Lancement d'une implémentation native de Direct3D sous Linux

Posté par (page perso) . Modéré par baud123.
Tags : aucun
43
18
nov.
2010
Linux
Comme vous le savez sûrement, la gestion de toute la pile graphique a beaucoup évolué ces dernières années. Une des évolutions majeures dans ce domaine à été l'introduction de l'API Gallium3D, initialement développée par Tungsten Graphics (aujourd'hui rachetée par VMware).

Pour résumer, Gallium3D est une API de type middleware qui se situe directement au dessus du matériel et vise à en exposer les fonctionnalités de manière générique aux API orientées application comme OpenGL et Direct3D (D3D). Contrairement à Mesa 3D, dont il se veut le remplaçant, Gallium 3D n'utilise pas de backend spécifique à chaque matériel, mais délègue toute la partie dépendante du matériel à l'infrastructure DRI2 du kernel. L'ensemble forme ainsi une pile graphique plus cohérente et mieux segmentée, ce qui réduit la duplication de code/fonctionnalités et améliore les performances générales.

À l'heure actuelle, peu de pilotes supportent cette API. Parmi ceux la supportant, on retrouve principalement des pilotes libres pour Nvidia et ATI : Nouveau et les pilotes Radeon R300-R600. Les pilotes libres pour Intel ne l'implémentent pour l'instant que de manière partielle.

Dans une pile basée sur Gallium 3D, toutes les API applicatives se retrouvent à égalité vis à vis du matériel. Ainsi, OpenGL devient, pour une application, une des façons possibles d'exploiter la carte graphique.

C'est dans ce contexte que Luca Barbieri a décidé d'implémenter l'API Direct3D, version 10/11, directement au-dessus de Gallium 3D. Suite à son premier commit (12 septembre 2010), une discussion s'est ouverte sur liste mesa-dev. Direct3D devient ainsi une API graphique native sous Linux (ou tout système disposant de Gallium3D). L'avantage est double : la première utilisation qui vienne à l'esprit est bien entendu Wine. Pour rappel, Wine implémente actuellement une partie de Direct3D au-dessus d'OpenGL, c'est à dire que chaque appel à une fonction D3D est traduit en l'équivalent OpenGL, ce qui dans certains cas relève plus de l'émulation que de la traduction. Cette étape d'émulation pourra être éliminée. Ceci devrait largement améliorer les performances de Wine coté jeux. Le second avantage de la disponibilité de D3D sous Linux concerne évidement le portage des jeux en natif sur notre système préféré qui en sera grandement facilité.

Enfin, Direct3D est, selon le développeur, largement supérieur à OpenGL : "Thanks to a very clean and well-though design done from scratch, the Direct3D 10/11 APIs are vastly better than OpenGL and can be supported with orders of magnitude less code and development time, as you can see by comparing the lines of code of this commit and those in the existing Mesa OpenGL implementation." (extrait du changelog de son 1er commit). Il annonce de meilleures performances et une stabilité accrue pour les futures applications basées sur son implémentation de D3D grâce aux qualités intrinsèques de ce dernier.

NdM : Cette annonce est une très bonne nouvelle pour le jeu sous Linux, une très bonne application pratique de Gallium3D, mais reste à voir si dépendre de Microsoft ne va pas poser problème...

CDE : un outil pour le déploiement de binaires sans installation de dépendances

Posté par . Modéré par baud123.
14
14
nov.
2010
Linux
CDE est un logiciel libre (licence GNU GPL v3) basé sur strace et développé par Philip J. Guo, étudiant en thèse de doctorat à l'université de Stanford, qui permet d'encapsuler toutes les dépendances d'un binaire et de créer un bac à sable afin que ce binaire soit exécutable sur toute autre machine Linux sans autre installation.

CDE encapsule tous les fichiers nécessaires à l'exécution du binaire : Code, Données, Environnement. Ainsi, lors de l'exécution de la commande $ cde a.out sur la machine A, CDE va exécuter a.out, surveiller ses accès (bibliothèques dynamiques, fichiers de configuration, polices, etc.), copier ces fichiers dans un sous-répertoire et créer un fichier a.out.cde. L'ensemble des fichiers de ce sous-répertoire peut être transféré sur une machine B. Lors de l'exécution de a.out.cde, l'environnement est changé (comme avec chroot) et ce sont les bibliothèques fournies dans le sous-répertoire qui sont utilisées.

CTKArch Live 0.6

Posté par . Modéré par Xavier Teyssier.
Tags :
19
5
nov.
2010
Linux
La dernière version du LiveCD/USB CTKArch est sortie.

Les nouveautés principales sont la traduction intégrale en anglais / français, le support des add-ons sur le CD et de BTRFS à l'installation. Cette version est encore plus légère que la précédente !

Ordissimo sort un nouveau système

Posté par . Modéré par Nÿco.
Tags :
18
4
nov.
2010
Linux
Ordissimo est une entreprise française qui développe un système d'exploitation destiné aux personnes âgées ou handicapées qui éprouvent des difficultés à utiliser un ordinateur traditionnel (type Windows, ou distribution classique...). Ordissimo propose donc un système d'exploitation simple, à la fois ergonomique et parfaitement adapté à des utilisateurs novices.

En se basant sur des nouvelles technologies telles que E17, l'équipe de développement Ordissimo vient de revisiter l'ancien système devenu obsolète. La grande nouveauté de cette nouvelle version est la possibilité, pour l’utilisateur, de personnaliser la page d’accueil en y installant de nouvelles applications (agenda, carnet d’adresses, oMSN, Google Earth, jeux, etc.) au fur et à mesure de ses besoins.

L’interface et les applications Ordissimo sont propriétaires (à part oMSN) depuis ses débuts en 2005. Néanmoins, la (petite) équipe de développement contribue ou a contribué à Debian, E17 et les EFL, papyon, au noyau Linux, au projet Mozilla, plymouth… Très peu de logiciels libres sont modifiés, mais pour ceux qui le sont, les sources sont disponibles.

Sortie de force_bind version 0.4

Posté par . Modéré par Jaimé Ragnagna.
Tags : aucun
6
1
nov.
2010
Linux
force_bind est un outil écrit par Catali(ux) M. BOIE (catab at embedromix dot ro) sous licence GPLv3, qui permet de forcer un binaire qui ne dispose pas cette fonction, à écouter une adresse IP et un port particulier. Lorsque le binaire essaie d'écouter sur un couple adresse/port via l'appel à bind(), force_bind remplace les paramètres passés à bind(). force_bind fonctionne via la variable d'environnement LD_PRELOAD du chargeur dynamique de bibliothèques, et n'est donc efficace que sur les binaires dynamiques.

force_bind fonctionne avec IPv4 et IPv6. La syntaxe de force_bind est très simple comme le montre les exemples suivants :

1. FORCE_BIND_ADDRESS=127.0.0.1 FORCE_BIND_PORT=33 LD_PRELOAD=${LD_PRELOAD}:/usr/lib/force_bind.so un_binaire # force le bind() sur 127.0.0.1/33.

2. FORCE_BIND_ADDRESS=127.0.0.2 LD_PRELOAD=${LD_PRELOAD}:/usr/lib/force_bind.so un_binaire # force le bind() sur 127.0.0.2

NdM : un « petit » outil comprenant une soixantaine de ligne de C, avec tout le packaging pour avoir le configure/make/make install, qui peut néanmoins être bien pratique lorsque l'on tombe sur un binaire dynamique n'offrant pas d'options paramétrables pour le réseau ou écoutant trop largement sur toutes les interfaces réseau plutôt que sur une seule. À noter que cela ne marchera pas (dans la version actuelle 0.4 en tout cas) si le binaire veut écouter sur plusieurs couples adresse/port, puisqu'un seul couple FORCE_BIND_ADDRESS/FORCE_BIND_PORT est prévu.

Le test bed XtreemOS est ouvert et accessible à tous

Posté par . Modéré par patrick_g.
Tags :
14
19
oct.
2010
Linux
XtreemOS, un projet de recherche en partie financé par la Commission Européenne visant à promouvoir un système d’exploitation fondé sur Linux pour simplifier l’utilisation des grilles de calcul, est heureux d’annoncer l’ouverture au public de son banc d'essai (test bed).

Le but de ce banc d'essai est de permettre aux scientifiques, informaticiens, chercheurs, étudiants et à tous les développeurs intéressés de faire des expérimentations et d’en apprendre plus sur le système XtreemOS.

Invitation à la 1ère téléconférence SystemTap libre ce jeudi 30 septembre

Posté par (page perso) . Modéré par Christophe Guilloux.
Tags :
6
25
sept.
2010
Linux
SystemTap est un outil d'instrumentation de code pour GNU/Linux et ses applications, souvent comparé à DTrace.

Les utilisateurs du logiciel SytemTap et toutes personnes intéressées par le projet sont invités à une session téléphonique informelle en anglais présentant les derniers développements et le futur de SystemTap. Les développeurs SystemTap espèrent aussi y obtenir un retour de la part des utilisateurs (potentiels).

Les principaux points qui seront abordés sont :
  • Fonctionnalités prévues pour SystemTap 1.4 ;
  • Les grands chantiers en cours (« cloud ») ;
  • Aide au scripting/installation : préparez vos questions.

Un nouveau serveur httpd : Ashd, A Sane HTTP Daemon

Posté par (page perso) . Modéré par tuiu pol.
Tags :
25
22
sept.
2010
Linux
Ashd est un serveur HTTP conçu selon la philosophie Unix : simplicité et modularité. Ashd (A Sane HTTP Daemon) est écrit en langage C, sous licence GPLv3 et vient d'annoncer sa sortie officielle en version 0.1. Il se compose d'un ensemble de programmes simples ayant chacun un rôle bien déterminé. Ashd a été pensé selon 4 piliers fondateurs :
  • Une conception saine : en application directe de la philosophie UNIX, ashd est découpé en plusieurs programmes qui font une seule chose, mais le font bien
  • La sécurité : comme chaque processus ne fait qu'une seule chose, il est facile de restreindre ses droits au minimum dont il a vraiment besoin
  • Une configuration simple et sensée : chaque programme ayant une responsabilité limitée, il est facile de le configurer (les options en ligne de commande suffisent généralement)
  • La persistance : les processus sont persistants et peuvent ainsi garder des données de session en mémoire ou conserver des connexions vers des backends.

Ashd est composé des modules suivants :
  • htparser, pour écouter les connexions TCP et parler en HTTP avec les clients
  • dirplex, pour servir des fichiers depuis un répertoire (la réponse est déléguée à sendfile)
  • patplex, pour les règles de gestion virtuelle
  • sendfile, pour répondre aux clients avec un fichier et gérer les entêtes HTTP associés (content-type, last-modified, etc.)
  • callcgi, pour appeler des scripts CGI
  • userplex, pour servir les répertoires des utilisateurs à la /~user/ (ce programme est lancé avec l'utilisateur en question, ce qui évite les problèmes que l'on peut avoir avec apache qui tourne en www-data)...

Gestion des cartes Memory Stick (Pro) Duo via le contrôleur Ricoh R5C592

Posté par (page perso) . Modéré par Nÿco.
Tags :
14
27
août
2010
Linux
Si vous possédez un lecteur de carte mémoire multi-format de marque Ricoh (assez répandu dans les laptops), vous avez dû pester contre l'absence de prise en charge du format Memory Stick duo de chez Sony (et Memory Stick Pro Duo via un adaptateur, format des cartes mémoire des téléphones mobiles Sony Ericsson entre autres). Une amélioration de la situation semblait difficile, le format étant méchamment propriétaire.

Cependant, le 4 avril 2010 Ricoh rejoignait la Linux Foundation. Sans lien apparent, Maxim Levitsky, répondant au bug #238208 de chez Ubuntu, annonçait le 8 avril qu'il travaillait sur la prise en charge de cette puce. Le 3 août dernier, il proposait une première version.

Suite aux retours des utilisateurs, une deuxième version sort rapidement (voir le lien plus bas - une v3 apparaît sur la page de bug, mais la version estampillée v2 semble être la plus à jour). Celle-ci, une fois compilée/installée, crée les modules r592, mspro_block & ms_block qui, une fois chargés, font apparaître la carte Memory Stick dans /dev/msplbk0 et ses partitions dans /dev/msplbk0p*. Une fois montées, ces dernières sont parfaitement accessibles en lecture/écriture (la gestion des cartes < 128 Mo semble pécher pour le moment). Une règle udev est même fournie pour un montage transparent via le clickodrome (pas testé).

Sortie de Frugalware 1.3 Haven

Posté par . Modéré par baud123.
Tags :
11
25
août
2010
Linux
La treizième version stable de Frugalware est sortie il y a quelques jours. Répondant au doux nom de Haven, Frugalware 1.3 supporte trois architectures : i686, x86_64 et ppc.

Les changements principaux depuis la 1.2 sont les suivants :
  • Mise à jour des logiciels : noyau Linux 2.6.35, Xorg 1.8, Gnome 2.30 et KDE 4.4, Firefox 3.6, Thunderbird 3.1...
  • Emploi de udev pour détecter automatiquement la configuration de Xorg, celle-ci étant désormais divisée dans le répertoire xorg.conf.d ;
  • Arrivée du pilote nouveau pour les cartes NVidia ;
  • Possibilité d'employer l'installeur graphique y compris en mode netinstall.
Notez que l'arrivée de Haven signe la fin du support de Locris. Il est donc conseillé de rapidement mettre à jour vos systèmes en respectant la procédure officielle.

Tux Droid est mort, vive Tux Droid !

Posté par . Modéré par Florent Zara.
18
21
août
2010
Linux
Kysoh, société belge produisant Tux Droid, a fermé ses portes au mois de juillet pour faillite. Depuis, les sources et paquets d'installation ne sont plus publiquement disponibles.

Tux Droid est un robot libre sans fil à l'image de la mascotte Tux, permettant d'utiliser les services internet et de contrôler l'ordinateur. Il est nécessaire d'installer un logiciel sur son ordinateur, MS Windows ou GNU/Linux, pour contrôler par interface web l'appareil. Un dongle en forme de poisson se connecte en USB à l'ordinateur et communique par onde radio avec Tux Droid permettant ainsi de s'affranchir d'une connexion personnelle wifi. Tux Droid n'a pas besoin non plus de serveur central pour communiquer.

À l'heure actuelle, les sources sont en cours de migration sur sourceforge. Un des soucis à venir est l'utilisation de la bibliothèque non libre Acapela pour le TTS (Text to Speech, Synthèse vocale).

Son canal IRC reste disponible (#tuxdroid@freenode). Le projet a besoin d'être repris par la communauté pour continuer d'exister.

NdM : Rappelons que Kysoh avait régulièrement soutenu les concours et autres quizz organisés par LinuxFr.org en nous permettant de faire gagner des Tux Droid. Encore merci à eux.

GLX-Dock 2.2 entre en version bêta

Posté par (page perso) . Modéré par Mouns.
Tags :
13
30
juil.
2010
Linux
GLX-Dock est une interface en OpenGL pour les bureaux GNU/Linux , qui prend la forme de docks ou de desklets.
La prochaine version majeure vient de passer en version bêta.

Elle apporte un énorme lot de nouveautés :
  • 2 nouveaux modes de visibilité et de nouveaux effets de masquage ;
  • un calendrier qui gère les tâches ;
  • le Me-Menu et le Messaging-Menu d'Ubuntu ;
  • le verrouillage de l'écran à partir du dock ;
  • et encore bien d'autres nouveautés et améliorations.

Elle fournit aussi une vue "tableau de bord", et un thème "Unity" qui s'adapte particulièrement bien aux netbooks.

Pour l'installer, un dépôt PPA est disponible :
http://www.glx-dock.org/ww_page.php?p=ppa%20Weekly
Sous Lucid, vous pouvez faire un simple :
sudo add-apt-repository ppa:cairo-dock-team/weekly
sudo apt-get update
sudo apt-get install cairo-dock cairo-dock-plug-ins

Aide à la supervision informatique avec la suite gbRRDGraphix 1.7.0

Posté par (page perso) . Modéré par tuiu pol.
11
29
juil.
2010
Linux
Sortie de la suite gbRRDGraphix en version 1.7.0, outil de surveillance et d’aide au diagnostique réseau. La suite se compose d'un front-end complet et souple pour la création de graphiques via RRDtool, d'un ordonnanceur, ainsi que d'un outil d’analyse des flux réseaux. La combinaison des outils RRDtool, SNMP et Flow-tools permet sur un grand parc de machines/équipements de réaliser des analyses et diagnostiques de manière fine et rapide.

Contrairement aux outils existants comme Cacti, Nagios et d'autres, cette suite permet une analyse graphique simultanée des données SNMP et Netflow, mais aussi une étude plus pointue par l'analyse détaillée des trames Netflow elles-mêmes. La suite logicielle est développée depuis quatre ans et fonctionne en production sur un parc de plus d'un millier d'équipements. Elle a été développée pour tenter de combler un manque de logiciel open source d'aide au diagnostique réseau. Elle se place entre le logiciel de monitoring et celui d’analyse précise de flux réseaux et permet de faire de manière conjointe le travail de logiciel de monitoring, de tracing et d’analyse du réseau. Ceci dans le but d’accélérer la résolution d’incidents et cibler facilement les différentes sources d’anomalies.

gbRRDGraphix n'est en rien un substitut de solutions comme Nagios ou Advanced Netflow Manager (logiciel commercial) mais bien un complément à celles-ci. De plus, gbRRDGraphix fait partie des rares interfaces graphiques les plus complètes pour apprendre et manipuler RRDtool. L'architecture du logiciel peut être éclatée sur plusieurs machines soit pour absorber la charge, soit pour permettre une administration déportée de chaque composant. Tous les composants de cette suite ainsi que l'interface graphique principale ont été développés en language Gambas v2.x, à l'exception de l’interface web.

Sortie de SystemTap 1.3

Posté par (page perso) . Modéré par Xavier Teyssier.
13
23
juil.
2010
Linux
Ce 21 juillet, SystemTap est passé en version 1.3.
SystemTap est un outil d'instrumentation de code pour GNU/Linux et ses applications, souvent comparé à DTrace. La version 1.3 marque l'avènement d'une implémentation utilisable de print_ubacktrace() permettant d'obtenir un backtrace (pile d'appel) complet de l'espace utilisateur depuis un événement noyau. Cette amélioration fait partie d'un grand nombre de modifications dans le fonctionnement interne de SystemTap qui ont visé à améliorer ses performances et la qualité des résultats fournis (avec des backtraces plus précis et rapides notamment).

L'actualité SystemTap de ces derniers mois inclut aussi la possibilité d'instrumenter facilement des applications Python et Java dans Fedora 13, ainsi que l'activation de kprobe dans le noyau Debian qui augure la possibilité d'avoir un SystemTap utilisable dans Squeeze.

Ulteo Open Virtual Desktop 2.5 disponible en téléchargement

Posté par (page perso) . Modéré par baud123.
Tags :
7
30
juin
2010
Linux
L'Open Virtual Desktop est un logiciel de type "Bureau Virtuel" permettant de fournir des applications ou des bureaux complets avec applications, qu'elles soient Linux et/ou Windows, dans le navigateur des utilisateurs. Ulteo Open Virtual Desktop délivre des applications tournant sur des serveurs Linux ou Windows Terminal Services, à distance dans le navigateur web (avec greffon Java). Le résultat est donc multi-plateforme (Windows, Mac OS X, Linux, thinclient).

À noter qu'il faut évidemment des serveurs Windows (2003 ou 2008) pour permettre l'utilisation de logiciels développés pour cette plateforme. Les applications disponibles par défaut incluent la suite office OpenOffice.org, le navigateur web Firefox, le client email Thunderbird, les logiciels de messagerie instantanée Kopete et Pidgin... Des milliers d'autres peuvent être installés et déployés par l'administrateur système.

La version 2.5 de cette solution Open Source (GPL v2) est disponible depuis aujourd'hui en téléchargement. Cette nouvelle version se concentre principalement sur des améliorations permettant des déploiements à large échelle au niveau des serveurs d'applications et des annuaires. Jusqu'à 50 000 utilisateurs semblent pouvoir être supportés.

Il reste néanmoins un point à améliorer concernant la gestion audio/vidéo. En effet, à l'heure actuelle, le mode portail OVD v2.5 permet déjà de jouer des MP3 et des vidéos FLV présents dans le répertoire de l'utilisateur. Une prise en charge complète du son sera disponible dès la prochaine version d'Ulteo OVD.

L'OVD peut s'installer sur les versions récentes de Red Hat, CentOS, Ubuntu et SuSE, et potentiellement sur toute distribution Linux récente. Un DVD embarquant tout le système, avec un système hôte, est également proposé

Utiliser une carte à puce (smartcard) ou une clé d'authentification (token) sous GNU/Linux

Posté par . Modéré par Xavier Teyssier.
Tags :
19
29
juin
2010
Linux
GOOZE publie des tutoriels expliquant comment utiliser une carte à puce (smartcard) ou une clé USB (token) sous GNU/Linux et Mac OS X.

En lisant les tutoriels, vous apprendrez comment :
  • Choisir un matériel compatible ;
  • Installer et initialiser une smartcard ou un token ;
  • Générer des clés RSA et certificats X.509 sur la carte ;
  • Ouvrir une session en utilisant PAM ;
  • S'authentifier sous OpenSSH ;
  • Créer des VPNs : StrongSwan, etc.

Par ailleurs, GOOZE supporte les efforts des développeurs libres en offrant une carte de développement à 50 centimes d'euros, à condition qu'un descriptif du projet soit fourni. De nombreux développeurs libres ont répondu à l'appel et environ cinq cartes restent disponibles.

Parmi les projets ayant répondu à l'appel : OpenSC, Seahorse, OpenSSH, StrongSwan, etc.

NdM : la licence FEITIAN n'est pas une licence libre.

latrace, le traceur qui instrumente le chargeur dynamique

Posté par . Modéré par Nÿco.
Tags :
20
17
juin
2010
Linux
Le chargeur dynamique ld.so projette en mémoire les bibliothèques partagées référencées par un binaire. Pour ceux qui ont déjà décroché, lancez un terminal, et
ldd /bin/bash
listera les bibliothèques dont bash dépend.

Quel est l'intérêt de pouvoir instrumenter les opérations du chargeur dynamique me direz-vous ? Cela permet - entre autres - de tracer l'appel et le retour de fonctions appartenant aux bibliothèques partagées. La signature des fonctions permet de détailler le nombre et le type des arguments ainsi que le type de la valeur de retour. Les amateurs de ltrace apprécieront la similitude.

La différence entre les deux outils provient du fait que latrace utilise une interface inexploitée du chargeur dynamique nommée rtld-audit, disponible sur les libc dont la version est supérieure ou égale à 2.4. Cette dernière est inspirée par l'interface d'audit de Solaris. Là où ltrace échoue à tracer des applications multithreadées, latrace s'en sort haut la main.

La dernière version de latrace, la 0.5.9, date de mai 2010. Latrace est sous licence GPLv3. Si vous vous retrouvez un jour bloqué par ltrace, pensez à latrace !

Toutou Linux – Fat Version

Posté par . Modéré par baud123.
Tags :
13
14
juin
2010
Linux
Toutou Linux est une version francisée de Puppy Linux, une distribution Linux sous forme de live-cd, particulièrement adaptée aux ordinateurs peu puissants et autres « ordinosaures », mais pouvant fonctionner sur une machine moderne, pour les amateurs de systèmes légers.

L'équipe de Toutou Linux vient de sortir une version « engraissée » de sa version standard.
Elle peut toujours fonctionner sur les « ordinosaures » mais se révèle plus complète, convaincante et très véloce sur des machines relativement récentes (mémoire vive minimale recommandée : 700 Mo).

Toutou Linux 4.31 – Fat Version, en plus des applications de la version standard, embarque les applications (en français) suivantes :

  • Audacity – enregistreur et éditeur audio ;

  • Exact Audio Copy – outil pour ripper les CD et les convertir en Vorbis, MP3, FLAC, etc. ;

  • Inkscape – logiciel open source de dessin vectoriel ;

  • NoteCase – outliner, traitement de texte structuré et hiérarchisé ;

  • Open Office Suite – la meilleure alternative à Microsoft Office ;

  • Pburn – logiciel de copie et gravure de CD / DVD / Blu-ray, etc. ;

  • Peazip – logiciel open source de compression de données ;

  • aMSN – client graphique de messagerie instantanée, clone de MSN Messenger ;

  • Pidgin – client graphique modulaire de messagerie instantanée, compatible avec AIM, MSN, Yahoo!, XMPP, ICQ, IRC, SILC, SIP/SIMPLE, Novell GroupWise, Lotus Sametime, Bonjour, Zephyr, MySpaceIm, Gadu-Gadu et QQ ;

  • Pwidgets – barres de « trucs » et « gadgets » sur les côtés du bureau ;

  • Rox – explorateur et gestionnaire de fichiers simple et pratique ;

  • Seamonkey Suite – suite d’applications destinées à Internet ;

  • Scribus – publication assistée par ordinateur ;

  • The Gimp – logiciel de création graphique et de retouche photo très puissant ;

  • VLC Media player – lecteur multimédia léger et puissant ;

  • Vuze – logiciel de P2P conçu pour le protocole BitTorrent ;

  • wxMusik – jukebox open source très léger et en français ;

  • Wine – permet de faire fonctionner certaines applications Windows sous Linux.

Sortie de Pardus 2009.2 (Geronticus eremita)

Posté par (page perso) . Modéré par baud123.
17
13
juin
2010
Linux
Pardus Linux, la distribution produite et financée par la Turquie, est parue en version 2009.2 sous le nom de Geronticus eremita (ibis chauve), une espèce en voie de disparition.
Au menu : des mises à jour, des améliorations et des corrections de bugs.

Pardus 2009.2 se base sur KDE 4.4.4, Python 2.6.5 et Qt 4.6.2, incluant tous les codecs multimédias, Flash, Java, DVD ainsi que les pilotes propriétaires Nvidia et ATI de manière à être immédiatement opérationnelle pour l'utilisateur de base, qui représente sa cible privilégiée.
Tous les développements du projet Pardus sont placés sous licence GPL.

Linux : Solutions de Haute Disponibilité

Posté par (page perso) . Modéré par Nÿco.
Tags :
19
9
juin
2010
Linux
Couverture du livre
Sébastien Rohaut, auteur de livres sur Linux et/ou la programmation sévissant aussi sur LinuxFr.org, a sorti récemment un livre consacré à la haute dispo sous Linux : « Linux, Solutions Haute Disponibilité ». Éminemment technique et destiné principalement aux ingénieurs et techniciens qui connaissent déjà bien Linux, vous ne trouverez rien dans ce livre concernant spécifiquement les politiques d'entreprises et les normes sur le sujet (ISO, ITIL PRA etc.). Le livre aborde les sujets suivants :
  • Les données avec leurs problématiques
    • de stockage et de garantie de l'accès à ces dernières (perte d'une connexion, performance etc.). Vous découvrirez les SAN, le multipathing et les possibilités d'iSCSI sous Linux.
    • l'organisation et la souplesse que procure LVM (et plus particulièrement les possibilités de mirroring, striping et de snapshot)
  • Le réseau en allant plus loin dans la configuration avec iproute2, en mettant en place du regroupement d'interfaces (bonding) et en créant des tunnels entre hôtes et réseaux
  • L'équilibrage de charges avec
    • LVS (Linux Virtual Server) et les différents moyens de le mettre en œuvre. Son compagnon, keepalived fait lui aussi l'objet d'un chapitre à part entière.
    • Piranha, solution alternative disponible plus spécifiquement sur RHEL et dérivées (CentOS, Fedora, etc.), s'appuyant aussi sur LVS.
  • La virtualisation des serveurs basée sur KVM.
  • Le clustering (ou grappes de serveurs) pour la gestion de la bascule des services avec le couple OpenAIS/Pacemaker.

Est-il besoin de préciser que toutes les solutions proposées et préconisées dans le livre sont à base de logiciels libres ? D'ailleurs, à ce sujet, l'auteur vient de dévoiler l'outil MakeAlive, diffusé librement sous licence GPLv2. Il s'agit d'un logiciel de gestion de LVS et de haute dispo avec Keepalived. Il permet de gérer des groupes de répartiteurs de charge, d’en modifier la configuration et de surveiller leur fonctionnement. Une dépêche devrait le présenter sous peu.

Le livre est agrémenté de nombreux exemples pratiques, d'exemples de scripts, de configuration etc. Attention, ce n'est pas non plus un cookbook avec des recettes toutes prêtes, mais plutôt une sérieuse introduction à toutes ces technologies car chaque sujet abordé pourrait mériter certainement son propre livre. Cependant, il vous donnera un bon aperçu d'ensemble et de solides points de départ sur la manière de tout combiner pour arriver à mettre en œuvre une architecture haute dispo sous Linux. Au chapitre de la mise en forme, on pourra regretter que les espaces pour les indentations sur les bouts de code présentés prennent 8 espaces, ce qui rend le source parfois peu lisible sur un livre de ce format. Il aurait été judicieux de les réduire à 4 voire à 3 espaces.

À l'occasion de la sortie du livre, son auteur et l'éditeur vous proposent d'en gagner deux exemplaires. Tous les détails dans une dépêche à venir.

Cloonix : soyez administrateur réseau sans mot de passe root

Posté par (page perso) . Modéré par baud123.
Tags :
16
30
mai
2010
Linux
Vous êtes en froid avec l'administrateur de votre machine (Linux) et vous avez des manipulations réseau à valider ? La solution est Cloonix, qui sort en version 6.7 !

Cloonix est un ensemble de logiciels en C (sous licence GPL v3) qui prennent en charge la gestion de vos machines virtuelles ainsi que d'un réseau virtuel sous-jacent totalement configurable à chaud.

Les atouts de Cloonix sont les suivants :
  • Interaction graphique avec représentation « WYSIWYG » de la topologie ;

  • Isolation complète de votre réseau du réel (on n'a pas le mot de passe) ;

  • Accès Internet pour toutes les machines virtuelles sur un hôte connecté ;

  • Connexion inter-Cloonix pour étendre votre réseau sur plusieurs machines ;

  • Ensemble fourni avec les dernières OpenWrt, Debian et Ubuntu ;

  • Authentification de toutes les commandes passées au réseau virtuel ;

  • Authentification et chiffrement des flux de trafic sortant et entrant dans le réseau virtuel.

Sortie de Zenwalk 6.4

Posté par . Modéré par tuiu pol.
Tags :
9
27
mai
2010
Linux
Semaine riche pour les distributions : après Fedora 13 et Slackware 13.1, voici la mise à disposition de Zenwalk 6.4, une parente éloignée de la sus-citée Slackware. C'est une distribution agréable à utiliser et avec une bonne réactivité même sur du matériel un peu ancien. Plutôt orientée « bleeding edge », Zenwalk est moderne et répond aux besoins les plus courants.

Cette nouvelle mouture intègre entre autres :
  • La dernière version du bureau Xfce, 4.6.2 ;
  • Linux 2.6.33.4 ;
  • X.org 7.5 ;
  • OpenOffice 3.2.0 ;
  • Une internationalisation améliorée ;
  • Le framework multimedia Gstreamer 0.10.28.
Et plein d'autres choses que vous trouverez en visitant le site officiel.

OSSIF (Open Source Software Industry Forum) demain à Toulouse

Posté par . Modéré par patrick_g.
Tags :
5
17
mai
2010
Linux
Info de dernière minute : demain mardi 18 mai, l'OSSIF (Open Source Software Industry Forum) se tient à Toulouse. Pour tous ceux qui s'intéressent aux problématiques de l'utilisation des Logiciels Libres dans le monde industriel, l'OSSIF est le lieu où il faut être !

Après une première édition remarquée en particulier pour avoir rassemblé industriels et experts l'an passé, la deuxième mouture de l'OSSIF se veut encore plus pointue. Comme l'an passé cet événement est gratuit, et cette année encore traitera de sujets dont on entend trop peu parler mais pourtant bien réels. Comment des industriels fabriquent des satellites équipés d'un noyau Open Source certifié ? Pourquoi des ingénieurs ont fait le choix de développer un drone en Open Source (hardware et logiciel libre !) ? Jusqu'à quel point les élus de la région toulousaine, ainsi que le pôle Aérospace Valley, soutiennent le développement d'un savoir faire Open Source ?

Organisé en partenariat par la FniLL, la région Midi-Pyrénées et la ville de Toulouse, et avec le soutien de l'État, plusieurs industriels et membres de l'écosystème Open Source ont répondu présent (Airbus, Alcatel, Blackduck, EADS, Linagora, etc.) pour évoquer ces problématiques, assistés de nombreux experts du sujet (économistes, juristes, ...).

Bibliothèque d'entrées/sorties météorologiques

Posté par (page perso) . Modéré par Xavier Teyssier.
Tags :
17
7
mai
2010
Linux
Nous sommes heureux d'annoncer aujourd'hui la disponibilité de la première version stable publique de MeteoIO.

MeteoIO est une bibliothèque C++ sous licence LGPL v3 destinée à la gestion des entrées/sorties météorologiques ainsi que leur préprocessing dans le cadre des modèles numériques faisant usage de telles données. Cette bibliothèque à été conçue afin de libérer le développeur de modèles numériques de la gestion des entrées/sorties en lui offrant une bibliothèque robuste, stable, facile à utiliser et intégrée.

Conférence Parinux - Le langage de programmation GO

Posté par . Modéré par tuiu pol.
11
7
mai
2010
Linux
Le langage de programmation Go, annoncé au mois de novembre 2009 par Google, a suscité beaucoup d'intérêt en raison de la personnalité de ses créateurs et de l'entreprise qui les abrite. Mais était-il vraiment nécessaire de créer un énième langage de programmation ?

Qu'est-ce-que celui-ci a de particulier et d'intéressant ? Cet exposé présentera le langage, les domaines où il a le plus de chance d'apporter quelque chose, son utilisation pour un projet de faible taille, et ses limites actuelles. L'auteur, Stephane Bortzmeyer, aime tous les langages de programmations et programme en Go depuis novembre 2009 :-). Il est l'auteur de Grong.

La conférence se déroulera à l'Espace Loisirs et Multimédia, au 105 avenue de La Bourdonnais, dans le 7e arrondissement de Paris (Métro École Militaire), le mardi 11 mai 2010 de 19h15 à 20h45. L'entrée est libre, dans la limite des (20) places disponibles. L'inscription préalable (voir le second lien ci-dessous) est fortement recommandé.