licence libre (la CeCill). La version finale 5.0 doit sortir courant juin. Mais on peut désormais intégrer Scilab dans les distributions de logiciels libres sans états-d'âme. On se souvient des nombreux débats parfois houleux ayant opposé les tenants de la communauté du Logiciel Libre aux promoteurs du projet, sur la nature "open source" de ce logiciel, par ailleurs une excellente solution de calcul scientifique, alternative au logiciel propriétaire Matlab, leader du secteur.

L'annonce a été faite lors du 2ème séminaire du Groupe Thématique Logiciel Libre du pôle de compétitivité System@tic.

NdM : nous avons souvent par le passé ajouté des NdM sur les dépêches évoquant Scilab, concernant sa licence. Il nous semble donc adéquat aujourd'hui de nous réjouir de ce passage sous une licence de logiciel libre et remercier l'INRIA d'avoir travaillé à la libération de son logiciel.

Le langage Arc, issu de Common Lisp et Scheme, a un mois

Posté par . Modéré par Mouns.
Tags :
1
1
mar.
2008
Science
Le langage Arc est disponible depuis un mois sous la licence Libre Artistic 2 de la perl foundation. Pour info, Arc est un nouveau dialecte Lisp conçu par Paul Graham, un "gourou" de Lisp, qui a écrit 2 ouvrages très réputés sur ce langage et qui s'est fortement enrichi en vendant à Yahoo son application Viaweb, elle-même écrite en Lisp.

P. Graham a conçu Arc car il considérait que le langage Lisp, qui fête cette années ses 50 ans, avait perdu de sa fraîcheur et de sa pureté originelle, celle qu'il avait lorsqu'il a été conçu par John McCarthy à la fin des années 50, lui-même se basant entre autres sur le lambda-calcul élaboré par A. Church quelques années auparavant.

Arc est un langage à la fois minimaliste, comme Scheme, mais voué à être réellement utilisé, Graham étant un programmeur, pas un théoricien. Avant d'être publié, il a d'ailleurs été utilisé pour réaliser une application web : le forum Hacker News, dont le code source est disponible depuis quelques jours.

Le noyau du langage a été écrit en quelques centaines de lignes de Scheme et peut être très facilement étudié. Le reste du langage, c'est une de ses caractéristiques, a été écrit en Arc lui-même.

NdM : pour ceux qui voudraient retracer l'évolution de l'intelligence artificielle côté États-Unis principalement, n'hésitez pas à (re-)lire Crevier et son livre À la recherche de l'intelligence artificielle.

CaRMetal, 100% GPL, avec un peu de 3D

Posté par . Modéré par Benoît Sibaud.
Tags :
1
25
fév.
2008
Science
CaRMetal, le meilleur logiciel de géométrie dynamique disponible, continue son évolution.

Toujours plus libre, et avec une interface toujours plus pratique dans laquelle le principe est de tout avoir sous la main pour ne jamais avoir à dérouler les menus, tout en gardant une figure la plus grande possible. Un équilibre délicat et parfaitement réussi.

Un mouvement vers la 3D, avec l'intégration de macros dans le logiciel, permet de construire à la souris les figures usuelles.

De quoi faire de CaRMetal un très bon logiciel pour la future nouvelle épreuve pratique de Math du Bac.

Sortie de GDAL/OGR 1.5.0

Posté par . Modéré par Bruno Michel.
0
28
déc.
2007
Science
Après la sortie de la version de maintenance 1.4.4 il y a quelques semaines, l'équipe de développement de GDAL/OGR vient de publier à l'occasion de Noël une version majeure de la bibliothèque permettant l'accès à une multitude de formats cartographiques numériques Raster et Vectoriels.

En plus de la multitude de corrections d'anomalies, on peut citer au titre des nouveautés :
  • Une multitude de nouveaux "pilotes" pour les formats raster : Intergraph, COSAR (TerraSAR-X), COASP, GFF, GENBIN, ISIS3, WMS, SDE Raster, SRTMHGT, PALSAR, ERS, GSG, GS7, Spot DIMAP, RPFTOC (CADRG/CIB), ADRG ;
  • De nouveaux pilotes pour les formats vectoriels : BNA, GPX, GeoJSON, GMT ASCII, KML (pour la lecture, l'écriture existait déjà) ;
  • Des améliorations diverses dans des pilotes déjà existant, on peut en particulier noter le support du format BigTIFF (la version interne de la libtiff étant passée à 4.0 pour pouvoir le prendre en compte), et la possibilité de spécifier un système de géoréférencement à partir d'une URL (à partir du site spatialreference.org par exemple) ;
  • Un travail important sur les "bindings" vers les langages SWIG, en particulier C# et Python. Le binding Python nouvelle génération est maintenant activé par défaut.


NdM : Le lien "Binaires divers" indique comment récupérer des binaires pour Windows, Mac ou différentes distributions Linux.

GNU Octave 3.0, l'alternative libre à Matlab

Posté par . Modéré par Nÿco.
0
27
déc.
2007
Science
GNU Octave est un langage libre de haut niveau destiné principalement aux calculs numériques. La syntaxe vise à être aussi proche que possible du programme propriétaire Matlab. L'interpréteur est en ligne de commande, mais plusieurs interfaces et éditeurs chatoyants existent pour l'habiller.

Depuis la précédente version stable (la vieille 2.1), de nombreux progrès ont été effectués notamment dans les fonctions graphiques, basées sur GNUplot et JHandles. Les sources sont disponibles sous licence GPL, les distributions Linux mettent à jour leurs paquets (utilisez votre gestionnaire de paquet préféré) et des binaires sont téléchargeables pour Windows et Mac OS X sur SourceForge.

Des interfaces avec les langages C/C++ et Fortran permettent d'écrire assez simplement des extensions efficaces. De nombreuses boîtes à outils écrites par la communauté viennent étendre les fonctionnalités.

D'autres solutions open source existent, comme Scilab, moins compatible avec Matlab et dont la licence est restrictive (encore à ce jour), ou SciPy, extension du langage Python, profitant de sa syntaxe, mais non compatible avec Matlab.

Sortie de QElectroTech en version 0.1 bêta

Posté par (page perso) . Modéré par Jaimé Ragnagna.
0
24
déc.
2007
Science
QElectroTech, aka QET, est un jeune logiciel libre permettant de réaliser des schémas électriques (à ne pas confondre avec les schémas électroniques pour lesquels la logithèque libre actuelle est convenablement fournie). Sous licence GNU/GPL, programmée en C++ avec la bibliothèque Qt4, cette première version ne se veut pas exhaustive en termes de fonctionnalités. Notamment, il n'est pas encore possible de former des appareils, représentés par un rectangle (pourvu de bornes) englobant plusieurs éléments électriques.

QElectroTech utilise XML pour ses formats de fichier. Les spécifications, amenées à évoluer avec les futures versions, sont disponibles dans la documentation. QET se veut portable : il est disponible partout où Qt4 est disponible, ce qui implique Linux (principale plate-forme de développement), BSD (testé mais pas récemment), Windows (régulièrement testé) et MacOS (jamais testé malheureusement).