CVE-2014-3566 — Vulnérabilité POODLE

Posté par . Édité par Nÿco, Davy Defaud, tankey, Xavier Teyssier, Benoît Sibaud et palm123. Modéré par patrick_g. Licence CC by-sa
32
17
oct.
2014
Sécurité

Qu’est‐ce POODLE ?

POODLE signifie Padding Oracle On Downgraded Legacy. Il s’agit d’une vulnérabilité permettant via une attaque de l’« homme du milieu » (MIM, Man In the Middle), en se plaçant entre le navigateur Web et le serveur Web, de déchiffrer les informations chiffrées.

POODLE affecte les anciennes normes de chiffrement, notamment Secure Socket Layer (SSL) version 3.0. Il n’affecte pas le mécanisme de chiffrement plus récent, et standardisé, appelé Transport Layer Security (TLS).

Recommandations

Pour atténuer cette vulnérabilité, désactivez SSL 3.0 en forçant l’utilisation de TLS, tout en vérifiant la compatibilité des navigateurs clients devant y avoir accès.

Plusieurs bulletins de sécurité ont annoncé la vulnérabilité :

SELKS 1.0 : une distribution

Posté par (page perso) . Édité par Davy Defaud, Nÿco, palm123 et Xavier Teyssier. Modéré par patrick_g. Licence CC by-sa
35
16
oct.
2014
Sécurité

SELKS est une distribution liv_e et installable qui fournit un système de détection d’intrusion (_Intrusion Detection System, abrévié IDS) Suricata prêt à l’emploi. Elle intègre Scirius, une interface Web de gestion des règles de l’IDS, et le trio Elasticsearch, Logstash et Kibana (ou "ELK"). L’interface Kibana permet d’analyser les alertes et les événements remontés par l’IDS.

Capture d'écran de SELKS

Le projet SELKS a été initié pour fournir un moyen de tester rapidement les capacités de l’IDS Suricata dans le domaine de la détection d’intrusion réseau et dans le domaine de la surveillance réseau. En mode live, il est ainsi possible de passer de l’amorçage du système à l’analyse du trafic réseau dans Kibana en 30 secondes.

67 chaussettes pour OpenSSH

Posté par (page perso) . Édité par Davy Defaud, Benoît Sibaud et patrick_g. Modéré par Xavier Teyssier. Licence CC by-sa
Tags :
54
16
oct.
2014
Sécurité

Le 6/10, OpenSSH est sortie en version 6.7. Faut‐il vraiment dire ici ce que fait OpenSSH ou est‐ce dans l’inconscient collectif des libristes ? En très bref, c’est un serveur et un client du protocole SSH, digne descendant de telnet, qui ajoute pas mal de truc comme la redirection de ports…

Quoi de neuf en octobre ?

  • Les algorithmes de chiffrement par défaut ont été changés et notamment CBC et Arcfour ont été désactivés (pas supprimés, il est toujours possible de les activer).

  • La prise en charge de la bibliothèque tcpwrapper a été supprimé. Cela pose, par exemple, des problèmes pour la future Debian Jessie car c’était une fonctionnalité encore souvent utilisée par de nombreux utilisateurs. Debian a décidé de maintenir via un correctif la fonctionnalité pour le moment (voir les commentaires sur LWN).

  • La factorisation du code source continue afin d’améliorer le cœur en vue de fournir une bibliothèque utilisable de manière indépendante. Cependant, le travail n’est pas encore parfait du coté de l’interface de programmation (API), donc la bibliothèque n’est pas encore mise en avant.

  • ssh et sshd intègrent la prise en charge de la transmission (forward) des sockets UNIX. Un port TCP distant peut être connecté à un socket UNIX local et réciproquement. De même, on peut connecter deux sockets UNIX ! Cette fonctionnalité n’était possible jusqu’à présent que pour X-Window via l’option -X, elle ouvre de grands horizons dans l’usage distant d’un poste de travail.

  • Ajout de la séquence d’échappement %C dans le client ssh pour les commandes LocalCommand et ControlPath. %C représente un condensat (hash) du tuple (hôte local, utilisateur distant, hôte distant, port). L’objectif est de pouvoir avoir un nom de fichier court et unique, car sur certains UNIX, on pouvait dépasser la limite du système pour les noms de fichiers correspondant aux sockets UNIX !

Il y a encore pas mal de petites choses concernant le chiffrement, les procédures de test et de robustesse… Le mieux pour les passionnés est de lire la note de version pour avoir une vision détaillée et complète.

Une faille nommée « shellshock »

82
28
sept.
2014
Sécurité

« ShellShock », une faille dans l'usage du shell Bash, est sous les projecteurs depuis quelques jours. Le terme est un jeu de mot entre la stupeur propre à l'obusite des combattants de la première guerre mondiale et l'interface système shell. Nous vous proposons des explications sur cet évènement particulier, son périmètre, les conditions de son exploitation, les surfaces d'attaques, et les solutions proposées, déjà mises en œuvre ou à venir. Enfin, une revue de presse sera dressée, cette faille s'étant transformée en évènement.

NSA / TAO : le chemin vers vos serveurs

Posté par . Édité par Benoît Sibaud, palm123, NeoX et tuiu pol. Modéré par ZeroHeure. Licence CC by-sa
33
24
sept.
2014
Sécurité

Ne trouvant aucune base de données des différents programmes provenant des fuites de Snowden, nous avons travaillé à la création d'une base de données concernant la NSA et le GCHQ. L'article qui suit est une synthèse d'une partie de nos travaux.

NdM : cet article poursuit la série commencée par NSA-observer — quels sont les programmes de la NSA ?, NSA - temps de faire le (premier) point et Que peut faire le service d'élite JTRIG du GCHQ ?.

Nous (nsa-observer) allons aborder aujourd'hui le "catalogue" du groupe d'élite de la NSA nommé TAO (pour Tailored Access Operations). La mission de ce groupe est, depuis sa création en 1997, d'identifier, de monitorer et de trouver un chemin vers des réseaux ou des systèmes pour collecter des informations. Ce département a gagné la réputation de collecter certains des meilleurs renseignements parmi les services de renseignements US, que ce soit sur la Chine, sur des groupes terroristes, ou sur les activités politiques, militaires et économiques d'un pays.

Crypto-party estivale au L@Bx (Bègles, Gironde), 22 août 2014

Posté par . Édité par tankey et Benoît Sibaud. Modéré par Benoît Sibaud. Licence CC by-sa
14
18
août
2014
Sécurité

Vendredi 22 août, c'est cryptoparty toute la soirée / nuit au L@Bx.

Entrée libre et gratuite. Amenez à manger, à boire, sac de couchage pour les plus courageux.

Quelques idées d'ateliers proposés :

  • Créations / échanges de clés GPG
  • Chiffrement de disque dur avec LVM+LUKS, encfs, etc.
  • Mise en place d'un serveur de courriel
  • Traduction du handbook cryptoparty en se basant sur le travail du Tetalab
  • TrollDébat sur la sécurisation des locaux du L@Bx (RFID, caméra, poulet-tueur, etc.)

Pour rappel, le L@Bx est un Hackerspace à Bègles (Communauté Urbaine de Bordeaux). Il ouvre ses portes tous les mardis et vendredis soir.

Au plaisir de vous y croiser !

scdrand: alimenter le pool d’entropie du noyau à partir d’une carte à puce

Posté par (page perso) . Édité par ZeroHeure, tankey et Benoît Sibaud. Modéré par Nils Ratusznik. Licence CC by-sa
42
14
août
2014
Sécurité

Possesseur d’une carte OpenPGP, je cherchais un moyen d’exploiter le générateur de nombres aléatoires dont elle est équipée.

Une rapide recherche m’a immédiatement emmené vers TokenTools, qui semble faire exactement ce que je veux. Malheureusement, ce programme ne peut pas cohabiter harmonieusement avec Scdaemon, le démon de GnuPG chargé d’interagir avec les cartes à puce : TokenTools ne peut pas accéder à la carte tant que scdaemon tourne — or j’ai besoin de scdaemon pour l’utilisation routinière de ma carte OpenPGP (signer, déchiffrer, m’authentifier).

La deuxième partie décrit le programme que l'auteur a écrit pour remplacer Token Tools.

Que peut faire le service d'élite JTRIG du GCHQ ?

Posté par . Édité par Benoît Sibaud, ZeroHeure et Christophe Guilloux. Modéré par Christophe Guilloux. Licence CC by-sa
23
5
août
2014
Sécurité

Bonjour tout le monde, comme l'article précédent la version originale de cet article possède énormément de liens et de références ; je ne peux pas tout mettre ici, vous avez le lien vers l'article en question en bas de la page. J'espère que ça vous plaira :)


Nous allons parler dans cet article du JTRIG (pour Joint Threat Research Intelligence Group), qui est l'équivalent anglais pour le GCHQ (les services de renseignements anglais) du département TAO de la NSA. La mission du JTRIG consiste entre autres à détruire ou à empêcher d'agir les ennemis en les discréditant via de fausses informations ou en empêchant leurs communications de fonctionner : déni de service (DoS) via appels ou sms, suppression de la présence en ligne d'une cible, changement de photos sur les réseaux sociaux (pour discréditer une cible ou augmenter drastiquement sa parano), captation des courriels (par exemple pour apporter de la crédibilité lors de l'infiltration d'un groupe), … la liste est longue.

Capsicum dans Linux : ça bouge !

Posté par . Édité par Benoît Sibaud, Xavier Teyssier et Nils Ratusznik. Modéré par Nils Ratusznik. Licence CC by-sa
42
4
août
2014
Sécurité

Capsicum a été évoqué sur LinuxFr.org une première fois en 2011. C'est un projet de chercheurs de Cambridge concernant de nouvelles primitives de gestion des droits pour les systèmes UNIX, très prometteur et en passe d'être intégré à FreeBSD.
Voyons quels sont les mouvements autour de ce projet.

Logo Capsicum

Sortie de LemonLDAP::NG 1.4

Posté par (page perso) . Édité par Xavier Teyssier et palm123. Modéré par tankey. Licence CC by-sa
28
26
juil.
2014
Sécurité

LemonLDAP::NG est un logiciel libre de SSO, de gestion des accès et de fédération des identités. Il est publié sous licence GPL. Il est développé par la Gendarmerie Nationale et la société Linagora.

Logo LemonLDAP::NG

Il implémente de nombreux protocoles standards, tels que Central Authentication Service, OpenID et SAML.

La version 1.4 est sortie fin juin. Cette dépêche présente les principales nouveautés de cette version.

Campagne de financement participatif pour ProtonMail

14
19
juil.
2014
Sécurité

ProtonMail est un service de messagerie web sécurisé créé en 2013 par Jason Stockman, Andy Yen et Wei Sun au CERN, situé à côté de Genève en Suisse. À l'opposé de nombreuses messageries web existantes (gmail.com, outlook.com…), ProtonMail chiffre les courriels avant qu'ils ne soient envoyés au serveur. ProtonMail est actuellement en version bêta.

logo ProtonMail

Depuis le 17 juin, une campagne de financement participative a été lancée par l'équipe de développeur dans le but d'atteindre 100 000$. Deux semaines plus tard, le projet avait déjà reçu 200 000$. La prochaine étape est d'atteindre 500 000$ afin que des applications pour iOS et Android soient développées. La campagne se termine le 31 juillet. ProtonMail accepte les paiements par carte bleue, paypal (voir plus bas) et bitcoin.

Haka pour le traitement de flux réseau

Posté par (page perso) . Édité par BAud et Nils Ratusznik. Modéré par tankey. Licence CC by-sa
Tags :
28
18
juil.
2014
Sécurité

Haka est un framework/langage basé sur Lua et destiné à appliquer des règles sur du trafic réseau en temps réel. Il permet aussi bien de faire un pare-feu classique, filtrant « bêtement » sur les ports, qu'un pare-feu applicatif. Il utilise la notion de dissecteur qui, une fois la grammaire du langage décrite, permet de définir différents événements qui pourront être utilisés dans les règles définies.

Il faut noter que ce n'est que le tout début du langage, il manque encore certaines fonctionnalités critiques.

Haka est sous licence MPL 2.

Résumé de l’affaire TrueCrypt

Posté par (page perso) . Édité par Nÿco, BAud, eggman, Benoît Sibaud, palm123, glennie et Nils Ratusznik. Modéré par Nÿco. Licence CC by-sa
44
20
juin
2014
Sécurité

TrueCrypt est un logiciel de chiffrement de disques, multiplateforme, sous licence non-libre (cf annexe en seconde partie), mais dont le code source est accessible. Ses développeurs sont anonymes.

TrueCrypt

Depuis le 28 mai dernier, le site web officiel TrueCrypt.org redirige vers le sous-domaine de Sourceforge dédié au projet et affiche en rouge un message inquiétant :

ATTENTION : Utiliser TrueCrypt n’est pas sûr car il pourrait contenir des problèmes de sécurité non-corrigés

Cette page explique également aux utilisateurs comment migrer leurs données vers un autre outil de chiffrement… qui n'est autre que BitLocker de Microsoft !

Nouvelle faille importante dans GnuTLS

Posté par (page perso) . Édité par BAud, Nÿco, eggman et Frédéric Massot. Modéré par ZeroHeure. Licence CC by-sa
40
6
juin
2014
Sécurité

GnuTLS est une bibliothèque libre qui, au même titre que OpenSSL, permet d’établir une connexion chiffrée sur Internet via le protocole SSL/TLS.

GnuTLS

Une faille de sécurité qui permet de faire planter GnuTLS et, dans certaines conditions, lui faire exécuter du code arbitraire a été découverte.

Concrètement, lors d’une poignée de main, l’envoi d’un identifiant de session extrêmement long par le serveur provoque un dépassement de tampon. Pour résumer, on veut enregistrer en mémoire l’identifiant de session qui est plus grand que l’espace prévu à cet effet, l’excédent est écrit à côté et, en particulier, sur le programme en mémoire. En choisissant bien l’identifiant de session, on peut donc altérer le fonctionnement du logiciel en cours d’exécution à son avantage.

Pétition pour accorder l'asile à Edward Snowden

Posté par (page perso) . Édité par Nÿco, patrick_g et palm123. Modéré par patrick_g. Licence CC by-sa
Tags :
25
5
juin
2014
Sécurité

L'Express a lancé il y a deux jours une pétition pour que la France accorde l'asile à Edward Snowden. Plusieurs libristes éminents (Philippe Aigrain et Francois Pellegrini) font partie des premiers signataires. Plus de 120 000 signatures ont été recueillies à cette heure.

Cet article du Monde récapitule les points clefs du débat. Il remarque en particulier que le PS et l'UMP sont opposés à cette demande.

Un autre article du Monde (dont le contenu est malheureusement réservé aux abonnés) indique que l'avis du Président de la République ou du gouvernement n'est pas nécessaire, compte-tenu de la Constitution. En voici le passage-clef :

Au lendemain de la seconde guerre mondiale, elle a voulu inscrire dans sa Constitution que « tout homme persécuté en raison de son action en faveur de la liberté a droit d'asile sur les territoires de la République ». Le préambule de la Constitution de 1946 est devenu en 1958 partie intégrante de la Constitution de la Ve République. Quarante ans plus tard, par la loi du 11 mai 1998, sur la base d'un rapport que j'ai remis au gouvernement en 1997, l'asile constitutionnel est devenu effectif et concrètement porteur de droits et de protection.

Caliopen, encourager le chiffrement

Posté par (page perso) . Édité par Pierre Maziere, Nÿco, BAud, palm123, ZeroHeure, olivierweb et Benoît Sibaud. Modéré par ZeroHeure. Licence CC by-sa
32
5
juin
2014
Sécurité

CaliOpen est un projet libre (GPLv3) qui a pour but de créer un nouvel outil de communication sécurisé. Il ne cherche pas à créer un clone libre et sécurisé de Gmail mais un outil suffisamment original pour attirer les utilisateurs, et les inciter à mieux protéger leur vie privée.

Le projet en est à ses tout début, il n’y a donc pas encore de démonstration fonctionnelle, mais il y a déjà du code en cours d’écriture.

CaliOpen

Les gagnants du concours LinuxFr.org sur la sécurité #Metasploit

Posté par (page perso) . Modéré par ZeroHeure.
12
21
mai
2014
Sécurité

Le concours vous permettant de gagner trois exemplaires du livre Hacking, sécurité et tests d'intrusion avec Metasploit (édité par Pearson) s'est terminé le 18 mai dernier et nous avons nos trois gagnants qui vont chacun recevoir un exemplaire du livre :

Hacking, sécurité et tests d'intrusion avec Metasploit

Ils vont être contactés sous peu. Merci à tous ceux qui ont participé, consciemment ou non (:-), à ce concours. Voici la liste des contributions taguées comme participantes. N'oubliez pas que vous pouvez gagner tous les mois des livres et des abonnements, juste en contribuant au site !

« Triple poignée de main », faille dans le protocole TLS

55
9
mai
2014
Sécurité

Après les deux failles mettant en cause l’utilisation d’instructions goto (l’une chez Apple, l’autre chez GNUTLS) et la faille Heartbleed, une vulnérabilité a encore été découverte : Triple Handshake («Triple poignée de main»), aussi appelée 3Shake.

Contrairement aux autres failles, celle-ci ne concerne pas l’implémentation mais le protocole. Cela signifie qu’elle touche potentiellement toutes les implémentations et que la correction définitive de cette faille nécessiterait une modification dans le protocole. En pratique, les corrections ont été effectuées en faisant des vérifications supplémentaires ou en éliminant certains algorithmes de chiffrement.
Logo de 3Shake, inspiré de celui de Heartbleed
Logo par @Raed667
Concrètement, cette faille exploite les différents types de poignées de main (handshake, procédure qui permet d’établir les différents paramètres de communication entre deux machines, étape particulièrement importante pour un protocole de sécurité) afin de se faire passer pour une autre machine et d’effectuer une attaque de l’homme du milieu.

La faille est cependant considérée moins grave que Heartbleed, en partie parce qu’elle est compliquée, s’attaque à une configuration assez spécifique et nécessite une position privilégiée entre deux machines.

PacketFence v4.2 maintenant disponible

25
8
mai
2014
Sécurité

Inverse annonce la sortie de la version 4.2 de PacketFence. PacketFence est une solution de conformité réseau (NAC) entièrement libre (GPL v2), supportée et reconnue. Procurant une grande liste de fonctionnalités telles un portail captif pour l'enregistrement ou la remédiation, une gestion centralisée des réseaux filaires et sans fil, le support pour le 802.1X, l'isolation niveau-2 des composantes problématiques, l'intégration au détecteur d'intrusions Snort et au détecteur de vulnérabilités Nessus - elle peut être utilisée pour sécuriser efficacement aussi bien des réseaux de petite taille que de très grands réseaux hétérogènes.

Logo PacketFence

La version 4.2 de PacketFence apporte de nombreuses améliorations comme l'isolation de type hotspot, un nouveau portail captif s'adaptant plus facilement à des scénarios personnalisés complexes, plusieurs fonctionnalités pour les opérateurs cellulaires (WRIX, inline layer 3, page de statut pour prolonger l'accès réseau, etc.), un nouvel agent pour la configuration des appareils Android, la prise en charge de nouveaux équipements d'Enterasys, Huawei et Juniper Networks, une meilleure intégration Eduroam et plusieurs améliorations au niveau de la performance.

Concours sécurité sur LinuxFr.org : 3 livres à gagner !

35
28
avr.
2014
Sécurité

La sécurité et la vie privée sont des sujets de plus en plus récurrents et sensibles, maintenant aussi aux yeux de la presse généraliste et du grand public depuis les informations fournies par Edward Snowden. Le flot continu de révélations ne calmera pas la situation de sitôt. Mais il n'y a pas que E.Snowden qui fait l'actualité en sécurité informatique, c'est aussi la faille Heartbleed dans OpenSSL et son impressionnante taxonomie, la fin de la liste Full Disclosure, etc. l'actualité sur le sujet ne manque pas. Si tout n'est pas parfait chez LinuxFr.org, nous tâchons de montrer l'exemple. Pour vous inciter à partager encore plus sur le sujet, nous vous proposons de gagner un des trois exemplaires du livre Hacking, sécurité et tests d'intrusion avec Metasploit (édité par Pearson), en espérant aussi que cela vous sensibilisera et vous permettra de monter en compétence sur ces sujets essentiels.

Hacking, sécurité et tests d'intrusion avec Metasploit

Bonne chance !

Taxonomie des attaques Heartbleed

Posté par . Édité par Benoît Sibaud, ZeroHeure, Xavier Teyssier et Florent Zara. Modéré par Florent Zara. Licence CC by-sa
27
23
avr.
2014
Sécurité

Pour ceux qui se demandent encore si ils doivent vraiment changer leurs mots de passe suite à l'affaire Heartbleed, qui veulent comprendre pourquoi il ne fallait pas le faire trop tôt, ou qui n'ont pas vérifié si leur navigateur détecte les certificats révoqués, l'article Taxonomie des attaques Heartbleed recense et explique schématiquement les diverses attaques rendues possibles par le bug, y compris contre les logiciels clients (reverse heartbleed), Tor et les VPN.

logo Heartbleed

« Heartbleed » est une des pires failles qui soient arrivées à la sécurité sur Internet. À cause d'elle, les pirates ont pu ou peuvent obtenir des données confidentielles sans avoir besoin d'intercepter les échanges. Après les premières réactions centrées sur la mise à jour des serveurs web vulnérables, la révocation des certificats et le renouvellement des mots de passe, il a fallu quelques jours de plus pour comprendre que la faille Heartbleed affecte également les logiciels clients, les échanges SSL/TLS autres que HTTPS, et une multitude d'appareils embarqués qui ne recevront jamais de mise à jour logicielle.

Plus de détails dans la suite de la dépêche.

Signing party au salon Solutions Linux le 20 mai 2014

17
17
avr.
2014
Sécurité

En ces temps troublés, il est important de sécuriser nos échanges d'information — en chiffrant — ainsi que la distribution de logiciels — en signant les publications.

À cette fin, le salon Solutions Linux, Libres et Open Source sera l'occasion d'une signing party PGP, le 20 mai 2014 à 18h près du stand Debian France. Cette signing party est ouverte à tous les visiteurs et exposants du salon.

Pour faciliter les échanges d'empreintes de clefs en cas d'affluence, il est possible que nous utilisions une liste officielle de participants selon le protocole de Zimmermann-Sassaman. Pour préparer cela, il est demandé aux participants de me contacter en m'envoyant leur clef publique. Selon la méthode de signing party retenue, je publierai ultérieurement des instructions plus précises.

Nouvelle vulnérabilité dans l’implémentation OpenSSL

86
8
avr.
2014
Sécurité

Une vulnérabilité dans l’implémentation de l’extension heartbeat (RFC 6520) d’OpenSSL a été découverte conjointement par une équipe de chercheurs en sécurité (Riku, Antti and Matti) à Codenomicon et Neel Mehta de Google Securité. On retrouve ici un vieux bogue des familles : le read overrun.

OpenSSL 1.0.1, jusqu’à 1.0.1f inclus, et OpenSSL 1.0.2-beta1 sont affectés. Ce sont les versions utilisées dans la plupart des distributions.

Cette dernière permet la lecture de 64 Kio dans la mémoire des clients et serveurs affectés (mais l’attaque peut être rejouée à chaque heartbeat), autorisant la lecture de données comme les clés privées et, bien sûr, les données échangées une fois ces dernières retrouvées (et ce, même en mode hors ligne s’il n’y avait pas de forward secrecy utilisé).

Il est difficile, voire impossible, de faire une détection post‐mortem d’infiltration, l’attaque ne laissant pas d’entrée suspecte dans le journal système.

Passer à OpenSSL 1.0.1g, redémarrer tous les services utilisant libssl et remplacer l’intégralité de ses certificats (la clef privée étant vulnérable) est donc nécessaire.

Full disclosure, c'est fini

Posté par (page perso) . Édité par Benoît Sibaud, Nils Ratusznik, palm123 et tuiu pol. Modéré par Nils Ratusznik. Licence CC by-sa
48
20
mar.
2014
Sécurité

John Cartwright a annoncé la fermeture de la liste de diffusion Full disclosure. Cette liste était destinée à la publication de failles de sécurité et à la discussion sur ce sujet. Dans son message de fermeture, John Cartwright annonce qu'il en a marre des membres de la « communauté » qui demandent la modération d'anciens messages et pense que ça devient de plus en plus difficile de maintenir un forum ouvert dans le climat légal actuel.

La liste a été créée le 9 juillet 2002 par Len Rose, et était administrée par John Cartwright. Elle était sponsorisée par Secunia, une boîte de sécurité elle aussi créée en 2002.

Wikipédia cite trois failles 0 day révélées initialement sur cette liste concernant Microsoft Windows Help and Support Center en 2010, Apache HTTP Server en 2011 et la base de données Oracle en 2012. Une petite recherche sur LinuxFr.org en signale aussi une sur FreeBSD en 2009, parmi diverses autres failles évoquées touchant des logiciels libres ou non.

Éternelle question autour du « full disclosure », de la divulgation publique opposée à la sécurité par l'obscurité ? 2002, procès Kitetoa, 2004, procès Guillermito « C'est le procès du full-disclosure », 2004, adoption de la loi sur la confiance dans l'économie numérique en France « Quel avenir pour le full-disclosure en France ? » Etc., etc.

Chiffrofête à Numa Paris le 29 mars 2014

Posté par (page perso) . Édité par Benoît Sibaud et palm123. Modéré par Benoît Sibaud. Licence CC by-sa
12
14
mar.
2014
Sécurité

Qu'est ce qu'une chiffrofête ? Le terme de cryptoparty (contraction de crypto - chiffrement et party - fête) est souvent francisé en cryptopartie mais nous utilisons le terme de chiffrofête (contraction de chiffrement et fête) qui se veut une traduction moins connotée de ce terme. L'autre appellation que nous utilisons pour ce même type d'évènement étant le Café vie privée.

Les outils techniques qui permettent de conserver un peu de vie privée sur un réseau Internet où nous sommes constamment espionnés et surveillés (par les publicitaires, les réseaux sociaux, les gouvernements…) ne doivent pas être l’apanage d’une petite poignée de gens plus habiles que les autres avec l’informatique. Chacun est en droit de s'approprier, à la hauteur de son niveau de compréhension, de ses besoins, de ses envies, ses différents outils.

Les chiffrofêtes sont donc des événements dédiés à l’apprentissage de la sécurité des communications en environnement numérique (Internet, mais également téléphoniques (SMS)). Le maitre mot étant la pédagogie.

La prochaine Chiffrofête aura donc lieu à Numa Paris, au 39, rue du Caire (Paris 2e) le 29 mars 2014.