Vision2Pixels: un moteur de critique photographique libre

Posté par (page perso) . Modéré par Bruno Michel.
Tags :
19
28
sept.
2008
Internet
Beaucoup de photographes francophones se retrouvaient autour d'un site pour échanger des critiques sur leurs photographies. C'était un bon moyen de progresser. Ce site SansPretention a tiré sa révérence il y a quelques temps maintenant. Étant bâti autour de code 100% propriétaire, il ne restait rien (photographies, commentaires et code de l'application étaient perdus).

Deux anciens participants ont alors décidé de créer un moteur libre orienté pour la critique photographique. Le moteur Vision2Pixels est alors né. Il est développé en Ada 2005 avec GNAT GPL et utilise le serveur Web AWS ainsi qu'ImageMagick pour le traitement des images (avec le binding g2f pour Ada).

Une réalisation de ce moteur est disponible, voir le site v2p.

Parinux conférence : la netiquette : communication courtoise en ligne

Posté par . Modéré par Bruno Michel.
Tags :
5
25
sept.
2008
Internet
Comment se parle-t-on sur le net ? Il y existe des façons courtoises de s'exprimer, des manières élusives, des paroles courroucées… et l'on est parfois surpris par des réponses cinglantes à des questions naïves provenant de débutants plus ou moins au fait des usages sur Internet.

Découvrons ensemble les règles de conduite et de politesse à adopter par le biais des moyens de communication mis à disposition sur Internet. Le document officiel définissant les règles de la nétiquette est la RFC 1855.

Véronique Lefiot-Fritière nous parlera de ces usages polis lors d'une conférence organisée par PARINUX, LUG (Groupe d'utilisateurs Linux et logiciels libres) de Paris . Véronique Lefiot, membre actif d'associations promouvant l'Open Source, les logiciels libres et la distribution Kaella. Ex-Présidente et toujours membre du LUG Linux Azur, elle est aussi membre de la FNILL, de l'AFUL, de l'APRIL et du LUG Parinux.

Ekiga 3.00 disponible !

Posté par (page perso) . Modéré par Florent Zara.
39
24
sept.
2008
Internet
Après pas loin de 3 années de développement, la version 3.00 d'Ekiga, aussi nommée « Schéhérazade » est disponible.

Pour rappel, Ekiga est un client libre de voix et vidéo sur IP, qui respecte les standards du marché. Cette nouvelle mouture apporte son lot de nouvelles fonctionnalités. Citons par exemple :
  • La gestion des normes vidéo Theora, H.263+, H.264, MPEG-4 avec, soulignons-le, car c'est exceptionnel, y compris dans le monde professionnel, une négociation complète des possibilités des codecs et de leurs paramètres entre les deux appelants ;
  • Un support vidéo accéléré ;
  • Une nouvelle interface graphique, centrée sur le contact, avec indication de présence de ses contacts ;
  • La possibilité de surveiller les lignes (occupé / libre) de ses collègues avec les centraux téléphoniques IP ;
  • La prise en charge du branchement à chaud des périphériques et cartes réseau ;
  • Et le fameux « Ekiga Engine » réutilisable dans tous les projets VoIP.
De nombreuses autres fonctionnalités ont été ajoutées. Ekiga constitue ainsi le client VoIP le plus complet sur plate-forme libre.

Entretien avec La Quadrature du Net

Posté par (page perso) . Modéré par Nÿco.
Tags :
24
22
sept.
2008
Internet
Dans le cadre des entretiens de LinuxFr.org, nous avons contacté La Quadrature du net pour un entretien. Jérémie Zimmermann a eu la gentillesse de répondre aux dix questions que nous avions sélectionnées parmi les propositions des lecteurs de LinuxFr.org.

Vous pouvez lire cet entretien dans la seconde partie de cette dépêche. Il est placé sous triple licence : GNU Free Documentation License (sans section invariante), Art Libre et Creative Commons By-Sa.

La Quadrature du Net se définit comme « un collectif de citoyens qui informe sur des projets législatifs menaçant les libertés individuelles, les droits fondamentaux et le développement économique et social à l'ère du numérique ». Elle « sensibilise les citoyens, les pouvoirs publics, les associations, les entreprises. Elle travaille sans exclusive à l'élaboration de solutions alternatives équilibrées » et « est soutenue par des organisations non gouvernementales françaises, européennes et internationales, dont l'Electronic Frontier Foundation, l'Open Society Institute et Privacy International. »

Elgg, le réseau social opensource atteint la version 1.0

Posté par . Modéré par Bruno Michel.
9
19
sept.
2008
Internet
Elgg est un moteur libre (GPL) pour sites « sociaux ». Installable en quelques minutes, remarquablement extensible, il permet de proposer au sein de votre structure (à prendre au sens large : école, entreprise, groupe d'amis, association, collectivité territoriale...) des fonctionnalités de partage et de mise en relation.

Disponible sous licence GPL, cette nouvelle version (1.0, sortie au mois d'août) est une réécriture complète visant plus ou moins explicitement à transformer Elgg en un véritable « framework » dédié au web social. Toutefois, et contrairement à certains concurrents, l'outil reste utilisable « tel quel », sans développement supplémentaire.

Le parlement européen continue d'ignorer les citoyens

Posté par (page perso) . Modéré par Nÿco.
Tags : aucun
18
17
sept.
2008
Internet
Le 23 septembre, le Parlement européen votera sur le « Paquet Télécom ». Actuellement, des amendements de compromis sont déposés par les principaux groupes politique du Parlement. Malgré les propositions du Contrôleur européen de la protection des données, ceux-ci ne protègent que les communications privées et n'interdisent pas le balayage des réseaux publics d'échange.

Cette collecte d'adresses IP, qui restent pour l'instant des informations à caractère personnel, ne sera plus sous le contrôle d'une autorité judiciaire, mais pourra être menée directement par des « polices privées ».

Il existe encore un certain nombre d'arbitrages qui n'ont pas été rendus, en particulier ceux de la commission parlementaire dont Catherine Trautmann est rapporteuse. Il est encore temps de contacter les députés européens, pour les alerter sur les dangers que représentent ces amendements et les modifications apportés au « Paquet Télécom ».

NdM : vous pouvez aussi poser vos questions à La Quadrature du Net via la proposition d'entretien en cours.

Yet Another Nopaste! 1.2.0 est sorti

Posté par (page perso) . Modéré par Sylvain Rampacek.
Tags :
3
15
sept.
2008
Internet
Yet Another Nopaste 1.2.0 est sorti. Yet Another Nopaste! est (encore) un site PHP permettant facilement d'échanger bouts de code, logs et autre traces. Il suffit de copier/coller du contenu texte sur le site, et récupérer l'URL pour partager ce contenu, lequel sera mis en valeur en fonction du langage de programmation sélectionné (utilisation de GeSHi).

C'est très utile, notamment lors de discussions sur IRC, quand il s'agit de partager des lignes de codes sans risquer le Flood_(Internet) du serveur.

Comme son nom le laisse penser, il existe de nombreux prédécesseurs pour remplir ces fonctions, comme pastebin qui est sans doute le plus connu, mais encore nopaste ou gnopaste.

Publication de Anwiki 0.1.0 alpha 1

Posté par . Modéré par Benoît Sibaud.
4
14
sept.
2008
Internet
Après un an de développement par notre camarade anw, voici enfin la sortie de la première version de Anwiki (sous licence GNU GPL 3).

Anwiki est un projet destiné à gérer simplement les contenus multilingues. Il s'agit donc d'un wiki mais concentré sur les processus d'internationalisation et de traduction : traduction directement dans les pages du wiki, édition et internationalisation de code PHP, définition de contenus multilingues fortement structurés, architecture de composants modulaires.

Techniquement le programme est codé en PHP5/MySql ; il repose principalement sur un algorithme permettant de détecter les différences entre deux versions d'un document XML, et d'adapter les modifications aux traductions existantes, permettant ainsi de mettre à jour chaque bloc modifié.

Le projet est encore en version expérimentale, mais le développeur assure que le projet est assez mature pour que les fonctions de localisations soient testées par tout un chacun, afin d'effectuer des retours. Anwiki recherche également un designer, afin d'améliorer les modèles PHP, qui ne sont que très basiques et non conformes aux standards pour le moment.

Chrome, le futur navigateur de Google

Posté par (page perso) . Modéré par Nÿco.
Tags :
40
2
sept.
2008
Internet
Le buzz du 1er septembre 2008 : le navigateur de Google, anciennement sous le nom de code supposé GBrowser, a été officiellement annoncé et baptisé Google Chrome.

Une BD de 38 pages par Scott MacCloud explique (presque) tout sur les raisons, les concepts. La BD met en scène les développeurs du navigateur en question qui nous présentent le navigateur en image. Cette BD, sous licence CC by-nc-nd a été envoyée par courriel à quelques élus pour répandre la nouvelle. Alors en quoi consiste précisément Google Chrome ?
  • sous licence libre — probablement la licence Apache 2 (pourra être intégré dans des projets propriétaires sans retour).
  • le moteur de rendu utilisé est WebKit (licence LGPL), lui-même basé sur KHTML. Le navigateur d'Android, la plateforme pour téléphones mobiles de Google, utilise déjà WebKit.
  • inclus aussi Google Gears, un greffon d'ores-et-déjà existant pour différents navigateurs (y compris Firefox-linux-32) qui permet d'utiliser des applications Web en mode déconnecté.
  • une nouvelle machine virtuelle JavaScript écrite entièrement par Google, prétendument la plus performante (?) et que Google espère voir utilisée par les autres navigateurs.
  • d'une IHM mise-à-jour.
D'un point de vue architectural, tous les onglets tourneront dans des processus différents dans des zones isolées (« sandbox ») et Google désire faire une spécification pour les créateurs de greffons, pour que ces derniers soient isolés aussi (« jail »).

NdM : « Il ne sera disponible dans un premier temps que sur le système d'exploitation de Microsoft, Windows, mais Google a indiqué "travailler dur pour concevoir des versions Mac et Linux également". » (source AFP). Voir aussi « À propos de Google Chrome et du reste sur le blog de Tristan Nitot de Mozilla Europe.

NdM 2 : Merci à smc pour son journal initial et très complet qui a permis cette dépêche.

NdM 3 : l'annonce, « A fresh take on the browser », sur le blog officiel de Google, et la BD officielle.

Vorbis sur RTP

Posté par (page perso) . Modéré par Nÿco.
22
2
sept.
2008
Internet
Ça y est, c'est enfin fait ! Qui ne connaît pas Vorbis, le codec audio libre développé par la fondation Xiph ? Personne parmi les lecteurs de linuxfr.org je suppose.

RTP (pour Realtime Transport Protocol alias Protocole de Transport Temps-réel) est un protocole chargé, comme son nom l'indique, de transporter les flux temps-réels sur les réseaux IP, cela concerne bien entendu le son et la vidéo. RTP est de nos jours un standard de la VoIP (video/voix sur IP) et dans ce contexte d'explosion du streaming de média, de convergence des réseaux télécoms et des réseaux informatiques, c'est un protocole qu'il convient de connaître un minimum.

RTP nécessite cependant, pour transporter efficacement chaque codec et fournir une qualité de service optimum, un profil définissant pour chaque codec comment structurer les données transmises. Cela fait plus de deux ans que nos amis de chez Xiph développent ce profil pour le codec Vorbis, et ce dernier vient de passer durant ces vacances du statut de brouillon (draft) à celui de RFC. C'est donc une excellente nouvelle pour ce codec libre d'être « bénis par l'IETF ». Gageons que cela l'aidera à conquérir encore un peu plus de terrain.

Microblogging enfin libre, ouvert et décentralisé avec Laconi.ca et les spécifications OpenMicroBlogging

Posté par (page perso) . Modéré par Nÿco.
Tags :
0
12
juil.
2008
Internet
En vogue dans le cyberespace web 2.0/social, le microblogging se situe à mi-chemin entre le blog et la messagerie instantanée : les messages sont plus courts qu'un blog, souvent limités à 140 caractères, textuels uniquement (quoiqu'on voit de plus en plus de microblogging multimédia photo/vidéo) et d'un autre côté les fils de discussion sont plus persistants qu'un chat de groupe (MUC = Multi-User Chat), moins dynamiques, mais plus tranquilles, laissant le temps de répondre, en fonction de la disponibilité des personnes.

Le microbloggueur peut s'abonner aux fils de ses contacts et ainsi recevoir ces messages textuels, voire y répondre, créant ainsi des fils de discussions archivés, se situant toujours entre les commentaires d'un blog et les discussions des MUC Ces fils peuvent durer quelques minutes à quelques heures.

L'interface est souvent web, sous forme de joli formulaire (souvent AJAX) dans le navigateur. Il existe d'autres interfaces du type messagerie instantanée via un bot (robot) ou par SMS. Enfin, il est possible de poster via une application cliente lourde (logiciel spécifique installé sur l'ordinateur) ou encore via une application composite (mashup) sur un autre site web (toujours un formulaire dans le navigateur).

Le microblogging répond donc à un besoin intermédiaire entre la messagerie instantanée et le blog et/ou le forum. Ce type de socialisation et de conversation a été rendu populaire des derniers mois par des sites tels que Twitter ou Jaiku, et dans une moindre mesure Pownce.

Le problème évident se situe dans le fait que ces fournisseurs de service sont des îlots (« walled garden » en anglais), comme la plupart des réseaux sociaux ou les services propriétaires de messagerie instantanée ils sont fermés et non-interopérables. On se retrouve donc une nouvelle fois dans un monde propriétaire, aux API et protocoles privateurs, et aux effets réseaux dévastateurs, emprisonnant localement des milliers voire millions de personnes, fragmentant et balkanisant ainsi l'internet.

Laconica est un logiciel de microblogging :
  • libre, sous licence AGPL, la Affero General Public License, qui est une licence GPL dédiée aux sites et applications web ;
  • ouvert, grâce aux spécifications OpenMicroBlogging, permettant d'autres implémentations similaires ;
  • utilisant deux interfaces standard que sont le web et XMPP ;
  • proposant un flux RSS par utilisateur ;
  • offrant l'authentification OpenID ;
  • exposant les relations FOAF (Friend of a friend), format RDF décrivant les relations de l'utilisateur ;
  • encourageant à poster sous licence libre Creative Commons Attribution 3.0 ;
  • décentralisé, ainsi quiconque peut déployer un Laconica localement, dans son entreprise, administration ou association et se fédérer sur Internet (ou décider de rester fermé), évitant ainsi le cloisonnement des îlots, et permettant aux utilisateurs de suivre et participer aux conversations de contacts sur d'autres serveurs (comme l'e-mail et Jabber/XMPP) en toute autonomie.

Camp IPv6 Rennes 2008

Posté par (page perso) . Modéré par Mouns.
Tags :
0
27
juin
2008
Internet
L'association G6 organise le premier "camp" IPv6, hébergé sur le campus de Rennes de TELECOM Bretagne.

Il rassemblera, du 30 juin au 4 juillet, de nombreux scientifiques et industriels qui viendront discuter des modalités de déploiement du nouveau protocole.

Le principe du camp est de l'ouvrir le plus largement possible aux personnes intéressées par le protocole. En plus des aspects techniques, ils aborderont en particulier les évolutions de l’architecture et de son influence sur les applications.

La réunion permettra également de diffuser largement les concepts fondamentaux d'IPv6 par des tutoriaux et des démonstrations.

Tux se balade - Bilan sur la LCEN - Wikiwix s'améliore

Posté par (page perso) . Modéré par Mouns.
0
26
juin
2008
Internet
Wikiwix.com est l'un des premiers meta-moteurs de recherche sur les contenus de la Fondation Wikipédia. Il propose une visualisation au format frise des articles de Wikipedia à l'aide de : http://simile.mit.edu/timeline Ce n'est qu'une étape de plus dans l'intégration des produits open-source au sein du moteur de recherche après openlayers qui sert dans l'onglet Atlas. Wikiwix va continuer à travailler sur le contenu des différents projets afin de proposer des frises comparatives. Cela permet déjà de visualiser les wikinews et les événements / anniversaires de naissances ou décès selon l'axe du temps.

Concernant la LCEN, le ministère de l’économie, de l’industrie et de l’emploi ouvre une consultation publique sur le bilan de la loi pour la confiance dans l’économie numérique et ses perspectives. Peut-être l'occasion de faire du bruit pour inciter le législateur à revoir cette loi...

Move your Tux, le forum Ubuntu-fr a lancé une idée originale : Faire voyager autour du monde un Tux par un relais d'utilisateurs du système Linux pour enfin atterrir chez M. Linus Torvalds. Un site web est consacré à ce projet : http://move-your-tux.fr.nf Par ailleurs, un projet similaire est en préparation pour envoyer un GNU en peluche à M. Richard Stallman.

Merci à Nizar Kerkeni, e-dillensege -at- xmail.net et pm27 pour leurs propositions de dépêches

Sortie d'aMule 2.2.1

Posté par . Modéré par Bruno Michel.
Tags :
0
26
juin
2008
Internet
aMule est un client des réseaux pair à pair Kad/Overnet/eDonkey qui a la particularité d'être basé sur wxWidgets, donc multi plateformes (Unix, Mac et Windows), et d'avoir une architecture client/serveur lui permettant de tourner en temps que service d'arrière plan tout en ayant une interface utilisateur native du système ou bien une interface web, localement ou à distance.

Après un essoufflement dans le développement et deux ans de labeur depuis la version 2.1.3, la version 2.2.1 est finalement et officiellement sortie. Pour ceux qui se demandent ou est la 2.2.0, et bien vous n'êtes pas seul, tout le monde se le demande, et si jamais vous l'avez vue passer, faites signe à l'équipe de maintenance du projet.

Nous n'avons pas à faire à des travaux de fond qui ont été effectué lors de la migration complète vers wxWidgets il y a déjà quelques années, mais plutôt a une grosse version de maintenance, avec de nombreuses corrections de bugs, ajustement de fonctionnalités et compatibilité avec les protocoles.

Pour le plus important, on notera la gestion de Kad2, l'obscurcissement de protocole et l'UPnP.

Cachez ce lien que je ne saurais voir (4 ans plus tard)

Posté par (page perso) . Modéré par Nÿco.
Tags :
0
12
juin
2008
Internet
Il y a 4 ans, j'avais écrit « Le fondement d'Internet, l'hyperlien, est-il menacé ? ». Quelques juristes trop zélés avaient décidé que les liens hypertextes devaient passer sous leur contrôle, notamment ceux vers les sites des Jeux Olympiques, d'un groupe de télévision publique ou d'une société de transports intercommunaux. Et il convient de se souvenir qu'encore 4 ans plus tôt, en 2000, British Telecom avait poursuivi le fournisseur d'accès Prodigy avec son prétendu brevet américain n°4,873,662 sur les hyperliens, avant d'être débouté.

Naturellement, en 8 ans, le web s'est largement généralisé, banalisé, et des sites reposant largement sur les hyperliens comme Wikipédia comptent parmi les plus visités au niveau mondial. Il serait logique que tous les professionnels du web aient découvert l'intérêt des liens, pour être référencés par les moteurs de recherche, cités par leurs utilisateurs augmentant ainsi leur classement dans les algorithmes type Google PageRank, etc.

Éh bien non... La liste des sites exigeant un accord préalable pour accéder à leur site (!), la possibilité de faire retirer tout lien y compris préalablement autorisé, voire menaçant d'un hypothétique délit de contrefaçon en cas de lien s'allonge... On y trouve aussi bien des petits sites que des gros sites, des entreprises ou des associations que des services publics ou des administrations (voir la liste dans la suite de l'article).

Vers un filtrage de masse du web français

Posté par (page perso) . Modéré par Florent Zara.
Tags :
0
10
juin
2008
Internet
Profitant de la tenue des assises du numérique, le gouvernement a décidé de réunir les FAI le 10 juin pour leur demander de signer une « charte de confiance en ligne ». Le but avoué est de développer « la civilité et la sécurité de l'Internet », notamment en imposant aux fournisseurs d'accès un filtrage actif du réseau et une démarche proactive.

Derrière quelques points de bon sens faisant consensus et de toute façon déjà développés par les FAI (aider les utilisateurs à lutter contre le spam et le phishing), c'est un aspect bien plus inquiétant qui se dessine. Non satisfait de vouloir contraindre les FAI à un rôle de gendarme, ce texte cherche à faciliter le contrôle du législateur et des ayants-droits sur le contenu en ligne en court-circuitant le pouvoir judiciaire.

Netvibes libère sa technologie UWA

Posté par . Modéré par Nÿco.
0
9
juin
2008
Internet
Netvibes annonce l'ouverture du site www.netvibes.org qui a pour but de fédérer les discussions sur la standardisation ou au moins l'interopérabilité de sa technologie de widget UWA (Universal Widget API). Cette technologie déjà compatible avec la plupart des acteurs du secteur des pages d'accueil personnalisables est donc maintenant accessible à tous sous licence LGPL 3.

La libération de code concerne trois parties de la technologie :
  • Le UWA Javascript Runtime : des bibliothèques javascript permettant d'exécuter les widgets UWA ;
  • Les bibliothèques PHP Exposition : permet notamment d'analyser et compiler les widgets UWA ;
  • Le serveur de widget Exposition : permet de servir des widgets à des utilisateurs finaux, notamment sous forme d'iframe.

Netvibes précise toutefois qu'il n'a jamais été question "d'ouvrir le code de Netvibes, la page personnalisable en elle-même".

Annonce du 27 mai : « Nous avons construit un ensemble de nouveaux projets intéressants, que nous nous apprêtons à dévoiler d’un bloc lors du prochain Netvibes Meetup, organisé à Paris ce vendredi. Nous y présenterons de nouveaux services et technologies, ainsi que nos premiers composants diffusés en Open Source. »

« netvibes.org est le site web de netvibes dédié aux projets en logiciel libre. (...) La plate-forme netvibes est publiée sous licence GNU LGPL, ce qui vous donne la possibilité de l'utiliser et de la modifier dans n'importe quelle circonstance. » (traduction de netvibes.org)

DMOZ a 10 ans

Posté par (page perso) . Modéré par Mouns.
0
8
juin
2008
Internet

En juin 1998, deux ingénieurs de Sun lançaient GnuHoo, un répertoire du web élaboré en mode collaboratif. Le projet suscita rapidement la controverse à cause de son nom rappelant celui du projet GNU et de l'absence de licence libre. Il fut renommé en NewHoo et c'est ensuite Yahoo! qui exprima son mécontentement. Quelques mois plus tard, Netscape rachète le projet et l'héberge sur les serveurs de Mozilla : http://directory.mozilla.org. L'Open Directory Project est ensuite surnommé D(irectory)MOZ(illa) et devient accessible via l'url http://www.dmoz.org.

Dès 2000, DMOZ dispose de plus de références que Yahoo! mais ce dernier est devenu bien plus qu'un simple répertoire. Les portails incluant un répertoire et d'autres services ont le vent en poupe pendant que Google prend doucement de l'ampleur.

L'année suivante, DMOZ annonce son contrat social inspiré par celui de Debian et une licence Open Directory indiquant les conditions de réutilisation des données (cette licence est considérée comme non-libre par la FSF). Google va aussitôt intégrer le répertoire - et continue toujours de le proposer dans ses services.

Une décennie s'est donc écoulée. Le projet est formellement une réussite puisqu'il est rapidement devenu le plus grand répertoire de site web (4,5 millions de sites web classés dans 500 000 catégories ) et continue de fonctionner en mode collaboratif (80 000 éditeurs). Cependant, DMOZ est bien moins populaire que Wikipédia, et comme l'a souligné un des fondateurs "aujourd'hui tout le monde utilise Google n'est-ce pas ?". Mais qui n'a pas déjà été agacé par les résultats des moteurs de recherche, encombrés de liens commerciaux ou de fausses références chargées en mots clés judicieusement choisis ? Un annuaire humain, c'est plus malin...

Lancement des assises du numérique

Posté par . Modéré par Christophe Guilloux.
Tags :
0
3
juin
2008
Internet
Le Président de la République et le Premier Ministre ont demandé à Éric Besson (secrétaire d'État chargé de la Prospective, de l'Évaluation des politiques publiques et du Développement de l'économie numérique) de présenter avant le 31 juillet 2008 un plan de développement de l'économie numérique.

Dans ce cadre a été organisée le 29 mai 2008 à Paris Dauphine une journée de lancement des Assises du numérique qui se poursuivront dans les prochaines semaines avec des ateliers.

NdM : la suite de la dépêche détaille les critiques sur l'absence de certains acteurs et la brièveté de ces Assises, et revient sur les tables rondes qui ont parlé logiciels libres et sur les 27 pistes proposées par É. Besson.

La Poule ou l'oeuf : le livre-application

Posté par . Modéré par Mouns.
Tags :
1
27
mai
2008
Internet
L'association 'Les Complexes' est très fière d'annoncer la sortie de son application WEB la "Poule ou l'oeuf".

La "Poule ou l'oeuf" est une application tentant de faire fusionner le web et le livre ; appelé aussi le livre-application. La "Poule" - pour les intimes - gère un ensemble de collections, chacune constituée d'un ensemble de livres.

C'est un outil de conception : rédaction, bibliographie, indexation, mise en forme... Il permet également de consulter l'œuvre, de télécharger une version informatique, ou ebook, et de construire une version prête a être imprimée.
Sa simplicité d’utilisation et ses performances en font un outil convenant à tous les acteurs de la chaîne du livre (auteurs, éditeurs, diffuseurs), amateurs ou professionnels, et à tous les contenus (fiction, technique, académique, documentaire, éducatif, savant, etc.).

S'appuyant sur le XML et LaTeX le livre/site peut avoir différentes formes : en XHTML bien sûr, mais aussi, entre autres, en PDF de grande qualité grâce à LaTeX. Un service WEB associé à la "Poule" permet, pour finaliser son œuvre, de se mettre en contact avec un éditeur (service de web-to-print). Le mieux pour avoir une petite idée c'est d'aller regarder nos vidéos et de tester la version de démo.

Freenet 0.7.0 édition "Darknet" disponible!

Posté par . Modéré par Mouns.
Tags :
0
10
mai
2008
Internet
Le projet Freenet est heureux de vous annoncer la sortie de Freenet 0.7.0 (publié sous licence GPL).

Freenet est un logiciel conçu pour garantir la libre circulation de l'information via Internet sans avoir à craindre la censure ni d'éventuelles représailles. Pour atteindre ce but, Freenet rend très difficile pour un adversaire de déterminer l'identité des personnes utilisant le réseau pour publier ou consulter des informations. Le projet Freenet a commencé en 1999 et Freenet 0.1 était disponible dès mars 2000 tandis que son développement continue à ce jour.

Freenet est unique en son genre. C'est un réseau p2p qui dispose de son propre espace de stockage distribué accessible de manière asynchrone. Cette distribution des données sur l'ensemble du réseau le rend notamment tolérant aux pannes et aux disparitions de noeuds. Contrairement aux réseaux "peer-to-peer", il n'y a pas de notion de "leecher". Une fois publié, le contenu est immuable, dupliqué et déplacé sur le réseau de sorte que le tracer ou le détruire devienne une opération très difficile et coûteuse. Le contenu inséré est maintenu sur le réseau et disponible aussi longtemps que des gens le téléchargent; plus il est populaire plus il sera dupliqué!

Riposte graduée : la résistance s'organise à l'international

Posté par (page perso) . Modéré par Benoît Sibaud.
Tags :
0
28
avr.
2008
Internet
La Quadrature du Net annonce le soutien de 14 organisations non gouvernementales françaises, européennes et internationales. L'April, Big Brother Awards France, Creative Commons France, French Data Network, Globenet, MarsNet, Musique Libre et Qwartz, une association allemande, une danoise, une anglaise, une espagnole mais aussi l'Electronic Frontier Foundation, l'Open Society Institute et Privacy International soutiennent le collectif français.

La nature des soutiens montre l'importance des enjeux qui dépassent largement l'Hexagone. Le collectif craint particulièrement que la France pousse la riposte graduée pendant sa présidence de l'Union Européenne, qui débute le 1er juillet. Il faut dire que l'industrie du disque s'est récemment félicitée dans l'International Herald Tribune que Nicolas Sarkozy soit son meilleur porte-parole à l'international, et que la ministre de la Culture, Christine Albanel insiste pour faire adopter la riposte graduée avant l'été, malgré l'avis défavorable du Parlement européen.

Le collectif a donc écrit au Premier Ministre pour qu'il ne dépose pas le projet de Christine Albanel devant le Parlement Français et fasse en sorte que les Assises du numérique récemment lancées soient réellement utiles. Les fondateurs du collectif appellent toutes les associations et entreprises à les rejoindre. Ils invitent les citoyens à contacter les élus pour qu'ils interpellent le Premier Ministre, et à afficher sur leurs sites les logos, bannières et dessins de la semaine du collectif.

Jyraphe, votre dépôt en ligne de fichier

Posté par . Modéré par Amaury.
0
17
avr.
2008
Internet
La Jyraphe est sorti des steppes dans sa première version publique, la version 0.1.

Jyraphe est une application web de dépôt de fichier, facile à installer et facile à utiliser. Jyraphe est une application complètement libre, distribuée selon les termes de la GNU Affero General Public License, version 3 ou supérieure. Jyraphe est développé selon la philosophie Getting Real, donc possède juste les fonctionnalité nécessaires. La suite de la dépêche vous donnera un aperçu de ces fonctionnalités.

Le but de Jyraphe est de proposer une application web de dépôt de fichier simple que tout le monde puisse installer sur son bout de serveur. Le but est de multiplier les Jyraphe sur l'Internet, à l'inverse de certains sites dont le but est de centraliser le service au maximum, en ajoutant au passage de la publicité qui fait mal aux yeux.

Cette application est un bon remède contre le Minitel 2.0

Un nouveau serveur SMTP est né : Tethys, entièrement écrit en Lua

Posté par (page perso) . Modéré par Bruno Michel.
Tags :
0
10
avr.
2008
Internet
Tethys est un nouveau serveur SMTP développé dans un but de simplicité (loin donc des cauchemars de configurations tels que sendmail) d'extensibilité et de modernisme.

Au programme, un serveur totalement écrit en Lua, extensible par un mécanisme de greffons, qui gère le format maildir++, les utilisateurs virtuels par SQL, une authentification SMTP simple, un fichier de configuration lisible...

Précision importante, Tethys est bien sûr Open Source en licence GPL3. Le premier exemple d'utilisation grand public de Tethys, le site d'emails temporaires MailCatch.com.

Ocsigen 1.0.0 : une nouvelle approche de la programmation Web

Posté par . Modéré par Florent Zara.
Tags :
0
9
avr.
2008
Internet
Ocsigen est un projet de recherche visant à développer de nouvelles techniques de programmation Web. Il a abouti après plus de trois ans de travail à l'implémentation d'un serveur Web complet et extensible, et d'un module pour programmer des sites dynamiques en utilisant des concepts de haut niveau. Parmi les fonctionnalités-clés, notons :
  • la garantie que les pages générées sont en xhtml valide ;
  • le typage des formulaires et des paramètres ;
  • une gestion simplifiée de l'interaction Web à l'aide de concepts dédiés (continuations, etc.).
Ceci est rendu possible par le choix du langage Objective Caml, pour son expressivité et son système de types. Cette version 1 clôt une première phase de développement. Le projet cherche maintenant des contributeurs et développeurs de sites.