Flash d’Adobe à l’agonie

149
1
nov.
2016
Internet

Flash Player et sa technologie sous‐jacente, tous deux développés par la société Adobe, n’en finissent plus d’agoniser. Sommes‐nous en train d’assister aux derniers soubresauts ?

  • Les principaux navigateurs Web réduisent la voilure de l’extension Flash Player, principalement pour des problèmes récurrents de sécurité, de performance et de consommation excessive de batterie. L’introduction d’un blob propriétaire dans les navigateurs est peut‐être aussi une raison pour certains projets, bien que ce point soit rarement mis en avant officiellement.
  • Certaines plates‐formes grand public ne permettent plus l’installation de Flash, parfois depuis des années (Apple iPhone, Microsoft Edge…).
  • L’absence de Flash sur un ordinateur personnel est de moins en moins un problème pour un usage, même intensif, du Web et force est de constater que l’on peut désormais surfer des mois sans Flash sans même s’en rendre compte.
  • Les plates‐formes publicitaires (Google en tête) vont commencer à refuser les publicités Flash.
  • Les clones de Flashplayer et les convertisseurs de Flash vers HTML5 sont abandonnés.

Logo Occupy Flash

Dans la première partie de cette dépêche, nous présenterons Flash et reviendrons plus en détail sur son histoire, son apogée, ses concurrents, puis sa chute vers l’oubli.
La seconde partie nous permettra de détailler les technologies du moment, afin de donner quelques pointeurs aux développeurs et designers Web souhaitant se mettre au goût du jour.

Divulgation prématurée : ladite relève se constitue essentiellement de standards, promus par l’ensemble des acteurs du Web !

Six nouveaux services chez Framasoft (30 au total)

Posté par (page perso) . Édité par Davy Defaud, Benoît Sibaud, ZeroHeure et palm123. Modéré par ZeroHeure. Licence CC by-sa
83
6
oct.
2016
Internet

Framasoft fête le deuxième anniversaire de sa campagne https://degooglisons-internet.org/ qui vise à :

  1. sensibiliser à la problématique de la centralisation d’Internet ;
  2. démontrer au public que des alternatives (libres) existent et sont utilisables ;
  3. essaimer cette démarche pour éviter que l’association ne devienne elle‐même ce qu’elle combat (un point centralisateur).

À l’occasion, l’association vous propose de nouveaux services tout au long de la semaine.
Alternatives à Google Groups (via Sympa), Evernotes (via Turtl), Google Forms (via Drupal), Skype (via Jitsi Meet) ou Google Calendar (via ownCloud/Nextcloud).

La semaine prochaine, ce sera le tour de MyFrama (un service permettant de ne plus perdre ou oublier les adresses URL de ses Framadates, Framapads, Framacartes et autres). Puis, l’annonce officielle du collectif CHATONS (qui correspond à la phase d’essaimage citée plus haut).

La carte Dégooglisons

Détails des nouveaux services dans la suite de la dépêche.

Dégooglisons Internet, saison 2 : ils ne savaient pas que c'était impossible, alors ils l'ont fait !

75
8
oct.
2015
Internet

Framasoft lance la seconde saison de sa campagne « Dégooglisons Internet », annoncée sur le Framablog.

Partie il y a pile un an à l'assaut de la montagne GAFAM en tongs et en shorts, l'équipe de Framasoft semble avoir réussi à tenir son pari de mettre à disposition du public pas moins de 15 services libres en un an. Pas mal. Mais l'objectif de ses membres est d'aller encore au moins deux fois plus loin. Et ils n'y arriveront qu'avec votre aide.

Rakoshare, un outil de synchronisation de dossiers pour tout le monde

Posté par (page perso) . Édité par Nÿco, Yvan Munoz, Xavier Claude, Benoît Sibaud et palm123. Modéré par Xavier Claude.
71
21
juin
2014
Internet

Rakoshare est un logiciel, en Go, sous licence MIT, de synchronisation de dossiers entre plusieurs machines. Il se veut simple d'installation et d'utilisation par le plus grand nombre. Fonctionnellement, il est très largement basé sur Bittorrent Sync, un logiciel équivalent mais non-libre.

NSA - temps de faire le (premier) point

Posté par (page perso) . Édité par Benoît Sibaud, NeoX, palm123, Nÿco et Florent Zara. Modéré par patrick_g. Licence CC by-sa
69
2
août
2014
Internet

Préambule : bonjour tout le monde, j'ai écrit cet article il y quelques jours (NdM: sur son blog, puis republié par Reflets.info), j'en profite pour le partager avec vous. La version originale possède énormément de liens et je ne peux pas tout mettre ici, vous avez le lien vers l'article en question en bas de la page.

En 1988, on commença à parler du programme Echelon ; vient ensuite Frenchelon ; et bien sûr le lanceur d'alerte Edward Snowden. La Quadrature du Net a mis en place le site nsa-observer pour regrouper les infos. Dans la suite de la dépêche, un petit tour d'horizon rapide de ce site.

MPTCP, TCP dans un monde ultra‐connecté

Posté par (page perso) . Édité par Davy Defaud, galactikboulay, Christophe Guilloux et baud123. Modéré par Christophe Guilloux. Licence CC by-sa
Tags :
67
29
oct.
2012
Internet

MPTCP un standard en cours de rédaction (et déjà bien avancé) à l’IETF. L’acronyme signifie MultiPath TCP dont le but est de pouvoir utiliser une même connexion TCP au travers de plusieurs interfaces réseau. Le cas typique d’utilisation est de décharger les réseaux GSM 3G/4G via le Wi‐Fi, vous pourrez ainsi utiliser le Wi‐Fi (par exemple, via le réseau FON ou votre réseau chez vous) et dès que vous n’êtes plus à portée, passer de façon transparente sur le réseau GSM. Une autre application est le partage de plusieurs liens (par exemple, deux câbles Ethernet) pour un serveur de manière transparente. L’intérêt est d’être totalement transparent pour les applications ; en revanche, il faut une implémentation du côté client et serveur pour que ce soit possible.

Même si le standard est en cours d’écriture, il est déjà possible de tester la version actuelle grâce une version modifiée du noyau Linux. Malheureusement, comme il faut un serveur qui implémente le standard pour que ça fonctionne, vous ne pouvez tester l’accès qu’avec le site de démo en MPTCP (ou vous devez monter votre propre serveur). Sur le site, vous trouverez aussi une vidéo de démonstration dans laquelle on peut voir la conservation d’une session SSH avec différentes combinaisons d’interfaces Ethernet, Wi‐Fi et 3G.

NdA : merci à galactikboulay pour son aide lors de la rédaction de cette dépêche.

GNUnet continue sa route

Posté par . Édité par Yvan Munoz, Nÿco, Yves Bourguignon, Nils Ratusznik et Xavier Teyssier. Modéré par Ontologia. Licence CC by-sa
65
1
juin
2014
Internet

GNUnet est un framework sous licence GPL pour le réseau peer-to-peer (pair à pair) sécurisé éponyme. Le réseau GNUnet est complètement décentralisé et ne repose sur aucun service centralisé de confiance. Le but de ce projet est de fournir une base logicielle solide pour construire un réseau global sécurisé, notamment en ce qui concerne l’anonymat.

La particularité de GNUnet par rapport aux autres réseaux peer-to-peer est qu’il place la barre très haut au niveau de la sécurité et de l’anonymat. Le réseau est ainsi conçu pour fonctionner dans un monde où un adversaire pourrait voir l’ensemble du traffic sur Internet, et possèderait beaucoup de nœuds traîtres dans le réseau, pouvant ainsi voir bon nombre des échanges entre les nœuds innocents. Bref, pas si loin de la réalité.

GNUnet

Évolutions des projets La Brique Internet et YunoHost des versions 2.2, 2.4 et 2.5

64
8
fév.
2017
Internet

Logo blanc de YunoHost

YunoHost est une distribution basée sur Debian GNU/Linux orientée serveur, ayant pour but de faciliter l’auto‐hébergement.

Dans un premier temps, sera présenté le projet La Brique Internet. Dans un second temps, les améliorations apportées dans les versions 2.2, 2.4 et 2.5 de YunoHost seront passées en revue. Pour finir, seront présentés la nouvelle organisation, les travaux qui ont été menés sur l’infrastructure du projet, les nouveaux outils de développement et les futurs chantiers.

YunoHost 2.0 : l’auto-hébergement à portée de clic

63
20
juin
2014
Internet

YunoHost 2.0 est sortie ! 10 contributeurs acharnés, 22 mois de labeur et plus de 9 000 tasses de café ont été nécessaire à la sortie de cette version, qui apporte son lot de nouveautés. Petit rappel des faits depuis la première version :

YunoHost est une distribution GNU/Linux facilitant l’installation et l’utilisation d’un serveur. Elle est basée sur Debian Wheezy ainsi que sur d’autres logiciels libres. YunoHost fournit par défaut des services de courriel, de messagerie instantanée ainsi qu’un serveur web permettant de gérer le tout via son navigateur web.

Les possibilités sont étendues via un système d'application : vous pouvez ainsi héberger vos sites web, blogs ou wikis, installer des applications personnelles comme OwnCloud, RoundCube ou Jappix, ou ajouter d'autres services comme un serveur VPN ou de torrent. La liste complète est disponible ici.

Le nom YunoHost se prononce « why you no host », qui signifierait en argot anglais « pourquoi vous n'hébergeriez pas ».

YunoHost

Fuite d'un rapport de la CNIL sur les élections prud'homales par Internet en 2008

62
18
mar.
2012
Internet

Contexte

Pour les élections prud'homales françaises de 2008, il a été décidé de tester le vote électronique par Internet pour Paris. Des cartes électorales permettant le vote par Internet ont été envoyées aux électeurs et comportaient un identifiant et un mot de passe numérique. Comme ces traitements font appel à des données personnelles, la CNIL s'est sentie compétente pour contrôler l'usage de ces données (à la différence des machines de vote) et a procédé à des contrôles pendant le déroulement du scrutin. Elle a relevé plusieurs irrégularités dans un rapport non diffusé au public mais qui a fuité samedi dernier sur le site Ordinateurs-de-vote.

Se passer de Google, Facebook et autres big brothers 2.0 #1 - les moteurs de recherche

62
3
juin
2014
Internet

Merci aux participants de cette dépêche collective, c.-à-d. ack, Adrien Dorsaz, alendroi, Anthony Jaguenaud, BAud, baud123, Bruce Le Nain, deor, etbim, fabienwang, Florent Zara, frayd, gUI, HLFH, j, jcr83, jeberger, Jiehong, Laurent Pointecouteau, lenod, M5oul, Mildred, Nicolive, nullard3d, Nÿco, olivierweb, palm123, SidStyler, SKy, tetraf, Thom, titiii, tux-tn, ver2terre, Viish, Vincent Gay, vlamy, Xinfe et Yves Bourguignon

Aujourd'hui, le net est occupé en grande partie par les services de grosses entreprises privées. Ceci pose de nombreux problèmes : logiciels privateurs, centralisation des données, pistage permanent, censure, exploration de données, dépendance à des tiers, etc.

Cette série décrit (et critique) des alternatives soit utilisables en auto-hébergement, soit via des services basés sur des logiciels libres. Dans cette première dépêche, nous allons nous intéresser aux moteurs de recherche. Les commentaires sont là pour préciser des oublis ou corriger les éventuelles erreurs.

watching

OPA sur OpenStreetMap

Posté par . Édité par baud123, Nils Ratusznik, Benoît Sibaud, j, Xavier Claude et patrick_g. Modéré par j. Licence CC by-sa
Tags :
61
28
mar.
2012
Internet

Depuis 7 ans, date de la création de Google Maps, celui-ci est le leader incontesté de la cartographie sur le Web.

En avril 2011, Google, profitant de sa situation de quasi-monopole et aussi d'une explosion du trafic, a logiquement annoncé une augmentation de ses tarifs et a durci ses conditions d'utilisation du service. Désormais, il y a une restriction à 25.000 chargements par jour. Au-delà, il faut payer 4 dollars par lot de 1.000 requêtes, ou encore louer une licence Maps API Premier, dont le prix démarre à 10.000 dollars par an.

Bien évidemment, on touche une corde sensible, et autant une entreprise privatrice s'accommode sans complexe des licences pernicieuses, autant quand ça touche les cordons de la bourse, elles se devaient de réagir.
Et souvent, la solution est l'utilisation de solutions libres. On assiste donc à un regain d'intérêt pour le projet communautaire OpenStreetMap (OSM).

Lut.im, un service d'hébergement d'images gratuit, libre et anonyme

Posté par (page perso) . Édité par Benoît Sibaud, Florent Zara et palm123. Modéré par Florent Zara. Licence CC by-sa
59
17
fév.
2014
Internet

Que celui qui n'a jamais voulu partager simplement une capture d'écran lève le doigt. Personne ? Le partage d'images nous confronte souvent à divers problèmes :

  • un courriel prend du temps (retrouver l'adresse du destinataire, l'envoi, etc.) ;
  • un courriel prend de la place. Ce n'est pas grand chose, mais pour une image jetable, c'est de l'espace disque perdu, que ce soit dans le dossier "Envoyé" de l'expéditeur ou celui du destinataire. Oui, on peut supprimer le mail, mais c'est encore une action à effectuer.
  • une solution commme imgur nous ramène au sempiternel problème des Conditions Générales d'Utilisation imbuvables, non traduites et que l'on ne lit de toute façon jamais en entier. Pour ce genre de service, on risque de fournir certains droits à l'hébergeur… et ça c'est pas cool !
  • un ownCloud (ou équivalent) fera bien le travail, au prix d'une certaine complexité de partage et de liens à la longueur ahurissante.

Logo de LUTIm

Pour répondre à cette problématique, j'ai codé LUTIm (prononcez comme lutin). Écrit en Perl avec le framework Mojolicious, utilisant le Twitter Bootstrap, un sous ensemble de Font Awesome et un plugin jQuery légèrement modifié pour la gestion du glisser/déposer, LUTIm est un logiciel libre (licence AGPL) de partage d'image anonyme et gratuit.

NdM : N'oublions pas nos amis de Toile Libre qui proposent un service d'hébergement d'image qui s'en rapproche : Pix 1.1.

Appel pour le web ouvert !

Posté par (page perso) . Édité par baud123, Nils Ratusznik et B16F4RV4RD1N. Modéré par NeoX. Licence CC by-sa
Tags :
58
9
fév.
2012
Internet

IE6 est mort. Bon débarras. Malheureusement, il y a webkit pour lui succéder. Non pas que webkit soit mauvais, bien au contraire il est très bon, en plus il est libre...

Mais la pratique consistant à faire des tests de User Agent est encore, hélas, très répandue. Il faut cesser cela. Ajoutez à cela l'utilisation massive des sélecteurs CSS préfixés par -webkit-*, comme les préfixes -moz-*, -o-* et -ms-*. Cela n'est pas prêt de disparaître. C'est même sur le point de se généraliser. Ceux-ci sont pourtant bel et bien documentés comme à destination de tests. Cela est bien évidemment à proscrire.

Le problème se pose massivement sur les navigateurs mobiles, où webkit domine très largement, car il est le navigateur par défaut des appareils iOS et Android. Daniel Glazman, co-chairman du CSS Working Group, a donc lancé un appel, avec l'appui du CSS Working Group.

Développeurs web de tous pays, unissez-vous : ne reproduisez pas les erreurs du passé !

Protéger sa vie privée avec l’IPv6

58
15
juil.
2016
Internet

Le futur d'Internet est l'adressage IPv6 en lieu et place de l'actuel protocole IPv4, puisque nous sommes en train d'atteindre les limites de ce dernier.

Malgré ses indéniables atouts, le protocole IPv6 pose certaines questions sur le respect de la vie privée lors de sa configuration automatique. Nous proposons dans cette dépêche de passer en revue les problèmes et d'esquisser des solutions afin de mieux protéger sa vie privée avec IPv6.

TZ est hors de danger

Posté par (page perso) . Édité par NeoX, Nÿco, tuiu pol et Benoît Sibaud. Modéré par tuiu pol.
Tags : aucun
57
23
fév.
2012
Internet

La fin d'une histoire compliquée, ou la remise à l'heure de la pendule du copyright abusif... En octobre 2011, l'éditeur Astrolabe (éditeur d’ouvrages astrologiques) portait plainte contre Olson et Eggert au sujet des bases de données de temps (TZ et Zoneinfo). En janvier 2012, l'EFF, en soutient à Olson et Eggert, portait plainte contre cet éditeur.

Le résultat ne s'est pas fait attendre, l'éditeur vient de retirer sa plainte. Plus de détails en seconde partie.

NdM : merci à Tonton Th pour son journal et à Benoît Sibaud pour les deux dépêches précédentes utilisées pour le rappel des faits.

Framasoft veut dégoogliser Internet !

57
20
oct.
2014
Internet

Framasoft lance une campagne d’envergure : Dégooglisons Internet. Après avoir mis en place Framapad, Framadate, Framindmap, Framanews et le petit dernier Framabag, il était temps de passer à la vitesse supérieure en annonçant la mise en place de plus de services L.E.D.S. (Libres, Éthiques, Décentralisés et Solidaires). L’annonce s’est donc accompagnée de l’ouverture d’un nouveau pod Diaspora* pour les francophones soucieux de leur vie privée : la Framasphère.

L’objectif est d’installer, face à chaque service propriétaire, un service L.E.D.S. hébergé par les soins de Framasoft. L’association s’inscrit dans un contexte d’ouverture en encourageant les projets qui participeront à cet effort d’émancipation des « grands de l’Internet ».

N .D. R. : une autre dépêche (actuellement en rédaction) liste des alternatives aux services habituels sur Internet, permettant d’utiliser des services libres pour vos activités de tous les jours.

IPFS : Un protocole révolutionnaire pour un hébergement P2P, résilient à la censure

Posté par . Édité par Nÿco et Yvan Munoz. Modéré par Pierre Jarillon. Licence CC by-sa
Tags :
57
24
fév.
2015
Internet

Voici un projet très intéressant : IPFS, The permanent Web. Son ambition est de créer un nouveau protocole (comme HTTP) permettant de décentraliser l'hébergement de sites web (ou de n'importe quelle ressource statique). Ce protocole se base sur BitTorrent et Git (gestionnaire de version). Chaque ressource est identifiée par son hash (une empreinte unique), et les nœuds du réseau hébergent chacun des copies de certaines ressources, de manière décentralisée.

IPFS

Un nouveau logiciel libre : Lufi

57
6
oct.
2015
Internet

Après Lutim, qui permet d’héberger des images, je me suis dit « Pourquoi me limiter aux images ? ». Et puis, ça m’embêtait de chiffrer les images côté serveur. Bien sûr, pour pouvoir utiliser les images dans des balises <img>, il fallait que le chiffrement et le déchiffrement se fassent côté serveur. Mais, pour des fichiers, ça ne sert à rien.

J’ai donc pris exemple sur Zerobin, qui chiffre le texte côté client, en utilisant la bibliothèque Stanford Javascript Crypto et qui met la clé dans une ancre dans l’adresse URL.

Avec ça, j’ai repris le mode de fonctionnement de Lutim (qui lui‐même est fortement pompé sur mon logiciel Lstu), j’ai saupoudré de Bootstrap et de WebSocket et ça a donné Lufi !

Le Parti de Gauche publie le code de son site sous licence libre

Posté par . Édité par Benoît Sibaud, Bruno Michel et Nils Ratusznik. Modéré par patrick_g.
Tags :
56
14
nov.
2012
Internet

Le Parti de Gauche, co-présidé par Martine Billard (bien connue des libristes depuis la loi DADVSI lorsqu'elle était députée) et Jean-Luc Mélenchon, est un parti politique français.

Il vient d'annoncer la publication des sources de son site sous licence GPL. Le site a été réalisé entièrement par ses militants pendant la campagne présidentielle en avril 2012 : il ne s’appuie sur aucun système de gestion de contenu et intègre sa propre chaîne éditoriale. La publication sous licence libre qualifiée de « démarche originale de production coopérative et d’éducation populaire » est jugée « en parfaite cohérence avec le programme politique du parti ».

Techniquement le site utilise HTML5 et CSS3, et de nombreux logiciels libres : Ubuntu, Ruby, Ruby Enterprise, Apache MPM worker, Ruby on Rails, Phusion Passenger, Git, Capistrano, Sqlite, Tinymce, Paperclip, ImageMagick, Compass, Sass, jQuery, ChiliProject, Aptana Studio.

Les sources du site sont disponibles sur la plateforme de partage Github (ainsi que sur le site lui-même).

NdM : la dépêche a été écrite suite à la réception du communiqué de presse, conformément aux règles de modération (« les communiqués de presse copiés/collés rapidement dans le formulaire ne doivent pas être approuvés. Cependant des exceptions peuvent être faites, au libre jugement du modérateur. »)

Weboob : une version 1.1 pour son sixième anniversaire

Posté par . Édité par Benoît Sibaud et palm123. Modéré par Yvan Munoz. Licence CC by-sa
Tags :
56
14
fév.
2016
Internet

Weboob (Web Outside Of Browsers) est une bibliothèque et un ensemble d'applications interagissant avec des sites web.

Plus d'un an après la sortie de la première version stable de weboob, nous sommes heureux de vous annoncer la sortie de weboob 1.1.

Pour rappel, weboob est une bibliothèque permettant d’accéder à près de 200 sites web en ligne de commande ou avec des applications graphiques spécialisées.

Débuté par un simple script permettant d'automatiser certaines actions sur un célèbre site de rencontre, c'est désormais une communauté conséquente (plus de 100 contributeurs depuis le début du projet), qui maintient quotidiennement l'ensemble des modules.

Depuis toutes ces années, weboob est devenu un hub interopérable permettant à de multiples applications de récupérer, croiser et présenter des données issus de sites tiers. Tant et si bien, qu'il est fort possible que vous ayez déjà utilisé weboob sans le savoir au travers des entreprises suivantes : Cozycloud, Budget Insight, Winancial, ou d'autres projets libres : Skrooge, Kmymoney, GTranslate, Gnome Shell, un greffon pour XMBC/Kodi, Kresus, hinance.

La nouvelle version 1.1 est exceptionnelle pour le projet. Le cycle de développement a duré plus d'un an (contre une moyenne entre 3 et 4 mois habituellement), et cette version inclut donc plus de 1200 commits écrits par 35 contributeurs. S'il n'y a pas de fonctionnalité impressionnante à mettre en avant, les changements sont très nombreux et cette dépêche se propose d'en évoquer quelques-uns.

Surveillance de l'internet : la polémique enfle

Posté par . Édité par Benoît Sibaud, ZeroHeure, palm123 et NeoX. Modéré par Benoît Sibaud. Licence CC by-sa
55
7
déc.
2013
Internet

Le Parlement français cherche-t-il à légaliser un dispositif de surveillance de masse d'Internet au détour d'un projet de loi sur l'armée ? C'est la question qui agite de plus en plus d'associations et journalistes spécialisés, après que plusieurs d'entre eux se sont alarmés du contenu de l'article 13 du projet de loi de programmation militaire, actuellement examiné par le Parlement.

En cause, la possibilité donnée aux services de renseignement de collecter en temps réel les informations et documents transitant sur les réseaux électroniques…

p2p-hacker-fr : « premier état de l'art sur la décentralisation »

55
5
mar.
2014
Internet

Cette dépêche présente un projet d'état de l'art (en français) des solutions pair-à-pair œuvrant pour un objectif de décentralisation d'Internet. Elle se base sur la démarche de la communauté anglophone « p2p-hacker » (liste de disccusion anglophone) (cf. reddit). Un tel projet est voué à contenir beaucoup plus d'informations qu'il ne peut en tenir raisonnablement en une seule dépêche, aussi considérez cette dépêche comme une présentation du projet, accompagnée d'un échantillon de l'état de l'art en question. Cet échantillon contient une présentation du projet « p2p-hacker-fr », une introduction à la décentralisation et au modèle « pair-à-pair », ainsi que les présentations de services totalement décentralisés, basés sur Bitcoin 1.0 pour la première partie, fournissant un service de stockage pour la seconde, et implémentant un protocole de routage pour la dernière.

À noter que ces présentations sont de « haut niveau », c'est-à-dire qu'elles présentent le service rendu et non pas les détails des protocoles sous-jacents, lesquels pourraient faire l'objet d'une dépêche par protocole étant donné leur richesse technique. Seuls les projets libres accompagnés d'une implémentation de référence libre sont répertoriés ici. Plus que par conviction, cette sélection permet de limiter le nombre de citations (les projets non-libres sont très nombreux) et de fournir les informations sur le code source, telle que la licence choisie ou encore le langage de programmation principal.

Remerciements : je remercie tous ceux qui ont participé à la rédaction de cette dépêche, et en particulier baud, palm123 et Sinma pour leurs corrections.

SOPA opera

Posté par (page perso) . Édité par Benoît Sibaud, Pierre Jarillon et patrick_g. Modéré par Lucas Bonnet. Licence CC by-sa
54
18
jan.
2012
Internet

LinuxFr.org se joint à la grève en ligne pour protester contre la loi américaine Stop Online Piracy Act (SOPA) (en discussion aujourd'hui 18 janvier par la Chambre des Représentants). Si vous vous dites un truc du genre « c'est un texte qui ne me/nous concerne pas », vous vous trompez. Voilà pourquoi.

IPv6 : des poules et des hommes

Posté par (page perso) . Édité par Davy Defaud, Benoît Sibaud, baud123, NeoX, Xavier Teyssier et tuiu pol. Modéré par baud123. Licence CC by-sa
Tags :
54
18
sept.
2012
Internet

IPv6 et ses mystères ! Ses RFC nombreuses et compliquées ! Ses mises en place de façon acrobatique pour cause de diçaïdeur pressay (« C’est dans le vent, on en parle, il faut qu’on y soit pour hier »), ou, au contraire, trop lentes (« C’est bon on a le temps, de toute façon, c’est compliqué, on n’y connaît rien et ça ne sert à rien »).

Tout ça et bien d’autres choses encore vous attendent dans le Lothaire YARDING (Yet Another Reference for Delivering IPv6 to the Next Generation).

Il s’agit d’un état de l’art sur l’IPv6 très récent (été 2012), avec des exemples d’expérimentations des différentes technologies environnantes. Ce contenu s’adresse à la fois aux personnes qui n’ont aucune connaissance en IPv6 et à ceux qui en ont déjà une bonne maîtrise, mais qui n’ont pas une idée claire de ce qui est réellement utilisable actuellement.